Navigation – Plan du site
2020
948

Les nouvelles places publiques à l’épreuve des pratiques et usages sociaux : le cas de la ville d’Annaba (Algérie)

New public plazas explored by the social practices and uses: the case of Annaba city (Algeria)
Explorando las nuevas plazas públicas a partir de prácticas y usos sociales : El caso de la ciudad de Annaba (Argelia)
Amine Benzerara et Abdelhak Acidi

Résumés

Les acteurs de l’aménagement urbain en Algérie se sont traditionnellement focalisés sur la résolution de problèmes d’ordre technique. Cette attitude les a éloignés de la prise en compte des valeurs d’ordre social qui fondent les qualités premières des espaces publics. Cet article examine de quelle façon les modes d'appropriation de ces espaces mettent en question les pratiques d'aménagement. Notre méthode a mobilisé une observation ethnographique et des enquêtes auprès d'usagers de trois places publiques récemment créées dans le cadre de projets d’amélioration urbaine à Annaba, ville du Nord-Est algérien. Les résultats indiquent que les pratiques des usagers nous renvoient à une redéfinition du caractère public de la place qui correspond beaucoup plus aux règles morales qu’aux structurations physiques et juridiques de l’espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article propose une lecture ethnographique de places publiques récemment créées. Nous avons choisi de le présenter par un « effet entonnoir », en partant d’une vision large de la place publique pour arriver à l’observation de pratiques particulières. Cette démarche paraît importante et oblige à repenser la représentation du projet des places publiques en Algérie, une réalité toujours mal considérée par nos concepteurs qui cherchent à mettre en avant la résolution des problèmes d’ordre technique.

2Si l'on considère l’espace dit « public » au sens architectural et urbanistique, on ne peut le considérer ainsi que s’il est ouvert à tous. À l’opposé, il devient « privé » quand son accès et son usage sont limités ou réservés pour une certaine catégorie d’usagers.

3Quant à la place publique, qu’elle soit « libre d’usage et d’accès » relève de l’évidence (Paquot, 2009) car il s’agit en effet d’espaces ouverts en même temps à des fonctions multiples et d’espaces appropriés de manière diverse par des catégories de populations très différenciées (Navez-Bouchanine, 1992 ; Zimmermann, Toussaint, 2001). De ce fait, elle se transforme peu à peu en un théâtre d’usage naturel, spontané, inattendu, voire subversif, plus ou moins réprimé (Ghorra-Gobin, 2001 ; Thibaud, Duarte, 2013). Quelles que soient les caractéristiques individuelles ou collectives des usagers, la place publique assure un espace de sensibilité à l’altérité, un espace où se déploie la mise en scène de soi et des autres (Joseph, 1984).

4Il ressort que les villes arabo-musulmanes, imprégnées d’héritages culturels, ne possédaient pas les mêmes caractères. Le souci de séparer les lieux d’enracinement privé (maison mais aussi le voisinage) garants de la protection d'une société endogamique, d’une sphère publique ouverte au monde des étrangers, généra un art fondé sur l'articulation entre les espaces publics et les espaces privés (Sidi Boumedine, 1985 ; Dris, 2002). Il ne s’agit pas uniquement d’une simple articulation mais beaucoup plus d’un clivage fondamental envers ces espaces ouverts au public sur le plan juridique, (Cherfaoui, 2010) spatial et social (Holzchuch, 2007). D’ailleurs, les espaces permissifs tels que les places publiques demeurent limités en nombre, liés aux lieux domestiques par des espaces en réseaux complexes et essentiellement masculins, en vue de traduire une double distance d’éloignement d’ordre physique et en même temps de nature sociale (David, 2002).

  • 1 En dépit du caractère général et du nombre limité des textes, les places publiques tirent leur prof (...)

5En Algérie, malgré l’apport colonial, il aura fallu attendre les trois premières décennies qui ont suivi l’indépendance pour que les places publiques bénéficient, à partir des années 1990, d’un premier cadre juridique1. Cette situation tire ses origines de la politique consacrée à la réalisation des ZHUN (Zones d’Habitat Urbain Nouvelles), une politique équivalente à celle des ZUP françaises, caractérisées par un espace bâti monotone, un espace public (places publiques, aires de jeux, etc.) sombré dans l’abandon (Zerdoumi-Serghine, 1996), et par un espace résiduel qui a été un objet de débat et de conflit de statut (espace considéré privé) et ce, même si le statut de ce dernier est clairement public (Bouchanine, 2003).

6Ce n’est qu’au début des années 2000 que l’intérêt politique pour les places publiques devient opérationnel. Dans cette optique, des dizaines de placettes ont été créées surtout au niveau des zones considérées marginalisées telles que les ZHUN (loi n° 01-20). Cette vaste opération s’inscrit dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine toujours en vigueur et dont l’objectif est d’accorder une meilleure image aux villes algériennes.

7Par déduction, les places publiques telles qu’on les définit aujourd'hui en Algérie nous renvoient vers un espace dont l’accessibilité et l’usage pour tous sont couverts juridiquement et où la mixité entre les fonctions et les publics est privilégiée.

8Pourtant, ceci est loin d’être aussi évident du fait de certaines pratiques sociales observées dans des places publiques nouvellement construites au niveau des ZHUN, situées dans la ville d’Annaba (Ville du Nord-est algérien) ; ces espaces tendent à se clore, à se limiter dans leurs usages et par usager selon les heures de la journée, l’âge et le sexe. Ici, la place publique semble se transformer d’un « espace de sociabilité » à un espace où cette même sociabilité pose problème. Le caractère problématique peut s’expliquer en répondant aux interrogations suivantes :

9- L’appropriation des espaces est-elle conflictuelle entre les différents usagers ? Y a-t-il un consensus dans les pratiques tendant à attribuer tel espace à telle catégorie ? Ces usagers investissent-ils ces lieux en fonction des autres facteurs ?

10Même si la logique physique ou la couverture juridique dictent certaines conditions d’usage, elles ne peuvent faire occulter les règles morales. Ces mêmes règles, qui sont à la base des rapports interindividuels, des sentiments et des activités, imposent des comportements inconscients, des distances et des ordres à l’échelle de l’espace (T. Hall, 1971, p. 159-160 et p. 170).

11D’ailleurs, certains contextes semblables aux villes maghrébines ont largement démontré que les usages, les formes et les interactions sociales dépendent essentiellement des besoins d’ordre culturel tels que le besoin de séparer les espaces publics des espaces privés (Sidi Boumediene, 1985), ou le besoin de positionner respectivement le rapport entre le masculin et le féminin (Raibaud, 2011). La préservation de ces référents culturels s’est incarnée dans les qualités physiques et formelles de l’espace (Ravereau, 1989) car l’objet matériel a été fortement dépendant des conduites et des pratiques sociales (Ledru, 1984 ; Roncayolo, 2002).

