Navigation – Plan du site
2019
908

Dynamiques marchandes et nouvelles centralités dans une ville portuaire algérienne : Skikda

Commercial dynamics and new centralities in an Algerian port city: Skikda
Alla-Eddine Fenchouch et Rachid Tamine

Résumés

La question de la redéfinition des centralités urbaines et des pratiques des citadins est pertinente dans le contexte des villes algériennes, et plus largement maghrébines. En Algérie, de nombreuses publications ont montré l’émergence de nouvelles formes et fonctions de l’espace, touchant même les quartiers résidentiels, sous l’effet de la redistribution de la rente pétrolière et de la montée en puissance du commerce de l’importation. À partir d’une recherche empirique dans une ville portuaire d’Algérie, cet article examine comment le processus d’expansion commerciale influe sur le système de centralité, ainsi que sur les pratiques spatiales et les représentations des habitants. Il met en exergue les stratégies des acteurs économiques privés et des acteurs décisionnels dans ce processus, ainsi que le rapport que tissent les habitants avec ces espaces. Cette recherche montre que les dynamiques commerciales récentes des quartiers initialement résidentiels ont donné lieu à de nouvelles formes marchandes, réorganisant la structure de la centralité et renouvelant la quotidienneté des habitants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Algérie, depuis le début des années 2000, principalement sous l’effet de la redistribution de la rente pétrolière (Safar-Zitoun, 2011, p.4, cité par Semmoud, 2015) et de l’ouverture sur le monde extérieur (Belguidoum, Pliez, 2012), la dynamique récente des villes algériennes se révèle à travers les effets des recompositions urbaines. Ces dernières ont provoqué des changements profonds tant sur le plan spatial que social et symbolique. Plus particulièrement, c’est avec la convergence de deux processus qui sont "l’accumulation marchande" et la "reconquête" urbaine (Semmoud, 2009 ; Belguidoum, 2011) que nous assistons à un ensemble de reconfigurations socio-spatiales favorisant l’émergence de nouvelles centralités non prévues par les instruments de planification. Faute de modèles (Desse, Lestrade [dir.], 2016, p.18), ces processus ont fait émerger une nouvelle morphologie commerciale (Kerdoud, 2016), morphologie qui s’inscrit souvent dans des quartiers d’origine résidentielle. Ces derniers jouent un rôle décisif dans la réorganisation de la centralité et font apparaître de nouvelles valeurs spatiales et fonctionnelles. Ces valeurs sont l’œuvre de la pratique (la ville par le bas) et, dans une moindre mesure, de la planification (la ville par le haut).

  • 1 Pour développer, voir Bouhali (2016).
  • 2 Nous nous inspirons ici de R. Stadnicki (2009).
  • 3 Nous paraphrasons ici Lemarchand (2011).

2De multiples travaux de recherches en géographie sociale sur le Monde Arabe mettent l’accent sur la notion de "co-fabrication" de la ville. Cette dernière conduit à penser que les acteurs ordinaires mobilisent, en fonction de leurs positions sociales et géographiques, des compétences qui leur permettent d’agir diversement sur l’espace au même titre que des actions portées par "l’urbanisme officiel". Dans les faits, cette réalité se confirme d’autant plus que le hiatus entre ce qui est conçu et ce qui est pratiqué fait encore l’objet d’une problématique caractéristique du fait urbain en Algérie et dans le Maghreb en général. À cet égard, l’engagement concomitant des acteurs économiques privés – commerçants surtout – et des habitants ordinaires a provoqué des mutations importantes touchant la morphologie urbaine, les pratiques sociales et l’image de certains quartiers (Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2002). Nombre de ces quartiers ont de surcroît acquis les attraits de la centralité : "accessibilité spatiale et sociale, variété et diversité des services offerts" (Merlin, Choay, 2015, p.45), participant à "l’invention" de nouveaux foyers d’urbanité. Cette dernière "procède du couplage de la densité et de la diversité des objets de société dans l’espace" (Lévy, Lussault, 2003, p.966, cité par Berry-Chikhaoui, 2009). Dans cette optique, plusieurs travaux sur le monde arabe1 ont apporté un enrichissement conceptuel à cette notion (urbanité) pour la simple raison que plusieurs espaces "discrets" – évoluant dans l’ignorance des acteurs décisionnels – s’imposent comme des pivots de sociabilité, d’échange et de mixité, conduisant à la fabrication de nouvelles polarités économiques et de nouvelles identités spatiales2. En Algérie, plusieurs recherches en font état, entre autres (nous nous en tiendrons aux publications les plus récentes, mais sans prétendre à l’exhaustivité) Benlakhlef et Bergel (2013), Boudinar et Belguidoum (2015), Kerdoud (2017) et Lakehal (2013). Même les villes petites et moyennes s’inscrivent pour certaines d’entre elles dans cette logique complexe, sous couvert d’une certaine actualisation du rapport ville-commerce, qui touche à la fois "les localisations, les formes et les structures"3. C’est ce que mettent en évidence Belguidoum (2011) et bien d’autres chercheurs, qui ont décrit comment et sur quelle base s’y opère la mondialisation par le bas. Cette dernière joue un rôle moteur dans la constitution d’un réseau de centres urbains, dont quelques villes petites et moyennes s’inscrivent dans un réseau très élargi et ayant pour centralité des quartiers initialement résidentiels. En effet, par leurs manières de s’ajuster à la ville offerte (Dris, 2002, p.32), commerçants et habitants ordinaires sont in fine considérés comme des acteurs à part entière dans la fabrication urbaine (Berry-Chikhaoui, 2012, p.109). De cette littérature qui montre des recompositions spatiales et sociétales invasives, voire brutales, il ressort que les villes algériennes – et plus généralement, les villes maghrébines – se transforment sous l’effet principalement de l’entrée en scène, de plus en plus grandissante, de nouveaux acteurs urbains.

3C’est dans cette perspective de recherche que nous avons cherché à explorer les conditions et les différentes modalités d’expansion commerciale dans des zones initialement résidentielles, dans lesquelles s’effectuent des actes d’appropriation/réappropriation de l’espace bâti et public, et de contournement/détournement des outils légaux de planification, outils qui accordent peu d’importance aux réalités socio-spatiales contemporaines. En outre, la notion d’expansion commerciale, auquel nous adhérons dans ce travail, signifie un processus d’agrégation d’un ensemble de micro-actions (Signoles, 2010) parasites qui sont principalement impulsées par des acteurs ordinaires (habitants, commerçants, etc.), et qui ont pour effet de transformer les pratiques et les représentations de l’espace.

4Il convient néanmoins de relever que les débats scientifiques ont été pour l’essentiel consacrés aux grandes villes, en raison des investissements colossaux – nationaux et internationaux – qui y ont cours. Ces investissements correspondent à des enjeux stratégiques : politiques (renforcer les quotas de logements destinés aux classes pauvres et moyennes, etc.), fonciers (reconquête des terrains délaissés, des friches, des fronts d’eau, etc.) et des enjeux liés à l’image des villes (grands équipements, etc.) (Signoles, 2010). En revanche, les recompositions intra-urbaines dans les villes moyennes et leurs conséquences sur la réorganisation de la centralité et des pratiques spatiales demeurent un sujet très peu étudié.

5La ville méditerranéenne de Skikda, située dans le nord-est de l’Algérie, est marquée par une série de transformations urbaines depuis une dizaine d’années, sous l’effet, entre autres, d’un nouveau processus d’expansion commerciale. C’est un processus qui dessert le péricentre et qui s’ouvre vers la périphérie (Fenchouch, Tamine, 2019). En réponse à des priorités politiques très centralisées, et à l’instar des autres villes algériennes, l’urbanisation de Skikda a donné lieu à un paysage parsemé de programmes de logements, sans que soit pensé un "projet de société" et sans que soient créés de véritables supports de sociabilité et d’attractivité. Cette réalité a en effet cédé du terrain à l’émergence de nouvelles capacités de développement, de réadaptation et de renouvellement tant spatial que fonctionnel, en répondant aux nouvelles pertinences liées à des rythmes sociaux spécifiques. Nos interrogations s’articulent autour des questions suivantes : ce processus d’expansion commerciale n’est-il pas en train de donner naissance à de nouveaux espaces de centralité qui remodèlent la hiérarchie intra-urbaine ? Quel est le rôle des acteurs économiques privés, des habitants et des acteurs décisionnels dans ce processus ? En quoi les nouveaux modes de consommation (ouverture vers l’extérieur) de la société algérienne en général influencent-ils le rythme de transformations spatiales ? Le centre-ville est-il perturbé par ce processus ?

6Une hypothèse principale guide la réflexion : la dimension marchande jouerait un rôle décisif dans le processus de transformation spatiale, la redéfinition de la centralité de la ville et l’émergence de nouveaux foyers d’urbanité. Après avoir présenté un rapide survol de la dynamique d’urbanisation de Skikda, l’article abordera, dans un premier temps, les particularités du secteur péricentral, qui constitue la scène principale d’installation de nouveaux établissements marchands. Il s’intéressera, dans un second temps, aux rôles prépondérants des acteurs économiques privés dans le processus d’expansion commerciale avec son corollaire des transformations dans la morphologie urbaine. Dans un troisième temps, nous analyserons le rôle des acteurs décisionnels dans le processus en question. Dans un dernier temps, nous nous pencherons sur les pratiques urbaines consécutives à l’expansion commerciale récente et à la mise en place de ce nouveau système de centralité.

Une démarche empirique quantitative et qualitative 

7Nous partons de l’idée selon laquelle les recompositions commerciales suivent l’évolution des sociétés, en inventant de nouveaux espaces/quartiers ou en remodelant d’autres (Desse, Lestrade [dir.], 2016, p.18). S’inscrivant dans le champ des études urbaines, cet article propose d’investir la dimension marchande pour analyser le processus de composition/recomposition commerciale susceptible d’avoir des implications dans l’émergence de nouvelles centralités et de nouvelles pratiques de consommation. De ce fait, notre méthodologie est dépendante des relevés de terrain des différentes activités marchandes et des entretiens que nous avons effectués au cours du deuxième trimestre de 2017.

