Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2021Trente millions d'adresses : boul...

2021
983

Trente millions d'adresses : boulevards et impasses d'une recherche sur la complexité lexicale et spatiale des odonymes

Thinking about French odonyms: obviousness and cul-de-sac of a lexical and spatial research on thirty million addresses
Treinta millones de direcciones: bulevares y calles sin salida en la investigación sobre la complejidad léxica y espacial de los odónimos franceses
Dominique Badariotti, Fabien Pfaender et Jean-Luc Pinol

Résumés

Les odonymes, ou noms des voies de circulation, comportent une richesse linguistique importante en France. Ils présentent habituellement deux parties, l’une "générique" (rue, place, avenue…) à portée générale et l’autre "spécifique" qui associe un nom à la première. Ainsi constitués, les odonymes sont les témoins d’une géographie sous-jacente dont il est intéressant d’observer l’organisation. En 2018, on trouve en France environ 28,5 millions d’adresses géolocalisées dans la Base Adresse Nationale (BAN). De cette dernière, nous avons extrait 2,33 millions d’odonymes dans les communes de France. Une méthodologie innovante, utilisant le traitement automatique du langage naturel et la création d’une ontologie des 448 génériques, a permis de faire un étiquetage puis un découpage morpho-syntaxique de ces odonymes et d’en constituer une base de données géolocalisée cohérente et homogène. Une étude cartographique de la répartition des génériques dans l’espace français à l’échelle des départements est ensuite réalisée. Elle montre, contre toute attente, que leur répartition est loin d’être homogène, y compris pour les plus courants d’entre eux comme "rue".

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les noms de rues - les odonymes - sont un sujet à la mode. Ce thème de recherche, lancé dans le monde francophone et dont la dimension historique a été développée par Daniel Milo (1984), a été réinvesti par la suite (Bouvier, Guillon, 1998 ; Badariotti, 2002, 2016 ; Gendron, 2006 ; Montard, 2017) avec parfois un point de vue géographique. C’est alors la localisation précise des différents types d’odonymes, dans les communes ou à d’autres échelles, qui est étudiée et non plus uniquement leur signification ou leur histoire.

2Un odonyme est un énoncé linguistique de type particulier composé de deux parties distinctes : une partie dite "générique" qui correspond au substantif de portée générale, encadrée ou non par des adjectifs et/ou adverbes, et le plus souvent situé au début du groupe de mots en français ; et une partie dite "spécifique" qui renvoie à ce que l’on pourrait désigner comme son nom propre. Par exemple, dans l’énoncé "rue de Chéroy", le générique est le terme "rue" et le spécifique "Chéroy". Mais les choses ne sont pas toujours aussi simples : ainsi, l’odonyme "à gauche de la voirie d'herant", à Trosly-Breuil (60), possède un générique "voirie" qualifié par "à gauche de", ainsi qu’un spécifique, ici "herant", d’ailleurs impropre du point de la casse puisque Hérant est un nom propre.

3Ce dernier énoncé est rigoureusement celui que l’on trouve dans la Base Adresse Nationale (BAN) qui enregistre l’intégralité des 28,5 millions d’adresses françaises dans un unique fichier, à raison d’une ligne par numéro d’adresse. En regroupant les différents numéros d’un même odonyme au sein d’une commune, on obtient les 2,33 millions d’odonymes exhaustivement présents dans les communes de France qui servent de base à cette étude. Au sein de ces odonymes, nous avons choisi de nous intéresser exclusivement aux génériques, peu présents dans la littérature scientifique, mais qui ne sont pas dénués d’intérêt.

4On peut en effet se demander si l’usage de ces génériques, dont les dénominations semblent fort communes, est vraiment rigoureusement identique, totalement homogène d’un espace à l’autre, ou si on peut observer une variation qu’il serait alors légitime d’interroger. Partant de cela, nous formulons l’hypothèse que leur fréquence et leur répartition sont bien hétérogènes sur l’espace français, et que cette hétérogénéité pourrait être interprétable géographiquement, voire historiquement et culturellement. Le générique, au delà de son apparente universalité, serait un bon "proxy" soulignant la singularité des espaces et de leur histoire, et être un indicateur ou un révélateur de géographies sous-jacentes.

5Pour explorer cette hypothèse et constituer un cadre de travail de référence sur les odonymes et leurs génériques, nous avons mis au point une méthodologie inédite qui comporte deux volets complémentaires : il s’agit (1) de découper l’odonyme en parties constituantes au moyen d’un étiquetage morpho-syntaxique, tâche computationnelle intensive compte tenu du volume de données à traiter et (2) d’informer la tâche (1) en créant une ontologie, au sens informatique, des génériques. Nous proposons dans l’article de revenir sur les motivations de ce travail et son état de l’art avant d’exposer la méthodologie adoptée ; on s’attachera à présenter des résultats préliminaires, statistiques et cartographiques, et de les commenter.

Le questionnement et son contexte

État de l’art

6Les odonymes sont communément l’objet de publications diverses, scientifiques et autres, qui explorent plus avant ce vaste sujet sans forcément y apporter de nouvelles approches ou méthodes. En effet, la plupart des auteurs s’attachent à analyser la partie spécifique des odonymes, négligeant leur partie générique. Les spécifiques sont un sujet si riche à étudier par leurs renvois à l’actualité, ou évocations historiques, honorifiques, symboliques, politiques, géographiques voire poétiques, qu’on en vient à ignorer les génériques qui pourtant peuvent aussi présenter quelques attraits, comme on a pu le montrer en toponymie.

7Il existe en effet une tradition de l’étude des relations entre les spécifiques et les génériques toponymiques, et les paysages qu’ils décrivent. Tradition qui s’inscrit dans l’histoire des recherches sur la signification et le caractère informatif des noms propres (Hollis, Valentine, 2001). Ainsi, Burenhult et Levinson (2008) observent que les génériques des toponymes nous renseignent généralement davantage sur les paysages, leur forme, leurs caractéristiques physiques, que leurs spécifiques. Cependant, Derungs et al. (2013) montrent l’ambiguïté et les limites de cette observation, en observant que des génériques identiques, correspondant à des sommets de montagnes en Suisse (Gipfel, Horn, Berg) désignent finalement des formes topographiques assez différentes. D’autres auteurs, dont les précédents, se sont aussi intéressé à la dimension ethnophysiographique de la répartition des spécifiques toponymiques, ce qui n’est guère éloigné finalement de notre propre approche appliquée aux odonymes. Tous ces questionnements sont regroupés dans un ouvrage faisant le point sur les problématiques de dénomination du paysage, et sur ce que l’on pourrait en tirer (Mark et al., 2011).

8Ces approches toponymiques ciblant le générique peuvent être appliquées aux odonymes. Mais en ce domaine, les choses sont un peu plus délicates, car force est de constater que très peu d’études sur les génériques odonymiques ont été faites auparavant dans la littérature française, mais aussi à notre connaissance et sauf erreur dans la littérature étrangère. Les génériques odonymiques n’ont pas été étudiés car ils n’ont pas intéressé a priori, leur apparente universalité et leur relative pauvreté variétale ne laissant pas entrevoir un riche terrain d’investigation. Pourtant, les génériques méritent que l’on s’attarde à leur recensement et à leur répartition unique dans notre espace toponymique français. L’état de l’art sur ce point précis est donc inexistant et nous disposons de peu d’éléments de cadrage sur ce sujet, à l’exception des méthodes employées pour collecter les données et les analyser, qui ont pour leur part été documentées dans la littérature : nous y reviendrons au fil de l’article.

Des génériques variés à l’universalité en question

9"Place", "placette", "square" ; "rue", "ruelle", "venelle", "impasse", "androne" ; "avenue", "boulevard", "allée" ; a priori les génériques ne sont pas légions. Et l’on s’attend à en trouver tout au plus une quinzaine de types à l’échelle de la France, si l’on énumère mentalement la liste des odonymes les plus usuels ou les plus courants. Cette réalité, peu diverse, est néanmoins analysable si nous faisons l’hypothèse que le profil de chaque espace (chaque ville ou type de ville, chaque département ou chaque région) est singulier, et ne comprend pas le même taux de chaque type de génériques. Partant de ce principe, on s’orienterait vers des comparatifs statistiques, à base de chi2 par exemple, pour mettre en évidence les spécificités supposées d’une région ou d’un espace particulier par rapport à l’ensemble de ces espaces.

10Or un sondage, réalisé dans la base de données de référence pour les adresses en France (http://adresse.data.gouv.fr), montre qu’ils débordent très largement du cadre de ces quelques génériques très courants, très usuels, pour se compter en définitive par centaines. Ils possèdent une variété insoupçonnée, souvent liée dans nos observations préliminaires à la forme ou à la taille des voies qu’ils désignent, voire à ces deux dimensions à la fois.

