Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2020Ernwein, M., 2019, Les natures de...

2020

Ernwein, M., 2019, Les natures de la ville néolibérale : Une écologie politique du végétal urbain, Grenoble, Éditions de l’Université Grenoble Alpes, 232 p.

Nicolas Szende

Texte intégral

1Volume inaugural d’Écotopiques, collection fondée par Valérie Boisvert et Élise Demeulenaere, respectivement économiste et anthropologue de l’environnement, Les natures de la ville néolibérale répond à une volonté éditoriale : celle de recenser des analyses "informées par des enquêtes ethnographiques ou historiographiques de première main, articulant contenu empirique et théorique […] dans l’actualité des études environnementales" (p.3). L’ouvrage de Marion Ernwein, publié à la suite de sa thèse, dirigée à l’Université de Genève par Juliet J. Fall – professeure de géographie politique mais également spécialiste de l’histoire de la connaissance géographique – et intitulée Jardiner la ville néolibérale : la fabrique urbaine de la nature (2015), marque en effet par son intention d’adhérer à une logique de spécialisation autour de l’objet-concept ‘nature’, au-delà des champs disciplinaires, et à la manière des Environmental Studies.

  • 1 Expression empruntée à Neil Smith, et en particulier à son travail dans Uneven Development (1984), (...)

2C’est néanmoins à l’aune de l’Urban Political Ecology qu’il faut appréhender l’assise bibliographique et méthodologique de l’autrice. Reprenant les résultats de son terrain doctoral, mené entre 2011 et 2015 sur les enjeux de la gestion du vivant végétal en ville à Genève et Vernier (seconde ville la plus peuplée du canton genevois), Ernwein questionne la "production de la nature"1 à travers ses modes d’existence formel et matériel. Les deux moments de cette dialectique peuvent être retrouvés dans l’engagement, "résolument ethnographique" (p.21) d’une démarche de terrain mixte. Des entretiens réalisés auprès de jardiniers travaillant pour les services des espaces verts des deux communes ainsi qu’auprès d’intervenants dans l’entretien et le développement de ‘jardins collectifs’ occupent une place primordiale dans l’enquête. Vient s’y ajouter un dispositif original d’observation "participante/filmante" de ces mêmes acteurs, où la chercheuse se focalise sur leurs gestes et pratiques ordinaires de jardinage, ainsi qu’à plusieurs reprises sur des interactions, des contingences (souvent d’ordre hiérarchique) entre les enquêtés et leur environnement de travail, rappelant fortement les postures prônées par l’ethnométhodologie (Garfinkel, 1967).

3Complétant cette ethnographie des jardiniers et agents par des entretiens avec des cadres de direction des espaces verts et de l’environnement des deux villes, cette approche suit les traces du travail épistémologique de l’autrice autour des potentialités polysémiques des ‘natures urbaines’ – travail qu’elle développe dans le chapitre 1 de l’ouvrage. La lecture, d’abord diachronique, du développement des parcs, jardins, ou espaces dits ‘naturels’ en ville, du XIXème siècle à de nos jours, écarte pour le lecteur l’hypothèse que cet ouvrage essentialiserait les formes abouties du capitalisme à un déséquilibre, une "rupture métabolique" (Foster, 2011) entre ville et campagne, entre l’Homme et la Nature, mais sans en expliciter les paramètres. C’est d’ailleurs en reprenant une citation coup de poing de David Harvey, "New York […] n’a rien de contre nature" (p.36), qu’Ernwein part ainsi d’une histoire environnementale des natures en villes pour arriver à la "ville comme socio-nature" (p.36). Car dans cette typologie des formes actuelles de présences végétales en ville, c’est le terme d’écologisation qui prédomine. Sous ce terme, l’autrice rappelle le dépassement des pelouses uniformes, du paradigme fonctionnaliste des écologies urbaines du XXème siècle, sur fond de lignes normatives changeantes, s’orientant vers une conception esthétisée du ‘sauvage’, de la ‘biodiversité’. Et l’idée première du cadrage conceptuel de ce livre est que cet ensemble de processus n’est pas à appréhender, à évaluer à travers sa valeur technique, ses qualités biologiques intrinsèques, ou sa présupposée ‘naturalité’. Il s’agit plutôt de le lire comme un dispositif idéologique, et ici, donc, de "produire une analyse à même de caractériser la manière dont la production néolibérale vient définir les termes de cette écologisation" (p.48).

  • 2 Environmentality: Technologies of Government and the Making of Subjects (Agarwal, 2005). À comprend (...)

