Navigation – Plan du site
2019
911

Relocalisation préventive suite à la crue de Niamey 2012 : vulnérabilités socio-économiques émergentes et retour en zone inondable

Preventive relocation following the flood of Niamey 2012: emerging social and economic vulnerabilities and return to a floodable area
Adam Abdou Alou, Céline Lutoff et Harouna Mounkaila

Résumés

En 2012, une grande inondation par débordement fluvial a affecté le quotidien de 45464 personnes de la ville de Niamey. Suite à cet événement, les autorités ont décidé de relocaliser 4963 personnes hors zone inondable. Cependant, une grande partie des personnes déplacées sont revenues en zone à risque un mois plus tard et sont de nouveau inondées en 2013. Dans l’objectif de comprendre ce qui a motivé ce retour en zone inondable, il a été procédé à une enquête auprès des responsables de la ville et des résidents de sept quartiers du cinquième arrondissement communal. Elle a mis en évidence que les populations affectées se sont retrouvées quelques temps après leur relocalisation, dans des conditions de vie difficiles suite à une perte d’emploi et à un accès difficile à l’eau, au transport et au logement. Ces conditions ont révélé de nouvelles vulnérabilités et influencé le retour de certaines d’entre elles en zone inondable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce nombre estimé depuis 2000 par le Centre d’Enseignement et de Recherche sur l’Eau, la Ville et l’ (...)
  • 2 Recensement général de la Population et de l’Habitat : Institut National de la Statistique du Niger (...)

1Les inondations sont de plus en plus fréquentes dans les villes ouest-africaines. Si dans la ville de Niamey certaines de ces inondations désastreuses sont le résultat de précipitations exceptionnelles (Descroix et al., 2013 ; Panthou, 2013; Ozer et al., 2017), la majeure partie d’entre elles sont le résultat des dynamiques non encadrées de l’occupation du sol (Bechler-Carmaux et al., 2000 ; Issaka et Badariotti, 2013). En effet, l’absence d’inondation grave après celles de 1968 et 1970, la pression démographique, la pauvreté et l’insuffisance des politiques d’aménagement urbain, ont conduit, 217740 habitants1sur les 10112772 habitants que comptait la ville en 2012, à occuper les terrains disponibles à proximité du fleuve, et parfois d’anciens chenaux, non inondés pendant la longue série des années déficitaires en pluie.

2En 2012, les inondations ont affecté 45464 personnes et causé 10 morts et plusieurs dégâts matériels, chiffrés à 16 milliards de fcfa [soit 24,4 millions d’euros]. L’ampleur des dégâts occasionnés par ces inondations a montré aux autorités la nécessité de rendre la ville de Niamey moins vulnérable et plus résiliente par la relocalisation des populations les plus vulnérables des zones à risque, afin de mieux les sécuriser et de diminuer leur exposition aux phénomènes d’inondation.

3La relocalisation est un processus de déplacement des personnes qui peut être temporaire ou permanent, volontaire ou forcé (Ferris, 2012 ; Ginnetti et Shrepfer, 2012 ; Gemenne et al., 2017). Elle peut ainsi être un mouvement de population planifié mis en œuvre par les autorités politiques d’un pays ou des investisseurs privés vers une zone considérée plus sûre en vue de l’établissement temporaire ou permanent de cette population (De Sherbinin et al., 2010 ; Bronen, 2014 ; Gemenne et al., 2017). La relocalisation planifiée peut ainsi être considérée comme une stratégie de réduction des risques liée aux changements climatiques (Gemenne et al., 2017).

4Toutefois, la relocalisation concerne le plus souvent les populations déjà socio-économiquement défavorisées (Hunter, 2005 ; Myers et al. 2008 ; Martin, 2009 ; Gray et Mueller, 2012 ; Gemenne et al., 2017 ; Abdou Alou, 2018). De plus, nombre d’auteurs ont constaté que la relocalisation s’accompagne généralement d’un appauvrissement tant économique que social des populations (Cernea, 1998 ; Robinson, 2003 ; Webber et Mcdonald, 2004 ; Oliver-Smith et De Sherbinin, 2014). Cernea (1998) a mis en évidence les huit principaux risques encourus par les individus déplacés : la perte de terres, la perte d’emploi, la perte du domicile, la marginalisation, l’augmentation de la morbidité et de la mortalité, l’insécurité alimentaire, la perte d’accès aux ressources de communauté, et la désagrégation de la communauté. Pour Muggah (2000) deux autres risques sont également à prendre en considération : la perte d’accès aux services offerts par la communauté et la violation des droits de l’homme. Compte tenu de ces risques, il est nécessaire d’aider les personnes déplacées dans la reconstruction de leurs moyens de subsistance à long terme (Gemenne et al., 2017).

