Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2021Pour une géographie des courses à...

2021
977

Pour une géographie des courses à pied en France

For a geography of running races in France
Geografía del running en Francia
François Madoré et Stéphane Loret

Résumés

La course à pied est en plein développement en France depuis quelques décennies et cette pratique s’accompagne d’une multiplication des événements sportifs dans de nombreux territoires. Toutefois, les logiques géographiques à l’origine de la diffusion spatiale du phénomène n’ont jamais été analysées. C’est pourquoi cet article revient dans un premier temps sur les raisons du développement de ce phénomène, avant de présenter la méthode mise en œuvre pour construire la première base de données géographiques des courses à pied en France, ce qui permet ensuite de dessiner les traits caractéristiques de cette géographie à l’échelle du territoire français. Une régression linéaire multiple montre que les départements les plus ruraux ont tendance à avoir une densité de courses à pied supérieure, en particulier ceux situés dans la moitié méridionale de l’hexagone également plus montagneux, ce qui n’est pas sans lien avec la croissance bien plus prononcée des trails nature que des courses sur route. Enfin, si ce modèle de régression n’explique qu’un peu plus de la moitié de la variance, c’est peut-être parce que l’ubiquité du phénomène courses à pied est telle qu’il se traduit par une très large couverture spatiale, bien qu’inégalitaire en termes de densité, tant la course à pied est devenue une manifestation d’animation territoriale, y compris dans de nombreuses petites communes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la décennie 1970, la course à pied connaît en France un engouement croissant. Selon le baromètre du running de la Fédération française d’athlétisme (FFA) développé par Sportlab, 12 millions de Français en seraient des adeptes réguliers (au moins une fois par semaine) en 2016. Avant cette massification progressive de la pratique, la course à pied hors stade était perçue, par les fédérations d’athlétisme notamment, comme largement étrangère aux codes sociaux athlétiques en vigueur (Yonnet, 1986), car seule la compétition sur piste permettait de sélectionner une élite par filtres successifs, via l’organisation de championnats départementaux, régionaux puis nationaux. Le film documentaire de Pierre Morath, Free to run (2016), rappelle fort opportunément combien, jusque dans les années 1970, la course à pied était perçue comme déviante, marginale et pratiquée par des "coureurs initiés, transgressifs et contestataires" (Massardier, Vazquez, 2019), un véritable "acte de rébellion" pour reprendre le titre de l’article de la journaliste de Télérama Weronika Zarachowicz lors de la sortie du film. Ce procès en légitimation s’est traduit par une opposition de la part de la FFA à l’organisation d’épreuves et à une interdiction pour les licenciés de participer à des courses sur route, générant ainsi une guerre des pratiques (Yonnet, 1982). J. Defrance (1989) évoque même un schisme, une crise organisationnelle, où les nouveaux venus à la course à pied étaient exclus. Toutefois, l’envie de courir non pas principalement dans un objectif de performance, mais avant tout pour se faire plaisir et entretenir son corps, dans une société marquée à la fois par l’avènement des loisirs (Corbin, 1995), le sacre du temps libre (Viard, 2002) et la sédentarisation croissante des postures professionnelles, a puissamment favorisé l’essor du running à partir des années 1980 (Segalen, 1994, 2017).

  • 1 "En Angleterre, le groupe le plus important de coureurs sur route est constitué d’hommes blancs âgé (...)

2Cette croissance spectaculaire de la pratique s’est accompagnée par ailleurs d’une multiplication des courses à pied hors stade : 6 748 ont été organisées en 2018 en France sous l’égide de la FFA (Massardier, Vazquez, 2019), soit environ 130 par semaine, contre 500 seulement en 1980 (Defrance, 1989). "Les compétitions en lien avec l’univers de la course à pied ont tendance à augmenter de manière rapide et soutenue depuis 2010", à un point tel que "cet accroissement des compétitions crée aujourd’hui un réel embouteillage du calendrier des épreuves et entraîne des questionnements sur la nécessité de limiter le nombre de courses. Le marché arrive à un point de saturation" (Massardier, Vazquez, 2019, p.5). Cinq millions de Français ont ainsi participé à une course en 2016, selon le baromètre du running de Sportlab, et la grande majorité de ses concurrents ne sont pas licenciés à la FFA, celle-ci ne rassemblant que 315 000 licenciés en 2018, car "l’idée de "plaisir " dans le sport est à l’origine de cette scission entre le mouvement sportif fédéral dont l’objectif est la production de performances et le mouvement des sports dits "funs" dont la course sur route fait partie" (Waser, 1998, p.64). C’est bien parce que la FFA a pris conscience que le succès des courses à pied n’était pas éphémère et que ces événements rassemblaient essentiellement des non licenciés, donc non socialisés à la pratique athlétique institutionnelle, qu’elle va accepter cette nouvelle pratique sportive et chercher à la contrôler. Ainsi, la course à pied, après s’être développée originellement hors contexte fédéral, a connu, comme d’autres pratiques sportives dites fun, un processus d’institutionnalisation, même si la grande majorité des pratiquants n’adhère pas à un club, que ce soit en France comme nous venons de le voir mais aussi à l’étranger : ainsi, "In England, the largest single group of road runners consists of white males between the age of 35 and 44 who […] are not affiliated to formal coaching or a running club"1 (Cook, Shaw, Simpson, 2016, p.5).

3Cette croissance exponentielle de la pratique du running et la démultiplication de l’offre s’accompagnent parallèlement d’un processus de diversification des types de course proposés (course sur route, trail nature ou urbain, ultra-trail, courses à thème, etc.) et des distances parcourues. Par sa démultiplication dans l’espace, la course à pied innerve donc très largement les territoires et certaines d’entre elles, par leur ampleur et leur résonance médiatique et/ou sportive, peuvent même être considérées comme des ressources territoriales, comprises comme "le passage de la ressource naturelle initiale, entendue comme un potentiel, à la ressource construite sur un territoire spécifique, entendue comme un vecteur de développement" (Bessy, 2010, p.17-18). L’organisation d’une course à pied prend alors les habits d’un événement festif et les retombées socio-économiques ainsi que touristiques de certaines épreuves sont loin d’être négligeables, comme l’ont montré des travaux portant sur les marathons en France (Lapeyronie, 2009, 2010) ou plus spécifiquement sur certaines épreuves emblématiques, comme le Marathon Nice-Cannes (Ben Mahmoud Massiera, 2012) et l’Ultra trail du Mont-Blanc (UTMB) (Bessy, 2016). C’est précisément parce que la course à pied peut constituer une ressource territoriale et qu’elle contribue à ce titre à l’élaboration d’une stratégie de marketing urbain (Rosemberg, 2000) que certaines collectivités territoriales deviennent partenaires de ces événements, tant ceux-ci, en particulier lorsqu’il s’agit de grandes épreuves internationales drainant des milliers de concurrents, contribuent à la construction d’une image positive des territoires et augmentent le capital symbolique des maires (Blin, 2012).

  • 2 Pour plus de précision, Simon Cook, géographe à Birmingham City University, a créé un blog sur les (...)

4Si la course à pied ou l’événementiel running innerve donc très largement les territoires, il reste à en dessiner la géographie. Une littérature scientifique abondante, émanant principalement de la sociologie du sport et des STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), s’est attachée à analyser les dimensions sociales de cette pratique, permettant ainsi de bien connaître le profil sociodémographique des runners, les motivations à pratiquer le running, ainsi que les retombées socio-économiques des grandes épreuves. En termes de méthodes, ces travaux reposent principalement sur le recours à l’enquête, par questionnaire le plus souvent, voire par entretien. L’ouvrage collectif portant sur le running en Europe (Scheerder, Breedveld, Borgers, 2015), qui offre un large panorama de l’essor du running en présentant dix monographies de pays, ouvrage auquel ont contribué des chercheurs issus des STAPS et de la sociologie, mobilise ainsi des dispositifs d’enquêtes articulés autour de questionnaires et complétés pour quelques-uns par des entretiens. Au Royaume-Uni, Simon Cook (2016)2, l’un des rares géographes à avoir investi cette question, en s’intéressant à la course à pied avant tout comme une pratique au quotidien insérée dans l’espace urbain, a mobilisé quant à lui des entretiens. Enfin, en France, six dispositifs d’enquêtes quantitatives à base de questionnaires, complétés pour deux d’entre eux par des entretiens, ont pu être identifiés de façon certaine. En revanche, aucun travail n’a, à notre connaissance, décrypté les logiques de diffusion spatiale des courses à pied. L’atlas des sports en France, paru en 1987 (Mathieu, Praicheux), ne propose ainsi aucune carte portant sur la course à pied, parmi les 167 montrant les différenciations géographiques des pratiques sportives, les auteurs évoquant simplement au détour d’une phrase l’essor de cette pratique hors cadre fédéral dans les pages consacrées à l’athlétisme. Ces logiques spatiales relèvent-elles par exemple d’un tropisme métropolitain adossé à l’organisation de grandes épreuves de masse, comme les marathons urbains rassemblant des milliers, voire des dizaines de milliers de concurrents ? Ou obéissent-elles plutôt à un essaimage symptomatique d’un ancrage local où, dans l’ombre des épreuves phares, de nombreux territoires ruraux ou périurbains capteraient également ce phénomène ? Notre objectif consiste donc bien à combler cette lacune dans la connaissance des logiques de diffusion spatiale des courses à pied à l’échelle du territoire français métropolitain et trois temps fort vont alors rythmer notre analyse. Dans un premier temps, nous reviendrons, à travers un rapide et indispensable état de l’art, sur la course à pied comme phénomène de société, pour mieux en comprendre les racines et ressorts. Puis nous présenterons la méthode mise en œuvre pour construire la première base de données géographiques de l’événementiel running en France. Enfin, nous essaierons de dessiner les traits caractéristiques de cette géographie des courses à pied à l’échelle du territoire français.

