Navigation – Plan du site

Les représentations de l’Arctique dans L’Épave du Cynthia de Jules Verne et d’André Laurie

Representation of the Artic in The Salvage from the Cynthia by Jules Verne et André Laurie
Élise Lépy

Résumés

L’Épave du Cynthia de Jules Verne et d’André Laurie est un roman géographique dont les personnages évoluent dans les eaux arctiques. Il s’inscrit dans une époque marquée par de nombreuses découvertes scientifiques et expéditions polaires qui ont grandement inspiré les deux auteurs. L’article aborde le caractère hybride du roman entre réalité et imaginaire puis étudie la place prédominante des paysages arctiques au travers de l’analyse du champ lexical dédié au glaciel et des représentations géographiques de ces paysages au XIXème siècle.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a pu être finalisé avec le soutien des projets de recherche « Understanding the cultural impacts and issues of Lapland mining : a long-term perspective on sustainable mining policies in the North » financé par l’Académie de Finlande, et TRANSARCT (Transformation and social innovation for sustainable Arctic communities) de l’Université d’Oulu. L’auteure tient à remercier les deux réviseurs anonymes pour leurs commentaires constructifs.

Introduction

1La seconde moitié du XIXème siècle a été marquée par la préoccupation grandissante du monde occidental pour les régions encore non explorées de la Terre. Cette obsession de découvrir de nouvelles terres dominait non seulement les discussions des élites intellectuelles mais intéressait aussi grandement la presse populaire dont les lecteurs avaient toujours soif de récits d’aventures qui mêlaient inconnu et frisson (Riffenburgh, 1991). Ce siècle fut ainsi marqué par la conquête des pôles qui était alors un objectif glorieux et par les débats scientifiques autour de la formation des glaces qui contribuèrent à la valorisation des régions arctiques non seulement auprès du monde savant, mais aussi des gens de lettres (Brot, 2015). C’est dans ce contexte historique, intellectuel et scientifique que Verne écrivit l’intégralité de son œuvre littéraire dont onze des romans se déroulent dans les régions polaires, que partiellement explorées à l’époque. L’Épave du Cynthia fut l’un des derniers romans polaires de Verne, largement inspiré par la traversée glorieuse du Passage du Nord-Est par l’explorateur suédo-finlandais Adolf Erik Nordenskjöld en 1878.

  • 1 Les illustrations proviennent de l’édition de 1885 alors que les extraits et citations de celle de (...)

2Il est l’un des romans les moins connus de Jules Verne et ne figure pas parmi les Voyages Extraordinaires. C’est un roman qui fut publié en 18851 avec la double signature de Jules Verne et d’André Laurie, et dont l’authenticité à maintes fois été évoquée (Vierne, 1966). En effet Paschal Grousset, alias André Laurie, est à l’origine de quelques romans (Cinq cents millions de la Bégum, L’étoile du Sud par exemple) parus sous le nom de Jules Verne que ce dernier aurait adapté et signé seul suivant l’injonction de Hetzel, éditeur des romans de Verne (Vierne, 1966 ; Crovisier, 2012). La double signature de L’Épave du Cynthia n’a cessé d’intriguer des générations de lecteurs. D’après Lacassin (1978), la contribution de Verne s’avéra moins créatrice et Hetzel décida donc de divulguer le nom de l’auteur original du roman, à savoir André Laurie dont les compétences dans le roman d’aventures mirent du temps à être reconnues.

3L’Épave du Cynthia conte l’histoire d’Erik Hersebom, rescapé du naufrage du Cynthia alors qu’il n’avait que quelques mois grâce à un pêcheur de la côte norvégienne. La rencontre d’Erik Hersebom avec le docteur Schwaryencrona le mènera à percer le mystère du naufrage du Cynthia afin de retrouver la trace de ses origines familiales. Aux commandes d’un voilier, l’Alaska, cette quête le conduira lui et son équipage sur les traces de la Vega, voilier de l’expédition arctique menée par l’explorateur suédo-finlandais Nordenskjöld (1832-1901) à bord duquel se trouve un matelot qui seul connaît la vérité sur le naufrage du Cynthia et sur les origines d’Erik. Verne et Laurie nous conduisent dans des contrées lointaines minutieusement dépeintes mêlant réalisme et imaginaire. Encore une fois dans ce roman, l’excellente description des paysages et l’imaginaire géographique rendent ce récit captivant (Dupuy, 2013). Le lecteur, en participant au voyage circumpolaire des personnages du roman, découvre les conditions extrêmes du monde arctique. Pour ce faire, Verne et Laurie usent notamment d’un lexique étendu du glaciel faisant découvrir au lecteur les subtilités de ce monde fascinant des très hautes latitudes.

