Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesPolitique, Culture, Représentations2020Géoéthique professionnelle, géoét...

2020
959

Géoéthique professionnelle, géoéthique prescriptive et géoéthique analytique. Pour une approche constructiviste de la dimension éthique de l’espace des sociétés

Professional geoethics, prescriptive geoethics and analytical geoethics. For a constructivist approach to the ethical dimension of the space of societies
Geoética profesional, prescriptiva y analítica. Aproximación a un enfoque constructivista de la dimensión ética del espacio de las sociedades
Arnaud Brennetot

Résumés

Cet article propose une cadre de recherche permettant d’analyser le rôle des idées et des normes éthiques dans la construction de la spatialité des sociétés. Après avoir rappelé l’existence de trois usages possibles du terme « géoéthique » au sein de la sphère académique (professionnelle, prescriptive et analytique), l’article présente cinq approches épistémologiques possibles de l’analyse géoéthique (les approches naturalistes, idéalistes, par le choix rationnel, holistes et constructivistes). Ce faisant, il souligne l’intérêt heuristique d’une approche constructiviste et multifactorielle des normes géoéthiques dans la régulation de la spatialité des sociétés. Dans une dernière partie sont présentées les conditions de mise en œuvre conceptuelle et méthodologique d’une analyse constructiviste des normes, des régimes et des controverses géoéthiques. L’article se clôt par la proposition d’un instrument visant à souligner le rôle des normes géoéthiques dans la construction de quelques grands courants de pensée constitutifs de la modernité politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Géoéthiques, géosciences et géographie

1Forgé sur le modèle de la « bioéthique », le terme « géoéthique » est utilisé depuis une quinzaine d’années par divers spécialistes des sciences de la terre pour exprimer leur volonté de réfléchir aux bonnes pratiques professionnelles dans le cadre d’approches prescriptives des usages sociaux des savoirs scientifiques (Abel, 2006 ; Varet, 2008 ; Martínez-Frías, 2011 ; Matteuci, 2012 ; Peppeloni, 2012 ; Bobrowsky, 2017 ; Peppeloni, 2017). C’est ainsi que diverses associations ont été créées (The International Association for Promoting Geoethics, The International Association for Geoethics) et que des manifestations sont régulièrement consacrées à la discussion des enjeux moraux posés par le développement de la culture géoscientifique. Des ouvrages collectifs et des manuels de géoéthique ont été récemment publiés (Lollino, 2014 ; Wyss, 2015 ; Bohle, 2019). En 2016, un numéro spécial de la revue International Journal of Environmental Research and Public Health a été consacré à la question du « Gender and Geoethics in the Geosciences » tandis que deux numéros spéciaux ont été publiés en 2017 dans les revues Geosciences et Annals of Geophysics. Toutes ces initiatives visent à impliquer la communauté scientifique dans les débats de société portant sur des thèmes en lien avec les objets traités par les géosciences : la gestion et la préservation des ressources ou la prévention des risques environnementaux par exemple. La géoéthique se présente alors comme une branche de l’éthique environnementale qui se développe depuis plusieurs décennies, à la croisée de la philosophie morale et des études sur l’environnement. Les appels en faveur de la géoéthique s’apparentent à une démarche académique fondée sur deux rapports à l’éthique : une éthique professionnelle, qui réfléchit aux bons usages des géosciences, et une éthique prescriptive (ou normative), qui consiste pour des chercheurs à prendre part aux débats de société portant sur les bons usages des ressources géophysiques.

2Ainsi définie, la géoéthique peut sembler artificiellement restreinte. Les discussions éthiques, menées depuis plusieurs décennies au sein des sciences sociales, autorisent à étendre la portée de la géoéthique à l’ensemble des phénomènes géographiques. L’environnement géophysique en fait bien sûr partie, mais la géoéthique peut également être appliquée à d’autres phénomènes spatialisés sur la terre : les cadres de vie des populations, la localisation des établissements humains (activités, logements), les mobilités des personnes, la dimension spatiale du pouvoir politique, des cultures ou des organisations sociales. Le recours à la forme contractée « géo-éthique » permet d’éviter l’usage d’une encombrante périphrase pour désigner la dimension éthique de l’espace des sociétés humaines dans ses différents aspects. La réflexion à propos de la géoéthique s’inscrit donc potentiellement au croisement des sciences de l’environnement, dans le domaine des géosciences par exemple, et des sciences sociales de l’espace (sciences territoriales, sociologie urbaine, architecture, relations internationales, économie régionale, etc.). Nul doute que, dans un tel cadre, la géographie a une place importante à prendre.

3Le rapprochement de l’éthique et de la géographie représente plusieurs enjeux épistémologiques importants mais inégalement pris en compte par la communauté académique. Pour en rendre compte, cet article commence par présenter trois sens possibles du terme « géoéthique » (un sens professionnel, un sens prescriptif et un sens analytique), en soulignant que la recherche académique a pour l’instant privilégié les deux premières acceptions, délaissant la dernière de façon préjudiciable. Dans une deuxième partie, il montre que l’analyse géoéthique peut être menée en partant de paradigmes scientifiques distincts et en concurrence et que, parmi eux, l’approche constructiviste semble la plus fructueuse. Enfin, la dernière partie présente les conditions de mises en œuvre conceptuelles et méthodologiques d’une approche constructiviste de l’analyse géoéthique, en tenant compte des rapports existant entre les idées, les discours et les pratiques, afin de proposer un cadre d’utilisation applicable largement.

Géoéthique professionnelle, géoéthique prescriptive et géoéthique analytique. Trois formes possibles de combinaison de l’éthique et de la géographie

4Si le terme géoéthique est peu utilisé en géographie humaine (Lynn, 1998 ; Cutchin, 2002 ; Pumain, 2009 ; Brennetot, 2010), nombreux sont les géographes à avoir prêté un intérêt à la portée éthique des questions géographiques.

Une géoéthique professionnelle

5Jusqu’à la fin des années 1990, les rares publications s’interrogeant sur la dimension éthique de la géographie portaient principalement sur la déontologie des pratiques de recherche, c’est-à-dire sur l’éthique professionnelle : les conditions de collecte et de traitement des données, le rapport aux terrains et aux enquêtés, les modalités de publication et de représentation des résultats, l’usage des résultats produits et leurs effets sur les politiques d’aménagement, etc. (Mitchell, 1982 ; Curry, 1991 ; Winchester, 1996). Ces préoccupations continuent à alimenter la réflexion académique, à propos des enjeux liés à la numérisation des données spatiales ou à la généralisation des financements contractuels par exemple. Dans la mesure où elle est susceptible d’affecter les individus et les groupes sociaux qu’elle étudie, la géographie académique engage inévitablement la responsabilité éthique des chercheurs qu’elle mobilise. Elle partage ainsi toute une série de préoccupations déontologiques avec d’autres champs scientifiques au croisement des sciences sociales et des géosciences. Un dialogue interdisciplinaire sur les enjeux éthiques posés par les diverses pratiques des sciences de l’espace serait d’ailleurs de nature à favoriser la responsabilisation collective des individus et des institutions de recherche. Dans un contexte politique caractérisé par une tension exacerbée entre des dynamiques d’instrumentalisation technocratique de la recherche institutionnelle et de défiances populaires vis-à-vis des savoirs établis, le chantier demeure crucial. La réflexion géoéthique dépasse cependant le cadre de la seule éthique professionnelle des chercheurs.

Des géoéthiques prescriptives

6Une seconde acception possible de la géoéthique concerne la dimension prescriptive, ou normative, des discours produits par la géographie académique, c’est-à-dire l’ensemble des jugements éthiques exprimés par des chercheurs portant sur la façon dont l’espace devrait être organisé. Deux postures de géoéthique prescriptive sont repérables dans le discours académique : la première prend la forme d’une volonté délibérée et explicite d’intégrer une éthique normative au sein de la réflexion géographique, tandis que la seconde concerne l’intégration diffuse et implicite de jugements moraux ou idéologiques au sein du discours académique, sans nécessairement qu’une posture éthique claire et transparente ne soit revendiquée.

7Depuis une trentaine d’années, la première posture est repérable dans des plaidoyers régulièrement exprimés en faveur d’un rapprochement de la géographie et de la philosophie morale. À la fin des années 1990, plusieurs ouvrages esquissant l’amorce d’une structuration collective sont publiés (Light, 1997 ; Campbell, 1999 ; Proctor, 1999 ; Smith, 2004). Les revues académiques ouvrent de plus en plus leurs pages à des prises de positions éthiques de la part de géographes. C’est le cas par exemple de Progress in Human Geography, Ethics, Place and Environment ou de Justice Spatiale/Spatial Justice. À l’époque, le géographe D.M. Smith évoque même la possibilité d’un « tournant moral » en géographie (Smith, 1997b). Cette posture se retrouve par exemple au sein du courant de la géographie dite « humaniste », qui se donne pour but la recherche des fondements géographiques d’une vie bonne, insistant en particulier sur les possibilités d’une écologie morale (Buttimer, 1974 ; Tuan, 1986, 1989 ; Berque, 1996 ; Sack 1997 ; Ferrier, 1999). D’autres auteurs adoptent un point de vue plus large, faisant porter leur jugements moraux sur des thèmes géographiques comme l’organisation politique des territoires (Reynolds, 1985 ; Shapiro, 1994 ; Slater, 1997), l’urbanisme et l’aménagement des territoires (Jackson, 1984 ; Driver, 1988 ; Entrikin, 1994 ; Campbell, 2006 ; Wright, 2009), la vie quotidienne (Birdsall, 1996), les rapports entre catégories, classes ou genres (Kobayashi, 1994, 2000) ou la justice environnementale (Livingstone, 1991 ; Bryant, 1995 ; Cutter, 1995 ; Valentine, 2003). Certains auteurs s’intéressent aux rapports entre l’éthique et la didactique de la géographie (Havelberg, 1990 ; Hay, 1998 ; Kenreich, 2013) ou aux liens entre éthique et représentation cartographique (Harley, 1991 ; Monmonier, 1991 ; Lake, 1993 ; Crampton, 1995). La plupart de ces travaux mobilisent des éléments de débats normatifs existant dans le champ de la philosophie morale, pour les transposer au sein de la réflexion éthique en géographie, à l’image du débat organisé en 2019 au sein de la revue Cybergeo (Guermond, 2019) en réponse à la Théorie de la justice spatiale proposée par Jacques Lévy quelques mois auparavant (Lévy, 2018). Ces travaux s’intéressent par exemple aux débats entre universalisme et différentialisme (Corbridge, 1993, 1998 ; Bridge, 2000) ou aux bénéfices comparés des approches empiristes ou rationalistes de la morale (Bret, 2001 ; Soja, 2010 ; Barnett, 2011a, 2013). Si les géographes ont incontestablement contribué au renouvellement du débat moral au sein des sciences sociales, on constate depuis quelques années une diminution du nombre de publications revendiquant explicitement une approche morale ou éthique de la géographie. Depuis 2004, aucun ouvrage collectif anglophone n’a par exemple été publié sur les rapports entre la géographie et la philosophie morale. En 2010, la revue Ethics, Place and Environment, A Journal of Philosophy & Geography est rebaptisée Ethics, Policy & Environment, pour signaler la volonté des nouveaux responsables de la revue d’élargir la ligne éditoriale à d’autres champs disciplinaires, et d’abandonner l’entrée géographique privilégiée jusqu’ici. Si l’on s’en tient à la production éditoriale, la perspective d’un « tournant moral » de la géographie semble donc avoir fait long feu. Alors que s’affirme un mouvement en faveur d’une géoéthique au sein des géosciences, une telle évolution signifie-t-elle un désintérêt des géographes actuels pour les questions éthiques ? Contre une telle hypothèse, il convient de noter que si la réflexion éthique en géographie ne présente pas la forme d’un débat théorique structuré, nombreux sont les géographes à accompagner leurs observations de jugements moraux diffus.