5Pour autant, si plusieurs travaux prennent généralement en compte le processus de restauration des conditions socio-économiques antérieures des personnes déplacées (Ferris, 2012 ; Warner et al., 2013 ; Gemenne et al., 2017), les études qui se sont intéressées au retour de ces personnes en zone à risque en lien avec les conditions de vie qui leur sont proposées par les autorités sont peu nombreuses (Hangnon et al., 2018 ; Abdou Alou, 2018). En effet, les personnes pauvres déplacées dépendant généralement des zones à risque où ils y vivent et pratiquent leurs activités ont besoin d’être accompagnées pour être maintenues sur leur nouveau site. Cette idée constitue le constat central sur lequel se fonde cet article. L’objectif de cet article est d’évaluer les conditions proposées par les autorités de Niamey pour maintenir les populations déplacées sur leur nouveau site. Dans cette perspective, on s’intéresse à quelques indicateurs socio-économiques critiques pouvant engendrer le retour de certaines populations en zone à risque : l’accès à l’école, à l’eau potable, au transport, au logement et la perte d’emploi.

6Après avoir présenté la méthode mise en œuvre pour collecter les données, l’article donne à voir la relocalisation et évalue les conditions proposées par les autorités aux populations déplacées. Il s’intéresse ensuite aux vulnérabilités socio-économiques émergentes après relocalisation.

Méthodologie

Méthode d’enquête

7L’enquête a été réalisée dans le cinquième arrondissement où les autorités de la ville de Niamey ont décidé de relocaliser les sinistrés de la crue de 2012. Les quartiers d’enquête sont présentés dans la figure 1.

Figure 1 : Localisation des quartiers d’enquête dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey

Figure 1 : Localisation des quartiers d’enquête dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey
  • 3 Lors des entretiens en 2016, nous avons veillé à vérifier si les acteurs décisionnels interrogés, e (...)

8En effet, six quartiers de la zone inondable ont été choisis à partir d’une image Google Earth de l’extension de la crue de 2012 et un quartier créé par les autorités de la ville pour abriter les sinistrés de cette crue. Cette enquête s’inscrit dans le cadre des méthodes de recherche mixtes, conciliant une approche qualitative et quantitative. La première approche a consisté en une série de 20 entretiens avec les acteurs décisionnels3 qui ont participé à la gestion de la crise de 2012 et les personnes déplacées suite à cette crise. Ces entretiens ont non seulement permis de comprendre comment s’est faite la gestion de la crise, mais ont aussi servi à une première approche de la problématique et à construire l’enquête quantitative.

9L’approche quantitative a pour but d’une part, d’apprécier le vécu des personnes déplacées suite à la proposition de relocalisation et au soutien des autorités ; et d’autre part, d’évaluer les nouvelles conditions de vie dans lesquelles ces personnes se sont retrouvées et l’efficacité de cette mesure préventive.

10A ce niveau, l’échantillon a été construit par la méthode boule de neige, au fur et à mesure de l’enquête. Ce qui a permis de réaliser 192 questionnaires. Le nombre de personnes enquêtées par quartier de résidence et les principales caractéristiques de l’échantillon sont présentés dans le tableau 1.