4Dans le second chapitre, c’est autour de la gestion différentiée des espaces verts, pratique largement démocratisée au sein des services municipaux en Suisse à partir des années 2000 et qui repose sur la striation dans le temps et l’espace des pratiques d’entretien pour les employés des jardins municipaux, que Marion Ernwein vient développer son argumentaire sur les modalités de développement d’une ‘écologie néolibérale’, en prenant l’exemple de Genève. D’abord adoptée par la municipalité pour des motifs de santé environnementale et de biodiversité (une gestion plus contingente et mieux ciblée des parcelles permettant au personnel d’utiliser des produits phytosanitaires de manière "optimale"), la gestion différenciée s’est rapidement révélée être une pratique structurante dans les circuits de pouvoir et de connaissance au sein des services municipaux. C’est à travers l’utilisation d’emplois du temps, pour les jardiniers, procédant d’un calcul formel, et segmentant leur travail par pratique, par forme urbaine et par compétence, qu’un régime d’environnementalité2 construit et forme le degré d’entretien optimal de chaque parcelle. C’est donc en plaçant "la bonne personne, au bon moment, au bon endroit" (p.81, un membre de la direction des espaces verts genevois), que sont assemblées les nouvelles échelles décisionnaires résultant de cette gestion, échelles concentrant donc la connaissance temporelle et normative des catégories du vivant à entretenir vers la "gestion de bureau".

5Un exemple qui peut venir à l’esprit des initiés à la littérature portant sur l’urbanisme néolibéral est celui – d’autant plus marquant dans le cas des espaces verts en ville – de la formation de lieux dits pseudo-publics, gérés ou loués par des organisations privées et pouvant, selon la législation locale, réguler de manière plus ou moins libre les personnes ou pratiques qui y sont bienvenues (Smith, 2019). Le canton genevois n’en est pas là, mais le chapitre 3 détaille, à travers l’étude du projet Urbanature, un programme de végétalisation urbaine reposant en grande partie sur un afflux de capitaux privés, se traduisant par "une présence flottante [de l’empreinte du] privé, à peine perceptible à qui n’observe pas vraiment" (p.98). Il faut en fait aller interroger la manière dont l’espace d’Urbanature a été construit pour y voir plus clair : les partenariats ayant donné lieu à ce projet engageaient une entreprise d’insertion sociale qui y a obtenu le droit de faire travailler – à moindre coût salarial – des travailleurs en réinsertion, et engageaient d’autres entreprises qui ont donc pu, pour la durée du projet, y organiser des ‘happenings’ ou mobiliser leurs propres services pour proposer de nouveaux modèles paysagers. Le caractère exceptionnaliste de ce genre d’initiatives non seulement intensifie la prégnance du temps du privé sur les rythmes urbains, mais est également permis par la concentration de savoirs et pouvoirs, qui participe de l’entretien différencié de l’espace urbain.

6Les deux chapitres suivants constituent, en disposant sur un même plan d’équivalence ‘travail citoyen’ et ‘travail végétal’, une approche originale – dans la mesure où des concepts comme la marchandisation et le travail non-humain ont pu être abordés dans la littérature, mais sous l’angle de la rencontre entre l’Homme et le non-humain qui peut se mouvoir (Haraway, 2008 ; Barua, 2016). La vie, même fixée, des plantes en villes, doit être caractérisée sous l’angle d’une "écologie politique du végétal" (et donc du vivant) "plutôt que du « vert »" (et donc du pittoresque) (p.20).

7Exploré tout au long du chapitre 4, le modèle du ‘plantage’, analogue du jardin familial – lui-même héritage de la Seconde Guerre mondiale – est vendu comme une alternative plus ‘productive’ à ce dernier, puisque ces plantages se situent au niveau de friches, d’espaces pas encore exploités par les municipalités, et sont partagés par plusieurs familles. Sous couvert d’initiatives favorisant les énergies communautaires et mettant fin à "l’individualisme" des jardins ouvriers, il s’agit également, pour les municipalités, "d’augmenter le nombre d’arbres sur la commune sans avoir à investir dans davantage de forces d’entretien" (p.118). La participation citoyenne, également motivée dans des initiatives de "bénévolat d’entreprise" – des cas similaires à celui d’Urbanature, au détail près que ce sont des salariés du privé qui viennent ‘donner de leur personne’ durant leur temps libre – ou de "paysagisme bénévole", sont ni plus ni moins "conçues comme une solution d’externalisation comme une autre" (p.126).

8Ce sont donc des grilles de lectures similaires qui sont appliquées aux pratiques de ‘mise au travail’ du végétal : des catégories ("le vivant souhaitable", la "mauvaise herbe", ou bien le vivant allochtone, "indésiré") sont finalement considérées, dans les services des espaces verts soumis aux logiques gestionnaires, comme un négatif sur lequel viendrait s’apposer un ensemble de valeurs ne se limitant plus à leur valeur marchande ou bien à ce qui s’apparente au "vert horticole" (p.162). "Vivace ou crevasse" (p.134), la plante est censée travailler efficacement, longtemps, pour sa propre survie et pour la richesse en biodiversité de sa parcelle. Et c’est là où la mise en relation du travail humain et non-humain prend sens pour le lecteur : les valeurs esthétiques et ‘sociales’ des plantes mises en exergue sont complémentaires avec l’évolution du statut et du niveau de connaissance des jardiniers, dans des conditions de gestion qui ne leur permettent pas de déployer l’étendue de leurs savoirs.

