Navigation – Plan du site

Les voyages polaires de Jules Verne

Frédérique Rémy

Résumés

Cinq Voyages extraordinaires de Jules Verne, publiés de 1855 à 1897, ont pour thème central les régions polaires et cinq autres voyages se passent à un moment ou à un autre aux pôles. En ce milieu du XIXe siècle, les pôles sont encore loin d’être atteints et les régions avoisinantes restent relativement peu connues. Quelques récits de voyage commencent à être publiés, Jules Verne va fortement s’en inspirer. Il va alors créer un monde « d’une sinistre beauté », oxymore qui traduit toute l’angoisse et la frayeur qui envahissent les explorateurs et toute la beauté qui néanmoins les fascine. La glace de Jules Verne, vit, bouge, danse avec la houle, elle est en perpétuel mouvement, ses formes varient brusquement, les couleurs du ciel, de la glace ou des animaux évoluent très vite. Les phénomènes physiques : la réfraction, la phosphorescence, l’électricité… participent aussi à cette sinistre beauté. Comment, à partir des quelques éléments qu’il possède, Jules Verne su créer un monde fascinant qui sera repris à l’envi par les écrivains, vulgarisateurs ou journalistes et qui participera à l’engouement polaire de la fin du siècle ?

Haut de page

Texte intégral

Pourquoi les pôles ?

1Les pôles sont l’une des destinations favorites des Voyages extraordinaires. Plusieurs raisons l’expliquent. Le thème se prête bien aux scénarios de Jules Verne. Le suspense est intense : un bateau est tout petit devant un iceberg de plusieurs tonnes ou enserré par des glaces de mer. Les lieux sont inconnus, difficiles, dangereux. La moindre défaillance peut y être fatale. La boussole y devient folle et tous les repères habituels disparaissent : tout est blanc, les nuages, la mer, le ciel, la glace, la brume. La glace est mouvante et peut changer totalement de forme en quelques minutes. Les phénomènes atmosphériques sont curieux et conduisent à des transformations du panorama qui inquiètent. Le sort des marins bloqués dans les glaces pendant la longue nuit polaire fait frémir. Les journaux insistent sur leur longue veillée de plus de 1 700 heures dans le noir et le froid.

2Jules Verne trouve aussi dans les pôles de nombreux phénomènes à expliquer. Le gel de la glace, les mouvements de la banquise, certes, mais aussi les singularités atmosphériques telles que : la réfraction, les parhélies, la phosphorescence, l’électricité, les aurores boréales, les mirages … qui accentuent la beauté du lieu et permettent la vulgarisation. Il y aura toujours dans ses livres un érudit pour faire une balle de fusil avec de la glace, expliquer le mécanisme des aurores boréales, ou faire des expériences sur l’électricité. « M. Jules Verne sait, comme les physiciens, fabriquer la glace au centre d’une tombe chauffée à blanc » affirme Théophile Gautier (Gautier, 1866).

3Mais l’initiation va plus loin car aux pôles, tout est différent, il faut tout réapprendre et les valeurs sont à l’opposé de celles des romans initiatiques habituels (Sadaune, 2004). Dès Un Hivernage dans les glaces, publié en 1855, les héros sont un vieil homme et une jeune femme, partis tous deux à la recherche de leur fils et fiancé. Tous deux arrivent à déjouer les pièges de l’Arctique.

4Le pôle de Jules Verne est à la fois sinistre, dangereux, effrayant et admirable, plein de féerie, merveilleux, d’une sinistre beauté, résume-il.

5Tous les moyens sont bons pour atteindre ce lieu mythique. Jules Verne y envoie ses héros, certes en goélette ou en brick, en ski ou en traîneau, mais aussi, et c’est un écrivain d’anticipation, en engin volant plus lourd que l’air dans Robur le conquérant(1886), en sous-marin dans Vingt mille lieues sous les mers (1871). Il leur fait traverser le détroit de Behring en roulotte dans César Cascabel (1890) et prendre le canal de l’Antarctique à dos d’iceberg dans le Sphinx des glaces. C’est à pied, à cheval ou en ballon que les bourgeois, attirés par la présence d’un météore, se rendent au Groenland dans La Chasse au météore (1901).