Tableau 1 : Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés

Quartier

Données de l’échantillon 2017

Données Institut National de la Statistique du Niger 2012

Quartier situé en zone inondable

Zarmagandey

31 enquêtés

44% hommes,

56% femmes

Entre 20-49 (85%),

50-84 ans (15%) (moyenne : 49 ans)

55% personnes avec un emploi (salarié, travailleur indépendant),

45% sans emploi (personne en chômage, retraité, étudiant)

49,7% hommes,

50,3% femmes

Entre 20-49 (85%), 50-84 ans (15%) (moyenne : 49 ans) 66% personnes avec un emploi (salarié, travailleur indépendant), 34% sans emploi (personne en chômage, retraité, étudiant)

Lamordé

20 enquêtés

Nogaré

19 enquêtés

Karadjé

25 enquêtés

Kennedy

24 enquêtés

Kirkissoye

33 enquêtés

Quartier de relocalisation

Séno

40 enquêtés en provenance de la zone inondable : 12 de Kirkissoye, 11 de Zarmagandey, 9 de Karadjé et 8 de Lamordé

Effectif total : 192 personnes enquêtées

Analyse statistique

11Le traitement statistique des réponses à l’enquête a donné lieu à la cartographie du taux de départ vers le quartier de relocalisation et du taux de retour au quartier de départ, de la taille moyenne des parcelles et de la taille moyenne des familles de chaque quartier.

12Pour mieux comprendre les raisons du retour des enquêtés au quartier après leur relocalisation, le traitement statistique a ensuite donné lieu au test du χ2 et de Cramer. Cela a permis d’évaluer les relations existantes et leur intensité entre la taille des parcelles, la taille des familles, le nombre d’enfants scolarisés de chaque répondant et le retour au quartier.

Les relocalisés de la crue de 2012 à Niamey : des solutions proposées par les autorités pour les maintenir dans leur lieu d’affectation

13Après l’inondation de 2012, les efforts ont été surtout focalisés sur la sécurisation des populations. C’est ainsi que les autorités ont procédé à la relocalisation à Séno, un quartier jusqu’alors inhabité, de plusieurs personnes des quartiers du cinquième arrondissement de la ville, dont les maisons construites en matériaux précaires pour la plupart ont été emportées par les eaux.

14La figure 2 montre les flux de mobilité des populations des différents quartiers vers Séno. Pour le besoin de la représentation, les personnes enquêtées du quartier de Séno ont été considérées dans leurs quartiers d’origine avant leur installation sur le site de relocalisation.

Figure 2 : Déplacements en 2012 des enquêtés de leur quartier d’origine vers le quartier de relocalisation

Figure 2 : Déplacements en 2012 des enquêtés de leur quartier d’origine vers le quartier de relocalisation

15Parmi les 192 personnes parties à Séno, 23 % venaient de Kirkissoye, 22 % de Zarmagandey, 18 % de Karadjé, 15 % de Lamordé, 12 % de Kennedy et 10 % de Nogaré.

16Durant les premières semaines de leur relocalisation :

« nous leur avons fourni avec l’aide des Organisations gouvernementales internationales des tentes, des soins médicaux, de l’eau potable pendant au moins trois semaines, de la nourriture pour quelques semaines, des ustensiles de cuisine, des terrains de 200 m2 sur lesquels nous avons envisagé de construire pour chaque famille un logement permanent, plus 30000 fcfa [46 €]. C’était le mieux que l’on pouvait leur faire. » (Témoignage d’un responsable municipal, interrogé en juin 2016).

17Le soutien des autorités n’ayant pas été poursuivi dans la durée, un mois après leur relocalisation, la plupart des personnes enquêtées sont reparties dans leur quartier d’origine. C’est ainsi que sur les 192 personnes relocalisées, 152 personnes sont retournées dans leur quartier.

Un retour massif au quartier généré par l’insuffisance des solutions proposées

18La figure 3 montre le taux de retour au quartier. Parmi les 152 personnes revenues dans leur quartier, 22 % sont de Kirkissoye, 20 % de Zarmagandey, 17 % de Karadjé, 16 % de Kennedy, 13 % de Lamordé et 12 % de Nogaré.

Figure 3 : Retour des enquêtés du quartier de leur relocalisation à leur quartier d’origine

Figure 3 : Retour des enquêtés du quartier de leur relocalisation à leur quartier d’origine

19La réaction de ces populations a créé une incompréhension chez certains responsables de la ville :

« plusieurs personnes étaient revenues en zone à risque pour se faire inonder en 2013, malgré les efforts des autorités à vouloir les reloger dans des zones sûres de la ville. » (Témoignage d’un responsable de la protection civile, interrogé en juin 2016).

