Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2022L’adaptation urbaine à la rareté ...

2022
1002

L’adaptation urbaine à la rareté de l’eau à Phoenix et à Tucson (Arizona) : une approche de political ecology

Urban adaptation to water scarcity in Phoenix and Tucson (Arizona): a political ecology approach
Adaptación urbana a la escasez del agua en Phoenix y Tucson (Arizona): un enfoque de ecología política
Anne-Lise Boyer, Yves-François Le Lay et Pascal Marty

Résumés

Cet article se concentre sur la gestion de la rareté de la ressource en eau dans deux métropoles de l'Ouest aride des États-Unis confrontées à une intensification des sécheresses et à un stress hydrique accru. S’appuyant sur un terrain qui fait jouer à l’extrême les problématiques socio-écologiques de la pénurie, ce travail de recherche propose de considérer les villes de Phoenix et de Tucson comme des laboratoires de l’adaptation urbaine au changement climatique, pour explorer les différentes modalités d’adaptation à la rareté de la ressource en eau. L’analyse mobilise les outils et concepts de l’urban political ecology, afin d’observer les rapports de pouvoir entre les acteurs de la gestion de l’eau, dans un contexte où le système de grandes infrastructures hydrauliques sous-tendant la croissance urbaine est de plus en plus remis en question. Dans cet article, nous montrons que des stratégies d’adaptation sont mises en œuvre par les acteurs dominants afin de maintenir la trajectoire de croissance de villes particulièrement attractives. Cependant, on voit aussi le rôle que joue l'action citoyenne dans l'émergence d'alternatives environnementales à même de réguler les usages de la ressource. Ces alternatives permettent aussi d'envisager des bifurcations du métabolisme urbain fortement consommateur d’eau.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1"Phoenix allait tomber aussi sûrement que La Nouvelle Orléans et Miami l’avaient fait. Comme Houston et San Antonio et Austin. (…) Tout mourait. Les lieux étaient balayés, noyés ou brûlés sans interruption. L’équilibre du monde changeait. Des villes entières perdaient leur équilibre quand le sol qu’elles avaient pris pour de la roche bougeait sous elles et les faisait tomber sur leur cul collectif" (Bacigalupi, 2016).

  • 1 Apparue récemment, la climate fiction est un sous genre de la science-fiction qui décrit les effets (...)

2Dans son roman The Water Knife, paru en 2015, l’auteur de climate fiction1 P. Bacigalupi imagine un futur proche où les villes étatsuniennes sont détruites, les unes après les autres, par les ravages du changement climatique. Les villes de l’intérieur sont frappées par des sécheresses extrêmes, à l’origine de graves pénuries d’eau, tandis que les villes côtières sont noyées par la montée du niveau des océans.

  • 2 Dans le désert de Sonora, les mois de juillet et d’août correspondent à une période appelée localem (...)

3Alors que dans les villes d’Arizona, les températures estivales peuvent désormais atteindre 50°C et que les épisodes pluvieux attendus ont de moins en moins lieu, comme la nonsoon2 de l’été 2020, la réalité se rapproche de la science-fiction : depuis le début des années 2000, le Sud-Ouest étatsunien est soumis à une sécheresse sévère qui tend à s’installer sur le long terme (Cook et al., 2010 ; Ault et al., 2016 ; Williams et al., 2020). Hausse des températures, multiplication des phénomènes extrêmes, aridification du climat : la région fait d’ores et déjà face aux effets du changement climatique (Blanchon et al., 2020) qui posent le défi de l’habitabilité d’un monde qui se réchauffe et s’assèche.

  • 3 Dans le dernier rapport du GIEC (AR6, 2021), le terme d'adaptation ne fait plus l'objet de définiti (...)

4Face à ce défi, la réponse qui occupe aujourd’hui le devant de la scène est celle de l’adaptation (Van Gameren et al., 2014 ; Euzen et al., 2017). Dans son rapport de 2007, le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC) (GIEC IPCC AR4, 2007) définit l’adaptation au changement climatique comme la nécessité de recourir à des "ajustements" en réponse aux menaces qui pèsent désormais sur les sociétés, mobilisant d’abord un vocabulaire hérité de la gestion des risques (Simonet, 2015, 2016 ; Reghezza-Zitt, Rufat, 2015). Le cinquième rapport du GIEC, paru en 2014 (GIEC IPCC AR5, 2014), propose de passer à une phase opérationnelle pour l’adaptation au changement climatique et consacre à cette dernière quatre chapitres. Ce document considère cette fois l’adaptation comme un processus dynamique associé au vocabulaire de la transformation politique, sociale et culturelle, dans le but de se préparer à vivre dans un monde à + 1,5°C3 (GIEC IPCC AR5, 2014, p.24-25 ; Simonet, 2015). Les travaux du GIEC s’inscrivent dans un ensemble de réflexions entourant la notion d’adaptation qui trouve dès lors un succès renouvelé (Magnan, 2009 ; Simonet, 2016).

5Alors que le GIEC, mais aussi l’ONU, considèrent les villes comme des laboratoires de l’adaptation au changement climatique (UN-Habitat, 2011), cet article prend pour terrain d’études les villes de Phoenix et de Tucson, dans le désert du Sonora, le plus chaud des États-Unis (Weiss, Overpeck, 2005) (carte 1). Dans l’environnement semi-aride au sein duquel elles se situent, l’habitabilité et le développement de ces deux métropoles sont fortement conditionnés par la disponibilité de la ressource en eau (Poupeau et al., 2016 ; Le Tourneau, Dubertret, 2019). Jusqu’au début des années 2000, le Sud-Ouest des États-Unis était considéré comme la preuve que le manque d’eau pouvait être résorbé avec des investissements financiers importants et grâce à une forte mobilisation technologique (Lasserre, 2003). Cependant, le changement climatique menace le fonctionnement du vaste système hydraulique sur lequel s’est appuyée la croissance de la région (Euzen, Morehouse, 2014). En effet, la hausse des températures et la diminution des précipitations sont à l’origine du tarissement de sa source d’approvisionnement principale, le fleuve Colorado (Hoerling et al., 2019). Si c’est d’abord l’agriculture irriguée qui se trouve concernée par les premières coupes, les villes grandes consommatrices d’eau ont désormais conscience qu’elles doivent apprendre à faire avec moins. De ce fait, à l’échelle municipale, la principale stratégie d’adaptation est celle de la gestion de la demande en eau, qui s’efforce de changer les comportements vis-à-vis de la ressource afin d’utiliser au mieux les quantités disponibles (City of Tucson Drought Preparedness and Response Plan, 2020 ; City of Phoenix Climate Action Plan, 2021). Cet article vise donc à interroger les formes que prend la gestion de la demande dans les villes de Phoenix et de Tucson au prisme des tensions qui traversent la notion d’adaptation, depuis la mise en œuvre de solutions ponctuelles pour reporter les choix difficiles jusqu’aux expérimentations plus radicales qui conduiraient à une bifurcation du métabolisme urbain.

6Pour ce faire, l’article s’appuie sur le cadre théorique de la political ecology. Ce dernier est présenté en première partie, avant la description des méthodes mobilisées dans le cadre de ce travail de recherche. Nous montrons ensuite le fonctionnement du métabolisme urbain fortement consommateur d’eau des villes-oasis de Phoenix et de Tucson, avant de nous concentrer sur la description des menaces qui pèsent aujourd’hui sur ce modèle, notamment à travers la déclaration de pénurie sur le fleuve Colorado. Dans le contexte de tensions sur la disponibilité de la ressource en eau, l’article analyse ensuite les mesures d’adaptation mises en œuvre : d’abord les stratégies descendantes et technicistes de la gestion de la demande en eau ; puis les expérimentations sociotechniques proposées par des acteurs alternatifs.

Carte 1 : Carte de localisation de Phoenix et de Tucson dans le désert de Sonora

Carte 1 : Carte de localisation de Phoenix et de Tucson dans le désert de Sonora

Boyer, 2020, US Census, 2019 ; US Government Open Data.

Cadre théorique et méthodes

L'adaptation : une notion critiquée

7La littérature s’intéressant à la traduction de la notion d’adaptation en termes de politiques publiques et de stratégies d’aménagement du territoire décrit la montée en puissance d’une injonction à s’adapter à partir des années 2000 (Berdoulay, Soubeyran, 2015 ; Bertrand, Richard, 2015 ; Garcia, 2015 ; Simonet, 2017 ; Dhénain, Barreteau, 2018). L’analyse de cette injonction donne lieu à deux catégories d’interprétations. On trouve, chez certains auteurs, une approche que l’on pourrait qualifier d’enthousiaste, ou du moins d’optimiste : ils voient dans le concept d’adaptation, notamment sous sa forme transformationnelle, un processus socio-politique donnant l’opportunité de redéfinir les relations de pouvoir qui organisent les sociétés (remise en cause d’un modèle techniciste et descendant qui laisserait place à la participation du public et aux initiatives locales) mais aussi les relations entre société et environnement (d’un rapport de domination de la nature à des formes de "vivre avec") (Adger, Lorenzoni, O’Brien, 2009 ; Pelling, 2011 ; Berdoulay, Soubeyran, 2015 ; Simonet, 2016). D’autres auteurs adoptent une position plus critique, qui questionne la dimension injonctive de l’adaptation (Felli, 2014) de même que le bagage sémantique que porte la notion (Watts, 2015 ; Reghezza-Zitt, Rufat, 2015 ; Felli, 2016). En effet, l’idée d’adaptation n’est pas nouvelle : née de la théorie de l’évolution développée au XIXe siècle, elle percole dans les sciences sociales de la première moitié du XXe siècle (sociologie, anthropologie, géographie) (Simonet, 2011 ; Garcia, 2015). Mise au placard pour ses limites heuristiques à partir des années 1960, elle revient en force portée par deux courants : d’une part la mise en œuvre des politiques d’ajustement structurel imposées aux pays en développement dans les années 1980-1990 (Felli, 2016), d’autre part à travers les travaux du réseau Resilience Alliance, dans lesquels l’adaptation est considérée comme un prérequis pour augmenter la résilience des systèmes socio-écologiques (Gunderson, Holling, 2002 ; Mathevet, Bousquet, 2014). "Flou" (François et al., 2016 ; Dhénain, Barreteau, 2018), "incertain" ou "ambigu" (Rocle, 2015), le concept est critiqué pour sa tendance à dépolitiser les questions environnementales (Reghezza-Zitt, Rufat, 2015).

Pour une urban political ecology de l’adaptation au changement climatique

8Face à cet écueil, il nous a semblé intéressant de nous tourner du côté des outils et des concepts de la political ecology pour aborder la question de l’adaptation. En effet, de plus en plus mobilisé par la géographie française (Blanchon, Graefe, 2012 ; Chartier, Rodary, 2016 ; Blot, Beistero, 2017 ; Bouleau, 2017), ce champ de recherche propose de re-politiser les enjeux environnementaux à deux niveaux (Robbins, 2012) : il invite à considérer l’environnement comme le produit de relations sociales, souvent asymétriques, et à questionner les formes d’organisation et de vivre ensemble dans et avec cet environnement. L’approche de la political ecology s’intéresse particulièrement aux discours, considérés comme un ensemble de relations entre des formes de savoir, des structures de pouvoir et des pratiques institutionnelles qui produisent des façons spécifiques de penser et d’agir sur les changements socio-écologiques en cours (Gautier, Benjaminsen, 2012). Ces travaux interrogent donc les "mots-clés" (Watts, 2015) ou autres "concepts nirvanas" (Molle, 2008), ces notions à succès bien vite intégrées aux politiques publiques, particulièrement dans la prise en charge de la question climatique (Swyngedouw, 2010, 2011), qui contribuent à simplifier, à naturaliser et à dépolitiser les débats autour des problèmes environnementaux (Chartier, Rodary, 2016). Le succès de la notion d’adaptation peut donc être interrogé de la sorte : comment et par qui sont définies les formes d’adaptation ? Qui a le pouvoir de s’adapter ?

9Si la part anthropique du changement climatique est désormais reconnue (GIEC IPCC AR4, 2007), certains auteurs vont plus loin et proposent de considérer le changement climatique comme "sociogène" : il est la "conséquence de rapports sociaux" (Malm, 2017) inégalitaires produits depuis la fin du XVIIIe siècle par le développement d’une économie capitaliste fossile, forte émettrice de gaz à effet de serre (GES). M. Taylor (2015) relève que le concept d’adaptation est fondé sur la dichotomie moderne opposant nature et culture, qui est pourtant devenue obsolète dans un monde où les processus humains et climatiques sont intrinsèquement liés en un processus de co-production. En effet, selon la définition opérationnelle de l’adaptation telle que présentée dans les rapports du GIEC (GIEC IPCC AR5, 2014, p.93), le climat est considéré comme un système externe à l’origine de perturbations exogènes auxquelles la société doit s’adapter. La persistance de cet imaginaire qui considère la société et le climat comme des systèmes séparés, "enfermés dans une danse sans fin d’adaptation" (Taylor, 2015), participe du processus de dépolitisation. En effet, pour justifier de sa traduction en termes de politiques publiques et d’aménagement, le motif explicatif de l’adaptation au changement climatique emprunte à la rhétorique du "c’est la faute de la nature !", principal ressort de la naturalisation et de la dépolitisation des questions environnementales, notamment dans le cas de projets contestés (Swyngedouw, 2011). La nécessité de s’adapter au changement climatique peut dès lors être mobilisée pour légitimer certaines formes de régulation des relations sociales et des relations entre société et environnement.

  • 4 Dans son livre intitulé La survie du capitalisme. La reproduction des rapports de production, H. Le (...)

