Navigation – Plan du site
2020

Lahire B. (dir.), 2019, Enfances de classe. De l'inégalité parmi les enfants, Paris, Seuil, 1232 p.

Clémentine Cottineau

Texte intégral

1La première chose qui marque dans ce livre, c'est probablement son poids ! Avec 1232 pages, l'ouvrage dépasse le record du nombre de pages pour un livre grand public consacré aux inégalités détenu par Thomas Piketty. Toutefois, la lecture (et la revue) n'en sont pas démesurément longues, notamment car les deux tiers environ de l'ouvrage sont consacrés à 18 portraits d'enfants, qui présentent leur biographie familiale, leur environnement quotidien ainsi que les descriptions et opinions de leurs parents, enseignants et proches sur différents thèmes relatifs à leur socialisation (la lecture, le sport, les jeux, l'alimentation, l'autorité, etc.). C'est d'ailleurs l'aspect que j'ai trouvé le plus intéressant dans cet ouvrage quant à sa forme : contrairement à beaucoup de recueils de résultats consécutifs à une enquête en sciences sociales menée par une équipe de chercheurs sur plusieurs années, ce livre fournit à la fois le contexte de la recherche, sa méthodologie, ses résultats, mais aussi le matériau de l'enquête lui-même, synthétisé en monographies de 30 à 40 pages chacune. Les chapitres d'analyse concluant l'ouvrage en sont d'autant plus percutants que le lecteur ou la lectrice a déjà pu généraliser certaines conclusions lui ou elle-même en lisant la série de monographies, dont la présentation suit une trame plus ou moins standard, abordant tour à tour les différentes questions de la socialisation de l'enfant, agrémentée d'extraits d'entretien.

2L'ambition de l'ouvrage est annoncée par Bernard Lahire dès la page 13 : il s'agit de montrer "la plus extrême pauvreté comme la plus grande richesse et permet[tre] de faire sentir, autant que de faire comprendre, que ces enfants, qui sont tous en grande section à l’école maternelle, au même moment, dans la même société, ne vivent pas du tout les mêmes réalités. Saisir les inégalités dès l’enfance est une manière d’appréhender l’enfance des inégalités, au sens de leur genèse dans la fabrication sociale des individus ». Contrairement aux enquêtes quantitatives menées sur un échantillon très large d'enfants (l'enquête ELFE de l'Ined par exemple compte plus de 18000 individus en 2011), le parti-pris de l'équipe de sociologues réunis autour de B. Lahire est de sélectionner un nombre réduit d'enfants d'une même cohorte (35 en l'occurrence), et d'analyser le plus finement possible la façon dont leur inscription sociale, familiale et scolaire influence leur vie au quotidien, de la manière la plus concrète possible. Ainsi, les enquêteurs ont demandé aux familles combien de livres possédait l'enfant, quelles étaient ses habitudes vis-à-vis des écrans, s'il ou elle recevait ou non de l'argent de poche et selon quelles modalités, etc. En lien avec la visée politique qui traverse l'introduction et surtout la conclusion de l'ouvrage, "la variété, la richesse et la densité des informations produites sur chaque cas permettent d’incarner la réalité de l’ordre inégal des choses et de rendre plus difficile le détournement du regard ou l’indifférence. » (Lahire, p.15).

3"Enfances de classe" se compose donc de trois parties. La première ("Etudier les inégalités à l’échelle des enfants") est entièrement rédigée par B. Lahire. Elle dresse tout d'abord le contexte de l'étude - à savoir les travaux et débats scientifiques existant sur l'identification des inégalités entre enfants et leur significativité -, son importance en raison du poids des inégalités et enfin sa méthodologie. La deuxième partie consiste en 18 études de cas, signées chaque fois du ou des enquêteurs impliqués. La dernière partie ("Les inégalités dans tous leurs états") présente la synthèse des résultats issus des différents cas et leur généralisation selon une dizaine de dimensions. Les différents chapitres sont signés par différents groupes de chercheurs, tandis que la conclusion générale revient à B. Lahire.