20En se focalisant sur les raisons invoquées par les répondants pour justifier leur retour au quartier, on constate que la taille des parcelles et la taille des familles ont joué un rôle important comme en témoigne ces propos :

« les autorités nous ont attribué des terrains de 200 m2 sous condition de céder nos terrains en zone inondable à l’État. Néanmoins, ces terrains n’atteignaient pas ceux dont on disposait en zone inondable [400 m2]. » (Témoignage d’un habitant retourné dans son ancien quartier de Kirkissoye, 55 ans, interrogé en août 2016).

« Il n’a pas été tenu compte de la taille de la famille. Les familles regroupant plusieurs personnes et ne pouvant pas finir sur un terrain de 200 m2 avaient pris les terrains pour qu’une partie de leur famille parte vivre dans le quartier de relocalisation ou les revendaient pour revenir en zone à risque. » (Témoignage d’un habitant retourné dans son ancien quartier de Lamordé, 66 ans, interrogé en juillet 2016).

21La figure 4 montre que la taille des parcelles des répondants dans les quartiers de Kirkissoye, de Zarmagandey, de Karadjé, de Kennedy, de Lamordé et de Nogaré dépasse largement celle des parcelles proposées sur Séno par les autorités. Elle présente aussi la taille des familles des répondants par quartier.

Figure 4 : Taille moyenne des parcelles et taille moyenne des familles des enquêtés par quartier de résidence

Figure 4 : Taille moyenne des parcelles et taille moyenne des familles des enquêtés par quartier de résidence

22Le manque d’écoles au moment de leur installation dans le quartier de relocalisation a également été une raison du retour au quartier pour certains répondants :

« après notre arrivée en octobre 2012, les autorités ont mis plus d’un mois pour créer une école sur Séno. J’étais obligée de conduire mes enfants un peu loin du quartier pour l’école. Des fois, par manque de moyens, j’étais obligée de les laisser à la maison. Cela a beaucoup perturbé la scolarité de nos jeunes enfants et a fait que certaines personnes sont retournées en zone inondable. » (Témoignage d’une habitante retournée dans son ancien quartier de Lamordé, 48 ans, interrogée en juillet 2016).

23La figure 5 montre le nombre d’enfants scolarisés des répondants qui ont effectué leur retour au quartier d’origine et ceux qui sont restés dans le quartier de relocalisation.

Figure 5 : Comportement des enquêtés après relocalisation en fonction du nombre d’enfants en âge scolaire

Figure 5 : Comportement des enquêtés après relocalisation en fonction du nombre d’enfants en âge scolaire

24Le test du χ2 a été mené en vue d’évaluer l’importance de la taille des parcelles, de la taille des familles et du nombre d’enfants scolarisés dans le retour des individus au quartier. Les résultats présentés dans le tableau 2 montrent que toutes les variables considérées, se sont révélées significatives (p < 0,05), et les intensités des relations entre ces variables et le retour au quartier sont fortes (Vc ≥ 0,3). Il semble ainsi que la taille des parcelles joue le rôle le plus important et la corrélation entre cette variable et la taille des familles reste toujours importante.

Tableau 2 : Résultats du test du χ² et du V de Cramer entre le retour au quartier des enquêtés et leurs caractéristiques socio-démographiques

Variables croisées

X2 (p < 0,05)

V de Cramer (Vc >= 0,3)

Retour au quartier

Taille des parcelles

0,938

0,469

Taille des familles

0,623

0,360

Nombre d’enfants scolarisés

0,604

0,349

Taille des parcelles

Taille des familles

0,642

0,370

25Enfin, certaines personnes enquêtées sont retournées aussi vivre en zone inondable parce qu’elles ne voulaient pas être loin de leur ancien quartier où elles pratiquent leurs activités à leur propre compte :

« je vis de la pêche et du transport fluvial. Même si la pêche n’est plus rentable comme auparavant à cause de l’ensablement du fleuve Niger, il m’est difficile d’imaginer une vie loin du fleuve.» (Témoignage d’un habitant retourné dans son ancien quartier de Nogaré, 41 ans, interrogé en août 2016).

26Mais que ce soit les personnes restées dans le quartier de Séno ou revenues dans leur quartier d’origine, elles ont été nombreuses à juger que les conditions de vie étaient peu favorables après leur relocalisation.

