Navigation – Plan du site
2019
921

Walter Christaller traduit en chinois (1998-2010)

Walter Christaller translated into Chinese (1998-2010)
Anne Radeff

Résumés

La thèse de Walter Christaller, traduite en chinois, est publiée en 1998 et rééditée en 2010 : 德国南部中心地原理 / Déguó nán bù zhōng xīn de yuán lǐ, Beijing : The Commercial Press, 2010, 456 p. ; traduction éditée sous la responsabilité de CHANG, Zhengwen, WANG, Xingzhong et al. La traduction est complète, à la différence de celle en anglais de Carlisle W. BASKIN, qui ne concerne que les deux tiers de la thèse de Christaller. Cette traduction en chinois est précédée d’une préface par un auteur qui n’est pas l’un des traducteurs.
Le texte qui suit, après une introduction sur la diffusion des idées de Christaller en Chine de 1964 à nos jours, examine du point de vue historique, pratique puis épistémologique la manière dont sont présentées ces idées dans cette préface, avant de préciser les liens entre les principales notions christallériennes et leur équivalent en Chine antique et contemporaine. Une traduction française de la préface en chinois est proposée dans une première annexe. Une seconde annexe donne des informations biographiques sur les principaux géographes chinois responsables de la diffusion des idées de Walter Christaller en Chine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie mes amis et mes collègues chinois, qui m’ont beaucoup aidée dans mes recherches sur des textes publiés en Chine, entre autres à trouver et à traduire YAN, 1964.

Texte intégral

Introduction : de la Chine ancienne au système christallérien1

  • 1 Le mot "système" est utilisé dans ce texte pour désigner ce que d’autres auteurs appellent la "théo (...)
  • 2 Pour désigner les auteurs chinois dans cet article, selon l’usage, les patronymes, en capitales, pr (...)
  • 3 Pimpaneau cite le Zuozhuan, qui généralement daté du milieu du 4e siècle av. J.C., est une compilat (...)
  • 4 Le Zhouli est "un classique chinois datant de la fin de la période des Printemps et Automnes (777-4 (...)

1Il y a près de 2'500 ans que les Chinois se préoccupent de hiérarchie urbaine. Au 4e siècle avant notre ère, WU Jiang2 demande à son fils aîné le duc ZHUANG de donner à son fils cadet la ville de Jing. Mais cette ville prend trop d’importance par rapport à d’autres villes et le légiste CAI Zhong dit au duc : "D’après le système des anciens rois, les grandes villes ne doivent pas dépasser le tiers de la capitale, celles de moyenne importance le cinquième et les petites le neuvième. A présent, [la ville de] Jing ne répond pas à ces critères, c’est contraire au système" (PIMPANEAU, 1998, p. 133). "Il y avait donc une hiérarchie des villes correspondant à la hiérarchie féodale, seuls les seigneurs ayant le droit de construire une ville murée, dont le périmètre était fixé d’après leur rang nobiliaire" (PIMPANEAU, 2004, p. 30). Quant au plan idéal des villes chinoises anciennes, il devait respecter un ordre spatial symétrique : une capitale "forme un carré ayant neuf li de côté. Chaque côté a trois portes. Dans l’intérieur de la capitale, il y a neuf rues directes, et neuf rues transversales" (Zhouli, t. 2, p. 555-556)4. De manière plus générale, le carré, "dès le 2e siècle av. J.-C., s’impose comme figuration de l’espace par excellence", que ce soit pour le plan des villes ou pour la division des terres agricoles (CHENG, 2014, p. 262). Il est "la représentation spatiale par excellence de toute organisation humaine et politique" (CHENG, 1995, p. 36). En Chine antique, "le monde est conçu dans un ordre rituel concentrique, avec au centre la capitale et les gens civilisés, et à la périphérie les nomades au-delà des frontières. La terre est carrée, le ciel rond. La ville est carrée, comme la terre, ce que symbolise à la campagne le quadrillage du jintianfa" (BERQUE, 1997, p. 107). La réalité se heurte cependant à l’idéalité : CAI Zhong déplore que la ville de Jing ne respecte pas le système hiérarchique. Quant au plan carré des villes, "Autant que les conditions de terrain le permettaient, ces villes avaient été construites suivant un plan préétabli d’avenues droites qui se coupaient et délimitaient des quartiers. Par contre à l’intérieur de ceux-ci, les constructions et les ruelles formaient un entrelacs très libre, souvent un véritable labyrinthe, et chacun d’entre eux constituait comme un hameau, si bien que la ville donnait l’impression d’une suite de villages accolés et séparés par des rues rectilignes" (PIMPANEAU, 2004, p. 34 ; autres exemples de non-respect de ce type de normes : LEWIS, 2006, p. 177 ; CHEN et THWAITES, 2013, p. 12-13). Il y a ainsi de nombreuses ressemblances entre la représentation et le rôle de l’espace dans la pensée chinoise classique et dans le système christallérien : tous deux prônent un ordre idéal fondé sur une hiérarchie urbaine et une géométrie régulière et symétrique des lieux.

  • 5 Il y a cependant des chances que la "regional science" dont il est question dans ce texte ne soit p (...)
  • 6 Voir l’annexe finale de ce texte "Eléments biographiques".

2Ce n’est cependant qu’à partir de 1964, plus de trente ans après la publication de la thèse de Christaller, que ses idées commencent à être diffusées en Chine. C’est alors que paraît une traduction de la communication qu’il fît à Lund en 1962 (CHRISTALLER, 1962, traduit par YAN, 1964). L’autrice de cette traduction, la géographe YAN Zhongmin (pinyin : YÁN Zhòngmǐn), est considérée comme la pionnière de la science régionale internationale en Chine (WANG, 2017, p. V)5. YAN Zhongmin est membre du parti communiste chinois depuis 1959, a travaillé en 1947 à l’Université en langue allemande de Zurichen Suisse 6. A cette époque, les étudiants chinois apprennent le russe en première langue, au détriment de l’anglais, considéré comme un symbole du monde capitaliste ; l’allemand vient donc souvent en seconde position (LU, 2011). Dès le début des années 1960, la Chine est en période d’épuration : le "Mouvement d’éducation socialiste" (1962-1965) précède la "Révolution culturelle" (1966 -1976). Entre 1966 et 1969, les chercheurs chinois "ne travaillent plus" (LU, 2011). Dans la décennie suivante, ceux qui publient renoncent à citer la plupart des auteurs occidentaux, dont la pensée est jugée "capitaliste", sauf bien sûr Marx ou Lénine. Dans les années 1970, le système des lieux centraux n’est donc pas compatible avec la doxa : "Chinese scholars in the social sciences were steeped in Marxist theory and in large part engaged in applied work to support the socialist planned economy. Indeed, Chinese geographers have often worked as state planners. It would have been difficult to translate location theory, based in neoclassical economics, into terms congruent with theories then dominant in China" (CARTIER, 2002, p. 113).

3Il faut attendre la mort de Mao (1976) puis l’ouverture de la Chine sur l’extérieur (période de "Réforme et d’ouverture", 1978 ss.) pour observer un changement. "Chinese interest in systems theory and modernization theory increased in the 1980s […], a generation after its apogee in the United States, for in China under reform, scholars have the opportunity to pursue methods and subjects suited to emergent market economic activity and industrialization" (CARTIER, 2002, p. 113).

  • 7 Voir l’annexe finale de ce texte "Eléments biographiques".

4Dans le cadre d’un questionnement renouvelé sur l’aménagement urbain et sur le tourisme, des colloques s’organisent et des programmes de recherche sont élaborés. Walter Christaller est à nouveau cité, en particulier par le géographe LU Dadao, qui a fréquenté en 1980-1982 l’Université de Bochum et y a enseigné en 1992-1993 (Christaller a obtenu un doctorat honoris causa de cette université en 1968)7.

5En 1983, un colloque international organisé par l’université des Nations unies a lieu à Pékin, à la demande du gouvernement chinois, soucieux de renforcer la planification de l’aménagement régional. Le but est de proposer des politiques d’aménagement communes à divers pays, indépendamment de leurs régimes politiques : "some conflicts and deterioration of the environment could be avoided if the framework for planning and policy-making were not exclusively based on politically-determined geographical areas" (URRUTIA, 1984). On peut donc penser que ce colloque aurait pu réintroduire en Chine le système des lieux centraux de Christaller, qui répond bien aux objectifs de créer dans ce pays autoritaire "more minor cities (with population below 200’000), while controlling the expansion of big cities […] The plans must decide the chief function of the cities concerned" (WU, 1984, p. 15). D’autant plus que l’un des trois organisateurs, Karlheinz Hottes (1925-2001), connaît bien le système des lieux centraux (HOTTES, 1954 ; HOTTES et SCHÖLLER, 1983). Hottes cite certes dans sa communication l’un de ses articles portant sur le système des lieux centraux (HOTTES, 1985, p. 176 citant HOTTES, 1973), mais le nom de Christaller n’apparaît jamais dans les deux volumes d’actes du colloque (DIAMOND et al., 1984 ; HOTTES et al., 1985), qui ne contiennent aucune figure triangulo-hexagonale. L’approche des auteurs est surtout empirique, avec de nombreuses déclarations d’intention, plutôt générale et vague sur le plan des notions théoriques. Tout au plus parlent-ils de hiérarchies urbaines et de centre.

6C’est pourtant dans la même décennie 1980 que le géographe SHAO Qingyu (1933-), qui participe à ce colloque (SHAO, 1984, 1985), lit l’anglais et connaît bien la géographie américaine (SHAO, 1990), préside un programme de recherche national portant sur l’utilisation de la théorie des lieux centraux dans l’aménagement urbain et régional en Chine (JIANG, 1993). Ce programme repose cependant plutôt sur les travaux de l’anthropologue américain G. William Skinner (1925-2008) : c’est le réseau hexagonal des marchés du Sichuan qui est étudié - et critiqué - par le géographe JIANG Hongliang, qui a participé à ce programme (SKINNER, 1964-1965 ; JIANG, 1993).

7Les textes de Skinner, traduits en chinois en 1991 (SKINNER, 1977) puis en 1998 (SKINNER, 1964-1965), ont longtemps été considérés comme des paradigmes en Chine (CARTIER, 2002), en particulier sa division de la Chine en macrorégions, qui combine la théorie des bassins de Philippe Buache avec le système des lieux centraux, proposant une "étroite correspondance entre les systèmes de lieux centraux et les régions physiographiques" (SKINNER, 1977, p. 344). Plusieurs de ses figures reproduisent la structure christallérienne triangulo-hexagonale (SKINNER, 1964, p. 22-23 et 1977, p. 291). C’est lui qui, selon Carolyn Cartier, aurait introduit en Chine l’analyse spatiale : "As a repeatedly mapped spatial model, the macroregions over time have imbued China area studies with a certain spatial determinism in organizing research regionally and geographically, making spatial analysis of certain subjects and not others a high priority" (CARTIER, 2002, p. 107). Si l’on estime cependant que "the elements that now compose the big idea of spatial analysis - mathematizing space ; identifying universal spatial components, such as points and lines ; and articulating general principles of spatial order - have thus existed not only for centuries but for millennia" (BARNES et ABRAHAMSSON, 2017, p. 111), l’analyse spatiale a été pratiquée en Chine, comme en Occident, depuis des millénaires.

  • 8 China National Knowledge Infrastructure : http://oversea.cnki.net/kns55/default.aspx ou en anglais (...)
  • 9 1’202 textes avec l’écriture occidentale et 1'506 avec le nom en chinois recensés le 11.09.2019, po (...)
  • 10 Comme cela m’a été signalé par Thierry SANJUAN, responsable de la traduction de plusieurs articles (...)

8Les textes chinois citant Christaller se multiplient ensuite (MEI, 2014). On en recense actuellement plus d’un millier dans la base de données CNKI8, qui ouvre l’accès à des millions de textes scientifiques publiés en Chine depuis 19519. La plupart d’entre eux datent du XXIe siècle, une dizaine remonte aux années 1980. Il peut s’agir d’une simple mention de Christaller dans les références : en Chine comme ailleurs, on le cite pour donner un vernis scientifique à un texte qui ne l’est pas forcément. Cependant, plusieurs articles traitent plus longuement du système des lieux centraux : réinterprétation, application à l’étude d’un cas particulier, propositions d’aménagement urbain, épistémologie etc. (quelques exemples : LIN, 1981 ; SONG et GU, 1988 ; YANG, 1990 ; YE et al., 2001 ; CHEN, 2004 ; MO et al., 2010 ; XUE et al., 2010 ; LU, YUAN et ZHONG, 2011 ; ZHU, LI et LIU, 2016 ; GONG, 2016). CNKI recense 14 titres citant Christaller dans la revue mensuelle 城市问题 (Urban problems / Problèmes urbains) publiée par l'Académie des sciences de Pékin, qui joue un rôle de passeur des théories occidentales en Chine dans ce domaine10. Ils s’échelonnent entre 1984 et 2015.

9De nombreuses publications dans des revues non référencées dans CNKI font aussi référence à Walter Christaller (par exemple FANG et al., 2017, p. 150). Quelques géographes chinois sont connus en France, entre autres grâce à la parution d’un numéro de la revue Villes en parallèle (BURGEL et al., 1996). Aucun des auteurs qui y sont publiés ne cite cependant Walter Christaller. CHEN Guangting, qui a choisi les textes, n’y fait aucune référence, ni dans cette revue ni dans d’autres textes publiés en français (CHEN, 1996 ; CHEN, 1994). Un seul auteur, NING Yuemin (qui a travaillé avec YAN Zhongmin : NING et YAN, 1994), parle de "places centrales", sans pour autant évoquer une organisation triangulo-hexagonale régulière des "régions économiques de tailles variables" (NING, 1996, p. 70-71).

  • 11 Cet article et la traduction ont été réalisés à partir de la réédition de 2010.

10C’est dans ce contexte qu’a été publiée en Chine une traduction de Die zentralen Orte in Süddeutschland (CHRISTALLER, 1933a) : 德国南部中心地原理 / Déguó nán bù zhōng xīn de yuán lǐ. La première édition remonte en 1998 (la même année que la traduction en chinois de SKINNER, 1964-1965), avec une réédition en 201011. Cette traduction a été éditée sous la responsabilité de CHANG, Zhengwen, WANG, Xingzhong et al. Elle est complète, à la différence de celle en anglais de Carlisle W. BASKIN (BASKIN, 1966), qui ne concerne que les deux tiers de la thèse de Christaller. Les pages V à XIII de德国南部中心地原理contiennent une préface, rédigée par ZHANG Dawei (Académie chinoise des sciences, Institut de recherche des sciences naturelles), qui ne fait pas partie du groupe de traducteurs.

11Le texte qui suit confronte, d’un point de vue historique (paragraphe "Une présentation historique des années 1960-1970"), pratique (paragraphe "Idéalité christallérienne et réalités chinoises") puis épistémologique (paragraphe "Science et idéologie"), la présentation de Walter Christaller et de ses idées dans la préface de la traduction récente de sa thèse – qui reflète souvent l’état des connaissances des années 1970-1980 - aux résultats de recherches récemment publiées en dehors de Chine, en allemand ou dans d’autres langues occidentales. Dans le paragraphe "Représentation de l’espace en Chine et système christallérien", une comparaison est établie entre la représentation de l’espace dans le système christallérien et les notions correspondantes en Chine ancienne d’une part, contemporaine d’autre part.

Une présentation historique des années 1960-1970

  • 12 Il s’agit d’une publication par l’Université de Xi’an. Entre le texte de 1989 et celui de la préfac (...)

12La traduction de la thèse de Christaller s’inscrit donc dans une démarche qui débute dans les années 1960, s’interrompt pendant la Révolution culturelle, puis prend de plus en plus d’importance à partir des dernières décennies du XXe siècle. La préface de cette traduction n’a pas été rédigée à l’occasion de la parution du livre, mais reprend un article de ZHANG Dawei publié en chinois en 1989, dans la revue Géographie Humaine (人文地理)12. A cette date, ZHANG Dawei n’évoque pas une traduction, en cours ou à venir, de la thèse de Christaller.

Une biographie idéalisée de Christaller

13Cette préface contient de nombreux éléments biographiques. ZHANG Dawei lie les engagements politiques successifs de Christaller à la difficulté qu’il aurait eue à diffuser ses idées. Il distingue trois temps dans cet itinéraire contingent.

141) Avant le nazisme, dans l’entre-deux-guerres, Christaller "inclinait au pacifisme et au socialisme" (ZHANG, 2010, p. VI). Lorsque survient le nazisme, il avait encore un "penchant socialiste. Dans le contexte de l’Allemagne fasciste, une telle position politique le mit dans une situation défavorable au sein de la communauté de recherche." (ZHANG, 2010, p. VIII).

15Il est exact que Christaller a adhéré au Parti social-démocrate (SPD) en 1922 ou 1923 ; en 1931, il préside à l’Université d’Erlangen "L’union allemande des étudiants républicains", opposée aux nazis. Mais, dès le moment où survient le nazisme, son "penchant socialiste" devient "national socialiste". En 1933, à l’avènement de Hitler et l’année de la publication de sa thèse, il se range selon ses propres propos sous la houlette du chancelier Adolf Hitler : "unter der Führung des Kanzlers Adolf Hitler" (CHRISTALLER, 1933b, p. 913).

162) Pendant la période nazie, de nombreux travaux témoignent de l’engagement de Christaller au service du nazisme (RÖSSLER, 1988, 1989, 1990 ; ESCH, 1992 ; RÖSSLER et SCHLEIERMACHER, 1993 ; HEINEMANN et WAGNER, 2006 ; KEGLER, 2015). ZHANG Dawei n’ignore pas ces faits bien qu’il ne cite aucun de ces textes (il n’y a aucune référence dans sa préface). Pendant le nazisme, écrit-il, Christaller "a appliqué sa théorie au profit de la politique du Parti national socialiste." (ZHANG, 2010, p. XII). "Les recherches principales de Christaller ont été effectuées en 1932 [sic, au lieu de 1933] où l’Allemagne était emportée par le nazisme." (ZHANG, 2010, p. XII). "Il convient toutefois de souligner qu’en dépit de sa pensée socialiste, Christaller n’était assurément pas un communiste. Pis encore, au lieu de participer au mouvement antifasciste, il se résigna peu à peu au despotisme fasciste, en se contentant d’une vie relativement confortable et de l’opportunité des publications. Afin de voir l’application immédiate de sa théorie dans la pratique, il accepta même l’instrumentalisation politique de sa pensée scientifique. Cette tendance fut parfaitement illustrée par son rapport sur "Les lieux centraux dans les territoires conquis de l'Est et leur portée culturelle et de marché" et son article sur "La théorie spéciale et l’organisation spatiale", publiés en 1941. S’il est aisé de comprendre le désir d’un chercheur de voir appliquée sa théorie, la résignation au despotisme fasciste, voire l’adhésion au Parti Nazi, de Christaller fut une erreur grave et une tragédie." (ZHANG, 2010, p. VIII).

