Skip to navigation – Site map

HomeScientific LifeEditorialsScience ouverte et traduction

Full text

1Cybergeo se mobilise depuis sa création en 1996 dans le mouvement mondial de la Science Ouverte, qui ne portait pas encore son nom. La revue n'a cessé d'œuvrer pour l'internationalisation, à travers ses comités d'experts, la publication dans toutes les langues européennes et le choix d'une technologie interopérable qui facilite une diffusion dans les moteurs de recherche scientifiques mondiaux. Elle utilise aussi des applications en accès ouvert qu'elle a fait évoluer, en partenariat avec OpenEdition, avec Lodel pour la partie publication et avec le Public Knowledge Project (PKP) au Canada, avec OJS pour la partie soumissions.

  • 1 Kosmopoulos C., "L'accès ouvert, un espoir qui donne le vertige…" Cybergeo Conversation, 15/04/2019 (...)

2Les rubriques Geopenmod (2014) et Data Papers (2017) participent de cet ancrage de la revue dans ce projet humaniste, tout en répondant aux exigences de reproductibilité des avancées scientifiques. Les orientations récentes émises par l'Union européenne (Horizon 2020) et la France dans le Plan National de la Science Ouverte en 2018 s'appuient sur les réalisations pionnières en matière d'accès ouvert dont Cybergeo fait partie. En effet, Cybergeo apporte la preuve que la Science Ouverte est possible et viable, en dépit des tentatives des activités opportunistes et hautement lucratives qui sont en train de s'emparer de ce nouveau modèle1. L'accès ouvert authentique que nous défendons doit être sans coût pour le lecteur, sans coût pour l'auteur.

  • 2 Participants Cybergeo : Natacha Aveline, Colette Cauvin, Alvin Harberts, Denise Pumain, Liubing Xie
  • 3 "Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation" en France.

3Depuis plus de vingt ans Cybergeo a su relever les défis de l'anticipation par conviction dans son modèle éditorial et grâce à l'implication des membres des comités de la revue pour le défendre. C'est forts de cette dynamique collective que nous avons souhaité approfondir en 2020 l'espace des traductions scientifiques. Le projet CybergeoNet a été lancé pour développer et partager avec d’autres revues en accès ouvert, à petits budgets, une méthode de traduction à moindre coût, innovante et efficace. Plusieurs membres et traducteurs de Cybergeo, ainsi que deux revues (Via Tourism et Brussels Studies), une encyclopédie (Hypergeo) et des partenaires institutionnels2 se sont concertés pour répondre à l'appel à projets lancé par le comité pour le suivi sur l'édition scientifique en SHS (MESRI3).

4Cette collaboration a permis de partager les difficultés des traductions entre le français, l'anglais, l'espagnol et le chinois. Des outils de traduction automatique ont été testés. Nous avons élaboré un guide de bonnes pratiques pour la rédaction et la traduction à l'adresse des équipes éditoriales et des auteurs de toutes les revues qui souhaiteront s'en emparer. Plusieurs index plurilingues ont été construits pour accompagner le protocole éditorial. Les coûts de traduction, trop onéreux pour des revues comme les nôtres, peuvent être réduits grâce à ces compétences partagées.

5La réussite de la Science Ouverte dépendra de notre capacité à écrire, à publier et à diffuser dans plusieurs langues. Plus que jamais donc, nous devons innover et partager. Nous pouvons nous réjouir que le Comité national de la science ouverte en France se soit saisi le mois dernier de cette question en créant un groupe de travail dont les objectifs sont en totale concordance avec ceux de CybergeoNet !

Top of page

Notes

1 Kosmopoulos C., "L'accès ouvert, un espoir qui donne le vertige…" Cybergeo Conversation, 15/04/2019 : https://cybergeo.hypotheses.org/462

2 Participants Cybergeo : Natacha Aveline, Colette Cauvin, Alvin Harberts, Denise Pumain, Liubing Xie.

Partenaires institutionnels : Université de Paris 1 Sorbonne (Maria Gravari-Barbas), Université de Santiago (Francisco Maturana), Université de Rouen (Bernard Elissalde), Université de Mendoza (Gloria Zamorano), Université libre de Bruxelles (Benjamin Wayens), Université Saint-Louis - Bruxelles (Margaux Hardy), Union Géographique Internationale (Nathalie Lemarchand).

Revues participantes : Brussels Studies, Via.Tourism Review, Hypergeo.

3 "Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation" en France.

Top of page

References

Electronic reference

Christine Kosmopoulos, « Science ouverte et traduction », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Editorials, Online since 24 November 2020, connection on 04 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/35768

Top of page

About the author

Christine Kosmopoulos

Ingénieure de recherche
CNRS-UMR 8504 Géographie-cités, Paris, France
cybergeo@parisgeo.cnrs.fr

By this author

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search