Les relocalisés face aux vulnérabilités socio-économiques émergentes

27L’accompagnement n’ayant duré que quelques semaines après leur relocalisation, les personnes déplacées se sont très vite retrouvées dans des difficultés pour accéder à l’eau potable, au transport, au logement ou à maintenir leurs activités d’origine.

L’accès à l’eau potable et au transport : une difficulté majeure dans le quartier de relocalisation

« En 2012 sur Séno, l’eau nous a été fournie par des camions citernes pendant plusieurs jours. Quelques semaines après le départ de ces camions on payait le bidon de 25 litres d’eau à 125 fcfa [0,19 €] et le tonneau d’eau à 1000 voire 1500 fcfa [1,52 voire 2,29 €] auprès des vendeurs d’eau. Le déplacement était coûteux pour nous à cause de l’inaccessibilité du site. Nous payons une course en taxi à 500 fcfa [0,76 €] à l’aller comme au retour. » (Témoignage d’un habitant du quartier de Kirkissoye, resté dans le quartier de relocalisation, 53 ans, interrogé en août 2016).

28En temps normal, le bidon d’eau de 25 litres se vend à 25 fcfa [0,04 €] et le tonneau d’eau à 200 fcfa [0,30 €] par les vendeurs d’eau. Une course en taxi est à 200 fcfa [0,30 €]. Ce n’est que lorsque la distance est longue ou le quartier difficile d’accès, qu’il faut débrousser 400 ou 600 fcfa [0,61 ou 0,92 €] (Yayé Saidou, 2014), soit l’équivalent de ce que les résidents de Séno doivent payer pour chaque course.

  • 4 Normes OMS : « pour boire et satisfaire ses besoins d’hygiène, chaque personne a besoin, chaque jou (...)

29Si l’on tient compte des normes de l’Organisation mondiale de la Santé4, cet enquêté, dont la famille est composée de 8 personnes, devrait consommer chaque jour 200 litres d’eau (25 l × 8), soit un tonneau d’eau vendu à 1000 [1,52 €], voire 1500 fcfa [2,29 €], alors que son revenu mensuel était de 65000 fcfa [99 €] lors de l’enquête. Un mois d’approvisionnement en eau représente donc entre 46 % et 69 % de son salaire.

30Ensuite, il aurait à dépenser 1000 fcfa [1,52 €] en cas d’un déplacement compte tenu de la difficulté d’accès au site (un aller et retour = 500 fcfa [0,76 €] × 2). Ainsi, il aurait à dépenser par mois 60000 fcfa [92 €] de ce qu’il gagne pour l’approvisionnement en eau de sa famille et son déplacement. Cette situation a poussé les ménages les plus économiquement précaires à limiter leur déplacement et à s’approvisionner en eau au niveau des puits. Or, la qualité de l’eau puisée est dégradée, en raison du système d’assainissement autonome qui se retrouve souvent en interaction directe avec la nappe phréatique (Bontianti et al., 2014). Bien que gratuite, l’eau du puits étant de moindre qualité peut être source de certaines maladies (comme les maux de vente, la diahrée) et affecter ainsi des populations déjà fragilisées.

L’accès au logement : une distinction symbolique pour les personnes restées dans le quartier de relocalisation

31La complexité des enjeux de la construction sur Séno a fait que les populations n’ont commencé à bénéficier de logements permanents qu’après deux ans :

« il a fallu attendre 2014 après la relocalisation des populations pour que Qatar Charity nous aide à construire à ces personnes sur des parcelles 200 m2, des chambres sur 40 m2. » (Témoignage d’un élu local, interrogé en juin 2016).

32Lors de cette construction, il n’a pas été tenu compte de la taille des familles ni des biens dont elles disposaient :

« le logement est très étroit pour ma famille. Mes grands garçons sont obligés d’aller ailleurs pour passer la nuit, des fois chez des proches. Aussi, beaucoup de nos biens matériels que l’on n’a pas pu mettre à l’intérieur des chambres, compte tenu de leur étroitesse, se sont détériorés sous l’effet de la chaleur et de la pluie. » (Témoignage d’une habitante du quartier de Karadjé, restée dans le quartier de relocalisation, 43 ans, interrogée en août 2016).

