Navigation – Plan du site
2019
905

Les échelles du commerce équitable : du commerce Nord-Sud au local

Fair trade scales: from North-South to local
Lisa Rolland

Résumés

Le commerce équitable, entendu comme un système international d’échanges marchands dont le but est de favoriser un développement local au Sud, pose la question de ses échelles et d’une lecture géographique. Son institutionnalisation et son intégration dans les politiques publiques, notamment via la campagne internationale Fair Trade Towns, étudiée en France (Lyon) et en Belgique (Bruxelles-Capitale), nous invitent à revisiter les espaces qui lui sont traditionnellement associés : Sud versus Nord, rural versus urbain, voire les modalités de consommation qui lui sont associées, international versus local. Cette évolution donne aussi une place nouvelle à la collectivité, une collectivité en tant que territoire labellisé équitable, et une collectivité en tant que nouvel acteur de la bonne santé du commerce équitable.

Haut de page

Texte intégral

L’auteure tient à remercier vivement les évaluateurs ainsi que Monique Poulot pour leurs remarques et suggestions qui ont guidé la reprise du propos.

  • 1 Ce sont environ 1,5 million de producteurs, 10 millions avec les familles, qui seraient bénéficiair (...)
  • 2 En 2017, pour les filières internationales, près de 80% des produits équitables étaient également b (...)
  • 3 Selon un article publié par Marc Dufumier, Professeur émérite à AgroParisTech et Président de Comme (...)
  • 4 Selon Fairtrade International Max Havelaar.
  • 5 Source : Fairtrade International Max Havelaar, rapport annuel 2016-2017.

1L’association entre commerce équitable et géographie ne va pas de soi, tant l’état de l’art sur le commerce équitable développe essentiellement des approches économiques et agronomiques (certification des producteurs, impacts du commerce équitable sur les producteurs, études de filières,…)1. Pourtant, le commerce équitable met en jeu des espaces et appelle une réflexion sur les formalisations spatiales qu’il sous-tend. De surcroît, si les espaces du commerce équitable sont traditionnellement ruraux de l’Afrique à l’Asie et à l’Amérique latine, ils concernent depuis une quinzaine d’années d’autres espaces et d’autres échelles, régionale, locale, urbaine, sur fond d’arguments environnementaux pressants (Diaz Pedregal, 2009)2 et d’institutionnalisation du secteur. Le commerce équitable intègre en effet les marchés publics européens, et des campagnes, internationales ou plus locales, de labellisation de territoires, visent sa promotion (Gendron et al., 2009). Ce processus, qui convoque un « nouveau projet » et de « nouveaux acteurs » vise à redynamiser les ventes et élargir les réseaux de distribution (Le Velly, 2011 ; Warrier, 2011 ; Smith et al., 2016). Depuis 2004, le chiffre d’affaires mondial du commerce équitable connaît certes une croissance continue, évoluant de 832 millions à plus de 7 milliards d’euros, mais il représente in fine à peine 0,1 % du commerce mondial3. L’Europe concentre 60 % du marché, principalement la Suisse pour les bananes (environ 50 % des parts totales), le Royaume-Uni pour le café (entre 5 et 6 %)4, et la GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) totalise entre 40 et 60 % des ventes5. Par ailleurs, au-delà des produits-phares caractéristiques d’une production agricole tropicale (café, sucre, cacao, bananes), le commerce équitable concerne des produits dits « Nord-Nord » tels que le lait, les jus de fruits, les confitures.

  • 6 Un travail de veille est conduit depuis les missions réalisées par l’auteure entre 2011 et 2015.
  • 7 Labellisée Territoire de commerce équitable depuis 2009, la Ville de Lyon lance en 2010 son propre (...)
  • 8 Au total, 48 entretiens ont été menés en France et en Belgique de 2013 à 2015, avec les acteurs dir (...)

2Ces évolutions éminemment géographiques ouvrent sur deux questionnements. D’une part, le redéploiement du commerce équitable vers de nouveaux espaces et de nouveaux acteurs, rarement envisagé dans la recherche (Moore, 2004), vient enrichir les travaux effectués sur l’intégration de produits alimentaires locaux (Marty, 2013) ou encore sur l’agriculture périurbaine (Darly, 2012) dans les marchés publics : quelle est la nature de cette territorialisation du commerce équitable, que nous dit-elle d’une nouvelle gestion pour l’équitable ? D’autre part, les acteurs du commerce équitable, en légitimant une nouvelle catégorie d’action du Nord-Nord, prennent part aux débats publics sur le « produire et consommer local » au risque de bannir le produit équitable forcément lointain. Face à ces tendances, comment le commerce équitable est-il intégré dans les politiques alimentaires durables ? Alors que les dispositifs précis de l’intégration du commerce équitable au Nord restent peu étudiés (Carimentrand, Blanchet, 2012), cet article s’appuie sur l’exemple de la campagne internationale Fair Trade Towns déclinée dans près de 36 pays. Lancée en 2001 en Grande-Bretagne par des bénévoles soucieux des ventes stagnantes, elle reste aujourd’hui la campagne de promotion du commerce équitable la plus aboutie dans le temps et dans l’espace. Le principe affiché est d’associer collectivités, acteurs privés et publics, et citoyens, dans une démarche de promotion du commerce équitable à l’échelle d’un territoire. Le dispositif participe d’un processus de territorialisation inédit pour le commerce équitable : son décentrement et sa gestion vers des espaces principalement urbains s’accompagne de nouvelles organisations et de sa mise en administration. Plusieurs missions de recherche ont été conduites6 par l’auteure sur sa déclinaison en France (2009), Territoires de commerce équitable, avec l’exemple de Lyon, volontiers cité pour sa politique d’achats responsables7, et en Belgique (2004), Communes du commerce équitable ou Fairtrade Gemeente, avec le cas de Bruxelles-Capitale, région des dix-neuf communes bruxelloises qui abrite la première capitale européenne titrée, la Ville de Bruxelles8. La campagne permet de comprendre les nouvelles logiques à l’œuvre pour le commerce équitable et nous invite à revisiter les espaces qui lui sont traditionnellement associés, Sud versus Nord, rural versus urbain, voire ses modalités de consommation, équitable versus local. Elle accorde aussi une place nouvelle à la figure de la collectivité, une collectivité en tant que territoire labellisé équitable, et une collectivité en tant que nouvel acteur de la bonne santé du commerce équitable. Ancrée dans les politiques publiques à différents niveaux et dans le développement durable urbain, la campagne témoigne de la mutation des espaces et des acteurs du commerce équitable.