L’essor du running et de la course à pied : miroir d’une société portée par l’hédonisme

Croissance exponentielle d’une pratique au cœur des activités physiques et sportives

  • 3 "Même s’il est difficile d’établir des comparaisons, le fait le plus marquant de ces données est qu (...)

5La croissance spectaculaire de la population des runners et des courses à pied en France n’est pas spécifique à l’hexagone. On estime ainsi qu’il y avait, en 2013, 50 millions de pratiquants dans les 28 pays de l’Union européenne : "Even though comparisons are difficult to make, the most noteworthy fact from these data is that in all of the seven countries that have data over time, a remarkable increase in participation levels is observed. Clearly, running has gained in popularity in Europe. Based on these numbers, and extrapolating these number to the 28 countries that are members of the EU, the total number of people engaged in running in the EU can be estimated at 50 million runners (or rather, 45–55 million runners)"3 (Scheerder, Breedveld, Borgers, 2015, p.246).

6Du fait de cette explosion du nombre de runners, la course à pied fait désormais partie des activités physiques et sportives les plus pratiquées en France, selon l’édition 2018 du baromètre national des pratiques sportives, portant sur l’ensemble de la population de 15 ans et plus : "l’univers de la course et de la marche est celui qui domine tous les autres, chez les hommes comme chez les femmes, chez les moins de 40 ans comme chez les 40 ans et plus" (Croutte, Müller, 2018, p.10). Selon ce baromètre, 40 % des Français de 15 ans et plus ont pratiqué la course ou la marche au cours des douze derniers mois, loin devant les activités de la forme et de la gymnastique (22 %), les sports aquatiques et nautiques (20 %) puis les sports de cycles et motorisés (18 %). En décomposant plus finement ces catégories de pratiques, le footing-jogging réunit 16 % de pratiquants et apparaît en troisième position dans la hiérarchie des pratiques, derrière la randonnée pédestre (23 %) mais quasiment à égalité avec la nage-natation (17 %).

7Cette forte appétence des Français pour la pratique du running est à resituer dans un contexte de massification croissante des activités physiques et sportives d’une manière générale. Ainsi, selon le dispositif d’enquête de l’Insee portant sur les ressources et les conditions de vie, entre 2009 et 2015, la part des hommes pratiquant au moins une fois par semaine une activité physique a augmenté de deux points (de 31 % à 33 %) et celle des femmes a même fait un bond de six points (de 25,9 % à 31,7 %), ce qui amène le niveau de pratique des femmes quasiment au niveau de celui des hommes (Gleizes, 2017).

Féminisation croissante de la pratique mais maintien d’inégalités sociales

  • 4 "La transformation la plus intéressante en termes de participation à la course à pied au cours des (...)

8La croissance spectaculaire, ces dernières décennies, de la population des runners s’explique, du moins en partie, par l’élargissement de la pratique à des catégories de population qui étaient moins impliquées, notamment les femmes, ce qui traduit bien l’homogénéisation progressive des pratiques sportives selon le genre : "Perhaps the most interesting development in running participation over the last decades is the changing balance between the sexes. Data from nine countries with available time-trend data all point to the fact that the proportion of women participating in running is rising… In marathons as well as in shorter distances and running in general, women are increasingly catching up with men. Nowadays, it is becoming increasingly common to see women running"4 (Scheerder, Breedveld, Borgers, 2015, p.247).

  • 5 "Dans chacun des six pays pour lesquels nous disposons de données, il semble que la course à pied a (...)

9Cette très forte progression de la population des runners, portée entre autres par sa féminisation, s’accompagne par ailleurs du maintien d’importantes inégalités sociales dans la pratique du running. Différentes enquêtes réalisées ces dernières années dans des pays européens le confirment, la course à pied participe toujours d’un processus de distinction sociale (Bourdieu, 1979), avec une très nette surreprésentation des membres issus des classes supérieures parmi la population des runners et une forte sous-représentation des classes populaires : "In each of the six countries that we had data for, it appeared that running appeals more to people with higher levels of education than to people with lower levels of education"5 (Scheerder, Breedveld, Borgers, 2015, p.250). Certes, un processus de démocratisation de la pratique du running et de la participation aux grandes épreuves de type marathon peut être observé en France, mais les différences de pratiques sociales, mises en évidence par des enquêtes sociologiques réalisées dès la première moitié des années 1980 (Faure, Suaud, 2002), restent encore bien marquées (Bessy, Lapeyronie, 2009). Par exemple, sur le Marathon Nice-Cannes, pas moins de 70 % des 597 coureurs ayant répondu à un questionnaire (Ben Mahmoud, Massiera, 2012) sont diplômés de l’enseignement supérieur. Il semblerait que "davantage que le temps ou l’argent, c’est l’absence, chez les catégories sociales les plus modestes et les plus démunies, d’un registre de valeurs leur permettant de se penser sportif ou marathonien, qui serait le facteur explicatif dominant" (Bessy, Lapeyronie, 2009, 93). Autrement dit, les classes supérieures, aguerries à la compétition scolaire et sociale, seraient plus enclines que les catégories populaires à la pratique de la course à pied, notamment de longue distance, « les temps réalisés exprim[a]nt le goût des classes privilégiées pour l’excellence » (Faure, Suaud, 2002, p.117).

Trois registres de pratique : sportif, hédonique et territorial

10Si le running est devenu un véritable phénomène de société et qu’il représente désormais une activité majeure dans la panoplie des pratiques physiques et sportives des individus, c’est qu’il est multi facettes ou à géométrie variable. Nous distinguons ainsi trois registres interprétatifs du phénomène : sportif, hédonique et territorial. Ne perdons pas de vue cependant que ces trois registres ne sont pas exclusifs, tant ils peuvent être complémentaires ou même s’interpénétrer. Ainsi, la souffrance est consubstantielle à l’effort sportif, surtout lorsqu’il s’agit d’un sport d’endurance comme la course à pied, mais elle peut être associée et de façon paradoxale, du moins en apparence, à la notion de plaisir : plaisir de se dépasser, d’atteindre certaines performances, sensations agréables.

11Le registre sportif renvoie à l’essence même de la pratique athlétique. L’objectif visé est alors la performance, même s’il s’agit, pour la grande majorité des concurrents, autant sinon plus d’une compétition vis-à-vis de soi-même que de se mesurer aux autres. Cela renvoie à la coexistence de deux formes de pratiques sportives mettant en jeu le principe d’égalité et constituant les systèmes des sports (Yonnet, 1998), avec d’un côté le sport d’élite ou sport-spectacle, qui met en compétition des égaux, c’est-à-dire les meilleurs dans leur discipline, et de l’autre le sport de masse, qui oppose des sportifs très inégaux et visant avant tout, dans une course à pied, une référence chronométrique proportionnée à leur potentiel physique et sans se soucier du classement. C’est cette quête performative, mais liée à l’idée de dépassement de soi, qui pousse des runners à tester leurs limites en se confrontant à l’extrême, notamment en participant à des ultra-trails (Barthélémy, 2002 ; Bessy, 2005 ; Knobé, 2007).

