Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEnvironnement, Nature, Paysage2022Mode d’habiter et construction de...

2022
1009

Mode d’habiter et construction des savoirs naturalistes locaux : les éleveurs de brebis des Pyrénées occidentales

Modes of dwelling and construction of local naturalist knowledge: the shepherds in the Western Pyrenees
Modos de habitar y construcción de saberes naturalistas locales: el caso de los criadores de ovejas en los Pirineos occidentales
Coralie Artano-Garmendia, Marion Charbonneau et Yves Poinsot

Résumés

Dans un contexte de changements globaux, concilier production agricole et préservation de la biodiversité constitue un enjeu majeur. Dans les régions de montagne identifiées comme "High Nature Value", des visions divergentes entre praticiens et écologues prennent la forme d’affrontements d’expertises relatives aux effets des pratiques agricoles sur les dynamiques écologiques. Soucieuse de favoriser les échanges entre les groupes d’acteurs qui s’opposent, cette recherche met en lumière la nature et les conditions d’élaboration des savoirs naturalistes locaux des éleveurs des Pyrénées françaises et espagnoles. Elle considère qu’au-delà des savoirs d’élevage, la fréquentation quotidienne d’une flore et d’une faune non productive permet l’acquisition de savoirs liés à la personnalité de chaque éleveur, mais aussi aux lieux qu’il fréquente. Elle fait l’hypothèse que ces savoirs sont indissociables des caractéristiques spatiales et écologiques des lieux-milieux que les éleveurs façonnent, mais aussi de leur mode d’habiter. Sur la base d’une quarantaine d’entretiens et de l’examen approfondi d’un cas, elle montre l’existence d’un fond de savoirs communs relatifs aux espèces qui posent problème. Pour les autres, des savoirs plus différenciés distinguent par contre les individus et les lieux. Les modes d’habiter constituent un déterminant essentiel de l’acquisition de ces savoirs, encore méconnu des sciences sociales ou écologiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Agences de l’eau, Conservatoires d’Espaces Naturels, collectivités territoriales, Ligue de Protecti (...)

1Questionner les systèmes agricoles à la lumière des changements globaux constitue aujourd’hui un enjeu social et environnemental majeur qui appelle une évolution du modèle agricole dominant. Dans ce contexte, les politiques publiques à visées environnementales se sont multipliées depuis les années 1990 (Alphandéry, Billaud, 1996 ; Deverre, de Sainte Marie, 2008). Dans le même temps, un souci de territorialisation pénétrait les politiques agricoles françaises (Muller, 1990). Traduit (Arnauld de Sartre, Charbonneau, Charrier, 2019) par un renforcement des échelons administratifs locaux (Muller, 1990 ; Thoenig, Duran, 1996) et une prise en compte accrue des questions agricoles par l’action publique territoriale (Esposito-Fava, 2010), ce double mouvement s’est accompagné de l’immixtion accrue d’acteurs de l’environnement ou de l’aménagement du territoire1 dans un domaine d’intervention réservé pendant longtemps aux seuls organismes chargés de soutenir la production.

  • 2 Périmètres de protection des eaux potables, de zones vulnérables, zones classées pour la richesse d (...)
  • 3 Préservation dun milieu ou dune espèce, gestion des contaminations dun point de captage deau po (...)
  • 4 AAC : Aires d'Alimentation de Captage d'eau potable ; PAEC : Projet agro-environnemental et climati (...)

2Depuis une trentaine d’années, leur intervention repose sur différents dispositifs, qui se concrétisent notamment par la mise en place d’aires2 concernées par des enjeux environnementaux3 auxquels des réponses spécifiques doivent être apportées (réduction des intrants agricoles, lutte contre l’enfrichement, etc.). Affectées de contraintes réglementaires fondées sur des diagnostics effectués par des experts naturalistes, elles réduisent les producteurs au rôle d’exécutants de pratiques vertueuses (fauche tardive, fumure à bas niveaux d’intrants, etc.) et sont donc souvent perçues comme inadaptées aux réalités du terrain. Bien qu’apparemment ajustés aux enjeux des territoires, portés et mis en œuvre par des acteurs locaux, et parfois même inscrits dans une démarche participative, ces dispositifs (AAC, PAEC, TVB4, charte paysagère par exemple) peinent alors à atteindre leurs objectifs. Concilier les impératifs d’acteurs divers, être accepté par les populations et s’ajuster à certains territoires (Salliou et al., 2019) ne va pas de soi.

  • 5 Mesures agro-environnementales et climatiques.

3Or, les tensions émergeant de la mise en œuvre de ces dispositifs prennent souvent la forme d’un affrontement d’expertise (Hazard et al., 2017), notamment dans les zones d’élevage extensif de montagne classées "High Nature Value" (HVN ; O’Rourke, Charbonneau, Poinsot, 2016). Attachés à leurs traditions et à leurs milieux, les éleveurs recherchent un entretien durable des couverts végétaux qui les nourrissent. Ils affirment donc que les auteurs des diagnostics environnementaux sous-estiment le rôle des troupeaux et des pratiques de fenaison dans leur richesse écologique. Si cette vision est recevable par certains écologues, les connaissances associées à ces pratiques sont souvent considérées comme portant sur les seuls couverts végétaux productifs. Le vivant non-domestique des interstices (haies, bosquets, landes, etc.), resterait alors moins connu. Plus préoccupés de leurs animaux que de ceux qu’abrite le milieu, les éleveurs ne prendraient donc pas suffisamment en compte les effets écologiques de leurs pratiques. La qualité écologique constatée résulterait alors plus d’héritages que de pratiques actuelles. Il faudrait donc les faire évoluer via des MAEC5 ou la conditionnalité des aides notamment.