11Ainsi le mot "rue" évoque un objet de forme allongée, linéaire, alors que le mot "place" désigne davantage un objet plus ponctuel, mais dont la forme correspond généralement à celle d’un parallélépipède ou d’un cercle, ce qui constitue, en d’autres termes, un plan au sens géométrique, à savoir une surface contenant toutes droites joignant deux de ses points. La taille de la voie est, quant à elle, évoquée par une variation du nom ("venelle", "boulevard", "avenue", par ordre de taille) ou par l’usage de diminutifs ("placette", "ruelle"), voire d’adjectifs ("rue longue", "grand-rue"). Enfin, certaines voies à caractéristiques morphologiques particulières peuvent également être signifiées par un générique particulier : par exemple "impasse" pour parler d’une rue qui injustement peut être passante mais n’est pas à la fois passante et traversante ; ou "montée" pour une rue affrontant un dénivelé, et qui aurait très bien pu s’appeler "descente" selon le sens de circulation, etc.

12Ceci se combine à une importante variété linguistique due aux langues régionales, parfois anciennes, ou aux histoires locales dont les dénominations se sont cristallisées au cours du temps. Ainsi, certains toponymes font clairement référence à une occupation du sol ancienne ou à un ordre socio-spatial révolu, la révolution industrielle, la modernisation des campagnes et l’urbanisation étant passés par là alors que les noms sont restés. Tout ceci fait perdre aux génériques leur apparente dimension universelle pour en faire les témoins singuliers d’une importante diversité sur le territoire.

13Cette réalité inattendue nous amène à développer une problématique qui ne repose plus sur des comparatifs statistiques de la distribution d’un petit nombre de génériques, mais plutôt sur une prise en compte directe, par cartographie, de tous les génériques que nous trouvons. Remarquons que le questionnement scientifique reste fondamentalement le même : il s’agit de tenter de comprendre au-delà, ou plutôt grâce à, tous ces génériques ce qu’ils nous disent des espaces pour lesquels ils sont utilisés, au travers de leur géographie et de leur répartition.

14La méthodologie est donc double : elle consiste à la fois à dénombrer les génériques et à en constituer un catalogue utilisable pour ensuite en détecter la présence dans les adresses françaises et en étudier la répartition, les usages, la morphologie ou la lexicographie.

Le cadre méthodologique et son application

15Nous allons détailler ci-après ces étapes méthodologiques fondamentales qui nous ont permis de constituer la base de données et d’effectuer nos analyses lexicales et géographiques.

16Le principe méthodologique appliqué est très ordinaire et se décline en quatre étapes permettant de collecter l’information brute, que nous allons corriger, transformer et enrichir afin de constituer une base de données géoréférencée des odonymes génériques, pleinement exploitable et cartographiable.

17Les quatre étapes sont les suivantes :

  • La collecte des informations, à partir de la base des données des adresses du gouvernement français ;

  • La correction des nombreuses erreurs de saisie et abréviations, par traitement de chaînes de caractères, compte tenu de la faible qualité et cohérence de la donnée publique de ce point de vue ;

  • Le recodage, voire la traduction, de ces données et leur enrichissement en vue d’une analyse et d’une représentation ;

  • Enfin, l’interprétation des séries statistiques et cartographiques obtenues à l’issue des étapes précédentes.

18Ces quatre étapes, du fait de l’absence de références théoriques, sont fortement inspirées des approches phénoménologiques. Elles s’inscrivent également dans le cadre d’une démarche dont les fondements sont abductifs.

La collecte des données et l’extraction des chaînes de caractère

19Dans cette étape préliminaire, il est nécessaire de constituer une base de données pertinente en collectant une couverture d’odonymes suffisamment complète pour que l’on puisse l’analyser, au regard des questions que nous nous posons. Notre terrain d’étude étant la France, tous les odonymes nous sont accessibles de façon exhaustive dans la base de données des adresses françaises, constituée par l’administration et publiée par le gouvernement. Cette base comprend en effet toutes les adresses officielles en France, incluant les Territoires et Départements d’outre-mer.

Présentation de la source utilisée

20La source utilisée est composée de la très officielle Base Adresse Nationale (BAN). Il s’agit d’une base de données élaborée en collaboration entre le groupe La Poste, l’IGN et OpenStreetMap France, inaugurée en 2015, et qui contient la correspondance entre adresse postale et position géographique de toutes les adresses sur le territoire français. Ainsi, elle comprend environ 28,4 millions de lignes en 2018, une par numéro d’adresse pour la totalité de la France. Rassemblées en un fichier unique, cela fait presque 4 giga octets au format CSV (une ligne de texte avec des champs séparés par des virgules).

21Cependant la taille de ce fichier rend impossible l’utilisation de tableurs, sauf à effectuer de très nombreuses et fastidieuses manipulations en coupant ces données en de multiples fichiers plus digestes. Nous avons choisi une voie alternative, en assimilant toutes les données par des scripts informatiques qui ont nourri une base de données relationnelle PostgreSQL. De cette manière, à partir de cette source, nous élaborons une première base de données "brutes" des valeurs lexicales de ces adresses, que nous traiterons et enrichirons avec des manipulations de base de données beaucoup plus aisées.

Problématique de l’extraction des chaines de caractères

22Il faut en premier lieu extraire les génériques de cette base de données brutes. Nous considérons, à l’instar de l’IGN (Charte de toponymie, 2003, p.5 et sq.), que le terme "générique" est constitué de l’élément de l’adresse qui identifie de façon générale l’entité géographique adressée. Par exemple, dans la "Rue des Moulins", le générique est "Rue", "Moulins" étant le spécifique.

23Cela posé, il convient de développer un algorithme de traitement de chaînes de caractères permettant de repérer ce générique et de l’extraire pour constituer une base de données de travail, reprenant tous les génériques. Le problème est assez ardu compte tenu de la diversité des situations rencontrées : en effet, l’identification du générique ne va pas toujours de soi, même si l’on applique rigoureusement la définition de l’IGN.

24Généralement, ce générique se trouve devant le spécifique en langue française, ce qui n’est pas le cas pour toutes les langues. En allemand par exemple, le générique est systématiquement rejeté en fin de spécifique : Langstrasse, Entengasse, Feldweg, etc., à l’instar de l’anglais : Baker street, Piccadilly circus, etc. Cependant, même en français il peut y avoir des exceptions pour des adresses très répandues, comme dans "grand-rue" par exemple, ou dans certains cas locaux comme à Metz, où l’on trouve des formes du type "en Nexirue", ou "en Fournirue" pour ne citer que ces rues. Ces exceptions, sans être très nombreuses, sont tout de même à considérer : une analyse rapide de la base des données brutes nous montrent que 4216 odonymes finissent par le mot "rue" ("grand’rue", "grand-rue" ou "grande rue", "petite rue", "creuse rue", "froide rue", "basse rue", "courterue", "chauderue", etc.).

25Par ailleurs, dans la plupart des cas le générique peut se reconnaître car il précède une préposition "de", ou ses équivalents "du", "des", "d’", "à", "aux", etc., dans la forme de l’adresse. Cela permet de traiter des cas comme la "Rue de la corniche", ou "l’Avenue de la place", ou les deux termes pourraient être des génériques. Mais là aussi, ce n’est pas toujours vrai, les noms de rues renvoyant à des personnages n’ont en général pas de préposition, sauf lorsqu’ils sont qualifiés par leur fonction : "Rue Jean Jaurès", mais "Avenue du général de Gaulle".

26Enfin, nous pouvons également trouver des situations sans générique, c’est-à-dire où un odonyme est constitué d’un seul mot, qui sera considéré forcément comme un spécifique. C’est le cas pour de nombreux lieux-dits.

27Pour résoudre ce problème, nous avons procédé en trois temps.

  1. Pour commencer, nous avons constitué une liste des génériques potentiels, issus d’une lecture systématique de la base. Nous avons manuellement passé au crible plusieurs centaines de milliers de lignes. Cela a permis d’établir notre première liste.

  2. Par souci d’exhaustivité, nous avons ensuite automatisé la découverte des nouveaux génériques en utilisant une analyse morpho-syntaxique (en anglais POS Tagging) qui détectait toutes les occurrences d’adresses de la forme [NOM][?][PRÉPOSITION][?][NOM] où les [?] peuvent être des adjectifs, adverbes, nombres, etc. Cette analyse a été effectuée par un programme de traitement automatique du language SPACY (Honnibal, Johnson, 2015) qui permettait d’identifier les génériques potentiels pour une revue manuelle. Si la revue confirmait la présence d’un générique, il était ajouté à notre première liste.

  3. La dernière étape consiste à être invariant aux différentes graphies d’un même générique qui peut être mis au pluriel ou au singulier, être abrégé ou même avoir des erreurs récurrentes de graphie. On trouve "gd-rue" au lieu de "grande rue" ou "bvd", "bvd.", "blvd", "blvds" pour "boulevard" par exemple. Ceci a été pris en compte en créant pour chaque générique une expression régulière (Rabin, Scott, 1959) qui permet de décrire les différentes formes possibles d’une chaine de caractère à l’aide d’un code. Aussi, on ne cherche plus dans l’odonyme un générique sous sa forme singulière non abrégée, mais toutes les graphies possibles de cet odonyme.