Les espaces du commerce équitable : formes au Sud, formes au Nord

3Porteur de formes innovantes de solidarité internationale (Turcotte, Hervieux 2010), le commerce équitable envisage un certain rapport à l’espace-monde, tant à travers ses espaces d’action que ses acteurs : un Nord et un Sud comme entités homogènes ; un « petit producteur » rural au Sud, un consommateur urbain du Nord. Pourtant, le commerce équitable est de plus en plus envisagé et redéfini Nord-Nord plutôt que Nord-Sud en intégrant le paradigme du développement durable accolé au tout local (Paul, 2005).

Du tiers-mondisme au développement durable

  • 9 Définition du consensus FINE (2001).

4Système alternatif d’échange marchand, le commerce équitable veut promouvoir plus d’équité dans le marché économique mondial. Son histoire remonte après-guerre aux États-Unis, autour d’associations chrétiennes agissant envers les communautés défavorisées (Diaz Pedregal, 2006). Au cours des années 1950-1960, avec la formalisation d’un discours politique autour des échanges Nord-Sud structuré par le tiers-mondisme, ce commerce s’articule autour de deux revendications : l’insertion économique des pays du Sud et la relecture des modalités de l’aide au développement, accusée de servir les intérêts des pays colonisateurs (ibid, 2005). Dans les années 1960-1970, les militants mettent en place des circuits d’échanges parallèles au système conventionnel. L’ONG Oxfam International crée la première Alternative Trade Organization (ATO) et Artisans du Monde, en France, ouvre sa première boutique. En favorisant l’accès à l’ouverture internationale des pays du Sud, les programmes d’ajustement structurel des années 1980 essoufflent le mouvement, et conduisent à l’avènement de nouvelles stratégies : en 1988 le terme de commerce équitable apparaît autour de la « filière certifiée » labellisée Max Havelaar qui préconise la reconnaissance des produits par la certification et l’organisation des producteurs en coopératives. Le commerce équitable rejoint rapidement les prérogatives du Sommet de la Terre (1992) sur le développement durable (lutte contre la pauvreté, accès aux besoins fondamentaux, etc.) avec toujours une focale sur le Sud : depuis 2001, sa définition stipule qu’il « contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète »9.

  • 10 En 1986, l’acte unique européen fonde à la fois la politique communautaire sociale et celle de l’en (...)
  • 11 Le terme towns renvoie majoritairement à des villes et métropoles mais aussi à des régions comme en (...)
  • 12 Selon le site international des Fair Trade Towns, consulté le 15 décembre 2018.

5Alors qu’il souhaitait s’affranchir de l’État dans son projet initial, le commerce équitable s’invite aujourd’hui dans les politiques publiques, revendiquant son « rôle social fédérateur » (Morgan, 2008) dans trois configurations spatiales emboitées. Il en est ainsi de l’échelle internationale. À l’occasion des Objectifs du Millénaire pour le Développement après 2015, qui a réuni les chefs d’États et de gouvernements du monde entier en septembre 2013, des acteurs du commerce équitable appellent les décideurs mondiaux à s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté et des inégalités dans le monde en soutenant les partenariats public-privé pour le commerce équitable : cette interpellation débouche sur la Fair Trade Beyond 2015 Declaration, proposée lors de la 6e conférence internationale de la campagne Fair Trade Towns, qui s’est tenue en Pologne en 2012. Une deuxième logique d’intégration du commerce équitable dans les marchés publics s’affirme à l’échelle de l’Union Européenne (UE). Cette étape significative pour le commerce équitable qui vise à intégrer les achats publics au nom d’aspects sociaux et environnementaux s’opère dans le cadre de la Stratégie Européenne pour le Développement Durable (2001) 10. De fait, depuis le 16 janvier 2014, une nouvelle directive européenne facilite l’intégration de produits équitables dans les marchés publics de l’UE et concourt à l’appropriation politique et économique du secteur dans les États-membres. La troisième échelle concerne le local, les territoires afin d’aller vers une mise en administration du commerce équitable dans les politiques territoriales durables. La campagne Fair Trade Towns témoigne de ces différentes inflexions, avec 2000 towns11 engagées dans le monde, principalement des villes européennes (plus de 1880)12. Elle prend la forme d’un titre octroyé à une collectivité candidate (ville, région, école, université) par un consortium d’acteurs nationaux du commerce équitable qui varie selon les pays. Sa mise en place, à l’échelle locale, veut associer, autour de la collectivité, une pluralité d’acteurs, regroupant associations, commerces, restaurants (…) et citoyens, sur son territoire (Figure 1).