4Cette divergence d’appréciation de la vertu écologique des pratiques actuelles s’adosse à la différence de nature des savoirs mobilisés. Les uns s’appuient sur des savoirs locaux, vus comme contextualisés et issus de l’expérience (Doré et al., 2011), quand les autres recourent à des savoirs savants, généralisables, universels et décontextualisables (Prevost et al., 2016).

  • 6 La Convention sur La Diversité Biologique est un des trois traités internationaux signés lors du So (...)
  • 7 Cherchant à caractériser le processus de construction de ces savoirs et leurs rapports à la pratiqu (...)

5Pourtant, dans la continuité de la sociologie des sciences (Callon et al., 2001), la littérature comme l’action publique invitent de manière croissante à valoriser des formes de connaissances diverses (Coolsaet, 2016). La CBD6 et le projet agroécologique (Altieri, Toledo, 2011) reconnaissent ainsi le rôle des sociétés traditionnelles et des petites paysanneries dans le façonnement de milieux. Ils invitent à s’appuyer sur l’expertise contenue dans les savoirs vernaculaires (Collignon, 2005), expérientiels (Girard, Magda, 2018), pratiques (Denoyel, 2009 ; Petit, Fleury, 2010) ou locaux (Séhouéto, 2006) privilégiant ainsi "des systèmes de connaissance plus distribués (Girard, 2014) et des apprentissages mutuels entre chercheurs et agriculteurs (Hazard et al., 2017)" (Girard, Magda, 2018, p.200). Or, si la nécessaire prise en compte de ces savoirs fait aujourd’hui quasiment consensus, leur intégration dans les recherches ou dans l’action suscite d’indiscutables tensions dans certains territoires. Soucieux d’éclairer ce débat, cet article examine ici le rôle des spatialités d’éleveurs, insérées dans les lieux qu’ils fréquentent, dans la construction de leurs savoirs7 relatifs à la flore et la faune non-domestique des zones HNV.

  • 8 Le "lieu-milieu" est considéré ici "comme l’unité spatiale la plus petite à partir de laquelle le s (...)

6Ce projet est né du constat que l’intérêt pour les savoirs locaux concerne leur dimension expérientielle (Girard, Magda, 2018), les représentations propres au lieu (Fortier, 2005), leurs champs d’application, ou encore l’opposition scalaire entre les savoirs génériques et universels et ceux localisés, plus spécifiques et singuliers (Prévost et al., 2016). Mais leur caractère localisé (propre à des "lieux-milieux"8) et le rôle de la relation à ces lieux-milieux dans leur construction par les éleveurs n’a pas jusqu’ici suscité l’intérêt. Nous faisons donc ici l’hypothèse que les savoirs naturalistes locaux des éleveurs des zones HNV sont indissociables des caractéristiques spatiales et écologiques des lieux-milieux qu’ils façonnent. Cette relation découle notamment de leur manière de "faire avec lespace", de leur habiter (Stock, 2012), qui lui-même détermine à la fois les lieux-milieux fréquentés quotidiennement et ce qu’ils y font.

7Cette lecture s’adosse au postulat selon lequel la pratique des lieux-milieux par les éleveurs laitiers en mode extensif les conduit à parcourir fréquemment des itinéraires multiples, souvent à des horaires semblables. Ces moments, passés au-dehors et en mouvement, constituent autant d’occasions d’observer ce qui s’y passe et donc d’acquérir les informations de base nécessaires à la constitution de savoirs (Monneyron, 2003).

8Pour explorer cette hypothèse, nous présentons le terrain étudié et la méthodologie employée avant de montrer comment le concept d’habiter, souvent mobilisé pour des problématiques urbaines ou touristiques, permet, en l’adaptant à la sphère de l’élevage, de construire un cadre d’analyse des savoirs naturalistes locaux. La troisième partie montre ensuite, à partir du cas d’un éleveur et de ses voisins, en quoi l’étude géographique de leur "habiter" explique comment leurs savoirs se construisent, se confrontent et s’élargissent.

Terrain et méthode

  • 9 Parmi les régions d’élevage en zone HNV, la diversité écologique des exploitations des Pyrénées-Atl (...)
  • 10 Unités de Gros Bétail.
  • 11 Premier département français en nombre d’installations aidées au recensement agricole de 2010.

9La recherche concerne la partie occidentale des Pyrénées françaises et espagnoles portant les bassins d’élevage ovin-lait des Pyrénées-Atlantiques et de Guipuzcoa9. La partie centrale de la chaine connaît une déprise agricole ancienne. Elle se poursuit côté français (Viers, 1962 ; Balent, Barrué-Pastor, 1986) comme sur les versants aragonais (Garcia-Ruiz, Lasanta, 1990 ; Puigdefabregas, Fillat, 1986) ou basques espagnols (Alberdi Collantes, 2002). Mais la partie montagneuse des Pyrénées-Atlantiques porte un bassin laitier (Viers, 1992) identifié par l’aire d’AOP Ossau-Iraty, dont le tissu agricole résiste mieux qu’ailleurs (Association des chambres d’agriculture des Pyrénées - ACAP, 2013). Des élevages ovins-lait de taille modeste (en moyenne 36 ha et 60 UGB10 par exploitation pastorale en 2010) y pratiquent souvent la transhumance (75 % des élevages utilisaient les territoires collectifs en 2010), et les installations aidées y sont plus nombreuses qu’ailleurs11. Ce dynamisme résulte d’une forte identité culturelle des éleveurs béarnais et surtout basques, mais aussi de la conviction que la qualité des milieux (un Parc National, des aires Natura 2000 nombreuses) est liée à des méthodes d’élevage durables nourries de savoirs locaux originaux.

