Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2021Les divisions socioprofessionnell...

2021
975

Les divisions socioprofessionnelles en mouvement d’une métropole attractive. Le cas de l’aire urbaine de Nantes (1975-2015)

The changing social segregation of an attractive metropolitan area. The case of the Nantes urban region (1975-2015)
Cambios en la segregación social de una metrópolis dinámica. El caso del área urbana de Nantes (1975-2015)
Jean Rivière, François Madoré, Christophe Batardy, Isabelle Garat et Nicolas Raimbault

Résumés

Dans le champ des études urbaines, les travaux quantitatifs portant sur la mesure des ségrégations sociales ou des divisions sociales de l’espace sont souvent centrés sur le cas parisien et marqués par une faible profondeur historique, du fait en particulier des difficultés méthodologiques inhérentes à une telle approche. Cet article présente ici une analyse diachronique des divisions socioprofessionnelles de l’aire urbaine de Nantes sur quarante ans (1975-2015). L’approche méthodologique proposée est résolument quantitative et croise les apports d’outils et de traitements souvent mis en œuvre séparément. La première partie s’appuie sur les indices de ségrégation et de dissimilarité pour mesurer l’évolution de la ségrégation entre groupes socioprofessionnels, et montre la baisse de ces indices depuis les années 1970. La seconde partie mobilise une combinaison de techniques statistiques multivariées (Analyse en Composantes Principales, Classification Ascendante Hiérarchique, Analyse des séquences) pour proposer une typologie cartographique des formes successives des divisions socioprofessionnelles de l’espace. Ces analyses permettent notamment de documenter les dynamiques d’embourgeoisement et de gentrification qui affectent certains secteurs centraux de l’espace métropolitain nantais, tout en soulignant les situations de mixité socioprofessionnelle relatives qui prévalent dans la majorité des quartiers et communes de l’aire urbaine. Dans un contexte où les "fractures géographiques" des mondes urbains sont souvent évoquées, sans être pour autant établies empiriquement, cet article propose une objectivation quantitative de certaines questions au cœur du débat public français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La ségrégation est depuis longtemps étudiée en géographie et en sociologie (Brun, Rhein, 1994), plus précisément depuis les travaux d’écologie urbaine initiés par les fondateurs de l’École de Chicago (Burgess, McKenzie, Park et Wirth), au cours des années 1920 (Grafmeyer, Joseph, 1990). En France, les travaux précurseurs sont initiés au milieu du XXe siècle, avec l’étude de George (1950) et de Chombart de Lauwe (1951) sur Paris, puis celle de Roncayolo sur Marseille (1952). Néanmoins, il faut attendre la décennie 1980 pour voir se constituer véritablement un champ d’études portant sur la division sociale de l’espace urbain des villes françaises. L’apport décisif a été la diffusion des techniques à l’origine de l’écologie urbaine factorielle, représentatives de la "nouvelle géographie" quantitativiste d’inspiration anglo-américaine, ce qui permis de mieux connaître les formes de division sociale des villes et d’élaborer des typologies socio-spatiales. Ce champ des études urbaines puise également une partie de ses référents dans le courant de la sociologie urbaine marxiste des années 1960 et 1970, mais de façon plus discrète (Boyer et al., 1983), probablement du fait du reflux de cette sociologie (Topalov, 2013), au moment même où se construit ce champ de recherche autour de la ségrégation sociale.

  • 1 Les travaux analysant les transformations des mondes périurbains parus dans les années 2000 et ceux (...)
  • 2 Cette faible épaisseur historique des travaux portant sur la ségrégation s’observe également dans d (...)

2Les recherches produites dans ce champ étant relativement bien connues en géographie, l’état de l’art proposé ici se concentre sur la manière dont elles prennent en compte la mesure du changement social localisé. La plupart d’entre-elles présentent en effet l’inconvénient d’offrir une image parfois figée dans le temps des divisions sociales de l’espace et de leurs formes1. La dimension diachronique y est rarement prise en compte sur plus d’une ou deux périodes intercensitaires, alors que paradoxalement "l’accentuation de la ségrégation, aussi bien sociale qu’ethno-raciale, semble une évidence partagée", bien que "l’examen attentif des ouvrages de sciences sociales qui développent cette thèse montre l’absence quasi totale de validation empirique de cette certitude" (Préteceille, 2006, p.69)2. Les travaux intégrant de manière conséquente cette dimension diachronique de la ségrégation sont relativement rares et mobilisent globalement deux types de données.

  • 3 Clerval a pu disposer de la structure sociale des IRIS parisiens intra-muros sur la période 1982-19 (...)

3Comme la grande majorité des travaux portant sur la ségrégation en France (Madoré, 2005), le premier ensemble d’études continue à prendre appui sur la nomenclature socioprofessionnelle de l’INSEE. Il privilégie une approche comparative soit d’un ensemble d’unités urbaines, qu’il s’agisse des 55 comptant plus de 100 000 habitants en 2015 (Botton, 2020) ou des vingt plus grandes en 1990 (Lajoie, 1998), soit d’un groupe d’aires urbaines, comme les huit plus grandes (Schwabe, 2007), les 78 comptant plus de 100 000 habitants (Rivière, 2008) ou les dix-huit plus grandes aires (Dasre, 2012). Parallèlement, d’autres études proposent une lecture diachronique des disparités socio-spatiales à l’échelle d’une seule aire ou agglomération urbaine, certaines d’entre elles portant sur la métropole parisienne (Préteceille, 2006, 2018 ; Clerval, 20133 ; Clerval, Delage, 2014, 2019), une autre sur Nantes (Madoré, 2013). Quant aux échelles temporelles privilégiées par ces différentes études, elles sont variables mais s’étendent le plus souvent sur deux périodes intercensitaires, soit deux décennies, voire exceptionnellement sur 25 ans (Botton, 2020).

4La deuxième série de travaux mobilise des données fiscales ou notariales, devenues progressivement disponibles au cours des années 2000. La dimension temporelle y est généralement plus limitée (de l’ordre de la décennie ou un peu plus) que dans les études fondées sur la nomenclature socioprofessionnelle. Quelques rares recherches appréhendent ainsi les transformations de l’inscription spatiale des divisions sociales au prisme d’une analyse des dynamiques des marchés immobiliers, en s’appuyant sur les bases notariales qui recensent les transactions immobilières (base BIEN en Île-de-France et Perval en province), que ce soit sur Paris intra-muros entre 1990 et 2003 (Guérois, Le Goix, 2009), sur la Seine-Saint-Denis entre 1996 et 2005 (Desponds, Bergel, 2013) ou encore sur Paris et Marseille entre 1996 et 2006 (Boulay et al., 2011). D’autres, également peu nombreuses, proposent une lecture évolutive au prisme de l’analyse des revenus des ménages (base Filocom), avec des travaux portant là aussi sur l’Île-de France entre 1990 et 2007 (Fleury et al., 2012) ou entre 1999 et 2011 (Ribardière, 2016, 2019).

5Il est donc scientifiquement comme socialement utile de contribuer à pallier cet angle mort de la littérature relatif aux dynamiques temporelles de la division sociale des villes françaises, en tentant de réduire la contradiction entre des discours (politiques) qui semblent tenir pour acquis une augmentation inéluctable de la ségrégation d’un côté, et l’absence de validation (scientifique) de cet aphorisme de l’autre. Alors qu’à quelques exceptions près, la plupart des travaux français portent sur l’espace parisien ou francilien, c’est à cette entreprise que s’attèle cet article, en proposant une analyse diachronique de la division sociale de l’aire urbaine de Nantes sur un pas de temps de quarante ans, inédit à ce jour en France. Construire une base de données autorisant une telle analyse oblige les chercheurs à privilégier une approche centrée sur un seul cas urbain, et ce pour au moins deux raisons.

  • 4 C’est pourquoi l’expression de division socioprofessionnelle de l’espace est utilisée ensuite dans (...)

6D’une part, l’investissement dans la construction d’une telle base est très important (annexe 1). Les données choisies pour étudier la division sociale de l’espace dans cet article sont relatives aux catégories socioprofessionnelles des actifs4, car cette nomenclature présente l’intérêt de condenser plusieurs dimensions de la position occupée dans le monde du travail (statut, qualification, degré d’autonomie dans les hiérarchies internes) et des rapports sociaux qui en découlent, jouant notamment "un rôle majeur dans la définition de leurs possibilités, ressources et contraintes de localisation résidentielle" (Préteceille, 2006, p.72). Le choix de cette variable est également animé par la volonté de faciliter la comparaison des résultats avec ceux des travaux antérieurs du champ qui s’appuient sur cette variable (Madoré, 2005), et en raison de la relative stabilité de cette nomenclature sur la période étudiée. D’autre part et plus fondamentalement, l’analyse des divisions sociales de l’espace métropolitain prend tout son sens dans un contexte donné, en étant articulée à d’autres dimensions de la géographie métropolitaine (système économique et productif, marchés immobiliers, aménités environnementales, etc.). Il est d’autant plus nécessaire de présenter les caractéristiques du contexte urbain étudié dès cette introduction.

  • 5 Cet article ayant été écrit avant la révision de la nomenclature INSEE, l’analyse empirique y est c (...)

7Huitième aire urbaine française avec un peu moins d’un million d’habitants en 2017, Nantes s’inscrit dans le haut de la hiérarchie urbaine nationale, et fait à ce titre partie des treize grandes aires urbaines distinguées par le nouveau zonage de "l’aire d’attraction des villes" proposé par l’INSEE fin 2020 (de Bellefon et al., 2020)5. Elle a notamment connu une très forte croissance à partir des années 1990, au point d’être considérée comme le "nouvel Eden de l’Ouest" (Garat et al., 2005), ce qui n’a pas toujours été le cas. Pour en rendre compte, il faut replacer les caractéristiques de la structure socioprofessionnelle nantaise au regard des changements structurels survenus depuis le milieu des années 1970 (figure 1), le recensement de 1975 correspondant au début d’un nouveau cycle économique et social qui s’ancre dans la société française. Au milieu des années 1970, l’aire urbaine nantaise est en effet marquée par des surreprésentations des groupes socioprofessionnels "agriculteurs exploitants" et "artisans, commerçants et chefs d’entreprises" (en raison du poids spécifique des activités agricoles dans la France de l’Ouest) mais surtout du groupe "ouvriers" (en raison de la relation historique entre urbanisation et industrialisation), ces derniers constituant alors de loin le premier groupe socioprofessionnel, avec près de 40 % des actifs.

Figure 1 : Les profils socioprofessionnels de la ville-centre de Nantes et de son aire urbaine à l’épreuve des tendances nationales (en % des actifs)

Figure 1 : Les profils socioprofessionnels de la ville-centre de Nantes et de son aire urbaine à l’épreuve des tendances nationales (en % des actifs)

J. Rivière, S. Charrier, 2021

  • 6 La place occupée par les cadres dans les hiérarchies sociales et symboliques a toutefois évolué au (...)
  • 7 Comme c’est déjà le cas sur les seuls actifs occupés, du fait du taux de chômage plus faible des ca (...)

