Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2021Pierre Beckouche, 2019, Les Nouve...

2021

Pierre Beckouche, 2019, Les Nouveaux Territoires du Numérique. L'univers du digital du sur-mesure de masse. Éditions Sciences Humaines, 163 p.

Victor Santoni

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Pierre Beckouche défend l’idée selon laquelle le tournant digital est une révolution globale qui va plus loin qu’une simple évolution technologique. L’auteur reprend la définition de la révolution digitale proposée par Pierre Giorgini, d’un système qui intègre à la fois l’accompagnement numérique, le déploiement généralisé des capteurs, la circulation unifiée des données numériques, les capacités de stockage, de collecte et de traitement big data, et la multiplication des applications numériques.

2Il construit sa démonstration autour de quatre axes thématiques qui constituent autant de chapitres : les axes technologique, économique, sociétal et anthropologique, tout en menant une réflexion sur les effets territoriaux de cette révolution. P. Beckouche considère que cette révolution doit être abordée par les géographes parce qu’elle génère des informations géographiques grâce à la géolocalisation, ainsi qu’un bouleversement des échelles dans la cartographie des individus. Ce bouleversement est provoqué à la fois par le traitement du big data, qui agit comme un télescope pour analyser des jeux de données gigantesques, et les algorithmes, qui agissent comme un microscope parce qu’ils permettent de descendre à la granularité de l’individu.

3L’enjeu de l’ouvrage est double. Il s’agit de faire prendre conscience des changements apportés par le tournant digital tout en montrant que l’approche par la géographie est pertinente parce qu’elle permet d’analyser ces changements de manière transversale. En conséquence, chaque chapitre de l’ouvrage est séparé entre une première sous-partie qui présente une thématique du tournant digital et une deuxième sous-partie qui présente l’application concrète de cette thématique à un territoire.

4Par exemple, la première partie de l’ouvrage présente le tournant digital comme une révolution technologique centrée autour de l’explosion de la donnée et du déploiement de capteurs. Les conséquences de l’utilisation de cette explosion de données dans les territoires se retrouvent dans des appellations dites smart, telles que les smart cities, le smart control ou encore la smart participation.

5Le second chapitre présente le tournant digital comme un nouveau paradigme économique, accessible facilement à un faible coût et centré sur l’usage plutôt que sur l’acquisition. L’impact sur les territoires se fait ressentir au travers de logiques de disparition ou d’adaptation des entreprises locales et de transformations des espaces de travails.

6Le tournant digital comme une révolution sociétale (chapitre 3) refermerait la parenthèse de l’idéologie propriétaire avec l’avènement de l’open source, du C2C (customer to customer / client vers client), du P2P (peer to peer / individu à individu) et même du G2C (government to peer / Gouvernement à individu). Par conséquent, les territoires sont soumis à une logique de développement des circuits courts qui deviennent parfois low-cost quand la multitude d’offre fait baisser les prix et qui s’opposerait à une prédominance au contrôle des flux d’Internet par les États-Unis.

7Enfin, l’auteur présente le tournant digital comme une révolution anthropologique qui induirait un nouveau rapport entre l’homme et la société, les États et les GAFAM, et l’individu envers lui-même (chapitre 4). Contrairement au propos global de l’ouvrage, l’illustration par les territoires y est utilisée plutôt comme une piste de réflexion que sous la forme d’une démonstration. L’auteur y développe le changement du rapport à l’espace, l’idée que les territoires sont des acteurs collectifs qui pourraient contrebalancer les révolutions discutées dans le livre. L’auteur conclut sur l’exemple de la transition difficile du cas français en décrivant trois handicaps : la faible orientation vers la création d’entreprise, une innovation trop dépendante de grandes branches industrielles gaullienne et une forte tradition administrative.

8Au-delà de la séparation thématique induite par les quatre chapitres du livre, Pierre Beckouche utilise les territoires pour faire des comparaisons territoriales économiques (« pays du nord » comparé aux « pays du sud ») et multiscalaires (local opposé au national opposé au mondial). La comparaison « nord » / « sud » est plutôt contrastée, surtout dans les deux premiers chapitres. L’auteur explique que la fracture numérique « nord » / « sud » aurait été dépassée grâce à une ubiquité de la capture d’information, une meilleure diffusion de l’accès aux ressources et un lissage des métiers du numérique. La fracture numérique reste pertinente pour les « municipalités les plus riches », qui deviendraient smart avant les autres et pour la diffusion du très haut débit dans le monde. La comparaison local / national / mondial fonctionne bien pour évoquer les enjeux de pouvoir entre, par exemple la CNIL, les GAFAM et les transformations des comportements économiques et sociétaux du local.

