Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesAménagement, Urbanisme2021Les expressions urbaines d’une mo...

2021
990

Les expressions urbaines d’une mobilisation contestataire : Cas du Hirak à Constantine

Urban expressions of a protest mobilisation: Case of the Hirak in Constantine
Las expresiones urbanas de una movilización y protesta: El caso del Hirak en Constantine
Nassima Baziz

Résumés

Le 22 février 2019, l’Algérie assiste à la mobilisation de centaines de milliers de personnes, dans la totalité des villes du pays, afin de réclamer des changements politiques à la tête de l’Etat. A plus d’une année du soulèvement du Hirak, cet article, appuyé par une étude socio-urbaine, interroge la manière dont le Hirak se manifeste, s’exprime et se spatialise dans la ville de Constantine et ses espaces publics. Cette recherche de près d’une année, se base sur un processus d’observations parfois flottantes parfois participantes des marches hebdomadaires du vendredi, une série d’entretiens menée auprès de manifestant.es et militant.es, ainsi que l’analyse urbaine du parcours suivi. Elle met en évidence les attitudes de négociations et/ou de résistance qui s’expriment par une appropriation particulière des espaces publics, considérés ici dans leurs dimensions physique, sociale et politique. Des attitudes qui font émerger à Constantine des appropriations singulières, telles que l’émergence de zones tampons le long du parcours, des lieux performances urbaines ainsi que des lieux-symboles devenus emblèmes des contestations.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis en juin 2020, accepté en juin 2021.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Initialement prévues pour le 27 avril 2019, elles seront finalement tenues le 12 décembre 2019.
  • 2 Venant du mot arabe Haraka qui signifie "mouvement", nous reprendrons ce terme en y admettant la dé (...)

1Le 22 février 2019 marque la naissance d’un soulèvement en Algérie. Né d’une réaction épidermique suite à l’annonce du Président sortant Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat, le sentiment d’indignation ressenti par les Algérien.nes face à cette candidature fait naître dans tout le pays une vague insoupçonnée de protestations. À plus d’une année de la naissance de la "révolution du sourire", comme on aime à l’appeler, la mobilisation ne s’est arrêtée qu’avec le confinement imposé par la pandémie de Covid-19. Non content d’avoir déstabilisé le pouvoir en place, provoqué le retrait de la candidature de Bouteflika et le report des élections législatives1, le Hirak2, entretenu par des marches hebdomadaires, engendre l’émergence d’une société civile active et d’une population qui ne se satisfait plus de petites concessions mais qui est déterminée à changer tout le système politique en place, jugé indigne et corrompu. Le 22 février marque ainsi une rupture historique, celle d’un peuple qui prend la rue pour revendiquer ses droits.

2La littérature consacrée aux mouvements révolutionnaires de manière générale en sciences humaines est vaste et les recherches qui s’intéressent spécifiquement aux mouvements protestataires de type printemps arabes, avec lesquels on retrouve des similitudes avec le Hirak, sont également pléthores. Toutefois, le propos de cet article s’oriente davantage vers les "expressions urbaines" de ce type de mouvements, autrement dit, la manière dont le Hirak se manifeste, s’exprime et se spatialise dans la ville, à travers une appropriation particulière des espaces publics. Ces expressions peuvent être d’ordre physique, par le biais de lieux où se forment et s’expriment les débats citoyens et les discours protestataires (que nous appelons forment et s’expriment les débats citoyens et les discours protestataires (que nous appelons par ailleurs "espaces contestataires"), ou d’ordre performatif, à travers les scénographies qui accompagnent les manifestations, dont les slogans, les banderoles, les chants et les graffitis font partie intégrante et sont savamment repris sur les réseaux sociaux.

3Les recherches qui relient les soulèvements populaires aux villes dans l’aire géographique Nord-africaine existent. Elles s’intéressent autant aux vendredis de la place Tahrir en Egypte (Boutaleb, 2012) qu’aux révoltes marocaine et tunisienne (Stadnicky, 2017 ; Naimi, 2016), pour faire émerger des problématiques d’inégalités territoriales, de place des marges et d’évolution des liens entre centres urbains et périphéries (Sebastiani, Turki, 2016 ; Desrues, Gobe, 2019 ; Volpi, 2019). D’autres encore abordent de manière directe le rapport des révoltes maghrébines à l’espace urbain, d’abord au sens physique du terme, à travers l’apparition de modalités particulières de prise des espaces publics tels que le sit-in et les "lieux-symboles" devenus par la suite des emblèmes de ces révolutions (Dris, 2012 ; Naimi, 2012 ; Djelloul, Mezoued, 2019 ; Deradji, Gherbi, 2019 ; Mebtoul, 2019), mais aussi par la mise en relief de la dimension politique des espaces publics (Dris Ait-Hamadouche, Dris, 2019 ; Sadi, 2019), du rôle essentiel des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et des réseaux sociaux dans l’organisation et la gestion de ce type d’événements (Filiu, 2019 ; Sidi Boumedine, 2019 ; Naimi, 2012), ainsi que la reconstruction d’une nouvelle "image de soi" à travers des performances solidaires auxquelles participent de nombreux groupes citoyens (Derradji, Gherbi, 2019 ; Djelloul, Mezoued, 2019).

  • 3 Nom que se donnent les manifestant.es qui se revendiquent du Hirak. Ce néologisme est également rep (...)

4En développant une lecture urbaine des marches, nous montrerons que Hirak et ville sont indissociables, du fait que le mouvement s’exprime dans et à travers la ville, qui devient à son tour l’expression de ses revendications. En effet, le Hirak semble construire des spatialités qui confèrent au fait politique une dimension urbaine ainsi que des lieux de confrontation d’idées et de performances urbaines ; ces dimensions prennent appui sur la ville et ne sauraient exister sans elle. La problématique déclinée ici traite de la manière dont la manifestation du Hirak utilise spécifiquement la ville de Constantine comme support pour l’expression de ses revendications. L’appropriation que font ensuite les Hirakistes3 des espaces publics constitue à ce titre les manifestations urbaines de cette protestation et donc ses expressions urbaines. Quelles sont les modalités de la prise des espaces publics constantinois ? Ces espaces s’adaptent-ils en retour pour servir la contestation ? Quel rôle tient l’appropriation de la ville dans les enjeux et les revendications explicites du Hirak ? Aboutissons-nous à des espaces où se forment des discours politiques et citoyens ? Telles sont les interrogations auxquelles nous sommes confrontés. Pour tenter d’y répondre, nous formons l’hypothèse que l’usage et l’appropriation des espaces publics de la ville par les Hirakistes résultent d’un processus de médiation, "un espace de communication et un lieu-symbole où s’expriment des visions antagonistes relatives à l’intérêt commun" (Dris, 2016) ; de négociation, qui "contribue aussi à rendre visible les conflits et concurrences entre différents acteurs" (Dris, 2016) ; ou de confrontation entre le pouvoir en place et la société civile émergeante (Mebtoul, 2019). Ces médiations et/ou confrontations peuvent être d’ordre spatial, politique ou social.

  • 4 L’observation flottante est une méthode adoptée par C. Pétonnet (1982), dans ses travaux d’ethnolog (...)