Figure 1 : Localisation des exploitations agricoles enquêtées

Figure 1 : Localisation des exploitations agricoles enquêtées

Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN 2020, SRTM-OSM 2020

  • 12 Vers une Approche Territoriale de l’autOnomie foUrragère et des Services rendus par les systèmes fo (...)

10Deux campagnes d’enquête se sont succédées entre 2017 et 1018. Dans un premier temps, parmi les participants à un programme de recherche sur les services écosystémiques rendus par les prairies permanentes (ATOUS12), huit éleveurs (figure 1) ont accepté d’accueillir l’enquêtrice un jour par mois, de novembre à août. L’objectif de cette phase d’observation participante était, par les échanges noués au fil du travail commun, de comprendre où et comment, en agissant et en se déplaçant au fil des saisons et des journées, les éleveurs voyaient et connaissaient les effets de leurs actions sur le vivant non productif de l’exploitation et de ses abords. En enseignant comment instaurer la confiance entre le chercheur et l’enquêté, cette première étape a débouché sur la construction d’une grille d’analyse des conditions d’acquisition des informations puis de leur combinaison en des savoirs, fondée sur le concept de mode d’habiter. Adossée à cette grille, la seconde phase a consisté en une enquête méthodique conduite auprès de 38 éleveurs. Elle a nourri une base de données dont sont tirés les résultats mentionnés par la suite (voir figure 2 pour le choix des terrains et la construction de la grille d’enquête).

Figure 2 : Recueillir et analyser les savoirs naturalistes locaux : une méthodologie construite en deux étapes

  • 13 L'échange débute non par les problèmes du chercheur (les savoirs naturalistes locaux), mais par cer (...)

L’échantillonnage
L’échantillon a été construit de façon à saisir la diversité du fonctionnement des unités territoriales de voisinage (UTV), définies précisément plus bas. En leur sein se dessinent des échanges entre éleveurs qui participent à la construction de savoirs naturalistes "microlocaux", peu partagés hors d’un cercle des voisins immédiats. Nous avons donc enquêté sur huit sites du bassin choisis pour leur diversité écologique, culturelle et zootechnique, mais ne représentant qu’une partie de la diversité des types d’élevage identifiés en son sein. Pour chacun d’eux, nous accédions à un premier éleveur par un réseau d’interconnaissance (les participants au programme ATOUS) facteur d’un biais sociologique fort si nous nous étions contentés de ceux-là. Puis, l’entretien terminé, nous lui demandions les noms de ses trois voisins les plus proches, parmi lesquels nous procédions alors à deux ou trois enquêtes. Fondées sur un voisinage géographique, et non plus sur un réseau relationnel, nous accédions ainsi à une diversité d’individus dont nous estimons que, sur les 30 "hors réseau initial, ils représentent une large part de la diversité sociologique du bassin.

La trame de lentretien
Les entretiens s’appuyaient sur une mise en confiance fondée sur l’identification de que ce l’éleveur considère comme des "espèces à problème"13. Pour chaque enquêté, ont été enregistrées les informations factuelles relatives à l’habiter de l’éleveur, aux espèces et aux moments impliqués dans les phénomènes décrits, mais aussi toutes les localisations associées à ces données. Les informations récoltées, systématiquement localisées sur une carte IGN et compilées dans une base de données, donnent une idée de l’ampleur des savoirs naturalistes ordinaires des éleveurs et de leur diversité.

Des savoirs construits par des éleveurs habitants des lieux-milieux

11La construction des savoirs naturalistes locaux (hors transmission familiale ou scolaire) repose sur l’interaction directe (par l’observation à l’œil nu ou avec des jumelles, l’audition ou le piégeage parfois) ou indirecte (identification de déjections, de traces de passages, de restes d’animaux prédatés, etc.) entre l’éleveur et les phénomènes naturels des milieux qu’il fréquente. Or, les conditions de ces interactions dépendent de la spatialité propre à chacun (Lussault, 2007).

12Elle s’exprime à travers des actes adaptés à la situation d’expérience spatiale dans lequel l’éleveur s’inscrit. En effet, avant d’agir, il prend en compte l’espace déjà-là et la position des autres opérateurs non-humains ou hybrides, tels qu’il les saisit par le biais de ses sens. Ses savoirs naturalistes dépendent donc de son "habiter", défini comme sa façon de "fabriquer" et de "faire avec" ses espaces (Stock, 2015), ici agricoles.