8Notre sujet s’intègre en partie dans des recherches qui interrogent les pratiques qui font la ville (Signoles, 2010), pratiques dévoilant de nouvelles stratégies d’action (Younès, 2017, p.137) et de nouveaux foyers d’urbanité. Cette position vient donc en opposition des discours qui défendent le diagnostic sur la fin des quartiers (Ascher, 1998), l’idée selon laquelle la ville se défait (Donzelot, 2008) sous l’effet de multiples ségrégations qui affectent l’espace urbain et, enfin, le fait que l’urbanité est réductible à l’échelle des centres-villes.

9L’analyse des modalités de la fabrication urbaine implique nécessairement un travail d’identification des acteurs et de décryptage de leurs systèmes d’actions (Signoles, 2010). Dans ce but, trois acteurs principaux ont été interrogés dans cet article : des acteurs économiques privés, des acteurs décisionnels et des habitants ordinaires. Afin de comprendre les stratégies et les pratiques de ces derniers ainsi que leurs rapports concrets avec les espaces dans la ville de Skikda, nous nous sommes fondés sur une enquête de nature qualitative, où il s’agit non pas d’obtenir véritablement une vision statistique représentative, mais au contraire, d’appréhender les mécanismes à l’origine des pratiques spatiales. Concrètement, notre enquête repose sur trois techniques : des entretiens, des questionnaires et des observations in situ.

10Concernant les acteurs économiques privés, nous nous sommes appuyés sur des entretiens semi-directifs effectués auprès d’une trentaine de commerçants : 3 ex-commerçants informels, 3 commerçants informels, 2 commerçants ambulants, 13 commerçants formels individuels, 6 propriétaires de bazars, 2 commerçants demi-grossistes et 2 commerçants-importateurs. Ces entretiens devraient nous permettre de comprendre les causes des transformations récentes des quartiers initialement résidentiels, en analysant leurs effets sur l’espace. Dans tous les cas ou presque, ces entretiens ont été intégralement enregistrés, puis retranscrits le plus fidèlement possible. Nous avons mené également sept entretiens avec des acteurs décisionnels, dont trois ont été réalisés avec des élus locaux de la commune de Skikda. Les stratégies des acteurs décisionnels seront ensuite décryptées selon une démarche inductive, à travers nos observations empiriques des différents aménagements et projets en cours ou récemment réalisés.

  • 4 Étant donné qu’il n’est guère facile d’enquêter auprès des femmes dans le contexte algérien, nous a (...)

11Dans le but d’appréhender les pratiques et les représentations des habitants, nous avons mené une enquête par questionnaire ouvert, auprès de 140 habitants, entre l’été 2015 et celui de 2016. Les personnes enquêtées couvrent des catégories sociales hétérogènes, caractérisées par quatre variables : répartition géographique, genre4, âge et catégorie socio-économique.

Tableau 1 : Caractéristiques de la population interrogée par questionnaire

  • 5 La périphérie urbaine proche regroupe trois communes périphériques : El Hadaiek, H-Krouma et Filfil (...)

Variables

Répartition géographique

genre

Âge

Catégorie socio-économique

centre

péricentre

Périphérie attachée à la ville

Périphérie proche5

Total

 

 

faible

1

3

1

2

7

 

 

moyenne

2

6

5

2

15

 

adulte

aisée

0

2

0

0

2

 

 

faible

1

5

4

1

11

 

 

moyenne

3

10

4

4

21

 

jeune adulte

aisée

1

3

1

1

6

Hommes

 

faible

1

1

0

0

2

 

 

moyenne

1

1

1

1

4

 

adulte âgé

aisée

0

1

1

0

2

 

 

faible

1

5

2

2

10

 

 

moyenne

1

3

4

2

10

 

adulte

aisée

1

3

0

0

4

 

 

faible

1

6

2

1

10

 

 

moyenne

2

11

6

3

22

 

jeune adulte

aisée

2

1

1

1

5

Femmes

 

faible

0

1

0

1

2

 

 

moyenne

2

2

1

1

6

 

adulte âgé

aisée

0

0

1

0

1

 

Total

20

64

34

22

140

  • 6 La classification par âge répond à la définition des catégories par l’Organisation Mondiale de la S (...)
  • 7 À l’exception du centre-ville où nous disposons des résultats de l’enquête de terrain menée en 2010 (...)

12Alors que l’effectif de la population par couronne, ainsi que les variables se rapportant au sexe et à l’âge6 traduisent parfaitement les caractéristiques de la population mère, il nous a paru très difficile de saisir fidèlement les proportions des catégories socio-économiques de la population mère, en raison de l’absence des indicateurs statistiques de la variable en question7. Aussi, afin d’assurer une diversité dans les niveaux socio-économiques, ce critère a été pris en compte et saisi directement sur place avec les enquêtés.

13Les thèmes sélectionnés dans le questionnaire ouvert portent sur la fréquentation des lieux, les pratiques d’achat, la mobilité quotidienne, la mobilité résidentielle et la représentation mentale des limites des espaces de centralité.

Dynamiques d’urbanisation de la ville de Skikda

  • 8 La wilaya correspond à un département français.
  • 9 Zones d’Habitat Urbain Nouvelles.

14Skikda est une ville historique qui a été développée autour de son port commercial selon les principes de la morphologie coloniale française. Après l’indépendance (1962), la dynamique industrialisante, sans cesse en croissance, qu’a subie Skikda dans les années 1970 et 1980, a provoqué un certain nombre de distorsions – spatiales, économiques et sociales – sous l’effet du décalage entre les fonctions décisionnelles et la puissance du complexe industriel (Boukerzaza, 1991) : la ville s’est industrialisée avant de devenir chef-lieu de wilaya8. Le tout faisait émerger une réalité urbaine plus complexe, par laquelle peuvent s’expliquer, au moins en partie, les stratégies d’urgence qui ont été mises en place, à l’époque, par les autorités locales, telles que les extensions en déconnexion avec le centre colonial primatial (les ZHUN9). Dans ce sillage, les nouveaux fronts d’urbanisation émergés entre 1971 et la fin des années 1990 n’étaient pas pensés pour tempérer la forte attractivité du centre historique, qui a subi une augmentation croissante des commerces – formels et informels – et des populations rurales. Mais, dans les faits, ces fronts d’urbanisation, surtout ceux qui se situent dans la partie basse de Skikda, vont constituer à partir des années 2000 la toile de fond pour la restructuration de la centralité intra-urbaine de Skikda, sous l’effet d’un processus de desserrement fonctionnel. Ce dernier suit les axes majeurs de circulation (figure 1), en étroite liaison avec la distribution des densités urbaines.

Figure 1 : Processus de desserrement fonctionnel (fonctions tertiaires) et direction d’urbanisation à Skikda

Figure 1 : Processus de desserrement fonctionnel (fonctions tertiaires) et direction d’urbanisation à Skikda
  • 10 Au sud de la ville de Skikda notamment, les programmes de logements réalisés depuis 2003 tiennent p (...)

15Ce n’est que depuis très peu de temps que Skikda voit se mettre en place, au fil de la croissance urbaine et sous l’impulsion des acteurs privés, un processus d’expansion commerciale dans des espaces initialement résidentiels. Ce processus fait apparaître des transformations d’ordre "qualitatif" et "quantitatif ", provoquant des mutations dans la morphologie urbaine des quartiers. Les nouvelles extensions planifiées (à partir des années 2010) réalisées dans la périphérie attachée à la ville n’ont, au contraire, aucun effet significatif sur la centralité urbaine de Skikda, en raison de leur emplacement dans les zones ségréguées de la ville. En réalité, les plans initiaux de leurs aménagements ont été détournés de leurs objectifs, sous couvert de la saturation du foncier urbanisable à Skikda. Dans les faits, ces extensions ne peuvent pas être dissociées d’une logique d’urgence relevant pour l’essentiel d’une stratégie nationale de relogement des couches défavorisées10. Des expériences uniformes, en Algérie ou ailleurs, ont de surcroît montré que ces masses périphériques, plus ou moins socialement homogènes, sont caractérisées par deux faits contradictoires : d’un côté, elles ne favorisent pas une fixation territoriale et, de l’autre, en opposition, elles suscitent de nouvelles appropriations, qui sont tantôt ouvertes, tantôt négociées.

Redéploiement de l’offre marchande en lien avec l’agrandissement de l’aire urbaine

  • 11 Nous avons choisi le terme "offre commerciale" au lieu de "paysage commercial" car notre propositio (...)
  • 12 Fenchouch, Tamine, 2019.

16À partir des années 2000, sous l’impulsion des commerçants originaires de Skikda (wilaya) et, dans une moindre mesure, d’autres villes algériennes, l’étendue de l’offre commerciale11 a suivi dans sa majeure partie le rythme d’agrandissement de son aire urbaine (figure 2). Aujourd’hui, le centre-ville ne détient plus le monopole des activités commerciales. Preuve en est que le commerce en son sein représente 34,31 %. Dès lors, le péricentre, qui totalise 49,08 % de l’offre marchande, a contesté la dominance du centre-ville12. Nous assistons, ainsi, à un redéploiement de l’offre commerciale essentiellement dans le péricentre, au sein duquel une diversité commerciale y marque l’offre marchande. Cette dynamique nous semble participer vraisemblablement à l’émergence d’un ensemble de centralités marchandes qui pèsent aujourd’hui dans la hiérarchie intra-urbaine, en se montrant structurées grossièrement selon une forme axiale.

Figure 2 : La trame commerciale à Skikda

Figure 2 : La trame commerciale à Skikda

Le péricentre : théâtre principal du processus d’expansion commerciale et d’émergence de nouveaux foyers d’urbanité

  • 13 C’est le cas, entre autres, de Hichem et Yasser, deux jeunes commerçants spécialisés dans les usten (...)

17Le caractère original de Skikda réside dans son secteur péricentral, qui fait apparaître une diversité marchande (figure 3) et de nouvelles formes d’urbanité. C’est là que se développent une ascension commerciale et de nouvelles représentations spatiales. Ce qui importe est que les dynamiques marchandes à Skikda mettent au jour pour l’essentiel un nouveau centre jouxtant le centre colonial primatial, comme le prétendent également la plupart des commerçants enquêtés. Il s’agit du quartier des Allées du 20 août qui, par sa situation au centre géographique de Skikda, ses nouvelles formes marchandes contemporaines et ses commerces dits de luxe, implique une restructuration profonde de la centralité à Skikda (Fenchouch, Tamine, 2019). De plus, ce quartier constitue un stimulateur pour la dynamique marchande dans les quartiers qui y convergent (par exemple le quartier de Merdj-Edib), dans la mesure où nous y assistons à l’émergence de nouvelles formes marchandes, plus ou moins modernes, auxquelles s’ajoutent des mouvements de redéploiement et de "dédoublement" commercial13 de quelques commerces du centre colonial. Il convient de souligner que, dans les faits, cette dynamique commerciale du secteur péricentral a donné lieu à des situations conflictuelles autour de la densification des espaces publics non balisés et a suscité l’appétit de quelques promoteurs privés pour venir y investir dans les appartements de standing qui sont destinés aux cadres de la fonction publique.