Figure 1. La campagne Fair Trade Towns : une gouvernance inédite à plusieurs échelles territoriales

Figure 1. La campagne Fair Trade Towns : une gouvernance inédite à plusieurs échelles territoriales

Source : auteure, 2018

6Loin d’être une simple transposition du commerce équitable dans ses formes historiques, la campagne Fair Trade Towns convoque une multiplicité d’acteurs autour d’un acteur devenu clé, la collectivité, partie prenante majeure dans la verticalité du processus et à l’origine de liens horizontaux plus ou moins ténus, dans la recherche d’une durabilité urbaine (Lieberherr Gardiol, 2007). Cette nouvelle forme de labellisation du commerce équitable, tout en marquant un infléchissement du projet critique du développement dans une relation Nord-Sud, ouvre la voie à un nouveau commerce équitable, Nord-Nord, voire local.

De la coopération entre espaces et acteurs à leur mise en opposition

7Depuis une dizaine d’années, la réflexion sur un commerce équitable Nord-Nord participe du renouvellement du projet et des pratiques du secteur (Ballet et Carimentrand, 2006 ; Poret, 2007) dans une prise en compte notamment des coûts environnementaux. Ce changement de paradigme majeur, nourri par le rapprochement et le travail commun avec les acteurs des circuits courts et du bio (Lemay et al, 2010) n’est pas sans soulever des tensions entre les différents acteurs, voire des oppositions, certains soulignant le manque de compétence dans ces domaines des acteurs historiques du commerce équitable et plus encore un oubli des missions premières, à savoir celle de soutenir les petits producteurs du Sud (Le Velly, 2011). Particulièrement marqué par un engouement pour le « locavorisme » (Poulot, 2012), ce nouveau temps ne prend pas forme de manière univoque chez les acteurs du commerce équitable et des collectivités rencontrés : si les premiers s’attachent à lire les liens et les interactions entre commerce équitable et environnement, les seconds privilégient une analyse en termes d’oppositions pour privilégier le local (tableau 1).

Tableau 1. Synthèse des liens entre commerce équitable et environnement chez les acteurs impliqués dans les Fair Trade Towns à Lyon et Bruxelles-Capitale

Visions du lien entre commerce équitable et environnement

Arguments principaux des acteurs

Réponse au contexte institutionnel

Acteurs du commerce équitable

Interactions

Priorités environnementales des Agenda 21

Lois et dispositifs cadres sur l’ESS ou la consommation responsable

Réponse aux trois piliers du développement durable

Réponse aux discours médiatiques sur l’environnement

Collectivités

Opposition

Réduire impact coûts de transport

Favoriser l’économie et les réseaux locaux

Valoriser la consommation « locale »

Comparaison commerce équitable et filière conventionnelle

Protection biodiversité par agriculture familiale

Source : auteure, 2018

8Ces différentes visions des liens entre commerce équitable et environnement s’expliquent notamment par la mise en place de cadres institutionnels incitatifs qui ne sont pas analysés de la même manière par les acteurs d’où des réponses très différentes.

  • 13 Aujourd’hui « Commerce équitable France ».
  • 14 En 2011, Alter Eco et Éthiquable, principales entreprises françaises d’import de produits équitable (...)

9En France, la loi dite ESS (Economie Sociale et Solidaire) de juillet 2014, renforcée par le décret du 17 septembre 2015, entérine un commerce équitable Nord-Nord et favorise la mise en réseaux d’acteurs et la commande publique responsable et durable. Dans cette mouvance, une « charte du commerce équitable local » a vu le jour en 2015, sous l’impulsion d’un travail commun entre la Plate-Forme pour le Commerce Équitable13, le Réseau d’Initiatives pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale (INPACT) et la Fédération Nationale pour l’Agriculture Biologique. Les acteurs du commerce équitable arguent de la nécessité, outre le maintien des organisations de producteurs du Sud, d’un soutien et d’un déploiement de filières équitables au Nord (lait Oxfam en Belgique, jus de fruits et confitures Éthiquable en France, ...)14. Les « producteurs du Nord » sont désormais identifiés comme de nouvelles figures – parfois centrales – à promouvoir dans un discours plus large sur la consommation responsable, la souveraineté alimentaire et la préservation des agricultures familiales partout dans le monde et non plus exclusivement au Sud.

10Pour les chargés de mission et les élus rencontrés à Lyon et à Bruxelles-Capitale, la promotion de l’équitable est synonyme de coûts environnementaux et paraît peu efficace en termes de développement local si bien que leur choix porte plutôt sur des achats publics « locaux » (légumes – de saison –, charcuterie, fromage, bière). Espace mais aussi l’acteur de référence d’une consommation Nord-Nord, la ville est au cœur d’échanges jugés positifs avec son territoire puisqu’elle soutient les producteurs d’« ici ». S’opèrent alors des stratégies d’évitement du commerce équitable « traditionnel » Nord-Sud, perçu comme « terminé » (entretien personnel, Élue au développement durable et à l’économie sociale et solidaire de la Ville de Lyon, 4 juillet 2014) ou encore « dépassé » (entretien personnel, Responsable du service Solidarité Internationale de la Ville de Bruxelles, 16 octobre 2013) d’autant que ses aspects sociaux et économiques peinent à être démontrés.

11Nourrie par un contexte législatif favorable, la stratégie de légitimation des acteurs du commerce équitable consiste alors à insérer les termes de la consommation responsable, entre « bien manger » (Fumey, 2010, et « manger juste » (Zimmer, 2011) auprès des pouvoirs publics locaux.