8Dès le début des années 1980, cette double spécificité s’estompe, avec d’un côté la part des indépendants qui est presque divisée de moitié (la deuxième révolution agricole autour du couple mécanisation/motorisation provoque un effondrement du nombre des exploitations), et de l’autre côté une très forte baisse de la proportion d’ouvriers, l’aire urbaine nantaise se rapprochant alors de la trajectoire nationale de désindustrialisation. Ces deux phénomènes (en particulier la libération de main d’œuvre féminine faiblement qualifiée, liée à la disparition de nombreuses exploitations agricoles) nourrissent conjointement la forte hausse du groupe des employés, qui devient, dès 1982, le premier de l’aire urbaine nantaise. À partir de 1990, la proportion des ouvriers y baisse plus vite que la moyenne française, même s’ils se maintiennent relativement bien dans la ville-centre, où sont situés les grands ensembles (Garat, 2014). Dans le même temps, la surreprésentation des employés décline doucement jusqu’aux années 2010, entérinant le processus d’affaiblissement des classes populaires à travers une double substitution symbolique : les professions intermédiaires deviennent le premier groupe socioprofessionnel de l’aire urbaine en dépassant les employés, tandis que les cadres et professions intellectuelles supérieures sont désormais plus nombreux que les ouvriers6. La ville-centre de Nantes accuse encore ces tendances à la concentration des classes moyennes et supérieures au cœur des métropoles, avec une dynamique de croissance des cadres très forte (+ 8 points entre 1999 et 2015), au point que ce groupe est en passe de rattraper celui des professions intermédiaires parmi les actifs7. Exemplaire des mutations socioprofessionnelles qui traversent les mondes urbains français, l’analyse du cas nantais permet donc de s’inscrire dans les débats du champ des études urbaines sur les formes des divisions socioprofessionnelles de l’espace d’une métropole passant de l’ère fordiste à la phase post-fordiste. Ce passage, parfois résumé localement par la formule "des métallos aux cadres métropolitains" (Masson et al., 2013, p.8), découle des mutations de l’appareil productif local et des nouvelles spécialisations économiques de la ville (Cabane, 1990 ; Garat et al., 2005).

9Nantes collectionne aujourd’hui les distinctions européennes ("capitale verte de l’Europe" en 2013, "capitale européenne de l’innovation" en 2019), accumulées comme autant de titres de capital symbolique suivant une stratégie de distinction urbaine (Epstein, 2021). Cette image de métropole désirable, en tête des classements de la presse magazine, a été ainsi construite dans le cadre de politiques publiques, accordant une place centrale aux enjeux d’attractivité et de développement économique, impulsées par des élus municipaux utilisant un répertoire d’action désormais standardisé : "reconquête et patrimonialisation des centres-villes (à l’aide notamment du “tramway urbaniste”), aménagement des waterfronts, quartiers “créatifs”, grands équipements de prestige, festivalisation de l’action culturelle des villes" (Pinson, 2014). En cela, le cas nantais est emblématique de politiques d’aménagement conduites dans les métropoles du haut de la hiérarchie urbaine française. Mais les transformations de la Sociologie de Nantes (Masson et al., 2013), induites par ces aménagements et les dynamiques économiques, ne peuvent être pensées indépendamment des transformations du reste de son aire urbaine, d’où le périmètre d’analyse retenu qui interroge les effets socioprofessionnels des politiques d’attractivité (Madoré et al., 2019).

10Le propos y est organisé en deux parties qui mobilisent deux familles de méthodes quantitatives rarement mises en œuvre conjointement dans un même article. Le premier moment s’appuie sur les indices de ségrégation et de dissimilarité pour mesurer l’évolution de la ségrégation entre groupes socioprofessionnels. Le second temps combine plusieurs techniques multivariées (Analyse en Composantes Principales, Classification Ascendante Hiérarchique, Analyse des séquences) pour proposer une typologie spatiale des trajectoires du changement socioprofessionnel dans l’espace métropolitain nantais. Pour fluidifier la lecture, les deux familles de méthodes mobilisées sont présentées dans chacune des deux parties.

Une approche par les indices pour mesurer l’intensité des ségrégations socioprofessionnelles dans le temps

11Pour établir les dynamiques d’évolution de la ségrégation socioprofessionnelle de l’aire urbaine nantaise, une première approche empirique consiste à mesurer les variations des niveaux de concentration et de distance résidentielles des groupes socioprofessionnels en calculant aux six dates de recensement leurs indices de ségrégation et de dissimilarité (Duncan, 1955 ; Apparicio, 2000). Le premier indice mesure l’inégale concentration spatiale d’un groupe socioprofessionnel ; le second, la distance spatiale séparant deux groupes socioprofessionnels entre eux. Ces deux indices, dont l’échelle de variation est comprise entre 0 et 100, sont basés sur l’hypothèse d’une équirépartition des différents groupes (annexe 2). Ils sont très facilement interprétables : plus l’indice de ségrégation d’un groupe est élevé, et plus il est concentré spatialement ; plus l’indice de dissimilarité entre deux groupes est fort, et plus la distance spatiale les séparant est également importante.

Une inégale diminution des indices selon les groupes socioprofessionnels

12Avant d’observer l’évolution des indices de ségrégation et de dissimilarité dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015, il convient de rappeler les niveaux de concentration et d’antinomie résidentielle au début de période étudiée. Un groupe socioprofessionnel sort alors du lot, celui réunissant les travailleurs indépendants, à savoir les agriculteurs exploitants, artisans, commerçants et chefs d’entreprises. Il affiche un indice de ségrégation de 47, bien supérieur à celui des autres. Seul celui des cadres et professions intellectuelles supérieures, qui pointe en deuxième rang, présente un indice également élevé de 35, inférieur néanmoins de douze points. Enfin, les trois autres groupes (les professions intermédiaires, les employés et les ouvriers) présentent des niveaux de concentration nettement plus faibles, autour de 20.

13En congruence avec cette forte concentration spatiale, l’antinomie résidentielle entre le groupe des agriculteurs exploitants, artisans, commerçants, chefs d’entreprises et les autres groupes est également bien supérieure à celle de toutes les autres, avec des valeurs comprises entre 41 et 59. Ces indices de ségrégation et de dissimilarité élevés s’expliquent notamment par le poids, dans ce groupe, des agriculteurs exploitants, dont la localisation résidentielle est spécifique. Ces derniers représentent en 1975 la moitié des effectifs du groupe réunissant les travailleurs indépendants et sont très fortement concentrés dans une couronne périurbaine encore largement rurale et agricole, car peu marquée par la déconcentration résidentielle des couches salariées qui accompagnera la périurbanisation à partir de la décennie 1970. Un seul autre indice de dissimilarité présente une valeur élevée (42) en 1975, celui opposant les cadres aux ouvriers.

14Entre 1975 et 2015, la moyenne de l’indice de ségrégation et de l’indice de dissimilarité des cinq groupes socioprofessionnels d’actifs est en forte diminution dans l’aire urbaine de Nantes, avec un recul d’environ 40 % en valeur relative : la première est passée de 29 à 16 et la seconde de 36 à 21 (figures 2 et 3). Une forte déconcentration socio-résidentielle et une atténuation significative des oppositions socio-spatiales seraient donc à l’œuvre.

Figure 2 : L’évolution des indices de ségrégation des groupes socioprofessionnels d’actifs dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015

Figure 2 : L’évolution des indices de ségrégation des groupes socioprofessionnels d’actifs dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015

F. Madoré, S. Charrier, 2021.

15Cette déconcentration socio-résidentielle concerne quatre groupes socioprofessionnels d’actifs sur cinq, avec une ampleur de diminution inégale d’un groupe à l’autre (figure 2). La baisse la plus importante (30 points et deux tiers en valeur relative) est enregistrée par celui qui affiche en 1975 l’indice le plus élevé, soit celui qui réunit les travailleurs indépendants. Ensuite, les indices de ségrégation des professions intermédiaires et des employés enregistrent une baisse comprise entre 11 et 14 points, soit entre moitié et deux tiers en valeur relative. Pour ces trois groupes, le recul est prononcé entre 1975 et 1982 : à elle seule, cette période intercensitaire représente entre 31 % (indépendants) et 56 % (employés) de la diminution totale des indices. L’indice de ségrégation des cadres diminue également mais dans une moindre proportion (- 10 points, soit 30 % en valeur relative), et contrairement aux indices des trois groupes déjà cités, cette baisse est plus régulière dans le temps, la période 1975-1982 ne représentant que 16 % de la baisse globale. Enfin, le groupe des ouvriers fait exception dans ce contexte général de diminution, son indice de ségrégation restant stable.

16Les dix indices de dissimilarité sont, quant à eux, tous en diminution entre 1975 et 2015, mais là aussi l’ampleur de la baisse est inégale selon les combinaisons observées (figure 3). Les baisses les plus fortes concernent le groupe des indépendants avec les autres (entre 21 et 34 points de recul et entre moitié et deux tiers de réduction en valeur relative), ce qui est cohérent avec la forte diminution de l’indice de ségrégation de ce groupe à la localisation géographique spécifique. Un autre indice diminue de façon significative (il perd 9 points et 40 %) : celui comparant la distribution spatiale des deux groupes formant les classes populaires, à savoir les employés et les ouvriers. Quant aux cinq autres indices, ils diminuent dans des proportions bien moindres, avec des baisses comprises entre 1 et 6 points, soit inférieures à 25 % en valeur relative.

17La forte déconcentration socio-résidentielle observée à l’échelle de l’aire urbaine nantaise est-elle spécifique ou non à cette métropole régionale ? Les très rares travaux conduits depuis les années 2000 et ayant observé l’évolution de la ségrégation sociale des villes françaises à l’aide des indices de ségrégation révèlent en effet que l’évolution observée à Nantes n’a rien de singulière. Dasre (2012) montre ainsi que l’indice de ségrégation moyen des groupes socioprofessionnels d’actifs diminue entre 1990 et 2006 dans quinze des dix-huit premières aires urbaines. L’étude réalisée par France Stratégie, mesurant l’évolution de la ségrégation résidentielle entre 1990 et 2015 à l’échelle des 55 unités urbaines comptant plus de 100 000 habitants, confirme également ces tendances, à savoir la stabilité ou la décroissance des indices de ségrégation dans toutes les agglomérations françaises hormis celle de Paris (Botton, 2020). Cette spécificité parisienne n’est guère surprenante, au regard d’autres résultats obtenus par Préteceille (2018) sur la période 1990-2013 pour la métropole parisienne, où l’indice de ségrégation augmente pour trois groupes (les cadres, les employés et les ouvriers) sur cinq.