17Les publications récentes permettent de compléter ce tableau. Le directeur de thèse de Christaller, Robert Gradmann, n’est pas membre du parti nazi mais il a publié en 1932 un discours légitimant l’expansion territoriale de l’Allemagne sur tout le paysage culturel allemand (BLOTEVOGEL, 2001). Après sa thèse, de 1935 à 1937, Christaller collabore à l’élaboration d’un Atlas (Deutsche Siedlung-, Wirtschafts- und Staatengebilde) dirigé par Walter Vogel, professeur à Berlin et membre du parti populaire allemand national (Deutschnationale Volkspartei), rattaché au parti nazi en 1933. Cet Atlas sera publié dès 1937 par Norbert Krebs sous le titre Atlas des deutschen Lebensraumes in Mitteleuropa (KREBS, 1937). Il ne se limite pas à l’Allemagne mais à d’autres régions de culture allemande (population de Sudètes, d’Autrichiens etc.) et a été un outil essentiel de légitimation des revendications nazies de révision des frontières (FISCHER et al., 2000, p. 523). En 1940, Christaller adhère au Parti nazi (NSDAP : carte numéro 8.375.670, datée du 1er juillet 1940). Dès 1940 et jusqu’en 1945, Konrad Meyer (responsable SS de la planification et de l’ordre nouveau d’Europe orientale : KEGLER et STILLER, 2008) l’engage en tant que collaborateur au Commissariat du Reich pour le renforcement de l’ethnie allemande (Reichskommissariat für die Festigung deutschen Volkstums : office d’aménagement SS). Ses idées sont utilisées avec son accord voire sa collaboration active par l’Allemagne nazie en Europe orientale ou en Hollande (KEGLER, 2015, p. 167 ss. ; BOSMA, 1993 ; DERKS, 2001, p. 169-178). On peut donc estimer que la "résignation au despotisme fasciste" de Christaller n’est pas seulement une "erreur grave" mais qu’elle témoigne surtout de sa volonté de voir triompher ses idées.

183) Dans un troisième temps, après la fin de la guerre, Christaller fait brièvement partie du parti communiste allemand dans les années 1950 – 1953. De mars 1951 à mai 1952, il est conseiller communal communiste à Jugenheim. ZHANG Dawei ne mentionne cependant pas cet engagement communiste.

19Tout au long de sa vie, Walter Christaller aurait vécu dans la précarité, selon ZHANG Dawei (qui reprend en les amplifiant les dires de certains auteurs qui le considèrent comme un outsider : par exemple ROBIC, 2001, p. 153 ou SCHULTZ, 1980, p. 226) : "[…] toute sa vie fut marquée par la précarité dans la mesure où aucun poste d’enseignement ou de recherche ne lui a été proposé" (ZHANG, 2010, p. V) ; dans l’entre-deux-guerres, Christaller "vivait dans une précarité." (ZHANG, 2010, p. VI) ; après 1933, "À la suite de la soutenance de sa thèse, Christaller vit toujours dans la précarité. " (ZHANG, 2010, p. VII). Enfin, "Après 76 ans de vicissitudes, Walter Christaller décéda le 9 mars 1969." (ZHANG, 2010, p. IX).

20En réalité, Christaller n’a certes pas bénéficié d’un poste universitaire durable, mais il en a eu de provisoires. A l’époque nazie, de 1937 à 1940, il est assistant à l’Université de Fribourg en Brisgau. Il n’est jamais tombé dans la misère. De 1940 à 1945, il collabore au Commissariat du Reich pour le renforcement de l’ethnie allemande (Reichskommissariat für die Festigung deutschen Volkstums : office d’aménagement SS). Après la guerre, il vit dans la maison de sa mère à Darmstadt, collabore à des publications à but touristique, effectue des travaux statistiques et publie des articles dans la grande presse et dans différentes revues scientifiques (sur la biographie de Christaller : HOTTES, 1981-1982 ; HOTTES et SCHÖLLER, 1983 ; KEGLER, 2008).

21Dans une approche presque christique, ZHANG Dawei écrit que cette "précarité" aurait contribué à l’inventivité de Christaller : "Son infortune personnelle permit en revanche l’émergence d’une nouvelle star [sic] au sein de la science géographique" (ZHANG, 2010, p. VI). Ces propos hagiographiques sont erronés quand il affirme que Christaller aurait un "talent en matière mathématique" (ZHANG, 2010, p. VI). Certes, ce dernier est doué pour les comptages et le dessin, mais il renonce à démontrer son système (ce qui serait impossible car il est erroné : MICHALAKIS et NICOLAS, 1986 ; KEGLER, 2015, p. 69-81 ; DEITERS, 2016, p. 157-158) et se contente d’écrire : "Il nous semble superflu d'exprimer les résultats précédents sous forme de formules mathématiques ; la solution mathématique est naturellement [ou : bien entendu] possible et n'est pas difficile. " (CHRISTALLER, 1933a, p. 75).

Un récit biaisé de la réception des idées de Christaller

22ZHANG Dawei reprend à plusieurs reprises l’idée d’un manque de reconnaissance scientifique dont Christaller aurait souffert. "Sa thèse d’habilitation […] demeurait presque inconnue de la communauté de recherche géographique." (ZHANG, 2010, p. VI). Le monde scientifique aurait estimé que sa spécialisation était "trop étroite". "Il était jugé "inapte", malgré son habilitation. Son âge et sa spécialité d’origine (pas de la science géographique classique [de l’époque]) constituèrent un grand obstacle à sa carrière." (ZHANG, 2010, p. VIII). Il lie l’engagement de Christaller au parti nazi à cet insuccès : "Cela a inéluctablement entravé la diffusion de sa théorie au milieu des chercheurs inclinant à l’esprit démocratique (notamment en Europe)." (ZHANG, 2010, p. XII). La conclusion est surprenante : "C’est pourquoi la théorie des lieux centraux a d’abord été remarquée et appliquée par les pays tels que la Suède, les États-Unis d’Amérique et le Canada, qui ont relativement moins subi les désastres des deux Guerres" (ZHANG, 2010, p. XII). Pourtant, ces pays ont tous été plus ou moins durement touchés par la guerre. Pour ZHANG Dawei, "le récit de la réception (Rezeptionserzählung)" du modèle christallérien, n’aurait eu de succès qu’une dizaine d’années après la fin de la seconde guerre mondiale, ce qui est erroné. En Allemagne, ce modèle, malgré ses lacunes et ses contradictions, a été reconnu très tôt car il était bien adapté aux intérêts et aux paradigmes de la recherche spatiale et de l’aménagement dès 1919 et pendant la montée du nazisme (KEGLER, 2015, p. 90-93, 134-135). A l’échelle internationale, il est connu bien avant la fin de la guerre. Dès 1938, Christaller le présente au Congrès International d’Amsterdam. En Estonie, le géographe Edgar Kant, collaborateur des nazis de 1941 à 1944 pendant l’occupation allemande, publie en 1935 un ouvrage traitant des rapports entre la population estonienne et son Lebensraum (KANT, 1935).

23Dans un deuxième temps, ZHANG Dawei fait le lien entre les idées de Christaller et celles de certains de ses prédécesseurs ou contemporains. En particulier, au 19e siècle, les travaux de Johann Heinrich von Thünen (THÜNEN, 1826-1875) et au 20e ceux d’Alfred Weber (WEBER, 1909). "Comme l’a souligné Christaller, sa théorie des lieux centraux a été une sorte de complément du modèle de localisation agricole de von Thünen et du modèle de la localisation industrielle d’Alfred Weber. Le mérite de Christaller est d’avoir établi la notion de "marchandise centrale" d’une part, et d’avoir élargi la notion de marchandise d’autre part. Il a souligné que le mouvement vers le centre est l’une des caractéristiques fondamentales des objets. La notion de marchandise centrale constitue dès lors un nouvel objet de recherche pour la géographie économique et la géographie commerciale." (ZHANG, 2010, p. XI).

24En réalité, Christaller s’est inspiré de nombreux autres travaux qui prônaient déjà l’importance du "mouvement vers le centre". Dès le XIXe siècle, des recherches lient approche empirique et théorique d’une part, géographie et économie de l’autre pour mettre en évidence un rapport fonctionnel entre structure hiérarchique de l'habitat, relations de trafic et accessibilité des centres. Comme l’écrit Wolfgang Istel, les travaux de ces précurseurs "infirment le primat de Christaller dans le développement de la théorie [des lieux centraux], bien que Christaller, dans son autobiographie de 1968 [CHRISTALLER, 1968, p. 88-101] expose clairement que sa théorie des lieux centraux n’est pas influencée par des auteurs extérieurs mais a été sans conteste sa création scientifique personnelle. Christaller a eu comme cela est prouvé [dans le livre d’Istel] un grand nombre de prédécesseurs […] qui lui étaient apparemment inconnus ou dont il n’a pas exactement évalué l’importance, comme par exemple B. Johann Georg Kohl (1841)". Istel démontre aussi "qu’il existe, plus de 100 ans avant la thèse de Walter Christaller (1932/33), les bases (Ansätze) plus ou moins accomplies d’une théorie des lieux centraux en Europe et aux USA ; elles reposaient, selon une géométrie spatiale, sur une systématique de cercles ou de triangles et sur un système hexagonal étendu à toute la surface". Dès le XIXe siècle des auteurs mettent en évidence un rapport fonctionnel entre structure hiérarchique de l'habitat, relations de trafic et accessibilité des centres et essaient ou réussissent à expliquer ce rapport par différentes théories et même par des modèles spatiaux (ISTEL, 2002, p. 2- 5, 138). Certes, Christaller cite quelques-uns de ses prédécesseurs (Johann Heinrich von Thünen, son ancien professeur à Heidelberg Alfred Weber ou encore Oskar Engländer), mais il en oublie beaucoup : tous ceux qui, selon la formule ironique de Wolfgang Istel "lui étaient apparemment inconnus ou dont il n’a pas exactement évalué l’importance".

  • 13 Ces deux éléments m’ont été signalés par Karl R. Kegler, dans un mail daté du 01.08.2011. Je donne (...)

25ZHANG Dawei évoque aussi les relations entre Christaller et l’économiste allemand August Lösch (également traduit en chinois : LÖSCH, 1995) : "La théorie des lieux centraux de Christaller a été remarquée dès les années 1940 par l’économiste A. Lösch. Ce dernier a continué à démontrer la structure hexagonale des unités éco-géographiques dans ses propres ouvrages." (ZHANG, 2010, p. XII). Son opinion reflète la vision traditionnelle de la géographie théorique sur les relations entre les deux types de modélisations. Cependant, elle a été récemment contredite grâce à une lecture plus attentive des travaux d’August Lösch. Alors que Lösch cherche un nombre maximal de lieux centraux (LÖSCH, 1944, p. 78 ; 1954, p. 113), Christaller en prône un nombre minimal (CHRISTALLER, 1933a, p. 81). A l’inverse du système de Christaller, celui de Lösch génère un très grand nombre de types différents de lieux centraux qui, de surcroît, n’ont pas une hiérarchie rigide (LÖSCH, 1944, figures 32 et 33, p. 88-89 ; 1954, p. 127-128). Lösch considère les "régions [christallériennes] de même structure" comme "une simplification qui s’effectue cependant aux dépens de l’économie" (LÖSCH, 1944, p. 92 ; 1954, p. 131-132)13. Analysant les histogrammes de Christaller (CHRISTALLER, 1933a, p. 326 ; Baskin p. 204), Lösch constate que ces fréquences en Allemagne du sud ne sont en majorité pas conformes aux prévisions théoriques (LÖSCH, 1944, p. 307-309, note 3 ; 1954, p. 432, note 3). Il qualifie de "générale bien qu’inexacte" (LÖSCH, 1944, p. 78, note 2 ; 1954, p. 114, note 11) la preuve du choix de la forme hexagonale par Walter Christaller. "Il est donc abusif de prétendre qu’August Lösch a "généralisé" Walter Christaller puisque leurs points de départ, leurs démarches et leurs résultats divergent sensiblement. L’utilisation épisodique de la même forme géométrique (l’hexagone régulier) n’est pas une preuve suffisante pour effacer ces différences et ces divergences." (NICOLAS, 2009, p. 12 ; RADEFF et NICOLAS, 2014a, annexe).

Idéalité christallérienne et réalités chinoises

26Dans une dernière partie, ZHANG Dawei présente les éléments qu’il juge les plus intéressants du système christallérien.

Intégration des services

27"D’abord, Christaller a, pour la première fois, intégré les services hors secteur de production dans le système général des activités économiques géographiques. La thèse de Christaller […] a permis la première connexion entre deux mondes théoriques. Autrement dit, la théorie de Christaller nous a montré que pendant le développement économique capitaliste, la vente des produits et les opérations financières sont non seulement influencées par les éléments matériels tels que la qualité de produit et les coûts de production, mais sont aussi tributaires des services hors secteur de production. […] En un mot, à travers la théorie de Christaller, les "expériences" monopolisées par un nombre restreint de gestionnaires sont transformées en une théorie de gestion économique dont bénéficient tous les gestionnaires." (ZHANG, 2010, p. IX).

28Bien avant Christaller, plusieurs auteurs ont réfléchi aux relations entre production et secteur tertiaire. En 1751 - pour ne citer qu’un exemple -, l’économiste français Anne-Robert-Jacques Turgot fondait sa réflexion sur : "La géographie considérée par rapport à la balance du commerce, à la richesse respective des différentes contrées, aux denrées différentes qu'elles produisent, aux branches de commerce qui naissent de ces variétés, à la circulation des marchandises, d'abord en général du globe ou de climat à climat, de celle de peuple à peuple, de celle de province à province." (TURGOT, 1751, p. 255).

Centres et périphéries

29ZHANG Dawei introduit ensuite une différence sur laquelle Christaller reviendra largement plus tardivement : "selon la théorie de Christaller, quelle que soit la taille du lieu d’activités économiques, sa configuration est toujours hétérogène et, par conséquent, il existe toujours une différence entre les lieux centraux et les zones périphériques." (ZHANG, 2010, p. X).

30Cette distinction est surprenante et ne correspond pas aux dires de Christaller dans sa thèse de 1933. Bien au contraire, il intègre la périphérie dans un réseau idéal, hexagonal et régulier, et donc pas du tout "hétérogène" : "Les lieux centraux sont répartis dans le pays d’après des lois précises de telle sorte qu’une couronne des plus petits lieux centraux M entoure un lieu plus grand B avec, plus loin, une couronne de petits lieux centraux A. Vers la périphérie, une deuxième et une troisième couronne des plus petits lieux centraux M avec, à la périphérie [proprement dite, …] des lieux moyens K. Cette régularité [reste] la même [en allant] vers le haut. " (CHRISTALLER, 1933a, p. 72).

31Ce n’est que beaucoup plus tardivement, dans les années 1950, que Christaller développera la notion de "lieux périphériques" pour désigner des lieux touristiques dont le fonctionnement diffèrerait de celui des lieux centraux. "Si l’on peut désigner les localisations de l’économie touristique, de manière quelque peu globale et pas toujours exacte dans le détail, comme les "lieux périphériques" alors l’opposition avec les "lieux centraux" est claire. Mais si l’on pouvait déterminer des lois de localisation exactes pour les lieux centraux, une telle précision mathématique [sic] est impossible pour les lieux périphériques. On pourrait tout au plus dire que les zones qui sont les plus éloignées des lieux centraux ainsi que des agglomérations industrielles sont celles qui offrent les conditions de localisation les plus favorables pour devenir des lieux de tourisme. Ces lieux ne se trouvent donc pas dans les régions nodales (Kerngebieten) des paysages habités mais dans les régions marginales (Randgebieten)." (CHRISTALLER, 1955, p. 6).

32On peut se demander si ZHANG Dawei insiste sur cette hétérogénéité pour masquer le fait que le système christallérien est particulièrement mal adapté pour rendre compte de la réalité des espaces chinois, où des zones côtières développées s’opposent à de vastes périphéries occidentales.

Hiérarchie urbaine et système hexagonal

33Les réflexions de ZHANG Dawei sur le système hexagonal christallérien sont particulièrement intéressantes mais tout aussi discutables. Il simplifie fortement, en n’évoquant que le seul lieu au centre de l’hexagone (alors qu’il y en a sept dans un seul hexagone) : "En outre, dans sa théorie générale sur la structure des groupements sociaux des hommes, Christaller a établi un système hexagonal selon lequel le lieu central se situe au centre de l’hexagone." (ZHANG, 2010, p. X)

34Surtout, ZHANG Dawei considère le système hexagonal comme un idéal "entravé" par la réalité : "En termes d’efficience économique, il s’agit d’une structure idéale, notamment pour le calcul des coûts de transports en économie. […] [Mais] le périmètre traditionnel de la gestion administrative entrave en quelque sorte la formation de telles unités éco-géographiques, malgré leur pertinence" (ZHANG, 2010, p. X). "Les différences en termes de l’efficacité des transports liées aux différences géographiques déforment inéluctablement les hexagones, de sorte que les lieux centraux ne sont plus exactement aux centres des hexagones. En conséquence, la structure hexagonale n’est qu’un modèle idéal et pédagogique, afin de définir la vraie position des lieux centraux, il faut prendre en compte tous les éléments susceptibles d’affecter la régularité de l’hexagone. En raison de l’existence de ces éléments, les hexagones situés aux zones périphériques des lieux centraux changent de forme." (ZHANG, 2010, p. X). A nouveau surgit cette différence – non christallérienne - entre périphérie et centre.

  • 14 Sans la citer, ZHANG Dawei fait ici référence à YAN 1964a.

35Le lien entre le statut politique d’un pays et l’acceptation ou le rejet des idées de Christaller est évoqué pour la Chine : "Sa théorie a été pour la première fois introduite dans notre pays en 196414. Toutefois, pour des raisons que nous savons tous [l’auteur fait sans doute ici une référence à la révolution culturelle : 1966-1968], cette théorie n’a pas été sérieusement prise en considération pendant longtemps. Il faut attendre les années 1980 pour qu’elle soit de nouveau analysée." (ZHANG, 2010, p. XII).

36C’est en effet en 1983 que le gouvernement chinois prône "l’établissement du système "ville-dirigeant-district" (市管县, City-Governing-County)" influencé à la fois par le modèle christallérien et la théorie centre-périphérie de John Friedmann (MO, 2014, p. 154, 261). En 1984, lors du 3e plénum du 12e Congrès du Parti communiste, il est proposé de développer "les fonctions des places centrales afin de former des régions économiques de tailles variables, ouvertes sur l’étranger et constituées en réseaux, qui s’appuient progressivement sur les villes, et notamment les grandes et les moyennes. Pour ces raisons, nous pensons qu’il faut actuellement renforcer nos recherches sur les problèmes de développement des places centrales, qui sont les clés d’une amélioration des réseaux urbains." (NING, 1996, p. 70).