  • 6 "Les communautés ligth de running sont des groupes plutôt petits et auto-organisés de coureurs qui (...)
  • 7 "Le plaisir tiré de ce sport extrême n’est compris que par ceux qui le pratiquent, et la compréhens (...)

12Mais si le running a connu un tel essor en France comme dans bien d’autres pays, c’est qu’il correspond aussi à un registre hédonique, consistant d’abord et avant tout à se faire plaisir, une forme d’"entrée non sportive dans le sport" (Yonnet, 1982, p.4) qui recouvre des réalités multiples. Fondamentalement, ce registre s’exprime par la volonté de bien se porter physiquement et mentalement, réponse à une quête historique de bien-être (Vigarello, 1993) et de vivre le plus longtemps possible en bonne santé, mais aussi de se construire une image positive de soi-même, source de valorisation individuelle et de reconnaissance sociale. Cet hédonisme peut aussi signifier une volonté de reprendre en main son quotidien en s’octroyant une plage de respiration ou une forme d’évasion (Cook, Shaw, Simpson, 2016), en ouvrant un nouvel espace temporel pour soi, en s’offrant un oasis de décélération (Rochedy, 2015) dans un monde marqué par le culte de l’urgence (Aubert, 2009) et par une sensation de manquer de temps en permanence, de courir au sens métaphorique derrière le temps qui file, bref d’être pris dans une logique d’accélération (Rosa, 2012). Par ailleurs, si le running relève par essence des pratiques sportives individuelles, il est l’expression paradoxalement, du moins en apparence, d’une quête de sociabilité et de convivialité, tant il est associé à une nouvelle façon de courir, beaucoup plus en groupe, mais pas nécessairement au sein d’un club. Une étude réalisée en Flandres montre ainsi que 40 % des runners pratiquent leur loisirs au sein d’une ligth community, définie de la façon suivante : "Light running communities are rather small self-organised groups of runners that practise sport outside a sports club setting, and are thus independent from formal organisations or (long-term) memberships"6 (Borgers, Vos, Scheerder, 2015, p.34). Quant à la course à pied en compétition, elle est créatrice de liens de socialisation, comme l’ont montré une série de travaux, dont ceux de S. Nettleton sur les coureurs participants aux Fell Running ou courses de montagne dans le Lake District du nord de l'Angleterre : "The pleasure derived from this extreme sport is something understood only by those who participate in it, and the shared empathetic understanding of running on the fells gives rise to a novel form of sociality"7 (2013, p.200).

13Enfin, un troisième registre peut être distingué, construit autour du lien tissé autour du territoire. Les courses à pied constituent en effet une manifestation de la dynamique des territoires, en particulier de leur dynamique associative, dans la mesure où la très grande majorité d’entre elles, soit environ 90 %, sont organisées par des associations sportives locales (Massardier, Vazquez, 2019). L’essor des courses ludiques et festives, principalement depuis les années 2010, mais plus globalement la mise en fête des courses, avec le renfort de groupes de musique et le déploiement d’animations diverses, participe de l’affirmation d’une dimension festive des territoires (Gravari-Barbas, 2009), même si l’événement en soi est éphémère. Cette valorisation territoriale peut aussi s’accompagner d’une dimension patrimoniale et touristique, car non seulement la participation à une épreuve peut être prétexte à découvrir le territoire d’inscription de la course, mais le parcours "doit être porteur de symboles patrimoniaux" (Blin, 2012, p.273) en vue d’offrir une belle carte postale du lieu où se déroule l’épreuve. Notons enfin que ce lien tissé autour du territoire traduit de plus en plus fréquemment une quête de nature, dont témoigne l’appétence croissante pour le trail : pour une course sur route organisée en France en 2018, plus de trois trails sont proposés, la majorité dans un cadre naturel, et le nombre de trails a plus que doublé en seulement quatre ans, soit depuis 2014 (Massardier, Vazquez, 2019).

14Au final, le formidable essor du running et de façon concomitante des courses à pied renvoie une vision dichotomique de la société. D’un côté, ce phénomène peut être interprété comme une représentation de l’hyper-modernité (Lipovetsky, 2004), tant il fait écho à l’injonction au bien-être, à la mobilité, au culte de la performance (Ehrenberg, 1991) et du toujours plus incarné par la recherche des limites, que celles-ci soient physiques ou psychologiques, dans une société portée par un processus d’individuation conduisant les individus à chercher à donner sens à leur vie. La course à pied peut ainsi mettre à très rude épreuve les corps, par la durée de l’effort consenti qui peut atteindre quelques dizaines d’heures dans les ultra-trails, plongeant l’être humain dans un espace-temps élastique le privant du repos nocturne nécessaire. C’est pourquoi "l’ultra-trail interroge la production de modes de relations à soi et le paradoxe d’une hyper-modernité" (Plard, 2019a). Cette violence faite au corps peut être redoublée si elle s’exerce sur un parcours exigeant, avec un relief accidenté et/ou des conditions météorologiques particulières, comme courir dans la neige, le froid ou au contraire de fortes chaleurs. Mais, d’un autre côté, si la course à pied entre en résonance avec l’hyper-modernité, elle est tout sauf déterritorialisée. Elle arrime au contraire le coureur à un territoire et prend sens dans ce lien avec ce territoire. Sans surprise, les aménités supposées de ce territoire sont fréquemment mises en avant et valorisées par les organisateurs pour assurer la promotion de leurs courses, y compris pour des petites épreuves. Ce lien au territoire s’entend aussi dans une démarche d’animation locale, sans visée touristique, mais où il s’agit, le temps d’une demi-journée ou un peu plus, de favoriser l’animation d’un territoire.

Méthode et données : état des lieux réflexifs

Une absence de jeux de données préalables pour une géographie du phénomène running en France

15Pour se représenter le phénomène de l’événementiel running en France en 2017, la réflexion méthodologique a porté dans un premier temps sur les données à exploiter, leurs sources et la manière par laquelle il était envisageable de les traiter et de les analyser. Les recherches préalables, à partir des moteurs de recherche spécifiques8 aux sciences sociales et d’une liste réduite de termes qui évoquent ou sont proches de la définition du running ("running", "footing", "course à pied", "jogging"), ont montré l’existence d’un certain nombre de jeux de données qui ressortent de manière quasi invariable à l’ensemble des requêtes : l’Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de l’Insee (EPCV, 2003), l’enquête Pratiques culturelles des Français du Ministère de la Culture (2008), l’enquête Pratiques physiques et sportives du Ministère des Sports (EPPS, 2010), l’enquête Emploi du temps de l’Insee (EDT, 1998-1999 et 2008-2009). On peut également signaler l’enquête International social survey programme - Enquête France - Loisirs et sport I – 2007, qui ressort à la requête "jogging" sur le moteur de Progedo-Adisp, ainsi que l’enquête Handicap et santé sur les variables de loisirs.

16Les résultats de ces requêtes s’appuient essentiellement sur l’existence de modalités de pratiques, de la randonnée pédestre au footing, en passant par la course à pied et le jogging, liées à un questionnement fondamentalement porté à décrire des pratiques culturelles ou sportives en tenant compte des caractères sociologiques des populations étudiées. Quand bien même ces données nous semblent essentielles pour la suite des travaux, elles ne nous renseignent peu voire pas du tout sur le running en tant que pratique ou événement spatialisé. Face à cette relative absence de jeux de données spatialisées sur l’événementiel running en France directement exploitables à partir des enquêtes existantes, il nous fallait construire une base de données en nous appuyant sur les données accessibles principalement via les outils du web, qui sont aujourd’hui les supports essentiels de la diffusion de ce type de données.

La dissémination des données sur l’événementiel running

  • 9 Entre 2 300 et 12 000 sites à partir d’une requête sur la base d’une expression (requête avec emplo (...)

17Une recherche sur les moteurs généralistes à partir de termes relativement standards, tels que "running calendrier", "trail calendar" ou encore "courses à pied agenda", avec toutes les formes recomposées possibles entre les termes, donne des résultats conséquents9. Le sondage des résultats permet assez rapidement de constater l’extrême diversité des sites, des types de site et des informations présentes en tant que données événementielles running. On peut donc faire le constat d’une très forte dissémination de la donnée brute, éclatée dans cette multitude et cette diversité qui donne quelque peu le vertige dès lors qu’il s’agit de construire un jeu significatif du phénomène en France.