28À l’issue de la dernière étape, on a donc une liste exhaustive des génériques avec leurs différentes graphies possibles constatées et envisagées sous forme d’expressions régulières. Ceci a servi de base à la constitution de l’ontologie, mais également et surtout à l’algorithme d’analyse des odonymes en ses parties constituantes.

Présentation de l’algorithme d’extraction des génériques à partir d’une chaîne de caractères adresse

29Toutes ces étapes montrent les difficultés rencontrées et à surmonter pour élaborer une base de données des génériques homogène et analysable. Nous avons écrit des algorithmes en langage python qui permettent à la fois de constituer la base de données brutes, puis d’en analyser chacune des 28 millions de lignes pour en extraire la liste des génériques utilisés : sa logique est présentée sur la figure 1. Les algorithmes élaborés à cet effet ont été publiés sous la forme de notebookk jupyter sur le site GitHub (https://github.com/​fpfaende/​odonyms).

30L’application des algorithmes à la base de données brutes nous permet d’extraire les différents éléments composant chaque nom de rue, quelle que soit sa complexité. Par exemple : "1 bis la vieille ruelle de Paris" : 1 | bis | la | vieille | ruelle | de | Paris, sera traité ainsi :

  1. les compléments possibles sont (1ère | 1ere | première | bis | ter …) ;

  2. les articles possibles sont (les? | la | l\’ | aux? | à) ;

  3. les qualificatifs possibles sont (grande?s? | petite?s? | haute?s? | bas(se)?s? | vieil(le)?s? | vieux | devants? | derrières? | anciennes?) ;

  4. les "catégories" correspondent au "générique" – ce sont celles-ci que nous extrairons du fichier pour les analyser. Dans notre exemple, il s’agit du mot | ruelle | ;

  5. les prépositions possibles sont (du | des | d\’ | de | di | es | dey | del | à | aux)… ;

  6. le "nom complet résiduel" correspond à la partie "spécifique" de l’odonyme, en l’occurrence | Paris | dans notre exemple.

Figure 1 : représentation de la chaîne algorithmique de traitement pour l’extraction du générique

Figure 1 : représentation de la chaîne algorithmique de traitement pour l’extraction du générique

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020

31À l’issue de ces opérations, qui prennent sur un ordinateur individuel entre 48h et 72h, on dispose d’une base de données qui comprend les champs suivants : id, code Insee, code postal, région, département, commune, odonyme complet, pré-générique, post-générique, générique, spécifique, numéro (localisation de tous les numéros de cet odonyme dans la commune). Nous en extrayons un tableau de travail qui se présente de la façon suivante (cf. tableau 1) : numéro | complément | article | qualificatif | catégorie | préposition | nom complet résiduel - la "catégorie" correspondant au générique.

Tableau 1 : Description de la ligne d’information du fichier, formes possibles et exemple

numéro

complément

article

qualificatif

catégorie

préposition

Nom complet résiduel

bis, ter, …

les, l’, à, aux

grande, petite, haute, …

avenue, boulevard, place, …

des, de, d’ …

1

bis

la

vieille

rue

du

marché

générique

spécifique

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020

Harmonisation, enrichissement, interprétation

32À présent que nous avons réussi à extraire tous les génériques des chaînes de mots formant les noms de rues, il convient de passer aux étapes suivantes. Celles-ci consistent à travailler tout d’abord sur les signifiants (modi significandi), pour les harmoniser par correction de la forme et lemmatisation, puis sur les signifiés (ratio significandi), pour regrouper les mots se référant aux mêmes réalités.

Travail sur les signifiants

33L’extraction des catégories fait apparaître plus de 500 formes différentes correspondant à des génériques saisis selon diverses "expressions textuelles". Or, beaucoup de ces expressions correspondent en fait à des synonymes orthographiés différemment, ou mis parfois au pluriel, ou encore parfois tout simplement abréviés.

34Le travail sur les signifiants vise à transcrire toutes ces variations autour d’un même mot pour ne garder plus qu’une seule et même forme, ce qui permet de réduire l’équivoque dans la base de données. Cette transcription se fait en deux étapes : les étapes 1 et 2.

351/ La première étape méthodologique consiste en une correction des odonymes récupérés. Elle revient à expurger les données collectées des erreurs d’écriture, des fautes de saisies et/ou des abréviations qui ont pu s’y glisser. La donnée publique, à l’origine des fichiers que nous traitons, est en effet souvent hétérogène et inégale dans sa qualité : ainsi par exemple le mot "boulevard" peut être saisi en toutes lettres ou en abréviation ("bld") ou encore avec des fautes de frappe. Nous précisons ici que nous corrigeons également la casse, en transcrivant tous les odonymes intégralement en minuscules correctement accentuées. Toutes les variations d’écriture d’un même odonyme, pour les motifs ci-dessus, sont donc corrigées pour ne retenir qu’une seule et unique expression textuelle par odonyme.

362/ La deuxième étape, dite de lemmatisation, revient à chercher le lemme correspondant à chaque expression textuelle retenue dans l’étape 1, pour ne retenir que les formes au singulier.

37Correction et lemmatisation permettent de réduire toutes ces expressions textuelles pour les ramener à des formes univoques. Cette opération a considérablement diminué le nombre de formes de génériques, puisque nous passons de 516 expressions textuelles brutes (catégories) à 430 lemmes.

38Ensuite, il faut s’interroger sur le sens des lemmes résultants, c’est-à-dire sur ce qu’ils désignent en réalité, sachant que certains lemmes correspondent à des expressions en langues régionales ou en langue ancienne, qu’il n’est pas toujours aisé de comprendre. L’étape suivante (étape 3) consistera donc à transcrire ces 430 lemmes, en un nombre plus restreint de "signifiés".

Travail sur les signifiés

39À présent que nous avons une base de données homogène, il est possible de s’attacher aux mots utilisés comme génériques, pour tenter davantage encore de les regrouper selon leur signification. Ceci se fera en deux étapes venant s’additionner aux étapes précédentes, soit les étapes 3 et 4 (pour rester dans la continuité par rapport à la notation précédente).

403/ La troisième étape, dite de traduction, consiste à recoder tous les génériques en les "traduisant" en un même mot contemporain, lorsqu’il s’agit d’une langue ancienne ou régionale. En effet, certains odonymes, tout en se référant au même concept, peuvent correspondre à des orthographes différentes, voire à des mots différents selon les langues et cultures régionales ou selon l’ancienneté du terme. Par exemple, le béarnais "cami" (le Cami Salié, à Pau) signifie en fait "chemin" et sera ainsi recodé en "chemin" ; le "brotteau", qui signifie "pature" en gascon, sera traduit comme tel, etc.

41L’opération de traduction, qui conduira à une transcription des génériques, est en général longue et fastidieuse, car il faut chercher les significations de toponymes aussi mystérieux que "aco", "aubues", "barats", "boulbènes", etc. Or, tout spécialiste de toponymie sait que ces opérations sont complexes, notamment à l’échelle d’un pays tout entier fait de différents terroirs et de différentes langues qui se sont superposées, car on ne peut pas se fier à des étymologies semblant "évidentes".

42Ainsi, "clos" et "clot", qui semblent pourtant proches, renvoient à des réalités bien différentes : "clos" proviendrait de l’occitan claus, claux signifiant clos (Faure, 1998), issu lui-même du latin clausum, soit endroit fermé (Gaffiot, 1936) - à ne pas confondre avec "clot" qui proviendrait d'un terme pré-latin klott, d'origine indéterminée, désignant un replat sur un versant, ou un terrain plat, voire en léger creux. À ces deux significations se rajouterait un troisième sens qui ferait dériver ce mot de l’occitan cloutas, parfois désigné pesques, et qui renvoie à un vivier, une mare près des maisons.

43L’opération de transcription opérée sur les signifiants permet non seulement d’homogénéiser et de standardiser les lemmes identifiés précédemment, mais elle permet aussi d’enrichir le fichier et les signifiants. En effet, dans la mesure où nous avons souvent été amenés à rechercher l’origine et le sens des signifiants non-usuels pour les transcrire, ceci nous a permis de dégager une description de ces signifiants. Par exemple : ker ou car : hameau (origine : breton) ; aubue, groie : terre argilo calcaire, etc. Cette transcription des génériques signifiés sera ensuite analysée pour voir à quels éléments paysagers ils renvoient.

44À l’issue de cette étape, nous pouvons à présent distinguer pour chaque odonyme ce que nous appellerons son "signifiant" (graphie propre de l’odonyme selon l’ancienneté et/ou les parlers locaux, éventuellement lemmatisé), de ce que nous appellerons son "signifié", à savoir de sa signification en langue actuelle. En faisant cela, nous cherchons à identifier des sens communs (synonymies ou quasi-synonymies) par delà les termes très souvent anciens ou vernaculaires précisément utilisés.

