Navigation – Plan du site
2019
902

La recherche scientifique sur les shrinking cities : apport de la bibliométrie

Scientific research on shrinking cities: bibliometric contribution
Frédérique Morel-Doridat et Grégory Hamez

Résumés

Les années 2000 marquent le développement de la production scientifique sur le sujet de la décroissance urbaine, en particulier en Europe. Par une approche bibliométrique et le traitement statistique des mots-clés, cet article analyse les grandes trajectoires des études scientifiques sur le processus, cela depuis 1980. Deux bases de références bibliographiques ont particulièrement alimenté cette étude : l’une anglophone (Academic Search Complete), l’autre francophone (Francis).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme shrinking cities est généralement traduit dans la littérature francophone par "décroissanc (...)

1Depuis une cinquantaine d’années, et tout particulièrement depuis le début du XXIe siècle, le sujet des shrinking cities1 connaît en Europe un essor conséquent dans les travaux scientifiques (Wolff et al., 2013). Communément, il est défini comme la conjonction de différents processus, dont la manifestation première est la perte en population des villes, au cours d’une période plus ou moins longue (Turok, Mykhnenko, 2007 ; 2008 ; Pallagst, 2009 ; Großmann et al., 2013 ; Wiechmann, Wolff, 2013).

2En Europe, l’Allemagne a constitué un terrain de prédilection pour les premières recherches scientifiques sur le sujet. D’abord focalisées sur la partie occidentale au début des années 1970, les études se sont par la suite décalées vers les régions orientales. Ce basculement géographique de la littérature scientifique s’inscrit dans des contextes tant économiques que politiques exceptionnels. Alors que les régions de la Ruhr et de la Sarre ont été les premières victimes des effets d’un processus durable de crise économique lié à la désindustrialisation, celles de l’ex-Allemagne de l’Est ont été confrontées à un facteur tout autre : la réunification de 1990. Dès lors, les discours scientifiques et également politiques se sont focalisés sur les nouveaux Länder, enlisés dans une crise structurelle profonde conçue comme un véritable "choc des systèmes" (Wiechmann, 2009). La perte en population des villes et leur déclin économique sont alors perçus comme la conséquence de décisions politiques et non plus comme les seuls effets d’un processus naturel (Rybczynski, Linneman, 1999 ; Beauregard, 2003) ou de la crise industrielle. C’est ainsi que depuis le milieu des années 2000, le phénomène de décroissance des villes n’est plus ignoré.

3Avec la généralisation du processus, en arrière-plan des crises tant économiques qu’immobilières, la littérature sur le sujet a connu un véritable essor. Cet engouement s’est accompagné de la création de groupes internationaux de recherche se consacrant à ce phénomène. Les premiers travaux globaux sur la décroissance urbaine ont été initiés, au milieu des années 2000, par le groupe Shrinking Cities, sous la direction de Philipp Oswalt. Ce dernier a en particulier mis en lumière le caractère mondial du shrinkage et son développement rapide depuis une quarantaine d’années (Oswalt, 2006). Le deuxième groupe international de recherche, le Shrinking Cities International Research Network (SCiRN) a, quant à lui, focalisé ses travaux sur l’hypothèse de la décroissance comme l’une des manifestations spatiales de la mondialisation (Pallagst, 2009). L’ensemble de leurs investigations a mis en évidence le caractère multiscalaire du processus, lisible aussi bien à l’échelle locale qu’à l’échelle globale. De plus, ils ont illustré la diversité des champs disciplinaires concernés par le sujet. Par exemple, le groupe Shrinking Cities, à lui seul, compte en son sein architectes, aménageurs, spécialistes en écologie urbaine, sociologues, économistes urbains et artistes (Oswalt, 2006).

4Cette diversité des champs disciplinaires et le développement récent de la recherche sur le sujet de la décroissance rendent peu aisée la caractérisation de ce domaine de recherche et de ses développements. L’analyse bibliométrique présente plusieurs intérêts à cet égard. Bien que peu utilisée dans les sciences humaines et sociales (Hamez, 2015), ce type d’analyse offre une vision complémentaire de la classique revue de littérature. Son objectif est multiple. D’une part, elle offre la possibilité de quantifier la littérature scientifique sur le sujet. D’autre part, elle sert à une meilleure prise de connaissance des espaces géographiques d’étude de la décroissance et de la diversité de ses thématiques de recherche. Enfin, elle permet d’appuyer les discours quant à l’évolution de l’intérêt scientifique sur le sujet qu’il s’agisse du temps ou des facteurs de décroissance exposés. Dans un souci d’exhaustivité, deux bases de données bibliographiques ont servi de socle à la recherche bibliométrique : la base anglophone Academic Search Complete (ASC) ainsi que la base française Francis qui permet de prendre en compte la littérature francophone sur le sujet bien qu’arrêtée en 2015. Les résultats analysés vont alors de 1980 à 2015 pour Francis et de 1980 à 2017 pour ASC (annexe A).

5Cet article vise alors à comprendre si le renouvellement de la littérature scientifique sur le thème des shrinking cities, depuis le début des années 2000, a conduit à de nouveaux discours académiques, comme le sous-entend un grand nombre d’articles récents sur le sujet et si de nouveaux espaces sont privilégiés dans les analyses. Ce travail est parcouru par deux grands questionnements. Tout d’abord, la littérature classique met en évidence le caractère de plus en plus global du processus comme en témoignent les statistiques démographiques à l’échelle mondiale et les travaux du groupe de recherche Shrinking Cities. Qu’en est-il de la production scientifique ? D’autres espaces n’émergent-ils pas ? Ensuite, sans rentrer dans le débat de la spécification de l’urbain et de la ville, la variété des définitions proposées au processus amène à une grande diversité des échelles d’analyse du shrinkage pouvant aller du quartier à l’aire urbaine, voire à l’échelle régionale européenne. Ce faisant, le nombre élevé des problématiques territoriales et des espaces considérés dans l’analyse doit se traduire par une multiplication des thématiques de la recherche. Par conséquent, ce champ émergent de la recherche fait-il toujours l’objet d’une analyse monographique ou, au contraire, devient-il plus général et en même temps plus complexe et transdisciplinaire ? Afin de proposer des réponses à ce questionnement, il convient dans un premier temps et par une rapide revue de la littérature disponible, de revenir sur la définition même des shrinking cities et l’hétérogénéité de ses facteurs explicatifs. Ensuite est présentée la méthodologie employée pour la réalisation de la base bibliométrique, et enfin sont exposés les résultats sous un angle diachronique.

Les shrinking cities : revue de littérature

6Bien que la littérature scientifique sur le thème des shrinking cities soit récente, le phénomène est loin d’être nouveau. Il n’est pas une période historique où les villes n’aient expérimenté une baisse plus ou moins durable de leur population. Rome, à la suite de la chute de l’Empire romain d’Occident, en est l’un des exemples les plus illustratifs. Ville millénaire par sa population au Ier siècle de notre ère, elle est passée à près de 450 000 habitants au Ve siècle avant de tomber à seulement 30 000 âmes au VIIe siècle (Dupâquier, Bardet, 1997).

  • 2 "Given a preference for low density residence in amenity-rich areas, which a large fraction of the (...)

7Historiquement, les premiers balbutiements de la recherche scientifique sur le sujet remontent à la fin du XIXe siècle, aux États-Unis. Au centre de ces réflexions nouvelles gravite le processus de périurbanisation des franges supérieures de la population (Fol, Cunningham-Sabot, 2010). Le terme alors employé pour décrire le processus est celui d’urban decline ou d’urban decay (déclin urbain en français) particulièrement documenté dans la littérature américaine. Par la suite, les travaux sur ce thème se sont développés au cours des années suivant la Grande Guerre, en particulier sous la plume des économistes et sociologues américains de l’École de Chicago. Ils ont essentiellement mis en lumière l’impact des problèmes sociaux et économiques sur les pertes sectorielles en population (Hoyt, 1939 ; Beauregard, 2007 ; Audirac, 2013). En outre, les thèses "déclinistes" se traduisent par une vision particulièrement pessimiste du processus de déclin dont le seul résultat possible est la désurbanisation, l’éclatement des systèmes urbains. Comme l’exprime Antony Pascal dans l’article The Vanishing City (littéralement, "La Ville qui Disparaît"), "étant donné la préférence exprimée par un grand nombre d’habitants de résider dans des espaces à plus faibles densités, le dépeuplement des villes semble inéluctable"2 (Pascal, 1987, p.599, traduction). La seule façon de limiter dans le temps les effets de cette "dissolution" serait alors la mise en place de politiques publiques intégratrices des réalités du processus (Pascal, 1987).