4Cet article a pour objectif 1) de resituer le roman dans le contexte historique de l’époque afin de souligner le caractère hybride du récit entre réalité et fiction, 2) d’étudier les paysages dépeints dans L’Épave du Cynthia en examinant le champ lexical dédié à la description des paysages arctiques. L’enjeu est ici de mettre en évidence : d’une part, l’anticipation terminologique mobilisée par Verne et Laurie pour décrire l’environnement glaciel ; d’autre part, la paradoxale oscillation entre émerveillement et épouvante dans les descriptions de l’imaginaire des hautes latitudes.

L’Épave du Cynthia : un roman géographique entre réalité et imaginaire

5À travers ce roman, Jules Verne, cette fois accompagné d’André Laurie, développe encore une fois son imaginaire géographique transportant le lecteur dans l’espace et dans le temps (Dupuy, 2011). Si la narration, inspirée des épopées maritimes de l’époque, témoigne de la part des auteurs d’une bonne connaissance du contexte historique et scientifique de la seconde moitié du XIXème siècle, des prises de liberté manifestes soulignent toutefois le caractère fictionnel du récit d’aventure.

6Alors que pour atteindre la Vega et à son bord Patrick O’Donoghan qui détient le mystère de famille du héros, les personnages du récit s’apprêtent à rejoindre le détroit de Béring en empruntant la route maritime qui traverse le Canal de Suez (percé seulement quelques années avant la publication du roman), ils se retrouvent confrontés aux embûches semées par un certain Tudor Brown. Contraints à revoir leur itinéraire maritime, ils vont choisir de naviguer dans les eaux arctiques du Passage du Nord-Ouest afin de rattraper la Vega par le détroit de Béring, après quoi ils retourneront à Stockholm en empruntant le Passage du Nord-Est (carte 1).

Carte 1. Trajet emprunté par l’équipage de l’Alaska en 1879 (les noms de lieux sont indiqués tels qu’écrits dans le roman)

Carte 1. Trajet emprunté par l’équipage de l’Alaska en 1879 (les noms de lieux sont indiqués tels qu’écrits dans le roman)

À la découverte des passages du Nord-Ouest et du Nord-Est

7Dès le début du roman, quelques indices apparaissent quant au chemin que va suivre le héros. Alors élève à l’école locale de Noroë sur la côte occidentale norvégienne, l’enfant est interrogé par un visiteur, un certain docteur Schwaryencrona, sur le chemin le plus court pour se rendre sur la côte Ouest des États-Unis ou au Japon depuis la Norvège (p.11).

Eh bien, puisque l’océan Glacial arctique communique d’une part avec l’Atlantique qui baigne nos côtes, d’autre part avec le Pacifique, - ne pensez-vous pas que le chemin le plus court pour se rendre à Yokohama ou à San-Francisco serait cette mer arctique ?

Assurément, monsieur le docteur, répondit Erik, ce serait le chemin le plus court, sil était praticable. Mais jusquici tous les navigateurs qui ont tenté de le suivre se sont trouvés arrêtés par les glaces, et ils ont dû renoncer à lentreprise, quand ils ny ont pas rencontré la mort.

Vous dites quon a souvent tenté de découvrir le passage nord-est ?

Une cinquantaine de fois depuis trois siècles ».

8« La fiction s’inspirant largement de la réalité, les personnages de Verne [et de Laurie] tirent leurs aventures, leurs échecs et leurs connaissances, des relations de voyages disponibles » (Brot, 2015, p.76). S’en suit alors une longue énumération par Erik Hersebom des différentes expéditions arctiques depuis le XVIème siècle jusqu’à celle menée par Nordenskjöld qui fut le premier à franchir le passage du Nord-Est en 1878. Malgré quelques légères imprécisions Verne et Laurie font part de leur connaissance aiguë des avancées scientifiques de l’époque et des siècles précédents.

9Plus loin, Verne use toutefois de sa marque de fabrique littéraire (Unwin, 2000) en mêlant réalités scientifiques et fiction lorsque le jeune Erik déclare que « le passage du nord-ouest n’est plus aujourd’hui ce qu’il était jadis, […], l’épouvante et le tourment des navigateurs. C’est une voie intermittente […] mais parfaitement connue maintenant, tracée sur d’excellentes cartes, fréquentée par des centaines de navires baleiniers » (p.221). Ce passage situé dans les eaux glaciales du Canada fut découvert en 1616 par Baffin et redécouvert par Ross en 1818 sans jamais avoir pu être traversé dans son intégralité avant que Maclure n’en fasse la traversée à traîneau à chiens en 1853. Et il faudra attendre le début du XXème siècle pour que l’explorateur norvégien Roald Amundsen réalise cette expédition à bord d’un navire. Autant dire que Verne et Laurie, en confrontant leurs lecteurs de l’époque aux glaces inconnues du pôle arctique, les conduisent « vers un improbable ailleurs », pour reprendre l’expression de Bozzetto (2005).