8Il s’agit là d’une seconde posture qui correspond à une géoéthique prescriptive indirecte, puisque les jugements exprimés ne sont pas forcément associés à une volonté éthique assumée et intégrée dans une conception formalisée de la justice spatiale. Considérer des valeurs comme la durabilité, la mixité, l’intégrité, la compétitivité, la puissance, l’équité, l’authenticité, la prospérité, la sécurité, le développement, l’attractivité ou la cohésion des territoires comme des qualités légitimes et pertinentes pour interroger la réalité géographique revient indirectement à importer des normes éthiques au sein de la réflexion géographique. À chaque fois que des chercheurs expriment un point de vue prescriptif sur la réalité géographique, pour la saluer ou la critiquer, ils véhiculent des normes géoéthiques. Par leurs prises de position dans les débats sur l’organisation idéale de l’espace et sur la meilleure façon de l’aménager, nombreux sont les géographes à s’engager de fait dans des géoéthiques prescriptives. L’histoire de la géographie académique est pleine de tels jugements. Bien des travaux de géographie appliquée, de géographie du développement (et de ses avatars), de géopolitique, de géographie critique, radicale, marxiste ou féministe traduisent la projection de différentes normes morales sur la réalité géographique. Par exemple, depuis une cinquantaine d’années, le regard critique que la géographie radicale projette sur l’espace des sociétés contemporaines s’appuie sur des critères d’évaluation eux-mêmes inspirés de convictions éthiques, en partant en l’occurrence de l’idée que la domination au sein des sociétés serait une chose néfaste. La condamnation des régimes spatiaux mis en œuvre par les gauches social-libérales ou par les nouvelles droites populistes de la part de nombreux chercheurs influencés par le néo-marxisme, le poststructuralisme ou la pensée postmoderne représente un engagement moral, qui peut s’apparenter à une démarche de géoéthique prescriptive. La formalisation de telles postures géoéthiques permet aux scientifiques de contribuer aux débats de société sur l’espace et, espérons-le, d’y apporter rigueur, clarté et tangibilité. De la même façon, les géographes qui entendent étudier la justice et l’injustice spatiales le font souvent depuis une perspective engagée moralement, qu’il s’agisse d’exprimer des points de vue radicaux et contestataires (Harvey, 1973 ; Soja, 2010) ou plus réformistes (Bret, 2015 ; Lévy, 2018).

9Contre la perspective wébérienne de la neutralité axiologique, les géographes qui adoptent une telle posture ne se contentent pas de décrire ou d’expliquer ce qui est, mais expriment ce qui, selon eux, devrait être ou ne pas être. Cette géographie prescriptive se présente alors comme une « science morale », c’est-à-dire une science engagée dans le débat moral et politique. Nombreux sont donc ceux qui pratiquent une géoéthique prescriptive de façon empirique, sans toujours le reconnaître, en participant à des missions d’expertise auprès de décideurs, à l’animation de controverses publiques ou à la contestation de l’ordre établi. Nul doute que les diverses mutations de l’espace en cours et à venir donneront l’opportunité aux géographes académiques de continuer pendant longtemps à s’engager dans de riches débats géoéthiques.

Une géoéthique analytique

10L’engagement académique dans le débat d’idées géoéthiques représente une tâche louable et utile, mais qui peut aussi se révéler ingrate ou déconcertante, notamment car elle produit rarement des effets à la hauteur des enjeux abordés. En effet, il ne suffit pas d’exprimer des arguments ou de formuler des doctrines sophistiquées en matière de justice ou d’injustices spatiales pour que l’organisation géographique des sociétés s’en trouve nécessairement changée. Les chercheurs ou les intellectuels ne sont ni les seuls, ni nécessairement les plus puissants des acteurs à contribuer à la définition des normes géoéthiques en vigueur au sein des sociétés. Il n’est pas rare que des préconisations géoéthiques exprimées au sein de la sphère académique échouent à exercer des effets concrets, que ce soit parce que leur hétérodoxie les confine à des cercles sociaux en marge du pouvoir, ou bien parce que leur banalité les réduit à légitimer l’ordre établi. C’est la raison pour laquelle l’engagement intellectuel ne vaut que s’il s’accompagne d’une réflexion sur les conditions sociales de production et de réception des idées morales.

11Un tel constat invite à prêter attention aux valeurs éthiques que les acteurs sociaux dans leur ensemble, au-delà de la sphère académique, attribuent à l’espace, et à caractériser leur contenu axiologique et leurs usages pratiques. C’est la raison pour laquelle je propose un programme de recherche dédié à l’étude des valeurs morales que les sociétés prêtent à l’espace qu’elles habitent, ce que je nomme l’analyse géoéthique. Celle-ci revient à envisager la moralité géographique non pas comme une vérité que les savants auraient à découvrir et à promouvoir, mais comme un ensemble de normes, de croyances et de conventions produites par les acteurs sociaux pour réguler leurs interactions spatiales. L’analyse géoéthique peut porter sur la plupart des objets habituels qui intéressent les géographes : la disposition des lieux, la localisation des ressources, l’organisation et la gestion des territoires, la spatialisation des relations sociales, etc. Pourquoi certains observateurs considèrent-ils des phénomènes comme l’urbanisation, la mondialisation ou les migrations comme des transformations moralement acceptables, voire bénéfiques, alors que d’autres les réprouvent farouchement ? Pourquoi certains s’accommodent-ils des inégalités géographiques quand d’autres les envisagent comme des injustices ? Les questions auxquelles tente de répondre l’analyse géoéthique ouvrent un vaste champ de recherche, croisant l’étude scientifique de la morale et de l’espace des sociétés. En géographie, certains travaux portant sur les idéologies géographiques (Anderson, 1973 ; Claval, 1978, 1985, 2008 ; Murphy, 2005) ou sur les régimes de légitimation territoriale (Murphy, 1990, 2015) s’intéressent indirectement aux valeurs éthiques que certains acteurs accordent à l’espace. Dans le même ordre d’idée, les approches écologiques menées en sociologie électorale cherchent à mettre en évidence des liens entre les convictions idéologiques et politiques des populations et leur cadre de vie (Taylor, 1979). D’autres cherchent à interpréter les politiques territoriales à l’aune de doctrines et d’idéologies censées les inspirer. La communauté académique n’a cependant jamais tenté de bâtir un programme de recherche destiné à étudier de façon systématique, théorisée et réflexive, les valeurs morales prêtées par les sociétés humaines aux espaces qu’elles habitent. Dans la plupart des analyses géoéthiques repérables au sein de la production académique, les valeurs morales apparaissent noyées parmi d’autres éléments, souvent dans le cadre plus large de l’étude des représentations sociales de l’espace menée dans différents champs de la géographie, en géographie sociale, en géographie culturelle et en géographie politique notamment. L’élaboration d’un cadre d’analyse formalisé et structuré doit cependant permettre une meilleure compréhension des rapports éthiques que les sociétés entretiennent avec l’espace qu’elles produisent. Pour cela, les deux parties qui suivent visent à justifier la nécessité d’une approche constructiviste de la réalité géoéthique puis à proposer des pistes méthodologiques permettant la mise en œuvre d’une telle approche.

Pour une approche constructiviste de l’analyse géoéthique

12D’un point de vue épistémologique, la pertinence de mener des analyses géoéthiques ne va pas de soi. Si les géographes se sont pour l’instant peu investis dans un tel champ de recherche, les travaux menés dans le domaine de la sociologie de la morale autorisent à considérer qu’un tel projet est à la fois possible et potentiellement intéressant, en particulier dans le cadre d’une approche constructiviste des normes géoéthiques.

Les valeurs morales, un objet pour les sciences sociales

13Une longue tradition au sein des sciences sociales s’est attachée à prendre pour objet d’étude les valeurs et les normes morales produites par les sociétés au cours du temps (Abend, 2010). Depuis le XIXe siècle, plusieurs auteurs se sont intéressés à l’étude sociologique des valeurs morales (Martineau, 1838 ; Lévy-Bruhl, 1903 ; Weber, 1905 ; Durkheim, 1906, 1912 ; Elias, 1939 ; Gurvitch, 1960, 1973 ; Ossowska, 1963, 1970). Une telle perspective implique de rompre avec la tradition épistémologique établissant une distinction entre les faits et les valeurs, pour envisager ces dernières comme des faits sociaux à part entière. Cela revient à envisager les normes morales comme des réalités sociales susceptibles d’être décrites, caractérisées et expliquées selon des méthodes scientifiques.

14Aujourd’hui, l’étude sociale des idées morales ne représente pas un objet d’étude académiquement structuré. On constate une grande dispersion de travaux menés au sein de divers champs académiques : la psychologie sociale, les neurosciences, l’histoire des mentalités et des idées, l’économie des conventions, la sociologie des valeurs, les cultural studies, la science politique ou l’étude des organisations par exemple. La plupart de ces études cherchent à montrer comment les valeurs et les règles morales entrent en résonance avec divers aspects de la vie collective (la famille, le travail, la religion, la santé, la politique, etc.). Selon certains observateurs, ces travaux seraient plus répandus en France que dans les pays anglophones, notamment grâce à l’action structurante du Centre de sociologie de l’éthique, cofondé par P. Ladrière et F.A. Isambert à la fin des années 1970 (Abend, 2010). Par la suite, divers travaux de sociologie de l’éthique, de sociologie des valeurs et de psychologie morale ont régulièrement été publiés en France. En Suisse, les travaux de J. Kellerhals se sont également intéressés aux représentations sociales de valeurs morales comme la justice ou la responsabilité (Kellerhals, 1986 à 2000). Même si elles demeurent dispersées, des études similaires existent pourtant aussi dans la recherche anglophone (Adams, 1965 ; Moore, 1978 ; Hamilton, 1980 ; Hochschild, 1981 ; Hitlin, 2010 ; Haidt, 2012), notamment dans le domaine de la psychologie sociale à propos de l’analyse des perceptions individuelles (Cook, 1983 ; Folger, 1984 ; Sabbagh, 2016). Plus récemment, une volonté de mieux structurer les recherches entreprises dans le domaine de la sociologie des valeurs morales a été exprimée (Abend, 2008). Au-delà des études portant explicitement sur les questions morales, beaucoup de travaux consacrés à l’étude des normes sociales abordent indirectement celles qui ont trait à la morale, tout en intégrant également d’autres types de normes, techniques ou esthétiques par exemple (Hechter, 2001 ; Dubois, 2004 ; Bicchieri, 2006 ; Xenitidou, 2014). C’est ainsi que les études innombrables portant sur les représentations, les croyances, les idéologies, les choix sociaux ou les discours de légitimation entrent indirectement dans le champ de la sociologie de la morale.

15L’intérêt d’étudier les valeurs et les normes éthiques que les sociétés prêtent à l’espace géographique dépend en fait des paradigmes scientifiques dans lesquels les communautés académiques se reconnaissent. Les normes géoéthiques changent en effet de statut et de significations heuristiques selon les approches épistémologiques que l’on privilégie. Sans prétendre à l’exhaustivité, cinq approches principales des valeurs et des normes géoéthiques peuvent être identifiées. Parmi elles, l’approche constructiviste est celle qui permet le mieux de saisir le rôle complexe que les valeurs et les normes géoéthiques jouent dans la régulation de la spatialité des sociétés.

Les approches naturalistes

16Un courant naturaliste ancien envisage les valeurs morales comme le résultat de la complexion physico-psychologique des êtres humains. Dès le XVIIIe siècle, le philosophe écossais F. Hutcheson émet l’hypothèse que tout être humain serait doté par la nature d’un « sens moral », équivalent aux autres sens ordinaires (Hutcheson, 1728). Peu après, A. Smith envisage, de son côté, la sympathie comme la cause générale des sentiments moraux (Smith, 1759) alors qu’E. Kant associe la moralité à la raison (Kant, 1785). Certains tenants de telles approches cherchent aujourd’hui à associer les valeurs morales observables à des fonctions naturelles propres à l’espèce humaine. Des inclinations morales, comme l’égoïsme ou l’altruisme, résulteraient de l’adaptation des êtres humains aux mutations de leur environnement, conformément à la théorie de la sélection naturelle. C’est ainsi qu’a pu se développer un courant d’éthique « évolutionniste » (Dawkins, 1976 ; Wright, 2005 ; Baumard, 2010). Les travaux de neuroéthique qui en ont découlé ont cherché à montrer comment l’évolution naturelle du cerveau humain l’aurait conduit à développer certaines prédispositions morales (Verplaeste, 2009). Les recherches menées dans le domaine de la psychologie sociale s’efforcent, quant à elles, de tester des liens entre certaines propensions morales des individus et des caractéristiques biologiques, comme le genre ou l’âge notamment (indépendamment des conditions de socialisation). Toutes ces approches visent à identifier des invariants (Piaget, 1932). Analyser les normes géoéthiques sous un tel angle reviendrait à chercher des lois universelles d’idéalisation de l’espace. Dans une telle perspective, les sociétés humaines seraient mues par des principes universels de justice spatiale. Si elles sont commodes pour justifier le recours à ces conceptions universalistes, de telles approches butent sur l’hétérogénéité effective des aspirations morales observables entre les différentes sociétés du monde. Par exemple, même si elle a été une puissante source d’inspiration dans l’histoire de l’occidentalisation du monde, la doctrine des droits naturels, selon laquelle tous les êtres humains bénéficieraient de droits égaux, n’a jamais fait l’unanimité, ni dans le temps, ni dans l’espace. Pour expliquer son succès historique et les contestations récurrentes dont elle a fait l’objet, il convient de tenir compte des contextes géohistoriques dans lesquels les normes géoéthiques sont produites et mobilisées. Plusieurs approches contextualistes se présentent comme des alternatives à cette perspective naturaliste.