10Dans le champ de l’urban political ecology (Heynen et al., 2006) qui prend forme à partir du début des années 2000, les villes s’affirment à la fois comme d’importantes émettrices de GES et des espaces où les conditions de vie se dégradent rapidement dans le contexte du changement climatique. L’urban political ecology remet en cause la dichotomie entre nature et culture en prenant pour cadre d’analyse la forme spatiale qui semble d’emblée la plus éloignée de la nature : la ville (Smith, 1984). Inspirés par les relectures de Marx à propos d’une "seconde nature" dans les travaux de Lefebvre (1973) et de D. Harvey (1993, 1996)4, les urban political ecologists analysent la ville comme une forme de production de la nature et l’urbanisation comme un processus de mise en ressource intensive de la nature. Alors que les appels à considérer les hybrides (Latour, 1991) se multiplient en géographie de l’environnement (Chartier, Rodary, 2016 ; Lespez, Dufour, 2021), l’urban political ecology permet donc d’analyser la ville comme produite par de "multiples processus socio-écologiques" (Kaïka, 2004) et de considérer la nature comme une variable importante dans la fabrique urbaine. Selon cette approche, les urban political ecologists s’appuient notamment sur la métaphore du métabolisme : la ville est comparée à un organisme vivant qui fonctionne en transformant ses apports nutritifs en de nouveaux matériaux, en énergie ou en suscitant des processus de dégradation. Cette comparaison entre fonctionnement de la ville et métabolisme est aussi caractéristique des courants d’écologie industrielle et urbaine. L’écologie industrielle se concentre sur la quantification des flux de matière et d’énergie qui entrent dans une ville, en sortent ou y circulent (Wolman, 1965 ; Kennedy et al., 2011). L’écologie urbaine modélise la complexité des processus des systèmes socio-écologiques qui façonnent la ville (Coutard, Lévy, 2010 ; Barles, 2017). L’urban political ecology considère avant tout les questions des enjeux politiques et sociaux, notamment celles du type d’économie, des modes de régulation et des habitudes de consommation qui modèlent ces flux (Keil, 2005 ; Newell, Cousins, 2014). Cette approche se distingue donc en proposant d’étudier les processus politiques qui décident, créent et modifient les conditions socio-environnementales urbaines, en se demandant comment sont produites les différentes configurations socio-écologiques en ville et pour qui, avec pour but d’identifier des stratégies permettant une distribution plus équitable du pouvoir et un mode de production de la nature plus inclusif (Loftus, 2012 ; Ernston, Swyngedouw, 2019).

Une méthode de recherche mixte

11Cet article s’appuie sur une méthode de recherche mixte (mixed research method : Thomas, 2003 ; Anadón, 2019). Parce que l’approche de la political ecology s’intéresse particulièrement aux discours pour révéler les dimensions politiques, sociales mais aussi culturelles de l’environnement, des corpus de textes médiatiques ont été constitués. Le premier corpus permet d’analyser le traitement de la gestion de la sécheresse par la presse quotidienne locale et comprend 520 articles publiés entre 1999 et 2018 dans l’Arizona Republic à Phoenix et l’Arizona Daily Star à Tucson. Le second corpus est issu de Twitter, grâce à une méthode de web scraping et comprend 3 500 tweets issus du compte de Water Use It Wisely, la principale campagne de gestion de la demande en eau à Phoenix. Il est complété par les données textuelles tirées de 15 204 descriptions de profils de compte reliés à ce dernier en ayant "aimé" ou "retweeté" le contenu de Water Use It Wisely. Ces corpus ont été consultés dans leur entier avant d’être analysés grâce à des outils textométriques, dans le but de retracer la construction des discours dominants de l’adaptation à la rareté de l’eau. En outre, dans le but de confronter discours et pratiques, une approche qualitative des enjeux a été suivie au cours d’un travail d’immersion de cinq ans à Phoenix et à Tucson, qui a donné lieu à 76 entretiens semi-directifs, auprès des gestionnaires de l’eau à tous les échelons mais aussi des associations environnementalistes locales (tableau 1) et à 38 séances d’observation participante dans des ateliers de sensibilisation aux économies en eau et des chantiers bénévoles d’installation de systèmes de récupération des eaux pluviales (tableau 2).

Tableau 1 : Catégories d’acteurs rencontrés dans le cadre de la campagne d’entretiens semi-directifs

Tableau 1 : Catégories d’acteurs rencontrés dans le cadre de la campagne d’entretiens semi-directifs

Boyer, 2020.

Tableau 2 : Principales thématiques des événements ayant donné lieu à une pratique d’observation participante

Tableau 2 : Principales thématiques des événements ayant donné lieu à une pratique d’observation participante

Boyer, 2020.

La ville-oasis : un métabolisme fortement consommateur d’eau

L’urbain contre le désert

12Le bassin dans lequel se trouve la ville de Tucson est habité depuis 2100 avant l’ère commune (Vint, 2017), ce qui en fait l’un des sites les plus anciens d’installation humaine sur le continent nord-américain. La ville de Tucson elle-même est l’une des villes les plus anciennes de l’Ouest des États-Unis (Logan, 2002 ; Otero, 2010) : elle est fondée à la fin du XVIIIe siècle autour d’un fort militaire espagnol installé à proximité de la rivière Santa Cruz. La ville de Phoenix naît une centaine d’années plus tard, en 1867, avec l’arrivée des premiers colons étatsuniens qui, afin de cultiver les terres des terrasses alluviales des rivières Gila et Salée, remettent en état des canaux d’irrigation abandonnés au XVIe siècle par les premiers occupants de la région – les Hohokams. À l’époque, les rivières Santa Cruz, Gila et Salée comptent parmi les rares cours d’eau pérennes qui drainent cette région, appelée désert de Sonora (Comeaux, 1982). Aujourd’hui, soumises à de fortes pressions agricoles et urbaines, ces rivières connaissent un régime intermittent et leurs tronçons urbains sont à sec, alimentés seulement lors des épisodes pluvieux (Néel et al., 2020). Les précipitations annuelles moyennes atteignent 300 mm à Tucson et 230 mm seulement à Phoenix (Serrat Capdevila, 2016). Cette zone semi-aride se caractérise par un régime bi-saisonnier des pluies – en hiver et en été – qui contribue à sa biodiversité remarquable (Dimmitt et al., 2015).

13Les villes de Phoenix et de Tucson connaissent toutes deux des dynamiques typiques des villes de la Sun Belt étatsunienne, fondées sur l’héliotropisme et un tournant depuis l’industrie de l’armement vers une économie de service amorcé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. D’après le Bureau du recensement étatsunien, Phoenix et Tucson comptaient respectivement 65 400 et 35 700 habitants en 1940 et plus de 580 000 et de 260 000 habitants en 1970 ; elles atteignent aujourd’hui 1,7 million et 550 000 habitants. Elles sont bien souvent classées parmi les villes où la croissance démographique est la plus importante aux États-Unis (US Census, 2020). Cette rapide croissance de la population s’accompagne d’une expansion urbaine sous la forme d’un étalement urbain horizontal, où les lotissements de maisons individuelles se multiplient et gagnent sur les parcelles agricoles et le désert (Schipper, 2008 ; Nédélec, 2016).

14Cette urbanisation "effrénée" (Harvey, 2011) s’appuie sur la mobilisation de ressources en eau diverses. En effet, les villes de Phoenix et de Tucson sont des villes-oasis (figure 1a et 1b), façonnées par la nécessité de gérer la rareté de la ressource en eau, ce qui donne lieu à un assemblage complexe d’aménagements, de politiques publiques et d’attitudes particulières vis-à-vis de la ressource (Garcier, Bravard, 2014 ; Lavie, 2019). À partir de la fin du XIXe siècle, le progrès des techniques de pompage donne une place prépondérante à la mobilisation des nappes phréatiques locales pour approvisionner les villes naissantes. Ainsi, jusqu’au début des années 1990, l’approvisionnement en eau de la ville de Phoenix repose pour un tiers sur les pompages dans les nappes phréatiques, quand le reste provient majoritairement des eaux de la rivière Salée, aménagée autour de six barrages et d’un réseau de plus de 200 km de canaux (Coeurdray et al., 2016). À partir des années 1940, la ville de Tucson recourt uniquement à ses ressources en eau souterraines : elle est même alors la plus grande municipalité des États-Unis à ne disposer que de ce type d’approvisionnement. Entre 1950 et 1990, le niveau du toit de la nappe phréatique dans laquelle s’approvisionne Tucson baisse d’environ 2 à 3 mètres, provoquant en certains endroits des problèmes de subsidence et de fissures (Comeaux, 1982 ; Anderson, 1987). Dans le but de diversifier et de sécuriser l’approvisionnement en eau des surfaces agricoles irriguées et des villes en pleine croissance, la réalisation d’un canal connectant l’Arizona aux eaux du fleuve Colorado – le Central Arizona Project (CAP) – est décidée en 1968, au niveau fédéral, par le Colorado River Basin Project Act (Kupel, 2003 ; Cortinas et al., 2016). Phoenix se retrouve ainsi connecté au système hydraulique du Colorado dès 1986. La construction du canal puis la jonction avec Tucson sont terminées au début des années 1990. Aujourd’hui, 44 % de l’approvisionnement en eau de Phoenix et 85 % de celui de Tucson dépendent du CAP.

Figure 1a : Downtown Phoenix vue depuis le parc de South Mountain. Figure 1b : Downtown Tucson vue depuis les berges de la rivière Santa Cruz dont le lit est à sec

Figure 1a : Downtown Phoenix vue depuis le parc de South Mountain. Figure 1b : Downtown Tucson vue depuis les berges de la rivière Santa Cruz dont le lit est à sec

Boyer, avril 2019 ; mars 2018.

Pelouses, piscines et golfs

15Dans les villes d’Arizona, la consommation domestique d’eau par habitant est parmi les plus hautes des États-Unis. Historiquement, ce métabolisme urbain fortement consommateur d’eau s’explique par l’apparition des pelouses devant les habitations dès la fin du XIXe siècle, bien qu’elles soient grandes consommatrices d’eau et extrêmement difficiles à entretenir dans le désert de Sonora (Logan, 2006). En effet, l’idéal étatsunien de la maison individuelle et du jardin (Ghorra-Gobin, 1992) accorde une valeur particulière à la pelouse bien entretenue. De plus, les villes de Phoenix et de Tucson sont d’abord imaginées pour offrir des conditions de vie similaires aux villes bénéficiant d’eau en abondance dont sont originaires la plupart des premiers habitants (Midwest et Côte Est notamment), ignorant et même effaçant une grande partie des formes urbaines autochtones puis hispano-mexicaines plus anciennes et sans doute plus adaptées aux conditions environnementales locales (Gober, 2006 ; VanDerMeer, 2010). Pour le political ecologist P. Robbins (2007), cette expansion du gazon (sélection artificielle de graminées) représente une facette de l’"impérialisme écologique" débuté dès 1492 avec l’introduction d’espèces nouvelles par les Européens sur le continent américain. Dans le contexte de la Sun Belt, où les villes sont en compétition pour attirer nouvelles activités et nouveaux habitants, les villes d’Arizona s’attachent à mettre en avant l’image d’une "oasis luxuriante" (Hirt et al., 2008) et "exotique" (Larsen, Swanbrow, 2006). Ainsi à Phoenix, entre 50 % et 70 % de l’eau utilisée par un ménage est dédiée à l’arrosage des espaces extérieurs. En revanche, si les ressources en eau diversifiées de Phoenix lui permettent de pousser le modèle de l’oasis jusqu’au stade "tropical" (Larsen, Swanbrow, 2006), les ressources en eau limitées de Tucson et sa très forte dépendance à l’eau du CAP l’ont obligée à opter précocement pour des pratiques de xeriscaping – jardins secs à entretien minimum – pour les espaces verts de la ville, publics ou privés. En effet, sensibilisés au défi de l’approvisionnement en eau de la ville, à partir des années 1970, un grand nombre d’habitants choisissent d’abandonner peu à peu leurs pelouses au profit de plantes endémiques ou adaptées aux conditions climatiques du désert de Sonora.

Vers la panne de la "grande machine à distribuer l’eau5" ?

  • 5 Ce titre est inspiré de la citation suivante : "we have turned a river into a grand water-distribut (...)

16Depuis la fin des années 1990, le fonctionnement du métabolisme urbain de Phoenix et de Tucson est devenu toujours plus dépendant de l’apport en eau du fleuve Colorado. Cependant, le 16 août 2021, le Bureau of Reclamation (USBR), en charge de la mise en valeur de l’Ouest des États-Unis depuis le début du XXe siècle et principal gestionnaire du fleuve, a annoncé que le fonctionnement du vaste système hydraulique, qui dessert en tout 7 États (Wyoming, Colorado, Utah, Nouveau-Mexique, Californie, Nevada et Arizona), 40 millions de personnes et 2 millions d’hectares de terres agricoles, se trouve désormais affecté par une pénurie. Dès 2022, les premières coupures dans l’approvisionnement en eau seront mises en œuvre, concernant en premier lieu l’État d’Arizona. Une telle situation s’explique par le contexte prolongé de sécheresse qui touche la région depuis le début des années 2000.

Les effets du changement climatique sur le bassin versant du Colorado

  • 6 92 % du débit du Colorado est généré dans le Haut-Bassin versant. Le fleuve prend sa source dans le (...)

17Les études analysant les causes de cette période de sécheresse montrent que, si les précipitations en amont du bassin versant du Colorado6 tendent à diminuer, ce sont surtout les températures qui ont fortement augmenté ; +0,9°C par rapport aux moyennes observées entre la fin du XIXe siècle et 1999 ; et qui viennent peser sur le débit du fleuve (Woodhouse et al., 2016). Ces sécheresses induites par l’augmentation des températures, appelées "sécheresses chaudes" ou "sécheresses de type changement global" (Overpeck, 2013 ; Udall, Overpeck, 2017) en lien avec le réchauffement des températures à l’échelle de la planète (GIEC IPCC, 2018), viennent surtout accentuer les processus de fonte des neiges, d’évaporation des eaux de surface et des sols et d’évapotranspiration des plantes, contribuant ainsi à des conditions anormalement sèches. De nombreuses études évoquent même un risque de méga-sécheresse (mega-drought) (Cook et al., 2010 ; Ault et al., 2016), c’est-à-dire l’installation d’une période particulièrement longue de sécheresse qui s’étalerait sur plusieurs décennies et connaitrait des périodes d’extrême sévérité. L’étude des paléoclimats montrent que ce type de sécheresse s’est déjà produit par le passé en Amérique du Nord, notamment du milieu du XIIe à la fin du XVIe siècles, provoquant d’importants bouleversements écologiques et sociaux pour les sociétés natives-américaines de la région, et pourrait notamment expliquer l’effondrement des sociétés hohokam installées dans les vallées des rivières Salée et Gila (Woodhouse, Overpeck, 1998 ; Purdue, Berger, 2015). Cependant, la période de sécheresse actuelle se révèle être plus sévère que quatre des cinq méga-sécheresses observées dans le passé (Williams et al., 2020). La région serait donc en train de connaître une transition vers un climat plus aride (Seager et al., 2013 ; Cook et al., 2015 ; Jones, Gutzler, 2016).

