Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2021Les espaces de coworking : insert...

2021
996

Les espaces de coworking : insertion urbaine et actions d’urbanisme. Les apports d’une comparaison internationale Québec-France

Coworking spaces: urban insertion and actions of urban planning. Results of a Quebec-France comparison
Espacios del coworking : inserción urbana y acciones de urbanismo. Aportes desde una comparación internacional, Quebec-Francia.
Priscilla Ananian et Divya Leducq

Résumés

Les espaces de coworking accueillent une part infime de la population active, et pourtant ils s’inscrivent dans un processus de profondes transformations des pratiques, des milieux et des lieux de travail. Ils suscitent un engouement croissant de la part des milieux politique et universitaire, particulièrement sur le plan du développement économique. Notre recherche montre que leurs contributions sont observées principalement à un autre niveau : celui de l’aménagement urbain et du développement local. À partir de cas d’études situés à Montréal (Québec) et à Tours (France), il en ressort que certains de ces espaces présentent des effets transformateurs localement à condition de conjuguer différents champs d’action de l’urbanisme fondés sur la réglementation urbanistique, la collaboration entre les parties prenantes du projet urbain et l’accompagnement des initiatives portées par les milieux communautaire et entrepreneurial propres à l’urbanisme tactique.

Haut de page

Texte intégral

Les auteures remercient le soutien financier reçu du Nouveau Programme Samuel de Champlain du CFQCU pour "Urbanisme et (mi)lieux de l’innovation : étude des enjeux et défis d’insertion urbanistique des espaces de coworking au Québec et en France" (2017-2019), la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada ainsi que trois assistants de recherche, Guillaume Parent-Frenette, Marie-Axelle Borde et Aurélie Coquel, recrutés dans le cadre d’une bourse d’échange universitaire entre le Québec (Université du Québec à Montréal) et la France (Université de Tours).

Introduction

1Cet article aborde les rapports que les espaces de coworking entretiennent avec la ville. Nous définissons les espaces de coworking comme étant des espaces de travail partagés dotés de certains services mutualisés, de flexibilité en matière d’utilisation, et animés par des communautés de pratiques. Largement dominé par les champs de la gestion, de l’économie et de la sociologie entrepreneuriale (Burret, 2013 ; Capdevila, 2015 ; Blein, 2016), le corpus scientifique autour des espaces de coworking n’a que très partiellement abordé les rapports que ceux-ci entretiennent avec la ville sur le plan urbanistique (Leducq, Ananian, 2019). Pourtant, la majorité des espaces de coworking se situent aujourd’hui dans les centres urbains (Mariotti et al., 2017 ; Moriset, 2017). En outre, les articles qui s’intéressent aux effets territoriaux de la multiplication de ces espaces dans les grands centres urbains montrent certaines dynamiques générées par leurs activités et par les pratiques spatiales de leurs membres (Di Marino, Lapintie, 2017 ; Liefooghe, Leducq, 2017 ; Moriset, 2017). Ainsi, lorsqu’ils s’implantent dans des quartiers, les espaces de coworking s’insèrent dans le cadre bâti et peuvent participer à l’ancrage de certaines communautés locales telles que les travailleurs, les résidents ou les artistes (Krauss, Tremblay, 2019). Ils drainent des flux de travailleurs à différents moments de la journée (voire de la nuit pour les services 24 heures sur 24, 7 jours sur 7) et impactent potentiellement l’utilisation des transports en commun, des pistes cyclables, des services partagés ainsi que des équipements et commerces localisés à proximité (Ananian et al., 2019 ; Leducq et al., 2019).

2Alors que les espaces de coworking ne peuvent accueillir qu’une infime partie de la population active (Shearmur et al., 2020), leur contribution effective en matière de développement économique, de génération d’emplois, voire d’innovation technologique et sociale laisse certains sceptiques (Bapteste, 2014 ; Gandini, 2015). Nous nous inscrivons dans la lignée de ces travaux, en avançant l’hypothèse que la contribution de ces espaces se jouerait à un autre niveau, en termes d’aménagement urbain et de développement local. Néanmoins, les politiques publiques qui les accompagnent ne sont pas les mêmes partout : alors qu’au Québec aucune politique publique n’est consacrée spécifiquement aux espaces de coworking, en France, quelques collectivités les soutiennent, allant jusqu’à porter à elles seules ces projets (Krauss, Tremblay, 2019 ; Lévy-Waitz, 2018 ; Liefooghe, 2018). Or, en adoptant un positionnement neutre face au développement de ces espaces dans les milieux urbains, la puissance publique prend le risque de ne pas maximiser les retombées locales de ces équipements (Cagnol, 2013 ; Ferchaud, Dumont, 2017).

3À partir d’une revue des écrits scientifiques publiés entre 2008 et 2020, nous avons élaboré une grille d’analyse visant à sonder les effets transformateurs des espaces de coworking dans les milieux urbains et les enjeux urbanistiques que leur insertion soulève pour l’urbanisme (Leducq, Ananian, 2019 ; Leducq, 2020). L’objectif de cet article est d’éprouver cette grille à partir d’une étude de cas multiples à Montréal (Québec, Canada) et à Tours (Val-de-Loire, France), afin d’identifier les champs d’action portés par l’urbanisme dans le processus d’insertion des espaces de coworking en milieu urbain. Dans un premier temps, nous revenons sur la grille d’analyse et sur la littérature à partir de laquelle celle-ci a été construite. Nous présentons ensuite notre méthodologie ainsi que les quatre cas mis à l’étude. Enfin, à partir des résultats de notre enquête, nous abordons les enjeux soulevés par l’insertion des espaces de coworking en milieu urbain, en nous intéressant plus particulièrement aux champs d’action de l’urbanisme.

Espaces de coworking et villes : quels rapports pour les champs d’action de l’urbanisme ?

4Nous pouvons distinguer, dans la littérature, trois entrées à partir desquelles les rapports entretenus entre les espaces de coworking et la ville sont analysés (tableau 1). Dans un premier temps, la ville peut ainsi être appréhendée comme un "réceptacle" sur lequel les espaces de coworking viennent s’implanter. D’un point de vue macro, la concentration des espaces de coworking semble proportionnelle à la place occupée par la ville dans la hiérarchie urbaine (Besson, 2017 ; Moriset, 2017). À une échelle plus locale, les espaces de coworking, à l’instar des autres activités métropolitaines de l’économie tertiaire, cherchent généralement à optimiser la rente de situation à son maximum, en privilégiant des grands espaces et surtout des faibles coûts de loyers (Waters-Lynch, Potts, 2017).

