Navigation – Plan du site
2019
901

De Louis-le-Grand à Radio-Paris : l’inspecteur général et géographe Henri Boucau et ses collègues entre le régime de Vichy et l’épuration (1940-1945)

From Louis-le-Grand to Radio-Paris: the general inspector and geographer Henri Boucau and his colleagues in Vichy France and legal epuration (1940-1945)
Nicolas Ginsburger

Résumés

Président de la puissante Société des professeurs d’histoire et géographie à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le géographe Henri Boucau (1887-1956) est nommé inspecteur général en août 1940. Il quitte alors son poste de professeur de classes préparatoires en Coloniale, au lycée parisien Louis-le-Grand : ce désormais haut fonctionnaire, par fonction très proche des différents titulaires du portefeuille de l’Éducation nationale, se trouve pris, comme beaucoup de ses collègues, dans les contradictions et les nécessités du pouvoir de Vichy. Entre corporatisme protecteur et propagande radiodiffusée, de ses tentatives avortées de sauvetage de ses collègues sanctionnés à son opposition résolue mais vaine à la création de l’agrégation de géographie, Boucau occupe une position très inconfortable pendant le conflit. Il est ainsi un révélateur de crises et de tensions vécues par le système scolaire français (en particulier dans les lycées et au sommet du ministère) lors de cette période très agitée, y compris dans les comptes qu’il a à rendre sur ses actions, au moment de l’épuration administrative.

Haut de page

Dédicace

A la mémoire de Suzanne Citron (1922-2018)

Texte intégral

Introduction

  • 1 En septembre 1927, des cours de préparation à l’admission dans l’Ecole coloniale (les « coloniales  (...)
  • 2 Fondée en 1910, elle ne prend qu'en 1975 le nom actuel d’« Association des professeurs d’histoire e (...)

1Début 1940, Henri Boucau (1887-1956), professeur agrégé d’histoire et géographie, enseignant en « Coloniale »1 au lycée Louis-le-Grand depuis 1930 et président de la Société des professeurs d’histoire et géographie de l’enseignement secondaire public (SPHG2) depuis 1937, exprime un fort sentiment collectif d’insécurité professionnelle :

« De récents incidents m’amènent à constater que l’enseignement de l’histoire et de la géographie devient particulièrement périlleux. Le simple exposé de faits très contemporains provoque les susceptibilités, entraîne des protestations et des enquêtes administratives. Nous devons être très attentifs à nos paroles en classe, à la façon même dont nous énonçons des phrases qui nous paraissent l’expression même de la réalité. (…) Je rappelle que les garanties habituelles de la justice administrative sont suspendues, et que le déplacement d’office peut être, en principe, prononcé d’autorité pour le « bien du service ». Nous risquons toujours d’être l’objet d’une délation ou d’une demande d’enquête provenant de services autres que ceux de l’enseignement ; ces derniers doivent obligatoirement ouvrir l’enquête et donner une réponse. Ce sont là [des] incidents fort désagréables pour tous » (Boucau, 1939-1940, p. 13-14).

  • 3 Rappelons ici quelques jalons de ce conflit pour la France : elle déclare la guerre à l’Allemagne l (...)
  • 4 Dans le système éducatif français, les inspecteurs généraux sont chargés de l’encadrement du person (...)
  • 5 Cette mesure représente quantitativement le deuxième type de sanction professionnelle sévère, après (...)

2Ces lignes, au cœur de la « drôle de guerre », sont, dans son cas, prémonitoires et s’appliquent parfaitement à son propre sort à la sortie de la Seconde Guerre mondiale3. En effet, le 9 janvier 1945, celui qui est désormais, depuis le 17 août 1940, inspecteur général (IG) de l’Instruction publique (enseignement secondaire)4, est mis à la retraite d’office à 58 ans, sanction5 prise à l’issue d’un procès d’épuration d’un mois et demi mené par le Conseil Supérieur d’Enquête (CSE), instance dépendant directement du ministre René Capitant (1901-1970) (Rouquet, 2018, p. 127). Ainsi prend fin sa carrière, jusqu’ici très respectable, d’autant que les attendus du jugement sont sévères :

  • 6 Archives nationales (désormais AN), F17/16924, pièce 32, séance du CSE du 13 décembre 1944, délibér (...)

« les faits relevés contre [Boucau] sont extrêmement graves. (…) [Il a] fait l’objet d’un choix de la part d’un gouvernement de trahison. (…) Il n’a aucunement protesté contre l’esprit général des réformes anti-démocratiques de [Vichy]. (…) Il n’a plus l’autorité morale nécessaire pour exercer ses hautes fonctions »6.

3Comment en est-il arrivé là ? Qu’est-ce qui justifie la condamnation d’un des membres les plus éminents de la hiérarchie scolaire de l’époque ? Pourquoi cette peine ?

  • 7 AN, F17/16924, série « Ministre – inspecteurs – recteurs : dossier d’épuration ».
  • 8 Du point de vue de l’épuration, les cas des IG Emile Abry (1880-1957) et René Pradère (1887-1973) o (...)
  • 9 Le nom de Boucau est en l’occurrence déjà un peu connu comme auteur de manuels de géographie scolai (...)
  • 10 Selon C. Singer, 12,5% des universitaires provinciaux et 5% des parisiens ont été inquiétés dans le (...)
  • 11 Nous n’avons pas encore trouvé de portrait de Boucau, signe parmi d’autres de son effacement discip (...)
  • 12 Elève d’Albert Demangeon (1872-1940) à la Sorbonne, il a été secrétaire général des Annales de géog (...)
  • 13 En 1940, il soutient à la faculté des lettres de Paris une thèse de doctorat novatrice sur « La Gar (...)
  • 14 Il devient après 1945 une des personnalités dominantes de la géographie française, connue notamment (...)

4Pour comprendre et éclairer cette décision, nous allons présenter ici quelques éléments sur l’itinéraire de guerre de Boucau, à l’aide de son abondant dossier judiciaire7 et d’autres dossiers de carrière de plusieurs de ses collègues contemporains : cette étude nous permettra d’abord d’évoquer un cas jusqu’ici jamais étudié8, certes particulier, mais typique d’épuration administrative dans la discipline géographique9 et dans ce corps spécifique du monde enseignant et de la haute fonction publique10. Mais plus largement, on tentera également de décrire, au prisme de ce personnage11, le champ de force d’une partie du monde intellectuel parisien pendant et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, celui des géographes de l’enseignement secondaire et supérieur, en particulier à travers certains aspects des cas (jusqu’ici très peu connus, en tout cas pour cette époque) de Maurice Grandazzi (1903-1958)12, René Clozier (1888-1987)13 et Pierre George (1909-2006)14. On verra à ce niveau que le « cas Boucau » permet de mieux connaître non seulement la façon dont certains professeurs de lycées parisiens et inspecteurs généraux ont traversé la période d’Occupation, mais aussi les différentes formes de radiodiffusion à dimension pédagogique, telles qu’elles se sont développées pendant le conflit. Entre instabilité des hiérarchies scolaires et opportunisme des stratégies professionnelles, on verra ainsi ce que la Seconde Guerre mondiale a permis et provoqué dans les élites de la géographie scolaire (en particulier parisienne) du début des années 1940, plus largement dans le champ de la haute administration de l’Instruction publique au milieu du XXe siècle, afin de compléter et réévaluer les études existantes sur ce plan (Rials, 1983 ; Baruch, 1997 ; Baruch et Duclert, 2000 ; Devigne, 2018).

Hiérarchie, corporatisme, opinions : un inspecteur général rebelle ?

Protéger les professeurs ? L’exemple de la « coloniale » du lycée Louis-le-Grand

  • 15 Rappelons à ce niveau que les trois principaux « secrétaires d’Etat à l’Éducation nationale (ou à l (...)
  • 16 AN, F17/16924, pièce 12, séance du CSE du 6 novembre 1944, déposition de Pierre George. Pierre Geor (...)

5Au cours des quatre années de guerre pendant lesquelles Boucau a assuré les fonctions traditionnelles d’un IG, notamment la gestion de certaines affectations d’enseignants, il s’est parfois opposé aux options de Vichy et de ses ministres15, essayant en particulier de protéger ses anciens collègues menacés16. Le procureur du CSE lui accorde sur ce point des circonstances atténuantes :

  • 17 AN, F17/16924, pièce 27, séance du CSE du 13 décembre 1944, rapport de M. Lablenie, vice-président (...)

« A [s]a décharge (…), il faut retenir une attitude bienveillante à l’égard d’un certain nombre de professeurs ou d’administrateurs (…). Il semble prouvé que M. Boucau, à l’encontre d’autres fonctionnaires d’autorité, n’a pas profité du régime d’oppression pour accabler personnellement ses inférieurs »17.

  • 18 L’histoire de cet établissement parisien ancien et prestigieux dans la guerre est relativement docu (...)
  • 19 Cet ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud (1907-1909) fut d’abord, suite à l’ag (...)
  • 20 En fait, il fait l’objet d’une demande (acceptée par le ministère) de dérogation par rapport à la l (...)
  • 21 Né à Paris, passé par l’Ecole normale d’instituteurs d’Auteuil, agrégé d’histoire et géographie (19 (...)
  • 22 F17/16924, pièce 12, séance du CSE du 6 novembre 1944, déposition de George. La mention de cette op (...)

6Cette attitude concerne notamment les professeurs de classe de préparation à l’Ecole Coloniale (ou « coloniale », ou encore « Colo ») dans son ancien lycée d’affectation, Louis-le-Grand18. L’un de ses collègues et amis personnels, l’historien Raymond Ronze (1887-1966)19, est ainsi visé par la politique antimaçonnique du régime. D’abord préservé par une faute d’orthographe sur son nom dans la liste des enseignants révoqués, repérée mais pas signalée par Boucau, il est finalement identifié et relevé de ses fonctions en septembre 1942, sans que l’IG puisse le protéger, avant d’entrer en résistance20. L’année suivante, Boucau essaye de protéger son collègue géographe Grandazzi21, alors visé par des mesures de rétorsion pour ses opinions politiques, non seulement royalistes22 mais aussi patriotiques et antigermaniques. L’enseignant raconte ainsi en détail :

  • 23 Nommé IG comme successeur de Jules Isaac (1877-1963), mis à la retraite d’office en application du (...)
  • 24 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 10 novembre 1944, déposition de Grandazzi.