  • 14 B. Merenne-Schoumaker, 1982.

Figure 3 : Spécialisations commerciales dans les secteurs urbains à Skikda (indice de spécialisation14)

Figure 3 : Spécialisations commerciales dans les secteurs urbains à Skikda (indice de spécialisation14)

Source : relevés de terrain (2017), Fenchouch et Tamine, 2017.

  • 15 Entre autres A. Lakehal (2013).

18Ce péricentre, il faut le reconnaître, n’est pas conçu dans l’intention de faire émerger une centralité planifiée, au sens des villes nouvelles (ex nihilo) que les chercheurs appellent souvent de nouvelles centralités15, bien qu’elles soient en réalité des "centralités de papier", c’est-à-dire qui attendent que tout soit fait. Il constitue pour l’essentiel le fruit du jeu des acteurs sociaux et des acteurs économiques privés.

  • 16 Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation et la commercia (...)

19La majeure partie des habitants enquêtés nous a déclaré, sur le ton de l’évidence, que le quartier des Allées du 20 août devient le nouveau centre de Skikda. Ils affirment que le centre-ville est marqué par une certaine diminution de son animation. Leurs explications tiennent souvent à la situation stratégique des Allées du 20 août par rapport au transport, aux possibilités de stationnement élargies et à sa diversité marchande favorisant les déplacements combinés dans ce secteur. Ce quartier est habité par des populations appartenant à la classe moyenne, composée majoritairement des employés de la fonction publique (enseignement, administration, santé…), du port et de la Sonatrach16.

  • 17 Selon les chiffres officiels de la direction de transport de Skikda.

20En ce qui concerne les transports en commun, la majorité des lignes de transport se dirige vers la partie basse de la ville autour du quartier central des Allées du 20 août. Ce quartier demeure le plus connecté au réseau de transport urbain (98 bus, soit 70 %17) et conserve une capacité de circulation dépassant 800 places en transport commun, et, ce, grâce à la présence, sur son artère principale, de la gare routière intercommunale et, à quelques dizaines de mètres de celle-ci, du terminus des bus intra-urbains (figure 4).

Figure 4 : Réseau de transport en commun et principaux pôles d’activité dans la ville de Skikda

Figure 4 : Réseau de transport en commun et principaux pôles d’activité dans la ville de Skikda

21En outre, de nouvelles formes marchandes et fonctions de l’espace sont apparues et se sont diffusées dans la continuité du centre-ville, particulièrement dans le quartier péricentral des Allées du 20 août. Ces formes émergentes sont la conséquence d’un processus de réappropriation spatiale, à mesure de la convergence de deux actions : la récupération des terrains et la reconstruction dans une finalité commerciale ; la transformation des maisons individuelles et/ou appartements en structures commerciales (soins, etc.). Dans tous les cas ou presque, les nouvelles formes marchandes réalisées sous l’impulsion des commerçants privés se situent au sein des espaces en pleine dynamique commerciale, les plus denses et les mieux desservis par le transport public.

22Selon les appellations de leurs commerçants, nous avons relevé principalement les formes suivantes : le bazar qui correspond à une galerie commerciale (Kerdoud, 2015) ; le centre commercial (entre 400 et 800 m²), et le mall. La plupart des nouvelles formes marchandes sont destinées à une clientèle féminine. Cette situation peut s’expliquer, au-delà de l’évolution des budgets des ménages et de l’essor effréné du commerce de containers, par la place croissante des femmes dans l’espace public (Kateb, 2015).

Bazar, mall, centre commercial : nouvelles formes marchandes à la conquête de l’auréole péricentrale

  • 18 À l’opposé, le bazar dans le Moyen-Orient désigne "un ensemble commercial couvert urbain permanent (...)

23Le bazar18 "est le modèle commercial qui traduit, tant par l’architecture que par l’offre, l’insertion des entrepreneurs-commerçants dans les standards internationaux de l’économie mondiale" (Kerdoud, 2017, p.179). Il faut préciser que les entrepreneurs-commerçants ne sont pas les seuls acteurs en jeu, car cette définition met en relief deux modèles un peu particuliers en Algérie, à savoir les villes d’Ain M’Lila et d’El Eulma, qui sont deux petites villes (nord-est de l’Algérie) connues par l’énormité des investissements économiques privés qui y ont cours. En effet, outre quelques commerçants-entrepreneurs, nous avons relevé à Skikda des commerçants individuels, qui ont transformé des maisons résidentielles en bazars à l’aide de crédits bancaires ou de soutiens familiaux.

  • 19 Dans le centre-ville, l’alerte peut être lancée pour le taux important de la vacance commerciale (2 (...)

24En 2017, nous avons relevé 19 bazars, qui sont répartis de la manière suivante : cinq dans le noyau colonial, treize dans le secteur péricentral et un dans le secteur périphérique. Si les bazars implantés dans le secteur péricentral se montrent en pleine dynamique d’extension, leur nombre dans le centre-ville a remarquablement fléchi en 201819. En effet, quatre bazars ont récemment fermé leurs portes. Trois d’entre eux étaient spécialisés dans le prêt-à-porter pour hommes. Dès lors, nous nous demandons s’il s’agit bien dans ce cas d’un échec de localisation des bazars dans le centre-ville de Skikda. La réponse est simple, c’est la concurrence qui est en jeu ici. En effet, les bazars situés dans le secteur péricentral, et particulièrement dans les Allées du 20 août, sont plus spacieux, plus accessibles, plus chics et plus visibles.

25Sous l’effet de la concurrence, d’autres commerçants ont opté pour d’autres appellations de leurs établissements, comme centre commercial et  mall, bien qu’ils aient à la base les mêmes indices qu’un bazar.

26Parallèlement à ces nouveaux établissements marchands, nous avons pu observer une inflexion vers les commerces anomaux sur les linéaires commerciaux jouxtant ces établissements. Ce processus doit être regardé sous l’angle d’une dynamique productive du fait que les commerçants ont su s’adapter aux nouvelles pratiques de consommation des habitants. Ces différents établissements ont vu le jour sous l’impulsion de deux acteurs principaux :

  • Des jeunes commerçants importateurs. Certains d’entre eux ont bénéficié de crédits bancaires.

  • Des promoteurs immobiliers soucieux de la survie de leurs entreprises après la mise en place de la politique d’austérité économique par le gouvernement algérien.

Établissements commerciaux créés sous l’impulsion des jeunes commerçants

27Concernant le premier type d’acteurs, nous nous arrêtons dans cette recherche sur trois exemples significatifs.

28Le premier exemple correspond au centre commercial Dubaï, créé par un commerçant originaire de la ville de Sétif et un autre de la ville de Skikda. Dans le contexte algérien, la dénomination Dubaï s’attache particulièrement à la ville d’El Eulma, caractérisée par son commerce transnational (Kerdoud, Bergel, 2010 ; Belguidoum, Pliez, 2012). Ouvert en 2014, ce centre commercial occupe les deux étages inférieurs d’un immeuble-tour situé au sud du quartier des Allées du 20 août (figure 5). Il propose à la location 48 cellules commerciales qui sont toutes destinées à une clientèle féminine. Lorsque nous avons demandé à son propriétaire de nous expliquer la raison pour laquelle il avait choisi ce quartier pour son investissement, l’interviewé a dressé de lui-même des comparaisons avec le centre-ville, sans que nous ne l’ayons orienté dans ce sens. Il nous a déclaré : "Aujourd’hui, c’est fini pour le centre-ville, c’est le quartier des Allées du 20 août qui en prend la relève".

Figure 5 : Centre commercial Dubaï.

Figure 5 : Centre commercial Dubaï.

Source : Fenchouch, 2018.

29Enthousiasmé par la réussite du centre commercial Dubaï, un jeune commerçant a créé le bazar Cristal (figure 6). Il occupe les deux étages inférieurs d’un immeuble-tour à quelques pas du centre commercial Dubaï. Ce bazar se spécialise dans le prêt-à-porter féminin et propose une vingtaine de boutiques destinées à la location.

Figure 6 : Bazar Cristal

Figure 6 : Bazar Cristal

Source : Fenchouch, 2018.

30Le troisième exemple est celui du bazar Souk El Tenine (figure 7). Il est situé à quelques mètres du centre commercial Dubaï et propose à la location une quarantaine de cellules commerciales. Il s’organise sur un seul niveau et draine une clientèle féminine. Dans un premier temps, ce bazar a été construit sur les débris d’un parc communal abritant les engins de la commune de Skikda. Après la mise en vente du parc par les autorités locales, il a été reconverti, dans un premier temps, en maison individuelle. Cette dernière a été transformée, dans un second temps, en établissement commercial.

Figure 7 : bazar Souk El Tenine

Figure 7 : bazar Souk El Tenine

Source : Fenchouch, 2018.

31Il est important de souligner que certains bazars ont été récemment rénovés. Le financement des travaux de rénovation a été assuré, entre autres, par des sociétés étrangères privées, sociétés qui s’appuient sur les établissements commerciaux fortement fréquentés pour faire de la publicité. C’est particulièrement le cas du bazar de Souk El Tenine (figure 7), dont la façade principale a fait l’objet de travaux de revêtement "moderne", financés par l’entreprise chinoise "Oppo Electronics Corp", une entreprise spécialisée dans les produits électroniques.

Promoteurs immobiliers émergeant sur la scène marchande sous l’effet de la politique d’austérité économique de l’État algérien

32Suite à la crise financière internationale, le gouvernement algérien a mis en place, en 2016, une politique d’austérité économique, qui vise à baisser en priorité les dépenses publiques orientées vers les projets résidentiels, de développement économique et social. Cette politique n’est pas sans conséquence sur la ville en général. En effet, certains entrepreneurs immobiliers ont adopté une nouvelle stratégie d’adaptation visant l’investissement dans le domaine commercial au point de provoquer des mutations importantes dans la morphologie urbaine. Ces investisseurs sont, en outre, très attentifs aux changements sociaux et aux dynamiques marchandes à l’œuvre à Skikda. En voici trois exemples.