18Cette dissémination peut s’expliquer doublement : d’une part, il n’existe pas d’organisme, public ou privé, officiellement représentatif de la pratique globale du running en France et qui aurait une certaine légitimité à la diffusion d’une information sur l’événementiel. D’autre part, le modèle d’alimentation en contenu des sites repose fondamentalement sur des données déclaratives dans le cadre d’une soumission, plus ou moins contrôlée, de contenu événementiel. D’une manière générale, les sites web qui présentent ce type de contenu fonctionnent essentiellement comme des hébergeurs d’annuaires et de calendriers partagés.

  • 10 Le mode de présentation de l’événementiel running, via la technologie du webmapping, renforce cette (...)

19Parmi l’ensemble des sites, quelques plateformes s’érigent comme des pôles structurants de l’espace virtuel de l’événementiel running. Aidés en cela par du sponsoring international, ces sites ont structuré un espace par une adhésion et une reconnaissance massive à une large échelle des férus du running, que la présence de runners emblématiques ainsi que celle de fonctionnalités avancées dans la gestion de la donnée de performances des utilisateurs/pratiquants instituent comme des sites incontournables de la pratique. Dans l’univers du trail par exemple, le site Itra.run (https://itra.run/​) fait partie de ces références du web, dont la notoriété est fondée sur une triple association : émanation de l’International Trail Running Association créée en 2013 par un groupe de pratiquants ; présence de pratiquants emblématiques de la discipline, tels que Xavier Thévenard ou encore François D’Haene ; développement de fonctionnalités prenant appui sur des technologies avancées (webmapping sur le calendrier des courses, gestion des performances utilisateurs/pratiquants, développement d’outils de mesure, d’organisation et d’évaluation de la difficulté des courses, etc.). La couverture est à la fois mondiale, faisant de cette échelle une dimension de l’être au monde10, et disciplinaire, en œuvrant pour les différentes disciplines qui composent l’activité trail-running. On retrouve ce type de site dans d’autres domaines du running que le trail, avec des sites tels que World’s Marathon (https://worldsmarathons.com/​fr), DUV (http://statistik.d-u-v.org/​?&Language=FR) pour l’ultra-marathon, ou encore Marathon Ahotu pour le marathon.

20D’autres sites ne présentent pas une dominante particulière, mais visent d’une manière plus générale la totalité de la pratique running. Les sites tels que JustRunLah (https://www.justrunlah.com/​), Active.com (https://www.active.com/​?clckmp=activecom_global_header_activelogo) ou encore IAAF (https://www.worldathletics.org/​) font partie de ces sites qui mêlent l’ensemble de ces dimensions, composées à la fois d’une nécessité de couvrir un territoire large, des types de courses diversifiées, des outils et des fonctionnalités dédiés aux utilisateurs, développés dans la perspective de l’animation et de l’attraction de (la) communauté(s) plus ou moins large(s) de pratiquants, sources de nouvelles données (à la fois utilisateurs et événementielles) et de légitimation. Ces sites font de la donnée événementielle running et de leur visualisation une ressource nécessaire de leur dynamique et une modalité de l’attractivité.

21La profusion des données se conjugue donc avec leur dissémination sur une multitude de sites web. Cette hétérogénéité nous a obligés à effectuer, dans un premier temps, une analyse préalable des sites que l’on a pu regrouper dans des catégories dont la variation repose essentiellement sur trois critères : la couverture générale des données événementielles running, la diversité des types de courses, la présence d’une ou de plusieurs communautés, ou institutions, en interaction avec les plateformes web, comme critère d’une dynamique toujours active et garante(s) de l’actualité et de l’effectivité des événements running référencés.

Une certaine invariabilité dans la structuration des données de l’événementiel running : enjeu méthodologique

22Si chaque site affiche différemment les contenus de l’événementiel running sur le web, rendant complexe les procédures d’extraction, on peut néanmoins remarquer qu’il existe entre les sites une relative régularité dans la structuration des données de l’événementiel running. Du point de vue du web content mining et à partir des sites sélectionnés, l’invariabilité liée à l’objet event, déjà modélisé dans des ontologies propres (figure 1), est observable sur un certain nombre de champs (en italique) qui constituent le core de l’événementiel running : titre ou nom de l’événement (event:Event), date (event:Time) et/ou durée (et heure de départ), localisation (event:Place) (nom de la localité a minima, voire présence des champs latitude/longitude), type de course (possibilité qu’il y ait plusieurs (types de) courses dans un événement), distance(s), public(s) cible(s) (event:Actor) (genre, nombre de participants), thématique de la course (course à thème/label/étiquettes-tag), lien vers le site pour inscription ou plus de détail, nom de l’organisateur/organisme (event:Actor), prix/tarif(s).

Figure 1 : The Event Model

Figure 1 : The Event Model

Ceci est une représentation de l’objet Event. Une représentation plus complexe est accessible à cette adresse : https://semanticweb.cs.vu.nl/​2009/​11/​sem/​ qui pointe sur l’ontologie Simple Event Model, utilisée notamment pour la description en RDF des événements historiques

Réalisation : Raimond, Abdallah, 2007
Source : http://motools.sourceforge.net/​event/​event.html#isFactorOf

  • 11 Pour le détail sur le déploiement de la procédure de captation, de traitement et les premières data (...)

23Les techniques d’extraction appliquées ont permis d’extraire11 plus de 57 000 items (événements de courses à pied) à l’échelle monde, lesquels ont été ensuite traités en trois étapes successives. La première est le data cleaning (data refine) sur les champs ou des lignes vides ainsi qu’un post traitement sur la redondance des items ou encore l’homogénéisation des valeurs (syntaxique). La seconde a cherché à intégrer l’ensemble de ces données dans une base de données unique, conçue à partir d’un modèle conceptuel des données très proche, comme on peut le remarquer sur la figure 2 (modèle simplifié), de la modélisation de l’objet event vu précédemment. Par rapport à ce modèle conceptuel, certains champs présentent un taux de remplissage inférieur à 80 % du total des items. La troisième étape a porté sur le géo-référencement des événements.

Figure 2 : Modèle conceptuel simplifié des données de l’événementiel running extraites

Figure 2 : Modèle conceptuel simplifié des données de l’événementiel running extraites

Source : Guichet V., Plard M., 2018 : "Captation, extraction et restructuration de données à partir de sources numériques hétérogènes" (hal-01939647)

  • 12 La base de données originale, établie dans le cadre du projet de recherche Challenge, projet RFI To (...)

24Le jeu de quelque 57 000 événements de courses à pied comprenant leur déclinaison n’en est que plus appréciable et constitue une base de travail remarquable à tous les points de vue, à la fois méthodologique puisque ce jeu de données permet d’entrevoir toutes les possibilités d’exploitation de la donnée web, même la moins structurée, et du point de vue scientifique, puisque désormais le champ de la géographie sociale du running peut se targuer d’avoir une base de référence, accessible et ouverte (la base est accessible sur Nakala dans la droite ligne des principes FAIR de la science ouverte12) à des évolutions, aussi bien en termes d’enrichissement de contenu qu’en termes d’approches (notamment celle privilégiant les réseaux sociaux).

La course à pied : entre ubiquité et marqueur de la ruralité

Explorer le registre territorial de la course à pied à partir d’un modèle de régression

25Dans le cadre de cet article, nous n’allons exploiter que les 5 769 événements courses à pied organisés sur le territoire français métropolitain pour deux raisons. D’une part, sans pouvoir prétendre à l’exhaustivité, il est clair que le nombre d’événements recensés permet d’obtenir une couverture très satisfaisante du phénomène, ce qui n’est pas le cas de tous les pays du monde (pour rappel, 6 748 courses ont été organisées en 2018 en métropole et dans les territoires ultramarins sous l’égide de la FFA). D’autre part, notre objectif est de tester cette base de données en la croisant avec d’autres variables territoriales, afin de mieux connaître les logiques géographiques à l’origine de la diffusion spatiale de la course à pied en France en 2017. Précisons que cette analyse porte sur le nombre d’événements ou de courses organisés à l’échelle des départements français métropolitains et non sur le nombre de parcours proposés : même si les organisateurs d’une course à pied proposent plusieurs parcours ou distances afin d’attirer le maximum de participants (c’est le cas des trois quarts des courses), cela ne génère qu’un seul et même événement, qui est donc bien l’unité de base structurant la géographie des courses à pied ; par ailleurs, seul le nombre d’événements ou de courses est connu de façon exhaustive dans la base de données, contrairement au nombre de parcours, renseigné pour 73 % des événements seulement.