8Dans cette même optique, Robert Beauregard dépeint le déclin urbain comme la première remise en cause de la puissance économique et démographique des grandes villes industrielles. Il amène, de ce fait, à une rupture nette avec la représentation idéale, largement diffusée, de la ville américaine en perpétuelle croissance. Parallèlement, il déroge à la définition classique du déclin centrée sur le seul critère démographique par la mise en lumière des manifestations les plus visibles du processus dans le paysage urbain, dont l’abandon de bâtiments qu’elle qu’en soit leur vocation (Beauregard, 2003 ; Cunningham-Sabot et al., 2013).

9À l’heure actuelle, l’expression anglaise de shrinking cities, s’est imposée (littéralement "villes rétrécissantes", bien que dans la littérature francophone l’expression "décroissance urbaine" soit privilégiée). Cela s’explique tant par la référence à une notion moins péjorative que celle de decline que par sa finalité moins inéluctable (Cunningham-Sabot et al., 2010). Ce changement terminologique s’appuie également sur la généralisation du processus dans un contexte postindustriel et post-socialiste (Wiechmann, Wolff, 2013 ; Groβmann et al., 2013). En ce sens, la décroissance des villes serait en partie nouvelle par l’émergence de causes et de manifestations spatiales jusqu’alors inconnues (Martinez-Fernandez et al., 2016).

10Initialement, le terme shrinking cities a été employé pour décrire les villes industrielles allemandes, américaines et anglaises qui ont subi une importante baisse de leur population à partir des années 1960-1970 (Oswalt, 2006 ; Weaver et Holtkamp, 2015). En Allemagne, par exemple, l’expression schrumpfende Städte a concouru à la description du processus qui affecte les villes de vieille tradition industrielle de la Ruhr et du Land de Sarre (Olsen, 2013).

11Au même titre que la notion d’urban decline, les shrinking cities seraient la marque des systèmes urbains monospécialisés dans un secteur secondaire en crise (Bontje, 2004 ; Edelblutte, 2010 ; Kühn, 2015).

  • 3 "A shrinking city is a densely populated urban area with a minimum population often thousand reside (...)

12Par la suite, au regard de la diversité des espaces touchés et des facteurs de "rétrécissement", ce terme devient plus généraliste. Il rompt alors avec le simple lien de cause à effet entre crise industrielle et perte en population. En conséquence, une diversité de définitions est attribuée au processus, sans qu’aucune ne fasse réellement consensus. Néanmoins, celle formulée par le Shrinking Cities International Research Network (SCiRN) reste la plus régulièrement citée. Une ville en décroissance est alors définie comme "une zone urbaine densément peuplée, comptant généralement plus de mille habitants, connaissant une perte de sa population depuis plus de deux années et ayant subi des transformations économiques, symptômes de crise structurelle" (Pallagst, 2009, p. 23, traduction)3. Le CIRES (Cities Regrowing Smaller) complète cette définition en incorporant une perte annuelle de population de 0,15 % pour une période totale revue à cinq ans (Stryjakiewicz, 2013). En ce sens, le processus de décroissance serait la conjonction de différents facteurs. Les facteurs économiques restent importants dans l’explication de la perte en population, intrinsèquement liés dans la littérature scientifique à la remise en cause du modèle fordiste et à la nouvelle division du travail (Audirac, 2013 ; Martinez-Fernandez et al., 2016). Bien que non cités dans cette définition, les facteurs sociétaux sont également notables parmi lesquels la périurbanisation (Troeger-Weiß, Domhardt, 2009 ; Miot, 2012 ; Ward, 2012) et les inégalités socio-économiques (Bontje, 2005 ; Oswalt, 2008 ; Mykhnenko, Turok, 2007 ; Meyfroidt, 2011 ; Jessen, 2012 ; Ryan, 2012). En conséquence, il existe une réelle diversité des définitions et des formes que revêt la décroissance urbaine, elle-même au cœur de problèmes théoriques et méthodologiques pour le géographe. Un certain nombre de questions se posent alors. Comment définir cet objet particulier qu’est la ville, en particulier dans des études comparatives, alors même qu’il n’est pas fixe dans le temps et l’espace et que les définitions sont très hétérogènes d’un pays à un autre ? Ces questions ont particulièrement été soulevées par Anne Bretagnolle et collaborateurs dans leur étude des "TRAjectoires DEmographiques des Villes Européennes" (TRADEVE) (Bretagnolle et al., 2016) mais aussi par le démographe Nicolas Cauchi-Duval dans ses travaux au sein du projet Altergrowth en 2017 (Cauchi-Duval et al., 2017), tous deux en lien direct avec l’observation et la détermination de territoires urbains en décroissance.

13Ces hétérogénéités sont encore amplifiées par l’accélération et la tendance à la globalisation du processus de décroissance (Pallagst, 2009). Ce fait est confirmé par l’importante augmentation du nombre des villes, à l’échelle mondiale, touchées par une baisse démographique continue de leur population. Selon le groupe de recherche international Shrinking Cities, le nombre de villes de plus de 100 000 habitants en déclin démographique a été multiplié par presque deux entre 1990 et 2000 (Rieniets, 2006). L’Europe n’est pas épargnée par ce processus. En effet, selon le CIRES (Cities Regrowing Smaller), 20 % des villes européennes de plus de 5 000 habitants auraient perdu annuellement plus de 0,15 % de leur population au cours de la période 1990-2010 (Stryjakiewicz, 2013). Ce contexte explique l’intérêt scientifique en plein développement envers la problématique de la décroissance urbaine. Par ailleurs, depuis le début des années 2000, de nouveaux facteurs de dépeuplement sont mis en lumière, tels la crise immobilière de 2007 ou les changements démographiques en cours marqués par des niveaux de fécondité inférieurs au seuil de renouvellement générationnel. Cette situation est qualifiée de seconde transition démographique (Van de Kaa, 1987).

14En conséquence, une littérature foisonnante s’est développée sur le thème du shrinkage, organisée suivant des entrées variées selon les espaces géographiques d’étude. Pour autant, la recherche scientifique sur le processus ne trouve pas le même écho dans l’ensemble des espaces touchés par la décroissance, cela en lien avec les formes locales qu’elle prend. En France, par exemple, au contraire de ses voisins européens, et en particulier l’Allemagne, la décroissance ne semble pas retenir toute l’attention des chercheurs et encore moins des politiques. Cela peut s’expliquer par une différence avec les autres espaces européens, tant en termes de forme que d’ampleur (UMS RIATE et al., 2008). En effet, la perte démographique annuelle reste relativement faible pour les grandes villes françaises puisqu’elle n’affecte que 9 % de la population urbaine (Wolff et al., 2013). Elle reste alors principalement l’apanage des villes industrielles et des espaces ruraux (Grasland, 2010). De plus, elle serait davantage liée aux phénomènes migratoires qu’à un faible taux de fécondité, en contraste avec la situation de ses pays limitrophes (Wolff et al., 2013).

15Cette première approche du processus de la décroissance, par le biais de la revue de littérature, met en évidence différents points de vue. Tout d’abord, le processus est nommé de bien des manières et est confronté à la difficulté de la traduction (Baron et al., 2010, p. 68). Le choix français de ne pas employer le terme "rétrécissement" en est un exemple puisqu’il ne revêt pas le même sens qu’en anglais et en allemand. Le changement terminologique qui s’est opéré dans la littérature anglo-saxonne au profit des shrinking cities en est un second. Par ailleurs, bien d’autres expressions existent pour nommer le processus, non citées précédemment telles que legacy city (littéralement "ville héritage"), depopulation (dépeuplement), perforierte Stadt (perforation urbaine), Peripherisierung (périphérisation), pour ne citer que les plus employées.

16Ensuite, les formes que recouvre le processus de décroissance sont très hétérogènes mêlant aspects purement démographiques, facteurs urbains, économiques, politiques ou encore sociétaux. Enfin, le processus semble ne pas se limiter aux espaces urbains contrairement à ce que laisserait penser le terme shrinking cities. Cette réalité est traduite dans les chiffres pour le cas français ou par le développement du terme allemand Peripherisierung qui permet d’englober l’ensemble des territoires touchés par le processus de décroissance.

17Cette diversité des définitions et des termes employés pour décrire le processus sont un réel enjeu pour le géographe que ce soit en termes de thématiques ou d’espaces privilégiés de l’analyse. Par la quantification de la littérature scientifique sur le thème des shrinking cities, l’analyse bibliométrique offre un éclairage objectif de ces évolutions que la seule revue de littérature ne peut entièrement saisir. C’est ce que démontre la troisième partie de cet article.

Réalisation de la base de données bibliométriques : aspects méthodologiques

18Avant de présenter les résultats de l’analyse bibliométrique, il est important de préciser que les objectifs de l’analyse bibliométrique sont multiples. Elle doit permettre de déterminer les sujets connexes aux processus de shrinkage, la prise de connaissance des espaces géographiques d’étude de ce dernier ainsi que les principaux supports de publication dans lesquels ces recherches sont publiées.

  • 4 "Rather, treating science as a measurable entity" (Price, 1986, p. xvi).