4Le premier chapitre ("Une enfance socialisée") de la partie introductive correspond à la posture théorique et épistémologique de l'ouvrage. L'auteur situe explicitement l'ouvrage dans le champ des études de socialisation, en opposition aux childhood studies. Il critique notamment l'importance donnée par ce courant à l'agency (i.e. la capacité de choix de l'enfant dans le déroulé de son développement et de son éducation) en raison du poids des normes sociales et de la socialisation familiale dans le type de choix offerts à l'enfant et leur existence même. Il renvoie aussi l'action des pairs à un effet de la position des familles dans l'espace social (et géographique) plutôt qu'à un facteur indépendant de l'évolution sociale et scolaire de l'enfant: « Le capital économique et culturel des parents (et notamment le volume et la nature du capital scolaire qu’ils possèdent) ont des effets sur le type de parcours scolaire réalisé par l’enfant, sur le type de quartier habité, le type d’école fréquentée et, du même coup, le type d’amis que les enfants peuvent se faire, une grande partie des pairs potentiels se recrutant dans le voisinage immédiat et parmi les camarades de classe. […] Les enfants ne sont pas passifs, mais ils sont particulièrement dépendants des adultes avec qui ils sont liés et qui structurent leurs champs d’actions et de réactions depuis leur naissance » (p.23). L'importance primordiale de la famille dans la socialisation précoce de l'enfant est ce qui fonde les prémices de cette enquête menée sur des enfants suffisamment âgés pour pouvoir s'exprimer par le langage et fréquenter l'école depuis plusieurs années, mais suffisamment jeunes pour être encore principalement dépendants de leur famille en termes de ressources, d'habitudes et de dispositions. Le programme scientifique de l'enquête est donc d'identifier les multiples ressorts concrets par lesquels des enfants de même âge et scolarisés au même niveau à l'école maternelle dans un même pays présentent des comportements et des caractéristiques aussi diverses, en analysant dans chaque famille enquêtée comment "elle détermine l’environnement social de l’enfant par le choix du mode de garde et du lieu de résidence ; elle exerce un contrôle plus ou moins étroit en matière de ‘fréquentations’ […], de choix de l’école […] elle joue un rôle de filtre par rapport aux usages des programmes télévisés, des imprimés lus ou des jouets achetés, par rapport aussi aux différents types d’activités culturelles ou sportives pratiquées par les enfants ; elle effectue, enfin, plus généralement, un travail, insensible mais permanent, d’interprétation et de jugement sur tous les domaines de la vie sociale » (p.31-3).

5Dans "Le poids des inégalités", l'auteur donne sa définition des inégalités et réaffirme sa posture critique. Il distingue ainsi les inégalités des différences sociales par la différence de valeur et de désirabilité entre les différents états et ressources des individus : "Être riche, instruit et en bonne santé n’est pas une option qu’on aurait à choisir parmi d’autres possibles. C’est bien parce que la richesse est plus enviable que la pauvreté, que l’instruction et les savoirs sont mieux considérés que l’absence d’instruction et l’ignorance, et que la bonne santé est préférable à la mauvaise santé qu’il n’est pas seulement question de différences sociales entre riches et pauvres, instruits et non-instruits, personnes en bonne santé ou personnes souffrantes ou diminuées, mais bien d’inégalités » (p.39). Le devoir du sociologue (critique) est donc, selon lui, de donner à voir les asymétries présentes au sein de la société à un moment donné, ainsi que les rapports de domination par lesquels les différences sont transformées en inégalités et les inégalités reproduites au cours du temps et des générations. Ce programme fait donc la différence entre inégalités vécues et représentations subjectives en interrogeant les conditions d'accès et les usages sociaux d'un grand nombre de biens matériels et symboliques valorisés par une société donnée (par exemple l'instruction, la santé, l'espace, le confort, le leadership, le temps, la culture, etc.).