« [Boucau m’a] maintenu au jury de concours général [de géographie] alors que j’étais l’objet de sanctions de la part du cabinet Bonnard pour raisons politiques.
J’ai été frappé trois fois de suite par le cabinet Bonnard pour paroles contre la politique de collaboration du gouvernement.
Ma défense a été prise par MM. Boucau et Charmoillaux23, ainsi que par mon proviseur M. Boyer. (…)
Le Ministre me poursuivait pour les raisons suivantes : un jour à Louis-le-Grand, devant 5 ou 6 collègues, un collègue expliquait l’avance des Russes et j’ai dit : « Les collaborateurs commencent à ne pas avoir la conscience tranquille » et j’ai dit aussi « les Boches » au lieu des Allemands. Le Ministre a manifesté son mécontentement :
1°) en me retirant du jury du certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges.
2°) en me retirant ma chaire de géographie dans les classes préparatoires à l’Ecole coloniale au Lycée Louis-le-Grand et en donnant l’ordre au proviseur de me reverser dans les classes secondaires.
3°) en opposant un veto à ma promotion au choix de 4ème en 3ème classe, promotion proposée par les Inspecteurs Généraux.
M. Charmoillaux a pris ma défense et a cherché à savoir ce qu’on me reprochait.
Le Ministre n’a pas voulu répondre directement à M. Charmoillaux.
On lui a dit (…) que je parlais trop. A M. le Proviseur, on a dit que « M. Grandazzi est opposé à la politique du gouvernement, donc, le gouvernement lui retire sa confiance. » Quelques mois après, à la rentrée, j’ai été avisé que le Ministre m’avait rétrogradé »24.

  • 25 Lors d’une tournée d’inspection des professeurs d’histoire et géographie, les 13 et 14 février 1942 (...)
  • 26 En mai 1947, il demande à récupérer les classes de Coloniale (devenues les classes préparatoires de (...)
  • 27 Boucau raconte ainsi : « En 1942, d’accord avec Mr De Martonne, professeur de géographie à la Sorbo (...)
  • 28 La plupart des géographes évoqués ici, auteurs de manuels et professeurs de lycées parisiens, font (...)

7Malgré l’intervention de deux IG25 et de son proviseur, Grandazzi est dénoncé comme trop démonstratif dans sa réprobation de l’occupant et des collaborateurs, et puni d’un retard de promotion et d’une rétrogradation26. Notons qu’il avait malgré tout bénéficié, par son poste et sur proposition de Boucau, de la répartition des faveurs et honneurs exceptionnels les plus légitimes de la discipline, en particulier le concours général27, et que son maintien dans ces positions fait l’objet d’un bras de fer entre les IG et le cabinet du ministre. Se dessine donc un réseau d’influences et de contre-pouvoirs, s’opposant (relativement) aux décisions disciplinaires du ministère, au nom de solidarités diverses (professionnelles, disciplinaires28, locales, personnelles) laissant ici place à une certaine pluralité des opinions politiques.

La fidélité fluctuante d’un IG envers ses ministres

  • 29 La « Radiodiffusion française nationale », également appelée « Radiodiffusion nationale », est créé (...)

8En plus de ces stratégies de protection corporatiste, l’attitude personnelle de Boucau envers son ministre de tutelle a pu varier selon le contexte, mais aussi la personnalité du titulaire du portefeuille. Trois péripéties sont notables à ce niveau. Ainsi, mi-juin 1941, il prononce une conférence sur les ondes de la Radiodiffusion nationale (« Radio Vichy »)29, dans les circonstances suivantes :

« J’étais de passage à Vichy à la suite d’une enquête sur un proviseur de province. Mon laissez-passer expirait à 5 heures du soir, M. Carcopino me dit : on me demande deux conférences sur la Syrie. La radio me le demande et, à 3 heures du matin, je les ai terminées. On me les a fait enregistrer car je prenais le train. Ce sont deux résumés corrects : l’un historique, l’autre géographique. J’appris 1 mois ½-2 mois après par le Chef de Cabinet de M. Carcopino que la radio n’avait pas diffusé mes conférences mais que M. Carcopino les avait faites imprimer et distribuer en [Zone Sud]. »

9Ces conférences de propagande, écrites et prononcées manifestement à la hâte, expriment son hostilité pour l’Angleterre et la France libre qui semble rejaillir sur son activité d’IG, comme il en est accusé fin octobre 1944 :

  • 30 AN, F17/16924, pièce 1, plainte émanant du FNU.

« Anglophobe à outrance : à chacune de ses inspections se répandait en propos anti-anglais et décourageait les résistants ; a fait une conférence radiophonique sur la Syrie où il a dénoncé le « rapt » de ce mandat par la Grande-Bretagne »30.

10Son attitude semble cependant changer avec l’arrivée au ministère d’Abel Bonnard, en avril 1942, et la radicalisation des purges dans le corps enseignant. Boucau raconte ainsi :

  • 31 Philologue et professeur d'histoire de la langue française à la faculté des lettres de l’université (...)
  • 32 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

« Au début d’octobre 1942, [avec la suspension de Ronze], voilà une classe à concours (mon ancienne coloniale) sans professeur d’Histoire coloniale, matière essentielle. Mes collègues et moi proposions pour Louis-le-Grand Mr A. Julien, professeur à Montaigne et qui désirait cette mutation. Le 14 octobre, Mr Haury, Inspecteur Général détaché auprès du Recteur de Paris, me téléphone pour m’indiquer combien il est fâcheux que Mr Ronze ne soit pas remplacé. Je lui réponds, et j’ai eu administrativement tort : « Julien, de Montaigne, est nommé à Louis-le-Grand ; c’est le plus qualifié, c’est une chance ; il n’y a qu’à le mettre provisoirement à la place de Ronze ; de plus, Montaigne et Louis-le-Grand ont le même proviseur, on peut les considérer comme grand et petit lycée annexe ; il n’y a qu’à faire la chose ». Je savais que Mr Julien, de par ses opinions politiques (ex-attaché au ministère Léon Blum) n’était pas spécialement sympathique au ministre, mais je voulais croire que l’intérêt des élèves de la plus grosse coloniale de France passerait avant tout. Là-dessus, le 15 octobre, à 8h15, je pars pour Vichy, passer un mois comme les autres Inspecteurs Généraux, chacun à son tour. Quelques temps après, j’appris (par Mr René Chevaillier [1886-1946], Inspecteur Général [de littérature], me semble-t-il) qu’il y avait eu tapage au ministère, que le ministre avait muté Mr Gibelin, proviseur de Louis-le-Grand, considéré comme responsable de l’affaire (Mr Julien avait été installé à Louis-le-Grand et avait commencé ses cours). Je me précipitai chez Mr Terracher, Secrétaire Général31, pour revendiquer la responsabilité ; je renouvelai la demande (…) le 16 ou 17 novembre quand je revins à Paris. La mesure contre Mr Gibelin fut maintenue et le ministre me manifesta son mécontentement »32.

  • 33 Début 1941, il a une audience avec A. Fugier, membre du cabinet du ministre de l’Éducation national (...)
  • 34 La carrière exacte de Julien se déroule, après l’agrégation en 1919, dans les lycées de Montpellier (...)
  • 35 Normalien (1905) et agrégé (1908), professeur aux lycées Condorcet et Fénelon, membre du Conseil su (...)
  • 36 Agrégé de grammaire en 1922, Camille Gibelin (1892-1955) est proviseur de lycée à partir de la fin (...)

11L’affaire est donc spectaculaire, quoique feutrée : cette nomination non autorisée de Charles-André Julien (1891-1991), historien anticolonialiste déjà reconnu, socialiste33 proche des gouvernements Blum, puis Sarraut, et professeur au lycée Montaigne (1932-1945) (Pervillé, 2009)34, provoque une réprimande ministérielle assez sèche à l’encontre des deux IG, Boucau et Paul Haury (1885-1963)35, tandis que le proviseur de Louis-le-Grand lui-même est durement sanctionné36. Ceci n’empêche pas cependant qu’au titre de sa fonction d’IG, il soit également largement consulté sur la question de l’agrégation de géographie en 1943 (Dumoulin, 1994 ; Ginsburger, 2017). Il résume d’ailleurs sa participation aux débats dans les termes suivants :

  • 37 C’est-à-dire principalement Emmanuel de Martonne (1873-1955), professeur de géographie physique à l (...)
  • 38 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

« Mr Bonnard provoque une réunion de tous les professeurs de Faculté géographes de France et des Inspecteurs Généraux. La Sorbonne37 y soutient énergiquement la cause de l’agrégation spécialisée ; je la combattis non moins fermement et de nombreux professeurs de Faculté la combattirent. Nous pensions la question enterrée quand le Ministre a décidé brusquement l’affaire : la Sorbonne l’emportait.
En janvier 1944, je résolus de faire moi-même la conférence pédagogique sur la géographie aux candidats à l’agrégation ; […] Devant un public inconnu, je n’hésitai pas à dire que j’avais combattu la réforme, que le ministère l’avait imposée ; je montrai les dangers de la spécialisation excessive dans l’enseignement secondaire et je priai les futurs professeurs d’oublier plus tard qu’ils étaient des spécialistes. Je leur définis les buts de l’enseignement secondaire qui ne sont point ceux du supérieur et je leur donnai divers conseils pédagogiques sur la façon de faire la classe. Je n’ai donc pas hésité à me montrer publiquement en opposition avec la Sorbonne et mon ministre »38.

12Il donne ses raisons, hostiles à la position des géographes universitaires (en particulier De Martonne) sur ce nouveau concours et la séparation de l’histoire et de la géographie. Devant la décision finale, il affirme publiquement son hostilité, ce qu’il présente comme une attitude relativement rebelle à l’égard de Bonnard et de sa hiérarchie, certes tardive (janvier 1944 !), mais après plusieurs épisodes de tensions et d’oppositions administratives.

Organiser des émissions radiophoniques pédagogiques : mission officielle ou défi personnel ?

La reprise en main de « Radio-scolaire » : une opération de propagande maréchaliste ? (1941-1942)

  • 39 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 25 novembre 1944, déposition de Colette Kahn.

