Navigation – Plan du site
Le grand confinement : avant, pendant, et après ?
Le débat général Covid19 et géographie

Le confinement – cloisonnement au temps du Covid 19

Bernard Debarbieux

Notes de la rédaction

Ce texte est publié sous la seule responsabilité de ses auteurs et n’a pas été soumis à l’évaluation par les pairs.

Texte intégral

  • 1 Bernard Debarbieux et Lorenza Mondada, (2020, à paraître) La distance sociale est-elle vraiment soc (...)

1La pandémie liée au covid-19 a de quoi laisser perplexes celles et ceux qui s’intéressent au vocabulaire spatial des mesures de santé publique. Certes toute épidémie – phénomène éminemment spatial – suscite son lot de termes spatiaux, au minimum pour la caractériser, au maximum pour tenter d’en limiter l’expansion. Mais dans ce cas précis, on a vu déferler, peu après le virus lui-même, des termes participant d’un ensemble de mesures préventives, à valeur normative donc, aussi surprenants les uns que les autres ; plus intéressant encore, ce vocabulaire a été adopté sans réserve par les médias et l’immense majorité des populations concernées. La surprise réside dans le fait que ces termes frappent par leur faible valeur descriptive ou analytique, quand ils ne frappent pas plus fort encore par leur inadéquation. Pensons à la distance sociale, si peu capable de rendre compte de ce qu’il y a de vraiment social dans la négociation des distances dans les pratiques corporelles d’interaction ; je lui ai consacré un article à paraître ailleurs1. Pensons aussi à l’expression gestes-barrières qui, à coup de métaphores, ne prétend pas être autre chose qu’un slogan ; pensons aussi et surtout au fameux confinement devenu en quelques jours le cadre mental et spatial en fonction duquel les vies quotidiennes ont dû être repensées ; je lui réserverai la courte analyse qui suit.

2Contrairement à la distance sociale des instructions du moment dont les traductions dans quantité de langues sont extrêmement proches, le confinement est vraiment très francophone. Les anglophones préfèrent lockdown avec l’idée de fermeture, serrure (lock) à la clef. Les Italiens (contenimento) et les Espagnols (contención), mais aussi les anglophones (containment), apprécient celle de contenir, qui suggère un contenant. Les Allemands parlent d’Eindämmung, à partir de la racine dam qui signifie digue ou barrage. Autrement dit, nos voisins européens mettent en avant, d’une façon ou d’une autre la matérialité du dispositif adopté pour réduire autant que possible la mobilité des personnes : la serrure ou le verrou, la digue, ou plus généralement le contenant, sont là pour dire clairement les choses : vous êtes matériellement enfermés le temps de laisser passer la vague. Confiner est moins explicite de ce point de vue ; il a longtemps voulu dire autre chose en français : reléguer aux marges (confins) d’un territoire ; il est clair que ce n’est pas du tout ce dont il s’agit ici. Il ne suggère pas non plus une structure matérielle participant de l’enfermement. Par ailleurs, dans le vocabulaire technique et celui des politiques publiques, le confinement désigne aussi bien l’action d’enfermer un danger – le confinement des réacteurs d’une centrale nucléaire – que celle d’enfermer celles et ceux qui doivent en être protégés. Se trouvent donc confinés la menace, les menacés, et au passage l’air qui les entoure et qui, en tant que tel, n’y est pas pour grand’ chose. Par comparaison, l’anglais distingue le containment de la menace du lockdown prévu pour ceux qui sont menacés.

3Ainsi, contrairement à beaucoup des termes employés dans les pays voisins, le mot confinement, tout spatial qu’il est, semble lesté d’une imprécision qui dessert sa capacité à dire vraiment ce que les politiques de santé publique mettent en œuvre. Ou alors, si on veut le sauver au nom de l’officialité qui lui est conférée par les instructions gouvernementales, il faut lui adjoindre, pour comprendre ce qui se joue avec lui, un concept qui en dit plus et mieux sur les modalités de la limitation des déplacements. Essayons avec cloisonnement. En effet, si dans la terminologie officielle, le confinement désigne le fait d’extraire quelqu’un d’un espace sillonné de déplacements et de flux, le cloisonnement consiste dans le recours à un ensemble de cloisons constituant autant d’entraves à ces déplacements. L’idée est absente de la distance sociale qui n’est somme toute qu’un espacement règlementaire, mais elle est présente dans les « gestes barrières ». Sauf qu’avec le confinement, les barrières ou cloisons sur lesquels on compte sont matérielles. Ce sont celles du logement.