Figure 3 : L’évolution des indices de dissimilarité des groupes socioprofessionnels d’actifs dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015

Figure 3 : L’évolution des indices de dissimilarité des groupes socioprofessionnels d’actifs dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015

F. Madoré, S. Charrier, 2021.

Une hiérarchie des indices transformée par les mutations de la structure sociale

18Du fait de cette évolution contrastée des indices de ségrégation et de dissimilarité des différents groupes d’actifs, leur hiérarchie a été complètement bouleversée en quarante ans, en lien avec les évolutions de la structure sociale de l’aire urbaine nantaise évoquées en introduction. Le groupe réunissant les indépendants, qui est de loin le plus concentré spatialement en 1975 avec un indice de ségrégation de 46, n’apparait plus désormais qu’au troisième rang, avec un indice de 17 seulement. Or, un groupe dont les effectifs sont en forte baisse et ne regroupant plus que 6 % de la population totale en 2015, contre 17 % en 1975, pourrait avoir tendance à être concentré dans des secteurs plus spécifiques de l’aire urbaine, entraînant de facto une hausse de sa concentration spatiale. En réalité, cette forte déségrégation résidentielle des indépendants est à mettre en lien avec la poursuite de l’effondrement des agriculteurs exploitants, qui ne représentent plus que 13 % des effectifs des indépendants en 2015, contre la moitié encore quarante ans plus tôt. Le groupe des indépendants est désormais composé pour l’essentiel d’artisans, de commerçants et de chefs d’entreprises, dont la répartition sur le territoire de l’aire urbaine est bien plus homogène que celle des agriculteurs, concentrés presque exclusivement dans la couronne périurbaine en 1975 comme en 2015.

19En raison de cette forte déségrégation résidentielle des indépendants et de la diminution concomitante des antinomies résidentielles avec les quatre autres groupes, les trois indices de dissimilarité les plus élevés concernent les cadres, qui sont désormais les plus concentrés géographiquement. Cela n’est ni surprenant ni spécifique à l’aire urbaine de Nantes, car contrairement à ce que pourraient laisser penser certaines représentations ou discours insistant sur la relégation des classes populaires, ce sont bien les catégories aisées qui sont les plus concentrées spatialement dans l’espace urbain, et plus on approche le sommet de la hiérarchie sociale, plus l’intensité de cette concentration augmente (Pinçon, Pinçon-Charlot, 1989, 2007 ; Pinol, 1996). Plus précisément, c’est l’antinomie entre les cadres et les ouvriers, déjà forte en 1975, qui constitue la dimension la plus structurante de l’espace socio-résidentiel de l’aire urbaine nantaise, avec un indice de dissimilarité de 37, soit dix points de plus que les deuxième et troisième indices, opposant les cadres aux indépendants et aux employés. Là encore, ces résultats ne sont guère singuliers au cas nantais, tant les oppositions entre catégories supérieures et catégories populaires constituent en effet partout et toujours la matrice de base de la ségrégation sociale des villes françaises. Toutefois, si les cadres présentent les indices de ségrégation et de dissimilarité les plus élevés en 2015, ils sont néanmoins orientés à la baisse. Une recherche précédente souligne ainsi que "les baisses les plus fortes [des indices de dissimilarité] concernent les cadres, ce qui n’est guère surprenant étant donné la diminution significative de leur indice de ségrégation" (Madoré, 2013, p.381). En effet, si l’on met de côté les indices décrivant la présence des travailleurs indépendants, l’indice qui enregistre ici la plus forte baisse depuis 1990 est bien celui opposant les cadres et les ouvriers (- 7 points). Un résultat analogue est obtenu avec l’indice de ségrégation : toujours en faisant abstraction de celui des indépendants, l’indice qui enregistre la plus forte baisse est celui des cadres, avec des valeurs là aussi quasiment identiques (- 8 points). Cette diminution de la valeur des indices est à mettre en lien avec la progression spectaculaire des cadres dans la structure socioprofessionnelle. Si les cadres ne représentent qu’une fraction très limitée des actifs de l’aire urbaine nantaise en 1975 (7 %), leur part a presque triplé depuis (figure 1). Les cadres étant bien plus nombreux aujourd’hui, leur diffusion spatiale s’est considérablement élargie, d’où une diminution de leurs indices de ségrégation et de dissimilarité.

20L’indice de ségrégation du groupe des ouvriers étant le seul à ne pas avoir diminué entre 1975 et 2015, il pointe désormais au deuxième rang, juste derrière celui des cadres. Relativement aux autres, la concentration spatiale des deux groupes situés aux extrémités de la hiérarchie socioprofessionnelle s’est donc affirmée, et ces deux groupes sont désormais les seuls à présenter un indice supérieur à 20. Ils connaissent toutefois des dynamiques diamétralement opposées en termes d’évolution numérique, car si la part des cadres a explosé, celle des ouvriers est en forte diminution sur toute la période (figure 1). Cette diminution n’a par contre eu aucune incidence sur le niveau de concentration spatiale des ouvriers, leur indice de ségrégation restant stable. Quant aux professions intermédiaires et aux employés, ils sont toujours les moins concentrés géographiquement et leur indice a été divisé par deux depuis 1975. Leur déconcentration socio-résidentielle est à mettre en lien avec l’augmentation de leur part dans la structure sociale, qui a eu pour conséquence une géographie marquée encore plus qu’avant par l’ubiquité.

  • 8 Cela ne signifie pas pour autant que les inégalités de distribution des revenus n’aient pas augment (...)

21Contrairement aux discours omniprésents dans le débat public sur la hausse des inégalités dans les mondes urbains français, à l’image des propos du Premier Ministre Manuel Valls, évoquant en janvier 2015 un "apartheid social, territorial et ethnique" en France (Collet et al., 2015), cette première partie a établi empiriquement une baisse des indices de ségrégation et de dissimilarité dans l’aire urbaine nantaise, depuis le milieu des années 19708. Cette baisse ne remet toutefois pas en cause l’antinomie structurante entre cadres et ouvriers au sein de l’aire urbaine nantaise. Cette approche macro de la ségrégation doit toutefois être articulée avec une analyse des formes évolutives de la division socioprofessionnelle de l’espace.

Une approche par l’analyse des séquences pour établir les formes successives des divisions socioprofessionnelles

22Dans les années 1980, l’analyse quantitative des données longitudinales s’est développée en sciences sociales, notamment dans le domaine des trajectoires biographiques ou des carrières professionnelles. Depuis le début des années 2010, ce mouvement a été soutenu par le développement de méthodes descriptives d’analyse de séquences, au sein desquelles l’appariement optimal (optimal matching) occupe une place centrale (Robette, 2011), leur mise en œuvre étant facilitée par la diffusion des usages du logiciel R et du package dédié TraMineR (Gabadinho et al., 2011 ; Robette, 2012). Ces méthodes ouvrent des pistes stimulantes dans plusieurs domaines de la géographie (Commenges, Pistre, 2015). Dans le prolongement de travaux s’appuyant sur le croisement de l’analyse factorielle et des méthodes de classification pour décrire les trajectoires de villes (Paulus, 2004), l’analyse des séquences par appariement optimal commence ainsi à être déployée dans le champ de la géographie quantitative s’intéressant aux trajectoires d’évolution des villes ou de leurs quartiers, que ce soit au plan démographique (Gourdon et al., 2019) ou des divisions socio-économiques (Delmelle, 2015 ; Le Goix, 2016).

23Pour analyser sur plusieurs décennies les mutations sociales des quartiers d’une aire métropolitaine, l’analyse des séquences implique de s’assurer que les contours des variables utilisées et les unités géographiques soient stables dans le temps. C’est justement ce qu’autorise le travail de structuration de la base de données réalisée en amont de cet article (annexe 1), dont la seconde partie s’attache à décrire les profils successifs (lors des six dates de recensements) des 294 quartiers et communes de l’aire urbaine nantaise, puis à proposer une typologie de leurs trajectoires sur la période 1975-2015.

Une démarche combinant successivement trois techniques multivariées

24La démarche méthodologique articule trois étapes successives (annexe 3)9. Comme dans une "analyse des états" (Paulus, 2004), la première d’entre-elles consiste à réaliser une Analyse en Composantes Principales (ACP) sur un tableau de k variables (ici les cinq groupes socioprofessionnels), où chaque unité géographique est présente à chaque date étudiée, soit ici 1764 lignes (294 unités multipliées par 6 recensements). Cette démarche permet d’analyser l’ensemble des données de la période dans un référentiel unique et de visualiser dans les plans factoriels quels sont les principaux facteurs de la division socioprofessionnelle de l’espace. Le premier plan factoriel permet de prendre en compte 88 % de l’inertie – ce qui correspond à un niveau de synthèse de l’information statistique très élevé – et propose une représentation graphique des antinomies résidentielles relevées dans la première partie.

  • 10 Ainsi et pour reprendre l’exemple d’une unité géographique comptant 35 % de cadres parmi ses habita (...)

25Lors d’une deuxième étape, les coordonnées des unités géographiques dans le premier plan factoriel sont introduites comme variables synthétiques dans une typologie par Classification Ascendante Hiérarchique (CAH), qui a permis de construire dix profils-types de quartiers selon leurs caractéristiques socioprofessionnelles, des plus populaires aux plus aisés (figure 4). Comme chaque unité géographique est présente dans le tableau initial à chaque date étudiée, mais qu’une unité géographique qui compte 35 % de cadres en 1975 ne correspond pas au même profil sociologique qu’une unité géographique comptant la même proportion de cadres en 2015, une telle démarche est nécessairement sensible aux changements structurels (en l’occurrence l’évolution de la part des groupes socioprofessionnels dans la structure de l’emploi français), comme le montre le nombre d’unités géographiques appartenant aux dix profils à chaque date10. Mais l’objectif de cette typologie intermédiaire consiste surtout à saisir le changement social, avec suffisamment de finesse, dans un référentiel analytique unique, ce qu’elle parvient très bien à faire puisque neuf profils-types sur dix sont présents en 1975 et sept sur dix en 2015, tous les profils étant observables entre 1982 et 1999 (voir le graphique animé en bas de la figure 5).

Figure 4 : Les dix profils-types de quartiers selon leurs caractéristiques socioprofessionnelles dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015

Figure 4 : Les dix profils-types de quartiers selon leurs caractéristiques socioprofessionnelles dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015

J. Rivière, S. Charrier, 2021.

26Cette deuxième étape permet en outre de proposer une cartographie animée des profils-types auxquels appartient chaque unité géographique en 1975, en 1982, en 1990, etc. (figure 5). Cette cartographie permet de spatialiser les changements structurels de la composition socioprofessionnelle de l’aire urbaine nantaise : très forte baisse des profils-types "1-populaire très agricole" et "2-populaire agricole et ouvrier" dans les communes de la couronne périurbaine au cours des années 1970-1980 ; déconcentration progressive depuis le secteur industriel du Sud Loire (puis disparition dans les années 1990) du profil "3-populaire très ouvrier" ; dilatation géographique – à partir des noyaux initiaux des beaux quartiers – des types "9-aisé" et "10-très aisé" concentrant les classes moyennes et supérieures, d’abord dans l’espace de la ville-centre au cours des décennies 1990-2000 puis au-delà dans les années 2010.