12Dans cette optique, ce travail demeure particulièrement important car il nous permet de croiser les espaces organisés « pour » les usagers avec les espaces utilisés « par » les usagers. Une telle démarche semble un moyen pour détecter les cadres culturels cachés et les intégrer par la suite dans le processus de fabrication des places publiques afin de développer une architecture plus consciente des usages réels et plus ouverte aux règles morales. À titre d’illustration, nous dresserons un état des lieux des pratiques socio-spatiales à l’échelle des places publiques, nouvellement créées, dans la ville d’Annaba.

Présentation du cadre de l’étude : les places publiques à Annaba

13Annaba (carte 1), la quatrième ville d’Algérie (située à 500 km de la capitale Alger), de par son histoire, sa taille (4848 hectares) et son rôle économique qui assument des fonctions à vocation régionale, se définit comme étant une ville intermédiaire abritant 257 359 habitants (Recensement Général de la Population et de l'Habitat : RGPH, 2008).

  • 2 Ces quartiers représentent plus de 60 % du tissu urbain de la ville d’Annaba, répartis principaleme (...)

14Tout au long de la construction et du développement de ses périphéries2, l’espace public d’une manière générale et particulièrement la place publique ont été toujours négligés au profit du logement tourné vers les cités dortoirs (Côte, 1988).

  • 3 Les ZHUN (Zones d’habitat Urbain Nouvelles) se sont multipliées à la suite d’une politique sociale (...)

15Ces quartiers sont inscrits majoritairement dans la politique des Zones d’Habitat Urbain Nouvelles (ZHUN3) des années 1970. Elles sont caractérisées par l’absence totale des espaces de proximité et une pauvreté en matière d’aménagement extérieur tels que les réseaux divers, les aires de jeux, les places publiques, les aires de stationnement (Amirèche, 2000).

16D’ailleurs, elles (ZHUN) étaient le berceau de « l’espace résiduel » ; il s’agit des espaces intermédiaires, des alentours et des vides qui faisaient l’objet de dégradation permanente (Zerdoumi-Serghine, 1996).

17À partir de l’an 2000, cette forme d’espace (espace résiduel) a fait l’objet de transformation d’un vide urbain mal entretenu, inexploité voire abandonné vers un espace aménagé voire statué telles que les aires de jeux, les places publiques, les aires de stationnement, etc. Entre 2005 et 2012, les ZHUN ont bénéficié de 9 nouvelles places publiques (carte 1).

Carte 1 : Les places publiques inscrites dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine à Annaba

Carte 1 : Les places publiques inscrites dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine à Annaba

Source : fond de carte PDAU 2008
Réalisation : Benzerara, Acidi, 2017

18Cette transformation s’inscrit dans le cadre des opérations de l’amélioration et l’intégration urbaine, toujours en cours, née principalement de cette nouvelle conscience nationale de la qualité de vie en général et des préoccupations des citadins pour leur cadre d’existence en particulier par l’instauration des lois n° 01-20, n° 06-06, n° 10-02. En matière d’espaces publics, la dite politique se décline en une série d’objectifs dont :

  • Moderniser l’aspect technique à travers un revêtement durable et l’implantation de nouveaux mobiliers urbains [Loi n° 10-02, plan d’action territorial (PAT) n° 18, p. 82]

  • Encourager l’usage en renforçant l’attractivité (décret exécutif n° 07-05, article 05)

  • Garantir l’entretien et l’hygiène [Loi n° 10-02, plan d’action territorial (PAT) n° 18, p. 82]

    • 4 Article 26 «…il est créé un observatoire national de la ville ci-dessous dénommé (l’Observatoire na (...)
    • 5 Les missions de l’observatoire national Article 2 « développer de nouveaux modes de gestion , perme (...)

    Créer « l’observatoire national » chargé de la veille et de l’évaluation (Loi n° 06-064 ; Décret exécutif n° 07-055).

19Cependant, il faut noter que cette volonté politique qui essaye d’éviter les erreurs des politiques précédentes telles que les ZHUN n’a pas fait objet d’évaluation car le nouvel organisme, « l’observatoire national », chargé de cette mission, n’a jamais vu le jour.

Méthodologie

Constitution d’un échantillon représentatif

20Pour les architectes, les urbanistes ayant pour mission de concevoir savent que « la liberté d’accès et d’usage » d’une place publique est liée aux critères morphologiques. Le degré d’enclosure, les champs d’observation, les rapports dimensionnels, le mobilier urbain de repos (Borie, 2006 ; Sitte, 1996 ; Panerai, 1999) sont les mêmes critères qui ont influencé les comportements et les conduites (Whyte, 1980 ; Gehl, 2010).

21Du coup, la classification morphologique (tableau 1) semble nécessaire dans la mesure où elle nous aide à la compréhension de certains comportements typiques et où la finalité de cette étude est essentiellement qualitative.

Tableau 1 : Fiches techniques des places publiques créées dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine, situées dans les ZHUN

Tableau 1 : Fiches techniques des places publiques créées dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine, situées dans les ZHUN

* Le degré d’enclosure est un indicateur du degré d’ouverture de l’espace. Il est le rapport entre la somme des surfaces ouvertes et la somme de toutes les surfaces. L’évaluation du degré d’enclosure passe par trois étapes : (1) identification de la surface entière occupée par l’espace public, (2) identification des éléments verticaux qui entourent l’espace public ainsi que son centre, (3) la surface comprise entre les secteurs projetés du centre et les éléments verticaux de l’enveloppe est calculée. Finalement, la surface obtenue est divisée par la surface totale (Zawidzki, 2016).

Source : Benzerara, Acidi, 2018

22La classification des cas d’étude s’est déroulée essentiellement en trois étapes :

  • L’état général des places publiques décrit leurs caractéristiques morphologiques (forme, dimension), leurs aménagements (nombre et type de mobilier urbain) et leurs environnements immédiats (bâti et non bâti, hauteurs et fonctions).

    • 6 La méthode de regroupement en classes passe par la détermination de : l’étendue (E) de la distribut (...)

    Découpage en classes : classer les données relatives à chaque critère sur une échelle de trois niveaux. Pour ce faire, cette étape s’est fondée sur la méthode des regroupements en classes6.

  • La codification : codifier les trois classes de 0 à 2 selon le degré d’importance.