4L’idée n’est pas neuve assurément. En Europe, on a pris l’habitude d’enfermer les malades d’épidémie bien avant d’avoir identifié la nature des virus ou les vecteurs de leur transmission. Mais le mode de cloisonnement adopté et son échelle spatiale ont varié : à la Renaissance, les pestiférés commencent à être enfermés entre les murs de bâtiments collectifs, maladreries ou lazarets (Tognotti 2013) ; hier, des villes entières – villes réellement frappées comme Marseille au temps de sa peste de 1720, ou qui servent de scène à une fiction comme Oran dans La Peste de Camus (1947) – étaient cernées d’obstacles pour empêcher que les malades et les virus avec eux s’en échappent ; on faisait alors le choix de confiner ensemble le mal et le premier cercle de ceux qui étaient menacés par lui, dans l’espoir d’épargner ceux du dehors. Aujourd’hui, on a fait le choix de prioriser les murs du logement. Le confinement d’aujourd’hui n’est donc plus d’être relégué aux marges du territoire à l’échelle duquel sont édictées les mesures de prévention sanitaire ; c’est être enfermé, contenu, à la plus petite échelle de la vie sociale au sein de ce territoire : la cellule domestique. Si le confinement-cloisonnement existe donc depuis des siècles, il a changé d’échelle : du bâtiment spécialisé et de la ville, au seul logement.

5Ce changement d’échelle est certainement révélateur de beaucoup de choses, notamment de l’importance du logement et de la famille dans l’organisation de la vie sociale, ou encore de la valorisation de la vie privée. Ce changement rend compte aussi de l’extraordinaire connectivité dont beaucoup de logements bénéficient aujourd’hui qui permet à celles et ceux qui s’y trouvent confinés de rester en communication avec quantité d’autres, sans prendre le risque de mettre le virus de la partie. Mais il a eu aussi une série de conséquences aussi passionnantes qu’inquiétantes :

  • D’abord l’injonction au repli domestique fragilise énormément ceux qui n’ont pas de domicile, ou qui sont mal logés. A l’opposé d’un confinement à l’échelle d’une ville entière qui expose à la maladie tous ses habitants sur un mode similaire, le confinement domestique institue une inégalité d’exposition au risque, sans parler du confort, considérable entre les individus. Dans le même temps, d’autres, à l’autre extrême du spectre social, ont pu se replier dans des domiciles spacieux, voire quitter un logement en ville (Paris, Milan, New York) pour un autre à portée de voiture ou de train (île de Ré, vallées alpines, Catskills et rivages de Long Island) sans qu’aucune barrière de sécurité et sans que les protestations des populations des régions d’accueil ne les en dissuadent. Le repli domestique organisé s’est donc avéré être un révélateur de plus des extraordinaires inégalités de condition de vie de ceux à qui il était demandé de s’y plier.