« Local », « responsable » et « durable » : susciter l’adhésion politique à différents niveaux

12La stagnation des ventes du commerce équitable dans les pays précurseurs (Poret, 2007), conduit les coordinateurs de la campagne Fair Trade Towns à l’envisager comme un outil de marketing et de maîtrise de ses réseaux d’acteurs, élargis dans cette nouvelle phase aux pouvoirs publics. Tout d’abord, la campagne Fair Trade Towns, lancée en 2001, conduit à un « flou sémantique » autour du commerce équitable – quels lieux ? Quels acteurs ? Quelles consommations ?- ainsi qu’autour de l’objectif générique de la campagne elle-même (qu’est-ce que valoriser le commerce équitable sur un territoire ?). Les campagnes menées en France et en Belgique n’échappent pas à la règle et déclinent une forme de mise en récit autour de quelques termes. Pour Oxfam Belgique, la variante belge « Communes du commerce équitable » « promeut la consommation responsable » - laquelle n’est pas définie - et prend forme « grâce à la participation des acteurs locaux et à l’engagement collectif ». En France, le nouveau site dédié à la campagne « Territoires de commerce équitable » (2014) la présente comme « un label d’exemplarité des territoires qui s’engagent pour le commerce équitable et la consommation responsable ».

13De telles formules entérinent le glissement de l’équitable conçu comme un marqueur de nouveaux échanges entre pays producteurs du sud et pays consommateurs au nord vers le responsable centré sur la consommation dans les pays du nord, sachant de surcroît que les contours de cette consommation responsable peinent à être définis. En France comme en Belgique, les acteurs nationaux du commerce équitable, coordinateurs des campagnes, la qualifient tout à tour de « responsable », « durable », ou « locale », sans creuser plus avant le lien avec l’équitable non plus qu’avec les enjeux de la campagne. Cette mise en récit s’élabore autour du cœur de cible de la campagne, soit la promotion des achats publics pour développer les marchés du commerce équitable. Max Havelaar France évoque ainsi l’ « achat responsable » à travers une vision du commerce équitable régie par la vente : « cette campagne […] nous sert à faire passer de l’info, à faire passer des enjeux de sensibilisation et d’information, et évidemment à développer l’achat public responsable et équitable » (entretien personnel, Chargé de communication Max Havelaar France, Montreuil, 28 janvier 2014). Le tableau 2 permet de saisir les champs lexicaux adoptés par les coordinateurs : les « changements de pratiques » via la vente dans de multiples circuits de distribution (commerce conventionnel, marchés publics, jusqu’à une refonte du système d’échanges) renvoient à des « échelles variées » d’acteurs et d’espaces pour le commerce équitable qui tend ainsi à redéfinir sa visée « entre consommation responsable et développement durable ».

Tableau 2. Susciter l’adhésion par les changements de pratiques

Changements de pratiques

Croisement des entrées de la campagne

Echelles d’acteurs et d’espaces

Intérêts

Consommation

Consommation responsable

Individu

Marchés publics

Augmenter les ventes

Favoriser l’ouverture au secteur dans les marchés publics

Commerce dit conventionnel

Economie Sociale et Solidaire

Développement durable

Monde

Etat

Changer le système

Réformer le système

Source : auteure, 2018

14Nos observations de terrain ont donc permis d’identifier trois types d’arguments, exprimés tour à tour : la campagne Fair Trade Towns pour asseoir une stratégie multi-échelles d’association des acteurs et des espaces (consommation individuelle et collective, rôle de l’Etat, valeurs de l’éthique et de la solidarité internationale) ; la campagne Fair Trade Towns comme un croisement entre commerce équitable, développement durable, et consommation responsable ; et enfin la campagne Fair Trade Towns comme un recours à plusieurs secteurs d’intervention (commerce conventionnel, alternatif, marchés publics à tous les niveaux). Une première stratégie développée consiste alors à s’implanter dans des (nouvelles) collectivités et à les impliquer dans le consortium de coordination de la campagne pour asseoir un réseau et obtenir des marchés : « Cela correspond aussi à l’intérêt de ses membres, de développer des partenariats, de se faire connaître des collectivités et puis développer des actions pour finalement sensibiliser les collectivités, créer des nouveaux marchés » (entretien personnel, Chargée de mission « Territoires de commerce équitable », PFCE, Nogent-sur-Marne, 29 janvier 2014). Une autre stratégie s’attache à promouvoir une reconnaissance institutionnelle du commerce équitable dans les champs de l’Economie Sociale et Solidaire ou du développement durable déjà présents dans les projets politiques locaux : « Les communes que je vais voir, ce sont souvent des communes engagées dans le développement durable, ou des projets de coopération etc., donc je ne vais pas venir en disant « on vous rajoute un outil », mais plutôt « vous avez déjà un cadre concret pour cette campagne qui vous permet de faire coïncider un peu vos projets politiques avec cette campagne, qui en plus vous permet d'avoir une réflexion globale [...] » (entretien personnel, Chargé de mission « Communes du commerce équitable », Walllonie-Bruxelles, Max Havelaar Belgique, Bruxelles, 21 octobre 2013).

15Que propose alors la campagne Fair Trade Towns comme modèle de gestion territoriale du commerce équitable ?

L’institutionnalisation du commerce équitable, une nouvelle gestion dans et par les collectivités

16À travers la campagne Fair Trade Towns, les villes deviennent des acteurs et des nouveaux territoires labellisés du commerce équitable : l’objectif est bien de consommer et de développer l’équitable à l’échelle de la collectivité et, à son initiative, sur son territoire. Ce processus est inédit pour le secteur, puisque la labellisation concernait jusqu’alors des produits alimentaires (80 %), artisanaux, et des services (tourisme équitable et solidaire).