5Dans l’objectif d’analyser les expressions urbaines du Hirak et de mettre en relief l’émergence d’espaces contestataires, nous avons principalement enquêté sur la ville de Constantine entre février 2019 et janvier 2020, soit près d’un an après le début du Hirak. Cette enquête s’appuie sur un corpus fragmentaire et hétérogène, composé d’observations, parfois flottantes4 et parfois participantes, de nombreuses marches du Hirak, de rassemblements de soutien, de réunions militantes, de débats citoyens, d’entretiens formels et informels, ainsi que sur la base de matériaux collectés sur les réseaux sociaux, essentiellement sur les pages militantes Facebook. L’analyse urbaine du parcours est fondée sur l’espace public, appréhendé en tant que forme urbaine accessible à tous ou supposée l’être, suscitant le débat politique et révélant les spécificités anthropologiques de la société (Dris, 2016). C’est aussi "un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas" (Paquot, 2009). En effet, si l’espace public au singulier se définit comme lieu symbolique où se forme l’opinion publique issue du débat politique et de l’usage public de la raison (Habermas, 1978), au pluriel, ils désignent les lieux physiques, quel que soit leur statut juridique, dans lesquels le public peut circuler ou stationner (Naimi, 2016). Ces espaces impliquent également une dimension sociétale, dont les valeurs et les représentations dépassent la stricte sphère politique (Dris, 2016). En ce sens, nous préférerons plus souvent l’usage du pluriel, qui rend mieux compte des dimensions plurielles induites, tout en considérant qu’il y a processus d’appropriation de l’espace par un groupe lorsque ses pratiques sociales (marquage, discours, etc.) visent à la construction et la reconnaissance sociales d’une relation durable avec cette portion de l’espace (Naimi, 2016).

Printemps de l’espoir, Printemps noir, Printemps de la victoire5

  • 5 "1980 c’est le Printemps de l’espoir. 2001 c’est le Printemps noir. 2019 c’est le Printemps de la v (...)

6À partir de 2011, la vague des printemps arabes fait couler beaucoup d’encre : Égypte, Tunisie ou Syrie font les unes des journaux nationaux et internationaux. De nombreux observateurs tablent sur un soulèvement du côté algérien. Il n’en fut rien. Affirmer que la société algérienne n’avait pas encore atteint la maturation nécessaire est un début de réponse, est-ce pour autant le seul ? L’explication apparente est la réaction à l’humiliation ressentie par les Algérien.nes face à l’intention du Président sortant Bouteflika de briguer un cinquième mandat en 2019, un mandat venu rappeler aux Algérien.es leur bien le plus précieux : leur dignité (Boukhalfa, 2019). L’indignation populaire s’est traduite par un sursaut de fierté et un refus de cautionner le mépris du politique (Mebtoul, 2019a), des sentiments également évoqués dans d’autres printemps arabes, en Égypte ou en Tunisie par exemple (Badie, 2011 ; Dayan-Herzbrun, 2013 ; Gelabert, 2013). La candidature de Bouteflika semble avoir agi comme un catalyseur dans une protestation certes "inattendue mais pas imprévisible" (Sadi, 2019, p.94), dont "algérianité, liberté et dignité" sont les principes qui sous-tendent la construction d’une nouvelle citoyenneté (Mebtoul, 2019a ; Boukhalfa, 2019).

Marcher pour sa dignité

7D’où est venu le Hirak ? Voici la question qui a guidé un bon nombre de recherches (Belakhdar, 2019 ; Fabbiano, 2019 ; Mebtoul, 2019b ; Sidi Boumedine, 2019). En menant une réflexion sur la généalogie du Hirak, on se rend compte que le mouvement du 22 février n’est pas sorti de nulle part. Il est le résultat d’une combinaison de facteurs, certains endogènes et d’autres exogènes, qui ont nourri sa naissance. L’histoire contemporaine de l’Algérie indique d’ailleurs que le pays n’en est pas à sa première lutte contestataire, en voici les plus évocatrices :

  • 1980 : Le printemps berbère, une montée contestataire se déclenche suite à l’interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri à l’université de Tizi Ouzou (Sadi, 2019 ; Mebtoul, 2019b), plusieurs protestants seront arrêtés.

  • 1988 : Les événements d’octobre 1988, les manifestations sont nombreuses (Sidi Boumedine, 2019 ; Belakhdar, 2019), elles font échos à la volonté du peuple d’en finir avec la politique du parti unique. Bien que ces protestations engendrent le multipluralisme et une ouverture démocratique, elles n’en sont pas moins meurtrières : la répression du pouvoir donne lieu à des émeutes sanglantes qui provoquent le décès de cinq cent civils (Kacemi, 2019, p.16).

  • 2001 : La Kabylie se soulève après le décès de Massinissa Guermah, suite à des violences policières dans la ville de Tizi Ouzou. Très vite, c’est toute la région qui s’embrase (Belakhdar, 2019 ; Sidi Boumedine, 2019 ; Mebtoul, 2019a). Là encore, la répression du gouvernement entraine le décès de plus d’une centaine de citoyens. Le mouvement sera rebaptisé "printemps noir".

  • 6 Période qui débute suite à l’arrêt du processus électoral remporté par le courant islamiste du FIS.

8La succession de ces événements et les répressions qui s’en suivent comme seules réponses des gouvernements successifs laissent aux Algérien.nes un sentiment de punition, auquel s’ajoute le traumatisme de "la décennie noire"6des années 1990, qui a plongé le pays dans une guerre civile meurtrière. Ces traumatismes ont ancré dans la société algérienne un rejet de la violence ; une conviction pacifiste confortée par la descente aux enfers de la Syrie ou de la Libye, ravagées par les guerres civiles (Filiu, 2019). Toutefois, les luttes n’ont pas cessé pour autant, le premier mandat du Président Bouteflika est marqué par des mobilisations, celles de la Kabylie et du Mzab en tête, mais aussi par de nombreuses contestations, signes de mécontentements sociaux (chômage, hausse des prix, crise du logement). L’espace contestataire algérien est traversé par un large registre protestataire (Belakhdar, 2019) et le chantage à l’émeute devient un élément important du rapport à l’État qui y consent, au point de créer une "culture de l’émeute", qui banalise le recours à des troubles ponctuels tels que le blocage de routes entières pour des questions de rattachements aux réseaux d’électricité, de logements sociaux, de transport ou d’approvisionnement en eau (Filiu, 2019).

  • 7 Interception par la marine espagnole de plus de 700 kg de cocaïne en 2018.
  • 8 La grève a lieu de novembre à mai 2018, elle dénonce notamment les conditions de travail déplorable (...)

9Plus récemment, des éléments additionnels secouent l’opinion publique et entachent l’image du régime. Les dossiers de corruption, mis en lumière par les Panama Papers et les affaires de drogues7 qui supposent l’implication de hauts fonctionnaires du régime (Belakhdar, 2019) ; les dérives autoritaires dans la gestion des insurrections réprimées de la vallée du Mzab ; le soulèvement de plusieurs villes du sud en refus de l’exploitation du gaz de schiste (Djelloul, 2019) ; l’épidémie de choléra durant l’été 2018 et sa gestion défaillante ; la grève des médecins8 la même année (Boukhalfa, 2019) sont autant d’indicateurs d’une montée de colère dans la population. C’est dans ce fond commun de luttes que puise le Hirak, "tantôt pour s’en faire l’écho, tantôt pour en tirer des leçons" (Derradji, Gherbi, 2019, p.2), tout en se distinguant par une volonté ferme d’émancipation politique et de remise en cause radicale du régime politique (Mebtoul, 2019a).

  • 9 Pacifisme en arabe, slogan régulièrement repris par le Hirak.

10Ces éléments nous font dire que le Hirak, à l’image des autres printemps arabes, n’est que l’aboutissement d’une forme de "révolution silencieuse" (Bayat cité par, Stadnicki, 2007) déjà amorcée. Si le devenir hasardeux des autres printemps arabes, les traumatismes de la décennie noire et des répressions violentes concourent à expliquer le refus des Algérien.nes de qualifier les événements du 22 février de "printemps", auquel on préfère le doux nom de "révolution du sourire" puis de Hirak, cette contestation n’est pourtant pas déconnectée du reste des révolutions. Autant les luttes antérieures évoquées constituent les facteurs internes de la maturation de la contestation du 22 février, des facteurs exogènes contribuent également à l’émergence de ce mouvement. Dans le monde globalisé que nous connaissons aujourd’hui, le Hirak algérien semble autant s’inspirer de celles des voisins maghrébins du Maroc (Sadi, 2019 ; Volpi, 2019) et de la Tunisie (Desrues, Gobe, 2019), que de pays plus éloignés tels que le Soudan, le Chili ou la France des gilets jaunes, avec lesquels on retrouve les mêmes logiques de mobilisation citoyenne, sans hiérarchie préétablie au niveau national (Volpi, 2019 ; Desrues, Gobe, 2019). Ces facteurs concourent à nourrir un mouvement citoyen, acéphale, décentralisé et horizontal où le peuple serait la seule source du pouvoir et la Silmiya9 son étendard.