  • Analyse hiérarchique (en utilisant le logiciel IBM « SPSS » Statistiques -Version 22- ) : croiser l’axe relatif aux différents critères avec l’axe des cas d’étude afin d’identifier les différents groupes des places publiques qui partagent les mêmes critères (figure 1).

Figure 1 : Classification des places publiques localisées dans les ZHUN

Figure 1 : Classification des places publiques localisées dans les ZHUN

Source : Benzerara, Acidi, 2018

23Cette démarche a permis d’identifier trois groupes (figure 1). Le premier se caractérise par un degré faible d’enclosure, le deuxième se distingue par un rapport équilibré entre la largeur et la longueur ; et le dernier groupe se caractérise par un rapport où la profondeur prime sur la largeur.

  • 7 OPGI : Office de la promotion et de la gestion immobilière, maître d’œuvre et d’ouvrage, spécialisé (...)

24Dans cette optique, on a tiré de chaque classe un cas d’étude pour représenter l’ensemble. Il s’agit de la place Boudedza Saleh (A), la place de la cité 687 logements (B) et la place des 50 logements OPGI7 (C) (figure 2). Ces places publiques se situent dans un rayon de moins de 2 kilomètres du centre-ville d’Annaba, une distance correspondant à 15 minutes en voiture (carte 1).

Figure 2 : Les cas d'étude

Figure 2 : Les cas d'étude

: Cas de la place Boudebza Salah ; B : Cas de la place 687 logements ; C : Cas de la place des 50 logements OPGI

Source : Benzerara, Acidi, 2018

25Les places publiques choisies, situées dans le secteur Plaine Ouest au sud de la ville, sont traversées par deux rues et entourées d’immeubles à usages résidentiels de 5 niveaux, caractéristiques des quartiers ZHUN. Elles abritent des ménages y résidant depuis plus de 20 ans, originaires des villes de proximité (ElTarf, Skikda, Guelma) ayant immigré lors de la période de la révolution industrielle algérienne. Ces places publiques sont à la disposition des quartiers résidentiels et une part relativement importante de fonctionnaires de niveau socio-économique moyen y vit depuis la création du quartier ou depuis plusieurs années.

L’observation ethnographique

26L’approche ethnographique a été privilégiée (Thibaud, 2001 ; Angers, 1997, p. 130-131). Son caractère visuel (Laplantine, 2006) favorise l’observation directe et une description dense de la vie quotidienne (Geertz, 1973) qui permettent ainsi de comprendre profondément les pratiques sociales.

27Il s’agit de noter et d’analyser à intervalles réguliers les personnes et les actions à caractères aléatoires qui prennent place : arrêt, changement d’allure, l’emplacement préféré de la majorité des personnes assises, la fréquence, le rythme, le nombre moyen de personnes afin de réaliser des comptages (personnes par séquence : PPS) des descriptions de flux ou d’analyser les cheminements piétons et les changements d’attitude qui les rythment.

28La vidéo représente ici un outil très efficace au service de cette démarche. Ce choix est justifié par deux raisons :

  • Observer sans perturber la situation dans son cadre original délimité par les lieux et les conditions de vie ordinaire des personnes observées ;

  • Percevoir la réalité immédiate en objectivité, en spontanéité et en authenticité. Pour ce faire, les caméras sont installées sur les toits des immeubles qui entourent la place publique afin d’assurer une certaine discrétion.

  • 8 Généralement, les enquêtes menées au niveau des espaces publics se réalisent dans les saisons où le (...)
  • 9 En Algérie, les jours de la semaine sont du dimanche au jeudi ; les jours du weekend sont le vendre (...)

29L’observation a eu lieu au cours de l’automne (septembre)8 durant la journée du 17/09/2017 (T 26 °C) et le weekend du 30/09/2017 (T 27 °C) en dehors de tout événement particulier9. Elle s’est déroulée en cinq étapes :

Décrire le milieu à observer

30On cherche à réunir toutes les informations trouvées sur le terrain d’investigation (relevés, photos, inventaire des mobiliers existants).

Observation préliminaire

31Cette phase permet d’identifier les différentes activités avec leurs durées moyennes qui peuvent exister dans une place publique (tableau 2).

Tableau 2 : Définition des activités statiques et mobiles

Nombre de personnes

Activités statiques

Activités mobiles

Une ou plusieurs personnes

Attendre, manger, se reposer, écouter, se repérer, discuter, travailler, rêvasser

Déambuler, s’informer, écouter, se repérer

Personne seule

Lire, téléphoner

Téléphoner, accrocher un vélo

En groupe

Jouer, discuter

Jouer

Source : Benzerara, Acidi, 2017

Réaliser une grille d’observation

32Cette étape donne à l’observation un caractère plus efficace et plus précis. La grille se compose de deux rubriques qui correspondent aux deux activités qu’on veut étudier : les activités statiques et mobiles.

L’observation

33L’acte d’observer cible chaque sujet à part entière. Il s’agit de noter l’itinéraire et les actions en prenant en considération les directions des regards, les façons de s’asseoir, le temps de la traversée, le point de départ, le point d’arrivée ; 961 sujets ont été observés individuellement pendant 4 heures par place publique.

34Avec trois angles de prises de vues, des séquences audio-visuelles de l’espace sont prises à intervalles constants pendant la journée. Ici, les séquences sont standardisées à durées pondérées pour les quatre périodes suivantes : 8h00h-11h00 (période de pointe du matin), 11h00h-14h00 (période de pointe de la mi-journée), 14h00h-17 h00 (après-midi), 17 h00-20h00 (période de pointe du soir). La division des périodes a été faite en fonction des considérations propre à l’Algérie : les heures de travail (de 8h00 à 12h00 le matin, de 13h00 à 17h00 l’après-midi), les jours libres (vendredi et samedi). À chaque période, on enregistre une séquence de 30 minutes (sans interruption) car elle correspond à la longueur moyenne des activités d’un séjour urbain (selon l’observation préliminaire). À partir de ces enregistrements vidéo, des photographies sont extraites chaque minute afin d'en obtenir un maximum de détails.

Les notes complémentaires

35Tout complément d’informations était acquis par prise de notes. Cette étape est nécessaire car certains détails n’étaient pas visibles.

Résultats

36L’observation ethnographique nous a permis de dessiner un paysage de regroupements par classe d’âge et de genre. En l’occurrence, pendant la matinée, les personnes âgées s’installent aux extrémités de la place. L’après-midi, les femmes avec les enfants et peu d’hommes, de différents âges, partagent l’espace mais d’une manière séparée. Par contre le soir, la catégorie jeune gagne et s’empare totalement de l’espace (figures 3A, 3B, 3C).