454/ Les opérations successives que nous avons appliquées à la base de données brutes nous font respectivement passer de 516 expressions textuelles différentes, à 430 "signifiants", puis à 306 "signifiés", ce qui reste considérable pour des génériques dont nous n’attendions au départ que quelques dizaines de type signifiés différents au mieux.

46Pour analyser les occurrences et la géographie de ces odonymes, nous cherchons à les regrouper davantage encore en y distinguant des catégories plus grossières pour n’en garder que le sens le plus commun : il s’agit d’une étape de généralisation linguistique, voire d’abstraction sémantique. En effet, les termes "ruelle", "rue", "avenue", "chemin" par exemple, désignent une déclinaison d’entités morpho-fonctionnelles similaires qui renvoient de fait à un même objet, en l’espèce à une voie de circulation. On voit tout de suite l’intérêt de regrouper ces mots différents sous des appellations plus communes, selon les caractéristiques géographiques, spatiales et fonctionnelles de ces objets. Cela "écrase" sans doute la variété des expressions, et réduit la richesse de notre matériau, mais cela permet aussi de mieux saisir les types fonctionnels d’objets considérés malgré l’obstacle des parlers locaux ou anciens.

47Une idée pourrait être de renvoyer les termes collectés vers les ensembles paysagers dont ils sont issus : milieu rural, milieu urbain, milieu naturel, etc. On a en effet pu noter que ces génériques évoquaient pour certains spécifiquement la ville, comme les mots "boulevard" ou "androne" ; alors que d’autres sont issus davantage du monde rural ("champ", "clos", etc.), voire du milieu naturel. Mais beaucoup de génériques ne se distinguent pas suffisamment de ce point de vue. Nous proposons dès lors de les regrouper selon une logique de famille d’objets. Par exemple, en mettant à chaque fois dans la même catégorie toutes les appellations correspondant à des voies ; celles correspondant à des places ; à des bâtiments agricoles ; à des fossés ; à des enclos ; etc. Cette manière de procéder permet d’obtenir une généralisation interprétable, sans doute discutable, mais qui ne demande qu’à être améliorée ultérieurement si des recherches sont poursuivies dans cette optique.

48Ces regroupements suivront ainsi une ontologie géographique, voire géométrique, que nous inférerons de nos observations. Par ontologie, nous désignons une représentation des connaissances à un niveau conceptuel ou d’abstraction plus élevé, qui suppose une forme de modélisation des génériques appelée ici "généralisation".

Bilan des étapes

49Les opérations successives appliquées à la base de données brutes font respectivement passer de 516 expressions textuelles différentes, à 430 "signifiants", puis à 306 "signifiés", qui seront généralisés en 181 objets géographiques ontologiques (tableau 2).

Tableau 2 : Décompte des expressions textuelles résultantes après chaque opération

Nombre

%

Réduction par

Expression textuelle

516

100%

-

"Signifiant", lemmatisé et corrigé

430

85%

Correction et lemmatisation

"Signifié" traduit en français contemporain

306

59%

Transcription en français courant

"Signifié généralisé" selon l’ontologie inférée

181

35%

Généralisation selon une ontologie fine

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020

50Toutes ces opérations de manipulation et de transcription des données brutes permettent de bien mesurer les difficultés techniques et méthodologiques à travailler à partir de données open-source issues de l’ouverture des données publiques en France. Ces données, issues du big data sont certes intéressantes, mais leur codage, ou leur saisie n’est pas toujours très cohérente, ce qui oblige à recoder partiellement l’information pour ne pas en perdre de trop, voire à accepter une perte d’information pour des catégories non recodables.

51À cela se rajoute la difficulté intrinsèque à travailler sur les toponymes, dont certains sont très anciens et sont restés alors même que leur signifiant a disparu du lexique contemporain et que leur sens reste obscur au non-initié. Ce dernier problème, qui n’est pas le moindre, nous a amené à enrichir notre base de données avec des références ligne à ligne, renvoyant aux sources bibliographiques ou sitographiques traitant de ces mots.

52Au final, nous obtenons un fichier dont nous représentons une amorce dans le tableau 3.

Tableau 3 : Fichier de travail résultant des étapes 1 à 4

Expression textuelle

Signifiant lemmatisé corrigé

Signifié en français contemporain

Signifié généralisé

Signification des non-usuels - définition

Signification des non-usuels - référence

aco

aco

propriété

domaine

"Avec le suffixe -aco : Les toponymes de cette série sont constitués d'un nom d'homme de la période gallo-romaine, suivi du suffixe -aco ou -acu, d'origine gauloise, qui évoque la propriété. Ce suffixe a donné le plus souvent, en Normandie, une terminaison en [i] (généralement graphiée y), parfois une terminaison en [é]. p.554"

René Lepelley - Les noms de communes de l'arrondissement d'Avranches (Manche) [article] Annales de Normandie, 1990, Vol.23, 547-572

aires

aire

aire

aire

Surface unie et dure où l'on bat les blés. L'aire d'une grange.

www.littre.org/definition/aire

aubée

aubée

?

?

Gallo : fruits tombés de l’arbre pendant la nuit

melesse35.pagesperso-orange.fr/html/parlergallo

aubues

aubue

aubue

terroir

Aubue ou terre d’aubue, argile limoneuse, gris blanc, fertile, sur substrat calcaire, surtout en Loudunais et Thouarsais

tresordesregions.mgm.fr/Mdir.php?p=Voc54.html

auvents

auvent

auvent

bâtiment agricole

 

 

bancs

banc

banc

terroir

Place que la charrue n'a pas retournée.

www.littre.org/definition/banc

baraques

baraque

baraque

bâtiment agricole

 

 

barates

barate

enclos

enclos


Barat, Barad, Baradot, Bardas, Barda, Bargas, Bargues (occ.bard : boue) Brunet, p.35

www.zones-humides-pyrenees-centrales.fr/images/imagesFCK/file/presse/toponymie_des_zones_humides_en_gascogne.pdf; Roger Brunet, trésors du terroir, 2016

barats

barat

fossé

fossé

Patronyme découlant d'un nom de lieu barat = fossé

www.lebearn.net/patronymes.html

bordes

borde

ferme

bâtiment agricole

Du moyen bas allemand borda ("maison de planche") - métairie (syn closerie)

fr.wiktionary.org/wiki/borde

bories

borie

ferme

bâtiment agricole

De l’occitan bòria. Cabane de pierre sèche qui servait au paysan, propriétaire d'une parcelle éloignée du village, à remiser des outils, à entreposer provisoirement sa récolte, à abriter un animal de bât et à se protéger des intempéries

fr.wiktionary.org/wiki/borie

boulbènes

boulbène

boulbène

terroir

Boulbène (bulbène de Catuffe) : terrain argilo-sablonneux

bastidess.free.fr/toponymieBastides.htm

brotteaux

brotteau

pâture

pâture

Brousse à brouter

vousvoyezletopo.blog.lemonde.fr/tag/toponyme/page/3

carrière

carrière

carrière ?

industrie ou route?

Site minier ; ou route carrossable ?

Roger Brunet, trésors du terroir, 2016

chamas

champ

domaine ?

agro-pastoral

 

 

censes?

cense

ferme

bâtiment agricole

(Vieilli) ou (Régionalisme) (Belgique) Métairie, ferme.

fr.wiktionary.org/wiki/cense

 

 

 

 

 

ker

hameau

village

habitat groupé

En breton moderne, le substantif kêr a plusieurs significations : "ville, village, villa" (anciennement "habitat fortifié", et "cité"), parfois "(le) chez soi, intérieur (ou home)". Par contre, la maison en tant que bâtisse se dit ti en breton. Parmi les formes anciennes et les variantes, on trouve : Kaer (Bretagne du Léon), Caer, Car est une forme contractée de Caer (en Bretagne de parler roman), homophone de kar ou kaer qui signifie aussi "beau" en breton.

fr.wikipedia.org/wiki/Ker-_(Bretagne) ; Roger Brunet, trésors du terroir, 2016

qur

qur

?

 

 

 

soule

?

?

 

 

 

 

 

 

 

 

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Résultats

53L’analyse du fichier ainsi constitué peut s’effectuer à plusieurs niveaux. En effet, on peut s’attacher soit à analyser les signifiants, à savoir les génériques lemmatisés, éventuellement transcrits en français contemporain ; soit s’intéresser davantage aux signifiés et aux réalités géographiques, voire aux paysages qu’ils décrivent.

54On peut également enrichir ce fichier avec d’autres données, dans la mesure où les odonymes sont référencés spatialement, ce qui permet de croiser les informations lexicales données par les odonymes à des données plus générales : données de population par exemple, éventuellement regroupées par type de communes selon les nomenclatures de l’INSEE pour définir un gradient d’urbanité ou de ruralité ; ou encore comptages des odonymes selon des entités géographiques administratives, communes, départements ou régions, etc.

