Navigation – Plan du site
2020
930

Circuits courts de commercialisation et transition territoriale dans les Andes. Une réflexion depuis le Pérou et l’Équateur

Short supply chains and territorial transition in the Andes. A reflection from Peru and Ecuador
Circuitos cortos de comercialización y transición territorial en los Andes. Una reflexión desde Perú y Ecuador
Margaux Girard et Nasser Rebaï

Résumés

Depuis plusieurs décennies, la "modernisation" du secteur agricole dans la région andine a favorisé le développement du modèle agro-industriel et la généralisation de pratiques agricoles polluantes. Cependant, on observe dans le même temps que les paysans et la population urbaine se mobilisent de plus en plus en faveur d’une alimentation saine, diversifiée et peu chère. C’est dans ce contexte que des projets de circuits courts de commercialisation de produits "bios" ou agroécologiques ont vu le jour ces dernières années. L’objectif de cet article est d’analyser la mise en oeuvre de ces projets de circuits courts. On s’attache à évaluer dans quelle mesure ceux-ci contribuent à la transition des territoires andins en favorisant le développement de pratiques agricoles innovantes et durables ainsi que l’établissement de nouvelles formes de solidarité, entre agriculteurs d’une part, et entre agriculteurs et consommateurs d’autre part. Pour cela, le texte propose une analyse comparée de plusieurs recherches menées sur les relations ville-campagne dans les Andes péruviennes et équatoriennes durant lesquelles des entretiens et des enquêtes ont été conduits auprès d’une grande variété d’acteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plus de trente ans, la "modernisation" du secteur primaire au Pérou et en Équateur a entraîné de profondes mutations des espaces ruraux. Si les préceptes de la révolution "verte" se sont diffusés au moyen de programmes de développement agricole pensés et animés par des "experts" internationaux favorables à la logique productiviste (Sherwood et Paredes, 2014 ; Wagner et al., 2016), des cadres légaux ont également été mis en place afin d’attirer les capitaux étrangers et de permettre aux investisseurs privés de s’approprier d’importantes ressources foncières et hydriques (Marshall et al., 2012 ; Eguren, 2013 ; Rebaï et Alvarado, 2018). C’est dans ce contexte que l’agro-industrie s’est grandement développée, en misant sur des cultures d’exportation (mangue, piment, asperge, brocoli, fleurs) destinées en priorité aux marchés européen et nord-américain, entraînant ainsi, au-delà des dégradations environnementales importantes (Breilh, 2007 ; Chaléard et Marshall, 2015), la normalisation de l’agriculture de contrat (Martinez Godoy, 2016 ; Bedoya-Perales et al., 2018) et la prolétarisation massive des paysans au sein de très grandes exploitations capitalistes (Mesclier et al., 2013 ; Martínez, 2017). De même, l’essor de l’industrie minière a pu être observé et faire l’objet de travaux insistant sur les effets socio-environnementaux néfastes de cette activité (Bebbington, 2011 ; Sosa et Zwarteveen, 2012 ; Villalba-Eguiluz et Etxano, 2017).

2Toutefois, c’est dans ce même contexte que l’on assiste, en particulier dans les régions andines, à la montée en puissance des revendications paysannes qui, s’inscrivant dans la continuité des luttes historiques pour la récupération de la terre spoliée à l’époque coloniale, prennent désormais un "tournant écoterritorial" illustrant "la manière dont les acteurs sociaux pensent et se représentent les luttes actuelles en faveur de l’environnement, centrées sur la défense de la terre et du territoire" (Svampa, 2011 , p. 114). En effet, dès le début des années 1990, une partie des paysans andins marque son opposition au modèle économique libéral et au projet "modernisateur" qui les affecte. Ils revendiquent leur droit à produire sans contraintes pour assurer leur subsistance, mais surtout, ils réclament une plus grande facilité d’accès aux marchés locaux afin de vivre dignement de l’agriculture. S’appuyant pour cela sur des organisations puissantes (Van Cott, 2004 ; Lalander et Ospina, 2012 ; Massal, 2013 ; Hoogesteger et Verzijl, 2015) ou sur des mouvements de contestation locaux (Bebbington et al., 2008 ; Pajuelo Teves, 2013 ; Alvarado Vélez, 2016), les agriculteurs familiaux des régions andines voient leurs revendications être accompagnées par celles de populations urbaines qui se mobilisent de plus en plus en faveur d’une alimentation saine, diversifiée et peu chère (Higuchi, 2015 ; Vasco et al., 2018), ce qui donne lieu à la construction de solidarités inédites et à la mise en place de dynamiques associatives qui transgressent la frontière supposée entre ville et campagne par le biais de revendications communes autour du "bien manger" et de la défense des patrimoines alimentaires. Ces mobilisations paysannes contribuent également à la rénovation du discours politique, notamment en Équateur (Giunta, 2014), où le Buen Vivir est promu dans le courant des années 2000 comme un projet mettant l’accent sur une relation harmonieuse entre la société et son environnement et qui, surtout, rejette l’idéologie capitaliste (Gudynas, 2011 et 2016).

3Ainsi, alors que les inégalités sociales entre villes et campagnes demeurent criantes, au Pérou comme en Équateur, et que la vulnérabilité environnementale des paysanneries andines semble s’accentuer dans le contexte des changements globaux (Vergara et al., 2007 ; Perez et al., 2010 ; Anderson et al., 2011 ; Tito et al., 2018), les Andes péruviennes et équatoriennes constituent une zone particulièrement intéressante pour favoriser de nouvelles modalités de développement des territoires et promouvoir des systèmes alimentaires durables. C’est pourquoi, nous chercherons à voir dans quelle mesure les circuits courts de commercialisation peuvent contribuer à la transition des territoires dans les Andes. Pour cela, nous mobiliserons dans une première partie de cadrage théorique un certain nombre d’éléments utiles pour définir la notion de transition territoriale qui est à la base de cet article. Nous insisterons notamment sur la dimension holistique qu’elle recouvre et sur le fait qu’elle appelle à une analyse articulée des changements sociaux-économiques et des transformations agricoles à l’échelle des territoires ruraux qui, du reste, sont à étudier à l’aune des influences urbaines qui participent de leur évolution (Chaléard et Dubresson, 1999 ; Chaléard, 2014). Puis, viendra la présentation de notre méthodologie, à travers laquelle nous préciserons la démarche que nous avons suivie sur nos différents terrains d’étude andins. Enfin, nous procèderons à l’analyse des principaux résultats des recherches que nous avons menées ces dix dernières années sur les relations ville-campagne et le développement de systèmes agro-alimentaires alternatifs dans les Andes qui sont à l’origine de la présente réflexion sur le lien entre circuits courts et transition des territoires dans cette région.

Développement territorial, proximités, transition : éléments d’analyse

4Depuis plusieurs années maintenant des travaux importants ont produit des critiques à propos du modèle de "développement" de type libéral qui s’est imposé dans les pays des Suds à partir des années 1980 (Rist, 1996 et 2017 ; Latouche, 2004). Parmi eux, un certain nombre ont appelé à repenser les échelles du développement en soulignant le besoin d’une "géométrie flexible de type postmoderne pouvant accompagner la complexité liée aux multiples ancrages et périmètres territoriaux des réseaux d'acteurs" (Antheaume et Giraut, 2005, p. 11). C’est dans ce contexte que le développement territorial a émergé comme un concept novateur en rupture avec le modèle capitaliste dominant. Entendu comme un processus de mobilisation d’acteurs favorisant l’élaboration d’une stratégie d’organisation et de valorisation de l’économie locale stimulée par des politiques publiques appropriées (Pecqueur, 2005 ; Campagne et Pecqueur, 2014), le développement territorial renvoie implicitement à la notion de proximité, non seulement spatiale, mais également socio-économique, lorsque les acteurs appartiennent aux mêmes réseaux, qu’ils partagent les mêmes références ainsi que les mêmes savoirs, et qu’ils s’organisent en fonction d’objectifs communs (Torre et Beuret, 2012). On distingue alors la proximité de coordination, qui correspond aux proximités relationnelles et de médiation, de la proximité de ressources cognitives et matérielles, qui renvoie aux proximités de langage, de valeurs, de connaissances ou de patrimoine, de revenus et de diplômes (Bouba-Olga et Grossetti, 2008).

5Bien que la concomitance des deux formes de proximité – spatiale et socio-économique – ne soit en rien évidente (Raton et al., 2017), elles peuvent cependant s’auto-renforcer (Praly et al., 2014). C’est ainsi que les circuits courts, caractérisés par l’absence ou le nombre réduit d’intermédiaires entre producteurs et consommateurs, peuvent être envisagés comme des innovations sociales, en particulier dans des contextes économiques nationaux incertains, comme ceux du Pérou et de l’Équateur. En effet, ils peuvent constituer une stratégie concrète de développement territorial visant à contrer les effets néfastes du modèle agro-industriel dominant, en favorisant l’établissement de nouveaux liens socio-économiques et spatiaux entre producteurs, et entre producteurs et consommateurs (Deverre et Lamine, 2010 ; Dufour et Lanciano, 2012) mis en relation directe sur des places marchandes servant d’interface entre villes et campagnes (Festas et al., 2018). Ainsi, les circuits courts permettent d’établir de "nouvelles modalités de coordination de relations entre les acteurs sociaux afin de répondre à des attentes sociales" et apparaissent comme "des alternatives aux mécanismes de coordination marchands, lorsque ceux-ci ne satisfont pas ou plus certains besoins liés au bien-être des populations" (Chiffoleau et Prévost, 2012, p. 8). Dans ce contexte, ils participent à l’empowerment des acteurs et à l’augmentation de leurs "capabilités" (Sen, 1985), c’est-à-dire leur capacité d’autonomisation et de prise de décisions propres, processus déterminant dans la logique de développement territorial (Tonneau et al., 2009 ; Raimbert et Rebaï, 2017).