Figure 3 : fréquentation journalière des places publiques en fonction des heures puis des tranches d'âge

: Cas de la place Boudebza Salah

A : Cas de la place Boudebza Salah

B : Cas de la place 687 logements

B : Cas de la place 687 logements

C : Cas de la place des 50 logements OPGI

C : Cas de la place des 50 logements OPGI

Source : Benzerara, Acidi, 2019

37La fréquentation des places publiques s’évalue par la dynamique des rencontres. Au cours de la semaine, ce sont les élèves et les fonctionnaires qui remplissent l’endroit après les heures de travail jusqu’à vingt heures du soir. Pendant le weekend, la configuration des lieux change et à partir de dix-sept heures, l’affluence des étudiants devient prépondérante. Par contre, la présence des femmes (ménagères), enfants, hommes âgés (retraités) et chômeurs demeure quasi permanente.

38Les places publiques étudiées montrent alors leur capacité à être un espace de regroupement, de rencontres : les personnes âgées y discutent, les femmes échangent et regardent les enfants jouer, les adolescents et les jeunes adultes observent la voie, etc. Elles demeurent comme un espace-temps où les usagers croisent majoritairement leurs voisins. Ceci permet d’un jour à l’autre de rester en contact avec la vie locale qui facilite une sociabilité de voisinage. Ces places publiques apparaissent effectivement comme un élément clef de la structuration de la vie quotidienne.

39Pour les usagers, le désir de renforcer une partie ou la totalité de la place publique reste désormais à satisfaire : à titre d’exemple, des supports d’animations pour les jeunes tels que les kiosques de tabac et des espaces d’activités récréatives comme les aires de jeux pour les enfants. Les hommes âgés, quant à eux, cherchent plus de verdure, de commodités de repos et de mobiliers d’hygiène qui rentrent dans leur quête du bien-être.

40Toutefois, l’usage de tels lieux (les places publiques) est caractérisé par l’immédiateté, la spontanéité de leur appropriation par les usagers de différentes catégories. Ce qui frappe le plus souvent l’observateur, c’est bien la facilité d’identifier les regroupements de femmes et enfants, de jeunes, de personnes âgées. La question de la mixité entre ces regroupements ou de leur indépendance, de la présence ou d’absence se conditionnent principalement par deux facteurs : le genre et l’âge.

Le genre

41Dans un premier temps, la domination territoriale masculine est nettement visible. Les comptages réalisés indiquent un taux de fréquentation masculine supérieur, atteignant à certain moment deux fois la fréquentation féminine (figure 4).

Figure 4 : Le taux de fréquentation par sexe

Figure 4 : Le taux de fréquentation par sexe

Source : Benzerara, Acidi, 2018

42C’est notamment le cas des places publiques Boudebza Salah et 687 logements, des places publiques morphologiquement ouvertes (tableau 1), où les femmes de toutes catégories sont quasi absentes. Numériquement parlant, on retrouve plus d’hommes que de femmes. Ce premier constat signifie une prédominance de la gent masculine et des disparités d’usage au détriment des femmes.

43Dans certains cas où les activités féminines existent (le cas de la place publique 50 logements OPGI, une place publique morphologiquement semi-ouverte (tableau.1)), elles se présentent généralement sous la forme de groupes de deux jusqu’à dix femmes assises l’une près de l’autre pour y discuter et surveiller les enfants, formant ainsi une position particulière au sein de l’espace. Cette situation sert indirectement à un marquage territorial pour « des occupations segmentées » clairement visible par « une distance physique » qui les sépare : des lieux où règnent les femmes ; tandis que d’autres constituent des lieux purement masculins (figure 5).

44Nous voulons parler ici de l’occupation féminine des alentours des habitations (cas de la place publique 50 logements OPGI et la place Boudebza Salah) qui semble permanente : il s’agit de femmes d’apparence modeste majoritairement plus âgées (plus de 60 ans), qui viennent des blocs d’habitation donnant sur la place publique (figure 5). Ces femmes assistent toujours des enfants qui jouent à proximité d’elles, là où cependant les extrémités de la place publique deviennent un espace purement masculin (figure 5) à partir desquels les jeunes hommes commentent ce qu’ils voient autour d’eux et les hommes âgés s’y regroupent pour discuter le quotidien.

Figure 5 : Les lieux féminins

Figure 5 : Les lieux féminins

A : Cas de la place des 50 logements OPGI ; B : Cas de la place Boudebza Salah

Source : Benzerara, Acidi, 2019

45Au-delà des activités statiques, on remarque que les femmes, le plus souvent, évitent de traverser l’espace dans leurs itinéraires quotidiens même si c’est le plus court chemin pour se rendre chacune à une destination précise. Accompagnées majoritairement d’un enfant, les femmes franchissent l’espace rapidement sans lever les yeux ou regarder dans les deux sens. La fréquence de ces traversées a permis de dessiner des itinéraires nettement visibles sur les trois cas d’étude (figure 6) : l’axe AA’ contourne l’espace, par contre l’axe BB’ franchit l’espace.

Figure 6 : Les déplacements féminins versus activités statiques masculines

Figure 6 : Les déplacements féminins versus activités statiques masculines

: Cas de la place Boudebza Salah ; B : Cas de la place 687 logements ; C : Cas de la place des 50 logements OPGI

Source : Benzerara, Acidi, 2019

46Numériquement parlant, les femmes mobiles franchissent l’espace (axe BB’) en fonction de la faiblesse de l’intensité de l’activité statique masculine. À l’opposé, elles contournent l’espace (axe AA’) lorsque les hommes sont intensivement présents (figure 7).

Figure 7 : Femme mobile versus homme statique

Figure 7 : Femme mobile versus homme statique

Source : Benzerara, Acidi, 2019

47En effet, les activités quotidiennes témoignent de formes de sociabilité qui se nouent timidement car les relations entre les deux sexes restent très prudentes et exigent de maintenir « une bonne distance physique ». À l’opposé, les regroupements du même sexe sont collés les uns aux autres ; on peut les identifier uniquement par un seul critère déterminant, l’âge.