Distribution des génériques : présentation des signifiants

55Nous présentons ci-dessous quelques résultats remarquables concernant les génériques. Le point le plus frappant est sans conteste la distribution statistique de leurs signifiants, qui montre qu’au delà de leur apparente diversité (430 types au total), quelques génériques seuls constituent l’essentiel des mots utilisés.

Rues et lieux-dits

56Le générique le plus usité pour les odonymes est bien – et sans grande surprise - le mot "rue" dans 36,4 % des cas, soit 708 131 occurrences sur les 2 328 710 génériques relevés. Il est talonné – et c’est moins attendu – par le générique "lieu-dit" qui rassemble 26,4 % des cas, soit 617 919 génériques.

57Ensuite, la distribution s’effondre puisque le troisième mot, le "chemin", ne pèse plus que 8,5 % des odonymes avec 197 459 cas ; et le quatrième, "l’impasse" 6,4 % avec 148 925 cas. De fait, les dix premiers génériques rassemblent 86,2 % de la distribution totale ; et les 20 premiers odonymes (sur 430) regroupent plus de 90 % des cas (figure 2).

Figure 2 : Effectifs des 20 premiers rangs de spécifiques

Figure 2 : Effectifs des 20 premiers rangs de spécifiques

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Villes et campagnes

58Un des premiers critères d’observation des génériques a été de voir si on retrouvait, à travers leur distribution ou leur sémantique, les types d’espaces fondamentaux du pays. Le distinguo urbain/rural nous a semblé devoir être le premier critère à considérer de ce point de vue.

59Si nous prenons les deux génériques les plus représentés, "rue" et "lieu-dit", force est de constater qu’ils semblent sémantiquement assez neutres, puisqu’on trouve aisément des rues dans les campagnes et des lieux-dits en ville. Il y a donc une certaine neutralité sémantique de ces termes. Pourtant, si l’on reprend la limite longtemps traditionnelle de l’urbain et du rural - les communes de plus de 2000 habitants agglomérés au chef lieu étant considérées comme urbaines, les autres comme rurales - les premières rassemblent 75 % des "rues", alors qu’elles ne comptent que 64 % des odonymes ; tandis que les secondes regroupent 52 % des "lieux-dits" pour 36 % des odonymes. Sur et sous représentations sont, donc, très nettes dans ces deux espaces.

60Viennent ensuite, dans la hiérarchie des rangs, des mots également a priori peu marqués sémantiquement, comme les extensions des villes et des villages sur leurs périphéries, le long des "chemins" (8,5 %), des "routes" (4,6 %) et des "allées" (3,4 %). Là aussi, l’analyse statistique vient nuancer la première impression : il apparaît que les "routes" sont davantage présentes en campagne, et que les "allées" se trouvent plus concentrées dans les villes. Quant aux "chemins", on en trouve proportionnellement autant en ville qu’en campagne.

61Finalement, les génériques urbains et campagnards ne se distinguent réellement du point de vue sémantique qu’à partir du 8ème rang. Les "avenues" (2,1 %) et les "résidences" (0,7 %) renvoient davantage à la ville, de même que les "boulevards" (0,5 %) et les "squares" (0,3 %). Au contraire, les "moulins" (0,5 %), les "champs" (0,5 %), les "bois" (0,5 %), les "clos" (0,4 %) et les "prés" (0,4 %) évoquent plutôt la campagne. Pour tous ces cas, l’analyse statistique va dans le même sens que la signification usuelle des génériques, soulignant la cohérence sémantique des mots utilisés et des paysages concernés.

62L’analyse sémantique et statistique des odonymes, confrontée aux deux grands types de paysages évoqués, ne fait que confirmer ce que nous connaissions de l’espace. C’est évidemment un peu décevant, mais en même temps c’est rassurant, voire intéressant car cette représentation a été confirmée uniquement par des mots, dont certains sont anciens. Cela nous conforte dans l’idée que ces mots, ces génériques, nous disent quelque chose de nos espaces.

Odonymes génériques et hiérarchie du peuplement

63En second lieu, et pour affiner ces analyses, on s’est demandé si la typologie du peuplement rural et urbain de l’Insee était incidente sur la distribution des spécifiques.

64On constate d’emblée que certains mots sont absents de certaines entités. Pas de "corniche", de "centre commercial", de "parvis", de "galerie", "d’éco-quartier" dans les villages de moins de 1000 habitants. Et à l’inverse, aucune "goutte" (ruisseau), "noé" (lieu humide), "hutte", "corne" (montagne), aucun "pe" (pied) ou "barry" (chemin) dans les villes de plus de 60 000 habitants.

65D’autres appellations sont quant-à-elles nettement sur-représentées. Ainsi, 54 % des "moulins", 57% des "granges", 59 % des "prés", 60 % des "champs", et 69 % des "fermes" se trouvent dans des entités de moins de 2000 habitants, alors qu’elles ne pèsent que 36 % du total des génériques. Ceci ne surprend personne compte tenu des objets géographiques évoqués par ces génériques.

66Réciproquement, 94 % des "squares", 92 % des "quais" ou des "avenues", 88 % des "boulevards" se trouvent dans des villes (entités urbaines de plus 2000 habitants), celles ci pesant 64 % du total des génériques. Le boulevard, par exemple, doit son nom au vieux néerlandais bolwerk qui signifie "digue, bastion, rempart", aménagements plus spécifiquement urbains qu’on en convienne. Le square, de l’anglais square (jardin public) est un réimport (Walter, 1997) du vieux français esquarre, apparenté au français moderne équerre et semble désigner un espace pré-dessiné selon des principes géométriques privilégiant l’orthogonalité, ce qui suppose un certain degré de civilité. Nulle surprise donc à retrouver davantage ces génériques dans des villes que dans des villages.

67Par conséquent, la confrontation de certains génériques évoquant plus directement l’urbanité, ou à l’inverse la ruralité, nous permet de constater que leur distribution correspond bien à la catégorisation de la hiérarchie du peuplement de l’Insee.

Présentation des signifiés

68Dans la mesure où de nombreux signifiants ont des sens proches, il devient nécessaire de les regrouper par synonymie pour en analyser les signifiés. Nous avons donc effectué un regroupement des signifiants proches pour en extraire un nombre limité de signifiés.

69Certains signifiés sont obtenus à partir d’un nombre plus ou moins grand de signifiants différents, montrant la variété des appellations et la richesse lexicale odonymique. Ainsi, il n’y a pas moins de 18 appellations différentes qui renvoient à la notion de "pâture", et que l’on peut dès lors regrouper. Ces regroupements ont été effectués selon un principe synonymique, l’évidence de l’identité du sens commun commandant la démarche de regroupement comme on peut le constater dans le tableau 3 ci-dessous, qui représente les regroupements effectués. Pour l’ensemble des signifiés que nous avons pu regrouper, nous passons ainsi de 289 appellations différentes à 35 signifiés génériques, et à 7 catégories d’ensemble.

Tableau 3 : Ontologie de transcodage

Signifié générique

Nombre de signifiants

Signifiants

Voierie - 69

Rue

28

allée, avenue, boulevard, bretelle, cae, calade, calle, carrelot, carrerie, carrerot, carreyras, carreyrou, carriero, contre-allée, desserte, grand’rue, grand-rue, grande rue, grande-rue, impasse, rabine, rue grande, ruelle, ruel, ruette, rue centrale, venelle, viol

Route

11

charrière, chaussée, grande route, levée, route nationale, rocade, route, voie, vionnet, vio, voie romaine

Chemin

9

barry, camin, cami, carraire, chemin, chemin couvert, draille, escoussières, piste

Escalier

8

androne, degré, descente, escalier, grimpette, marche, montée neuve, montée

Places

7

cour, esplanade, mail, parking, place, rond-point, square

Passages

6

passage, pont, traboule, traverse, tunnel, viaduc

Topographie/Relief - 46

Mont

12

balcon, barre, baux, belvédère, corne, crête, falaise, montagne, mont, pic, sommet, tuc 

Colline, hauteur

12

bosse, butte, colline, motte, pech, pog, pouy, puech, puei, puy, serre, tertre

Côte

10

adret, coste, coteau, côte, cotte, descente, hubac, paguère, soulan, ubac

Dépression

8

abime, baisse, creux, cros, plaine, rez, vallon, trou

Roche

4

caillou, ranc, roche, roc, roque

Exploitation agricole – 43

Bâtiment agricole

18

barraque, bastide, bergerie, borde, borie, cabane, cense, cort, ferme, grange, grenier, hutte, jas, loges, mas, métairie, remise, soule

Domaine

11

aco, couture, croc, devois, domaine, fief, garenne, réserve, tressine, varenne, viguerie

Sol

8

aubue, boulbène, causse, crau, groe, groie, sable, terre

Campagne

3

campagne, camp, contrée

Champ

3

camas, champ, devois

Végétation/Occupation du sol- 41

Pâture

19

brotteau, chaume, communal, herbage, noue, nauve, pacage, padoen, padouenc, padouent, pâtis, pâtural, pâtureau, pâture, pâtu, prairie, prado, prat, pré