  • 20 La façade est habillée en verre.

33Le premier met en relief la transformation d’un immeuble résidentiel en bazar luxueux20 destiné à une clientèle féminine (figure 8), sous l’effet du succès commercial des Allées du 20 août. Ce bazar, qui a contribué à un élargissement linéaire de la spécialisation commerciale du quartier susmentionné, est le fruit de l’investissement d’un entrepreneur immobilier. Ce bazar s’organise verticalement, sur deux étages, et comporte une dizaine cellules commerciales. Le rez-de-chaussée abrite des boutiques d’habillement pour femmes. L’entresol propose des vêtements pour enfants et le deuxième étage comporte des boutiques d’habillement pour enfants et pour femmes. L’installation de ce bazar n’est pas sans effet sur les activités marchandes situées à sa proximité. Nous avons, ainsi, été témoins de trois transformations commerciales ayant affecté l’espace jouxtant cet établissement, entre 2015 et 2018. Il s’agit de deux épiceries remplacées par une bijouterie, une agence de voyages et une pizzeria remplacée par un magasin d’habillement pour femmes.

Figure 8 : Villa reconvertie en bazar

Figure 8 : Villa reconvertie en bazar

Source : Fenchouch, 2018.

34Le deuxième exemple met en relief un modèle de consommation occidentalisé, constituant le principal marqueur d’une nouvelle urbanité (Lekehal, 2013, p.409) dans le secteur péricentral. Il s’agit du mall Sultana Chaima, selon l’appellation de son propriétaire (figure 9). Unique en son genre dans la ville de Skikda, cet établissement marchand propose 60 cellules commerciales à louer, pour un prix de 2500 DA pour le m2 (15 euros). Il s’organise sur un seul niveau, avec une terrasse commerciale. Sa façade principale est recouverte en "Alucobond". À l’intérieur, deux matériaux principaux ont été utilisés : la céramique et le marbre.

Figure 9 : mall Sultana Chaima

Figure 9 : mall Sultana Chaima

Source : Fenchouch, 2018.

  • 21 Avec une RDC commerciale (café, bureau d’une entreprise privée, un taxiphone et un bureau d’assuran (...)
  • 22 Après avoir effectué des démolitions partielles dans l’immeuble.

35En réalité, le mall Sultana Chaima est un immeuble à l’origine résidentiel21, qui a été reconverti22, entre 2017 et 2018, en établissement marchand par Boukhmis Youcef, originaire de la région du Collo (ville située à 80 km de Skikda), patron d’une entreprise de construction. Ce promoteur a acheté cet immeuble dès sa mise en vente en 2016 par ses ex-copropriétaires : deux frères immigrés algériens, dont l’un habite en Suisse et l’autre est installé en Allemagne. À l’origine, l’idée de cet investissement marchand, nous rappelle le gérant principal de ce mall, est venue à la suite du déficit financier de l’entreprise, un déficit qui a suivi, rappelons-le, la politique d’austérité menée par l’État Algérien. Mais, la reconversion de l’immeuble résidentiel en mall  n’était pas la première idée de ce promoteur, qui a hésité entre une salle des fêtes, une clinique médicale et un mall. C’est justement la proximité des Allées du 20 août et l’absence d’établissements commerciaux de grande taille qui ont principalement motivé son choix d’investissement commercial. À ce propos, le gérant principal de cet établissement nous explique :

"À partir de 2016, les appels d’offres dans le domaine de la construction et du bâtiment sont devenus rares, chose qui a mis en risque la capacité financière de notre entreprise. Pour cela, il nous a fallu bien chercher une autre source pour couvrir les frais de notre entreprise. Après l’achat de cet immeuble, notre première idée était de le convertir en salle des fêtes. Néanmoins, cette idée a fait l’objet d’un désaccord absolu de la part des autorités locales et de la population, sous prétexte que cet immeuble se trouve dans un environnement résidentiel. La deuxième idée consistait à transformer cet immeuble en clinique médicale. Nous nous sommes rendu compte qu’il nous faudrait au moins de six à dix ans pour concrétiser cette idée. Ensuite, nous avons pensé à en faire un espace marchand, surtout qu’il se trouve dans un endroit en pleine effervescence commerciale, à côté des Allées du 20 août, un quartier, commercialement, très vivant. En plus il se trouve à quelques dizaines de mètres de l’arrêt de bus, du stade et des quartiers périphériques de la ville".

  • 23 Ces investigations ont été menées par les gérants de cette entreprise immobilière.

36Lorsque nous lui avons demandé la raison pour laquelle cet établissement porte le nom mall, alors qu’il relève manifestement de la catégorie bazar, nous nous sommes rendu compte que cette dénomination n’était pas le fruit du hasard ou de la spontanéité. Elle révèle en fait une stratégie commerciale impliquant une série d’investigations empiriques23 dans les bazars de Skikda, en tentant de repérer leurs dysfonctionnements majeurs. Le but de ces investigations consistait également à proposer une forme marchande inédite dans l’agglomération, pour affronter les concurrents potentiels implantés dans les Allées du 2 août, en introduisant de nouveaux services. Il nous précise :

"On a beaucoup entendu parler des problèmes existant au niveau des bazars à l’instar de l’étroitesse des couloirs, la spontanéité d’ouverture/fermeture et la difficulté de la circulation à l’intérieur des lieux (…) En vue de surmonter ces problèmes et de faire surgir un projet commercial inédit dans la ville, nous avons effectué trois enquêtes auprès des clients et des commerçants des bazars. Ces dernières se sont étalées sur 21 jours portant sur trois bazars connus dans la ville de Skikda  : Dubaï, Souk El Tenine et bazar 21".

37Et de rajouter :

"Nous avons tenu à nommer ce projet "mall" après l’avoir aménagé en fonction des principes généraux dun "mall". Du coup, nous avons pensé premièrement à la fluidité de la circulation des chalands en créant des couloirs plus spacieux avec des passages autorisés par les cellules commerciales. Deuxièmement, nous avons aménagé un petit parking sécurisé, des plaques d’orientation interne, un espace de restauration familiale, une crémerie moderne, une salle de prière pour les commerçants et les chalands et un petit manège pour enfant – dans la terrasse de l’immeuble – réalisé par une entreprise nationale spécialiste en la matière (…): c’est principalement le manège qui nous a conduits à choisir le nom "mall" pour notre établissement" (figures 10a, 10b, 10c et 10d).

Figures 10a, 10b, 10c et 10d : Aménagement intérieur et extérieur (parking sécurisé) du mall Sultana Chaima

Figures 10a, 10b, 10c et 10d : Aménagement intérieur et extérieur (parking sécurisé) du mall Sultana Chaima

Source : Fenchouch, 2018.

38Le troisième exemple concerne la réalisation d’un centre commercial (R+3) dénommé Family shop cami. Situé en plein quartier résidentiel des Frères Saker, à proximité des Allées du 20 août (figure 11), cet établissement, en voie d’achèvement, occupe 400 m² et représente le fruit de l’investissement d’un promoteur immobilier, qui a acheté ce terrain dès sa mise en vente par son ancien propriétaire. Mais, dans les faits, cette nouvelle structure commerciale est construite sans tenir compte de ce que dictent les instruments d’urbanisme et de surcroît sans aucune concertation avec les habitants du quartier. Elle a provoqué des tensions drastiques entre les riverains et le promoteur privé, parce que ce projet s’élève à quelques mètres de leurs immeubles à l’emplacement d’un espace de jeux, ce qui risque de générer de nombreux aléas.

Figure 11 : Centre commercial Family shop cami

Figure 11 : Centre commercial Family shop cami

Source : Fenchouch, 2018.

Reconversion des appartements résidentiels en cabinets de soins privés et appropriations détournées des espaces publics jouxtant les immeubles

  • 24 Office National des Statistiques (ONS, 2008).
  • 25 C’est particulièrement le cas du quartier péricentral Béni Malek.

39Le quartier résidentiel dénommé le quartier des Frères Saker (péricentre) constitue l’exemple emblématique de l’essor effréné des cabinets de soins privés. Selon les statistiques officielles24, nous pouvons aisément pointer un taux de vacance résidentielle important dans le quartier susmentionné, qui atteint 12,13 %. Cette vacance résidentielle semble prendre aujourd’hui une dimension grandissante, sous l’effet de la mobilité résidentielle. Plusieurs éléments se cumulent pour expliquer cette vacance. D’abord, apparaît l’utilisation des appartements résidentiels pour l’exercice d’une profession libérale. En effet, jusqu’à la seconde moitié de 2017, nous avons répertorié quarante-deux appartements transformés en cabinets de soins (tableau 2), donnant lieu à de multiples conflits de voisinage, ce qui a généré certains déménagements "forcés" des habitants. Ces transformations s’expliquent, telles qu’elles nous ont été relatées par quelques médecins, non seulement par l’accessibilité performante du quartier en question, mais aussi, et surtout par les opportunités importantes de stationnement que révèlent les espaces non balisés jouxtant les immeubles résidentiels. Ensuite, il s’agit de la hausse continuelle des loyers des appartements, ce qui a induit l’éviction de quelques habitants peu solvables. Le dernier facteur est la volonté d’améliorer la résidence, ce qui a poussé quelques habitants plus solvables (médecins et commerçants) à construire leur propre habitat. Les quartiers péricentraux situés sur les hauteurs de l’agglomération – quartiers habités par la population moyenne supérieure25 – sont les principaux réceptacles de cette catégorie sociale.

Tableau 2 : Professions libérales dans la cité des Frères Saker

Professions libérales

Effectif

Soit en %

Domaine médical

Médecins généralistes

4

8,33

Médecins spécialistes

32

66,67

Dentistes

6

12,50

Autres

Bureau d’étude

1

2,08

Huissiers/avocats

3

6,25

Notaires

2

4,17

 Total

48

100,00

Source : relevés de terrain, Fenchouch et Tamine, 2017.

40Néanmoins, la fluidité qu’enregistre cette zone péricentrale a poussé quelques jeunes à transformer un certain nombre d’espaces publics en parkings informels privés. Sous prétexte de réduire le taux de chômage des jeunes, ces parkings ont été in fine autorisés par les pouvoirs municipaux (figure 12) sous forme de contrats annuels.