5Cependant, les relations entre les espaces de coworking et la ville ne se résument pas à des logiques de localisation ; en concentrant un certain nombre d’aménités urbaines, les villes se constituent aussi comme des "ressources" pour les espaces de coworking, de la même façon que ces espaces peuvent se constituer en ressource pour les communautés locales (Liefooghe, 2018 ; Moriset, 2017 ; Wang et al., 2017). Ces aménités peuvent être de plusieurs ordres : il peut s’agir d’équipements ou de services urbains participant à la qualité du milieu de vie (tangibles comme les transports en commun, équipements publics, services, commerces ou intangibles comme les ambiances et les paysages), mais aussi d’un écosystème de travailleurs et de startups favorable à l’innovation (Fabbri, Charue-Duboc, 2016). Les espaces de coworking viennent alors s’insérer dans le cadre bâti et le réseau d’infrastructures, participant parfois à le consolider, par exemple, en soutenant le commerce local (Besson, 2017 ; Mariotti et al., 2017). Ils favorisent également l’ancrage des communautés, qu’il s’agisse de certaines populations locales (artistes, résidents, travailleurs) ou de nouveaux usagers (Krauss, 2019 ; Le Nadant, Marinos, 2020). Les espaces de coworking dépassent alors parfois leur rôle d’acteur économique et peuvent participer au développement local dans une perspective plus sociale (Salgueiro et al., 2017).

6Enfin, la diversité d’initiatives de co-production des espaces de coworking (initiatives citoyennes, publiques ou privées) et de leurs modèles économiques (taille, fonctionnement organisationnel, modèle d’affaires) appellent à un questionnement autour des processus d’accompagnement, voire de régulation de ces espaces de la part des acteurs publics, faisant de la ville un "champ d’action politique" (Besson, 2017 ; Jamal, 2018). Certaines collectivités voient en ces équipements l’amorce d’une relance économique (Chuah, 2013), sociale et urbaine qui se mettra en place de façon durable, grâce aux investissements du secteur privé (promoteurs immobiliers, entreprises, milieux des affaires, etc.).

Tableau 1 : Ville et espaces de coworking – trois relations principales

Relation ville-espace de coworking

Types de mobilisation urbaine

Caractéristiques

La ville comme "réceptacle"

Localisation des espaces de coworking sur le territoire

Hiérarchie urbaine des fonctions métropolitaines

Rente maximale de situation

La ville comme "ressource territoriale"

Intégration au cadre bâti et aux réseaux d’infrastructures ; Inclusion des communautés nouvelles et anciennes

Équipements et services urbains

Écosystème de l’innovation

Développement local

La ville comme "champ d’action politique"

Application des politiques de développement urbain et économique territorialisées et sectorielles

Diversité d’initiatives de co-production de la ville

Leviers de la régénération urbaine, économique et sociale

Symboles du marketing territorial

Ananian, Leducq, 2021

7Ces trois relations soulèvent des enjeux particuliers liés à l’insertion des espaces de coworking en milieu urbain. Ces enjeux touchent l’ensemble des modalités d’intégration physico-spatiale vis-à-vis du cadre bâti, des équipements et des infrastructures du quartier, tout comme leur ancrage auprès des communautés locales. Dans ce contexte, la problématique de l’insertion des activités économiques en ville fait partie des missions de l’urbanisme, qui, par définition, est une pratique et un champ d’action politique voué à agencer les activités et les établissements humains dans l’espace physique (Merlin, Choay, 1996). À partir de la littérature, nous avons établi une grille d’analyse visant à relier ces enjeux aux champs d’action de l’urbanisme qui peuvent être potentiellement mobilisés (tableau 2).

8Un premier enjeu d’ordre urbanistique concerne la programmation urbaine comme levier de mixité de fonctions et d’inclusion des populations (Katz, Bradley, 2014). Ainsi, les espaces de coworking se fondent sur des principes de flexibilité par rapport aux espaces de bureaux traditionnels (Boboc et al., 2014 ; Trupia, 2016), qui se traduisent par des horaires de fonctionnement variés ou des formules d’adhésion diversifiées (abonnement à l’année, à la semaine, à la journée ou à l’heure). Par conséquent, aux temps sociaux associés au bureau traditionnel se superposent des flux d’usagers des espaces de coworking tout aussi variables (Tremblay, 2012). L’agencement des fonctions par le zonage est alors l’outil privilégié par l’urbanisme réglementaire pour assurer la cohabitation entre les activités. Les espaces de coworking tendent toutefois à proposer des espaces hybrides (espace de travail, restauration, garderie) ou à s’implanter dans des espaces voués à d’autres fonctions (gares, cafés), nécessitant la mise en place d’approches nouvelles pour assurer une meilleure insertion des lieux de travail en ville.

9Un deuxième enjeu d’ordre urbanistique porte sur l’inclusion des communautés locales (Durante, Turvani, 2018 ; Spinuzzi, 2012). Les changements au niveau du zonage, induits par les règlements d’urbanisme, sont le résultat d’un processus plus large de concertation et de médiation entre les parties prenantes dans l’élaboration d’une vision de développement du quartier. L’urbanisme de projet (Hubert et al., 2014) est ainsi, depuis quelques décennies maintenant, un outil mis au service de ce processus de concertation, auquel participent de plus en plus les acteurs économiques (Ananian, Borde, 2019), incluant les gestionnaires des espaces de coworking.

10Enfin, le troisième enjeu d’ordre urbanistique à considérer est celui de la gestion des flux de mobilité des populations, notamment des usagers des espaces de coworking. Les frontières entre espaces de coworking et espaces publics ne sont pas étanches, certains espaces proposant des activités destinées aux communautés locales (formations professionnelles, diffusion culturelle, activités communautaires) ou débordant sur la rue (Akhavan et al., 2018 ; Le Nadant, Marinos, 2020). Cette approche soulève alors la question de l’accès et de la mutualisation d’espaces devenus hybrides, à cheval entre espace public et privé, et celle d’un renouvellement des statuts des espaces (public ou privé, ouvert, partagé). L’urbanisme tactique, qui soutient des initiatives élaborées par et pour les communautés (Lydon, Garcia, 2015), peut alors constituer une approche pour repenser la programmation de ces espaces.