33Quelques années après avoir été relocalisés, certains enquêtés n’ayant pas bénéficié de la construction des autorités vivent toujours sous des tentes de fortune (figure 6), ne pouvant pas construire par manque de moyens financiers :

« après l’attribution des parcelles par les autorités, leur mise en valeur est difficile pour nous, par manque de moyen financier et de matériau de construction qui n’est pas disponible sur le site contrairement à notre ancien quartier où l’eau et le banco sont en permanence.» (Témoignage d’un habitant du quartier de Kirkissoye, resté dans le quartier de relocalisation, 38 ans, interrogé en août 2016).

Figure 6 : Tentes des personnes relogées dans le quartier de Séno

Figure 6 : Tentes des personnes relogées dans le quartier de Séno

Photo : Abdou Alou A., 2017

La perte de l’emploi pour les personnes restées dans le quartier de relocalisation

34La survie de la plupart des enquêtés en zone inondable reposait sur des activités journalières. Ils n’avaient pas de source de revenu stable et profitaient de la zone du bord de fleuve pour habiter et exercer différentes sortes d’activités (petit commerce, agriculture, élevage, pêche).

35La relocalisation, ayant été faite sans véritables mesures d’accompagnement économique, a fragilisé davantage leurs conditions de vie, et entrainé pour la plupart des personnes restées dans le quartier de Séno une perte de leurs sources de revenu. Les femmes sont celles qui ont été les plus affectées par ce phénomène (tableau 3). Dix femmes contre cinq hommes ont perdu leur activité. En effet, la plupart de ces femmes exerçaient un petit commerce en zone inondable grâce à l’électricité (vente de glace, du jus, du yaourt).

Tableau 3 : Maintien de l’activité après relocalisation selon le sexe

Sexe

Activité maintenue

Activité non maintenue

Total

Homme

14

5

19

Femme

11

10

21

Total

25

15

40

36Une fois dans le quartier de relocalisation, ces femmes sont contraintes d’abandonner cette activité du fait de l’absence d’électricité et de l’éloignement des potentiels clients à Séno. Les hommes qui ont perdu leur activité, vivaient plutôt de la petite agriculture au bord du fleuve (riziculture, verger). Avec le poids de l’âge (ils sont tous âgés de 65-84 ans) et le manque de moyen de déplacement, ils ont préféré céder cette activité à leurs enfants.

37Ainsi les personnes affectées à Séno ont bénéficié de peu de soutiens de la part des autorités, et se sont retrouvées à moins d’un mois face aux vulnérabilités socio-économiques émergentes.

Conclusion

38La fréquence des inondations de ces dernières années dans les villes ouest-africaines (Ozer et al., 2017 ; Tomety, 2017 ; Cissé et al., 2018) et les dommages qu’elles occasionnent témoignent de la nécessité de la mise en place de nouvelles mesures pour davantage protéger les populations. Si la littérature considère que la relocalisation peut être envisagée pour réduire l’exposition des populations aux risques, lorsqu’elle est mal planifiée et peu gérée, elle peut déboucher sur l’émergence de nouvelles vulnérabilités socio-économiques (Muggah 2000 ; Ferris, 2012 ; Warner et al., 2013 ; Harild et al., 2013; Abdou Alou, 2018).

39À Niamey, la relocalisation des populations sinistrées de la crue de 2012 sur Séno, étant faite sans véritables mesures de rétablissement de leurs moyens d’existence (Abdou Alou, 2018) ; certains enquêtés ont préféré revenir en zone inondable. En effet, la plupart des enquêtés retournés dans leur quartier d’origine ont été confrontés à un accès difficile à l’eau, au transport et au logement à moins d’un mois après relocalisation. De plus, la plupart de ces répondants étaient revenus en zone à risque à cause des activités qu’ils exerçaient au bord du fleuve, de leur statut de famille ou du dédommagement non proportionnel de leurs terrains de la zone inondable sur Séno. Pour les personnes restées dans le quartier de relocalisation, plusieurs d’entre elles n’ont pas bénéficié des logements permanents et celles qui en ont bénéficié estiment que ces logements ne leur permettent pas de bien s’épanouir. Aussi, la plupart de ces personnes ont perdu leur emploi. Cela a concerné surtout les femmes par manque de source d’énergie pour poursuivre l’activité déjà entreprise en zone à risque et les personnes âgées par manque de moyen de déplacement pour continuer l’activité qu’elles pratiquaient en zone inondable.