Figure 12 : Espace public jouxtant les immeubles résidentiels transformé en parking privé dénommé « parking des jeunes »

Figure 12 : Espace public jouxtant les immeubles résidentiels transformé en parking privé dénommé « parking des jeunes »

Source : Fenchouch, 2018.

Éclatement de la centralité et mesures d’accompagnement conduites par les acteurs décisionnels

41L’éclatement de la centralité se lit pour l’essentiel à travers la diversité de l’offre marchande, dont le centre-ville conserve une bonne part. Parallèlement, les acteurs décisionnels ont mis en place des stratégies de conquête commerciale et d’accompagnement financier de quelques investisseurs privés, sous forme de crédits bancaires.

Le quartier de Stora : de la dégénérescence à la régénération sous l’effet de l’engagement concomitant des acteurs publics et privés

42Le quartier de Stora constitue le cas emblématique de la concomitance entre les stratégies du secteur public et celles du secteur privé. Ce quartier a connu au cours de ces deux dernières décennies des mutations profondes liées à l’engagement simultané des acteurs publics et privés. Bien qu’il soit construit dans l’une des zones ségrégées de la ville, ce quartier constitue le théâtre d’émergence d’une nouvelle offre marchande dans le péricentre de Skikda. En fait, après l’indépendance, deux épisodes phares ont marqué le processus de mutation de Stora.

  • 26 Ordonnance n° 74-26 du 20 février 1974.
  • 27 Terrains rocheux et très accidentés (pentes supérieures à 25 %) qui nécessitent des murs de soutène (...)
  • 28 Avec des prix dépassant plus de trois fois le prix initial.

43Dans un premier temps, la valorisation du portefeuille foncier à Stora a pris une importance grandissante à partir des années 1980, d’après les personnes enquêtées (habitants et commerçants). Cette valorisation est étroitement liée à la municipalisation des réserves foncières26 et à la mise en vente, par l’agence foncière publique, de lots à bâtir pour des constructions individuelles, à quelques mètres du port de pêche. Ensuite, soumis à des coûts croissants relatifs aux travaux de viabilisation et de terrassement27, certains propriétaires ont remis en vente leurs lots de terrains28, dont une partie était déjà en voie d’aménagement (plate-forme). Ce transfert du foncier a été principalement orienté vers des personnes appartenant à la couche sociale moyenne ascendante, y compris quelques immigrés installés en France. Cette nouvelle orientation du foncier vers une catégorie sociale plus favorisée va constituer de ce fait une étape importante dans les mutations fonctionnelles de Stora. C’est ce qui explique la reconversion de ces lots de terrain, à partir du milieu des années 1990, en capital économique, donnant lieu à l’édification d’hôtels et à l’émergence, de plus en plus grandissante, des services liés aux cafés et restaurants (figure 13). Les entretiens que nous avons menés avec trois propriétaires d’hôtels (deux classés et un non classé), dont un immigré algérien installé en France, nous ont renseignés sur la manière selon laquelle les acteurs publics ont soutenu financièrement leurs investissements dans le domaine de l’hôtellerie. En fait, ces investisseurs privés ont bénéficié, à la fin des années 1990, de crédits bancaires atteignant un milliard de centimes (approximativement 60 000 euros), afin de mener leurs projets d’hôtels à terme. Ce montant leur a été attribué en raison des contraintes topographiques du site.

  • 29 Réalisé par l’entreprise croate INGRA.

44Dans un second temps, dans le cadre du programme d’amélioration urbaine de Skikda, le port de pêche de Stora a fait l’objet, entre 2007 et 2010, d’importants travaux de réaménagement et d’extension29. Ces travaux ont donné lieu à la création d’un port de plaisance, réconciliant Stora avec son port de pêche. Ce dernier a connu, au cours des quatre dernières années, des renforts symboliques (mobiliers urbains), consolidant son rôle en tant qu’espace de "centralité symbolique" (Monnet, 2000). Il constitue l’un des épicentres majeurs de la vie quotidienne des habitants, dont l’attractivité se fait sentir bien au-delà de la wilaya de Skikda.

45Conséquence logique de cette situation avantageuse, de nouvelles activités marchandes et ludiques sont apparues et se sont déployées en face du port et le long de la voie de corniche (figure 13), en réinventant quelques espaces publics : le paysage urbain en est régulièrement transformé. En fait, les commerçants de Stora, y compris sa corniche, ont su s’adapter au nouveau paysage urbain généré par le port de plaisance, en cherchant de plus en plus à reconquérir des espaces non balisés. C’est particulièrement le cas des nouveaux restaurants et des crémeries qui sont installés à quelques mètres du port de pêche, affichant une décoration interne et externe extrêmement soignée, à destination d’une clientèle solvable. Cette dynamique marchande ne doit toutefois pas masquer une certaine dégradation du paysage urbain de Stora et particulièrement de sa corniche. Cette dégradation s’explique principalement par l’état d’abandon de certains établissements hôteliers, pour des raisons financières.

Figure 13 : Activités marchandes à Stora

Figure 13 : Activités marchandes à Stora

"Redécouverte" des marchés couverts aux marges de la ville

  • 30 La ville de Skikda a connu, depuis les années 1970 et sous l’influence des afflux migratoires, une (...)
  • 31 Plus de 600 commerçants informels ont été recensés par l’APC de Skikda en 2014.
  • 32 Nous avons choisi le terme "redécouverte" car la périphérie de Skikda a fait déjà objet d’installat (...)

46La situation de désordre générée non seulement par les marchés hebdomadaires et bihebdomadaires30, mais surtout, par le développement sans cesse croissant des commerces informels31 a conduit inévitablement les pouvoirs publics à mener une politique de "réintégration" commerciale des commerçants informels. C’est la raison pour laquelle nous avons assisté, en 2015, à la "redécouverte"32 des marchés couverts de proximité aux marges de la ville, tentant de tempérer la faiblesse commerciale de la périphérie. Il faut préciser que les nouveaux marchés couverts de proximité trouvent leurs applications dans le décret exécutif n° 12-111 du 6 mars 2012. Ce dernier fixe les conditions et les modalités d’implantation, d’organisation des espaces commerciaux, et d’exercice de certaines activités commerciales. Ce décret traduit en partie, ce que Kerdoud (2015) appelle, "les véritables prémices de l’urbanisme commercial" en Algérie. Par ailleurs, est considéré comme un marché couvert, selon le décret évoqué, "toute enceinte aménagée mise à la disposition des commerçants détaillants, artisans ou agriculteurs". Ces marchés couverts sont en outre aménagés en carreaux et en cellules commerciales.

  • 33 Les marchés couverts font partie d’un programme national. Les choix d’implantation sont confiés aux (...)
  • 34 Appelé aussi "marché de 700 logements".
  • 35 Les commerçants réintégrés dans les nouveaux marchés couverts ont été évacués du centre-ville, de l (...)

47Issus d’une décision centrale négligeant les instruments d’urbanisme33, deux marchés couverts de proximité ont vu le jour dans le sud de Skikda qui, par ordre d’importance, sont appelés "marché de Zef-Zef " (1300 m²) et "marché des Frères Ayachi"34 (800 m²). Arrêtons-nous sur ce dernier (figure 14) qui fait l’objet d’un étonnant taux de vacance commerciale (29 locaux, soit 69 %), alors que certains locaux étaient fonctionnels. Ce marché couvert est-il voué à l’échec, sachant que le processus d’éviction des commerçants ambulants et informels a été effectué sans aucun souci de la participation citoyenne et/ou de celle des commerçants concernés35.

Figure 14 : Le marché couvert construit dans le quartier des Frères Ayachi

Figure 14 : Le marché couvert construit dans le quartier des Frères Ayachi

Un ex-commerçant informel bénéficiant d’une boutique dans le marché couvert situé dans le quartier des Frères Ayachi.

Source : Fenchouch, 2018.

  • 36 Une explication donnée par l’un des commerçants enquêtés en plein centre de la cité des Frères Ayac (...)

48"Ils (les autorités locales) nous ont écartés de nos clients potentiels, pour nous caler finalement dans cet espace déserté", explique un ex-commerçant informel bénéficiant d’un local commercial dans le marché des Frères Ayachi. Voilà résumée en une phrase la raison pour laquelle le taux de vacance commerciale y demeure important. En outre, après avoir délaissé les cellules commerciales qui leur étaient offertes, un nombre non négligeable des ex-commerçants informels a dû chercher des locaux commerciaux à proximité de leur premier espace d’activité (place marchande informelle). Certains d’entre eux ont eu l’opportunité de louer un local commercial en plein cœur du quartier des Frères Ayachi, quartier spécialisé dans le commerce alimentaire. Ceci est le cas de trois commerçants que nous avons interviewés. En l’absence de contrôle (par l’État), certains d’entre eux sont revenus au cœur du quartier des Frères Ayachi, "le centre des commerces alimentaires à Skikda"36, en y exerçant d’une façon illégale.

49Contrairement au marché couvert des Frères Ayachi, le marché de Zef-Zef affiche un taux de vacance commerciale faible (10 %), en raison de son accessibilité performante. Les observations que nous avons faites au niveau de ce dernier nous laissent entrevoir qu’il fait l’objet d’une fréquentation élargie, par des populations en provenance de différents compartiments de la ville, voire d’autres communes de la wilaya de Skikda. En effet, il jouxte une surface commerçante de 2 ha, dans laquelle s’installent plus de cent vendeurs ambulants et environ 90 ex-commerçants informels (figures 15 a, b et c). De plus, mardi et jeudi constituent des journées où plus de 200 commerçants non sédentaires sont autorisés à y installer leurs marchandises : linges, vêtements pour femmes et pour enfant, chaussures, merceries, etc.

Figures 15a, 15b et 15c : marché couvert "Zef-Zef "

Figures 15a, 15b et 15c : marché couvert "Zef-Zef "

Source : Fenchouch, 2017.