6Quel que soit le moyen de transport, les héros de Jules Verne vont dépasser les limites connues de la géographie : Emile Zola (1866) résume dans L’événement « Ce que Franklin et Bellot n’ont pu faire, Hatteras l’accomplit. Il touche la terre promise aux navigateurs, l’île dans laquelle se trouve le point géographique du pôle ». Jules Verne a lu de nombreux récits de voyage et journaux de bord, qui alimentent son récit jusqu’à ce que les héros dépassent la limite connue. Le décor devient alors étrange, fantastique.

Explorations polaires et sources disponibles de l’époque

7La première œuvre polaire de Jules Verne, Un Hivernage dans les glaces, est publiée en 1855. Les pôles sont alors loin d’être atteints et restent méconnus. On pense toujours que, derrière une épaisse et infranchissable barrière de glace, le temps est clément et la mer libre de glace(Rémy, 2017). A l’assise scientifique donnée par Buffon, cette douceur polaire est confirmée au tout début du XVIIe siècle par des explorateurs anglais : William Baffin découvre une polynie, une étendue d’eau libre prise dans la glace, et Henry Hudson constate un réchauffement en s’approchant des pôles. On invoque alors la chaleur procurée par les rayons du soleil au pôle, certes rasants, mais permanents six mois par an. On ne sait pas non plus s’il y a une île ou non au pôle. Jules Verne y placera une île volcanique devant laquelle Hatteras deviendra fou.

  • 1 Il s’agit notamment de Lanoye (1854) et de Hervé et Lanoye (1854), cités par Huet (2009).

8Pendant la première moitié du XIXe siècle, au moins trois expéditions influencent Jules Verne. Tout d’abord celle du baleinier William Scoresby qui longe les côtes du Groenland dans les années 1820. Il décrit avec précision le gel de l’eau de mer, la formation de glace plus épaisse mais aussi des phénomènes atmosphériques curieux. Le marin est introduit dans le milieu scientifique par François Arago, le frère de Jacques, ami de Jules Verne. L’écrivain lit régulièrement l’Annuaire du Bureau des longitudes, dans lequel Arago publie les récits de Scoresby dont l’écrivain s’inspire ouvertement. En 1839 le navire français La Recherche part vers le passage du Nord-Est. Outre les différents scientifiques, astronomes, géologues ou météorologues, le peintre François Biard embarque pour l’expédition. Sa jeune fiancée, Léonie d’Aunet insiste pour le suivre. à son retour, elle a une liaison malheureuse avec Victor Hugo et attend 1854 pour publier le récit de son voyage. Elle y parle des ours, de la difficulté d’enterrer les morts dans la glace, de la neige rouge, elle décrit les icebergs en terme d’architecture « de tous les styles et de tous les temps » : minarets, ogives, pyramides, arcades… le tout teinté de couleurs les plus vives avec l’éclat du diamant, du saphir, de l’émeraude, images en partie empruntées à Xavier Marmier, linguiste spécialiste de la littérature scandinave et chargé de rédiger le journal de l’expédition. Enfin, la dernière expédition marquante fait suite à celle de l’Américain John Franklin, parti en 1845 à la recherche du passage du Nord-Ouest et qui ne revient pas. Cette disparition fait la une des journaux de l’époque et de nombreux explorateurs partent à sa recherche. Entre autres, le Français Joseph Bellot est officier à bord d’un navire anglais. Il meurt à la fin du voyage mais laisse un journal détaillé. Il y décrit les halos, les parhélies, les bruits si particuliers, les icebergs qu’il compare à des ruines, le vêlage d’icebergs qui glissent en mugissant, la houle qu’ils produisent en se retournant ou un bateau « pincé » entre deux icebergs mais aussi l’hivernage ou la fatigue des hommes. Il insiste sur les effets de réfraction qui grossissent et déforment les objets. Jules Verne lit son journal et en ressort profondément marqué. Ce journal est probablement à l’origine d’Un Hivernage dans les glaces, le froid extrême, le bateau pris dans les glaces, un hivernage forcé sont inspirés du journal de Bellot. La très jeune fiancée qui doit se cacher pour être embarquée, ressemble fort à Léonie d’Aunet. La recherche de Franklin sera à l’origine de nombreux récits de voyages polaires traduits et rassemblés dans divers ouvrages de vulgarisation. Les chapitres de Jules Verne sur la disparition de Franklin ou de Bellot en sont plus que directement inspirés1.