Les approches idéalistes

17Les approches idéalistes envisagent les idées morales comme le moteur de l’action des individus et des groupes sociaux. Dans cette perspective, les êtres humains adopteraient des comportements guidés par leurs représentations subjectives de la moralité, elles-mêmes étant dérivées de capacités de réflexion individuelles et autonomes. Les conceptions de ce qui est juste ou injuste, produites par les individus, auraient un effet performatif sur l’ensemble du monde social. Les interprétations qui présentent certaines mutations pratiques comme le résultat direct de changements de façons de penser reposent sur une telle grille de lecture. Pour certains interprètes par exemple, la Révolution française serait la conséquence directe d’une convergence des convictions individuelles en faveur des idées des Lumières (Tocqueville, 1856). Une analyse géoéthique qui s’inspirerait d’une telle démarche prendrait pour hypothèse que les comportements géographiques et les arguments produits pour les justifier résulteraient avant tout des convictions morales des acteurs impliqués. Sous cet angle, les régimes territoriaux reflèteraient des idées morales de ceux qui les mettent en œuvre. En France par exemple, l’invention des départements résulterait du rationalisme et de l’esprit de géométrie qui inspiraient les députés de l’Assemblée nationale (Gombrich, 1979 ; Ozouf-Marignier, 1989).

18Ce genre d’interprétation idéaliste peut être critiqué pour sa surestimation de la cohérence et de l’indépendance de la conscience morale des individus et sa relative indifférence aux contextes matériels et institutionnels de production et de mobilisation des idées. Dans cette approche, les conditions spatiales dans lesquelles les normes géoéthiques sont produites jouent un rôle secondaire, chaque être humain, quelle que soit sa situation géographique, étant censé être à même d’activer une capacité à éprouver des sensations, des réflexions morales et à produire ses propres idées subjectives. Cette perspective explique l’attention particulière prêtée aux idées des grands philosophes dans le domaine de l’histoire classique des idées, considérés comme les illustres représentants de telles capacités créatrices (Skornicki, 2015). Dans ce cadre, l’analyse géoéthique se trouverait artificiellement réduite à l’histoire des idées des grands penseurs et des écoles qu’ils inspirent, envisagés comme les seuls acteurs dignes d’être pris en compte pour saisir l’esprit du temps. Contre cet idéalisme qui prête à l’esprit humain des capacités créatrices autonomes et spontanées, certaines théories que l’on peut qualifier de réalistes considèrent, à l’opposé, que les idées morales jouent un rôle de variable résultante et qu’elles sont avant tout le reflet, plus ou moins voilé, d’autres facteurs contextuels plus fondamentaux.

L’approche par le choix rationnel

19Parmi les approches réalistes, la théorie du choix rationnel postule que les préférences sociales dépendraient de l’intérêt bien compris des acteurs (Friedman, 1953 ; Meadwell, 2002 ; Sen, 2005). Dans cette perspective, les acteurs sont supposés avoir des intérêts objectifs connus et rationalisés, conduisant à privilégier la recherche de l’autoconservation et de l’autosatisfaction. Les acteurs sociaux auraient alors tendance à adopter des positions morales qui maximisent leur utilité, c’est-à-dire leur propre bien-être (Harsanyi, 1977). Les normes géoéthiques mobilisées au sein d’une société résulteraient alors de l’agencement collectif des intérêts particuliers. Beaucoup des explications des mobilisations de type NIMBY reposent sur un tel raisonnement, les habitants opposés à tel ou tel projet d’aménagement étant incités à mobiliser des arguments géoéthiques généraux (sauvegarder l’environnement, le patrimoine ou préserver le droit à la propriété par exemple) pour rendre acceptable la défense de leur intérêt géographique particulier (Hunter, 1995 ; Hermansson, 2007). À une autre échelle, la plupart des théories réalistes postulent que les États développent des stratégies de maximisation de leur intérêt pour expliquer le fonctionnement géopolitique des relations internationales (Hooker, 2013). Les justifications morales produites pour légitimer le droit international apparaissent alors comme une résultante de l’équilibre des forces et des intérêts en présence (Weingast, 1995 ; Guzman, 2008 ; Bolloyer, 2009). L’étude des normes géoéthiques (le principe d’autodétermination des nations, le principe d’ingérence ou les revendications irrédentistes par exemple) se réduit à l’analyse des jeux discursifs et argumentatifs auxquels se livrent les acteurs de l’espace politique international pour maximiser la satisfaction de leur intérêt en fonction des contextes d’interaction (Goldsmith, 2000). Les discours sur la justice spatiale auraient alors un contenu fluctuant, dépendant de l’évolution de la configuration géographique des intérêts de ceux qui les énoncent. L’analyse géopolitique des États et de leurs stratégies territoriales adopte, souvent de façon implicite, cette perspective réaliste qui consiste à envisager les représentations normatives comme des voiles masquant des intérêts spatiaux sous-jacents, tout en cherchant à les préserver. Les acteurs géopolitiques auraient alors tendance à défendre les solutions géoéthiques qui garantissent la sauvegarde de leurs intérêts géographiques (en matière de défense, de puissance ou de résilience territoriale par exemple).

20Une telle approche postule que les acteurs auraient une conscience suffisamment nette de leur intérêt pour agir de façon rationnelle. De ce fait, elle néglige le fait qu’ils puissent être confrontés à des situations de dilemmes éthiques, à l’existence de troubles et de doutes intérieurs, à des états d’incertitude et de confusion qui rendent impossible une définition rationnelle du propre intérêt de chacun. En outre, la complexité des relations sociales place les acteurs dans des situations instables, qui compliquent l’évaluation instantanée des avantages et des inconvénients que leurs décisions sont susceptibles d’entraîner. Dans de telles conditions, l’incertitude oblige les acteurs à recourir à d’autres logiques que le calcul de leur seul intérêt.

Les approches holistes

21Les approches holistes considèrent de leur côté que les normes sociales résultent de fonctions collectives englobantes, liées à la nécessité d’assurer l’intégration sociale des individus. Héritée de la sociologie d’É. Durkheim, insistant sur la différence entre les liens de solidarité organique et mécanique, les approches holistes envisagent les valeurs morales comme des facteurs de cohésion des groupes sociaux (Merchiers, 2004). Dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, la morale est envisagée comme une manière d’ordonner la société (Durkheim, 1912). Dans cette perspective, les normes morales ne sont pas considérées comme le résultat de réflexions individuelles et autonomes, mais comme des productions collectives qui contribuent à la constitution des identités et à la répartition des fonctions au sein de structures sociales auto-organisées.

22Les épistémologies communautariennes envisagent ainsi les normes géoéthiques comme des instruments d’intégration territoriale pour des groupes culturels comme les clans, les nations ou les civilisations. Ce faisant, ces normes participent à l’expression de revendications territoriales et à l’intégration ou à l’exclusion spatiale des individus en fonction de leurs appartenances communautaires. Par exemple, le culte d’emblèmes territoriaux, tels que les frontières ou les lieux de batailles importantes, peut être lu comme un moyen pour un État de favoriser la cohésion de ses diverses composantes autour de la commémoration et de la glorification unificatrices du mythe national (Penrose, 2003 ; Paasi, 2007). L’espace géographique est alors envisagé comme une substance plus ou moins à même de faciliter l’identification et la différenciation territoriales des groupes communautaires.

23Les approches marxistes représentent un autre type d’approche holiste, qui considère les normes morales comme des « idéologies », c’est-à-dire des façons pour la bourgeoisie (ou les classes dominantes) d’imposer aux autres classes sociales une pensée hégémonique au service de la justification de ses propres avantages et intérêts (Marx, 1845 ; Kymlicka, 1990). Dans un tel paradigme, les prises de position géoéthiques s’expliqueraient par la lutte entre classes sociales : les justifications géoéthiques viseraient à légitimer l’ordre spatial imposé par les catégories dominantes pour leur propre profit. Dans cette perspective, l’analyse des conceptions géoéthiques mobilisées par les représentants de la pensée dominante n’aurait pas d’autre intérêt scientifique que de rendre compte de la variété des formes de manipulation idéologique que le capitalisme serait capable de secréter.

24Cette critique de l’idéologie comme modalité de la domination a été prolongée et renouvelée au XXe siècle par les réflexions d’A. Gramsci sur l’hégémonie culturelle (Gramsci, 1996). Dans cette perspective, les idées et les discours moraux ont une fonction plus importante que dans les approches matérialistes classiques, puisque ces analyses d’inspiration gramscienne expliquent comment le contrôle des imaginaires contribue à la reproduction politique des rapports sociaux de domination.

25Les analyses poststructuralistes insistent également sur le rôle des discours moraux dans la formation des ordres sociaux (Foucault, 1970). Pour P. Bourdieu par exemple, la structuration sociale de la légitimité reposerait sur l’exercice de formes de violences symboliques, véhiculant des normes que les individus intérioriseraient par l’intermédiaire de leur habitus (Bourdieu, 1994 ; Merchiers, 2004). Plusieurs études empiriques ont ainsi montré que l’égalité tend à être considérée comme fondement de la justice dans les catégories sociales les plus fragiles, alors que les individus en position plus avantageuse l’envisagent davantage comme une fonction du mérite et des performances individuelles (Selznick, 1969 ; Goodman, 1974 ; Robinson, 1978 ; Shepelak, 1986). Dans ces approches holistes de l’organisation sociale, les normes géoéthiques serviraient à imposer des cadres cognitifs et moraux, enfermant les dominés dans un état de subordination intellectuelle.

26En géographie, les approches néogramsciennes et postructuralistes ont inspiré une grande partie des travaux de géopolitique critique (Lorot, 1995 ; Ó Tuathail, 1996, 1998 ; Claval, 1997 ; Rosière, 2003 ; Lacoste, 2008 ; Zajec, 2016), lesquels envisagent les discours comme une manière pour les acteurs de rendre légitime leur propre intérêt, souvent au profit des forces dominantes (Dalby, 1991 ; Sharp, 1996 ; Mamadouh, 2006). L’attention prêtée à ces dernières explique la focalisation de nombreuses études de géographie critique sur la production des normes hégémoniques, même si certaines approches postmodernes s’intéressent également aux acteurs subalternes et à la façon dont ceux-ci intériorisent les normes dominantes, parfois en les subvertissant ou en inventant des ordres normatifs parallèles. Dans ces approches critiques, les discours jouent un rôle important dans la construction des ordres géopolitiques, entretenant avec les réalités matérielles une relation dialectique (Agnew, 1995). L’attention de la géopolitique critique pour les visions morales imposées par les acteurs les plus puissants se manifeste tout particulièrement dans l’intérêt accordé aux médias et à la façon dont les récits populaires contribuent à la fabrique du consentement collectif vis-à-vis des normes géoéthiques produites par les pouvoirs dominants (Sharp, 1996 ; Falah, 2006 ; Dittmer, 2008). Dans ces épistémologies critiques, les normes géoéthiques hégémoniques reflèteraient l’intérêt des classes socio-spatiales dominantes, elles-mêmes étant implantées dans les centres les plus puissants (pays et régions les plus riches, grandes métropoles, quartiers d’affaires et lieux de pouvoir). Les idéologies géographiques imposées par ces forces dominantes serviraient à légitimer la géographie des inégalités matérielles et les logiques spatiales de reproduction de la subordination sociale.

27Ces approches structuralistes réduisent souvent les discours à des instruments de persuasion et de propagande politique et négligent l’existence de controverses géoéthiques. De ce fait, elles sous-estiment la capacité des acteurs, y compris de ceux qui sont à la tête des institutions les plus puissantes, à se mobiliser pour d’autres raisons que leur intérêt et tombent dans les mêmes travers que les approches réalistes inspirées par la théorie du choix rationnel. De façon générale, les théories holistes sous-estiment le rôle de l’agence dans la structuration des régimes normatifs. Elles ignorent que certains acteurs choisissent d’infiltrer les institutions pour infléchir leur fonctionnement et les décisions qu’elles produisent à partir de croyances et de convictions géoéthiques qui dépassent leur intérêt de classe. De ce fait, ces approches structuralistes peinent à tenir compte du fait que les réseaux de pouvoir peuvent être investis par des acteurs aux motivations contradictoires, ce qui peut compliquer la capacité des institutions à tenir des discours géoéthiques cohérents et hégémoniques.

28En privilégiant des cadres théoriques parcimonieux, les différentes approches présentées jusqu’ici cherchent à mettre en évidence des cohérences logiques et des facteurs déterminants à l’origine de l’organisation géoéthique des sociétés. Ce faisant, elles tendent à masquer la complexité de la réalité géoéthique et à exagérer le rôle des idées et des normes dans certains cas ou à le minorer dans d’autres.