50Ces nouveaux marchés couverts viennent compléter l’offre marchande existant sur le boulevard périphérique Houari Boumediene. Ce dernier fait l’objet de trois spécialisations marchandes : commerces alimentaires, équipements de la maison et services d’entretien et de réparation. En outre, ce linéaire commercial constitue l’axe privilégié d’installation des commerçants grossistes spécialisés dans les produits alimentaires, ainsi que des commerçants-importateurs d’origines diverses (de l’Est algérien notamment) occupant les deux niveaux inférieurs des immeubles résidentiels. Ces derniers ont des activités, avec ou sans intermédiaires, dans le gros et le demi-gros, mais la fonction d’entreposage de leurs marchandises s’effectue dans la zone d’activités Hamadi Krouma (commune périphérique à 12 km de la ville-centre). En fait, c’est la connexion directe avec cette dernière, l’accessibilité et la surface importante des cellules commerciales qui justifient l’installation des commerçants susmentionnés sur cet axe périphérique.

Stratégies publiques en matière de transport et de circulation

51À l’instar des autres villes algériennes, les autorités locales ont mis comme priorité d’accroître le nombre des bus desservant les quartiers les plus denses et les plus commerçants. L’opérateur étatique ETUS (Établissement Public de Transport Urbain et Suburbain) a, de ce fait, récupéré une part non négligeable de l’offre de transport (31 %). Parallèlement, les décideurs locaux ont mis en place une stratégie de désenclavement des quartiers situés dans les hauteurs de la ville. Le cas le plus emblématique de cette deuxième stratégie réside dans la mise en service, en 2010, de la ligne téléphérique reliant ces quartiers, à savoir Bouabaz et Bouyaala, en passant par les Allées du 20 août (figure 4). Or, quelques mois à peine après sa mise en service, l’échec de ce projet commence à être admis, car cette nouvelle ligne est très peu pratiquée par les habitants. Nos enquêtes qualitatives sur les déplacements quotidiens des habitants des deux quartiers susmentionnés témoignent d’ailleurs d’un fort attachement, à la fois fonctionnel et social, de ces habitants au centre-ville. Dans les faits, cette ligne téléphérique ne joue qu’un rôle secondaire, voire nul, dans leurs trajectoires quotidiennes (pratiques quotidiennes d’achat en particulier). Une telle réalité pourrait, même en partie, expliquer cette crise fonctionnelle de la ligne téléphérique.

  • 37 Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme.

52En outre, les autorités locales se sont engagées dans la construction d’un nouveau parking à cinq étages, à la lisière sud de la ville, sur la rocade périphérique Houari Boumediene. En réalité, c’est un projet qui a vu le jour en dépit des recommandations du plan de circulation et du PDAU37. Par ce projet, les autorités locales entendent, sans doute, limiter les risques de multiplication des parkings informels. Or, l’emplacement de ce parking, unique en son genre dans la ville de Skikda, nous semble mal choisi. En effet, sa situation ne tient pas compte de la réalité urbaine de Skikda ; il se trouve dans un secteur où la marche n’est pas pour autant privilégiée, en raison de la rareté, dans sa proximité, des commerces et services marchands favorisant la déambulation. Il convient aussi de souligner que ce projet révèle des crises urbaines se rapportant aux conflits d’acteurs. Le projet a été gelé suite à un litige impliquant l’ex-wali, les élus locaux, le bureau d’étude technique et l’entreprise de réalisation.

Représentations de la centralité et pratiques de consommation dans la ville de Skikda

Une ville polycentrique

  • 38 Phrase prononcée par l’un des habitants que nous avons interrogés au cours de nos enquêtes de terra (...)
  • 39 Expression empruntée à Hani (2009).

53Dans leurs discours, les personnes interrogées expriment leur "besoin du centre-ville et du reste des espaces marchands"38. La majorité des personnes auprès desquelles l’enquête fut menée, en particulier les jeunes adultes, révèlent qu’elles effectuent des déplacements combinés, mais aussi, et surtout partagés se rapportant à un "chaînage des déplacements"39.

  • 40 Pour saisir les entités qui pourraient assurer la fonction d’un (des) "centre (s)" dans l’imaginair (...)

54L’analyse des représentations40 et des pratiques spatiales des habitants vient donc corroborer l’émergence d’un système polycentrique qui se dessine à Skikda depuis quelques années. Sous l’effet de nouvelles mutations commerciales, les représentations de la centralité auprès des habitants sont de plus en plus complexes dans la mesure où nous nous sommes rendu compte que plusieurs centralités sont évoquées, et ce par les différentes couches sociales. Néanmoins, cette complexité ne doit toutefois pas masquer le fait que les habitants maîtrisent la hiérarchie de ce nouvel ordre. Ces espaces sont définis par rapport à leur composition fonctionnelle et à l’animation qu’ils génèrent. Dans la quasi-totalité des cas, quatre repères ont été pris en compte par les enquêtés : les axes commerciaux, les équipements structurants (gare, port, stade, mosquée…), les places publiques majeures et les limites naturelles (mer, Oued). De plus, nous avons retenu deux facteurs ayant un rôle structurant dans les représentations spatiales des habitants : l’inscription résidentielle (quartier de résidence) et le profil socio-économique des habitants.

  • 41 Pourtant le centre-ville de Skikda se trouve dans une phase de crise tant morphologique que fonctio (...)

55À cet égard, le centre-ville, le quartier des Allées du 20 août et, dans une moindre mesure, le quartier de Stora sont identifiés, tantôt d’une manière combinée, tantôt d’une manière séparée, comme étant les centres majeurs de Skikda. Cette valeur accordée au centre-ville provient de tous les habitants, peu importe leurs profils sociaux, et principalement de ses ex-habitants et de ses résidents actuels41. Néanmoins, une plongée dans la quotidienneté des habitants nous a appris que, sous les effets de la proximité, les habitants de la périphérie urbaine, qu’elle soit proche ou lointaine, valorisent de plus en plus le secteur péricentral, paraissant plus ou moins attrayant du fait des potentialités qu’il offre en matière de services : transport, etc. C’est ce qui explique que le centre-ville fait, pour une grande partie de notre échantillon, l’objet de fréquentations non régulières, voire occasionnelles.

Déploiement de nouvelles pratiques

56Nos interrogations ont aussi porté sur la capacité des Allées du 20 août et de Stora à susciter de nouvelles pratiques. Nous avons conclu que le premier quartier draine une clientèle diversifiée et suscite des pratiques liées à la déambulation. Il constitue le théâtre principal qui réinvente la quotidienneté des habitants de Skikda, particulièrement pour ceux appartenant à la couche moyenne. En outre, les nouveaux établissements commerciaux (bazars…) constituent les nouveaux repères spatiaux et les points principaux de rendez-vous et de sociabilité pour les femmes. Trois établissements ont été fréquemment évoqués par la majorité des femmes, et particulièrement par les jeunes filles appartenant à la classe moyenne aisée : bazar Souk EL Tenine, centre commercial Dubaï et, dans une moindre mesure, mall sultana chaima (figure 4). Pour certaines femmes, ces établissements sont essentiellement fréquentés les après-midis et constituent un prolongement des rencontres déjà commencées dans les fast-foods installés dans les Allées du 20 août ou dans le centre-ville. La fréquentation de ces établissements commerciaux n’est pas toujours orientée vers l’achat : de nombreuses femmes s’y rendent uniquement pour faire du lèche-vitrines, en s’informant des prix pratiqués. La fréquentation de ces établissements a tendance à être plus accentuée le dernier jour du week-end (samedi) où il est possible de remarquer l’importance des flux qui y convergent, qu’ils soient constitués des familles ou des groupes de jeunes filles, en provenance de plusieurs secteurs de la wilaya de Skikda. En même temps que des sociabilités naissent grâce aux activités marchandes, les espaces juxtaposant les équipements publics (mosquée, bibliothèque, centre culturel, etc.), qui sont conçus de manière à présenter une architecture plus ou moins contemporaine, font l’objet de rassemblements et d’interactions sociales. Nous avons, entre autres, observé des groupements de personnes devant la Banque Nationale d’Algérie, tous profils sociaux confondus. Ces regroupements deviennent de plus en plus importants vers 16 h, au moment de la sortie du travail et de la prière d’El Asr. En plus, l’ouverture de la mosquée Omar Ibn Al-khattab (à quelques mètres de la gare routière), qui est l’un des plus grands équipements cultuels à Skikda, et de la nouvelle maison de culture Mohamed Serradj, ont suscité des flux très importants et sont ainsi devenus deux points majeurs d’attraction dans les Allées du 20 août.

  • 42 À 100 km de Skikda.

57Or, bien que le luxe soit un critère d’appréciation dans le quartier des Allées du 20 août par les populations appartenant à la catégorie moyenne, une partie non négligeable des personnes appartenant à la couche aisée a affirmé que les nouveaux investissements ne leur offrent pas des opportunités assez diversifiées d’achats de qualité et, de ce fait, ne répondent pas à leurs attentes. Pour ces habitants, la plupart des quartiers sont souvent décrits comme une source de désordre (déchets, etc.). C’est pourquoi, ils parcourent des distances plus grandes et fréquentent occasionnellement, les nouveaux centres commerciaux plus modernes de la ville nouvelle Ali Mendjeli42 (à la périphérie de la ville de Constantine), qui leur paraissent avoir plus de chic.

58Le deuxième quartier fait apparaître pour l’essentiel une ligne de partage de la couche moyenne, entre les jeunes couples (généralement des étudiants) et ceux qui apprécient la promenade, le divertissement, la flânerie et les rencontres sociales. Ces pratiques ne doivent toutefois pas masquer le fait qu’en réalité Stora est caractérisée par une centralité éphémère (Bourdin, 2003), étant donné que sa dynamique est cantonnée à la période estivale.

Conclusion

59Les villes algériennes ont été, depuis la première moitié des années 2000 et sous l’effet de certaines conjonctures économiques (ouverture à l’extérieur), le théâtre d’émergence de nouvelles centralités et de nouveaux foyers d’urbanité. Ce renouvellement est le fruit, d’une part, "du travail de la société sur elle-même" (Dris, 2002), c’est-à-dire qu’il échappe à l’initiative des autorités publiques, et, d’autre part, des politiques d’aménagement, politiques parfois contradictoires avec ce que dictent les instruments d’urbanisme. Les travaux scientifiques ont été pour l’essentiel consacrés aux grandes villes, en raison du rythme impressionnant des transformations qui y ont cours. Au contraire, les transformations intra-urbaines dans les villes moyennes et leurs conséquences sur la réorganisation de la centralité et des pratiques spatiales constituent malheureusement un sujet peu exploité.