9En 1866, Jules Verne publie les Aventures du capitaine Hatteras (1866). Entre temps, les travaux sur les courants de l’hydrographe américain Matthew Maury ont été traduits en Français en 1858 (Maury, 1855). Il y explique que les courants sont des fleuves d’eau chaude qui circulent dans l’océan en conservant leur chaleur. Pour lui, la mer libre du pôle est créée par la branche du Gulf Stream qui part vers le nord, plonge sous les glaces et ressurgit au pôle. Tous les héros de Jules Verne se méfieront de ce courant qui peut les transporter jusqu’au pôle. Deux ans plus tard, en 1860, un géographe allemand, Auguste Petermann croit comprendre la disparition de Franklin. Celui-ci a malencontreusement traversé la barrière de glace et vogue dans les eaux de la mer libre. Voilà de quoi relancer le mythe de la mer libre, dorénavant les expéditions partent, non plus à la recherche de Franklin, mais à celle de cette mer libre. Hatteras part aussi dans ce but avoué. Il sait que contrairement à ce que pensent les physiciens, le maximum du froid n’est pas au pôle lequel connaît probablement un climat tempéré. Les anecdotes sont puisées dans les écrits de Scoresby et ceux de Bellot dont le livre raconte la disparition de Franklin.

10En 1870, Jules Verne publie Vingt-mille lieues sous les mers. Les livres de Petermann, Maury et Arago figurent en bonne place dans la bibliothèque du capitaine Nemo. Les héros pourront admirer la mer libre du pôle Antarctique. Trois ans plus tard, il raconte l’histoire de trappeurs qui comprennent qu’ils dérivent sur un immense iceberg dans Au Pays des fourrures(1873), en prenant garde de ne pas se faire emporter par le courant qui mène au pôle.

11Il faut attendre douze ans pour que Jules Verne renoue avec ses thèmes polaires, l’Epave du Cynthia (1885) écrit en collaboration avec André Laurie, César Cascabel (1890) et le Sphinx des glaces (1897). Le premier s’inspire de l’expédition du Finlandais Erik Nordenskjöld qui franchit le passage du Nord-Est en 1878. Les personnages découvrent un jeune esquimau qui semble avoir les traits d’un Scandinave et partent à la recherche des traces de l’expédition. Le navigateur finlandais traverse aussi le Groenland, constate que ce n’est qu’un vaste champ de glace et y découvre une immense météorite, trame de La Chasse au météore (1908), roman publié après la mort de Jules Verne.

12Enfin, le dernier, Le Sphinx des glaces, est le seul entièrement dédié à l’Antarctique. En dépit de plusieurs approches du continent depuis les années 1840, la carte de Philippe Buache (1757) reste en vigueur. Le continent serait coupé en deux parties disjointes séparées par un chenal. Les héros de Jules Verne y partent à la recherche d’Arthur Gordon Pym, qu’Edgar Poe a abandonné dans une mauvaise position.

13Jules Verne s’inspire donc profondément des récits de Léonie d’Aunet, de William Scoresby, ou de René Bellot. On peut penser qu’il a lu les livres de la bibliothèque du capitaine Nemo : August Petermann ou Matthew Maury. Il emprunte librement plusieurs pages d’affilés du livre d’Hervé et Lanoye (Butcher, 2006).

Le décor polaire

14Le décor polaire est de prime abord monotone. « La glace ici, la glace là, la glace tout à l’entour » décrit Samuel Coleridge (1977) dans La chanson du vieux marin. Le décor polaire est blanc et figé. La glace de Jules Verne, elle, vit. Elle flotte sur l’eau, prend de nombreuses formes, danse avec la houle et est en perpétuel mouvement. Les couleurs et les tons de la glace, de la mer, du ciel mais aussi des animaux changent sans cesse. Le ciel aussi joue avec l’eau et la glace, c’est un ballet de tous les éléments fluides polaires. Chaque morceau de banquise a son nom, le hummock est une protubérance produite par la pression des glaces, une sorte de monticule de glaçon et de neige qui empêche d’avancer. Mais il y a aussi des floes, plus petits ; du drift-ice ; du pack, un champ brisé ; du palch quand celui-ci est circulaire et tourne sur lui-même ; des streams quand les morceaux sont allongés, ou des calfs… tout cela se mélange dans le grand ice-field, un champ uni… autant de mots anglo-saxons introduits par Arago et utilisés autant par les écrivains que par les vulgarisateurs scientifiques. « Il a bien fallu donner des noms à tout cela pour s’y reconnaître » avoue l’écrivain. Les champs de glace sont aussi « affreusement convulsionnés, hérissés d’hummocks, d’aiguilles rompues, de tronçons renversés, de pyramidions culbutés, houleux comme une mer qui se fût subitement figée au plus fort d’une tempête… ».

