Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2022Océan calme ou mer déchaînée ? Re...

2022
1003

Océan calme ou mer déchaînée ? Retracer 30 ans de développement démographique et spatial en Allemagne

Manuel Wolff, Annegret Haase, Tim Leibert et Emmanuèle Cunningham Sabot
Cet article est une traduction de :
Calm ocean or stormy sea? Tracing 30 years of demographic spatial development in Germany

Résumé

Depuis la réunification de l’Allemagne en 1990, plusieurs tendances démographiques ont modelé l’évolution de la population locale. L’interaction complexe et en constante évolution des facteurs décrits à l’échelle du pays s’accélère de manière inégale, au niveau local, sous forme de tendances concises. Les variations observables dans les modèles spatiaux d’évolution de la population locale, d’une part, et l’effet cumulé et variable de dynamiques locales sur ces modèles spatiaux, d’autre part, n’ont pas été retracés avec précision ces 30 dernières années, depuis la réunification allemande. L’objectif de cet article est de présenter une synthèse des tendances de l’évolution de la population et de mettre en lumière la façon dont leurs modèles et représentations spatiales ont évolué dans le temps et en intensité. L’ampleur des migrations internationales et internes depuis 2011, associée à un taux de natalité inférieur au seuil de renouvellement naturel et à un surplus de décès, entraîne des évolutions démographiques très différentes au niveau communal, qui se traduisent par quatre tendances : différences à petite échelle, boom urbain, différenciation entre zones suburbaines et consolidation des tendances démographiques. Les tendances démographiques doivent être comprises comme des processus imbriqués dans des évolutions bien plus complexes, impliquant également le développement économique, les systèmes de retraite ou les perspectives politiques.
Mots-clés : changement spatial, localisation résidentielle, trajectoires, démographie, Allemagne

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est une traduction de : Calm ocean or stormy sea ? Tracing 30 years of demographic spatial development in Germany

Texte intégral

Introduction

1Depuis la réunification de l’Allemagne en 1990, plusieurs tendances démographiques ont modelé l’évolution de la population locale. La suburbanisation et la réurbanisation, en particulier, sont le produit d’un vieillissement, d’une migration et d’un solde naturel variables en fonction de la configuration spatiale d’une commune, c’est-à-dire de sa taille et de sa localisation essentiellement (Wolff et al., 2013). Considérées dans une perspective comparative à l’échelle nationale, ces tendances entraînent des fluctuations dans les dynamiques démographiques locales (Bretagnolle et al., 2002). Les variations observables dans les modèles spatiaux d’évolution de la population locale, d’une part, et l’effet cumulé et variable de dynamiques locales sur ces modèles spatiaux, d’autre part, n’ont pas été retracés avec précision ces 30 dernières années, donc depuis la réunification allemande. En procédant à une analyse "haute résolution" aussi bien temporelle que spatiale, et en tenant compte d’autres composantes démographiques – telles que le vieillissement et la migration – nous nous attacherons à évaluer dans quelle mesure les conceptions existantes sur les tendances spatiales et démographiques en Allemagne doivent être réexaminées (Brenner, Schmid, 2013). C’est le point de départ de cet article, qui vise à synthétiser l’effet des tendances démographiques sur les modélisations spatiales d’évolution de la population locale depuis 1990. Nous commencerons par énumérer certains facteurs moteurs de l’évolution démographique en Allemagne, avant de présenter, dans les deuxième et troisième parties, les méthodes et conceptions employées. Après avoir fait la lumière sur chacune des quatre tendances dans un quatrième point, nous résumerons les résultats de notre analyse dans la cinquième et dernière partie.

2Un certain nombre de facteurs jouent un rôle clé dans l’évolution démographique de l’Allemagne. Entre 1990 et 1995, la perte d’1,4 millions d’emplois en Allemagne de l’Est a entraîné un exode massif, notamment vers les régions économiquement fortes de l’Allemagne de l’Ouest (BPB, 2010). En outre, l’Allemagne de l’Est – de manière comparable à l’Allemagne de l’Ouest – a vu naître un phénomène de suburbanisation court mais intense jusqu’au milieu des années 1990 (Kohler et al., 2002). Ces deux facteurs sont illustrés par le pic de migration interne – les personnes qui se déplacent dans les limites territoriales nationales– dans la figure 1. Les migrations internationales et l’évolution naturelle de la population font partie des autres moteurs importants de l’évolution démographique allemande. Après un pic dès 1992, le nombre de migrants internationaux a diminué de manière constante. La raison essentielle est la réglementation sur les pays tiers, en 1993, qui a déclaré "sûrs" plusieurs des principaux pays d’origine comme la Serbie (BBSR, 2015). Parallèlement à cela, le taux de natalité a chuté au cours des années 2000, ce qui s’est accompagné d’un vieillissement très rapide depuis 2005 (indiqué par la part des personnes âgées de 65 ans et plus dans la figure 1).

3En revanche, avec la reprise après la crise économique et financière de 2008, l’introduction de la réglementation sur la libre circulation au sein de l’Union européenne en 2012, mais aussi les conflits internationaux et la migration massive de réfugiés qui y est corrélée (avec un pic en 2015 [BBSR, 2015]), le nombre de migrants internationaux a considérablement augmenté. Un des premiers effets notables est une légère augmentation du taux de natalité entre 2010 et 2015 ; autre conséquence, l’augmentation du taux de migration interne, car les réfugiés des centres de premier accueil ont été répartis dans les départements et les grandes villes, et les demandeurs d’asile, dont les recours ont été approuvés, se sont déplacés vers les zones métropolitaines en suivant les réseaux ethniques (Glorius, 2017). Ces toutes dernières années, en revanche, les migrations internationales et internes ont ralenti et le déficit des naissances est de nouveau en hausse, entraînant ainsi une accélération du vieillissement de la population. Cela a conduit, en 2020, et pour la première fois depuis 2010 en Allemagne, à une croissance démographique nulle, c’est-à-dire à une population stable (figure 1).

Figure 1 : Quelques évolutions démographiques en Allemagne entre 1991 et 2019

Figure 1 : Quelques évolutions démographiques en Allemagne entre 1991 et 2019

4L’interaction complexe et en constante évolution des facteurs décrits à l’échelle du pays s’accélère de manière inégale au niveau local, sous forme de tendances concises. Nous définissons les tendances comme des processus démographiques se déroulant à l’échelle des communes et qui, (1) sont mesurés par les trajectoires de population dans le temps, (2) forment des modèles spatiaux clairs en fonction de la taille et de la localisation des communes, et (3), trouvent leur origine dans des évolutions démographiques fluctuantes, telles que la fécondité et la mortalité, les flux migratoires ou le vieillissement.

5L’évolution naturelle de la population reste négative dans presque toutes les régions allemandes, en raison d’une structure d’âge déséquilibrée (Swiaczny, 2015). En revanche, les modèles spatiaux de migration interne et surtout internationale sont beaucoup plus diversifiés. Les groupes de population jeune sont particulièrement mobiles et attirés par les grandes villes ou les régions attrayantes, pour y vivre, travailler ou étudier (Slupina et al., 2016). Par conséquent, la structure de la population change en termes d'ethnicité, d’âge ou de sexe, à la fois dans les régions d’origine et celles de destination. Et surtout, la structure d’âge change et évolue lentement – sous l’effet de la migration sélective par âge et du niveau de fécondité – et détermine le potentiel migratoire futur. L’exode des parents potentiels et, de ce fait, les naissances "manquantes" entraînent une diminution du nombre de jeunes mobiles à long terme et, par conséquent, une baisse de la probabilité de migration, principalement dans les zones rurales et reculées.