Adapter le concept d’habiter à l’élevage

13Le concept d’habiter réapparaît (Lefort, Pelletier, 2015) en géographie durant les années 2000 (Frelat-Kahn et al., 2012) dans le prolongement d’une géographie revendiquant pour objet l’étude de la dimension spatiale des phénomènes sociaux (Lussault, 2007). Son émergence découle de l’intérêt porté aux pratiques (Lussault, Stock, 2010) et aux expériences (Lussault, 2015) des lieux par les opérateurs spatiaux que sont les individus dans leur subjectivité, mais aussi les actants non humains que sont les animaux (Callon, 1986). Utilisée dans des perspectives de recherche allant de l’étude des pratiques habitantes (Morel-Brochet, Ortar, 2014 ; Vincent-Gélin, 2014) à un renouvellement didactique de la géographie (Biaggi, 2015), elle traduit un intérêt renouvelé de la discipline pour la dimension culturelle du rapport de l’individu (Staszak, 2001) et des sociétés à l’espace, notamment dans la ville (Besse, 2015 ; Durand, 2001).

  • 14 Cette dernière ne sera pas mobilisée ici, son intérêt pour l'étude des pratiques d'éleveurs nous pa (...)

14Hors de l’espace urbain, le concept suscite moins d’intérêt alors qu’il permet de renouveler le regard porté sur la relation à l’espace et à la nature des ruraux (Mathieu, 2014). Mobilisant les propositions de Stock (2012) sur les pratiques touristiques et celles de Lussault (2007) sur la nature des entités spatiales, examinons ce que cette conception du rapport des individus à l’espace peut apporter à la connaissance des spatialités d’éleveurs et du processus de construction de leurs savoirs locaux. Pour le premier, comprendre la manière pour un individu de "faire avec l’espace" exige d’observer ces rapports à trois échelles : celle de la "pratique des lieux", celle du "mode d’habiter" et celle du "régime d’habiter"14.

15La première interroge la manière de pratiquer les lieux, c’est-à-dire les modalités concrètes de l’action avec et dans les lieux, chargée d’affects, de sens et d’intentionnalités (Stock, 2012). Pour un éleveur (figure 3), elle pousse à distinguer la façon dont il se déplace d’un lieu à l’autre (à pied, en tracteur, en voiture), dont il fréquente chacun d’entre eux (avec son troupeau, avec ses enfants, avec son chien pour la chasse, etc.) et le motif de sa présence (lié à un acte productif ou à une activité de loisir), ces conditions de la pratique ayant une incidence sur ce qu’il observe. Accompagné de son fils, un dimanche, telle parcelle constitue ainsi un lieu de récréation où prendre le temps d’observer le vol des martinets ou la diversité des papillons devient possible ; au volant du tracteur, un jour de semaine, cette même parcelle constitue un lieu productif et c’est la hauteur de l’herbe qu’il fauche ou la présence de taupinières ou de chevreuils qui retiennent son attention.

16La seconde permet d’appréhender l’articulation des pratiques et des représentations portant sur des lieux distincts fréquentés par un sujet au mode d’habiter souvent poly-topique, c’est-à-dire constitué de plusieurs pôles géographiquement distants. Utilisé par Stock (2012) pour la compréhension de l’habiter touristique, il est transposable à celui de l’éleveur. Il navette en effet entre les différents lieux de son réseau social, mais aussi entre les parcelles de son exploitation, selon une fréquence et des durées de séjour variables en fonction de la personnalité des individus, de leurs pratiques productives, mais aussi de la structure parcellaire de leurs exploitations (figure 3). Ce mode d’habiter poly-topique joue donc un rôle essentiel dans l’acquisition et le contenu des savoirs, la fréquentation de lieux-milieux différenciés, élargissant et diversifiant la palette des observations possibles comme des rapprochements entre phénomènes issus de lieux distincts.

Figure 3 : Le mode d’habiter poly-topique des éleveurs

Figure 3 : Le mode d’habiter poly-topique des éleveurs

Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022

L’habiter s’inscrit dans une spatialité de l’éleveur relevant de quatre attributs fondamentaux

17Cette diversité structurelle des lieux d’exploitation, pratiqués de différentes manières par les éleveurs, peut être décrite par le prisme des entités spatiales que Lévy (1994) définit par quatre attributs fondamentaux (voir figure 4 et Charbonneau et Poinsot (2018) pour une adaptation aux questions agricoles). Or, ces attributs de l’espace agricole influencent la fréquence, la temporalité, le degré de précision et le contenu des observations effectuées.

Figure 4 : Les quatre attributs fondamentaux de l’espace selon Levy (1994)

L’échelle détermine la taille de l’entité (du carrefour à la commune, en passant par la parcelle, l’exploitation et le quartier rural) ; les métriques, ici topographique et topologique, définissent les rapports de distance entre les réalités spatiales ; la substance désigne ce qui emplit l’entité spatiale pratiquée par l’éleveur (un bâtiment, un champ de maïs, une prairie permanente) ; la configuration désigne "l’expression formelle de l’économie relationnelle entre les objets spatialisés" (Lussault, 2007), autrement dit le nombre, la forme et la distance des parcelles exploitées, mais aussi le réseau des itinéraires les reliant (figure 3).

18L’échelle joue en effet un rôle clé. Ainsi, un éleveur exploitant une dizaine d’hectares contigus pourra les appréhender d’un seul regard ou au prix d’un déplacement pédestre. À l’inverse, un collègue travaillant plus de 200 hectares ne pourra jamais embrasser l’ensemble de son parcellaire, donc y observer les phénomènes naturels aussi fréquemment et avec la même acuité.