15Le danger pour les bateaux vient des plus gros blocs de glace, des montagnes de glace. D’abord les glaçons : Jules Verne ne manque pas d’adjectifs. Ils sont tour à tour aigus, errants, trop menaçants, énormes, entrechoqués, entraînés, rongés, innombrables, dangereux, monstrueux, culbutés, convulsionnés, ébréchés, solidifiés puis agglomérés. Des glaçons pesant plusieurs quintaux escaladent les murailles du navire, ils se retournent aussi devant le bateau avec un bruit démoniaque. Encore plus gros : l’iceberg, il devient obsessionnel dans l’œuvre de Jules Verne. « Puis de toutes parts des détonations, des éboulements, de grandes culbutes d’icebergs, qui changeaient le décor comme le paysage d’un diorama ». Chaque navire redoute la rencontre d’icebergs dont le moindre les eut écrasés sur son passage. La glace qui se resserre et « pince » le bateau est comparée aux mâchoires d’un monstre. Mais ce monstre sinistre est aussi admirable.

Figure 1 : Le Forward tout petit devant des glaces de toutes formes, dessiné par Edouard Riou. Au fond, on aperçoit un halo (Collection particulière).

Figure 1 : Le Forward tout petit devant des glaces de toutes formes, dessiné par Edouard Riou. Au fond, on aperçoit un halo (Collection particulière).

16Il est souvent décrit en termes d’architecture : regardez cet ensemble de blocs de glace, « ne dirait-on pas une ville étrange, une ville d’Orient avec ses minarets et ses mosquées sous la pâle lumière de la lune ? Voici plus loin une longue suite d’arceaux gothiques qui nous rappellent la chapelle d’Henry VII ou le palais du Parlement ». Et un peu plus loin de préciser : « il y en a pour tous les goûts ; mais ce sont des villes ou des églises dangereuses à habiter, et il ne faut pas les ranger de trop près. Il y a de ces minarets-là qui chancellent sur leur base, et dont le moindre écraserait un navire ». Les héros parviennent à gravir un iceberg qui pouvait mesurer trois cents pieds de hauteur. « De là, leur vue s’étendit sur cet amas désolé, semblable aux ruines d’une ville gigantesque, avec ses obélisques abattus, ses clochers renversés, ses palais culbutés tout d’une pièce. Un véritable chaos. »

17Le capitaine Nemo aussi admire les glaces de l’Antarctique et leur superbe attitude. « Ici, leur ensemble formait une ville orientale avec des minarets et ses mosquées innombrables ; là une cité écroulée comme jetée à terre par une convulsion du sol. »

18L’un des suspenses favoris de Jules Verne reste de soulever un bateau avec un iceberg et nombre de ses héros vont se trouver en mauvaise posture sur ce monstre de glace. Il est vrai que plusieurs explorateurs ont connu de telles aventures et que les journaux faisaient alors leur une sur le sujet. Dans César Cascabel, une famille de saltimbanques traverse en roulotte le détroit de Behring gelé. D’un coup, un iceberg se détache, culbute, provoque une immense lame qui emporte l’un des leurs et le dépose sur l’iceberg qui disparaît dans le brouillard. Dans le Sphinx des glaces, l’iceberg se retourne et le bateau se retrouve dessus, à plus de trente mètres de hauteur. C’est ainsi qu’il traverse l’Antarctique par le chenal, à dos d’iceberg. Dans Vingt mille lieues sous les mers, un immense iceberg culbute et en se retournant, sa base heurte le Nautilus qui remonte avec lui et risque d’être pris sous la glace du dessus. Le bateau s’engouffre alors dans un tunnel fait de gros morceaux de glace et ses occupants comprennent qu’ils sont coincés entre plusieurs icebergs et la glace du dessus… Ils manquent de mourir écrasés ou asphyxiés. Enfin, dans Le Pays des fourrures, des trappeurs qui ont cru s’installer en lieu sûr, comprennent qu’ils sont en train de dériver sur un iceberg qui vient de se détacher de la côte. L’iceberg fond tranquillement pendant que le courant qui remonte vers le pôle les emmène.