Vendredire à Constantine

  • 10 Contraction des mots vendredi et dire, l’expression apparue durant le Hirak traduit la déterminatio (...)
  • 11 Une suspension est observée par le Hirak, du fait de l’épidémie de Covid-19 en Algérie.

11Cet article s’inscrit non pas dans la volonté de comparer le Hirak de Constantine à celui des autres villes, mais plutôt dans l’optique d’interroger la pluralité des expressions liées à cette contestation décentralisée et surtout de questionner son rapport à la ville. Il est néanmoins possible que des éléments de comparaison ou d’analogie apparaissent, ces éléments mettent en relief les similitudes ou les dissemblances dans les modes d’investissement des espaces publics et des mobilités induites, notamment avec la ville d’Alger où nous avons participé à plusieurs marches. À quoi ressemble une marche du Hirak ? Globalement, "vendredire"10 comme "forme de lutte constante" (Sidi Boumedine, 2019, p.15) est à l’origine d’un "rituel politique hebdomadaire sacralisé" (Mebtoul, 2019a, p.14) qui a eu lieu chaque vendredi pendant 56 vendredis consécutifs11. À Constantine, ce rituel semble plus apaisé qu’à Alger, où les pressions autoritaires sont palpables, se traduisant par une présence massive de véhicules sécuritaires, de blindés, d’hélicoptères et de policiers en nombre, le tout dans une atmosphère tendue. Constantine contraste par une ambiance conviviale, joyeuse, presque bon enfant, une sorte de "sortie familiale" comme nous le confie un manifestant. La présence autoritaire étant moindre, l’atmosphère est de facto plus détendue, ce qui n’empêche pas la reprise de slogans forts, que l’on retrouve dans tout le pays, avec certaines variations locales telles que "Laqsentini machi bandit, wa âala bledou idéfendi" ("Le Constantinois n’est pas un bandit et il défend son pays"), "Qsantina madaniya machi âaskariya" ("à Constantine, la primauté est au civil non au militaire").

  • 12 Depuis 1962, les changements de toponymie sont fréquents dans les appellations des espaces publics (...)

12Le Hirak décrit un mouvement populaire, mixte, inclusif, décentralisé et pacifiste (Filiu, 2019 ; Sadi, 2019 ; Sidi Boumedine, 2019 ; Djelloul, Mezoued, 2019), mais aussi trans-générationnel, multiethnique, solidaire et pluriel (Belakhdar, Djelloul, 2019 ; Derradji, Gherbi, 2019). Bien que la tranche d’âge des 18-30 ans soit dominante ; elle est d’ailleurs démographiquement majoritaire ; et que les hommes soient plus nombreux que les femmes, nous avons aussi pu constater ce même brassage social, générationnel et genré à Constantine. Du point de vue spatial, le parcours constantinois de la marche du vendredi forme une boucle fermée qui rassemble plusieurs artères et places de l’hypercentre (figure 1). Ce parcours, d’un peu plus de 2 km, rassemble deux grandes places, celle du colonel Amirouche, plus connue sous le nom de la Place de la Pyramide, et celle des martyrs, communément appelée place El Khalifa12, du fait de la proximité de l’équipement culturel du même nom. La giration s’effectue au niveau du carrefour de la Brèche. Nous pourrions également citer la place Ahmed Bey, souvent appelée Dounia Taraif, en marge du parcours, mais qui sert de support spatial à la contestation et aux débats citoyens. Ces places sont reliées par les deux grandes artères du centre-ville, à savoir la rue Abane Ramdane (les arcades) et le boulevard Mohammed Belouizded (ancien boulevard Saint-Jean).

Figure 1: Carte du parcours du Hirak dans le centre-ville de Constantine

Figure 1: Carte du parcours du Hirak dans le centre-ville de Constantine

Source : N. Baziz, sur fond de carte Google Maps, 2020

À chacun.e son territoire

  • 13 Le nombre de véhicule de police varie entre 6 et 10 suivant les semaines.
  • 14 Le dispositif des forces de l’ordre se manifeste essentiellement par les forces de police. Les mili (...)

13Dans la ville de Constantine, le parcours des manifestations du Hirak est clair et stable. La boucle urbaine localisée dans l’hypercentre de la ville permet un rassemblement aisé, contenu et sécurisé. Sur cette question de sécurité, plusieurs éléments urbains ressortent. Le parcours décrit ici, qui semble, à plus d’un an de la première marche, logique et naturel, a pourtant fait l’objet de plusieurs ajustements de la part des autorités qui ont contribué à le (re)dessiner pour mieux le contenir. La présence de véhicules de police imposants, que l’on place sciemment au milieu de certaines rues pour bloquer l’accès à des zones entières, démontre l’importance de l’enjeu sécuritaire (figure 2). Ainsi, des véhicules sont placés en nombre13 au niveau du point central de ralliement : la place de la Pyramide ; une place-carrefour qui fait face à la caserne de gendarmerie nationale et distribue les flux vers les grandes artères du parcours. Cet emplacement, à la fois délicat et stratégique, s’avère bien pratique pour maintenir une pression autoritaire14.

Figure 2: Véhicules de police encadrant l'accès à la place de la Pyramide

Figure 2: Véhicules de police encadrant l'accès à la place de la Pyramide

Source : N. Baziz, 2019

  • 15 Maison de fonction du wali (équivalent du préfet), elle se trouve le long de la rue J.F. Kennedy.

14Sur le parcours, en fonction de la gestion du flux décidée, les rues peuvent être ouvertes, semi-ouvertes ou fermées. Ainsi, les deux rues qui longent dar el wali15, la daïra et la gendarmerie, à savoir le boulevard de la République et la rue John Kennedy, sont fermées à l’accès. Par conséquent, l’accès à la place de la Pyramide se fait par la rue Bachir Benlazreg, où le déploiement d’un imposant dispositif sécuritaire réduit le flux entrant en deux étapes : en haut de la rue après le terminus du tramway, puis en contrebas où plusieurs véhicules policiers sont stationnés de manière longitudinale (figure 2). Il ne subsiste alors qu’un corridor pour accéder à la place. Cet agencement permet aux forces de l’ordre de maintenir l’intimidation sur les Hirakistes et d’afficher une présence sécuritaire importante sur les lieux. On retrouve également une forte présence policière au niveau de la place El Khalifa, le second grand point de ralliement du parcours, ainsi qu’au niveau des intersections des rues qui relient les artères du parcours, avec la présence, a minima, d’un véhicule sécuritaire.