40Enfin, la non mise en place par les autorités d’infrastructures nécessaires pour assurer la couverture des besoins fondamentaux des populations déplacées a fait que la relocalisation n’a pas abouti aux objectifs visés, et seulement une petite partie des personnes déplacées sont effectivement restées hors zone à risque.

Haut de page

Bibliographie

Abdou Alou A., 2018, "La ville de Niamey face aux inondations fluviales. Vulnérabilité et résilience des modes d’adaptation individuels et collectifs", Thèse de Doctorat en cotutelle entre l’Université de Grenoble et l’Université Abdou Moumouni, 154 p.

Bechler-Carmaux N., Mietton M., Lamotte M., 2000, "Le risque d'inondation fluviale à Niamey (Niger). Aléa, vulnérabilité et cartographie", Annales de Géographie, vol.109, No.612, 176-187.

Bontianti A., Vaucelle S., Batisse J., 2014, "La vulnérabilité des ménages dans leurs accès à l’eau à Niamey (Niger) : indicateurs, grille de lecture et typologie", in : Bouzou Moussa I. (dir), Dynamiques sociales et environnementales au Sahel, 133-146.

Bronen R., 2014, “Choice and necessity: relocations in the Arctic and South Pacific", Forced Migration Review, Vol.45, 17-21.

Cernea M. M., 1998, "La sociologie des déplacements forcés : un modèle théorique", Autrepart, Vol.5, 11-28.

Cissé B., Quensière J., Kane A., 2018, "Vulnérabilisation ou résilience des banlieues insalubres de Dakar", Mondes en développement, Vol.1, No.181, 131-146.

De Sherbinin A., Castro M., Gemenne F., 2010, "Preparing for population displacement and resettlement associated with large climate change adaptation and mitigation projects", Background Paper for the Bellagio Workshop, [En ligne] URL : http://www.ciesin.columbia.edu/confluence/download/attachments/92799210/Background_Paper_final.pdf.

Descroix L., Diongue Niang A., Dacosta H., Panthou G., Quantin G., Diedhiou A., 2013, "Évolution des pluies de cumul élevé et recrudescence des crues depuis 1951 dans le bassin du Niger moyen (Sahel)", Climatologie, Vol.10, 37-49.

Ferris E., 2012, "Protection and planned relocations in the context of climate change", Legal and Protection Policy Research, UNHCR, Geneva-Switzerland, 33p.

Gemenne F., Blocher J., De Longueville F., Vigil Diaz Telenti S., Zickgraf C., Gharbaoui D., Ozer P., 2017, "Changement climatique, catastrophes naturelles et déplacements de populations en Afrique de l’Ouest", Geo-Eco-Trop, 1-22.

Ginnetti J., Shrepfer N., 2012, "Predicting disasters and protecting rights", Forced Migration Review, Vol.41, 13-14.

Gray C. L., Mueller V., 2012, "Natural disasters and population mobility in Bangladesh", PNAS, Vol.109, No.16, 1-15.

Hangnon H., Bonnet E., Amalric M., Nikiema A., 2018, "Prévention et stratégies d’adaptation face aux risques : mesures réglementaires et comportements individuels suite aux inondations de 2009 à Ouagadougou (Burkina Faso).", in : Grégoire E., Kobiané J.-F., Lange M.-F. (dir), L’Etat réhabilité en Afrique : réinventer les politiques publiques à l’ère néolibérale, 241-266.

Harild N., Vinck P., Vedsted S., De berry J.P., 2013, "Forced displacement of and potential solutions for IDPs and refugees in the Sahel – Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania and Niger", Global Program on Forced Displacement, Washington DC, World Bank, 39.

Hunter L., 2005, "Migration and Environmental Hazards", Population and Environment, Vol.26, No.4, 273-302.

Issaka H., Badariotti D., 2013, "Les inondations à Niamey, enjeux autour d’un phénomène complexe", Cahiers d’Outre-Mer, No.263, 289-392.