6Dès lors, le développement territorial peut être entendu comme un concept élargi de l’innovation prenant en compte les mutations productives mais surtout l’ensemble des changements sociaux et institutionnels à l’œuvre sur les territoires (Torre, 2015), et servir de base conceptuelle pour penser la transition des territoires. En effet, la majorité des études portant sur la transition écologique appliquée au niveau territorial privilégient une approche systémique impliquant l’étude d’innovations multidimensionnelles. Ainsi, dans leurs travaux sur le Nordeste brésilien, Piraux et al. (2010), présentent la transition agroécologique comme une innovation socio-territoriale dans la mesure où elle associe des changements techniques (innovations agricoles) à un projet porté par les agriculteurs et construit en fonction des besoins et des potentialités locales, dans une logique de gouvernance multi-échelle favorisant l’action collective et la réduction des inégalités sociales. Dans le même esprit, Duru et al. (2014) appellent à une transition participative, holistique et transdisciplinaire vers des "systèmes agroécologiques territorialisés". Cette transition repose sur un processus d’innovations impliquant des changements technologiques, agronomiques (pratiques agroécologiques spécifiques à la biodiversité locale), socio-économiques et institutionnels (nouveaux modes de coordinations et d’apprentissage entre acteurs dans les filières et les territoires). Ainsi, la transition territoriale est entendue dans cet article comme un processus fondé sur l’articulation entre des innovations agroécologiques et des innovations sociales, économiques et institutionnelles. Ces dernières concernent les nouvelles formes d’organisation des acteurs, et notamment les agriculteurs, dont l’objectif est de satisfaire les besoins alimentaires des populations rurales et urbaines, en favorisant la production de ressources et d’énergies renouvelables, l’action collective et le partage (Granjean et Le Teno, 2015).

Circuits courts et transition territoriale dans les Andes : une situation paradoxale

7L’intérêt de la présente réflexion se justifie alors que, depuis vingt ans, les expériences de circuits courts se sont multipliées dans la région andine. Dans ce contexte, plusieurs études (Lacroix et Cheng, 2014 ; Borja et Oyarzún, 2016 ; Ranaboldo et al., 2016 ; Chambilla et López, 2018 ; Bonomelli et Roudart, 2019) ont montré qu’au-delà de permettre la valorisation de systèmes agroécologiques portés par des groupes de producteurs organisés, les dispositifs mis en place contribuaient au développement de l’économie sociale et solidaire. Cependant, des travaux ont également signalé les limites des circuits courts, en indiquant qu’ils étaient révélateurs de l’existence de marchés "de niche" et que, par conséquent, des politiques publiques plus ambitieuses étaient nécessaires pour permettre l’intégration marchande d’un plus grand nombre d’agriculteurs familiaux (Clark et Martínez, 2016). D’autres ont produit des analyses critiques au sujet de l’économie sociale et solidaire, en montrant par exemple que ce concept avait été galvaudé par les autorités publiques en Équateur et qu’il avait notamment contribué à la promotion de filières d’exportation auprès de groupes d’agriculteurs familiaux (Martinez Godoy, 2016).

8Par conséquent, il est loin d’être certain que les circuits courts, ou que les projets de développement territorial portés par les institutions publiques ou les ONG, favorisent réellement la transition des territoires. De plus, il est utile de préciser que la pérennité ou la mise en place des circuits courts ne constituent en rien une évidence. Ainsi, à Lima, on a pu observer que de nombreux circuits courts s’étaient développés ces dernières années mais qu’ils n’étaient accessibles qu’aux consommateurs les plus aisés et que leur pérennité dépendait grandement des autorités locales. En effet, en 2015, un changement de gouvernement municipal a par exemple mis fin à un programme de soutien aux circuits courts entraînant la dissolution d’un marché de producteurs en plein cœur de la capitale péruvienne (Leloup, 2016). De manière tout à fait comparable, dans les Andes équatoriennes, un projet de commercialisation de paniers de légumes agroécologiques porté par des femmes s’est prématurément arrêté en 2016, deux ans seulement après son lancement, en raison d’un désaccord entre les horticultrices et le Ministère de l’Agriculture qui appuyait l’initiative, au sujet du prix de vente des paniers (Raimbert et Rebaï, 2017). Alors que ce projet reposait sur une innovation technique (le développement de l’agroécologie à l’échelle de 24 exploitations) articulée à une innovation organisationnelle (le regroupement en association de productrices issues d’une même localité), force est de constater que le circuit court n’a pas résisté à la rémunération jugée trop faible par les agricultrices. À Salcedo, toujours dans la Sierra équatorienne, Rebaï et al. (2016) ont également signalé la difficulté à promouvoir des innovations organisationnelles en raison du fait que les agriculteurs, dans cette localité, disposent de revenus diversifiés et relativement importants, notamment grâce à la vente de pommes de terre à des intermédiaires, ce qui ne les incitent pas à s’organiser pour faire évoluer leur système de commercialisation.

9Au final, ces expériences indiquent toute la difficulté à mettre en place des projets allant dans le sens de la transition des territoires quand les conditions économiques ne satisfont pas les agriculteurs. Elles font écho aux études qui ont mis en exergue le fait que le développement agro-industriel et minier, ou que les dynamiques migratoires, entraînaient la disparition des principes de solidarité et de réciprocité qui, historiquement, présidaient au fonctionnement des communautés paysannes andines (Malengreau, 2006 ; Hervé, 2013 ; Martínez, 2015 ; Rebaï, 2015). Néanmoins, il convient de rappeler que des travaux récents ont montré que le maintien ou que la reconstruction de liens de solidarité et de réciprocité entre les membres de certaines groupes paysans avaient une incidence positive sur la mise en marche de projets de développement local ou l’adoption de pratiques agricoles innovantes et durables (Devaux et al., 2009 ; Hellin, 2012 ; Tschopp et al., 2018). C’est donc pourquoi il apparaît d’autant plus intéressant, comme nous l’annoncions plus haut, d’évaluer dans quelle mesure les circuits courts peuvent être porteurs d’innovations sociales et agricoles et favoriser la résilience des paysanneries et des territoires ruraux andins à l’heure des changements globaux.

Méthodologie

  • 1 Dans cet article, nous utiliserons des guillemets lorsque nous parlerons de produits "biologiques" (...)

10Pour cela, nous nous intéresserons à travers cet article à différents projets de circuits courts qui, ces dernières années, ont été promus dans les Andes péruviennes et équatoriennes afin de satisfaire les attentes et les besoins alimentaires d’une population croissante et, dans le même temps, de favoriser l’intégration économique des agriculteurs familiaux par le biais de pratiques agricoles durables. Nous porterons un regard particulier sur les moyens mis en œuvre pour favoriser le développement de l’agroécologie et du "bio1". Afin de compléter notre analyse, nous nous intéresserons également à certaines situations locales où différents facteurs peuvent limiter le développement de circuits courts de commercialisation agricole et la transition des territoires dans les Andes. Ainsi, notre étude s’appuiera sur les résultats de recherches récentes menées dans la région de Cusco, au Pérou, et dans plusieurs provinces de la Sierra équatorienne.

Une étude des nouveaux circuits de commercialisation des produits écologiques à Cusco

11Alors qu’il n’en comptait que 3 500 en 2006, le département de Cusco réunit environ 11 200 producteurs certifiés biologiques en 2016, soit 6% des agriculteurs du département (SENASA, 2017) qui travaillent un peu plus de 22 mille hectares. Si la plupart d’entre eux vivent dans la partie amazonienne du département et produisent du café ou du cacao destinés à l’exportation, au cours des années 2000 et 2010, des modèles d’agricultures durables se sont toutefois plus largement diffusés dans la partie andine du département. C’est notamment le cas autour de la ville de Cusco (350 000 habitants), située à 3300 mètres d’altitude, où les agriculteurs cultivent le maïs, le quinoa, le lupin, les tubercules andins et une large variété de fruits et légumes. Ainsi, à Cusco et dans ses campagnes environnantes, on dénombrait en 2016 9 ecoferias (marchés "bio"), 5 systèmes de paniers "bio", une boutique de producteurs, sans compter les stands "bio" sur les marchés ruraux et urbains et les pratiques de ventes directes à la ferme. Les producteurs certifiés travaillent le plus souvent collectivement, soit au sein de l’une des 10 associations de producteurs écologiques du département de Cusco répertoriées pour la période 2012-2018, soit dans l’une des 8 coopératives écologiques du département, soit dans le cadre de l’un des 5 de programmes d’institutions publiques, ou bien encore avec l’une des 15 ONG spécialisées dans la production écologique et la commercialisation locale, essentiellement via des circuits courts. Cette effervescence de structures témoigne de l’essor significatif du "bio" dans la région de Cusco depuis les années 2000 et surtout 2010.

12A Cusco, les enquêtes ont été réalisées entre février 2013 et février 2016, notamment dans la Vallée sacrée des Incas, zone prospère et touristique située à quelques dizaines de kilomètres au nord de Cusco (Fig. 1). L’objectif de cette recherche était de connaître les pratiques agricoles et commerciales des producteurs locaux, l’évolution de celles-ci et, surtout, les raisons expliquant le passage de pratiques agricoles et commerciales conventionnelles aux circuits courts de produits "bio". Une soixantaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de producteurs conventionnels, écologiques, en transition ou hybrides (paysans associant des pratiques conventionnelles et écologiques) commercialisant leurs productions sur les circuits conventionnels et, de plus en plus, à travers des circuits courts. Parallèlement, des séances d’observation participante ont été réalisées. Il s’agissait d’accompagner un agriculteur quelques heures, parfois quelques journées, dans ses activités agricoles ou commerciales, d’observer ses pratiques et comportements non verbalisés, mais également d’éprouver nous-même les réalités paysannes. Enfin, 60 autres entretiens ont été menés auprès de consommateurs sur différents marchés et plus largement, auprès d’associations de producteurs, de coopératives, de responsables d’ONG ou de programmes de développement publics (Direction Régionale de l’Agriculture de Cusco – DRAC, Fonds de Coopération pour le Développement Social – FONCODES), de municipalités, de transformateurs, de restaurateurs, de chercheurs résidant dans la région de Cusco, et parfois à Lima.

Figure 1. Localisation des terrains d’étude dans le département de Cusco et la Vallée sacrée des Incas, au Pérou

Figure 1. Localisation des terrains d’étude dans le département de Cusco et la Vallée sacrée des Incas, au Pérou

Source : Fond de carte : d-maps.com. Réalisation cartographique : M. Girard.

