Navigation – Plan du site
2019

Bergström M., 2019, Les nouvelles lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique, Paris, La Découverte, 228 p.

La rencontre amoureuse. Enseignements de la sociologie, perspectives pour la géographie
Marianne Blidon

Texte intégral

1Les nouvelles lois de l’amour, ouvrage tiré de la thèse de sociologie de Marie Bergström, revisite les pratiques et les représentations de la formation des couples via les sites et les applications de rencontre. Grâce à une enquête fouillée qui prend pour objet les concepteurs des sites comme leurs usagers, elle montre qu’au-delà de leurs caractéristiques les plus spectaculaires comme le nombre des inscrits, les formes de mise en scène de soi ou les modalités de choix qui s’offrent aux usagers, thèmes classiques de la sociologie, c’est leur insularité – et en creux leurs spatialités – qu’il convient d’interroger.

« Les rencontres en ligne se déroulent en dehors, et souvent à l’insu, des cercles de sociabilité (…) telle que pratiquée et pensée depuis l’avènement de l’“amour romantique” au XIXe siècle, la rencontre a toujours été inhérente à d’autres activités sociales. Elle était associée aux contextes de sociabilité ordinaire comme le voisinage, le travail, les études, les sorties et les loisirs. Si elle connaissait des lieux de prédilection, elle n’était pas dotée d’espaces en propre. Son inscription dans la vie courante fait d’ailleurs partie du script romantique : la rencontre est censée être fortuite (…). Ils font de la rencontre une pratique distincte, c’est-à-dire spatialement et temporellement circonscrite et dotée d’une finalité explicite. La véritable nouveauté réside dans ce désencastrement des rencontres amoureuses et sexuelles d’autres sphères de la vie sociale. Il en découle une privatisation de la rencontre au double sens du terme. » (p. 12)

  • 1 Sur ce point qui n’est pas abordé dans l’ouvrage, voir les travaux des géographes notamment le dern (...)

2Ces sites et ses applications redessinent donc la géographie amoureuse sans pour autant en bouleverser complètement le rapport à la distance1. Ce faisant, ils transforment les modalités et les pratiques de rencontre ainsi que les imaginaires amoureux. Marie Bergström montre que cette privatisation de la rencontre du fait de la constitution d’un marché dédié a pour corollaire une intrication croissante entre l’économie et l’intime. Néanmoins, elle s’inscrit en faux contre les idées répandues de marchandisation et d’hyper-sexualisation des rencontres en ligne ou de l’introduction de la grammaire capitaliste dans les relations affectives. Ces thèses peinent, selon elle, à rendre compte des pratiques effectives et versent dans la célébration d’un mythe de l’amour authentique qui n’a jamais existé. Si l’intrication entre l’économie et l’intime n’est pas nouvelle, le recours au numérique l’accroit, conformément à un mouvement plus large de transformation des formes de sociabilité. « Le changement principal consiste en une privatisation, c’est-à-dire un resserrement de la vie sociale autour d’espaces privatifs » (p. 16). D’un point de vue géographique, cette démarcation entre public et privé pourrait être discutée dans la mesure où un lieu d’études ou de travail sont considérés par l’auteure, à l’inverse des bals, comme un lieu privatif au même titre que l’espace domestique.

3Centré sur la population hétérosexuelle, l’ouvrage interroge l’organisation de l’hétérosexualité, ses codes, ses contradictions et ses inégalités. Il s’inscrit dans la lignée des travaux d’Alain Girard (1964), de François Héran et Michel Bozon (1988) sur le choix du conjoint et des enquêtes de l’Ined où Marie Bergström est chargée de recherches. L’ouvrage s’appuie sur un corpus très riche de données qualitatives et quantitatives. Il se décline en cinq parties distinctes qui suivent une logique chronologique et qui éclairent le processus de privatisation de la rencontre et ses conséquences.

4Dans le premier chapitre, Marie Bergström retrace la généalogie des sites de rencontre qu’elle fait remonter aux petites annonces et aux agences matrimoniales du XIXe siècle jusqu’au minitel rose. Ce recul historique permet d’éviter l’écueil d’une rhétorique de la rupture ou de la révolution. Ces médiations, dont l’usage est resté très marginal, sont une réponse aux bouleversements des relations sociales induits par l’industrialisation et l’urbanisation. En s’éloignant de leurs réseaux sociaux, constitués de l’univers familial et du voisinage, où se recrutaient jusqu’alors les conjoints, les jeunes gens se retrouvent isolés tout autant qu’ils gagnent en autonomie. La rencontre devient alors un nouvel enjeu pour les candidats au mariage. Elle devient aussi centrale dans l’imaginaire amoureux qui la présente comme un événement fortuit, susceptible de survenir en tout lieu et à tout instant.