Des critères d’obtention du titre Fair Trade Towns aux pratiques de consommation

17La campagne Fair Trade Towns prend la forme d’un titre décerné à une collectivité candidate qui doit remplir cinq critères génériques (les five goals), officiellement dans l’ordre et dans leur totalité. Les campagnes française (Territoires de commerce équitable) et belge (Communes du commerce équitable ou Fair Trade Gemeente) suivent ce référentiel plus ou moins traduit littéralement de l’anglais. Cette homogénéisation des critères de la campagne et de l’obtention du titre à l’international tend à une certaine normalisation du commerce équitable. Elle appelle un système d’acteurs dont la structuration serait identique dans tous les pays (acteurs du commerce équitable, collectivités, acteurs publics et privés, citoyens). Pour autant, on observe des spécificités propres dans les déclinaisons nationales, comme en témoignent les objectifs chiffrés ainsi qu’un sixième critère de « valorisation de produits locaux et durables » en Belgique (Tableau 3).

Tableau 3. Les critères d’obtention du titre Fair Trade Towns en France et en Belgique

France

Belgique

Groupes d’acteurs visés

Critère 1

spécificités

Voter une délibération et acheter des produits issus du commerce équitable

Collectivité

Acteurs locaux du commerce équitable

Consommer du café et au moins un autre produit, attester de la participation de la commune à la campagne

Critère 2

spécificités

Contribuer à proposer des produits équitables dans les commerces et restaurants*

Collectivité

Commerces et restaurants

Proposer au moins deux produits : objectifs chiffrés et proportionnels au nombre d’habitants

Critère 3

spécificités

Contribuer à proposer des produits équitables aux entreprises et organisations

Collectivité

Entreprises et organisations

Proposer au moins deux produits, objectifs chiffrés et proportionnels au nombre d’habitants + écoles avec présence d’Oxfam dans la plupart des écoles en Wallonie-Bruxelles

Critère 4

spécificités

Communiquer et sensibiliser sur le commerce équitable et la campagne

Collectivité

Citoyens et groupes de citoyens

Réaliser au moins un évènement annuel

Critère 5

spécificités

Créer un espace d’échanges et de propositions

Tous les acteurs

Sous la forme d’un « conseil local »

Sous la forme d’un « comité de pilotage »

Critère 6

n’existe pas

Valoriser les produits locaux et durables

Collectivité

Hors du dispositif : producteurs locaux

*en Belgique, le terme d’horecas désigne les hôtels/restaurants/cafés

Source : auteure, 2017 ; plaquettes de présentation des campagnes Territoire de commerce équitable et Communes du commerce équitable

18Ces critères de décision (voter une délibération en faveur du commerce équitable), de consommation (consommer équitable au sein de l’administration et sur le territoire), de communication (promouvoir le commerce équitable via des évènements), et de gouvernance (créer une instance locale de suivi de la campagne) élaborés pour et sur le commerce équitable, témoignent d’une mutation profonde des espaces et des acteurs-clés du commerce équitable.

19Le rapport du pays consommateur aux petits producteurs des suds est évacué et la ville, titrée « territoire de commerce équitable », devient une nouvelle entité spatiale du commerce équitable et un acteur essentiel de sa bonne santé. C’est elle qui décide, consomme et promeut des actions en sa faveur. Néanmoins, les éléments empiriques recueillis sur nos terrains de recherche nuancent le propos. En effet, si le vote d’une délibération de la collectivité (critère 1) est rempli, la consommation de produits équitables par les collectivités et les acteurs privés et publics présents sur son territoire (critères 2 et 3) soulève un certain embarras et une réponse approximative de la part des acteurs des collectivités rencontrés. L’acte d’achat et de consommation reste flou, que ce soit la quantité de produits, la structure de commerce équitable choisie, son utilisation dans les services. À Lyon par exemple, Territoire de commerce équitable depuis 2009, l’acte de candidature au titre se veut une continuité d’actions de la Ville de Lyon avec surtout une forte référence aux actions de communication (critère 4) : il en est ainsi des clauses des marchés publics de la Ville favorables au commerce équitable depuis 2004, du financement des « Quinzaines du commerce équitable »15 entre 2005 et 2009, et de la tenue du Salon européen du commerce équitable (2009). A contrario, la consommation de produits équitables au sein de la collectivité n’est guère promue, présentée de surcroît parfois comme une contrainte. C’est le cas à Watermael-Boitsfort, commune titrée de la région Bruxelles-Capitale : « Dans toutes les administrations il y a des distributeurs de boissons avec du coca, ice tea, comme partout. […] J’ai eu des retours comme quoi si on supprimait la machine à boissons qui était là depuis des années, qu’on mettait une machine qui proposait des « ubuntu coca », le soda équitable, c’était vraiment qu’on leur enlevait quelque chose qu’ils demandent et dont ils ont envie, et on leur impose un autre produit et on ne sait pas s’ils aimeront. C’est un peu la sensibilisation par la contrainte, et on ne veut pas faire ça, en tout cas pas moi » (entretien personnel, Éco-conseiller en charge de la candidature au titre « Communes du commerce équitable », Watermael- Boitsfort, Bruxelles-Capitale, 18 mars 2014).

Le commerce équitable dans les Agenda21 : une action parmi d’autres

  • 16 Principal instrument du développement durable territorialisé, ratifié par 170 pays, l’Agenda21 (ou (...)