13Peu après son texte de propagande sur la Syrie, prononcé à la mi-juin 1941 sur les ondes de « Radio-Vichy », Boucau est de nouveau sollicité par le ministre Carcopino pour prendre les commandes de plusieurs programmes radiophoniques. Mi-juillet 1941, alors qu’il se trouve encore à Vichy, il est chargé de reprendre en main un programme d’enseignement à distance (« Radio-scolaire »), alors diffusé sur la « Radio-Nationale » depuis Clermont-Ferrand et composé de « causeries » d’un quart d’heure sur différents sujets scolaires, prononcées par des enseignants. L’émission n’est pas nouvelle, dans un média qui s’était beaucoup développé dans l’entre-deux-guerres (Eck, 2006) : elle est organisée depuis 1939 sous la responsabilité de l’IG honoraire latiniste Georges Gastinel (1869-1951), sur un projet monté dès la fin de 1936 sous l’impulsion du ministre Jean Zay, qui prononce lui-même un discours pour le premier programme (Ory, 1994, p. 642-644). Boucau le connaît bien : il lui avait à l’époque apporté son aide, fourni des noms d’intervenants historiens et géographes et fait la publicité auprès de ses collègues de la SPHG (Boucau, 1936), mais selon lui, la reprise en main du programme en 1941 est justifiée par le fait que ce programme était trop spécialisé et pas assez « grand public », à un moment où « on constate une désaffection du public (…) [au profit du] style et [du] ton inventifs de Radio Paris, de Radio Sottens, et plus encore de la BBC » (Jeanneney, 2001, p. 37). Selon une des enseignantes impliquées, Colette Kahn, il s’agit pourtant clairement d’une décision politique : « Vichy ne nous considérait plus comme étant dans la ligne du régime, le succès de la Radio Scolaire inquiétait les établissements privés »39. De plus, selon elle, Boucau est chargé de cette mission auréolé par ses opinions anglophobes et ses affinités politiques avec l’Amiral Darlan, alors chef du gouvernement. Quant à Gastinel, il attribue la reprise en main de la « Radio-scolaire » au remplacement, comme directeur général de la Radio nationale, de Brillouin, professeur au Collège de France, par l’officier de marine commandant de corvette Duvivier, tandis que l’émission, en 1940 et 1941, essayait de

  • 40 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 25 novembre 1944, déposition de Gastinel.

« défendre la cause de la tradition universitaire et de la culture intellectuelle ; sans tapage, mais sans déviation, nous résistions aux premières tentatives plus ou moins ouvertes de propagande allemande ; nous exaltions dans une de nos séries « les forces profondes de la France » ; nous opposions sans éclat, une fermeté constante aux réformes qui sapaient sournoisement l’esprit de notre enseignement public, et se flattaient de fonder l’éducation générale sur l’athlétisme et la force physique plutôt que sur l’effort intellectuel ou sur l’adaptation de la personne à la civilisation moderne et à la conscience humaine évoluée »40.

  • 41 AN, F17/16924, pièce 26, lettre de Boucau au CSE, 14 décembre 1944.

14La « Radio-Scolaire » trop anti-allemande, anti-vichyste et patriote à cette époque ? Peut-être. Gastinel explique enfin la présence personnelle de Boucau dans cette reprise en main comme une tentative de faire main basse sur cet instrument pédagogique pour y développer « des causeries d’actualité historique », y imposer l’histoire comme discipline prépondérante et sa vision anglophobe, russophobe et vichyste, affirmation évidemment contestée par Boucau, qui l’attribue au sentiment de Gastinel « de ne plus être le maître absolu dans le secteur de la Radio d’enseignement qu’il avait créée, [à] de la méchanceté sénile, [à] de l’orgueil41 ». Toujours est-il qu’au bout de plusieurs mois de négociations, à partir de janvier 1942, une nouvelle émission remplace la « Radio-Scolaire », intitulée « l’Heure de l’Education nationale » et employant des enseignants de l’équipe clermontoise de Gastinel (y compris ce dernier), de l’académie de Strasbourg, repliée depuis 1939 sur Clermont-Ferrand, ainsi que de la zone occupée, enseignants réfugiés obligés de fuir en zone dite libre. Boucau est alors chargé de lire et d’amender les textes, mais aussi de diriger leur enregistrement et leur mise en onde. Colette Kahn affirme qu’il a alors « convoqué [les enseignants] » :

  • 42 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 25 novembre 1944, déposition de Colette Kahn.

« Il venait – nous a-t-il dit – nous demander de collaborer à « l’heure de l’Education Nationale ». En fait il venait nous donner ses directives. (…) Il espérait que nous recommencerions à faire des causeries mais il voulait nous dire dans quel esprit cela devait se faire. Il nous a dit : “Il ne fait pas continuer à travailler comme des universitaires, vous faites cela pour un grand public. Tenez-vous au niveau des concierges. Vous avez à vous inspirer des mots d’ordre du Maréchal : Travail, Famille, Patrie” »42.

  • 43 AN, F17/16924, pièce 26, lettre de Boucau au CSE, 14 décembre 1944.

15Cette version est encore contestée par Boucau qui raille des thèmes qui « avaient la banalité de choses toujours pratiquées sous d’autres régimes – on n’a jamais attaqué à la Radio, avant Pétain, ni après, la famille, le travail et l’idée de Patrie »43, et qui ne reconnaît qu’une seule directive donnée aux conférenciers : « Soyez intéressant, soyez Français, et restez universitaires ». Qu’il ait pris ces idées avec plus ou moins de recul, il faisait de toute façon partie de ses missions d’IG d’être le « relais de la propagande ou de l’action gouvernementale » (Corcy-Debray, 2002, p. 251), à un moment où la Radio-nationale a bien « le ton modéré des années d’avant-guerre, mâtiné de l’idéologie nouvelle de la Révolution nationale » (Jeanneney, 2001, p. 37). Le témoignage de Colette Kahn confirme cependant la place centrale occupée par l’IG dans la mise en place technique, organisationnelle et idéologique du programme pédagogique.

Entre Radio nationale et Radio-Paris : difficultés et émissions sous pression (1942-1944)

16A partir de mars 1942, un nouveau venu à Vichy, Roger Lutigneaux, est chargé de diriger la technique radiophonique, et semble, malgré une méfiance réciproque, s’accorder avec Boucau (chargé désormais seulement du contenu des conférences et du choix des intervenants) dont il s’estime complémentaire, en particulier pour résister à des tentatives de pression politique dans le choix des conférenciers et des thèmes. C’est qu’à partir d’avril 1942, sous l’impulsion de l’avocat et député Paul Creyssel (1895-1975), nouveau directeur à la Propagande auprès de Laval, la Radio nationale se réforme et diversifie ses programmes pour diffuser l’idéologie vichyste, justifier sa politique répressive et collaboratrice (Eck, 1985 et 2004) et s’aligner peu à peu sur les thèmes de « Radio-Paris » (Jeanneney, 2001, p. 39). Boucau indique ainsi que :

  • 44 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

« la censure [lui] a refusé des émissions sur Maurice Barrès, sur la Lorraine, sur l’URSS, sur la Révolution française (…) ; en 1943, les Allemands n’ont pas voulu d’études sur les matières premières dans le monde. La censure française a proscrit : la Savoie, Nice, la Corse, la Tunisie et même je fus invité à ne pas rappeler que César avait conquis la Gaule ; Alsace aussi, proscrite »44.

  • 45 Entré à la Radio nationale en février 1941, y prononçant à partir de février 1942 une chronique biq (...)
  • 46 Quoique le CSE mette fortement en doute son esprit de résistance dans ses attendus, et s’étonne ouv (...)

17Avec l’invasion allemande de la zone Sud, en novembre 1942, la censure allemande accroît son poids sur Radio-nationale, mais Boucau résiste, ce qu’il résume ainsi : « Nous n’avons pas dit tout ce que nous voulions, mais on ne nous a jamais fait dire ce que nous ne voulions pas. Il n’y a jamais eu de propagande dans nos émissions ». L’émission de Boucau et Lutigneaux reste ainsi apparemment en-dehors des vicissitudes de la politique radiophonique du régime, de plus en plus radicale avec la présence croissante de l’ancien professeur, pamphlétaire collaborationniste et milicien parisien Philippe Henriot45. Elle dure jusqu’à la Libération, et encore après, Lutigneaux étant étiqueté comme gaulliste46.

18A partir de la fin de l’année 1943, la « Radio Nationale » crée un nouveau programme de deux heures d’enseignement par jour, sur les postes privés, organisées par Lutigneaux. Intitulé « Radio-Cours » et « Cours et Conférences », c’est Boucau qui est chargé de « contrôler la qualité des émissions », de décider des thèmes et des intervenants. A partir de janvier 1944, des programmes de langues vivantes (anglais, allemand, italien, espagnol) sont diffusés, et leur texte imprimé est envoyé à des abonnés. Un projet d’émissions estivales est proposé, traitant de la Révolution française pour l’histoire, des sociétés anglo-saxonnes en géographie : il est immédiatement refusé, au profit de l’évocation des XVe et XVIe siècle en histoire, des pays asiatiques en géographie. L’émission est, elle aussi, autorisée à continuer à diffuser après la Libération.

  • 47 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.
  • 48 Ibidem.

19Parallèlement à « l’Heure de l’Education Nationale » et à « Radio-Cours », Boucau est enfin chargé, en octobre 1943 et sur ordre de Bonnard, « d’organiser des causeries par Radio, spécialisées pour l’enseignement et liées au Centre d’Enseignement par correspondance de l’Académie de Paris47 ». Il s’agit donc cette fois de « Radio-Paris », mais le projet échoue immédiatement, car Boucau se déclare incapable d’assumer seul ce nouveau programme, sans doute avec une certaine dose de mauvaise volonté. Cinq mois plus tard, en février 1944, le ministère lui fournit un enseignant détaché pour l’aider, ce qui lui ôte son excuse. Selon Boucau : « on devait faire des causeries spécialisées, applicables à telle ou telle classe précise et consacrer quelques quarts d’heure aux langues vivantes »48. L’IG résiste à cette dernière idée, la censure allemande interdisant un quelconque enseignement en anglais. Il n’y eut donc dans ce programme que des conférences sur des sujets jugés peu sensibles (latin, français, histoire, géographie) et manifestement purement spéculatifs, au moment cependant où il était cependant clairement partisan de ne pas tenir compte d’un contexte et d’une actualité militaire de plus en plus défavorable à l’occupant allemand et à Vichy.

Défense et condamnation d’un IG en accusation

Contre Boucau : règlement de compte ou rivalité professionnelle ?

20Avec la Libération, Boucau est mis en accusation par le géographe Clozier, alors professeur agrégé au lycée parisien Saint-Louis, et le Front National universitaire (FNU), ce qui aboutit à sa suspension avec demi-traitement, le 1er octobre, dans l’attente de sa comparution devant le CSE. L’IG mis en cause y voit une manœuvre purement carriériste :

  • 49 AN, F17/16924, pièce 28, lettre de Boucau au CSE, 3 novembre 1944.