6L’objectif de cet article est de présenter une synthèse des tendances de l’évolution de la population et de mettre en lumière la façon dont leurs modèles et représentations spatiales ont évolué dans le temps et en intensité. Ces tendances ne peuvent guère être évaluées de manière satisfaisante à l’échelle des départements ou des circonscriptions (Grasland et al., 2006), car les différences significatives à petite échelle – telles que le modèle centre-périphérie à l’intérieur d’une même région – seraient masquées par une évolution économique ou démographique déséquilibrée (Leibert et al., en cours). Nous ne sommes pas en mesure de saisir tous les détails à l’échelle locale, mais les quatre tendances que nous avons déduites pour l’ensemble de l’Allemagne permettent de déchiffrer des évolutions divergentes ou partiellement contradictoires et d’expliquer leurs effets sur le développement démographique local. Les quatre tendances sont définies par les axes de recherche suivants :

  1. Distinction de l’évolution démographique de l’échelle régionale à la petite échelle : quels sont les modèles persistants et les nouveaux schémas spatiaux à l’échelle locale ?

  2. De la croissance urbaine lente à la réurbanisation et au boom urbain : comment la croissance démographique se déplace-t-elle dans la hiérarchie urbaine ?

  3. Vers une différenciation croissante entre zones suburbaines : quelles sont les variations de l’évolution démographique des villes et de leur région environnante ?

  4. L’incidence accrue des phénomènes de vieillissement structurel : dans quelle mesure le vieillissement a-t-il un impact durable sur l’évolution démographique ?

Examen de quelques notions d’évolution démographique spatiale

7Nous souhaitons résumer ici brièvement la façon dont les écrits scientifiques couvrent les tendances que nous abordons, sans prétendre à aucune exhaustivité. Il s’agit ici uniquement de jalonner le champ dans lequel se déroulent les observations empiriques et leur discussion.

8Les notions de croissance urbaine et de réurbanisation, entre autres, visent à décrire la trajectoire des villes en rapport au développement démographique (Wolff, Wiechmann, 2018). Nous pouvons lire chez les spécialistes que la croissance urbaine dépend de l’agrégation fonctionnelle et spatiale d’entreprises, d’industries et de main-d’œuvre particulières, ainsi que de l’organisation des processus mondiaux de production, des réseaux et des décisions stratégiques d’industries ou de secteurs spécifiques tels que l’électronique, l’automobile, la banque, etc. (Soja, 2000 ; Dunford, 2003). Comme ces facteurs sont le fruit de décisions prises par des sociétés multinationales, principalement situées dans les centres de décision et de contrôle de l’économie mondiale, les villes peuvent également être sujettes à un déclin démographique temporaire ou permanent (Martinez-Fernandez et al., 2012 ; Morel-Doridat,Hamez, 2019). Les raisons en sont diverses et s’étendent entre les explications démographiques, des discours socio-économiques sur des constellations fluctuantes d’emploi, la discordance entre travail et vie privée en raison de la multi-localité, jusqu’à des explications économiques, telles que le passage de modes de production fordistes à des systèmes postfordistes, entraîné par la désindustrialisation et la mondialisation (Reckien, Martinez-Fernandez, 2011 ; Baron et al., 2010). Dans le même ordre d’idées, la réurbanisation est une phase au cours de laquelle la ville regagne de la population, résultant d’une nouvelle attractivité de la vie urbaine et de l’activité économique (Haase et al., 2020).

9La trajectoire des villes a des répercussions sur leur périphérie. La notion de suburbanisation, notamment, est décrite comme le phénomène d’accumulation exponentielle de croissance économique et démographique autour des villes, tendance également qualifiée de contre-urbanisation (Champion, 2001). Cette déconcentration a été considérée comme une conséquence directe de stratégies d’agents économiques, désirant optimiser leur bien-être (Fol, Sabot 2010), aspirant à un repli personnel croissant et à davantage de vie privée comme de liberté individuelle (Couch et al., 2005), mais dérivant aussi de la privatisation rapide du marché du logement et du manque de planification (Kotus, 2006). Or, le style de vie suburbain classique, caractérisé par la priorité donnée aux enfants, au repos et à la propriété, qui s’exprimait par une certaine homogénéité des zones suburbaines en termes de structure bâtie, de modèles sociaux et de style de vie, a subi une pression croissante (Couch et al., 2005). Il en résulte des différences entre les zones suburbaines en termes de vieillissement, de prix des logements ou d’accessibilité aux transports.

10L’impact du vieillissement structurel est particulièrement lisible dans les zones rurales, et reconnaissable au phénomène de périphérisation géographique qui lui est lié. Le déclin des réseaux de transport, le fait d’en être déconnecté et coupé progressivement des fonctions des lieux centraux (Fol, Cunningham-Sabot, 2010 ; CE, 2007) font que les zones rurales peinent à maintenir leurs services et à s’adapter aux changements des conditions économiques, ce qui entraîne l’exode, la dépendance, la stigmatisation ou l’exclusion sociale (Roth, 2016 ; Leibert, 2013). La forte émigration sélective des jeunes adultes, notamment, a entraîné une baisse du niveau de qualification de la population restante, une augmentation du taux de chômage ainsi qu’un vieillissement marqué et une baisse du taux de fécondité (Leibert, 2016).

Données et méthodes

11Nos analyses sont fondées sur des données démographiques au niveau communal fournies par les offices statistiques régionaux d’Allemagne pour 1990, 1995, 2000, 2005, 2010, 2011, 2015 et 2019 (StÄdBL, 2020). Nous avons défini l’année 2010 comme celle de la reprise après la crise financière de 2008-2009, et 2015 comme pic de l’immigration de réfugiés et de demandeurs d’asile. Par conséquent, nous avons utilisé des intervalles de 5 ans afin de pouvoir comparer les tendances entre 1990 et 2019. Afin de s’assurer de la comparabilité au fil des décennies, nous avons considéré les limites communales au 31 décembre 2019 (BKG, 2020) et recalculé toutes les données en conséquence. Tout d’abord, nous avons calculé le taux de croissance annuel de la population pour chaque tranche quinquennale comme suit (voir annexe 1) : ([〖POP〗_T2- 〖POP〗_T1 ]*100)⁄(〖POP〗_T1* ∆années).

12Deuxièmement, nous avons évalué les taux de croissance de la population à l’aune d’indicateurs significatifs pour les quatre tendances relevées. Pour la tendance "distinction de l’évolution démographique de l’échelle régionale à la petite échelle", nous avons comparé le solde naturel et le solde migratoire pour les années de référence, afin d’étudier comment l’effet combiné du rapport naissance-décès et de la migration affecte l’évolution de la population locale et quels modèles spatiaux caractéristiques peuvent être observés. Pour la tendance "de la croissance urbaine lente à la réurbanisation et au boom urbain", nous avons utilisé une classification des types d’urbanisation pour chaque année de référence en fonction de la taille de la population, qui a été développée par l’Institut fédéral de recherche en urbanisme et développement territorial (annexe 2, BBSR, 2020). Pour étudier la question de "la différenciation croissante entre zones suburbaines", nous avons analysé la proximité (distance euclidienne la plus courte) du centre le plus proche défini comme commune de la catégorie de peuplement immédiatement supérieure, et ce, pour chaque année de référence (d’après les normes internationales, ESPON, 2013 , annexe 2). Et enfin, pour analyser l’incidence accrue du vieillissement structurel, nous avons intégré l’évolution de la part des personnes âgées de 65 ans ou plus (annexe 3). Tous les indicateurs calculés sont ensuite comparés au taux de croissance annuel de la population pour chaque décennie, en utilisant R² comme mesure du rapport entre les deux ensembles de valeurs.

13Troisièmement, nous avons développé une classification simplifiée pour synthétiser les résultats, sous forme de catégories correspondant aux deux composantes structurelles (taille et localisation relative) et aux deux tendances (évolution et vieillissement de la population). Pour chaque composante structurelle (taille et localisation), nous avons calculé la fréquence (1) des communes en croissance par rapport à celles en décroissance (distinguées par <|>0 % de changement), et (2) des communes à vieillissement lent par rapport à celles à vieillissement rapide (distinguées par <|>1 % de changement). En outre, nous avons tracé les trajectoires spatiales selon cette classification pour la période la plus récente 2015-2019 et indiqué trois aspects majeurs dans une colonne de synthèse.