6Dans le chapitre consacré au "dispositif de recherche inédit", l'auteur réaffirme le parti-pris original d'aborder les inégalités par l'étude des « conditions et modalités concrètes de la socialisation, envisagées à l’échelle des cas individuels et dans leurs effets conjugués » (p. 54). En l'occurrence, 35 enfants ont été enquêtés, à raison de trois entretiens par famille, plus un entretien avec l'enseignante ou l'enseignant, un entretien avec un proche de l'enfant, une journée d'observation en classe et quatre exercices langagiers. Les familles ont été "recrutées" à partir des réseaux personnels et professionnels des chercheurs, en veillant à tenir compte du niveau et de la composition du capital culturel et économique des parents, de leur situation professionnelle et de leur capital scolaire. Plutôt que d'échantillonner les familles de façon à reproduire la composition exacte de la société française (dans laquelle les classes populaires et moyennes sont plus nombreuses que les classes supérieures), le choix a été fait de représenter ces trois catégories à part égale, en explorant plutôt les différences entre "fractions de classes". « L’enquête devait permettre d’objectiver deux grands types de ‘ressources’ inégalement réparties parmi les familles : d’une part, des ressources socialement objectivées (niveau de revenu, niveaux de diplômes, carrières et positions professionnelles, types de logements, résidences secondaires, recours à des femmes de ménages ou des domestiques, etc.) et, d’autre part, des ressources incorporées (dispositions et compétences), qui engendrent des effets en matière de types d’interactions avec l’enfant, de pratiques adultes qui font exemple pour les enfants, d’organisation de la vie familiale, de choix de pratiques ou d’activités pour les enfants, etc. Les ressources incorporées des enfants ont été saisies à travers les multiples descriptions et jugements de leurs comportements et attitudes de la part des adultes (parents, enseignant et autre adulte de référence) » (p.65).

7Dans la seconde partie, on trouve ainsi dix-huit des trente-cinq portraits d'enfants réalisés par les seize chercheurs impliqués dans l'enquête, regroupés en trois classes sociales (populaires, moyennes, supérieures) selon le niveau de capital et de ressources scolaires des parents. Chaque portrait est associé à un prénom (anonymisé mais socialement proche de l'original) et à un titre (par exemple "Thibault : grandir à la ferme" ou "Balkis : dormir dans une voiture devant l'école"). Il est signé par le, la ou les deux chercheurs qui ont enquêté auprès de l'enfant et de sa famille. Il est à noter que certains portraits sont bien situés géographiquement (on sait par exemple que Valentine habite le VIIe arrondissement, Ilyes une "banlieue populaire de Lyon" et Lucie une maison de ville à Besançon) tandis que d'autres sont plus flous ou moins bien renseignés.

8La dernière partie synthétise l'analyse des 35 cas d'études en dix dimensions transversales des inégalités chez les enfants enquêtés, à savoir le lieu de vie (Frédérique Giraud, Julien Bertrand, Martine Court, Sarah Nicaise), la stabilité professionnelle et la disponibilité parentale (Géraldine Bois, Sophie Denave et Aurélien Raynaud), le rapport à l’argent (Martine Court, Sophie Denave, Frédérique Giraud, Marianne Woollven), l’école et les jeux (Fanny Renard, Charlotte Moquet, Gaële Henri-Panabière, Frédérique Giraud), l'autorité et l'esprit critique (Géraldine Bois, Gaële Henri-Panabière, Aurélien Raynaud), le langage (Marianne Woollven, Olivier Vanhée, Gaële Henri-Panabière, Fanny Renard, Bernard Lahire), la lecture et l'expression orale (Marianne Woollven, Olivier Vanhée, Gaële Henri-Panabière, Fanny Renard, Bernard Lahire), les loisirs (Joël Laillier, Olivier Vanhée, Christine Mennesson, Emmanuelle Zolesio), le sport (Christine Mennesson, Julien Bertrand, Sarah Nicaise) et le corps (Sarah Nicaise , Martine Court, Christine Mennesson, Emmanuelle Zolesio). Il n'est pas possible de reprendre ici l'ensemble des conclusions apportées dans ces dix chapitres. J'en propose donc deux à propos des effets du lieu de vie, qui feront échos aux travaux de géographie sur le sujet, et deux conclusions plus générales croisant plusieurs dimensions.