Dans les Andes équatoriennes, des recherches variées pour comparer les relations ville-campagne dans différents contextes provinciaux

  • 2 Cette expression fait référence à l’avenue des volcans dans les Andes équatoriennes qui constitue l (...)

13En Équateur, alors que les politiques de "modernisation" du secteur agricole mises en place à partir des années 1980 ont provoqué une profonde transformation des campagnes andines, entraînant la croissance de l’agro-industrie d’exportation ainsi que l’émigration et la prolétarisation des paysans, il nous a paru intéressant d’étudier, dans ce contexte, comment s’organisait l’approvisionnement agricole des villes. De notre point de vue, il était d’autant plus pertinent de développer cette réflexion alors que dans la Sierra équatorienne, la croissance urbaine des dernières décennies a fait émerger une véritable "avenue de villes moyennes2" (Ibarra, Latacunga, Ambato, Riobamba, Cuenca, Loja, entre autres), réunissant plus d’un million de personnes, sans oublier Quito et ses 3 millions d’habitants. De plus, la rénovation récente du discours politique en Équateur, au cours de la présidence de Rafael Correa (2007-2017), et l’inscription dans la Constitution de 2008 de la promotion des réseaux de producteurs pour atteindre l’objectif "stratégique" de la souveraineté alimentaire, constituait un argument supplémentaire pour étudier les relations ville-campagne dans les Andes équatoriennes et débattre des perspectives de développement des territoires auxquelles elles pouvaient être associées. Ainsi, entre 2008 et 2016, nous avons mené plusieurs travaux de terrain qui nous ont donné l’occasion de comparer différents contextes provinciaux.

14Tout d’abord, nous avons réalisé des recherches dans la région de Cuenca (400 000 habitants), troisième ville équatorienne, située dans la province de l’Azuay (Fig. 2.), où des associations de producteurs agroécologiques ont vu le jour au début des années 2000. Dans ce contexte, nous avons cherché à savoir quelle était l’origine de ces associations et, surtout, quels étaient leurs effets sur la dynamique des territoires ruraux de la périphérie cuencanaise. Pour cela, nous avons réalisé 38 enquêtes avec des agriculteurs familiaux de la paroisse (village) Octavio Cordero Palacios, avec lesquels nous avons discuté, entre autres, de leurs activités agricoles, de la diversité de leurs revenus, de leurs relations avec la ville et, enfin, des changements récents de leur territoire au cours des dernières années. Afin de mettre en perspective les effets de ces réseaux de producteurs sur la dynamique des territoires ruraux cuencanais, nous avons prolongé nos recherches en menant un travail de terrain dans la paroisse Victoria del Portete où, justement, aucun réseau de producteur n’existait. Nous avons alors cherché à savoir pourquoi et, de la même façon que dans la paroisse Octavio Cordero Palacios, nous avons réalisé une douzaine d’enquêtes auprès d’agriculteurs, en les interrogeant sur leurs pratiques agricoles et leurs sources de revenus. Enfin, toujours dans la province de l’Azuay, nous avons réalisé de nombreux entretiens avec des représentants de la Municipalité de Cuenca, des administrateurs de marchés, des fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture (MAGAP), ainsi que des techniciens du département de protection environnementale de l’entreprise publique ETAPA-Cuenca, afin de connaître le point de vue institutionnel des dynamiques territoriales et des perspectives de développement rural dans la région cuencanaise.

15Puis, dans le cadre du programme ANR MAN-PEST3, nous avons réalisé un travail de terrain dans la province du Chimborazo, et plus précisément dans la paroisse San Luis, située à 7 kilomètres au sud de la ville de Riobamba (170 000 habitants), où nous avons mené des enquêtes auprès de 7 agriculteurs familiaux dédiés à la production de fruits et légumes, avec qui nous avons discuté des caractéristiques de leurs exploitations et des modalités de commercialisation de leurs productions. De même, nous avons conduit des entretiens avec des dirigeants locaux ainsi que des représentants des pouvoirs publics, notamment ceux de l’Entreprise Publique Municipale EP-EMMPA chargée de la gestion du principal marché de Riobamba, pour discuter avec eux des problématiques relatives à l’agriculture familiale riobambenienne et à l’approvisionnement agricole de la capitale du Chimborazo.

Figure 2. Localisation des terrains d’étude dans les Andes équatoriennes

Figure 2. Localisation des terrains d’étude dans les Andes équatoriennes

Source : Fond de carte : Instituto Geográfico Militar (IGM). Réalisation cartographique : M. Girard et N. Rebaï.

Précisions sur la démarche employée et les résultats obtenus

16À ce stade, il importe de préciser que nos recherches dans les Andes péruviennes et équatoriennes, forcément limitées dans le temps et dans l’espace, et parce qu’elles ont reposé sur des panels d’étude parfois réduits, notamment en Équateur, n’ont pas eu pour objectif de servir à la construction de nouvelles bases de données statistiques sur la situation socio-économique ou démographique des agricultures familiales andines. Il convient également de souligner que, même si nos recherches au Pérou et en Équateur ont eu un objectif similaire, celui d’analyser les effets du développement de circuits courts sur la dynamique des territoires andins, elles se sont toutefois développées de manière indépendante et ont reposé sur l’utilisation de modèles d’enquêtes différents auprès des agriculteurs pour caractériser les systèmes de production et dresser le bilan économique des exploitations. À travers cet article, nous ne chercherons donc pas à présenter et à comparer le détail des résultats économiques obtenus à Cusco, Cuenca et Riobamba, ces informations, précisons-le, ayant déjà fait l’objet de plusieurs publications (Rebaï, 2014 et 2013 ; Girard, 2017a ; Rebaï et Alvarado, 2018).

17Cela étant dit, il paraît cependant essentiel d’insister sur deux points. Tout d’abord, le fait d’avoir également réalisé, au Pérou comme en Équateur, une analyse de type qualitative, en menant des entretiens auprès des agriculteurs, afin de discuter avec eux de leurs stratégies en terme d’organisation, de collaboration au sein des exploitations ou de transport des denrées, et en ayant été de la même manière à la rencontre d’acteurs institutionnels importants et de consommateurs urbains, a permis de confronter les points de vue, pour qu’apparaisse, "par le simple effet de la juxtaposition, ce qui résulte de l’affrontement des visions du monde différentes ou antagonistes" (Bourdieu, 1993, p. 13). Ainsi, les informations obtenues lors de ces entretiens permettent à travers ce texte de mettre en évidence les principaux facteurs qui contribuent ou limitent la transition des territoires dans la région andine. De la même manière, la variété des situations locales étudiées dans ce texte, outre le fait qu’elle donne lieu à une comparaison inédite, permet d’éviter le piège de formuler des conclusions définitives sur la relation entre circuits courts et transition des territoires dans les Andes. À ce titre, les éléments d’analyse portant sur la ville de Cusco et ses environs ne doivent pas être considérés comme représentatifs des mutations en cours dans l’ensemble des Andes péruviennes. La région de Cusco se distingue en effet par la présence significative de touristes, d’expatriés et d’ONG attirés par la richesse culturelle de Cusco, ancienne capitale Inca, et la présence du site du Machu Picchu à quelques dizaines de kilomètres au nord de la ville. Ces différents acteurs agissent comme des agents majeurs de diffusion des agricultures durables et des circuits courts. Au Nord comme au Sud, le développement dans certaines zones de l’écotourisme ou du tourisme rural favorise par exemple l’essor de l’agriculture biologique, que ce soit pour approvisionner les hôtels et les restaurants (Petrescu, 2012) ou pour accueillir les voyageurs dans les fermes (Privitera, 2010). Les spécificités territoriales et touristiques de la région de Cusco font donc de celle-ci un laboratoire d’expérimentation particulièrement riche de ces alternatives agricoles et commerciales qui, comparé aux situations locales équatoriennes décrites dans cet article, donne lieu à une analyse plus large du lien entre circuits courts et transition territoriale dans la région andine.

Circuits courts et transition des territoires dans les Andes : regards sur les dynamiques en cours au Pérou et en Équateur

18Dans la première partie de cet article, nous proposons d’évaluer dans quelle mesure les circuits courts sont porteurs d’innovations sociales et agricoles favorables à la transition des territoires dans les Andes. Pour cela, nous nous intéresserons au rôle des institutions pour la mise en marche de projets associatifs visant au développement de nouvelles proximités socio-économiques, entre agriculteurs, d’une part, et entres agriculteurs et consommateurs urbains et périurbains d’autre part. Nous poserons également notre regard sur les capacités des agriculteurs à mettre en place de nouvelles pratiques agricoles répondant à un objectif de durabilité des systèmes de production, mais également sur leur aptitude à innover en ce qui concerne le transport et la commercialisation des denrées produites.

Circuits courts et innovations sociales : quand les agriculteurs familiaux s’organisent et organisent les territoires

19L’histoire agraire de la région de Cusco est marquée par l’expérimentation de différents modèles d’intensification agricole, de la période Inca à la mise en place durant la seconde moitié du XXe siècle des préceptes de la révolution "verte" (Morlon, 1992) diffusée par des organismes de développement, publics ou privés. Depuis les années 2000, une autre voie de développement rural et agricole basée sur la durabilité (agroécologie, agriculture biologique, localisme) et la solidarité (circuits courts) est proposée et orchestrée par ces mêmes organismes et notamment les ONG internationales et certains programmes de la DRAC. Dans la région de Cusco, la création de circuits courts est souvent incitée et accompagnée par ces institutions, à travers des prêts ou des dons d’uniformes et de matériel pour les stands, ou en facilitant l’obtention d’emplacements, suivant une logique top down. Mais la création des circuits courts peut également être pensée par les producteurs locaux eux-mêmes, comme dans le cas de l’Asociación Regional de Productores Ecológicos del Cusco (ARPEC), la principale organisation de producteurs écologiques de la région qui, après avoir été créée en 2000, rassemblait entre 350 et 400 producteurs en 2016. Ces initiatives, de type bottom up, témoignent du développement de relations de proximité entre producteurs, formalisées notamment à travers la création d’associations ou de coopératives.