La classe d’âge

48Le critère de l’âge ne se pose pas de la même manière chez les femmes que chez les hommes. L’observation ethnographique en déduit que les femmes âgées dominent l’occupation de l’espace. Par contre, chez les hommes, les regroupements sont de différents âges ; collés les uns aux autres, ils partagent le même espace. Ces regroupements se localisent principalement dans les lieux considérés comme masculins (figure 5). Il s’agit des extrémités de la place qui sont d’une part un observatoire à partir desquels les jeunes commentent ce qu’ils voient, et, d’autre part, un espace d’échange et de rencontre où les hommes âgés (+ de 60 ans) constituent de petits groupes de deux jusqu’à six personnes. C’est notamment les cas des places publiques Boudebza Salah, 50 logements OPGI (figure 3) et à un degré moindre la place publique 687 logements qui semblent nous présenter une mixité de groupes dans une image globale purement masculine.

49Les hommes accordent un rôle important à leur place publique dans les activités des liens sociaux. Ces activités sont des moments de socialisation et de mise en scène de soi dans un contexte de voisinage où s’actualise une part importante quoique routinière de la vie sociale. Cependant, ce qui nous frappe le plus souvent est bien la manière dont les hommes âgés (+ de 60 ans) investissent la place publique pour afficher des comportements particuliers.

50Ces comportements se développent différemment selon les cas d’étude ; citons ainsi la place publique Boudebza Salah (une place publique morphologiquement ouverte) qui contraint volontairement les hommes âgés à s’asseoir sur des bancs publics donnant sur les voies mais en tournant le dos (figure 8). Par contre, cette même catégorie peut s’installer aussi en face des voies publiques sans comportement particulier mais avec une certaine distance de recul (le cas de la place publique 50 logements OPGI, une place publique morphologiquement semi ouverte).

Figure 8 : Les comportements des hommes âgés

Figure 8 : Les comportements des hommes âgés

: Cas de la place Boudebza Salah B : Cas de la place des 50 logements OPGI

Source : Benzerara, Acidi, 2020

51À l’issue de ces premiers résultats, la fréquentation des places publiques permet des conduites et des formes spécifiques d'interaction sociale en particulier en fonction de l'âge et du sexe.

52Cette situation nous conduit à interroger en amont, le lien entre les pratiques et les catégories d’usagers, mais en aval, le lien entre les données physiques des cas d’étude et ces mêmes pratiques.

Discussion

53Les constantes établies par le biais de l’observation ethnographique telle que la prédominance masculine, les occupations segmentées, les comportements des hommes âgés ou autres conduites n’est pas une source du hasard mais bien le produit d’un choix ou d’une recherche active.

54Entre manière individuelle et réaction collective, ces usagers ne cessent de composer l’espace, d’en vérifier, de confronter et déplacer les frontières. Ils divisent la place publique en lieux. Chaque lieu possède ses limites, son périmètre, sa durée, ses modes d’appropriation. Il ne s’agit pas d’actions provisoires mais d’opérations bien permanentes marquées essentiellement par la présence, les regroupements et les comportements particuliers.

55La question du « respect » entre les usages et les usagers, considérée comme un enjeu individuel et collectif, s’effectue par des règles morales plus que par d’autres facteurs : les usagers entre eux ne sont pas des ordonnateurs, l’espace n’est pas à l’origine de leurs comportements et les agents municipaux ne dictent rien. Effectivement, ces usages ne sont pas des signifiants vides, mais plutôt un ordre créé et régi par des cultures particulières. Cet ordre trace arbitrairement des « …limites constitutives de l’ordre social et de l’ordre mental… » (Bourdieu, 1982, p. 122).

56Ici, la question de la stabilité des usages, pour une « paix entre les usagers », dépend essentiellement du maintien du rapport homme-femme et du respect du droit de la rue.

Le rapport homme-femme

57Dans un contexte de plus en plus ouvert à l’échange, dû principalement aux évolutions qu’ont connues les places publiques en Algérie, les hommes et les femmes apprennent à marquer leur territoire et à mettre en place des techniques qui leur permettent de conserver le rapport établi entre eux. Cela ne veut pas dire que les femmes ont le même droit d’usage qu’on pourrait accorder aux hommes (cas de la place 687 logements où l'on constate une disparité d’usage au détriment des femmes) ; entre temps, elles ne sont pas exclues totalement puisqu’elles peuvent tout à fait pénétrer dans les places publiques et s’y installer de concert avec les autres (cas de la place 50 logements OPGI et la place Boudebza Salah).

58En effet, la dichotomie entre hommes et femmes est apparue à travers les relations inversement proportionnelles entre les activités statiques et activités mobiles des deux sexes (figures 6 et 7), etc. Le regard ethnographique a donné une autre valeur ajoutée à cette dichotomie en présentant la distribution des lieux différenciés dans un même espace ; il s’agit principalement de deux genres de lieu : « lieu dedans », purement féminin, localisé aux alentours des habitations, et « lieu dehors », purement masculin, localisé aux extrémités de la place (figure 5). Mais pourquoi cette localisation ?

  • 10 Si un étranger au quartier, qui paraît suspect, s’attarde devant une maison, un voisin s’inquiète d (...)

59Vis-à-vis des femmes, les espaces qui entourent les lieux de la sphère domestique génèrent de la sécurité. Ils sont le règne du contrôle social traditionnel (famille, voisinage)10 et représentent l’endroit d’existence de la non-sociabilité (homme et femme) et du non-public (figure 9).

Figure 9 : « Lieu dedans », cas de la place 50 logements OPGI

Figure 9 : « Lieu dedans », cas de la place 50 logements OPGI

Source : Benzerara, Acidi, 2020

60La création de tels lieux représente « une stratégie d’évitement » (Di Méo, 2011) voire « d’isolement » entre les deux sexes. Pour les femmes, la présence des hommes/du sexe masculin est quasi systématiquement assimilée à une présence des étrangers.

61Cette situation (présence masculine) provoque chez les femmes statiques la recherche d’une bonne distance de certains angles (figure 5), et engendre sur les femmes mobiles une restriction des déplacements à certaines heures et une fragilité en termes de mobilité à l’intérieur des places publiques (figures 6 et 7). La question du genre prend la logique de répulsion semblable à la logique du magnétisme ; le pôle homme repousse le pôle femme (Naceur, 2004 ; Raibaud, 2011).

  • 11 Horma : terme dont la racine « h.r.m.» est aussi celle de « haram », « sacré » et « illicite ». Sen (...)

62La même logique se superpose à une lecture ethnique : « la mixité entre sexe » est considérée comme une menace à la protection de « Horma »11 (Paquot, 2009, p. 59-60) ; elle est jugée comme « interdite » : les femmes ne doivent pas côtoyer les hommes ; ne pas être exposées ; ne pas observer les lieux publics (Dris, 2002 ; Naceur, 2004).