Tendances de l’évolution de la démographie spatiale en Allemagne depuis 1990

14Nous développons ici brièvement les quatre tendances : (1) la distinction de l’évolution démographique de l’échelle régionale à la petite échelle, (2) de la croissance urbaine lente à la réurbanisation et au boom urbain, (3) vers une différenciation croissante entre zones suburbaines, et (4) l’incidence accrue du vieillissement structurel. Elles seront ensuite synthétisées dans la cinquième et dernière partie.

Tendance 1 : distinction de l’évolution démographique de l’échelle régionale à la petite échelle

15La différence entre la croissance démographique de l’Allemagne de l’Ouest et la diminution de la population en l’Allemagne de l’Est était très prononcée au début des années 1990, mais elle s’est estompée au cours des 30 années suivantes (figure 2). Une forte émigration et un taux de natalité faible en Allemagne orientale, parallèlement à une immigration et à un excédent de naissances en Allemagne occidentale, ont donné lieu à une nette différence est-ouest dans les années 1990. En raison de l’affaiblissement de la migration en provenance des nouveaux Länder, plusieurs régions de l’ouest ont perdu de la population au cours des années 2000, les pertes démographiques n’ayant pas été compensées par la migration internationale. Néanmoins, certains modèles régionaux ont subsisté, puisque la croissance démographique a persisté dans les régions du nord et du sud (par exemple en 2005, figure 2).

16Avec la reprise consécutive à la crise financière, on relève depuis 2011 une assez faible différenciation spatiale de l’évolution démographique, qui se caractérise par la croissance des grandes villes et des aires métropolitaines. La plupart de ces zones bénéficient de l’apport de l’immigration interne et internationale, de même que d’un solde naturel positif. La perte de population est caractéristique des régions éloignées de ces pôles de croissance et n’est donc guère reconnue comme un problème urbain mais rural. Avec le pic de la migration internationale en 2015, la majorité des communes ont connu une croissance démographique essentiellement due aux gains migratoires (figure 2). Dans de nombreuses campagnes touchées par le dépeuplement à long terme, l’immigration (internationale) a compensé les pertes dues à l’évolution négative de la population. La forte croissance des centres urbains a par ailleurs entraîné un essor de la suburbanisation dans les aires métropolitaines prospères.

17En 2019, on peut observer une nouvelle image spatiale fragmentée et à petite échelle, qui révèle une combinaison des modèles spatiaux de 2011 et 2015. D’un côté, croissance des grandes villes et de leurs environs, par exemple Berlin, et croissance de régions entières, telles que l’Allemagne du Sud ; de l’autre, perte de population à long terme dans de nombreuses zones rurales ainsi que dans certaines villes de petite et moyenne taille, mais à laquelle se superpose la croissance démographique des zones rurales et des villes de petite et moyenne taille qui ont réussi à se maintenir leur population.

Figure 2 : Changements des composantes démographiques de l’évolution de la population en Allemagne, 1990-2019

Figure 2 : Changements des composantes démographiques de l’évolution de la population en Allemagne, 1990-2019

Tendance 2 : d’une croissance urbaine lente à la réurbanisation et au boom urbain

18Les effets combinés d’une baisse significative du taux de natalité et d’une émigration massive à la suite de la réunification allemande ont donné lieu à une grave perte de population en Allemagne orientale au cours des années 1990. L’effet supplémentaire de la suburbanisation observé dans toute l’Allemagne a entraîné une perte de population dans 80 % des grandes villes entre 1995 et 2000 – plus la ville est grande, plus le dépeuplement était important (figure 3). En revanche, les villes de petite et moyenne taille ont connu une augmentation substantielle de leur population au cours des années 1990, en particulier celles situées à proximité des grands centres.

19À partir de l’année 2000, la relation entre l’évolution démographique et la taille des villes change : les grandes villes connaissent une croissance relativement rapide, tandis que les petites subissent une perte de population plus importante (figure 3). En outre, après une période de déclin, une nouvelle phase de croissance démographique apparaît dans les grandes villes de l’est de l’Allemagne, comme Leipzig, Dresde ou Potsdam. Cette réurbanisation accélérée s’est accompagnée d’une diminution de la suburbanisation. Cette dernière reste en revanche dominante dans les zones métropolitaines en expansion en Allemagne de l’Ouest (annexe 1). Toutefois, à l’ouest, les régions structurellement plus faibles enregistrent des pertes de population et une tendance à l’exode des grandes villes. En outre, entre 62 et 79 % des petites et moyennes villes (selon leur localisation) ont, elles aussi, commencé à subir une dépopulation (figure 6) au début des années 2000.

20Depuis 2011 au plus tard, l’accélération du taux de croissance dans des villes précédemment en expansion comme Hambourg, Cologne ou Stuttgart et dans les villes de l’est de l’Allemagne réurbanisées a conduit à un boom urbain entre 2011 et 2015 : 97 % des grandes villes étaient en croissance (figure 6). Leur bassin d’attractivité pour les migrants ne se limite plus à leurs alentours, il s’étend de plus en plus à l’échelle nationale, voire internationale, et entre les grandes zones métropolitaines. Il en résulte une structure d’âge plus équilibrée et, dans certaines villes (par exemple Berlin, Munich, Hambourg, Leipzig ou Dresde), un solde naturel positif (figure 2). La forte migration internationale a entraîné une stagnation des tendances démographiques, en particulier dans les petites et moyennes villes et dans certaines communes rurales proches des centres, avec des pertes de population modérées en Allemagne orientale et une croissance modérée en Allemagne occidentale. Cependant, la plupart des communes rurales et périphériques, éloignées des centres, connaissent un déclin démographique continu. La taille moyenne de la population est la plus faible dans les communes accusant le déclin le plus rapide par rapport à toutes les autres trajectoires (figure 3).

21Toutefois, au cours de la période la plus récente, de 2015 à 2019, la vitesse de croissance des villes s’est ralentie et plusieurs grandes villes d’Allemagne occidentale ont renoué avec une tendance à la baisse de leur population, à l’instar de la région de la Ruhr. La taille moyenne des communes à la croissance la plus rapide – dans une certaine mesure – indique que la croissance relative est encore l’affaire des grandes villes (la différence était particulièrement importante entre 2005 et 2010, alors qu’elle est la plus faible entre 2015 et 2019, figure 3). Le ralentissement de la migration internationale a révélé la forte incidence de la perte naturelle de population en Allemagne. À l’exception des municipalités rurales, les villes en déclin sont plus nombreuses pendant cette période qu’au cours de la période précédente (2011-2015), et ce, indépendamment de leur taille (figure 6). Par conséquent, le rapport entre le développement démographique et la taille de la commune a perdu de sa signification (coefficient R de Pearson dans la figure 3).

Figure 3 : Rapport entre la taille des communes et l’évolution de la population entre 1990 et 2019

Figure 3 : Rapport entre la taille des communes et l’évolution de la population entre 1990 et 2019

Tendance 3 : vers une différenciation croissante entre zones suburbaines

22Dans les années 1990, la vague massive de suburbanisation dans l’est et l’ouest de l’Allemagne a atteint son apogée entre 1995 et 2000 (annexe 1). Cela a permis, en particulier, aux petites communes de se développer très rapidement – et d’autant plus fortement qu’elles étaient proches de centres. Entre 1995 et 2010, l’éloignement des centres a été un critère évident de perte de population (coefficient R de Pearson dans la figure 4). Toutefois, la relation entre l’évolution de la population et la distance aux centres s’est affaiblie jusqu’en 2010, car la croissance démographique a été exclusivement réservée aux grandes villes et la suburbanisation a ralenti. Cette évolution est particulièrement visible dans les zones suburbaines de l’Allemagne orientale, par exemple autour des villes de Halle (Saale), Schwerin ou Erfurt, qui ont perdu des habitants après avoir connu un gain de population important dans les années 1990.