Tableau 2 : Grille d’analyse des champs de l’urbanisme mobilisés en réponse aux enjeux d’insertion des espaces de coworking en milieu urbain

Enjeux urbanistiques généraux soulevés par l’insertion des espaces de coworking en milieu urbain

Enjeux spécifiques

Champs d’action de l’urbanisme

Programmation et insertion des espaces de coworking dans l’environnement urbain

Mixité sociale

Urbanisme réglementaire

Mixité des fonctions

Diversité dans les modes et temps d’usage

Ancrage des espaces de coworking auprès des communautés locales

Gestion de la cohabitation des usages et des usagers

Urbanisme de projet

Concertation et collaboration avec d’autres acteurs du quartier

Gestion des flux de mobilité entre espaces de coworking et l’espace public

Mutualisation des espaces, des usages et des temporalités

Urbanisme tactique

Conditions d’accès

Renouvellement des statuts des espaces

Ananian, Leducq, 2021

11Dans cet article, nous proposons de confronter cette grille d’analyse à quatre cas d’études en France et au Québec, où les champs d’intervention des politiques publiques sont fondamentalement différents. Cela nous permettra de mieux comprendre les potentiels et les limites des divers champs de l’urbanisme que nous venons d’évoquer – réglementaire, de projet et tactique – face à ces enjeux.

Méthodologie

12Cette recherche est issue d’un programme de coopération universitaire franco-québécois lancé en 2017 et visant à analyser les enjeux et défis liés à l’insertion des espaces de coworking en milieu urbain. La première étape de cette recherche a consisté en une revue de littérature permettant d’établir un cadre d’analyse des relations entre ville et espaces de coworking (Leducq, Ananian, 2019). La deuxième étape de la recherche – et l’objectif du présent article – est de confronter ce cadre d’analyse aux champs d’action de l’urbanisme dans le processus d’insertion de ces espaces en milieu urbain.

13Pour ce faire, nous avons réalisé un travail empirique avec une étude de cas multiples à Montréal, métropole québécoise dont l’agglomération compte environ 2 millions d’habitants (Statistique Canada, 2018) et à Tours, métropole française et chef-lieu de la région Centre Val de Loire, dont l’unité urbaine rassemble un peu moins de 360 000 habitants (Insee, 2020). L’étude de cas multiples a été préférée à une analyse comparative, puisqu’elle permet d’éprouver notre grille d’analyse en la confrontant à des contextes politiques et des modèles d’affaires variés. Les cas d’étude ont toutefois été sélectionnés et analysés dans une logique de "réplication" (Yin, 2009), c’est-à-dire en suivant un protocole méthodologique similaire. Celui-ci s’est déroulé en trois étapes : un inventaire des espaces de coworking dans chacune des deux villes, permettant l’identification de quatre cas d’étude, une analyse urbaine desdits cas et une analyse de discours auprès de gestionnaires d’espaces de coworking et de fonctionnaires municipaux.

Inventaire des espaces de coworking et sélection des cas d’étude

14La première étape de la recherche a reposé sur un inventaire des espaces de coworking à Montréal et à Tours, identifiés par le biais de recherches Internet (sites web spécialisés, réseaux sociaux) et dans des articles de presse. Effectué en avril 2017 puis mis à jour au mois de juillet 2018, cet inventaire a permis d’identifier 51 espaces de coworking sur l’île de Montréal et quatre dans la ville de Tours. Afin de faciliter la sélection des cas d’études, nous avons ensuite classé ces espaces en fonction des caractéristiques de leur quartier d’implantation. Pour cela, nous avons mobilisé la typologie proposée par Ananian (2019), elle-même adaptée de celle de Hutton (2010, p. 67), qui distingue trois types de quartiers : les quartiers en voie de consolidation, c’est-à-dire des secteurs ayant fait l’objet de planification urbaine dans les dernières décennies afin de valoriser le cadre bâti et de relancer le développement économique et social ; les quartiers en transition, soit des secteurs qui se cherchent une nouvelle vocation, voire une nouvelle identité urbaine, face au déclin des activités économiques, à travers des politiques ciblées ou des plans de développement stratégique ; enfin des quartiers consolidés proches du centre des affaires et du centre historique, dont le potentiel de développement du cadre bâti est pratiquement achevé et qui remplissent des fonctions urbaines variées sur le plan social et économique. Le deuxième critère de sélection a reposé sur le modèle d’affaires de l’espace de coworking (statut juridique et services offerts). Nous avons finalement choisi quatre cas d’étude aux caractéristiques volontairement diverses : l’Esplanade et Temps Libre à Montréal, ainsi que HQ et MAME à Tours (tableau 3).

15L’Esplanade est un organisme à but non lucratif, inauguré en 2015 dans le quartier en transition du Mile Ex, récemment reconverti autour de l’intelligence artificielle. Spécialisé dans l’entrepreneuriat social, cet espace de coworking propose des services d’accompagnement et d’accélération. Temps Libre, une coopérative de solidarité ouverte en 2016, se situe quant à elle dans le Secteur Saint-Viateur Est, un quartier en voie de consolidation caractérisé par une cohabitation entre artistes et entreprises du jeu vidéo. L’espace se différencie des trois autres par la présence d’un espace accessible à tous adossé à l’espace de coworking et par une programmation d’activités en lien avec les communautés locales. HQ est, quant à elle, une société par actions située dans le secteur consolidé du centre-ville de Tours. L’espace, ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, est associé à PaloAlTours, une communauté sous forme d’association prônant l’innovation et le numérique dans la Touraine au travers d’événements, et à la HQ Academy, qui donne accès à des formations destinées aux entrepreneurs pour accompagner la transition numérique. Le MAME, enfin, est une initiative publique visant à introduire de nouvelles activités économiques dans le quartier en transition de Lamartine, caractérisé par un manque d’aménités et de services et par la présence de nombreux logements sociaux.

Tableau 3 : Les quatre espaces de coworking étudiés

Montréal

Espace de coworking

Temps Libre

Esplanade

Type de quartier

En voie de consolidation (Secteur Saint Viateur Est)

En transition (Mile Ex)

Année d'ouverture

2016

2015

Statut juridique

Coopérative de solidarité

Personne morale sans but lucratif

Particularités

Espace public gratuit et accessible à tous ; Programmation d’activités en lien avec les communautés locales

Spécialisé dans l’entrepreneuriat social ; Services d’accompagnement et d’accélération

Tours

Espace de coworking

HQ

MAME

Type de quartier

Consolidé (Centre-ville)

En transition (Lamartine)

Année d'ouverture

2017

2016, extension en 2019

Statut juridique

SAS - Société par actions simplifiées

Propriété de Tours Métropole Val de Loire

Particularités

Accès 24/7 ; Services en lien avec PaloAlTours et HQ Academy

Projet de revalorisation économique et urbaine

Ananian, Leducq, 2021

Analyse urbaine, entretiens semi-dirigés et groupes de discussion

16Les données analysées dans les quatre cas d’études reposent sur deux types de sources : des données quantitatives issues de l’analyse urbaine des espaces de coworking et des données qualitatives obtenues auprès des gestionnaires d’espaces de coworking et des fonctionnaires municipaux.