Anticipation du tour de l’Arctique par Jules Verne et André Laurie

10Jules Verne et André Laurie, dans leur roman, ont largement anticipé l’exploit que représente le tour de l’Arctique sans hivernage et sans assistance : 124 ans se sont écoulés entre la publication du livre L’Épave du Cynthia (1886) dans lequel le héros accomplit « en sept mois et quatre jours, le premier périple circumpolaire » (p.306) et la véritable première circumnavigation Arctique. En effet, cette dernière, effectuée en une saison et sans assistance, ne fut réalisée qu’en 2010 par deux voiliers - le russe Peter 1st et le norvégien Northern Passage - dont les équipages se disputent la primauté.

11Michel Serres (cité par Clamen, 2017) affirmait que « ce qui compte vraiment, c’est de mettre en parallèle le monde tel qu’il a été vu, mis en scène, compris par Jules Verne, et de voir le monde aujourd’hui ». En effet, depuis la parution du roman, différents exploits se sont accumulés à commencer par la traversée historique du passage du Nord-Ouest par le norvégien Roald Amundsen à bord de son voilier Gjøa en 1903-06. Il sera maintes fois bloqué dans les glaces et subira trois hivernages (Day, 2006). Un peu plus d’une décennie plus tard, en 1918-1921, il reproduira l’exploit de son prédécesseur Nordenskjöld et traversera le passage du Nord-Est faisant de lui le premier homme à avoir traversé les deux passages de l’Arctique.

12Il faudra attendre ensuite huit décennies avant que trois autres explorateurs relèvent le même défi qu’Amundsen à savoir naviguer dans les eaux saisonnièrement glacielles des passages du Nord-Ouest et du Nord-Est en deux voyages distincts : le russe Nikolay Litau à bord de son voilier Apostol Andrey traversa le passage du Nord-Est en 1996-99 et le passage du Nord-Ouest en 2002 avec assistance d’un brise-glace (Headland, 2010); l’allemand Arved Fuchs à bord de Dagmar Aen emprunta le passage du Nord-Ouest deux fois, en 1993 puis en 2003-04 avec un hivernage et assistance d’un brise-glace de la garde-côtière canadienne (Headland, 2010), et traversa le passage du Nord-Est en 2002 ; et l’irlandais Jarlath Cunnane à bord du Northabout traversa le passage du Nord-Ouest en 2001 (Headland, 2010) puis le passage du Nord-Est en 2004-05.

13L’exploit sera poussé plus loin avec la première circumnavigation Arctique en voilier réalisée par le français Éric Brossier à bord du Vagabond en 2002-03. Vagabond est le premier voilier au monde à réussir le passage du Nord-Est sans hivernage et sans assistance de brise-glace. Après un hivernage à Kamtchatka, l’équipage du Vagabond s’élança dans le passage du Nord-Ouest et fut le premier à boucler le tour de l’Arctique en enchaînant les deux passages mythiques (cf. site Internet de Vagabond). Mais c’est en 2010 que fût achevé le premier tour de l’Arctique sans hivernage et sans assistance par les voiliers Peter 1st et Northern Passage qui tous deux revendiquent leur statut de premier (cf. site Internet de Børge Ousland Polar exploration). Cependant leur traversée du passage du Nord-Ouest n’a pas été enregistrée du fait que ces voiliers n’aient pas franchi le détroit de Béring mais leurs équipages respectifs ont plutôt préféré naviguer la mer des Tchouktches. Finalement la dernière expédition autour de l’Arctique fut réalisée en six mois et demi avec assistance dans le passage du Nord-Ouest par la goélette Tara en 2013 dont l’objectif était de prélever des échantillons de plancton dans le cadre de la mission scientifique Tara Oceans Polar Circle (cf. rapport d’activités Tara Expéditions 2013).

14Dans leur fiction, Verne et Laurie comparent l’exploit de leur héros à celui de Nordenskjöld réalisé huit ans avant la publication du roman : « Le voyage de l’Alaska était un événement qui égalait en grandeur celui de la Vega [illustration 1]. Le nom d’Erik était associé de toutes parts au nom glorieux de Nordenskjöld. Les journaux ne parlaient plus que du nouveau périple » (p.308). Mais dans la réalité, cet exploit est comparable à ceux des équipages russes et norvégiens réalisés en 2010. Autant dire une très longue anticipation de la part des auteurs du roman. Michel Clamen (2017) déclarera même que « certaines [des prévisions de Verne] sont de vraies prophéties ».