18Ainsi, les calculs réalisés sur le Colorado montrent que, depuis les années 2000, le débit du fleuve est inférieur aux moyennes observées sur le long terme : il aurait diminué d’entre 10 et 20 % et pourrait diminuer de 50 % d’ici la fin du XXIe siècle (Udall, Overpeck, 2017). En 2012, l’USBR reconnaît pour la première fois officiellement deux faits importants : i) la demande en eau dans le bassin du Colorado est bien supérieure à la disponibilité de la ressource ; ii) ce déséquilibre va aller en s’aggravant dans la mesure où la réduction du débit du fleuve est due à une transition vers des conditions climatiques plus arides dans le contexte du changement climatique (USBR, 2012).

La pénurie sur le fleuve Colorado

  • 7 Source : Bureau of Reclamation, voir ce site pour le suivi quotidien du niveau du Lac Mead. URL : h (...)

19En plus d’être un problème social résultant de modes de développement – agriculture irriguée et métropoles millionnaires – qui excèdent largement la disponibilité de la ressource (Rivière-Honegger, Bravard, 2005 ; Bourblanc, Blanchon, 2017), la pénurie sur le fleuve Colorado est aussi une question légale. Elle est définie par l’USBR qui établit des réductions dans l’approvisionnement en eau selon le niveau du lac Mead, le principal réservoir de la région. Ce niveau pourrait atteindre trois seuils critiques : 1 075 pieds (pénurie de niveau 1), 1 050 pieds (pénurie de niveau 2) et 1 025 pieds (pénurie de niveau 3), affectant en tout premier lieu l’allocation en eau de l’Arizona. En août 2021, le réservoir est plein à 35 % seulement, avec un niveau de l’eau atteignant à peine 1 069 pieds7.

20Pour bien comprendre les conditions dont dépend la situation de pénurie dans le Sud-Ouest étatsunien desservi par le Colorado, il faut revenir sur la doctrine de l’appropriation antérieure (Doctrine of Prior Appropriation) qui encadre la gestion de l’eau. Initiée lors de la Ruée vers l’or, au milieu du XIXe siècle, et définie en 1853 par la Cour Suprême de Californie, la doctrine de l’appropriation antérieure détermine une règle simple : ceux qui revendiquent pour la première fois l’accès à l’eau peuvent en faire ce qu’ils veulent (Lasserre, 2001). "Premier arrivé, premier servi" devient ainsi la ligne directrice de la gestion de l’eau dans l’Ouest des États-Unis (Miller, 2000), si bien que les individus se trouvent en droit de "s’approprier" l’eau dans le but d’en faire un usage économique et productif (O’Neill et al., 2016). Dès 1847, ce sont les Mormons, arrivés en Utah et entamant de grands travaux hydrauliques, qui font de la mise en valeur productive de l’eau une idée centrale (Molle et al., 2009). Selon Brigham Young, le meneur des pionniers mormons, "aucun homme n’a le droit de gaspiller ne serait-ce qu’une goutte d’eau qu’un autre pourrait utiliser comme gagne-pain". Au principe du "premier arrivé, premier servi" s’ajoute donc aussi celui du "sers-t-en ou perds-le" (use it or lose it) : un droit sur l’eau obtenu mais non utilisé peut être annulé de fait.

21Ces éléments de contexte permettent d’expliquer deux dynamiques importantes. D’abord, l’État d’Arizona est le dernier à mettre en usage les eaux du Colorado, dont une part – 3,5 milliards de m3 – lui est réservée seulement à partir de la fin des années 1960 : il est donc l’usager le moins prioritaire. Dans un contexte de pénurie, chaque année, les 5,4 milliards de m3 d’eau auxquels a droit la Californie depuis les années 1920 doivent d’abord être délivrés avant que les autres États ne se partagent ce qui reste. Ainsi, dès janvier 2022, l’allocation en eau de l’Arizona sera réduite de 20 %. Ensuite, le rapport historique à la ressource en eau façonné par le principe "sers-t-en ou perds-le" pousse à la consommation. L’Arizona a donc incité dès les années 1970 les usagers de son territoire à se tourner massivement vers la ressource en eau venue du Colorado pour empêcher que d’autres – la Californie notamment – ne revendiquent des volumes laissés non utilisés. C’est sur ce dernier point que s’est appuyé le développement des villes-oasis, alimenté par ce "carburant pour la croissance" (Kupel, 2003). Cela explique aussi la forte dépendance actuelle des usagers de l’eau au CAP (agriculteurs, municipalités, industrie) ainsi que les modestes mesures d’incitation à des usages raisonnés de la ressource que représente l’eau du Colorado. D’autant plus que celle-ci est considérée comme une ressource renouvelable, au contraire des nappes phréatiques dont la plupart sont définies comme fossiles (Niraula et al., 2017 ; Bernat et al., 2020).

22La pénurie en eau surgit dans un contexte où des aménagements hydrauliques lourds avaient d’abord permis au territoire de dépasser les contraintes naturelles et ont encouragé l’augmentation de la demande jusqu’à ce que celle-ci se trouve à nouveau déséquilibrée face aux limites physiques de la ressource (Alexandre, 2005). L’Arizona semble donc se trouver à un tournant, que l’on peut interpréter comme un moment de crise ou une période d’incertitudes qui laisse augurer un changement profond. C’est dans cette situation qu’intervient la notion d’adaptation, dans la mesure où elle correspond justement à une stratégie en contexte d’incertitude (Berdoulay, Soubeyrand, 2020) et à une logique d’anticipation (Magnan, 2012). Dans la littérature grise consultée, l’adaptation est présentée comme incontournable face à la "nouvelle normalité" (Barsugli et al., 2019 ; Robbins, 2019) d’un climat plus aride et d’un Colorado qui ne fournit plus assez d’eau.

S’adapter à la rareté de l’eau : les outils de la gestion de la demande en eau urbaine. L’exemple de Phoenix

23Depuis le milieu des années 2000, en lien avec le refus étatsunien de signer le Protocole de Kyoto et la parution du quatrième rapport du GIEC, la plupart des grandes villes étatsuniennes ont pris les rênes de la lutte contre le changement climatique (Ghorra-Gobin, 2010). Pendant le mandat du Président D. Trump, climato-sceptique notoire, cette dynamique municipale s’est renforcée. En 2019, Kate Gallego est élue maire de Phoenix sur la promesse ambitieuse d’en faire "la ville la plus durable de la planète". Jusque-là, Phoenix était plutôt décrite comme la "ville la moins durable de la planète" (Ross, 2011). En 2020, la municipalité rejoint le Cities Leadership Group (C40), qui rassemble aujourd’hui une centaine de grandes métropoles, parmi lesquelles New-York, Los Angeles, Mexico, Paris ou encore Milan (Zeppel, 2013). En 2021, alors que Phoenix vient de connaître l’été le plus chaud jamais enregistré, une saison des pluies plus sèche que la normale et un ciel enfumé par les feux de forêt, la ville publie son plan d’action pour le climat (City of Phoenix Climate Action Plan, 2021). Ce plan accorde une large place à l’adaptation au changement climatique, et notamment à l’enjeu de la sécurité hydrique à l’échelle urbaine : comment faire pour assurer l’accès à des quantités d’eau suffisantes et de qualité acceptable pour le bien-être des sociétés et la bonne santé des écosystèmes ? Au cœur de la stratégie d’adaptation de la ville se trouve la gestion de la demande en eau, c’est-à-dire l’optimisation des usages de la ressource.

24Cette stratégie de gestion de la demande en eau n’est pas nouvelle (Florentin, 2015). Elle est amorcée dès les années 1970 dans un contexte de sécheresses récurrentes (Guy, Marvin, 1996), alors que les sites potentiels pour la construction de nouveaux réservoirs se raréfient et que l’opposition socio-environnementale aux grands projets d’infrastructures (barrages) monte (Baumann et al., 1984 ; Flaminio, 2019). De plus, à partir des années 1990, le paradigme du développement durable (Brundtland et al., 1987) fait sentir le besoin urgent "d’étudier et de mettre en œuvre des options écologiquement durables, techniquement réalisables, économiquement viables et socialement acceptables" dans la gestion de l’eau (Butler, Memon, 2006).

25L’objectif de la gestion de la demande en eau est de parvenir à reporter ou à éviter d’avoir à mettre en valeur de nouvelles ressources et d’utiliser au mieux l’eau déjà disponible (Brooks, 2002 ; Gleick, 2003). Pour ce faire, elle s’articule autour de trois orientations principales : i) réduire les pertes dans le réseau de distribution (de la source aux robinets des usagers) ; ii) réduire la demande des usagers ; iii) procéder à la réallocation de la ressource (Molle, 2012). Par exemple, dans le cas de l’Arizona, la priorité aujourd’hui est clairement donnée aux usages urbains, considérés comme générant des bénéfices économiques supérieurs à ceux issus des autres activités consommatrices (l’agriculture et les mines de cuivre). La mise en œuvre de la gestion de la demande nécessite donc "des transformations institutionnelles, de nouveaux outils de gestion et de nouvelles compétences, ainsi que de s’appuyer sur les actions de nombreux utilisateurs individuels de l’eau plutôt que sur celles de quelques ingénieurs" (Gleick, 2003). Plutôt qu’un problème technique, la gestion de l’eau se rapproche dès lors d’une question de "gouvernance" (Brooks, Brandes, 2011) qui vise à réguler les usages de la ressource en eau en opérant des changements fonctionnels (innovations techniques et sociales), politiques (transformations institutionnelles et politiques publiques) et individuels (évolutions du rapport à la ressource des individus). On retrouve donc bien la dimension transformationnelle au cœur de la notion d’adaptation telle que portée par le GIEC et soulignée par la littérature scientifique (Simonet, 2016 ; Reghezza-Zitt, 2021).

26Comme le soulignent G. Hornberger et al. (2015), la gestion de la demande correspond à un dispositif complexe qui "comprend des facteurs politiques, socio-démographiques [nombre d’habitants, niveau de vie des habitants], économiques et hydro-climatiques". Elle donne donc lieu à une prolifération d’outils et de programmes qui s’appuient sur ces différentes variables. Parmi ceux pour lesquels la Ville de Phoenix a opté, on reconnaît trois catégories principales : ceux qui recourent aux mécanismes de marché et jouent notamment sur la tarification de la ressource et sa transformation en actifs financier, les stratégies de communication autour des campagnes de sensibilisation aux économies en eau et la mobilisation de ressources en eau non conventionnelles (tableau 3).

Tableau 3 : Dispositifs de gestion de la demande en eau mis en place dans la ville de Phoenix, Arizona

Tableau 3 : Dispositifs de gestion de la demande en eau mis en place dans la ville de Phoenix, Arizona

Boyer, 2020, entretiens avec Phoenix Water ; City of Phoenix Climate Action Plan, 2021.

Tarifs et marchés de l’eau

27La Ville de Phoenix propose des tarifs pour l’eau parmi les moins chers des États-Unis. À titre d’exemple, un ménage dépense en moyenne 41,5 dollars par mois pour sa facture d’eau, quand ce montant est de 82,7 dollars à Tucson et de 113,3 dollars à Los Angeles (Circle of Blue, 2019). Depuis 2019, elle prévoit cependant une hausse du coût de l’eau délivrée aux usagers qui correspondrait environ à une augmentation de 2,40 dollars par mois pour l’usager moyen. Cette hausse s’inscrit dans un contexte plus large, à l’échelle du pays, où la plupart des villes des États-Unis sont confrontées à des infrastructures vieillissantes (par exemple, dans le cas de la pollution au plomb de l’eau de Flint dans le Michigan en 2016, voir Schindler, 2019), à des ressources en eau qui se raréfient et à des événements météorologiques extrêmes qui pèsent sur le fonctionnement du réseau d’assainissement en eau (par exemple, l’arrêt des stations d’épuration lors de la grande panne électrique liée à la vague de froid au Texas, en février 2021). Phoenix prévoit ainsi d’investir dans la construction d’infrastructures, afin d’assurer la desserte des quartiers jusque-là connectés aux eaux du Colorado. Les fonds dégagés devraient permettre de construire un canal nommé Drought Pipeline pour rediriger les eaux de la rivière Salée vers le nord de la ville et non plus seulement vers l’est et le sud. Comme l’ont montré nombre d’études sur les situations de sécheresse et de "crise" de l’approvisionnement en eau (Bakker, 1999 ; Kaïka, 2004), le spectre de la pénurie sert d’argument et de justification pour la mise en œuvre de politiques de l’eau potentiellement controversées (Garcier, 2010). Le thème de la pénurie fonctionne donc comme un "emblème" ou "un événement symbolique" (Bakker, 2000) à venir, qui fournit un prétexte pour proposer des solutions apparemment nouvelles, mais qui se contente finalement de remobiliser des solutions techniques connues, telles que la poursuite de l’amélioration de l’offre au moyen de nouveaux dispositifs techniques (Crow-Miller et al., 2017).