20On observe ainsi une proximité de ressources, car les producteurs qui se constituent en association ou coopératives sont le plus souvent des voisins ou des membres d’une même communauté, mais aussi une proximité de coordination, les structures créées permettant de s’organiser collectivement pour accéder à ces marchés de niche (Girard, 2017b). Ainsi, par exemple, les membres de l’ARPEC, organisent deux fois par mois l’ecoferia de Cusco sur une des principales places du centre historique de la ville (Fig. 3). En fonction de la saison, cette foire rassemble entre 20 et 40 producteurs qui assurent eux-mêmes toute la chaîne agro-alimentaire, depuis la production jusqu’à la commercialisation, en passant par la transformation, l’emballage et le transport. C’est également le cas au sein de l’Asociación Regional de Productores Agropecuarios del Cusco (ARPAC), principale association de la région, avec près de 6 000 producteurs conventionnels ou écologiques, qui, chaque samedi matin, organise le grand marché de producteurs de Huancaro, à Cusco, sur lequel des stands de produits "bio" ont fleuri ces dernières années.

21Ces associations ou groupes de producteurs permettent, au-delà ou autour des activités marchandes, de développer des activités collectives d’entraide, de partage d’information, de semences, ou d’organiser des évènements socioculturels, des repas festifs ou des "sorties" entre producteurs. Des relations de proximité, de confiance, de partage de connaissances, voire d’amitié sont ainsi observées au sein de ces structures, mais également entre producteurs appartenant à des structures différentes. C’est par exemple le cas des productrices de l’ARPEC et de celles de l’association Palccaraqui, dans la Vallée sacrée des Incas, qui échangent parfois des semences ou des plants et se transmettent des conseils de culture pour certains légumes peu connus localement. Ces relations de confiance et de solidarité se développent également entre producteurs et consommateurs, comme le montre le fait que certains clients fidèles reviennent chaque semaine acheter sur les mêmes stands. Dans ce contexte d’évolution des modalités d’approvisionnement agricole et de transformation des marchés, on observe en outre ces dernières années une diffusion de la consommation de produits "bio" au sein des classes moyennes et populaires cusqueniennes alors que, jusqu’ici, ils étaient réservés aux populations aisées, signe de l’apparition de nouvelles proximités de ressources entre producteurs et consommateurs de milieux modestes. Ce processus s’est concrétisé de façon plus évidente encore avec l’apparition vers 2010 de stands "bio" individuels ou collectifs, labellisés ou non, sur les marchés conventionnels et populaires comme celui de Huancaro ou dans des espaces publics fréquentés par la classe moyenne comme dans la cour de l’hôpital public régional.

Figure 3. Ecoferias "Frutos de la Tierra" de l’ARPEC sur la place San Pedro, à Cusco, en plein centre-ville touristique, en 2014

Figure 3. Ecoferias "Frutos de la Tierra" de l’ARPEC sur la place San Pedro, à Cusco, en plein centre-ville touristique, en 2014

Deux fois par mois, le marché bio organisé par l’ARPEC réunit entre 20 et 40 producteurs venus de toute la région.

Source : M. Girard.

22En Équateur, le développement de circuits courts a pu avoir lieu en raison d’autres facteurs, comme dans la province de l’Azuay où l’émigration paysanne dure depuis le milieu des années 1960 (Rebaï, 2012). Dans ce contexte, de nombreux agriculteurs, et en particulier des agricultrices, se sont mobilisé-e-s à la fin des années 1990 pour obtenir le droit de vendre leurs produits sur les marchés de Cuenca, plutôt que de dépendre de revenus migratoires, souvent irréguliers. Afin de remédier à cette situation, et dans le but également de faciliter l’approvisionnement agricole de Cuenca, les pouvoirs publics locaux ont décidé de favoriser le lien direct entre producteurs et consommateurs pour fournir un débouché marchand aux petites exploitations. De plus, il leur a paru nécessaire de mobiliser les agriculteurs autour d’intérêts communs, notamment celui de l’agroécologie, afin de revitaliser une agriculture paysanne mise à mal par l’exode rural régional. Ainsi, les autorités politiques cuencanaises ont fait le choix de créer de nouvelles formes de proximité, entre agriculteurs et consommateurs, d’une part, et entre agriculteurs, d’autre part, pour favoriser la redéfinition des relations ville-campagne et promouvoir un projet de développement des territoires ruraux situés dans la périphérie de la capitale azuayenne. Concrètement, les pouvoirs politiques cuencanais ont donc pris l’initiative, au début des années 2000, de créer deux associations régionales de producteurs agroécologiques et, dix ans plus tard, près de 300 petits producteurs avaient un accès direct aux marchés cuencanais où, deux fois par semaine, ils venaient vendre une gamme assez large de fruits, de légumes et de produits laitiers afin de contenter les consommateurs urbains (Fig. 4).

Figure 4. Des producteurs agroécologiques à la foire de Miraflores à Cuenca en 2009

Figure 4. Des producteurs agroécologiques à la foire de Miraflores à Cuenca en 2009

Les producteurs agroécologiques de la périphérie cuencanaise, repérables à leurs uniformes et leurs stands verts, offrent une gamme très variée de produits (fruits, légumes, fromages, œufs).

Source. N. Rebaï.

23Cette initiative institutionnelle pionnière, reprise par la suite dans d’autres provinces des Andes équatoriennes (Contreras et al., 2017 ; Guevara López et al., 2017), a eu de multiples effets. Ainsi, dans la paroisse Octavio Cordero Palacios, des agriculteurs appartenant à l’une ou l’autre association régionale de producteurs agroécologiques ont choisi de se réunir en petits groupes de 7 ou 8 pour travailler collectivement sur leurs parcelles afin d’accomplir, ensemble, les plus rudes besognes, comme le désherbage ou le repiquage des cultures. Cela leur permet d’économiser un temps considérable qu’ils peuvent consacrer à leurs élevages laitiers et à la fabrication de fromages qui leur assurent des revenus importants (Rebaï, 2011). Par ailleurs, ces nouvelles relations de solidarité leur permettent de ne pas avoir à embaucher de main-d’œuvre supplémentaire, et donc, de ne pas augmenter leurs coûts de production. La mutualisation des modes de transport, par le biais de locations collectives de camionnettes, permet également aux producteurs agroécologiques d’envoyer à Cuenca de grandes quantités de produits frais pour un coût individuel n’excédant pas deux ou trois dollars par semaine, ce qui leur permet de les vendre à des prix très bas. Autrement dit, la formation de ces petits collectifs informels pour le travail sur les parcelles ou pour le transport des denrées, qui traduit la volonté des agriculteurs familiaux de consolider leur proximité, contribue à renforcer la dynamique du circuit court ainsi que la proximité entre agriculteurs et consommateurs urbains. En effet, sur les marchés de Cuenca, des clients toujours plus nombreux, et souvent de milieux modestes, se montrent satisfaits de privilégier les producteurs locaux, comme le rappellent les administrateurs des marchés ainsi que les représentants politiques cuencanais, plutôt que d’avoir affaire aux vendeurs intermédiaires qui, pour la plupart des produits de consommation quotidienne, fixent des prix élevés (Rebaï, 2014). Ainsi, l’émergence des circuits courts de commercialisation de produits agroécologiques dans la région de Cuenca a donné lieu ces dernières années à la construction d’un lien durable entre ville et campagne, entre producteurs et consommateurs, qui apparaît comme le premier élément d’une transition territoriale dans cette région.

Circuits courts et innovations agricoles : quand les agriculteurs familiaux répondent durablement aux défis de la sécurité alimentaire et de la protection de l’environnement

24Dans les Andes, la plupart des circuits courts commercialisent des produits biologiques, certifiés ou non, dont les modes de production constituent des innovations techniques. En premier lieu, comme cela peut être observé à Cusco et à Cuenca, l’utilisation d’intrants chimiques et d’organismes génétiquement modifiés (OGM) est prohibée, ce qui correspond pour les agriculteurs familiaux à des "innovations par retrait" (Goulet et Vinck, 2012). Sur les hauteurs de la Vallée Sacrée des Incas, autour de la localité de Pisac, des producteurs expliquaient que, dans les années 1990, des institutions de développement venaient promouvoir l’utilisation d’intrants chimiques et qu’aujourd’hui, d’autres institutions viennent leur dire "de tout arrêter" et de "se remettre à produire naturellement". Informés sur les dégâts provoqués par ces produits, les paysans comprennent ce changement de cap. Et même s’ils laissent entendre que cette évolution des discours perturbe leurs savoirs et pratiques, ils reconnaissaient aussi que l’arrêt de l’achat et de l’utilisation de produits phytosanitaires permet de réaliser des économies importantes et, en même temps, de réactiver certaines pratiques ancestrales "naturelles" et "gratuites".

25De même, dans la région de Cuenca, en Équateur, alors que la diminution de la main-d’œuvre, dans le contexte migratoire régional, a favorisé ces dernières décennies la baisse des superficies cultivées (Rebaï, 2015), l’établissement de circuits courts agroécologiques, au-delà de faciliter l’intégration marchande des agriculteurs familiaux, a également favorisé de nouvelles pratiques culturales et, dans une certaine mesure, le retour à de plus hauts niveaux d’agro-biodiversité dans les exploitations. En effet, au cours des années 2000 et 2010, des ONG venues renforcer la dynamique impulsée par les pouvoirs publics autour des circuits agroécologiques ont encouragé les agriculteurs familiaux à mieux valoriser au sein de leurs exploitations certaines cultures fruitières natives de la région andine. Ainsi, dans la paroisse Octavio Cordero Palacios, le Centro de Desarrollo e Investigación Rural (CEDIR) a favorisé la culture de la tomate d’arbre (Cyphomandra betacea Sendt), de l’uvilla (Physalis peruviana L.), et du chamburo (Carica chrysopetala Heilborn). Au-delà de permettre aux agriculteurs familiaux de tirer davantage profit du marché cuencanais en diversifiant leurs ventes et en proposant des fruits très appréciés par la population urbaine, notamment pour leurs jus, cette incitative a permis que certaines cultures jusque-là peu valorisées par les agriculteurs, ou seulement pour leur propre consommation, se retrouvent plus fréquemment sur les étals des marchés. Elle a donc contribué à ce que les circuits courts deviennent également des vecteurs de valorisation du patrimoine agricole régional et, dans le même temps, que des exploitations privées d’une part importante de leur main-d’œuvre complètent leurs revenus grâce à des cultures moins exigeantes en travail que le maraîchage.

