Navigation – Plan du site
2019

Clerval A., Delage M. (dir.), 2019, Vivre à l’est de Paris. Inégalités, mobilités et recompositions socio spatiales, Paris, L’œil d’or, Critiques et cités, 349 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1Comme le souligne l’abondante bibliographie qui figure en fin d’ouvrage, inégalités, mobilités et recompositions spatiales sont, depuis de nombreuses années, au centre d’un grand nombre de recherches portant sur les espaces de vie et les modes de vie des Franciliens et, ce faisant, sur les dynamiques territoriales qui modèlent et remodèlent en permanence cet espace métropolitain. Nous disposons donc aujourd’hui, à la fois d’un vaste corpus de connaissances relativement bien consolidé et d’un repérage de nouvelles problématiques que les transformations de cet espace imposent à l’observateur.

2L’ouvrage coordonné par Anne Clerval et Mathieu Delage s’inscrit bien dans cet ensemble de travaux. Il en reprend les problématiques majeures autour des notions d’inégalité, de mobilité et de recomposition socio spatiale. Il le fait à propos d’un secteur Est de l’Île-de-France dont les contours ne sont pas fixés avec grand précision a priori et qui, de Paris, s’étend de la Seine au Sud, au canal de l’Ourcq au nord, incluant une grande partie du Val-de-Marne, le sud de la Seine-Saint-Denis et une partie de la Seine-et-Marne autour de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. Les éléments de réponse à l’interrogation d’ensemble sur le « vivre à l’est de Paris » sont apportés au fil des trois grandes parties de l’ouvrage.

3La première partie présente les dynamiques urbaines et sociales sur le temps long, ce qui est particulièrement éclairant ici pour comprendre les dynamiques contemporaines de ce secteur métropolitain rarement étudié en tant que tel. La deuxième partie s’attache aux disparités et inégalités sociales contemporaines du secteur. À partir des données du recensement de 2008 produites au niveau des communes et des quartiers IRIS, une géographie du logement est dressée en lien avec la répartition des groupes sociaux et celle des trajectoires résidentielles des accédants à la propriété. De plus, une enquête spécifique mise en œuvre pour les besoins de cette étude, permet aux auteurs de rendre plus précisément compte des trajectoires résidentielles des ménages populaires et de la géographie des personnes étrangères ou françaises par acquisition en Île-de-France. À partir de quelques explorations plus locales, la troisième partie tente de saisir les modes d’appropriation de l’espace et les représentations que peuvent avoir les résidents des espaces du quotidien et des politiques locales.

4L’originalité de cette étude tient d’abord au territoire retenu. L’Est francilien a rarement été observé en tant que tel comme une sorte de « système territorial », l’attention ayant été jusqu’ici plus souvent focalisée, soit sur la position de ce secteur dans l’architecture socio-résidentielle de l’ensemble de l’Île-de-France, ce que soulignent à leur tour les auteurs, soit sur des situations intra sectorielles spécifiques, qu’il s’agisse des deux grandes vallées de la Marne et de la Seine, de la partie nord du secteur vue avant tout comme une périphérie du pôle de pauvreté de la Seine-Saint-Denis ou encore de la ville de Marne-la-Vallée, irruption urbaine majeure et massive du dernier quart du XXe siècle. Or, précisément, les travaux présentés ici sous la direction d’Anne Clerval et de Mathieu Delage, qui s’appuient sur un appareillage documentaire d’une grande richesse, montrent que ce secteur Est a bien aussi été traversé, et ce depuis longtemps, par ses propres dynamiques socio-territoriales. Ces dernières y entretiennent aujourd’hui une réelle diversité socio-résidentielle et y alimentent des interdépendances de proximité particulièrement structurantes. En témoignent en particulier les représentations territoriales qui se manifestent dans différentes formes de mobilité, particulièrement bien explorées dans l’ouvrage, qu’il s’agisse des mobilités résidentielles proprement dites ou encore des choix résidentiels qui sous-tendent ces mobilités, en particulier ceux des nouveaux accédants à la propriété qui élisent l’Est parisien.

5Les exemples de représentation des espaces du quotidien présentés dans la troisième partie se veulent évocateurs de formes locales d’appropriation du quotidien spécifiques de cet Est parisien. Pourtant, pour la plupart d’entre eux, ces exemples renvoient peu à la question de quelque spécificité des liens avec le contexte de l’Est parisien.

6L’écriture et l’iconographie de l’ouvrage sont très soignées. Le lecteur se trouvera engagé dans une lecture agréable. Il y retrouvera certes des connaissances déjà bien établies mais qui lui permettront le plus souvent d’aller au-delà en saisissant toute l’originalité de ce secteur métropolitain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Clerval A., Delage M. (dir.), 2019, Vivre à l’est de Paris. Inégalités, mobilités et recompositions socio spatiales, Paris, L’œil d’or, Critiques et cités, 349 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 09 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/33600

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS-UMR Géographie-cités, France
therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page