19Comme le souligne Derek J. de Solla Price, dans la préface de son ouvrage Little science, big science… and beyond, la bibliométrie n’a pas vocation à devenir un outil de discussion des dernières grandes découvertes scientifiques ou des auteurs les plus en vue sur des questions précises. Au contraire, elle doit être vue comme un outil d’analyse "de la science comme une entité mesurable"4 (Price, 1986, p. xvi, traduction) par le biais de l’outil statistique. Ainsi, elle permet de chiffrer la production scientifique sous l’angle tant des producteurs que des diffuseurs (Pritchard, 1969 ; Gauthier, 1998 ; Glänzel, 2003). Plus simplement, elle est définie par Jean Pierre Courtial comme "le comptage de tout ce qui peut entrer dans une bibliothèque scientifique et une approche quantitative des techniques de gestion d'une bibliothèque" (Courtial, 1990, p. 7). Ses applications sont multiples. Elle est essentiellement utilisée comme un outil d’évaluation de la production scientifique et technique, des établissements ou encore des chercheurs. France Guérin-Pace, Thérèse Saint-Julien et Anita W. Lau-Bignon (2012), quant à elles, en ont montré une autre finalité. Appliquée à l’ensemble des publications de la revue "L’Espace géographique", l’analyse lexicale des titres et des mots-clés leur a permis la mise en lumière des "grands traits de la trajectoire de la revue" (Guérin-Pace et al., 2012, p. 5).

20L’analyse bibliométrique telle qu’appliquée à notre recherche a permis de quantifier la littérature scientifique sur la question des shrinking cities et a offert la possibilité d’une étude plus objective du phénomène dans la mesure où "les cartes bibliométriques fournissent un point de vue objectivé, dans le sens que les données bibliographiques de base sont relativement indépendantes des opinions subjectives d’experts" (Tijssen, Van Raan, 1994, citation et traduction, Hamez, 2015, p. 50).

Choix des bases de références bibliographiques

21L’analyse bibliométrique des processus de shrinkage a été réalisée à partir de deux bases de données informatiques de références bibliographiques : Academic Search Complete et Francis.

  • 5 © EBSCO Industries, Inc. “Academic Search Complete”. EBSCO Information Services. URL : https://www. (...)

22La première est la base pluridisciplinaire et anglophone Academic Search Complete (ASC), diffusée par la société EBSCO. Son choix s’appuie tant sur la diversité et l’exhaustivité des références académiques rassemblées en son sein que sur son caractère pluridisciplinaire. Ce faisant, elle répertorie des articles complets de revues scientifiques mais aussi des magazines, des périodiques, des rapports ou encore des livres et autres supports d’informations utiles à la recherche. Dans sa totalité, la base a indexé le résumé d’articles parus dans 16 976 journaux et magazines entre 1887 et 20175 dont 15 155 sont à comité de lecture. Elle offre donc la possibilité de couvrir l’ensemble des champs de la recherche concernés par le processus et d’en explorer toutes les facettes. Elle a été complétée par la base de données francophone Francis, utile au recensement des publications françaises sur le sujet. Cette dernière compte près de 2,6 millions de références, toutes en sciences humaines et sociales.

23L’ensemble de l’analyse bibliométrique proposée dans cet article a été effectué au cours du mois de janvier 2017 et mise à jour au cours de la première semaine d’août 2017. Afin de la rendre réalisable, la détermination de mots-clés a été primordiale dans la mesure où ils induisent les résultats proposés dans les bases bibliographiques.

Sélection des publications par mots-clés

24L’étude de la production scientifique sur le thème de la décroissance peut être réalisée à partir de différentes entrées. Comme proposé par France Guérin-Pace et al., l’analyse à partir des titres des publications a, un temps, été envisagée. Tout d’abord, parce que le titre se doit d’être bref et explicite afin de pousser le lecteur à consulter la publication. Ensuite, il reprend un certain nombre de termes couramment admis dans la littérature scientifique. En ce sens, "les mots des titres sont […] beaucoup plus que de simples accessoires de la communication scientifique" (Guérin-Pace et al., 2012, p.5). Malgré tout, une entrée par les mots-clés est apparue comme plus prometteuse. En effet, bien que les titres éclairent le lecteur sur le développement scientifique de questions particulières, ils ne permettent que très difficilement de réaliser des comparaisons avec l’ensemble des entrées de la base bibliométrique. Il est également important de noter que le sujet de la décroissance territoriale peut être une question transversale de la publication. En ce sens, elle peut ne pas être clairement exprimée dans son titre. Néanmoins, elle devrait apparaître dans la liste des mots-clés de l’auteur.

25Afin de mettre en lumière la diversité des thématiques et des champs disciplinaires auxquels se rattache le processus, le choix s’est davantage porté sur les sujets proposés par Academic Search Complete. Tout d’abord, parce que toutes les publications (à l’exception des périodiques) en sont dotées par les concepteurs de la base, même quand les auteurs des articles n’en ont pas proposé. Ensuite, parce que leur nombre varie peu d’une publication à une autre contrairement aux mots-clés, fruit de choix personnels. Ces sujets peuvent alors être considérés comme des mots-clés harmonisés (Hamez, 2015). Enfin, bien que parfois éloignés de ceux des auteurs, ils permettent de comparer l’ensemble des articles et de travailler sur leur occurrence voire la répétition des mêmes sujets couplés, par exemple urban decline et urban policy, dans l’ensemble des publications. L’objectif final est la réalisation de cartes bibliométriques établies à partir de la co-occurence des sujets.

26La sélection des publications en lien avec le processus de décroissance territoriale s’est ainsi faite à partir de sujets en langue anglaise, les plus larges possible. Un tel choix repose sur l’importance de la langue internationale dans la production scientifique. En outre, l’anglais est la langue employée par la base ASC.

  • 6 Le fait d’ajouter un astérisque à la fin d’un mot ou d’une expression permet d’élargir les résultat (...)

27Bien que la littérature sur l’urban decline soit foisonnante, un premier examen de la recherche scientifique sur le sujet a permis d’identifier le terme shrinking cities comme le noyau dur des publications actuelles. Néanmoins, la diversité des espaces d’analyse et des termes employés nous ont conduits à supprimer le terme de cities dans la recherche primaire. De plus, lorsque l’accent est mis sur les processus et non sur le phénomène, le terme anglophone employé n’est plus celui de shrinking (rétrécissant) mais celui de shrinkage (rétrécissement). Par conséquent, un premier test d’analyse bibliométrique a été effectué à partir de l’entrée suivante : shrink*6.

28Ce premier essai n’a été que peu probant du fait de l’importante diversité des sujets connexes au terme "rétrécir" (42 264 résultats dans ASC). Il en découle de nouvelles requêtes détaillées en annexe A. Au final, sur les plus de 42 000 résultats de départ, seulement 424 ont été exploités dans Academic Search Complete. La même requête a été appliquée pour la base de données francophone Francis (53 résultats), cette fois sur les mots-clés puisqu’elle ne propose pas de sujets à la différence d’ASC.

La base de données bibliométriques

29À la suite de cette sélection des sujets et mots-clés de la recherche, une base de données bibliométrique a été élaborée reprenant le titre de l’article, l’année de parution, la revue de publication, le nom de son/ses auteur(s), son/ses sujets connexe(s) ou mots-clés (proposés par ASC ou Francis) (Hamez, 2015 ; cf. annexe B).

30Parmi l’ensemble des informations présentes dans la base, les sujets mais aussi l’année de publication et la revue ont tout particulièrement été exploités. La date offre la possibilité de s’attarder sur l’évolution de la littérature scientifique concernant le thème de la décroissance dans le temps et l’espace tout en les mettant en perspective des évolutions thématiques. Les revues dans lesquelles sont publiées les recherches scientifiques, quant à elles, ont pour but majeur de mieux cibler la recherche bibliographique par la mise en place de veilles documentaires ciblées. Différents résultats peuvent dès lors être exposés.

Un sujet en pleine émergence dans l’hémisphère nord

Un développement récent de la littérature scientifique sur les shrinking cities

31La base de données précédemment créée a permis de sélectionner 477 articles traitant directement ou indirectement des shrinking cities, dont 424 dans la base Academic Search Complete et 53 dans la base Francis. La majorité de ces publications a été rédigée en langue anglaise. Pour l’illustrer, l’anglais concerne 97 % des articles d’ASC et sur les 3 % restants, seulement deux sont écrits en allemand et un en français. Pour la base Francis, l’anglais est également majoritaire (55 % contre 21 % en français et 15 % en allemand).

32Cette analyse a permis aussi de vérifier le caractère récent et en pleine émergence des études scientifiques sur le sujet. En effet, plus de la moitié des articles disponibles dans ASC et Francis, traitant du sujet, sont parus entre 2010 et 2017 (256 sur 477 au total) (figure 1). Toutefois, il est important de nuancer ce propos. En effet, la production scientifique, dans son ensemble, connait une importante croissance depuis une quinzaine d’années, ceci à l’ère du numérique et de la multiplication des revues scientifiques.