Illustration 1. « Les voyageurs étaient près de la Vega » pris par les glaces à l’entrée du détroit de Béring (source : Verne & Laurie, 1885, gallica.BnF.fr)

Illustration 1. « Les voyageurs étaient près de la Vega » pris par les glaces à l’entrée du détroit de Béring (source : Verne & Laurie, 1885, gallica.BnF.fr)

Entre science et fiction

15Avec le futur, la science constitue l’un des deux pôles omniprésents qui obsèdent Verne. Ses romans sont – non littéralement mais littérairement - de véritables « romans de la Science » (Clamen, 2017). Et L’Épave du Cynthia n’y échappe pas. Comme la plupart des romans de Verne, ce roman co-écrit avec Laurie est un exemple anticipé de fiction scientifique. Et comme pour la plupart des héros des romans de Verne, les deux écrivains font accéder leur héros, Erik Hersebom, à des domaines géographiques réputés hors de portée, ici le pôle arctique partiellement exploré en cette fin du XIXème siècle. Son « exploration est rendue crédible par des moyens nouveaux, inspirés du savoir existant » (Clamen, 2017). Ainsi, « un navire comme l’Alaska, armé précisément en vue de la navigation circumpolaire, ne saurait hésiter » (p.222) à « se frayer un passage à coups d’éperon » (p.228) pour briser la glace.

16Les romans de Jules Verne sont les premiers exemples importants de fiction scientifique dans la littérature occidentale (Evans, 1988). Et la fiction scientifique suppose une fonction pédagogique primordiale qui se base sur une connaissance scientifique plus ou moins factuelle (ibid., 1988)

Les glaces polaires au cœur de L’Épave du Cynthia

17Même si Verne et Laurie ne consacrent qu’un peu moins d’un quart de leur roman aux mers arctiques (80 pages sur un total de 340 pages), il n’en reste pas moins que ce passage reste intense et riche d’aventures en milieu extrême. Tout au long de ces pages, les auteurs enchaînent les descriptions précises des paysages glaciels. Ces descriptions témoignent d’une bonne connaissance de la littérature scientifique au sujet de la banquise tout en suggérant une part de mystère révélatrice d’un monde qui leur est physiquement inconnu et qui fait appel à leur imaginaire.

Un champ lexical du glaciel développé

  • 2 D’après la nomenclature des glaces de mer de l’Organisation Météorologique Mondiale, le terme « ban (...)

18Sans doute développé grâce à la vulgarisation de travaux scientifiques de l’époque, comme ceux menés par Petros (1822), Adams (1825) et Lyell (1843) qui furent les premiers à observer l’action géologique et géomorphologique des glaces flottantes (Lépy, 2009), le champ lexical du glaciel est véritablement présent dans ce récit. Les auteurs décrivent précisément différents aspects des glaces flottantes et de la banquise2 sans toutefois mentionner le terme « glaciel » qui ne fut introduit dans la littérature scientifique qu’à partir de la deuxième moitié du XXème siècle. C’est en effet le géographe Louis-Edmond Hamelin qui porta ses efforts principalement sur la terminologie et la classification des glaces flottantes (Hamelin, 1959, 1960, 1961) et qui créa en 1959 un néologisme, le mot « glaciel » afin d’éviter la confusion avec l’action des glaces continentales (Hamelin, 1994, 54) qui se réfèrent au terme « glaciaire » et de pouvoir définir tous les processus et aspects rattachés aux glaces flottantes (glaciologiques, physiques, mais aussi humaines et économiques etc.). Il le définit comme se rapportant à « l’ensemble des états, processus et effets des glaces flottantes » (Hamelin, 1994., 54-55). Dans son article de 1972, Jean-Claude Dionne précise que le glaciel concerne « l’ensemble des processus, formes et sédiments qui sont associés à l’action des glaces flottantes (glaces annuelles et icebergs) [...]. Suivant le milieu, le glaciel est dit littoral, marin, estuarien, lacustre ou fluviatile. Il englobe tous les aspects : glaciologique, hydrologique, morphologique, sédimentologique, biologique et humain ». D’après J-C. Dionne, il a fallu attendre quelques années pour que le concept de glaciel puisse être définitivement intégré dans un système périglaciaire (Dionne, 1972, 5) et rappelle que « c’est Cook (1959) et Hamelin (1961) qui ont définitivement classifié le glaciel parmi les processus périglaciaires ». Il a fallu attendre 1970 pour que l’Organisation Météorologique Mondiale établisse une nomenclature des glaces, rééditée en 2014.