17L’analyse urbaine des espaces de coworking a permis de caractériser l’environnement de proximité des espaces de coworking en fonction de plusieurs critères : l’offre de mobilité (transport en commun, accès automobiles, cyclistes et piétons, stationnement), la proximité avec les services et aménités, les caractéristiques du cadre bâti et du patrimoine et la présence d’espaces publics et de parcs. Les données qualitatives proviennent quant à elle de groupes de discussions animés par les chercheurs (à Montréal) et d’entretiens semi-dirigés (à Tours) passés auprès des gestionnaires des espaces de coworking sélectionnés et de fonctionnaires municipaux impliqués dans le développement économique et urbain des quartiers concernés. Trois thèmes principaux ont été couverts : les atouts des quartiers dans lesquels sont implantés les espaces de coworking, leurs faiblesses, ainsi que les conditions d’amélioration de l’environnement urbain de proximité.

18Dans un premier temps, nous reviendrons sur les enjeux d’insertion des quatre espaces de coworking étudiés en milieu urbain en fonction des trois types de rapports à la ville identifiés dans la revue de littérature : la ville comme "réceptacle", pour tenir compte des enjeux de localisation ; la ville comme "ressource", pour aborder l’intégration du cadre bâti et l’ancrage auprès des communautés du quartier ; et la ville comme "champ d’action politique", afin de révéler les freins et blocages liés aux approches urbanistiques mobilisées pour conforter l’insertion de ces espaces.

La ville comme réceptacle

19Le recensement des espaces de coworking à Montréal et à Tours montre l’importance de la hiérarchie urbaine dans la concentration des espaces de coworking. À Montréal, qui représente la plus grande ville du Québec et bénéficie d’un important rayonnement culturel, les espaces de coworking connaissent un important essor ces dernières années, passant de 34 espaces recensés en 2017 à 51 en juillet 2018. De son côté, Tours est une ville intermédiaire qui joue un rôle structurel majeur pour la région, mais qui demeure sous l’influence du Bassin parisien et de la métropole de Paris (Demazière et Thibault, 2000). Les espaces de coworking – 4 recensés en juillet 2018 – y constituent un phénomène beaucoup plus anecdotique.

20Les aménités favorisant l’implantation des espaces de coworking varient fortement d’un quartier à un autre. Un quartier consolidé tel que le centre-ville de Tours apporte ainsi à HQ une proximité non négligeable à de nombreux commerces et services ; l’espace de coworking vient alors répondre à un manque d’espaces de bureaux dans le secteur, tout en offrant à sa clientèle l’accès à de nombreuses aménités urbaines. Les quartiers en voie de consolidation et en transition, caractérisés par une concentration d’industries et une plus faible desserte en commerces et services de proximité, offrent de leur côté des possibilités d’implantation à plus faible coût que le centre-ville. Le secteur Saint-Viateur Est et le Mile Ex (Montréal) disposent ainsi de bâtiments commerciaux et industriels avec de grands locaux et des planchers à aire ouverte, qui ont constitué des éléments d’attractivité importants pour Temps Libre et l’Esplanade. Le MAME (Tours), quant à lui, découle directement d’un projet de revalorisation du cadre bâti par la réhabilitation d’une ancienne imprimerie.

21L’implantation des espaces de coworking en milieu urbain se confronte également à certaines faiblesses. Comme la plupart des quartiers consolidés, le centre-ville de Tours est caractérisé par une rareté d’espaces à louer. En raison de la spéculation immobilière, cette réalité rattrape progressivement certains quartiers en voie de consolidation, comme le Secteur Saint Viateur Est à Montréal. Enfin, dans le quartier en transition de Lamartine (Tours) où se situe le MAME, l’implantation des espaces de coworking est rendue difficile puisque ce type d’équipement ne répond pas forcément aux besoins des populations vulnérables qui y résident.

Figure 1 : Services et commerces à distance de marche des espaces de coworking à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)

Figure 1 : Services et commerces à distance de marche des espaces de coworking à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)

Borde, Coquel, 2019, Ville de Montréal, 2018b ; Tours Métropole Val de Loire, 2018

La ville comme ressource territoriale

Programmer de la mixité à partir des initiatives des entrepreneurs et des pouvoirs publics

22Les espaces de coworking étudiés n’influencent pas toujours la programmation urbaine vers plus de mixité ou d’inclusion sociale ; dans le cas des quartiers consolidés ou en voie de consolidation, les espaces de coworking profitent plutôt des ressources disponibles pour s’établir. C’est le cas de HQ, qui se situe dans le cœur névralgique de l’administration et des services de la ville de Tours. Pour cet espace, il s’agit de contribuer à la mixité de fonctions déjà présente dans le centre-ville sans pour autant favoriser la mixité sociale. Le centre-ville présente un contexte assez spécifique, où de nombreux espaces de bureaux à louer sont présentés comme des "espaces de coworking", sans réelle mission d’animation de la communauté ou du quartier. Ainsi, les enjeux d’ordre urbanistique que ceux-ci soulèvent ne se distinguent pas nécessairement de ceux des bureaux conventionnels. Ils s’appuient surtout sur le caractère central, la très bonne accessibilité en matière de transport et la concentration spatiale des milieux d’affaires.

23L’Esplanade (Montréal) et le MAME (Tours) influencent davantage la programmation urbaine, dans la mesure où ils se trouvent dans des quartiers en transition investis par le secteur public. Alors que l’Esplanade se situe dans un quartier qui présente de moins en moins d’opportunités foncières à cause de l’installation de centres de recherche spécialisés en intelligence artificielle et du développement d’un campus universitaire, cet espace offre un lieu de travail à ceux qui œuvrent dans l’économie sociale. Quant au MAME, il s’intègre dans un vaste programme de régénération urbaine autour de la reconversion d’une ancienne imprimerie. L’espace de coworking est l’une des composantes du programme, qui compte une école supérieure des Beaux-Arts de la ville de Tours et une maison d’édition. La dimension symbolique, dans le cas du MAME, est d’autant plus importante que ce bâtiment d’intérêt historique et patrimonial avait été choisi comme totem du projet de cité de la création et de l’innovation, dans le cadre de l’appel de la French Tech en 2014 (même si ce label n’a finalement pas été obtenu). Le quartier étant en transition et comptant très peu de mixité fonctionnelle, la desserte alimentaire du MAME est assurée par des food trucks. Enfin, Temps Libre (Montréal) influence la programmation urbaine à partir d’une initiative privée, en mettant à disposition du grand public un espace de socialisation et aussi un espace garderie utilisé à l’occasion.