26D’un point de vue plus général, les innovations agricoles menées par les producteurs certifiés biologiques ou agroécologiques, comme celles des producteurs écologiques non certifiés, concernent la production de semences paysannes, d’engrais biologiques et de biocides, le travail du sol, l’utilisation d’engrais verts, de couverts végétaux, la valorisation de l’association agriculture-élevage, la diversification des cultures, les associations et les rotations de cultures, l’agroforesterie ou encore l’utilisation d'un système d’irrigation plus économe en eau comme le goutte à goutte (Ugás et al., 2014). Bien que certaines de ces pratiques ne soient pas "nouvelles" dans la région andine (Morlon, 1992 ; Saylor et al., 2017), elles peuvent cependant être considérées comme des innovations dans la mesure où leur réactivation, leur valorisation et leur intensification sont pensées comme des réponses à des défis "nouveaux" (urbanisation croissante, protection des ressources naturelles, changement climatique) auxquels les sociétés doivent faire face. En outre, ces pratiques agricoles écologiques, à la fois "anciennes" et "nouvelles", prétendent résoudre les problèmes posés par l’agriculture "moderne" marquée par l’usage intensif des ressources naturelles et par l’emploi d’intrants ayant des effets souvent très néfastes sur l’environnement et la santé des populations, sans que les niveaux d’insécurité alimentaire en ville comme à la campagne ne baissent réellement. Pour cela, elles se développent à partir d’un usage intensif, mais pensé sur le long terme, de la diversité des ressources naturelles et des services éco-systémiques (Altieri et Nicholls, 2000 ; Oyarzun et al., 2013) en vue de restaurer la fertilité des sols (Fonte et al., 2012), d’augmenter les rendements (Pretty et al., 2006) et d’accroître la biodiversité afin que les groupes paysans luttent de manière "naturelle" contre les ravageurs des cultures (Gurr et al., 2007) et qu’ils s’adaptent aux changements climatiques (Rebaudo et Dangles, 2015).

Les freins à la transition des territoires

27Si les expériences décrites à Cusco et Cuenca soulignent que les circuits courts peuvent contribuer à la transition des territoires andins, plusieurs facteurs peuvent toutefois amener à son blocage. Dans la deuxième partie de cet article, nous présenterons plusieurs situations où les actions menées par des institutions publiques ou privées peuvent aller à l’encontre d’une dynamique de transition territoriale ou conduire seulement à des transitions partielles.

Des interventions institutionnelles limitées ou en contradiction avec les objectifs d’une transition des territoires

28Dans certaines situations, les stratégies top-down de promotion de circuits courts peuvent être limitées. Par exemple, l’ARPEC, qui a bénéficié entre 2013 et 2015 de subventions du programme de recherche canado-péruvien AgroEco (Ugás et al., 2014), a dû fermer son local de vente situé à Cusco quand le programme s’est arrêté, car elle ne disposait plus de fonds pour payer son loyer. Ainsi, même si certaines initiatives institutionnelles peuvent être intéressantes, leur courte durée peut aboutir à la remise en cause de la dynamique organisationnelle qu’elles ont su encourager et conduire à l’affaiblissement des proximités établies entre agriculteurs, d’une part, et entre agriculteurs et consommateurs d’autre part. Dans d’autres situations, il apparaît même que les institutions soutenant les agriculteurs familiaux limitent toute transition territoriale. Ainsi, toujours dans la région de Cusco, des organismes d’État et plusieurs ONG que nous avons suivis tiennent un double discours, pro-conventionnel et pro-écologique, et proposent dans leurs interventions ces deux modes de production. Par conséquent, l’agriculture durable n’apparaît pas nécessairement comme un choix prioritaire pour certains paysans. Au contraire, un certain nombre de ceux que nous avons rencontrés ne souhaitent pas adopter de pratiques agroécologiques de peur de voir leurs rendements baisser et continuent de penser que le modèle conventionnel est le plus pertinent pour eux. Par ailleurs, nos séances d’observation participante sur les parcelles et nos entretiens avec certains producteurs se revendiquant "agroécologiques" nous ont permis de constater qu’ils pouvaient eux aussi avoir encore recours à des intrants chimiques qui, à leurs yeux, étaient "indispensables".

29Il est possible de faire le même type de constat dans la périphérie rurale de Riobamba, en Équateur, où les agriculteurs que nous avons rencontrés nous ont plusieurs fois répété que réduire l’usage des pesticides n’avait "pas d’intérêt" car, sur le marché de Riobamba, les acheteurs intermédiaires, qui se chargent d’approvisionner les plus grandes villes équatoriennes en fruits et légumes, ne privilégiaient pas les productions agroécologiques et qu’ils voulaient au contraire des produits "bien calibrés" et "sans défaut" ayant reçu des traitements phytosanitaires. C’est la raison pour laquelle, comme nous l’avons vu à San Luis, les petits exploitants ont recours de façon presque systématique à l’achat d’intrants chimiques. Au cours de notre travail de terrain, les représentants de l’Entreprise Publique Municipale EP-EMMPA que nous avons interrogés ont ignoré la question de l’influence néfaste des intermédiaires en déclarant que ce qui importait en priorité aux paysans était d’"obtenir des revenus rapidement", ce à quoi de l’Entreprise Publique Municipale EP-EMMPA contribuait en accordant un libre accès au marché de gros de Riobamba à tous les agriculteurs de la région. Pour les représentants publics, la réduction de l’usage de produits toxiques ou la valorisation de fruits et légumes agroécologiques n’étaient donc pas prioritaires puisque le libre accès au marché urbain provincial constituait déjà une forme de soutien aux exploitations paysannes riobambeniennes.

Des logiques de conventionnalisation et des conflits éco-territoriaux qui entravent la proximité des acteurs

30Si le rôle des institutions est donc à souligner dans certaines situations de blocage de transition territoriale, il apparaît que la "conventionnalisation des alternatives" commerciales, qui correspond à l’intégration des produits "bio" dans les circuits conventionnels, les circuits longs (Deverre, 2011), agit également comme un frein à une transition plus profonde des territoires andins. D’une part, dans ces circuits, la rencontre entre producteurs et consommateurs n’a pas lieu et, d’autre part, les produits demeurent plus onéreux en raison du fait que, comme cela se voit à Cusco, les supermarchés, les boutiques et les restaurants qui commercialisent les produits "bios" ne sont fréquentés que par les classes aisées du centre-ville et les touristes. Autre exemple de ces processus de conventionnalisation des alternatives, la DRAC a certes mis en place dans le cadre de ces deux programmes "bio" des mini-ecoferias dans différents quartiers populaires de Cusco, mais ses responsables nous ont expliqué que leur objectif final était le développement des ventes auprès des grands hôtels et restaurants de la ville, ainsi que la croissance des exportations. Ainsi, à Cusco, l’utilité sociale des circuits courts peut être reléguée au second plan tandis que l’étiquette "bio" de certains producteurs ou de certaines organisations paysannes peut servir d’argument commercial afin de renforcer des réseaux commerciaux conventionnels ou, comme cela peut se voir également, pour satisfaire les besoins d’une population au pouvoir économique supérieur. En effet, alors que la fréquentation des marchés du centre-ville de Cusco est surtout le fait d’une clientèle aisée (bourgeoisie locale, touristes péruviens et internationaux, expatriés), on constate alors que les prix des produits "bios" sur ces places marchandes sont 35% à 350% supérieurs à ceux des produits conventionnels (Girard, 2017a). A l’inverse de ce qui peut donc s’observer à Cuenca, les circuits courts à Cusco ne contribuent donc pas nécessairement à la sécurité alimentaire des populations les plus modestes. L’expérience cusquenienne témoigne ainsi de l’éloignement des proximités de ressources entre producteurs et clients des classes populaires.

31Dans d’autres situations, la proximité entre agriculteurs peut également être altérée par l’existence de conflits locaux qui résultent d’orientations économiques choisies par les gouvernements centraux. C’est par exemple le cas à Victoria del Portete, dans la province de l’Azuay, en Équateur, où la désunion de la population paysanne résulte d’un conflit lié à l’exploitation minière. Alors qu’au début des années 2010, le gouvernement de Rafael Correa a donné une impulsion au développement de l’extractivisme minier, en dépit de son discours sur le Buen Vivir et des Droits de la Nature inscrits dans la Constitution de 2008, la localité s’est vue être affectée par le projet minier Loma Larga, en cours de démarrage au moment de notre travail de terrain en 2016. C’est dans ce contexte que de vives tensions sont apparues entre opposants et défenseurs du projet, les premiers faisant prévaloir les effets néfastes de l’extractivisme sur l’environnement et l’agriculture, les seconds rappelant que l’essor minier allait fournir de nombreux emplois (Rebaï et Alvarado, 2018). Si la paroisse Victoria del Portete a été le théâtre de violents affrontements entre habitants, depuis plusieurs années les agriculteurs familiaux apparaissent on ne peut plus désolidarisés, ce qui a pour conséquence de limiter la mise en marche de projets soutenus par les institutions publiques qui tentent de réinvestir la localité. Ainsi, les fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture nous ont confié qu’ils n’étaient pas encore parvenus, en 2016, à mettre sur pied, au niveau local, une association de petits producteurs comme il en existe aujourd’hui une quarantaine dans la région cuencanaise et qui, depuis plusieurs années, ont renforcé les deux grands réseaux régionaux de producteurs agroécologiques qui ont émergé, au début des années 2000.