33Par ailleurs, la recherche bibliométrique a permis de mettre en lumière trois revues principales dans lesquelles les travaux sur les shrinking cities sont majoritairement publiés. Il s’agit des revues suivantes : European Planning Studies (24 articles), International Journal of Urban and Regional Research (13 articles) et Environment & Planning A (8 articles). Cette surreprésentation de ces trois revues n’est pas neutre. Elle s’explique par la proposition de numéros spéciaux sur ce champ de la recherche, coordonnés par des membres du Shrinking Cities International Research Network. Ainsi, la revue European Spatial Planning a publié un numéro spécial en 2015 composé de 9 articles, tous présents dans la base de données bibliométrique. Un même constat peut être fait avec la revue International Journal of Urban and Regional Research. Par exemple, son numéro 2 du volume 36, paru en 2012, inclut en son sein 4 articles présentés au symposium Shrinking Cities : Urban Challenges of Globalization. Le développement de la littérature scientifique sur le sujet tient ainsi à des appels internationaux à publication.

Figure 1 : Nombre de publications, ayant trait au processus de "rétrécissement urbain", parues entre 1990 et 2016

Figure 1 : Nombre de publications, ayant trait au processus de "rétrécissement urbain", parues entre 1990 et 2016

34Quant aux espaces d’étude du phénomène, un engouement apparaît, tant dans ASC que dans Francis, pour l’étude des villes de l’hémisphère Nord. Cette détermination des territoires d’étude a été permise par la sélection des espaces géographiques parmi les sujets des publications, complétés si besoin par les espaces cités en résumé. Parmi les principaux pays et régions du monde d’étude du rétrécissement, les États-Unis dominent. Ils sont le terrain d’étude de 192 publications, toutes bases confondues (soit 40 % des publications recensées) et de 182 seulement pour celles de la base ASC. Viennent, ensuite, l’Europe, en particulier l’Allemagne (72 publications) et le Royaume-Uni (30 publications), et, dans une moindre mesure, le Japon (15 publications). Par ailleurs, nous pouvons noter que l’Allemagne est le pays le plus cité dans les publications recensées par la base de référence bibliographique Francis. Au contraire, la France fait l’objet d’une attention moindre (Carte 1). En effet, seulement cinq articles dans ASC et sept dans Francis portent sur des espaces français. Pour autant, l’hexagone reste l’un des pays de développement de la littérature scientifique. La revue de littérature, brièvement présentée en point 1, tente d’apporter une réponse succincte à cet écart dans la production scientifique. De plus, avec 12 publications, toutes bases confondues, la France se place tout de même à la cinquième place des pays les plus étudiés. Par ailleurs, depuis 2008, elle fait l’objet d’au moins une publication par an. Cette réalité appuie donc les discours scientifiques quant à la prise de conscience récente par la sphère académique de l’enjeu territorial que représente la décroissance urbaine.

Carte  : Pays faisant l’objet de publications sur les processus de décroissance

Carte  : Pays faisant l’objet de publications sur les processus de décroissance

35En outre, cette analyse bibliométrique a montré un nouvel essor de la recherche scientifique sur le territoire chinois (Carte 1). Encore généralement étudiées sous l’angle du développement urbain, les questions de décroissance ne sont pas, pour autant, négligées. Ce fait trouve sa source dans l’important processus de vieillissement de la population, consécutif à la politique de l’enfant unique, qui s’opère en Chine (Long, Wu, 2016). Absente de la littérature scientifique avant les années 2000, la décroissance urbaine trouve ainsi un écho nouveau depuis le milieu des années 2010 dans ce pays. L’analyse a également confirmé l’intérêt naissant, et en pleine émergence, envers les pays d’Europe Centrale et surtout ceux d’Europe Orientale. Grands absents des publications antérieures à 2007, ces pays représentent tout de même plus de 6 % de l’ensemble de la littérature ayant trait aux shrinking cities publiée au cours de la période 1980-2017 et 8 % des travaux diffusés entre 2007 et 2017.

  • 7 Les villes sont classées par ordre croissant d’importance dans la littérature scientifique.

36Pour autant, le développement de la littérature scientifique sur ces espaces ne remet pas en question le poids des États-Unis ou de l’Allemagne dans la recherche sur les shrinking cities. Pour l’illustrer, l’année 2015 marque le maximum de la publication d’articles sur les villes en décroissance aux États-Unis (22 publications). Malgré une légère baisse du nombre d’écrits depuis, son poids reste très stationnaire. Ainsi, depuis 2007, environ 50 % des articles ont eu pour objet d’étude ce pays. Par ailleurs, il est important de noter que les recherches américaines sur le sujet évoluent peu en matière d’espaces locaux d’analyse. En effet, plus d’un quart des publications rédigées au cours de la période 1980-2017 ont eu pour sujet les villes de Détroit, Pittsburgh, Cleveland, Flint, Youngstown ou encore Baltimore7. En outre, sur les un peu plus de 300 publications restantes, plus du tiers fait référence à ces six villes dans leur résumé.

37Dans ce même contexte de développement international de la recherche scientifique sur les shrinking cities, le poids de l’Allemagne continue de progresser. Depuis 2005, la République Fédérale fait l’objet d’en moyenne 4 publications par an avec un maximum en 2014 (10 articles) suivi de l’année 2016 (7 articles). De même, cette progression est lisible par le poids que pèse l’Allemagne dans les écrits universitaires estimés à 15,3 % en 2005, 17,24 % en 2010 et 20 % en 2016.

38La littérature scientifique qui se rapporte au Japon suit la même tendance bien que l’espace nippon paraisse plus anecdotique. Cette importance moindre par rapport aux États-Unis, à l’Allemagne ou à la Grande-Bretagne, peut-être la traduction de trois réalités différentes. Tout d’abord, elle peut être l’expression d’une prise de conscience tardive par la communauté scientifique de l’enjeu que représente la décroissance dans l’archipel, cela alors même que le vieillissement a été pressenti dès le début des années 1980 (Coulmas, 2007, cité in Bunhik, 2016). En outre, il est également possible que la littérature japonaise sur le thème des shrinking cities puisse être publiée dans des revues non répertoriées par les deux bases. Enfin, il ne faut pas sous-estimer la question de la traduction et l’éventuelle absence de traduction en anglais d’une majorité des informations au sein des bases bibliographiques (titres, résumés, etc.), ce qui rend impossible l’automatisation des sujets connexes de même que la recherche par mots-clés en langue anglaise. Ces trois hypothèses sont plausibles. Pour autant, la première corrobore la thèse de Sophie Bunhik centrée sur le cas japonais. L’auteure précisait alors que la littérature n’a connu un réel développement que depuis 2008 en parallèle d’une réelle prise de conscience d’un processus national et non sectoriel (Bunhik, 2016).

39En conséquence, bien que la littérature scientifique se globalise en contexte de vieillissement de la population et de migrations internationales, les principaux espaces d’étude de la décroissance restent encore les mêmes. Ainsi, bien que la recherche s’intéresse de plus en plus à l’Amérique latine, à la Chine ou encore à l’Europe de l’Est, les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, et dans une moindre mesure le Japon, demeurent des sujets de prédilection. Ce choix peut s’expliquer par la diversité des thématiques abordées que seule une analyse bibliométrique peut saisir.

Les questions d’aménagement et de déclin urbain au cœur des études sur le sujet

40La variété des territoires d’analyse du processus et les définitions proposées aux shrinking cities, questionnent les thématiques approchées par les chercheurs sur le sujet. Un tel regard est d’autant plus nécessaire que les principaux espaces d’analyse de la décroissance ont vu leurs champs thématiques évoluer depuis la fin des années 2000 comme le montre cette analyse. En outre, les évolutions récentes des sujets de la recherche sont à elles seules un vecteur de compréhension du focus réalisé par les spécialistes de la question du shrinkage sur les quatre zones géographiques citées au point précédent.

41Ainsi, par tri croisé, l’analyse de l’occurrence des sujets connexes à la décroissance urbaine a enrichi ce travail. Dans un premier temps, il est apparu que, selon les bases de références bibliographiques interrogées, les sujets varient. Néanmoins, il est important de noter que le faible nombre de publications sur les shrinking cities dans la base Francis ne permet pas une réelle généralisation et comparaison des résultats.