23Après 2011, la croissance démographique ne se limite pas aux grandes villes, elle concerne à nouveau et de plus en plus l’arrière-pays urbain. 80 % des villes moyennes et 49 % des communes rurales situées dans les aires métropolitaines ont connu une croissance au cours de cette période (contre 66 % et 29 % dans les zones plus éloignées, figure 6). C’est entre 2011 et 2015 que l’on relève le plus faible éloignement moyen des communes en déclin rapide par rapport aux centres (figure 4) : la migration internationale s’est superposée aux phénomènes spatiaux décrits, ce qui a conduit à une homogénéisation de l’évolution de la population indépendamment de la distance aux centres (pas de coefficient R de Pearson significatif sur la période 2011-2015 dans la figure 4). Les zones suburbaines des villes de la région Rhin-Main, du sud de l’Allemagne ainsi qu’autour de Berlin et Leipzig montrent une très forte croissance démographique, parallèle à la densification des centres urbains.

24Avec le ralentissement de la croissance des grandes villes, la plupart des zones suburbaines ont vu leur développement démographique stagner entre 2015 et 2019 (figure 4). De plus, les communes situées dans des secteurs plus périphériques ont continué ou recommencé à décliner. La distance moyenne des communes en déclin rapide par rapport aux centres urbains qui, nous l’avons vu, avait le chiffre le plus faible entre 2011 et 2015, a de nouveau augmenté (figure 4). Par conséquent, une bonne localisation géographique relative et une bonne accessibilité aux grands centres urbains jouent un rôle croissant dans l’évolution de la population (coefficient R de Pearson est à nouveau significatif au cours de cette période, figure 4). En revanche, les zones rurales démographiquement et économiquement prospères ont continué à se développer : c’est le cas de davantage de municipalités rurales entre 2015 et 2019 que durant la période précédente, même si elles sont loin des centres – contrairement à la situation des villes (figure 6). En conséquence, le rapport entre l’évolution de la population d’une commune et sa distance au centre le plus proche est de plus en plus diversifié entre 2015 et 2019 (figure 4, annexe 1).

Figure 4 : Rapport entre la distance au centre le plus proche et l’évolution de la population des communes entre 1990 et 2019

Figure 4 : Rapport entre la distance au centre le plus proche et l’évolution de la population des communes entre 1990 et 2019

Tendance 4 : influence accrue du vieillissement structurel

25Dans les années 1990, le vieillissement de la population est d’autant plus rapide qu’une commune perd de la population – un rapport de cause à effet particulièrement fort entre 1990 et 1995 (coefficient R de Pearson dans la figure 5). Entre 2000 et 2010, le vieillissement est accentué dans toute l’Allemagne, en raison d’une baisse du taux de natalité, d’un très faible niveau de migration internationale et du fait que les cohortes à fort taux de natalité ont atteint la tranche d’âge de 65 ans (figure 1, annexe 3). Les différences de dynamisme de vieillissement entre les communes en croissance et celles en déclin ont diminué, en raison de la tendance générale au vieillissement à l’échelle du pays (coefficient R de Pearson décroissant jusqu’en 2010, figure 5). L’interrelation entre l’évolution naturelle de la population et le solde migratoire est particulièrement significative pour le vieillissement des régions structurellement faibles. Si l’on n’observe quasiment aucune commune accusant une augmentation de la population sans avoir bénéficié de gains migratoires (figure 2), celles en déclin sont maintenues dans un cercle vicieux d’émigration des jeunes adultes et de baisse du taux de fécondité. Il en résulte un vieillissement rapide de la population, comme le montre l’annexe 3, pour la période 2000-2005 dans toute l’Allemagne et pour 2005-2010 en Allemagne orientale. Ce sont en particulier les villes de petite et moyenne taille qui ont connu une tendance au vieillissement rapide (entre 70 % et 81 % selon leur situation géographique, voir figure 6), en raison du déclin de leur population. Notons que l’immigration de personnes âgées vers ces villes, qui proposent des infrastructures en matière de transport ou de santé publique, contribue également à cette tendance.

26Entre 2011 et 2015, le vieillissement rapide est atténué par l’immigration internationale. Sans l’afflux de migrants internationaux, la majorité des communes auraient enregistré un solde migratoire négatif après 2011. L’accélération de la migration internationale a de plus en plus d’impact sur la structure de la population, car les citoyens étrangers sont majoritairement en âge de procréer (2020 : 54 % entre 15 et 45 ans) (Destatis, 2021a) et contribuent ainsi au rajeunissement de la population. Par conséquent, on observe que la part des petites et moyennes villes au vieillissement rapide diminue de moitié entre 2011 et 2015, par rapport à la période précédente 2005-2010 (figure 6). Il en va de même pour la part des communes rurales, en raison de l’arrivée des réfugiés affectés aux régions correspondantes. Toutefois, l’impact positif de l’augmentation de l’immigration internationale sur l’évolution naturelle de la population restera limité dans le temps, car les immigrés sont majoritairement des hommes, à savoir 57 % des personnes âgées entre 15 et 25 ans parmi les réfugiés arrivés en 2015 (Destatis, 2021b).

27Compte tenu des perspectives fluctuantes et des choix des réfugiés quant à leur séjour en Allemagne et dans les régions structurellement faibles en particulier, de nombreuses communes ont à nouveau connu une tendance au vieillissement rapide au cours de la période la plus récente, de 2015 à 2019 (annexe 3, figure 6). Plus récemment, le rapport entre vieillissement et évolution de la population est redevenu aussi fort qu’au début des années 1990 (coefficient R de Pearson dans la figure 5). Les raisons en sont une structure démographique défavorable et une confirmation de l’émigration à long terme, dans l’ouest mais surtout dans l’est de l’Allemagne (annexe 3). En revanche, 94 % des grandes villes ne connaissent qu’un vieillissement lent, grâce à l’afflux antérieur de jeunes adultes, qui se traduit par une structure d’âge globalement plus jeune. De même, la moitié des villes de petite et moyenne taille ont connu un vieillissement très lent car elles bénéficient de leur attractivité en tant que lieu de vie, de travail et de tourisme, par exemple dans les régions côtières du nord et les régions montagneuses du sud (figure 6).

Figure 5 : Rapport entre le vieillissement et l’évolution de la population des communes entre 1990 et 2019

Figure 5 : Rapport entre le vieillissement et l’évolution de la population des communes entre 1990 et 2019

Synthèse : nouvelles dynamiques de différenciation démographique et spatiale

28De la simultanéité et de l’interaction complexe des tendances décrites, on peut conclure que l’Allemagne a subi un remaniement complet de ses modèles de démographie spatiale entre 1990 et 2019, qui ont été marqués par des facteurs dynamiques, mais aussi persistants, et affectés par des symptômes de crise, à l’exemple de ce que l’on a appelé la "crise des réfugiés", en 2015 (BIB, 2019 ; Fink et al., 2019). Nous allons maintenant dresser une synthèse des tendances décrites en (1) résumant leurs principales caractéristiques dans le tableau 1, (2) établissant une synthèse spatiale axée sur l’évolution la plus récente entre 2015 et 2019 (figure 6), et (3) en tirant des conclusions sur le pouvoir d’explication des différents critères d’évolution spatiale décrits dans le chapitre 2.

Tableau 1 : Résumé des quatre tendances relevées et synthèse

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Récemment(Voir figure 6)

Synthèse

Perspective des modèles spatiaux

Forte dichotomie est-ouest avec nette tendance à la migration et au déficit de naissances.

Diminution généralisée avec quelques îlots de croissance, dus à une migration et des soldes naturels négatifs.

Gains migratoires à l'échelle nationale, qui masquent en grande partie les pertes de population naturelle.

Modèles fragmentés de perte de population naturelle régionale, d’îlots urbains de croissance et de zones métropolitaines avec gains de migration (internationale).

Déplacement des foyers de croissance dans la hiérarchie urbaine et les aires métropolitaines.

Le vieillissement : un facteur persistant de l'évolution démographique actuelle et future.

Aspects clés du perfectionnement des conceptions permettant d’expliquer les phénomènes de démographie spatiale.