37En conclusion, ZHANG Dawei insiste sur la l’écart entre idéalité et réalité : "La pratique montre que les catégories spatiales réelles ne correspondent pas aux modèles théoriques présupposés. Comme il a été mentionné plus haut, la structure hexagonale conçue par Christaller est un modèle mathématique idéal.". Ce qui ne l’empêche pas de continuer en écrivant : "Sachant que l’idéalisation constitue l’une des méthodes de la recherche scientifique, nous soutenons que non seulement les limites de la théorie de Christaller dues à son idéalisation ne constituent pas un défaut fondamental, au contraire, l’introduction d’un modèle idéal dans le domaine de la science géographique a eu pour effet de fonder une nouvelle discipline : la géographie quantitative". Or, ce lien fort entre idéalisation et recherche scientifique favorise la subordination de la science aux idéologies quand elles leur offrent l’opportunité d’être appliquées. Christaller le savait puisqu’il a collaboré avec divers régimes totalitaires dans l’espoir de voir triompher ses idées sur l’existence de "lois déterminant le nombre, la répartition spatiale et la taille des lieux urbains" (CHRISTALLER, 1933a, p. 11). Le paragraphe suivant étudie de manière approfondie le lien entre science et idéologie tel qu’il est abordé par ZHANG Dawei et pratiqué par Walter Christaller.

Science et idéologie

Walter Christaller : épistémologie modélisatrice ou principiante15 ?

  • 15 Ce paragraphe résume les éléments développés dans NICOLAS, 2019.

38La question du lien entre pratique scientifique et engagement politique est en effet particulièrement importante pour connaître les conditions d'importation et de configuration d'un système élaboré par un Européen national-socialiste, Walter Christaller, en Chine, "État socialiste de dictature démocratique populaire" (人民民主专政 : Rénmín mínzhǔ zhuānzhèng : article 1 de la Constitution chinoise). Peut-on séparer pratique scientifique et engagement politique, comme le fait ZHANG Dawei, qui récuse l’idée que les convictions et les engagements politiques de Walter Christaller auraient pu influencer ses idées scientifiques et que son "erreur politique" amoindrirait la valeur de "sa contribution scientifique" (ZHANG, 2010, p. VIII) ? Dans quelle mesure les erreurs scientifiques et les distorsions historiques de ZHANG Dawei dans son introduction s’expliquent-elles par cette séparation entre science et politique ?

39La réponse dépend de la manière de poser le problème. L’épistémologie de Walter Christaller peut en effet être abordée de deux manières différentes, voire opposées. L’approche historique critique de l’épistémologie principiante, recherche quels sont les principes énoncés par Christaller et les met en relation avec le contexte historique (NICOLAS, 2019). En particulier, "les textes, images et paroles nazis [sont pris] au sérieux" (CHAPOUTOT, 2014, p. 522). Cette démarche cherche à éviter les anachronismes et les interprétations a posteriori. L’épistémologie modélisatrice, par contre, celle que l’analyse spatiale aurait retenu de Christaller, considère comme licite d’effectuer des coupures dans les textes initiaux et d’y insérer des parties d’autres textes afin de fabriquer des "modèles" par réassemblage. Le résultat, attribué abusivement à l’auteur des textes initiaux, repose sur une "perception rétrospective [qui] crée de toutes pièces un être de raison [doté] d'une identité […] dont […] la croissance [est] régulière et nécessaire" (GUSDORF, 1977, p. 353).

40Selon l’interprétation modélisatrice de l’épistémologie christallérienne, Walter Christaller aurait introduit dans sa thèse un "paradigme hypothético-déductif" face au "paradigme scientifique inductif et idiographique" pratiqué dans la première moitié du XXe siècle par la majorité des géographes allemands et français (DJAMENT-TRAN, 2014, p. 130). Cette interprétation s’appuie sur l’affirmation de Walter Christaller que, "en sciences humaines, la théorie ne peut pas être obtenue de façon inductive, mais seulement de façon déductive" (CHRISTALLER, 1933a, p. 16 cité par DJAMENT-TRAN, 2014, p. 111, note 32). Conviction qui guiderait le plan de sa thèse (DJAMENT-TRAN, 2014, p. 113), de la partie théorique à la partie régionale. Dans cette interprétation, contestée par d’autres auteurs (PUMAIN, 1994-2003, p. 2), le texte est trié, réinterprété et mis en ordre de manière à ce que toutes les étapes s’enchaînent de manière "hypothético-déductive". La figure 1 détaille les cinq étapes de cette réorganisation linéaire de la pensée christallérienne.

Figure 1 : La démarche modélisatrice guidant le plan de la thèse de Christaller. D’après DJAMENT-TRAN, 2014.

Figure 1 : La démarche modélisatrice guidant le plan de la thèse de Christaller. D’après DJAMENT-TRAN, 2014.

41L’interprétation principiante de l’épistémologie christallérienne, en revanche, n’a pas la linéarité de la démarche modélisatrice, comme le montre la figure 2.

Figure 2 : Démarche principiante de Walter Christaller de 1933 à 1962

Figure 2 : Démarche principiante de Walter Christaller de 1933 à 1962

Sources principales : VANCE, 1970 ; BEGUIN, 1992 ; NICOLAS et RADEFF, 2015 ; KEGLER, 2015

42Il s’agit plutôt de raisonnements circulaires fondés sur des principes de types divers, évoluant dans le temps, entre 1933 et 1962. Pour Walter Christaller en effet, les principes généraux guident le choix et la formulation des principes opératoires qui ne sont pas des déductions théoriques à partir d’observations mais des règles de fonctionnement appelées "principes" (NICOLAS et RADEFF, 2015, p. 7). Lorsque ses principes opératoires sont insuffisants pour expliquer ce qu’il observe sur ses cartes de l’Allemagne du sud, il réagit d’abord en qualifiant ce qui est représenté graphiquement de "nicht normal". (CHRISTALLER, 1933a, p. 199, 201, 216 etc. ; CHRISTALLER, 1938, p. 126, 128, 130-131). Dans un deuxième temps, il ajoute des principes généraux pour formuler de nouveaux principes opératoires et aménager la "normalité". Il en résulte que, de 1933 à 1968, Walter Christaller n’utilise pas seulement trois principes (approvisionnement, trafic, administration) mais onze. Dans un troisième temps enfin, Walter Christaller essaie de combiner ses principes opératoires en rendant ses schémas théoriques implicites. Ainsi, en 1942, dans les territoires conquis à l’Est, il propose une répartition forcée des colons allemands dans une hiérarchie de lieux centraux qui ne respecte pas la règle formulée en 1933 de trois unités inférieures pour une unité du niveau immédiatement supérieur (CHRISTALLER, 1942, p. 141 (figure) ; PRESTON, 2009, figure 6). Les longues confrontations entre observations et "normalité" théorique sont circulaires : schéma initial théorique géo-économique → observation des déviations empiriques naturelles et historiques → retour schéma initial théorique géo-économique. Ces analyses sont caractéristiques de la manière de procéder de Walter Christaller qui, tout en affichant un projet de recherche géographique déductif, pratique une démarche séquentielle circulaire : "lorsque Christaller énonce le nombre des marchandises centrales offertes à chaque niveau ainsi que le nombre précis d’habitants et la taille des régions complémentaires pour les lieux centraux […] Ces nombres sont dépourvus de tout raisonnement déductif ou de toute garantie méthodologique. Christaller doit les avoir élaborés "empiriquement" en étudiant des cartes et du matériel statistique […] Le travail de Christaller devient ainsi un obscur patchwork de suppositions empiriques, théoriques et intuitives" (KEGLER, 2015, p. 66).

43La démarche christallérienne, lorsqu’elle est vue selon une épistémologie principiante qui suit pas à pas son évolution, n’est pas strictement scientifique. "Les conclusions "déductives" de Christaller simulent seulement une sorte de scientificité, qui s’orientait dans l’hypothèse de "lois des lieux habités" et de "lois de répartition" comme modèle des sciences exactes. Le succès du modèle ne repose donc pas sur sa rigueur supérieure et sa force explicative, mais doit être mis en relations avec des facteurs qui sont extrascientifiques au sens strict, mais qui dépendent étroitement de la fonction de la science dans les sociétés modernes" (KEGLER, 2015, p. 478).

  • 16 "Nous n’avons pas le droit de faire en sorte que le sang nordique, le sang de la race nordique, qui (...)

44L’utilisation par Walter Christaller de certaines notions et méthodes scientifiques n’est pas neutre. Ainsi, son passage de la mesure des distances réelles aux distances en ligne droite semble uniquement déterminé par la nécessité d’utiliser une "plaine homogène" (BÖVENTER, 1962, p. 176) sur laquelle il dessine des figures géométriques triangulo-hexagonales. Or, ce choix est en correspondance avec l’idée nationale-socialiste que : "La communauté du peuple [allemand] est égalitaire". Comme, en plus : "Le racisme unit et renforce la cohérence interne […] les distinctions [entre Allemands étant] fondées sur le talent (naturel), les vocations (de naissance) et les performances", la hiérarchie pyramidale des lieux centraux est en accord avec "la science de la race, qui doit classer, [mais] ne peut séparer l’Allemand de l’Allemand : l’homogénéité intérieure est aussi absolue que l’hétérogénéité extérieure" (CHAPOUTOT, 2014, p. 453)16.

45En réalité, l’aménagement "conséquent" des territoires conquis à l’Est (auquel Christaller a contribué : CHRISTALLER, 1941a ; RIQUET, 1988) en déportant et en exterminant par le travail des populations non aryennes pour y "réinstaller" des colons germaniques (INGRAO, 2010, p. 227-234 et 411) est un prolongement "hautement rationnel" des aménagements de la théorie dans la "praxis économique et politique" telle que Walter Christaller la préconise (ALY et HEIM, 2006, p. 123 et 124).

  • 17 Le paradigme de la géographie quantitative hypothético-déductif de l’analyse spatiale n’a pas rempl (...)

46Il y a donc opposition entre les deux types d’épistémologie détaillés dans ce paragraphe. L’épistémologie modélisatrice reconstruit la pensée de Walter Christaller en lui conférant un rôle scientifiquement "révolutionnaire" (DJAMENT-TRAN, 2014, p. 108)17. L’interprétation de ZHANG Dawei se rattache à cette interprétation. En revanche, l’épistémologie principiante s’efforce de retrouver la pensée christallérienne initiale en évitant les anachronismes et les interprétations a posteriori (GIACCARIA et MINCA, 2016a, p. 21). Elle démontre qu’il existe un lien entre la pratique scientifique de Christaller et ses engagements politiques successifs : social-démocratie, nazisme, communisme stalinien, social-démocratie, dans un esprit totalitaire.

Instrumentalisations du système christallérien

47Ce lien est particulièrement sensible lorsque le système christallérien est mis en œuvre. Dans l’Allemagne nazie, lorsque Walter Christaller propose d’appliquer son système, il en fait un instrument politique. "L’égalitarisme spatial" au sein d’un même niveau hiérarchique reflète un égalitarisme politique totalitaire. Les lieux dont l’importance ne correspond pas à leur niveau doivent être mis aux normes pour les adapter à la théorie. En 1941, dans le but d’organiser un espace favorable à la germanisation des régions conquises par les nazis en Europe orientale, il faut selon lui "développer (entwickeln) jusqu'à la taille typique" certains lieux, et en "ramener (abwerten) à la dimension typique" d’autres (CHRISTALLER, 1941a, carte en dépliant). "Monstruosité du schéma froid : n'oublions pas de quelle façon certaines populations furent décimées pour ramener leurs villes dans la norme…" (RIQUET, 1988, p. 13). Un an plus tard, Walter Christaller estime qu’un "village principal" doit concentrer des fonctions qui sont ôtées aux villages qui l’entourent. "Pour rendre la campagne plus forte, il est nécessaire de supprimer la plupart des entreprises artisanales et commerciales dans les villages et de développer à leur place dans le village principal des entreprises peu nombreuses mais plus fortes" (CHRISTALLER, 1942, p. 139 ; PRESTON, 2009 ; RADEFF et NICOLAS, 2019).

48Pour Guy Burgel, certains géographes chinois "s’inspirent manifestement de la théorie des lieux centraux pour redécouvrir les vertus d’un système de villes, plus petites et moyennes, tournées vers l’intérieur, dans une tradition nationale qui peut aussi servir de maillage élémentaire à la diffusion du progrès. D’autres, plus modernes, voient bien les avantages cumulatifs des régions métropolitaines, même si elles deviennent sources et enjeux d’accélération des disparités régionales et des inégalités sociales. Le conflit entre un vieil égalitarisme spatial, encouragé par le système communiste, et une notion plus contemporaine d’équité, acceptant les dynamismes inégaux des territoires, n’est pas explicitement posé. Mais il n’est pas loin de l’être" (BURGEL, 1996, p. 12-13).

Théorie et normativité christallériennes

  • 18 Remarquons que Christaller n’utilise pas le terme de "modèle" pour nommer son système en 1933 ; il (...)

49Des travaux récents ont récemment montré à quel point la pensée christallérienne mêle science et idéologie. Les liens étroits entre le "système" normatif (comment faire une chose ?) et le "modèle" théorique sont à la base de l’action d’aménagement de Walter Christaller. En 2015, Karl R. Kegler a démontré que le "modèle"18 christallérien reflète les préoccupations nazies du premier tiers du XXe siècle. Fondé sur la production agricole, il répond tout d’abord à l’utopie autarcique. En prônant une répartition spatiale optimale, il répond ensuite au rêve de colonisation intérieure qui ne tient pas vraiment compte de l’industrie. Enfin, en proposant une gestion efficace des rapports ville-campagne, il séduit ceux qui déplorent les effets négatifs des grandes villes (KEGLER, 2015, p. 90-93). Selon Karl R. Kegler, ce n’est donc pas par hasard que Christaller a adhéré successivement aux deux idéologies totalitaires européennes du XXe siècle : le nazisme et le communisme. Son système ne fonctionne de manière optimale que dans un régime autoritaire. Comme l’écrit Christaller dans la préface de son livre de 1933 (CHRISTALLER, 1933a, p. 3), il a originairement développé ses idées spatiales pour "trouver les bases théoriques économiques pour une construction administrative rationnelle de l'Etat et une nouvelle structuration du Reich allemand simplifiant la vie de l'Etat". Cependant, étant donné que cette réforme du Reich n’a pas été réalisée pendant la République de Weimar, Christaller a proposé sa méthode pour établir une répartition régionale qu’il juge efficace des territoires d’Europe orientale et occidentale occupés et annexés par le IIIe Reich durant la seconde guerre mondiale. Il a planifié spatialement la nouvelle organisation raciale de ces régions. Si dans l’état actuel des connaissances, sa participation physique aux déportations et aux transferts de population concernant des millions d’hommes en Pologne et dans d’autres régions occupées semble peu probable, en collaborant activement à l’Ostpolitik, Christaller a nourri ce projet criminel avec ses idées théoriques. En 1940, il a publié un plan pour la division en lieux centraux d’une partie de la Pologne, le Warthegau. Puis, au début de 1944, il a réalisé un rapport pour l’équipe de planification spatiale des SS dans lequel il propose une division en lieux centraux de la totalité du futur grand Reich allemand. En plus des anciens territoires allemands, les régions couvertes dans ce rapport comprenaient : la Pologne, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, des parties de l’Union soviétique, la Bohême et la Moravie, les anciennes régions yougoslaves de Haute-Carniole et de Basse-Styrie, la région d’Eupen-Malmedy en Belgique, le Luxembourg, l’Alsace-Lorraine et la Suisse alémanique. Environ 22 millions d’Allemands devaient être transférés selon les plans de Christaller. Finalement, au début de 1944, les institutions faitières allemandes décidèrent d’imposer dorénavant le concept des lieux centraux pour l’aménagement de l’ensemble du Reich (KEGLER, 2016).

50Le système scientifique christallérien a un fondement idéologique. Il tente de concilier le principe égalitaire horizontal (qualifié de "principe d’équité spatiale" par PUMAIN et SAINT-JULIEN, 2010, p. 131) et le principe hiérarchique vertical utile à "l’élaboration d’une théorie évolutive de la formation des hiérarchies d’objets géographiques." (ibidem, p. 142). En adoptant le principe racial totalitaire nazi pour qui, dans une stricte hiérarchie, tous les aryens sont égaux sous l’autorité du Führer, Walter Christaller a intégré le principe égalitaire et le principe hiérarchique. L’égalité n’existe qu’entre ceux qui sont au même rang et au même niveau spatial. Il est donc pour le moins hasardeux de considérer que les systèmes christallériens doivent être employés "comme des images mentales permettant de réfléchir […] aux différentes formes possibles de la desserte d’un territoire" (ibidem, p. 137). Ces "images mentales", engendrées par la supériorité de la hiérarchie sur l’égalité dans l’organisation spatiale, génèrent d’autres images qui sont loin d’être scientifiquement neutres. L’année même de la parution de sa thèse, Walter Christaller passe du rêve scientifique de découvrir les "lois déterminant le nombre, la répartition spatiale et la taille des lieux urbains" (CHRISTALLER, 1933a, p. 11) à la formulation de "fondements pour une nouvelle structuration du Reich allemand " dans le cadre d’ "une œuvre, guidée par le chancelier Adolf Hitler" (CHRISTALLER, 1933b, p. 913) avant de servir à la répartition totalitaire des différents services et dessertes qu’il propose d’imposer dans les territoires orientaux annexés par l’Allemagne pendant le nazisme : "Notre tâche consiste donc à transformer rapidement, de manière planifiée et en sachant quel est le but, toutes les communautés spatiales d’ordre inférieur et supérieur formées d’elles-mêmes au cours d’un long développement, progressivement et souvent aussi de manière non souhaitable [in unerwünschter Weise], afin qu’elles deviennent le plus vite possible des membres actifs et fertiles du tout spatial du Reich." (CHRISTALLER, 1940, p. 499).

Représentation de l’espace en Chine et système christallérien

51Comme le résume le tableau suivant, il y a des confluences mais aussi d’importantes divergences entre la représentation de l’espace dans le système christallérien et les notions correspondantes en Chine ancienne d’une part, contemporaine d’autre part.

  • 19 Sur les principes christallériens : NICOLAS et RADEFF, 2015 ; les notions en Chine ancienne, princi (...)