Un monde mouvant et coloré

19Le monde polaire de Jules Verne est loin d’être blanc. La mer prend des teintes variant « du bleu au vert olive ». La neige est parfois rouge, « comme du beau carmin ». Le capitaine Hatteras est face à un champ de glace couvert de neige, mais d’une neige entièrement rouge. Ce long rideau cramoisi donne un effet un peu terrifiant. Jules Verne nous apprend que cette coloration provient uniquement de la présence de champignons microscopiques, déjà observés par le naturaliste Saussure dans les Alpes. La réverbération des rayons du soleil sur ce tapis de pourpre produit des effets bizarres et donne une teinte enflammée. Lorsque la neige fond, on dirait du sang qui coule…

20Les glaces observées par le capitaine Nemo montrent des veines vertes, comme si « le sulfate de cuivre en eut tracé les lignes ondulées ». D’autres veines, semblables à d’énormes améthystes se laissent pénétrer par la lumière. Celles-ci réverbèrent les rayons du jour sur les mille facettes de leurs cristaux, comme des « saphirs qui croisaient leurs jets bleus avec le jet vert des émeraudes » ou des diamants de feu. Celles-là, nuancées des vifs reflets du calcaire suffiraient à la construction de toute une ville de marbre.

  • 2 Dovekies dans le texte.

21Mammifères, amphibies ou volatiles ont aussi leur couleur. Les ours, les baleines, les albatros, les lièvres ou les renards polaires sont certes blancs, mais les lièvres deviennent gris l’été, les renards peuvent aussi être bleus, noirs ou gris argenté, les ours bruns. Il y a des milliers d’oiseaux qui volent vers la mer libre, les outardes, grasses et belles, ont un plumage noir mélangé de roux, les eiders d’un bleu noir, les pingouins2, le corps noir, les ailes tachetées de blanc, les pattes et le bec rouges comme du corail. Les albatros, habituellement blancs, ont aussi parfois un plumage noir ou une teinte fuligineuse… Il y a aussi « des myriades de poissons sous ces eaux qui, suivant les fonds, variaient du bleu intense au vert olive ». Les méduses sont aussi « parées des couleurs les plus tendres ».

22Il faut imaginer cette glace en perpétuel mouvement. Les plaques tournent sur elles-mêmes, virevoltent autour du bateau, s’entrechoquent et forment des hummocks. Les icebergs, eux, traversent le champ de glace avec une vitesse inouïe, en évitant de justesse la frêle goélette. Rongés par l’eau à leur base, ils se retournent sur eux-mêmes, engendrent des lames d’eau qui balaient le pont du bateau et emportent un marin. Le champ de glace bouge et se déforme, il n’est jamais identique, on ne peut se repérer ni trouver sa direction lorsque la boussole est devenue folle à l’approche du pôle. Il faut ajouter les conditions météorologiques : du brouillard permanent, du blizzard épouvantable, violent qui rend aveugle, des tempêtes hyperboréennes, des ouragans de neige qui recouvre tout en tourbillonnant. Aux « trombes de neige se joignait une véritable grêle ramassée par l’ouragan sur la surface dégelée des bancs de glace ; c’étaient autant de flèches aiguës qui hérissaient l’atmosphère » raconte-il. Le vent aussi fait chuter la température de trente degrés….

23Enfin, ils entendent des bruits terribles et effrayants : le rugissement de l’iceberg qui se détache, le sifflement du vent, la tempête de neige qui mugit et gronde, des bruits stridents causés par une tempête de neige électrique, le crépitement de l’aurore. Les volatiles ne se privent pas, leurs vacarmes continuels sont assourdissants, leurs cris discordants.

Figure 2 : Une aurore boréale dessinée par Jules Ferat pour Au Pays des fourrures (Collection particulière).

Figure 2 : Une aurore boréale dessinée par Jules Ferat pour Au Pays des fourrures (Collection particulière).

24Les régions polaires sont aussi le siège de phénomènes atmosphériques admirables mais intrigants qui illuminent les nuits polaires. Le ciel s’éclaire vers le nord de jaune pâle, strié de bandes noirâtres, puis des jets d’une matière lumineuse s’élancent, s’allongent en changeant leur luminosité et se colorent en rouge, jaune ou vert. Le ciel parait en feu. Ces aurores boréales inondent l’espace de leurs lumineuses effluences, disposées comme les feuillets d’un éventail. Ce spectacle polaire est féerique. Les coéquipiers du capitaine Hatteras observent aussi un magnifique phénomène solaire : un halo avec des parhélies, « les deux images du soleil se distinguaient remarquablement ; les couleurs aperçues dans les arcs lumineux étaient du dedans au dehors, le rouge, le jaune, le vert, un bleuâtre très faible ». Plus tard, ils sont attirés par des parasélènes, plusieurs images de la Lune qui se forment avec un fort éclat, parfois bordées d’une teinte rouge pâle, parfois multipliées en deux ou trois exemplaires. De simples halos lunaires entourent la Lune qui brille au centre d’un cercle lumineux avec une splendide intensité, parfois ces halos brillent de toutes les couleurs du prisme. La vue d’une aurore est un éblouissement, « un incomparable spectacle » résume Jules Verne.