Figure 5 : Les profils socioprofessionnels successifs des espaces de l’aire urbaine nantaise (1975-2015)

Figure 5 : Les profils socioprofessionnels successifs des espaces de l’aire urbaine nantaise (1975-2015)

J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, 2021.

  • 11 Les 294 unités géographiques étudiées forment 230 séquences différentes, dont 196 séquences uniques (...)

27Mais cette étape intermédiaire – offrant une visualisation dynamique qui constitue un résultat en lui-même – est également décisive en vue de la troisième étape, pour laquelle le tableau de données est transformé afin que chaque unité géographique ne soit plus présente qu’une seule fois en ligne, et qu’elle soit décrite par la même variable qualitative (la classe d’appartenance à la CAH) aux six dates. Lors de cette troisième étape, ce nouveau tableau constitue un corpus de séquences constituées des profils socioprofessionnels successifs de chaque unité géographique11, et ces séquences ont fait l’objet d’une nouvelle typologie par CAH selon la méthode de l’appariement optimal des séquences. C’est cette seconde typologie qui constitue le cœur de l’analyse, en distinguant neuf types de trajectoires qui rendent compte des dynamiques du changement social métropolitain (figure 6a) et qui confirment la double organisation concentrique et sectorielle des divisions socioprofessionnelles de l’espace de l’aire urbaine nantaise.

Figure 6a : Une typologie des séquences de changement social dans l’aire urbaine nantaise (1975-2015)

Figure 6a : Une typologie des séquences de changement social dans l’aire urbaine nantaise (1975-2015)

J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, 2021.

28L’analyse de ces trajectoires s’appuie sur plusieurs types de documents graphiques obtenus grâce au package TraMineR, ainsi que sur un retour aux données initiales permettant de recalculer la composition socioprofessionnelle successive de chaque profil-type, tout en la rapportant à la structure métropolitaine (figure 6b). L’interprétation des trajectoires de changement social doit en effet être conduite avec beaucoup de prudence, car une unité géographique peut tout à fait voir sa proportion de cadres augmenter entre 1975 et 2015 (suggérant une forme d’embourgeoisement), mais que le degré de concentration des cadres – mesuré par l’écart au profil moyen standardisé – y diminue dans le même temps (invitant à conclure à une mixité relative croissante). Enfin, on a également tenu compte d’un second point de comparaison avec la moyenne française, car l’aire urbaine nantaise est elle-même engagée dans une trajectoire de spécialisation socioprofessionnelle par rapport à la structure nationale (figure 1).

Figure 6b : Les profils des classes issues de l’analyse des séquences

Figure 6b : Les profils des classes issues de l’analyse des séquences

J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, 2021.

Des substitutions internes aux classes populaires dans les couronnes périurbaines

  • 12 Ces graphiques (index plots dans TraMineR) évoquent visuellement des "tapis" multicolores tissés de (...)

29Les deux premiers types de trajectoires décrivent les couronnes périurbaines situées à plus de 10 km de Nantes et qui sont caractérisées par des substitutions de profils socioprofessionnels à l’intérieur des mondes populaires. Les graphiques "en tapis"12 de ces deux classes décrivent bien les séquences suivies par ces unités géographiques, qui passent progressivement des profils figurés en vert (mondes des travailleurs indépendants – notamment agricoles – et ouvriers) au bleu clair puis jaune pâle (espaces où se combinent les surreprésentations des employés et ouvriers), avec un décalage temporel d’un recensement entre ces deux classes. L’exploration de ces séquences confirme à quel point le mouvement de périurbanisation, loin d’être homogène, participe à redistribuer les cartes de la division socioprofessionnelle de l’espace, comme l’ont montré des travaux sur le cas parisien (Berger, 2004) ou sur des aires urbaines de rang inférieur (Rivière, 2011).

30La classe "effondrement des indépendants et maintien des ouvriers" rassemble les trajectoires de 22 communes, presque toutes situées dans la couronne externe de l’aire urbaine, notamment au nord (autour de Nozay ou Nort-sur-Erdre), ou à l’ouest en direction de Pornic et Saint-Brévin-les-Pins. À la fin des années 1970, ces communes sont encore très rurales, et les indépendants, dont une très grande proportion d’agriculteurs exploitants, et les ouvriers, parmi lesquels les ouvriers agricoles, dominent la structure sociale locale. Si la part de ces indépendants s’écroule dans le dernier quart du XXe siècle (52 % en 1975 contre 16 % en 1999), dans le même temps et à rebours de l’évolution métropolitaine, la place des ouvriers se renforce dans les années 1990 pour atteindre près de 40 % des actifs de ces communes. Cette situation suggère qu’une partie de la main d’œuvre libérée par le déclin des exploitations agricoles a nourri les établissements industriels et artisanaux qui s’y développent alors. Mais si les effectifs ouvriers baissent ensuite pour se stabiliser autour d’un tiers des actifs dans les années 2000-2010, leur concentration relative augmente dans ces communes des marges métropolitaines. Ce sont celles où l’accession à la propriété des fractions solvables des classes populaires reste possible au regard de la croissance des prix immobiliers au centre de la métropole, en écho à la figure du périurbain lointain (Rougé, 2005) où des taux parfois élevés de surendettement des ménages avaient été mis en évidence (Guilluy, Noyé, 2004). L’arrivée d’ouvriers dans ces communes peut aussi être liée à l’aménagement de zones d’activités économiques concentrant des emplois ouvriers à proximité (Lambert, 2015).

31Le profil-type "baisse des indépendants puis des ouvriers" regroupe les séquences de trajectoire de 56 unités géographiques (50 communes et 6 IRIS), dont l’essentiel des communes de la couronne périurbaine. Leurs trajectoires de changement sont cependant plus précoces que celles qui viennent d’être décrites, et les surreprésentations initiales des indépendants sont un peu moins marquées que dans la classe précédente, alors que les ouvriers sont à l’inverse un peu plus nombreux jusqu’en 1982. Cependant et à partir de 1990, la concentration relative des ouvriers est moins prononcée, même si les classes populaires demeurent un peu plus nombreuses dans ces communes qu’ailleurs dans l’aire urbaine. L’offre immobilière s’y avère progressivement trop onéreuse pour les classes populaires, alors que les mécanismes d’accès à la propriété s’enraillent pour ces dernières au cours des années 2000 (Lambert, 2015).

32Dans ces deux classes de communes, la part des employés connaît une hausse constante. C’est le reflet de l’évolution des emplois des classes populaires dans le contexte postfordiste, notamment urbain. Cette évolution rend également compte de l’augmentation du taux d’activité des femmes, nombreuses à occuper ces emplois. La relative superposition des géographies des ouvriers et des employés découle enfin des nombreux ménages entre ouvriers et employés, qui fondent l’homogamie sociale au sein des classes populaires (Siblot et al., 2015).

Les destins contrastés des espaces populaires et intermédiaires

33Le deuxième grand groupe de trajectoires donne à voir les destins variés des espaces populaires et intermédiaires de l’aire urbaine, destins réunis dans quatre classes de séquences caractérisant le changement social dans ces espaces qui connaissent des processus de "désouvriérisation continue", de "maintien d’un profil moyen", de "léger déclassement relatif" ou de "paupérisation", changements qui font écho à ceux identifiés dans l’espace francilien (Ribardière, 2019).

34Le profil-type "désouvriérisation continue" réunit les trajectoires de 47 unités géographiques (15 communes et 32 IRIS), pour la plupart localisées dans le quadrant sud-ouest de Nantes Métropole et correspondant aux communes suivantes : Le Pellerin, Couëron, Saint-Jean-de-Boiseau, La Montagne, Indre, Bouguenais, ouest de Saint-Herblain. Cet ensemble, au sein duquel près de la moitié des actifs appartenaient au groupe ouvrier en 1975, correspond au corridor industrialo-portuaire constitué à partir de la seconde moitié du XIXe siècle le long de la Loire (Cabane, 1990 ; Garat et al., 2005). Cette surreprésentation des ouvriers s’est ensuite estompée progressivement au cours des décennies 1980-1990, et le profil socioprofessionnel de ces espaces est désormais assez proche de la moyenne métropolitaine, à l’image de leur position géographique charnière dans l’aire urbaine. Quand la désouvriérisation débouche sur des surreprésentations naissantes des cadres en 2015, on peut d’ailleurs se demander si certaines trajectoires d’IRIS (à Bouguenais, Saint-Sébastien-sur-Loire ou Couëron) n’esquissent pas le début d’un processus de gentrification.

35La classe "maintien d’un profil moyen" agrège les séquences suivies par 40 IRIS, disposés en halo autour des quartiers de grands ensembles nantais : à la limite entre Saint-Herblain et le sud-ouest de Nantes ; dans un large secteur qui va du centre de l’île de Nantes (République, Les Ponts, Beaulieu Mangin, Saint Jacques Pirmil) jusqu’à Rezé ; mais aussi dans la partie orientale de l’espace nantais (Vieux Doulon, Pilotière, Jules Verne) ou son prolongement à Sainte-Luce-sur-Loire. En cela, ces mondes urbains renvoient assez bien à la figure des "petits-moyens", forgée au croisement de la sociologie urbaine et de la stratification sociale (Cartier et al., 2008). En 1975, ces IRIS sont caractérisés par des surreprésentations des professions intermédiaires et des employés, les années 1980-1990 voient ensuite la concentration relative des employés se renforcer, puis diminuer de nouveau dans les années 2000. Au fil des recensements, ces quartiers ont en fait suivi l’évolution socioprofessionnelle globale de l’aire urbaine, de sorte qu’ils figurent parmi les plus mixtes en 2015.

36Les trajectoires des 15 IRIS classés en "léger recul dans la hiérarchie résidentielle" sont voisines des précédents au sud de Nantes (île Beaulieu, Saint Jacques Ripossière) ou localisés dans des secteurs de transition au nord de Nantes (Beauséjour, Gaudinière, Barberie, Pont du Cens) et dans la partie orientale de Saint-Herblain. C’est en effet un raisonnement relativiste qui invite à proposer cette manière de qualifier ces espaces, qui présentent en 1975 des concentrations relatives assez marquées des cadres et des professions intermédiaires (et secondairement des employés). Elles se sont progressivement atténuées au cours des années 1980-1990, d’abord pour les cadres – dont les comportements résidentiels distinctifs sont bien documentés (Authier et al., 2010), comme l’a souligné la première partie de l’article – puis pour les professions intermédiaires, dans les années 2000-2010, aboutissant à ce que ces IRIS soient désormais proches de la moyenne métropolitaine. Comme ailleurs, les cadres et les professions intermédiaires y ont cependant progressé en pourcentage, passant respectivement de 14 à 24 % et de 24 à 31 % sur l’ensemble de la période étudiée, en raison des mutations structurelles nationales et métropolitaines, mais la place de ces quartiers dans la hiérarchie résidentielle locale n’en a pas moins reculé.