  • 3 Code 4 de la nomenclature des glaces de mer de l’Organisation Météorologique Mondiale.
  • 4 Code 4.3.
  • 5 Code 4.3.2.6: ayant moins de 20 m d’extension linéaire.
  • 6 Code 4.3.7: importante masse détachée d’un glacier, de forme très variable, émergeant de plus de 5 (...)
  • 7 Code 4.3.7.9: très grand fragment de glace flottante qui émerge d'environ 5 m au-dessus du niveau d (...)
  • 8 Code 4.4.
  • 9 Code 4.4.1: étendue de glace flottante formée de floes de n'importe quelle taille et dont l'étendue (...)
  • 10 Code 7.
  • 11 Code 7.1.1: toute fracture dans une banquise côtière, une glace consolidée ou un simple floe qui s' (...)
  • 12 Code 8.
  • 13 Code 8.2: terme général désignant des glaces qui ont été serrées les unes contre les autres et, de (...)
  • 14 Code 8.2.3: monticule de glace brisée qui a été soulevée par la pression. Peut être récent ou érodé
  • 15 Code 9.
  • 16 Code 9.4: glace de mer qui est criblée de trous de fonte et qui se trouve à un stade avancé de dési (...)
  • 17 Code 1.1.2: glace dérivante, Terme utilisé au sens large pour désigner toute zone de glace de mer a (...)

19Il est intéressant d’établir un parallèle entre le vocabulaire spécifique aux phénomènes glaciels développé dans ce récit et la nomenclature des glaces de l’Organisation Météorologique Mondiale pour se rendre compte des connaissances approfondies des deux auteurs à la fin du XIXème siècle. Dans ce roman, la banquise prend des noms différents en fonction de la phase de développement du couvert de glace. À plusieurs reprises, l’occurrence des glaces flottantes3 y est décrite au travers des différentes formes4 comme les « amoncellements de glaçons5 », les « icebergs6 » ou encore les « île[s] de glace7 », et à travers la disposition des glaces8 tels que les « champs de glace9 ». Les auteurs y décrivent aussi des ouvertures dans les glaces10 telles les « fissures11 » ; les aspects de la surface de la glace12 et sa déformation13 avec la présence de plusieurs « hummocks14 », ces monticules de glace soulevée par la pression ; et font référence à la phase de fonte15 en utilisant les termes de « débâcle » et de « glace pourrie16 ». Un autre fait notable est l’usage de nombreux termes anglo-saxons, notamment pour faire référence à la glace dérivante. Ainsi les auteurs empruntent par exemple à l’anglais le mot « drift-ice17 » qui n’avait certainement pas encore été défini en français à l’époque.

Des paysages glaciels entre merveilleux et épouvante

20Dans L’Épave du Cynthia, les paysages arctiques représentent un « monde nouveau » (p.228) voire un « monde extrême […] près du pôle » (p.232) dont les descriptions détaillées font appel aux caractères érudits des deux auteurs mêlées à une grande part de leur imaginaire. Ces paysages leur ont inspiré deux mondes qui s’opposent : celui du merveilleux et celui de l’épouvante.

21Ces paysages font d’abord rêver en formant un monde onirique. Les auteurs cherchent à montrer le naturel, y compris hors-norme, à faire rêver avec la science réelle » (Bros, 2019) n’hésitent pas à les qualifier de « bizarre fantasmagorie » (p.229) ; à donner à « la mer de Baffin » « des aspects fantastiques » (p.228). Verne et Laurie expriment également leur fascination pour les phénomènes météorologiques et géophysiques particuliers à ces hautes latitudes en évoquant un « spectacle étonnant […] de ce soleil de minuit, rasant l’horizon sans le quitter, puis remontant dans les cieux » (p.231-232) et l’ « air si doux qu’on avait peine à se persuader qu’on fût véritablement au cœur de la zone arctique » (p.232).