28Par ailleurs, depuis les années 2000, l’idée de résoudre le problème d’une demande croissante et d’une offre de plus en plus réduite en se tournant vers les mécanismes de marché fait son chemin. Le premier pays à avoir mis en place des marchés privés de l’eau où les usagers peuvent vendre et échanger leurs quotas d’eau alloués est l’Australie (Grafton et al., 2016). Dans certains bassins agricoles australiens, ce fonctionnement a donné lieu à une hausse des prix faramineuse, jusqu’à les multiplier par dix, favorisant ainsi la concentration des capitaux : seules les grandes fermes, les grandes entreprises et les grandes villes peuvent survivre sur un tel marché. Cette hausse des prix correspond à la mise en œuvre basique de la loi de l’offre et de la demande – selon laquelle ce qui est rare est cher – mais aussi à l’irruption de spéculateurs sur ces marchés privés de l’eau (Bjornlund et al., 2013). K. Bakker (1999) et M. Kaïka et al. (2002) ont montré que la présentation du problème de la pénurie en termes économiques autour d’un déséquilibre entre offre et demande n’incite pas les décideurs à financer des activités qui ne sont pas rentables (un plan systématique de réparation des fuites à tous les échelons du système, par exemple) mais les conduit plutôt à poursuivre des investissements visant à améliorer la productivité de la ressource en eau. Aux États-Unis, c’est surtout en Californie que ce modèle de gestion de la rareté de la ressource a été importé (Haddad, 1999). Le tableau 3 indique que la solution de l’allocation de la ressource à travers un marché de l’eau est aussi lentement mise en œuvre en Arizona (Bernat et al., 2020). Cependant, cela se réalise de manière hybride : les logiques de marché restent fortement encadrées par la puissance publique, notamment par l’État d’Arizona qui pilote la gestion de l’eau depuis les années 1980 et le passage de la loi Groundwater Management Act. C’est en 1996 qu’est créée l’Arizona Water Banking Authority, surnommée la Water Bank, afin de stocker les volumes d’eau non-utilisés du Central Arizona Project dans les aquifères. Les détenteurs de droits sur l’eau qui décident d’en réserver une partie pour les nappes phréatiques obtiennent en échange des crédits (long-term storage credits) leur permettant de puiser plus tard, et en cas de pénurie sur le Colorado, dans les eaux souterraines arizoniennes. Ces crédits peuvent aussi être échangés ou revendus : les aquifères fonctionnent alors comme un compte épargne (Néel et al., 2020). C’est notamment ce système qui permet d’assurer la croissance continue de Phoenix dans le contexte de raréfaction des ressources hydriques, dans la mesure où les acteurs de la fabrique urbaine s’assurent de la sécurité de leur approvisionnement en eau en obtenant des droits de pompages futurs. Cependant, depuis 2019 et le passage du Plan d’Urgence contre la Sécheresse signé entre le gouvernement fédéral et les sept États du bassin versant du Colorado, l’Arizona Water Bank ne reçoit plus d’eaux du Central Arizona Project, celles-ci devant rester stockées dans le lac Mead pour maintenir son niveau. Lentement, l’ensemble des dispositifs règlementaires qui permettaient de soutenir la croissance coûte que coûte de la ville-oasis s’érode donc.

Changer les comportements : façonner un usager "rationnel" au pays de l’abondance

29Comme on peut le voir à partir du tableau 3, la gestion de la demande est principalement mise en œuvre par les politiques publiques. Celles-ci visent notamment le changement des comportements individuels (Gleick, 2003). Leur focale porte sur la figure de l’usager qu’il faut inciter à dépenser moins. Cela donne lieu à l’élaboration de campagnes pour sensibiliser le public aux économies en eau et conduit de ce fait à la production d’un discours sur l’usage rationnel et responsable de l’eau. Le but est de façonner la figure d’un "usager rationnel idéal" (Florentin, 2015), déclinaison de la figure consensuelle de l’éco-citoyen. Dans le cadre d’une approche de political ecology qui porte une attention particulière aux discours, nous nous sommes intéressés aux discours de sensibilisation aux économies en eau qui font partie de la stratégie plus large de gestion de la demande. À Phoenix, ces discours sont omniprésents : ils sont promus depuis 2008 par une campagne intitulée Water Use It Wisely (WUIW), menée notamment à travers le réseau social Twitter. L’analyse textométrique des tweets les plus populaires de WUIW (Boyer et al., 2021) montre le succès des tweets promouvant un arrosage plus efficace des jardins voire leur transformation vers un xeriscape : "Reduce the amount of lawn in your yard by planting shrubs & ground covers appropriate to your site & region" (partagé sur Twitter le 19/08/2015). Elle met en avant différents dispositifs techniques (par exemple : controller ; washer ; dishwasher), dont le bon usage permettrait de réduire les consommations en eau, à l’extérieur et à l’intérieur de l’habitation : les conseils d’optimisation de la ressource semblent être jugés les plus intéressants. De plus, les occurrences du mot bill sont particulièrement spécifiques des tweets les plus populaires, ce qui souligne que les économies pécuniaires sont l’un des aspects positifs de la gestion de la demande et se montrent particulièrement attractives pour l’usager, notamment dans le contexte général de hausse des prix. Le discours se concentre ainsi sur la capacité de l’individu à réduire sa facture d’eau en utilisant la ressource de manière plus efficace.

30L’objectif d’une telle campagne est de façonner un nouveau mode de vie pour les habitants de la ville-oasis. L’analyse du corpus de presse révèle que, dès 2002 et l’entrée dans la période de sécheresse, l’impératif de promouvoir les économies en eau est fortement associé au vocabulaire de la transformation des modes de vie : "we think water conservation is a lifestyle" indique le service municipal des eaux de Phoenix à l’Arizona Republic le 27/05/2002, ou "we need to develop a culture of conservation" exhorte la gouverneure d’Arizona en 2005 (article du 28/08/2005 dans l’Arizona Republic). La mobilisation de ce vocabulaire montre bien que, pour les gestionnaires, il s’agit de diffuser "de nouvelles croyances" favorables au changement comportemental des habitants (Barbier, 2013). Habilement, le terme de lifestyle ne place pas les efforts d’économie en eau dans le domaine de la régulation et de la contrainte, mais les présente plutôt comme une évolution positive et une nouvelle proposition attractive dans la lignée du resort lifestyle (Schipper, 2008). En effet, ces changements de pratiques ne doivent pas peser sur l’attractivité de la ville-oasis. Surtout au début des années 2000, les gestionnaires de l’eau interrogés dans la presse le soulignent bien : "we will stick to mainstream conservation programs and policies that avoid serious lifestyle changes » (27/05/2002, Arizona Republic) ou « our goal is to do drought management so impacts on lifestyle and economy is as minimal as possible (…) it’s about sustaining quality of life" (06/01/2004, Arizona Republic). L’objectif premier est de ne pas effrayer les habitants et de parvenir à créer une nouvelle image pour les villes d’Arizona, plus respectueuses de l’environnement.

31Dans le contexte d’une stratégie faisant ouvertement appel à la responsabilité individuelle des habitants, des interrogations se font jour : quel est le but ultime des économies en eau demandées ? Cette question surgit notamment dans le cadre des réunions publiques d’information au sujet de la hausse du prix de l’eau (Public Meeting on Tucson Water Rates and Fees, 28/03/2018 ; City of Phoenix Proposed Rate Increase Virtual Public Meeting, 11/02/2021). Parfois, elle est même portée par les acteurs en charge de la gestion de la demande : "to be able to say that we have a true conservation program or that the city is really trying to conserve water, it needs to say: ‘this is how much water we have, we are not going to have more and we need to conserve it’. So, that means we need to be more efficient in its use, and then if surplus comes because of that, then we don’t take it and go re-allocate it somewhere else, we just save it, put in the ground if you want, we store it or whatever but we don’t use it. But as a growing city, all we are doing is: ‘Hey! We need you to save so that we can go build this other community over there!’. And that’s how most of Arizona is right now… We are just about growth you know…" (entretien avec un gestionnaire de l’eau municipale dans une suburb de Phoenix, 22/05/2019). Ce type de remarques est hérité d’une longue lutte environnementale commencée dans les années 1970, qui réclame le contrôle de l’expansion urbaine horizontale qui vient miter le désert de Sonora (Logan, 1995 ; Ferguson, 2015). Telle qu’elle est mise en œuvre, la gestion de la demande est perçue comme l’une des stratégies qui ne font que renvoyer les problèmes sur les individus, tout en les reportant dans le temps "pour que rien ne change vraiment" (Swyngedouw, 2011).

Des ressources non-conventionnelles aux "solutions fondées sur la nature"

32Enfin, le tableau 3 issu du Plan d’Action contre le Climat de la Ville de Phoenix inclut la promotion de l’usage d’eau recyclée, d’eau de pluie et d’eaux grises parmi les stratégies de gestion de la demande. En effet, s’il est parfois difficile de savoir où s’arrêtent les efforts de sécurisation de l’approvisionnement et où commencent les efforts de gestion de la demande, on peut comprendre ici que la mobilisation de ces ressources non-conventionnelles répond aux objectifs de réduction des pertes à l’échelle du bassin hydrographique et permet de diminuer la pression des usagers sur le système d’approvisionnement en place, et notamment sur l’eau du Colorado.

33Dès 2016, 82 % des eaux traitées par la Ville de Phoenix sont réutilisées : d’abord pour refroidir la centrale nucléaire de Palo Verde, unique centrale nucléaire au monde située loin d’une source directe d’eau, ensuite pour arroser un certain nombre d’espaces verts et enfin pour être réinjectée dans les nappes phréatiques, afin de gagner des crédits de pompage auprès de l’Arizona Water Banking Authority. Certains sites de recharge des nappes correspondent au lit des cours d’eau à sec (figure 2a), dont certains tronçons sont restaurés grâce à l’apport d’eau traitée, ce qui favorise notamment le retour de la végétation riveraine. C’est le cas de la zone humide artificielle de Tres Rios, dans le lit de la Rivière Salée au sud-ouest de Phoenix, construite en 2010 et adossée à la plus grande station d’épuration de la ville (figure 2b).

Figure 2a : Au premier plan, le cours à sec de la rivière Salée, au centre de Phoenix, vue au décollage de l’aéroport Sky Harbor. Figure 2b : La zone humide artificielle de Tres Rios à la confluence des rivières Salée et Gila

Figure 2a : Au premier plan, le cours à sec de la rivière Salée, au centre de Phoenix, vue au décollage de l’aéroport Sky Harbor. Figure 2b : La zone humide artificielle de Tres Rios à la confluence des rivières Salée et Gila

Boyer, juin 2018 ; juin 2019.

  • 8 Cette activité est très importante en Arizona. Les ornithologues amateurs apportent chaque année pl (...)

34Ce type d’infrastructures est considéré par les gestionnaires locaux comme multifonctionnel : l’infiltration permet un traitement supplémentaire de l’eau ; le renflouage fait gagner des crédits de pompage ; la zone humide fonctionne comme une zone tampon en cas de crues-éclair suscitées par les orages d’été ; elle est désormais une zone récréative fréquentée par des visiteurs qui empruntent les sentiers de randonnée et viennent observer les oiseaux8. Dans le cadre de l’adaptation au changement climatique, la Ville prévoit d’augmenter l’allocation d’eau recyclée pour les écosystèmes. Plutôt que de considérer véritablement la possibilité d’un droit à l’eau des écosystèmes (Serres, 1990 ; Ost, 1995), les gestionnaires de l’eau se tournent désormais vers la construction d’infrastructures vertes (green infrastructures), des aménagements à faibles impacts écologiques – par exemple zones humides et forêts urbaines. Ceux-ci permettent de limiter l’imperméabilisation des sols et viennent pallier les failles du système d’infrastructures "grises". Ces pratiques, visant à reproduire ou à restaurer des processus naturels dans le but d’améliorer à la fois le bien-être des sociétés et la santé des écosystèmes, correspondent aux "solutions fondées sur la nature" (Kabish et al., 2017 ; Rey et al., 2018). Depuis les années 2010, elles occupent une place importante dans la boite à outils de l’adaptation urbaine au changement climatique, notamment dans le cadre de l’injonction à construire des "villes résilientes" (Reghezza-Zitt, Rufat, 2015). Ce concept de "solutions fondées sur la nature" découle de celui de services écosystémiques qui implique d’évaluer les écosystèmes en termes de biens et de services fournis aux sociétés humaines. Apparu dans les années 1980 et devenu central en 2005 avec le Millenium Ecosystem Assessment de l’Organisation des Nations Unies, un tel paradigme considère les problèmes environnementaux sous un angle avant tout économique, de même que la gestion du déséquilibre entre offre et demande en eau. Si cette évaluation monétaire peut servir de levier pour faire prendre conscience de la nécessité de protéger l’environnement, un tel raisonnement contribue aussi à sous-évaluer la dimension politique des problèmes posés par la gestion de l’environnement : il élude notamment la question des choix politiques et économiques qui favorisent les modes de production (capitalistes, productivistes) et les modes de vie (occidentaux, consuméristes) modifiant sensiblement les équilibres naturels (Kaïka et al., 2002 ; Swyngedouw, 2011). À rebours de cette logique comptable de la maximisation des utilités (Maris, 2018), Edward Abbey, écrivain contestataire et auteur d’un des ouvrages fondateurs de l’écologie politique aux États-Unis, écrit dans Désert Solitaire (1968) au sujet de l’Arches National Monument : "C’est indiscutablement un lieu désert, propre, pur, parfaitement inutile et sans grande valeur marchande".