  • 13 En outre, c’est parmi les actifs de ces GS populaires que le taux de chômage est le plus fort, et c (...)

37Dans une sous-branche du dendrogramme de la typologie, un autre groupe décrit les trajectoires de "paupérisation" des quartiers de grands ensembles localisés dans les trois plus grandes communes de la métropole : à Nantes (Lauriers, Dervallières, Breil Malville, Port-Boyer, La Bottière, Clos Toreau, Malakoff), à Saint-Herblain (Bernadière, Harlière) et à Rezé (Château). Le graphique "en tapis" de cette classe se distingue en effet par une très forte stabilité des unités géographiques dans le profil-type "5-populaire ouvrier et employé" sur l’ensemble de la période étudiée, ce qui traduit bien un processus de paupérisation relative – le pourcentage des ouvriers y est toutefois en baisse depuis 1999 – au regard des mutations d’ensemble de l’aire urbaine. Comme l’ont montré des travaux anciens de sociologie urbaine (Clerc, 1967 ; Chamboredon, Lemaire, 1970), leur peuplement initial est certes populaire (fortes surreprésentations des employés et des ouvriers) mais marqué par une relative mixité, puisque la part des professions intermédiaires y est conforme à la moyenne métropolitaine en 1975. Cependant, dès le début des années 1980 et selon des mécanismes de mobilités différentielles bien connus, les politiques d’accession à la propriété en maison individuelle entrainent le départ des fractions des classes moyennes et des fractions solvables des classes populaires vers les mondes périurbains (Wacquant, 2007 ; Lapeyronnie, 2008), et la concentration relative des employés et des ouvriers augmente continuellement dans ces quartiers de grands ensembles, où 69 % des habitants actifs relèvent des classes populaires en 201513. La concentration des classes populaires est donc plus marquée dans ces quartiers que dans les espaces populaires des couronnes périurbaines présentés ci-dessus (trajectoires de type 1 et 2). Les habitants de ces quartiers occupent les emplois peu valorisés, souvent précaires et parfois informels (Rosa Bonheur, 2019) de la métropole.

Différencier les trajectoires d’embourgeoisement dans l’espace nantais

  • 14 Cette facette résidentielle de la gentrification peut s’articuler, selon les contextes, avec des ch (...)

38Dans un champ des études urbaines animé par des controverses autour des processus d’embourgeoisement, notamment ceux de gentrification et leur interprétation (Espaces et sociétés, 2008 ; Clerval, 2013 ; Giraud, 2013 ; Clerval, Van Criekingen, 2014 ; Collet, 2015 ; Chabrol et al., 2016 ; Van Criekingen, 2018), et dans un contexte nantais où ces questions font également débat (Masson et al., 2013 ; Garat, 2014), le recours à l’analyse des séquences se révèle précieux pour différencier les trajectoires de mutations des quartiers aujourd’hui aisés. En préambule, rappelons d’une part que le terme de gentrification désigne une forme spécifique d’embourgeoisement, décrivant la transformation de quartiers initialement populaires progressivement appropriés par des habitants aux statuts sociaux plus élevés (et souvent plus jeunes)14. D’autre part, soulignons que d’autres modalités d’embourgeoisement existent, notamment celles qui correspondent à des quartiers d’emblée aisés où la concentration relative des classes moyennes et supérieures se renforce dans le temps. C’est pourquoi ce sont notamment les représentations graphiques "en tapis", proposées par l’analyse des séquences, qui ont été utilisées dans le travail interprétatif. L’objectif est de tenter de qualifier au mieux les processus à l’œuvre dans la métropole nantaise, tout en précisant que l’idée n’est pas pour autant de "tracer les contours de ce qui en est et de ce qui n’en est pas, de classer les territoires comme "étant en gentrification" ou non, en faisant comme si cette expression permettait de résumer tout ce qui s’y passe" (Chabrol et al., 2016, p.66). La figure 7 présente ainsi quelques séquences d’IRIS discutées ensuite, avant que les trois classes de trajectoires dégagées ne soient présentées.

Figure 7 : L’intérêt des séquences pour travailler sur les gentrifications

Figure 7 : L’intérêt des séquences pour travailler sur les gentrifications

J. Rivière, S. Charrier, 2021.

  • 15 Treize unités géographiques de cette classe ont ainsi un profil-type 6 ou plus aisé, dès 1975. À no (...)

39Comme dans la classe "désouvriérisation", ce sont avant tout de forts changements sociaux, sur fond de présence ouvrière initiale, que donnent à voir les trajectoires des 56 unités géographiques (55 IRIS et une commune) réunies dans la classe "gentrifications". Elle est par définition une des plus hétérogènes, d’où le pluriel employé pour la qualifier (Chabrol et al., 2016). Mais à la différence de la classe "désouvriérisation", où les trajectoires des unités géographiques atteignent au maximum le profil-type "8-légèrement aisé" en 2015, les séquences des unités rattachées à la classe "gentrifications" s’achèvent toutes dans les profils-types "9-aisé" ou "10-très aisé". Ancien village de pêcheurs situé à Rezé, face à la pointe ouest de l’île de Nantes, le quartier de Trentemoult est le parangon de ces trajectoires et connaît une gentrification spectaculaire depuis les années 1990. Le ratio ouvriers/cadres y est passé de 16,7 à 0,2 entre 1975 et 2015. La part des ouvriers s’est effondrée, passant des deux tiers à moins d’un dixième, tandis que celle des cadres a décuplé pour atteindre 40 %. Dans le quartier proche du centre de la Madeleine (IRIS Madeleine-Champs de Mars), le profil populaire initial comprend une part élevée d’indépendants en 1975, et donc des locaux d’activité (ateliers d’artisans par exemple) constituant un stock immobilier à reconvertir. Le secteur commence à se gentrifier dès les années 1980, puis fait l’objet de la première ZAC importante de l’équipe municipale de Jean-Marc Ayrault (Barbe, 2014). Il s’affirme comme le quartier créatif off face à l’officiel "quartier de la création" (Michel, 2019) planifié par les pouvoirs publics sur l’île de Nantes, dans le cadre de politiques de marketing territorial visant à renforcer l’attractivité nantaise. Les IRIS des bastions historiquement ouvriers de Chantenay et Doulon se gentrifient également à partir des années 1990. De manière un peu plus surprenante, c’est aussi le cas d’IRIS situés dans des communes du pôle urbain à Vertou, Saint-Sébastien-sur-Loire ou Basse-Goulaine, sur les bords de la Loire ou de la Sèvre nantaise, autrement dit de waterfront dont les aménités sont propices aux gentrifications, mais où la part des cadres est toutefois inférieure aux cas les plus emblématiques évoqués plus haut. Enfin, certains quartiers centraux aux profils initialement moins ouvriers sont tout de même rattachés à cette classe et mitent le pôle des beaux quartiers sur la carte, comme l’IRIS de Bretagne, qui fait partie du secteur ancien sauvegardé (Loirand, 1990 ; Garat et al., 2005) et où la gentrification date des années 1980, mais aussi de l’IRIS Bellamy-Barbin, appartenant au profil-type "6-moyen supérieur" dès 1975, et constitue donc un cas limite entre gentrification et modalités d’embourgeoisement plus classiques15.

40La classe "embourgeoisement modéré" décrit justement des séquences de ce type, qui caractérisent 18 IRIS localisés au nord-ouest de Nantes (Procé, Ronds-points de Rennes et de Vannes, Bourgeonnière Petit Port, Université Michelet) et dans leur prolongement géographique et sociologique que constitue le cadran aisé du nord du pôle urbain (à Sautron, La Chapelle-sur-Erdre et Orvault), le long des berges de la Chézine, qui sont de longue date appropriées par les classes moyennes et supérieures, puis plus tardivement du Gesvres et de l’Erdre. D. Rapetti souligne dès 1990 combien ce dernier cours d’eau "prend le relais de la Chézine comme vallée d’accueil d’une nouvelle bourgeoisie". En 1975, ces espaces sont ceux qui accueillent les plus fortes surreprésentations de cadres et secondairement de professions intermédiaires, et ils connaissent ensuite un embourgeoisement léger jusqu’à la fin des années 1990. La part des cadres n’y progresse que de 9 points entre 1975 et 1999, pour 6 points dans l’aire urbaine. Mais à la fin des années 2000, et alors que le processus d’embourgeoisement marque le pas dans les secteurs centraux les plus prisés décrits ensuite, il reprend au contraire dans ces quartiers du nord-ouest de Nantes, dont on peut penser qu’ils absorbent une partie des classes moyennes et supérieures ne parvenant pas à trouver un logement ajusté à leurs attentes au sein des espaces les plus valorisés du centre-ville.

41Dernière pièce du puzzle de la division socioprofessionnelle de l’aire urbaine nantaise, la classe "embourgeoisement accéléré" correspond à une trajectoire voisine de la précédente mais plus tranchée et avec des temporalités différentes. Initialement un peu moins aisés que ceux qui viennent d’être décrits, ces 21 secteurs urbains, essentiellement situés dans le centre-ouest nantais (Monselet, Canclaux, Guist’hau, Hauts-Pavés, Saint-Félix, Saint-Donatien) voire au nord de l’agglomération sur les riches communes d’Orvault, Sautron et Sucé-sur-Erdre, ont en effet connu un très fort embourgeoisement entre 1975 et 1990, la part des cadres y doublant en seulement deux périodes intercensitaires. À partir de 1990, les quartiers centraux bénéficient de politiques de patrimonialisation et deviennent plus aisés que ceux du groupe "embourgeoisement modéré". La part des cadres continue ensuite d’y croitre au fil du temps, puis stagne (36% en 2007, 37 % en 2015). Dans les années 2000-2010, le processus d’embourgeoisement semble donc arriver à saturation dans ces beaux quartiers, probablement en raison de la structure de leur parc de logement renvoyant à deux types de contraintes. D’un côté et pour les quartiers les plus centraux qui sont aussi les plus denses (Dobrée Bon Port, Graslin-Commerce), l’embourgeoisement se heurte au fait que nombre d’immeubles anciens comprennent une part de petits logements difficiles à reconvertir conformément aux attentes des classes moyennes et supérieures, en particulier quand il s’agit de ménages avec enfants. De l’autre côté et pour les quartiers moins centraux largement composés de maisons individuelles (Monselet, Hauts Pavés, Saint Donatien), la recherche d’exclusivité sociale est peu compatible avec l’acceptation d’opérations de densification permettant de produire un stock de logements supplémentaires support d’embourgeoisement, et quand bien même de telles opérations ont lieu, peu des nouveaux logements créés (dont les prix élevés ne peuvent toutefois pas nourrir une diversification du profil social local) proposent de grandes surfaces habitables.