22Puis, le lecteur est ensuite plongé dans un monde obscur, inconnu et angoissant où « l’horreur et l’épouvante [des] tempêtes arctiques » sont comparées avec « les cataclysmes de la période glaciaire » (p.275-276) qui ont notamment eu pour conséquences l’extinction de plusieurs espèces animales. Cette orchestration de termes conditionne le lecteur à la survenue de l’impensable (Bozzetto, 2005). Les auteurs vont jusqu’à décrire ces conditions météoglacielles comme infernales en usant à plusieurs reprises les termes de « gouffre », d’ « épouvantables secousses » et en ayant recours à des descriptions quasi apocalyptiques. Ainsi, page 276 par exemple, le lecteur peut lire qu’: « Aux sifflements de l’ouragan, aux roulements du tonnerre, au vacarme des glaces flottantes, s’entre-choquant et s’écroulant les unes sur les autres, s’ajoutaient dans les ténèbres les craquements de la banquise qui se disloquait et se brisait de toutes parts ». Afin de suggérer davantage la profondeur à ce monde angoissant, Verne et Laurie insistent fortement sur le bruit effrayant que fait la banquise. Certains de ces mouvements, telle la formation de crevasses, sont associés à des détonations, à des vibrations voire même à un « vacarme assourdissant » (p.281-282). Les mouvements de l’océan sont surtout ceux d’un monstre dont « un seul mouvement respiratoire [… peut] faire éclater tout [le] rapiécetage » mené par les hommes du navire en « [recousant] à la hâte les déchirures faites à la glace, [comblant] ces coutures avec de la neige » (p.277). Ils n‘hésitent pas non plus à faire appel à du vocabulaire de guerre comme si les éléments météoglaciels arctiques étaient des ennemis de l’Alaska (illustration 2). Ainsi le navire se trouva « assailli par des tempêtes de neige », « assiégé par des amoncellements de glaçons », « menacé de s’ensevelir », et les glaces sous-marines « n’attendaient qu’un contact pour se redresser avec une violence souvent terrible en brisant tout sous leur coup de bélier » (p.229-230). Puis ce monde terrifiant laisse de nouveau place à l’un des paysages « des plus merveilleux qu’Erik eut jamais contemplés » (p.285) où le calme règne alors même que les personnages sont dans une situation dramatique, isolés sur une île de glace en plein Océan Glacial Arctique. Les « monstrueux » icebergs sont devenus de « gigantesques cristaux » (p.285), les paysages arctiques sont des « splendeurs de la nature » (p.286) et les glaces flottantes associées aux rayons solaires sont sources de mécanismes et d’effets optiques.

Illustration 2. « L’Alaska vient accoster le flanc de la banquise » après une navigation difficile dans les eaux arctiques (source : Verne & Laurie, 1885, gallica.BnF.fr)

Illustration 2. « L’Alaska vient accoster le flanc de la banquise » après une navigation difficile dans les eaux arctiques (source : Verne & Laurie, 1885, gallica.BnF.fr)

Un « Nord esthétique » ?

23« Ces spectacles et tous ceux que présentent les mers glaciales, Erik et ses amis purent les contempler à loisir » (p.229). Cette vision esthétique du monde polaire apparaît à maintes reprises dans L’Épave du Cynthia. Et les descriptions faites sur l’immensité et la grandeur de ses paysages ne sont pas sans rappeler la question du sublime développée par Edmund Burke (1757) et plus tard par Emmanuel Kant. Comme ce dernier le souligne « le spectacle est d’autant plus attrayant qu’il est plus propre à susciter la peur […] et [notre] pouvoir de résistance […] nous donne le courage de nous mesurer avec l’apparente toute-puissance de la nature » (cité dans Brot, 2015, pp.70-71).

24Dans son ouvrage Destination Arctique. Sur la représentation des glaces polaires du XVIè au XIXè siècle (2015), Muriel Brot rappelle que le « froid, la neige et la glace furent longtemps synonymes de danger et de laideur » (p.51) surtout aux XVIè et XVIIè siècles, et qu’il fallut attendre les années 1850 pour qu’une vision esthétique des glaces flottantes apparaissent dans les récits de voyage et littéraires. L’esthétique du sublime influença les descriptions littéraires des glaces polaires (Brot, 2015) au point que l’Arctique, qui fut longtemps zone d’épouvante et de laideur, a gagné « peu à peu en beauté jusqu’à devenir un spectacle, un tableau ou une scène, pittoresque ou grandiose » (ibid., p.55).

25Les représentations de l’Arctique de Verne et Laurie peuvent être ainsi associées à ce que Daniel Chartier qualifie de « Nord esthétique », c’est-à-dire un « axe de représentation non défini par ses caractéristiques géographiques, mais comme un univers de froid, de pureté, de glace, de mort, d’éternité, d’alternance de lumière, et de noirceur et de blancheur » (Chartier, 2004, p.19).