« Monsieur Clozier, qui m’a dénoncé, a été candidat au poste d’Inspecteur Général d’Histoire et géographie. Sur les 3 ou 4 postes d’Inspecteur, en cette spécialité, l’un passe plus spécialement pour géographe, et c’est moi. Mr Clozier est bien connu comme géographe et c’est pour représenter cette spécialité qu’il peut se porter candidat. Or, de par nos âges, je le barre nettement ; il a deux ans de moins que moi ; donc, si je dure jusqu’à ma retraite (65 ans), il ne pourra plus être candidat puisque lui, comme professeur, serait mis à la retraite à 60 ou 61 ans. Mon départ anticipé lui donne chance de satisfaire son ambition »49.

  • 50 AN, F17/16924, pièce 4, déposition de Boucau devant le CSE, 31 octobre 1944.

21Cette affirmation, signe d’une défense « pratiquée avec talent » mais classique (Rouquet, 2003, p. 234), n’est peut-être pas totalement dénuée de fondement : à l’issue du processus d’épuration, Boucau et plusieurs de ses collègues sont remplacés, notamment par Clozier, nommé IG en avril 1945, et par un autre résistant-géographe, pour sa part déporté et gaulliste, Louis François (1904-2002) (Borne, Zweyacker,, 2002, p. 271 ; Martin, Palluau, 2014). Cette épuration et rotation des IG après un changement brutal de régime n’est cependant pas un événement totalement exceptionnel (Bergère, 2018, p. 98-102), permettant d’encadrer le système éducatif (comme d’ailleurs tout l’appareil de l’Etat) avec des hommes de confiance (Rouquet, Virgili, 2018, p. 207-234), et Boucau en avait précédemment profité, lui qui avait été nommé dans la foulée de la défaite française de 1940 et de la mise en place du gouvernement de Vichy, ce qu’il commente ainsi : « J’ai baptisé cela la “promotion du désastre” »50. Y a-t-il cependant lien de cause à effet entre les deux événements ? Est-il nommé parce qu’un nouveau régime antirépublicain se met en place ? Lui affirme que non, et inscrit cette décision dans la continuité logique de sa carrière :

  • 51 AN, F17/16924, pièce 28, lettre de Boucau, 3 novembre 1944.

« Ma nomination n’a rien de politique. Je m’excuse d’affirmer que je crois avoir accompli une brillante carrière d’universitaire apprécié de ses chefs : je suis arrivé à la 1ère classe de Paris en 21 ans, à une époque où les stages dans les diverses classes étaient compris entre 3 et 5 ans. En 1935, j’ai été désigné pour prononcer le discours des Prix du Concours Général sur la Géographie, ce qui faisait de moi un « dauphin » pour l’Inspection Générale. Mes collègues m’ont élu à la Présidence de la Société des Professeurs d’histoire ; à chaque élection, j’obtenais de 90 à 92% des votes émis, ce qui prouve que j’avais une certaine autorité sur le corps enseignant et que j’y étais favorablement connu. Je n’ai jamais sollicité pour ma carrière d’intervention politique, même quand j’ai été candidat au poste d’Inspecteur Général (mai 1940). J’ai été nommé en août 1940 sur la proposition de Monsieur Châtelet, qui était directeur de l’Enseignement Secondaire avant l’installation du régime Pétain, et qui m’aurait assurément proposé si le ministère Daladier avait continué à exister »51.

  • 52 A ne pas confondre avec l’historien communiste Jean Bruhat (1905-1983), également en lien avec Bouc (...)
  • 53 AN, F17/16924, pièce 32, séance du CSE du 13 décembre 1944, délibération du CSE sur l’affaire Bouca (...)
  • 54 AN, F17/16924, pièce 1, présentation de l’affaire Boucau.

22Cette dernière affirmation est d’ailleurs validée lors des discussions du CSE en décembre 1944, en particulier par l’IG de sciences physiques Marc Bruhat (1887-1984)52 qui affirme pour sa part : « Sincèrement, je crois qu’il aurait été nommé du temps de [Jean] Zay »53. Reconnu par ses pairs et sa hiérarchie, compatible avec le Front populaire comme avec Vichy, le géographe est donc d’abord un notable disciplinaire, cumulant tous les attributs et le capital professionnel, organisant le sommet de la pyramide scolaire (lycée parisien, Louis-le-Grand, concours général, présidence de la SPHG entre 1935 et 1940) : sa nomination semble à tous plus naturelle que conjoncturelle, même s’il profite en l’espèce du vide créé par la mise à la retraite de Paul Crouzet (1873-1952), sans doute du fait de ses liens avec le dernier gouvernement de Front populaire de la IIIe République (Caplat, 1997, p. 227-233). Cela ne lui est d’ailleurs pas vraiment reproché en 1944, et il est même affirmé que « sa nomination à l’Inspection générale était attendue dès avant la guerre (…) [et] ne revêt, malgré sa date, aucun caractère politique »54. Pourtant, il est indéniable que Boucau rentre dans ce corps prestigieux dans un moment de crise, et qu’il doit faire face rapidement à plusieurs décisions politiques significatives. Il raconte ainsi :

  • 55 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

« Quand Mr Isaac, Inspecteur Général, fut relevé en 1940, j’ai manifesté bien des fois mon indignation. J’ai répété qu’il était honteux de ne pas considérer comme française une famille où quatre générations successives, depuis le 1er empire, s’étaient battues pour la France. Je disais : “Quand on invite les gens à se faire casser la figure avec vous, on les considère comme de la famille” »55.

  • 56 Il est évidemment bien loin de l’attitude courageuse de l’IG de philosophie Gustave Monod (1885-196 (...)

23Solidarité militaire (entre anciens combattants) et corporatiste (entre professeurs d’histoire et inspecteurs généraux) plus que position de principe contre l’antisémitisme d’Etat : Boucau proteste pour la forme contre la mise à la retraite de son collègue Jules Isaac en application du premier statut des juifs, le 19 décembre 1940 (Caplat, 1997, p. 341-349 ; Corcy-Debray, 2002, p. 249 ; Kaspi, 2002, p. 138-143 ; Condette, 2014, p. 525), mais accepte bien la décision politique56.

24Le procès d’épuration de Boucau n’est-il finalement qu’une affaire de postes d’IG ? Explication sans doute valable, mais insuffisante, car il y avait vraiment des reproches à faire à Boucau dans le contexte du régime de Vichy, en particulier son attitude même à l’égard de Clozier, engagé dans la Résistance et racontant par la suite :

  • 57 En majuscule dans le texte. Le zoologiste et biologiste communiste Marcel Prenant (1893-1983) était (...)
  • 58 Henri Wallon (1879-1962) était alors professeur au Collège de France, ancien directeur d’études de (...)

« J’ai été le 18e inscrit au F. N. (…). C’est PRENANT57 et WALLON58 qui m’ont parrainé et de ce fait j’ai travaillé avec le « Supérieur ». J’ai aidé WALLON à créer le groupe F. N. de la Sorbonne et j’ai été chargé (…) d’assurer l’acheminement des étudiants parisiens qui voulaient échapper au S. T. O. et de recruter ceux qui voulaient faire partie du groupe de combat. Tâche ingrate, la plupart des jeunes voulaient se planquer avec toutes les garanties, obligeant à de multiples démarches sans résultat, sans compter les indiscrétions téléphoniques. Pendant la Libération, j’ai pu fournir de l’essence et des ampoules pour bombes incendiaires. (…) [Nous] avons été constamment dénoncés comme résistants au cabinet de BONNARD, dénonciations dont s’est emparé BOUCAU pour me faire exclure du jury d’agrégation. Nous n’avons pas su qui nous dénonçait. Mais notre Proviseur GUYOT qui était prévenu (…) nous a mis en garde contre ces dénonciations répétées. »

25Clozier a donc été mis en cause directement par Boucau, mettant en danger sa sécurité auprès du cabinet du ministre collaborationniste, mais saisissant cette occasion pour l’extirper du jury de l’agrégation d’histoire et géographie, dont l’IG était à l’époque le vice-président. Il s’agit donc bien, en 1943 comme en 1944 (quoique dans des contextes radicalement différents), d’un règlement de compte entre Vichy et la Résistance dans le milieu des enseignants parisiens, avec comme objectif affiché final d’éliminer un indésirable suspect (Boucau) et de promouvoir un résistant méritant (Clozier).

Accusation, enquête, condamnation : la mécanique ordinaire de l’épuration administrative

  • 59 Cette accusation renvoie à son rôle d’organisateur. Pour la participation à des émissions radiophon (...)
  • 60 Ces mémoires de défense sont un genre en soi, avec des stratégies communes de défense que l’on retr (...)
  • 61 AN, F17/16924, pièce 14, lettre de Boucau au CSE, 17 novembre 1944.
  • 62 Ainsi les communistes George et Bruhat passent devant le CSE, soit à leur demande (George) soit à c (...)

26A la suite de la dénonciation de Clozier et du FNU, le CSE examine le « cas Boucau ». Le procès s’ouvre le 27 octobre 1944, la délibération finale et la sentence sont prononcées le 13 décembre. Dans l’acte d’accusation, il lui est notamment reproché d’avoir exprimé publiquement (à la radio et lors des inspections, auprès des professeurs et des élèves) son anglophobie pendant le conflit, d’avoir modifié des textes pédagogiques (ses manuels) dans le sens des occupants allemands, d’avoir été au service de Vichy (en particulier de l’éphémère ministre Chevalier) et très actif dans la propagande radiophonique de l’Etat français59. Pour se défendre, l’accusé est lui-même auditionné et interrogé plusieurs fois, puis rédige un long mémoire de défense de 35 pages. Ce texte, sorte d’autobiographie traditionnelle dans ce contexte, apporte certes des éléments nouveaux sur sa personnalité et son action dans le champ disciplinaire, mais surtout sur le paysage concret de l’Etat français, du ministère de l’Instruction publique et du monde de l’éducation pendant le conflit. Il est évidemment à considérer avec précaution et distance critique d’usage pour ce genre de plaidoyer pro domo, où la défense la plus banale passe par « le déni et la duplicité » (Rouquet, 2003, p. 233)60. Boucau n’écrit ce texte qu’avec réticence, et conclut : « Il est assez écoeurant d’avoir si longuement parlé de soi, mais j’y suis bien obligé puisqu’une délation m’a fait figurer sur la liste officielle des gens jugés malpropres. » C’est qu’« il s’agit de défendre mon honneur devant le grand public (pas devant ma conscience) et mon existence dont celle des miens est inséparable »61. Pour confirmer ou infirmer sa présentation des événements, d’autres témoins, parfois surprenants62, sont convoqués, soit à la demande de Boucau pour sa défense, soit par l’accusation.