Intégrer l'espace de coworking au cadre bâti et l’ancrer auprès des communautés locales

24Au niveau architectural et paysager, l’intégration des espaces de coworking dans le cadre bâti se produit différemment dans les deux villes. Alors qu’à Tours, ces espaces sont aménagés dans des bâtiments de caractère et qu’il s’agit, particulièrement dans le cas du MAME, d’utiliser la symbolique d’un bâtiment patrimonial, à Montréal, les deux espaces de coworking étudiés se situent dans d’imposantes bâtisses fonctionnelles, sans réel intérêt architectural (figure 2).

Figure 2 : Intégration des espaces de coworking étudiés au cadre bâti et au paysage urbain à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)

Figure 2 : Intégration des espaces de coworking étudiés au cadre bâti et au paysage urbain à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)

Crédit photos : Ananian, Leducq, 2019

25L’intégration architecturale et paysagère des espaces de coworking participe à l’identité urbaine, à condition que les communautés locales s’approprient ces espaces. Sur ce plan, par son espace public intérieur, mais également par son implication dans des aménagements extérieurs éphémères et des formations destinées à des coopératives externes, Temps Libre (Montréal) assure un ancrage solide au niveau local. Les gens y viennent pour étudier, travailler ou rencontrer des voisins. L’Esplanade (Montréal) et le MAME (Tours) proposent respectivement un parcours d’accompagnement et plusieurs événements par mois destinés aux membres et au grand public, alors que HQ (Tours) n’affiche pas de façon claire la volonté d’interagir avec les communautés locales, bien que plus d’une centaine d’événements soit programmée dans l’année. Toutefois, la présence d’un café accessible à tous favorise l’ouverture de l’espace de coworking aux communautés locales et aux usagers.

Gérer les flux de mobilité entre les espaces de coworking et l’espace public

26La qualité de l’environnement change en fonction du degré de développement des quartiers. Ainsi, à l’exception de HQ situé dans le centre-ville de Tours, la circulation piétonne et cyclable autour des trois autres espaces est compromise par des barrières naturelles : la Loire pour le MAME, ou des infrastructures ferroviaires ou routières héritées de l’époque industrielle dans les cas de Temps Libre et de l’Esplanade. Ces barrières rendent la connexion avec d’autres quartiers plus difficiles, d’autant plus que les espaces de coworking situés en dehors du centre ne sont pas directement desservis par le métro (à Montréal) et le tramway (à Tours) (figure 3).

Figure 3 : Offre de transports à distance de marche des quatre espaces de coworking étudiés à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)

Figure 3 : Offre de transports à distance de marche des quatre espaces de coworking étudiés à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)

Borde, Coquel, 2019, Ville de Montréal, 2018a ; Tours Métropole Val de Loire, 2018

27Pour pallier ces lacunes, les services de voitures ou vélos partagés se présentent comme des alternatives plus ou moins développées selon les quartiers. L’option du vélo est particulièrement attractive lorsque des pistes cyclables sont bien aménagées. Toutefois, l’usage de la voiture est toujours présent et la question du stationnement reste un enjeu majeur, surtout pour les usagers qui sont mobiles dans la journée ou même ceux qui reçoivent des visites de clients de l’extérieur. Dans le cas des quartiers consolidés, comme le centre-ville de Tours, la politique de stationnement stricte conjuguée à la présence des transports collectifs incitent cependant les usagers à se déplacer autrement que par le véhicule particulier.

La ville comme champ d’action de l’urbanisme

Le rôle de l’urbanisme dans l’insertion des espaces de coworking

28L’insertion des espaces de coworking en milieu urbain est un enjeu pour les politiques publiques de développement économique et urbain, interpelant de ce fait les champs d’action de l’urbanisme. À l’exception de HQ, qui se situe dans le centre consolidé de Tours où règnent le zonage et les règlements d’urbanisme, les trois autres espaces de coworking se trouvent dans des quartiers faisant l’objet de planification urbaine ou d’initiatives d’urbanisme tactique.

29Dans le cas de Temps Libre (Montréal), l’ouverture de l’espace de coworking dans le quartier se fait quelques années après la fin du programme de revitalisation du secteur Saint-Viateur Est, qui constitue aujourd’hui un pôle d’emplois important. La venue de l’entreprise de jeu vidéo Ubisoft dans le secteur, en 1995, et son expansion fulgurante ont contribué au développement urbain, mais aussi à gentrifier le secteur. La cohabitation difficile des activités du multimédia avec les communautés d’artistes installées dans les anciens bâtiments industriels a incité les pouvoirs publics à innover sur le plan de l’urbanisme réglementaire, en mettant en place un zonage "vertical" à l’échelle du bâtiment (Ananian, Borde, 2021). Cette action s’est accompagnée d’un programme de revitalisation sur trois ans (2009-2012), établi en concertation avec les entreprises, les résidents et les artistes du secteur, qui a permis des interventions ponctuelles sur l’espace public, toutefois minimalistes. La présence de friches anciennement industrielles conjuguée à la présence de communautés résidentes et artistiques engagées a contribué à faire du secteur Saint-Viateur Est l’un des quartiers où il y a la plus grande concentration d’initiatives d’urbanisme tactique à Montréal.

30L’Esplanade (Montréal) et le MAME (Tours) se situent dans des quartiers en transition où ils agissent comme des acteurs du changement. Dans le cas de l’Esplanade, ce sont les retombées du projet d’aménagement du nouveau campus de l’Université de Montréal, sur une ancienne gare de triage, qui ont mené la Ville de Montréal à proposer un PDUES (Plan de développement urbain, économique et social). Ce document d’urbanisme élabore une vision de développement et d’aménagement sur quatre arrondissements et implique de nouvelles mesures d’encadrement et de développement immobilier, des modifications au Plan d’urbanisme et à la réglementation, ainsi que la révision des programmes de soutien à l’entrepreneuriat. À l’urbanisme de projet s’ajoutent des initiatives d’urbanisme tactique, dont les instigateurs sont d’ailleurs des membres de l’espace de coworking. Le cas du MAME est quelque peu différent, dans la mesure où le quartier fait l’objet de la Politique de la Ville et bénéficie de subventions au niveau national. Porté par la métropole de Tours, il s’agit surtout d’une approche par le projet urbain, caractérisée par une intervention publique forte espérant générer des retombées économiques et d’amélioration de l’environnement urbain.

31L’analyse de ces quatre cas d’étude nous permet de rendre compte de la diversification des champs d’action de l’urbanisme, qui dépassent largement l’urbanisme règlementaire pour embrasser l’urbanisme de projet et l’urbanisme tactique. Toutefois, cette diversité des champs d’action de l’urbanisme est à son tour dépassée par des outils encore très sectoriels, liés au développement urbain d’une part et au développement économique d’autre part.