26Afin de mieux comprendre l’inégale répartition des courses à pied en 2017, nous allons tester un modèle de régression, en cherchant à expliquer les variations spatiales de la densité d’événements, donc le nombre de courses pour 100 000 habitants, à l’échelle des 96 départements français métropolitains (cet échelon a été préféré à celui des treize régions, maille bien trop lâche pour construire une analyse géographique). Cette densité événementielle est une variable plus pertinente à prendre en compte que le nombre de courses, car celui-ci est en rapport direct avec la répartition du peuplement, comme l’atteste la valeur significative et positive du coefficient de corrélation (+ 0,59 entre le nombre d’épreuves par département et la population permanente en 2015). Autrement dit, le nombre de courses est avant tout un reflet partiel de l’inégale distribution de la population. En revanche, la densité d’événements ne suit aucunement cette inégale répartition du peuplement : elle est même inversement proportionnelle à la population, avec un coefficient de corrélation significativement négatif (- 0,63). Ce découplage entre densité de courses à pied et répartition du peuplement nous invite donc à essayer de comprendre les inégalités géographiques de cette densité.

27L’engagement dans le running étant à géométrie variable, avec trois registres complémentaires d’adhésion (compétitif, hédonique et territorial : cf. supra), dans une recherche des logiques susceptibles de rendre compte d’une géographie discriminante de l’événementiel course à pied sur le territoire français, c’est le registre territorial qui nous intéresse ici, dans la mesure où il est construit autour du lien tissé entre un événement et les caractéristiques ou aménités du territoire dans lequel s’inscrit la course. On peut donc formuler l’hypothèse que les territoires susceptibles d’être sur-dotés en densité de courses à pied pourraient correspondre aux territoires les mieux dotés en capital naturel, étant donné la quête de nature et l’appétence croissante pour les trail non urbains dont témoigne cette pratique (cf. supra), et également à ceux disposant d’un capital touristique (pour une réflexion sur le capital touristique comme concept opératoire, voir Darbellay et al., 2011), dans la mesure où l’événementiel course à pied peut être l’occasion de valoriser ce capital. On peut aussi rajouter le capital social d’un territoire, dont la prise en compte se justifie par la surreprésentation des classes sociales supérieures parmi la population des runners (cf. supra).

28Un modèle de régression linéaire avec plusieurs séries de variables explicatives, susceptibles de qualifier, de manière médiate ou non, ce capital naturel, touristique et social des départements français a donc été testé pour essayer de rendre compte de ces variations spatiales de la densité des courses à pied à l’échelle des départements français. Cinq jeux de variables ont été introduits dans le modèle : des variables géographiques (position en latitude et longitude, distance au littoral, altitude moyenne, ensoleillement), de peuplement (population, densité, taux urbanisation ou de population rurale, nombre et taille moyenne des communes), touristiques (offre et fréquentation touristique), sociodémographiques (groupes d’âge, catégories socioprofessionnelles, chômage, niveau de vie) et sportives (nombre de licenciés sportifs, nombre de licenciés et de clubs FFA).

Le rôle de la ruralité principalement et de la latitude

29Ces variables ont été éprouvées à l’aide d’une matrice de corrélations, puis nous avons procédé, dans un premier temps, à une régression linéaire simple entre la variable présentant le plus fort coefficient de corrélation (X1) et la variable à expliquer (Y), autrement dit le nombre de courses à pied pour 100 000 habitants. À l’échelle des départements français métropolitains, la variable la plus fortement corrélée avec Y est la proportion de population vivant dans une commune rurale au sens de l’Insee : r = + 0,69 (figure 3). Cette variable explique ainsi quasiment la moitié de la variance (r² = 0,47).

Figure 3 : Nuage de points représentant la relation entre la densité de courses à pied et la proportion de population vivant dans une commune rurale à l’échelle des départements français métropolitains en 2017

Figure 3 : Nuage de points représentant la relation entre la densité de courses à pied et la proportion de population vivant dans une commune rurale à l’échelle des départements français métropolitains en 2017

Réalisation : Madoré, Charrier, 2021

30La densité de courses à pied est donc corrélée significativement avec le taux de ruralité d’un département : autrement dit, plus la proportion de population vivant dans une commune rurale est élevée à l’échelle départementale et plus le nombre d’événements pour 100 000 habitants l’est également. La course à pied semble donc échapper à toute logique de métropolisation, au profit de l’essaimage. Cela conforte l’hypothèse selon laquelle les territoires les moins artificialisés, donc les mieux dotés en capital naturel, présentent la plus forte densité d’événements. Fort logiquement, étant donné la corrélation spatiale entre la densité de courses à pied et la proportion de population rurale à l’échelle des départements français, les cartes montrant les variations géographiques de ces deux variables présentent de nombreuses similitudes, même si l’une n’est pas le parfait décalque de l’autre (figure 4). Pas loin de la moitié des départements (43) appartiennent d’ailleurs au même quintile que ce soit pour la densité de courses ou le taux de population rurale, en particulier dans les quintiles extrêmes (onze sont à la fois dans les deux Q1 et onze autres dans les deux Q5).

Figure 4 : Densité de courses à pied en 2017 (carte de gauche) et proportion de population vivant dans une commune rurale (carte de droite) à l’échelle des départements métropolitains français

Figure 4 : Densité de courses à pied en 2017 (carte de gauche) et proportion de population vivant dans une commune rurale (carte de droite) à l’échelle des départements métropolitains français

Réalisation : Madoré, Charrier, 2021

31Du fait de cette corrélation spatiale entre densité de courses à pied et taux de ruralité, les départements composant les deux quintiles extrêmes s’opposent très nettement en termes de caractéristiques de peuplement, sachant que le rapport inter-quintiles en termes de densité de courses à pied s’élève à 4,3. Les dix-neuf départements ayant la plus faible densité d’événements (quintile 1) sont sans surprise très fortement urbanisés, avec un taux d’urbanisation de 86 %, alors que la population se répartit à part égale entre l’urbain et le rural dans les dix-neuf départements ayant la plus forte densité d’événements (quintile 5). Par ailleurs, les premiers sont cinq fois plus peuplés que les seconds, avec respectivement 1,378 million habitants contre seulement 0,289 million. Ce cinquième de départements peu dotés en courses à pied est non seulement très urbanisé mais aussi fortement caractérisé par la métropolisation. Les huit départements franciliens appartiennent ainsi à ce 1er quintile, Paris et les trois départements de la petite couronne occupant même les quatre premières places avec une très faible densité d’évènements : seulement 1,3 à 2,2 pour 100 000 habitants, contre 9,6 à l’échelle nationale. Par ailleurs, sur les onze autres départements composant ce 1er quintile, sept ont une métropole régionale de plus de 400 000 habitants, les quatre autres rassemblant des unités urbaines plus modestes mais supérieures toutefois à 200 000 habitants à la seule exception de Besançon. À l’opposé, la métropolisation est totalement absente dans le 5ème quintile, car hormis la Savoie avec Chambéry, aucun ne compte une unité urbaine de plus de 100 000 habitants.

32Dans un deuxième temps, nous avons calculé une nouvelle matrice de corrélations avec les résidus de Y (Y1), c’est-à-dire les différences entre les valeurs observées dans chaque département et celles estimées par cette première régression (ce qui n’est donc pas expliqué par la variable X1), de façon à identifier la variable (X2) la plus fortement corrélée avec les résidus Y1. Toutefois, afin d’éviter des problèmes de colinéarité, les variables sociodémographiques (groupes d’âge, catégories socioprofessionnelles, niveau de vie) ont été exclues de ce nouveau calcul, car la plupart présentent d’assez fortes corrélations avec la variable X1 proportion de population rurale (r compris entre +/- 0,50 et +/- 0,80). La corrélation la plus significative entre les résidus obtenus pour chaque département et les variables explicatives restantes est la latitude (r = - 0,34). Cette variable peut être rajoutée au modèle car elle est totalement indépendante statistiquement avec la part de population rurale (r = - 0,16).

33Une régression linéaire multiple a donc été calculée entre les deux variables X1 + X2 et Y. Le coefficient de détermination r² s’élève alors à 0,53. Autrement dit, 53 % de la variance est expliquée par ces deux variables, soit un gain minime d’explication supplémentaire (+ 0,06) par rapport à la prise en compte de la seule variable X1 (proportion de population rurale), ce qui nous invite à ne retenir, dans le modèle de régression testé, que ces deux premières variables. Si la proportion de population rurale explique à elle seule quasiment la moitié de la variance, une part assez faible de l’explication tient à la position en latitude : non seulement les départements les plus ruraux ont tendance à avoir une densité d’événements bien supérieure, mais en particulier ceux situés dans la moitié méridionale de l’hexagone. Si l’on examine d’ailleurs la répartition des départements ayant la densité la moins élevée de courses à pied (quintile 1), quinze sur les dix-neuf sont situés dans les huit régions de la moitié nord de l’hexagone, soit au nord d’une ligne allant de La Rochelle à Genève. Des proportions totalement inverses sont obtenues à l’examen de la localisation des dix-neuf départements qui composent le 5ème quintile, donc comprenant les 20 % de départements ayant la densité la plus élevée : quinze sont situés en effet dans les cinq régions du sud de la France (Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, PACA et Corse).