L’intérêt d’une approche constructiviste

29Les théories constructivistes entendent échapper au réductionnisme auquel cède la plupart des autres approches des valeurs et des normes morales. Pour cela, elles se fondent sur le postulat que les réalités sociales résulteraient de la rencontre des intersubjectivités et des structures objectives que celles-ci génèrent pratiquement (Berger, 1966). Ces approches insistent sur l’interdépendance systémique des facteurs, les idées morales étant à la fois influencées par d’autres facteurs et une source d’influence pour ces derniers. Le constructivisme permet de saisir la double relation que les idées morales entretiennent avec les pratiques, en montrant en quoi les convictions morales inspirent pour partie les comportements et les choix des acteurs d’une part, et en soulignant comment, d’autre part, les structures collectives, l’organisation des institutions, la répartition sociale des intérêts ou du pouvoir conditionnent le contenu et la distribution sociale des valeurs morales (Demeulenaere, 2003 ; Lemieux, 2007).

30Les approches constructivistes accordent une importance significative à la réflexivité des acteurs. Dans cette perspective, leurs conceptions morales et leurs comportements dépendent de leur connaissance de la réalité, de leur psyché et de leur sensibilité, ce qui expliquerait pourquoi les engagements éthiques d’un même acteur ne sont pas nécessairement rationnels, stables et cohérents dans le temps et dans l’espace. Les connaissances et la réflexivité acquises par leur expérience de la vie sociale permettraient aux individus de développer des stratégies d’action.

31Dans les approches constructivistes, les acteurs demeurent en outre sensibles aux contextes dans lesquels ils interagissent et, donc, aux effets de structure. La socialisation des individus, leur culture et leur éducation notamment, conditionneraient les stratégies qu’ils sont susceptibles de mettre en œuvre. Chez M. Weber par exemple, les valeurs morales permettent d’activer des formes de rationalité, d’orienter les comportements et de susciter des engagements sociaux. C’est ainsi que l’« éthique protestante » expliquerait comment certaines catégories sociales en sont venues à s’engager dans des stratégies d’accumulation de richesse, conduisant à forger un certain « esprit du capitalisme » (Weber, 1905). Dans Économie et société (Weber, 1921), Weber insiste sur le rôle de la culture dans la structuration morale des individus. Le rôle de l’éducation est également souligné par N. Elias, dans le processus de « civilisations des mœurs » (Elias, 1939) à l’origine de la construction de ce qu’il nomme la « société des individus » (Elias, 1987). Dans cette perspective, les normes éthiques peuvent être considérées comme des « mythes rationnels » (Meyer, 1977), organisés en « paradigmes » (Hall, 1989), en « référentiels » (Jobert, 1987) ou en « systèmes de croyances » (Sabatier, 1998) qui guident les acteurs sans les déterminer de façon mécanique. Elles ne sont pas non plus considérées comme le fruit d’une simple réflexion individuelle liée à la façon dont chaque être humain perçoit et conçoit le réel, à la différence du postulat fait par les études menées dans le domaine de la psychologie sociale. Les idées géoéthiques ne sont pas envisagées comme une production indépendante de l’esprit des individus, mais plutôt comme une construction intersubjective médiatisée par la discussion (Habermas, 1992). Elles apparaissent donc comme des productions discursives particulières, qui influencent les perceptions subjectives et la réflexivité des acteurs d’une part et qui, d’autre part, conditionnent et régulent les comportements collectifs et la structuration des institutions sociales (Van Dijk, 1993, 2006). Cette approche constructiviste converge alors avec les approches néo-institutionnalistes développées en science politique (Hall, 1996). En insistant sur le rôle combiné des idées, des intérêts, des institutions et des contextes sociaux, historiques et géographiques, les analyses néo-institutionnalistes sont particulièrement adaptées à la prise en compte de la pluralité et de l’interdépendance des facteurs à l’origine de la construction sociale des normes géoéthiques.

32Pour être activée, une norme géoéthique dépend en effet de plusieurs facteurs imbriqués. Parmi ceux-ci, les convictions n’ont qu’un rôle relatif. Comptent également les intérêts, c’est-à-dire les préoccupations que font naître la pratique de la réalité. Selon les contextes, ces préoccupations subjectives peuvent varier et motiver le recours à des normes différentes et inégalement aptes à résoudre des problèmes pratiques. Le principe d’égale liberté, à la base de la doctrine des droits naturels, offre par exemple peu d’intérêt pour justifier l’accès à des biens rivaux comme la maîtrise du sol. C’est la raison pour laquelle d’autres idées de justice, comme l’utilité, les coutumes, la propriété privée ou l’émancipation des opprimés, doivent être mobilisés pour résoudre de tels problèmes.

33Les convictions ou l’intérêt des acteurs ne sont pas les seuls facteurs conditionnant la construction sociale des valeurs géoéthiques. Les institutions, c’est-à-dire l’ensemble des règles formelles et informelles en vigueur dans un contexte social donné, jouent également dans la capacité d’une norme particulière à être effectivement respectée, mise en pratique ou, au contraire, contestée. L’analyse géoéthique implique donc une étude croisée du contenu des idées et des contextes institutionnels dans lesquels elles sont utilisées. Certaines idées peuvent être introduites sous l’effet de l’affirmation sociale de nouveaux acteurs, qu’il s’agisse de classes sociales, d’institutions ou de groupes culturels. Elles peuvent également émerger à la faveur de reconfigurations structurelles suffisamment importantes pour que les autorités traditionnelles ajustent leur agenda géoéthique. L’apparition de nouvelles normes est en effet susceptible de générer des effets systémiques sur les régimes géoéthiques en vigueur, de remettre en cause d’autres normes et de générer des résistances et des oppositions. La légitimation de normes émergentes, comme la protection de l’environnement ou l’égalisation des droits des minorités sexuelles par exemple, peut se heurter à la crainte de certains responsables institutionnels de voir ces innovations compromettre d’autres normes plus anciennes, comme le productivisme ou l’attachement à la famille traditionnelle, considérées comme participant à la préservation de l’ordre établi. L’inertie relative des systèmes institutionnels explique pourquoi les changements géoéthiques prennent plus souvent la forme de compromis complexes et instables que de ruptures nettes et radicales, justifiant la prise en compte des trajectoires institutionnelles dans l’analyse de la construction sociale des normes géoéthiques. La légitimité sociale des normes géoéthiques est donc conditionnée en partie aux soutiens et oppositions qu’elles sont susceptibles de susciter au sein de systèmes institutionnels plus ou moins stables.

34L’analyse constructiviste envisage donc les normes géoéthiques comme le résultat de conjonctions multifactorielles, variables dans l’espace et dans le temps. Dans ce cadre, l’espace géographique intervient à plusieurs titres. Il joue tout d’abord un rôle dans la capacité des acteurs à se rencontrer, à échanger des idées et à fabriquer des normes de façon intersubjective, ce qui suppose l’existence d’espaces de discussion et de médiation collectives (lieux d’échanges, réseaux médiatiques, instances de délibération, etc.). L’espace influence également les normes géoéthiques dans la mesure où il contribue à la répartition sociale des intérêts individuels et collectifs, les configurations spatiales affectant la façon dont les acteurs évaluent et se projettent éthiquement dans la réalité. À titre d’exemple, on peut supposer qu’un acteur aura d’autant plus de propension à envisager la justice spatiale comme un idéal universel et ubiquiste, que lui-même vit de façon épanouie dans un espace ouvert, fluide et intégré. L’espace géographique conditionne par ailleurs le déploiement des normes géoéthiques dans la mesure où il contribue à la territorialisation des institutions. La configuration spatiale de ces dernières, leur périmètre d’exercice, leur imbrication scalaire, l’inégale porosité de leurs limites ou leur composition interne contraignent la capacité des normes géoéthiques à être mises en pratique de façon efficace et cohérente. Le compartimentage de l’espace en territoires institutionnels distincts complique, par exemple, davantage la réalisation de valeurs universalistes que les projets communautaristes.

35Face aux contraintes qu’implique toute configuration spatiale, les acteurs institutionnels doivent trouver le moyen d’articuler leurs aspirations géoéthiques et leurs capacités effectives d’action territoriale. Les difficultés pratiques qu’une telle tâche implique expliquent pourquoi les régimes géoéthiques effectifs correspondent souvent à des accommodements moins cohérents et plus confus que ne le sont les doctrines morales imaginées par les philosophes. L’approche constructiviste se révèle alors souvent mieux adaptée que les approches parcimonieuses pour mettre en évidence la pluralité et l’ambiguïté axiologiques qui caractérisent nombre de situations concrètes. Par exemple, les approches néostructuralistes d’inspiration marxiste postulent que les systèmes de régulation seraient construits sur des ensembles cohérents de normes, avançant par exemple qu’un régime néolibéral de régulation des spatialités aurait remplacé un régime spatial « keynésien » de welfare state dans la plupart des pays occidentaux, au tournant des années 1970 (Brenner, 2003). Une analyse constructiviste montre, au contraire, que des formes de régulation néolibérale de l’espace existaient avant les années 1970 : les politiques ordolibérales en Allemagne de l’Ouest, les réformes monétaires en Italie en 1947, les réformes économiques inspirées par P. Thorneycroft au Royaume-Uni dans les années 1950 ou par J. Rueff en 1958 en France, la mise en place du Marché Commun dans les années qui suivirent. En outre, si de nombreuses réformes néolibérales ont bien favorisé la mise en compétition économique des territoires, on observe, au sein de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), que des politiques de solidarités sociales et territoriales ont continué à être mises en œuvre après les années 1970, conduisant à une élévation ininterrompue du poids des dépenses sociales et à une perpétuation des dispositifs de redistribution territoriale. Le régime géoéthique qui caractérise les politiques mises en œuvre au sein de ces États fait donc apparaître une hétérogénéité et une ambiguïté axiologiques structurelles que ne prennent pas en compte les approches parcimonieuses.

36Cette ambiguïté tient au fait que, pour atteindre certains objectifs géoéthiques prioritaires à leurs yeux, les acteurs sociaux sont souvent amenés à réaliser des compromis, à renoncer à d’autres ambitions, à les différer dans le temps ou à élaborer des combinaisons axiologiques, par opportunisme ou par pragmatisme. L’institutionnalisation des idées résulte alors moins de l’existence d’un consensus moral entre les décideurs, que de la capacité de ces idées à satisfaire des intérêts hétérogènes et à rendre compatibles des agendas institutionnels différents. C’est la raison pour laquelle les normes effectivement mises en œuvre correspondent souvent à ce que Pierre Muller et Bruno Jobert nomment des « idéologies molles » (1987), c’est-à-dire des idées suffisamment vagues et malléables pour rendre possible la convergence des ambitions et des stratégies d’acteurs divers. Il en est ainsi de valeurs de portée générale comme la justice, l’égalité ou la liberté mais aussi de référentiels politiques plus circonscrits comme la « croissance » et le « développement » hier, ou le « développement durable » et la « résilience » aujourd’hui. Nicolas Jabko a ainsi montré comment, au milieu des années 1980, la Commission européenne, présidée par Jacques Delors, a utilisé l’idée de « grand marché » comme thème mobilisateur pour surmonter la diversité des intérêts géopolitiques des principaux acteurs impliqués (institutions européennes, États membres, acteurs privés) et sortir la Communauté européenne de l’« eurosclérose ». Agissant comme un vecteur axiologique protéiforme (le marché comme une contrainte, une norme, un espace et un talisman), l’idée de grand marché a permis aux principales parties prenantes de s’engager, chacune avec des justifications différentes, en faveur d’un transfert scalaire de compétences depuis les États membres vers l’échelon européen, déclenchant ainsi un nouveau cycle de néolibéralisation des politiques européennes (Jabko, 2006). Face à la plasticité des normes géoéthiques mises en œuvre, beaucoup de systèmes institutionnels présentent donc une propension au pluralisme et à l’irénisme axiologiques. Cette capacité à construire des assortiments normatifs fédérateurs aboutit cependant rarement à des situations hégémoniques, contrairement aux postulats des études néostructuralistes d’inspiration gramscienne. En effet, au sein des situations démocratiques, il est fréquent qu’un certain pluralisme s’exprime, de façon plus ou moins agonistique, à travers des controverses et des luttes sociales, la plupart des systèmes institutionnels étant susceptibles d’intégrer des normes que promeuvent les acteurs en marge du pouvoir. Certaines idées initialement portées par des acteurs périphériques ou contestataires peuvent, lorsque les conditions sont favorables, être appropriées par des décideurs institutionnels et rejoindre la catégorie des normes constitutives de l’orthodoxie politique, aux côtés d’autres valeurs plus ou moins cohérentes avec elles. Les idées décentralisatrices, néolibérales ou écologistes par exemple ont ainsi fait l’objet de processus de normalisation et d’institutionnalisation progressives, à partir du dernier tiers du XXe siècle, dans la plupart des pays les plus développés. Leur développement concomitant s’est effectué de façon incrémentale, graduelle et irrégulière, à la faveur d’évolutions contextuelles complexes mobilisant des acteurs institutionnels, aux idées et aux intérêts hétérogènes. On comprend ainsi pourquoi la Commission européenne, en même temps qu’elle impulsait une nouvelle phase de néolibéralisation dans le cadre du Marché Unique, au cours de la seconde moitié des années 1980, a pu soutenir des réformes en faveur de la protection de l’environnement ou du renforcement de la solidarité entre les régions. L’approche constructiviste permet ainsi de saisir avec beaucoup plus de nuances les processus de transformation des régimes géoéthiques, que ne peuvent le faire les analyses néostructuralistes d’inspiration marxiste, qui envisagent le temps comme une succession de modes de régulation spatiale distincts, générés par le passage d’un régime d’accumulation à un autre. L’approche constructiviste fournit donc un cadre particulièrement adapté à l’analyse des nombreuses situations de complexité et d’ambiguïté géoéthiques que l’on rencontre dans la réalité, permettant de dépasser le réductionnisme dans lequel restent enfermées les approches plus parcimonieuses.