  • Ensuite l’échelle privilégiée pour ce confinement-cloisonnement, celle du logement, alimente l’idée que l’espace public est celui du danger. En effet, si on est supposé adopter les « gestes barrières » où que l’on soit, les règles de « distance sociale » ne valent (et ne sont surveillées) que dans l’espace public. Non que la proximité corporelle soit moins problématique dans le logement ; mais rien n’est prévu pour réguler les pratiques à cette échelle du confinement. Dès lors, l’espace public devient pour beaucoup celui de tous les dangers : chacun peut y croiser des malades, des porteurs sains mais aussi celles et ceux qui, conçus comme différents, sont structurellement ou conjoncturellement perçus comme autant de menaces : les Chinois ou ceux qui y ressemblent, les noirs dans les villes états-uniennes, les pauvres un peu partout, et même parfois les soignants qui vivent dans le voisinage ou les livreurs qui pourtant répondent à une demande, etc. En effet, s’agissant de cette façon de penser la menace, la pandémie actuelle ressert un phénomène bien connu des historiens qui ont travaillé sur les épidémies dans les siècles passés : elles sont toujours vecteurs de poussée de fièvre d’un autre type : xénophobie, antisémitisme, stigmatisation des classes populaires, etc. Dit en d’autres termes, en ces temps d’épidémie et de confinement-cloisonnement domestique, l’imposition réglementaire d’une distance sociale dans les interactions va de pair avec l’exacerbation d’une autre forme de distance sociale, chère aux sociologues depuis le début du XXe siècle : celle en fonction de laquelle les groupes pensent leur identité propre, et leurs similitudes et différences entre eux. Dès lors, l’espace public qui est supposé être celui de la courtoisie ou de l’indifférence polie, tend à devenir celui de la méfiance ; supposé être aussi celui du débat et de l’échange des idées, l’espace public tend à devenir celui du silence inquiet. L’espace public, au sens strict du terme – la rue et ses commerces attenants, la place et ses points de rencontre, le square de quartier et les jeux pour enfants – est à compter parmi les victimes du covid-19 en temps de confinement domestique et de distance sociale; par contre, l’espace public des réseaux numériques semble prendre l’avantage d’une partie engagée depuis quelques décennies, y compris dans des domaines aussi variés que la consommation, la protestation, l’empathie, mais aussi les substituts d’apéro et de concerts. Des pans entiers de la sociabilité ont soudainement basculé dans l’atmosphère (confinée ?) des logements, entre les cloisons qui jusqu’à présent marquaient plutôt les limites de l’intime.

  • 2 Une façon de rendre hommage ici aux analyses de Jean Gottman.

6Par ailleurs, il est un autre ordre de faits et une autre échelle géographique pour lesquels la plus-value qui consiste à associer confinement et cloisonnement, est tout aussi manifeste; une échelle pour laquelle, à l’inverse du domicile et hors contexte épidémique, on a déjà parlé de cloisonnement2: celle du territoire étatique. Une fois prise la mesure de l’épidémie, quantité de gouvernants se sont précipités aux confins de leur territoire pour en fermer l’accès. Les postes frontières se sont raréfiés ; le filtrage des passages s’est intensifié. Pourtant, il est attesté par toutes les études scientifiques (par ex. Chinazzi et al. 2020, The Lancet 2020) que la fermeture des frontières d’un territoire ne limite pas la diffusion d’une épidémie quand la maladie y est déjà présente, a fortiori quand les pays voisins ont déjà adopté des mesures de repli sur le domicile et des restrictions à la mobilité des personnes. Cette mesure est aussi inutile sur le plan sanitaire que désastreuse pour la crédibilité des organisations supra-étatiques, comme l’Union Européenne, et inter-gouvernementales, comme l’OMS, auquel le droit international reconnait des compétences ici bafouées.

7Comment l’expliquer autrement que par cet imaginaire du cloisonnement qui vaut à toutes les échelles : un imaginaire qui veut que la menace vienne du dehors (du domicile ou du territoire), que l’entre-soi protège de cette menace, et que chacun à son échelle se pense légitime à prendre les mesures qu’il juge appropriées. Bref, le confinement-cloisonnement tel qu’il se donne à voir dans les mesures de santé publique depuis quelques semaines vaut à deux échelles bien que leur efficacité dans la lutte contre la propagation d’une épidémie soit sans rapport ; si rapport il y a, il réside principalement dans leur capacité commune à suggérer que l’entre soi protège des périls de l’exposition à l’autre. Au passage, à chacune des deux échelles, le confinement-cloisonnement a fait une victime : l’espace public d’un côté, le multilatéralisme ou la coopération interétatique de l’autre.