63Dans certains cas d’étude, la séparation entre homme et femme va de soi, alors que dans d’autres cas, c’est l’étanchéité qui se révèle absolue. Il s’agit de la place publique 50 logements OPGI qui est la seule à permettre une intensité féminine ainsi qu’un côtoiement des regroupements masculins et des regroupements féminins au même temps, mais distanciés (figure 5). Contrairement à d’autre cas d’étude, le cas de la place Boudebza Salah ou la place publique 687 logements, ne permettent pas de telles pratiques.

64Malgré la grande ressemblance socio-spatiale des cas d’étude, la place publique 50 logements OPGI permet bien un éloignement des lieux publics (les extrémités de la place publique) par rapport aux lieux privés (les blocs d’habitation). C’est paradoxal au sens où les femmes ne sont jamais plus visibles sur cette place publique qu’elles ne le sont dans les autres cas d’étude.

65La différence réside bien dans la condition morphologique c'est-à-dire la question de l’ouverture (rapport équilibré entre la largeur et la longueur, le degré d’enclosure faible) ou de la fermeture (espace en profondeur) de la place publique, qui est un facteur important car plus l’espace est ouvert, plus il est exposé aux publics ; plus les besoins de l’anonymat et de la protection chez les femmes sont violés (la place 687 logements et la place Boudebza Salah) et vice versa.

66L’absence totale de toute possibilité de séparation entre les deux sexes qui, auparavant, se concrétise par un réseau de filtres de nature physique (des façades aveugles, une hiérarchisation des voies (Ravereau, 1989)) et de nature sociale (Sidi Boumedene 1986 ; Ilbert, 1991), laisserait supposer que les hommes et surtout les femmes disposent d’autres moyens pour s’isoler (tourner le dos, instaurer la distance physique, etc.). De ce fait, on assiste à « une forme de résistance » qui cherche à maintenir ce « rapport homme-femme » face à un environnement extraverti.

Le droit de la rue

67Toutefois, l’installation dans un lieu en particulier (tous les hommes aux extrémités des places publiques) est l’une des stratégies d’évitement entre homme et femme expliquée ci-dessous. En revanche, être jeune ou âgé ne pose pas de problème particulier, l’observation ethnographique a mis le doigt sur cette « cohabitation pacifique » (figure 3) : le côtoiement entre les générations ne pose aucune contrainte.

68Le seul point observé est bien le comportement particulier des hommes âgés (+ 60 ans) : s’asseoir en tournant le dos (cas de la place 687 logements) ou en face des voies publiques avec une certaine distance de recul (cas de la place publique 50 logements) (figure 8).

69En effet, les extrémités de la place publique sont des lieux de la mixité sociale, de la sociabilité, du public : tout le monde y traverse et circule, etc. Tourner le dos à ces lieux, comme forme de détachement de l’environnement, un comportement souvent considéré chez les arabes comme une forme d’impolitesse (T. Hall, 1971, p. 127), ou s’installer en face d’eux mais à une certaine distance signifie que cette catégorie d’usagers cherche à « éviter d’observer catégoriquement » l’environnement immédiat ou « observer avec condition » sans être exposée aux publics. Dans les deux cas de figure, ces comportements indiquent des « limites d’usage aux détriment des hommes âgés ». Pourquoi ?

  • 12 Le Prophète a dit : « Méfiez-vous de cette pratique qui consiste à vous asseoir dans les rues ! » I (...)
  • 13 Le code d’honneur est le respect des adultes, les personnes âgées et l’obligation de la baisse des (...)

70Selon les dires des usagers, les hommes âgés ont une vie quotidienne largement consacrée à des activités cultuelles. Les journées sont organisées de façon à rythmer et donner du sens au quotidien d’un pratiquant. Ils vivent dans un temps où les contraintes ethniques et culturelles pèsent. Parmi ces contraintes, « le droit de la rue »12 : observer les passants, en particulier les femmes est considéré comme « interdit »13.

71Par rapport à un environnement plus permissif, s’asseoir en tournant le dos ou en face des lieux publics permet de respecter les règles cultuelles. Cette attitude gestuelle révèle une certaine éthique voire un équilibre entre ces règles et l’usage des places publiques. Elle transcrit cette volonté d’assurer une répartition équilibrée entre le bien commun et les libertés individuelles. Tels comportements confirment une autre forme de résistance vis-à-vis des nouvelles conditions que procurent actuellement les places publiques dans un contexte comme l’Algérie.

72Dans certains cas : s’asseoir dans les places publiques va de soi ; alors que dans d’autres cas la morale se révèle nécessaire. La condition offerte pour l’usage de la place publique 50 logements OPGI révèle que cette catégorie est moins exposée qu’elle ne l’est aux autres cas d’étude : plus l’espace est ouvert, plus cette catégorie est exposée aux publics ; plus elle tourne le dos et vice versa.

73Nous voyons ici comment les usages des places publiques sont liés à leur configuration morphologique, objet d’un véritable facteur dans l’utilisation de l’espace par âge ou par sexe.

74Même si les différences morphologiques retrouvées dans ces places publiques génèrent à présent des conduites spécifiques telles que la présence ou l’absence des femmes, s’asseoir en tournant le dos ou en face des voies publiques, etc. ; le respect des rapports de genre et les règles de comportements dans un espace public sont toujours maintenus.

Conclusion

75Cette étude avait pour objectif de saisir comment, à travers des modes particuliers d’investissements des places publiques, leurs usagers parviennent à concevoir leur propre lieu loin des nouvelles définitions des places publiques en Algérie.

76De ce fait, la place publique est sujette à des logiques d’attribution symboliques, indiquant ainsi des manières de conduites qui relèvent des pratiques quotidiennes. S’y jouent alors des phénomènes d’appropriation et des conflits imaginaires qui sont issus beaucoup plus des règles non prescrites.

  • 14 Dans l’histoire contemporaine de l’Algérie, ces mutations sont marquées par quatre grandes périodes (...)

77Malgré les différentes mutations14 et les effets de la mondialisation qu’a subis la société algérienne au niveau du mode de vie, de la composition sociale, des besoins, etc., ces règles ne semblent pas changer. Ici, les places publiques resteraient toujours susceptibles d’appropriations particulières qui traduisent des limites de nature virtuelle vis-à-vis de l’accès et de l’usage.

78Il n’est pas douteux, par ailleurs, que le support physique de la place publique intervient en deux moments. L'un dans l’organisation de l’usage selon le genre, l'autre dans les comportements particuliers selon l’âge.