« Au début du XXe siècle, dans une France encore largement rurale, le conjoint se recrute ainsi dans quatre contextes principaux que sont le voisinage, le travail, le bal et les visites chez des particuliers. À partir des années 1960, avec l’allongement des congés et le développement des loisirs, le partenaire se trouve plus souvent lors du temps libre et dans des contextes de sociabilité tels que les sorties, les fêtes entre amis, les discothèques, les lieux publics et associatifs. Enfin, à partir des années 1990, cette fois-ci à la suite de la massification scolaire, les jeunes se rencontrent de plus en plus sur leur lieu d’études. » (p. 30)

5Si les enquêtes sur la formation des couples font un usage abondant du vocabulaire spatial (espace, paysage, lieu, cartographie…) et qu’elles déclinent des listes de lieux de rencontre, elles ne permettent pas d’en dresser la cartographie et encore moins d’en saisir les logiques spatiales dans la mesure où cette typologie agrège des catégories hétérogènes, voire redondantes, sans contexte ni ancrage (« le travail » ; « les études » ; « le bal » ; « le lieu public » ; « la famille » ; « le voisinage, la rue, le quartier » ; « la fête publique », « les boites de nuit », « les soirées »…) (Bozon, Rault, 2013). Or l’usage de la géolocalisation qui est au cœur des nouvelles applications pose des questions géographiques essentielles, à commencer par celles de la distance et de la mobilité.

6Marie Bergström analyse ensuite les logiques de standardisation, de mimétisme, de segmentation et d’investissement dans les stéréotypes, qui sont à l’œuvre dans la conception de ces sites ; autant de stratégies classiques en marketing qui informent moins les normes sexuelles contemporaines que les logiques d’un secteur économique.

7Le second chapitre interroge les conditions sociales et historiques qui expliquent le succès des sites de rencontre, notamment la déconnexion entre la sexualité, la conjugalité et le mariage. L’analyse des différentes formes d’appropriation des sites selon les catégories d’âge s’appuie de manière convaincante sur des données sociodémographiques de l’Insee, des enquêtes de l’Ined et des extraits d’entretiens. Ainsi, au moment de l’entrée dans la sexualité, les sites apparaissent comme un espace d’apprentissage, « un espace de flirt » qui « constituent des espaces de sociabilité sexuelle en soi » (p. 76). Pour les jeunes adultes, ces sites et applications sont « un lieu de rencontres majeur » (p. 81).

« En même temps que la norme conjugale s’accentue, les occasions de rencontre se font plus rares. Ce paradoxe est bien connu des célibataires qui, avec l’avancée en âge, voient le champ des possibles se reconfigurer. Nombreux sont ceux qui, après la trentaine, témoignent et déplorent la rareté des partenaires potentiels dans leur entourage. C’est vrai pour les personnes qui candidatent à une première union mais aussi pour les personnes séparées qui souhaitent se remettre en couple. » (p. 90)

8Marie Bergström en déduit un rétrécissement de la géographie des rencontres. Internet apparait alors comme un moyen d’élargir le vivier des partenaires potentiels. Pour autant cet élargissement est sélectif.

9Le troisième chapitre s’intéresse à l’homogamie sur les sites de rencontre, c’est-à-dire la tendance à former un couple avec une personne de statut social équivalent. Si l’abolition de la distance et le désenclavement des rencontres amoureuses et sexuelles apparaissent comme un argument marketing fort, l’ouverture des frontières géographiques et sociales s’avère un leurre dans la mesure où les usagers reproduisent les dispositions qu’ils ont intériorisées sous couvert d’affirmer leurs goûts et leurs dégoûts.

10Si traditionnellement la présentation de soi et la présence à l’autre sont incarnées et reposent sur une interaction sensorielle et physique, internet opère un renversement de la chronologie de la rencontre dans la mesure où l’évaluation des profils et les échanges écrits précédent le face à face qui vient juste valider la manière dont l’autre habite son identité numérique et donne corps à des caractéristiques sociales déjà connues. Ce phénomène favorise le conformisme et renforce les clivages sociaux en disqualifiant notamment les moins bien dotés économiquement et culturellement sous couvert d’affinités et de proximité. La séduction en ligne répond à des conventions qui bornent ce qui se dit et se fait au risque de passer pour vulgaire ou déplacé. Elle favorise la proximité géographique.

« De même, Internet ne fait pas disparaître les frontières géographiques – les partenaires qui se sont connus sur Internet habitent souvent le même département –, et il est aussi rare en ligne qu’ailleurs de former un couple avec un partenaire né dans un autre pays que le sien. » (p. 104)

11Le quatrième chapitre articule trois rapports sociaux – le genre, la classe et l’âge – qui mettent en lumière, à partir des sex-ratio des utilisateurs, « l’existence d’âges sexués » qui n’offrent pas les mêmes opportunités de rencontre. Ce chapitre a le mérite de déconstruire quelques lieux communs à commencer par le désintérêt des femmes pour ce mode de rencontre. Marie Bergström rappelle que la surreprésentation des jeunes hommes tient d’abord à leur surreprésentation parmi les célibataires. Cette tendance s’inverse avec l’avancée en âge. Après 40 ans, les hommes contactent quasi exclusivement des femmes plus jeunes, ce qui a pour effet de diminuer les possibilités de rencontre pour les femmes de leur âge. Outre l’âge combiné au sexe, l’absence de diplôme est aussi un facteur d’exclusion pour les deux sexes.