Figure 3 : Un parhélie dessiné par Edouard Riou pour Les Aventures du capitaine Hatteras (Collection particulière).

Figure 3 : Un parhélie dessiné par Edouard Riou pour Les Aventures du capitaine Hatteras (Collection particulière).

Une physique qui transcende

25Cette ambiance si étrange et merveilleuse à la fois, tous ces mouvements, toutes ces formes et ces couleurs sont transcendés par les phénomènes physiques si particuliers aux pôles. La « sinistre beauté » des pôles de Jules Verne est sublimée par l’enchantement de forces surnaturelles. Tous les héros se prêtent à l’examen de ces singularités, les marins sont effrayés en dépit des explications rationnelles rassurantes de l’érudit présent. Tous ces phénomènes accentuent la beauté du tableau mais aussi l’angoisse. « La réfraction produisait d’étranges effets » remarquent les équipiers du capitaine Hatteras. Là, où ils pensaient n’avoir qu’un pas à faire, c’était des dizaines de mètres tourmentés qu’il fallait franchir. Le moindre hummock semble colossal. Un jour, ils sont attaqués par un ours agressif, « la bête du Gévaudan ! ». Alors qu’ils s’apprêtent à faire feu, le docteur s’écrie « La réfraction ! » et sauve ainsi le petit chien de l’expédition d’une mort certaine. Cette illusion d’optique occasionne de nombreuses chutes, l’un pense mettre le pied sur un monticule et tombe dans un trou, l’autre s’apprête à escalader un hummock alors qu’il en est bien loin. La scène se transforme, s’éloigne et se rapproche lorsque le vent balaie les brumes. Dans l’hémisphère sud, la réfraction modifie aussi les couleurs, qui passent du bleu au violet, ajoute des strates dans les tons rougeâtres.

26Des mirages peuvent aussi être provoqués par le brouillard. Un pic paraît d’un coup se rapprocher du bateau : « Il semblait avoir grandi d’une façon fantastique ; à son sommet se dressait un second cône renversé et pivotant sur sa pointe ; il menaçait d’écraser le navire de sa masse énorme ; il oscillait, prêt à s’abattre. C’était un spectacle effrayant. Chacun recula instinctivement, et plusieurs matelots, se jetant sur la glace, abandonnèrent le navire. »

27Un autre curieux phénomène est la phosphorescence. « Ils couraient sur un sol enflammé, et les châssis du traîneau semblaient soulever une poussière d’étincelles ». La mer devient aussi parfois transparente. Une plaine liquide de nuances de l’outre-mer se montre totalement transparente. « Cette diaphanéité permettait de la fouiller du regard jusqu’à des profondeurs incommensurables ; il semblait que le bassin polaire fut éclairé par-dessus à la façon d’un immense aquarium ». Des phénomènes électriques en illuminent les couches les plus reculées. La chaloupe semble alors suspendue sur un abîme sans fond. Les conditions météorologiques doublées de phénomènes électriques provoquent des feux Saint-Elme. « La chaloupe naviguait dans une zone de lumière électrique, un immense feu Saint-Elme resplendissait mais sans chaleur. Le mât, la voile, les agrès se dessinaient en noir sur le fond phosphorescent du ciel avec une incomparable netteté ; les navigateurs demeuraient plongés dans un bain de rayons transparents, et leurs figures se coloraient de reflets enflammés ».