Tableau 1 : Espace chinois ancien et contemporain et système christallérien19

Walter Christaller

Chine ancienne

Chine contemporaine

Principes généraux

Unité du réel organique et inorganique

Ordre spatial : haute rationalité des lieux centraux

Harmonie : cosmos et vie sur terre régis par les mêmes lois

Ordre spatial spirituel

Harmonie de l’ordre social et politique ("société d’harmonie socialiste")

Critères des hiérarchies urbaines

Fonctions intra- et interurbaines + population

Périmètre urbain + murailles

Fonctions, population

But

Administration et assignation spatiale

Contrôle social et politique de l’espace

Même but qu’en Chine ancienne

Géométrie : surfaces

Triangle et hexagone

Carré (figuration de l’espace par excellence) et rond (ciel)

Différentes propositions, dont schéma en T

Notion de centre

Géométrique, points équidistants dans des surfaces égales

Pas un point équidistant entre deux termes, mais un pôle dont l’attraction tire vers le haut

Non géométrique. Polycentrisme hiérarchisé et croissance concentrique

Type d’espace

Abstrait : isotrope et isomorphe

Concret

Concret

52Christaller prône un ordre central fondé sur l’unité du réel organique et inorganique (première ligne du tableau) : "Une forme élémentaire de "l'ordre d'appartenance commune" est, dans la nature inorganique et organique, l'ordonnancement d'une masse autour d'un noyau, d'un centre : un ordre central ("eine zentralistische Anordnung"). Cet ordre n'est pas seulement une forme de pensée humaine qui n'existerait que dans le monde de représentation humaine et qui serait seulement né du besoin d'ordre de l'homme mais il existe réellement à partir de lois internes à la matière" (CHRISTALLER, 1933a, p. 21). L’ordre spatial est ainsi un idéal pour Christaller, qui estime "qu’il y a en Europe un certain ordre spatial. Il s’agit de dévoiler les régularités dans la formation des pays, des régions et des empires ("Reiche"), de telle sorte qu’un ordre européen, qui est caché par les frontières des états et des administrations, par les réseaux de trafic et par les accumulations des hommes, se dévoile et devienne visible. Ainsi on rendra aussi reconnaissable le désordonné, ce qui s'oppose à l'ordre, afin de faire des propositions pour remettre de l'ordre et créer un nouvel ordre. Ainsi on pourra approcher l'idéal de l'ordre ou l'ordre idéal, tâche urgente du présent" (CHRISTALLER, 1950, p. 5).

53Ce rêve d’unité ordonnée se retrouve en Chine antique, où les conceptions spatiales idéales reposent sur un principe selon lequel "le cosmos aussi bien que la vie sur terre sont régis par les mêmes lois ; c’est la même pulsation qui les anime. L’homme doit faire attention à respecter cette harmonie, sinon il entraînera des désordres et des malheurs, dans l’univers comme pour lui-même". Ce principe se répercute sur l’urbanisme : "Il existait dès l’Antiquité un véritable urbanisme et celui-ci était cosmologique parce qu’il fallait respecter ces correspondances entre le cosmos et le monde humain" (PIMPANEAU, 2004, p. 37). Quant à l’opposition christallérienne entre le chaos ("le désordonné, ce qui s'oppose à l'ordre" : CHRISTALLER, 1950, p. 5) et l’ordre idéal, elle se retrouve dans la construction des villes en Chine antique : "The walls, the gates, and the grid of streets all mark the imposition of human design on the natural world and its chaotic elements. They served as spatial images of the control and hierarchy that defined imperial rule, and provided a physical structure for the control and policing of a potentially unruly populace" (LEWIS, 2006, p. 187). La réalité cependant, comme chez Christaller, ne correspond pas à l’idéalité : "Le modèle de la capitale carrée est cependant resté le type urbain idéal de la Chine. Sur les cartes traditionnelles, les villes ont toujours été représentées par des carrés, même si elles avaient en réalité d’autres formes (cas fréquent en Chine du sud). Cas exemplaire d’inadéquation entre les représentations et le réel, et expression, parmi d’autres, de l’idée – qui domine l’esthétique et la cosmologie chinoises – que la "forme extérieure" (waixing) n’est pas la vérité des choses" (BERQUE, 1997, p. 108). En Chine contemporaine, l’harmonie se conjugue à l’ordre ; ses dirigeants ont adopté, pour décrire leurs buts politiques et sociaux, la formule "société d’harmonie socialiste", théorisée en 2006 et fondée sur "la démocratie et l’État de droit, l’équité et la justice, l’honnêteté et la camaraderie, la vitalité, la stabilité et l’ordre, ainsi que l’harmonie entre l’Homme et la nature" (CHOUCROUNE et GARAPON, 2007).

54Pour atteindre l’ordre idéal (ligne 2 du tableau), Christaller hiérarchise les villes en se basant sur les fonctions centrales (d’approvisionnement, de trafic etc.) et le nombre d’habitants. Le même type de hiérarchie se retrouve très fréquemment chez les géographes chinois actuels, alors que le classement antique reposait sur le périmètre des villes et l’importance de leurs murailles.

55Christaller propose dès 1933 de réorganiser l’administration du Reich (ligne 3 du tableau) : "Si le gouvernement national-socialiste souhaite faire maintenant une nouvelle structuration du Reich et la création d’une structure administrative spatiale et organique, il accomplira alors une œuvre, guidée par le chancelier Adolf Hitler, qui […] ne peut être comparée qu’à la transformation radicale de la France immédiatement après la révolution de 1789" (CHRISTALLER, 1933b, p. 913) ; en 1941, il ajoute au principe administratif celui d’une assignation spatiale ("Zuordnungsprinzip": CHRISTALLER, 1941b, p. 128 ss.). Cette volonté de surveillance se retrouve en Chine, où des géographes chinois ont de toute ancienneté cherché à assister les autorités dans leur contrôle social et politique de l’espace et où les autorités impériales et contemporaines tentent de maîtriser les déplacements de population avec le système des passeports intérieurs, les "hukou", qui classifie la population en deux catégories héréditaires, les ruraux et les citadins.

56Christaller, à la différence de la pensée classique chinoise, prône l’hexagone à la place du carré (ligne 4 du tableau) et propose une hiérarchie fondée sur une organisation spatiale optimale entre les villes, alors que, dans le cas des capitales impériales chinoises, "the defining feature of the new capital was its denial of ties to its locality" (LEWIS, 2006, p. 170). Les géographes chinois contemporains – qui sont très fréquemment également des aménageurs – ne proposent pas non plus de structure triangulo-hexagonale. Lu Dadao propose une structure en T.

57La notion de centre (ligne 5 du tableau) est très différente en Chine et chez Christaller, pour qui il s’agit d’un point géométrique équidistant dans des surfaces égales. La traduction est difficile : dans le titre de sa thèse ("Die zentralen Orte : Les lieux centraux"), le mot "central" a été traduit par "zhongxin" (中心 : milieu + cœur ; le chinois utilise le même mot pour "centre" et "central"). Or, "la traduction de zhong ne laisse pas d’être problématique et ouverte aux malentendus. […] Le milieu n’est donc pas un point équidistant entre deux termes, mais bien plutôt ce pôle dont l’attraction nous tire vers le haut, créant et maintenant dans toute situation de vie une tension qui nous fait aspirer toujours davantage à la meilleure part de ce qui naît en nous" (CHENG, 2014, p. 41-42). La différence est donc patente entre le centre géométrique christallérien et le "zhong" de la Chine antique. En Chine contemporaine, la notion de centre n’a pas non plus de définition géométrique régulière mais l’idée d’une croissance concentrique est bien implantée. La banlieue de Shanghai, jusqu’à la fin des années 1980, "connaît une différenciation fonctionnelle suivant un gradient concentrique [rappelant de manière surprenante les cercles de von Thünen : THÜNEN, 1826-1875]. À proximité immédiate de Shanghai, la proche banlieue (jinjiao) est dévolue aux cultures vivrières intensives et accueille les "nouveaux villages" (xincun) ; en périphérie plus éloignée (yuanjiao), les nouvelles banlieues industrielles et les villes-satellites (weixing cheng), peu équipées et mal intégrées au tissu urbain, voisinent avec une agriculture moins intensive, orientée vers la riziculture et la céréaliculture" (HENRIOT, 2016). Cette croissance concentrique est liée à la notion de polycentralité. "Shanghai tend aussi aujourd’hui à se structurer sur un principe polycentrique et une distribution spatiale en cercles concentriques". On retrouve à proximité de Shanghai la "numéromanie" christallérienne (RIQUET, 1988, p. 13), avec "le projet "One city, nine towns", lancé en 2000 […] A cette date, les autorités évoquent leur projet sous la formule "1-9-6-6" : 1 ville nouvelle centre (Songjiang), 9 autres villes nouvelles, 60 bourgs, 600 villages". Ici aussi cependant, les rêves ne se réalisent pas : "Dans les faits, les villes nouvelles ne sont pas également intégrées au pôle central shanghaien" (SANJUAN, 2009, p. 52).

58Enfin (dernière ligne du tableau), l’espace christallérien isotrope et isomorphe diffèrede celui de la conception chinoise ancienne et contemporaine, où il n’est "pas une notion abstraite, neutre, homogène" (CHENG, 1995, p. 37). Espace et temps "ne sont jamais des cadres abstraits, neutres. […] L’Espace n’est donc pas en Chine une scène vide où le destin humain vient se jouer "arbitrairement […] L’homme ne crée pas une conception intellectuelle, purement abstraite de l’espace, il se contente d’aménager cet espace, de l’occuper, de l’habiter, sans jamais rompre le lien organique qui l’attache à son environnement" (CHENG, 1995, p.39).

Conclusion : les Chinois et Christaller

59ZHANG Dawei, préfacier de la traduction en chinois de la thèse de Walter Christaller, en ignorant certaines recherches récentes, entérine de manière acritique beaucoup de faits qui sont aujourd’hui réévalués. Dès l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933 et jusqu’après la défaite allemande, plusieurs publications de Walter Christaller montrent que son engagement au service du nazisme a été plus important qu’on le croyait (KEGLER, 2015, p. 91-93). D’autre part, il n’a pas vraiment vécu dans la précarité même s’il n’a pas eu de carrière universitaire. Il n’a pas souffert d’un manque de reconnaissance scientifique puisque ses travaux ont eu une large diffusion et ont été discutés dès les années 1930-40. ZHANG Dawei surestime également les apports de Walter Christaller. Un chercheur allemand prématurément décédé, Wolfgang Istel, a prouvé historiquement que les bases d’une théorie des lieux centraux avaient été posées depuis le début du XIX° siècle. Marie-Claire Robic a également montré qu’une théorie des lieux centraux avait également été formulée en France cent ans avant Christaller (ROBIC, 1982).

60Certes, les auteurs de la traduction de Walter Christaller en chinois ne pouvaient connaître les travaux postérieurs à la date de la publication de cette traduction. Mais pourquoi ne se sont-ils pas interrogés sur sa crédibilité scientifique en faisant cette traduction ? Au Japon ou aux Etats-Unis, cela a été fait avant la parution de cette traduction (SUGIURA, 1997 ; BARNES, 1996) et les conséquences de ces interrogations sont ensuite précisées (SUGIURA, 2003 ; BARNES & MINCA, 2013 ; GIACCARIA & MINCA, 2016b).

61L’approche privilégiée par ZHANG Dawei correspond à la description que donne Chloé Froissart de celle d’autres chercheurs chinois en sciences sociales. Leurs préoccupations principales ressemblent à celles de ZHANG Dawei, mais aussi de YAN Zhongmin et de LU Dadao (cf. annexe 2) ; il s’agit "d’identifier, d’analyser les problèmes sociaux, économiques et d’y trouver des solutions afin d’aider le Parti à y faire face. C’est pourquoi les sciences sociales en Chine ont toujours été plus quantitatives, sous-tendues par de grandes enquêtes, que qualitatives ; plus techniques que critiques. Une deuxième manière […] c’est de légitimer les réformes et d’apporter des idées pour les promouvoir. Les chercheurs chinois ont bien souvent été des passeurs entre l’Occident et leur pays, puisant des idées dans les théories occidentales - qu’elles soient sociales, politiques, économiques - et les adaptant à la situation chinoise, s’inspirant de ce qui se fait en Occident pour impulser de nouvelles expérimentations en Chine" (FROISSART, 2019).

62Certes, des centaines de textes en chinois citent Christaller, en se fondant parfois sur les analyses de Skinner. Certains reconnaissent que le réseau des villes est irrégulier car "aucune région n’est une plaine homogène", mais concluent tout de même à une symétrie du réseau urbain chinois déterminée par la tectonique, avec de nombreux triangles mais aucun hexagone, (YE et al, 2001 : ce déterminisme géographique rappelle les travaux de Skinner, qui a relié la théorie des bassins au système des lieux centraux). GAO Songfan estime même que le système christallérien "can become on one of the main theoretical foundations in the future planning the distribution of urban commercial and service enterprises in Beijing City" (GAO, 1989, texte anglais p. 139, chinois p. 137). Quant à NIU Yafei, elle "corrige" les localisations pour les faire correspondre à des centres ou des sommets d’hexagones réguliers (NIU, 1989, figures 1, 2 et 4 p. 168-169).

63D’autres sont plus critiques (CARTIER, 2001, p. 13-17 et 2002 ; CRISSMAN, 1972, p. 259 ; LO, 1986 ; DAVIES et al., 1999). JIANG Hongliang par exemple prouve, en étudiant le réseau des centres ruraux autour de Chengdu (Sichuan), que l’utilisation par Skinner du système christallérien repose sur des erreurs : Skinner a déformé les cartes pour fabriquer des hexagones, il a oublié ou erronément ajouté des lieux, sa hiérarchie ne correspond pas à la réalité et on ne trouve nulle part des hexagones réguliers (JIANG, 1993).

64Il n’y a plus guère de chercheurs pour défendre une organisation spatiale triangulo-hexagonale ni même géométriquement régulière des lieux habités en Chine, mais l’intérêt des Chinois pour Christaller persiste, entre autres parce qu’il mêle étroitement science et idéologie. Les liens entre les idéologies défendues par Christaller et la Chine ne sont pourtant pas simples. Christaller – qui a été membre du parti communiste - est presque totalement absent d’un texte collectif récent proposant une pratique de la géographie en Chine fondée sur un marxisme sinisé. Le géographe occidental proposé comme modèle est David Harvey et la seule citation de Christaller ("the former Nazi geographer, Walter Christaller") est faite par l’unique auteur non-chinois, Trevor J. Barnes (CAI et al., 2016). L’influence de Christaller en Chine est donc pour le moins problématique. Une thèse récente le cite en préliminaire, avec de nombreux autres géographes et économistes (TAO, 2012, p. 16), mais on ne trouve nulle part, dans les nombreuses cartes ou schémas, un schéma christallérien triangulo-hexagonal ni même une quelconque régularité spatiale.

65Le système triangulo-hexagonal a fait l’objet de fortes critiques par de nombreux chercheurs chinois. Dans le Sichuan étudié par Skinner (SKINNER, 1964-65), "one cannot conclude with certainty that hexagonal market areas were the characteristic spatial pattern of the country’s social and economic landscape towns were more likely to be located in linear arrangements along streams, canals, and roads than in the Christallerian hierarchy". Ses "maps of the Sichuan marketing towns are distorted to favor hexagonal patterns". Dans toute la Chine, "in most cases, the evidence that would validate these theories is simply not present over most of China’s area or during most of its history". Et Carolyn Cartier de conclure: "location theory is simply not used to analyze contemporary economic processes." et "central place theory is inappropriate for conceptualizing processes of place making" (CARTIER, 2002, p. 95, 108, 112, notes p. 130-132).

66En réalité, les hexagones christallériens n’ont pas d’impact sur la politique d’aménagement de la Chine. Le système "ville-dirigeant-district" prôné en 1983 a échoué, comme le montre l’exemple des relations entre Foshan et Canton. Conformément au modèle christallérien combiné avec le modèle "core-periphery" de Friedmann, la ville de Foshan aurait dû être intégrée dans une hiérarchie, avoir une taille déterminée par son nombre d’habitants, être le siège d’une activité économique qui regroupe des grandes entreprises et avoir une fonction administrative précise. Mais le développement économique et la situation administrative n’ont pas évolué de manière coordonnée et harmonieuse (or, l’harmonie est une notion très importante en Chine : CHOUKROUNE et GARAPON, 2007). Une contradiction est apparue : la "relation entre Canton et Foshan […] fit de Foshan une ville "au rabais" par rapport à Canton" (MO, 2014, p. 263-267)

67Le géographe LU Dadao, qui est pourtant un adepte de Christaller qu’il cite en allemand (LU, 2001 ; LU et FAN, 2010), propose d’aménager l’espace chinois selon un schéma en T, en utilisant une : "Pole-Axis Theory" and related "T - shaped" spatial structure of the industrial allocation in China." (LU, 2001, Abstract) qui n’a plus rien à voir avec les systèmes hexagonaux de Christaller. Il précise d’ailleurs que sa théorie, "is based on the well-known central place theory, however, the two theories are different in terms of theoretical components and application objectives" (LU, 2002, Abstract). Un ouvrage récent présentant un vaste projet d’aménagement spatial de la Chine jusqu’en 2050 fait certes allusion à la "central place theory" et cite la "Christaller’s hexagonal structure" parmi d’autres modèles (LU et FAN, 2010, p. 16, 61, 85). Mais Die zentralen Orte in Süddeutschland (CHRISTALLER, 1933a) est absent dans les notes de référence et les auteurs ne proposent pas une application du système christallérien à la Chine mais une organisation en ceintures verticales et horizontales, avec : "three vertical and two horizontal belts. […]. The "three verticals" belts include the eastern vertical urban development belt, central vertical urban development belt, and western vertical urban development belt, while the "two horizontal" belts are the Yangtze River horizontal urban development belts and the Eurasian Continental Bridge horizontal urban development belts" (LU et FAN, 2010, p. 113).

68De même, lorsque divers auteurs (sociologues, géographes, anthropologues et aménageurs) traitent de l’urbanisation de la Chine contemporaine, aucun d’entre eux ne cite Christaller (mais ils citent Skinner et ses macrorégions). En revanche, les notions de typologie, de hiérarchie et de centre sont bien présentes, ainsi que l’importance de la population (nombre d’habitants) et des fonctions urbaines (par exemple NING et YAN, 1994 ; GULDIN, 1992).

69Ainsi, le cœur du système christallérien : l’organisation triangulo-hexagonale du réseau des lieux considérée comme un optimum, est le plus souvent abandonné au profit de notions certes utilisées par Christaller, mais très antérieures et communes à bien d’autres modes de pensée, en particulier celles de centre, de hiérarchie et d’ordre. Cependant, le "centre" chinois est sensiblement différent du "centre" christallérien (voir tableau 1). Si l’on respecte cette différence, le seul point commun entre les interprétations non chinoises de la tentative de Christaller de créer une géographie "déductive" et les interprétations chinoises qui utilisent le "zhongxin" (中心 : milieu + cœur), terme qui désigne à la fois "centre" et "central", réside dans le fonctionnement de la hiérarchie. Ainsi, génératrice du respect de l’autorité hiérarchique, "l’attraction [centrale]", y compris en analyse spatiale, "tire [le savant comme tout chinois] vers le haut" (CHENG, 2014, p. 41-42). La référence à Christaller, même sans utilisation effective, est une assurance institutionnelle et existentielle ; toutes proportions gardées, elle peut être comparée à la référence à Marx, à Mao ou à Xi Jinping.