27L’anglophobie de Boucau pèse très lourd dans sa condamnation finale, comme l’indique avec fermeté le jugement final du CSE :

  • 63 AN, F17/16924, pièce 33, jugement du CSE du 13 décembre 1944. Il s’agit de l’ordonnance du 27 juin (...)

« Considérant (…) que M. Boucau a reconnu lui-même avoir eu des sentiments peu sympathiques à l’égard de l’Angleterre et de sa politique, que cette anglophobie était de notoriété publique ; que M. Boucau a évidemment le droit d’avoir sur l’Angleterre telle opinion qui lui plaisait, mais qu’il était de son devoir de Français pendant les années 1940 à 1944 de ne pas manifester publiquement ses opinions à l’encontre d’une nation qui menait la lutte contre l’Angleterre ;
Considérant que M. Boucau a accepté de rédiger deux conférences sur la Syrie en 1941, au moment où y pénétraient les Forces Françaises Libres et nos alliés britanniques ; que la première conférence débutait ainsi : « Aux bords orientaux de la Méditerranée, nos soldats se défendent contre l’agression anglaise » ; que M. Carcopino, le Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale, pouvait ainsi utiliser ces conférences pour mener campagne dans l’Université en expliquant « dans quelles conditions la Syrie française venait d’être attaquée » et cela « au moment où certaines informations venues du dehors (entendons de Londres) risquaient de troubler notre jeunesse… » ;
Considérant que M. Boucau ne pouvait ignorer qu’en écrivant ces conférences pour la radio, au moment où il les rédigeait, elles serviraient à la propagande contre l’Angleterre et les Forces Françaises Libres ; qu’il a dont contribué sciemment à contrarier l’effort de guerre de la France et de ses alliés et favorisé les entreprises de l’ennemi ;
Considérant, par suite, que ce premier chef, retenu à l’unanimité, fait tomber M. Boucau sous le coup de (…) l’ordonnance du 27 juin 1944 »63.

  • 64 Haury est pour sa part rayé du corps des IG et réintégré dans le corps des agrégés en 1945, nommé a (...)
  • 65 AN, F17/16924, pièce 32, délibération du CSE sur l’affaire Boucau, 13 décembre 1944.

28Cette conférence sur la Syrie est donc déterminante, les autres chefs d’accusation étant plus incertains ou rapidement abandonnés. Ce poids du « délit d’opinion et d’expression » est d’ailleurs courant dans l’épuration administrative (Novick, 1985, p. 151-154 ; Rouquet, 2018, p. 145-162), se combinant ici à un « délit d’action » (les conférences). La révocation pure et simple est écartée, explicitement pour cause de charge de famille nombreuse64. Le jugement précise cependant que la décision ne fut pas évidente : « la mise à la retraite d’office, par 4 voix (dont celle du Président) contre 4, qui se sont prononcées pour la rétrogradation au rang de professeur65 ». Le vote du président du CSE, le juriste Léon Julliot de la Morandière (1885-1968), fut donc décisif pour mettre fin définitivement à la carrière de Boucau comme IG et comme enseignant, carrière marquée tant par des effets brutaux de circonstances et d’idéologies que par des mécanismes internes à l’institution scolaire et plus habituels, faits de promotions, de rivalités et de rapports de force.

Conclusion

29De sa nomination à sa mise à la retraite forcée, Henri Boucau a donc connu quatre années agitées en tant qu’inspecteur général, mais c’est une grande partie du groupe d’histoire-géographie d’avant et après la Seconde Guerre mondiale qui a été associée, pour le meilleur et pour le pire, dans ses différentes activités et dans le déroulement de sa carrière. Dans plusieurs de ses fonctions « normales », il a manifestement agi de manière relativement exceptionnelle, vu les circonstances, s’opposant parfois à sa hiérarchie et au cabinet du ministre, voire à ce dernier lorsqu’il s’agissait de Bonnard, tirant profit de son indépendance statutaire et de sa très bonne connaissance du milieu de ses collègues enseignants parisiens pour préserver, protéger voire promouvoir certains malgré l’hostilité du pouvoir à leur encontre. En ce qui concerne ses activités intellectuelles et éditoriales, dans ses manuels et à la radio, il n’a cependant pas échappé à des contraintes idéologiques et politiques, imposées par les différentes censures et par le gouvernement de Vichy, parfois conformes à ses propres convictions anglophobes. Sur la pente de l’accommodement raisonnable plus que sur celle de la Résistance, il s’est attiré des inimitiés et des reproches qui lui ont coûté cher avec la Libération et l’épuration. Pendant les années qu’il lui restait à vivre, de 1945 à 1956, il se trouva désormais dans une situation d’exclusion disciplinaire et institutionnelle, même s’il continua à être membre de l’Association de géographes français et si ses manuels de géographie scolaire (pour les classes du primaire et du secondaire) furent encore réédités jusqu’en 1948.

30Exemple typique de la situation des fonctionnaires de la Troisième République sous la pression conjointe et alternative des autorités d’Occupation, de l’Etat français et de la Résistance, Boucau est donc, à son échelle, un révélateur des ondes de choc et des failles que le milieu des enseignants d’histoire et géographie et la discipline géographique a subi pendant le conflit. De la drôle de guerre à la fin du conflit, d’une épuration à l’autre, l’élite de la pyramide scolaire et académique (inspecteurs généraux, professeurs de classes préparatoires et de lycées parisiens prestigieux, universitaires) n’a pas vraiment été préservée par sa position dominante, mais a au contraire été particulièrement malmenée, du fait de sa proximité institutionnelle avec le sommet de l’Etat et du ministère, instable et particulièrement sensible aux variations du contexte politique et militaire de l’époque. Ce milieu a également continué à être travaillé par des tensions et des fractures, parfois de fortes rivalités personnelles et professionnelles, phénomène banal dans le cadre de stratégies concurrentes de carrière mais qui prend, dans le contexte de la guerre, une tournure plus virulente. A ce niveau, la place de Boucau dans l’organisation d’émissions radiophoniques à dimension pédagogique sur Radio-Vichy et Radio-Paris est très originale pour un géographe et pour un IG au début des années 1940. Entre innovation technique et contrôle politique, propagande et liberté pédagogique, elle n’échappe pas cependant à une ambivalence certaine dans le cadre de la « guerre des ondes », ici alimentée par une revendication intenable de neutralité et d’académisme et par l’intervention récurrente (quoique finalement limitée dans le cas présent) des autorités françaises et allemandes.

Haut de page

Bibliographie

Baruch M.-O., 1997, Servir l’Etat français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard.

Baruch M.-O., Duclert V. (dir.), 2000, Serviteurs de l'État : une histoire politique de l'administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte, coll. Espace de l'histoire.

Bergère M., 2018, L’épuration en France, Paris, PUF, Coll. Que sais-je ?.

Borne D., Zweyacker A., 2002, "Louis François (1904-2002)", in : Rioux J.-P. (dir.), Deux cents ans d’Inspection générale (1802-2002), Paris, Fayard, 267-285.

Boucau H., 1936, "La radiophonie scolaire », L’Information géographique, Vol.1, No.4, 194-195.

Boucau H., 1939-1940, "Communications du bureau : Attention ! », Bulletin de la Société des professeurs d’histoire et de géographie de l’enseignement public, Vol.30, No.101-102, 13-14.

Brana P., Dusseau J., 2017, Philippe Henriot. La voix de la collaboration, Paris, Perrin.

Caplat G., 1997, L’Inspection générale de l’instruction publique au XXème siècle. Dictionnaire biographique des inspecteurs généraux et des inspecteurs de l’Académie de Paris, 1914-1939, Paris, Institut national de recherche pédagogique.

Citron S., 1977, "Positivisme, corporatisme et pouvoir dans la Société des professeurs d’histoire", Revue française de science politique, Vol.27, No.4, 691-716.

Collectif, 1997, Le lycée Louis le Grand, Thionville, Gérard Klopp.

Comité de rédaction, 1959, "Nécrologie : Maurice Grandazzi", Annales de géographie, t. 68, No.365, 87-88.

Condette J.-F., 2014, ""Les recteurs du Maréchal". Administrer l’Education nationale dans les années noires de la Seconde Guerre mondiale (1940-1944)", in : Condette J.-F. (dir.), Les Ecoles dans la guerre. Acteurs et institutions éducatives dans les tourmentes guerrières XVIIe siècle – XXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 471-525

Corcy-Debray S., 2002, "Sous l’Occupation", in : Rioux J.-P. (dir.), Deux cents ans d’Inspection générale (1802-2002), Paris, Fayard, 245-265

Devigne M., 2018, L’Ecole des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre, entre Vichy et République (1938-1948), Paris, PUF.

Dumoulin O., 1994, "A l’aune de Vichy ? La naissance de l’agrégation de géographie", in Gueslin A. (éd.), Les Facs sous Vichy. Etudiants, universitaires et universités de France pendant la Seconde Guerre mondiale, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, 23-38.

Eck H. (éd.), 1985, La guerre des ondes. Histoire des radios de langue française pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Armand Colin.

Eck H., 2004, "La radiodiffusion nationale et la “culture française”", in : Betz A., Martens S. (dir.), Les intellectuels et l’Occupation. Collaborer, partir, résister, 1940-1944, Paris, Autrement, 218-239.

Eck H., 2006, "La Radiodiffusion dans l’entre-deux-guerres : l’invention d’une culture médiatique singulière", in : Mollier J.-Y., Sirinelli J.-F., Vallotton F. (dir.), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940), Paris, PUF, 231-243.

Garrigou M. (éd.), 1997, Khâgne… et après ? Lycée Louis le Grand (1934-1939), Toulouse, Arts et formes.

Ginsburger N., 2015, "Géographie humaine, historiens des Annales et guerres mondiales. L’itinéraire heurté de Théodore Lefebvre (1889-1943)", in : Clerc P., Robic M.-C. (dir.), Des géographes hors-les-murs ? Itinéraires dans un Monde en mouvement (1900-1940), Paris, L’Harmattan, 137-182.

Ginsburger N., 2017, "Historiens et géographes au scalpel de Vichy". Commentaire de "Discussions d’experts sur la licence et l’agrégation de géographie (janvier-février 1943)", Revue d’histoire des sciences humaines, automne, No.31, 141-185.