42Dans ASC, les sujets les plus cités sont : Urban decline (129), Land subdivision (107), Administration of Urban Planning and Community and Rural Development (89) et Urban planning (64). Cette prévalence illustre l’intérêt politique et l’enjeu de gestion que soulèvent les processus de décroissance. Pour autant, ces thématiques ne sont pas, à première vue, les plus naturelles. En effet, si l’on s’en réfère à la définition traditionnelle des shrinking cities, les questions démographiques, et plus précisément celles de la perte en population, dominent les débats. Il aurait donc été logique de retrouver les termes demographic change, demographic decline, population ou encore emigration & immigration en tête des sujets connexes au processus. Ce report au deuxième plan des questions démographiques s’explique, tout d’abord, par le domaine de spécialisation des auteurs, principalement des géographes, des aménageurs et des architectes. Ensuite, par une évaluation et un retour critique des politiques de rénovation urbaine mises en place en Allemagne et aux États-Unis au cours de la deuxième moitié des années 2000. L’importance, depuis 2008, des sujets renewal (34), program (29) demolition (7), ecological development (7) en atteste tout particulièrement. Par ailleurs, il est important de noter que ces sujets se rapportent presqu’exclusivement à ces deux pays.

43Cette analyse met également en exergue l’importance du dépassement de la seule sphère urbaine du processus comme en témoignent les sujets composés du terme rural tels que rural development, rural geography, rural area, rural population ou encore rural planning. Ce terme est répété à 126 reprises dans les sujets connexes (tableau 1). Cela vient appuyer les questions terminologiques sur le sujet d’autant plus qu’il est essentiellement employé dans des publications centrées sur les espaces européens, plus précisément sur ceux allemands et d’Europe de l’Est, et sur les espaces japonais. Nous pouvons ainsi concrètement nous interroger sur la pertinence du terme shrinking cities alors même que le processus semble de plus en plus généralisé et excède la réalité des espaces urbains.

Tableau 1 : Nombre d’occurrences des sujets connexes au shrinking cities dans ASC (1990-2016)

Sujets

Nombre de documents

Urban decline

129

Land Subdivision

107

Administration of Urban Planning and Community and Rural Development

89

Urban planning

66

Cities & towns

59

Urban growth

58

Demographic change

41

Urban policy

41

Urban renewal

38

Population

28

Urbanization

26

Economic development

22

Community change

19

Administration of General Economic Programs

18

Deindustrialization

16

Demographic decline

15

Emigration & immigration

15

Globalization

15

44Cette mise en lumière des grandes thématiques de la recherche sur le shrinkage est d’autant plus lisible par l’étude de la co-occurrence des sujets connexes. Ce travail a pu être réalisé grâce à l’exploitation de la base bibliométrique par le logiciel VOSviewer et la génération de cartes liées présentées en annexe C et en carte 2. Ce logiciel permet alors la représentation des sujets par cluster selon leur nombre de répétitions entre eux. Plus la zone est représentée en couleur chaude, plus les sujets sont cités les uns avec les autres. Et plus ils sont proches, plus on les retrouve cités dans les mêmes publications. En outre, plus la taille de la police est importante, plus le sujet est récurrent dans les bases ASC et Francis.

45En lien avec les premiers résultats de l’analyse de l’occurrence des sujets connexes au shrinkage, la carte bibliométrique placée en annexe C met l’accent sur deux grands champs thématiques d’étude du processus. Tout d’abord, les publications répertoriées dans Academic Search Complete se focalisent sur les questions de planification urbaine. Ainsi gravitent, autour des sujets urban planning et administration, d’autres tels que housing programs, land use ou encore urban policy. En ce sens, les questions de planification urbaine et les réponses politiques au processus sont cruciales dans la littérature scientifique. Les shrinking cities deviennent ainsi une réelle problématique d’aménagement du territoire.

46Un deuxième pôle transparaît également. Il regroupe davantage des sujets ayant trait aux facteurs explicatifs du processus organisés autour du terme urban decline. En lien avec une définition classique de la décroissance, le sujet population est présent au sein de cet îlot. Les sujets illustrant des facteurs socio-économiques sont également connexes. Cela est illustré par la présence des termes education, financial crisis, social aspect ou encore globalization, eux aussi en limite de ce même cluster, et de plus faible importance que la population. Cette situation périphérique des thématiques, ici interprétées comme les facteurs explicatifs du processus, montre le lien qui se tisse entre ces différents sujets et la problématique de l’urban decline sans caractère obligatoire de systématicité. En ce sens, la carte bibliométrique laisse à penser que la perte en population n’est plus communément placée au cœur des analyses des processus de décroissance. En outre, elle illustre le manque de consensus autour d’un facteur particulier à l’origine du processus.

47Un autre élément attire le regard lors de la lecture de la carte bibliométrique. Une zone faisant référence à la croissance urbaine lie les deux principaux clusters. Sa localisation centrale signifie alors que les questions d’urban growth sont analysées à l’interface des problématiques de planification urbaine et de décroissance urbaine. En outre, au regard des titres des publications et des résumés, la croissance urbaine se réfère à une grande diversité de situation. Bien que minoritaire dans les travaux, l’urban growth peut se faire l’écho d’un futur espéré. Pour autant, ce terme est généralement employé lors d’analyses et de retours critiques des politiques publiques mises en place pour contrecarrer les effets du shrinkage. De manière plus anecdotique cette fois, l’urban growth décrit les tendances tant démographiques qu’économiques d’autres cas d’étude, objet de comparaison. À l’aune de l’analyse bibliométrique, il est donc prématuré de parler d’une rupture des recherches sur les shrinking cities avec les questions de croissance urbaine (Annexe C).

48Les résultats diffèrent quelque peu pour les publications sélectionnées dans la base Francis. Deux points notables ressortent tout particulièrement. Selon une définition très traditionnelle du shrinkage, la question démographique reste centrale. En effet, alors que dans la base ASC le terme decline est généralement accolé à urban, il est ici mis en lien avec le mot demographic. À cela s’ajoute que les six, sept et huitième sujets les plus occurrents sont : urban population, depopulation et demographic change. Ensuite, les publications présentent un intérêt presque exclusif pour les espaces urbains comme en témoigne l’apparition du sujet rural area dans seulement trois des cinquante-trois articles qui composent la base bibliométrique. En conséquence, la base francophone semble plus réductrice dans les thématiques abordées que ASC.

49Ces différences entre les deux bases amènent à la construction d’une carte bibliométrique dont la forme et les regroupements thématiques divergent de celle présentée en annexe C. En accord avec la première carte, la problématique de la planification urbaine domine les débats. Pour autant, aucune continuité thématique n’apparaît cette fois-ci entre la planification urbaine et les facteurs de décroissance par le biais de l’urban growth. La croissance urbaine est ici indépendante des autres clusters, bien que marquée par sa proximité aux sujets ayant trait à la planification urbaine. En outre, elle n’est plus au centre de la représentation au contraire des termes urban policy et urbanization, eux-mêmes témoins de l’importance de l’urbain dans le corpus (Carte 2).

50Ce poids de l’urbain dans les écrits scientifiques est appuyé par une deuxième région thématique nommée "contexte urbain", centrée sur le terme urban decline. L’idée de l’urbain est ici omniprésente comme en attestent les sujets urban, cities & town et municipal. Ils viennent en outre alimenter le débat sur les échelles d’analyse du processus. Elles sont d’autant plus questionnées que les sujets state, suburb et regional sont présents dans ce même cluster. Une plus petite échelle géographique a donc pu être retenue dans les travaux des chercheurs sur le sujet du shrinkage.

Carte 2 : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC et Francis)

Carte 2 : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC et Francis)

51Les manifestations démographiques de la décroissance, au contraire de la carte bibliométrique en annexe C, sont également davantage lisibles sur la carte 2. Leur importance trouve sa source dans l’ajout des sujets de la base bibliographique Francis, très orientés vers de telles problématiques. En outre, les questions d’ordre socio-économique ne sont pas bien éloignées spatialement de celles démographiques. Il est donc évident que les changements démographiques sont analysés en regard de contextes tant économiques que sociaux et des politiques urbaines (urban policy) dans la littérature scientifique.

52Ainsi, l’analyse bibliométrique globale menée jusqu’à présent appuie une nouvelle fois le caractère multithématique de la décroissance urbaine et vient un peu plus conforter l’hypothèse d’un nouveau changement de paradigme dans la recherche scientifique. En effet, des espaces géographiques autres qu’urbains font l’objet d’une attention renouvelée. Il n’est pas question ici des pays d’analyse du shrinkage mais bien du parti pris par certains spécialistes d’un changement d’échelle au profit de plus grandes échelles géographiques. En atteste la récurrence des sujets composés des termes regional et rural. Afin de répondre pleinement à notre question de départ, l’analyse bibliométrique peut encore être approfondie. Pour ce faire, la question des évolutions thématiques prioritaires est maintenant abordée.

Une évolution des thématiques de recherche depuis les années 1980

53Jusqu’aux années 2000, les questions de déclin et d’espace urbain ont dominé. D’autres thématiques apparaissent également connexes au sujet de la décroissance. C’est en particulier le cas des facteurs économiques, traduits par les sujets urban economics (4 occurrences), unemployement (3) ou encore economic development (2). La problématique de la périurbanisation est également abordée (3) et cela en lien avec les définitions premières du processus. Pour autant, il est important de noter que ces données résultent du traitement d’un trop faible nombre de publications (seulement 48) pour en tirer de réelles conclusions.