Haut de page

Bibliographie

Il y a en Chine moins de 5'000 patronymes pour une population totale d’environ 1'400'000’000 habitants. Plusieurs patronymes sont donc portés par des millions de personnes. Par exemple, plus de vingt millions de Chinois se nomment LIU ou CHEN. Or, ces deux noms sont présents dans ces références. Il est donc indispensable que le prénom chinois figure dans les références. Par souci d’égalité, j’ai fait de même pour les prénoms des auteurs occidentaux.

Lorsqu’il existe un "abstract" des titres chinois en anglais ou en français, je l’ai mis dans ces langues. Lorsque ce n’est pas le cas, pour faciliter la recherche, j’ai noté les titres en sinogrammes et en pinyin (avec les accents, la chose étant devenue possible avec les progrès des logiciels de traitements de textes) et j’ai ajouté une traduction en français.

ALY Götz et HEIM Suzanne, 2006, Les architectes de l'extermination, Paris, Calmann-Lévy

BAILLY Antoine, 2009, "La science régionale en perspective", Géographie, économie, société, Vol.11, p. 1-7. En ligne, consulté le 11.09.2019 : https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2009-1-page-1.htm#

BARNES Trevor J., 1996, Logics of dislocation, New York, Guilford Press.

BARNES Trevor J., ABRAHAMSSON, Carl Christian, 2017, "The imprecise wandering of a precise idea : the travels of spatial analysis", in Jöns, Heike, Meusburger, Peter & Heffernan, Michael eds, Mobilities of knowledge, knowledge and space, Vol.10, Cham, Springer, 105-121

BARNES Trevor J., MINCA Claudio, 2013, "Nazi Spatial Theory: The Dark Geographies of Carl Schmitt and Walter Christaller", Annals of the Association of American Geographers, Vol.103, No.3, 669– 87.

BASKIN Carlisle Whiteford, 1957, A critique and translation of Walter Christaller's Die zentralen Orte in Süddeutschland. University of Virginia. ProQuest Dissertation Publishing, Ann Arbor, Michigan.

BASKIN Carlisle Whiteford, 1966, Central places in southern Germany, Englewood Cliffs, New-Jersey, Prentice-Hall. Traduction de CHRISTALLER, 1933a.

BEGUIN Hubert, 1992, "Christaller's central place postulates. A commentary", The annals of regional science, Vol.26, 209-229.

BERQUE Augustin, 1997, "Du rituel des Zhou à Tokyo. Le fantasme de la ville idéale en Asie orientale", in ÉVENO, Emmanuel éd., Utopies urbaines, Toulouse, Presses universitaires du Midi, p. 105-113. https://portail.universita.corsica/stockage_public/portail/baaaalpj/393108.pdf (en ligne, consulté le 11.09.2019).

BLOTEVOGEL Hans Heinrich, 2001, „Rheinische Landschaft" – zur geographischen Konstruktion des Rheinlands 1790-1945 ", Institut für Geographie, Diskussionspapier 1/2001. http://duepublico.uni-duisburg-essen.de/servlets/DerivateServlet/Derivate-5197/blotevogel1.pdf (en ligne, consulté le 11.09.2019).

BOSMA Koos, 1993, "Verbindungen zwischen Ost- und Westkolonisation", in RÖSSLER et SCHLEIERMACHER, 1993, 190-113

BÖVENTER Edwin von, 1962, "Towards a United Theory of Spatial Economic Structure", in Regional Science Association: Papers, X, Zürich Congress, 1962, 163-187.

BURGEL Guy, 1996, "Chine : l’étonnement urbain", in BURGEL et al. 1996, 11-15.

BURGEL Guy, CHEN Guangting et SANJUAN Thierry éds, 1996, Villes Chinoises, Nanterre, Laboratoire de géographie urbaine, Université de Paris X (Villes en parallèle; 23/24)

CAI Yunlong et al., 2016, "Marxist geography and its development in China: Reflections on planning and practice", Geographical Research, 2016 , 35 (8): 1399-1419. (texte en chinois, sauf la partie rédigée par Trevor J. Barnes, en anglais) http://www.dlyj.ac.cn/article/2016/1000-0585/1000-0585-35-8-1399.shtml (en ligne consulté le 11.09.2019)

CARTIER Carolyn, 2001, Globalizing South China, Oxford etc., Blackwell publ. (RGS-IBG Book Series)

CARTIER Carolyn, 2002, "Origins and Evolution of a Geographical Idea: The Macroregion in China", Modern China,Vol.28, No.1, 79-142

CHAPOUTOT Johann, 2014, La loi du sang. Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard.

CHEN Fei et THWAITES Kevin, 2013, Chinese urban design. The typomorphological approach, Farnham, Ashgate Publishing Ltd. (Design and the built environment).

CHANG Zhengwen, WANG Xingzhong et al. éds, 2010, 德国南部中心地原理 / Déguó nán bù zhōng xīn de yuán lǐ [traduction de CHRISTALLER 1933a], Beijing, The Commercial Press.

CHEN Guangting, 1994, "Le problème de l’habitation urbaine dans la Chine moderne", in CHOKO, Marc H. et CHEN Guangting éds, Le défi du logement urbain en Chine, Montréal, Méridien, 13-34 (ce livre a été publié en français, en anglais et en chinois).

CHEN Guangting, 1996, "Modernisation et internationalisation urbaines", in BURGEL et al. 1996, 25-40

CHEN Yanguang, 2004, "Spatial structure of central-place systems : fractals and scaling laws", Acta Scientiarum Naturalum Universitis [sic] Pekinesis. Abstract en anglais d’un texte en chinois http://en.cnki.com.cn/Article_en/CJFDTOTAL-BJDZ200404019.htm (en ligne, consulté le 11.09.2019).

CHENG Anne, 1995, "La notion d’espace dans la pensée traditionnelle chinoise", in BLANCHON, Flora éd., Asies : Aménager l'espace, Paris, PU Paris-Sorbonne, 33-43.

CHENG Anne, 2014, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil (Points-Essais). 1ère éd. 1997.

CHOUKROUNE Leïla et GARAPON Antoine, 2007, "Les normes de l’harmonie chinoise", Perspectives chinoises, 100, 38-52.

CHRISTALLER Walter, 1933a, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäßigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchbibliothek, 1980 (3e édition ; 1ère : Jena, Fischer, 1933).

CHRISTALLER Walter, 1933b, "Grundsätzliches zu einer Neugliederung des Deutschen Reiches und seiner Verwaltungsbezirke", Geographische Wochenschrift, Vol.1, 913-919.

CHRISTALLER Walter, 1938, "Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes", Comptes rendus du Congrès international de géographie Amsterdam 1938, tome II, Travaux de la section IIIa, Géographie humaine, Leiden, E. J. Brill, 123-138. (Le titre est en français mais le texte est en allemand. Il n’a pas été traduit en français.)

CHRISTALLER Walter, 1940, "Die Kultur- und Marktbereiche der zentralen Orte im deutschen Osten und die Gliederung der Verwaltung", Raumforschung und Raumordnung, Vol.4, No.11-12, 498-503.

CHRISTALLER Walter, 1941a, "Die zentralen Orte in den Ostgebieten und ihre Kultur- und Marktbereiche", Band 1 des Gemeinschaftwerkes der Reichsarbeitsgemeinschaft für Raumforschung: Struktur und Gestalt der zentralen Orte des deutschen Ostens, Leipzig, F. Koehler Verlag, 2-22.

CHRISTALLER Walter, 1941b, "Raumtheorie und Raumordnung", Archiv für Wirtschaftsplanung, Vol.1, 1941, 116-135.

CHRISTALLER Walter, 1942, "Die Verteilung der nichtlandwirtschaftlichen Bevölkerung im Hauptdorfbereich", Neues Bauerntum, Vol.34, 139-145.

CHRISTALLER Walter, 1950, Das Grundgerüst der räumlichen Ordnung in Europa. Die Systeme der europäischen zentralen Orte, Francfort, W. Kramer (Frankfurter Geographische Hefte 24, 1)

CHRISTALLER Walter, 1952, "Die Parallelität der Systeme des Verkehrs und der zentralen Orte am Beispiel der Schweiz", in LEHMANN Herbert éd., Deutscher Geographentag Frankfurt am Main 12-18.05.1951. Tagungsberichte und wissenschaftliche Abhandlungen, Remagen, Amt für Landeskunde, 159-164 (Verhandlungen des Deutschen Geographentages, 28).

CHRISTALLER Walter, 1955, "Beiträge zu einer Geographie des Fremdenverkehrs", Erdkunde, Vol.9, No.1, 1-19.

CHRISTALLER Walter, 1962, "Die Hierarchie der Städte", in NORBORG, Knut éd., Proceedings of the IGU Symposium in Urban Geography, Lund 1960, Lund, The Royal University of Lund, 3-11

CHRISTALLER Walter, 1966, "Angewandte Geographie - Raumwirtschaftliche Modelle", in WEIGT, Ernst éd., Angewandte Geographie. Festschrift für Erwin Scheu zur Vollendung des 80. Lebensjahres, Nürnberg, Nürnberg, Wirtschafts- und Sozialgeogr. Inst. der Friedrich-Alexander-Univ., 35-38 (Nürnberger wirtschafts- und sozialgeographische Arbeiten, 5).

CHRISTALLER Walter, 1968, "Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine Theorie entstehen kann, und in meinem Fall entstanden ist", Geographische Zeitschrift, Vol.56, 88-101.

CLAVAL Paul, 1968, "La théorie des villes", Revue de géographie de l'Est, Vol.8, No.1-2, 5-56.

CRISSMAN Lawrence W., 1972, "Marketing on the Changhu Plain, Taiwan", in Willmott, W. E., Economic organization in Chinese society, Stanford, Stanford University Press, California, 215-259 + 434

DAVIES Christopher Shane, HOLZ Robert K. and ROBERTUS David, 1999, "A Test of Central Place Theory Using Shuttle Imaging Radar (SIR-A) of China’s North Central Plain", Geocarto International, Vol.14, No1, 14-23 http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10106049908542089?queryID=%24%7BresultBean.queryID%7D& (en ligne, consulté le 11.09.2019).

DEITERS Jürgen, 2016, „Der lange Abschied von der Theorie und Politik zentraler Orte. Zum Buch von Karl R. Kegler „Deutsche Raumplanung. Das Modell der ‚zentralen Orte‘ zwischen NS-Staat und Bundesrepublik", Berichte. Geographie und Landeskunde, Vol.2, 157-176 https://www.geographie.uni-osnabrueck.de/fileadmin/user_upload/staff/publications/deiters/Deiters_2016_Rezension-Kegler_BGL-Bd.90-02.pdf (en ligne, consulté le 11.09.2019).

DIAMOND Derek R., HOTTES Karlheinz and WU Chuan-Chun (eds.), 1984, Regional Planning in Different Political Systems. The Chinese Setting. Proceedings of the International Meeting on Regional Development Planning - Theory and Practice -, held in Beijing, People’s Republic of China, 29 march – 5 April 1983, Bochum, Geograph. Inst., Forschungsabt. für Raumordnung (Materialen zur Raumordnung aus dem geographischen Institut der Ruhr – Universität Bochum. Forschungsabteilung für Raumordnung, XXVI).

DJAMENT Géraldine et COVINDASSAMY Mandana, 2005, "Traduire Christaller en français. Textes seuils, réception, récit de découverte", Cybergeo : European Journal of Geography, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, https://journals.openedition.org/cybergeo/3144 (en ligne, consulté le 11.09.2019).

DJAMENT-TRAN Géraldine, 2014, "Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l'analyse spatiale", Revue germanique internationale, 20, 1-26. https://journals.openedition.org/rgi/1492 (en ligne, consulté le 11.09.2019).

DERKS Hans, 2001, Deutsche Westforschung. Ideologie und Praxis im 20. Jahrhundert, Leipzig, AVA-Akademische Verlagsanstalt.

ESCH Michael G., 1992, ""Ohne Rücksicht auf historisch Gewordenes". Raumplanung und Raumordnung im besetzten Polen 1939-1944", in KAHRS, Horst u.a. éds, Modelle für ein deutsches Europa. Ökonomie und Herrschaft im Großwirtschaftsraum, Berlin, Rothbuch, 77-123.

FANG Chuanglin, PANG Bo and LIU Haimeng, 2017, "Global city size hierarchy: Spatial patterns, regional features, and implications for China", Habitat International, Vol.66, 149-162.

FERRIER Jean-Paul, HUBERT Jean-Paul et NICOLAS Georges, 2005, Alter-géographies. Fiches disputables de géographie, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence

FISCHER Wolfram, HOHLFELD Rainer, NÖTZOLDT Peter, 2000, Die Preußische Akademie der Wissenschaften zu Berlin 1914-1945, Berlin, Akad.-Verl.

FROISSART Chloé, 2019, "Entretien au Global Voices" : https://fr.globalvoices.org/2019/06/07/236915/ (en ligne, consulté le 11.09.2019).

GAO Songfan, 1989, "On the historical change of markets and their location in Beijing", Acta Geographica Sinica, Vol.44, No.2, 129-139. En chinois, http://www.geog.com.cn/CN/10.11821/xb198902001 (en ligne, consulté le 11.09.2019).

GIACCARIA Paolo et MINCA Claudio éds., 2016a, Hitler’s Geographies. The spatialities of the third Reich, Chicago and London, The University of Chicago Press.

GIACCARIA Paolo et MINCA Claudio, 2016b, "For a tentative spatial theory of the Third Reich", Ibidem, 19-44.

GONG Yunrui, 2016, "Scientific decision tool for urban and region development and governance research on urban and region models from macro to micro, static to dynamic, large-scale to small-scale", Urban Development Studies. Abstract en anglais d’un texte en chinois http://en.cnki.com.cn/Article_en/CJFDTotal-CSFY201602014.htm (en ligne, consulté le 11.09.2019).

GULDIN Gregory Eliyu éd., 1992, Urbanizing China, New York, Greenwood Press (Contributions in Asian studies, 1053-1866; No.2).

GUSDORF Georges, 1977, Les sciences humaines et la pensée occidentale. De l’histoire des sciences à l’histoire de la pensée, tome I, Paris, Payot.

HAAR Ingo et FAHLBUSCH Michael éds, 2008, Handbuch der völkischen Wissenschaften. Personen – Institutionen – Forschungsprogramme – Stiftungen, Munich, K. G. Saur.

HÉ Xìnggāng, 1992, "严重敏教授:中国著名城市地理学家 / Yánzhòng mǐn jiàoshòu: Zhōngguó zhùmíng chéngshì dìlǐ xué jiā [La professeure YÁN Zhòngmǐn : une géographe urbaine célèbre en Chine]", Géographie et Recherche territoriale, Août 1992, Vol.8, n° 3, 53-54 (texte en chinois). Résumé en ligne, consulté le 11.09.2019 : http://mall.cnki.net/magazine/Article/DLGT199203015.htm

HEINEMANN Isabel et WAGNER Patrick éds, 2006, Wissenschaft – Planung – Vertreibung. Neuordnungskonzepte und Umsiedlungspolitik im 20. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner.

HOTTES Karlheinz, 1954, Die zentralen Orte im Oberbergischen Lande, Remagen, Verlag der Bundesanstalt für Landeskunde (Forschungen zur Deutschen Landeskunde, 69).

HOTTES Karlheinz, 1973, "Entwicklungsschwerpunkte – Entwicklungsachsen - Zentralörtliches System, Eine kritische Analyse", in Tagungsbericht und wissenschaftliche Abhandlungen / Deutscher Geographentag, No.39, 347-358.

HOTTES Karlheinz, 1985, "Industrial land use versus regional planning strategies", in HOTTES Karlheinz et al. 1985, 164-176.

HOTTES Karlheinz, DIAMOND Derek R. and WU Chuan-Chun éds., 1985, Regional Planning in Different Political Systems. The Chinese Setting: proceedings of the International Meeting "Regional Development Planning, Theory and Practice", held in Beijing, People’s Republic of China, 19 march – 5 April, 1983, Stuttgart, Erdmann in K. Thienemanns Verlag (Bochumer Materialen zur Entwicklungsforschung und Entwicklungspolitik, 29).

HOTTES Karlheinz, HOTTES Ruth et SCHÖLLER Peter, 1983, "Walter Christaller 1893-1969", Geographers, Biobliographical Studies, Vol.7, 11-16.

HOTTES Ruth, 1981-1982, "Walter Christaller. Ein Überblick über Leben und Werk", In EHLERS, Eckart et MEYNEN, Emil (éds), Geographisches Taschenbuch und Jahrweiser für Landeskunde, Wiesbaden, Steiner Verlag, 59-70.

INGRAO Christian, 2010, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS. Paris, Fayard.

ISTEL Wolfgang, 2002, Zentrale Orte und ihre Einzugsbereiche. Theorien, empirische Untersuchungen, raumordnerische Anwendungen bis 1945. Ein Lese- und Lehrbuch in zwei Teilen. Tl.1. Prae Christaller. Zentrale-Orte-Theorien und empirische Zentralitätsuntersuchungen zwischen 1809 und 1933/34. Entmytholosierung einer Theorie, München, Fachgebiet Raumforschung, Raumordnung u. Landesplanung, Techn. Univ. München.

JIANG Hongliang, 1993, "Distribution of rural centers near Chengdu in southwest China: a comparison with G. W. Skinner’s central place model", Erdkunde 47, 1993, No.3, 212-18 https://www.erdkunde.uni-bonn.de/archive/1993/distributions-of-rural-centers-near-chengdu-in-southwest-china-a-comparison-with-g.-w.-skinners-central-place-model (en ligne, consulté le 11.09.2019).

KANT, Edgar, 1935, Bevölkerung und Lebensraum Estlands. Ein anthropo-ökologischer Beitrag zur Kunde Baltoskandias, Tartu, Akadeem. Koop.

KEGLER Karl R., 2008, "Walter Christaller", In HAAR et FAHLBUSCH 2008, 89-93.

KEGLER Karl R., 2015, Deutsche Raumplanung. Das Modell der "Zentralen Orte" zwischen NS-Staat und Bundesrepublik, Paderborn, Ferdinand Schöningh GmbH.

KEGLER Karl R., 2016, "Zentrale Orte. Transfer als "Normalisierung"", ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, Translation as Critical Practice, Vol.15, No 1, 36-80 https:/acme-journal.org/index.php/acme/article/view/1080 (en ligne, consulté le 11.09.2019).

KEGLER Karl R. et STILLER Alexa, 2008, "Konrad Meyer", in HAAR et FAHLBUSCH 2008, 415-422.

KREBS Norbert, 1937, Atlas des deutschen Lebensraumes in Mitteleuropa. Im Auftr. d. Preuß. Akad. d. Wiss., Leipzig, Bibliograph. Inst.

LEWIS Mark Edward, 2006, The Construction of Space in Early China, Albany, State University of New York Press (SUNY series in Chinese philosophy and culture).