Le caractère expérimental des leviers d’une meilleure intégration entre les espaces de coworking et le développement urbain

32Nous avons interrogé les gestionnaires des espaces de coworking et les fonctionnaires municipaux sur leur perception des relations des espaces de coworking à la ville et les conditions d’une insertion en milieu urbain réussie. Du point de vue des gestionnaires, les perceptions sont sensiblement les mêmes, quel que soit le type de quartier. Selon eux, ces espaces agissent en tant que leviers de développement économique et urbain par le dynamisme qu’ils amènent au sein du quartier. Ils évoquent notamment la création d’installations éphémères publiques, leur capacité à faire collaborer différents types d’acteurs et les réponses qu’ils proposent à la précarité de l’emploi – offrant la possibilité à des travailleurs de réduire leurs coûts de location et de participer, dans certains cas, à des communautés de pratiques. S’ajoutent à ces éléments la revalorisation d’anciens bâtiments commerciaux ou industriels et l’attraction de nouveaux commerces et services.

33Toutefois, l’influence des espaces de coworking sur le développement local est perçue différemment dans les contextes français et québécois. À Montréal, la réflexion que les fonctionnaires municipaux portent sur les impacts locaux des espaces de coworking semble encore peu développée, et ne s’inscrit pas pour le moment dans les principales pratiques en matière de régénération des quartiers par leurs administrations. À Tours, les espaces de coworking sont perçus par les fonctionnaires municipaux comme des outils potentiels de développement territorial via la régénération urbaine de certains quartiers, en favorisant notamment la création d’emplois, le réinvestissement de terrains en friche, l’introduction d’une mixité fonctionnelle, ainsi que l’essor de différentes innovations sociales. C’est pourquoi, à Tours, la puissance publique est entrée dans une démarche d’aménagement du territoire qui mobilise l’espace de coworking comme outil de régénération urbaine, et ainsi, comme dans le cas du MAME, qui réinvestit des friches industrielles urbaines en revalorisant à la fois le patrimoine, mais aussi le foncier disponible. Toutefois, il est trop tôt pour évaluer les impacts réels de ce pari.

La reproduction de certains freins et blocages

34L’étude des modalités d’insertion des espaces de coworking en milieu urbain par les champs d’action de l’urbanisme révèle certains freins et blocages, qui s’avèrent similaires entre les cas d’études. Que le quartier soit consolidé ou en voie de l’être, ce sont le manque de définition de ce qu’est réellement un espace de coworking ainsi que la faible reconnaissance des enjeux d’ordre urbanistique qui posent problème. Ce manque de définition se répercute d’abord sur le plan juridique, le Code du travail n’offrant aucun statut particulier aux espaces de coworking au Québec comme en France, malgré la diversité de leurs statuts (coopérative, secteur privé, collectivités territoriales) et leur caractère hybride. Au niveau de l’urbanisme réglementaire, les modalités de zonage s’avèrent encore limitées dans leur capacité à intégrer la mixité de fonctions qui s’établit parfois au sein d’un même espace de coworking.

35Sur le plan statistique, les espaces de coworking souffrent également d’un certain manque de reconnaissance. Ceux-ci sont répertoriés comme des bureaux par les instituts nationaux de statistiques, ce qui ne permet pas d’identifier la part de travailleurs qui utilise ces espaces au sein de la population active. Sans statistiques, il est difficile, voire impossible, d’accompagner l’évolution de la tendance du coworking et surtout de justifier des investissements de la part des pouvoirs publics, surtout si les retombées pressenties de ces activités se cantonnent à des indicateurs de performance économique.

36Enfin, sur le plan urbanistique, deux situations en particulier méritent d’être discutées. Dans l’approche de l’urbanisme de projet et de l’élaboration d’une vision de développement de quartier, se pose la question du niveau d’intervention des pouvoirs publics dans l’accompagnement des modalités d’insertion des espaces de coworking en milieu urbain, surtout en ce qui a trait à la disponibilité d’espaces et au caractère abordable des loyers. Dans l’approche de l’urbanisme tactique, c’est la question de l’empiètement sur l’espace public qui est en cause, surtout lorsque les gestionnaires des espaces de coworking ou leurs membres organisent des activités hors les murs, domaine encadré par les administrations municipales. Se pose également la question de la pérennisation de certaines activités ou de la valorisation de leurs retombées. Au-delà du risque de ne pas maximiser les retombées locales de ces équipements, un positionnement neutre des acteurs publics par rapport aux espaces de coworking pourrait aussi produire des externalités négatives. Dans des quartiers en transition, les espaces de coworking peuvent ainsi déstabiliser des artères commerciales déjà fragiles, en attirant commerces, bars, cafés, restaurants. Des conflits de cohabitation entre les usagers peuvent également naître et se voir renforcés par l’arrivée de nouvelles populations à différentes heures de la journée et, dans certains cas, de la nuit. Les activités qu’organisent les espaces de coworking seuls ou en collaboration avec d’autres parties prenantes sur l’espace public ou privé (terrains vacants par exemple) peuvent aussi générer des conflits d’appropriation de ces espaces.

Conclusion

37Les relations qu’entretiennent les espaces de coworking avec la ville génèrent des enjeux d’ordre urbanistique que les champs d’action actuels couverts par l’urbanisme peinent à relever, notamment au niveau de l’accessibilité des loyers, de la qualité de l’environnement urbain ou de la mobilité ; à ce niveau, le Québec et la France présentent des similitudes. Si les enjeux de localisation propres à la "ville réceptacle" sont tributaires des rentes de situation, les atouts de la "ville ressource" sont tributaires d’un cadre bâti adapté, de la présence d’un écosystème d’entrepreneurs, de travailleurs et d’établissement d’études supérieures. Cependant, comme nous l’avons montré par les cas d’études, les champs d’action des politiques publiques diffèrent considérablement au Québec et en France, bien qu’ils soient confrontés à des défis partagés.

38Alors qu’en France les espaces de coworking sont mobilisés en partie comme levier de développement territorial par les pouvoirs publics (Leducq et al., 2019 ; Le Nadant, Marinos, 2019 ; Liefooghe, 2019), il ne va pas de même pour le Québec, où les espaces de coworking sont considérés comme n’importe quelle autre activité économique, bien que les gestionnaires se mobilisent pour des initiatives d’animation sociale et d’activation urbaine. Quoi qu’il en soit, tant au Québec qu’en France, l’urbanisme adapte ses méthodes pour rendre compte de l’évolution des lieux de travail. Toutefois, l’adaptation des méthodes semble se faire à un rythme beaucoup trop lent face aux mutations rapides du marché du travail et par conséquent, des lieux de travail.