La postérité du décor polaire de Jules Verne

28Jules Verne est le premier écrivain français du XIXe siècle qui aborde de façon réaliste le thème des pôles. Ce thème deviendra à la mode, tout comme les voyages polaires effectués où dorénavant comtes ou princes vont naviguer dans les eaux de l’Arctique. Le comte de Dufferin part suivre les pas de Léonie d’Aunet, puis le prince Napoléon en 1856, cousin de Napoléon III, puis le prince Roland Bonaparte, un petit-neveu, le prince Albert Ier de Monaco à la fin du siècle…, pour ne citer que les Français. Albert Robida écrit en 1878 Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul, dans les 5 ou 6 parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne (1878), titre qui souligne son admiration pour l’écrivain. Hélas pour Saturnin, alors qu’il pense être le premier à découvrir le pôle… le capitaine Hatteras l’y attend ! Puis Jules Clarétie (1878), Louis Jacolliot (1890), Louis-Henri Boussenard (1892), Pierre Maël (1895), Louis-Frédéric Rouquette enverra son môme Roudoudou trouver Le secret du pôle (1926), Louis Noir écrira une dizaine de petits livres sur les pôles à la fin du siècle. De très nombreux autres auteurs ou poètes, font des clins d’œil marqués aux régions polaires… Le leitmotiv de tous ces récits est sans conteste la légendaire douceur du pôle et le retour triomphant du héros qui a réussi à franchir la barrière de glace pour atteindre le premier le pôle géographique. Sans parler bien évidemment de Robida, tous empruntent les images et anecdotes de Jules Verne. On ne compte plus les bateaux heurtés par un iceberg qui se retourne, les oiseaux qui volent vers la mer libre du pôle, la réfraction qui déforme les apparences et les silhouettes, les parhélies, mirages ou orages électriques qui effraient les marins. Tous ne se sont pas forcément inspirés des romans de Jules Verne mais il y a fort à parier que des images en soient tirées. Le choix des mots et leur évolution du milieu à la fin du siècle trahit certains emprunts.

29De même, les livres scientifiques polaires fleurissent durant la seconde moitié du XIXe siècle. La réfraction, à cause de laquelle une petite bête peut être prise pour un dangereux ours blanc, ne manquera pas d’y être soulignée. Comme dans le désert, les mirages sont fréquents, on voit apparaître des villes, des colonnades de marbre, des palais (Tissot et Améro, 1889). Les explorateurs seront aussi très influencés. « Vous avez tous lu ces livres charmants dus à la plume de notre aimable et ingénieux collègue, M. Jules Verne, livres où grands et petits se surprennent à être captivés par d’attrayants récits » avance l’explorateur français Gustave Lambert (1867) qui se prépare à partir à la recherche du pôle pour découvrir la mer libre. En 1871, la bataille de Buzenval contre les Prussiens lui fut fatale, il ne partira jamais aux pôles. Le commandant Charcot avait embarqué dans la bibliothèque du Pourquoi pas ? tous les Voyages extraordinaires de Jules Verne et s’en servait comme d’un manuel d’énergie et de débrouillage (Paumier, 2004). A la fin du siècle, le navigateur norvégien, Fridtjof Nansen part plein nord avec son bateau Le Fram, « en avant » en norvégien, comme Hatteras avec Le forward, « en avant » en anglais. Le premier sous-marin à tenter de rejoindre les pôles, inauguré en présence du petit-fils de Jules Verne s’appelait le Nautilus

30L’influence de Jules Verne sur les écrivains, les vulgarisateurs scientifiques et les explorateurs de la seconde moitié du XIXe siècle est manifeste. Sa représentation des régions polaires a marqué durablement les générations futures. Pourtant, elle est loin d’être originale. Tous les ingrédients polaires sont empruntés : les termes d’architecture et les couleurs à Xavier Marmier et Léonie d’Aunet, les halos, parhélies et les effets dus à la réfraction au Journal de Bellot, la transformation de la glace à Scoresby, le retournement d’iceberg à Hervé et Lanoye… Le romancier a su créer une ambiance exceptionnelle, le vulgarisateur a injecté les phénomènes physiques si particuliers aux pôles, puis il a su assembler tous les éléments, les sublimer et les englober dans une histoire captivante. Les contrastes de ces régions, tantôt féeriques, tantôt angoissantes, ces monstrueux icebergs convulsionnés se retournant sous un ciel enflammé par de somptueuses aurores qui angoissent les marins réussiront à faire fantasmer des générations entières.

Haut de page

Bibliographie

Aunet L. d’, 1855, Voyage d’une femme au Spitzberg, Librairie Hachette, réédition 1995, Actes Sud.

Bellot J.-R., 1854, Journal d'un voyage aux mers polaires exécuté à la recherche de Sir John Franklin, en 1851 et 1852, précédé d'une notice sur la vie et les travaux de l'auteur par M. Julien Lemer, Paris, Perrotin.