Ginsburger N., à paraître, "Le géographe officiel de Vichy ? Les ambiguïtés de l’inspecteur général Henri Boucau", in : Ginsburger N., Robic M.-C., Tissier J.-L. (dir.), Géographes français en Seconde Guerre mondiale.

Hochard C., 2002, "Les lycées de Paris et de la région parisienne de 1938 à 1947", thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université Paris 7 – Denis Diderot.

Jeanneney J.-N. (éd.), 2001, L’écho du siècle. Dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Paris, Hachette

Labaste A., 1981, "Hommage à Albert Troux", Historiens & Géographes, No.285, juin-juillet.

Lecoq T., 2010, "Gustave Monod : l'inspecteur général qui a dit non", L'Histoire, No.357, 36-37.

Legros H., 1997, Les Heures difficiles de Louis le Grand (1939-1945). Témoignages, Boulogne, auto-édition Legros.

Martin J.-P., Palluau N. (éd.), 2014, Louis François et les frontières scolaires. Itinéraire pédagogique d’un inspecteur général (1904-2002), Rennes, PUR.

Novick P., 1985, L’épuration française, 1944-1949, Paris, Seuil, coll. Point Histoire.

Ory P., 1994, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon.

Pervillé P., 2009, "Julien, Charles-André (1891-1991)", in : Verdès-Leroux J. (dir.), L'Algérie et la France, Paris, Robert Laffont, 494-496.

Prenant M., 1980, Toute une vie à gauche, Paris, Encre.

Rials S., 1983, "L’administration de l’Enseignement de 1936 à 1944", in : Bousquet P. et alii (dir.), Histoire de l’administration de l’enseignement en France, 1789-1981, Genève, Librairie Droz, 57-106.

Rosental P.-A., 2003, L’intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en France (1930-1960), Paris, Odile Jacob.

Rouquet F., 2003, "L’épuration des universitaires : défense et justification", in : Baruch M.-O. (dir.), Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 229-242.

Rouquet F., 2010, "Mon cher Collègue et Ami". L’épuration des universitaires (1940-1953), Rennes, PUR.

Rouquet F., 2018 [1993], Une épuration ordinaire. Petits et grands collaborateurs de l’administration française (1944-1949), Paris, CNRS Edition, coll. "Biblis".

Rouquet F., Virgili F., 2018, Les Françaises, les Français et l’Epuration, Paris, Gallimard, coll. "Folio".

Singaravélou P., 2009, ""L’enseignement supérieur colonial". Un état des lieux", Histoire de l’éducation [En ligne], 122 (http://histoire-education.revues.org/1942).

Singer C., 1997, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), Paris, Les Belles Lettres.

Sirinelli J.-F., 1995, Deux intellectuels dans le siècle, Sartre et Aron, Paris, Fayard.

Wojnar I., 2003, "Profils d’éducateurs : Maurice Debesse (1903-1998)", Perspectives : revue trimestrielle d’éducation comparée, Vol.XXXIII, No.3, septembre, 1-17.

Haut de page

Notes

1 En septembre 1927, des cours de préparation à l’admission dans l’Ecole coloniale (les « coloniales ») sont mis en place dans les lycées parisiens Louis-le-Grand, Chaptal et Henri IV, puis, les années suivantes, dans plusieurs établissements de province (Singaravélou, 2009).

2 Fondée en 1910, elle ne prend qu'en 1975 le nom actuel d’« Association des professeurs d’histoire et de géographie » (APHG) (Citron, 1977). Interdite sous Vichy, cette organisation ne conserve cependant aucune mémoire de Boucau, dont il ne fut absolument pas question lors de son centenaire en 2010 : cet oubli commença dès l’immédiat après-guerre, son successeur Edouard Bruley (1891-1978), professeur d’histoire au lycée Condorcet depuis 1933 et président de l’association de 1945 à 1957, ne l’évoquant jamais dans les discours que nous avons pu consulter (cf. en particulier https://www.aphg.fr/Documents-d-archives-inedits-de-la-SPHG-1935-1945-devenue-APHG).

3 Rappelons ici quelques jalons de ce conflit pour la France : elle déclare la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939, mais la période de la « drôle de guerre » se clôt avec sa défaite lors de la bataille de France (mai-juin 1940) et l’occupation allemande de la zone Nord (Paris, le littoral Atlantique, le Nord et l’Est du pays). Le 22 juin 1940 est signé l’armistice ; la Troisième République est remplacée par le régime de Vichy en juillet. Si le maréchal Philippe Pétain reste le chef de l’Etat français de façon stable, Pierre Laval et François Darlan se succèdent comme chefs de gouvernement. Le retour de Laval, entre avril 1942 et août 1944, signe la radicalisation de la collaboration d’Etat avec l’occupant, tandis que la zone Sud (dite « libre ») est envahie le 11 novembre 1942. Le débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944, puis la Libération de Paris fin août marquent le retour à un ordre républicain, ouvrant une période d’épuration plus ou moins légale et la fin progressive de l’Occupation. Le 8 mai 1945, la capitulation allemande arrête la guerre en Europe.

4 Dans le système éducatif français, les inspecteurs généraux sont chargés de l’encadrement du personnel (participation aux jurys de recrutement, visites d’inspection, nominations à certains postes) et des pratiques (rédaction des programmes nationaux par discipline, rédaction de documents et ressources, par exemple de manuels scolaires) pédagogiques. Ils occupent le plus haut niveau de la hiérarchie administrative de l’Education nationale et dépendent directement du ministre.

5 Cette mesure représente quantitativement le deuxième type de sanction professionnelle sévère, après la mise en disponibilité (Singer, 1997, p. 197-198).

6 Archives nationales (désormais AN), F17/16924, pièce 32, séance du CSE du 13 décembre 1944, délibération du CSE sur l’affaire Boucau.

7 AN, F17/16924, série « Ministre – inspecteurs – recteurs : dossier d’épuration ».

8 Du point de vue de l’épuration, les cas des IG Emile Abry (1880-1957) et René Pradère (1887-1973) ont déjà été étudiés (Corcy-Debray, 2002, p. 252-253). Des travaux existent également sur l’épuration de l’administration centrale et des inspecteurs d’académie (Devigne, 2018, p. 184-188), ainsi que sur celle des milieux universitaires (Singer, 1997 ; Rouquet, 2003 et 2010).

9 Le nom de Boucau est en l’occurrence déjà un peu connu comme auteur de manuels de géographie scolaire dans les années 1930, dans le sillage de Jean Brunhes (1869-1930), professeur de géographie humaine au Collège de France, même si son itinéraire est en fait plus riche qu’il n’y paraît, de Pau à Bordeaux, puis entre Paris et Vichy (Ginsburger, 2015, p. 152 et à paraître). Il est donc bien spécialisé en géographie, même si, comme tous ses collègues, il enseigne l’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire, la différenciation entre les deux disciplines s’opérant dans le supérieur, à partir du diplôme d’études supérieures (DES) depuis la fin du XIXe siècle. Cette bivalence n’est cependant pas équilibrée, l’histoire occupant une position de domination sur la géographie, moins en termes d’heures enseignées ou de programmes que de nombre de représentants dans les effectifs enseignants. L’un des enjeux de la période de la Seconde Guerre mondiale est justement la question du rééquilibrage et de la séparation des deux disciplines en licence et au concours de l’agrégation (Ginsburger, 2017).

10 Selon C. Singer, 12,5% des universitaires provinciaux et 5% des parisiens ont été inquiétés dans le cadre de l’épuration. Le taux pour les IG est cependant plus important, compte tenu d’effectifs beaucoup plus réduits et de rapports hiérarchiques directs avec la sphère politique. Ainsi, en 1942-44, l’inspection générale compte 81 membres (1 pour l’enseignement supérieur, 40 pour le secondaire, 31 pour le primaire et 9 pour le technique (Corcy-Debray, 2002, p. 246), contre 140 enseignants universitaires titulaires, 1500 au total en incluant les chargés de cours (Rouquet, 2003, p. 230). Or des dossiers d’épuration sont ouverts pour 17 IG (soit 21%), dont 5 sont finalement sanctionnés (2 révoqués) (Rouquet, 2018, p. 141).

11 Nous n’avons pas encore trouvé de portrait de Boucau, signe parmi d’autres de son effacement disciplinaire (classique pour un géographe non-universitaire), voire de l’exclusion de sa mémoire et de son image (damnatio memoriae) après l’épuration : les archives de l’inspection générale de l’Éducation nationale ne contiennent pas de fiche personnelle ni de photographie individuelle, tandis que, dans le fonds iconographique du lycée Louis-le-Grand déposé aux Archives de Paris, on trouve certes plusieurs photographies de classes, dont celles de « coloniale » pour la fin des années 1930, mais sans qu’aucun nom ne soit indiqué. Ceci limite évidemment les conclusions qu’on peut tirer de la présence, dans le groupe de jeunes étudiants, d’un homme plus âgé, probablement un professeur, mais pas forcément celui de géographie.

12 Elève d’Albert Demangeon (1872-1940) à la Sorbonne, il a été secrétaire général des Annales de géographie (chargé des rubriques bibliographiques et statistiques et de la chronique) pendant près de 20 ans, entre 1937 et 1956 (Comité de rédaction, 1959).

13 En 1940, il soutient à la faculté des lettres de Paris une thèse de doctorat novatrice sur « La Gare du Nord », pour laquelle il en encore connu aujourd’hui. Des années 1940 aux années 1980, il publie de nombreux ouvrages, en général à dimension scolaire, didactique ou grand public, notamment dans la collection « Que sais-je ? », en tant qu’inspecteur général, directeur des Cahiers de l'information géographique et professeur à l'École nationale supérieure de Fontenay et de Saint-Cloud.

14 Il devient après 1945 une des personnalités dominantes de la géographie française, connue notamment pour ses opinions communistes (au moins jusqu’en 1956) et pour son activité et son influence d’enseignant universitaire à la Sorbonne à partir de 1948.

15 Rappelons à ce niveau que les trois principaux « secrétaires d’Etat à l’Éducation nationale (ou à l’Instruction publique) et à la jeunesse » de Vichy furent le philosophe ultra-catholique Jacques Chevalier (1882-1962) (décembre 1940-juin 1941), l’historien parisien Jérôme Carcopino (1881-1970) (février 1941-avril 1942) et l’homme de lettres collaborationniste Abel Bonnard (1883-1968) (avril 1942-août 1944), qui eurent des attitudes assez différentes à l’égard du monde éducatif, en particulier des géographes (Ginsburger, 2017).