35Ainsi, à Phoenix, toute une série de mesures rassemblées sous le chapeau de la gestion de la demande est mise en œuvre afin d’adapter le métabolisme urbain à la rareté de la ressource hydrique qui va en s’aggravant. Dans le cadre d’une définition avant tout légale de la pénurie sur le Colorado qui viendrait peser lourdement sur l’approvisionnement en eau de la ville, on note l’importance des efforts publics pour traiter en amont la crise qui vient et la repousser le plus loin possible dans le temps. Cependant, cela se fait sous la forme d’un double mouvement. D’une part, le système hydrocratique – la gestion centralisée s’appuyant sur des relations étroites entre institutions hydrauliques (comme l’USBR), acteurs politiques et acteurs économiques régionaux – en place depuis les grands travaux hydrauliques du début du XXe siècle persiste avec le déploiement de stratégies d’adaptation descendantes et technicistes. D’autre part, on peut interroger la multiplication des dispositifs qui font porter la responsabilité de la sécurité hydrique urbaine sur les individus incités à économiser l’eau : ne s’agit-il pas d’un aveu de faiblesse de l’hydrocratie qui perd peu à peu les moyens de mener ses politiques hydriques ? De fait, le gouvernement fédéral ne finance plus les grandes infrastructures et la ressource du Colorado se tarit. Cette démarche d’anticipation planificatrice en matière de gestion de la rareté de l’eau en reste donc au stade incrémental en multipliant les expédients pour maintenir la trajectoire de la ville-oasis.

Vers une bifurcation du métabolisme urbain : la possibilité d’une ville-désert ? Expérimentations à Tucson

36La Ville de Tucson recourt elle aussi à ce panel de stratégies dominantes et standardisées de l’adaptation urbaine à la rareté de l’eau (City of Tucson Drought Preparedness and Response Plan, 2020). En revanche, s’y développent aussi des propositions alternatives de transformations structurelles du métabolisme urbain, dont l’application généralisée conduirait à une bifurcation vers une ville-désert, c’est-à-dire reconnectée aux conditions écologiques et hydrologiques de l’environnement dans lequel elle se trouve. En effet, Tucson a toujours constitué une exception parmi les villes-oasis du Sud-Ouest étatsunien semi-aride (Luckingham, 1982 ; Davis, 2002). Selon l’historien de l’environnement M.F. Logan (1995, 2006), non sans avoir des projets de transformation du désert, les acteurs du développement urbain de Tucson (politiciens, entrepreneurs et promoteurs immobiliers) ont toujours été plus disposés à accepter les contraintes de leur environnement naturel que ceux de Phoenix, entre autres du fait de la prise de conscience précoce des limites de la ressource hydrique. Tucson est un haut lieu des engagements environnementalistes dans l’Ouest étatsunien. Dès la fin des années 1940, des critiques naissent, s’opposant au tournant prédateur que prend l’urbanisation, notamment du fait de l’importation de styles architecturaux (maisons individuelles de style Cap Cod ou cottages, copiés sur les premières suburbs de la Côte Est) et paysagers (pelouses) étrangers au désert de Sonora, à l’histoire et aux traditions autochtones, espagnoles et mexicaines de Tucson (Otero, 2010). Une grande partie de la résistance politique à la croissance dans les années 1950 mobilise des arguments environnementaux, le développement urbain menaçant le mode de vie encore quasi-rural. Dans les années 1960, au moment où s’accroit la prise de conscience des dégradations environnementales causées par les activités humaines, cette opposition est reformulée et redéfinie dans les termes du mouvement écologiste et suivant l’inspiration de la contre-culture. Fortement opposé aux projets de grandes infrastructures dans l’Ouest (Abbey, 1968, 1975), E. Abbey s’installe à Tucson dès la fin des années 1960. Il dénonce notamment la mise en ressource intensive de l’eau au service de l’urbanisation : "De l’eau, de l’eau, de l’eau… Il n’y a pas de pénurie d’eau dans le désert ; l’eau y est présente exactement dans la quantité qu’il faut, en un ratio parfait entre eau et roche, eau et sable, qui permet et garantit ce vaste, ce généreux espacement entre les plantes et les animaux, les maisons et les villages et les villes, qui fait de l’Ouest aride une région si différente de toutes les autres. Ici, l’eau ne manque pas, sauf si vous essayez de bâtir une ville là où nulle ville ne devrait se trouver".

37Depuis lors, Tucson se caractérise par un réseau dense d’associations environnementalistes locales, mais aussi nationales, qui ont installé leur siège arizonien à Tucson (et non à Phoenix) (Boyer et al., 2017). Certaines sont aujourd’hui particulièrement actives pour élaborer des alternatives aux stratégies dominantes actuelles et faire advenir des changements socio-écologiques, notamment à travers l’action citoyenne pour transformer la ville en un laboratoire d’expérimentations. À Tucson, cela se traduit par un mouvement grandissant en faveur de la collecte des eaux de pluie.

La collecte des eaux de pluie : un mode d’adaptation alternatif

  • 9 Cette centrale, sujette à de nombreuses critiques en lien avec les émissions de GES, a fermé en nov (...)

38La collecte des eaux de pluie à Tucson se met en place à partir des années 1990 sous l’impulsion de militants environnementalistes qui entendent questionner la croissance d’une ville située en plein désert, et notamment sa dépendance à l’eau du CAP. Le canal du CAP, dans lequel l’eau est pompée en montée, est le plus grand consommateur d’électricité d’Arizona. L’électricité nécessaire à son fonctionnement est fournie par une centrale thermique installée à cet effet dans la réserve Navajo9, ce qui nécessite l’ouverture des mines de charbon navajo et hopi au nord-est de l’État (Eden et al., 2011 ; Powell, 2018). De plus, la connexion de Tucson à l’eau du Colorado est d’abord un échec. Celle-ci, à teneur en sel plus importante que l’eau des nappes phréatiques, est mise en circulation dans un réseau de tuyauterie vieillissant qu’elle contribue à corroder avant d’arriver contaminée dans les robinets des ménages (Poupeau et al., 2016 ; McGuire, Pearthree, 2020). Dans ce climat de méfiance à l’égard de la qualité de l’eau mais aussi plus largement vis-à-vis des institutions et des professionnels de l’eau en charge de la gestion de la ressource, certains militants environnementalistes font le choix de dépendre le moins possible de l’eau du CAP pour leurs besoins domestiques, voire de s’en affranchir complètement (Boyer, Le Lay, 2019).

  • 10 C’est d’abord l’association Permaculture Guild of the Sonoran Desert, menée par un militant anarchi (...)

39Dans ce paragraphe, nous proposons d’explorer le cas du Desert Living Lab Center, les locaux de l’association Watershed Management Group (WMG) (figure 3). Héritière des "old schoolers10" des années 1970, cette association, en activité depuis 2002, est aujourd’hui la principale actrice de la collecte des eaux de pluie à Tucson : elle a pour objectif de normaliser la pratique à l’échelle de la ville entière et d’en faire l’une des stratégies principales de l’adaptation au changement climatique. Depuis le début des années 2000, les associations de bassin versant se sont en effet multipliées aux États-Unis et sont notamment devenues les actrices centrales de la mise en place d’opérations qui visent à répondre aux problématiques liées à l’eau à l’échelle locale et à celle du bassin versant (Drapier et al., 2018). Certaines, et notamment le WMG, s’appuient sur les préceptes du biorégionalisme, qui proposent de réhabiliter et de réhabiter son (mi)lieu (Parsons, 1985 ; Celnik, 2015).

Figure 3a : "Water from the sky is our supply": citerne de collecte des eaux de pluie au Living Lab Center. Figure 3b : Eau de pluie collectée et traitée par le WMG, servie aux visiteurs de leur Desert Living Lab Center

Figure 3a : "Water from the sky is our supply": citerne de collecte des eaux de pluie au Living Lab Center. Figure 3b : Eau de pluie collectée et traitée par le WMG, servie aux visiteurs de leur Desert Living Lab Center

Boyer, avril 2018.

40Comme l’indique son nom, le complexe du Living Lab est conçu comme une expérimentation, dans le sens d’expérience collective et collaborative à travers laquelle les participants peuvent apprendre et questionner le potentiel de transformation de pratiques nouvelles sur le métabolisme urbain (Loftus, 2012 ; Ernston, Swyngedouw, 2019). L’objectif est notamment de démontrer la faisabilité (technique et sociale) d’un bâtiment à "eau zéro" (net zero water) complètement déconnecté de la production industrielle de l’eau fournie par les services municipaux, et ce dans l’environnement semi-aride et chaud du désert de Sonora. Le site consiste en deux maisons résidentielles adjacentes de plain-pied de 280 m2 en tout, installées sur un terrain de 2 000 m2. Les locaux hébergent principalement des bureaux et un centre de formation et de démonstration, occupé par douze personnes du lundi au vendredi, et avec des ateliers et autres événements publics fréquents les week-ends.

41Avant les travaux menés par le WMG, achevés en 2015, l’eau utilisée dans les espaces intérieurs et extérieurs provenait du service des eaux potables de la Ville. Fournie par le canal du Central Arizona Project, elle était traitée dans des usines d’eau potable centralisées. Les eaux usées étaient ensuite acheminées par les égouts vers de grandes stations d’épuration centralisées, avant d’être déversées dans des bassins de recharge des nappes phréatiques ou dans la rivière Santa Cruz qui draine Tucson (asséchée la plupart du temps) (Logan, 2002 ; Néel et al., 2020), tandis que l’eau d’arrosage utilisée en extérieur était en grande partie perdue par évaporation. De plus, l’eau provenant des fortes pluies occasionnelles tombant sur la propriété ruisselait jusqu’aux grands bassins de rétention disséminés dans la ville (stormwater management). L’urbanisation a donc contribué à transformer des lieux et des environnements très éloignés de la ville (Kaika et al., 2002 ; Cronon, 2021).

42Le but de l’expérimentation menée au WMG est avant tout de contribuer à réduire l’"empreinte hydrologique" (Blanchon, 2009) de la ville. Aujourd’hui, le bâtiment est alimenté par deux citernes de collecte des eaux de pluie d’une capacité de 10 m3 chacune, connectées directement aux gouttières, ainsi que par un réservoir souterrain pouvant stocker jusqu’à 38 m3 d’eau pluviale. L’eau collectée passe au travers de deux filtres (pour traiter les sédiments puis les composants organiques, le goût et l’odeur) et enfin un purificateur pour atteindre les standards de qualité de l’eau potable (figure 3b). Les eaux grises de toutes les consommations domestiques sont ensuite récupérées pour arroser le jardin, aménagé selon le principe de la collecte passive des eaux de pluie : bassins d’infiltration, bermes et terrasses permettent de favoriser l’infiltration de l’eau pour maintenir le xeriscape. Les toilettes conventionnelles ont été supprimées et remplacées par des toilettes sèches à compost en extérieur. Depuis 2015, le site fonctionne en autonomie pour son alimentation en eau, avec une consommation d’eau par jour et par personne atteignant tout de même 238 L (usages extérieurs compris). Cependant, pendant les mois particulièrement secs de mai et juin, le niveau des réservoirs – qui obsède les participants tout autant que le niveau du lac Mead captive les gestionnaires à l’échelle du bassin du Colorado – tend à baisser parfois si drastiquement que des mesures d’urgence sont déclenchées pour prévenir la pénurie, en commençant par demander à chacun de minimiser l’utilisation des douches et des robinets, ainsi que l’arrosage des plantes…

43La récupération des eaux de pluie contribue à rendre visibles les dispositifs techniques de l’approvisionnement en eau, notamment les citernes, pour faciliter leur adoption par les habitants (Carré et al., 2006) (figure 3a). Cette visibilité de la ressource, gérée à l’échelle de l’habitation, permet aussi de relocaliser et de re-territorialiser l’approvisionnement de la ressource en eau. Le WMG s’engage donc dans une pratique qui vise à délimiter un territoire hydrosocial nouveau et à une autre échelle : les limites du bassin versant sont ramenées à celles de la propriété, impliquant des transformations dans les interactions entre "pratiques humaines, flux d’eau, technologies hydrauliques, éléments biophysiques, structures socio-économiques et institutions culturelles et politiques" (Boelens et al., 2016) qui prévalaient jusque-là. À cette échelle, l’ensemble des acteurs du site est impliqué dans toutes les étapes de la gestion de l’approvisionnement en eau et a la capacité d’anticiper et de s’adapter aux menaces futures sur le système d’adduction en eau, dans une logique d’empowerment des usagers et de re-politisation de la relation à l’eau. Le WMG représente un acteur innovant, porteur de projets-pilotes, en expérimentant des solutions qui vont au-delà des limites de ce qui était jusque-là considéré comme possible – se déconnecter de l’eau du CAP – et de ce qui est pour l’instant considéré comme acceptable : l’utilisation des eaux de pluie ou des eaux traitées comme sources d’eau potable et les toilettes sèches en extérieur posent notamment des questions d’acceptabilité sociale. Si le recours aux deux premières modalités se diffuse progressivement, la dernière reste un défi de taille.

Un cycle hydrosocial plus inclusif ?

44L’ambition du WMG au Living Lab Center est de prouver que l’adaptation à la rareté de l’eau n’implique pas de renoncer à l’oasis urbaine dans le désert, mais bien d’en transformer les conditions et les qualités paysagères. Certes, ces alternatives s’appuient sur des mesures simples à mettre en œuvre, mobilisant des technologies à faible intensité énergétique et matérielle (low-tech), dans le but de façonner une ville plus sobre qui puisse consommer moins de ressources et produire moins de déchets dans ses activités et dans la production de l’espace urbain (Bihouix, 2014 ; Florentin, Ruggeri, 2019) ; mais elles ont un coût de départ important. Par exemple, la conversion du Living Lab Center vers le net zero water s’est élevée à 44 000$, ce à quoi s’ajoutent des frais de maintenance annuelle d’environ 300$ pour renouveler les filtres nécessaires au traitement des eaux. Même l’installation d’un système plus réduit, ne comprenant qu’une seule citerne reliée au toit d’une habitation, coûte à peu près 2000$ à Tucson, du fait de l’impératif de respecter les codes de la Ville en termes d’esthétique (par exemple, interdiction d’entreposer des objets disgracieux dans son jardin) et de santé publique (interdiction de stockage d’eau stagnante non couverte). De plus, le WMG et les associations qui mènent des activités similaires, comme la Permaculture Guild of the Sonoran Desert, correspondent à un réseau d’habitants-militants, constituant un ensemble très actif, de plus en en plus médiatisé, mais en réalité très restreint. Tout comme la lutte environnementaliste a d’abord été portée dans les années 1960 par les classes moyennes blanches des suburbs qui désiraient sauvegarder leur cadre de vie (Logan, 2006 ; Paddeu, 2017), le risque est désormais de laisser de côté les quartiers les plus pauvres dans la démarche d’adaptation au changement climatique et de voir des inégalités ressurgir.