LIN Chao, 1981, "Some remarks on the nature of geography", Scientia Geographica Sinica. Abstract en anglais d’un texte en chinois http://en.cnki.com.cn/Article_en/CJFDTOTAL-DLKX198102001.htm (en ligne, consulté le 11.09.2019).

LIU Tao, TONG De et LI Guicai, 2015, "City Linkage Based on City Functional Network : Takin Zhujiang River Delta as An Example", Scientia geographica sinica, mars 2015 (texte en chinois, avec résumé en anglais)

LO Chor Pang, 1986, "Settlement, population and land use analyses of the North China Plain using shuttle imaging radar-A data", The Professional Geographer, Vol.38, No.2, 141 – 149. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1111/j.0033-0124.1986.00141.x (abstract en ligne, consulté le 11.09.2019).

LÖSCH August, 1944, Die räumliche Ordnung der Wirtschaft, Jena, Gustav Fischer. Texte réédité en 1962 : Stuttgart, Gustav Fischer.

LÖSCH August, 1954, The economics of location, New Haven / London, Yale university press (traduction de LÖSCH 1944 par WOGLOM William H.).

LÖSCH August, 1995, 經濟空間秩序:經濟財貨與地理間的關係 / Jīngjì kōngjiān zhìxù: Jīngjì cáihuò yǔ dìlǐ jiān de guānxì [[L’ordre économique spatial. La relation entre l’économie et la géographie], Beijing, Commercial Press (traduction de LÖSCH 1944 par WANG Shouli).

LU Dadao, 1979, "工业区的工业企业成组布局类型及其技术经济效果 / Gōngyè qū de gōngyè qǐyè chéng zǔ bùjú lèixíng jí qí jìshù jīngjì xiàoguǒ" [Le type d'entreprises industrielles dans les zones industrielles et leurs effets techniques et économiques], Acta Geographica Sinica, 1979, 34/3, p. 248-264.

LU Dadao, 2001, "An Analysis of Spatial Structure and Optimal Regional Development", Scientia Geographica Sinica, Vol.56, No 2, 127-135: Abstract en anglais d’un texte en chinois.

LU Dadao, 2002, "Formation and Dynamics of the ‘Pole-Axis’ Spatial System", Scientia Geographica Sinica, Vol.22, No. 1, 2002, p. 1-6: Abstract en anglais d’un texte en chinois.

LU Dadao, 2011, "地理人生之路 / Dìlǐ rénshēng zhī lù" [Itinéraire de vie d’un géographe]: http://www.zwbk.org/zh-tw/Lemma_Show/169414.aspx (texte en chinois en ligne, consulté le 12.09. 2019).

LU Dadao et FAN Jie, 2010, Regional Development Research in China: A Roadmap to 2050, Beijing, Science Press; Heidelberg, Springer.

LU YuQi, YUAN LinWang et ZHONG YeXi, 2011, "Evolutionary model of the central place hierarchical system", Science China Earth Sciences. Abstract en anglais d’un texte en chinois https://link.springer.com/article/10.1007/s11430-011-4247-5 (en ligne, consulté le 8.09.2017).

MALUTTA Elisa et PAGNINI Paola, 1980, Le località centrali della Germania meridionale : un'indagine economico-geografica sulla regolarità della distribuzione e dello sviluppo degli insediamenti con funzioni urbane, Milano, F. Angeli (Geografia umana 31). Traduction de CHRISTALLER 1933a.

MEI Wénhuà de Hán, 2014, "克里斯泰勒中心地理论在华传播史 / Kèlǐsītàilēi zhōngxīn dì lǐlùn zài huá chuánbò shǐ" [Histoire de la diffusion en Chine de la théorie des lieux centraux de Christaller]. Le nom d’auteur est un pseudonyme (ironique !) qui signifie "Han (un patronyme probablement imaginaire) sans culture" : https://book.douban.com/review/6623446/ (texte en chinois, consulté le 12.09.2019).

MICHALAKIS Mélétis et NICOLAS Georges, 1986, "Le cadavre exquis de la centralité", Eratosthène-Sphragide 1, 15-87 et Cyberato, Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et mémoires ; http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/cadavre-exquis-centralite (en ligne, consulté le 12.09.2019).

MO Zhejuan, 2014, Foshan : un modèle chinois de la sous-métropolisation. Mutation des formes de l’urbanité ; du bourg-marché à la sous-métropole, Bibliothèque numérique Paris 8, Thèse http://octaviana.fr/document/18577461X#?c=0&m=0&s=0&cv=0 (en ligne, consulté le 12.09.2019).

MO Hui-hui, JIN Feng-jun, LIU Yi et WANG Jiao-e, 2010, "Network analysis on centrality of airport system", Scientia Geographica Sinica. Abstract en anglais d’un texte en chinois : http://geoscien.neigae.ac.cn/EN/10.13249/j.cnki.sgs.2010.02.204 (en ligne, consulté le 12.09.2019).

NAYAK Anoop and JEFFREY Alex, 2011, Geographical thought. An introduction to ideas in human geography, Harlow, England, Prentice Hall.

NICOLAS Georges, 2009, "Walter Christaller From "exquisite corpse" to "corpse resuscitated"", S.A.P.I.EN.S, 2.2 | http://sapiens.revues.org/index843.html (en ligne, consulté le 12.09.2019). Même texte en français : "Walter Christaller : du "cadavre exquis" au "cadavre ressuscité"". Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et mémoires, http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/%C2%AB-walter-christaller-%C2%AB-cadavre-exquis-%C2%BB-au-%C2%AB-cadavre-ressuscite-%C2%BB-%C2%BB (en ligne, consulté le 12.09.2019).

NICOLAS Georges, 2019, "Science et idéologie. Walter Christaller : épistémologie modélisatrice ou principiante ?", Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et mémoires http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/science-ideologie-walter-christaller-epistemologie-modelisatrice-ou-pr (en ligne, consulté le 21.11.2019).

NICOLAS Georges et RADEFF Anne, 2015, "Walter Christaller : les "principes" ("Prinzipien") d’un géographe totalitaire opportuniste". Cyberato, Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et Mémoires, http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/walter-christaller-principes-prinzipien-d%E2%80%99-geographe-totalitaire-oppor (en ligne, consulté le 12.09.2019).

NING Yuemin, 1996, "Réseaux urbains et économie de marché", in BURGEL et al. 1996, 69-82

NING Yuemin et YAN Zhongmin, 1994, "The uneven development and spatial diffusion of Chinese central cities", Chinese Geographical Science, Vol.4, No.2, 119-128.

NIU Yafei, 1989, "Study on central place model: case studies of urban and town network optimal designing in Ganyu and Guanyun counties, Jiangsu province", Acta Geographica Sinica, Vol.56, No 2, 167-173. Texte en chinois, abstract en anglais.

PIMPANEAU Jacques, 1998, Morceaux chinois de la prose classique chinoise, t. 1, Paris, You Feng.

PIMPANEAU Jacques, 2004, Chine : Culture et traditions, Arles, Philippe Picquier (Collection Chine).

PRESTON Richard E., 2009, "Walter Christaller’s Research on Regional and Rural Development Planning During World War II", Manuskripte zur empirischen, theoretischen und angewandten Regionalforschung (METAR) - Papers in Metropolitan Studies, 52, https://refubium.fu-berlin.de/handle/fub188/18437 (en ligne, consulté le 12.09.2019).

PUMAIN Denise, 1994-2003, "La modélisation des réseaux urbains", lshs-00000477v2, http://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/docs/00/00/05/17/PDF/Later.pdf?origin=publication_detail (en ligne, consulté le 06.10.2019). Texte rédigé en 1994 pour Archives ouvertes (Paris I) Vol.5, No.17, mis en ligne en 2003.

PUMAIN Denise et SAINT-JULIEN Thérèse, 2010, Analyse spatiale, t. 1, Les localisations ; t. 2, Les interactions, Paris, Armand Colin (Cursus. Géographie).

RADEFF Anne, 2012, "Hexagones sans centre, centres sans hexagone. Géographes de langue allemande et système christallérien, 1933-2010", Cybergeo : European Journal of Geography. Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, http://cybergeo.revues.org/24958 (en ligne, consulté le 12.09.2019).

RADEFF Anne et NICOLAS Georges, 2014a, "Traduire, interpréter et fabriquer des "cadavres exquis" : zentrale Orte (1933), central places (1957-1966), lieux centraux (1964), places centrales (1973), località centrali (1980)". Cyberato, Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et mémoires, http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/traduire-interpreter-fabriquer-cadavres-exquis-zentrale-orte-1933-cent (en ligne, consulté le 12.09.2019).

RADEFF Anne et NICOLAS Georges, 2019, "Des mythes de l’autarcie et de la centralité à la centralité-décentralité. Logiques spatiales de consommations paysannes sous l’Ancien Régime", in FERRAND Guilhem et PETROWISTE Judicaël éds, Le nécessaire et le superflu. Le paysan consommateur, Toulouse, PUM, 251-263 (Actes des 36e Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 17-18 octobre 2014 ; volume XXXVI).

RIQUET Pierre, 1988, "Commentaire [sur "Géographie et national-socialisme" par Mechtild Rössler]", Espace géographique, Vol.17, No.1, Géographie et nazisme - Géographie et philosophie, 12-13.

ROBIC Marie-Claire, 1982, "Cent ans avant Christaller ... Une théorie des lieux centraux", Espace géographique, Vol.11, No.1, 5-11.

ROBIC Marie-Claire, 2001, "Walter Christaller et la théorie des "lieux centraux" : Die zentralen Orte in Süddeutschland" (1933)", in LEPETIT Bernard et TOPALOV Christian éds, La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 151-189 (texte) et 364-373 (notes).

RÖSSLER Mechtild, 1988, "Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d'une relation problématique", L'espace géographique, Vol.17, No.1, 5-14.

RÖSSLER Mechtild, 1989, "Applied geography and area research in Nazi society: central place theory and planning, 1933 to 1945", Environment and Planning D: Society and Space, Vol.17, No.4, 419-431.

RÖSSLER Mechtild, 1990, "Wissenschaft und Lebensraum". Geographische Ostforschung im Nationalsozialismus. Ein Beitrag zur Disziplingeschichte der Geographie, Berlin/Hamburg, Dietrich Reimer Verlag.

RÖSSLER Mechtild et SCHLEIERMACHER Sabine éds., 1993, Der "Generalplan Ost". Hauptlinien der nationalsozialistischen Planungs- und Vernichtungspolitik, Berlin, Akademie Verlag.

SANJUAN Thierry, 2009, Atlas de Shanghai, Paris, Autrement (Atlas mégapoles).

SCHULTZ Hans-Dietrich, 1980, Die deutschsprachige Geographie von 1800 bis 1970. Ein Beitrag zur Geschichte ihrer Methodologie, Berlin, Geographisches Institut der Freien Universität Berlin (Abhandlungen des Geographischen Instituts – Anthropogeographie, 29)

SKINNER G. William, 1964-1965, "Marketing and social structure in rural China, Parts I, II, and III", Journal of Asian Studies, Vol.24, No.1, 3–44; Vol.24, No.2, 195–228; Vol.24, No.3, 363–99. Traduit en chinois en 1998.

SKINNER G. William éd., 1977, The City in Late Imperial China, Stanford Calif., Stanford University Press (Studies in Chinese society). Traduit en chinois en 1991.

SHAO Qingyu, 1984 et 1985, "The issues in regional planning in China" in DIAMOND et al., 51-54 et in HOTTES et al., 1985, 100–108.

SHAO Qingyu, 1990, "美国地理学史 / Měiguó dìlǐ xuéshǐ" [Histoire de la géographie américaine], 中国大百科全书 / Zhōngguó dà bǎikē quánshū [Encyclopédie de la Chine], Vol.地理学 / Dìlǐ xué Dilixue [Géographie].

SONG Jiatai et GU Chaolin, 1988, "Theory and methodology of urban system planning", Acta Geographica Sinica. Abstract en anglais d’un texte en chinois http://www.geogsci.com/EN/abstract/abstract20491.shtml (en ligne, consulté le 12.09.2019).

SUGIURA Yoshio, 1997, "On Theory and Verification in Christaller: Analysis and Speculation", Geographical Reports of Tokyo Metropolitan University, Vol.32, 87-102.

SUGIURA Yoshio, 2003, "Christaller in Weimar Germany: a history before the birth of central place theory", The human geography (Jimbun-Chiri), Vol.5, 407-427.

TAO Xiaofan, 2012, Le Yangzi, du fleuve à la région ? Les recompositions spatiales de l'urbain et les politiques d'aménagement d'un grand bassin hydrographique, thèse, Géographie. Université Panthéon-Sorbonne – Paris I : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00756922/document (en ligne, consultée le 12.09.2019)

TANG Jianzhong, YÁN Zhòngmǐn, 1985, "Shànghǎi shì jīngjì fāzhǎn de kōngjiān fēnxī [A spatial analysis of Shanghai’s economic development]" (en chinois, abstract en anglais), Dìlǐ yánjiū [Geographical research], Vol.4, No.3, 5-13. http://www.dlyj.ac.cn/CN/10.11821/yj1985030002 (abstract en anglais en ligne, consulté le 12.09.2019).

THÜNEN Johann Heinrich von, 1826-1875, Der isolierte Staat, Hamburg, Perthes, Rostock, G.B. Leopold et Berlin, Wiegandt, Hempel & Parey.

TURGOT Anne-Robert-Jacques, 1751, Œuvres de Turgot et documents le concernant, Gustave Schelle éd., Paris, Alcan, vol I, 255-274 : Plan d'un ouvrage sur la géographie politique.

URRUTIA Miguel, "The political viability of regional planning: a preface", in DIAMOND et al., 1984 et HOTTES et al., 1985, IX-X.

VANCE James E. Jr, 1970, The merchant’s world: the geography of wholesaling, London, Prentice-Hall, Inc. Englewood Cliffs, N.J.

WANG Zheng, 2017, Principles of Regional Science, Singapore, Springer (New frontiers in regional science: Asian perspectives, 15).

WEBER Alfred, 1909, Über den Standort der Industrien. Erster Teil: Reine Theorie des Standortes. Mit einem mathematischen Anhang von G. Pick, Tübingen, J. C. B. Mohr (P. Siebeck).

WU Chuan-Chun, "An outline of the chinese planning system", in DIAMOND et al., 1984, 13-14.

XUE Ling, LUO Bai-yu, WENG Jin, 2010, "Dynamic simulation of central place by using agent-based modeling", Geographical Research, http://www.oalib.com/paper/1571122 (en ligne, consulté le 12.09.2019).

YÁN Zhòngmǐn, 1964, "城市的系统 / Chéngshì de xìtǒng" [Le système urbain], 地理译丛 / Dìlǐ yì cóng [Série de traductions géographiques], Vol.4, 52-55.

YÁN Zhòngmǐn, LIÚ Jūndé, SŪN Dàwén, LÚ Qídá, 1964, "试论苏锡地区农业发展与中小城镇的关系 / Shì lùn sū xī dìqū nóngyè fāzhǎn yǔ zhōngxiǎo chéngzhèn de guānxì" [Essai théorique sur la relation entre le développement agricole et les petites et moyennes villes du district de Soochow-Wusi], 地理学报 / Dìlǐ xuébào [Revue des sciences géographiques], Septembre 1964, Vol.30, No.3, 234 – 247 http://www.geog.com.cn/CN/volumn/volumn_2227.shtml (consulté le 12.09. 2019).

YANG Wuyang, 1990, "The context of Beijing's commercial network —an empirical study on the central place model", GeoJournal, Vol.21, Nos.1-2, 49-55.

YE Danian, XU Wendong, HE Wei & LI Zhe, 2001, "Symmetry distribution of cities in China", Sciences in China Series D: Earth Sciences, Vol.44, No.8, p. 716–725.

ZHANG Dawei, 2010, "代序 : 克里斯塔勒写中心地理论 / Dàixù: Kèlǐsītǎ lēi xiě zhōngxīn dì lǐlùn" [Préface : Christaller et la théorie des lieux centraux], in CHANG et WANG 2010, V-XIII (texte en chinois, précédemment publié dans la revue Sciences Humaines et Géographie, n° 4, 1989 décembre ; Association de la science géographique de Chine, Section sciences humaines et géographique, Laboratoire des sciences humaines et géographiques, Institut des langues étrangères de Xi’an).

ZHU Linqi, LI Qiuyu et LIU Jisheng, 2016, "Spatial and temporal difference and spatial distribution of tourism development in Jilin province", Scientia Geographica Sinica. Abstract en anglais d’un texte en chinois http://geoscien.neigae.ac.cn/EN/10.13249/j.cnki.sgs.2016.03.014 (en ligne, consulté le 12.09.2019).

Zhouli (pinyin : Zhōulǐ, 周禮), traduit par BIOT, Edouard, Tcheou li, ou Rites des Tcheou, Paris, Imprimerie nationale, 1851, 2 tomes, https://www.chineancienne.fr/king/tcheou-li-trad-ed-biot/ (en ligne, consulté le 12.09.2019).

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Traduction en français de la préface de la traduction en chinois de Die zentralen Orte in Süddeutschland

Traduction française des pages III à XII réalisée en 2016 par Xiaowei SUN, maître de conférences en droit public, Université Bourgogne Franche-Comté, Centre de Recherches Juridiques de Franche-Comté, expert judiciaire près la Cour d’Appel de Besançon.

Notes sur les modalités de la traduction chinoise

La thèse de Walter Christaller, traduite en chinois, publiée en 1998, est republiée en 2010 : 德国南部中心地原理 / Déguó nán bù zhōng xīn de yuán lǐ, Beijing : The Commercial Press, 2010, 456 p., et éditée sous la responsabilité de CHANG, Zhengwen, WANG, Xingzhong et al.20. A la différence des traductions dans des langues occidentales, réalisées par un ou deux traducteurs (BASKIN, 1957 et 1966 ; MALUTTA et PAGNINI, 1980 ; DJAMENT et COVINDASSAMY, 2005 ; présentation critique de ces traductions : RADEFF et NICOLAS, 2014a), la traduction a été réalisée par une équipe de douze personnes (la liste est donnée dans l’annexe 2). Une autre différence importante entre cette traduction chinoise et la traduction en anglais doit être soulignée. La traduction en anglais de Carlisle W. BASKIN (BASKIN, 1966) est couramment utilisée par de nombreux chercheurs qui ne lisent pas l’allemand. Paul CLAVAL la recommande ainsi aux lecteurs francophones : "A l’heure actuelle, l’ouvrage est plus accessible dans sa récente traduction anglaise : Central places in Southern Germany" (CLAVAL, 1968, p. 16, note 48). Or, cette traduction ne concerne que les deux tiers de la thèse de Christaller alors que les traducteurs chinois ont repris la totalité du livre, ainsi que toutes les figures, les cartes et les annexes. Mais ils ont travaillé de manière particulière : une première traduction a été effectuée sur la base de la version anglaise. Elle a ensuite été confrontée à la version allemande : "la correction des premières épreuves a été effectuée selon la version allemande (les inconvénients issus de la version anglaise ont été corrigés en fonction de la version allemande)" (ZHANG 2010 p. III).