Des projets de circuits courts à la portée socio-spatiale limitée

32Si les proximités entre agriculteurs ou entre agriculteurs et consommateurs peuvent parfois être faibles, il faut également souligner le fait que les modèles alternatifs de production et de commercialisation agricole qui ont émergé ces dernières années dans les Andes ne concernent pour le moment que certaines enclaves rurales économiquement plus dynamiques et déjà bien connectées au milieu urbain et à la mondialisation. C’est notamment le cas de la Vallée Sacrée des Incas où l’on dénombre une quinzaine d’associations et de coopératives de producteurs engagées dans un processus de transition agroécologique, au moins une dizaine d’entreprises agricoles ou agro-alimentaires spécialisées dans les produits bio ou écologiques, et au moins 5 ONG locales promouvant l’agriculture écologique (Girard, 2017a). Dans cette même vallée, la concentration de l’activité touristique, avec de nombreux hôtels et restaurants, offre d’importants débouchés aux producteurs agroécologiques, alors qu’elle génère déjà un grand nombre d’emplois pour la population rurale qui, plus qu’ailleurs dans le reste des Andes péruviennes, pratique la pluriactivité et cumule donc diverses sources de revenus. En outre, il convient également de rappeler que, dans cette même région cusquenienne, les différentes structures dédiées à l’agriculture durable et aux circuits courts entretiennent peu de liens entre elles.

33Au final, loin d’apparaître comme un processus puissant, la transition territoriale dans le département de Cusco apparaît plutôt "fragmentée" ou "partielle". Il est également possible de parler d’une transition territoriale "partielle" dans la province de l’Azuay, en Équateur, où la formation des associations de producteurs agroécologiques résulte de la volonté (cachée) de la part des autorités publiques de lutter contre l’informalité et donc, de maintenir l’ordre sur les marchés. En effet, le centre historique de Cuenca, classé au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1999, figure parmi les sites touristiques les plus importants d’Équateur et il revient donc à la municipalité de maintenir les rues propres et dégagées. C’est pour cela qu’à la fin des années 2000, on a assisté au réaménagement du quartier 9 de Octubre, au milieu duquel se trouvait l’un des marchés les plus animés de Cuenca. Avec la présence de gardes à l’entrée du nouveau marché "fermé", il est désormais impossible pour les paysans azuayens de venir vendre leurs produits dans ce lieu autrefois "ouvert", où les vendeurs informels se mêlaient aux vendeurs officiels, et, même lorsqu’ils décident de s’installer dans les rues adjacentes au nouvel édifice, la police est souvent là pour les déloger. L’émergence et le maintien des associations régionales de petits producteurs agroécologiques entrent donc dans une stratégie plus large de contrôle de l’espace urbain par les autorités publiques. La mutation récente du quartier correspond en réalité à ce qui a pu se dérouler dans les centres de nombreuses villes latino-américaines : après avoir été ignorés des pouvoirs publics pendant plusieurs décennies, ils sont devenus au cours des années 2000 l’objet de grands programmes de réaménagement dont le double objectif est de glorifier le patrimoine architectural et d’exclure les populations non solvables (Rivière d’Arc et Memoli, 2006). Ainsi, la municipalité de Cuenca, en n’intégrant que très rarement à son association les paysans les plus pauvres de l’espace rural régional, ceux qui disposent de très peu de terres et qui ne sont pas en mesure de payer un droit d’entrée élevé, procède suivant une logique d’exclusion. Par conséquent, elle laisse en marge des circuits courts les familles paysannes qui sont a priori les plus vulnérables et qui auraient un besoin prioritaire d’appuis institutionnels. A l’inverse, l’apparition de petits producteurs régionaux sur les marchés cuencanais ne sert en bonne partie qu’à la promotion artificielle de l’agriculture paysanne qui, aux yeux des pouvoirs publics, apparaît de toute évidence moins importante que la valorisation du patrimoine urbain. La création de circuits courts relève donc moins d’une stratégie de développement des campagnes cuencanaises que d’une "mise en scène" de la paysannerie sur des places marchandes fortement contrôlées et dont l’organisation est davantage pensée pour satisfaire la clientèle urbaine et le flot de touristes internationaux de passage à Cuenca et heureux de visiter une ville bien entretenue. Ainsi, elle ne contribue que partiellement à la transition des territoires dans cette région des Andes.

Conclusion

34Au Pérou comme en Équateur, le modèle capitaliste de développement rural a montré ses limites. Dans ce contexte, les circuits courts de commercialisation qui se développent dans la région andine semblent constituer des alternatives intéressantes de transition territoriale. Comme nous l’avons vu à Cusco et à Cuenca, les circuits courts favorisent la (ré)apparition de solidarités entre agriculteurs et donnent lieu à la réactivation, à l’intensification et au perfectionnement de pratiques agroécologiques au sein des exploitations et, au-delà, au développement de stratégies collectives de transport et de commercialisation des produits. Si ces éléments apparaissent comme des signes évidents d’empowerment des agriculteurs familiaux, et donc leur capacité à mettre en ouvre de véritable processus de développement territorial, ils permettent en fin de compte de contredire l’idée souvent répandue selon laquelle la disparition des liens de réciprocité et de solidarité au sein des communautés paysannes andines serait inéluctable dans le contexte de la mondialisation. Ils confirment ainsi que la formation de collectifs ou de structures favorisant la coopération régulière entre agriculteurs peut avoir des effets très positifs pour la résolution de problèmes communs et pour la mise en place d’actions coordonnées ayant pour finalité une meilleure valorisation des ressources environnementales et la mise en place de projets de développement territorial (Raimbert et Rebaï, 2017 ; Allain, 2019).

35Sur un plan méthodologique, nos recherches confirment la nécessité d’aborder la transition agroécologique des territoires par une lecture articulée des innovations agricoles et des innovations socio-économiques. Elles renvoient donc au fait de promouvoir des analyses transdisciplinaires, afin de privilégier des approches systémiques articulant l’échelle de l’exploitation à celle du territoire et de mettre l’accent sur la coordination des différents acteurs qui agissent sur la dynamique du système alimentaire. D’un point de vue plus général, nos expériences dans les Andes péruviennes et équatoriennes ont mis en évidence que la formation de circuits courts stimule la création de nouvelles solidarités territoriales entre villes et campagnes et contribue dès lors à l’émergence de véritables bassins de vie au sein desquels producteurs et consommateurs entretiennent une proximité spatiale et socio-économique on ne peut plus forte. Elles suggèrent ainsi de promouvoir de nouvelles politiques publiques qui, plutôt que d’être sectorielles, comme elles l’ont été jusqu’ici au Pérou et en Équateur, en se concentrant d’un côté sur l’aménagement des villes et en encourageant de l’autre la "modernisation" de l’économie rurale et agricole, pourraient établir une nouvelle échelle de développement des territoires andins en favorisant la construction de liens forts et durables entre villes et campagnes. Dans ce contexte, les circuits courts de commercialisation pourraient être à la base de ces nouvelles politiques publiques mais, surtout, des appuis institutionnels devraient amener à renforcer les capabilités des agriculteurs qui, ainsi, pourraient assurer l’approvisionnement alimentaire des villes et devenir des acteurs centraux du développement durable des campagnes et, de manière plus générale, des garants de la vitalité de la culture régionale, notamment sur les plans agricole et alimentaire. Alors que l’on ne cesse dans la presse et dans le monde académique de parler de villes intelligentes (smart cities), en insistant sur les aspects technologiques de l’amélioration du mode de vie urbain, il ne nous semble pas absurde pour conclure cet article d’indiquer qu’il serait également essentiel de parler avec la même force de l’importance de construire des territoires intelligents au sein desquels les proximités entre ville et campagne, entre agriculteurs et enfin entre producteurs et consommateurs, permettraient de répondre aux enjeux globaux de la sécurité alimentaire et de la protection de l’environnement. Loin de partager la vision de la FAO qui, en promouvant le concept de climate smart agriculture, a le défaut de faire de l’augmentation des rendements le principal levier de développement des territoires ruraux dans les Suds, nous souhaitons au contraire insister sur la nécessité de favoriser de nouvelles solidarités entre acteurs ruraux et urbains, notamment par l’établissement de circuits courts, afin d’aboutir à la transition des territoires.

Haut de page

Bibliographie

Allain M., 2019, "L’agriculture paysanne en Colombie : un champ de bataille pour un développement alternatif", in: Gana A., Mesclier E., Rebaï N. (dir.), Agricultures familiales et territoires dans les Suds, Tunis et Paris, IRMC et Karthala, 229-248.

Altieri M. A., Nicholls C.I., 2000, "Un enfoque agroecológico para el desarrollo de sistemas de producción Sustentables para los campesinos andinos", in : Altieri M. A., Nicholls C.I. (dir.), Teoría y práctica para una agricultura sostenible, Mexico, PNUE, 45-99.

Alvarado Vélez J., 2016, "Movimientos sociales con racionalidad ambiental: el caso de Kimsacocha", Revista colombiana de ciencias sociales, Vol.7, No.1, 80-95.
DOI : Doi.org/10.21501/issn.2216-1201

Anderson E., Marengo J., Villalba R., Halloy S., Young B., Cordero D., Gast F., Jaimes E., Ruiz D., 2011, "Consequences of climate change for ecosystems and ecosystem services in the tropical Andes", in: Herzog S.K., Martínez R., Jørgensen P.M., Tiessen H., (eds.), Climate Change and Biodiversity in the Tropical Andes, Inter-American Institute for Global Change Research, 1-18.

Antheaume B., Giraut F., 2005, Le territoire est mort, vive les territoires ! : une (re) fabrication au nom du développement, Paris, IRD éditions.

Bebbington A., 2011, "Extractive industries, socio-environmental conflicts and political economic transformations in Andean America", in : Bebbington A. (eds.), Social Conflict, Economic Development and the Extractive Industry, Londres et New York, Routledge, 22-45.

Bebbington A., Humphreys Bebbington D., Bury J., Lingan J., Muñoz J. P., Scurrah M., 2008, "Mining and Social Movements: Struggles Over Livelihood and Rural Territorial Development in the Andes", World Development, Vol.36, No.12, 2888-2905.

Bedoya-Perales N. S., Pumi G., Talamini E., Padula A. D., 2018, "The quinoa boom in Peru: Will land competition threaten sustainability in one of the cradles of agriculture?", Land Use Policy, No.79, 475-480.