19Les métriques conduisent à souligner que l’itinéraire emprunté par un éleveur pour se rendre de la bergerie à une parcelle n’est pas identique suivant la manière dont il se déplace. Seul et à pied, il enjambe des clôtures que le troupeau doit contourner. En tracteur, incapable d’emprunter le chemin creux par lequel se glissent les brebis, l’itinéraire se rallonge encore. Itinéraire et modalités de déplacement commandent donc en partie la nature des observations.

20La substance détermine les milieux considérés et donc le type d’espèces et de phénomènes pouvant être observés. Le contenu de l’entité spatiale considérée est ainsi déterminé par le couvert végétal (prairie temporaire, prairie permanente, maïs, fougeraie, etc.). Cette substance, propre à une parcelle, se modifie avec les saisons, commandant là encore la nature des observations possibles. Mais l’attention portée à ce contenu varie également selon l’intentionnalité du regard. Une prairie permanente peut ainsi être vue comme un pré de fauche par l’éleveur et comme un biotope à papillons par un naturaliste. Ce dernier peut donc recommander un traitement différent de la parcelle voisine, de substance écologique plus pauvre à ses yeux, alors qu’elles recèlent une substance agronomique identique pour l’éleveur.

21Enfin la configuration des parcelles, proches ou lointaines, mais surtout contigües ou disjointes, reliées par des cheminements inégalement fréquentables (à pied, avec le troupeau, en tracteur), séparées par les parcelles de voisins avec lesquels les relations sont amicales ou non, par des bois, voire affectées de pentes plus ou moins fortes, rend l’espace de chaque éleveur unique.

22C’est ce constat qui a conduit les agronomes et géographes à se préoccuper de géoagronomie (Deffontaines, 1998), d’agronomie des territoires (Lardon et al., 2012), de landscape agronomy (Benoit et al., 2012) ou de géographie des pratiques (Soulard, 2014) et les écologues à s’intéresser au paysage (Burel, Baudry, 1999). Mais leurs regards se préoccupent essentiellement, pour les premiers, de fonctions productives, et pour les seconds, de fonctions écologiques. Or, notre projet implique la prise en compte de ces deux perspectives, conjuguées au fait 1) que les pratiques des lieux sont aussi liées aux activités non productives et 2) que les conditions spatiotemporelles de fréquentation de ces réalités à la fois sociales et écologiques influencent la représentation que l’éleveur en acquiert. Bien que ses observations soient d’abord guidées par un souci de production, voire par des centres d’intérêts qui lui sont propres, les conditions dans lesquelles il les effectue dépendent de la configuration du parcellaire d’exploitation, expliquant ainsi parfois d’importants écarts entre ce que chacun connaît, ou pas, des phénomènes naturels qui se déroulent sur ses terres. Ce cadre d’analyse intègre, de cette manière, certains déterminants géographiques de la subjectivité du rapport de l’éleveur aux lieux-milieux.

L’habiter concerne trois "espèces d’espaces" interconnectées et indissociables

23Ces attributs s’appliquent à trois "espèces d’espaces" (Pérec, 1974) interconnectées et indissociables que sont le lieu, l’aire et le réseau.

24Le lieu de référence de l’éleveur est la parcelle lorsqu’elle est petite, mais aussi un arbre, ou l’angle d’un champ. C’est l’entité spatiale de base de la vie écologique que façonnent les pratiques productives et qu’observent les pratiques habitantes. Dotée de caractères fixes (un type de sol), elle possède aussi des caractères changeants, comme une inondation temporaire par temps d’orage. Elle constitue donc un lieu "éco-social" où, par l’observation directe ou indirecte (traces au sol) et par des actions visant à les gérer (piégeage de taupe, fauche de refus), l’éleveur entre en interaction avec d’autres réalités naturelles que sont les animaux et les plantes, qu’il façonne (domestique) ou qui agissent hors de son contrôle (non-domestique). Les savoirs naturalistes nourris de ces observations sont locaux, au sens de construits à partir du lieu, mais aussi propres à ce lieu doté d’un milieu spécifique. On le considère donc comme un lieu-milieu de caractère hybride. Les réalités qu’il porte résultent de processus d’ordre social, décidés et mis en œuvre par l’éleveur, et de processus naturels, commandés par ses attributs physico-chimiques (substrat géologique, drainage, pente, exposition, etc.) et les phénomènes spontanés engendrés par la logique du vivant occupant ses abords. Dans ce cadre, ayant à l’esprit les attributs physiques et spatiaux de chaque parcelle, l’éleveur élabore des schèmes explicatifs de son fonctionnement écologique qu’un observateur non familier des lieux est incapable d’échafauder.

25Caractérisée par la continuité et la contiguïté, l’aire est divisible et englobe donc des lieux ou d’autres aires. D’après Lussault (2007), elle peut revêtir la forme d’une surface (une étendue bornée, limitée et socialisée où la présence de l’actant est manifeste), d’une zone (une aire continue homogène dédiée à une activité) ou d’un domaine (une aire se constituant autour de l’habitat d’une personne ou d’un groupe restreint). Dans une perspective fonctionnelle, une parcelle ou un groupe de parcelles contiguës utilisées par le même exploitant constituent donc une surface (les parcs à génisse de l’exploitation ; Benoît, 1985), les prairies d’une basse terrasse inondable, une zone, et l’ensemble des parcelles jouxtant le siège d’exploitation, le domaine productif de l’éleveur. Le panorama que ce dernier offre au regard dépasse en général les limites des seules parcelles exploitées. Les observations que l’éleveur y conduit embrassant une étendue plus vaste que celle qu’il exploite, on le qualifie donc de domaine d’observation (DO) (figure 5). Défini comme "l’ensemble des lieux observables depuis le domaine productif" (Artano-Garmendia, 2020), il comprend tous les lieux-milieux que l’éleveur observe et fréquente quotidiennement. Il ne déborde qu’assez peu du domaine productif lorsque les perspectives sont limitées par des formations arborées dans une topographie plane, mais lorsque celui-ci occupe un versant qui domine une vallée et/ou offre une vue sur le versant opposé, il s’étend bien au-delà.