16 AN, F17/16924, pièce 12, séance du CSE du 6 novembre 1944, déposition de Pierre George. Pierre George était en effet bien identifié comme communiste. Professeur au lycée Charlemagne en 1941, il est menacé de destitution par le ministre Chevalier, mais, sur intervention de Boucau, il subit un déplacement d’office et est nommé au lycée Lakanal de Sceaux.

17 AN, F17/16924, pièce 27, séance du CSE du 13 décembre 1944, rapport de M. Lablenie, vice-président du CSE.

18 L’histoire de cet établissement parisien ancien et prestigieux dans la guerre est relativement documentée du point de vue des élèves et étudiants, en particulier scientifiques (Legros, 1997 ; Collectif, 1997, p. 98-103 ; Garrigou, 1997). Ces ouvrages n’apportent cependant rien sur sa Coloniale et on n’a pas connaissance d’études particulières sur le milieu des enseignants littéraires de ce lycée, ni plus généralement des lycées parisiens pendant la période d’occupation allemande, si ce n’est dans une thèse non publiée de presque 800 pages, concernant « aussi bien les capacités d’adaptation d'une institution scolaire face à une situation de crise que l'impact de cette situation vu de l'intérieur même des établissements » et montrant la « continuité remarquable » de l’institution lycéenne comme les perturbations des existences individuelles sous le coup des événements (Hochard, 2002). Plus précisément, les cas de Jean Guéhenno (1890-1978, professeur de lettres en khâgne depuis octobre 1941), des historiens Marcel Reinhard (1899-1973, en khâgne depuis 1938) et Maurice Crouzet (1897-1973, à Condorcet en classe préparatoires depuis 1937, aux côtés de Sartre, qui y est nommé en 1941, puis rétrogradé en première à Louis-le-Grand) sont en revanche connus, en particulier pour la rentrée 1943 (Sirinelli, 1995, p. 182-183).

19 Cet ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud (1907-1909) fut d’abord, suite à l’agrégation (1919), professeur au lycée de Rouen, mais très vite « Boursier autour du Monde de l’université de Paris » (1920-1924) et professeur à l'Institut français de Buenos-Aires (1922-1924), puis à Chartres et Versailles (1924-1926), enfin à Louis-le-Grand (1930-1942). Auteur d’études historiques sur le monde colonial (Algérie, Afrique, Commonwealth), il participe également à la rédaction de manuels d’histoire. Selon un rapport de police le concernant, en janvier 1943 : « En septembre 1939, il s’est engagé volontairement au service du Commissariat à l’information où il a dirigé la section « Amérique latine ». (…) Fondateur du lycée français de Montevideo (1925), il s’est toujours livré à une active propagande française à l’étranger depuis 1920 : de 1920 à 1925, en Amérique du Sud ; depuis 1925, en qualité de secrétaire, puis administrateur du Groupement des Universités et Grandes Ecoles de France pour les relations avec l’Amérique latine » (AN, F17/25291, dossier de carrière).

20 En fait, il fait l’objet d’une demande (acceptée par le ministère) de dérogation par rapport à la législation contre les sociétés secrètes, déclarant avoir démissionné en 1925 de la loge « La Vérité » de Rouen à laquelle il avait adhéré en 1913. Il est nommé au lycée Pasteur (Neuilly, 1942-1944) puis, de nouveau, à Louis-le-Grand (1944-1947) (AN, F17/25291, dossier de carrière, état de services et dossier de traitement de sa demande de dérogation) ; enfin il devient après 1945 directeur du Groupement des Universités et Grandes Écoles de France pour les Relations avec l'Amérique latine et professeur à l'Institut des Hautes Études de l'Amérique latine.

21 Né à Paris, passé par l’Ecole normale d’instituteurs d’Auteuil, agrégé d’histoire et géographie (1932) (Comité de rédaction, 1959), professeur au lycée de Nantes (1932-1936), puis Michelet (1936-1941), il est nommé à Louis-le-Grand le 23 août 1941, sur une chaire de coloniale.

22 F17/16924, pièce 12, séance du CSE du 6 novembre 1944, déposition de George. La mention de cette opinion, très rare dans le milieu des géographes, est en soi surprenante, sans doute liée au milieu de l’Action française.

23 Nommé IG comme successeur de Jules Isaac (1877-1963), mis à la retraite d’office en application du premier statut des juifs (Corcy-Debray, 2002, p. 249), Eugène Charmoillaux (1883- ?) devient directeur de l'enseignement primaire sous le ministre Chevalier puis est révoqué par Carcopino (Rials, 1983, p. 76). En 1942, il est président du jury du professorat des collèges pour l’histoire-géographie.

24 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 10 novembre 1944, déposition de Grandazzi.

25 Lors d’une tournée d’inspection des professeurs d’histoire et géographie, les 13 et 14 février 1942, Charmoillaux précise, après ses commentaires sur 6 inspections : « MM. Gadrat, Reinhard, Grandazzi ne sont pas inspectés : les 2 premiers par discrétion, le 3e parce que réservé à Mr Boucau en tant que géographe. » (Archives de Paris, fonds « Louis-le-Grand », 3507W 26, 422, « cahier de rapports d’inspection académiques (1941-1949) », p. 83). S’il ne semble pas avoir été inspecté par Boucau pendant la guerre, Clozier le visite le 4 février 1946, déclarant : « Cours du professeur sur l’Europe centrale, géographie physique. Fort bon exposé. Mr. G. possède à fond son sujet, il parle d’abondance presque tout le temps, sa leçon, bien charpentée, précise, nourrie, riche de rapprochements et de rappels, bien aérée, est une excellente préface à l’étude détaillée de l’Allemagne » (Archives de Paris, 3507W 26, 422, « cahier de rapports d’inspection académiques (1941-1949) », non paginé). Le 13 janvier 1948, l’IG Troux l’inspecte de nouveau : « Leçon sur la forêt vierge. Exposé très complet, riche, bien à jour, vivant, plein d’intérêt. Mr. Grandazzi parle d’abondance, sans aucune note, décrit le climat, les couches de végétation, la faune, la vie des Pygmées, des Noirs. Le seul défaut est la richesse même de son exposé, qui gagnerait à être ramassé. Bon géographe, professeur sérieux, travailleur, donne un enseignement vivant et profitable. » (Ibid.). Tous ces éléments confirment sinon la valeur de l’enseignant, du moins l’excellente image qu’a de lui sa hiérarchie. Ceci contraste cependant avec le portrait posthume laissé dans sa nécrologie des Annales de géographie : « Grandazzi était un homme modeste, discret, un peu timide, mais loyal et d’une ardeur au travail peu commune » (Comité de rédaction, 1959, p. 87). Notons enfin qu’il était spécialiste de la région nantaise sur laquelle il commença une thèse sans l’achever, mais aussi de la région parisienne et des îles Ioniennes.

26 En mai 1947, il demande à récupérer les classes de Coloniale (devenues les classes préparatoires de l’Ecole nationale de la France d’Outre-Mer), après l’élection à l’Assemblée nationale de celui qu’il avait remplacé en 1941, et qui l’avait remplacé en 1943, Jean-Jacques Juglas (1904-1982), résistant catholique, fondateur du MRP et spécialiste d’histoire coloniale (AN, F17/27522, correspondance, lettre de Grandazzi au ministre du 17 mai 1947).

27 Boucau raconte ainsi : « En 1942, d’accord avec Mr De Martonne, professeur de géographie à la Sorbonne, j’avais choisi Mme Reymond, MM. Grandazzi, Perpillou, George et Dresch. Ces deux derniers n’étaient point particulièrement bien vus, mais Mr Carcopino accepte mon jury. En 1943, avec le ministère Bonnard, je renouvelai le même jury ; le ministre m’imposa Mme Lacroix-Lagrandeur, refuse MM. George et Dresch, discute M. Grandazzi que je maintiens. MM. George et Dresch furent remplacés par MM. Labaste et Martin. En 1944, je maintiens ce jury, bien que, dans l’intervalle, le ministre eut manifesté encore son absence de sympathie pour Mr Grandazzi » (AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date). D’autres géographes se trouvent donc dans ce jury au même moment, eux aussi pas vraiment en odeur de sainteté auprès du cabinet Bonnard, à savoir George et Jean Dresch (1905-1994), à l’époque professeur au lycée Voltaire, tous deux notoirement communistes. Le géographe André Labaste (1909-1994) est alors professeur agrégé (1932) au lycée Buffon depuis 1936. Agrégé en 1931, Michel (Marie Joseph) Martin (1905 - ?) est pour sa part professeur au lycée Condorcet et contributeur aux Annales de géographie.

28 La plupart des géographes évoqués ici, auteurs de manuels et professeurs de lycées parisiens, font partie du milieu de la revue L’information géographique, fondée en 1936, dans le contexte du Front populaire : son directeur est alors André Cholley (1886-1968), professeur à la Sorbonne depuis 1935, qui chapeaute la publication, tandis que dans le comité de direction figurent Clozier, Boucau et George, également secrétaire général, ainsi que Maurice Debesse (1903-1998), pédagogue et psychologue alors professeur d’histoire-géographie à l’école normale de Dijon (Wojnar, 2003), et Armand Perrin ( ?-1962), professeur au lycée Voltaire et secrétaire général adjoint de la revue. S’y ajoutent 14 membres du comité de rédaction dont plusieurs figurent également dans les échanges complexes autour du « cas » Boucau, comme Antoine Albitreccia (1892-1945), Louis François (1904-2002) et surtout Albert Troux (1895-1980), professeur en poste à Besançon, au lycée Poincaré de Nancy (1924-1936), puis au lycée Voltaire à Paris (1937-1939), enfin inspecteur général (1940-1965), d’ailleurs également directeur (1938-1965) de l’Information historique, fondée en 1938 sous la direction de l’inspecteur général Jules Isaac (1877-1963) (Labaste, 1981). Un réseau de notables disciplinaires se dessine donc ici très clairement, essentiellement lié à la géographie scolaire de lycée mais avec des ramifications et des circulations dans le corps de l’inspection générale. Cependant ce réseau semble relativement faible, n’empêche pas les tensions personnelles et les rivalités professionnelles, et n’est pas invoqué en lui-même par les différents acteurs en présence pour justifier une quelconque solidarité en ces temps difficiles.

29 La « Radiodiffusion française nationale », également appelée « Radiodiffusion nationale », est créée le 29 juillet 1939 par le gouvernement Daladier. Elle s'installe à Vichy durant l’été 1940.