  • 11 Même si les essences choisies sont adaptées aux conditions climatiques arides, les nouvelles planta (...)

45En effet, les populations défavorisées sont de fait de faibles consommatrices d’eau et vivent dans une frugalité subie vis-à-vis d’une ressource payante. Dans un contexte où entretenir un jardin peut compter pour 30 % d’une facture d’eau (City of Tucson, 2013), les études montrent sans surprise qu’elles vivent dans les quartiers les plus soumis aux effets de la hausse des températures. Dans ces quartiers se concentrent terrains vagues et surfaces bétonnées qui renvoient fortement la chaleur une fois la nuit tombée : il y fait souvent 10°C de plus que dans les quartiers plus aisés, mieux aménagés et plus ombragés (Middel et al., 2014). Pour atténuer l’îlot de chaleur urbain, en 2013, le maire de Tucson lance une campagne intitulée "10 000 Trees for Tucson" et cherche ainsi à développer la canopée urbaine ; en 2019, la nouvelle maire de Tucson frappe plus fort en proposant cette fois de planter "1 million trees by 2030 to help mitigate the effects of climate change, including reducing the heat island effect". La question qui se pose alors pour la ville est de savoir comment planter plus d’arbres11 alors que, d’une part, les ressources en eau sont limitées et que, d’autre part, une partie de la population n’a pas les moyens d’entretenir les plantations.

46Par exemple, dans le cadre de son programme Healthy Homes, qui distribue des arbres aux habitants des quartiers défavorisés, l’association de justice environnementale Sonora Environmental Research Institute (SERI) se rend compte que "families didn’t want to get trees anymore because they were not able to afford the cost of maintaining that tree" (SERI, 12/06/2018). Face à ce problème, la collecte des eaux de pluie apparaît comme une solution facile à mettre en œuvre. À partir de 2012, le service municipal des eaux met en place une subvention pour l’installation d’un système de collecte des eaux de pluie chez les particuliers, ce qui rend la plupart des projets gratuits. Cependant, les frais d’installation doivent être avancés sur ses deniers personnels avant d’être remboursés. C’est pourquoi plusieurs organisations proposent des programmes de micro-crédit qui s’efforcent de rendre accessible aux populations à faibles revenus l’installation d’un système de récupération des eaux pluviales et de favoriser ainsi la plantation locale d’arbres. Cette démarche s’appuie sur l’implication des travailleurs sociaux de proximité (dans le cadre de SERI par exemple) ou sur un modèle de community organizing (mobilisation habitante) plus militant, inspiré des luttes mexicaines-américaines (chicana) des années 1970, notamment des travailleurs agricoles californiens, elles-mêmes s’inspirant des luttes révolutionnaires et zapatistes mexicaines pour le droit à la terre (Pulido, 1996). En mai 2019, le groupe Flowers and Bullets, fondé dans le quartier Barrio Centro, où 43 % de la population est hispanique, a par exemple monté son propre projet-pilote, celui d’une ferme de centre-ville, irriguée uniquement par les apports de l’eau de pluie collectée sur place (figure 4b). Sur les photographies de la figure 4, on voit l’importance donnée au motif du maïs, symbole de prospérité repris fréquemment par les militants du droit à la terre latino-américain. On reconnaît aussi le drapeau yaqui (figure 4a), une tribu autochtone originaire du Mexique, dont la plupart des membres ont rejoint les États-Unis à la fin du XIXe siècle. Reconnue par le gouvernement fédéral depuis le début des années 1970, le siège des autorités yaqui se trouve à Tucson. L’association revendique ainsi d’organiser la réponse des groupes subalternes aux processus de marginalisation économique et politique, en faisant converger les préoccupations en matière de qualité de vie et les luttes identitaires. Un tel effort est significatif dans le contexte d’une ville étatsunienne marquée par un long travail d’effacement des cultures vernaculaires spécifiques du désert de Sonora pour faire ressembler Tucson à n’importe qu’elle autre ville étatsunienne (Otero, 2010).

Figure 4a : Peinture murale à l’entrée de Midtown Farm, projet-pilote d’agriculture urbaine mené par l’association Flowers and Bullets. Figure 4b : Citernes de collecte des eaux de pluie à Midtown Farm

Figure 4a : Peinture murale à l’entrée de Midtown Farm, projet-pilote d’agriculture urbaine mené par l’association Flowers and Bullets. Figure 4b : Citernes de collecte des eaux de pluie à Midtown Farm

Boyer, août 2019.

47Ces expérimentations semblent donc avoir aussi pour but d’identifier des stratégies qui permettent une distribution plus équitable du pouvoir et un mode de production de la ville plus inclusif (Heynen et al., 2006 ; Loftus, 2012 ; Ernston, Swyngedouw, 2019). En effet, si la ville-oasis représente un modèle prédateur et inégalitaire, la ville-désert est présentée comme un juste milieu entre frugalité choisie et frugalité subie pour reconnecter la ville à ses conditions locales.

Conclusion

48En prenant pour terrain les métropoles-oasis de Phoenix et de Tucson, qui connaissent les conséquences du changement climatique dans une région qui s’aridifie, cet article aborde la nécessité pour les sociétés de mettre en place des réponses anticipées et planifiées pour préserver l’habitabilité des territoires. En matière de gestion de la raréfaction de la ressource en eau, il explore les différentes formes que prend l’adaptation : ajustements ponctuels (hausse des prix de l’eau), mutations incrémentales (multitude de dispositifs de gestion de la demande) jusqu’aux propositions de transformations structurelles du rapport de la ville à l’environnement qui l’entoure et à ses conditions climatiques semi-arides. Cette contribution montre que le processus d’adaptation urbaine à la rareté de l’eau peut être analysé en termes de rapports de pouvoir. En effet, en s’appuyant sur les outils et concepts de l’urban political ecology qui permettent de croiser approche "par le haut" (top-down) et approche "par le bas" (bottom-up), elle montre non seulement que les stratégies dominantes actuelles mises en œuvre pour résoudre les problèmes environnementaux restent "descendantes, peu participatives, peu inclusives et technocratiques" (Le Lay, 2019), mais aussi qu’elles sont de plus en plus mises au défi par des expérimentations locales. Ces dernières, proposées par des associations environnementalistes et de justice environnementale, gagnent et transforment progressivement les dispositifs d’action publique. Ainsi, l’élaboration d’alternatives fonctionne comme un facteur de régulation des stratégies dominantes de contrôle de la ressource. Ces alternatives s’affirment comme des leviers de contre-pouvoir, en mettant en avant l’importance de l’action citoyenne pour transformer les villes en laboratoires d’expérimentation et enclencher des changements socio-écologiques qui font advenir la dimension véritablement transformationnelle que porte en elle l’adaptation.

Haut de page

Bibliographie

Abbey E., 1968, Désert Solitaire, Paris, Gallmeister.

Abbey E., 1975, Le Gang de la Clé à Molette, Paris, Gallmeister.

Adger W.N., Lorenzoni I., O’Brien K.L. (dir.), 2009, Adapting to climate change: Thresholds, values, governance, Cambridge University Press.

Alexandre O., 2005, "Lorsque la pénurie fait ressource. Etude géographique de la notion de ressource. L’exemple de la politique de l’eau au Maroc", Géocarrefour, Vol.80, No.4, 263-272.

Anadón M., 2019, "Les méthodes mixtes : implications pour la recherche ‘dite’ qualitative", Recherches qualitatives, Vol.38, No.1, 105-123. URL : https://www.erudit.org/en/journals/rechqual/2019-v38-n1-rechqual04566/1059650ar/

Anderson S.R., 1987, Potential for aquifer compaction, land subsidence, and earth fissures in the Tucson Basin, Pima County, Arizona, USGS, No.86-482.

Ault T.R., Mankin J.S., Cook B.I., Smerdon J.E., 2016, "Relative impacts of mitigation, temperature, and precipitation on 21st-century megadrought risk in the American Southwest", Science Advances, Vol.2, No.10, e1600873. URL : https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.1600873

Bacigalupi P., 2016, The Water Knife, Vauvert, Au Diable Vauvert.

Bakker K., 1999, "Deconstructing discourses of drought", Transactions of the Institute of British Geographers, Vol.24, No.3, 367-372.

Bakker K., 2000, "Privatizing water, producing scarcity: The Yorkshire drought of 1995", Economic Geography, Vol.76, No.1, 4-27.

Barbier R., 2013, "Le consommateur d'eau : esquisse de portrait", Sciences Eaux Territoires, No.1, 28-35.

Barles S., 2017, "Écologie territoriale et métabolisme urbain : quelques enjeux de la transition socio-écologique", Revue d’Économie Régionale Urbaine, No.5, 819-836.

Barsugli J., Hoerling M.P., Livneh B., 2019, "Is the Drought on the Colorado River the New Normal?", EOS Science News by AGU. URL : https://eos.org/meeting-reports/is-the-recent-drought-on-the-colorado-river-the-new-normal

Baumann D.D., Boland J., Sims J.H., 1984, "Water conservation: The struggle over definition", Water Resources Research, Vol.20, No.4, 428-434.

Berdoulay V., Soubeyran O., 2015, Aménager pour s’adapter au changement climatique : un rapport à la nature à reconstruire ?, Pau, Presses universitaire de Pau et des pays de l’Adour, collection Spatialités.

Berdoulay V., Soubeyrand O., 2020, L’aménagement face à la menace climatique : le défi de l’adaptation, Grenoble, UGA Editions, collection Ecotopiques.

Bernat R., Megdal S., Eden S., 2020, "Long-term storage credits: Analyzing market-based transaction to achieve Arizona Water Policy Objectives", Water, Vol.12, No.2, 568.

Bertrand F., Richard E., 2015, "La délicate existence locale de l’adaptation aux changements climatiques : avec, sans, ou à côté de l’atténuation", Développement durable et territoires, Vol.6, No.3. URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/11048

Bihouix P., 2014, L'âge des low-tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Le Seuil, Collection Anthropocène, 336 p.

Bjornlund H., Wheeler S., Rossini P., 2013, "Water markets and their environmental, social and economic impacts in Australia", in Maestu J. (dir.), Water trading and global water scarcity: International experiences, Routledge, 68-93.

Blanchon D., 2009, Atlas mondial de l’eau, Paris, Autrement.

Blanchon D., Graefe O., 2012, "La radical political ecology de l’eau à Khartoum. Une approche théorique au-delà de l’étude de cas", L’Espace géographique, Vol.41, No.1, 35-50.

Blanchon D., Keck F., Le Tourneau F.M., Tonnelat S., Zuniga-Teran A., 2020, "Sentinel Territories: A New Concept for Looking at Environmental Change", Métropolitiques. URL : https://metropolitics.org/Sentinel-Territories-A-New-Concept-for-Looking-at-Environmental-Change.html

Blot F., Beistero A., 2017, "Contribution de la géographie francophone à la political ecology : Deux études des relations sociétés/eaux souterraines dans l’Espagne semi-aride", L’Espace géographique, Vol.46, 193-213.

Boelens R., Hoogesteger J., Swyngedouw E., Vos J., Wester P., 2016, "Hydrosocial territories: A political ecology perspective", Water International, Vol.41, No.1, 1-14.

Bouleau G., 2017, "La catégorisation politique des eaux sous l’angle de la political ecology : le patrimoine piscicole et la pollution en France", L’Espace géographique, Vol.46, No.3, 214-230.

Bourblanc M., Blanchon D., 2017, "Gérer ou gouverner la ressource en eau ? Modélisation en temps réel et gestion de la pénurie au sein de la rivière Crocodile (Afrique du Sud)", Natures, Sciences, Sociétés, Vol.25, No.2, 134-147.

Boyer A.L., Le Gouill C., Poupeau F., Razafimahefa L., 2017, "Conflit environnemental et participation publique dans les zones semi-arides de l’Ouest des États-Unis : le projet minier de Rosemont (comté de Pima, Arizona)", Participations, Vol.19, No.3, 189-217.

Boyer A.L., Le Lay Y.F., 2019, "Think of your house as a watershed! La récupération des eaux de pluie à Tucson, en Arizona : vers la diversification de l’approvisionnement en eau du Sud-Ouest étatsunien ?", Développement Durable et Territoires, Vol.10, No.3.

Boyer A.L., Vaudor L., Le Lay Y.F., Marty P., 2021, "Building Consensus? The Production of a Water Conservation Discourse Through Twitter: The Water use it Wisely Campaign in Arizona", Environmental Communication, Vol.15, No.3, 285-300.

Brooks D.B., 2002, Water: local-level management, Ottowa, International Development Research Center.

Brooks D.B., Brandes O.M., 2011, "Why a water soft path, why now and what then?", Water Resources Development, Vol.27, No.2, 315-344.

Brundtland G.H., Khalid M., Agnelli S., Al-Athel S., Chidzero B., 1987, "Our common future", New-York, Vol.8.

Butler D. Memon F.A. (dir.), 2006, Water demand management, Iwa Publishing.

Carré C., Chouli E., Deroubaix J.F., 2006, "Les recompositions territoriales de l’action publique à l’aune de la proximité. Le cas de la gestion des eaux de pluie en ville", Développement Durable et Territoires, dossier 7.

Chartier D., Rodary E. (dir.), 2016, Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po.

Celnik J., 2015, "La Cascadia, laboratoire du modèle biorégionaliste étatsunien", Revue française d’Études américaines, No.4, 117-129.

Circle of Blue, 2019, "The Price of Water: 2010-2019 water rates data from 30 major U.S. cities". URL : https://www.circleofblue.org/waterpricing/

City of Phoenix Climate Action Plan, 2021. URL : https://www.phoenix.gov/oepsite/Documents/COP039%20Climate%20Action%20Plan_FIN_HR.pdf

City of Tucson, 2013, "Harvesting rainwater: A guide to water-efficient landscaping", Tucson, City of Tucson Water Department.