15De la confrontation entre marcheur.es et autorités dans les espaces publics, un jeu de négociation semble naître. Les deux groupes ont implicitement toléré la présence de l’autre, tout en restant fidèle à leurs rôles. Bien que nous observions des provocations d’un côté comme de l’autre, le maintien de l’ordre est assuré par ce jeu d’équilibre. La négociation s’exprime spatialement de différentes manières, notamment par une présence policière importante aux endroits clés, tels que les places et autour des bâtiments publics qui ponctuent le parcours (figure 1, 2 et 3). Le commissariat de police, la gendarmerie, la mairie centrale, le tribunal de justice en sont des exemples. À ce sujet, J.P. Filiu (2019) parle d’un accord implicite vis-à-vis des bâtiments officiels, où les deux parties s’entendent pour ne pas y accéder ni céder à la tentation de la casse. Notons d’ailleurs la mise en place de barrières protectrices, le long du parcours de la marche, au niveau du tribunal de la ville, de la mairie du centre-ville ainsi qu’au palais de la culture El Khalifa. La rue John Kennedy, qui longe dar el wali, est quant à elle complètement fermée. Du coté des marcheur.es, c’est souvent en ces lieux qu’une halte est opérée, durant laquelle des slogans incisifs sont scandés à destination des autorités, qui suggèrent une attitude de défi, parfois radoucie par des traits d’humour. "El djich, echaab, khawa khawa" ("l’armée et le peuple sont frères"), "Gaid Salah dégage" au niveau de la gendarmerie, "nehi el casquetta w arewah maana" ("enlève ta casquette (référence aux policiers) et rejoins-nous"), "madaniya machi aaskariya" ("pouvoir au civil et non au militaire") près du commissariat de police, "aadala moustaquila machi b téléphone" ("justice indépendante pas celle du téléphone (qui applique les ordres reçus d’en haut)") au niveau du tribunal de justice.

Figure 3: Barrières de protection autour du commissariat de police

Figure 3: Barrières de protection autour du commissariat de police

Source : N. Baziz, 2019

16Ces espaces délicats constituent des exceptions à l’intérieur du parcours, où se dessinent des attitudes à la fois de compromis, qui prennent la forme d’un accord tacite d’apaisement vis-à-vis des bâtiments officiels, et de défiance, par les slogans et pancartes qui deviennent des sortes d’espaces à l’intérieur de l’espace, le tout en adaptant le discours à l’évolution de la situation politique de la semaine écoulée. Le Hirak conjugué à la ville souligne une grande capacité d’élasticité et d’adaptation des individus en fonction de l’évolution politique. Cela se traduit dans l’espace par des aménagements spatiaux physiques ou par des changements de pratiques. Les groupes citoyens volontaires, tels que les gilets oranges ou les brassards verts, qui sont apparus dans d’autres villes afin d’éviter les heurts, la casse ou le corps-à-corps (Djelloul, Mezoued, 2019), ou offrir les premiers secours (Filiu, 2019) n’ont pas particulièrement émergé à Constantine, où vraisemblablement le besoin ne s’est pas fait ressentir.

17La lecture analytique du parcours urbain des marches fait ressortir un autre élément caractéristique, à savoir l’apparition de "zones tampons". Ce sont des dispositifs spatiaux qui accompagnent le parcours et maintiennent un certain degré de sécurité, de praticité et de respect des distances minimales vis-à-vis du cortège, tout en l’escortant. À Constantine, nous avons identifié trois sortes de zones tampons : les couloirs urbains, les balcons et terrasses d’immeubles et les places publiques.

  • 16 Le tour représente une boucle complète du parcours, faisant près de 2,3 km.
  • 17 Les dates du 8 mars, du 1er novembre, du 5 juillet ou proches des élections législatives notamment.
  • 18 Interdiction faisant suite au discours du 19 juin 2019 du chef de l’état-major, feu Gaid Salah, aya (...)

18Les couloirs urbains, qu’ils soient couverts ou non, sont les passages qui longent les rues qui définissent le parcours de la marche (figure 1). Ces couloirs laissés volontairement vides permettent de transiter de manière sécurisée lorsqu’un ou plusieurs individus décident de ne plus suivre le cortège de la marche. Ces passages constituent des configurations spatiales qui autorisent une souplesse durant les marches en cas de malaise, de volonté de marquer une pause ou tout simplement de vouloir quitter le cortège. Cette zone intermédiaire permet aussi de renforcer le sentiment de sécurité et la possibilité de s’extraire facilement des marches. Du point de vue des usages, ces couloirs offrent la possibilité aux marcheur.es de suivre, de quitter ou de rejoindre la marche à sa guise, ce qui explique que les Constantinois.es parlent du parcours en termes de nombre de "tours"16 effectués et l’on peut ainsi s’entendre, dès le départ, pour accomplir un ou plusieurs tours. Au cours des premières marches du Hirak ou au moment des dates charnières du calendrier17, le nombre de marcheur.es devenu conséquent, ces passages urbains ont servi de véritable soupape urbaine, où l’on se dirige pour reprendre son souffle ou éviter la cohue. Cette zone donne également la possibilité de changer de groupe et de se donner rendez-vous, même si les individus qui souhaitent se rejoindre ne sont pas arrivés au même moment, chose impossible à faire à Alger vues l’ampleur de la marche et la longueur du parcours. Ces passages servent également d’échappatoire aux militant.es qui en usent pour éviter les arrestations et fuir les policiers, une stratégie qui nous sera rapportée par plusieurs membres du comité des étudiants de Constantine (CEC), qui, après avoir bravé l’interdiction du brandissement du drapeau amazigh18, ont emprunté ces couloirs pour évacuer le cortège.

  • 19 Etant dans une position de marche durant les manifestations, il nous est difficile de donner des ch (...)

19La seconde zone tampon identifiée est celle que constitue l’ensemble des balcons et terrasses des immeubles haussmanniens qui longent la boucle du parcours. Cet ensemble offre un point de vue privilégié sur les marches qu’il surplombe, tout en maintenant une certaine distance. La vue d’ensemble sur les marches fera l’objet de nombreux enregistrements en direct et d’impressionnantes photographies diffusées en boucle sur les réseaux sociaux. Même si cela reste compliqué à quantifier, nous constatons que les balcons sont généralement féminins19. Les femmes les utilisent plus volontiers, afin de participer de manière indirecte mais active aux manifestations : "je ne me sens pas à l’aise dans la foule mais dans mon balcon je me sens en sécurité, je n’ai à demander la permission de personne et d’ici j’encourage la marche" (entretien avec une habitante du centre-ville). Des démonstrations de solidarité et d’entraide, qui se traduisent par des distributions de bouteilles d’eau, de dattes et autres douceurs, par le port du drapeau national aux tailles grandioses ou encore par les youyous qui fusent, se font aussi à partir des balcons (figure 4).

Figure 4: Les "balcons féminins" le long du parcours du Hirak constantinois

Figure 4: Les "balcons féminins" le long du parcours du Hirak constantinois

Source : N. Baziz, 2019

  • 20 Constat fait après participation à plusieurs marches du vendredi, corroboré par cinq entretiens.

20Enfin, le dernier type de zone tampon identifié est celui des places publiques. Dans le cas du parcours constantinois, il s’agit principalement des places de la Pyramide, d’El Khalifa et de Dounia Taraif. Un sentiment particulier ressort de nos observations au sein de ces places publiques. Si elles servent souvent au repos ou de point de ralliement, le nombre de personnes statiques qui s’y trouvent et qui sont souvent les mêmes20 nous fait postuler l’hypothèse d’une présence importante d’agents en civil. Cette impression revient dans plusieurs témoignages, et dénote une atmosphère de suspicion. Plusieurs manifestants, notamment universitaires, ont été accostés dans ces places pour subir la pression de policiers en civil, ces derniers tentant l’intimidation avec des formules du type "nous savons où vous travaillez", "ah vous êtes venus seuls cette fois-ci" ou bien "vous devriez plutôt vous reposer les vendredis". En conséquence, ces places servent davantage de stations, où l’état de statisme et d’immobilité permet de s’arrêter et de scander des slogans, avant de rapidement poursuivre la marche le long des rues du parcours. L’escalier urbain qu’abrite la place Dounia Taraif est l’exception qui confirme la règle, puisqu’il sert de promontoire aux jeunes manifestant.es qui en prennent possession et se mettent dans des postures de représentations voire de performances urbaines sur lesquelles nous reviendrons.

Les mobilités de l’exceptionnel

  • 21 La ville nouvelle Ali Mendjeli se trouve à près de 25 km du centre-ville, administrativement née da (...)