9Entre ‘traductions’ et ‘hybridations’, le champ lexical développé par Bruno Latour, dans Nous n'avons jamais été modernes (1991) est finalement le choix que l’autrice opère afin d’établir un lien entre les nombreuses études de cas de l’ouvrage. Si, dans les urbanismes néolibéraux, "la critique est intégrée, elle est [ici] également digérée" (p.190) : dans l’écologisation des pensées et pratiques de la nature urbaine du canton genevois, c’est bien une nature qui est produite, mais une nature recatégorisée, traduite selon des coordonnées bien particulières. Le "projet, le contractuel, l’éphémère" (p.180) – en somme, la patte du marché – se retrouvent reterritorialisés, en même temps que des flux de capital, dans l’espace végétal urbain. Et même ce que l’autrice considère comme de l’ordre du politique, que l’on se situe du côté du consensus ou du dissensus citoyen (p.206), peut se retrouver traduit, "recruté", avance-t-elle, par l’esprit de l’économie gestionnarisée de la nature.

  • 3 Vital Geographies est un groupe de recherche à l’Université de Cambridge, croisant géographies de l (...)

10En croisant un terrain de recherche plus que fertile et une assise conceptuelle rigoureuse et qui assume de se positionner en plein dans le champ disciplinaire de l’Urban Political Ecology, mais en y apposant un pont épistémique important entre travail, compétences et attentes appliqués à l’exploitation des humains et celle des non-humains, qui plus est ceux dont la vie est fixée, Manon Ernwein réalise un travail remarquable qui oriente le regard du géographe vers plusieurs directions. C’est d’abord, en filigrane, une proposition éthique s’inscrivant à cheval entre le paradigme de la ‘géographie vitale’3 et les care ethics ; c’est ensuite vers une vision élargie, vers le végétal rural, celui des pays du Sud et celui d’autres villes, à laquelle on songe – ce seront assurément d’autres échelles de valeurs que celles-ci mettront en exergue. Finalement, c’est peut-être avec le regret de ne pas avoir pu découvrir plus de productions visuelles (l’ouvrage ne propose qu’une image par chapitre) que je referme ce livre, alors qu’un pilier de la démarche de Marion Ernwein était d’utiliser ces mêmes contenus graphiques comme médium de recherche, de manière à mieux véhiculer la dimension affective qu’elle cherchait à transmettre par son travail de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal A., 2005, Environmentality: Technologies of Government and the Making of Subjects, Durham, NC, Duke University Press.

Barua M., 2017, "Nonhuman labour, encounter value, spectacular accumulation: The geographies of a lively commodity", Transactions of the Institute of British Geographers, Vol.42, No.2, 274-288.

Deleuze G., 1990, "Post-scriptum sur les sociétés de contrôle", Pourparlers, Paris, Editions de Minuit, 240-247.

Ernwein M., 2015, Jardiner la ville néolibérale : la fabrique urbaine de la nature. Thèse de doctorat, Université de Genève.

Foster J.B., 2011, Marx écologiste, Paris, Éditions Amsterdam.

Garfinkel, H., 1967, Studies in ethnomethodology, Hoboken, Wylie.

Haraway D.J., 2008, When Species Meet. Minneapolis, University of Minnesota Press.

Latour B., 1991, Nous n'avons jamais été modernes : Essai d'anthropologie symétrique, Paris, Editions de la Découverte.

Smith, A., 2019, "Justifying and resisting public park commercialisation: The battle for Battersea Park", European Urban and Regional Studies, Vol.26, No.2, 171-185.

Smith N., 2010, Uneven development: Nature, capital, and the production of space, Malden, Blackwell.

Haut de page

Notes

1 Expression empruntée à Neil Smith, et en particulier à son travail dans Uneven Development (1984), œuvre fondatrice en Political Ecology.

2 Environmentality: Technologies of Government and the Making of Subjects (Agarwal, 2005). À comprendre comme une transposition du concept foucaldien de ‘gouvernementalité’ (à savoir les technologies et dispositifs de production d’objets et sujets gouvernementaux) à des enjeux environnementaux.

3 Vital Geographies est un groupe de recherche à l’Université de Cambridge, croisant géographies de la nutrition, de la conservation, de la nature urbaine et de la vie non-humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Szende, « Ernwein, M., 2019, Les natures de la ville néolibérale : Une écologie politique du végétal urbain, Grenoble, Éditions de l’Université Grenoble Alpes, 232 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/35592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.35592

Haut de page

Auteur

Nicolas Szende

École Normale Supérieure de Lyon, France
Étudiant en géographie
nicolas.szende@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search