Le titre allemand original (Les lieux centraux en Allemagne du sud. Une recherche géographique et économique sur la régularité de la diffusion et du développement des lieux ayant des fonctions urbaines) a été raccourci et modifié. Il est devenu : Théorie des lieux centraux en Allemagne du Sud, sans sous-titre21. Le mot "théorie" n’est pourtant pas utilisé par Christaller, qui désigne en 1933 ses concepts comme un "système" (System) (NICOLAS et RADEFF, 2015). Une brève introduction (p. III-IV), signée par "le (ou les) traducteur(s) " (il n’y a pas de différence entre le singulier et le pluriel en chinois), datée du 26 décembre 1990, précise que le titre originel a été "modifié" "afin d’éviter les ambiguïtés", sans définir quelles sont ces ambigüités.

Traduction des p. III-IV : "Méthode de traduction"

L’objet de notre traduction est l’un des ouvrages fondateurs de la géographie urbaine moderne. Afin d’assurer l’exactitude de sa traduction en langue chinoise, et soucieux de la conformité par rapport au texte original, nous avons choisi une version traduite en langue anglaise (1966, Prentice-Hall, Englewood Cliffs J.) et une version en langue allemande (1968, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt). La traduction est effectuée sur la base de la version anglaise, tandis que la version allemande sert en tant qu’outil de vérification. S’agissant de l’opération de la traduction, il convient d’apporter les précisions suivantes :

  1. Il existe certaines différences au niveau linguistique entre la version anglaise et la version allemande : la traduction anglaise transforme souvent des phrases allemandes, trop longues, en plusieurs phrases courtes ; les traductions anglaises de certaines expressions allemandes sont littéraires (et non littérales). La correction des premières épreuves a été effectuée selon la version allemande (les inconvénients issus de la version anglaise ont été corrigés en fonction de la version allemande), le cas échéant, certaines notes en langue anglaise ou allemande sont ajoutées. Des explications sont également ajoutées lorsqu’il y a des différences importantes entre version anglaise et version allemande.

  2. Vu que la version anglaise a supprimé les chapitres II à V de la partie III, ainsi que les annexes 2 à 6, nous les ajoutons selon la version allemande.

  3. La traduction anglaise ajoute parfois des éléments, voire des phrases, entre les parenthèses afin d’expliciter certaines notions allemandes. Nous nous conformons à la version allemande et effaçons la plupart de ces ajouts.

  4. La traduction anglaise utilise l’italique ou les guillemets sur certains termes. Traduits en langue chinoise, lors de la première apparition de ces termes, ils sont, soit suivis des explications en anglais, soit soulignés.

  5. Lorsque la composition ou la prononciation d’un mot est sémantiquement signifiante, ce même mot est conservé après sa traduction en langue chinoise.

  6. La version anglaise contient non seulement des notes en langue allemande, mais aussi certaines notes émises par le traducteur anglais. Vu que ces notes sont toutes utiles pour la lecture et la compréhension, nous les reprenons toutes en les traduisant en langue chinoise et, le cas échéant, en indiquant les notes anglaises. Si nécessaire, nous nous permettons d’émettre des notes de notre part.

  7. La traduction des noms étrangers est effectuée selon le Manuel de traduction des noms et prénoms anglais, Commercial Press, et selon les traductions communément conçues de la communauté de recherche. Lors de la première apparition d’un nom traduit, il est suivi de la version libellée en sa langue originale. Vu que parfois l’auteur ne mentionne que les prénoms de certaines personnes, et que les prénoms sont parfois identiques, nous ajoutons des notes indiquant les noms entiers de ces personnes, tout en respectant le texte original où les noms de familles sont absents.

  8. La traduction des noms des lieux est effectuée selon le Manuel de traduction des noms des lieux du Monde, Commercial Press, et selon l’Atlas du Monde, Sinomap Press. En cas d’absence de référence d’un lieu dans lesdits ouvrages, la traduction est effectuée en fonction de la prononciation du nom du lieu et suivie dudit nom libellée en sa langue originale.

  9. Afin d’éviter les ambiguïtés, le titre de l’ouvrage traduit en langue chinoise est modifié comme suit : Théorie des lieux centraux en Allemagne du Sud.

[Signature de cette préface :] Traducteur, le 26 décembre 1990

Traduction des p. V-XIII : Christaller et la théorie des lieux centraux22

Dans une lettre à Christaller, en date du 22 avril 1945, le géographe américain E. L. Elman [erreur du texte chinois : en réalité Edward Ullman] a écrit : "J’ai eu l’honneur d’avoir connu votre ouvrage avant la Guerre, et ai appliqué votre théorie aux États-Unis d’Amérique. […] Mon humble travail intitulé "Une théorie de la localisation pour les cités" (A Theory of Location for Cities) vous doit énormément.".

Grâce à l’article d’Elman [pour Ullman] (publié en 1941), la théorie des lieux centraux de Christaller a été introduite dans la communauté de la recherche géographique américaine. Toutefois, comme cet article a été publié dans une revue de la science sociologique, et non géographique, et son auteur étant un jeune géographe néophyte, peu de géographes américains étaient au courant de cette publication. Il faut attendre jusqu’aux années 1960 pour que la théorie des lieux centraux fût enfin réintroduite aux États-Unis, et développée par W. L. Garrison et ses collègues.

Aujourd’hui, Christaller est considéré comme l’un des fondateurs de la géographie urbaine. Étudiée par nombre de géographes, sa théorie est devenue l’une des classiques de la science géographique, et entre dans les manuels universitaires. Or, toute sa vie fut marquée par la précarité dans la mesure où aucun poste d’enseignement ou de recherche ne lui a été proposé. Sa thèse intitulée Les lieux centraux en Allemagne du Sud, préconisant sa théorie des lieux centraux, a non seulement été mal reçue lors de sa publication, mais était encore ignorée par Carl Troll lorsque ce dernier commentait, en 1947, l’état de la recherche géographique en Allemagne entre les deux Guerres. Les raisons d’une telle méconnaissance sont diverses. Aux niveaux scientifique et philosophique, la tentative de Christaller d’expliquer le système des lieux centraux et leurs réseaux hiérarchisés par un modèle standard et théorique était incongrue à l’égard de l’opinion dominante de l’époque. Quant aux raisons sociales et politiques, nous les développerons plus tard.

Walter Christaller naquit le 21 avril 1893 dans une famille de pasteur protestant à Berneck. Son grand père, Johann Gottlieb, lors de son départ en mission à la Côte de l’Or, jeta les bases de la recherche sur les langues de l’Ouest africain. Son père, Erdman, pasteur, fut prématurément mis à la retraite à cause de ses critiques envers l’église protestante. Sa mère, Helene, fut une romancière à succès, dont les œuvres se diffusaient largement au sein de la communauté féminine de l’époque. Plusieurs parents d’Helene étaient intéressés par la science géographique, tel que l’arrière-grand-père maternel de Christaller, qui dessina une carte géographique pédagogique destinée à l’enseignement, et entretint une amitié avec le géographe Alexander von Humboldt. Si Christaller avait hérité du côté de son père l’autonomie de la pensée, sa passion pour la science géographique serait originaire du côté de sa mère.

Peu de temps après son entrée à l’Université, éclata la Première Guerre mondiale. Après trois semestres de cours de philosophie et d’économie à Heidelberg puis à Munich, il fut mobilisé comme soldat puis officier. Il rentra à son pays natal après la Guerre. À ce moment, il inclinait au pacifisme et au socialisme, et vivait dans une précarité. Loin de ses vertes années, Christaller passa les dix ans suivants pour ses études et voyages, durant lesquels il suivit un semestre de cursus universitaire, et exerça des métiers tels que mineur, maçon et journaliste. De 1921 à 1924, il travailla dans une coopérative de construction à Berlin où il coécrit avec J. Lubahn un livre intitulé Pratique de la construction d’habitation. Dans ce livre, émergea son idée de la "réforme agraire". En 1928, il participa à une opération d’enregistrement des données de l’Empire allemand. Tel fut son seul travail relatif à la science géographique avant l’âge de 35 ans. Or, sa théorie, presque oubliée, et son talent en matière mathématique furent remarqués pendant cette opération. Son infortune personnelle permit en revanche l’émergence d’une nouvelle star au sein de la science géographique : les flux de ressources humaines (même quand ils sont contraints) favorisent en effet le développement de la recherche scientifique.

Les dix années de Christaller entre 1928 et 1938 furent consacrées a la recherche : il renoua avec la vie universitaire pour une troisième fois. À l’Université d’Erlangen, il obtint un diplôme d’études supérieures en 1930, puis un doctorat en 1932, où il enseigna depuis 1938. La thèse qu’il adressa à la Faculté de philosophie de l’Université d’Erlangen fut un travail scientifique considérable, tel fut l’ouvrage intitulé Les lieux centraux en Allemagne du Sud : une recherche économico-géographique sur la régularité de la diffusion et du développement de l’habitat urbain. Christaller fut élève d’Alfred Weber, fondateur de la théorie de la localisation industrielle, pour les études en économie. Il écrit en 1968 [ZHANG cite donc ici la traduction anglaise de la thèse de Christaller : BASKIN 1966] que sa thèse était inspirée des théories économiques. Ce faisant, il considéra sa thèse plutôt comme une étude de science économique. Or, les économistes n’y prêtèrent aucune attention. Il se tourna alors vers le géographe Robert Gradmann qui effectua des études remarquables sur la zone de l’Allemagne du Sud. Ce dernier, convaincu de la valeur de la thèse de Christaller, devint son directeur de thèse. À la suite de la soutenance de sa thèse, Christaller vit toujours dans la précarité. Afin d’être habilité pour enseigner à l’université, il prépara depuis 1933, après plusieurs interruptions, avec l’aide de Friedrich Metz, une habilitation, qu’il obtint enfin en 1938. Metz eut une haute estime pour Christaller, et le considéra comme "un chercheur et un penseur de grande perspicacité". Bien que sa thèse d’habilitation, intitulée Le mode d'occupation rural dans l’Empire allemand et ses rapports avec l'organisation des communes, fût publiée un an avant son habilitation par une maison d’édition importante en Allemagne, elle demeurait presque inconnue de la communauté de recherche géographique.

De telles frustrations il y eut plusieurs dans la vie de Christaller. Hormis les raisons susmentionnées, deux autres raisons sont encore importantes. À l’âge de 45 ans, Christaller débuta sa carrière universitaire avec une spécialité considérée comme trop "étroite". Il était jugé "inapte", malgré son habilitation. Son âge et sa spécialité d’origine (pas de la science géographique classique) constituèrent un grand obstacle à sa carrière. L’autre obstacle fut dû à son penchant socialiste. Dans le contexte de l’Allemagne fasciste, une telle position politique le mit dans une situation défavorable au sein de la communauté de recherche. Tel fut hélas l’un des exemples des chercheurs dont la capacité scientifique et l’aptitude d’enseignement furent jugées en fonction de leurs opinions politiques.

Il convient toutefois de souligner qu’en dépit de sa pensée socialiste, Christaller n’était assurément pas un communiste. Pis encore, au lieu de participer au mouvement antifasciste, il se résigna peu à peu au despotisme fasciste, en se contentant d’une vie relativement confortable et de l’opportunité des publications. Afin de voir l’application immédiate de sa théorie dans la pratique, il accepta même l’instrumentalisation politique de sa pensée scientifique. Cette tendance fut parfaitement illustrée par son rapport sur "Les lieux centraux dans les territoires conquis de l'Est et leur portée culturelle et de marché" et son article sur "La théorie spéciale et l’organisation spatiale", publiés en 1941. S’il est aisé de comprendre le désir d’un chercheur de voir appliquée sa théorie, la résignation au despotisme fasciste, voire l’adhésion au Parti Nazi, de Christaller fut une erreur grave et une tragédie. Quoi qu’il en soit, nous ne saurions amoindrir sa contribution scientifique par son erreur politique.

Depuis, plutôt pour des raisons financières, Christaller continua à rédiger des articles dans divers domaines. Bien que parmi la plupart de ces travaux fussent d’une grande qualité, ils demeurèrent incomparables à sa thèse. Toutefois, certains de ces travaux intéressants suscitèrent de vives discussions au sein de la communauté de la science géographique, et ce notamment ses articles relatifs au tourisme.

Le temps passa et s’écoula, les abîmes issus de la Seconde Guerre mondiale furent peu à peu réparés. La théorie de Christaller commença à être remarquée et revalorisée par la communauté internationale de la science géographique. Christaller fut honoré d’un titre scientifique qu’il eut mérité avec des allocations financières convenables. Dans les années 1960, il reçut des financements divers de la part du Président de la République fédérale d’Allemagne. En 1964, l'Association of American Geographers (AAG) lui décerna la médaille d’honneur en reconnaissance d’une contribution remarquable. En 1967, il reçut à Stockholm la médaille d’or d’Anders Retzius (attribué par la Swedish Society for Anthropology and Geography). En 1968, la Royal Geographical Society lui décerna la médaille Victoria. Dans cette même année, il obtint le doctorat honoris causa des Universités de Lund et de Ruhr [en réalité : Université de Bochum, dans la Ruhr]. Après 76 ans de vicissitudes, Walter Christaller décéda le 9 mars 1969.

La théorie générale de Christaller, relative à la structure communautaire de la société humaine et le système qui en découle, articulant les données de la géographie naturelle, la production et la demande sociales et les services sociaux du secteur tertiaire, ont largement contribué au développement de la science géographique moderne. La pensée géographique de Christaller se décline en plusieurs catégories.

D’abord, Christaller a, pour la première fois, intégré les services hors secteur de production dans le système général des activités économiques géographiques. La thèse de Christaller, rédigée en 1932 et publiée en 1933, a permis la première connexion entre deux mondes théoriques. Autrement dit, la théorie de Christaller nous a montré que pendant le développement économique capitaliste, la vente des produits et les opérations financières sont non seulement influencées par les éléments matériels tels que la qualité de produit et les coûts de production, mais sont aussi tributaires des services hors secteur de production. Les "astuces", naguère mystérieuses et impossibles à transmettre systématiquement, exposent leur vraie nature devant la théorie de Christaller : elles ne sont que l’une des composantes d’un système organique, qui se connecte à la phase de production et la complémente le cas échéant. En un mot, à travers la théorie de Christaller, les "expériences" monopolisées par un nombre restreint de gestionnaires sont transformées en une théorie de gestion économique dont bénéficient tous les gestionnaires.

De surcroît, selon la théorie de Christaller, quelle que soit la taille du lieu d’activités économiques, sa configuration est toujours hétérogène et, par conséquent, il existe toujours une différence entre les lieux centraux et les zones périphériques. Bien que le caractère hétérogène des objets soit très tôt reconnu au niveau philosophique, la recherche d’une homogénéité dans le domaine économique persiste encore chez beaucoup de personnes. Au lieu de supprimer cette différence, la théorie de Christaller consiste à reconnaître scientifiquement l’existence d’une telle hétérogénéité en vue du développement économique.

En outre, dans sa théorie générale sur la structure des groupements sociaux des hommes, Christaller a établi un système hexagonal selon lequel le lieu central se situe au centre de l’hexagone. En termes d’efficience économique, il s’agit d’une structure idéale, notamment pour le calcul des coûts de transports en économie. Aujourd’hui, même si ces principes sont connus par la plupart des gens, ils ne sont toujours pas appliqués, de façon générale, dans le domaine de la gestion administrative des activités économiques. En effet, le périmètre traditionnel de la gestion administrative entrave en quelque sorte la formation de telles unités éco-géographiques, malgré leur pertinence. La théorie de Christaller a joué un rôle d’impulsion pour la recherche en vue de la résolution de cette contradiction. Il y a plus d’un demi-siècle, il a souligné la fonction déterminante des transports lors de la conception de la structure hexagonale. Les différences en termes de l’efficacité des transports liées aux différences géographiques déforment inéluctablement les hexagones, de sorte que les lieux centraux ne sont plus exactement aux centres des hexagones. En conséquence, la structure hexagonale n’est qu’un modèle idéal et pédagogique, afin de définir la vraie position des lieux centraux, il faut prendre en compte tous les éléments susceptibles d’affecter la régularité de l’hexagone. En raison de l’existence de ces éléments, les hexagones situés aux zones périphériques des lieux centraux changent de forme. Afin de trouver la forme la plus adéquate d’une unité éco-géographique, une attention doit être portée sur les demandes internes de l’unité, sur sa connexion externe, ainsi que sa relation avec les lieux centraux à l’échelon supérieur.

Enfin, Christaller a classé les unités éco-géographiques en plusieurs niveaux, cette classification offre un outil important pour l’étude de la structure éco-géographique. Il a souligné que les lieux centraux de chaque unité éco-géographique ont le rôle de fournir les marchandises et prestations de service aux zones périphériques. À ce titre, il convient de distinguer les lieux centraux de grande taille de ceux de petite taille. La capacité des lieux centraux de petite taille de fournir des marchandises et prestations de service est limitée tant au niveau de la quantité qu’au niveau de la variété, tandis que le périmètre de leurs zones périphériques est restreint. En revanche, les lieux centraux de taille relativement grande peuvent offrir plus de marchandises et prestations de service et de façon plus variée, sachant que le périmètre de leurs zones périphériques est relativement large. En tout état de cause, plus est élevé le niveau des lieux centraux, plus nombreuses et plus variées sont les marchandises et prestations de service qu’ils peuvent fournir.

Comme l’a souligné Christaller, sa théorie des lieux centraux a été une sorte de complément du modèle de localisation agricole de von Thünen et du modèle de localisation industrielle d’Alfred Weber. Le mérite de Christaller est d’avoir établi la notion de "marchandise centrale" d’une part, et d’avoir élargi la notion de marchandise d’autre part. Il a souligné que le mouvement vers le centre est l’une des caractéristiques fondamentales des objets. La notion de marchandise centrale constitue dès lors un nouvel objet de recherche pour la géographie économique et la géographie commerciale. L’élargissement de la notion de marchandise consiste, quant à lui, à intégrer les services hors secteur de production — dorénavant nommés comme services du troisième secteur — dans la catégorie des marchandises. Ainsi, Christaller a saisi le sens de cet élément éco-géographique hors secteur de production qui avait échappé jusqu’alors aux théories de localisation de Thünen et de Weber. Cette contribution a ajouté une dernière pierre à l’édifice de la théorie spatiale des activités économiques.