  • 15 Espace Réticulaire d’Observation et d’Échange (EROE) ; Unité Territoriales de Voisinage (UTV) ; Dom (...)

Figure 5 : Le DO, l’UTV et l’EROE15 : un cadre d’analyse

Figure 5 : Le DO, l’UTV et l’EROE15 : un cadre d’analyse

Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020

26Propre à chaque éleveur, ce domaine d’observation se superpose entièrement ou partiellement à celui des voisins, constituant une unité visuelle partagée que l’on qualifie d’unité territoriale de voisinage (UTV) (figure 5). Lorsque la qualité des relations interpersonnelles le permet, peut donc prendre naissance un groupe d’observation local. Il réunit trois ou quatre éleveurs aux domaines d’observations coalescents, qui échangent les informations naturalistes accumulées par chacun sur des lieux-milieux partagés visuellement. Cette confrontation des observations permet leur validation (lorsque les deux voisins observent un phénomène identique depuis deux lieux distincts), mais aussi une connaissance améliorée de la spatialité des phénomènes (le sanglier dont l’un d’entre eux relève les dégâts nocturnes dans sa parcelle se réfugie le jour dans tel ravin que son voisin observe depuis chez lui).

27Le réseau se différencie par sa métrique topologique où la connexité remplace la contiguïté. L’habiter poly-topique des éleveurs (figure 3) les conduit à fréquenter des lieux ou des aires disjoints. Le réseau qui les relie doit sa structure à leurs positions relatives, mais aussi aux configurations des axes de déplacement (routes, pistes et chemins), eux-mêmes influencés par les moyens de ces transports (pédestre, avec le troupeau, en quad, en tracteur, en voiture, etc.). La fréquence et les moments de son usage conduisent à effectuer des observations différentes de celles pratiquées aux lieux. Généralement plus fugaces (on ne séjourne pas), leur portée déborde du domaine productif. Les phénomènes observés ne concernent donc qu’assez peu, ou indirectement, le système de production, suscitant a priori un intérêt plus réduit. Constitué des itinéraires qu’un éleveur parcourt de manière occasionnelle (pour se rendre au bourg ou chez un collègue résidant à quelques kilomètres) et des entités foncières d’usage périodique (estives, parcelles isolées), cet espace réticulaire d’observation et d’échange (EROE) (figure 5) présente la forme d’un espace discontinu, sans limites claires. Engendrant des observations irrégulières, mais qui concernent des lieux-milieux hétérogènes (estives, fonds de vallées, etc.), il permet de mieux connaître l’extension spatiale des phénomènes de l’UTV et leurs dynamiques. Constatant que telle espèce, présente chez lui, est absente ailleurs (ou l’inverse) et que son collègue, résidant à 10 km, ne la voit jamais (ou l’inverse), l’éleveur en tire une connaissance de sa répartition et de son éventuelle dynamique (la présence de chenilles chez moi, mais pas chez mon collègue peut résulter d’une colonisation ou bien de différences écologiques, certains milieux se révélant moins favorables à l’espèce).

28Les conceptions génériques de l’espace et des pratiques appliquées à l’étude des savoirs d’éleveurs permettent donc de définir une grille d’analyse des conditions spatiales de leur construction fondée sur trois notions (figure 5) : le DO, l’UTV et l’EROE. Cette grille multiscalaire éclaire les conditions par lesquelles leur caractère local est acquis, et le sens qu’il faut donner à cet adjectif lorsque l’on parle de savoirs naturalistes locaux.

29C’est la prise en compte globale de cette trame, réunissant des échelles, des métriques, des pratiques et des représentations différentes, qui permet de connaître la spatialité de l’éleveur, et donc de ses observations.

30Reste à éclaircir ce qu’ils en retiennent, ou non, et que devient ce qu’ils conservent en mémoire. Selon Monneyron (2003) et Pineau (2009), une observation constitue une information qu’il conserve, ou non, suivant qu’elle est renouvelée avec une régularité suffisante pour acquérir le statut de phénomène habituel (à un moment dans un lieu) ou bien qu’elle constitue un événement, mémorisé de par son caractère inhabituel (un animal ou une plante méconnue, le processus de capture par tel prédateur, etc.). Dans un cas comme dans l’autre, cela peut nourrir un savoir si, par une mise en relation causale avec d’autres observations ou des savoirs déjà élaborés, le phénomène venait enrichir une explication de ce qui se passe, pourquoi et comment.

31Consacrée à une étude de cas, cette dernière partie montre comment ce cadre d’analyse permet d’appréhender les manières dont les savoirs naturalistes locaux se construisent, se confrontent et s’élargissent.

