Navigation – Plan du site
2019

Bruneau Y., Laferté G., Mischi J., Renahi N. (dir.), 2018, Mondes ruraux et classes sociales, Paris, Éditions EHESS, En temps et lieux, 259 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1L’ouvrage Mondes ruraux et classes sociales retient particulièrement l’attention. Tous ceux qui, dans des contextes variés, chercheurs, acteurs, communicants, ont directement ou indirectement à mener une réflexion sur le monde rural seront bien inspirés de se plonger dans la lecture de cet ouvrage collectif. Sa qualité formelle est réelle. Les textes présentés suivant sept chapitres sont bien construits et toujours bien articulés à la problématique retenue par les auteurs. La cohérence d’ensemble est soulignée à la fois par une introduction substantielle, qui pose très clairement la problématique de départ, et par une conclusion tout aussi stimulante dans la mesure où elle ne s’attache pas à résumer l’ouvrage mais à en rappeler tout la portée.

2L’étude proposée s’inscrit dans la tradition des grandes enquêtes socio-anthropologiques. Elle résulte d’un travail collectif d’enquête multi entrées portant sur différents groupes sociaux dans une région rurale du centre-est de la France. Cette enquête a mobilisé une douzaine de chercheurs de l’INRA de 2007 à 2013, et s’est prolongée depuis par des enquêtes individuelles.

3Les auteurs, sociologues et anthropologues, livrent une approche très renouvelée d’un monde rural éloigné des grands centres urbains. Du fait des nombreuses entrées proposées et du pari fait de saisir ce milieu moins dans ses structures que dans les forces qui animent celles-ci, l’étude réussit à restituer d’une manière extrêmement vivante et approfondie la complexité et la force des dynamiques sociales qui s’y déploient, en articulation avec le contexte local.

4L’ouvrage reprend l’idée que le recours à l’analyse localisée permet de mieux caractériser les positions sociales quand elle cherche à identifier les relations concrètes qui se tissent entre groupes sociaux. Tout en restant attentive à la diversité de ces groupes et aux rapports de classe qui traversent ces territoires, l’étude a pour originalité de livrer une analyse relationnelle et localisée de ces rapports, d’approcher le rôle joué par les configurations socio-territoriales dans la constitution des dispositions sociales. Ainsi, comme le soulignent en introduction les directeurs du volume, Yvan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahi, loin d’être réduites à de simples catégories, « les positions sociales sont saisies dans un ensemble de relations incarnées, lui-même issu d’une histoire sociale singulière, qui à son tour détermine en partie les ressources que les individus et les groupes peuvent ou non accumuler au cours de leurs trajectoires » (p. 15).

5L’originalité de la démarche et la richesse des résultats rassemblés sont servies par une grande diversité des entrées d’étude. Ainsi, sept chapitres répondent à des questions majeures comme par exemple : comment localement jouer des situations de domination sans en être joué ? Comment l’accès à l’économie du bois fortifie-t-il les socialisations populaires ? Comment la gestion de l’interconnaissance locale interfère-t-elle dans les processus de domination associés au travail industriel ? Comment les sociabilités amicales peuvent-elles jouer sur l’engagement politique de personnes restées très éloignées jusque-là de la sphère de la vie locale ?

6Au terme d’une lecture attentive, il ressort des différentes enquêtes que l’état des positions sociales ne correspond que partiellement aux raisonnements empruntés aux représentations les plus courantes de la stratification sociale. L’originalité de l’ouvrage ne réside pas dans une découverte des décalages entre ces représentations courantes et celles que renvoie une analyse localisée des positions sociales. Elle apparaît dans la mise en lumière des nombreuses implications que cette localisation des positions sociales révèle, lesquelles vont bien au-delà de ce qui pourrait être vu comme de simples spécificités du terrain. Au total, cette approche localisée des relations entre groupes sociaux met à nu un ensemble de variations localisées qui interviennent bien dans les modes de détermination des positions sociales.

7Bien écrit et toujours très vivant, cet ouvrage stimule en permanence la réflexion sur les réalités sociales de ce monde rural de moins en moins bien connu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Bruneau Y., Laferté G., Mischi J., Renahi N. (dir.), 2018, Mondes ruraux et classes sociales, Paris, Éditions EHESS, En temps et lieux, 259 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 29 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/33599

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS-UMR Géographie-cités, France
therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page