Concepts et méthodes de l’analyse géoéthique

37La mise en œuvre d’une analyse constructiviste des normes géoéthiques suppose la définition d’un cadre d’observation, de concepts et de méthodes d’analyse, ce que cette dernière partie propose de présenter de façon synthétique.

Saisir les engagements géoéthiques

38Prises à la fois comme un résultat et comme un facteur parmi d’autres de la régulation de la spatialité, au même titre que les intérêts et les institutions, les idées géoéthiques peuvent être analysées dans le cadre de méthodes ouvertes à la diversité des sources disponibles. La réalité géoéthique se manifeste en effet sous des formes empiriques diverses : des sentiments et des convictions intimes (éprouver de la sympathie pour les personnes qui en sauvent d’autres lors de catastrophes par exemple), des avis formalisés (déclarer à des interlocuteurs que ces personnes ont beaucoup de mérite) ou des mœurs intériorisées dans les comportements pratiques (aller effectivement à la rescousse des personnes menacées lorsque la catastrophe survient). Toutes ces formes d’action éthique peuvent être analysées par des méthodes différentes et complémentaires, comme tente de le résumer le document 1.

Document 1 : Cadre d’analyse des normes géoéthiques

Document 1 : Cadre d’analyse des normes géoéthiques

Réalisation : A. Brennetot, juillet 2017.

Comparer et classer les normes géoéthiques

39Au-delà du repérage des différentes formes de manifestation empirique de la réalité géoéthique, l’analyse de celle-ci implique un cadre d’étude permettant la comparaison et la généralisation des observations. Si les opinions, les discours ou les comportements géoéthiques résultent d’engagements personnels, leur contenu correspond rarement à de pures inventions. Ils recyclent souvent des normes sociales, c’est-à-dire de repères généraux ancrés dans les pratiques collectives. On appellera « norme géoéthique » toute règle prescriptive utilisée collectivement pour préconiser certaines formes de comportements ou d’organisation géographique au nom de la moralité. Certaines normes sont incrustées dans la culture des individus, comme beaucoup de traditions, mœurs et us proscrivant certains comportements dans les lieux publics ou dans les édifices religieux (Hall, 1966). D’autres sont explicites et se présentent sous forme de discours normatifs, de déclarations, de codes institutionnalisés comme les lois et les règlements.

40La variété des normes géoéthiques observables empiriquement n’est pas infinie. Celles-ci peuvent être modélisées sous forme de catégories axiologiques que l’on associe couramment à des courants de pensée, à des idéologies ou à des conceptions de la justice spatiale. Les classifications analytiques proposées dans le champ de la philosophie morale ou de l’étude des idées politiques fournissent une base utile pour conduire des analyses comparatives (Walzer, 1983 ; Kymlicka, 1990 ; Heywood, 1992 ; Vincent, 1992 ; Eatwell, 1993 ; Boltanski, 2006 ; Hoffman, 2006). En géographie, certains auteurs ont ainsi cherché à catégoriser les « théories géoéthiques » (Cutchin, 2002 ; Hay, 1995 ; Proctor, 1998). D.M. Smith est le géographe qui, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, a poussé le plus loin, et de la façon la plus constante, l’effort pour répertorier les formes théoriques que peuvent prendre les « géographies morales » (Smith, 1994 à 2001). J’ai moi-même tenté de poursuivre cet effort de classification des conceptions de la justice spatiale, afin de m’en servir comme cadre pour analyser les opinions géoéthiques exprimées dans diverses scènes de débat public (Brennetot, 2010).

41Le document 2 présente une tentative de classification des normes géoéthiques, en fonction de la façon dont les grands courants de pensée politique qui ont caractérisé la modernité occidentale ont envisagé la moralisation possible de l’espace géographique. Ce tableau n’épuise pas la diversité des normes géoéthiques que les acteurs sociaux sont susceptibles de mobiliser. Il offre toutefois un cadre d’analyse susceptible d’aider à renseigner et à comparer les engagements géoéthiques observables, en les rapportant à une grille d’identification construite à partir de quelques grands courants de pensée qui ont structuré l’histoire politique du monde depuis la Renaissance. La montée en généralité de l’analyse géoéthique suppose donc un important travail de repérage au sein de l’histoire des idées morales et politiques, l’objectif n’étant pas de démontrer l’influence des doctrines imaginées par les grands penseurs sur les pratiques spatiales des sociétés, mais plutôt de les utiliser comme catégories de classement.

42La difficulté vient alors du fait que ces catégories sont souvent utilisées en parallèle par les acteurs politiques eux-mêmes pour justifier leurs propres engagements éthiques, au prix fréquent d’instrumentalisations, de récupérations, de déformations, de confusions et de controverses sur le sens des étiquettes. Caractériser une opinion, un discours ou un acte non verbal de « libéral » ou de « marxiste » par exemple ne va pas de soi et peut être contesté en raison de l’absence de consensus académique concernant le sens à donner à de tels labels. Seul un travail généalogique minutieux est à même de retracer l’évolution et la diversification de la signification des catégories utilisées, de conduire à un raffinement suffisant pour réduire leur éventuelle ambivalence et rendre leur objectivation possible. L’analyse généalogique permet par exemple de montrer qu’une partie de l’ambiguïté qui pèse sur le « libéralisme » en tant que catégorie analytique tient à la double origine sémantique de ce terme : l’adjectif « libéral » a en effet été utilisé dans un premier sens en anglais par Adam Smith, dans La Richesse des nations (1776), pour désigner un système politique favorable au libre-échange des marchandises, avant de se voir doté d’une seconde signification, indépendante de la précédente, pour qualifier les mouvements insurrectionnels qui se développent en Espagne, à partir de 1814, en faveur des valeurs jusnaturalistes de la Révolution française. Largement pratiquée depuis deux siècles, la confusion de ces deux sens historiques rend l’usage du terme « libéral » peu clair et peu satisfaisant sur le plan heuristique. C’est la raison pour laquelle je propose d’utiliser des catégories plus précises, en distinguant « l’utilitarisme libéral » et le « républicanisme libéral », de façon à mieux cerner certains engagements géoéthiques observables dans la réalité. Pour chaque situation, il importe donc de mobiliser des catégories dont le sens est suffisamment précis pour caractériser les engagements géoéthiques des acteurs étudiés et dévoiler l’ambiguïté éventuelle générée par les discours de légitimation ou de disqualification, produits à leur endroit dans le débat public.

Contextualiser l’usage des normes géoéthiques

43Une autre partie de l’analyse géoéthique porte sur le lien entre le contenu des normes mises en évidence et les contextes géohistoriques dans lesquels ils sont mobilisés. Dans le cadre d’une approche constructiviste, cela suppose d’étudier les rapports entre les contenus géoéthiques des discours produits par les acteurs et les effets qu’ils peuvent espérer produire sur leur entourage. Pour cela, il convient de tenir aussi compte de leurs intérêts politiques et économiques et des marges de manœuvre dont ils disposent pour développer des stratégies géoéthiques. L’analyse de ces contextes peut s’appuyer, entre autres, sur les méthodes développées dans le cadre des approches néo-institutionnalistes (Hall, 1996), comme cela a déjà été indiqué. L’explication des phénomènes géoéthiques prend alors une forme multifactorielle, capable de restituer leur complexité et de saisir le rôle respectif des engagements des acteurs et des configurations sociales et matérielles dans lesquelles ils sont intégrés. On peut ainsi appréhender la façon dont les normes géoéthiques sont pratiquement conçues et mises en œuvre, leurs finalités, les modalités de leur réception sociale, la façon dont elles sont appropriées, respectées ou subverties et leurs effets sur la structuration de l’espace. On peut également saisir la façon dont ces normes s’articulent les unes aux autres, dans le cadre de systèmes axiologiques, ce que l’on peut nommer des régimes géoéthiques. Ces régimes sont complexes et se caractérisent souvent par un degré élevé d’hétérogénéité et d’ambiguïté éthiques.

44Les régimes géoéthiques sont par ailleurs évolutifs et se transforment en fonction de la façon dont les divers facteurs qui les affectent se conjuguent. Certaines normes peuvent voir ainsi leur influence sociale croître ou diminuer dans le temps, se diffuser ou se contracter dans l’espace. Une modification de l’état des connaissances des acteurs sociaux peut par exemple les amener à réviser le diagnostic qu’ils font de la réalité et, en conséquence, la façon dont ils doivent se comporter. La transformation des états de consciences éthiques des individus est cependant rarement suffisante pour engendrer des changements de grande ampleur dans la façon dont les régimes géoéthiques régulent la spatialité des sociétés. Des conditions favorables, ce que l’on nomme communément des fenêtres d’opportunité (Cortell, 1999), sont souvent nécessaires pour que certains entrepreneurs institutionnels, placés en position stratégique, voient leurs réformes parvenir à modifier sensiblement le contenu des normes géoéthiques effectivement observées par une société. Ces mutations prennent parfois la forme de tournants brutaux, comme à l’occasion des révolutions, mais la plupart d’entre elles se présentent comme des processus incrémentaux plus complexes. Rendre compte de l’évolution géohistorique des régimes géoéthiques suppose d’analyser les idées et les normes que les acteurs en interaction mobilisent pour coordonner leur réponse aux problèmes qu’ils rencontrent sur leur chemin. L’analyse processuelle des idées et des discours permet de restituer la façon dont s’opèrent les transactions entre acteurs et la reconfiguration collective des agendas géoéthiques. Elle est donc nécessaire à la mise en œuvre d’une analyse constructiviste des normes géoéthiques.

Document 2 : Proposition de classification des normes géoéthiques en fonction de quelques idéologies héritées de la modernité politique

Courants idéologiques
(et représentants illustres)

Valeurs éthiques
fondamentales

La forme de l’espace idéal

Les conditions politiques de la justice spatiale

Le réalisme
(Machiavel, Hobbes, Metternich, Bismarck, Kissinger)

L’ordre et la sécurité

• Un ensemble de territoires juxtaposés, placés sous la souveraineté d’États indépendants et séparés par des frontières hermétiques. Les mailles peuvent être hétérogènes.
• Le centralisme intérieur, garant de la sécurité et de l’ordre public.
• L’équilibre des forces au niveau interétatique ou la normalisation par une puissance hégémonique

Selon cette conception géoéthique, la justice spatiale s’incarne dans la réalisation de l’ordre public. Les États, par la force qu’ils détiennent, sont les garants de cet ordre. À l’intérieur du territoire dont ils sont souverains, il leur appartient de mettre en œuvre la forme de gouvernement la plus à même de sauvegarder l’ordre public. Entre les États, seuls le respect mutuel de la souveraineté interne et l’équilibre des forces sont en mesure de résoudre le problème de l’anarchie (ou de l’absence de pouvoir universel). Dans une situation d’instabilité extérieure, tout État doit chercher à garantir sa propre sécurité par des alliances stratégiques et par l’accumulation de puissance interne.

Le communautarisme
(Herder, Taylor)

L’identité et le respect des traditions

• Un ensemble de territoires habités par des communautés culturelles partageant une identité commune.
• Les mailles peuvent être hétérogènes.
• Les communautés doivent être spatialement séparées ou assujetties à des normes différentes lorsqu’elles cohabitent.