34Ces régions méridionales ayant pour caractéristique géographique d’être composées pour l’essentiel de massifs montagneux, à l’exception du bassin aquitain, les départements ayant la densité la plus élevée de courses à pied sont donc, pour une majorité d’entre eux, situés dans des zones au relief accidenté. C’est le cas de onze départements sur les dix-neuf qui composent le quintile 5, et surtout des huit parmi les dix (décile 10) ayant la plus forte densité de courses à pied : Aude, Aveyron, Cantal, Corrèze et Creuse (Massif Central), Ariège et Hautes-Pyrénées (Pyrénées), Corse du Sud. La latitude et l’altitude moyennes des départements qui composent les deux quintiles extrêmes en termes de densité de courses à pied traduisent bien d’ailleurs ces différenciations de position géographique et de relief. Les départements du quintile 1 sont en moyenne 2,4 degrés plus au nord que ceux du quintile 5, les premiers étant plus septentrionaux que la médiane France métropolitaine (+ 1,61), les seconds plus méridionaux (- 0,79). Le différentiel moyen d’altitude est également significatif, les départements du quintile 1 ayant une altitude moyenne inférieure de 190 mètres à ceux du quintile 5, avec respectivement 102 et 292 mètres.

35Au total, le modèle de régression linéaire multiple, qui rappelons-le explique un peu plus de la moitié de la variance, révèle un double gradient de densité croissante d’événements, des espaces urbains vers les territoires ruraux, mais aussi du nord vers le sud du territoire français. Ce tropisme méridional laisse également deviner que les territoires bien dotés en capital naturel et touristique des massifs montagneux et/ou bénéficiant d’un taux d’ensoleillement parmi les plus élevés en France, caractéristiques que l’on trouve dans la moitié méridionale de la France, présentent une offre supérieure, ce qui n’est pas sans lien avec la croissance bien plus prononcée des trails nature que des courses sur route (cf. supra).

Une large diffusion jusque dans les plus petites communes

36L’analyse géographique des résidus de la régression multiple, autrement dit de l’écart entre la densité de courses observées et celle obtenue par le modèle de régression, s’impose car elle permet de mettre en évidence les départements qui s’écartent le plus du modèle (figure 5). La discrétisation des valeurs est basée sur la moyenne et l’écart-type, ce qui présente un double avantage. D’une part, la moyenne est égale à zéro, puisque l’addition des résidus donne une somme nulle, ce qui permet donc d’identifier par un jeu de couleurs différencié les résidus positifs (couleur chaude) des résidus négatifs (couleur froide). D’autre part, en découpant à partir de zéro des classes selon l’écart-type (3,9), on fait clairement ressortir le quart de départements (25) dont la densité de courses est la plus éloignée du chiffre attendu, avec un écart de plus d’un écart-type.

37Onze départements ont ainsi un résidu négatif au-delà d’un écart-type, ce qui signifie que la densité d’événements organisé y est inférieure à ce qui est attendu dans le modèle. Ils appartiennent à trois zones géographiques : cinq sont situés dans le centre-ouest de la France (Charente, Vendée et une bande continue du Cher à la Sarthe en passant par le Loir-et-Cher), quatre dans le centre-est (l’Ain et les trois départements voisins du Doubs, de la Haute-Saône et de la Haute-Marne), enfin les deux derniers sont au sud du Massif-Central (Lozère et Tarn-et-Garonne). À l’opposé, quatorze départements ont un résidu positif au-delà d’un écart-type, ce qui signifie que la densité d’événements organisé y est supérieure à ce qui est attendu dans le modèle. L’éclatement géographique domine également, même si trois zones concentrent, dans une proximité relative, quelques départements. L’une est située au nord-ouest du territoire français avec trois départements (Côtes-d’Armor, Finistère et Mayenne), une autre au nord de la France avec trois autres départements (Ardennes, Pas-de-Calais et Somme), enfin une troisième dans la partie centre-sud du territoire avec cinq départements (Ariège, Aude, Aveyron, Corrèze et Hautes-Pyrénées). Par ailleurs, de façon éparse, trois départements ressortent sur la façade orientale du pays, depuis les Vosges au nord-est jusqu’à la Corse du Sud en passant par la Savoie.

38Assez logiquement, la distribution de ces vingt-cinq départements dans les quintiles selon la densité d’événements s’oppose totalement : les onze affichant un résidu négatif appartiennent principalement aux quintiles 2, voire 3 (six et trois départements), tandis que ceux qui présentent un résidu positif ressortent essentiellement aux quintiles 4 et surtout 5 (trois et dix). Toutefois, il est difficile d’expliquer ces concentrations géographiques de départements ayant les résidus les plus négatifs ou les plus positifs. Tout au plus, pouvons-nous observer deux choses : d’une part, ceux qui ont un résidu négatif significatif sont situés en majorité (sept sur onze) dans les huit régions de la moitié septentrionale, confirmant l’existence d’un gradient méridien croissant au profit des zones méridionales dans la densité de courses à pied ; d’autre part, les départements qui présentent les résidus les plus élevés (écart supérieur à un écart-type) sont nettement moins peuplés (420 000 habitants en moyenne) que les autres (758 000). On aurait pu s’attendre néanmoins à voir ressortir les départements les plus peuplés parmi ceux affichant un résidu fortement négatif, dans la mesure où ils sont les moins bien dotés en densité de courses à pied (décile 1), mais comme cette variable nombre d’habitants est fortement corrélé avec le % de population rurale (- 0,81) et que cette dernière constitue la principale variable explicative des variations géographiques de la course à pied, sa contribution au modèle est déterminante. Autrement dit, les départements fortement peuplés et urbanisés offrent certes peu de courses au regard de leur poids démographique important, mais cette offre est très proche de ce qui est attendu pour des départements très urbanisés. Ce résultat est logique et montre la cohérence du modèle. Juste un exemple pour bien comprendre : ce sont les quatre départements de Paris et de sa petite couronne qui, et très nettement, ont la densité la plus faible de courses, avec seulement 1,3 à 2,2 événements pour 100 000 habitants, contre 9,6 en moyenne et 20,6 pour les départements du quintile 5, mais le résidu obtenu pour chacun d’eux est très faible (entre - 0,42 et - 1,29, soit bien en-deçà de l’écart-type de 3,9), car finalement pour des départements atteignant 100 % de population urbaine et qui plus est situés au nord, cette faible offre de courses est très proche de celle attendue dans le modèle.

Figure 5 : Résidus de la régression entre la densité de courses à pied en 2017 par département français obtenus suite à une régression multiple (% de population rurale + latitude)

Figure 5 : Résidus de la régression entre la densité de courses à pied en 2017 par département français obtenus suite à une régression multiple (% de population rurale + latitude)

Réalisation (Madoré, Charrier, 2021)

39Finalement, si le modèle de régression n’explique qu’un peu plus de la moitié de la variance, c’est peut-être parce que l’ubiquité du phénomène courses à pied est telle qu’il se traduit par une très large couverture spatiale, bien qu’inégalitaire en termes de densité, tant il est vrai qu’aucun département ne semble dépourvu en courses, ce qui invite à observer comment cette géographie des courses à pied innerve de nombreux territoires, jusque dans les plus petites communes. Précisons que le choix de la commune pour étudier à grande échelle la répartition des courses nous semble pertinent, dans la mesure où cette unité administrative marque fortement les représentations mentales et constitue le territoire par excellence de l’organisation des manifestations festives et sportives à l’échelle locale. L’ubiquité du phénomène et sa très large diffusion dans les petites communes rurales sont confirmées (figure 6). Un événement sur deux a ainsi pour cadre une commune de moins de 3 000 habitants et quasiment un sur quatre se déroule dans une commune comptant moins de 1 000 habitants. Même les plus petites communes, de moins de 500 habitants, sont le théâtre de courses, puisque un dixième des événements a pour cadre ces communes peu peuplées. Par ailleurs, l’observation de la proportion de communes organisant des courses à pied selon leur taille confirme la large diffusion de ces événements dans les campagnes françaises. Même dans les communes peu peuplées, la proportion de celles qui organisent une course est loin d’être négligeable : c’est le cas par exemple d’un tiers des communes rassemblant entre 1 000 et 1 499 habitants ou encore d’un cinquième de celles comptant de 500 à 999 habitants. Par ailleurs, dès que l’on franchit le seuil des 5 000 habitants, la majorité des communes en propose au moins une et la course à pied est désormais généralisée ou peu s’en faut dans les communes peuplées d’au moins 50 000 habitants.

