Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2021Guermond Y., 2020, La citoyenneté...

2021

Guermond Y., 2020, La citoyenneté à travers la géographie. Paris, l’Harmattan, 132 p.

Denise Pumain

Texte intégral

1Comment concevoir la citoyenneté dans le monde actuel ? Dans ce petit ouvrage très dense, Yves Guermond se confronte en géographe à cette question difficile, tout en mobilisant une importante bibliographie pluridisciplinaire et internationale. Il part de l’affirmation selon laquelle « les formes de la citoyenneté sont le principal marqueur des liens entre une société et l’espace qu’elle occupe » (p.7). Il analyse le concept par une construction multi-échelles qui est aussi un peu une géohistoire des rapports sociaux médiatisés par les territoires, tout en décrivant l’évolution des pratiques d’une discipline fortement engagée dans l’aménagement du territoire et la géopolitique.

2Une première partie est consacrée aux relations entre citoyenneté et états-nations. Dans un premier temps, la question de la citoyenneté semble délibérément exclue du discours scientifique des géographes. La définition vidalienne du genre de vie (p.17) est empreinte de neutralité par rapport à l’engagement politique. La réflexion théorique qui pouvait inspirer les nombreuses actions de « géographie citoyenne » reste longtemps relativement implicite. C’est dans l’après-guerre que se manifeste plus ouvertement l’engagement des géographes dans une « géographie active », par exemple en France avec Pierre George puis dans l’aménagement du territoire, avec l’action d’Armand Frémont à la DATAR.

3Une deuxième partie de l’ouvrage fait état des critiques adressées à la citoyenneté et des différentes formes prises par ces contestations. Leur expression s’affirme chez les géographes, avec la « géographie sociale » qui se développe à l’initiative de Renée Rochefort, puis Daniel Noin dans les années 1980, et aussi avec la géographie politique d’Yves Lacoste puis de Béatrice Gibelin pour qui l’attention portée aux pouvoirs doit surpasser chez les géographes celle attribuée aux techniques et aux savoirs pour rendre compte des évolutions des sociétés. Dans une troisième partie, l’auteur élargit la focale pour rappeler combien les processus de mondialisation bousculent et transforment la citoyenneté. Les changements techniques et les brassages de population délient certaines attaches territoriales. Une sorte de cyber-citoyenneté pourrait s’établir dans un monde où une grande majorité des jeunes sont connectés à Internet, et où un habitant sur deux utilise un smartphone. La « cloud community » (p.64) préfigurerait-elle une citoyenneté mondiale ? Les représentations et le cosmopolitisme du citoyen du monde pourraient aussi sortir renforcés sous l’effet de la contrainte de l’anthropocène et du système géo-océanique mondial (p. 76).

4Inversement, des mouvements contestataires comme ceux des gilets jaunes en France témoignent de réactions de rejet face à l’aggravation des inégalités sociales depuis la fin du XXe siècle et sont aussi des protestations contre un déficit de citoyenneté. Les contestations de la démocratie représentative sont assorties de revendications pour une démocratie participative. A cet égard, Yves Guermond rappelle cependant la critique que David Harvey adresse au localisme, qui serait inefficace car ne permettant pas de combattre au niveau d’échelle requis. Le concept de citoyenneté pourrait sembler suranné voire superflu dès lors que la connaissance et les représentations sur les identités multiples et les territoires multi-situés se sont largement développées et diffusées. Mais dans ce nouvel et vaste univers des possibles, Yves Guermond ne cède pas aux tentations de l’anarchisme. Il défend avant tout l’engagement. « Il y a des formes d’engagement, autres que politiques, qui ne sont pas moins essentielles pour la survie des sociétés démocratiques » (p. 58).

5« Pour une citoyenneté active », l’ouvrage est imprégné de « la fougue et l’ardeur impétueuse du rêve » qui anime l’auteur. Il déplore en conclusion l’abandon ou l’oubli de la pratique chez ceux qui ont pour fonction de promouvoir la citoyenneté. Selon lui, les hésitations et les critiques ne sont pas de mise lorsque les conditions de vie, la répartition des richesses et des pouvoirs dans une société ne laissent pas toute leur place aux libertés de choix et de conscience. La citoyenneté, ensemble de droits conférés par un pouvoir, « vertu civique », devient alors une « aumône que les plus pauvres implorent ». Yves Guermond défend avec force cette « indispensable citoyenneté » (p.97), qui fait toujours sens avec son acception initiale pour les immigrants dans les pays d’accueil, les « demi-citoyens » que sont encore bien souvent les membres des minorités culturelles, les apatrides. Et, faut-il le rappeler après cet été 2021, dans de trop nombreux pays du monde, pour les filles et les femmes, qui n’ont pas un accès libre à la mobilité ou au travail, ou tout simplement, à la vie…

6Au total, un ouvrage foisonnant d’idées et riche de références, à mettre entre toutes les mains !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Guermond Y., 2020, La citoyenneté à travers la géographie. Paris, l’Harmattan, 132 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/37754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.37754

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

CNRS-UMR Géographie-cités, France
Professeure émérite
pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search