Navigation – Plan du site
Le grand confinement : avant, pendant, et après ?
Le débat général Covid19 et géographie

Quelles évolutions de nos modes de consommation au temps du Coronavirus ?

Eudes Girard

Résumé

Cet article interroge les évolutions de nos modes de consommation induites par la situation de confinement lors de la crise du coronavirus. La question majeure qui se pose consiste à se demander si ces évolutions mises en évidence (l’essor du Bio, des circuits-courts, du e-commerce) vont perdurer débouchant sur une modification durable de nos pratiques de consommation. Et si ces évolutions avaient commencé bien avant la crise du coronavirus et que cette dernière n’avait été qu’un révélateur et accélérateur de processus déjà engagés ? Derrière les évolutions conjoncturelles, imposées par les circonstances, se profilent souvent des évolutions structurelles de plus long terme.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est publié sous la seule responsabilité de ses auteurs et n’a pas été soumis à l’évaluation par les pairs.

Texte intégral

1Rien ne sera plus comme avant : les français iraient se « mettre au vert », favoriseraient pour leur consommation les circuits-courts et la proximité. Tels sont les thèmes qu’avancent les médias à l’issue du dé-confinement alors que la pandémie du coronavirus n’est pas encore achevée, et même si son épicentre se situe désormais aux Etats-Unis et semble se déplacer désormais au Brésil, en ce mois de mai 2020. C’est précisément cette révolution de la consommation à grande échelle affectant nos territoires du quotidien et nos pratiques habituelles que nous aimerions ici préciser et interroger.

2De Nazelles-Négron près d’Amboise à Saint Benoît la Forêt près de Chinon, des Vergers de Taillé à Fondettes près de Tours, au parking de la Closerie de Chanteloup à la sortie d’Amboise, des « paniers du sancerrois » à Saint-Satur dans le Berry, aux « gourmandes » qui proposent des pâtes fraîches bio vendues à la ferme dans la même région, les ventes directes de produits alimentaires en région Centre-Val de Loire (Touraine, Berry, Sologne …) ont le vent en poupe depuis le confinement. La petite entreprise ne connaît pas la crise…

3L’expérience du vécu en Touraine pendant le confinement tend effectivement à montrer que nos modes de consommation s’adaptent rapidement et privilégient les circuits-courts aux ventes de la grande distribution. Cet essor des circuit-courts concerne tout à la fois les réseaux des AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne – elles sont 2000 sur le territoire national), ou ceux de La Ruche qui dit oui (près de 900 en France), que les points de vente directe au rayonnement plus local (Les vergers de Taillé à Fondettes près de Tours). Selon Clémence Fernet, chargée de la communication de La Ruche qui dit oui, les statistiques sur la France confirment d’ailleurs ce processus : 250 nouveaux producteurs ont rejoint la structure depuis le début du confinement, plus de 10 000 clients en plus, pour un panier moyen commandé et retiré qui a augmenté de 40% en valeur. Toutes les structures dites de « locavores » (cf. locavores.fr) qui donnent priorité aux productions saisonnières locales ont vu leur chiffre d’affaire tripler ou quadrupler depuis le début de la crise. Les raisons de ce succès tiennent en partie à la croissance et à la diversification de l’offre : de nombreux producteurs maraîchers, privés de marchés en période de confinement strict et ne pouvant plus alimenter les cantines scolaires, voient dans ces circuits-courts de vente directe une façon d’écouler leur production : un point vital pour eux. Elles tiennent surtout à la croissance du nombre de consommateurs qui voient dans ces circuits-courts des petites structures rassurantes où les précautions sanitaires sont bien sûr également prises : queue totalement inhabituelle, en plein air, pour accéder à la petite boutique des Vergers de Taillé et limiter ainsi le nombre de personnes à l’intérieur ; embouteillage automobile tout aussi inhabituel à Nazelles-Négron, comme dans un Drive, pour rechercher sa commande au sein d’une Ruche qui dit oui de Touraine. Echapper aux risques d’une contamination potentielle c’est échapper à la densité des foules et à la proximité que cela induit au sein des grandes surfaces même si, là encore, les entrées sont filtrées et étalées. Les sites de vente des circuits-courts semblent justement un moyen d’y échapper. S’y ajoute sans doute, dans un inconscient collectif, l’idée que les produits y sont plus sains car moins manipulés lors du conditionnement, il est vrai fort simplifié car provenant de producteurs locaux (avec un rayon de 50 km tout de même pour le réseau de la Ruche qui dit oui). Ainsi l’époque du confinement aurait été une époque de la revanche du petit sur le gros, du circuit-court sur le circuit long : pas si sûr.