Arbre

9

hêtre, noyer, orme, pin, poirier, pommier, saule, tamarin, tilleul

Bois

6

blache, bochet, bois, bosc, boulaies, buisson

Lande

3

brande, brus, bruyère

Clairière

2

airais, clairière,

Vignes

2

vigne, vignoble

Hydrographie - 40

Rive

11

anse, baie, bec, berge, cap, crique, grave, grève, pertuis, ribe, rive

Aménagement hydrographique

9

bief, bonde, canal, écluse, digue, fontaine, jetée, pont, puit

Fossé

8

barate, barat, fosse, fossé, raise, raize, rase, revers

Marais

8

barrail, marais, lède, mare, noé, roseraie, sagne, seigne

Cours d’eau

4

goutte, rio, ruisseau, rivière

Urbanisation - 26

Découpage, zonage

10

lot, lotissement, parc, parc logistique, zac, zav, zi, zad, za, zone artisanale, zone d'aménagement différé, zone d'activité viticole, zone industrielle

Forme urbaine

8

bastide, bourg, centre, hameau, faubourg, ker, village, ville

Aménagement urbain

8

arcade, carron, carré, éco-quartier, garlande, poterne, rempart, tour de garde

Immeubles ou ensembles d’immeubles remarquables - 23

Industriel et commercial

9

centre commercial, forge, fourneau, halle, hôtel, minoterie, moulin, scierie, tuilerie

Administratif, de loisir ou éducatif

5

cité administrative, cité scolaire, école, stade, théâtre

Religieux

5

abbaye, chapelle, clocher, église, prieuré

Transports

2

aérodrome, gare, phare

Habitat

2

cité SNCF, hlm

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

70L’analyse des appellations regroupées est intéressante. Tout naturellement, ce sont les voieries qui ont la plus grande diversité lexicale, avec 68 mots évoquant les "routes", "rues" et "passages", objets odonymiques par excellence, dont 28 (champion toutes catégories) renvoient à la notion de "rue". Sur ce dernier point, si l’on enlève les nombreuses variations autour du thème de la grand’rue, la plupart des contributions sont des mots renvoyant à l’architecture urbaine des bastides du sud-ouest.

71Vient ensuite la topographie, souvent évoquée dans les génériques d’odonymes. On remarquera que les mots évoquant les positions élevées (24 sur 46) ou les pentes (12 sur 46) y sont mieux représentés que ceux évoquant les dépressions ou cuvettes (8 sur 46).

72Le groupe suivant se réfère nettement à l’agro-pastoralisme, qui reste très présent dans le paysage par son évocation odonymique. Il apparaît à travers les 43 appellations désignant les types d’exploitations agricoles, les bâtiments utilisés, les domaines constitués, les sols exploités et les campagnes résultantes. Mais on pourrait y adjoindre les 41 appellations évoquant l’occupation du sol et la végétation en place, voire y rajouter une partie des mots se référant à la sphère hydrographique, fossés et marais. Au total, cela ferait 100 appellations se référant à l’espace rural et à sa mise en valeur, dont de nombreuses sont d’origine ancienne (gauloise, voire ligure) ou régionale.

73L’évocation de la ville, avec ses regroupements de population, son organisation spécifique de l’espace, ses immeubles remarquables, vient en dernier lieu. Ce qui frappe, c’est l’importance des mots qui se référent à l’organisation du sol dans les villes, dont un grand nombre nous ont été donnés par les bastides ("androne", "carron", "carré", "garlande"), l’autre partie venant directement d’appellations définies par l’urbanisme du XXe siècle ("zones" diverses, "lotissement", etc.).

74Confronter les signifiés aux signifiants dont ils sont issus permet aussi de rendre compte d’une réalité intéressante. L’existence, dans nos odonymes, d’une part assez importante d’appellations désuètes, faisant référence à des modes d’occupation du sol disparus aujourd’hui, mais dont les mots nous sont restés. Très probablement parce que ces lieux n’ont pas été réinvestis ultérieurement par d’autres usages ou fonctions. Leurs appellations sont ainsi restées figées dans le temps, cristallisées dans leurs expressions historiquement décalées, alors que d’autres odonymes soumis aux évolutions se sont transformés. Une analyse géographique regardant la proportion locale de ceux qui sont demeurés "cristallisés" et de ceux qui ont évolué (même signification mais avec des mots modernes) serait intéressante pour repérer des espaces où le temps odonymique s’est arrêté, et ceux où il n’a jamais cessé de courir, transformant les manières de dire.

Cartographies des signifiants

75Le regroupement des génériques par département nous permet de réaliser des cartes de signifiants pour voir si une variation géographique apparaît au-delà des variations ville/campagne que nous avons déjà évoquées pour les signifiés.

76L’ensemble de ces cartes est construit de manière identique. Elles ont toutes été réalisées en sélectionnant à chaque fois un signifiant lemmatisé dans la base de données. Ceux ci ont été choisis de manière intuitive : mais nous avons privilégié d’une part les signifiants les plus courants, pour lesquels une hypothèse de couverture homogène du territoire était défendable (typiquement le mot "rue") ; et d’autre part des signifiants dont nous pensions que la localisation serait très spécifique (par exemple "passage"). Toutes les cartes représentent des proportions, et non des quantités brutes, qui sont exprimées par rapport à l’ensemble des génériques avec cinq classes discrétisées selon la méthode de Jenks.

Les rues et ruelles

77De façon étonnante, les génériques "rue" et "ruelle" que l’on ne pensait pas très discriminants, sont davantage représentés dans le Nord de la France que dans le Sud. France industrielle et urbaine, versus France plus campagnarde et rurale ? C’est sans doute un des éléments d’explication puisque nous savons que les rues sont sur-représentées dans les villes.

78Mais on peut également relever la singularité alsacienne-mosellane, ainsi que celle du Nord et des Flandres, où les rues dominent nettement selon les cartes 1 et 2. Certaines de ces terres, plus tardivement rattachées à la France, sont en fait issues du domaine linguistique d’anciens parlers germaniques ou flamands ; leurs génériques actuels ont pour beaucoup d’entre eux été obtenus par traduction, francisation, de génériques en langue non-romane. Cela aussi peut être une piste d’explication de cette répartition et organisation géographique si singulière de ces génériques apparemment totalement courants.

Carte 1 : Le générique "rue"

Carte 1 : Le générique "rue"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 2 : Le générique "ruelle"

Carte 2 : Le générique "ruelle"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Avenues, boulevards, ronds-points et lieux-dits

79La logique géographique de répartition de ces génériques se ressemble grossièrement avec une présence plus marquée, à l’instar de la région parisienne, aux extrémités nord et sud de la France. Nous n’avons pas d’hypothèse a priori qui permette de rendre compte de cette répartition particulière. Inversement, la carte des lieux-dits, supposée être plus rurale, semble s’étendre principalement sur les terres bocagères du centre et de l’Ouest, caractérisées par un habitat rural dispersé.

Carte 3 : Le générique "boulevard"

Carte 3 : Le générique "boulevard"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 4 : Le générique "avenue"

Carte 4 : Le générique "avenue"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 5 : Le générique "rond-point"

Carte 5 : Le générique "rond-point"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 6 : Le générique "lieu-dit"

Carte 6 : Le générique "lieu-dit"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Routes, impasses, chemins et passages

80"Routes", "impasses" et "chemins" sont des génériques qui renvoient tant à la sphère rurale (route) qu’urbaine. Ils présentent une distribution spatiale qui privilégie le sud-est et le sud-ouest. Alpes, Dauphiné et Provence, mais aussi l’Aquitaine et dans une certaine mesure l’Occitanie et la Normandie affichent une préférence pour ces génériques, qui sont pourtant largement répandus par ailleurs. Là aussi, aucune explication n’est pour l’instant à privilégier.

81Les "passages" se répartissent selon une logique un peu différente : ce sont apparemment les grandes métropoles, et surtout la métropole parisienne, qui semblent avoir une prédisposition à utiliser ce générique. L’histoire des passages parisiens a donné lieu à une très abondante littérature dont le fameux Paris, capitale du XIXe siècle : le livre des passages de Walter Benjamin (1934). À Paris, le terme passage désigne, au moins, deux réalités différentes. Les passages couverts, qui sont des lieux à la mode pendant les premières décennies du XIXe siècle (type Passage des Panoramas) avec commerces et lieux de sociabilité. D’autre part, des passages non couverts, qui sont une autre désignation des impasses, des cités ou des ruelles. Destinés seulement au logement, ils sont fréquents dans le 11e, le 19e ou le 20e arrondissement. Très nombreux sont ceux qui ont disparu suite à la rénovation urbaine des années 1960-1990. On peut citer le passage des Fours à Chaux, le passage Ronce ou le passage Julien-Lacroix (les deux derniers, qui portaient des noms de propriétaires dans des zones insalubres, ont disparu).