City of Tucson Drought Preparedness and Response Plan, 2020. URL : https://www.tucsonaz.gov/files/water/Drought_Preparedness_and_Response_Plan_October_2020_update_FINAL.pdf

Coeurdray M., Poupeau, F., 2016, "Delivering more than water. The Salt River Project: the invention of an adaptive partnership of water management", in Poupeau F., Lorrain D., Water Regimes, 49-66, Routledge.

Comeaux M.L., 1982, Arizona: A Geography, Westview Press.

Cook E.R., Seager R., Heim Jr R.R., Vose R.S., Herweijer C., Woodhouse C., 2010, "Megadroughts in North America: Placing IPCC projections of hydroclimatic change in a long‐term palaeoclimate context", Journal of Quaternary Science, Vol.25, No.1, 48-61.

Cook B.I., Ault T.R., Smerdon J.E., 2015, "Unprecedented 21st century drought risk in the American Southwest and Central Plains", Science Advances, Vol.1, No.1, e1400082.

Cortinas J., Coeurdray M., O’Neill B., Poupeau F., 2016, "Les mégaprojets hydriques de l’ouest étasunien : histoire d’Etat (s) et gestion des ressources naturelles", [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, Vol.16, No.3.

Coutard O., Lévy J.P. (dir.), 2010, Écologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos.

Cronon W., 2021, Chicago : Métropole de la nature, Bruxelles, Zones Sensibles.

Crow-Miller B., Webber M., Molle F., 2017, "The (re) turn to infrastructure for water management?", Water Alternatives, Vol.10, No.2, 195-207.

Davis M., 2002, Dead Cities and Other Tales, New York, New Press.

Dhénain S., Barreteau O., 2018, "Pluralité des instruments et des logiques politiques pour l’adaptation aux changements globaux en zone côtière", Natures Sciences Sociétés, Vol.26, No.4, 407-417.

Dimmitt M.A., Comus P.W., Phillips S.J., Brewer, L.M. (dir.), 2015, A natural history of the Sonoran Desert, University of California Press.

Drapier L., Germaine M.A., Lespez L., 2018, "Politique environnementale et territoire : le démantèlement des ouvrages hydrauliques en France à l’épreuve du modèle nord-américain", Annales de géographie, Vol.722, No.4, 339-368.

Eden S., Scott C.A., Lamberton M.L., Megdal S.B., 2011, "Water–energy interdependencies and the Central Arizona Project", in Kenney D.S., Wilkinson R. (dir.), The Water–Energy Nexus in the American West, 109-122.

Ernston E., Swyngedouw E. (dir.), 2019, Urban Political Ecology in the Anthropo-obscene: Interruptions and Possibilities, London, NY, Routledge, Questioning Cities Series

Euzen A., Morehouse B., 2014, "De l’abondance a la raison", Norois, Vol.231, 27-41.

Euzen A., Laville B., Thiebault S., 2017, L’adaptation au changement climatique : Une question de sociétés, Paris, CNRS Editions.

Felli R., 2014, "Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale", Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, Vol.16, No.1. URL : https://journals.openedition.org/ethiquepublique/1371

Felli R., 2016, La Grande Adaptation : Climat, Capitalisme et Catastrophe, Paris, Seuil, Collection Anthropocène.

Ferguson C., 2015, This is our land: Grassroots environmentalism in the late twentieth century, Rutgers University Press.

Flaminio S., 2019, "Do we really need a dam? Le conflit lié au barrage Gordon-below-Franklin (Tasmanie, Australie) ou la redéfinition d’un cycle hydrosocial ?", Développement durable et territoires, Vol.10, No.3.

Fleck J., 2016, Water is for fighting over: And other myths about water in the west, Island Press.

Florentin D., 2015, SHRINKING NETWORKS ? Les nouveaux modèles économiques et territoriaux des firmes locales d’infrastructure face à la diminution de la consommation, Thèse de Doctorat, Université Paris Est.

Florentin D., Ruggeri C., 2019, "Ville(s) low tech et quête d'une modernité écologique", Revue Urbanités, No.12. URL : https://www.revue-urbanites.fr/12-edito/

François A., Gauché É., Génin A., 2016, "L’adaptation des territoires aux changements climatiques dans l’Oriental marocain : la vulnérabilité entre action et perceptions", [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, Vol.16, No.1. URL : https://id.erudit.org/iderudit/1037587ar

Garcia P.O., 2015, Sous l’adaptation, l’immunité : étude sur le discours de l’adaptation au changement climatique, Thèse de Doctorat en Géographie, Université Grenoble Alpes.

Garcier R., 2010, "Du bon usage de la pénurie en eau. Pollution, pénurie et réponses institutionnelles en Lorraine, 1949-1971", Geocarrefour, Vol.85, No.2, 169-180.

Garcier R., Bravard J.P., 2014, "Qu’est-ce qu’une oasis ? Réflexions géographiques sur un objet-limite", in Tallet G., Zivie-Coche C. (dir.), Le Myrte et la Rose : Mélanges offerts à Françoise Dunand, Montpellier, Presses universitaires de Montpellier, 305-323.

Gautier D., Benjaminsen T. (dir.), 2012, Environnement, discours et pouvoir : l’approche Political ecology, Versailles, Quae.

Ghorra-Gobin C., 1992, "Les fondements de la ville américaine", Géographie et cultures, No.1, 81-88.

Ghorra-Gobin C., 2010, "L’environnement naturel et le changement climatique pendant les années Bush : la pertinence d’une différenciation des échelles territoriales", Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol.8, No.1. URL : https://journals.openedition.org/lisa/3397

GIEC IPCC AR4, 2007, Climate Change 2007: Synthesis Report. Contribution of Working Groups I, II and III to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Geneva, Switzerland, IPCC. URL : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/ar4_syr_full_report.pdf

GIEC IPCC AR5, 2014, Climate Change 2014: Synthesis Report. Contribution of Working Groups I, II and III to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Geneva, Switzerland, IPCC. URL : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/SYR_AR5_FINAL_full.pdf

GIEC IPCC, 2018, Global warming of 1.5°C, Summary for Policy Makers, IPCC, Switzerland. URL : https://report.ipcc.ch/sr15/pdf/sr15_spm_final.pdf

GIEC IPCC AR6, 2021, Climate Change 2021: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press.

Gleick P., 2003, "Water use", Annual review of environment and resources, Vol.28, No.1, 275-314.

Gober P., 2006, Metropolitan Phoenix: Place making and community building in the desert, University of Pennsylvania Press.

Grafton R.Q., Horne J., Wheeler S.A., 2016, "On the marketisation of water: Evidence from the Murray-Darling Basin, Australia", Water Resources Management, Vol.30, No.3, 913-926.

Gunderson L.H., Holling C.S., 2002, Panarchy: Understanding transformations in human and natural systems, Washington, Island Press.

Guy S., Marvin S., 1996, "Transforming urban infrastructure provision—the emerging logic of demand side management", Policy studies, Vol.17, No.2, 137-147.

Haddad B.M., 1999, Rivers of gold: designing markets to allocate water in California, Island Press.

Harvey D., 1993, "The nature of environment: dialectics of social and environmental change", in: Miliband R., L. Panitch L. (dir.), Real Problems, False Solutions. A special issue of the Socialist Register, London, The Merlin Press.

Harvey D., 1996, Justice, nature, and the geography of difference, Wiley-Blackwell.

Harvey D., 2011, Le capitalisme contre le droit à la ville : Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Ed. Amsterdam, 96p.

Heynen N., Kaika M., Swyngedouw E. (dir.), 2006, In the nature of cities: urban political ecology and the politics of urban metabolism, Taylor & Francis.

Hirt P., Gustafson A., Larson K., 2008, "The mirage in the Valley of the Sun", Environmental History, Vol.13, No.3, 482-514.

Hoerling M., Barsugli J., Livneh B., Eischeid J., Quan X., Badger A., 2019, "Causes for the century-long decline in Colorado River flow", Journal of Climate, Vol.32, No.23, 8181-8203.

Hornberger G.M., Hess D.J., Gilligan J., 2015, "Water conservation and hydrological transitions in cities in the United States", Water Resources Research, Vol.51, No.6, 4635-4649.

Jones S.M., Gutzler D.S., 2016, "Spatial and seasonal variations in aridification across Southwest North America", Journal of Climate, Vol.29, No.12, 4637-4649.

Kabisch N., Korn H., Stadler J., Bonn A., 2017, Nature-based solutions to climate change adaptation in urban areas: Linkages between science, policy and practice, Springer Nature.

Kaika M., Swyngedouw E., Castro E., 2002, "Urban water: a political-ecology perspective", Built Environment, 124-137.

Kaïka M., 2004, City of flows: Modernity, nature, and the city, London, NY, Routledge.

Keil R., 2005, "Progress report—urban political ecology", Urban Geography, Vol.26, No.7, 640-651.

Kennedy C., Pincetl S., Bunje P., 2011, "The study of urban metabolism and its applications to urban planning and design", Environmental pollution, Vol.159, No.8-9, 1965-1973.

Kupel D.E., 2003, Fuel for growth: Water and Arizona’s urban environment, Tucson, University of Arizona Press.

Larsen L., Swanbrow L., 2006, "Postcards of Phoenix: images of desert ambivalence and homogeneity", Landscape Journal, Vol.25, No.2, 205-217.

Lasserre F., 2001, "L’Amérique a soif : Les besoins en eau de l’Ouest des États-Unis conduiront-ils Ottawa à céder l’eau du Canada ?", Revue internationale d’Études Canadiennes, No.24, 195-214

Lasserre F., 2003, "L’eau dans l’Ouest aride des États-Unis. Valeur d’usage, mythes politiques et représentations territoriales d’une société hydraulique", in : Lasserre F., Lechaume A., Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Presses de l’Université du Québec, 195.

Latour B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte.

Lavie E., 2019, Gérer la rareté en eau : L’alimentation en eau potable et d’irrigation des villes-oasis et des espaces méditerranéens, Mémoire d’HDR en Géographie, Université Paris-Diderot.

Lefebvre H., 1973, La survie du capitalisme : la reproduction des rapports de production, Paris, Editions Anthropos.

Le Lay Y.F., 2019, Emotionscapes – S’émouvoir des situations géographiques, Mémoire d’HDR en Géographie, ENS de LYON.

Lespez L., Dufour S., 2021, "Les hybrides, la géographie de la nature et de l’environnement", Annales de géographie, Vol.1, No.737, 58-85.

Le Tourneau F.M., Dubertret F., 2019, "L’espace et l’eau, variables clés de la croissance urbaine dans le Sud-Ouest des États-Unis : le cas de Tucson et du Pima County (Arizona)", L’Espace géographique, Vol.48, No.1, 39-56

Loftus A., 2012, Everyday environmentalism: creating an urban political ecology, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Logan M.F., 1995, Fighting sprawl and city hall: Resistance to urban growth in the Southwest, Tucson, University of Arizona Press.

Logan M.F., 2002, The lessening stream: an environmental history of the Santa Cruz River, Tucson, University of Arizona Press.

Logan M.F., 2006, Desert cities: the environmental history of Phoenix and Tucson, University of Pittsburgh Press.

Luckingham B., 1982, Urban Southwest: A Profile History of Albuquerque, El Paso, Phoenix and Tucson, Texas Western.

McGuire M., Peathree M., 2020, Tucson Water Turn around: crisis to success, American Water Works Association.

Magnan A., 2009, "Proposition d’une trame de recherche pour appréhender la capacité d’adaptation au changement climatique", VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement, Vol.9, No.3. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/9189

Magnan A., 2012, "Évaluer ex ante la pertinence de projets locaux d’adaptation au changement climatique", VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement, Vol.12, No.3.

Malm A., 2017, L’anthropocène contre l’histoire : le réchauffement climatique à l’ère du capital, Paris, Editions La Fabrique.

Maris V., 2018, La part sauvage du monde, Paris, Le Seuil, Collection Anthropocène, 272 p.

Mathevet R., Bousquet F., 2014, Résilience et environnement : penser les changements socio-écologiques, Paris, Buchet/Chastel.

Middel A., Chhetri N., Quay R., 2015, "Urban forestry and cool roofs: Assessment of heat mitigation strategies in Phoenix residential neighborhoods", Urban Forestry & Urban Greening, Vol.14, No.1, 178-186.

Miller C., 2000, Water in the West: A High-Country News Reader, Corvallis, Oregon State University Press.

Molle F., 2008, "Nirvana concepts, narratives and policy models: Insights from the water sector", Water alternatives, Vol.1, No.1, 131-156.

Molle F., Mollinga P.P., Wester P., 2009, "Hydraulic bureaucracies and the hydraulic mission: Flows of water, flows of power", Water alternatives, Vol.2, No.3, 328-349.

Molle F., 2012, "La gestion de l’eau et les apports d’une approche par la political ecology", in Gautier D., Benjaminsen T. (dir.), 2012, Environnement, discours et pouvoir : l’approche Political ecology, Versailles, Quae, 219-240.

Nédélec P., 2016, "Saisir l’étalement urbain dans un contexte états-unien : réflexions méthodologiques", Cybergeo: European Journal of Geography. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/27421

Néel C., Boyer A.L., Le Tourneau F.M., 2020, "Paradoxes de la restauration d’une rivière asséchée dans le Sud-Ouest étatsunien : le cas de la Santa Cruz", Annales de géographie, No.2, 78-103.

Newell J.P., Cousins J.J., 2015, "A political–industrial ecology of water supply infrastructure for Los Angeles", Geoforum, No.58, 38-50. URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0016718514002279

Niraula R., Meixner T., Dominguez F., Bhattarai N., Rodell M., Ajami H., Gochis D., Castro C., 2017, "How might recharge change under projected climate change in the western US?", Geophysical research letters, Vol.44, No.20, 10 407-10 418.

O’Neill B., Poupeau F., Coeurdray M., Cortinas J., 2016, "Laws of the river: Conflict andcooperation on the Colorado River", in Poupeau F. et al. (dir.), Water bankruptcy in the Land of Plenty, Boca-Raton, CRC Press

Ost F., 1995, La nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit, Paris, La Découverte.