20À travers les Fair Trade Towns, la ville est érigée non seulement en territoire labellisé du commerce équitable mais également en acteur du commerce équitable, au même titre qu’elle s’est imposée, tardivement mais non moins sans ampleur, un acteur incontournable du développement durable (Boisonnade, 2015). La campagne Fair Trade Towns devient ainsi un outil supplémentaire des politiques urbaines durables, susceptible de nourrir un chapitre de l’Agenda2116 dont les résultats sont difficiles à évaluer malgré leur essaimage mondial (Emelianoff, 2004). Les Agenda21 servent en effet de cadre de mise en place de la campagne pour la collectivité qui entend œuvrer au développement d’une « consommation durable » dans sa politique locale (Dugot, Pouzenc, 2010). Ainsi, les Fair Trade Towns participent d’une territorialisation du développement durable via la territorialisation du commerce équitable. Celle-ci s’opère par l’action - développer les achats publics équitables – et par l’outil - la campagne qui devient titre, label - (Figure 2).

Figure 2. Les articulations entre les dispositifs territoriaux du développement durable et la mise en administration du commerce équitable

Figure 2. Les articulations entre les dispositifs territoriaux du développement durable et la mise en administration du commerce équitable

Source : auteure, 2017

  • 17 Même chose à Jette et Ixelles (Bruxelles-Capitale) où les Agenda21 ont été remaniés sans faire appa (...)

21Tant la Ville de Lyon (2009) que la Ville de Bruxelles (2004), Ixelles (2008) et Jette (Bruxelles-Capitale) ont inséré la campagne, au moment de leur candidature, dans différents champs d’action des Agenda21 : « achats publics  » (Ville de Lyon), « développement économique » (Ville de Bruxelles) et plus précisément l’onglet « soutenir le commerce bio et de seconde main », « consommation durable » (Ixelles) ou encore « bio, développement durable et produits fair trade » (Jette). On aboutit à une sectorisation du commerce équitable qui rejoue celle du développement durable (Mathieu et Guermond, 2011 ; Vivien et al, 2013) et tend à le diluer dans des actions ne relevant pas exclusivement de la compétence alimentaire ou de consommation. Ainsi, à Lyon comme à Bruxelles, ni le commerce équitable ni la campagne Fair Trade Towns ne constituent des actions prioritaires des Agenda21 locaux, qui en regroupent parfois plus d’une centaine. En outre, l’inscription de l’équitable à l’Agenda21 en vue d’obtenir le titre est loin d’assurer un choix politique à long terme : par exemple en 2011, seul le volet environnemental de l’Agenda21 du Grand Lyon a été mis à jour, complété par un Plan Climat (dès 2007), principal projet territorial du Grand Lyon aujourd’hui17 mais rien sur l’équitable.

22Enfin, le commerce équitable, de même que le titre Fair Trade Town, n’apparaissent pas nécessairement dans un onglet « consommation responsable » des politiques de développement durable intégré en milieu urbain comme cela est envisagé au chapitre 1 du document de politique de cohésion 2014-2020 (p. 39). Aussi, la mise à l’agenda politique du commerce équitable illustre une certaine limite du plaidoyer de ses acteurs jusqu’à un lissage des discours vers « un » développement durable, devenu le principal référentiel des politiques d’aménagement (Emelianoff, 2004 ; Wachter, 2003). En intégrant les projets alimentaires métropolitains, le commerce équitable nourrit également les postures visant à faire renouer alimentation et territoires autour des thèmes de la sécurité et de la souveraineté alimentaire (Delfosse et al., 2012) : qu’en est-il à Lyon et à Bruxelles-Capitale ?

L’éthique au cœur : les mots de la souveraineté alimentaire

23Si les mots de l’éthique, fondement discursif central du commerce équitable (Ballet, Carimentrand, 2006) demeurent une figure majeure des Fair trade Towns, ils sont désormais repris pour le Nord et par de nouveaux acteurs. Les collectivités s’attachent ainsi à raconter l’« engagement » par l’éthique, des valeurs aux praxis. La collectivité s’érige en symbole d’exemplarité et de responsabilité collective et se substitue aux acteurs du commerce équitable dans leur plaidoyer d’une éthique de pratiques et de consommation. C’est elle qui impulse, c’est elle qui propose la mise à son agenda politique des enjeux alimentaires : « Au début, il faut dire que c'était un engagement fort, car la différence de prix était encore assez grande, beaucoup moins maintenant, donc l'argument financier au début était vraiment très important. Maintenant il l'est moins. Mais nous quand on a fait le pas du café conventionnel au café équitable en 2002, il y avait vraiment une énorme différence de prix […] » (entretien personnel, Responsable de la Cellule de la Solidarité Internationale, Ville de Bruxelles, Bruxelles-Capitale, 16 octobre 2013). Le propos de la responsable du service en charge du titre Communes du commerce équitable à la Ville de Bruxelles souligne la précocité du positionnement sur des pratiques de consommation de produits équitables (café) bien avant le démarrage de la campagne en Belgique (2004) et leur institutionnalisation à travers les critères d’obtention du titre. Pour l’acteur, c’est bien l’acte fondateur qui a valeur « d’engagement » et non la campagne en elle-même et les pratiques qu’elle implique théoriquement.

24Les récits des acteurs des collectivités autour de la souveraineté alimentaire empruntent également aux discours militants des acteurs de la solidarité internationale, dont font partie les acteurs historiques du commerce équitable. Les communes bruxelloises reprennent ces termes à propos du critère belge supplémentaire sur la valorisation et la consommation de produits « locaux et « durables » (critère 6). Dans les récits de la responsable du service en charge du titre à la Ville de Bruxelles, il s’agit avant tout de la consommation de produits « locaux » et « durables » et non de ceux du « commerce équitable » : « La plupart des communes ont beaucoup plus axé sur le critère six, parce qu'il y a eu en Belgique cette campagne "qu'est-ce qu'on met dans notre assiette". A été créée une plate-forme dans laquelle se retrouvent les agriculteurs, les ONG, tout le monde s'est mis ensemble pour parler de cette problématique d'alimentation […] » (ibid, 16 octobre 2013). D’une part, ces discours nourrissent une appréciation du « local » plébiscitée comme une conception idéale des pratiques de consommation essentiellement alimentaires (Poulot, 2012), circonscrite à une vision exclusivement environnementale de l’alimentation durable. L’argument environnemental du commerce équitable n’est valable que pour quelques produits (café, sucre essentiellement). D’autre part, la convergence avec le commerce équitable et ses acteurs est évacuée tout en reprenant les mots de la souveraineté alimentaire et des collectifs d’acteurs similaires (agriculteurs, ONG).