Lire les savoirs naturalistes locaux d’un éleveur à travers son mode d’habiter

32Par l’examen d’un des 38 enquêtés, on cherche ici à mettre en lumière le rôle de l’habiter dans la construction de ses savoirs. Dans le souci d’éliminer les cas peu représentatifs, l’éleveur retenu n’est pas plus savant que d’autres, mais pas ignorant non plus. Il affiche un volume de savoirs identique à la médiane de la population enquêtée, n’est pas chasseur (ce loisir enrichit souvent les savoirs naturalistes de ses pratiquants), mais utilise l’estive. Il y fréquente des milieux différents de son DO, permettant d’évaluer si ce contact de milieux différenciés influence la diversité et les contenus de ses savoirs.

L’éleveur 1216 : diversité des lieux-milieux habités, pour des motifs pas seulement productifs

Un parcellaire constitué de lieux écologiquement différenciés, fréquentés selon un calendrier des pratiques propre à l’exploitation

Figure 6 : L’exploitation dans son voisinage

Figure 6 : L’exploitation dans son voisinage

Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN 2020

33Installé à Barcus (64), cet éleveur dispose en 2018 d’un parcellaire d’exploitation divisé en trois îlots totalisant 60 ha (figure 6). Le premier, orienté au sud-est à des altitudes comprises entre 240 et 290 m, abrite le siège d’exploitation. Scindé en plusieurs parcelles (figure 7) aux sols argileux, il est constitué de 12 ha de prairies et de 2 ha de cultures (maïs et couverts hivernaux) et jouxte une fougeraie destinée à la production de litière. À 1 km de là, l’îlot 2 (figure 7) occupe un fond de vallon (210-220 m) parfois inondé en juin, couvert de 20 ha de prairies ou de cultures et de 7 ha de parcours. À 3 km du siège, l’îlot 3 a été acquis en 2010. Occupant en partie un fond de vallon, il couvre aussi le bas d’un versant sud. Son altitude varie donc de 220 à 260 m. Ceint d’une haie sur son pourtour, il est segmenté en plusieurs parcelles de prairies permanentes et de parcours par des clôtures de barbelés. Portant une grange, il permet d’abriter les bêtes par mauvais temps.

Figure 7 : Les paysages du DO et de l’UTV de l’éleveur 12

Figure 7 : Les paysages du DO et de l’UTV de l’éleveur 12

Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN, 2020

34Ce capital foncier permet l’alimentation d’un troupeau de 400 brebis de race Manex Tête rousse fournissant une laiterie. Nourri de l’automne au printemps à partir du fourrage de l’exploitation, complété d’aliments achetés, le troupeau passe l’été sur l’estive d’Ardane (figures 1 et 9), aux mains d’un berger rémunéré que l’éleveur remplace un jour par semaine. Jouxtant la frontière espagnole, cette estive relève de la haute montagne par son altitude (1100 à 1700 m) et son caractère très escarpé. Un troupeau de 22 vaches de race Blonde d’Aquitaine complète le cheptel. Capital sur pied, ces bêtes ont pour tâche de "débroussailler et entretenir les bas-fonds humides et inondables" (éleveur 12). Confiées à un vacher durant l’été, elles débutent l’estivage sur la colline de La Madeleine (figures 1 et 9), dans la commune de Larrau, jouxtant celle du siège. D’une altitude comprise entre 300 et 800 m, elle est représentative des estives intermédiaires basques. Au cœur de l’été, ces vaches partent en vallée d’Aspe, à 30 km du siège (figures 1 et 9) et pâturent une fougeraie comprise entre 900 et 1300 m dans la commune de Borce.

35Dans ce cadre spatial, une vision attentive aux pratiques montre que l’acquisition des savoirs en dépend largement, sous réserve de les inscrire dans un calendrier spatio-temporel que répertorie la figure 8.

Figure 8 : Calendrier spatio-temporel des déplacements de l’éleveur 12 liés à la gestion de l’exploitation

Figure 8 : Calendrier spatio-temporel des déplacements de l’éleveur 12 liés à la gestion de l’exploitation

Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022

36Ces pratiques s’inscrivent pour l’essentiel dans le DO qui englobe les îlots 1 et 2 (figure 6 et 7) ainsi que les terres de ses voisins visibles depuis le siège. Au nombre de 3 (éleveurs 12, 13 et 14), ils partagent avec lui une partie de leur DO respectif, définissant ainsi une UTV dont les contours délimitent les terrains de visibilité partagée par au moins 3 d’entre eux (l’îlot 1 en est exclu, car visible seulement par l’éleveur 12 et le 13).

Un habiter propre à l’individu et aux conditions spatiales de son insertion sociale

37Voir de concert les mêmes terres ne signifie pas que des échanges en résultent, car des relations sociales doivent lier ces voisins. Fréquentes dans le cas étudié, elles concernent des chantiers collectifs organisés à l’échelle du voisinage, comme la tonte des brebis ou l’ensilage du maïs. S’y ajoutent les discussions informelles, téléphoniques parfois, liées à la conduite et l’observation des troupeaux, mais aussi de la vie sauvage. L’éleveur 13, chasseur, exerce une vigilance forte sur les espèces chassables. Ses voisins la complètent d’observations relatives aux espèces d’intérêt cynégétique (sangliers, cerfs), mais aussi aux facteurs de dégâts qu’il faudrait réguler (ragondins, renards).