« Contrairement à l’idée selon laquelle c’est dans les classes supérieures que prospèrent la valorisation du célibat comme un nouveau mode de vie, c’est donc ici que la norme conjugale est la plus forte. » (p. 166)

12Le dernier chapitre fait retour sur le débat initié en introduction sur la marchandisation de la relation sur les sites de rencontre. Marie Bergström constate qu’

« indéniablement, les sites et les applications changent les scénarios de la sexualité. Les relations nouées via ces services deviennent à la fois rapidement sexuelles et sont souvent de courte durée. Or l’explication n’est pas tant à chercher dans l’émergence de nouvelles attitudes en matière de sexualité que dans un changement du cadre de la rencontre. (…) Si les relations nouées via ses services diffèrent de celles nouées ailleurs, c’est d’abord que les modalités d’interaction ne sont pas les mêmes » (p. 170)

13Si le script de la rencontre est similaire, le rythme lui diffère. Dans la mesure où il n’y a pas d’équivoque, les interactions sont d’emblée définies comme des relations intimes potentielles. Le site opère une levée de l’incertitude propre aux interactions sociales communes ; la manifestation de l’intérêt étant un préalable à l’échange. Néanmoins, l’usage des sites a pour effet de ne pas donner d’exclusivité à la personne rencontrée et de laisser ouvert les possibles.

« Les rencontres simultanées, la précocité de la sexualité et l’absence d’exclusivité dans les premières instances de la relation participent désormais à ce que la conjugalité repose d’abord sur un engagement verbal. L’entrée en couple est plus que jamais un acte de langage. » (p. 178)

14Marie Bergström attribue la généralisation des relations éphémères au fait que celles-ci échappent aux regards des proches et soient déconnectées du quotidien. Les relations passagères sont favorisées par la facilité avec laquelle le désengagement peut opérer sans affecter sa réputation ou son entourage. « Ces services assurent une mise à distance du regard environnant à tous ceux qui sont, plus généralement, stigmatisables – les femmes en premier lieu » (p. 184). Pour autant, les sites de rencontres n’abolissent ni la morale sexuelle ni les normes de genre. Sur Meetic, les hommes initient la rencontre en manifestant leur intérêt et cela au prix de nombreuses tentatives soldées par des refus. Les femmes manifestent quant à elles une certaine réserve au risque d’entacher leur image et afin de se donner un espace de négociation pour échapper à d’éventuelles violences sexuelles. Marie Bergström en déduit un déplacement du contrôle. « Au contrôle vertical s’est donc substitué un contrôle horizontal de la sexualité, mais aussi une plus forte intériorisation des attentes sociales. » (p. 202)

15In fine cet ouvrage qui est remarquablement bien écrit et agréable à lire offre une réflexion stimulante et des clés de compréhension riches sur le genre et la sexualité à l’ère du numérique. Loin d’être un opuscule destiné uniquement aux sociologues, ce livre montre tout l’intérêt de la quête amoureuse pour la géographie et toutes les limites d’une approche uniquement sociologique de cette question éminemment spatiale. Sa lecture est une invitation à prendre au sérieux le thème de la rencontre amoureuse, à instaurer un dialogue pluridisciplinaire fructueux autour de cette question, et à suivre les traces de nos collègues anglophones pour développer des programmes de recherche ambitieux et rigoureux sur cette thématique. Il démontre la nécessité d’inscrire la réflexion dans le temps long pour éviter l’écueil de la nouveauté et de cadrer l’analyse par des données d’enquêtes quantitatives précises. Il constitue une invitation à investir en géographe ce champ d’études, à prendre l’espace au sérieux et à ne pas se contenter de son usage métaphorique.

Haut de page

Bibliographie

Bozon M., Héran F., 2006, La formation du couple. Textes essentiels pour la sociologie de la famille, Paris, La Découverte (réédition de l’ouvrage de 1988).

Bozon M., Rault W., 2013, « Où rencontre-t-on son premier partenaire sexuel et son premier conjoint ? », Population et sociétés, Ined, No.496.

Girard A., 2012, Le choix du conjoint : une enquête psycho-sociologique en France, Paris, Armand Colin (réédition de l’ouvrage de 1964).

Nash C. J., Gorman-Murray A. (eds.), 2019, The Geographies of Digital Sexuality, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point qui n’est pas abordé dans l’ouvrage, voir les travaux des géographes notamment le dernier ouvrage collectif coordonné par Catherine J. Nash et Andrew Gorman-Murray (2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Bergström M., 2019, Les nouvelles lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique, Paris, La Découverte, 228 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 septembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32962

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

MCF-HDR, IDUP
Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
90 rue de Tolbiac
75013 Paris
marianne.blidon@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page