9La question de la transformation du travail dans le tournant digital est aussi développée par P. Beckouche comme élément transversal. Il explique que le tournant digital modifie l’emploi au niveau local parce qu’il favoriserait les circuits courts et même low-cost en plus de modifier la relation avec le voisin qui passe du statut de concurrent à celui de partenaire. La modification du local s’accompagne d’un contexte global dans l’évolution des nouveaux métiers du numérique qui entraînerait la fin des tâches routinière grâce à l’automatisation fournies par les NTIC.

10Le tournant digital apporterait aussi une modification de la structure du travail. D’une part, l’essor du télétravail et la réorganisation des espaces modifient les conditions de travail. D’autre part, la généralisation de l’économie d’usage projette la société de service dans le numérique en dessinant une économie qui relierait des plus en plus les particuliers avec d’autres particuliers.

11Pierre Beckouche conclut en expliquant en quoi le tournant digital serait en réalité un « totalitarisme digital ». Dans ce cadre, le numérique est présenté comme d’un méta-théâtre où vont se jouer tous les enjeux, conflits et compromis des sociétés humaines sans retour en arrière possible. Néanmoins, l’auteur propose une porte de sortie, qui en fait aussi l’originalité de l’ouvrage, en positionnant l’approche par les territoires comme un possible frein au « totalitarisme digital ». L’approche par les territoires soulève les frictions entre la matérialité territoriale lente et l’instantané du digital et met en avant la capacité des territoires à « faire société » alors que les communautés digitales ne le permettent pas parce que les individus ne s’engagent pas dans la durée et/ou dans un périmètre limité. Ces arguments concernent néanmoins plutôt les territoires locaux que les territoires globaux.

12L’auteur s’appuie sur les travaux de Pierre Giorgini, Dominique Cardon, Éric Sadin, Gille Babinet, Boris Beaude ou encore Evgeny Morozov pour expliquer l’impact du numérique sur les territoires et argumenter la révolution digitale. Néanmoins, il ne fait pas référence à certains auteurs qui travaillent pourtant sur des sujets similaires. Les travaux d’Amaël Cataruzza dans Géopolitique des données numériques, sur la gouvernance d’Internet et sur la cyberguerre aurait pu permettre d’approfondir la relation entre les États et GAFAM. Par exemple, la relation de transgresseur-transgressé tend à s’inverser lorsque ce sont les États qui ont recours à des hackeurs et les GAFAM qui cherchent à défendre la stabilité du web et donc à faire respecter les règles. Les travaux de James Ash, Rob Kitchin et Agnieszka Leszczynski sur les relations entre géographie et numérique auraient pu venir compléter l’approche par les territoires défendue dans l’ouvrage. Par exemple, le rôle des applications cartographiques basées sur de l’information géographique volontaire par rapport à la régulation et l’augmentation de l’espace, défendu dans la notion de géographie produite par le numérique, aurait pu contrebalancer les exemples de technologie de réalité augmentés produites par les GAFAM dans le chapitre sur la révolution anthropologique. L’approche de Rob Kitchin et de Martin Dodge dans code/space sur le rôle des logiciels dans la création d’espace et leurs arguments pour expliquer que cette approche n’est pas déterministe, essentielle ou universelle aurait pu permettre d’enrichir la conclusion de l’auteur sur le totalitarisme digital.

13L’ouvrage s’appuie sur des références scientifiques et suppose que le lecteur soit familiarisé avec le sujet. Néanmoins, l’auteur n’hésite pas à mobiliser des articles de presses, des rapports gouvernementaux, des rapports professionnels et des comptes rendus de Think Tank pour justifier les chiffres et appuyer son argumentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Santoni, « Pierre Beckouche, 2019, Les Nouveaux Territoires du Numérique. L'univers du digital du sur-mesure de masse. Éditions Sciences Humaines, 163 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 janvier 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/35920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.35920

Haut de page

Auteur

Victor Santoni

CY Cergy Paris Université, France
Laboratoire MRTE
Doctorant
victor.santoni@cyu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search