Carte 7 : Le générique "route"

Carte 7 : Le générique "route"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 8" Le générique "impasse"

Carte 8" Le générique "impasse"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 9 : Le générique "chemin"

Carte 9 : Le générique "chemin"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 10 : Le générique "passage"

Carte 10 : Le générique "passage"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Champs et clos

82"Champ" et "clos" sont des génériques évoquant tous deux plus spécifiquement la ruralité. Mais ils désignent des paysages agraires assez différents, le champ renvoyant sans doute plutôt aux paysages d’openfield, avec des parcelles de cultures délimitées par simple bornage ; alors que le clos illustre davantage les paysages bocagers, où les différentes cultures mais aussi terrains d’élevage sont délimités par des enclos. Leur répartition, très tranchée, n’est d’ailleurs pas du tout la même.

83En effet, on retrouve surtout les "champs" dans le centre de la France, dans des départements marqués par la ruralité, alors qu’ils sont quasi-absents des départements plus industriels et urbains comme du Nord, de l’Est, ou encore de l’Île-de-France, pourtant pays d’openfield.

84Les "clos", quant à eux, semblent dessiner une France plus bocagère. On les trouve principalement dans l’Ouest, en Normandie, en Mayenne et en Bretagne, qui sont des régions historiquement marquées par ce paysage agraire spécifique.

Carte 11 : Le générique "champ"

Carte 11 : Le générique "champ"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 12 : Le générique "clos"

Carte 12 : Le générique "clos"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Résidences et lotissements

Carte 13 : Le générique "résidence"

Carte 13 : Le générique "résidence"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

Carte 14 : Le générique "lotissement"

Carte 14 : Le générique "lotissement"

Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).

85La carte des résidences semble dessiner une géographie de maisons de campagne, balnéaire et touristique. Localement alpine et pyrénéenne, elle privilégie, au détriment de tous les autres, les départements de l’Ouest parisien, les bords de mer du Nord-Ouest mais aussi les rivages atlantiques et méditerranéens, et les montagnes du Sud.

86Quant aux lotissements, ils sont étrangement concentrés de part et d’autre du couloir rhodanien, bien présents dans les Alpes et les Pyrénées ainsi qu’en Gironde ; et sont tout aussi étrangement absents des départements du Nord, du Centre et du Nord-Est.

87Précisons ici que résidences ou lotissements ne sont sans doute pas à strictement parler des génériques d’odonymes, mais bien plus vraisemblablement des génériques de toponymes ; urbains ou péri-urbains qui plus est, en tout cas pour les lotissements, les résidences étant des appellations moins exclusivement urbaines a priori. Cette incongruité est un artefact lié à la base de données utilisée, qui est celle des adresses postales. En effet, celle-ci regroupe des noms de lieux correspondant à des voies ou lieux-dits, et représentant de facto des objets que l’on pourrait davantage qualifier d’odo-toponymes, que de toponymes purs. C’est une des limites connues de l’utilisation de bases de données systématiques : les objets décrits ne sont pas toujours suffisamment précis d’un point de vue conceptuel.

88Chacune de ces cartes présente un intérêt géographique certain, mais il faut toutefois relativiser leur impact. De fait, nous représentons ici des données qui sont massives pour certains odonymes comme les "rues", alors que pour d’autres odonymes, comme les "passages", nous sommes sur des séries d’observations qui sont beaucoup plus ténues. Cela plaide pour de la prudence dans les interprétations, notamment pour les odonymes les plus faiblement représentés. Par ailleurs, l’échelle départementale n’est peut être pas la meilleure pour représenter ces phénomènes, notamment pour les génériques les plus singuliers. Un changement d’échelle serait certainement souhaitable pour aller plus loin dans l’interprétation et la compréhension des disparités territoriales induites par certains spécifiques.

Commentaire

89La présentation du choix de cartes, malgré les difficultés d’interprétation induites par leur maille départementale, souligne l’intérêt géographique de l’étude des génériques. Les localisations dominantes de ces génériques sont effectivement loin d’être homogènes et on voit se dessiner, même dans cette représentation départementale loin d’être parfaite, plusieurs France, assez différentes selon le mot que l’on représente. On songe inévitablement à d’autres cartes auxquelles on pourrait les comparer comme celles, emblématiques, que Fernand Braudel avaient utilisées pour cerner "l’identité de la France".

90Car in fine, les odonymes, à travers leur expression textuelle et leur représentation nous montrent les permanences et les dynamiques de l’espace français. Aux permanences, exprimées par les termes anciens et correspondant à des usages désuets, s’opposent indéniablement les dynamiques du territoire, exprimées par le florilège des mots "modernes" qualifiant un territoire en mutation. Les forges et fourneaux s’opposent aux centres commerciaux ; les arcades, carrons, garlandes et poternes font face aux éco-quartiers et cités SNCF ; les tressines, varennes, vigueries, devois contre-balancent les réserves et les domaines ; et les bastides, bourgs, hameaux et kers nous parlent d’une urbanisation d’avant les ZAC, ZAD, ZI et autres lotissements.

91Temps long des mots qui perdurent, et labilité des mots qui évoluent ou qui se rajoutent. Les deux tendances dessinent une France enracinée dans son histoire, et une France qui se transforme et modifie ses manières de dire au rythme de l’industrialisation et de l’urbanisation. Longue durée et mutations se conjuguent pour désigner l’espace.

92On retrouve dès lors les catégories chères à Braudel qui oppose aux permanences des structures, les mobilités constantes des sociétés (Grataloup, 2003). Catégories qui expriment la fabrique profonde du territoire : un fond d’invariants, plus ou moins bien conservé selon les lieux, et qui est bousculé, débordé, transformé, emporté par les processus puissants qui ont affecté le territoire : l’industrialisation, l’urbanisation, le changement des modes de vie, mais aussi l’unification du territoire par l’assimilation des parlers locaux.

Conclusion

93En conclusion, cette recherche, entre science savante et ingénierie de la connaissance, nous ouvre des horizons inattendus, avec toutefois des points de passage délicats et multiples à résoudre.

94En premier lieu, il faut souligner que nos hypothèses de départ ont bel et bien été vérifiées. Nous avions fait le pari de travailler sur les génériques alors que les recherches portent généralement sur les spécifiques : nous avons ainsi pu démontrer que les génériques, pourtant délaissés car jugés trop peu discriminants, présentent un intérêt à travers leur sémantique et leur répartition spatiale singulière.

95Nous avons également pu observer que ces deux aspects, sémantique et répartition spatiale, nous renvoient fréquemment aux paysages passés ou présents correspondant à ces génériques. Dans le domaine poétique, les mots, leur signification, leur arrangement, les images et sonorités qu’ils évoquent, permettent de décrire avec une grande justesse nos paysages intérieurs, nos humeurs, nos ressentis, notre monde intime et émotionnel ; de même, l’arrangement des odonymes permet d’évoquer finement le "paysage intérieur" de la France, avec ses permanences et ses mutations. Notre démonstration est ici aboutie : en clin d’œil à Daniel Milo, les génériques sont aussi un beau sujet pour le géographe par les valeurs sémantiques qu’ils véhiculent et par leurs localisations.

96Beau sujet ne signifie pas sujet facile pour autant : les ressources computationnelles et savantes que nous avons dû mobiliser pour venir à bout de cette recherche sont importantes. À la difficulté de mise au point d’un algorithme permettant de distinguer sans coup férir le générique des autres termes d’une adresse, s’ajoutent l’étendue et la complexité (quelques fois la perplexité) des recherches interprétatives à faire face à des mots parfois trop anciens ou trop vernaculaires pour être aisément traduits ou compris. Toutes les locutions relevées n’ont d’ailleurs pas pu être traduites en français contemporain de façon univoque, et ce même si plus de 99 % du lexique relevé a pu être identifié.

97D’autre part, cette recherche nous a montré que l’objet conceptuellement bien délimité sur lequel nous avons travaillé, à savoir le générique d’odonyme, n’était pas si univoque que cela. Le répertoire des adresses renvoie certes à des odonymes, au sens strict ; mais cela renvoie aussi à ce que nous pourrions identifier comme des "odo-toponymes", mélanges subtils d’adresses postales (ce qui suppose un accès viaire), et de noms de lieux. Il faudrait, à l’avenir, lorsque l’on travaille sur des données de ce type, prendre l’habitude d’utiliser ce néologisme pour qualifier les objets observés.

98Certes, il conviendrait à présent de se pencher davantage sur ces objets d’étude, ces données constituées et ces cartes fabriquées. Les données, à l’aide d’analyses multivariées, pourraient sans doute nous en dire davantage, surtout si on les enrichit avec d’autres grandeurs géolocalisées. Quant aux cartes, il faudrait les multiplier, et aussi en renforcer les analyses pour essayer de comprendre et de rendre compte des logiques spatiales à l’œuvre dans leur structuration, qui ne saurait être due au hasard. Mais cela est une autre étape de cette recherche qui n’en est qu’à ses débuts. Comme toute recherche, elle demande à être poursuivie et approfondie pour lever les zones d’ombres, éventuellement dans le cadre de nouvelles collaborations.