Figure 6 : Répartition des courses à pied en France métropolitaine en 2017 selon la taille des communes ; Proportion de communes organisant des courses à pied selon leur taille, en France métropolitaine, en 2017

Figure 6 : Répartition des courses à pied en France métropolitaine en 2017 selon la taille des communes ; Proportion de communes organisant des courses à pied selon leur taille, en France métropolitaine, en 2017

Réalisation (Madoré, Charrier, 2021)

Conclusion

40L’évocation de la course à pied en France renvoie d’abord et avant tout à l’organisation de quelques grands événements ayant une forte résonance médiatique et attirant des coureurs bien au-delà des frontières hexagonales, à l’image des grands marathons comme celui de Paris (48 073 finishers en 2019, dont près d’un tiers d’étrangers en provenance de 140 pays environ), du Médoc ou encore des Alpes-Maritimes, et des trails de renommée internationale, comme l’Ultra trail du Mont-Blanc (UTMB) ou des Templiers. Mais si ces marathons ou trails célèbres attirent la lumière et témoignent de la montée en puissance de grands opérateurs privés spécialisés dans l’événementiel sportif, acteurs attirés à la fois par la dynamique du secteur et les marges dégagées (28 % pour Armaury Spots Organisation – ASO – pour l’édition 2018 du marathon de Paris), la réalité géographique de la course à pied en France est bien différente. Ce qui frappe, c’est d’abord et avant tout la démultiplication sur l’ensemble du territoire français de courses au départ desquelles s’alignent seulement quelques centaines de runners. La moitié des événements enregistre en effet moins de 288 finishers en 2017, les trois quarts moins de 510 et le seuil des 1 000 n’est atteint que par 379 événements, soit 9 % de ceux pour lesquels le nombre de runners ayant franchi la ligne d’arrivée a pu être renseigné dans la base de données (soit 73 % des événements). Quant aux grandes épreuves rassemblant plus de 5 000 finishers, elles sont très rares : on n’en compte que 32 en France métropolitaine, soit à peine 1 % des événements.

  • 13 "Les jographies s'intéressent largement aux pratiques de la course à pied, à leurs spatialités, leu (...)

41Pour reprendre notre interrogation initiale, portant sur les logiques guidant la diffusion spatiale de l’événement course à pied en France, entre tropisme métropolitain et essaimage géographique, il est clair que la dispersion l’emporte nettement. Incontestablement, en innervant profondément l’espace français, jusque dans les plus petites communes, la course à pied est bien devenue une manifestation d’animation territoriale. Elle participe donc à la mise en scène sportive et éventuellement festive de nombreux territoires, au même titre que d’autres manifestations de nature également sportive ou culturelle. Si la course à pied est ainsi devenue un facteur d’animations locales pour un nombre croissant de communes, y compris pour les plus petites d’entre elles, c’est incontestablement du fait de la popularité très grande de cette pratique physique et sportive auprès des Français, de leur envie de courir au contact de la nature et aussi du grand nombre d’acteurs associatifs disséminés partout sur le territoire et susceptibles d’organiser une telle épreuve, d’où cette densité d’événements bien plus importante dans les territoires ruraux qu’urbains. Au final, puisse cet article avoir contribué à une meilleure connaissance de ce que le géographe britannique S. Cook a dénommé jographies, contraction de jogging et de géographie, objet de recherche qu’il définit de la façon suivante : "jographies are interested broadly in running practices, their spatialities, meanings, cultures and experiences"13 (2020).

Haut de page

Bibliographie

Aubert N., 2009, Le culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Flammarion.

Barthélémy M., 2002, "L’engouement pour les raids-aventure ou la société du risque transfigurée par le destin", Sociétés, No.77, 83-93.

Ben Mahmoud I., Massiera B., 2012, "L’attractivité d’un événement sportif, entre accomplissement personnel et enchantement touristique : le cas du marathon Nice-Cannes", Téoros, Vol.31, No.2, 95-105.

Bessy O., 2005, "Sociologie des pratiquants de l’extrême. Le cas de figure des participants au Grand Raid de La Réunion", Staps, No.69, 57-72.

Bessy O., 2010, "Marathon, trails, raids et développement territorial", Espaces, No.287, 10-19.

Bessy O., 2016, "Innovations événementielles et structuration des destinations touristiques. Pour une hybridation des approches : l’exemple de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc", Mondes du Tourisme, Hors-série. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1277.

Bessy O., Lapeyronie B., 2009, "Culture des loisirs et diffusion sociale du sport. L’exemple des marathoniens", Movement & Sport Sciences, No.68, 83-95.

Blin É., 2012, "Sport et événement festif. La ville à l’heure des marathons et des semi-marathons", Annales de géographie, No.685, 266-286.

Borgers J., Vos S., Scheerder J., 2015, "Belgium (Flanders): Trends and Governance in Running", in: Scheerder J., Breedveld K., Borgers J. (eds.), Running across Europe. The Rise and Size of one of the largest Sport Markets, Basingstoke (UK), Palgrave Macmillan, 28-58.

Bourdieu P., 1979, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Cook S., Shaw J., Simpson P., 2016, "Jography: exploring meanings, experiences and spatialities of recreational road-running", Mobilities, Vol.11, No.5, 744-769.

Cook S., 2020, "Researching the run: Methods for exploring mundane jographies". in: Holmes H., Hall S.M. (eds), Mundane Methods: Innovative ways to research the everyday, Manchester, Manchester University Press, 193-210.

Corbin A., 1995, L’avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier.

Croutte P., Müller J., 2018, Baromètre national des pratiques sportives 2018, Baromètre réalisé par le CREDOC sous la direction de Hoibian S. pour l’INJEP et le ministère des sports, INJEP Notes & rapports/Rapport d’étude.

Darbellay F., Clivaz C., Nahrath S., Stock M., 2011, "Approche interdisciplinaire du développement des stations touristiques. Le capital touristique comme concept opératoire", Mondes du Tourisme, No.4, 36-48.

Defrance J., 1989, "Un schisme sportif : clivages structurels, scissions et oppositions dans les sports athlétiques, 1960-1980", Actes de la Recherche en Sciences Sociales, No.79, 76-91.

Ehrenberg A., 1991, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.

Faure J.M., Suaud C., 2002, "Des marathoniens à la poursuite du temps", Revue internationale de psychosociologie, Vol.9, 101-120.

Gleizes F., 2017, "Pratiques physiques ou sportives des femmes et des hommes : des rapprochements mais aussi des différences qui persistent", Insee Première, No.1675.

Gravari-Barbas M., 2009, "La "ville festive" ou construire la ville contemporaine par l’événement", Bulletin de l’Association de Géographes Français, Vol.86, No.3, 27-290.

Knobé S., 2007, "Dépassement et transformation de soi. Comment devenir pratiquant d’ultrafond ? (enquête)", Terrains & travaux, No.12, 11-27.

Lapeyronie B., 2009 "Retombées socio-économiques du tourisme sportif. Exemples des marathons en France", Téoros, Vol.28, No.2, 37-44.

Lapeyronie B., 2010, "Marathon, trails, raids et développement touristique", Espaces, No.287, 20-25.

Lipovetsky G. (avec Charles S.), 2004, Des temps hypermodernes, Paris, Grasset.

Massardier V., Vazquez H., 2019, "Les stratégies d’organisation des courses "hors stade" : un enjeu clé pour le développement du running, Sport Eco", Ministère des Sports, Note d’analyse, No.17.

Mathieu D., Praicheux J., 1987, Sports en France, Paris, Fayard-Reclus.

Morath P., 2016, Free to Run, film franco-belge-suisse : documentaire, Point Prod et Eklektik Productions, durée : 90 minutes.

Nettleton S., 2013, "Cementing Relations within a Sporting Field: Fell Running in the English Lake District and the Acquisition of Existential Capital", Cultural Sociology, Vol.7, No.2, 196-210.