9- La première conclusion du chapitre sur l'influence du lieu de vie (entendu à la fois comme espace domestique et comme localisation géographique de la résidence) sur les inégalités enfantines est que ce lieu, loin d'être une variable quelconque, est à la fois le résultat des inégalités économiques de la génération des parents et l'un des facteurs majeurs de la production des inégalités entre enfants. En effet, le capital parental (et grand-parental) détermine quelles conditions d'existence sont accessibles aux familles et où se situe l'environnement quotidien des enfants. En retour, l'espace, le confort et l'environnement social de résidence agissent sur le développement des enfants de manière inégale : « Les classes supérieures bénéficient de conditions matérielles d’existence sans commune mesure avec celles des classes populaires et de classes moyennes. Leurs logements sont à la fois spacieux et confortables […] Ces chambres individuelles leur permettent de posséder un espace, des objets et des jouets à eux, de s’isoler pour se livrer à des activités calmes ou encore d’inviter leurs copains. Elles permettent également aux parents de séparer les enfants lors de disputes ou d’énervements. […] Nombre de ces logements se situent en outre dans des quartiers où se concentre une population socialement favorisée : en centre-ville, dans des arrondissements ou dans des banlieues prisées garantissant l’entre-soi des classes dominantes et le placement futur des enfants dans des écoles ayant ‘bonne réputation’ » (p.944-5). Les géographes des inégalités retrouveront donc ici l'idée familière que le logement et sa localisation font partie intégrante des stratégies des ménages, et surtout de ceux qui ont les moyens de choisir (la proximité de telle ou telle aménité, la réputation de tel quartier) autant que d'éviter (telle école ou tel secteur).

10- La seconde conclusion relative au lieux de vie concerne l'effet des ressources résidentielles et immobilières sur les représentations des enfants et de leur importance : « L’accès à la propriété individuelle, redoublée parfois par l’achat d’une résidence secondaire, consacre le sentiment d’appartenir aux classes favorisées – les ressources résidentielles et économiques des autres membres de la famille facilitant cette consécration matérielle ou atténuant les difficultés de logement passagères » (p.947). À l'inverse, « la dépossession d’espaces et les conditions précaires d’habitat peuvent générer l’isolement et la stigmatisation par les autres enfants. Les inégalités spatiales et matérielles se répercutent donc sur l’ordre enfantin qui maintient les hiérarchies et rétablit les places de chacun en leur sein. » (p.935-6).

11- Da manière plus générale, l'enquête montre que malgré la distinction de la population en trois classes sociales, les discontinuités sociales à l'origine des inégalités les plus fortes résident entre les familles très pauvres et précaires sur de nombreux plans (insécurité économique, résidentielle et légale notamment) et les autres. En effet, bien que la vie des enfants de "fractions stabilisées des classes populaires" ait peu en commun avec celle des enfants des familles les plus privilégiées, les effets de ces conditions inégales de ressources sur leur comportement (notamment scolaire), leur santé et leur stabilité émotionnelle sont moins immédiats qu'entre eux et les enfants des familles les plus précaires. Ce constat suggère une action urgente, ciblée et intense pour venir en aide à ces familles.

12- Enfin, il ressort des analyses transversales et des entretiens avec les parents une impression de relation positive entre d'une part la position de la famille au centre d'une classe sociale donnée et d'autre part sa décontraction affichée vis-à-vis de l'éducation des enfants, tandis que les familles "entre-deux" groupes sociaux ou en transition apparaissent comme les plus anxieuses et conscientes d'appliquer des principes éducatifs distinctifs et intransigeants (pas d'écran, pas de football, aucun vêtement franchisé, de la nourriture biologique uniquement, etc.).

13La conclusion générale de l'ouvrage s'ouvre sur le développement de l'humain comme espèce ainsi que sur le progrès des civilisations et se referme sur une critique des gouvernements qui, au lieu de permettre au plus grand nombre d'accéder aux progrès de l'outillage et du savoir, contribuent à privatiser les communs et à aggraver les inégalités. Entre les deux, on trouve un rappel intéressant des effets de la domination historique masculine sur la libération du temps et la créativité des hommes. « Inversement, nous l’avons vu dans ce livre, pour celles et ceux qui cumulent les ‘handicaps’ et les manques de ressources, c’est toute la vie qui se restreint. Le temps de vie qui se raccourcit, l’espace qui se réduit, le confort qui diminue, l’horizon mental et sensible qui se referme, et finalement la maîtrise du monde et d’autrui qui s’affaiblit ou disparaît » (p. 1169). B. Lahire en appelle donc aux gouvernements de ne pas détourner les yeux du constat parfois cruel qu'apporte son livre à propos d'enfants de 5 ans vivant dans la même société au même moment, et de "mettre en œuvre pour réduire ces inégalités" (p. 1176).