60Skikda est une ville moyenne en pleines transformations, transformations que nous estimons pertinentes à appréhender. Dans cette recherche, nous avons essayé de comprendre les logiques qui sous-tendent le processus d’expansion commerciale dans des quartiers initialement résidentiels, les acteurs impliqués et les pratiques qui en résultent. Pour ce faire, notre méthode doit beaucoup à une démarche empirique, qui combine des relevés de terrain à des enquêtes qualitatives auprès des commerçants et habitants.

61La dimension marchande se révèle in fine déterminante car elle conduit, d’une part, à une expansion spatiale de la centralité et, d’autre part, à des reconfigurations, tant sur le plan morphologique que fonctionnel. Ces dernières sont l’œuvre des acteurs économiques privés et, dans une moindre mesure, des acteurs décisionnels. Le tout a donné naissance, au-delà d’une recomposition du rapport centre-périphérie, à des foyers d’urbanité originaux, reflétant certaines "nouvelles désignations des formes spatiales et urbaines du commerce par le bas" (Kerdoud, 2016, p.239). Cette dynamique ne doit pas occulter certaines situations conflictuelles qui se sont révélées entre habitants et commerçants, situations qui ont fait suite à des occupations anarchiques et détournées des espaces jouxtant leurs immeubles. Dans le même ordre d’idée, les nouvelles formes marchandes qui se sont diffusées dans les quartiers étudiés, la manière d’occuper et de transformer l’espace traduisent par certains aspects "l’intelligibilité" (Berry-Chikhaoui, 2012, p.109) des acteurs économiques privés. Ces derniers ont su s’adapter aux nouveaux modes de consommation de la société algérienne, qui s’orientent de plus en plus vers des pratiques occidentalisées. La stratégie principale des acteurs décisionnels consiste principalement à des interventions ponctuelles pour accompagner l’éclatement de l’offre marchande et les investissements privés.

62En ce qui concerne les pratiques consécutives des transformations urbaines récentes, nous avons retenu premièrement que ces transformations ont participé au renouvellement du quotidien des habitants. Le quartier des Allées du 20 août (péricentre), dans lequel se sont diffusées les nouvelles formes marchandes, constitue principalement le nouveau centre de gravité de la ville de Skikda. Cette réalité se confirme d’autant plus qu’il est situé dans le centre géographique de l’agglomération et que son accessibilité est performante. Dans les faits, le centre colonial primatial continue ainsi à constituer une centralité, bien qu’il fasse l’objet d’une crise morphologique et fonctionnelle. Cette dernière risquerait de prendre une tournure alarmiste, en raison de l’échec des politiques d’intervention sur le centre-ville. Serait-il pertinent pour les autorités locales, en accord avec les acteurs privés et les habitants, de mettre l’accent sur une stratégie démolition/reconstruction du vieux bâti en tant qu’outil de requalification urbaine, sur le coût excessif de la réhabilitation/restauration, sans pour autant remettre en cause ses paradigmes urbanistiques et symboliques ? Dans ce cas, comment, alors, en assumer les enjeux fonciers, économiques et sociaux ?

63En outre, l’une des difficultés que nous avons rencontrées dans cette recherche découle du rythme très rapide des transformations commerciales à Skikda, transformations qui ont pris une importance grandissante à partir de 2017. Cette réalité nous a conduits à faire des retours successifs sur terrain. Il nous a donc été très difficile de cerner toutes les transformations marchandes qui y ont cours. Il serait dès lors intéressant de faire des analyses plus poussées sur les modalités de renforcement des espaces de centralité à Skikda.

64Enfin, le processus d’expansion commerciale, s’il a pu contribuer à l’éclatement de la centralité de Skikda en générant de nouvelles identités spatiales, se développe par manque de cohésion – sous l’effet de la concurrence et au gré des opportunités et des intérêts très limités – en déconnexion de la démarche du projet urbain. Cette réalité prouve encore une fois que le décalage entre la planification et la pratique s’impose comme étant un catalyseur fondamental qui réactive sans cesse les transformations des villes algériennes, transformations qui ne semblent pas en train de prendre fin.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 1998, "La fin des quartiers", in : Haumont N. (dir.), Lurbain dans tous ses états : Faire, vivre et dire la ville, Paris, L’Harmattan.

Belguidoum S., 2011, "Le dynamisme des nouvelles places marchandes de l’Est algérien : reconfiguration urbaine et nouvelles donnes sociales", congrès "Entre le licite et l’illicite : migrations, travail, marchés" [en ligne], 04 septembre 2016. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00936444/document.

Belguidoum S., Pliez O., 2012, "Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine", Diaspora, Histoire et sociétés, No.20, 115-130.

Benlakhlef B., Bergel P., 2013, "Les "nouveaux riches" du commerce mondialisé et leur rôle dans la transformation urbaine. Le cas de Sidi Mabrouk (Constantine, Algérie)", Les Annales de la Recherche Urbaine, Vol.108, No.1, Centre de Recherche d’Urbanisme, 68-81.

Bergel P., Kerdoud N., 2010, "Nouveaux lieux du commerce et transformation des pratiques de consommation dans les villes algériennes. Étude de cas à El Eulma et Onama/El-Ghazi (Constantine)", Norois, No.217, 75-89.

Berry-Chikhaoui I., 2009, "Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe", Les Cahiers d’EMAM, No.18, 9-20.

Berry-Chikhaoui I., 2012, "Les habitants face à la rénovation urbaine : négociations, ajustements et résistances. L’exemple de l’Avenue Royale à Casablanca, in : Navez-Bouchanine F (dir.), Deboulet A (éd.), L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales. Liban, Algérie, Maroc et Mauritanie, Paris, Karthala, 257-322.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A., 2002, "Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde arabe", LHomme et la société, No.143-144, 65-85.

Boudinar A., Belguidoum S., 2015, "Dynamique marchande et renouveau urbain à Oran. Médina J’dida et Choupot, deux quartiers du commerce transnational", Les Cahiers d’EMAM [En ligne], article No.26, 04 septembre 2016. URL : http://emam.revues.org/1027

Bouhali A., 2016, Fabriquer des centralités marchandes dans le monde arabe : étude comparée de deux quartiers-marchés du commerce transnational au Caire et à Oran, Thèse de doctorat, géographie et aménagement, Université Toulouse le Mirail-Toulouse II.

Boukerzaza H., 1991, Décentralisation et aménagement du territoire en Algérie : la wilaya de Skikda, Alger, office des publications universitaires.

Bourdin A., 2003, "Anatomie des nouvelles centralités", in : CERTU, Centralités dans la ville en mutation. Quelles perspectives daction pour les pouvoirs publics ? Paris, Ministère de l’Equipement, 283-288.

Desse R.-P., Lestrade S. (dir.), 2016, Mutations de lespace marchand, Paris, Presses universitaires de Rennes.

Donzelot J., 2006, Quand la ville se défait : Quelle politique face à la crise des banlieues ? Paris, Le Seuil.

Dris N., 2002, La ville mouvementée. Espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger, Paris, L’Harmattan.

Fenchouch A., Tamine R., 2019, "Mutations de la centralité dans une ville secondaire d’Algérie : le cas de Skikda", Les Cahiers d’EMAM, article No.31 (en cours de publication : article soumis en 2017 et accepté en 2018).

Hani M., 2009, "Chaînage des déplacements et pratiques d’achats des familles", Géocarrefour, [En ligne], article No.84, 12 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7261

Kateb K., 2015, L’émergence des femmes au Maghreb : une révolution inachevée, Alger, Apic.

Kebir Z., Zeghiche A., 2014, "Le renouvellement de la ville algérienne par la démolition-reconstruction du vieux bâti. De la sanction à la recherche de légitimité. Cas de la ville d’Annaba", Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], 20 décembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/26597

Kerdoud N., 2016, "Du commerce étatique au commerce mondialisé : les" Dubaï" et les" bazars" dans le Constantinois, révélateurs de changements en Algérie", in : Desse R.-P., Lestrade S. (dir.), Mutations de l’espace marchand, 337-354.

Kerdoud N., 2017, Recompositions urbaines et nouveaux espaces de consommation en Algérie : les dynamiques commerciales aux périphéries des villes de lEst algérien, Paris, L’Harmattan.

Kerdoud N., 2015, "De la villa-immeuble au bazar. Sidi Mabrouk (Constantine), l’émergence d’un quartier commercial", Les Cahiers d’EMAM [En ligne], article No.26, 05 septembre 2016. URL : http://emam.revues.org/961

Lemarchand N., 2011, "Nouvelles approches, nouveaux sujets en géographie du commerce", Géographie et cultures, No.77, 9-24.

Lakehal A., 2013, La fabrication plurielle de centralités dans la périphérie de Constantine (Algérie) : le cas de la Ville nouvelle Ali Mendjeli, Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours.

Lévy J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Merlin P., Choay F., 2015, Dictionnaire de lurbanisme et de laménagement du territoire, Paris, PUF.

Merenne-Schoumaker B., 1982, "Méthodes d’analyse des localisations commerciales : les apports de l’enquête de terrain", Annales de géographie, No.506, 417-424.

Monnet J., 2000, "Les dimensions symboliques de la centralité", Cahiers de Géographie du Québec, Vol.44, No.123, 339-418.

Safar Zitoun M., 2011, Les politiques d’habitat et d’aménagement urbain en Algérie ou l’urbanisation de la rente pétrolière ?, Beyrouth, UNESCO (MOST2).

Semmoud B., 2009, "Appropriations et usages des espaces urbains en Algérie du Nord", Cahiers de Géographie du Québec, No.148, 101-118.

Semmoud N., 2015, "Gouverner les urbanisations informelles ou la "gouvernance" en question. Cas des villes maghrébines", in : Bennafla K. (dir.), Acteurs et pouvoirs dans les villes du Maghreb et du Moyen-Orient, KARTHALA.

Signoles P., 2010, "Introduction. Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb", Les Cahiers d’EMAM, No.19, 9-14.

Stadnicki R., 2009, Nouvelles centralités et recompositions socio-spatiales dans le Grand Sanaa. Yémen, Thèse de Doctorat, Université François Rabelais de Tours.

Trache S-M., 2011, Mobilités résidentielles et périurbanisation dans l’agglomération Oranaise, Thèse de doctorat, Université d’Oran.