Plard M., 2019a, "La course sur sentier, pratique immersive de réalité appréciée, oasis de résonnance", Nature et Recréation, No.7, 33-45.

Plard M., 2019b, "UltraTrail, espace-temps résonant. Lire avec Harmut Rosa l’art de se relier à son corps et à l’univers en courant", Document de travail, <hal-02406082>.

Rochedy R., 2015, "Analyse d’un espace de décélération : l’exemple de l’ultra-trail", Staps, No.107, 97-109.

Rosemberg, 2000, Le Marketing urbain en question, Paris, Anthropos.

Rosa H., 2012, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte.

Segalen M., 1994, Les enfants d’Achille et de Nike. Une ethnologie de la course à pied ordinaire, Paris, Métailié.

Segalen M., 2017, Les enfants d’Achille et de Nike. Éloge de la course à pied ordinaire, Paris, Métailié.

Scheerder J., Breedveld K., Borgers J. (dir.), 2015, Running across Europe. The Rise and Size of one of the largest Sport Markets, Basingstoke (UK), Palgrave Macmillan.

Simonnot B., 2016, "Place des moteurs de recherche dans l’éditorialisation du web", Communication & langages, Vol.188, 45-59, <hal-01286514>.

Viard J., 2002, Le sacre du temps libre. La société des 35 heures, La Tour-d'Aigues, Éditions de l’Aube.

Vigarello G., 1993, Le sain et le malsain. Santé et mieux-être depuis le Moyen-Âge, Paris, Seuil.

Waser A.M., 1998, "Du stade à la ville : réinvention de la course à pied", Les Annales de la Recherche Urbaine, No.79, 50-68.

Yonnet P., 1982, "Joggers et marathoniens. Demain, les survivants ?", Le Débat, No.19, 77-95.

Yonnet P., 1986, Jeux, modes et masses. La société française et le moderne, 1945-1985, Paris, Gallimard.

Yonnet P., 1998, Système des sports, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 "En Angleterre, le groupe le plus important de coureurs sur route est constitué d’hommes blancs âgés de 35 à 44 ans qui [...] ne sont pas affiliés à un entraînement formel ou à un club de course".

2 Pour plus de précision, Simon Cook, géographe à Birmingham City University, a créé un blog sur les perspectives géographiques de la course à pied. URL ; https://jographies.wordpress.com/

3 "Même s’il est difficile d’établir des comparaisons, le fait le plus marquant de ces données est que dans les sept pays pour lesquels on dispose de données dans le temps, on observe une augmentation remarquable des niveaux de participation. Il est clair que la course à pied a gagné en popularité en Europe. Sur la base de ces chiffres, et en les extrapolant aux 28 pays membres de l’UE, le nombre total de personnes pratiquant la course à pied dans l’UE peut être estimé à 50 millions de coureurs (ou plutôt 45-55 millions de coureurs)".

4 "La transformation la plus intéressante en termes de participation à la course à pied au cours des dernières décennies est peut-être l’évolution de l'équilibre entre les sexes. Les données provenant de neuf pays pour lesquels des tendances temporelles sont disponibles indiquent toutes que la proportion de femmes participant à la course à pied est en augmentation... Dans les marathons comme dans les distances plus courtes et la course à pied en général, les femmes rattrapent de plus en plus les hommes. Aujourd'hui, il est de plus en plus courant de voir des femmes courir... ".

5 "Dans chacun des six pays pour lesquels nous disposons de données, il semble que la course à pied attire davantage les personnes ayant un niveau d’éducation élevé que celles ayant un niveau d’éducation faible".

6 "Les communautés ligth de running sont des groupes plutôt petits et auto-organisés de coureurs qui pratiquent le sport en dehors du cadre d’un club sportif, et sont donc indépendants des organisations formelles".

7 "Le plaisir tiré de ce sport extrême n’est compris que par ceux qui le pratiquent, et la compréhension empathique partagée de la course dans les montagnes donne lieu à une nouvelle forme de socialité".

8 Les moteurs de recherche spécialisés utilisés sont Isidore.science (https://isidore.science/) et Quételet-Progedo Diffusion (http://quetelet.progedo.fr/), ainsi que le serveur nesstar de Progedo-Adisp (http://www.progedo-adisp.fr/).

9 Entre 2 300 et 12 000 sites à partir d’une requête sur la base d’une expression (requête avec emploi des guillemets ou recherche avancée des moteurs de recherche suivants : google, qwant, bing).

10 Le mode de présentation de l’événementiel running, via la technologie du webmapping, renforce cette dimension spatiale de la pratique du running. En effet, elle permet que s’opère une mise en tension entre le local et le global : d’un côté, le local comme espace effectif de la pratique dans lequel le corps va ressentir des sensations, avec le pressentiment d’une coloration ou d’une spécification propre à chaque événement localisé, et le global comme espace fini de la pratique, un espace sans limites excepté celles de sa propre finitude. En ce sens, ce mode de présentation des événements running participe déjà de l’être au monde, tenant de bout en bout la plus micro et la plus macro des échelles du ressenti et de l’appartenance (Plard, 2019b).

11 Pour le détail sur le déploiement de la procédure de captation, de traitement et les premières data-visualisations des données, cf. Violaine Guichet, Mathilde Plard, 2018, "Captation, extraction et restructuration de données à partir de sources numériques hétérogènes" <hal-01939647>. À noter le travail réalisé sur la construction empirique des catégories de courses à pied à partir de sources web officielles (FFA, FFTRI, etc.), qui regroupent à peu près l’ensemble de ce qui compose le domaine running. Cette catégorisation comprend un très grand nombre d’épreuves et de types de pratiques, qui vont des plus classiques et anciennes telles que le marathon ou le cross, aux plus récentes que l’on peut regrouper dans la catégorie des courses à thèmes. Étant donné la très forte évolutivité des types de courses et de pratiques dans leur forme comme dans leur contenu, la catégorisation nécessite une réactualisation à chaque mobilisation. C’est notamment le cas avec l’offre de plus en plus pléthorique des virtual run, très populaire dans le contexte de la Covid-19, qui questionnent les catégories telles qu’elles ont été constituées jusqu’ici.

12 La base de données originale, établie dans le cadre du projet de recherche Challenge, projet RFI Tourisme, Université de Nantes, ESO UMR 6590, 2017-2018, est consultable et téléchargeable à cette adresse : https://www.nakala.fr/data/11280/4a43ea4c.

13 "Les jographies s'intéressent largement aux pratiques de la course à pied, à leurs spatialités, leurs significations, leurs cultures et leurs expériences".

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : The Event Model
Légende Ceci est une représentation de l’objet Event. Une représentation plus complexe est accessible à cette adresse : https://semanticweb.cs.vu.nl/​2009/​11/​sem/​ qui pointe sur l’ontologie Simple Event Model, utilisée notamment pour la description en RDF des événements historiques
Crédits Réalisation : Raimond, Abdallah, 2007 Source : http://motools.sourceforge.net/​event/​event.html#isFactorOf
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36688/img-1.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 2 : Modèle conceptuel simplifié des données de l’événementiel running extraites
Crédits Source : Guichet V., Plard M., 2018 : "Captation, extraction et restructuration de données à partir de sources numériques hétérogènes" (hal-01939647)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36688/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 3 : Nuage de points représentant la relation entre la densité de courses à pied et la proportion de population vivant dans une commune rurale à l’échelle des départements français métropolitains en 2017
Crédits Réalisation : Madoré, Charrier, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36688/img-3.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 4 : Densité de courses à pied en 2017 (carte de gauche) et proportion de population vivant dans une commune rurale (carte de droite) à l’échelle des départements métropolitains français
Crédits Réalisation : Madoré, Charrier, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 5 : Résidus de la régression entre la densité de courses à pied en 2017 par département français obtenus suite à une régression multiple (% de population rurale + latitude)
Crédits Réalisation (Madoré, Charrier, 2021)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 6 : Répartition des courses à pied en France métropolitaine en 2017 selon la taille des communes ; Proportion de communes organisant des courses à pied selon leur taille, en France métropolitaine, en 2017
Crédits Réalisation (Madoré, Charrier, 2021)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36688/img-6.png
Fichier image/png, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Madoré et Stéphane Loret, « Pour une géographie des courses à pied en France », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 977, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/36688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.36688

Haut de page

Auteurs

François Madoré

Professeur de géographie à l’université de Nantes, UMR ESO 6590 CNRS, France
françois.madore@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Stéphane Loret

Ingénieur d’études, UMR ESO 6590 CNRS, France
stephane.loret@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search