Otero L.R., 2010, La Calle: spatial conflicts and urban renewal in a southwest city, Tucson, University of Arizona Press.

Overpeck J.T., 2013, "The challenge of hot drought", Nature, Vol.503, No.7476, 350-351.

Paddeau F., 2017, "Sortir du mythe de la panacée. Les ambiguïtés de l’agriculture urbaine à Détroit", Métropolitiques. URL : https://metropolitiques.eu/Sortir-du-mythe-de-la-panacee-Les-ambiguites-de-l-agriculture-urbaine-a-Detroit.html

Parsons J.J., 1985, "On ‘bioregionalism’ and ‘watershed consciousness’", The professional geographer, Vo.37, No.1, 1-6.

Pelling M., 2011, Adaptation to Climate Change: From Resilience to Transformation, London, Routledge.

Poupeau F., Gupta H., Serrat-Capdevila A., Sans-Fuentes M.A., Harris S., Hayde L.G. (dir.), 2016, Water bankruptcy in the land of plenty, Boca-Raton, CRC Press.

Powell D.E., 2018, Landscapes of power: politics of energy in the Navajo Nation, Duke University Press.

Pulido L., 1996, Environmentalism and economic justice: Two Chicano struggles in the Southwest, Tucson, University of Arizona Press.

Pulwarty R.S., Jacobs K L., Dole R.M., 2005, "The hardest working river: drought and critical water problems in the Colorado River Basin", in Wilhite D.A. (dir.), Drought and Water Crises. Science, Technology, and Management Issues, Boca-Raton, CRC Press, 249-285.

Purdue L.E., Berger J.F., 2015, "An integrated socio-environmental approach to the study of ancient water systems: the case of prehistoric Hohokam irrigation systems in semi-arid central Arizona, USA", Journal of Archaeological Science, No.53, 586-603.

Reghezza-Zitt M., Rufat S., 2015, "L’adaptation en Île-de-France entre injonction et recyclage. Techniques et politiques de la société de l’incertitude", Développement Durable et Territoires, Vol.6, No.3. URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/11035

Reghezza-Zitt M., 2021, "Face à l’urgence climatique : l’adaptation c’est dès maintenant", The Conversation. URL : https://theconversation.com/face-a-lurgence-climatique-ladaptation-cest-des-maintenant-159870

Rey F., Breton V., Breil P., Mériaux P., 2018, "Les solutions fondées sur la nature pour accorder la prévention des inondations avec la gestion intégrée des milieux aquatiques", Sciences Eaux Territoires, No.2, 36-41.

Rivière-Honegger A., Bravard J.P., 2005, "La pénurie d’eau, donnée naturelle ou question sociale ? ", Géocarrefour, Vol.80, no.4, 257-260. 

Robbins P., 2007, Lawn people: How grasses, weeds, and chemicals make us who we are, Temple University Press, 208 p.

Robbins P., 2012, Political ecology: A critical introduction, Hoboken, New Jersey, John Wiley & Sons.

Robbins J., 2019, "In Era of Drought, Phoenix Prepares for a Future Without Colorado RiverWater", Yale Environment 360. URL : https://e360.yale.edu/features/how-phoenix-ispreparing-for-a-future-without-colorado-riverwater

Rocle N., 2015, "Gouverner l’adaptation au changement climatique sur (et par) les territoires. L’exemple des littoraux aquitain et Martiniquais", Natures Sciences Sociétés, Vol.23, no.3, 244-255.

Ross A., 2011, Bird on fire: Lessons from the world’s least sustainable city, Oxford University Press.

Schindler S., 2019, "Comprendre les processus de déclin urbain à Flint (Michigan) : une approche inductive de l’urbanisme subalterne ?", Géographie, économie, société, Vol.21, No.1, 117-134.

Schipper J., 2008, Disappearing Desert, University of Oklahoma Press.

Seager R., Ting M., Li C., Naik N., Cook B., Nakamura J., Liu H., 2013, "Projections of declining surface-water availability for the southwestern United States", Nature Climate Change, Vol.3, No.5, 482-486.

Serres M., 1990, Le contrat naturel, Paris, Champs Essais.

Serrat Capdevila A., 2016, "The Tucson Basin: Natural and Human History", in Poupeau F. et al. (dir.), Water Bankruptcy in the Land of Plenty, CRC Press, 25-41.

Simonet G., 2011, Enjeux et dynamiques de la mise en œuvre de stratégies d’adaptation aux changements climatiques en milieu urbain : les cas de Montréal et Paris, Thèse de Doctorat, Sciences de l’environnement/Sociologie, Université du Québec à Montréal/Université de Nanterre Paris 10.

Simonet G., 2015, "Une brève histoire de l’adaptation : l’évolution conceptuelle au fil des rapports du GIEC (1990-2014)", Natures Sciences Sociétés, No.23, 52-64.

Simonet G., 2016, "De l’ajustement à la transformation : vers un essor de l’adaptation ?", Développement durable et territoires, Vol.7, No.2. URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/11320

Simonet G., 2017, "Note de recherche. L’adaptation, un concept systémique pour mieux panser les changements climatiques", Norois. Environnement, aménagement, société, No.245, 113-125.

Smith N., 1984, Uneven development: Nature, capital, and the production of space, University of Georgia Press.

Swyngedouw E., 2010, "Apocalypse forever?", Theory, culture & society, Vol.27, No.2-3, 213-232.

Swyngedouw E., 2011, "Whose environment? The end of nature, climate change and the process of post-politicization", Ambiente & sociedade, Vol.14, No.2, 69-87.

Taylor M., 2015, The political ecology of climate change adaptation: Livelihoods, agrarian change and the conflicts of development, London, Routledge.

Thomas R.M., 2003, Blending qualitative and quantitative research methods in theses and dissertations, Thousand Oaks, CA, Corwin Press.

Udall B., Overpeck J., 2017, "The twenty‐first century Colorado River hot drought and implications for the future", Water Resources Research, Vol.53, No.3, 2404-2418.

UN-Habitat, 2011, Global Report on Human Settlements 2011: Cities and Climate Change. URL: https://unhabitat.org/sites/default/files/download-manager-files/Cities%20and%20Climate%20Change%20Global%20Report%20on%20Human%20Settlements%202011.pdf

USBR, 2012, Colorado River Basin Water Supply and Demand Study. URL : https://www.usbr.gov/lc/region/programs/crbstudy/finalreport/Executive%20Summary/CRBS_Executive_Summary_FINAL.pdf

US Census, 2020, "Southern and Western Regions Experienced Rapid Growth This Decade". URL : https://www.census.gov/newsroom/press-releases/2020/south-west-fastest-growing.html

VanDerMeer P., 2010, Desert Visions and the making of Phoenix, 1860-2009, Albuquerque, University of New Mexico Press.

Van Gameren V., Weikmans R., Zaccaï E., 2014, L’adaptation au changement climatique, Paris, La Découverte.

Vint J.M., 2017, Time and place of the Early Agricultural period in the Tucson Basin of Southern Arizona, Thèse de doctorat en Anthropologie, Tucson, Université d’Arizona.

Watts M., 2015, "Now and then: the origins of political ecology and the rebirth of adaptation as a form of thought", in : Perreault T., Bridge G., McCarthy J. (dir.), The Routledge Handbook of Political Ecology, London, Routledge, 32.

Weiss J.L., Overpeck J.T., 2005, "Is the Sonoran Desert losing its cool? ", Global Change Biology, Vol.11, No.12, 2065-2077.

Williams A.P., Cook E.R., Smerdon J.E., Cook B.I., Abatzoglou J.T., Bolles K., et al., 2020, "Large contribution from anthropogenic warming to an emerging North American megadrought", Science, Vol.368, No.6488, 314-318.

Wolman A., 1965, "The metabolism of cities", Scientific American, Vol.213, No.3, 178-193.

Woodhouse C.A., Overpeck J.T., 1998, "2000 years of drought variability in the central United States", Bulletin of the American Meteorological Society, Vol.79, No.12, 2693-2714.

Woodhouse C.A., Pederson G.T., Morino K., McAfee S.A., McCabe G.J., 2016, "Increasing influence of air temperature on upper Colorado River streamflow", Geophysical Research Letters, Vol.43, No.5, 2174-2181.

Zeppel H., 2013, "The ICLEI Cities for Climate Protection program: local government networks in urban climate governance", in T. Cadman (dir.), Climate Change and Global Policy Regimes, London, Palgrave Macmillan, 217-231.

Haut de page

Notes

1 Apparue récemment, la climate fiction est un sous genre de la science-fiction qui décrit les effets du changement climatique. Souvent militante, cette littérature porte un regard critique sur les institutions et les pratiques existantes pour répondre aux défis climatiques, en proposant aux lecteurs d’expérimenter les conditions de vie probables dans un futur proche bouleversé par les conséquences du changement climatique.

2 Dans le désert de Sonora, les mois de juillet et d’août correspondent à une période appelée localement "monsoon" où se concentrent les épisodes orageux. Cependant, durant l’été 2020, seuls 12 mm de pluie sont tombés, donnant lieu à ce que les acteurs locaux ont appelé "nonsoon".

3 Dans le dernier rapport du GIEC (AR6, 2021), le terme d'adaptation ne fait plus l'objet de définition mais est présenté comme un défi ("adaptation challenge").

4 Dans son livre intitulé La survie du capitalisme. La reproduction des rapports de production, H. Lefebvre (1973) décrit le phénomène en ces termes : "la nature, détruite comme telle, doit se reconstituer et se reconstruit déjà sur un autre plan, à un autre niveau, celui d’une nature seconde : la ville et l’urbain". Partant de là, D. Harvey (1993) peut ainsi écrire qu’"en pratique, il est difficile de voir où commence la ‘société’ et où finit la ‘nature’... Dans un sens fondamental, New York City n’a rien de contre-nature". Cette citation fameuse a fortement nourri les premières réflexions des urban political ecologists.

5 Ce titre est inspiré de la citation suivante : "we have turned a river into a grand water-distribution machine" (Fleck, 2016).

6 92 % du débit du Colorado est généré dans le Haut-Bassin versant. Le fleuve prend sa source dans les Rocheuses dont le manteau neigeux fournit 86 % de son débit au fleuve (Pulwarty et al., 2005).

7 Source : Bureau of Reclamation, voir ce site pour le suivi quotidien du niveau du Lac Mead. URL : https://www.usbr.gov/lc/region/g4000/hourly/levels.html

8 Cette activité est très importante en Arizona. Les ornithologues amateurs apportent chaque année plus d’un milliard de dollars à l’économie de l’État.

9 Cette centrale, sujette à de nombreuses critiques en lien avec les émissions de GES, a fermé en novembre 2019 et est remplacée par l’utilisation du gaz naturel.

10 C’est d’abord l’association Permaculture Guild of the Sonoran Desert, menée par un militant anarchiste, qui entreprend de systématiser la collecte des eaux de pluie dans le quartier de Northwest à Tucson, à partir des années 1980. Cette expression est utilisée par les enquêtés du monde associatif qui gèrent la collecte des eaux de pluie à Tucson.

11 Même si les essences choisies sont adaptées aux conditions climatiques arides, les nouvelles plantations nécessitent des apports d’eau non négligeables jusqu’à ce que les plants atteignent leur maturité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Carte de localisation de Phoenix et de Tucson dans le désert de Sonora
Crédits Boyer, 2020, US Census, 2019 ; US Government Open Data.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Tableau 1 : Catégories d’acteurs rencontrés dans le cadre de la campagne d’entretiens semi-directifs
Crédits Boyer, 2020.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-2.png
Fichier image/png, 77k
Titre Tableau 2 : Principales thématiques des événements ayant donné lieu à une pratique d’observation participante
Crédits Boyer, 2020.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-3.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 1a : Downtown Phoenix vue depuis le parc de South Mountain. Figure 1b : Downtown Tucson vue depuis les berges de la rivière Santa Cruz dont le lit est à sec
Crédits Boyer, avril 2019 ; mars 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Tableau 3 : Dispositifs de gestion de la demande en eau mis en place dans la ville de Phoenix, Arizona
Crédits Boyer, 2020, entretiens avec Phoenix Water ; City of Phoenix Climate Action Plan, 2021.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-5.png
Fichier image/png, 313k
Titre Figure 2a : Au premier plan, le cours à sec de la rivière Salée, au centre de Phoenix, vue au décollage de l’aéroport Sky Harbor. Figure 2b : La zone humide artificielle de Tres Rios à la confluence des rivières Salée et Gila
Crédits Boyer, juin 2018 ; juin 2019.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 3a : "Water from the sky is our supply": citerne de collecte des eaux de pluie au Living Lab Center. Figure 3b : Eau de pluie collectée et traitée par le WMG, servie aux visiteurs de leur Desert Living Lab Center
Crédits Boyer, avril 2018.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 4a : Peinture murale à l’entrée de Midtown Farm, projet-pilote d’agriculture urbaine mené par l’association Flowers and Bullets. Figure 4b : Citernes de collecte des eaux de pluie à Midtown Farm
Crédits Boyer, août 2019.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38002/img-8.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Lise Boyer, Yves-François Le Lay et Pascal Marty, « L’adaptation urbaine à la rareté de l’eau à Phoenix et à Tucson (Arizona) : une approche de political ecology », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1002, mis en ligne le 13 janvier 2022, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/38002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.38002

Haut de page

Auteurs

Anne-Lise Boyer

Ingénieure d'études, ENS de Lyon, Environnement Ville Société, UMR 5600, France : annelise.boyer@ens-lyon.fr

Yves-François Le Lay

Professeur des Universités, ENS de Lyon, Environnement Ville Société, UMR 5600, France : yves-francois.le-lay@ens-lyon.fr

Pascal Marty

Professeur des Universités, USR 3129/UMIFRE 11 Maison Française d'Oxford, United Kingdom : pascal.marty@mod-langs.ox.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search