54Une deuxième étude des termes connexes aux shrinkage, entre 2000 et 2009, dates du développement de la littérature scientifique sur le sujet, nous apprend que les questions démographiques, de consommation de l’espace et économiques restent importantes dans sa définition. Néanmoins, de nouvelles thématiques voient le jour telles les crises financières (6), en contexte de crise des subprimes de 2007 aux États-Unis suivie des crises bancaires et financières de 2008 généralisées à l’ensemble des économies libérales (Audirac, 2013), la mondialisation (6) ou encore le développement durable (5) (tableau 2). Les questions de transition démographique (4) font également leur apparition en contexte de vieillissement de la population, de faible taux de natalité et d’universalisation de comportements individualistes (Van de Kaa, 1987). Ces sujets mettent ainsi en exergue les changements dans les formes de décroissance mais aussi dans les problématiques contemporaines de recherche en lien avec les évolutions sociétales.

Tableau 2 : Nombre d’occurrences des sujets connexes au "rétrécissement" dans les bases de références bibliographiques ASC et Francis, entre 2000 et 2009

Sujets

Nombre de documents

Urban decline

31

Land Subdivision

28

Urban growth

22

Administration of Urban Planning and Community and Rural Development

19

Urban planning

18

Urban renewal

17

Cities & towns

16

Population

14

Demographic change

11

Urban policy

9

Community change

8

Demographic decline

8

Urbanization

8

Emigration & immigration

7

Town

7

Economic development

6

Financial crises

6

Globalization

6

Housing

5

Land use

5

Sustainable development

5

Demographic transition

4

55La décennie actuelle est, quant à elle, marquée par l’essor de la littérature scientifique sur le sujet de la décroissance. L’occurrence des sujets appuie l’approfondissement des travaux sur les thématiques transversales. Les aspects politiques et de planification urbaine dominent nettement dans les sujets connexes. Ils sont suivis des questions démographiques. Néanmoins, en parallèle des problématiques de vieillissement de la population, traduites par les sujets demographic change (28 occurrences), fertility (4), aging (3), les conséquences des migrations sont ajoutées aux études emigration & immigration (8). En conséquence, les explications apportées à la perte en population se réduisent moins au seul fait du solde naturel. En parallèle, les questions sociales font timidement leur entrée dans les problématiques de recherche (8 occurrences pour le sujet social processes). Par conséquent, cela depuis les années 2010, le processus de décroissance est étudié à partir des cinq grandes entrées actuelles du processus : démographique, économique, politique, urbain et social (tableau 3). Toute analyse actuelle du processus se doit donc d’intégrer l’ensemble de ces dimensions.

Tableau 3 : Nombre d’occurrences des sujets connexes au “rétrécissement” dans les bases de références bibliographiques ASC et Francis entre 2010 et 2017

Sujets

Nombre de documents

Urban decline

90

Land Subdivision

73

Administration of Urban Planning and Community and Rural Development

62

Urban planning

44

Cities & towns

34

Urban growth

34

Urban policy

29

Demographic change

28

Urban renewal

19

Urbanization

18

Administration of General Economic Programs

14

Economic development

14

Deindustrialization

13

Community change

11

Infrastructure (Economics)

10

Population

10

Globalization

9

Social processes

9

Emigration & immigration

8

Housing

8

Metropolitan areas

8

Suburbanization

8

56Pour finir, l’analyse bibliométrique aurait pu être complétée avec une étude par auteur. Le choix a été fait de ne pas s’y consacrer. Cela pour deux raisons principales. Tout d’abord, ce travail n’a pas vocation à évaluer la production scientifique des chercheurs sur le sujet. Ensuite, parce que peu d’auteurs ont participé à la rédaction de plus de 4 publications renseignées dans les deux bases de données bibliographiques. Aucune tendance particulière ne pouvait ainsi être tirée.

Conclusion

57Le sujet de la décroissance urbaine est marqué par la diversité des entrées d’analyse et des champs disciplinaires impliqués. L’analyse bibliométrique permet une représentation globale des tendances à l’œuvre et des thématiques prioritaires de recherche.

58Un premier élément de conclusion tient aux résultats eux-mêmes : multiplication des sujets se rapportant à des questions d’ordre économique, depuis les années 1980, et social depuis les années 2010 ; inflexion actuelle vers une analyse plus globale du processus, incluant depuis le milieu des années 2000 les sujets ayant trait à la politique urbaine, ce qui traduit l’émergence d’un réel enjeu d’aménagement des territoires tant urbains que ruraux. Ces éléments factuels sont intéressants à considérer en complément des revues de littérature classiques, dans lesquelles il y a toujours un risque que le discours soit orienté dans le sens attendu par l’auteur. Ils apportent, en outre, des éléments nouveaux comme l’émergence du terme "rural", ou une représentation cartographique renouvelée des espaces étudiés. En ce sens, de nouveaux discours scientifiques ont bien vu le jour depuis le début des années 2000. Cela laisse à penser que la recherche sur les shrinking cities, comme cela est d’ailleurs le cas dans bien d’autres disciplines, est passée d’une simple monographie à une étude globale que seul permet le focus sur les processus, complexes et transdisciplinaires par essence.

59Un deuxième élément de conclusion tient à l’importance de mettre en œuvre une méthodologie qui ne repose pas sur des outils d’analyse pré-élaborés et automatisés dans les bases comme le Web of Science, mais qui repose sur la maîtrise complète de toute la chaîne d’analyse. Depuis la définition des termes utilisés jusqu’à la détermination des seuils à retenir dans l’étude des co-occurrences, en passant par les différentes phases de dénombrement, de calculs de fréquence voire d’analyse textuelle, chaque élément a été ici calibré en fonction de la nature du phénomène étudié. En la matière, tout sophistiqués que soient les algorithmes des bases de données bibliographiques, l’implication du chercheur dans les différents choix méthodologiques reste nécessaire à la production de résultats robustes.

Haut de page

Bibliographie

Audirac I., 2013, "Shrinking Cities in the Fourth Urban Revolution", in: Pallagst K., Wiechmann T., Martinez-Fernandez C. (dir.), Shrinking Cities: International Perspectives and Policy Implications, New-York, Routledge, 42-58.

Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G., 2010, Villes et régions européennes en décroissance, maintenir la cohésion territoriale, coll. "Traité IGAT", Lavoisier, Paris, Hermès-Sciences Publications.

Beauregard R.A., 2003, Voices of Decline: The Postwar Fate of U.S. Cities, 2e ed., New-York, Routledge.

Beauregard R.A., 2007, "More Than Sector Theory: Homer Hoyt’s Contributions to Planning Knowledge", Journal of Planning History, Vol.6, No.3, 248-271.

Bontje M., 2005, "Facing the Challenge of Shrinking Cities in East Germany: The Case of Leipzig", GeoJournal, Vol.61, No.1, 13-21.

Bretagnolle A., Guérois M., Pavard A., Gourdon P., Zdanowska N., Lizzi L., 2016, "Demographical Trajectories of European urban areas (1961-2011) (TRADEVE)", HAL [En ligne], Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 15 novembre 2016. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01311420.

Buhnik S., 2015, "Métropole de l’endroit et métropole de l’envers. Décroissance urbaine, vieillissement et mobilités dans les périphéries de l’aire métropolitaine d’Ôsaka, Japon", Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Cauchi-Duval N., Cornuau F., Rudolph M., "La décroissance urbaine en France : les effets cumulatifs du déclin", Métropolitique [En ligne], 26 avril 2017. URL : https://www.metropolitiques.eu/IMG/pdf/met-cauchiduval-cornuau-rudolph.pdf

Courtial J.-P., 1990, Introduction à la scientométrie : de la bibliométrie à la veille technologique, Paris, Anthropos-Economica.

Coulmas F., 2007, Population Decline and Ageing in Japan : The Social Consequences, London, Routledge, 176 p.

Cunningham-Sabot E., Fol S., Grasland C., Roth H., Van Hamme G., 2010, "Shrinking cities et shrinking regions. Définitions et typologie", in: Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière R., Van Hamme G. (dir), Villes et régions européennes en décroissance, maintenir la cohésion territoriale, coll. "Traité IGAT", Paris, Lavoisier, Hermès-Sciences Publications, 67-96.

Cunningham-Sabot E., Audirac I., Fol S., Martinez-Fernandez C., 2013, "Theoretical Approaches of Shrinking Cities", in : Shrinking Cities: International Perspectives and Policy Implications, New-York, Routledge, 14-30.

Dupâquier J., Bardet J.-P., 1997, Histoire des populations de l’Europe t. 1 : des origines aux prémices de la révolution démographique, Paris, Fayard.

Edelblutte S., 2010, "La reconversion des anciennes villes-usines européennes, ou la question de la survie urbaine", in : Bulletin de l’Association de géographes français, Vol .87, No.3, 353-367.