Haut de page

Bibliographie

Badariotti D., 2002, "Les noms de rues en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonymes", Annales de géographie, No.625, 285-302

Badariotti D., 2016, "Lógicas históricas e geográficas nos nomes de ruas na França: a hodonímia e o exemplo de Colmar", Bolletim gaucho de geografia, Vol.43, No.2, 11-32

BAN, Base Adresses Nationales, [en ligne]. URL : http://adresse.data.gouv.fr

Benjamin W., 1934, Paris capitale du XIXème siècle : le livre des passages, réédité Le Cerf, 1997, 924 p.

Braudel F., 1986-1987, L’identité de la France, 3 tomes, Flammarion, 1184 p.

Bouvier J.C., Guillon J.M., 2001, La toponymie urbaine : significations et enjeux, actes du colloque tenu à Aix-en-Provence (11-12 décembre 1998) organisé par l'UMR Telemme, Paris, L'Harmattan.

Brunet R., 2016, Trésor du terroir – les noms de lieux de la France, Paris, CNRS Éditions, 655 p.

Burenhult N., Stephen L., 2008, "Language and landscape: a cross-linguistic perspective", Language Sciences, Vol.30, No.2-3, 135-150.

Chaurand J., 2001, "La toponymie urbaine. Significations et enjeux", Actes du Colloque tenu à Aix-en-Provence, 11-12 décembre 1998 (dir. Bouvier J.C. et Guillon J.M.), In: Nouvelle revue d'onomastique, No.37-38, 303-306

Dauzat A., Rostaing C., 1963, Dictionnaire des noms de lieux, Paris 1963, 98 p.

Dauzat A., 1931, "La toponymie gauloise de l'Auvergne et du Velay", Revue des Études Anciennes, Vol.33, No.4, 357-388

Delamarre X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, éditions Errance

Delamarre X., 2012, Noms de lieux celtiques de l'Europe Ancienne. −500 +500, Arles, éditions Errance

Derungs C., Wartmann F., Purves R., Mark D., 2013, "The meanings of the generic parts of toponyms: use and limitations of gazetteers in studies of landscape terms", in: Tenbrink T., Stell J., Galton A., Wood Z., Spatial Information Theory, Cham, Springer, 261-278.

Faure A., 1998, Noms de lieux et noms de familles des Hautes-Alpes, Institut d'Estudis Occitans, 412 p.

France trésor des régions, [en ligne]. URL : https://tresordesregions.mgm.fr/Mdir.php?p=Voc54.html

Gaffiot F., 1936, Dictionnaire abrégé Latin Français illustré, Hachette, 719 p.

Gendron S., 2006, La Toponymie des voies romaines et médiévales : Les mots des routes anciennes, Paris, Errance

Gendron S., 2008, L’origine des noms de lieux en France, essai de toponymie, éditions Errance, 340 p.

Gindre C., 1987, "Problèmes d’onomastique en Lorraine thioise", Les cahiers lorrains, 155-179.

Godu G., 1966, "Cadastre et toponymie", Annales de Bretagne, Vol.73, No.4, 587-597

Grataloup C., 2003, "Braudel, Fernand (1902-1985)", EspacesTemps.net, Livres

Grenier A., 2001, Les gaulois, Paris, Payot, 1970, 495 p.

Guizot F., Dictionnaire topographique de France, numérisé par le CTHS, à partir de 1834, [en ligne]. URL : https://dicotopo.cths.fr/

Heid M., 1972, Les noms de rue de Paris à travers l’histoire. Problèmes linguistiques et sociologiques, Bamberg, Bamberger Photodr, 257 p.

Higounet C., 1989, "L'occupation du sol du pays entre Tarn et Garonne au moyen âge", Annales du Midi, 189-218

Hollis J., Valentine T., 2001, "Proper-Name Processing: Are Proper Names Pure Referencing Expressions?", Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, Vol.27, No.1, 99-116

Honnibal M., Johnson M., 2015, "An improved non-monotonic transition system for dependency parsing", Proceedings of the 2015 Conference on Empirical Methods in Natural Language Processing, Lisbon, Portugal, Stroudsburg, 1373-1378

Huron N., Patrimoine rural, [en ligne]. URL : http://patrimoine-rural.com/la-barre-un-toponyme-gaulois/

IGN, 2003, "Charte de toponymie du territoire français", [en ligne]. URL : http://www.ign.fr/sites/all/files/charte_toponymie_ign.pdf

IGN, "dictionnaire des toponymes", [en ligne]. URL : https://ignrando.fr/boutique/dictionnaire-des-toponymes-de-france

Internet Archive : site regroupant de nombreux ouvrages toponymiques du XIXe siècle, [en ligne]. URL : https://archive.org

Lardoux L., Melesse, Le parler gallo dans la région nord de Rennes, [en ligne]. URL : https://melesse35.pagesperso-orange.fr/html/parlergallo.htm

Longnon A., Marichal P., Mirot L., 1920, Les noms de lieu de la France ; leur origine, leur signification, leurs transformations, Paris Edouard Champion, 870 p.

Mark D., Turk A., Burenhult N., Stea D., 2011, Landscape in Language: Transdisciplinary Perspectives, John Benjamins, Amsterdam, 464 p.

Milo D., 1984, "Les noms de rues" in : Les lieux de mémoire, sous la dir. de Nora P., Paris, Gallimard, tome II, Vol.3, 283-320

Montard N., 2017, "Le nom de nos rues raconte notre histoire", Ça m’intéresse, 80-83

Morvan M., 1985, "Réflexions sur la toponymie euskaroïde pré-gauloise", Cuadernos de Sección, Hizkuntza eta Literatura, Vol.5, San Sebastián, 13-18

Morvan M., 1996, "La racine toponymique pré-celtique", Lapurdum Euskal ikerketen aldizkaria, Revue d'études basques, Revista de estudios vascos, Basque studies review, Vol.1, No.1, 1-20

Morvan M., 2004, Noms de lieux du Pays basque et de Gascogne, Paris, Bonneton, 231 p.

Pfaender F., Algorithmes élaborés publiés sur GitHub, [en ligne]. URL : (https://github.com/fpfaende/odonyms).

Rabin Michael O., Scott Dana S., 1959, "Finite Automata and Their Decision Problems", IBM Journal of Research and Development, Vol.3, No.2, 114-125

Rostaing C., 1961, Les Noms de lieux, Que sais-je ?, PUF 1961 (épuisé), 11e édition 1992

Vallouimages, Site sur Vallouise, les Écrins, les Alpes et bien d'autres massifs, régions et pays, Toponymie, [en ligne]. URL : http://www.vallouimages.com/toponymie/toponymie.htm

Walter H., 1997, L’aventure des mots français venus d’ailleurs, Paris Laffont, 346 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : représentation de la chaîne algorithmique de traitement pour l’extraction du générique
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-1.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure 2 : Effectifs des 20 premiers rangs de spécifiques
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Carte 1 : Le générique "rue"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-3.png
Fichier image/png, 73k
Titre Carte 2 : Le générique "ruelle"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-4.png
Fichier image/png, 73k
Titre Carte 3 : Le générique "boulevard"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-5.png
Fichier image/png, 76k
Titre Carte 4 : Le générique "avenue"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-6.png
Fichier image/png, 168k
Titre Carte 5 : Le générique "rond-point"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-7.png
Fichier image/png, 74k
Titre Carte 6 : Le générique "lieu-dit"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-8.png
Fichier image/png, 70k
Titre Carte 7 : Le générique "route"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-9.png
Fichier image/png, 75k
Titre Carte 8" Le générique "impasse"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-10.png
Fichier image/png, 75k
Titre Carte 9 : Le générique "chemin"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-11.png
Fichier image/png, 70k
Titre Carte 10 : Le générique "passage"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-12.png
Fichier image/png, 68k
Titre Carte 11 : Le générique "champ"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-13.png
Fichier image/png, 72k
Titre Carte 12 : Le générique "clos"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-14.png
Fichier image/png, 71k
Titre Carte 13 : Le générique "résidence"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-15.png
Fichier image/png, 75k
Titre Carte 14 : Le générique "lotissement"
Crédits Badariotti, Pfaender, Pinol, 2020 - Source : Base Adresse Nationale (BAN).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/36989/img-16.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Badariotti, Fabien Pfaender et Jean-Luc Pinol, « Trente millions d'adresses : boulevards et impasses d'une recherche sur la complexité lexicale et spatiale des odonymes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 983, mis en ligne le 28 juin 2021, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/36989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.36989

Haut de page

Auteurs

Dominique Badariotti

Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement - UMR 7362, France, Professeur, dominique.badariotti@live-cnrs.unistra.fr

Articles du même auteur

Fabien Pfaender

Université de Technologie de Compiègne, ComplexCity laboratory, France, Maître de conférences, fpfaende@utc.fr

Jean-Luc Pinol

École Normale Supérieure de Lyon, France, Professeur émérite, jean-luc.pinol@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search