Conclusion

25Scruté depuis une vingtaine d’années essentiellement par les économistes et les agronomes, le commerce équitable est pourtant un objet géographique, désignant des espaces, leur organisation, leur fonctionnement ou leur projection, mais aussi des acteurs et leurs pratiques socio-spatiales. Les espaces qu’il désigne n’ont cessé de s’élargir depuis les flux du Sud vers le Nord jusqu’aux universités équitables aux Etats-Unis, et les processus associés renvoient aujourd’hui tout autant à la territorialisation des politiques durables dans la ville qu’à la promotion des agricultures familiales tropicales. La campagne Fair Trade Towns illustre une redéfinition du commerce équitable devenu une forme parmi d’autres de consommation responsable, au risque de se voir préférer le « local » et/ou le bio. La Ville de Lyon, toujours labellisée Territoire de commerce équitable, communique désormais avant tout sur son propre label Lyon Ville Equitable et Durable (2010), s’affirmant une autorité compétente sur ce qui est équitable et/ou durable ou non. Dans la région de Bruxelles-Capitale, la campagne Communes du commerce équitable fonctionne comme un premier stade vers des projets sur l’alimentation durable, tels que le label Cantine good food, axé sur une consommation collective de légumes locaux et de saison. Ces évolutions ouvrent de multiples perspectives de recherche pour la géographie-aménagement. Elles posent la question des réseaux d’acteurs du commerce équitable, des ONG fondatrices aux collectivités de la campagne, et partant des différentes visions du commerce équitable et des stratégies qui en découlent. Elles interrogent les systèmes de valeurs qui animent les espaces du commerce équitable, entre fonctions économiques, politiques, éthiques, symboliques ou pour le dire autrement les différentes sphères conceptuelles associées, d’une géographie du développement à celle de la ville durable, d’une géographie du commerce à celle de la consommation.

Haut de page

Bibliographie

Ballet J., Carimentrand A., 2006, "La consommation engagée et l’institutionnalisation économique du commerce équitable", Economie et Solidarités, No.2, 42-56.

Boissonnade J., 2015, La ville durable controversée, les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Paris, Petra.

Carimentrand A., Blanchet V., 2012, Dictionnaire du commerce équitable, Paris, Quae.

Darly S., 2012, "Urban food procurement governance: a new playground for agricultural development networks in the periurban area of greater Paris region?" in: Viljoen, A.M., Wiskerke, J.S.C. (ed), Sustainable food planning: evolving theory and practice, Wageningen Academic publishers, 115-126.

Delfosse C. Guiomar X., Pluvinage J., Ayats J.-F. (eds), 2012, "Dossier Alimentation et territoires", Pour, No.215-216, 57-383.

Diaz Pedregal V., 2006, "Le commerce équitable, un des maillons du développement durable ? ", Développement durable et territoires [En ligne], dossier 5, 10 janvier 2006. URL : http://developpementdurable.revues.org/1644

Dugot P., Pouzenc M. (dir), 2010, Territoires du commerce et développement durable, Paris, L’Harmattan, coll. Itinéraires géographiques.

Emelianoff C. (coord.), 2004, "Urbanisme durable ? ", Écologie et Politique, No.29, Paris, Syllepse.

Fumey G., 2010, Manger local, manger global, l’alimentation géographique, Paris, CNRS Éditions.

Gendron C. et al., 2009, "The institutionnalization of fair trade: more than just a degraded form of social action", Journal of Business Ethics, vol. 86, 63-79.

Haëntjens J., 2008, Le pouvoir des villes, ou l’art de rendre désirable le développement durable, Paris, éd. de l’Aube.

Lemarchand N. (Ed.), 2011, "Commerce et culture, analyse géographique", Géographie et cultures, No.77.

Le Mare A., 2008, "The Impact of Fair Trade on Social and Economic Development: A Review of the Literature", Geography Compass, vol. 2, No.6, 1922-1942.

Le Velly R., 2011, « Le mouvement Artisans du Monde au miroir du commerce équitable Nord-Nord : entre élargissement et renouvellement du projet et des pratiques », Ethique et économique, No.2, 152-166.

Lieberherr-Gardiol F., 2007. « Durabilité urbaine et gouvernance, enjeux du XXIè siècle », Revue internationale des sciences sociales, No.193-194, 373-385.

Marty P., 2013, Les appropriations urbaines de la question agricole. Le cas de Brive de 1945 à 2012, Thèse de doctorat de géographie de l’Université Paris 1, 629 p.

Mathieu N., Germond Y. (dir), 2011, La ville durable, du politique au scientifique, Paris, Quae.

Moore G., 2004, "The Fair Trade Movement: Parameters, Issues and Future Research", Journal of Business Ethics, vol. 53, 73-86.

Morgan K., 2008, "Greening the Realm: Sustainable food chains and the public plate", Regional Studies, vol. 42, No.9, 1237-1250.

Paul E., 2005, "Evaluating fair trade as a development project: methodological considerations", Development in practice, vol. 15, No.2, 134-150.