4Les filières de l’agro-alimentaire et certaines grandes surfaces grâce au Drive semblent assez bien résister à la crise en région Centre Val de Loire, comme sur l’ensemble du territoire. Certes selon une enquête de l’agence régionale de développement Dev’up la situation reste très contrastée. Certaines filières voient leur production se développer pour répondre à une sollicitation accrue : la boulangerie industrielle Barilla Harry s’dans l’Indre (pain de mie Harry’s) ; d’Aucy long life , la division du groupe d’Aucy en charge de la filière légumes dans le Loir et Cher ; Poulain qui appartient aujourd’hui au groupe Mondelez International et dont le site de Blois réalise le quart du chiffre d’affaires en Europe ; la biscuiterie industrielle Saint Michel à Contres également. Le secteur de l’agro-alimentaire, qui possédait déjà une vraie culture de l’hygiène et de ce que l’on appelle aujourd’hui « les gestes barrières », s’est finalement assez vite adapté à la crise. D’autres entreprises du secteur cependant souffrent de la situation. La même enquête régionale estime ainsi que 55% des entreprises agro-alimentaires ont dû prendre des mesures de chômage partiel (La Nouvelle République, 21 avril 2020).

5A l’échelle nationale les grandes surfaces connaissent un peu la même situation ambivalente. Les premières analyses des deux grandes sociétés d'études marketing en France que sont Nielsen-France et l’IRI (Information ressources Incorporated) sur la consommation pendant le confinement montrent toutes, après le boum du lundi 16 mars (dernier jour de non-confinement) un recul substantiel du chiffre d’affaire des hypermarchés. Ceux de très grande taille (plus de 7500 m2) semblent accuser dès la première semaine un recul plus important - 24% - que ceux de moins grande taille (moins de 7500 m²) - 14% (évolution du Chiffre d’affaire entre le 17 et 22 mars en comparaison avec la même semaine en 2019, selon Nielsen-France). Sur les trois premières semaines de confinement l’IRI confirme la même tendance à la baisse - 8%. Installés en périphérie des villes et excentrés, souvent soumis à une affluence, ces lieux de commerce pâtissent d’une situation de confinement qui, en restreignant la mobilité, se traduit par le retour de la proximité. De fait l’IRI souligne pendant la même période une augmentation du chiffre d’affaire des supermarchés intra-urbains (+ 16%). Mais ce sont surtout les services Drive qui connaissent une croissance majeure : en limitant fortement les contacts physiques ils apparaissent comme le meilleur moyen d’assurer une certaine distanciation sociale. En Ile-de-France notamment, l’IRI souligne que le service de Drive dédié à l’alimentaire a littéralement explosé depuis le confinement (+95% par rapport à avril 2019) créant parfois des situations de saturation et provoquant de longues files d’attente de personnes isolées dans leur véhicule. Il en va de même pour les livraisons à domicile qui ont également explosé selon les différentes enseignes (Casino, Carrefour). Ainsi le véritable gagnant de cette période de confinement semble être le e-commerce. L’étude marketing de Nielsen-France montre que le e-commerce représente désormais en cette période de confinement environ 10% du marché des produits de grande consommation contre moins de 6% au cours de l’année 2019.

6Sur l’ensemble de l’année 2020 la société d’études Marketing Nielsen prévoit, après l’engouement du e-commerce (Drive et livraison à domicile confondus) pendant la période de confinement, une stabilisation de la part de marché autour de 8%, car si certains clients reviendront certainement à leur habitude de consommation d’autres poursuivront le commerce en ligne.

7Enfin une dernière tendance apparaît clairement à travers la croissance de la consommation de produits bio. Les études marketing actuelles, décidemment très précieuses, de Nielsen-France soulignent que « les magasins bio spécialisés (Biocoop, Naturalia, La Vie Claire, Bio C'Bon, Naturéo...) voient notamment leurs ventes croître ». De même la valeur du panier moyen semble augmenter (+ 48%) comme le souligne Alexandre Fantuz, directeur marketing de Biotopia, panéliste en magasins bio. A Paris ce sont les petites épiceries, Bio ou non d’ailleurs, ouvertes vers la rue qui connaissent aussi un engouement : là encore les questions de distanciation sociale y semblent plus garanties que dans les magasins de plus grande surface, même si certains ont tiré leur épingle du jeu en renforçant leur service de livraison à domicile. L’on retrouve dans le Bio, et de façon en partie largement fantasmée, une référence au « naturel » et au « local », comme si ces dernières caractéristiques avaient des vertus intrinsèquement protectrices, alors que la contamination viendrait (à ce stade l’incertitude n’est pas totalement levée) précisément d’un marché local. La vente des animaux sauvages provoquerait l’apparition de zoonoses désormais récurrentes (le SRAS, Ebola). D’autres raisons plus pragmatiques –du fait du surcoût de ses produits, le Bio est ce qui reste quand les autres produits ont été massivement achetés … peuvent aussi expliquer cet essor de consommation. La croissance de la consommation de produits bio est d’ailleurs moins le fait de Paris intra-muros où elle était déjà fort élevée, grâce au pouvoir d’achat d’une clientèle « bobo » acquise à ces valeurs, que du reste de la France, notamment dans le nord et le nord-ouest, ainsi que dans l'est et le sud-ouest.