21L’article de G. Djelloul et A. Mezoued (2019), à propos de la mobilité des manifestant.es d’Alger, est assez éclairant en matière de mise en place de modes particuliers de déplacements et de motilité durant le Hirak. Qu’en est-il de cette question à Constantine ? Il apparaît que l’on retrouve des éléments similaires à Alger et d’autres plus spécifiques. D’abord, faisons le point sur ces moyens de mobilité. S’il est vrai que la palette des moyens de transports se soit élargie, à Constantine le véhicule privé est roi, il est le moyen de transport privilégié par les habitant.es. L’offre de transport en commun se traduit quant à elle par de nombreux bus collectifs privés ou étatiques, des taxis à la course ou partagés, ainsi que par le tramway qui relie le centre-ville à certains quartiers périphériques, en passant par les principales facultés, jusqu’à la nouvelle-ville Ali Mendjeli21. Notons également l’apparition, ces trois dernières années, d’offres de transport via les plateformes connectées, des équivalents locaux d’Uber tels que Yassir ou Temtem pour les plus utilisés.

22Durant la journée du vendredi, journée de week-end en Algérie où la majorité des commerces sont fermés en raison de la prière, l’offre en matière de transport public est moindre, les taxis et les bus privés se raréfient (Baziz, Chemrouk, 2017), il ne subsiste alors que le tramway, quelques bus en service minimum et de rares taxis. Cette offre est encore plus réduite depuis l’émergence du Hirak, où tout est fait pour dissuader les manifestant.es de gagner le centre-ville les vendredis. Aucun transport en commun n’est disponible et la circulation du tramway est interrompue jusqu’au soir, les rues du parcours sont également fermées à la circulation automobile. Ainsi, pour se rendre à la marche hebdomadaire du Hirak, les manifestant.es n’ont d’autres choix que de s’y rendre en véhicule privé, souvent en groupe, et de se garer dans les quartiers limitrophes ; les places de stationnement dans les quartiers de Bellevue ou des Combattants sont d’ailleurs prises d’assaut (figure 1). Les plus téméraires feront le choix de se rendre en ville à pied.

23La montée en puissance de taxis privés de type Yassir comme alternative au transport les vendredis (Djelloul, Mezoued, 2019), n’émerge pas particulièrement de nos entretiens à Constantine. L’exemple algérois connaît un niveau supérieur en matière de blocage du transport, en attestent les photos virales de bus entiers déroutés venus des autres villes et les embouteillages monstrueux à l’entrée de la ville et de l’hypercentre. Les photos de stationnements de véhicules en pleine voie publique, de la multiplication des barrages de gendarmerie sur les routes et autoroutes menant à la capitale dès le jeudi après-midi font aussi le tour de la toile. Rien de comparable à ce dont nous assistons à Constantine, où la taille de la ville favorise la proximité de l’hypercentre, et le nombre d’habitant.es reste nettement inférieur. Cela étant dit, pour bien saisir l’importance de l’enjeu de mobilité durant le Hirak, nous avons constaté que depuis la semaine post-élections présidentielles du 12 décembre 2019, les rues du parcours ont été ouvertes à la circulation automobile. Cela aura pour conséquence de diviser le cortège des marcheur.es à différents points clés (souvent au niveau des places de ralliement), d’afficher la normalisation de la circulation et de suggérer l’émoussement du mouvement, en répandant l’idée que les vendredis sont de moins en moins consacrés aux marches.

Performances urbaines et autres temporalités

  • 22 Ces marcheur.es sont principalement des étudiant.es universitaires. À Constantine, des lycéen.nes o (...)
  • 23 Expression qui inclut étudiant.es, enseignant.es et employé.es de l’université.

24À l’instar des autres villes comme Alger, Oran ou Bejaia, les mardis de Constantine connaissent également l’effervescence du Hirak. Bien que timidement suivie au début, la journée du mardi est dédiée dès le 26 février 2019 aux marches estudiantines22, ou plus largement à celles de la "famille universitaire"23. Cette marche instaure une seconde temporalité au Hirak, avec une deuxième mobilisation hebdomadaire, certes inégale mais régulière, qui donne à la mobilisation d’autres "temps forts" (Belakhdar, 2019). Le mardi devient ainsi la journée de manifestation des universitaires, qui reprennent le même itinéraire que celui du vendredi. Elle mobilise la frange engagée du corps enseignant, celle-ci se chargeant d’organiser des conférences axées notamment sur la citoyenneté et l’éducation civique, la constitution algérienne ou sur la pensée critique (Filiu, 2019).

  • 24 Les recteurs des universités algériennes sont désignés par le ministère de l’enseignement supérieur (...)

25À Constantine, le mardi établit une nouvelle routine urbaine qui connaît quelques ajustements en fonction de l’évolution de la situation politique, mais où les rendez-vous sont fixés par avance sur les réseaux sociaux, avec des rassemblements dès la matinée au niveau de l’esplanade de la faculté centrale, et débutent par des débats publics entre étudiant.es et enseignant.es impliqué.es dans le Hirak. Certain.es enseignant.es font publiquement part de leur soutien aux revendications du Hirak, à travers des communiqués officiels, tandis que des revendications spécifiques à la corporation émergent timidement sous le slogan "libérez l’université" qui appuie une demande d’autonomie de l’université24.

26Le cortège de la marche du mardi s’organise ensuite pour se déplacer de l’esplanade de la faculté jusqu’au centre-ville, pour reprendre ainsi le parcours habituel du Hirak (figure 5). La présence des forces de l’ordre est moindre que les vendredis et les voies sont ouvertes à la circulation automobile, générant des embouteillages conséquents qui paralysent la ville. Bien que les mardis soient théoriquement consacrés à la famille universitaire, ils ne sont pas pour autant boudés par le reste des citoyen.nes qui s’implique et renforce le cortège. Toutefois, les dernières semaines avant la mise en place du confinement, le nombre de manifestant.es s’est considérablement réduit, la majorité des étudiant.es préfèreront reprendre leurs cours et ne plus accuser de retard dans leurs études.

  • 25 Il s’agit de la page qui porte le nom حراك قسنطينة الطلابي -Hirak Constantine estudiantin.

27Par conséquent, une adaptation a dû s’opérer pour la rentrée universitaire 2020. Les manifestations du mardi changent ainsi d’horaire pour débuter à partir de 13h et le déplacement vers le centre-ville se fait désormais par tramway afin de pallier le temps réduit. La marche continue dans l’hypercentre, avec une mise en scène de la protestation savamment relayée sur les réseaux sociaux. Une page Facebook25 est d’ailleurs entièrement consacrée à l’organisation et à la retransmission des débats et des marches. Les performances urbaines y sont diffusées et amplifiées par une mise en scène de l’acte de faire corps ensemble, de sorte que cela donne lieu à une démonstration par l’image d’une représentation valorisante de soi (Derradji, Gherbi, 2019).

28En termes d’appropriation de l’espace urbain, deux types d’investissements spécifiques ressortent durant le Hirak du mardi : l’investissement des murs comme supports physiques de contestation et celui des places comme points de ralliement et de débats publics où tout le monde est encouragé à participer (figure 5). Ainsi, deux grands espaces dédiés à l’affichage de messages principalement politiques apparaissent : le mur en verre de la faculté des lettres qui jouxte l’esplanade de la faculté centrale et le mur du centre culturel El Khalifa en centre-ville. Sur ces murs, on retrouve aussi bien des slogans politiques, des photos, des productions artistiques, de la poésie que des messages d’encouragement, qui témoignent non seulement de l’appropriation de ces espaces publics, mais aussi de leur usage comme support de médiation entre le groupe social estudiantin, le reste de la société et les autorités. Ces "murs de la contestation" reflètent les revendications spécifiques de cette tranche de la société, tout en s’inscrivant dans les revendications plus larges du Hirak.