Pleyers G. (dir.), 2011, La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Desclée de Brouwer, Solidarité et société.

Poulot M., 2012, "Vous avez dit « locavore » ? De l'invention du locavorisme aux Etats-Unis", Pour, No.215-216, 349-354.

Smith J., Lang T., Vorley B., Barling D., 2016, "Addressing Policy Challenges for More Sustainable Local–Global Food Chains: Policy Frameworks and Possible Food « Futures »", Sustainability, No.8, 299 p.

Turcotte M.-F., Hervieu C. (dir.), 2010, Mettre en marché pour une cause : commerce équitable, une comparaison internationale, Québec, PUQ.

Vivien F.-D., Lepart J., Marty P., 2013, L’évaluation de la durabilité, Paris, Quae.

Wachter S. (dir.), 2003, L’aménagement durable : défis et politiques, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Warrier M. (ed), 2011, "The politics of Fair Trade. A Survey", London, Routledge.

Zimmer M., 2011, "Les AMAP en France : entre consommation de produits fermiers locaux et nouvel ordre de vie", in : Pleyers G. (dir.), La consommation critique : Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Édition Desclée de Brouwer, 46-68.

Haut de page

Notes

1 Ce sont environ 1,5 million de producteurs, 10 millions avec les familles, qui seraient bénéficiaires du commerce équitable, soit une niche dans le contexte international, où 43% de la population active vit de l’agriculture, soit près de 3 milliards de personnes (selon la FAO).

2 En 2017, pour les filières internationales, près de 80% des produits équitables étaient également bio (source : Commerce équitable France).

3 Selon un article publié par Marc Dufumier, Professeur émérite à AgroParisTech et Président de Commerce équitable France, sur l’Encyclopédie du développement durable, n°209, juin 2014. Le commerce mondial est lui évalué, d’après l’OMC, à plus de 13 000 milliards d’euros.

4 Selon Fairtrade International Max Havelaar.

5 Source : Fairtrade International Max Havelaar, rapport annuel 2016-2017.

6 Un travail de veille est conduit depuis les missions réalisées par l’auteure entre 2011 et 2015.

7 Labellisée Territoire de commerce équitable depuis 2009, la Ville de Lyon lance en 2010 son propre label Lyon Ville Equitable et Durable, et elle est lauréate, en 2018, du Fair Trade City Award, prix lancé par la Commission européenne.

8 Au total, 48 entretiens ont été menés en France et en Belgique de 2013 à 2015, avec les acteurs directs de la campagne Fair Trade Towns (coordinateurs nationaux, relais locaux, chargés de mission et élus des collectivités titrées ou engagées) et indirects (financeurs, partenaires, porteurs d’autres dispositifs de projets alimentaires durables sur les terrains étudiés, acteurs de commerce équitable non engagés dans la campagne), conjointement à un dispositif d’observation. Une veille d’actualité est menée depuis 2016.

9 Définition du consensus FINE (2001).

10 En 1986, l’acte unique européen fonde à la fois la politique communautaire sociale et celle de l’environnement. C’est en 1997 autour du traité d’Amsterdam que le discours officiel prend un tournant : l’Union doit alors « parvenir à un développement équilibré et durable ». La Stratégie Européenne pour le Développement Durable (SEDD) est adoptée à Göteborg en 2001 qui ajoute une dimension environnementale au volet fort économique de Lisbonne (2000). Elle comprend cinq thèmes principaux : changement climatique, transport, santé, ressources naturelles et pauvreté/exclusion sociale.

11 Le terme towns renvoie majoritairement à des villes et métropoles mais aussi à des régions comme en France.

12 Selon le site international des Fair Trade Towns, consulté le 15 décembre 2018.

13 Aujourd’hui « Commerce équitable France ».

14 En 2011, Alter Eco et Éthiquable, principales entreprises françaises d’import de produits équitables et bio, lançaient leur première gamme de produits français issus du commerce équitable. Ethiquable a d’ailleurs établi sa propre charte « Paysans d’ici ».

15 Pour rappel, la Quinzaine du commerce équitable (France) ou la Semaine du commerce équitable (Belgique) sont deux évènements annuels de promotion du commerce équitable sur le territoire national. Chaque année, un thème est défini et les acteurs du commerce équitable proposent, au niveau local, tous types d’action : petit-déjeuner, théâtre, exposition, actions dans les écoles, défilés de mode, (…).

16 Principal instrument du développement durable territorialisé, ratifié par 170 pays, l’Agenda21 (ou encore Action21 comme cadre d’action pour le XXIe siècle) est un dispositif d’actions et d’animation territoriale pour la mise en œuvre du développement durable à l’échelle « locale ».

17 Même chose à Jette et Ixelles (Bruxelles-Capitale) où les Agenda21 ont été remaniés sans faire apparaître l’équitable dans un onglet spécifique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La campagne Fair Trade Towns : une gouvernance inédite à plusieurs échelles territoriales
Crédits Source : auteure, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32487/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 2. Les articulations entre les dispositifs territoriaux du développement durable et la mise en administration du commerce équitable
Crédits Source : auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32487/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Rolland, « Les échelles du commerce équitable : du commerce Nord-Sud au local », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 905, mis en ligne le 14 juin 2019, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32487 ; DOI : 10.4000/cybergeo.32487

Haut de page

Auteur

Lisa Rolland

Enseignante contractuelle en sciences de l’Homme et de la société pour l’architecture, Ecole Nationale Supérieur d’Architecture de Lyon (ENSAL), UMR 5600 Environnement, Ville, Société, Laboratoire architecture urbanisme recherche (LAURE), France
Docteure en géographie (Université Paris Nanterre), lisa.rolland@lyon.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page