Conclusion

26Avec L’Épave du Cynthia, Jules Verne, accompagné cette fois-ci d’André Laurie, a réussi une nouvelle fois à faire fantasmer ses lecteurs sur le monde à la fois merveilleux et angoissant des pôles. Leurs représentations écrites du monde arctique, à la fois inspirées des nombreuses expéditions polaires menées au XIXème siècle et aussi de leur imaginaire, dévoilent une certaine dimension géographique autorisant à qualifier ce roman de roman géographique au même titre que les Voyages extraordinaires (Dupuy, 2013). À travers la description minutieuse des paysages arctiques, Verne et Laurie ont non seulement participé à la diffusion du savoir géographique de l’époque au sujet des pôles, mais également, à l’élaboration terminologique du vocabulaire scientifique moderne. Ils ont surtout participé à la construction d’un « savoir qui a permis de regarder autrement les glaces polaires et de voir la beauté où on ne percevait jadis que l’horreur » (Brot, 2015, p.75). Enfin, le caractère anticipateur du roman s’affirme également dans la construction du fantasme de la circumnavigation arctique devenu réelle que très récemment.

Haut de page

Bibliographie

Adams J., 1825, "On the movement of rocks by the expansive power of freezing water", American Journal of Science, Vol.9, No.23, 136-143

Bozzetto R., 2005, "Jules Verne fantastique ? Imaginaires et impensés", in Mellier D., Shaffner A. (eds.), Jules Verne et la veine fantastique, Otrante, No 18, éditions Kimé.

Bros S., 2019, Jules Verne: l’extraordinaire plutôt que le merveilleux. Le Blog Gallica du 11 juin 2019.

Brot M., 2015, Destination Arctique. Sur la représentation des glaces polaires du XVIe au XIXe siècle, Paris, Hermann.

Burke E., 1757, A philosophical enquiry into the origin of our ideas of the sublime and beautiful, London, Dodsley.

Chartier D., 2004, "Au Nord et au large. Représentation du Nord et formes narratives", in Chartier D., Bouchard J., Nadeau A. (eds.), Problématiques de l’imaginaire du Nord en littérature, cinéma et arts visuels, Université du Québec à Montréal, coll. Figura.

Clamen M., 2017, Jules Verne et les sciences, Paris, Belin.

Crovisier J., 2012, "Les montagnes magnétiques d’André Laurie, Jules Verne et Thomas Edison", Verniana – Jules Verne Studies/Etudes Jules Verne, Vol.4, 55-66

Day A.E., 2006, Historical dictionary of the discovery and exploration of the Northwest Passage, Lanham, Maryland, Scarecrow Press, Inc.

Dionne J-C., 1972, Livret-guide pour l’excursion du comité international pour l’histoire des sciences géologiques, Québec, Ministère Canadien de l’Environnement.

Dupuy L., "Une métaphore de la démarche géographique et de l’histoire du XIXe siècle : L’Île Mystérieuse de Jules Verne (1874-75)", Cybergeo : European Journal of Geography, No. 550, 18/10/2011, doi : 10.4000/cybergeo.24646

Dupuy L., 1993, "Les Voyages extraordinaires de Jules Verne ou le roman géographique au XIXe siècle", Annales de géographie, Vol.2, No.690, 131-150

Evans A., 1988, "Science fiction vs scientific fiction in France : from Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné", Science Fiction Studies, Vol.15, No.1, 1-11

Hamelin L-E., 1959, Dictionnaire franco-anglais des glaces flottantes, Québec, Université Laval, Institut de géographie.

Hamelin L-E., 1960, "Classification générale des glaces flottantes", Le Naturaliste Canadien, Vol.87, No.10, 209-227

Hamelin L-E., 1961, "Périglaciaire du Canada: idées nouvelles et perspectives globales", Cahiers de Géographie du Québec, No.10, 141-203

Hamelin L-E., 1994, "Lexicalisation du néologisme glaciel", Cahiers de Lexicologie, Vol.64, No.1, 53-57

Headland R.K., 2010, "Ten decades of transits of the Northwest Passage", Polar Geography, Vol.33, No.1-2, 1-13, doi: 10.1080/1088937X.2010.492105 mise à jour par l’auteur le 16 avril 2018: Transits of the Northwest Passage to end of the 2017 navigation season, https://www.spri.cam.ac.uk/resources/infosheets/northwestpassage.pdf

Lacassin F., 1978, "Le Communard qui écrivit trois romans de Jules Verne", Europe, Vol.56, No.595, 94-105

Lépy É., 2009, Les glaces de mer en Mer Baltique. Étude géographique et implications environnementales et sociétales à partir de l’étude comparée de la Baie de Botnie (Oulu, Finlande) et du Golfe de Riga (Lettonie), Université de Caen/Basse-Normandie, Thèse de doctorat.