Florentin D., "Les méthodes d’analyse du déclin en Allemagne : le cas de Leipzig". La clé des langues [En ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO, septembre 2009. URL : http://cle.ens-lyon.fr/allemand/civilisation/civilisation/la-ville/les-methodes-d-analyse-du-declin-en-allemagne-le-cas-de-leipzig.

Florentin D., Fol S., Roth H., "La Stadtschrumpfung ou "rétrécissement urbain" en Allemagne : un champ de recherche émergent", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, article No.445, 26 mars 2009. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/22123.

Fol S., Cunningham-Sabot E., 2010, ""Déclin urbain" et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine", Annales de géographie, No.674, 359-383.

Gauthier É., 1998, L’analyse bibliométrique de la recherche scientifique et technologique : guide méthodologique d’utilisation et d’interprétation, Projet de remaniement des sciences et de la technologie, Statistique Canada [En ligne], URL : http://ost.openum.ca/files/sites/132/2017/06/Analyse_biblio_recherche_guide.pdf.

Glänzel W., Bibliometrics as a research field: A course on theory and application of bibliometric indicators. Course Handouts, ResearchGate [En ligne], janvier 2003. URL : https://www.researchgate.net/publication/242406991_Bibliometrics_as_a_research_field_A_course_on_theory_and_application_of_bibliometric_indicators.

Grasland C., Sessarego Marques Da Costa N., 2010, "Le temps long des phénomènes démographiques", in: Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière R., Van Hamme G. (dir), Villes et régions européennes en décroissance, maintenir la cohésion territoriale, collection "Traité IGAT", Paris, Lavoisier, Hermès-Sciences Publications, 43-66.

Grasland C., 2010, "Les mécanismes démographiques de la décroissance : trois boucles de rétroactions", in: Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière R., Van Hamme G. (dir), Villes et régions européennes en décroissance, maintenir la cohésion territoriale, coll. "Traité IGAT", Paris, Hermès-Sciences Publications, 97-116.

Groβmann K., Bontje M., Haase A., Mykhnenko V., 2013, "Shrinking cities: Notes for the further research agenda", Cities, Vol.35, 221-225.

Guérin-Pace F., Saint-Julien T., Lau-Bignon A. W., 2012, "Une analyse lexicale des titres et mots-clés de 1972 à 2010, A lexical analysis of the titles and key words from 1972 to 2010", L’Espace géographique, T.41, No.1, 4-30.

Hamez G., "Pour une analyse géographique des espaces transfrontaliers. Contribution théorique et méthodologique". Habilitation à Diriger des Recherches, Vol. 1, HAL [En ligne], novembre 2015. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01321837.

Hoyt H., 1939, The structure and growth of residential neighborhoods in American cities, United States Government Printing Office, Washington, D.C., Federal Housing Administration.

Jessen J., 2012, "Conceptualization Shrinking Cities – A Challenge for Planning Theory", in: Ganser R., Piro R. (dir.), Parallel Patterns of Shrinking Cities and Urban Growth: Spatial Planning for Sustainable Development of City Regions and Rural Areas, Burlington (Vermont), Ashgate Publishing, Ltd, 45-58.

Kühn Manfred, 2015, "Peripheralization: Theoretical Concepts Explaining Socio-Spatial Inequalities", European Planning Studies, Vol.23, No.2, 367‑378.

Long Y., Wu K., 2016, "Shrinking Cities in a Rapidly Urbanizing China", Environment and Planning A, Vol.48. No.2, 220-222.

Martinez-Fernandez C., Weyman T., Fol S., Audirac I., Cunningham-Sabot E., Wiechmann T., Yahagi H., 2016, "Shrinking cities in Australia, Japan, Europe and the USA: From a global process to local policy responses", Progress in Planning, Vol.105, Elsevier, 1-48.

Meyfroidt A., 2011, "Les services du quotidien comme solution au rétrécissement urbain : le cas de Marzahn-Hellersdorf", Géocarrefour [En ligne], Vol.86, No.2, mis en ligne le 05 mars 2012. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8353.

Miot Y., 2012, "Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ?  Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse, Roubaix et Saint-Etienne", Thèse de doctorat, Université de Lille 1 - Sciences et Technologies.

Mykhnenko V., Turok I., 2008, "East European Cities - Patterns of Growth and Decline, 1960–2005", International Planning Studies, Vol.13, No.4, 311-342.

Olsen A.K., 2013, "Shrinking Cities: Fuzzy Concept or Useful Framework?", Berkeley Planning Journal, Vol.26, No.1, 107-132.

Oswalt P., 2006, Shrinking Cities: Volume 1: International Research, Ostfildern-Ruit Germany. New York. Hatje Cantz Publishers.

Oswalt P., 2008, "Shrinking Cities", in: Shrinking Cities: Complete Works 3 Japan. Berlin. Project Office Philipp Oswalt, 3-29.

Pallagst K., 2009, The Future of Shrinking Cities: Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context, Institute of Urban & Regional Development, Center for global metropolitan studies and the shrinking cities international Research Network, Berkeley, University of California.

Pascal A., 1987, "The Vanishing City", Urban Studies, Vol.24, No.6, 597-603.

Price D., 1986, Little science, big science… and beyond, New York, Columbia University Press.

Pritchard A., 1969, "Statistical Bibliography or Bibliometrics?", Journal of Documentation, Vol. 25, No.4, 348-349.

Rieniets T., 2006, "Urban shrinkage", in : Oswalt, P., Rieniets, T. (eds.), Atlas of shrinking cities, Hatje, Ostfildern, 30.

Ryan B.D., 2012, Design After Decline: How America Rebuilds Shrinking Cities, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Rybczynski W., Linneman P.D., 1999, "How to save our shrinking cities?", Public Interest, No.135, 30-44.

Stryjakiewicz T., 2013, "The process of urban shrinkage and its consequences", Romanian Journal of Regional Science, Vol.7, 29-40.

Stryjakiewicz T., Jaroszewska E., 2016, "The Process of Shrinkage as a Challenge to Urban Governance", Quaestiones Geographicae, Vol.35, No.2, 27-37.

Troeger-Weiß G., Domhardt H.-J., 2009, "Germany’s Shrinkage on a Small Town Scale", in : Pallagst K. et al. (dir.), The Future of Shrinking Cities: Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context, Berkeley, University of California, 161-168.

Tijssen R.J.W., Van Raan A.F.J., 1994, "Mapping Changes in Science and Technology: Bibliometric Co-Occurrence Analysis of the R&D Literature", Evaluation Review, Vol.18, No.1, 98-115.

Turok I., Mykhnenko V., 2008, "Resurgent European Cities?", Urban Research & Practice, Vol.1, No.1, 54-77.

UMS RIATE, et al., 2008, Régions en déclin : un nouveau paradigme démographique et territorial, Parlement Européen, Département Thématique B : politiques structurelles et de cohésion, [En ligne], URL : http://www.ums-riate.fr/Webriate/?portfolio=regions-en-declin-un-nouveau-paradigme-demographique-et-territorial.

Van De Kaa D.J, 1987, "Europe’s Second Demographic Transition", Population Bulletin. Vol.42, No.1, 1-59.

Ward S.V., 2012, "Spatial Planning Approaches to Growth and Shrinkage: A Historical Perspective", in: Parallel Patterns of Shrinking Cities and Urban Growth: Spatial Planning for Sustainable Development of City Regions and Rural Areas, Ganser R., Piro R. (eds.), Burlington (Vermont), Ashgate Publishing, Ltd, 7-26.

Weaver R., Holtkamp C., 2015, "Geographical Approaches to Understanding Urban Decline: From Evolutionary Theory to Political Economy… and Back ?", Geography Compass, Vol.9, No.5, 286-302.

Wiechmann Thorsten, 2009, "Conversion Strategies under Uncertainty in Post-Socialist Shrinking Cities: The Example of Dresden in Eastern Germany", in: The Future of Shrinking Cities: Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context, University of California, Berkeley, 5‑16.

Wiechmann T., Wolff M., 2013, "Urban Shrinkage in a Spatial Perspective – Operationalization of Shrinking Cities in Europe 1990-2010", Planning for Resilient Cities and Regions. AESOP/ACSP 5th Joint Congress 2013, University College, Dublin Ireland.

Wolff M., Fol S., Roth H., Cunningham-Sabot E., 2013, "Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France". Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne]. Aménagement, Urbanisme. No.661, mis en ligne le 08 décembre 2013, consulté le 09 février 2016. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26136.