39Nous avons fait état dans notre recherche de trois champs d’action de l’urbanisme – de projet, réglementaire et tactique – qui coexistent de façon complémentaire (Temps Libre, avec la création d’un espace de socialisation ouvert à tous), concurrente (l’Esplanade, avec l’émergence d’un pôle institutionnel en Intelligence Artificielle) ou en contradiction (MAME, avec un manque d’arrimage avec les populations des logements sociaux et le manque de services publics). Dans les deux cas d’étude, l’inertie des institutions publiques dans le déploiement d’outils de développement économique et urbain demeure le principal frein à une meilleure intégration entre les espaces de coworking et le milieu urbain. Cette problématique est donc à situer dans une chaîne beaucoup plus complexe de lieux de travail multiples qui conjuguent la flexibilité à d’autres contraintes liées aux temporalités, que ce soit les temps sociaux, la conciliation emploi-famille ou les loisirs (Scaillerez, Tremblay, 2017). Ce sont des enjeux auxquels l’urbanisme n’est pas prêt de répondre aussi longtemps que l’urbanisme réglementaire s’imposera face aux autres méthodes d’urbanisme.

40Enfin, l’institutionnalisation des espaces de coworking et leur instrumentalisation par les pouvoirs publics ne sont pas sans générer leur lot de problèmes. À Montréal, les espaces de coworking sont ainsi loin d’être reconnus par les pouvoirs publics vis-à-vis des bureaux et d’autres activités économiques stimulant l’entrepreneuriat. Dans le cas de Tours, l’industrialisation des espaces de coworking pourrait avoir un effet néfaste sur la vitalité de petits espaces de coworking existants aujourd’hui. D’ailleurs, la récupération du concept par les grands acteurs de l’immobilier de bureaux au Québec et en France menace déjà le devenir des petits espaces de coworking, qui véhiculent pourtant des valeurs et remplissent des missions de développement local alignées avec celles des collectivités territoriales.

Haut de page

Bibliographie

Akhavan M., Mariotti I., Astolfi L., Canevari A., 2018, "Coworking Spaces and New Social Relations: A Focus on the Social Streets in Italy", Urban Science, vol. 3, No.1, [en ligne]. URL : https://www.mdpi.com/2413-8851/3/1/2

Ananian P., 2019, "Quartiers de l’innovation et espaces de coworking : évidences et enjeux de transformation de l’environnement urbain dans les villes nord-américaines", in : Krauss G., Tremblay D.G. (dir.), Tiers-lieux – Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes et Québec, Presses universitaires de Rennes et Presses de l’université du Québec.

Ananian P., Borde M.A., 2019, "Les enjeux de la thématisation technologique des friches industrielles montréalaises : de la Cité du Multimédia au Quartier de l’innovation", Cahiers de géographie du Québec, vol. 63, No.179.

Ananian P., Borde M.A., 2021, "Les quartiers de l’innovation, de la créativité et du multimédia : quel rôle pour l’urbanisme dans le renouvellement des ressources territoriales à Montréal ?", Géographie, économie, société, No.23, 5-29.

Ananian P., Paulhiac Scherrer F., Lachapelle U., Parent-Frenette G., 2019, "Espaces de coworking, mobilité et insertion en milieu urbain à Montréal", Cahiers de géographie du Québec, vol. 62, No.176, 263-276.

Bapteste I., 2014, "Dépasser les difficultés et créer malgré tout", Cahiers de l’action, No.41, 43-52.

Besson R., 2017, "Rôle et limites des tiers-lieux dans la fabrique des villes contemporaines", Territoire en mouvement - Revue de géographie et aménagement, No.34, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/tem/4184

Blein A., 2016, "Le coworking, un espace pour les transactions hors marché ?", Réseaux, vol. 196, No.2, 147-176.

Boboc A., Bouchareb K., Deruelle V., Metzger J.L., 2014, "Le coworking : un dispositif pour sortir de l'isolement ?", SociologieS, Théories et recherches, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/sociologies/4873

Burret A, 2013, "Démocratiser les tiers-lieux", Multitudes, vol. 2013/1, No.52, 89-97.

Cagnol R., 2013, "Should the Public Sector Fund Coworking Spaces?", Deskmag, [en ligne]. URL : http://www.deskmag.com/en/public-sector-fund-coworking

Capdevila I., 2015, "Les différentes approches entrepreneuriales dans les espaces ouverts d'innovation", Innovations, vol. 2015/3, No.48, 87-105.

Chuah V., 2013, Beyond the Core: The Role of Co-working Spaces in Local Economic Development, Mémoire de maîtrise, Columbia University of Technology, Urban Planning Department, [en ligne]. URL :https://academiccommons.columbia.edu/doi/10.7916/D8JQ114T

Demazière C., Thibault S., 2000, "Tours et Orléans, quelle métropolisation ?", Villes en Parallèle, No.30-31, 228-250.

Di marino M., Lapintie K., 2017, "Emerging Workplaces in Post-Functionalist Cities", Journal of Urban Technology, vol. 24, No.3, 5-25.

Durante G., Turvani M., 2018, "Coworking, the Sharing Economy, and the City: Which Role for the ‘Coworking Entrepreneur’?", Urban Science, vol. 2, No.83, [en ligne]. URL : https://www.mdpi.com/2413-8851/2/3/83

Fabbri J., Charue-Duboc F., 2016, "Les espaces de coworking : nouveaux intermédiaires d’innovation ouverte ?", Revue française de gestion, vol. 254, No.1, 163-180.

Ferchaud F., Dumont M., 2017, "Les espaces de fabrication et d’expérimentation numérique sont-ils des tiers-lieux ? Une analyse du cas des fablabs à Rennes et Toulouse", Territoire en mouvement, vol. 34, 1-20.

Gandini A., 2015, "The Rise of Coworking Spaces: A Literature Review", Ephemera: Theory &Politics in Organization, vol. 15, No.1, 193-205.

Hubert M., Lewis P., Max Raynaud M., 2014, Les grands projets urbains : territoires, acteurs et stratégies, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Hutton T.A., 2010, The New Economy of the Inner City: Restructuring, Regeneration and Dislocation in the Twenty-First Century Metropolis, Londres, Routledge.

Insee, 2020, Dossier complet – Unité urbaine 2020 de Tours (37701) : Évolution et structure de la population en 2017, [en ligne]. URL: https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=UU2020-37701

Jamal A., 2018, "Coworking Spaces in Mid-Sized Cities: A Partner in Downtown Economic Development", Environment & Planning A, vol. 50, No.4, 773-788.

Katz B., Bradley J., 2014, The Metropolitan Revolution: How Cities and Metros Are Fixing Our Broken Politics and Fragile Economy, Washington, Brookings Institution Press.