Perspective urbaine

Croissance lente ou diminution.

Réurbanisation.

Boom urbain et rajeunissement.

Rééquilibrage de la croissance urbaine dans les grandes villes et nouvelles distinctions entre villes.

Perspective régionale urbaine

Engouement pour les zones suburbaines.

Croissance sélective des villes régionales, déclin de la suburbanisation.

Relance de la suburbanisation, croissance des petites et moyennes villes.

Nouvelle différenciation entre communes non urbaines et entre petites et moyennes villes en fonction de leur localisation par rapport aux villes et de leur attrait naturel ou économique.

Perspective de la structure de la population

Périphérisation avec vieillissement et émigration (surtout dans l’est de l’Allemagne).

Vieillissement général dû à une faible migration internationale et interrégionale.

Migration (internationale) masquant le vieillissement (en Allemagne occidentale dès les années 2000).

Retour à un vieillissement marqué (en particulier dans les zones rurales en déclin rapide) avec une nette fracture est-ouest ; certaines petites et moyennes villes croissent et vieillissent.

Déplacement des foyers de croissance démographique dans la hiérarchie urbaine et les aires métropolitaines

29Après une croissance urbaine lente et une suburbanisation rapide dans les années 1990, les grandes villes ont été confrontées à un phénomène de réurbanisation dans les années 2000, qui a conduit au boom urbain des années 2010 (BBSR, 2015 ; Chatel, 2011). Au cours de la période la plus récente, 2015-2019, le taux de croissance moyen des grandes villes a ralenti et la part des communes rurales en expansion a augmenté, tandis que pour les petites et moyennes villes, la part est restée semblable (figure 6). Par conséquent, la croissance de la population n’est pas seulement concentrée dans les grandes villes et le déclin de la population n’est pas uniquement observable dans les communes rurales (BIB, 2019), mais les différences de l’évolution de la population dans la hiérarchie des différents types d’urbanisation vont en s’accroissant, en raison de facteurs complexes liés à la démographie, à l’économie et à la situation géographique. En effet, il peut y avoir des différences considérables de développement d’une ville à l’autre : à titre d’exemple, entre des villes universitaires attrayantes où il fait bon vivre (par exemple Tübingen ou Greifswald) et les grandes villes qui sont de plus en plus aux prises avec le vieillissement continu, la pauvreté, le retard d’investissement et les faibles opportunités économiques, comme dans la région de la Ruhr, la Sarre ou l’est de l’Allemagne (BIB 2019b).

30Par ailleurs, c’est dans les petites et moyennes villes, ainsi que dans les communes rurales situées dans l’aire d’influence de grandes villes à croissance rapide (comme Munich, Francfort-sur-le-Main, Berlin ou Leipzig), que l’on observe la croissance démographique la plus rapide en 2015-2019. Cette tendance avait déjà été relevée dans les années 2000 (Herfert, 2002). L’amélioration de la mobilité et les difficultés accrues de se loger dans les grandes villes donnent de l’attrait aux grandes ceintures des agglomérations de grande taille (Münter, 2014). Le marché du logement est en effet de plus en plus tendu dans le sillage de la forte croissance démographique de 2011, en particulier dans les grandes villes, mais aussi dans certaines parties de leurs alentours suburbains. Les déficits en matière de construction ou de rénovation de logements abordables et/ou adaptés aux familles entraînent des goulets d’étranglement sur le marché du logement et donc le déplacement des ménages à faibles revenus ou à consommation sensible aux prix (DMB, 2016). Il n’est pas prévisible que les loyers et les prix des terrains diminuent de manière significative à moyen terme (Feld et al., 2017). Cette évolution est favorisée par la phase actuelle de taux d’intérêt bas, entraînant une certaine facilité d’acquisition de logements en propriété. L’augmentation de la mobilité des ménages et les préférences en matière de logement, de travail et d’éducation sont des facteurs subjectifs déterminants. En raison des flux de migration pendulaire importants et longs, ainsi que des réseaux d’infrastructures de transport et des nouvelles technologies, on peut s’attendre à ce que lieu de travail et lieu de vie soient de plus en plus souvent distincts (figure 6). L’ampleur de la croissance démographique (si croissance il y a) des communes situées dans les aires d’influence des grandes villes dépendra largement de l’équilibre entre les facteurs favorables et défavorables des communes elles-mêmes, ainsi que du développement des communes environnantes et de la concurrence entre elles (Geppert, Gornig, 2010). Comme le montre la figure 6, de nombreuses zones suburbaines ayant connu une forte croissance démographique dans les années 1990 sont confrontées à une nette tendance au vieillissement, à une baisse de la valeur résidentielle et à une probabilité croissante de vacance en raison du nouvel attrait des villes (Münter, 2014 ; Zakrzewski et al., 2014). En raison de la pandémie de Covid-19, le rythme d’urbanisation a considérablement ralenti dans l’ensemble de l’Allemagne, tandis qu’un certain nombre de zones suburbaines et rurales ont bénéficié d’une croissance démographique renforcée (Wolff et al., 2021).

31S’ajoute à cela qu’au cours de ces dernières années, les grandes villes telles que Berlin, Munich ou Hambourg ont bénéficié de l’immigration de non-Allemands (Wolff et al., 2020). Comme les marchés du logement restent tendus dans ces villes, il est très probable que leur croissance démographique ralentira lorsque la migration internationale diminuera, comme cela s’est produit en 2020 (figure 1). Dans d’autres grandes villes, par exemple dans la région de la Ruhr, la migration internationale a entraîné une augmentation de la population après 2011, en raison des réseaux ethniques existants et du faible coût de la vie (Brücker et al., 2013). Cependant, l’immigration vers ces villes pauvres, de ménages à faibles revenus, par exemple en provenance d’Europe du Sud-Est, exacerbe les problèmes existants, qui entraînent des débats publics sur la politique d’immigration et l’accès aux prestations sociales.

Figure 6 : Fréquence des communes classées en fonction de leur situation géographique et de leur taille, ainsi que selon l’évolution et le vieillissement de la population entre 1990 et 2019 et la localisation des communes classées de 2015 à 2019

Figure 6 : Fréquence des communes classées en fonction de leur situation géographique et de leur taille, ainsi que selon l’évolution et le vieillissement de la population entre 1990 et 2019 et la localisation des communes classées de 2015 à 2019

Le vieillissement : un facteur persistant de l’évolution actuelle et future de la population

32Le déclin démographique naturel s’est intensifié au cours de la période observée (1990-2019) dans presque toutes les régions d’Allemagne. Cela montre l’effet durable de l’évolution naturelle de la population, un effet qui augmente au fil du temps compte tenu de la structure d’âge des périodes précédentes et de l’absence de naissances (en particulier de futures mères), phénomène également appelé inertie démographique (Swiaczny, 2015). La forte migration internationale, en particulier entre 2011 et 2015, a masqué la tendance durable de perte naturelle de population. En outre, l’ampleur quantitative de la migration internationale et, en particulier, la répartition des réfugiés et des demandeurs d’asile entre les Länder, les régions et les communes, dissimulent les modèles de migration des Allemands (Wolff et al., 2020). Les personnes qui ont déjà migré vers l’Allemagne se déplacent vers les villes, où elles espèrent une meilleure intégration, des réseaux culturels et des opportunités d’emploi qui améliorent leurs perspectives de rester (IWH, 2019).