Figure 5 : Tracé de la ligne de tramway ‘ville nouvelle Ali Mendjeli-hypercentre Constantine’ et localisation des lieux de performances urbaines du Hirak du mardi

Figure 5 : Tracé de la ligne de tramway ‘ville nouvelle Ali Mendjeli-hypercentre Constantine’ et localisation des lieux de performances urbaines du Hirak du mardi

Source : N. Baziz, sur fond de carte Google Maps, 2021

29Les marches du mardi sont aussi l’occasion d’organiser des débats publics, principalement sur l’esplanade de la faculté centrale, celle de l’université Salah Boubnider à la nouvelle-ville Ali Mendjeli, et sur la place Dounia Taraif du centre-ville. Ces tribunes urbaines permettent aux étudiant.es de s’impliquer, de communiquer et d’échanger entre eux mais aussi avec leurs enseignant.es, qui trouvent dans cette sorte d’agora l’opportunité d’exprimer leur position vis-à-vis du Hirak. Le lien entre ces agoras urbaines, la notion de faire corps ensemble et la scène qu’offrent les réseaux sociaux est étroit et les espaces qui servent occasionnellement à la pratique de la politique sont adroitement utilisés pour mettre en scène ces "performances démocratiques" (Parkinson, 2012).

30Le rôle que jouent Internet et les réseaux sociaux dans la mise en scène est indéniable : l’usage du numérique est un des éléments clés de l’organisation du Hirak. En effet, par l’impact qu’ils ont, les réseaux sociaux représentent l’un des outils des révolutions, dans des espaces où la dissidence collective peut être exprimée (Aouragh, Alexander, ​​2011) et où l’information circule librement. Durant le Hirak, tout utilisateur est à la fois producteur, acteur et distributeur de contenus (Benalkadi, 2019). Les marches sont relayées en direct par les manifestant.es qui brandissent leurs smartphones, sans nécessité d’intermédiaire (figure 6) : "nous sommes tous devenus des journalistes en puissance, parfois même des réalisateurs" (entretien avec un manifestant).

  • 26 Selon le rapport 2019 de la plateforme de gestion des réseaux sociaux Hootsuite.

31Bien que des perturbations du réseau soient relevées les vendredis, les interruptions n’ont pu contenir le flux des réseaux sociaux utilisés comme support de diffusion d’images et de vidéos (Benalkadi, 2019). Les groupes et pages consacrés au Hirak et à ses militant.es sont d’ailleurs très nombreux. Sur la toile, le "Hirak 2.0" va très loin dans différents registres, en favorisant la reconstitution du lien social à travers le numérique, d’autant plus que le paysage médiatique algérien est verrouillé (Benalkadi, 2019) : télévisions et radios d’État déclinent le discours officiel. Dès lors, les médias traditionnels sont perçus comme des outils de propagande pro-régime : "si on écoutait la télé officielle, on serait encore à l’ère Bouteflika" (extrait entretien d’un manifestant). L’ouverture que permettent Internet et les réseaux sociaux pallie l’enfermement médiatique, les militant.es s’appuient dessus pour organiser et engager le débat public, faisant d’eux des médiateurs décisifs dans la circulation rapide des informations entre manifestant.es (Mebtoul, 2019b) et des facilitateurs de contact et de diffusion (Sidi Boumedine, 2019) qui ont complètement changé la donne. Près de 17 millions des 43 millions d’Algérien.nes se connectent quotidiennement à internet et 70 % sont âgé.es de 15 à 24 ans (Filiu, 2019) ; Facebook, qui compte 23 millions26 de membres, reste le réseau le plus populaire, jouant un grand rôle dans la mobilisation et dans l’accès à l’information. Il est suivi par Youtube pour près d’un tiers des accès, tandis que Twitter reste minoritaire (Benalkadi, 2019).

Figure 5: Omniprésence des smartphones durant les protestations

Figure 5: Omniprésence des smartphones durant les protestations

Source : N. Baziz, 2019

32Internet fonctionne comme le substitut des partis politiques, avec une capacité d’organisation forte, de telle sorte que quelques clics suffisent à mettre en relation des individus et à orchestrer une mobilisation (Badie, 2011). C’est aussi un levier médiatique qui permet, grâce aux images d’occupation des rues et des places, de répandre une sensation de "desserrement" de l’emprise du régime autoritaire (Djelloul, 2019). Pour autant, si Internet permet une certaine ouverture médiatique, les membres du comité étudiant de Constantine déplorent les pressions subies et les menaces dont ils ont fait l’objet par ce biais. "Ma messagerie privée Facebook est remplie de menaces en tout genre, même mes proches en ont reçu à cause de mes activités militantes (…) Après avoir reçu des photos de moi entrain de marcher sur les réseaux, mon oncle est venu parler à mes parents pour leur dire de me dissuader" (entretien d’une militante du CEC). En plus de cyber-harcèlement des militant.es, un autre phénomène que les Algérien.nes nomment "doubab" ou "mouches électroniques" a pris de l’ampleur. Les doubab sont des individus qui travaillent pour le compte d’agences de communication dont la mission est d’inonder les réseaux sociaux de messages de propagande pro-pouvoir et de diaboliser l’opposition. Durant le Hirak, ces groupes ont nourri la contre-révolution, en diffusant de l’information souvent produite par les agents de la police politique pour contrer les activistes, en répandant des "infox" et en tentant de diviser le mouvement (Bendjoudi, 2020).

33Par ailleurs, les performances urbaines sont devenues les supports des discours politiques et médiatiques qui donnent lieu à de nombreux débats citoyens organisés dans le sillon du Hirak. À Constantine, ces performances ont eu lieu principalement à trois endroits :

  • La place du palais du Bey, située à l’intérieur de la vielle ville de Constantine, près d’un café populaire, elle a accueilli des concerts musicaux improvisés. Après l’organisation d’un rassemblement sur Facebook, la page liée à l’événement organise la retransmission d’un direct qui a souvent donné lieu à des débats citoyens.

  • La place de la Brèche, accolée au théâtre régional de la ville, elle a fait l’objet de plusieurs rassemblements, notamment de la part d’associations culturelles. Les discussions qui s’y déroulent ont porté sur le rôle à jouer par la culture et les artistes dans le Hirak.

    • 27 Le comité des étudiants de Constantine (CEC), né dans le sillage du Hirak, est très actif au cours (...)

    La place Dounia Taraif, qui, contrairement aux deux premières, a continué à être investie jusqu’à la suspension des marches. Sa situation et la présence d’un escalier urbain en font un lieu indiqué pour le débat. Cette place a souvent été utilisée par les étudiant.es27 après la marche du mardi pour poursuivre les discussions, ainsi que les jeudis pour préparer les manifestations à venir (Djekhar, 2019).

34Ce mode d’appropriation par le sit-in est également décrit par C. Sebastiani et S.Y. Turki (2016) pendant la révolution tunisienne. Ils y voient une "occupation transitoire ou semi-permanente" et en parlent comme d’une modalité importante et efficace, qui permet une pratique inédite d’expressions publiques et politiques et dont l’impact se fait sentir sur la société et la ville. Cette modalité d’occupation des places publiques se rapproche de l’"espace public occasionnel" utile à la formation d’une opinion publique éclairée décrit par J. Habermas (1992) et que l’on pourrait associer à l’"espace défendable" de N. Dris (2016), au sens d’ensemble de pratiques et de comportements qui visent à définir un espace reconnu comme légitime grâce à un système d’appropriation spécifique, politique et, dans le cas présent, contestataire.

Conclusion

35Du fait du confinement imposé par la pandémie de Covid-19 en Algérie, le Hirak est actuellement à l’arrêt. Nous ignorons encore si, par la suite, il reprendra sous cette même forme. Cependant, la longévité du mouvement est déjà impressionnante : 56 vendredis consécutifs, presque tout autant de mardis et une Silmiya maintenue en dépit de nombreuses détentions arbitraires de militant.es. Ce refus de la violence est devenu un choix conscient chargé de certitudes quant à la légitimité des actions (Sidi Boumedine, 2019). Le recours aux espaces publics comme support de marches contestataires va-t-il pour autant disparaître ? Rien ne l’indique. S’il est vrai qu’à Constantine les expressions urbaines se sont particulièrement enrichies durant le Hirak, l’usage des espaces publics pour manifester des revendications sociales et politiques existait déjà auparavant (Baziz, 2019). De plus, l’augmentation des tensions socio-économiques dues à la crise sanitaire devrait vraisemblablement amplifier le phénomène. Des appels à manifester sont d’ailleurs régulièrement lancés dans plusieurs villes.