Dans la perspective communautarienne, la justice spatiale résulte de la reconnaissance par les différentes institutions sociales et politiques de communautés, naturelles ou historiques. Les territoires doivent être organisés conformément à l’implantation dans l’espace de ces communautés. À l’intérieur des territoires, les formes d’occupation de l’espace doivent dépendre des normes et des traditions qui fondent l’identité de chaque communauté. Entre les territoires, les relations doivent être fondées sur le respect des communautés à disposer de leur propre identité. Lorsque plusieurs communautés coexistent sur la même portion d’espace, plusieurs réponses sont possibles : la coexistence multiculturelle, le cloisonnement ou l’épuration communautaire.

Le libertarianisme
(Bastiat, Rothbard, Nozick)

La propriété privée

• Une mosaïque de parcelles contrôlées par des propriétaires privés
• Le libre échange des biens fonciers sur des marchés

La justice spatiale réside dans le respect de la propriété acquise par les individus et les associations d’individus sur des marchés libres. Les institutions sociales doivent être organisées de façon à permettre le respect absolu du droit des propriétaires de faire ce qu’ils désirent dans les portions d’espace qu’ils ont librement acquises. Les États ne sont pas habilités à empêcher quelque individu que ce soit d’accéder aux différents marchés, y compris hors de leurs frontières.

Le républicanisme libéral
(Vitoria, Locke, Paine, Kant, Wilson, Rawls)

L’égalité des droits et des libertés

• L’ubiquité du droit et la conformation des autorités politiques aux règles universelles qui en découlent
• La réalisation d’un espace public offrant des droits et des opportunités en quantité égale, en particulier pour les libertés nécessaires à l’exercice de la citoyenneté

La justice spatiale réside dans la possibilité donnée aux individus de bénéficier de droits égaux de façon universelle. Les territoires doivent être organisés de façon à permettre une cohabitation équitable des intérêts et des préférences : les individus et groupes d’individus doivent pouvoir acquérir des biens sur les marchés à condition que les externalités, les effets de voisinage notamment, soient favorables à l’égalisation des libertés individuelles. Cela passe par une intervention publique destinée à créer les conditions réglementaires et matérielles nécessaires à la réalisation de l’équité territoriale à toutes les échelles.

L’utilitarisme libéral
(Humes, Smith, Bentham, Stuart Mill, Friedman)

La maximisation du bien-être collectif

• L’intégration des territoires dans un système d’échange destiné à optimiser la division et la spécialisation productive des territoires
• Le respect de l’interdépendance des territoires

La justice spatiale est réalisée lorsque l’espace géographique est organisé de façon à maximiser le bien-être collectif. Pour les pouvoirs publics, cela passe par la mise en œuvre des moyens susceptibles d’augmenter l’utilité des individus (équipements, services, etc.). La plupart des utilitaristes considèrent que le marché est un des instruments les plus à même de parvenir à une telle fin, grâce aux avantages mutuels qu’est censé apporter le libre-échange. La réalisation d’une telle situation passe par une fluidification de l’espace (infrastructures de circulation et ouverture des territoires les uns aux autres).

L’anarchisme
(Proudhon, Bakounine, Kropotkine)

L’autonomie des individus et des associations

• Un ensemble de territoires locaux habités par des individus associés librement
• Les territoires locaux peuvent eux-mêmes s’associer de façon non contraignante

La justice spatiale est réalisée lorsque les individus ont la possibilité d’être autonomes. Sur le plan géographique, cela passe par l’organisation spontanée de collectifs locaux chargés de la gestion du travail et de la répartition des ressources. Chaque unité territoriale doit viser l’autosubsistance dans la mesure du possible. La géoéthique anarchiste suppose par ailleurs la destruction des institutions traditionnelles au profit d’une organisation fédérative ascendante, souple et non contraignante.

Le socialisme révolutionnaire
(Marx, Engels, Lénine, Luxembourg)

La suppression des rapports de domination
L’égalité des conditions

• Une mosaïque de territoires étatiques, centralisés et souverains dans lequel l’espace est collectivisé par la force (modèle communiste)
• Un ensemble de communes autogérées placées sous la protection d’un État central (modèle du socialisme municipal)

La justice spatiale réside dans la suppression des structures responsables de la domination de classe, notamment les États aristocratiques ou bourgeois. La propriété collective doit se substituer à la propriété privée des moyens de production. Des hésitations persistent entre socialistes révolutionnaires concernant la forme territoriale que doit prendre la société future, notamment sur le degré de centralisation des institutions politiques. Le dirigisme étatique, incarné par les expériences communistes au XXème siècle, s’oppose aux partisans du socialisme municipal, plus décentralisé.

Le socialisme réformiste
(De Paepe, Kautsky)

• L’appropriation progressive de l’espace par la puissance publique dans le respect du droit positif

La justice spatiale est réalisée lorsque les structures de domination sont éliminées de façon progressive à l’intérieur des cadres territoriaux hérités de la modernité politique bourgeoise. Cela passe par une socialisation progressive de l’espace géographique par la puissance publique à tous les niveaux institutionnels, le déploiement de services publics et la collectivisation des moyens de production et d’habitation. Historiquement, l’idéal territorial promu par le socialisme réformiste s’est trouvé associé au républicanisme libéral à travers la social-démocratie notamment, sans toutefois se confondre avec ce dernier.

Conclusion

45Cet article a montré que la géoéthique peut désigner trois façons d’associer l’éthique et la géographie. La première, la géoéthique professionnelle, consiste à réfléchir, à discuter et à organiser les conditions de production et d’usage de la recherche académique portant sur l’espace des sociétés, conformément à l’usage donné à ce terme en géosciences depuis une décennie. Il existe également une géoéthique prescriptive qui concerne les engagements moraux que les géographes, mais également tous les chercheurs en sciences de l’espace, peuvent prendre dans le débat d’idées, pour ou contre certaines conceptions de la justice spatiale par exemple. La géoéthique peut enfin désigner une démarche heuristique, consistant à analyser les valeurs morales que les sociétés prêtent à l’espace géographique. Proche de la sociologique de la morale, l’analyse géoéthique est aujourd’hui peu développée et peu structurée sur le plan académique. Elle représente pourtant un enjeu épistémologique important pour saisir le rôle des idées et des valeurs morales dans la régulation de la spatialité des sociétés. Une approche constructiviste de l’analyse géoéthique offre à ce titre des pistes de recherche prometteuses. À la différence d’approches plus parcimonieuses, celle-ci privilégie une lecture multifactorielle sensible à la complexité et à l’ambiguïté des phénomènes géoéthiques, ambitionnant de saisir tout à la fois la forme des engagements subjectifs et les effets de contextes responsables de la structuration sociale des normes géoéthiques. Dans cette perspective, les normes géoéthiques sont importantes car elles représentent une ressource que les acteurs ont à leur disposition pour produire de la compréhension, de la mobilisation collective, pour susciter des engagements, pour construire de la légitimité ou de la contestation, du soutien ou de la critique, pour surmonter des conflits ou créer des consensus, c’est-à-dire pour bâtir des régimes géoéthiques ou activer des controverses. L’approche constructiviste envisage alors les normes géoéthiques comme un facteur parmi d’autres de l’organisation de l’espace géographique, au même titre que les intérêts, la force matérielle, la culture ou les institutions.

46Si elles varient par leurs objectifs et par les méthodes qu’elles mobilisent, les différentes formes de géoéthiques (professionnelle, prescriptive et analytique) sont complémentaires. La neutralité axiologique qu’exige l’analyse comparée des normes géoéthiques n’exclue aucunement la possibilité de prendre des positions morales, pour ou contre certaines de ces normes, dans le cadre de débats d’idées. Une éthique professionnelle soucieuse du respect de la diversité des opinions implique toutefois que cet engagement, critique ou promotionnel, ne se fasse pas au détriment de la rigueur et de la précision des descriptions proposées. C’est la raison pour laquelle l’analyse géoéthique, envisagée dans le cadre d’une approche constructiviste, représente un enjeu épistémologique et politique majeur pour qui veut comprendre comment se déploient les normes contribuant à la construction spatiale effective des sociétés et saisir les horizons qui s’ouvrent à ceux que motivent des engagements raisonnables et responsables.

47Un tel projet est légitime en soi. Cependant, il se justifie aussi au regard de la profonde recomposition géoéthique qui affecte le monde contemporain. Plusieurs transformations de grande ampleur soulignent aujourd’hui la nécessité d’interroger les changements géoéthiques au prisme des réalignements idéologiques en cours : le déclin de l’internationalisme libéral sous toutes ses formes, la montée en puissance des populismes et de l’unilatéralisme, les sursauts récurrents de réactions souverainistes et nationalistes, la persistance de la tentation du repli communautaire, l’accentuation des inquiétudes environnementales et le renouvellement permanent des revendications égalitaires montrent à qui en douterait encore que l’hypothèse d’une fin des idéologies ou d’une fin de l’histoire liée à la victoire du libéralisme a fait long feu. Au contraire, on assiste partout dans le monde à une remise en cause des référentiels politiques hérités du XXe siècle, ouvrant une phase d’instabilité et d’incertitude axiologiques qui rend nécessaire un renouvellement des réflexions morales sur l’espace qui tienne compte des conditions effectives dans lesquelles se construisent les normes, les régimes et les controverses géoéthiques.

Haut de page

Bibliographie

Abel O., 2006, "Pour une géo-éthique", Foi et Vie, vol. 105, No.5, 77-93.

Abend G., 2010, "What’s New and What’s Old about the New Sociology of Morality", in: Hitlin S., Vaisey S. (dir.), Handbook of the Sociology of Morality, New York, Springer, 561-584.

Abend G., 2008, "Two Main Problems in the Sociology of Morality", Theory and Society, vol. 37, No.2, 87-125.

Adams J.S., 1965, "Inequity in social exchange", in: Berkowitz L. (dir.), Advances in Experimental Social Psychology, New York, Academic Press, 267-299.

Agnew, J., Corbridge S., 1995, Mastering Space. Hegemony, Territory and International Political Economy, London, Routledge, 260 p.

Anderson J., 1973, "Ideology in Geography: an introduction", Antipode, vol. 5, No.3, 1-6.

Barnett C., 2013, "Geography and ethics III. From moral geographies to geographies of worth", Progress in Human Geography, vol. 38, No.1, 151-160.

Barnett C., 2011a, "Geography and ethics: Justice unbound", Progress in Human Geography, vol. 35, No.2, 246-255.

Barnett C., 2011b, "Geography and Ethics: Placing Life in the Space of Reasons", Progress in Human Geography, vol. 36, No.3, 379-388.

Bateman S., 2004, "L’expérience morale comme objet sociologique", L’Année sociologique, vol. 54, No.2, 389-412.

Bateman, S., Ogien, R., Pharo, P., 2000, Raison pratique et sociologie de l'éthique. Paris, CNRS Éditions, 240 p.

Baumard N., 2010, Comment nous sommes devenus moraux : une histoire naturelle du bien et du mal. Paris, Odile Jacob, 321 p.

Berger P., Luckmann T., 1966, The Social Construction of Reality: A treatise in the sociology of knowledge, New York, Anchor Books, 240 p.

Berque A., 1996, Être humains sur la terre, Paris, Gallimard, 216 p.

Bicchieri C., 2006, The Grammar of Society: The Nature and Dynamics of Social Norms. Cambridge, Cambridge University Press, 278 p.

Birdsall S.S., 1996, "Regard, respect, and responsibility: Sketches for a moral geography of the everyday", Annals of the Association of American Geographers, vol. 86, No.4, 619-629.

Bobrowsky P., Cronin V.S., Di Capua G., Kieffer S.W., Peppoloni S., 2017, "The Emerging Field of Geoethics", in: Scientific Integrity and Ethics with Applications to the Geosciences, Gundersen L.C., Hoboken, John Wiley and Sons, 175–212.

Bohle M., 2019, Exploring Geoethics, Ethical Implications, Societal Contexts, and Professional Obligations of the Geosciences, London, Palgrave, 214 p.

Bolleyer N., 2009, Intergovernmental Cooperation: Rational Choices in Federal Systems and Beyond, Oxford, Oxford University Press, 251 p.

Boltanski L., Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 496 p.

Bourdieu P., 1994, Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Le Seuil, 256 p.

Boyne G., Powell M., 1991, "Territorial Justice: A Review of Theory and Evidence", Political Geography Quarterly, vol. 10, No.3, 263-81.

Brenner N., Jessop B., Jones M., Macloed G., 2003, State/Space, A Reader, Oxford, Blackwell, 368 p.

Brennetot A., 2010, « Pour une géoéthique. Éléments pour une analyse des conceptions de la justice spatiale », L'Espace géographique, vol. 39, No.1, p. 75-88.

Bret B., 2015, Pour une géographie du Juste, Lire les territoires à la lumière de la philosophie morale de John Rawls, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, 278 p.

Bret B., 2001, "Penser l’éthique pour penser le territoire et l’aménagement. À propos du Nordeste du Brésil", L’Information géographique, vol. 65, No.3, 193-218.