33Dans l’ensemble, la migration internationale peut entraîner une augmentation de la population, même dans les zones présentant un déclin naturel durable de la population et une structure par âge défavorable : entre 2011 et 2015, 51 % des communes ont connu des gains migratoires parallèlement à des pertes naturelles de population (figure 2). À la suite du ralentissement de la migration internationale après 2015, la part de ces communes reste élevée (43 %) mais montre que le nombre de personnes ayant la plus forte probabilité de migrer (principalement des personnes qualifiées entre 18 et 30 ans) diminue progressivement sous l’influence du déclin naturel de la population, en particulier dans l’est de l’Allemagne (Leibert, 2016 ; BIB, 2019). Le glissement dans la structure par âge évolue lentement et peut être atténué, dans le meilleur des cas, par l’immigration mais seulement dans une mesure limitée et il ne s’inverse pas (Weber, 2015). Les différences déjà relevées entre l’ouest et l’est de l’Allemagne en matière de vieillissement sont redevenues patentes après 2015. L’effet du déclin démographique naturel durable est observable dans un paysage largement caractérisé par le vieillissement et la décroissance de la population, non seulement dans l’est de l’Allemagne mais dans presque toutes les régions du pays, à l’exception des zones métropolitaines et des régions rurales du sud et du nord-ouest de l’Allemagne. Ce vieillissement s’intensifiera en raison des inégalités spatiales persistantes en termes de revenus, de pouvoir d’achat et d’opportunités d’emploi (IWH, 2019 ; BIB, 2019b). Par conséquent, malgré le sursis démographique actuel dû à l’augmentation de la migration internationale, de nombreuses régions continuent à faire face aux conséquences durables de l’évolution démographique, en particulier au vieillissement. Et surtout, le ralentissement de la migration internationale, couplé au vieillissement accentué et à nouveau visible après 2015, se traduiront à l’avenir par une forte diminution de la population. Le vieillissement d’aujourd'hui est le déclin démographique de demain.

34De nombreuses communes rurales et villes de petite et moyenne taille sont confrontées à une nette tendance au vieillissement, alors même que leur population augmente, ce qui montre que ces catégories spatiales sont extrêmement hétérogènes (figure 6). Observer l’évolution des petites et moyennes villes, par exemple dans les zones périphériques, peut fournir un indice décisif pour estimer si une région entière va "rétrécir" à long terme ou se stabiliser (Bretagnolle et al., 2002). Dans la mesure où ces villes jouent le rôle de pôle d’ancrage, en assurant certains services comme les écoles ou les hôpitaux pour la région environnante vieillissante, elles sont susceptibles d’être concernées par des mouvements migratoires. Le résultat en est un triple phénomène de vieillissement dû à l’exode des jeunes, à l’augmentation de l’espérance de vie et à l’immigration de personnes âgées des zones rurales environnantes (Steinführer, 2019). Un vieillissement similaire peut également être observé dans les stations thermales et les régions touristiques, en raison de l’immigration suprarégionale de personnes âgées. Pour les communes rurales également, on observe une évolution différente de celle des années 2010 (tableau 1) : même après le ralentissement considérable de la migration internationale après 2015, il y a toujours davantage de communes rurales en croissance que dans les décennies précédentes, en raison de la spécialisation économique ou de leur attractivité pour le tourisme ou les retraités, par exemple. Or, croissance démographique ne veut pas nécessairement dire attractivité. La croissance démographique de certaines communautés rurales, par exemple, n’a rien à voir avec l’attractivité du lieu, mais avec la répartition des réfugiés gérée de manière centralisée ou avec un marché du logement tendu dans les villes environnantes. À l’inverse, la diminution de la population dans certaines communes orientées vers le tourisme est le résultat d’un attrait particulier : la transformation de logements en résidences secondaires entraîne le déplacement d’habitants permanents vers leur résidence principale. Il en résulte une combinaison paradoxale de marché du logement tendu et de perte significative de population.

Aspects clés du perfectionnement des conceptions permettant d’expliquer les phénomènes de démographie spatiale

35Les conceptions existantes sur le développement urbain, rural ou des aires métropolitaines demeurent pertinentes. Cependant, les résultats ont montré que la relation entre les variables change constamment au fil du temps. En conséquence, certains modèles spatiaux d’évolution démographique connus s’atténuent (IWH, 2019), tandis que d’autres réapparaissent, comme celui du vieillissement (figure 6). Cela souligne que les grilles d’analyse de l’évolution démographique spatiale doivent être repensées, afin de comprendre comment l’impact combiné des facteurs façonne les tendances locales du développement démographique, sur le long et le court terme. Nous ne proposons pas de conception alternative mais nous présentons deux aspects essentiels des critères qui seront pertinents pour des analyses ultérieures.

36Premièrement, la prise en compte des échelles spatiales et des mécanismes entre les différents types d’urbanisations : plusieurs schémas d’évolution démographique spatiale se réfèrent à un type d’urbanisation spécifique, comme les villes ou les zones rurales. Or, leur analyse individuelle et isolée ne tient pas compte des interactions entre et au sein de ces différentes catégories (BIB, 2019b). La notion de développement spatial inégal, en revanche, prend en compte ces interactions ; mais elle est largement associée à la manière dont le capitalisme fonctionne et se reproduit dans l’espace (Harvey, 2006). En fonction du potentiel d’un lieu sur le marché du travail, souvent indiqué par la taille d’une ville, les industries et les services se concentrent et se dissipent au gré du changement des formes de production et de la demande, ou des mutations économiques, sociales et politiques, ce qui entraîne une migration liée à l’emploi et des fluctuations dans la répartition territoriale du travail (Soja, 2000). Cependant, bien que cet article n’ait pas analysé les conditions économiques, les changements détectés dans les modèles spatiaux indiquent qu’il est possible qu’une perte de population survienne dans des zones pourtant économiquement prospères, et que le critère de la taille d’une commune n’a pas été si déterminant pour la croissance démographique de ces dernières années. Par conséquent, les nouvelles conceptions doivent prendre en compte simultanément tous les types d’urbanisation, des villages ruraux aux grandes villes, mais aussi leur interaction, par exemple leur potentiel en tant que lieu de vie et de travail, leur situation géographique relative et les uns par rapport aux autres, de même que les réseaux d’infrastructure et de mobilité (Lang, LeFurgy, 2007). Une évaluation de l’évolution des modèles spatiaux est une première étape pour relever des changements de conditions économiques et sociales d’un développement géographique inégal.

37Ensuite, l’examen des couplages entre les processus rapides et lents et les effets à grande échelle des événements soudains à travers les différentes échelles spatiales : les conceptions économiques sont généralement à même d’expliquer les aspects de l’évolution démographique liés à sa dynamique induite par l’économie, à l’exemple de la migration liée à l’emploi. Or, les effets structurels et durables ne sont guère pris en compte, comme l’illustre le phénomène du vieillissement (Fink et al., 2019). Ni la migration ni le vieillissement ne sont déterminants pour l’émergence et l’atténuation des modèles spatiaux d’évolution démographique. En revanche, l’interaction de processus rapides, tels que l’évolution des préférences ou des restrictions migratoires, et de processus lents, comme le vieillissement et la baisse de la fécondité le sont. Les notions de "rétrécissement" et de réurbanisation couvrent largement l’interaction des trajectoires rapides et lentes, mais elles restent limitées aux villes. S’ajoute à cela que les crises, qu’elles soient économiques, écologiques ou même épidémiologiques, sont de plus en plus fréquentes et complexes, et qu’elles touchent l’ensemble du territoire, avec toutefois d’importantes variations régionales, voire locales. Ces nombreuses singularités ou bifurcations (Pumain, 2017, p. 4) mettent au défi toutes les explications théoriques qui se concentrent d’ailleurs principalement sur les interprétations élaborées dans un modèle de croissance. En revanche, la notion dite de déséquilibre est idoine pour la description de situations de crise, car elle fournit une explication théorique aux dérangements qui émergent dans les systèmes existants à toutes les échelles spatiales (Helbing, 2010, p. 9). Si elle est accompagnée d’explications démographiques, cette conception peut aider à aborder l’effet exercé par les facteurs externes – par exemple la crise financière ou la pandémie de Covid-19 – sur l’évolution de la population. Cela peut ainsi permettre de comprendre la tension dialectique entre facteurs internes et externes, qui produit et reproduit le développement géographique inégal (Hadjimichalis, 2011).