Krauss G., 2019, "Les espaces de coworking et les trajectoires sociales de leurs fondateurs et utilisateurs : études de cas dans le sud-ouest de l’Allemagne dans une ville moyenne et dans une petite commune périphérique", in : Krauss G., Tremblay D.G. (dir.), Tiers-lieux – Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes et Québec, Presses universitaires de Rennes et Presses de l’université du Québec.

Krauss G., Tremblay D.G., 2019 (dir.), Tiers-lieux – Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes et Québec, Presses universitaires de Rennes et Presses de l’université du Québec.

Leducq D., 2020, Ville productive, ville verte : des figures pour penser l’urbain, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches en Aménagement de l’espace et urbanisme, Tours, Université de Tours.

Leducq D., Ananian P., 2019, "Qu’apporte l’urbanisme à l’étude des espaces de coworking ? Revue de littérature et approche renouvelée", Revue d'Économie Régionale & Urbaine, vol. 2019, No.5, 963-986.

Leducq D., Demazière C., Coquel A., 2019, "Diffusion régionale et intégration urbaine des espaces de coworking. Les spécificités d’une région française faiblement métropolisée", Géographie, économie, société, vol. 21, No.3, 145-170.

Le Nadant A.L., Marinos C., 2019, "Espaces de coworking et fablabs des villes petites et moyennes : un rôle de middleground ?", Innovations, vol. 2021/1, No.61, 41-66.

Lévy-Waitz P., 2018, Mission Coworking : faire ensemble pour mieux vivre ensemble, Paris, Ministère de la cohésion des territoires, CGET.

Liefooghe C., 2018, "Les tiers-lieux à l'ère du numérique : diffusion spatiale d'une utopie socio-économique", Géographie, économie, société, vol. 20, No.1, 33-61.

Liefooghe C., Leducq D. (eds.), 2017, "La révolution numérique : tiers-lieux, hauts-lieux et territorialisation", Territoire en Mouvement, No.34, [en ligne]. URL: https://journals.openedition.org/tem/4112

Lydon M., Garcia A., 2015, Tactical urbanism: short-term action for long-term change, Washington, Island Press.

Marinos C., Baudelle G., 2019, "L’émergence des tiers-lieux hors métropoles en Bretagne : une lecture par les profils et trajectoires de leur fondateur", in : Krauss G., Tremblay D.G. (dir.), Tiers-lieux – Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes et Québec, Presses universitaires de Rennes et Presses de l’université du Québec.

Mariotti I., Pacchi C., Di Vita S., 2017, "Coworking Spaces in Milan: Location Patterns and Urban Effects", Journal of Urban Technology, vol. 24, No.3, 1-21.

Merlin P., Choay F., 1996, Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Paris, Presses Universitaires de France.

Moriset B., 2017, "Inventer les nouveaux lieux de la ville créative : les espaces de coworking", Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, vol. 34, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/tem/3868

Salgueiro L., Puel G., Fernandez V., 2017, "Localisation et effets des télécentres dans les territoires ruraux : le cas du Cantal (France)", Cybergeo : European Journal of Geography, document 826, [en ligne]. URL: https://journals.openedition.org/cybergeo/28510

Scaillerez A., Tremblay D.G., 2017, "Coworking, fab labs et living labs. État des connaissances sur les tiers lieux", Territoire en Mouvement Revue de géographie et aménagement, vol. 34, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/tem/4200

Shearmur R., Ananian P., Lachapelle U., Parra-Lockhorst M., Paulhiac F., Tremblay D.G., Wycliffe-Jones A., 2020, "L’avenir du centre-ville de Montréal : Impact immédiat de la COVID et perspectives post-COVID", [en ligne]. URL: https://omv.esg.uqam.ca/wp-content/uploads/sites/90/2020_Shearmuretal_Avenir-du-Centre-Ville_Future-of-Downtown.pdf

Spinuzzi C., 2012, "Working Alone, Together: Coworking as Emergent Collaborative Activity", Journal of Business and Technical Communication, vol. 26, No.4, 399-441.

Statistique Canada, 2018, Profil du recensement, Recensement de 2016, Montréal, région économique, [en ligne]. URL: http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/dp-pd/prof/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=ER&Code1=2440&Geo2=PR&Code2=24&Data=Count&SearchText=Montreal&SearchType=Begins&SearchPR=01&B1=All&GeoLevel=PR&GeoCode=2440&TABID=1

Tours Métropole Val de Loire, 2018, opendataTMVL, [en ligne]. URL: https://data.tours-metropole.fr/pages/home/

Tremblay D.G., 2012, Conciliation emploi-famille et temps sociaux, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

Trupia D.V., 2016, "Produire un espace hybride de coopération", Réseaux, vol. 196, No.2, 111-145.

Ville de Montréal, 2018a, Données ouvertes de la Ville de Montréal, [en ligne]. URL : https://donnees.montreal.ca/

Ville de Montréal, 2018b, Rôle foncier, Montréal, Ville de Montréal.

Wang B., Loo B.P.Y., 2017, "Hubs of Internet Entrepreneurs: The Emergence of Co-working Offices in Shanghai, China", Journal of Urban Technology, vol. 24, No.3, 67-84.

Waters-Lynch J., Potts J., 2017, "The Social Economy of Coworking Spaces: A Focal Point Model of Coordination", Review of Social Economy, vol. 74, No.4, 417-433.

Yin R.K., 2009, Case Study Research, Design and Methods, Londres, Sage Publications.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Services et commerces à distance de marche des espaces de coworking à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)
Crédits Borde, Coquel, 2019, Ville de Montréal, 2018b ; Tours Métropole Val de Loire, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37664/img-1.png
Fichier image/png, 959k
Titre Figure 2 : Intégration des espaces de coworking étudiés au cadre bâti et au paysage urbain à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)
Crédits Crédit photos : Ananian, Leducq, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 3 : Offre de transports à distance de marche des quatre espaces de coworking étudiés à Montréal (en haut) et à Tours (en bas)
Crédits Borde, Coquel, 2019, Ville de Montréal, 2018a ; Tours Métropole Val de Loire, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/37664/img-3.png
Fichier image/png, 910k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Priscilla Ananian et Divya Leducq, « Les espaces de coworking : insertion urbaine et actions d’urbanisme. Les apports d’une comparaison internationale Québec-France », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 996, mis en ligne le 27 septembre 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/37664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.37664

Haut de page

Auteurs

Priscilla Ananian

Département d’études urbaines et touristiques, Université du Québec à Montréal (UQAM), ananian.priscilla[at]uqam.ca

Divya Leducq

UMR 7324 CITERES CNRS, École Polytechnique de l’Université de Tours, divya.leducq[at]univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search