Martin S. F., 2009, "Managing environmentally induced migration". In: Laczko F., C., Aghazarm C. (eds.), Migration, environment and climate change: assessing the evidence. Geneva, International Organization for Migration, 353-384.

Muggah R., 2000, "Through the developmentalist’s looking glass: conflict-induced displacement and involuntary resettlement in Colombia", Journal of Refugee Studies, Vol.13, 133-164.

Myers C. A., Slack T., Singelmann J., 2008, "Social vulnerability and migration in the wake of disaster: the case of Hurricanes Katrina and Rita", Population and Environment, Vol.29, 271-291.

Oliver-Smith A., De Sherbinin A., 2014, "Resettlement in the twenty-first century." Forced Migration Review, Vol.45, 23-25.

Ozer P., Laminou Manzo O., Tidjani A. D., Djaby B., De Longueville F., 2017, "Évolution récente des extrêmes pluviométriques au Niger (1950-2014)", Geo-Eco Trop, Vol.41, No.3, 375-384.

Panthou G., 2013, "Analyse des extrêmes pluviométriques en Afrique de l’Ouest et de leur évolution au cours des 60 dernières années", Thèse de doctorat en géographie, Université de Grenoble, 282 p.

Robinson C. W., 2003, "Risks and rights: The causes, consequences, and challenges of development-induced displacement", Washington DC, the Brookings Institute-SAIS Project on Internal Displacement, 96 p.

Tomety D. Y., 2017, "Exposition et vulnérabilité face aux risques d’inondation au Burkina Faso : cas de la ville de Dori", Mémoire de Master, Université de Liège, 89p.

Warner K., Afifi T., Kalin W., Leckie S., Ferris B., Martin S. F., Wrathall D., 2013, "Changing climates, moving people: Framing migration, displacement and planned relocation", Bonn, United Nations University / Institute for Environment and Human Security, 57.

Webber M., Mcdonald B., 2004, "Involuntary resettlement, production and income: Evidence from Xiaolangdi", PRC, World Development, vol.32, 673-690.

Yayé Saidou H., 2014, "Se déplacer à Niamey, mobilité et dynamique urbaine", Thèse de Doctorat en cotutelle entre l’Université de Grenoble et l’Université Abdou Moumouni, 338.

Haut de page

Notes

1 Ce nombre estimé depuis 2000 par le Centre d’Enseignement et de Recherche sur l’Eau, la Ville et l’Environnement [cereve/krb] n’a pas été revu depuis.

2 Recensement général de la Population et de l’Habitat : Institut National de la Statistique du Niger, 2012.

3 Lors des entretiens en 2016, nous avons veillé à vérifier si les acteurs décisionnels interrogés, et qui sont intervenus dans la gestion de la crise de 2012, étaient toujours aux mêmes postes. Dans le service où ces acteurs ont changé de poste, les entretiens ont alors été menés avec d’autres acteurs du même service également associés à la gestion de cette crise.

4 Normes OMS : « pour boire et satisfaire ses besoins d’hygiène, chaque personne a besoin, chaque jour, de 20 à 25 litres d’eau ne contenant ni produits chimiques dangereux ni contaminants microbiens ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des quartiers d’enquête dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 : Déplacements en 2012 des enquêtés de leur quartier d’origine vers le quartier de relocalisation
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3 : Retour des enquêtés du quartier de leur relocalisation à leur quartier d’origine
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 : Taille moyenne des parcelles et taille moyenne des familles des enquêtés par quartier de résidence
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 : Comportement des enquêtés après relocalisation en fonction du nombre d’enfants en âge scolaire
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32601/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6 : Tentes des personnes relogées dans le quartier de Séno
Crédits Photo : Abdou Alou A., 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/32601/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adam Abdou Alou, Céline Lutoff et Harouna Mounkaila, « Relocalisation préventive suite à la crue de Niamey 2012 : vulnérabilités socio-économiques émergentes et retour en zone inondable », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 911, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32601 ; DOI : 10.4000/cybergeo.32601

Haut de page

Auteurs

Adam Abdou Alou

Département de Géographie, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, aabdoualou@gmail.com

Céline Lutoff

UMR PACTE-IUGA, Grenoble, France, celine.lutoff@univ-grenoble-alpes.fr

Harouna Mounkaila

ENS, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, hzada99@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page