Younès C., 2017, "Des milieux qui font monde", in : Paquot T. (dir.). Repenser l’urbanisme, Paris, in-folio, 131-140.

Haut de page

Notes

1 Pour développer, voir Bouhali (2016).

2 Nous nous inspirons ici de R. Stadnicki (2009).

3 Nous paraphrasons ici Lemarchand (2011).

4 Étant donné qu’il n’est guère facile d’enquêter auprès des femmes dans le contexte algérien, nous avons recruté une étudiante en sociologie pour nous accompagner lors de nos enquêtes par questionnaires/entretiens avec les femmes.

5 La périphérie urbaine proche regroupe trois communes périphériques : El Hadaiek, H-Krouma et Filfila. Ces dernières totalisent 84 409 habitants, selon l’ONS de 2008.

6 La classification par âge répond à la définition des catégories par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur son site officiel.

7 À l’exception du centre-ville où nous disposons des résultats de l’enquête de terrain menée en 2010 par le laboratoire de recherche et des études sociologiques (LARSC, université de Skikda) et appliquée sur 3759 ménages. Les résultats des caractéristiques socio-économiques ont été respectés dans l’établissement de notre échantillon.

8 La wilaya correspond à un département français.

9 Zones d’Habitat Urbain Nouvelles.

10 Au sud de la ville de Skikda notamment, les programmes de logements réalisés depuis 2003 tiennent pour l’essentiel aux populations des couches défavorisées qui proviennent, en partie des bidonvilles et, dans une moindre mesure, du centre historique. En conséquence, le parc de logement (habitat collectif) réalisé depuis 2003 donne une importance capitale aux programmes de logements sociaux, à savoir le Logement Public Locatif (LPL). En effet, 9390 logements de type LPL ont été construits entre 2004 et 2017, totalisant près de trois tiers (72,65 %) des différents programmes de logements collectifs, ayant pour conséquence de refouler les couches défavorisées aux marges de la ville.

11 Nous avons choisi le terme "offre commerciale" au lieu de "paysage commercial" car notre proposition rend compte des dynamiques commerciales qui s’opèrent à une échelle plus large (métropoles). (Desse [dir.], 2008).

12 Fenchouch, Tamine, 2019.

13 C’est le cas, entre autres, de Hichem et Yasser, deux jeunes commerçants spécialisés dans les ustensiles made in China, que nous avons interviewés à l’intérieur de leurs magasins. Ces deux commerçants installés dans le centre colonial ont choisi d’élargir leur activité commerciale dans le quartier de Merdj-Edib. Ils nous ont fait état d’un relâchement graduel de l’attractivité de leurs boutiques dans le centre colonial par rapport à une situation passée, un relâchement dont les conséquences se font sentir sur la fréquentation de leurs boutiques initiales. Pour justifier leur choix de localisation sur l’axe principal de Merdj-Edib, Hichem rajoute : "ici, c’est un endroit stratégique pour profiter de la clientèle qui fréquente les Allées du 20 août, constituant le nouveau centre de Skikda".

14 B. Merenne-Schoumaker, 1982.

15 Entre autres A. Lakehal (2013).

16 Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures.

17 Selon les chiffres officiels de la direction de transport de Skikda.

18 À l’opposé, le bazar dans le Moyen-Orient désigne "un ensemble commercial couvert urbain permanent où se mêlent commerce et artisanat" (Soumagne, 2009, p.40).

19 Dans le centre-ville, l’alerte peut être lancée pour le taux important de la vacance commerciale (21 %) qui risquerait d’être amplifié à court terme, en raison de l’absence d’une politique urbaine anticipatrice, de la concurrence avec le secteur péricentral et de la dégradation morphologique du centre-ville.

20 La façade est habillée en verre.

21 Avec une RDC commerciale (café, bureau d’une entreprise privée, un taxiphone et un bureau d’assurance)

22 Après avoir effectué des démolitions partielles dans l’immeuble.

23 Ces investigations ont été menées par les gérants de cette entreprise immobilière.

24 Office National des Statistiques (ONS, 2008).

25 C’est particulièrement le cas du quartier péricentral Béni Malek.

26 Ordonnance n° 74-26 du 20 février 1974.

27 Terrains rocheux et très accidentés (pentes supérieures à 25 %) qui nécessitent des murs de soutènement gigantesques.

28 Avec des prix dépassant plus de trois fois le prix initial.

29 Réalisé par l’entreprise croate INGRA.

30 La ville de Skikda a connu, depuis les années 1970 et sous l’influence des afflux migratoires, une accumulation effrénée de commerces informels, s’étendant dans le centre-ville et dans les quartiers populaires. S’inscrivant dans la stratégie nationale d’amélioration urbaine, les autorités locales ont établi un plan d’action qui tendait au coup par coup – sur quatre ans – à "débarrasser" la ville des commerçants informels, des souks hebdomadaires et bihebdomadaires. En effet, entre 2011 et 2014, la ville a été effectivement "débarrassée", après des interventions musclées des forces publiques, de cinq de ses souks hebdomadaires vieux de plus de 15 ans, et qui étaient majoritairement situés dans le secteur péricentral. C’est le cas du souk du centre-ville, de la cité du 20 août, des Allées du 20 août, des Frères Saker et du quartier dit de 700 logements.

31 Plus de 600 commerçants informels ont été recensés par l’APC de Skikda en 2014.

32 Nous avons choisi le terme "redécouverte" car la périphérie de Skikda a fait déjà objet d’installation, dans les années 1980 et à l’instar des autres villes algériennes, d’un marché couvert de proximité dénommé Souk El Fellah, et qui n’existe plus aujourd’hui.

33 Les marchés couverts font partie d’un programme national. Les choix d’implantation sont confiés aux autorités locales ; il s’agit d’une commission ad hoc composée de la direction du commerce, la direction de l’urbanisme et de la construction et de l’APC.

34 Appelé aussi "marché de 700 logements".

35 Les commerçants réintégrés dans les nouveaux marchés couverts ont été évacués du centre-ville, de la cité des Frères Ayachi et, dans une moindre mesure, des Allées du 20 août. Par ailleurs, l’attribution des locaux et carreaux commerciaux au sein de ces nouveaux établissements a été soumise aux règles du tirage au sort.

36 Une explication donnée par l’un des commerçants enquêtés en plein centre de la cité des Frères Ayachi.

37 Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme.

38 Phrase prononcée par l’un des habitants que nous avons interrogés au cours de nos enquêtes de terrain ; le 11/03/2016 au quartier Napolitain (centre-ville de Skikda).

39 Expression empruntée à Hani (2009).

40 Pour saisir les entités qui pourraient assurer la fonction d’un (des) "centre (s)" dans l’imaginaire social des habitants, nous nous sommes appuyés sur les réponses issues des questionnaires et sur la technique de la carte à main levée. Nous avons ainsi demandé aux personnes interrogées de dessiner, sur un fond de carte attaché à la fin du questionnaire, par des ellipses ou des cercle, la (les) partie (s) qui pourrai (en)t faire l’objet d’un (des) "centre (s)".

41 Pourtant le centre-ville de Skikda se trouve dans une phase de crise tant morphologique que fonctionnelle. Sur le plan morphologique, nous avons relevé un certain échec des politiques de réhabilitation urbaine, car les acteurs décisionnels se contentent de quelques travaux de réparations superficiels. Sur le plan fonctionnel, le centre-ville se montre toujours résistant, bien qu’il se défasse de certaines de ses fonctions administratives, commerciales et résidentielles. Essentiellement, l’alerte peut être relevée sur le taux de la vacance commerciale (21 % en 2017), qui risquerait d’être amplifié à court terme, en raison de l’absence d’une politique urbaine anticipatrice. En outre, le taux de la vacance résidentielle de ce centre a atteint 17 % en 2008 (ONS, 2008). Le nombre élevé des immeubles vides ne constitue pas le reflet d’un processus d’accumulation des services marchands – notamment les professions libérales – ou bien de mutations importantes dans les formes commerciales, à l’image du centre-ville d’Annaba (Kebir, Zeghiche, 2014) et d’Oran (Bouhali, 2016 ; Trache, 2011). C’est la situation problématique (dégradation des logements) du centre-ville qui suscite des transferts résidentiels vers les nouveaux quartiers péricentraux et périphériques.

42 À 100 km de Skikda.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Processus de desserrement fonctionnel (fonctions tertiaires) et direction d’urbanisation à Skikda
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2 : La trame commerciale à Skikda
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 3 : Spécialisations commerciales dans les secteurs urbains à Skikda (indice de spécialisation14)
Crédits Source : relevés de terrain (2017), Fenchouch et Tamine, 2017.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 4 : Réseau de transport en commun et principaux pôles d’activité dans la ville de Skikda
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 5 : Centre commercial Dubaï.
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 6 : Bazar Cristal
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 7 : bazar Souk El Tenine
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 8 : Villa reconvertie en bazar
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 9 : mall Sultana Chaima
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figures 10a, 10b, 10c et 10d : Aménagement intérieur et extérieur (parking sécurisé) du mall Sultana Chaima
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 11 : Centre commercial Family shop cami
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 12 : Espace public jouxtant les immeubles résidentiels transformé en parking privé dénommé « parking des jeunes »
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 13 : Activités marchandes à Stora
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 14 : Le marché couvert construit dans le quartier des Frères Ayachi
Légende Un ex-commerçant informel bénéficiant d’une boutique dans le marché couvert situé dans le quartier des Frères Ayachi.
Crédits Source : Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figures 15a, 15b et 15c : marché couvert "Zef-Zef "
Crédits Source : Fenchouch, 2017.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32536/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alla-Eddine Fenchouch et Rachid Tamine, « Dynamiques marchandes et nouvelles centralités dans une ville portuaire algérienne : Skikda », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 908, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32536 ; DOI : 10.4000/cybergeo.32536

Haut de page

Auteurs

Alla-Eddine Fenchouch

Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’université Constantine 3, Algeria
Laboratoire : Architecture de l’Urbanisme : Espace, Technique et Société (L.A.U.T.E.S)
Doctorant chercheur en urbanisme
fenchouchallaeddine@gmail.com

Rachid Tamine

Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’université Constantine 3, Algeria
Laboratoire : Architecture de l’Urbanisme: Espace, Technique et Société (L.A.U.T.E.S)
Maître de conférences
Géographe-cartographe-urbaniste
tamine.rachid@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page