8Dès lors, la question qui s’impose – et disons-le d’emblée, qui restera ouverte à la fin de ce texte – est de savoir si, dans l’un et l’autre cas, il s’agit d’un décès prématuré ou d’une simple mise en coma artificiel, et, dans la seconde hypothèse, s’il se trouvera des gens pour les sauver après passage ou non par le service de soins intensifs.

9S’agissant de l’espace public, il est tentant, une fois encore, de prendre un peu de recul historique. Les historiens de la ville et de l’urbanisme nous ont bien montré que la découverte des grands virus pathogènes du XIXe siècle, puis la production d’un corpus consistant de connaissances pour en limiter la transmission, a énormément participé de la vision hygiéniste qui s’empare de ceux qui aménagent les villes à partir de la fin de ce siècle (voir par exemple Frioux 2013). Or c’est cet urbanisme hygiéniste qui a dessiné les lieux de la sociabilité urbaine du siècle suivant : places, squares, boulevards, avenues bordées de terrasses, etc. Si ces lieux sont aujourd’hui mal en point, s’ils devenaient peiner à renaître à l’identique en cas de mesures durables dissuadant leurs usagers de toute forme d’interaction rapprochée, il se pourrait bien que d’autres types de lieux et d’autres pratiques d’interaction sociale émergent au terme de l’épisode pandémique. En tous cas, il est déjà des chercheurs et des praticiens pour y réfléchir et imaginer à quoi pourrait ressembler la ville du post-covid19 (Razemon 2020). Mais en tout état de cause, il est probable que l’espace public de demain – qu’il reste proche de ce qu’il était avant la pandémie ou qu’il en ressorte différent – dépendra beaucoup de l’évolution des significations et pratiques associées à l’espace domestique. Il faudra sans doute scruter avec attention l’évolution des pratiques des réseaux numériques, notamment ceux de la consommation et de l’interaction sociale.

10Le futur de la mobilité internationale et la coopération interétatique en matière de lutte contre les épidémies est peut-être plus incertain encore. Contrairement à ce qu’il en est pour l’échelle domestique, impacté sur un mode conjoncturel, le (re-)cloisonnement du monde, à coup d’entorses au multilatéralisme et de fermeture des frontières interétatiques à certaines migrations humaines, est une tendance qui s’est exprimée bien en amont de la pandémie présente. Ajouté au réveil des nationalismes et aux critiques du libre-échange et de la libre circulation des personnes, le repli des mesures de lutte contre les épidémies sur des stratégies étatiques uniquement préoccupées des enjeux à l’échelle de leur territoire risque de conforter cette tendance pour longtemps.

Haut de page

Bibliographie

Camus, Albert (1947). La Peste. Paris : Gallimard.

Chinazzi, M., et al. (2020). "The effect of travel restrictions on the spread of the 2019 novel coronavirus (COVID-19) outbreak." Science: eaba9757.

Frioux, Stéphane (2013). Les Batailles de l’hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses, Paris, Presses universitaires de France, 2013.

Razemon, Olivier (2020). Comment l’espace public des villes pourrait être réaménagé pour faciliter la distanciation sociale, Le Monde, 16/04/2020.

The Lancet (2020). intitulée Do not violate the International Health Regulations during the COVID-19 outbreak, vol 395, February 2020 (https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30373-1).

Tognotti, Eugenia (2013). Lessons from the History of Quarantine, from Plague to Influenza A. Emerg. Infect. Dis. 19(2):254-259.

Haut de page

Notes

1 Bernard Debarbieux et Lorenza Mondada, (2020, à paraître) La distance sociale est-elle vraiment sociale ? AOC.media.

2 Une façon de rendre hommage ici aux analyses de Jean Gottman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Debarbieux, « Le confinement – cloisonnement au temps du Covid 19 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le grand confinement : avant, pendant, et après ?, mis en ligne le 04 mai 2020, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/34722

Haut de page

Auteur

Bernard Debarbieux

Université de Genève
Faculté des Sciences de la Société
Bureau 5357 - Boulevard du Pont d’Arve 40
1211 Genève
Switzerland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page