Bridge G., 2000, "Rationality, Ethics, and Space: on Situated Universalism and the Self-interested Acknowledgement of ‘Difference", Environment and Planning D: Society and Space, vol. 18, No.4, 519-535.

Bryant B., 1995, Environmental Justice: Issues, Policies, and Solutions, Washington, Island Press, 278 p.

Buttimer A., 1974, Values in Geography, Commission on College Geography Resource Paper 24, Washington, Association of American Geographers, 58 p.

Campbell D., Shapiro M.J., 1999, Moral spaces: Rethinking Ethics and World Politics, Minneapolis, University of Minnesota Press, 288 p.

Campbell H., Marshall R., 2006, "Towards Justice in Planning: a Reappraisal", European Planning Studies, vol. 14, No.2, 239–252.

Claval P., 2008, Religion et idéologie : Perspectives géographiques. Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 235 p.

Claval P., 1997, Géopolitique et géostratégie, la pensée politique, l'espace et le territoire au XXème siècle. Paris, Nathan, 192 p.

Claval P., 1985, "Les idéologies spatiales", Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, No.77, 261-269.

Claval P., 1978, Espace et pouvoir, Paris : Presses universitaires de France, 264 p.

Cook K. S., Hegtvedt K., 1983, "Distributive Justice, Equity and Equality", Annual Review of Sociology, vol. 9, 217-241.

Corbridge S., 1998, "Development Ethics: Distance, Difference, Plausibility", Ethics, Place and Environment, vol. 1, No.1, 35-53.

Corbridge S., 1993, "Marxisms, Modernities and Moralities: Development Praxis and the Claims of Distant Strangers", Environment and Planning D: Society and Space, vol. 11, No.4, 449-472.

Cortell A.W., Petersen A., 1999, "Altered States: Explaining Domestic Institutional Change", British Journal of Political Science, vol. 29, No.2, 177-203.

Crampton J., 1995, "The Ethics of GIS", Cartography and Geographic Information Systems, vol. 22, No.1, 84-89.

Curry M.R., 1991, "On the Possibility of Ethics in Geography: Writing, Citing, and the Construction of Intellectual Property", Progress in Human Geography, vol. 15, No.2, 125-47.

Cutchin M.P., 2002, "Ethics and Geography: Continuity and Emerging Syntheses", Progress in Human Geography, vol. 26, No.5, 656-664.

Cutter S.L., 1995, "Race, Class and Environmental Justice", Progress in Human Geography, vol. 19, No.1, 111-22.

Dalby S., 1991, "Critical Geopolitics: Discourse, Difference, and Dissent", Environment and Planning D: Society and Space 1, vol. 9, No.3, 349-363.

Daniel C., Le Clainche C., 2000, Définir les inégalités. Des principes de justice à leur représentation sociale, Paris, Ministère de l’emploi et de la solidarité, 188 p.

Dawkins R., 1976, The Selfish Gene, Oxford, Oxford University Press, 224 p.

Demeulenaere P., 2003, Les Normes sociales : Entre accords et désaccords. Paris, Presses universitaires de France, 291 p.

Dittmer J., Dodds K., 2008, "Popular Geopolitics Past and Future : Fandom, Identities and Audiences", Geopolitics, vol. 13, No.3, 437-57.

Driver F., 1988, "Moral Geographies: Social Science and the Urban Environment in Mid-Nineteenth Century England", Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 13, No.3, 275-87.

Dubet F., 2006, Injustices. L’expérience des inégalités au travail. Paris, Le Seuil, 504 p.

Dubet F., 2005, "Propositions pour une syntaxe des sentiments de justice dans l’expérience de travail", Revue Française de Sociologie, vol. 46, No.3, 495-528.

Dubois N., 2004, A Sociocognitive Approach to Social Norms, London, Routledge, 278 p.

Durkheim É., 2013 (1912), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France, 678 p.

Durkheim É., 1974 (1906), "Détermination du fait moral", in : Durkheim É., Sociologie et philosophie, Paris, Presses universitaires de France.

Eatwell R., Wright A., 1993, Contemporary Political Ideologies, London, Continuum, 308 p.

Eccleshall R., Finlayson A., Geoghegan V., Kenny M., Lloyd M., MacKenzie I., Wilford R., 1984, Political Ideologies, London, Routledge, 252 p.

Elias N., 1991 (1987), La Société des individus, Paris, Fayart, 301 p.

Elias N., 1973 (1939), La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 345 p.

Entrikin N., 1994, "Moral Geographies: The Planner in Place", Geography Research Forum, vol. 14, 113-119.

Falah G.W., Flint C., Mamadouh V., 2006, "Just War and Extraterritoriality: The Popular Geopolitics of the United States' War on Iraq as Reflected in Newspapers of the Arab World", Annals of the Association of American Geographers, vol. 96, No.1, 142-164.

Fassin D., 2001, "Charité bien ordonnée. Principes de justice et pratiques de jugement dans l’attribution des aides d’urgence", Revue française de sociologie, vol. 42, No.3, 437-475.

Ferrier J.P., 1999, Antée - Tome 2, Le contrat géographique ou l'habitation durable des territoires, Paris, Payot, 251 p.

Folger R.G., 1984, The Sense of Injustice: Social Psychological Perspectives, New York, Plenum Press, 280 p.

Forsé M., Parodi M., 2006a, "Justice distributive. La hiérarchie des principes selon les Européens", La Revue de l’OFCE, vol. 98, No.7, 211-219.

Forsé M., 2006b, "Une théorie empirique de la justice sociale", L’Année Sociologique, vol. 56, No.2, 413-435.

Forsé M., Parodi M., 2005, "Les opinions économiques et leurs raisons dans l’Union Européenne. Les effets d’une préséance de la justice sociale", La Revue de l’OFCE, vol. 92, No.1, 193-220.

Forsé M., Parodi M., 2004, La priorité du juste. Éléments pour une sociologie des choix moraux, Paris, Presses universitaires de France, 256 p.

Foucault M., 1971, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 88 p.

Friedman M., 1953, Essays in Positive Economics, Chicago, Chicago University Press.

Genard J.L., 1992, Sociologie de l’éthique, Paris, L’Harmattan, 269 p.

Ghorra-Gobin C., 2010, "Géographie et éthique", Géographie et cultures, vol. 74, No.2, 3-10.

Goldsmith J., Posner E., 2000, Moral and Legal Rhetoric in International Relations: A Rational Choice Perspective, Chicago, University of Chicago Law & Economics, Olin Working Paper 108, 115-139.

Gombrich E.H., 1979, "The Dream of Reason: Symbolism in the French Revolution", The British journal for eighteenth-century studies, vol. 2, No.3, 187-205.

Goodman P.S., 1974, "An Examination of Referents Used in the Evaluation of Pay?", Organizational Behavior and Human Performance, vol. 12, No.1, 170-95.

Gramsci A., 1937 (2010), Prison Notebooks, New York, Columbia University Press, 2 032 p.

Guermond Y., Bret B., Brennetot A., "À propos de la justice spatiale", Débat organisé dans la revue Cybergeo, Revue européenne de géographie. http://journals.openedition.org/cybergeo/32128

Gurvitch G., 1973, Morale théorique et science des mœurs, Paris, Alcan, 197 p.

Gurvitch G., 1960, Traité de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1 462 p.

Guzman A.T., 2008, How International Law Works: A Rational Choice Theory, Oxford, Oxford University Press, 272 p.

Habermas J., 1992, De l’Éthique de la discussion. Paris, Éditions du Cerf, 208 p.

Haidt J., 2012, The Righteous Mind: Why Good People are Divided by Politics and Religion, New York, Pantheon Books, 528 p.

Hall E.T., 1966, The Hidden Dimension, New York, Doubleday, 201 p.

Hall P., 1989, The Politic Power of Economics Ideas, Princeton, Princeton University Press, 416 p.

Hall P., Taylor R., 1996, "Political Science and the Three New Institutionalisms", Political Studies, vol. 44, No.5, 936-957.

Hamilton V., Rytina S., 1980, "Social Consensus on Norms of Justice: Should the Punishment Fit the Crime?", American journal of sociology, vol. 85, No.5, 1117-1144.

Harley J.B., 1991, "Can there be a Cartographic Ethics?", Cartographic Perspectives, vol. 10, 9-16.

Harsanyi J., 1977, "Morality and the Theory of Rational Behavior", Social Research, vol. 44, No.4, 623-656.

Harvey D., 1973, Social Justice and the City, Londres, Arnold, 336 p.

Havelberg G., 1990, "Ethics as an Educational Aim in Geography Teaching", Geographic und Schule, vol. 12, 5-15.

Hay I., 1998, "Making Moral Imaginations. Research Ethics, Pedagogy, and Professional Human Geography", Ethics, Place, and Environment, vol. 1, No.1, 55-76.

Hay A.M., 1995, "Concepts of Equity, Fairness and Justice in Geographical Studies", Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 20, No.4, 500-508.

Hechter M., Opp K.D., 2001, Social Norms, New York, Russell Sage Foundation, 450 p.

Hermansson H., 2007, "The Ethics of NIMBY Conflicts", Ethical Theory and Moral Practice, vol. 10, No.1, 23-34.

Heywood A., 1992, Political Ideologies: An Introduction, London, Palgrave, 384 p.

Hitlin S., Vaisey S., 2010, Handbook of The Sociology of Morality, New York, Springer, 595 p.

Hochschild J., 1981, What’s fair? American Beliefs about Distributive Justice, Cambridge, Harvard University Press, 360 p.

Hoffman J., Graham P., 2006, Introduction to Political Ideologies, London, Pearson Education, 560 p.

Hunter S., Leyden K.M. "Explaining Opposition to Hazardous Waste Facilities", Policy Studies Journal, vol. 23, No.4, 601-619.

Hutcheson F., 1728, Essay on the Nature and Conduct of the Passions and Affections and Illustrations upon the Moral Sense, London, Robert and Andrew Foulis editors, 333 p.

Isambert F.A., Ladrière P., Terrenoire J.P., 1976, "Pour une sociologie de l’éthique", Revue française de sociologie, vol. 19, No.3, 323-339.

Jabko N., 2006, Playing the Market: A Political Strategy for Uniting Europe, 1985-2005, Ithaca, Cornell University Press, 206 p.

Jackson P., 1984, "Social Disorganization and Moral Order in the City", Transactions of the Institute of British Geographers vol. 9, No.2, 168-180.

Jacquemain M., 1995, "Représentation de la justice sociale. L’exemple de la Belgique francophone", L’Année Sociologique, vol. 45, No.2, 399-430.

Jobert B., Muller P., 1987, L’État en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses universitaires de France, 242 p.

Kant E., 1785 (2012), Groundwork of the Metaphysic of Morals, Cambridge, Cambridge University Press, 134 p.

Kellerhals J., Languin N., 2000, "Formes du sentiment de responsabilité dans les mentalités contemporaines", Revue française de sociologie, vol. 41, No.2, 307-29.

Kellerhals J., 2003, "Relativisme et sociologie : le cas du sentiment de justice". Revue européenne des sciences sociales, vol. 41, No.126, 137-150.

Kellerhals J., Modak M., Perrenoud D., 1997, Le sentiment de justice dans les relations sociales, Paris, Presses universitaires de France, 128 p.

Kellerhals J., Modak M., Sardi M., 1995, "Justice, sens de la responsabilité et relations sociales", L’Année Sociologique, vol. 45, No.2, 317-349.

Kellerhals J., Modak M., Perrenoud D., 1988, Les figures de l’équité, La construction des normes de justice dans les groupes, Paris, Presses universitaires de France, 225 p.

Kellerhals J., Coenen-Huther J., Modak M., 1986, "Quelques problèmes, méthodes et résultats d’une approche sociologique des normes d’équité", Droit et Société, vol. 4, No.4, 507-529.

Kenreich T.W., 2013, Geography and Social Justice in the Classroom, New York, Routledge, 188 p.

Kobayashi A., Ray B., 2000, "Civil Risk and Landscapes of Marginality in Canada: a Pluralist Approach to Social Justice", Canadian Geographer, vol. 44, No.4, 401-417.

Kobayashi A., 1994, "Coloring the Field: Gender, “Race”, and the Politics of Fieldwork", Professional Geographer, vol. 46, No.1, 73-80.

Kymlicka W., 1990, Contemporary Political Philosophy : An Introduction, Paris, La Découverte.

Lacoste Y., 2008, Géopolitique : La longue histoire d'aujourd'hui, Paris, Larousse, 320 p.

Ladrière P., 2001, Pour une sociologie de l’éthique, Paris, Presses universitaires de France, 464 p.

Lake R.W., 1993, "Planning and Applied Geography: Positivism, Ethics and Geographic Information Systems", Progress in Human Geography, vol. 17, No.3, 404-13.