36Par ailleurs, bien que le Hirak semble être un objet sociologique et politique à part (Boukhalfa, 2019), de nombreuses similitudes avec d’autres mouvements protestataires demeurent. Comme lui, ces soulèvements sont devenus incontournables pour la société civile (Naimi, 2016), et sont également des faits urbains au cours desquels les villes servent de théâtre (Stadnicki, 2007). En effet, les nombreuses expressions d’investissement et d’appropriation collectives des espaces publics pendant les mouvements protestataires ont enclenché des mutations, autant dans l’espace physique et discursif que symbolique (Sabastiani, Turki, 2016 ; Naimi, 2016). Durant le Hirak, ces transformations en profondeur du processus d’appropriation interpellent, elles mettent en relief des espaces urbains devenus hautement symboliques et renouvellent les rapports espace/société (Stadnicki, 2017), comme c’est le cas pour les places de l’hypercentre constantinois ou celle de la grande poste d’Alger, devenue un lieu-symbole de résistance dans tout le pays. Ces nouvelles formes d’appropriations ont aussi un impact sur la construction des identités collectives, grâce aux "scénographies protestataires" qui utilisent des signes d’identification comme les banderoles, drapeaux, pancartes et slogans pour mieux mobiliser. Ces mises en scène reposent en outre sur l’espace urbain, tel qu’on a pu l’observer sur le parcours des manifestations constantinoises : un parcours clair et ordonné, qui permet aux manifestant.es de faire corps ensemble facilement. À Constantine, les performances urbaines, qui prennent leur expression dans les places publiques, servent aussi de supports aux débats citoyens, autant en amont qu’en aval des marches bihebdomadaires. Des usages similaires sont également observés sur les esplanades de la faculté centrale ou de Salah Boubnider, investies les mardis par les étudiant.es. Ces performances démocratiques sont ensuite valorisées sur la toile et les réseaux sociaux, désormais éléments incontournables de l’organisation et de la médiatisation des événements liés au Hirak.

37Plus généralement, le Hirak, comme d’autres mobilisations massives, donne corps à des "zones autonomes temporaires" (Gwiadinski, 2019) et des "occupations transitoires" (Sebastiani, Turki, 2016), c’est-à-dire des moments de rupture durant lesquels les registres émotionnels préexistants de peur, de haine, de répression ou de respect pour l’ordre politique sont remis en cause et s’expriment dans les espaces publics. Des espaces occasionnels qui n’échappent pas à la confrontation de deux volontés, celle des manifestant.es et celle des représentants de l’ordre public (Sabastiani, Turki, 2016). Cette confrontation a donné lieu à Constantine à un statu quo, maintenu par un jeu d’équilibre, de négociations et d’adaptation des stratégies de présence des acteurs au sein de l’espace public. D’un côté, les bâtiments officiels font l’objet d’une protection particulière de la part des autorités, et de l’autre, les Hirakistes renoncent sciemment à toutes formes de casse. Ce duel apaisé entre les protagonistes est entretenu par des dispositifs spatiaux qui servent de zones tampons le long du parcours constantinois. Ces zones, qui prennent la forme de couloirs urbains ou de places publiques, forment des soupapes urbaines qui favorisent les espaces de repli ou de ralliement destinés aux manifestant.es et permettent in fine de sécuriser les marches.

Haut de page

Bibliographie

Aouragh M., Alexander A., 2011, "The Egyptian Experience: Sense and Nonsense of the Internet Revolution", International Journal of Communication, No.5, 1344-1358.

Baziz N., 2019, La fabrique des espaces verts publics dans un contexte d’événementiel - Cas de Constantine capitale de la culture arabe 2015, thèse de doctorat, Alger, Epau.

Baziz N., Chemrouk N., 2017, "Un square, un sexe ? Le jardin du centre-ville constantinois Bennacer Bachir, à l'épreuve du genre", Géocarrefour, Vol.91, No.1, genre et politique urbaine, [en ligne]. URL : http://geocarrefour.revues.org/10025

Badie B., 2011, "Printemps arabe : un commencement", S.E.R., Tome 415, 7-18.

Belakhdar N., 2019, "L’Indépendance, c’est maintenant ! Réflexion sur le soulèvement populaire en Algérie", L’Année du Maghreb, No.21, 105-116, Quand l'Algérie proteste, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5280

Bendjoudi A., 2020, "Les « mouches électroniques » de la police politique sur les réseaux sociaux", In : Benderra O., Gèze F., Lebdjaoui R., Mellah S. (eds.), Hirak en Algérie, L'invention d'un soulèvement, Paris, La fabrique, 177-183.

Benelkadi K., 2019, "Internet en Algérie : entre Hirak et transformation numérique", El Watan, [en ligne]. URL : https://www.elwatan.com/edition/actualite/internet-en-algerie-entre-hirak-et-transformation-numerique-30-11-2019

Boukhalfa M., 2019, La révolution du 22 février, de la contestation à la chute de Bouteflika, Alger, Chihab.

Dayan-Herzbrun S., 2013, "Révolutions arabes : quel printemps pour les femmes ?", Les Cahiers de l'Orient, No.109, 89-98, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-l-orient-2013-1-page-89.htm

Derradji I.A., Gherbi A., 2019, "Le Hirak algérien : un laboratoire de citoyenneté", Métropolitiques, [en ligne]. URL :https://metropolitiques.eu/Le-Hirak-algerien-un-laboratoire-de-citoyennete.html

Desrues T., Gobe E., 2019, "Introduction : Quand l’Algérie proteste. Le Maghreb au prisme du Hirak algérien", L’Année du Maghreb, No.21, 9-24, Quand l'Algérie proteste, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5021

Djekhar N., 2019, "À l’initiative des étudiants et Hirakistes : contestation par l’occupation de l’espace public", El Watan, [en ligne]. URL : https://www.elwatan.com/edition/actualite/a-linitiative-des-etudiants-et-hirakistes-contestation-par-loccupation-de-lespace-public-03-09-2019

Djelloul G., Mezoued A., 2019, "Les ressorts spatiaux de la mobilisation révolutionnaire à Alger", Forum vies mobiles, [en ligne]. URL : https://fr.forumviesmobiles.org/2019/06/28/ressorts-spatiaux-mobilisation-revolutionnaire-alger-12995

Djelloul G., 2019, "Algérie : quand la société civile renaît", The conversation, [en ligne]. URL : https://theconversation.com/algerie-quand-la-societe-civile-renait-112638

Dris Ait-Hamadouche L., Dris C., 2019, "Le face à face Hirak-pouvoir : La crise de la représentation", L’Année du Maghreb, No.21, 57-68, Quand l'Algérie proteste, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5129

Dris N., 2016, "Introduction. Repenser l’espace public à l’aune des transformations sociales contemporaines", Les Cahiers d’EMAM, No.28, Espace(s) public(s) en Méditerranée L'espace public au fait du politique, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/emam/1194

Fabbiano G., 2019, "Le temps long du Hirak : le passé et ses présences", L’Année du Maghreb, No.21, 117-130, Quand l’Algérie proteste, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5334

Filiu J., 2019, Algérie la nouvelle indépendance, Paris, Seuil.

Gelabert E., 2013, "Le printemps arabe en perspective. Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire", Cahiers de l’action, No.39, 11-17.