Conclusion

38Depuis les évolutions démographiques mouvementées des années 1990, l’Allemagne est confrontée à de nouvelles dynamiques de population couplées à des processus de longue durée. L’ampleur des migrations internationales et internes depuis 2011, associée à un taux de natalité inférieur au seuil de renouvellement naturel et à un surplus de décès, entraîne des évolutions démographiques très différentes au niveau communal, qui se traduisent par quatre tendances : différences à petite échelle, boom urbain, différenciation entre zones suburbaines et consolidation des tendances démographiques. Actuellement, une tendance démographique favorable peut être observée dans de nombreuses régions d’Allemagne. Toutefois, cette évolution positive masque des trajectoires démographiques structurelles, telles que le déficit des naissances et les schémas de migration sélectifs en fonction de l’âge et du sexe dans certaines régions. Il reste à voir dans quelle mesure la migration interne, actuellement encore très forte, sera ralentie par ces processus dans un avenir proche et si les flux migratoires s’observeront plus fortement entre les grandes villes, ou si les zones intermédiaires telles que les communes de l’arrière-pays urbain et les petites villes joueront un rôle plus important dans l’évolution démographique régionale.

39Le présent article a ainsi montré que les mouvements migratoires doivent être compris comme des phénomènes fluctuants corrélés à des dynamismes durables, comme l’évolution des taux de natalité et de mortalité ainsi que le vieillissement. Il est essentiel de créer les outils permettant de comprendre ces tendances démographiques complexes pour reconnaître et interpréter les processus actuels et futurs. Les tendances démographiques doivent être comprises comme des processus imbriqués dans des évolutions bien plus complexes, impliquant également le développement économique, les systèmes de retraite ou les perspectives politiques. Nous avons donc besoin d’analyses et de débats plus différenciés permettant de dépasser les considérations dichotomiques croissance-décroissance ou villes-zones rurales.

Haut de page

Bibliographie

Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G. (dir.), 2010, Villes et regions européennes en décroissance, maintenir la cohésion territoriale, Paris, Lavoisier-Hermès

BBSR – Bundesinstitut für Bau-, Stadt- und Raumforschung, 2015, Informationen aus der vergleichenden Stadtbeobachtung : Internationale Migration in deutsche Großstädte, BBSR-Analysen KOMPAKT, Bonn.

BBSR – Bundesinstitut für Bau-, Stadt- und Raumforschung (Hrsg.), 2020, Siedlungsstrukturelle Kreistypen, [en ligne]. URL: https://www.bbsr.bund.de/BBSR/DE/forschung/raumbeobachtung/Raumabgrenzungen/deutschland/kreise/siedlungsstrukturelle-kreistypen/kreistypen.html.

BIB Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung, 2019a, Die demografische Lage der Nation. Wie zukunftsfähig Deutschlands Regionen sind, Berlin. ISBN : 978-3-946332-45-9

BIB Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung, 2019b, Teilhabeatlas Deutschland. Ungleichwertige Lebensverhältnisse und wie die Menschen sie wahrnehmen, Berlin. ISBN : 978-3-946332-52-7.

BPB – Bundeszentrale für politische Bildung, 2010, Zug nach Westen – Anhaltende Abwanderung, [en ligne]. URL: http://www.bpb.de/geschichte/deutsche-einheit/lange-wege-der-deutschen-einheit/47253/zug-nach-westen?p=all

Brenner N., Schmid C., 2013, "The ‘Urban Age’ in Question", International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, 731-755.

Bretagnolle A., Paulus F., Pumain D., 2002, "Time and space scales for measuring urban growth", Cybergeo, vol. 219, [en ligne] URL: https://journals.openedition.org/cybergeo/3790

Brücker H., Hauptmann A., Vallizadeh E., 2013, "Arbeitsmigration oder Armutsmigration ?", IAB-Kurzbericht.

Champion T., 2001, "Urbanization, suburbanization, counterurbanization and reurbanization", In: Paddison R. (ed.), Handbook of urban studies, Sage Publications, London, 143-161.

Chatel C., 2011, "Une mesure du déclin démographique des villes allemandes de 1820 à 2010", Géocarrefour, vol. 86/2, 81-90.

Couch C., Karecha J., Nuissl H., Rink D., 2005, "Decline and sprawl: an evolving type of urban development—observed in Liverpool and Leipzig", European Planning Studies, vol. 13, No.1, 117-136.

DMB – Deutscher Mieterbund, 2016, "Plädoyer für eine „Neue Wohnungsgemeinnützigkeit“, Ausschuss für Umwelt, Naturschutz, Bau und Reaktorsicherheit", Ausdrucksache des Deutschen Bundestages, vol. 18, No.16, [en ligne]. URL: https://www.bundestag.de/blob/478754/6d1b83393c3ecfd97299d9530f514277/18-16-473-b_fachgespraech_wohnungsgemeinnuetzigkeit_dmb-data.pdf

Dunford M., 2003, "Theorizing regional economic performance and the changing territorial division of labour", Regional Studies, vol. 37, No.8, 829-854.

EC - European Commission, 2007, State of European Cities Report. Adding value to the European Urban Audit, Study by ECOTEC Research and Consulting Ltd, in cooperation with NordRegio and Eurofutures, contracted by the European Commission, Directorate-General for Regional and Urban Policy, Publications Office of the European Union, 05/2007 Brussels.

ESPON, 2013, Small and medium sized towns in their functional territorial context, Final report, Luxembourg: ESPON.

Feld L., Schulten A., Jahn M., et al., 2017, Frühjahrsgutachten Immobilienwirtschaft 2017 des Rates der Immobilienweisen, Im Auftrag des ZIA Zentraler Immobilien Ausschuss e.V. Berlin.

Fink P., Hennicke M., Tiemann H., 2019, Ungleiches Deutschland, Sozioökonomischer Disparitätenbericht 2019, Friedrich-Ebert-Stiftung, [en ligne]. URL : www.fes.de/ungleiches-deutschland/

Fol S., Cunningham-Sabot E., 2010, "« Déclin urbain » et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine", Annales de géographie, vol. 674, 359-383.

Geppert K., Gornig M., 2010, "Mehr Jobs, mehr Menschen : Die Anziehungskraft der großen Städte wächst", Wochenbericht des DIW Berlin 19, 2-10.

Glorius B., 2017, "The challenge of diversity through migration: refugee reception in the German federal state of Saxony", Hungarian Geographical Bulletin, vol. 66, No.2, 113-128.

Grasland C., Madelin M., Ben Rebah M., Mathian H., Sanders L., Lambert N., Charlton M., Cheng J., Fotheringham S.A., Holm E., Holme K., Strömgren M., Lennert M., Medina Lockhart P., Vandermotten C., Vincent J.M., Mathis P., Serrhini K., Wolf-Dieter R., 2006, ESPON 3.4.3: The Modifiable Areas Unit Problem: Final Report.

Haase A., Bontje M., Couch C., Marcinczak S., Rink D., Rumpel P., Wolff M., 2020, "Factors driving the regrowth of European cities and the role of local and contextual impacts: a contrasting analysis of regrowing and shrinking cities", Cities, vol. 108

Hadjimichalis C., 2011, "Uneven geographical development and socio-spatial justice and solidarity: European regions after the 2009 financial crisis", European Urban and Regional Studies, vol. 18, No.3, 254-274

Harvey D., 2006, Spaces of Global Capitalism: Towards a Theory of Uneven Geographical Development, Verso, London.

Helbing D., 2010, Pluralistic modeling of complex systems

Herfert G., 2002, "Disurbanisierung und Reurbanisierung. Polarisierte Raumentwicklung in der ostdeutschen Schrumpfungslandschaft", Raumforschung und Raumordnung, vol. 5-6, 334-344

IWH - Leibniz-Institut für Wirtschaftsforschung Halle (Hg.), 2019, Vereintes Land – drei Jahrzehnte nach dem Mauerfall, Halle (Saale)

Kohler H.P., Billari F.C., Ortega J.A., 2002, "The Emergence of Lowest -Low Fertility in Europe during the 1990s", Population and Development Review, vol. 28, 641-680.

