Navigation – Plan du site

Pour une géographie décentrée, incarnée et itérative

Armelle Choplin
Traduction(s) :
Por una geografía descentrada, encarnada e iterativa
For a decentralized, embodied and iterative geography

Texte intégral

1A défaut d’un soleil printanier, c’est un ciel sombre qui plane depuis plusieurs semaines sur l’Europe. On peut y voir là un triste signe des temps actuels, marqués par la montée des populismes en Europe… En cette période électorale, les idées extrémistes font recette, se nourrissant de la crainte de l’autre, de la méconnaissance de l’ailleurs, d’un territorialisme pernicieux et excluant. Plus que jamais, les géographes ont leur mot à dire, le devoir de connaitre et faire (re)connaitre. Il est pour cela nécessaire d’aller voir ce qui se passe dans le reste du monde, dans ces lieux ignorés, auprès de ces populations mal connues, et pourtant pleinement intégrés au monde et à la mondialisation.

2Il est évident que l’Europe et nos sociétés ne se comprennent qu’au regard d’autres espaces, que dans leur mise en réseau avec d’autres lieux, et notamment ces pays plus ou moins lointains. Pour autant, décentrer le regard et désoccidentaliser nos pensées sont loin d’être une évidence. L’historien Indien Dipesh Chakrabarty (2000) proposait de « provincialiser l’Europe » selon une démarche subalterne et postcoloniale. Les géographes sont invités à suivre cette logique, eux qui depuis toujours s’intéressent aux centres et aux périphéries. Devant la complexification du monde, il est important de se rendre dans ces marges, d’explorer les interstices et d’atteindre les antipodes car c’est ici que se dessinent de nouveaux rapports au monde. Ces places marchandes perdues au croisement de deux routes, ces villes secondaires aux noms que l’on peine à écrire et à mettre sur une carte, ces banlieues couleur-gris-ciment sont autant de lieux discrets de la mondialisation, loin de Wall Street et de Davos, mais pleinement connectés à d’autres lieux et au commerce global.

3Derrière ces réseaux, routes et places, il y a aussi et surtout des personnes qui incarnent ces lieux et liens. Dans ces marges du monde, des acteurs souvent peu visibles animent, portent à leur façon et réclament la mondialisation. Grands commerçants, petits entrepreneurs, intermédiaires d’un jour se croisent le long de ces routes qui relient l’Afrique à la Chine en passant par le Moyen orient. Avec eux circulent des objets banaux du quotidien tel un smartphone, un jean ou un sac de ciment. Dans ces périphéries du monde, ces objets et ces hommes sont révélateurs des modes de consommation et des aspirations. Ces hommes et femmes, ces jeunes et vieux ne sont ni footballeurs, ni migrants, ni même terroristes. Ils rêvent simplement de vivre et élever leurs enfants dans la paix, et pour certains d’entre eux de faire du petit business, de voyager, de consommer, signe que l’on fait partie de ce grand tout. Être géographe, c’est aller à la rencontre de ces personnes, comprendre leurs espaces vécus, pratiqués et imaginés, les suivre le long de ces routes, circuler avec eux dans des bus et avec leurs marchandises âprement négociées, dans ces territoires nullement lisses et près de ces frontières où ils font face, de façon parfois brutale, à l’Etat et ses représentants.

4Pour comprendre le monde, il est bon de visiter mais peut-être plus encore de revisiter les lieux. Connaitre ces espaces, revenir quelques années plus tard et ne plus les reconnaitre. Voilà de l’information. Lire les transformations dans le paysage. Déchiffrer les évolutions sociales à travers le bâti d’une ville ou la désertification des campagnes. Essayer de comprendre ce monde de petits mondes qui subit de brutales évolutions. La démarche itérative est d’autant plus importante que ces marges constituent bien souvent des « variables/espaces d’ajustement » ou « territoires de l’exception », vendus par quelques hommes politiques influents aux plus offrants des investisseurs, ou complètement délaissés, livrés à leur propre sort et aux ruines. Revenir à la monographie serait la solution, à condition qu’elle ne se limite pas à une étude obsessionnelle et exhaustive du lieu. La monographie itérative doit permettre de comprendre ce lieu dans son temps et dans son monde. Encore faut-il pouvoir revenir dans ces lieux. Cela n’est pas toujours permis ni aisé, en particulier dans les zones de tensions, tel le Sahel, désormais fameuse « zone rouge » qui ne cesse de s’étendre sur la carte du ministère des affaires étrangères français. Couleur qui signifie danger pour les ressortissants français et agonie de ces territoires pour les populations locales…

5C’est donc bien dans ces marges qu’il se passe aujourd’hui quelque chose. Rencontres, frictions, échanges, convoitises ou délaissement… ici s’invente le monde de demain, ce monde avec lequel l’Europe devra composer, dans l’ouverture et non la fermeture, dans la connaissance et la reconnaissance.

6Plus que jamais, une revue comme Cybergeo, avec ses lecteurs et contributeurs, géographes d’un jour ou de toujours, a un rôle social de premier plan à jouer, en participant de cette géographie décentrée, incarnée et itérative.

7Puissent les nuages sombres s’éloigner et le printemps enfin éclairer l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Pour une géographie décentrée, incarnée et itérative », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32243

Haut de page

Auteur

Armelle Choplin

Professeur
Université de Genève, Switzerland
armelle.choplin@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page