Bonomelli V., Roudart L., 2019, "Quels effets des circuits courts de commercialisation sur les moyens d’existence des agriculteurs familiaux ? Le cas d’une foire paysanne à Quito (Équateur)", Économie rurale, No.367, 95-11.
DOI : 10.4000/economierurale.6599

Borja R., Oyarzún P., 2016, "Strengthening local healthy food systems: An experiment in Ecuador’s central highlands", in : Loconto A., Poisot A-S., Santacoloma P. (eds.), Innovative markets for sustainable agriculture. How innovations in market institutions encourage sustainable agriculture in developing countries, Roma, FAO/INRA, 92-111.

Bouba-Olga O., Grossetti M., 2008, "Socio-économie de proximité", Revue d’économie régionale & urbaine, No.3, 311-328.

Bourdieu P., 1993, "L’espace des points de vue", in : Bourdieu P. (eds.), La misère du monde, Paris, Seuil, 13-17.

Breilh J., 2007, "Nuevo modelo de acumulación y agroindustria: las implicaciones ecológicas y epidemiológicas de la floricultura en Ecuador", Ciênc. saúde coletiva, Vol.12, No.1, 91-104.

Campagne P., Pecqueur B., 2014, Le développement territorial, une réponse émergente à la mondialisation, Paris, Editions Charles Léopold Mayer.

Chaléard J-L., (dir.), 2014, Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries, Paris, Karthala.

Chaléard J-L., Dubresson A. (eds.), 1999, Villes et campagnes dans les pays du Sud. Géographie des relations, Paris, Karthala.

Chaléard J-L., Marshall A., 2015, "Nouvelles vulnérabilités et implantation des entreprises agro-industrielles sur le piémont côtier péruvien", L’espace géographique, Vol.44, No.3, 245-258.

Chambilla H., López E., 2018, "Conecting producers and consumers through innovation mechanisms: short value chains and participatory guarantee systems. Plurinational State of Bolivia", in: Loconto A., Poisot A-S., Santacoloma P. (eds.), Innovative markets for sustainable agriculture. How innovations in market institutions encourage sustainable agriculture in developing countries, Roma, FAO/INRA, 281-301.

Chiffoleau Y., Prevost B., 2012, "Les circuits courts, des innovations sociales pour une alimentation durable dans les territoires", Norois, Vol.3, No.224, 7-20.

Clark P., Martínez L., 2016, "Local alternatives to private agricultural certification in Ecuador: Broadening access to ‘new markets’? ", Journal of Rural Studies, Vol.45, 292–302.
DOI : https://doi.org/10.1016/j.jrurstud.2016.01.014

Contreras J., Paredes M., Turbay S., 2017, "Circuitos cortos de comercialización agroecológica en el Ecuador", Idesia, Vol.35, No.3, 71-80.

Devaux A., Horton D., Velasco C., Thiele G., López G., Bernet T., Reinoso I., Ordinola, M., 2009, "Collective action for market chain innovation in the Andes", Food Policy, Vol.34, No.1, 31-38.

Deverre C., 2011, "Agricultures alternatives et transformation des systèmes alimentaires", Pour, Vol.5, No.212, 39-50.

Deverre C., Lamine C., 2010, "Les systèmes agroalimentaires alternatifs. Une revue de travaux anglophones en sciences sociales", Économie rurale, No.317, 57-73.

Dufour A., Lanciano É., 2012, "Les circuits courts de commercialisation : un retour de l'acteur paysan ?", Revue Française de Socio-Économie, Vol.1, No.9, 153-169.
DOI : 10.3917/rfse.009.0153. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2012-1-page-153.htm

Duru M., Fares M., Therond O., 2014, "Un cadre conceptuel pour penser maintenant (et organiser demain) la transition agroécologique de l’agriculture dans les territoires", Cahiers Agricultures, Vol.23, No.2, 84-95.

Eguren F., 2013, "Acaparamiento de tierras. Reflexiones a partir de estudios de casos", Histoires(s) de l’Amérique latine, Vol.8.
URL : http://www.hisal.org/revue/article/Eguren2013-8

Festas L., Le Gall J., Raton G., Rebaï N., 2018, "De la parcelle agricole à la place marchande ou quand le géographe enquête sur les relations ville-campagne dans les Suds", in : Lesourd M., Sanjuan T., Tallet B. (éds.), De la géographie tropicale à la géographie du développement : un parcours de géographe. Hommage à Jean-Louis Chaléard, Paris, L’Harmattan/PRODIG, 129-146.

Fonte S. J., Vanek S. J., Oyarzun P., Parsa S., Quintero D. C., Rao I. M., Lavelle P., 2012, "Pathways to agroecological intensification of soil fertility management by smallholder farmers in the Andean highlands", Advances in agronomy, Vol.116, 125-184.

Girard M., 2017a, Les Andes péruviennes à l’heure des agricultures durables. Réflexions sur la transition agroécologique et ses verrouillages socio-techniques à Cusco, Thèse de doctorat en géographie, Université d’Orléans.

Girard M., 2017b, "Approvisionner la ville de Cusco (Pérou) en produits biologiques", in : Berger M., Chaléard J-L. (dir.), Villes et campagnes en relations : regards croisés Nords-Suds, Paris, Karthala, 183-197.

Giunta I., 2014, "Food sovereignty in Ecuador: peasant struggles and the challenge of institutionalization", The Journal of Peasant Studies, Vol.41, No.6, 1201-1224.

Goulet F., Vinck D., 2012, "L'innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement", Revue française de sociologie, Vol.53, No.2, 195-224.

Granjean A., Le Teno H., 2015, "Transition (Point de vue 1) ", in : Bourg D., Papaux A. (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, 1006-1011.

Gudynas E., 2011, "Buen Vivir: germinado alternativas al desarrollo", América latina en movimiento [En ligne], article n°462.
URL : https://www.alainet.org/es/active/48052

Gudynas E., 2016, "Beyond varieties of development: disputes and alternatives", Third World Quarterly, Vol.37, No.4, 721-732.
DOI : https://doi.org/10.1080/01436597.2015.1126504

Guevara López S., Arciniegas Romero G., Guerrero Villegas W., 2017, "Alternativas de desarrollo comunitario y ferias solidarias en Imbabura", Revista Publicando, Vol.11, No.2, 545-569.

Gurr G., Wratten S., Altieri M. (eds.), 2007, Ecological Engineering for Pest Management Advances in Habitat Manipulation for Arthropods, Collingwood, Csiro Publishing.

Hellin J., 2012, "Agricultural Extension, Collective Action and Innovation Systems: Lessons on Network Brokering from Peru and Mexico", The Journal of Agricultural Education and Extension, Vol.18, No.2, 141-159.

DOI : https://doi.org/10.1080/1389224X.2012.655967

Hervé B., 2013, "En attendant d'être réinstallés : discours et conflit autour des enjeux du déplacement d'une communauté paysanne au Pérou", Autrepart, No.64, 71-88.

Higuchi A., 2015, "Características de los consumidores de productos orgánicos y expansión de su oferta en Lima", Apuntes, Vol.42, No.77, 57-89.

Hoogesteger H., Verzijl A., 2015, "Grassroots scalar politics: Insights from peasant water struggles in the Ecuadorian and Peruvian Andes", Geoforum, Vol.62, 13-23.

DOI : https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2015.03.013

Lacroix P., Cheng G., 2014, Ferias y mercados de productores: Hacia nuevas relaciones campo-ciudad, Lima, CEPES-AVSF.

Lalander R., Ospina P., 2012, "Movimiento indígena y revolución ciudadana en Ecuador", Cuestiones Políticas, Vol.28, No.48, 13–50.

Latouche S., 2004, Survivre au développement. Paris, Fayard coll. Mille et une nuits.

Leloup H., 2016, "L’agriculture de proximité à Lima, vers un système productif plus juste pour les producteurs et les consommateurs", Justice spatiale-Spatial justice, No.9.
URL : https://www.jssj.org/article/lagriculture-de-proximite-a-lima-vers-un-systeme-productif-plus-juste-pour-les-producteurs-et-les-consommateurs/

Malengreau J., 2006, "Fractures sociales et liens solidaires intracommunautaires dans les Andes septentrionales du Pérou", Civilisations. Revue internationale d'anthropologie et de sciences humaines, No.55, 71-89.

Marshall A., Mesclier E., Chaléard J-L., 2012, "Les petits producteurs dans le nouveau modèle agro-exportateur péruvien : entre subordination et stratégies propres", Autrepart, Vol.62, No.3, 57-73.

Martínez L., 2015, Asalariados rurales en territorios del agronegócio: flores y brócoli en Cotopaxi. Quito, FLACSO-Equateur.

Martínez L., 2017, "Agribusiness, Peasant Agriculture and Labour Markets: Ecuador in Comparative Perspective", Journal of Agrarian Change, Vol.17, No.4, 680–693.

Martinez Godoy D., 2016, "Territorios campesinos y agroindustria: un análisis de las transformaciones territoriales desde la economía de la proximidad. El caso Cayambe (Ecuador)", Eutopía, No.10, 41-55.

Massal J., 2013, "L'incertaine construction de l'État plurinational et de la démocratie participative en Équateur : aléas et résistances", Revue internationale de politique comparée, Vol.20, No.1, 117-138.

Mesclier E., Marshall A., Chaléard J-L., Auquier C., 2013, "L'agriculture entreprenariale d'exportation : un choix politique aux enjeux complexes", Problèmes d’Amérique latine, Vol.88, No.1, 55-76.

Morlon P., 1992, Comprendre l’agriculture paysanne dans les Andes centrales. Pérou – Bolivie, Paris, INRA.

Oyarzun P. J., Borja R. M., Sherwood S., Parra V., 2013, "Making sense of agrobiodiversity, diet, and intensification of smallholder family farming in the highland Andes of Ecuador", Ecology of food and nutrition, Vol.52, No.6, 515-541.

Pajuelo Teves R., 2013, "Pérou : nouveau cycle de mobilisation paysanne et indigène", Alternatives sud, Vol.20, No.4, 157-162.

Pecqueur B., 2005, "Le développement territorial : une nouvelle approche des processus de développement pour les économies du Sud", in : Antheaume B., Giraut F. (Eds.), Le territoire est mort. Vive les territoires ! Une (re)fabrication du développement. Paris, IRD, 295-316.