Kotus J., 2006, "Changes in the spatial structure of a large Polish city – The case of Poznan", Cities, vol. 23, No.5, 364-381.

Lang R.E., LeFurgy J., 2007, Boomburbs: The Rise of America’s Accidental Cities, Brookings Institution Press, Washington DC.

Leibert T., 2013, "The Peripheralization of Rural Areas in Post-socialist Central Europe: A Case of Fragmenting Development? Lessons from Rural Hungary", In: Fischer-Tahir A., Naumann M. (eds.), Peripheralization. The Making of Spatial Dependencies and Social Injustice, Wiesbaden, 101-120.

Leibert T., 2016, "She leaves, he stays? Sex-selective migration in rural East Germany", Journal of Rural Studies, vol. 43, 267-279.

Leibert T., Golinski S., 2016, "Peripheralisation: the missing link in dealing with demographic change?", Comparative Population Studies, vol. 41, 3-4.

Leibert T., Wolff M., Haase A., in press, "Detecting shifts of spatial patterns in population trends: population development in German municipalities 1990-2018", Geographica Helvetica.

Martinez-Fernandez C., Audirac I., Fol S., Cunningham-Sabot E., 2012, "Shrinking Cities: Urban Challenges of Globalization", International Journal of Urban and Regional Research, vol. 36, No.2, 213-225.

Morel-Doridat F., Hamez G., 2019, "La recherche scientifique sur les shrinking cities : apport de la bibliométrie", Cybergeo : European Journal of Geography, document 902, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/32354.

Münter A., 2014, "Suburbia im demographischen Wandel", In : Roost F., Schmidt-Lauber B., Hannemann C., et al. (eds.), Jahrbuch StadtRegion 2013/14, Schwerpunkt : Urbane Peripherie. Opladen, Berlin, Toronto, 19-41.

Pumain D., 2017, "De la singularité en géographie", Journal of Interdisciplinary Methodologies and Issues in Sciences, La singularité dans les systèmes complexes naturels et artificiels.

Reckien D., Martinez-Fernandez C., 2011, "Why do cities shrink?", European Planning Studies, vol. 9, no.8, 1375-1397.

Roth H., 2016, "Du déclin à la périphérisation : quand les courants constructivistes et critiques revisitent les différenciations spatiales en Allemagne", Cybergeo : European Journal of Geography, document 758, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/27389

Slupina M., Damm T., Klingholz R., 2016, Im Osten auf Wanderschaft. Wie Umzüge die demografische Landkarte zwischen Rügen und Erzgebirge verändern, Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung, Berlin.

Soja E., 2000, Postmetropolis: critical studies of cities and regions, Blackwell, Oxford.

StÄdBL (Statistische Ämter des Bundes und der Länder) (dir.), 2020, Fortschreibung des Bevölkerungsstandes in deutschen Gemeinden 1990 bis 2020, Regionaldatenbank Deutschland, Koordinierungsauftrag, Statistisches Landesamt Sachsen.

Steinführer A., Kohring J., 2019, "Reurbanisierung durch selektive Wanderungen Älterer ? Entwicklungen in kleineren niedersächsischen Mittelzentren und ihre siedlungsstrukturellen Folgen", In : Scholich D. (Hrsg.), Reurbanisierung zwischen Wunsch und Wirklichkeit. Ein Blick auf nordwestdeutsche Städte und Regionen, Hannover, ca. 20 S. = Arbeitsberichte der ARL

Swiaczny F., 2015, "Auswirkungen des demografischen Wandels auf die regionale Bevölkerungsdynamik in Deutschland", Raumforschung und Raumordnung, vol. 73, No.6.

Weber H., 2015, "Could Immigration Prevent Population Decline? The Demographic Prospects of Germany Revisited", Comparative Population Studies, vol. 40, No.2, 165-190.

Wolff M., Fol S., Roth H., Cunningham-Sabot E., 2013, "Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France", Cybergeo : European Journal of Geography, Regional and Urban Planning, document 661, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/26136

Wolff M., Haase A., Tim L., 2020, "Mehr als Schrumpfung und Wachstum ? Trends der demographischen Raumentwicklung in Deutschland nach 2011", UFZ Discussion Papers, Department Stadt- und Umweltsoziologie, ISSN 1436-140X. URL : https://www.econstor.eu/bitstream/10419/214208/1/1690370602.pdf

Wolff M., LeibertT., Haase A., Dieter R., 2021, "Aktuelle Bevölkerungsentwicklung unter dem Einfluss der COVID-19 Pandemie", Nationalatlas aktuell, vol. 15, Leipzig : Leibniz-Institut für Länderkunde (IfL), [en ligne]. URL: http://aktuell.nationalatlas.de/bevoelkerungsentwicklung-4_07_2021-0-html/

Wolff M., Wiechmann T., 2018, "Urban growth and decline: Europe’s shrinking cities in a comparative perspective 1990-2010", European Urban and Regional Studies, vol. 25, No.2, 122-139.

Zakrzewski P., Berndgen-Kaiser A., Fox-Kämper R., et al., 2014, "Prospects for West German Post-War Single-Family Home Neighbourhoods. Revitalising Housing Stocks as a New Policy Field for Suburban and Rural Municipalities", Comparative Population Studies, vol. 39, No.2, 285-318.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Évolution de la population des communes 1990-2019

Annexe 1 : Évolution de la population des communes 1990-2019

Annexe 2 : Communes classées par taille (carte de gauche) et distance au centre suivant (carte de droite) 2019

Annexe 2 : Communes classées par taille (carte de gauche) et distance au centre suivant (carte de droite) 2019

Annexe 3 : Évolution de personnes ≥65 ans des communes 1990-2019

Annexe 3 : Évolution de personnes ≥65 ans des communes 1990-2019
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Quelques évolutions démographiques en Allemagne entre 1991 et 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-1.png
Fichier image/png, 217k
Titre Figure 2 : Changements des composantes démographiques de l’évolution de la population en Allemagne, 1990-2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 3 : Rapport entre la taille des communes et l’évolution de la population entre 1990 et 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-3.png
Fichier image/png, 553k
Titre Figure 4 : Rapport entre la distance au centre le plus proche et l’évolution de la population des communes entre 1990 et 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-4.png
Fichier image/png, 581k
Titre Figure 5 : Rapport entre le vieillissement et l’évolution de la population des communes entre 1990 et 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-5.png
Fichier image/png, 598k
Titre Figure 6 : Fréquence des communes classées en fonction de leur situation géographique et de leur taille, ainsi que selon l’évolution et le vieillissement de la population entre 1990 et 2019 et la localisation des communes classées de 2015 à 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Annexe 1 : Évolution de la population des communes 1990-2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-7.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Annexe 2 : Communes classées par taille (carte de gauche) et distance au centre suivant (carte de droite) 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-8.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Annexe 3 : Évolution de personnes ≥65 ans des communes 1990-2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38234/img-9.png
Fichier image/png, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Wolff, Annegret Haase, Tim Leibert et Emmanuèle Cunningham Sabot, « Océan calme ou mer déchaînée ? Retracer 30 ans de développement démographique et spatial en Allemagne », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1003, mis en ligne le 03 février 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/38234 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.38234

Haut de page

Auteurs

Manuel Wolff

Département de géographie, Lab for Landscape Ecology, Humboldt Universität zu Berlin, Berlin, Germany, manuel.wolff@hu-berlin.de
Département de sociologie urbaine et environnementale, Helmholtz Centre for Environmental Research, Leipzig, Germany

Articles du même auteur

Annegret Haase

Département de sociologie urbaine et environnementale, Helmholtz Centre for Environmental Research, Leipzig, Germany, annegret.haase@ufz.de

Tim Leibert

Groupe de recherche “Mobilities and Migration”, Leibniz Institute for Regional Geography, Leipzig, Germany, t_leibert@leibniz-ifl.de

Emmanuèle Cunningham Sabot

Département Géographie & Territoires, École normale supérieure, Paris, France, emmanuele.sabot@ens.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search