79Il s'ensuit alors que ce support doit tenir compte de la nature du lieu à la fois d’un point de vue matériel et immatériel. En effet, s'appuyer sur les fondements culturels peut aider à le faire advenir et à acquérir son opérationnalité. Quelle que soit l’opération envisagée, il est essentiel que les maîtres d’ouvrages s’expriment sur ces aspects et formulent les attentes et les objectifs auxquels les projets devront répondre.

Haut de page

Bibliographie

Amirèche M., 2000, La question des espaces urbains publics dans les grands ensembles à Constantine, Mémoire de Magister, Département d’Architecture et d’Urbanisme, Université de Constantine

Angers M., 1997, Initiation Pratique A La Méthodologie Des Sciences Humaines, Québec, CEC

Annawawi M., 676, Riyad as-Salihin (le jardin des vertueux), Tunisie

Borie A., Micheloni P., Pinon P., 2006, Forme et déformation, des objets architecturaux et urbains, Marseille, Parenthèses

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard

Cherfaoui, D., 2010, L’attractivité urbaine, par l’accueil de l’événementiel sur les espaces publics, Cas d’Alger. Mémoire de Magister, option : urbanisme et développement durable, école polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger, EPAU

Côte M., 1988, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion

David J.C., 2002, “Espace public au Moyen-Orient et dans le monde arabe, entre urbanisme et pratiques citadines“, Géocarrefour. vol. 77, No3, 219-224

Décret exécutif n° 07-05 du 08 janvier 2007 portant composition, organisation et fonctionnement de l’observatoire de la ville

Derdour H’sen, 1983, Annaba, 25 siècles de vie quotidienne et de luttes : menus appendices sur l'histoire générale du Grand Maghreb, vol. 01, Alger, SNED

Di Méo G., 2011, Les murs invisibles, femmes, genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin

Dris N., 2002, La ville mouvementée : espace public, centralité et mémoire urbaine à Alger, Paris, le Harmattan

Duarte C.R. et Thibaud J.P., 2013, Ambiances Urbaines En Partage, pour une écologie sociale de la ville sensible, Genève, Métis Presses

Geertz C., 1973, Interpretation of cultures, New York, Basic Books

Gehl J., 2010, Cities for People, London, Island Press

Ghorra-Gobin C., 2001, Réinventer le sens de la ville, Les espaces publics à l’heure globale, Paris, le Harmattan

Houssay-Holzschuch M., Fleury A., Hancock C., Gelézeau V., Sanjuan T., Sabatier B., Teppo A., 2007, une géographie des espaces publics dans les pays intermédiaires, [Rapport de recherche] Centre Géophile, ffhal-00591141f, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00591141/document

Ilbert R., 1991, “le miroir des notables“, in I. Jooseph (éd.), L’espace public. Les compétences du citadin, plan Urbain-Editions recherches, 104-1077

Isaac J., 1984, Le passant considérable, essai sur la dispersion de l'espace public, Paris, Méridiens Klincksieck

Lamarca C., Quense J., Henriquez C., 2016, “Thermal comfort and urban canyons morphology in coastal temperate climate, Concepción, Chile“, Urban Climate. vol. 23, March 2018, 159-172, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S2212095516300487

Laplantine F., 2006, La description ethnographique, Paris, Armand Colin

Ledrut R., 1984, La forme et le sens de la société, Paris, Librairies des méridiens

Loi n° 01-20 du 12 décembre 2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire

Loi n° 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville

Loi n° 10-02 du 29 juin 2010 portant approbation du schéma national d’aménagement du territoire

Loi n° 90-29 du 1 décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme

Loi n° 90-30 du 1 décembre 1990 portant loi domaniale

Naceur F., 2004, “La problématique de la dominance masculine au niveau des espaces urbains : cas des villes Algériennes“, In : S. Denèfle (eds.), Femmes et villes, Tours, MSH/Presses universitaires François –Rabelais (Villes et Territoires), 239-248

Navez-Bouchanine F., 1992, “Les espaces publics des villes marocaines“, Les annales de la recherche urbaine, No.57-58, 185-190

Navez-Bouchanine F., 2003, “Les espaces publics des villes maghrébines, enjeu et partie prenante de l'urbanisation“, Critique économique, No11, 65-87

Panerai P., Demorgon M., Depaule J.C., 1999, Analyse urbaine, Marseille, Parenthèses

Paquot T., 2009, L’espace public, Paris, La découverte

Raibaud Y., 2011, Géographie socioculturelle, Paris, le Harmattan

Ravéreau A., 1989, La casbah d’Alger, et le site créa la ville, Paris, Sindbad

Roncayolo M., 2002, Lectures de ville, formes et temps, Marseille, Parenthèses

Sidi Boumediene R., 1985, “morphologies urbaines pré- et postcoloniale, quelques réflexions“, Villes et Méditerranée, colloque de Venise, 10-12 octobre 1985, 1-12

Sidi Boumediene R., 1986, “Cadre bâti et société“, Les cahiers de l’aménagement, N° 0, 15-27

T. Hall E., 1971, La dimension cachée, New York, Seuils

Thibaud J.P., 2001, L’espace Urbain En Méthodes, Marseille, Cabsah

Whyte W. H., 1980, The social life of small urban spaces, New York, Project for public spaces

Zawidzki, 2016, Discrete optimization in Architecture: architectural and urban layout, Springer briefs in architectural design and technology, Singapore, Springer

Zerdoumi-Serghine Y., 1996. L’appropriation des espaces publics de proximité dans les grands ensembles à Constantine. La gestion en question, Mémoire de Magister, Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université de Constantine

Zimmermann M., Toussaint J.Y., 2001, User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes

Haut de page

Notes

1 En dépit du caractère général et du nombre limité des textes, les places publiques tirent leur profil sur deux éléments : la programmation urbaine et le droit administratif. 1) la programmation urbaine : Depuis la promulgation de la loi n°90-29 du 1 décembre relative à l’aménagement et l’urbanisme, la place publique est introduite dans les villes à travers des instruments d’urbanisme (Loi n°90-29 du 1 décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme article 31). 2) le droit administratif : La place publique relève du domaine public (Loi n°90-30 du 1 décembre 1990 portant loi domaniale articles 2, 3, 5, 6) et considérée comme un bien « inaliénable, imprescriptible, insaisissable » (Loi n°90-30 du 1 décembre 1990 portant loi domaniale, article 4). Aucun usage physique du sol ou construction (acte de privatisation) ne peut se faire en contradiction sous peine de sanctions prévues par la présente loi (Loi n°90-29 du 1 décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme article 10).

2 Ces quartiers représentent plus de 60 % du tissu urbain de la ville d’Annaba, répartis principalement sur six secteurs (plan directeur d’aménagement et d’urbanisme intercommunal Annaba, PDAU, 2008) (carte 1).