42Sur une période de quarante ans, au cours de laquelle les cadres progressent de 13 points dans la structure socioprofessionnelle de l’aire urbaine nantaise (et de 8 points à l’échelle nationale), confirmant la forte métropolisation des emplois supérieurs, il apparait que les processus d’embourgeoisement les plus marqués ont lieu d’une part dans les espaces déjà aisés et d’autre part dans ceux en cours de gentrification. Sur la période 1975-2015, la croissance des cadres s’élève en effet à 22 points dans la classe "embourgeoisement accéléré", à 20 points dans le groupe "gentrifications" et à 16 points dans le profil "embourgeoisement modéré", confirmant les constats de renforcement des profils déjà aisés dans l’espace francilien, sur la base des catégories socioprofessionnelles (Préteceille, 2006 ; Clerval, Delage, 2014) comme des revenus (Fleury et al., 2012 ; Ribardière, 2019). Les dynamiques de gentrifications apparaissent toutefois puissantes dans plusieurs secteurs de la métropole nantaise, en particulier dans la ville-centre (où 52 des 91 IRIS sont concernés par des trajectoires d’embourgeoisement, dont la moitié par des processus de gentrifications), et expliquent pourquoi la diminution des indices de ségrégation et de dissimilarité des cadres y est devenue très significative depuis les années 1990. En ce sens, la baisse des indices concernant les cadres ne contredit pas un phénomène puissant de spécialisation sociale des espaces choisis par les fractions hautes des classes moyennes et les classes supérieures au sein de l’aire urbaine nantaise, ce qui confirme l’intérêt d’associer deux familles de méthodes quantitatives trop rarement mises en œuvre conjointement.

Conclusion

  • 16 En effet et "dans l’analyse de dynamiques métropolitaines, il faut insister sur le biais d’analyse (...)

43Au regard de la littérature scientifique sur ces questions, marquée par la prééminence des recherches sur la capitale parisienne, non sans quelques notables exceptions (Pumain, Saint-Julien, 1995), cet article, portant sur une métropole régionale, a permis d’objectiver quantitativement l’ampleur de la ségrégation socioprofessionnelle et d’établir les formes successives des divisions socioprofessionnelles dans le cas de l’aire urbaine nantaise. En analysant les trajectoires de changement social avec la profondeur historique requise tout en raisonnant simultanément sur l’ensemble des espaces qui composent la métropole nantaise16, plusieurs constats peuvent être dressés.

44L’approche par les indices montre d’abord une baisse généralisée des indices de ségrégation pour tous les groupes socioprofessionnels sur la période étudiée, même si la tendance est moins nette dans les classes populaires. En effet, les indices de ségrégation des ouvriers sont globalement stables entre 1975 et 2015, une évolution globale en cohérence avec celle observée dans le cas parisien (Préteceille, 2016). Du côté des employés, la baisse de l’indice de ségrégation est surtout forte entre 1975 et 1982, mais très faible ensuite. De manière logique, les indices de dissimilarité entre groupes socioprofessionnels enregistrent donc des baisses significatives, donnant à voir des oppositions résidentielles moins fortes entre groupes sociaux, notamment en raison de la croissance des effectifs des cadres et professions intellectuelles supérieures et de leur diffusion dans l’espace métropolitain nantais.

45Pour aller au-delà des résultats apportés par les indices, la typologie dynamique a permis d’établir les formes successives de la division socioprofessionnelle de l’espace et d’étudier "les proximités et les distances relatives des catégories sociales entre elles dans les différentes configurations spatiales observables" (Préteceille, 2018, p.139). La cartographie dynamique de cette typologie permet d’une part de souligner un basculement dans le modèle sectoriel de division socioprofessionnelle de la métropole nantaise, alors même qu’une planche sur "les divisions sociales de la ville" (Pumain, Saint-Julien, 1995, p.102-103) du volume 12 de l’Atlas de France du GIP RECLUS présentait l’agglomération nantaise (étudiée dans un périmètre plus resserré qu’ici) comme un cas illustrant surtout le modèle sectoriel de Hoyt. La disparition progressive du bastion ouvrier du sud de l’axe Loire aval se double en effet d’un renforcement de la concentration des classes moyennes et supérieures dans le cadran urbain et périurbain nord. L’approche typologique suggère d’autre part une organisation de la division socioprofessionnelle selon une logique de plus en plus concentrique, qui s’exprime via la dilatation géographique des types concentrant les classes moyennes et supérieures, à partir des noyaux initiaux des beaux quartiers, dans le reste de l’espace nantais. Ce double constat invite à évoquer une simplification du modèle de division sociale de l’espace métropolitain nantais, qui n’est toutefois pas de même nature que celle évoquée à propos du cas parisien (Fleury et al., 2012), où l’embourgeoisement général s’articule avec une paupérisation des quartiers les plus populaires, creusant les discontinuités dans l’espace francilien où les écarts sociaux entre quartiers sont plus marqués.

  • 17 À l’image des cadres et des professions intermédiaires qui représentent 27 % des actifs du profil " (...)

46Enfin et loin de la figure médiatique du "ghetto", l’article permet de conclure au maintien de situations de mixité sociale dans la plupart des unités géographiques composant la métropole nantaise, résultat en congruence avec toutes les analyses montrant que les oppositions socio-spatiales exclusives à l’échelle des villes françaises, où une catégorie exclurait quasiment toutes les autres, sont peu fréquentes. En effet, si l’on met de côté les deux types les plus tranchés, dans lesquels une mixité toute relative perdure17, tous les autres types de trajectoires qui rassemblent 85 % des unités géographiques renvoient à des configurations urbaines qui sont autant de combinaisons entre groupes socioprofessionnels, avec des dosages différents. L’espace de la ville-centre est toutefois travaillé par de puissantes logiques d’appropriation par les classes moyennes et supérieures, la dilatation géographique du pôle des quartiers aisés créant des formes de contiguïtés avec les quartiers les plus populaires, en particulier au nord et à l’ouest de Nantes. En complément de la logique aréale qui a présidé aux analyses de cet article, ces discontinuités semblent essentielles à analyser pour penser les divisions sociales de l’espace (Duroudier, 2018), en particulier dans une perspective de géographie sociale pour laquelle le franchissement de seuils et de frontières sociales dans les mondes urbains (Jounin, 2014) interroge la dimension spatiale de l’intériorisation des rapports de domination.

Haut de page

Bibliographie

Apparicio P., 2000, "Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique", Cybergéo : European Journal of Geography, No.34. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/12063.

Authier J.Y, Bonvalet C., Levy J.P. (dir), 2010, Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Authier J.Y., Collet A., Giraud C., Rivière J., Tissot S. (dir.), 2018, Les bobos n'existent pas, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Barbe F., 2014, "Entre "ménagement" et gentrification : exemplarité ou singularité d’une ZAC nantaise ?", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/Entre-menagement-et-gentrification.html

De Bellefon M.P., Eusebio P., Forest J., Pégaz-Blanc O., Warnod R., 2020, "En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville", Insee Focus, No.211. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4806694

Botton H., Cusset P.Y., Dherbécourt C., George A., 2020, L’évolution de la ségrégation résidentielle en France : 1990-2015, Paris, France Stratégie. URL : https://www.strategie.gouv.fr/publications/evolution-de-segregation-residentielle-france.

Bouffartigue P., Gadea C., 2000, Sociologie des cadres, Paris, La Découverte.

Boulay G., Guérois M., Le Goix R., 2011, "Acquéreurs et vendeurs dans l’inflation immobilière à Paris et à Marseille", in : Pumain D., Matteï M.F. (dir.), Données urbaines 6, Paris, Anthropos, 167-179.

Boyer J.C., Burgel G., Deneux J.F., 1983, "Marxisme et géographie urbaine", Villes en parallèle, No.7, 7-19.

Berger M., 2004, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS Editions.

Brun J., Rhein C. (dir.), 1994, La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan.

Brun J., 1994, "Essai critique sur la notion de ségrégation et son usage en géographie urbaine", in : Brun J., Rhein C. (dir.), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, 21-57.

Cabane C., 1990, "Nantes, de la ville industrielle à la ville tertiaire", Cahiers Nantais, No.33-34, 185-197. 

Cartier M., Coutant I., Masclet O., Siblot Y., 2008, La France des "petits-moyens". Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Chabrol M., Collet A., Giroud M., Launay L., Rousseau M., Ter Minassian H., 2016, Gentrifications, Paris, Amsterdam Editions.

Chombart-de-Lauwe P.H. et al,. 1952, Paris et l’agglomération parisienne, Paris, Presses universitaires de France.

Chamboredon J.C., Lemaire M., 1970, "Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement", Revue française de sociologie, Vol.11, No.1, 3-33.

Clerc P., 1967, Grands ensembles, banlieues nouvelles, Paris, Presses universitaires de France.

Clerval A., 2013, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte.

Clerval A., Delage M., 2014, "La métropole parisienne : une mosaïque sociale de plus en plus différenciée", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/La-metropole-parisienne-une.html.

Clerval A., Van Criekingen M., 2014, "Gentrification ou ghetto, décryptage d’une impasse intellectuelle", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/Gentrification-ou-ghetto.html.

Clerval A., Delage M. (dir.), 2019, Vivre à l’est de Paris. Inégalités, mobilités et recompositions socio spatiales, Paris, L’Œil d’or.

Collet A., 2015, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte.

Collet A., Préteceille E., Rivière C., 2015, "La France n’est pas une société d’apartheid. Entretien avec Edmond Préteceille", Métropolitiques, 16 septembre 2015, https://www.metropolitiques.eu/La-France-n-est-pas-une-societe-d-apartheid.html.

Commenges H., Pistre P., 2015, "Visualisation graphique agrégée des trajectoires individuelles : revue de l’existant et application en géographie", M@ppemonde, Vol.117, No.1. URL : https://mappemonde-archive.mgm.fr/num43/articles/art14303.html.

Dasre A., 2012, Les mesures du regroupement spatial des populations. Aspects méthodologiques et applications aux grandes aires urbaines françaises, Thèse de démographie, Université Bordeaux 4.

Delmelle E.C., 2015, "Five decades of neighborhood classifications and their transitions: A comparison of four US cities, 1970-2010", Applied Geography Vol.57, 1-11.

Desponds D., Bergel P., 2013, "Transactions immobilières et substitutions socio-résidentielles en Seine-Saint-Denis", L’Espace géographique, No.2, 115-127.

Desrosières A., Thévenot L, 2002, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte.

Duncan O.D., Duncan B., 1955, "A methodological analysis of segregation indexes", American Sociological Review, Vol.20, No.2, 210-217.

Duroudier S., 2018, Ségrégations et discontinuités dans les villes intermédiaires des États-Unis, Thèse de Doctorat, Université Paris Diderot.

Epstein R., 2021, La distinction urbaine. Sociologie politique des labels et trophées territoriaux, Mémoire d’HDR, Vol.2, IEP de Paris.