La théorie des lieux centraux de Christaller a été remarquée dès les années 1940 par l’économiste A. Lösch. Ce dernier a continué à démontrer la structure hexagonale des unités éco-géographiques dans ses propres ouvrages. Christaller a en effet offert un outil de comparaison des divergences observées entre les lieux différents du Monde. La pratique montre que les catégories spatiales réelles ne correspondent pas aux modèles théoriques présupposés. Comme il a été mentionné plus haut, la structure hexagone conçue par Christaller est un modèle mathématique idéal. Sachant que l’idéalisation constitue l’une des méthodes de la recherche scientifique, nous soutenons que non seulement les limites de la théorie de Christaller dues à son idéalisation ne constituent pas un défaut fondamental, au contraire, l’introduction d’un modèle idéal dans le domaine de la science géographique a eu pour effet de fonder une nouvelle discipline : la géographie quantitative. Même si la théorie de Christaller avait ses limites, elle a tout de même contribué aux recherches de la catégorisation et de la classification des groupements humains, et a inspiré nombre de chercheurs pour des études ultérieures. La contribution apportée par Christaller au développement de la science géographique moderne est indéniable.

Après cette présentation brève de la vie et de l’apport scientifique de Christaller, il convient de rappeler le sort de sa théorie. Les recherches principales de Christaller ont été effectuées en 1932 [sic : dans doute une coquille pour 1933] où l’Allemagne était emportée par le nazisme. Face à une époque obscure et à un Monde troublé, il a appliqué sa théorie au profit de la politique du Parti national socialiste. Cela a inéluctablement entravé la diffusion de sa théorie au milieu des chercheurs inclinant à l’esprit démocratique (notamment en Europe). En effet, les préjugés issus des deux Guerres ont empêché la reconnaissance objective des résultats de recherche, et notamment en matière des sciences sociales, entre les chercheurs des camps opposés. C’est pourquoi la théorie des lieux centraux a d’abord été remarquée et appliquée par les pays tels que la Suède, les États-Unis d’Amérique et le Canada, qui ont relativement moins subi les désastres des deux Guerres. Avec le temps, et surtout avec l’amélioration des relations entre les peuples impliqués dans les Guerres, l’analyse scientifique s’est peu à peu substituée au jugement idéologique et politique, de sorte que la théorie de Christaller a été revalorisée. Après le Second Conflit mondial, ses ouvrages, traduits en anglais, ont enfin suscité l’attention des géographes dans le Monde entier. Sa théorie a été pour la première fois introduite dans notre pays en 1964. Toutefois, pour des raisons que nous savons tous [l’auteur fait sans doute ici référence à la révolution culturelle en Chine : 1966-1968], cette théorie n’a pas été sérieusement prise en considération pendant longtemps. Il faut attendre les années 1980 pour qu’elle soit de nouveau analysée.

Le sort de la théorie de Christaller montre que la diffusion d’une théorie scientifique peut être entravée par des barrières politiques, et qu’il faut parfois assez longtemps pour franchir ces barrières. Heureusement, Christaller a été honoré pour son mérite, mais il est regrettable que cette récompense n’ait été attribuée que seulement avant ses derniers jours. L’humanité doit tirer les leçons de cette erreur : nous devons nous efforcer de regarder impartialement tous les savoirs comme une richesse commune de notre espèce.

(Signature)
ZHANG Dawei
(Académie chinoise des sciences, Institut de recherche des sciences naturelles / Chinese academy of sciences, Research Institute of Natural sciences / 中国科学院自然科学研究所)

Annexe 2 : éléments biographiques et bibliographiques

1) YAN Zhongmin (1920-2017), l’introductrice des thèses de Christaller en Chine

La géographe qui a traduit l’article de Christaller de 1962, YAN Zhongming (pinyin : YÁN Zhòngmǐn, 严重敏), est la principale responsable de l’introduction de Christaller en Chine. Après des études à l’Université centrale de Shanghai, elle se rend en 1947 en Suisse, à l’Université de Zurich. Elle maîtrise donc l’allemand et a certainement rencontré à Zurich Hans Carol (1915-1971), qui connaissait personnellement Walter Christaller, et est alors premier assistant (Oberassistant) à l’institut de géographie. YAN Zhongming rentre en Chine en automne 1949, au moment de l'avènement de la République populaire de Chine par Mao. Dès 1952, elle enseigne au département de géographie de l'Université normale de Chine orientale (East China Normal University, à Shanghai), où elle occupera des fonctions importantes. Elle devient membre du Parti communiste en 1959. Elle a survécu à la Révolution culturelle (1966-1976) et continue à publier dans les années 1980-1990. Ses travaux sont connus à l’international ; en France, elle est membre d’honneur de la Société de Géographie (HÉ, 1992)23.

C’est en 1964 que YAN Zhongming publie un texte de Christaller en chinois, dans une revue spécialisée dans la traduction de textes géographiques (地理译丛 : Dìlǐ yì cóng : Série de traductions géographiques). Dans le même numéro, plusieurs géographes soviétiques signent d’autres traductions de textes de géographie physique ou humaine ; parmi eux, l’académicien Innokentiĭ Petrovich Guerassimov (1905-1985), directeur de l’Institut de géographie de l’Académie des sciences de l’URSS. Si les relations politiques entre la Chine et l’URSS sont mauvaises depuis la fin des années 1950, les relations scientifiques continuent donc à prospérer. Dans sa traduction, YAN Zhongming a parfois modifié le texte original de Christaller. Le titre, "Die Hierarchie der Städte" ("La hiérarchie des villes") devient "Le système urbain" (城市的系统. Chéngshì de xìtǒng). Deux des trois "principes" utilisés par Christaller dans ce texte sont traduits avec exactitude : celui d’approvisionnement (Versorgung : 供应 : gōngyìng) et celui de trafic (Verkehr : 交通 : jiāotōng). En revanche, alors que, pour le troisième principe, Christaller utilise tantôt le terme d’assignation [spatiale] (Zuordnung), tantôt celui d’administration (Verwaltung), tantôt les deux à la fois, la traductrice chinoise ne reprend que le second terme, beaucoup plus neutre idéologiquement (Verwaltung : 管理 : guǎnlǐ) (sur les principes christallériens : NICOLAS et RADEFF, 2015).

YAN Zhongming a publié de nombreux autres textes se situant dans une problématique christallérienne. Les références à l’idéologie communiste sont très présentes. En 1964, elle traite avec d’autres auteurs d’une région située dans la province du Jiangsu, au sud de Shanghai (YAN et al., 1964). Les auteurs expliquent, en citant comme références Le Capital de Marx et "le camarade Mao Zedong, qui nous a appris que l'agriculture est le fondement du développement de l'économie nationale", que "la formation et le développement de la ville ne peuvent être séparés de l'agriculture". Ils justifient leur travail de manière idéologique : "Ce n'est que dans une société socialiste de la dictature du prolétariat que cette relation fondamentale [entre villes et campagnes] peut être fondamentalement modifiée". Or, "dans la construction socialiste de la Chine, bien que le développement de l'industrie soit souvent le pilier du développement urbain, l’élément essentiel est le développement de l'agriculture." Pour y arriver, les auteurs créent une hiérarchie urbaine : les villes sont classées en six catégories, par fonctions. Ils proposent également d’utiliser une "base scientifique (科学依据, pinyin : kēxué yījù)". Il y a donc plusieurs notions proches de la vision spatiale christallérienne dans cet article : rôle fondamental de l’approvisionnement, hiérarchie, nécessité d’une base scientifique en géographie urbaine, mais Christaller n’est pas cité. YAN Zhongming ne le cite pas non plus dans des textes postérieurs, qui proposent pourtant aussi une classification hiérarchique des villes (TANG et YAN, 1985 ; NING et YAN, 1994).

2) LU Dadao (1940-), qui réintroduit Christaller en Chine après la Révolution culturelle

Né en 1940, Lu Dadao a fait ses études à l’Université de Pékin, qu’il a terminées en 1963. Il y a appris le russe et l’allemand, mais pas l’anglais, alors considéré comme symbole du capitalisme. Lu Dadao a fait deux séjours à l’Université de Bochum (celle qui a conféré à Christaller un doctorat honoris causa en 1968), en tant qu’étudiant (1980-1982) puis professeur invité (1992-1993).

On lit parfois (MEI 1964) que c’est dans un texte paru en 1979 que LU Dadao aurait réintroduit Christaller en Chine (LU, 1979). Ce n’est pas le cas : Christaller n’est pas cité (il n’y a aucune référence bibliographique) et aucune des nombreuses figures n’est triangulo-hexagonale. En revanche, le but de ce texte est proche des préoccupations de Christaller : LU Dadao veut former des "aires industrielles" en regroupant de manière "rationnelle" les industries "décentralisées" (cet éparpillement est la conséquence des objectifs du "Grand bond en avant" :1958 ss.) et un coefficient est calculé pour économiser le capital dans la localisation de ces aires.

Par la suite, LU Dadao – qui estime que l’Allemagne est "le meilleur des pays développés dans le domaine de la géographie moderne" (LU 2011) - citera Christaller à plusieurs reprises, dans la version allemande (LU 2001 ; LU et FAN 2010). Il ne préconise cependant pas une organisation spatiale hexagonale et propose d’aménager l’espace chinois selon un schéma en T liant la zone côtière chinoise à la vallée du Yangtze ; Shanghai, à l’intersection des deux, est le lieu central de premier niveau, les autres villes s’organisant de manière hiérarchique sur plusieurs niveaux. On retrouve donc la hiérarchisation christallérienne, mais le T remplace les hexagones. Cette stratégie de développement a été adoptée par le gouvernement chinois et LU Dadao continue à exercer une très forte influence dans son pays. En 2003, il a été élu à l’Académie chinoise des sciences. Il est actuellement rattaché à l’Institut des sciences et des ressources géographiques et président honoraire de la Société chinoise de géographie. En 2010, il propose : "a main framework system of Chinese urban development" valable jusqu’en 2050 qui n’a rien à voir avec le système christallérien (LU et FAN, 2010, p. 113).

3) ZHANG Dawei, le préfacier de la traduction de la thèse de Christaller

La préface précise que le préfacier, ZHANG Dawei (张大卫), est rattaché à l’Académie chinoise des sciences, Institut des sciences naturelles. CNKI recense plus de 500 textes où apparaît le même nom mais aucun lié à celui de l’Institut des sciences naturelles. ZHANG Dawei n’est pas parmi les membres de l’Académie chinoise des sciences, qui sont nommés à vie24, et il y a au moins trois personnes portant le même nom et le même prénom à l’Institut des sciences naturelles. L’une d’entre elles – peut-être l’auteur de la préface - a tenu un blog critiquant violemment l’ancien directeur de cet Institut en 200025. ZHANG Dawei n’a vraisemblablement pas beaucoup publié en dehors de cette préface, éditée en 1989 par l’Université de Xi’an, dans la province de Shaanxi.

4) Les traducteurs de la thèse de Christaller

Ces traducteurs sont au nombre de douze :
CHANG Zhengwen (notes en langue allemande) ;
WANG Xingzhong (préface, introduction) ;
LI Guicai (Partie I : chapitres I, II) ;
LÜ Kangshou (Partie I : chapitres III, IV) ;
CHU Xinzheng (Partie II : chapitres I, II) ;
LIN Chengce (Partie III : chapitre I) ;
LUO Wei (Partie III : chapitres II, III, IV) ;
HE Zhipo, GAO Yitang (Partie IV);
JI Yizhi, CHAO Baotong (annexes 1, 2, bibliographie).
Tableaux : ZHANG Jun.

Etant donné le très grand nombre de Chinois portant le même patronyme et parfois le même prénom, on trouve toujours de nombreuses occurrences en cherchant des informations sur les noms et prénoms de ces traducteurs. Par exemple, CNKI recense plus de 20'000 textes rédigés par des chercheurs portant le même nom et le même prénom que le traducteur des tableaux ZHANG Jun (张军), ou plus de 690 textes pour les personnes dénommées comme le traducteur de la préface et de l’introduction WANG Xingzhong (王兴中). De plus, à la différence du préfacier, les noms des traducteurs ne sont suivis d’aucune précision sur leur rattachement à une Université ou à un Institut.

Les résultats des recherches sur leurs noms et prénoms concernent donc des personnes exerçant des activités dans des secteurs divers, le plus souvent très éloignés de la géographie ou de la traduction. Lorsqu’on accole leurs noms à celui de Christaller, les deux premiers apparaissent en tant que traducteurs de Christaller, parfois aussi comme auteurs de sa thèse ! D’autres ont pu contribuer à la diffusion des idées de Christaller en Chine, mais de manière superficielle : Christaller est cité au passage, sans expliquer son système et sans le confronter à la réalité observée. C’est semble-t-il (sauf confusion entre deux auteurs portant les mêmes noms) le cas de LI Guicai, qui dirige en 2018 la School of Urban Planning and Design de l’Université de Péking à Shenzen (Christaller cité sans référence bibliographique) et de ZHANG Jun (qui cite le titre allemand, sans référence à la traduction chinoise) (LIU Tao et al. 2015 ; ZHANG Jun 2018)

Haut de page

Notes

1 Le mot "système" est utilisé dans ce texte pour désigner ce que d’autres auteurs appellent la "théorie" des lieux centraux : en effet, Christaller utilise en 1933 le mot système pour désigner son optimum et ne parlera de théorie qu’en 1952 (CHRISTALLER, 1952, p. 160-162).

2 Pour désigner les auteurs chinois dans cet article, selon l’usage, les patronymes, en capitales, précèdent les prénoms.

3 Pimpaneau cite le Zuozhuan, qui généralement daté du milieu du 4e siècle av. J.C., est une compilation très détaillée de faits et d’anecdotes historiques entre 722 et 464." (CHENG, 2014, p. 89, note 2).

4 Le Zhouli est "un classique chinois datant de la fin de la période des Printemps et Automnes (777-481 av. J.C.) ou de celle des Royaumes combattants (403-221 av. J.C.), dans lequel un modèle, de ville idéale est attribué aux rois de la dynastie Zhou (1122-256) du temps de sa prime splendeur" (BERQUE, 1997, p. 105).

5 Il y a cependant des chances que la "regional science" dont il est question dans ce texte ne soit pas uniquement celle de Walter Isard, car il ne commence à être connu que dans les années 60 aux Etats-Unis et après cette date dans le monde (BAILLY, 2009).

6 Voir l’annexe finale de ce texte "Eléments biographiques".

7 Voir l’annexe finale de ce texte "Eléments biographiques".

8 China National Knowledge Infrastructure : http://oversea.cnki.net/kns55/default.aspx ou en anglais http://en.oversea.cnki.net/kns55/brief/result.aspx?dbPrefix=CJFD.

9 1’202 textes avec l’écriture occidentale et 1'506 avec le nom en chinois recensés le 11.09.2019, pour une recherche qui n’est que partielle, selon la note en bas de page : "Only group the first 40,000 records, and only sort the first 8,000,000 records". Plus de 60 millions de titres sont répertoriés en septembre 2017.

10 Comme cela m’a été signalé par Thierry SANJUAN, responsable de la traduction de plusieurs articles de cette revue (BURGEL et al., 1996).

11 Cet article et la traduction ont été réalisés à partir de la réédition de 2010.

12 Il s’agit d’une publication par l’Université de Xi’an. Entre le texte de 1989 et celui de la préface, il n’y a pas d’autre modifications que deux abandons : celui de 9 notes bibliographiques (références en anglais et en chinois, rien en allemand) et une très brève conclusion dans laquelle ZHANG Dawei écrivait qu’il est nécessaire d’utiliser la théorie des lieux centraux pour mener une recherche systématique sur le processus d’urbanisation, sans pour autant citer le cas de la Chine.

13 Ces deux éléments m’ont été signalés par Karl R. Kegler, dans un mail daté du 01.08.2011. Je donne également les références à la traduction anglaise de Woglom. Cette traduction est complète, à la différence de celle de Christaller par Baskin (présentation de ces traductions dans : RADEFF et NICOLAS, 2014a). La traduction en français est faite à partir du texte allemand, dont la portée a été atténuée dans la traduction anglaise.

14 Sans la citer, ZHANG Dawei fait ici référence à YAN 1964a.

15 Ce paragraphe résume les éléments développés dans NICOLAS, 2019.

16 "Nous n’avons pas le droit de faire en sorte que le sang nordique, le sang de la race nordique, qui a toujours été la race principale, créatrice et dominante […] devienne quelque chose qui nous sépare. On ne peut tolérer que quelqu’un qui croit posséder un phénotype particulièrement souhaitable se croit plus valable et meilleur que quelqu’un d’autre qui, par exemple, aurait des cheveux noirs. […] Je ne considère pas le sang nordique comme ce qui nous sépare, mais comme la composante sanguine qui réunit toutes les parties de l’Allemagne" (CHAPOUTOT, 2014, p. 453 citant le discours de Heinrich Himmler devant de jeunes élèves à Plön du 20 novembre 1938).

17 Le paradigme de la géographie quantitative hypothético-déductif de l’analyse spatiale n’a pas remplacé le paradigme géographique descriptif classique. Il n’a fait qu’ajouter une branche à l’arbre foisonnant des géographies (BARNES, 1996 ; FERRIER, HUBERT et NICOLAS, 2005 ; NAYAK et JEFFREY, 2001).

18 Remarquons que Christaller n’utilise pas le terme de "modèle" pour nommer son système en 1933 ; il faut attendre pour cela la fin des années 1960 (CHRISTALLER, 1966, p. 36-37).

19 Sur les principes christallériens : NICOLAS et RADEFF, 2015 ; les notions en Chine ancienne, principalement CHENG, 2014 ; sur la Chine actuelle : lectures diverses.

20 Les patronymes, en capitales, précèdent les prénoms, selon l’usage chinois.

21 Traduction littérale : Dé guó (德国) : Allemagne (allemand + territoire) ; nán bù (南部) : partie sud (sud + partie) ; zhōng xīn (中心) : centre (milieu + cœur) ; dì (地) : lieu ; yuán lǐ (原理) : principe (originel + raison).

22 Article publié originairement dans la revue Géographie Humaine, n° 4, décembre 1989 ; Association de la science géographique de Chine, Section géographie humaine, Laboratoire de géographie humaine, Institut des langues étrangères de Xi’an.

23 Répertoire de la Société de géographie, 2011 : https://socgeo.com/wp-content/uploads/2016/11/bulletin-nc2b015-mep.pdf. Une biographie récente, avec sa photo : http://www.baike.com/wiki/%E4%B8%A5%E9%87%8D%E6%95%8F

24 http://english.casad.cas.cn/

25 http://blog.sina.cn/dpool/blog/s/blog_7210ee7d01010ex4.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La démarche modélisatrice guidant le plan de la thèse de Christaller. D’après DJAMENT-TRAN, 2014.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/33486/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 2 : Démarche principiante de Walter Christaller de 1933 à 1962
Crédits Sources principales : VANCE, 1970 ; BEGUIN, 1992 ; NICOLAS et RADEFF, 2015 ; KEGLER, 2015
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/33486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Radeff, « Walter Christaller traduit en chinois (1998-2010) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 921, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/33486 ; DOI : 10.4000/cybergeo.33486

Haut de page

Auteur

Anne Radeff

Privat-docent à l'Université de Berne, Switzerland
Professeur honoraire des Universités, France
anne.radeff@wanadoo.fr
http://www.anneradeff.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page