30 AN, F17/16924, pièce 1, plainte émanant du FNU.

31 Philologue et professeur d'histoire de la langue française à la faculté des lettres de l’université de Strasbourg, recteur de l’académie de Strasbourg, secrétaire général de l’instruction publique de 1941 à 1944, Adolphe Terracher (1881-1955) « défend la survie [des facultés alsaciennes repliées vers Clermont] tout au long de la guerre », et est à ce titre une des « bêtes noires des Allemands » pendant la guerre, jusqu’à sa révocation à la demande expresse d’Otto Abetz (Condette, 2014, p. 492-4). Il fut également très actif dans le suivi de l’épuration antimaçonnique du corps enseignant.

32 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

33 Début 1941, il a une audience avec A. Fugier, membre du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, et rentre dans le détail de son itinéraire politique, comme le rapporte le conseiller ministériel : « Il a été en Algérie, en 1919, élu au Conseil général comme socialiste, puis il a adhéré au Parti communiste dont il a été de 1919 à 1921 délégué à la Propagande. Il a été candidat à la députation communiste à Oran. En 1921, il passe trois mois en Russie. Au retour, très mal impressionné par ce qu’il y a vu, il démissionne du Parti communiste. Il rentre alors dans l’université et est envoyé à Montpellier en 1921. (…) Depuis lors, M. J[ulien] n’a appartenu à aucun parti politique. Il a tout au plus pris deux ou trois fois la parole en réunion publique, sans prendre de position politique. Il a rédigé quelques articles de journaux, en particulier un article de 1935 dans « Vendredi » contre la politique de M. Peyrouton en Tunisie. Bien plus, M. J. a été, dès lors, un constant adversaire des communistes. En particulier, c’est par ses indications et par ses conseils qu’a pu être brisé le mouvement communiste en Afrique du Nord, qu’a été dissoute « L’Etoile Nord-Africaine », qu’ont pu être contrebattus les Oulémas algériens noyautés par les communistes. (…) M. Julien n’a jamais fait preuve du moindre sectarisme politique. En 1936, étant secrétaire du Haut Comité Méditerranéen sous le Ministère de MM. Blum et Zay, il est intervenu vigoureusement en faveur de M. Joseph Mathieu, professeur au collège de Sétif, déplacé pour antisémitisme. (…) En conclusion, M. J. affirme sur l’honneur que, depuis 1921, il n’a eu avec le Parti communiste d’autre relation qu’une opposition décidée et constante à toutes les menées de ce parti. » (AN, F17/27854, compte-rendu de l’audience de C.-A. Julien, 24 février 1941)

34 La carrière exacte de Julien se déroule, après l’agrégation en 1919, dans les lycées de Montpellier (1921-1923), Beauvais (1923-1926), Janson de Sailly (1926-1932), Montaigne (1932-1940), Pasteur (6 mois en 1941), Condorcet (1941-1942), enfin Montaigne de nouveau de novembre 1942 à septembre 1945. Le passage par le « petit lycée Condorcet » était demandé avec insistance par Julien, pour des raisons de santé (conséquences de blessure de guerre au poumon en 1915, alors qu’il était au front comme zouave) et de proximité avec son domicile. En fait, Julien a déjà enseigné en Coloniale, comme il le raconte dans sa lettre au ministre du 6 juillet 1945 : « J’aurais pu espérer une promotion au choix en fin 1940. J’avais, en effet, accepté d’assurer la préparation en histoire dans les deux classes de « Coloniale » repliées à Bordeaux. Mon enseignement m’avait valu les éloges de M. Petit-Dutaillis et les résultats au concours, où Bordeaux eut les cinq meilleures notes d’histoire, avaient été encourageants. Au contraire, je fus relevé de mes fonctions, le 6 décembre 1940, à la demande impérieuse de M. Peyrouton, ministre de l’Intérieur, qui communiqua personnellement la nouvelle à la presse et à la radio. Mon dossier, qui me fut communiqué officieusement à Vichy, contenait uniquement une feuille de bloc sur laquelle un membre du cabinet avait écrit au crayon bleu que M. Peyrouton avait téléphoné pour réclamer la mise à pied de M. Julien qui s’était enfui de Paris à l’arrivée des Allemands. Or, je me trouvais régulièrement détaché à Bordeaux lors de l’entrée des Allemands à Paris. (…) Dès que M. Peyrouton eut abandonné le ministère de l’Intérieur et quitté la France, je fus réintégré, le 4 mars 1941, par M. Carcopino » (AN, F17/27854, lettre de C.-A. Julien au ministre, 6 juillet 1945). L’intervention de Marcel Peyrouton (1887-1983), haut fonctionnaire colonial, résident général au Maroc et en Tunisie, ministre de l’Intérieur du 6 septembre 1940 au 16 février 1941, puis ambassadeur en Argentine, est donc ici déterminante, contre l’avis très favorable du médiéviste (et IG de 1920 à 1936) Charles Petit-Dutaillis (1868-1947).

35 Normalien (1905) et agrégé (1908), professeur aux lycées Condorcet et Fénelon, membre du Conseil supérieur de la natalité, il est nommé IG et adjoint du recteur de Paris pour l’enseignement secondaire le 30 septembre 1942 (Caplat, 1997, p. 535).

36 Agrégé de grammaire en 1922, Camille Gibelin (1892-1955) est proviseur de lycée à partir de la fin des années 1920, à Tulle (1929), puis à Beauvais, Brest et Bordeaux dans les années 1930. Nommé proviseur agrégé du lycée Michelet en novembre 1940, il est affecté à Louis-le-Grand le 31 décembre 1940, où il remplace Chattelun (en poste entre 1938 et 1941). Le 5 novembre 1942, il est muté comme directeur du collègue Chaptal, mais retrouve Louis-le-Grand le 29 septembre 1944, jusqu’à 1955 (AN, F17/27496, états de service). Au-delà de ces précisions de carrière, son dossier administratif ne donne pas d’indication sur cet épisode. Entre 1942 et 1944, c’est un certain Boyer (ou « Boyé ») qui le remplace par intérim. Notons que Gibelin n’est pas le seul proviseur parisien à faire l’objet de sanctions administratives : celui de Condorcet, André Leroy, en poste depuis 1937, est révoqué en avril 1944 et affecté comme professeur de seconde à Louis-le-Grand (Sirinelli, 1995, p. 183).

37 C’est-à-dire principalement Emmanuel de Martonne (1873-1955), professeur de géographie physique à l’Institut parisien de géographie.

38 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

39 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 25 novembre 1944, déposition de Colette Kahn.

40 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 25 novembre 1944, déposition de Gastinel.

41 AN, F17/16924, pièce 26, lettre de Boucau au CSE, 14 décembre 1944.

42 AN, F17/16924, pièce 18, séance du CSE du 25 novembre 1944, déposition de Colette Kahn.

43 AN, F17/16924, pièce 26, lettre de Boucau au CSE, 14 décembre 1944.

44 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

45 Entré à la Radio nationale en février 1941, y prononçant à partir de février 1942 une chronique biquotidienne populaire et très violente, il devient secrétaire d’Etat à l’information et à la Propagande le 6 janvier 1944, jusqu’à son élimination par la Résistance le 27 juin (Brana, Dusseau, 2017).

46 Quoique le CSE mette fortement en doute son esprit de résistance dans ses attendus, et s’étonne ouvertement qu’il ne soit pas davantage inquiété dans le cadre de l’épuration...

47 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

48 Ibidem.

49 AN, F17/16924, pièce 28, lettre de Boucau au CSE, 3 novembre 1944.

50 AN, F17/16924, pièce 4, déposition de Boucau devant le CSE, 31 octobre 1944.

51 AN, F17/16924, pièce 28, lettre de Boucau, 3 novembre 1944.

52 A ne pas confondre avec l’historien communiste Jean Bruhat (1905-1983), également en lien avec Boucau par l’intermédiaire de la SPHG avant 1940 (F17/16924, pièce 16, séance du CSE du 10 novembre 1944, audition de Bruhat), mais qui ne fut jamais IG.

53 AN, F17/16924, pièce 32, séance du CSE du 13 décembre 1944, délibération du CSE sur l’affaire Boucau.

54 AN, F17/16924, pièce 1, présentation de l’affaire Boucau.

55 AN, F17/16924, pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

56 Il est évidemment bien loin de l’attitude courageuse de l’IG de philosophie Gustave Monod (1885-1968) à la même époque (Corcy-Debray, 2002, p. 253-254 ; Lecoq, 2010).

57 En majuscule dans le texte. Le zoologiste et biologiste communiste Marcel Prenant (1893-1983) était alors engagé dans la Résistance, après sa libération de prisonnier en 1941. Professeur titulaire à la faculté des sciences de Paris, il parle dans ses mémoires d’une réunion précoce (1942) du FNU clandestin, dans le laboratoire du géologue Léon Lutaud (1883-1964), avec plus d’une trentaine de personnes (Prenant, 1980, p. 169).

58 Henri Wallon (1879-1962) était alors professeur au Collège de France, ancien directeur d’études de psychologie à l’EPHE.

59 Cette accusation renvoie à son rôle d’organisateur. Pour la participation à des émissions radiophoniques (en particulier sur Radio-Paris), d’autres enseignants ont eu à se défendre, mais pas tous devant des tribunaux d’épuration : par exemple Simone de Beauvoir (Sirinelli, 1995, p. 173-176).

60 Ces mémoires de défense sont un genre en soi, avec des stratégies communes de défense que l’on retrouve parfaitement pour Boucau (Rouquet, 2010).

61 AN, F17/16924, pièce 14, lettre de Boucau au CSE, 17 novembre 1944.

62 Ainsi les communistes George et Bruhat passent devant le CSE, soit à leur demande (George) soit à celle de Boucau, dont ils ne partageaient pourtant évidemment pas toutes les opinions politiques.

63 AN, F17/16924, pièce 33, jugement du CSE du 13 décembre 1944. Il s’agit de l’ordonnance du 27 juin 1944 relative à l’épuration administrative sur le territoire de la France métropolitaine.

64 Haury est pour sa part rayé du corps des IG et réintégré dans le corps des agrégés en 1945, nommé au lycée Buffon (Rosental, 2003, p. 98).

65 AN, F17/16924, pièce 32, délibération du CSE sur l’affaire Boucau, 13 décembre 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « De Louis-le-Grand à Radio-Paris : l’inspecteur général et géographe Henri Boucau et ses collègues entre le régime de Vichy et l’épuration (1940-1945) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 901, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32343 ; DOI : 10.4000/cybergeo.32343

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé
UMR 8504 Géographie-cités, Paris, France
nicolas.ginsburger@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page