Espaces et sociétés, 2008, "La gentrification urbaine", Vol.132-133, No.1.

Fleury A., François J.C., Mathian H., Ribardière A., Saint-Julien T., 2012, "Les inégalités socio-spatiales progressent-elles en Île-de-France ?", Métropolitiques. URL : http://www.metropolitiques.eu/Les-inegalites-socio-spatiales.html.

Gabadinho A., Ritschard G., Müller N.S., Studer M., 2011, "Analyzing and visualizing state sequences in R with TraMineR", Journal of Statistical Software, Vol.40, No.4, 1-37.

Garat I., Pottier P., Guineberteau T., Jousseaume V., Madoré F., 2005, Nantes. De la belle endormie au nouvel Eden de l’Ouest, Paris, Anthropos.

Garat I., 2014, "La Sociologie de Nantes vue par une géographe", Métropolitiques.URL : https://www.metropolitiques.eu/La-Sociologie-de-Nantes-vue-par-une-geographe.html.

George P., 1950, Études sur la banlieue de Paris. Essais méthodologiques, Paris, Armand Colin, Cahiers de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, No.12.

Giraud C., 2013, "Paris gentrifié : les élites contre le peuple ? ", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/Paris-gentrifie-les-elites-contre.html.

Grafmeyer Y., Joseph I., 1990, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier.

Guérois M., Le Goix R., 2009, "La dynamique spatio-temporelle des prix immobiliers à différentes échelles : le cas des appartements anciens à Paris (1990-2003) ", Cybergeo : European Journal of Geography, No.470. URL : http://cybergeo.revues.org/22644.

Gourdon P., Bretagnolle A., Guérois G., Pavard A., 2019, "Des petites villes davantage touchées par la décroissance ? Comparaison des trajectoires démographiques à l’échelle européenne (1961-2011)", Belgeo, Vol.3. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/34876.

Guilluy C., Noyé C., 2004, Atlas des nouvelles fractures sociales en France, Paris, Autrement.

Jounin N., 2014, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, Paris, La Découverte.

Lajoie G., 1998, "La ségrégation des populations urbaines de 1982 à 1990", in : Pumain D., Mattéi M.F. (dir.), Données urbaines 2, Paris, Anthropos, 191-206.

Lambert A., 2015, "Tous propriétaires !". L'envers du décor pavillonnaire, Paris, Le Seuil.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd'hui, Paris, Robert Laffont.

Le Goix R., 2016, "Du manteau d’Arlequin au Rubik’s cube : analyser les multiples dimensions de trente années d’évolutions socio-économiques des quartiers en Californie du Sud", Géoconfluences. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/articles-scientifiques/du-manteau-d-arlequin-au-rubik-s-cube.

Loirand E, 1990, "L’habitat ancien dans le centre-ville nantais", Cahiers Nantais, No.33-34, 267-280.

Madoré F., 2005, "La ségrégation sociale dans les villes françaises : réflexion épistémologique et méthodologique", Cahiers de géographie du Québec, Vol.49, No.136, 45-60.

Madoré F., 2013, "Évolution de la ségrégation socio-spatiale en milieu urbain. Le cas de l’aire urbaine de Nantes", Annales de Géographie, No.692, 371-392.

Madoré F., Rivière J., Batardy C., Charrier S., Loret S. (dir.), 2019, Atlas Social de la métropole nantaise. Au-delà de la ville attractive. URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php.

Masson P., Cartier M., Le Saout R., Retière J., Suteau, M., 2013, Sociologie de Nantes, Paris, La Découverte.

Michel B., 2019, "Dynamiques de réseau et image de marque dans les quartiers créatifs spontanés. Le cas du quartier des Olivettes à Nantes", Revue Marketing Territorial, No.2. URL : http://publis-shs.univ-rouen.fr/rmt/index.php?id=309.

Paulus F., 2004, Co-évolution dans les systèmes de villes : croissance et spécialisation dans les aires urbaines françaises 1950-2000, Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Pinol J.L., 1996, "Les élites et l’espace urbain. Lyon 1906-1936", in : Haumont N. (dir.), La ville : agrégation et ségrégation sociales, Paris, L’Harmattan, 109-130.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 1989, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 2007, Les Ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil.

Pinson G., 2014, "La gauche, la droite, les villes", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/La-gauche-la-droite-les-villes.html.

Préteceille E., 2003, La division sociale de l’espace francilien. Typologie socio-professionnelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-99, Paris, Observatoire Sociologique du Changement FNSP-CNRS.

Préteceille E., 2006, "La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité", Sociétés Contemporaines, No.62, 69-93.

Préteceille E., 2016, "La métropole parisienne à la croisée des chemins : inégalités et ségrégations, traiter les effets ou s’attaquer aux causes", Paris, les cahiers de la métropole, No.5, 36-45.

Préteceille E., 2018, "Dynamique et diversité des classes moyennes dans la métropole parisienne", in : Authier J.Y., Collet A., Giraud C., Rivière J., Tissot S. (dir.), Les bobos n’existent pas, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 119-149.

Pumain D., Saint-Julien T. (dir.), 1995, Atlas de France. Volume 12 : L’espace des villes, Paris, La documentation française.

Rapetti D., 1990, "Images sociales d’une ville", Cahiers Nantais, No.33-34, 125-158.

Ribardière A., 2016, "Richesse et pauvreté dans les communes populaires franciliennes : les politiques du logement changent-elles la donne ?", L’Espace géographique, No.1, 61-78.

Ribardière A., 2019, "Les territoires populaires du Grand Paris : entre paupérisation, gentrification et moyennisation", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/Les-territoires-populaires-du-Grand-Paris.html

Rivière J., 2008, "De l’étalement urbain à la fragmentation sociale ? Typologie des trajectoires d’évolution des aires urbaines françaises de 1968 à 1999", in : Zaninetti J.M., Maret I. (dir.), Étalement urbain et ville fragmentée à travers le monde, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 23-36.

Rivière J., 2011, "La division sociale des espaces périurbains français et ses effets électoraux", in : Pumain D., Mattei M.F. (dir.), Données urbaines 6, Anthropos, 11-20.

Rivière J., 2020, "Quels clivages socioprofessionnels dans la métropole nantaise aujourd’hui ?", in : Madoré F., Rivière J., Batardy C., Charrier S., Loret S. (dir.), Atlas Social de la métropole nantaise. Au-delà de la ville attractive. URL : http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=349.

Robette N., 2011, Explorer et décrire les parcours de vie : les typologies de trajectoires, Paris, CEPED.

Robette N., 2012, "L’analyse de séquences : une introduction avec le logiciel R et le package TraMineR", Carnet Quanti. URL : https://quanti.hypotheses.org/686.

Roncayolo M., 1952, "Évolution de la banlieue marseillaise dans la basse vallée de l’Huveaune", Annales de Géographie, No.327, 342-356.

Rosa Bonheur, 2019, La ville vue d'en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Éditions Amsterdam.

Rougé L., 2005, Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain toulousain Les "captifs" du périurbain ?, Thèse de doctorat, Université de Toulouse 2.

Schwabe M., 2007, "La ségrégation résidentielle dans les plus grandes villes françaises (1968-1999) : quel modèle urbain ? ", Cybergéo, No.398. URL : http://cybergeo.revues.org/10182.

Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O., Renahy N. (dir.), 2015, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Topalov C., 2013, "Trente ans de sociologie urbaine. Un point de vue français", Métropolitiques. URL : https://www.metropolitiques.eu/Trente-ans-de-sociologie-urbaine.html.

Van Criekingen M., 2018, "Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launay, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications", Métropoles, Vol.22. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5638.

Wacquant L., 2007, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État. Une sociologie comparée de la marginalité sociale, Paris, La Découverte.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Les contours des matériaux empiriques mobilisés

La principale difficulté de mise en œuvre d’une telle démarche réside dans la disponibilité des données des recensements de la population à l’échelle d’une maille géographique fine, et ce dans le périmètre de l’aire urbaine de l’INSEE qui semble le plus pertinent pour penser les divisions sociales de l’espace métropolitain. Saisir avec toute la finesse souhaitée les variations géographiques et temporelles de ces divisions implique en effet de travailler à l’échelle des IRIS (Îlots Regroupés pour l’Information Statistique), ou bien des communes pour celles qui ne sont ne sont pas découpées en IRIS. Pour cela, sont utilisés les résultats des quatre derniers recensements généraux de la population de l’INSEE (1975, 1982, 1990 et 1999) et celles des recensements annualisés de la population de 2007 et de 2015, afin de travailler sur la base de périodes intercensitaires comparables d’environ huit ans.

À partir de 1999, la trame géographique des IRIS a servi de niveau de diffusion de certaines variables du recensement général de la population, puis a été légèrement actualisée en 2009 pour être utilisée dans le cadre des recensements désormais annualisés. Pour le recensement de 1990, une demande à l’ADISP-PROGEDO a été faite en vue d’obtenir les données de ce recensement d’emblée dans la maille des IRIS de 199918. Pour les recensements antérieurs de 1975 et 1982, la stratégie a consisté à partir des fichiers détails individus, qui comprennent une variable de localisation relative à l’îlot dans lequel l’individu est enquêté – l’îlot étant la maille élémentaire utilisée pour les opérations de recensement, ces îlots étant ensuite agrégés pour fabriquer les IRIS –, pour procéder à une tabulation de ces individus dans la trame des îlots de l’époque19. Aucun plan général des îlots de la métropole nantaise n’ayant été retrouvé, ni à la division régionale de l’INSEE Pays de la Loire, ni dans les fonds d’archives nationales de l’INSEE, il a donc fallu reconstituer cette couche d’information des 3 545 îlots de 1975 et des 3 382 îlots de 1982 par un lourd travail de digitalisation dans un SIG. Ce travail a été réalisé îlot par îlot, sur la base des "bordereaux de district", dont chaque agent recenseur disposait sur le terrain, ces bordeaux ayant heureusement été versés aux Archives Départementales de Loire-Atlantique20. Une fois les fichiers individus des recensements de 1975 et 1982 tabulés dans leurs îlots respectifs, ces tabulations ont été ventilées dans la maille géographique des IRIS de 1999, en utilisant pour cela un procédé de contribution surfacique21. De la même manière, les données du recensement de 2015, disponibles dans la trame nouvelle des IRIS 2009, ont été réaffectées dans la maille géographique des IRIS 1999 via le même procédé. Ces différentes étapes ont permis de disposer enfin des données dans une maille géographique constante sur la période 1975-2015, autorisant des traitements statistiques diachroniques22.