8La question qui se pose, in fine, consiste à savoir si tous ces modifications de notre consommation pendant le confinement (renforcement du local, du bio, de l’e-commerce alimentaire) vont se poursuivre durablement après ? L’évolution de nos pratiques de consommation pendant le confinement marque-t-elle une révolution durable nous transformant en acteurs plus conscients et avisés de notre consommation ? La réponse que nous avançons ici, au risque d’être démenti, est affirmative, mais n’est en rien fondée sur un optimisme naïf. Elle se fonde surtout sur le fait que ces tendances énoncées précédemment ne datent pas du confinement mais étaient déjà à l’œuvre. L’essor des circuits-courts ne date effectivement pas de la crise du coronavirus mais lui est bien antérieur et repose sur une tendance de fond plus structurelle liée à la montée des préoccupations écologistes. Le recul de la part des hypermarchés dans le commerce de détail est en fait lui aussi antérieur à la crise : depuis le début de la décennie 2010, le chiffre d’affaires global des hypermarchés a reculé de plus de 3%, essentiellement cependant du fait du recul des produits non-alimentaires, et les grandes enseignes de la distribution comme Auchan ou Carrefour avaient déjà commencé à licencier. Certains journaux spécialisés dans le marketing ou la finance ne titraient-ils pas comme capital.fr en janvier 2018 : « les hypermarchés sont-ils finis ? ». Il en va de même pour la tendance inverse concernant les produits Bio. Les études de Natexbio (fédération des transformateurs et distributeurs de produits Bio) soulignaient en 2018 que « La consommation de produits biologiques en France a connu une croissance annuelle inégalée en valeur, supérieure de 1,2 milliard d’euros, pour la troisième année consécutive ». Ainsi la consommation de produits bio en France représentait déjà 5% de la consommation alimentaire des ménages et cette part était déjà lentement croissante.

Source : Agence BIO – AND-I, étude de Natexbio : Marché Bio français : +15,7% en 2018, 29/08/2019.

9Enfin le renforcement du commerce en ligne est également une tendance ancienne (Le premier drive en France date de juin 2000 dans le Nord) et déjà croissante (4,3 milliards de chiffre d’affaire en 2014, 6,8 milliards en 2019 ; 3500 Drive en 2017, plus de 5000 en 2020). Marc Lolivier, Délégué Général de la Fédération du E-commerce et de la Vente A Distance (Fevad) résume fort bien la situation : « certains consommateurs qui n’utilisaient pas internet pour leurs achats du quotidien auront pris de nouvelles habitudes pendant le confinement, et seront durablement convertis pour une partie de leurs achats. Ce sont notamment la livraison de produits bio, de produits frais issus de circuits courts qui vont bénéficier de la crise actuelle pour capter de nouveaux adeptes ».

10Cette modification de notre modèle de consommation en période de confinement, qui substitue au modèle de la consommation de masse des Trente Glorieuses un autre modèle faisant davantage de place aux circuits-courts, au Bio, et au e-commerce alimentaire, était donc déjà portée par de profondes évolutions socio-culturelles induites par la montée des préoccupations environnementales et un début de remise en cause des très grandes surfaces. Les crises, comme celles de la pandémie du coronavirus, sont des amplificateurs, des accélérateurs et des révélateurs de tendances préexistantes. En ce sens elles introduisent bien des modifications durables, allant parfois jusqu’à redistribuer les cartes, voire modifier les hiérarchies entre les entreprises. Elles contribuent sans doute aussi à nous rendre davantage « acteurs » et pleinement conscients des enjeux de nos modes de consommation.

Haut de page

Bibliographie

Bouaziz D., 23/04/2020, L’e-commerce alimentaire atteint un nouveau palier, Ecommercemag.fr. https://www.ecommercemag.fr/Thematique/retail-1220/Breves/e-commerce-alimentaire-atteint-nouveau-palier-349014.htm

Capital, 24/01/2018, « L’hypermarché est-il fini ? » Capital.fr https://www.capital.fr/polemik/lhypermarche-est-il-fini-1267410

Natexbio, 29/08/ 2019, « Marché Bio français : +15,7% en 2018 » Natexbio.com https://www.natexbio.com/marche-bio-francais-157-en-2018/

La Nouvelle République, 21/04/2020, « Agro-alimentaire : des pics d’activités en Centre-Val de Loire ».

La Nouvelle République, 29/04/2020, « Circuits courts : en plein boom pendant le confinement ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/34841/img-1.png
Fichier image/png, 37k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/34841/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits Source : Agence BIO – AND-I, étude de Natexbio : Marché Bio français : +15,7% en 2018, 29/08/2019.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/34841/img-3.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eudes Girard, « Quelles évolutions de nos modes de consommation au temps du Coronavirus ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le grand confinement : avant, pendant, et après ?, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/34841

Haut de page

Auteur

Eudes Girard

Professeur de Géographie en classes préparatoires littéraires,
Lycée Guez de Balzac, Angoulême, France.
eudes.girard@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page