Perez C., Nicklin C., Dangles O., Vanek S., Sherwood S., Halloy S., Garrett K., Forbes G., 2010, "Climate Change in the High Andes: Implications and Adaptation Strategies for Small-scale Farmers", The International Journal of Environmental, Cultural, Economic and Social Sustainability, Vol.6, 71 - 88.

Petrescu D. C., 2012, "Sustainability, tourism and consumer behavor", Quality-Access to Success, Vol.13, 243-248.

Piraux M., Silveira L., Diniz P., Duque G., 2010, "La transition agroécologique comme une innovation socio-territoriale. Le cas du territoire de la Borborema dans le semi-aride brésilien", in : Coudel E., Devautour H., Soulard C-T., Hubert B. (Eds.), International symposium ISDA 2010. Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food, Montpellier, Cirad-INRA-SupAgro.

Praly C., Chazoule C., Delfosse C., Mundler P., 2014, "Les circuits de proximité, cadre d’analyse de la relocalisation des circuits alimentaires", Géographie, économie, société, Vol.16, No.4, 455-478.

Pretty J. N., Noble A. D., Bossio D., Dixon J., Hine R. E., Penning de Vries F. W., Morison J. I., 2006, "Resource-conserving agriculture increases yields in developing countries", Environmental science & technology, Vol.40, No.4, 1114-1119.

Privitera D., 2010, "The importance of organic agriculture in tourism rural", APSTRACT: Applied Studies in Agribusiness and Commerce, Vol.4, 59-64.

Raimbert C., Rebaï N., 2017, "Collectifs et développement durable des territoires ruraux en Amérique latine. Une réflexion depuis le Brésil et l’Équateur", EchoGéo [En ligne], article n°42.
URL : https://journals.openedition.org/echogeo/15131

Ranaboldo C., Arosio M., Díaz P. (Eds.), 2016, "Circuitos Cortos de Comercialización. El caso de los mercados públicos institucionales", RIMISP.
URL : http://www.bioculturaldiversityandterritory.org/documenti/263_300000176_circuitoscortosdecomercializacio769n.resumenejecutivo2016.pdf

Raton G., Blanquart C., de Biasi., 2017, "Des circuits courts durables ? De l’utopie à la réalité... ", Cahiers de l'IAU, No.173.

Rebaï N., 2011, "Les effets de l’émigration paysanne dans les Andes équatoriennes : une lecture photographique", EchoGéo [en ligne], No.16.
URL : https://journals.openedition.org/echogeo/12382

Rebaï N., 2012, A chacun son chemin. Une analyse de la redéfinition des stratégies paysannes et des dynamiques territoriales dans le contexte migratoire des Andes équatoriennes, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Rebaï N., 2013, "Quand l’argent de la migration change la donne : développement agricole et dynamique foncière dans une localité de la province andine de l’Azuay (Equateur) ", Autrepart, No. 67-68, 193-212.
DOI : https://doi.org/10.3917/autr.067.0193

Rebaï N., 2014, "Rôle des productrices maraîchères dans l’approvisionnement de la ville de Cuenca en Équateur", POUR dossier thématique : L’agriculture familiale à travers le prisme du genre, No.222, 261-273.

Rebaï N., 2015, "Émigration paysanne et vulnérabilité des territoires ruraux dans les Andes équatoriennes. Une analyse en image depuis la périphérie de Cuenca", EchoGéo, [en ligne], article n°34.
URL : https://journals.openedition.org/vertigo/18240

Rebaï N., Alvarado J., 2018, "Trajectories of Vulnerability of Rural Territories in the Ecuadorian Andes: A Comparative Analysis", Journal of Alpine Research, Vol.106, No.3.

Rebaï N., Rebaudo F., Rebotier J., Dangles O., 2016, "Logiques paysannes, production et lutte contre les ravageurs des cultures à Salcedo, dans les Andes équatoriennes : stratégies individuelles ou collectives ? ", VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], Vol.16, No.3.

Rebaudo F., Dangles O., 2015, "Adaptive Management in Crop Pest Control in the Face of Climate Variability: an Agent-Based Model Approach", Ecology and Society, Vol.20, No.2.
URL : https://www.ecologyandsociety.org/vol20/iss2/art18/

Rist G., 1996, Le Développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de sciences po.

Rist G., 2017, "Que reste-t-il du « développement »", in : Badie B., Vidal D. (dir.), Un monde d’inégalités, Paris, La Découverte, 132-139.

Rivière D’Arc H., Memoli M., 2006, Le pari urbain en Amérique latine. Vivre dans le centre des villes. Paris, Armand Colin.

Saylor C. R., Alsharif K. A., Torres H., 2017, "The importance of traditional ecological knowledge in agroecological systems in Peru", International Journal of Biodiversity Science, Ecosystem Services & Management, Vol.13, No.1, 150-161.

Sen A., 1985, Commodities and Capabilities. Oxford, Elvesier Science Publishers.

SENASA, 2017, Estadísticas de producción orgánica nacional 2016.
URL : https://www.senasa.gob.pe/senasa/descargasarchivos/2017/08/Situaci%C3%B3n-de-la-PO-2016.pdf

Sherwood S., Paredes M., 2014, "Dynamics of Perpetuation. The Politics of Keeping Highly Toxic Pesticides on the Market in Ecuador", Nature and Culture, Vol.9, No.1, 21-44.

Sosa M., Zwarteveen M., 2012, "Exploring the politics of water grabbing: The case of large mining operations in the Peruvian Andes", Water Alternatives, Vol.5, No.2, 360-375.

Svampa M., 2011, "Néo-développentisme extractiviste, gouvernements et mouvement sociaux en Amérique latine", Problèmes d’Amérique latine, No.81, 103-127.

Tito R., Vasconcelos HL., Feeley KJ., 2018, "Global climate change increases risk of crop yield losses and food insecurity in the tropical Andes", Global Change Biolology, Vol.24, No.2, 592– 602.
DOI : https://doi.org/10.1111/gcb.13959

Tonneau J-P., Piraux M., Coudel E., Guilherme de Azevedo S., 2009, "Évaluation du développement territorial comme processus d'innovation et d'institutionnalisation : le cas du Territoire du Alto Sertão do Piauí e Pernambuco au Nordeste du Brésil". VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], Vol.9, No.3.
URL : http://vertigo.revues.org/9207

Torre A., Beuret J. E., 2012, Proximités territoriales, Paris, Economica.

Torre A., 2015, "Théorie du développement territorial", Géographie, économie, société, Vol.17, No.3, 273-288.

Tschopp M., Bieri S., Rist S., 2018, "Quinoa and production rules: how are cooperatives contributing to governance of natural resources?", International Journal of the Commons, Vol.12, No. 1, 402–427.

Ugás R., Vargas V S., Cóndor P., Vd Eeckhout H., 2014, Agroecología, Medios de vida y seguridad alimentaria. Resultados iniciales de una encuesta de hogares en 3 regiones andinas. Communication présentée au XIII Encuentro Nacional de Agricultura Ecológica, Lima, Pérou.
URL: http://www.raeperu.org.pe/ENAE2014/exposisiones2014/medios_de_vida_seguridad_Roberto_Ugas.pdf

Van Cott D. L., 2004, "Los Movimientos Indígenas y sus Logros: La representación y el reconocimiento jurídico en los Andes". América Latina Hoy, No. 36, 141–159.

Vasco C., Sanchez C., Limaico K., Abril Victor H., 2018, "Motivations to consume agroecological food: An analysis of farmers’ markets in Quito, Ecuador", Journal of Agriculture and Rural Development in the Tropics and Subtropics, Vol.119, No.2, 1–10.

Villalba-Eguiluz U., Etxano I., 2017, "Buen Vivir vs Development (II): The Limits of (Neo-) Extractivism", Ecological Economics, Vol.138, 1-11.
DOI : https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2017.03.010

Wagner C. H., Cox M., Robles J. L. B., 2016, "Pesticide lock-in in small scale Peruvian agriculture", Ecological Economics, Vol.129, 72-81.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, nous utiliserons des guillemets lorsque nous parlerons de produits "biologiques" car tous ne sont pas nécessairement certifiés par un label.

2 Cette expression fait référence à l’avenue des volcans dans les Andes équatoriennes qui constitue l’un des éléments attractifs les plus importants pour le tourisme et la recherche scientifique en Équateur.

3 http://www.equateur.ird.fr/activites/projets-de-recherche/agriculture/anr-man-pest-insectes-ravageurs-et-securite-alimentaire

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des terrains d’étude dans le département de Cusco et la Vallée sacrée des Incas, au Pérou
Crédits Source : Fond de carte : d-maps.com. Réalisation cartographique : M. Girard.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/33986/img-1.png
Fichier image/png, 433k
Titre Figure 2. Localisation des terrains d’étude dans les Andes équatoriennes
Crédits Source : Fond de carte : Instituto Geográfico Militar (IGM). Réalisation cartographique : M. Girard et N. Rebaï.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/33986/img-2.png
Fichier image/png, 221k
Titre Figure 3. Ecoferias "Frutos de la Tierra" de l’ARPEC sur la place San Pedro, à Cusco, en plein centre-ville touristique, en 2014
Légende Deux fois par mois, le marché bio organisé par l’ARPEC réunit entre 20 et 40 producteurs venus de toute la région.
Crédits Source : M. Girard.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/33986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4. Des producteurs agroécologiques à la foire de Miraflores à Cuenca en 2009
Légende Les producteurs agroécologiques de la périphérie cuencanaise, repérables à leurs uniformes et leurs stands verts, offrent une gamme très variée de produits (fruits, légumes, fromages, œufs).
Crédits Source. N. Rebaï.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/33986/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margaux Girard et Nasser Rebaï, « Circuits courts de commercialisation et transition territoriale dans les Andes. Une réflexion depuis le Pérou et l’Équateur », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 930, mis en ligne le 29 janvier 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/33986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.33986

Haut de page

Auteurs

Margaux Girard

CEDETE EA 1210
Géographe, Chercheuse associée, Docteure de l'Université d'Orléans, France
margaux-girard@live.fr

Nasser Rebaï

UMR PRODIG
Géographe, Chercheur associé, Docteur de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France
nass.reb@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page