Comme l’a précisé l’introduction, les données utilisées pour étudier la division sociale de l’espace dans cet article sont relatives aux catégories socioprofessionnelles des actifs23, cette nomenclature présentant par ailleurs une relative stabilité sur la période étudiée. La nomenclature des PCS a en effet connu trois changements en 1982, puis quelques retouches mineures en 2003, mais ces modifications n’empêchent pas les comparaisons lorsque l’on travaille au niveau le plus agrégé de la nomenclature : celui des six groupes socioprofessionnels des actifs24. Si les usages des niveaux plus fins de cette nomenclature ont largement montré leur rendement analytique supérieur en géographie et sociologie urbaines (à commencer par Préteceille, 2003), la problématique de cet article, axée sur une lecture diachronique, rend malheureusement impossible son usage sur la période 1975-2015.

Annexe 2. Formules des deux indices utilisés dans la première partie de l’article

Indice de ségrégation (IS)

Indice de ségrégation (IS)

xi = Population du groupe X dans l’unité spatiale i
X = Population du groupe X dans toutes les unités spatiales
ti = Population totale dans l’unité spatiale i
T = Population totale dans toutes les unités spatiales
n = Nombre d’unités spatiales

Indice de Dissimilarité (ID)

Indice de Dissimilarité (ID)

xi = Population du groupe X dans l’unité spatiale i
X = Population du groupe X dans toutes les unités spatiales
yi = Population du groupe Y dans l’unité spatiale i
Y = Population du groupe Y dans toutes les unités spatiales
n = Nombre d’unités spatiales

Annexe 3. Schématisation de la démarche méthodologique de la seconde partie

J. Rivière, S. Charrier, 2021.

Haut de page

Notes

1 Les travaux analysant les transformations des mondes périurbains parus dans les années 2000 et ceux centrés sur le processus de gentrification des espaces centraux publiés dans les années 2010 sont, assez logiquement, parmi les plus attentifs au changement social.

2 Cette faible épaisseur historique des travaux portant sur la ségrégation s’observe également dans d’autres contextes géographiques, comme celui des États-Unis (Duroudier, 2018).

3 Clerval a pu disposer de la structure sociale des IRIS parisiens intra-muros sur la période 1982-1999, notamment grâce aux données INSEE retravaillées par l’APUR (Atelier Parisien d’Urbanisme et de Recherche).

4 C’est pourquoi l’expression de division socioprofessionnelle de l’espace est utilisée ensuite dans l’article.

5 Cet article ayant été écrit avant la révision de la nomenclature INSEE, l’analyse empirique y est conduite dans le périmètre des 108 communes du zonage en aires urbaines de 2010, la nouvelle "aire d’attraction" de 2020 comptant 116 communes, ce qui n’altère donc que très marginalement les résultats obtenus sur la base de l’ancien périmètre.

6 La place occupée par les cadres dans les hiérarchies sociales et symboliques a toutefois évolué au cours de cette période, la catégorie s’étant étendue et donc banalisée (Bouffartigue, Gadea, 2000).

7 Comme c’est déjà le cas sur les seuls actifs occupés, du fait du taux de chômage plus faible des cadres (Rivière, 2020).

8 Cela ne signifie pas pour autant que les inégalités de distribution des revenus n’aient pas augmenté entre les habitants sur cette période, ce qui est une autre question.

9 Ces étapes ont été mises en œuvre techniquement sous le logiciel R, voir : https://quanti.hypotheses.org/686

10 Ainsi et pour reprendre l’exemple d’une unité géographique comptant 35 % de cadres parmi ses habitants actifs – ce qui renvoie au type "10-très aisé" de la typologie –, aucun IRIS ou commune n’atteint ce seuil en 1975, le type apparaît en 1982 pour qualifier deux IRIS (Monselet et Guist’hau) des beaux quartiers nantais, et rassemble finalement 56 unités géographiques en 2015.

11 Les 294 unités géographiques étudiées forment 230 séquences différentes, dont 196 séquences uniques. La séquence "1-3-3-4-6-6" est celle revient le plus souvent (15 fois) et correspond par exemple à un profil initial très agricole et populaire qui se "normalise" progressivement, en suivant les mutations de la structure socioprofessionnelle métropolitaine.

12 Ces graphiques (index plots dans TraMineR) évoquent visuellement des "tapis" multicolores tissés de fils horizontaux. Chaque fil/segment horizontal représente une séquence, découpée en sous-segments correspondant aux différents états successifs qui composent la séquence.

13 En outre, c’est parmi les actifs de ces GS populaires que le taux de chômage est le plus fort, et c’est aussi dans ces quartiers que la part des adultes inactifs est la plus importante.

14 Cette facette résidentielle de la gentrification peut s’articuler, selon les contextes, avec des changements morphologiques (rénovation ou réhabilitation du bâti, embellissement de la voirie et l’espace public) ou fonctionnels (transformation de l’offre de commerces et de services), qui ne sont pas analysés ici.

15 Treize unités géographiques de cette classe ont ainsi un profil-type 6 ou plus aisé, dès 1975. À noter que si l’on a ici fait le choix de laisser la procédure automatique d’appariement optimal réaliser le classement des séquences de trajectoires afin que nos regards de chercheurs n’influencent pas la classification, il est également possible, à l’inverse, de procéder à un tri manuel des séquences en fonction de problématisations définies en amont, "cette démarche inductive et lourde permet[tant] notamment de mettre en récit les trajectoires selon les principales dynamiques identifiées" (Duroudier, 2018, p.425).

16 En effet et "dans l’analyse de dynamiques métropolitaines, il faut insister sur le biais d’analyse qu'engendre, si l’on n’y prend garde, un regard tourné vers des types de lieux spécifiques (le downtown rénové, les quartiers gentrifiés, les gated communities, les edge-cities, les boomburbs, les technopôles et les airport-cities...)" (Le Goix, 2016), or cette remarque formulée à propos de Los Angeles nous semble tout aussi essentielle dans le contexte des études urbaines françaises.

17 À l’image des cadres et des professions intermédiaires qui représentent 27 % des actifs du profil "Paupérisation", et symétriquement des 27 % d’actifs employés et ouvriers qui vivent dans les quartiers en "Embourgeoisement accéléré".

18 Dans le catalogue de l’ADISP-PROGEDO, l’enquête "lil-0251" permet la comparaison des recensements de 1990 et 1999 à découpage spatial constant pour certaines variables.

19 Dans ce même catalogue, il s’agit des enquêtes "lil-0141" et "lil-0139" qui ont été exploitées dans le cadre d’un "Produit Sur Mesure" (PSM) proposé par l’ADISP-PROGEDO et réalisé par la division "pôle CODEX" (Chercheurs et Offre de diffusion experts) de l’INSEE Normandie. Que l’ensemble des collègues de ces institutions soient ici remerciés pour leur disponibilité dans le cadre de nos échanges.

20 Côtes d’archives AD 44 No.1401 W – 1 à 99 pour le recensement de 1975 et No.1443 W – 1 à 83 pour le recensement de 1982.

21 Cette ventilation entre couches a été réalisée sous le logiciel R, grâce au script "Reapportion data from one geography to another in R", voir : https://github.com/joelgombin/spReapportion

22 Dix-neuf IRIS (correspondant à des espaces naturels ou des zones d’activité commerciales ou industrielles) ont été écartés de l’analyse en raison d’une population inférieure à 100 individus actifs à au moins une date de recensement.

23 C’est pourquoi l’expression de division socioprofessionnelle de l’espace est utilisée ensuite dans l’article.

24 On peut rappeler au lecteur qu’au niveau le plus agrégé de la nomenclature, les retraités constituent un septième groupe, et qu’un huitième groupe permet de classer les "autres inactifs et les chômeurs n’ayant jamais travaillé". Les chômeurs ayant déjà occupé un emploi sont donc classés parmi les six catégories d’actifs, en fonction de leur dernière profession. On a ici fait le choix d’agréger le groupe des "agriculteurs exploitants" avec celui des "artisans, commerçants et chefs d’entreprises", à la fois pour des raisons de robustesse statistique et pour mieux équilibrer le poids joué par les différentes variables dans certains traitements quantitatifs, mais aussi parce que ces deux groupes agglomèrent pour l’essentiel des "indépendants" (Desrosières, Thévenot, 2002). Enfin, les retraités n’ont pas été intégrés à l’analyse bien qu’ils occupent une partie importante du parc de logement et que les effets de l’appartenance à un groupe socioprofessionnel perdurent bien après le départ en retraite. Toutefois l’impossibilité de mobiliser la nomenclature des PCS à un niveau suffisamment fin empêche de distinguer les retraités selon leur catégorie d’origine, ce qui aurait conduit à disposer d’une variable sans consistance sociologique, agglomérant indistinctement l’ensemble des retraités. L’intégration d’une telle variable aurait en outre conduit à introduire indirectement un indicateur de la structure par âge, biaisant l’analyse centrée sur les divisions socioprofessionnelles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les profils socioprofessionnels de la ville-centre de Nantes et de son aire urbaine à l’épreuve des tendances nationales (en % des actifs)
Crédits J. Rivière, S. Charrier, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 2 : L’évolution des indices de ségrégation des groupes socioprofessionnels d’actifs dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015
Crédits F. Madoré, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3 : L’évolution des indices de dissimilarité des groupes socioprofessionnels d’actifs dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015
Crédits F. Madoré, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 4 : Les dix profils-types de quartiers selon leurs caractéristiques socioprofessionnelles dans l’aire urbaine de Nantes entre 1975 et 2015
Crédits J. Rivière, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 5 : Les profils socioprofessionnels successifs des espaces de l’aire urbaine nantaise (1975-2015)
Crédits J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-5.gif
Fichier image/gif, 773k
Titre Figure 6a : Une typologie des séquences de changement social dans l’aire urbaine nantaise (1975-2015)
Crédits J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6b : Les profils des classes issues de l’analyse des séquences
Crédits J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 7 : L’intérêt des séquences pour travailler sur les gentrifications
Crédits J. Rivière, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Indice de ségrégation (IS)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-9.png
Fichier image/png, 3,5k
Titre Indice de Dissimilarité (ID)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-10.png
Fichier image/png, 3,0k
Crédits J. Rivière, S. Charrier, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Rivière, François Madoré, Christophe Batardy, Isabelle Garat et Nicolas Raimbault, « Les divisions socioprofessionnelles en mouvement d’une métropole attractive. Le cas de l’aire urbaine de Nantes (1975-2015)  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 975, mis en ligne le 19 avril 2021, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/36572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.36572

Haut de page

Auteurs

Jean Rivière

Maître de conférences en géographie à l’université de Nantes, UMR ESO 6590 CNRS, France jean.riviere@univ-nantes.fr

François Madoré

Professeur de géographie à l’université de Nantes, UMR ESO 6590 CNRS France, françois.madore@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Christophe Batardy

Ingénieur d’études Ministère de la Culture, UMR ESO 6590 CNRS, France christophe.batardy@univ-nantes.fr

Isabelle Garat

Maîtresse de conférences HDR en géographie à l’université de Nantes, UMR ESO 6590 CNRS, France isabelle.garat@univ-nantes.fr

Nicolas Raimbault

Maître de conférences en géographie à l’université de Nantes, UMR ESO 6590 CNRS, France nicolas.raimbault@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search