Haut de page

Annexe

Annexe A : Sélection des sujets par requêtes

Comme présenté en point 2.2., la première requête avec le seul terme shrink* a été peu probante. Cela nous a poussés à rédiger une seconde requête plus poussée dont la forme est la suivante :

shrink* AND (city OR cities OR urban OR rural OR region)

Mais une telle requête était encore loin d’être satisfaisante. En effet, un certain nombre de résultats hors sujet restaient inclus dans les 4 736 résultats que propose ASC. Parmi ces sujets qui ne conviennent pas, nous pouvons citer ceux liés aux questions de la fonte des glaces et, dans une moindre mesure, au réchauffement climatique (glaciers (74 publications), global warming (50), arctic regions (7)) ; à la géologie (vertisols (80), porous materials (39), sediments (16)) ; les sujets touchant aux domaines de la médecine (therapeutic use (18), treatment (18), cell death (17), tumors (17), radiotherapy (15)) ; des statistiques avancées (thresholding algorithms (55), estimation theory (37)) ; ou encore des matériaux, de l’industrie chimique et du textile. En somme, tout ce qui peut "rétrécir".

Une deuxième requête, excluant pas moins de 284 termes, s’en est suivie, comme synthétisée ci-après :

shrink* AND (city OR cities OR urban OR rural OR region) NOT (climatic changes OR vertisols OR simulation methods OR glaciers OR magnetic OR concrete OR stresses OR x-ray OR semiconductors OR hippocampus OR climatology OR porosity OR nanoparticles OR gelation OR clothe OR cotton OR ice OR cell OR cancer OR, etc.)

Cette requête a été établie de manière semi-automatique. En effet, ASC propose différents champs d’affinement de la recherche. Parmi eux, se trouve celui "Sujet : terme de thesaurus". Par simple copier-coller, une centaine de termes ont ainsi été ajoutés à la requête initiale. Pour autant, le nombre de termes utilisable dans ASC étant limité à 150, les premiers résultats détaillés (1672) ont dû être ajoutés dans un logiciel de gestion de base de données où des requêtes complémentaires ont pu être réalisées. La base de données finale a été validée par lecture des titres, des mots-clés puis des résumés si les deux premiers champs ne permettaient pas de confirmer le lien entre la publication et le sujet d’étude. En outre, seuls les articles rédigés entre 1980 et 2017 ont été pris en compte. Ce choix s’explique tant par la revue de littérature argumentant le développement de la production scientifique sur les shrinking cities depuis les années 1980, que par le faible nombre d’articles publiés avant cette date et référencés dans les bases de données bibliographiques.

De plus, au regard du très faible nombre d’articles en langue française référencés dans Academic Search Complete, il est apparu nécessaire d’intégrer à l’analyse bibliométrique les références disponibles sur la base francophone Francis. Bien qu’arrêtée en 2015, elle n’en reste pas moins une base de référence. Elle s’avère toutefois moins pertinente pour une analyse bibliométrique sur le thème des shrinking cities que ASC. En témoigne la première requête rédigée en langue française "ville* ET décroi*" qui ne s’est soldée que par 68 résultats et dont la pertinence est discutable. En effet, l’archéologie est la deuxième discipline la plus représentée dans les résultats (6 articles) devant la géographie (5), la psychologie (4) ainsi que la préhistoire, et derrière la sociologie (10). En outre, parmi les 25 résultats les plus pertinents seulement deux pourraient être en accord avec le sujet. L’expression "décroissance ET urbain*" ne s’est pas montrée plus fructueuse. Les résultats restent maigres (22) bien que plus orientés sur les shrinking cities. Il reste toutefois notable qu’un bon quart demeure encore hors sujet. Cela peut s’expliquer par la lecture possible du terme décroissance, qui reste avant tout un concept politique et économique. Une troisième tentative francophone a été réalisée à partir de l’expression couramment employée dans la littérature francophone "ville* en décroissance". Celle-ci s’avère être encore moins prometteuse comme en témoignent ses 37895 résultats. Un tel chiffre s’explique par la conjonction de ces trois mots dans le même champ de requête ce qui ne permet pas de filtre efficace.

La proposition "déclin ET urbain" est encore la plus encourageante. Avec ses 538 résultats sans traitement préalable, elle laisse penser que le filtre a été plus efficace. Cela semble d’autant plus vrai que sur les 25 résultats considérés comme les plus pertinents, 18 sont connexes au sujet. Pour autant, après avoir ignoré les articles s’attachant à la psychologie, à l’histoire ou encore à la médecine, le mot déclin à, lui aussi, montré ses limites. Un traitement manuel des résultats a ainsi été nécessaire, fortement aidé par la présence des mots-clés et des résumés des articles dans Francis. Une fois ce travail réalisé, il ne reste alors plus que 42 articles.

Face à ces échecs relatifs au même titre que la proposition de mots-clés en langue anglaise et le souci de cohérence avec la base bibliométrique issue de ASC, le choix s’est reporté sur la requête anglophone à laquelle a été ajoutée l’expression "OR (ville* AND décroissance) OR (décroissance AND urbaine)". Une fois les résultats hors sujet écartés par la voie informatique et un traitement manuel, il ne reste plus que 53 documents. Ainsi, bien qu’un biais méthodologique puisse exister pour ce type de sélection, l’analyse laisse à penser que la base bibliographique ne compte en son sein que peu d’articles se référant à la question. Cela peut s’expliquer par une importance notable de la recherche scientifique en langue anglaise et par l’absence, dans la base de données Francis, de certaines revues de référence dans le domaine. Par exemple, les articles publiés dans la revue European Planning Studies n’apparaissent pas. Cela est confirmé par l’absence de résultats lorsque la recherche est effectuée à partir du titre d’un article. Il en va de même pour la revue International Journal of Urban & Regional Research. En outre, la recherche en langue française sur le sujet des shrinking cities connaît un essor très récent que ne peut fidèlement retranscrire Francis puisqu’arrêtée en 2015. Malgré toutes ces limites, les deux bases restent relativement complémentaires. Sur l’ensemble du corpus, seulement quatre articles sont présents dans les deux bases. Le recouvrement est ainsi fortement limité ce qui rend possible la combinaison des résultats des deux bases bibliographiques et donc leur analyse bibliographique simultanée.

Afin de compléter cette recherche, le Web of Science (WOS) a un temps été envisagé puisqu’il reste une base de référence en matière de bibliométrie. Son importance trouve sa source dans la proposition par Clarivate Analytics d’une automatisation de l’analyse bibliométrique. Ainsi, dès la fin de la requête, les résultats sont analysés selon un grand nombre de critères allant des années de production aux auteurs en passant par les éditeurs. Pour autant, son fort taux de recouvrement avec ASC, le manque d’options d’affichage et l’absence du champ "sujets" sont autant d’arguments ayant pesé en sa défaveur pour cette analyse avant tout manuelle.

Annexe B : Aperçu de la base de données bibliométriques

Annexe B : Aperçu de la base de données bibliométriques

Annexe B : Aperçu de la base de données bibliométriques

Annexe C : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC)

Annexe C : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC)

Annexe C : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC)
Haut de page

Notes

1 Le terme shrinking cities est généralement traduit dans la littérature francophone par "décroissance urbaine".

2 "Given a preference for low density residence in amenity-rich areas, which a large fraction of the population expresses, further depopulation of cities seems inevitable" (Pascal, 1987, p. 599).

3 "A shrinking city is a densely populated urban area with a minimum population often thousand residents that has faced population losses in larges parts for more than two years and is undergoing economic transformations with some symptoms of a structural crisis" (Pallagst et al., 2009, p. 23).

4 "Rather, treating science as a measurable entity" (Price, 1986, p. xvi).

5 © EBSCO Industries, Inc. “Academic Search Complete”. EBSCO Information Services. URL : https://www.ebsco.com/products/research-databases/academic-search-complete (consulté le 25 août 2017).

6 Le fait d’ajouter un astérisque à la fin d’un mot ou d’une expression permet d’élargir les résultats de la requête en sélectionnant, dans notre cas, l’ensemble des mots-clés ayant pour noyau le terme "shrink" (to shrink, shrinking, shrinkage).

7 Les villes sont classées par ordre croissant d’importance dans la littérature scientifique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Nombre de publications, ayant trait au processus de "rétrécissement urbain", parues entre 1990 et 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32354/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre Carte  : Pays faisant l’objet de publications sur les processus de décroissance
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32354/img-2.png
Fichier image/png, 209k
Titre Carte 2 : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC et Francis)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32354/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Annexe B : Aperçu de la base de données bibliométriques
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32354/img-4.png
Fichier image/png, 182k
Titre Annexe C : Carte bibliométrique des sujets connexes au shrinkage cités au moins une fois dans sept occurrences (ASC)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32354/img-5.png
Fichier image/png, 902k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Morel-Doridat et Grégory Hamez, « La recherche scientifique sur les shrinking cities : apport de la bibliométrie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 902, mis en ligne le 07 juin 2019, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32354 ; DOI : 10.4000/cybergeo.32354

Haut de page

Auteurs

Frédérique Morel-Doridat

Université de Lorraine, EA 7304 LOTERR, France
Doctorante
frederique.morel-doridat@univ-lorraine.fr

Grégory Hamez

Université de Lorraine, EA 7304 LOTERR, France
Professeur des universités, directeur l’EA 7304 LOTERR
gregory.hamez@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page