14Cet ouvrage relève assurément le défi de fournir un instantané très complet et très lisible des inégalités de conditions matérielles et symboliques entre enfants aujourd'hui en France. Il témoigne de l'ampleur et de la qualité d'orchestration d'un collectif où chaque chercheur est impliqué à la fois dans la constitution de plusieurs monographies et dans la rédaction d'une ou plusieurs synthèses thématiques dont il est spécialiste, mais qui requiert la connaissance des autres monographies. Ce dispositif implique de plus le lecteur qui, ayant accès au matériau de l'enquête par le biais des 18 portraits publiés, participe en temps réel à la généralisation des résultats présentés en dernière partie d'ouvrage. Ainsi, de l'aveu même du coordinateur de la recherche, « en plus de sa volonté assumée de forcer les responsables politiques à regarder en face la réalité des inégalités, cet ouvrage revêt une autre dimension politique : celle des pratiques scientifiques mêmes qui l’ont rendu possible. Car ce livre est le fruit d’une recherche collective inédite, conçue comme une opération de recherche cohérente, et non comme une simple juxtaposition de contributions, ce qui est trop fréquemment le cas » (p.85).

15On peut toutefois relever quelques faiblesses à l'ouvrage. D'une part, il m'a semblé que l'angle d'analyse des inégalités entre enfants résultant de leur socialisation dans des familles issues de différentes positions dans l'espace social était biaisé en faveur de la "rentabilité scolaire" des comportements enfantins. L'importance de cet angle se comprend assez facilement au vu du profil de B. Lahire, spécialiste de la sociologie scolaire, et en particulier de la réussite et de l'échec scolaire. Ainsi, le fait que les parents valorisent chez leurs enfants la disposition au calme, à l'esprit critique, au leadership ou à la lecture est analysé comme un atout pour l'entrée dans le "métier d'élève". Inversement, la tendance à la non-verbalisation des émotions ou l'évitement de la compétition sont interprétés comme de possibles handicaps dans la poursuite scolaire de l'élève. Si les dispositions transmises par les familles les plus favorisées ont tendance à être plus rentables scolairement (et c'est ce que montrent les résultats de l'enquête), certaines semblent pouvoir être interprétées comme négatives voire dommageables dans d'autres domaines de la future vie des enfants, comme par exemple l'attention très marquée des mères favorisées au poids de leurs petites filles ou l'encouragement des petits garçons et des petites filles de classes supérieures à jouer systématiquement le rôle de meneur auprès de leurs pairs. Une discussion plus nuancée de ces questions aurait pu enrichir cet ouvrage et étendre son application au-delà des effets purement scolaires des inégalités. De même, une réflexion sur la particularité nationale des conclusions présentées aurait pu être intéressante, par rapport à d'autres systèmes scolaires par exemple (où la scolarisation commence plus tard qu'en France, où il n'existe pas de modèle dominant d'école républicaine, etc.). Enfin, bien qu'un échantillonnage social et géographique équilibré ne puisse être envisagé pour un nombre d'études de cas si petit, il m'a paru surprenant de constater que toutes les familles précaires vivaient la même métropole (Lille) et fréquentaient deux écoles dont le militantisme des parents et du personnel enseignant paraît plus important que la moyenne. De manière générale, bien qu'une attention particulière soit portée dans les résultats à distinguer les conditions de vie rurale, périurbaine et urbaine, le lecteur géographe ne sait pas jusqu'à quel point ni comment ces critères ont joué de manière formelle dans le recrutement et la sélection des familles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Cottineau, « Lahire B. (dir.), 2019, Enfances de classe. De l'inégalité parmi les enfants, Paris, Seuil, 1232 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/33783

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page