Lefort I., 2010, "À quel prix la géographie est-elle soluble dans l’éthique ?", Géographie et cultures, vol. 74, No.2, 11-25.

Lemieux C., 2007, "À quoi sert l'analyse des controverses ?", Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle, vol. 25, No.1, 191-212.

Lévy J., Fauchille J.N., Povoas A., 2018, Théorie de la justice spatiale, Géographies du juste et de l’injuste, Paris, Odile Jacob, 352 p.

Lévy-Bruhl L., 1903, La Morale et la Science des Mœurs, Paris, Félix Alcan, 300 p.

Light A., Smith J.M., 1997, Philosophy and Geography I: Space, Place, and Environmental Ethics, Lanham, Rowman and Littlefield Publishers Inc., 248 p.

Livingstone D.L., 1991, "The Moral Discourse of Climate: Historical Considerations on Race, Place and Virtue", Journal of Historical Geography, vol. 17, No.4, 413-434.

Lollino G., Arattano M., Giardino M., Oliveira R., Peppeloni S., 2014, Engineering Geology for Society and Territory - Volume 7 - Education, Professional Ethics and Public Recognition of Engineering Geology, Heidelberg, London, New York, Springer, 274 p.

Lorot P., 1995, Histoire de la Géopolitique. Paris, Économica, 118 p.

Lynn W.S., 1998, Geoethics: Geography, Ethics, and Moral Understanding, Dissertation, Department of Geography, Minneapolis, University of Minnesota.

Mamadouh V., Dijkink G., 2006, "Geopolitics, International Relations and Political Geography: The Politics of Geopolitical Discourse", Geopolitics, vol. 11, No.3, 349-366.

Martineau H., 1838, How to Observe Morals and Manners, London, Charles Knight & Co., 256 p.

Martínez-Frías J., Gonzáles J., Pull-Pérez F., 2011, "Geoethics and Deontology: From Fundamentals to applications in Planetary Protection", Episodes, vol. 34, No.4, 257-262.

Marx K., Engels F., 1970 (1845), L’Idéologie allemande, Paris : Les Éditions sociales, 155 p.

Matteucci R., Gosso G., Peppeloni S., Piacente S., Wasowski J., 2012, "A Hippocratic Oath for geologists?", Annals of Geophysics, vol. 55, No.3, 365-369.

Meadwell H., 2002, "La théorie du choix rationnel et ses critiques", Sociologie et sociétés, vol. 34, No.1, 117-124.

Merchiers J., 2004, "Y a-t-il des dispositions morales", L’Année sociologique, vol. 54, No.2, 455-481.

Meyer J.W., Rowan B., 1977, "Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony", The American Journal of Sociology, vol. 83, No.2, 340-363.

Mitchell B., Draper D., 1982, Relevance and ethics in geography, Londres, Addison-Wesley Longman, 236 p.

Monmonier M., 1991, "Ethics and Map Design. Six Strategies for Confronting the Traditional One-Map Solution", Cartographic Perspectives, vol. 10, 3-8.

Moore B., 1978, Injustice. The Social Bases of Obedience and Revolt, Londres, MacMillan Press, 540 p.

Murphy A.B., 2015, "Regimes of Territorial Legitimation in a Fast-Changing World: Why they Matter and How they Change", Nordia Geographical Publications, vol. 44, No.4, 5-11.

Murphy A.B., 2005, "Territorial Ideology and International Conflict", in: Flint C. (dir.) The Geography of War and Peace, Oxford, Oxford University Press, 280-296.

Murphy A.B., 1990, "Historical Justifications for Territorial Claims", Annals of the Association of American Geographers, vol. 80, No.4, 531-548.

Ó Tuathail G., Dalby S., Routledge P., 1998, A Geopolitics Reader, London, Routledge, 342 p.

Ó Tuathail G., 1996, Critical geopolitics: the politics of writing global space, London, Routledge, 328 p.

Olson E., 2016, "Geography and ethics II. Emotions and morality", Progress in Human Geography, vol. 40, No.6, 830-838.

Olson E., 2015, "Geography and ethics I, Waiting and urgency", Progress in Human Geography, vol. 39, 517-526.

Ossowska M., 1970, Moral norms: a tentative systematization, Warsaw, Polish Scientific Publication, 264 p.

Ossowska M., 1963 (trad. 1971): Social Determinants of Moral Ideas, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 190 p.

Ozouf-Marignier M.V., 1989, La formation des départements : la représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 365 p.

Paasi A., 2007, "Boundaries as social processes: Territoriality in the world of flows", Geopolitics, vol. 3, No.1, 69-88.

Penrose J., 2003, "Nations, states and homelands: territory and territoriality in nationalist thought", Nations and Nationalism, vol. 8, No.3, 277-297.

Peppeloni S., Di Capua G., 2017, "Geoethics: ethical, social and cultural implications in geosciences", Annals of Geophysics, vol. 60, No.7, 1-8.

Peppeloni S., Di Capua G., 2012, "Geoethics and Geological Culture. Reflections from the Geoitalia Conference 2011", Annals of Geophysics, vol. 55, No.3, 335-341.

Piaget J., 1932, The Moral Judgment of the Child, London, Kegan Paul, Trench, Trubner and Co., 418 p.

Popke J., 2009, "Geography and Ethics: Non-Representational Encounters, Collective Responsibility and Economic Difference", Progress in Human Geography, vol. 33, No.1, 81-90.

Popke J., 2007, "Geography and Ethics: Spaces of Cosmopolitan Responsibility", Progress in Human Geography, vol. 31, No.4, 509-518.

Popke J., 2003, "Poststructuralist Ethics: Subjectivity, Responsibility and the Space of Community", Progress in Human Geography, vol. 27, No.3, 298-316.

Proctor J.D., Smith D.M., 1999, Geography and Ethics: Journeys in a Moral Terrain, London, Routledge, 320 p.

Proctor J.D., 1998, "Ethics in geography: giving moral form to the geographical imagination", Area, vol. 30, No.1, 8-18.

Pumain D., 2009, "Géoadvertainment et géoéthique", Cybergeo : European Journal of Geography.

Racine J.B., 2010, "Géographie, éthique et valeurs", Géographie et cultures, vol. 74, No.2, 27-42.

Reynolds D.R., Shelley F.M., 1985, "Procedural Justice and Local Democracy", Political Geography Quarterly, vol. 4, No.4, 267-288.

Robinson R.V., Bell W., 1978, "Equality, Success and Social Justice in England and the United States", American Sociological Review, vol. 43, No.2, 125-143.

Rosière S., 2003, Géographie politique et géopolitique. Paris, Ellipses, 432 p.

Sabatier P., 1997, "The Advocacy Coalition Framework: Revisions and Relevance for Europe", Journal of European Public Policy, vol. 5, No.1, 98-130.

Sabbagh C., Schmitt M., 2016, Handbook of Social Justice, Theory and Research, New York, Springer, 504 p.

Sack R., 1997, Homo Geographicus: A Framework for Action, Awareness, and Moral Concern, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 292 p.

Sayer A., Storper M., 1997, "Guest editorial essay. Ethics unbound: For a normative turn in social theory", Environment and Planning D: Society and Space, vol. 15, No.1, 1-17.

Selznick P., 1969, Law, society, and industrial justice, New York, Russell Sage Foundation, 282 p.

Sen A., 2002, Rationality and Freedom, Cambridge, MA, Belknap Press, 736 p.

Shapiro M.J., 1994, "Moral geographies and the ethics of post-sovereignty", Public Culture, vol. 6, No.3, 479-502.

Sharp J.P., 1996, "Hegemony, Popular Culture and Geopolitics: The Reader’s Digest and the Construction of Danger", Political Geography, vol. 15, No.6-7, 557-570.

Shelpelak N.J., Alwin D.F., 1986, "Beliefs about Inequality and Perceptions of Distributive Justice? ", American Sociological Review, vol. 51, No.1, 30-46.

Skornicki A., Tournadre J., 2015, La nouvelle histoire des idées politiques. Paris, La Découverte, 128 p.

Slater D., 1997, "Spatialities of power and postmodern ethics. Rethinking geopolitical encounters", Environment and Planning D: Society and Space, vol. 15, No.1, 55-72.

Smith A., 1759 (2010), The Theory of Moral Sentiments, London, Penguin Classics, 544 p.

Smith D.M., 2001, "Progress reports, Geography and Ethics: Progress, or More of the Same?", Progress in Human Geography, vol. 25, No.2, 261-268.

Smith D.M., 2000a, Moral Geographies: Ethics in a World of Difference, Edinburgh, Edinburgh University Press, 244 p.

Smith D.M., 2000b, "Moral Progress in Human Geography: Transcending the Place of Good Fortune", Progress in Human Geography, vol. 24, No.1, 1-18.

Smith D.M., 1997b, "Geography and Ethics: a Moral Turn", Progress in Human Geography, vol. 21, No.4, 583-590.

Smith D.M., 1994, Geography and Social Justice, Oxford, Blackwell, 325 p.

Soja E., 2010, Seeking Spatial Justice, Minneapolis, University of Minnesota Press, 256 p.

Taylor P.J., Johnston R., 1979, Geography of Elections, New York, Routledge, 530 p.

Terrenoire J.P., 1991, "Sociologie de l’éthique professionnelle. Contributions à la réflexion théorique", Sociétés contemporaines, vol. 3, No.7, 7-33.

Terrenoire J.P., 1979, "Approche théorique du champ éthique", L’année sociologique, vol. 30, No.7, 57-75.

Tocqueville A. de, 1856, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, M. Levy, 493 p.

Tuan Y.F., 1989, Morality and Imagination: Paradoxes of Progress, Madison, University of Wisconsin Press, 222 p.

Tuan Y.F., 1986, The Good Life, Madison, University of Wisconsin Press, 200 p.

Valentine G., 2005, "Geography and Ethics: Moral Geographies? Ethical Commitment in Research and Teaching", Progress in Human Geography, vol. 29, No.4, 483-487.

Valentine G., 2003, "Geography and ethics: in pursuit of social justice ethics and emotions in geographies of health and disability research", Progress in Human Geography, vol. 27, No.3, 375-380.

Van Dijk T.A., 2006, "Ideology and Discourse Analysis", Journal of Political Ideologies, vol. 11, No.2, 115-40.

Van Dijk T.A., 1993, "Principal of Critical Discourse Analysis", Discourse & Society, vol. 4, No.2, 249-283.

Varet J., 2008, "Pour une vision géologique et géoéthique du développement durable", Pour, vol. 198, No.3, 18-22.

Verplaeste J., De Schrijver S., Vanneste S., Braeckman J., 2009, The Moral Brain: Essays on the Evolutionary and Neuroscientific Aspects of Morality, Dordrecht, Springer, 275 p.

Vincent A., 1992, Modern Political Ideologies, Oxford, Blackwell, 310 p.

Walzer M., 1983, Spheres of Justice: A Defense of Pluralism and Equality, New York, Basic Books, 345 p.

Weber, M., 1921 (1971), Économie et Société, Paris, Plon, 410 p.

Weber, M., 1905 (1964), L’Éthique protestante ou l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 285 p.

Weingast B., 1995, "The Economic Role of Political Institutions: Market-Preserving Federalism and Economic Development", Journal of Law, Economics, and Organization, vol. 11, No.1, 1-31.

Winchester H.P.M., 1996, "Ethical issues in interviewing as a research method in human geography", Australian Geographer, vol. 27, No.1, 117-131.

Wright J., 2009, "Justice and the Geographies of Moral Protest: Reflections from Mexico", Environment and Planning D: Society and Space, vol. 27, No.2, 216-233.

Wright R., 1995, The Moral Animal: Why We Are, the Way We Are: The New Science of Evolutionary Psychology, New York, Vintage Books, 496 p.

Wyss M., Peppeloni S., 2015, Geoethics, Ethical Challenges and Case Studies in Earth Sciences, Amsterdam, Oxford, New York, Elsevier, 450 p.

Xenitidou M., Edmonds B., 2014, The Complexity of Social Norms, New York, Springer, 205 p.

Young I.M., 1990, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 304 p.

Zajek O., 2016, Introduction à l'analyse géopolitique : Histoire, outils, méthodes, Paris, Éditions du Rocher, 272 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Cadre d’analyse des normes géoéthiques
Crédits Réalisation : A. Brennetot, juillet 2017.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/35653/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Brennetot, « Géoéthique professionnelle, géoéthique prescriptive et géoéthique analytique. Pour une approche constructiviste de la dimension éthique de l’espace des sociétés », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 959, mis en ligne le 05 novembre 2020, consulté le 06 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/35653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.35653

Haut de page

Auteur

Arnaud Brennetot

Université de Rouen Normandie, UMR CNRS 6266 IDEES, France
Professeur de géographie. arnaud.brennetot@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search