Lyell C., 1843, "On the ridges, elevated beaches, inland cliffs and boulder formations of the Canadian Lakes and Valley of the St-Lawrence", Philosophical Magazine and Journal of Science, Vol.23, 183-186

Petros, 1822, "On certain rocks supposed to move without any apparent cause", The American Journal of Science and Arts, No.5, 34-37

Riffenburgh B., 1991, "Jules Verne and the conquest of the polar regions", Polar Record, Vol.27, No.162, 237-240.

Unwin T., 2000, "The fiction of science, or the science of fiction", in Smyth E.J. (ed.), Jules Verne: narratives of modernity, Liverpool, Liverpool University Press.

Verne J., Laurie A., 1885-1886, L’Épave du Cynthia, Paris, Hetzel et Cie.

Vierne S., 1966, "L’authenticité de quelques œuvres de Jules Verne", Annales de Bretagne, Vol.73, No.3, 445-458

World Meteorological Organization, 1970 (réédité en 2014), WMO Sea ice nomenclature. Nomenclature OMM des glaces de mer, Genève, Secretariat of the World Meteorological Organization.

Børge Ousland Polar exploration: http://www.ousland.no/category/northern-passage-2010/

Rapport d’activités Tara Expéditions 2013 : http://oceans.taraexpeditions.org/wp-content/uploads/2014/10/RA-2013.pdf

Vagabond: https://vagabond.fr/expeditions/passage-du-nord-ouest-2003/

Haut de page

Notes

1 Les illustrations proviennent de l’édition de 1885 alors que les extraits et citations de celle de 1886.

2 D’après la nomenclature des glaces de mer de l’Organisation Météorologique Mondiale, le terme « banquise » était autrefois utilisé pour toutes les gammes de concentration de la glace. De nos jours, ce terme est utilisé quand la concentration des glaces de mer est supérieure à 7/10.

3 Code 4 de la nomenclature des glaces de mer de l’Organisation Météorologique Mondiale.

4 Code 4.3.

5 Code 4.3.2.6: ayant moins de 20 m d’extension linéaire.

6 Code 4.3.7: importante masse détachée d’un glacier, de forme très variable, émergeant de plus de 5 m au-dessus du niveau de la mer, et qui peut être flottante ou échouée.

7 Code 4.3.7.9: très grand fragment de glace flottante qui émerge d'environ 5 m au-dessus du niveau de la mer, provenant d'un plateau de glace arctique. L'épaisseur totale est de 30 à 50 m, et la surface de quelques milliers de mètres carrés à 500 km² ou plus. La surface est ordinairement caractérisée par une ondulation régulière qui lui donne, vue d'avion, une apparence côtelée.

8 Code 4.4.

9 Code 4.4.1: étendue de glace flottante formée de floes de n'importe quelle taille et dont l'étendue est de plus de 10 km.

10 Code 7.

11 Code 7.1.1: toute fracture dans une banquise côtière, une glace consolidée ou un simple floe qui s'est traduite par une séparation comprise entre quelques centimètres et un mètre.

12 Code 8.

13 Code 8.2: terme général désignant des glaces qui ont été serrées les unes contre les autres et, de ce fait, soulevées ou enfoncées par endroits.

14 Code 8.2.3: monticule de glace brisée qui a été soulevée par la pression. Peut être récent ou érodé.

15 Code 9.

16 Code 9.4: glace de mer qui est criblée de trous de fonte et qui se trouve à un stade avancé de désintégration.

17 Code 1.1.2: glace dérivante, Terme utilisé au sens large pour désigner toute zone de glace de mer autre que la banquise côtière, quelle que soit sa forme ou sa disposition. Lorsque les concentrations sont élevées, par exemple 7/10 ou plus, l'expression “glace dérivante" peut être remplacée par le terme "banquise".

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Trajet emprunté par l’équipage de l’Alaska en 1879 (les noms de lieux sont indiqués tels qu’écrits dans le roman)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/34110/img-1.png
Fichier image/png, 99k
Titre Illustration 1. « Les voyageurs étaient près de la Vega » pris par les glaces à l’entrée du détroit de Béring (source : Verne & Laurie, 1885, gallica.BnF.fr)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/34110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Illustration 2. « L’Alaska vient accoster le flanc de la banquise » après une navigation difficile dans les eaux arctiques (source : Verne & Laurie, 1885, gallica.BnF.fr)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/34110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Lépy, « Les représentations de l’Arctique dans L’Épave du Cynthia de Jules Verne et d’André Laurie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 14 février 2020, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/34110

Haut de page

Auteur

Élise Lépy

Faculty of Humanities, PO Box 1000, 90014 University of Oulu, Finland
Chercheure, elise.lepy@oulu.fi

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page