Gwiadinski L., 2019, "Le rond-point : totem, média et place publique d’une France en jaune", Revue Multitudes, No.74, [en ligne]. URL : https://www.multitudes.net/le-rond-point-totem-media-et-place-publique-dune-france-en-jaune/

Habermas J., 1978, L’Espace public, Paris, Payot.

Habermas J., 1992 (réédition 1997), Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris, Gallimard.

Kacemi M., 2019, Dissidences, chroniques du Hirak, Tizi Ouzou, Frantz Fanon.

Mebtoul M., 2019a, Liberté, dignité, algérianité. Avant et pendant le Hirak, Alger, Koukou.

Mebtoul M., 2019b, "En Algérie, on se lève pour la dignité", Journal des anthropologues, Vol.156-157, 13-18, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/jda/7986

Naimi M., 2016, "Mouvement du 20 février et appropriation de l’espace public au Maroc", Les Cahiers d’EMAM, No.28, Espace(s) public(s) en Méditerranée L'espace public au fait du politique, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/emam/1204

Paquot T., 2009, L’espace public, Paris, La Découverte.

Parkinson J.R., 2012, Democracy and public space. The physical sites of democratic performance, Oxford, Oxford University Press.

Sadi S., 2019, Révolution du 22 février, un miracle algérien, Alger, Frantz Fanon.

Sebastiani C., Turki S.Y., 2016, "Espace (s) public(s) en Tunisie. De l’évolution des politiques aux mutations des pratiques", Les Cahiers d’EMAM, No.28, Espace(s) public(s) en Méditerranée L'espace public au fait du politique, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/emam/1247

Sidi Boumedine H., 2019, Aux sources du Hirak, Alger, Chihab.

Stadnicki R., 2017, "Villes et mobilisations au lendemain des printemps arabes", L’Afrique : du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Villes et mobilisations au lendemain des printemps arabes, [en ligne]. URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01916730/document

Volpi F., 2019, "Le mouvement protestataire algérien de 2019 à la lumière de la théorie des mouvements sociaux et des Printemps arabes", L’Année du Maghreb, No.21, 105-116, Quand l'Algérie proteste, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5280

Haut de page

Notes

1 Initialement prévues pour le 27 avril 2019, elles seront finalement tenues le 12 décembre 2019.

2 Venant du mot arabe Haraka qui signifie "mouvement", nous reprendrons ce terme en y admettant la définition de J.P. Filiu (2019, p.13), celle d’une "mise en mouvement" qui désigne une dynamique de mobilisation de toute la société plutôt que celle du simple mouvement.

3 Nom que se donnent les manifestant.es qui se revendiquent du Hirak. Ce néologisme est également repris dans la presse et par certain.es chercheur.es pour décrire les pro-Hirak.

4 L’observation flottante est une méthode adoptée par C. Pétonnet (1982), dans ses travaux d’ethnologie urbaine, qui "consiste à rester en toute circonstance vacante et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser "flotter" afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repère, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes".

5 "1980 c’est le Printemps de l’espoir. 2001 c’est le Printemps noir. 2019 c’est le Printemps de la victoire", message d’une pancarte populaire relevé dans plusieurs articles, dont celui de G. Fabbianno (2019).

6 Période qui débute suite à l’arrêt du processus électoral remporté par le courant islamiste du FIS.

7 Interception par la marine espagnole de plus de 700 kg de cocaïne en 2018.

8 La grève a lieu de novembre à mai 2018, elle dénonce notamment les conditions de travail déplorables en milieu hospitalier.

9 Pacifisme en arabe, slogan régulièrement repris par le Hirak.

10 Contraction des mots vendredi et dire, l’expression apparue durant le Hirak traduit la détermination de faire des marches du vendredi des lieux où l’on exprime explicitement ses revendications.

11 Une suspension est observée par le Hirak, du fait de l’épidémie de Covid-19 en Algérie.

12 Depuis 1962, les changements de toponymie sont fréquents dans les appellations des espaces publics algériens, souvent rebaptisés pour faire référence aux héros de l’indépendance. Cela n’empêchera pas la mémoire collective de retenir et d’utiliser les anciennes appellations, que nous reprenons par ailleurs aussi.

13 Le nombre de véhicule de police varie entre 6 et 10 suivant les semaines.

14 Le dispositif des forces de l’ordre se manifeste essentiellement par les forces de police. Les militaires et l’armée ne se sont pas impliqués dans les marches du Hirak, tandis que la gendarmerie se contente d’assurer la sécurité autoroutière. La police, principale figure d’autorité présente, est représentée par plusieurs organismes : la sureté publique ; l’unité du maintien de l’ordre, dont les éléments anti-émeute encadrent le parcours des marches ; l’unité aérienne de sécurité nationale, dont les hélicoptères garantissent le contrôle aérien des manifestations, et la brigade d’élite parfois aperçue pendant les manifestations. Nos entretiens font également cas de présence d’agents en civil.

15 Maison de fonction du wali (équivalent du préfet), elle se trouve le long de la rue J.F. Kennedy.

16 Le tour représente une boucle complète du parcours, faisant près de 2,3 km.

17 Les dates du 8 mars, du 1er novembre, du 5 juillet ou proches des élections législatives notamment.

18 Interdiction faisant suite au discours du 19 juin 2019 du chef de l’état-major, feu Gaid Salah, ayant conduit à l’arrestation puis la condamnation de plusieurs personnes pour "atteinte à l’unité nationale".

19 Etant dans une position de marche durant les manifestations, il nous est difficile de donner des chiffres précis. Néanmoins, en faisant l’expérience d’un décompte durant deux marches différentes, nous pouvons avancer un chiffre qui dépasse les 70% de présence féminine aux balcons

20 Constat fait après participation à plusieurs marches du vendredi, corroboré par cinq entretiens.

21 La ville nouvelle Ali Mendjeli se trouve à près de 25 km du centre-ville, administrativement née dans les années 2000, elle comprend aujourd’hui un important pôle universitaire relié par un grand réseau routier et l’extension de la première ligne de tramway.

22 Ces marcheur.es sont principalement des étudiant.es universitaires. À Constantine, des lycéen.nes ont également participé à deux marches durant le mois de mars ; leur participation a très vite cessé suite au refus des syndicats universitaires et des comités de parents d’élèves d’impliquer cette catégorie de jeunes dans les marches.

23 Expression qui inclut étudiant.es, enseignant.es et employé.es de l’université.

24 Les recteurs des universités algériennes sont désignés par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, ils ne sont donc pas élus comme cela se fait dans d’autres pays.

25 Il s’agit de la page qui porte le nom حراك قسنطينة الطلابي -Hirak Constantine estudiantin.

26 Selon le rapport 2019 de la plateforme de gestion des réseaux sociaux Hootsuite.

27 Le comité des étudiants de Constantine (CEC), né dans le sillage du Hirak, est très actif au cours de ces débats.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Carte du parcours du Hirak dans le centre-ville de Constantine
Crédits Source : N. Baziz, sur fond de carte Google Maps, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37354/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 2: Véhicules de police encadrant l'accès à la place de la Pyramide
Crédits Source : N. Baziz, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 3: Barrières de protection autour du commissariat de police
Crédits Source : N. Baziz, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 4: Les "balcons féminins" le long du parcours du Hirak constantinois
Crédits Source : N. Baziz, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37354/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 5 : Tracé de la ligne de tramway ‘ville nouvelle Ali Mendjeli-hypercentre Constantine’ et localisation des lieux de performances urbaines du Hirak du mardi
Crédits Source : N. Baziz, sur fond de carte Google Maps, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37354/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 5: Omniprésence des smartphones durant les protestations
Crédits Source : N. Baziz, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37354/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nassima Baziz, « Les expressions urbaines d’une mobilisation contestataire : Cas du Hirak à Constantine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 990, mis en ligne le 05 août 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/37354 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.37354

Haut de page

Auteur

Nassima Baziz

Maitresse de conférences
IAST architecture-Université Sétif 1, Laboratoire LAE, Alger, Algeria
nassimabaziz@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search