3 Les ZHUN (Zones d’habitat Urbain Nouvelles) se sont multipliées à la suite d’une politique sociale visant l’éradication de la « crise du logement » via l’édification de nouvelles zones affectées à l’habitat collectif.

4 Article 26 «…il est créé un observatoire national de la ville ci-dessous dénommé (l’Observatoire national). L’Observatoire national est rattaché au ministère chargé de la ville et a pour missions : (…) l’élaboration d’études sur le développement des villes dans le cadre de la politique nationale d’aménagement du territoire...».

5 Les missions de l’observatoire national Article 2 « développer de nouveaux modes de gestion , permettant à l’Etat et aux collectivités territoriales d’améliorer le cadre de vie des citoyens et de valoriser le rôle des villes dans le développement durable (…) d’observer le développement et structuration urbaine, la fonctionnalité et l’usage des espaces publics et l’utilisation du foncier urbain, d’en analyser les tendances et de proposer toutes mesures ou programmes destinés à améliorer les conditions de vie des citoyens à l’intérieur de la ville ».

6 La méthode de regroupement en classes passe par la détermination de : l’étendue (E) de la distribution (la plus grande valeur - la petite valeur) ; l’amplitude de la classe (A) = E/ n (n : nombre de classe) ; la valeur la plus petite de la première classe.

7 OPGI : Office de la promotion et de la gestion immobilière, maître d’œuvre et d’ouvrage, spécialisé principalement dans la construction des logements en Algérie.

8 Généralement, les enquêtes menées au niveau des espaces publics se réalisent dans les saisons où les conditions climatiques (vent, ensoleillement, humidité) favorisent les séjours urbains [Lamarca C., 2016].

9 En Algérie, les jours de la semaine sont du dimanche au jeudi ; les jours du weekend sont le vendredi et le samedi.

10 Si un étranger au quartier, qui paraît suspect, s’attarde devant une maison, un voisin s’inquiète de sa destination et l’incite à quitter cette zone, c’est-à-dire le périmètre qui recouvre la maison et ses alentours immédiats.

11 Horma : terme dont la racine « h.r.m.» est aussi celle de « haram », « sacré » et « illicite ». Sens que l’on retrouve dans le mot « harem » (gynécée), qui désigne la partie spatiale purement féminine (harim).

12 Le Prophète a dit : « Méfiez-vous de cette pratique qui consiste à vous asseoir dans les rues ! » Ils dirent : « Ô Messager d’Allah ! Nous ne pouvons-nous en passer car c’est là pour nous l’occasion de parler entre nous ». Le Prophète leur dit alors : « Si vous tenez absolument à cette pratique, donnez alors à la rue son droit ». Ils dirent : « Et quel est le droit de la rue ô Messager d’Allah ? » Il dit : « Baisser son regard, s’abstenir de faire du tort, répondre au salam, ordonner le convenable et interdire le blâmable » (Annawawi, 676).

13 Le code d’honneur est le respect des adultes, les personnes âgées et l’obligation de la baisse des yeux voire le détournement rigoureux omniprésent du regard au passage d’une femme (Dris, 2002).

14 Dans l’histoire contemporaine de l’Algérie, ces mutations sont marquées par quatre grandes périodes : la période arabo-tuque entre 1510 et 1832, la période de la colonisation française entre 1832-1962, le régime socialiste entre 1962 et 1990 et le régime libéraliste de 1990 à nos jours (Derdour, 1983).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les places publiques inscrites dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine à Annaba
Crédits Source : fond de carte PDAU 2008 Réalisation : Benzerara, Acidi, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Tableau 1 : Fiches techniques des places publiques créées dans le cadre de l’amélioration et l’intégration urbaine, situées dans les ZHUN
Légende * Le degré d’enclosure est un indicateur du degré d’ouverture de l’espace. Il est le rapport entre la somme des surfaces ouvertes et la somme de toutes les surfaces. L’évaluation du degré d’enclosure passe par trois étapes : (1) identification de la surface entière occupée par l’espace public, (2) identification des éléments verticaux qui entourent l’espace public ainsi que son centre, (3) la surface comprise entre les secteurs projetés du centre et les éléments verticaux de l’enveloppe est calculée. Finalement, la surface obtenue est divisée par la surface totale (Zawidzki, 2016).
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 1 : Classification des places publiques localisées dans les ZHUN
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-3.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 2 : Les cas d'étude
Légende : Cas de la place Boudebza Salah ; B : Cas de la place 687 logements ; C : Cas de la place des 50 logements OPGI
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre : Cas de la place Boudebza Salah
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-5.png
Fichier image/png, 497k
Titre B : Cas de la place 687 logements
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-6.png
Fichier image/png, 697k
Titre C : Cas de la place des 50 logements OPGI
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 4 : Le taux de fréquentation par sexe
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-8.png
Fichier image/png, 275k
Titre Figure 5 : Les lieux féminins
Légende A : Cas de la place des 50 logements OPGI ; B : Cas de la place Boudebza Salah
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 6 : Les déplacements féminins versus activités statiques masculines
Légende : Cas de la place Boudebza Salah ; B : Cas de la place 687 logements ; C : Cas de la place des 50 logements OPGI
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-10.png
Fichier image/png, 661k
Titre Figure 7 : Femme mobile versus homme statique
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-11.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 8 : Les comportements des hommes âgés
Légende : Cas de la place Boudebza Salah B : Cas de la place des 50 logements OPGI
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-12.png
Fichier image/png, 1004k
Titre Figure 9 : « Lieu dedans », cas de la place 50 logements OPGI
Crédits Source : Benzerara, Acidi, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35071/img-13.png
Fichier image/png, 994k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amine Benzerara et Abdelhak Acidi, « Les nouvelles places publiques à l’épreuve des pratiques et usages sociaux : le cas de la ville d’Annaba (Algérie) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 948, mis en ligne le 22 juillet 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/35071 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.35071

Haut de page

Auteurs

Amine Benzerara

Laboratoire d’architecture et d’urbanisme, département d’architecture, faculté des sciences de la terre. Université Badji Mokhtar Annaba, Algeria
Enseignant chercheur, amine_benzerara@hotmail.fr/amine.benzerara@univ-annaba.dz

Abdelhak Acidi

Laboratoire ressources naturelles et aménagements, département d'aménagement, faculté des sciences de la terre, Université Badji Mokhtar Annaba, Algeria
Professeur, aacidi@yahoo.com/acidi.abedelhak@univ-annaba.dz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page