Boussenard L.-H., 1892, Les Français au pôle Nord, Paris, Flammarion.

Buache P., 1757, "Observations géographiques et physiques, où l’on donne une idée de l’existence des terres antarctiques et de leur mer glaciale intérieure, avec quelques remarques sur un globe physique en relief, d’un pied de diamètre, qui sert de modèle pour celui de neuf pieds", Mémoires de l’Académie Royale des sciences, 190-203.

Butcher W., 2006, Jules Verne, The Definitive Biography, New York, Thunder Mouth Press.

Clarétie J., 1878, "La mer libre", Journal des voyages et des aventures de terre et de mer, publié en six chapitres sur huit semaines du 21 mars au 12 mai 1878.

Coleridge S., 1877, La chanson du vieux marin, Paris, Hachette.

Gautier T., 1866, "Les Voyages imaginaires de M. Jules Verne", Le Moniteur universel, 16 juillet 1866.

Hervé A. E., Lanoye, F. de, 1854, Voyage dans les glaces du pôle Arctique, Paris, Librairie Hachette.

Huet M.-H., 2009, "Winter Lights: Disaster, Interpretation, and Jules Verne’s Polar Novels", Verniana, n° 2, 149-178.

Jacolliot L., 1890, Les ravageurs de la mer, Flammarion, Paris.

Lambert G., 1867, "L’expédition au pôle Nord", Bulletin de la société de géographie, correspondant au discours prononcé le 20 décembre 1867 devant l’Assemblée générale.

Lanoye F. de, 1854, La mer polaire, voyage de l’érèbe et de la terreur, et expéditions à la recherche de Franklin, Paris, Librairie Hachette.

Maël P., 1895, Une Française au pôle Nord, Paris, Hachette.

Marmier X., 1840, Lettres sur le Nord, Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg, Paris, H. L. Delloye.

Maury M., 1855, The physical geography of the sea, Harper and Brothers, New-York. Maury M., 1858, Géographie physique de la mer, Paris, Librairie militaire et polytechnique, 1858 (pour la traduction française).

Paumier J .-Y., 2004, "Les enfants polaires de Jules Verne", Revue Jules Verne, 17, 67-74.

Rémy F., 2017, Le monde givré, Herman, coll. MétéoS.

Robida A., 1879, Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul, dans les 5 ou 6 parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne, (texte et dessin de Robida), librairie illustrée, Paris.

Rouquette L.-F., 1926, Les aventures du môme Roudoudou, Le secret du pôle, Paris, Ferenczi et fils.

Sadaune S., 2004, "La stratégie polaire de Jules Verne", Revue Jules Verne, N° 17,9-19.

Tissot V., Améro C., 1889, Le pôle Nord et le pôle Sud, Paris, Librairie de Firmin-Didot.

Verne J., 1855, Un Hivernage dans les glaces, Paris, Hetzel.

Verne J., 1866, Capitaine Hatteras, Paris, Hetzel.

Verne J., 1871, Vingt mille lieues sous les mers, Paris, Hetzel.

Verne J., 1873, Au Pays des fourrures, Paris, Hetzel.

Verne J., Laurie A., 1885, L’Epave du Cynthia, Paris, Hetzel.

Verne J., 1886, Robur le conquérant, Paris, Hetzel.

Verne J., 1889, Sans dessus dessous, Paris, Hetzel.

Verne J., 1890, César Cascabel, Paris, Hetzel.

Verne J., 1897, Le Sphinx des glaces, Hetzel.

Verne J., 1908, La Chasse au météore, Hetzel.

Zola E., 1866, L’événement, 12 mai 1866.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit notamment de Lanoye (1854) et de Hervé et Lanoye (1854), cités par Huet (2009).

2 Dovekies dans le texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Forward tout petit devant des glaces de toutes formes, dessiné par Edouard Riou. Au fond, on aperçoit un halo (Collection particulière).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32455/img-1.png
Fichier image/png, 270k
Titre Figure 2 : Une aurore boréale dessinée par Jules Ferat pour Au Pays des fourrures (Collection particulière).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 : Un parhélie dessiné par Edouard Riou pour Les Aventures du capitaine Hatteras (Collection particulière).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32455/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Rémy, « Les voyages polaires de Jules Verne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32455

Haut de page

Auteur

Frédérique Rémy

Directeur de recherche, CNRS
Remy.omp@free.fr
Legos, Laboratoire de Géophysique et d’Océanographie Spatiale, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page