38Cette répartition des tâches montre que la personnalité de chacun participe à la manière dont le collectif de voisinage fonctionne. Dans ce contexte, l’éleveur 12 affiche un rapport aux savoirs productifs particulier fondé sur la curiosité et l’expérimentation, mais aussi encastré dans la représentation que l’enquêté possède de son rapport au milieu, lui aussi déterminant.

  • 17 Prime Herbagère Agro-Environnementale

39Installé sur l’exploitation en 2008, à 29 ans, il explique avoir été formé par son père, soucieux de lui transmettre une exploitation, mais aussi les compétences nécessaires à sa conduite. Cependant, titulaire d’un baccalauréat technologique, il n’a décidé de reprendre l’élevage qu’après une formation complémentaire en agriculture. Les enseignements reçus l’ont conduit à mettre en question certaines pratiques familiales : "il y a des choses dans le passé qui sont bonnes, mais il y a aussi des choses qui sont aberrantes, comme par exemple les doses dengrais, le recours à des produits très toxiques non justifié" (éleveur 12). Son itinéraire de formation, mais aussi sa personnalité, le conduisent à beaucoup expérimenter par lui-même : "il faut faire des tests et voir les résultats. Suivant les résultats, il faut réitérer ou non l’expérience. Je note toutes mes pratiques et les résultats sur un cahier pour voir et analyser l’évolution. Jai pris cette habitude grâce à la PHAE17 qui imposait de noter toutes les pratiques de conduite des prairies. Cest un métier qui exige en permanence dapprendre" (éleveur 12). Ces compétences sans cesse enrichies s’inscrivent dans une posture de façonneur du milieu qu’il revendique et partage avec ses voisins de l’UTV : "lagriculture se porte bien dans le quartier. Le milieu ne se ferme pas encore. Il y a comme un accord non-dit scellé entre voisins pour entretenir le milieu. Chacun veille à ce que ses parcelles soient toujours propres" (éleveur 12).

40Les conditions de rencontres avec les événements naturels doivent donc être considérées au regard des modalités et manières qu’ont les individus d’envisager leurs pratiques à finalité productive. Mais si les "pratiques des lieux" et le "mode d’habiter" de l’éleveur sont influencés par sa condition de producteur, il est aussi habitant d’un territoire. Les pratiques non productives influencent donc aussi la relation qu’il tisse aux lieux-milieux qu’il fréquente.

41Sportif aguerri, cet éleveur pratique en effet la pelote basque dans deux villages proches et court quelques trails durant l’été (figure 9). Il conduit aussi souvent ses deux filles à l’école primaire ou à leurs activités de loisirs dans deux bourgs, et se promène avec elles sur les parcelles du DO. Ces activités et les déplacements associés le conduisent à effectuer nombre d’observations sur des espaces relevant de l’EROE, mais aussi à examiner la vie dans ses parcelles autrement qu’au volant de son tracteur ou en guidant son troupeau.

42À ces inscriptions spatiales des relations sociales relevant de la sphère privée, s’ajoutent celles associées à la sphère publique (figure 9). Quasi privées quand elles fonctionnent dans le cadre de l’UTV, elles deviennent publiques dans la CUMA (Coopérative d’utilisation de matériel agricole) Malta qui réunit 20 adhérents, tous de la commune. Des échanges informels nombreux y sont associés aux activités (discuter autour d’un verre, manger ensemble lors des chantiers). D’autres sont liées aux "repas des éleveurs". Organisés deux fois par mois au village de Barcus, ils réunissent une trentaine de collègues.

Figure 9 : L’espace réticulaire d’observation et d’échange de l’éleveur 12

Figure 9 : L’espace réticulaire d’observation et d’échange de l’éleveur 12

Type d’activité

Mois de l’activité

Fréquence

Lieu(x)

Conduire les filles à l’école

De septembre à juin

4 fois par semaine

Trajets résidence – Chéraute

Conduire les filles à leur activité sportive

De septembre à juin

1 fois par semaine

Trajet résidence – Tardets-Sorholus

Promenade avec les filles

De mai à septembre

2 fois par semaine

DO

Tournois de pelote

De juin à août

4 fois par mois

Barcus, Esquiule

Trails

Juillet

3 fois par an

Larrau

Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020

Appréhender la construction des savoirs par cette géographie de l’habiter

43Ces éléments dessinent les conditions de la construction puis de la mobilisation des savoirs naturalistes de ces éleveurs dans le cadre de fonctions productives, mais aussi de pratiques sociales inscrites dans la structure spatiale des lieux-milieux qu’ils façonnent et/ou fréquentent. Autrement dit, examiner les conditions d’acquisition des savoirs par la seule description géographique des pratiques insisterait sur la diversité des lieux et des déplacements entre ceux-ci, ou encore sur les calendriers des actions permettant l’observation. À l’inverse, une sociologie ou une anthropologie de l’habiter s’attacherait à la diversité de ses relations sociales et des manières de faire avec autrui, distinguant par exemple des degrés de confiance différenciés entre celle qu’inspirent ses filles, ses voisins, les éleveurs de la CUMA et ceux croisés au goûter des bergers.

44Or, le souci d’appréhender la construction de ces savoirs par une géographie de l’habiter nous conduit à prendre en compte en un ensemble indissociable – une relation bijective – la manière de faire avec les gens ou avec les bêtes et les conditions spatiales de ces interactions. La fréquence et le contenu des observations comme des échanges noués sur les animaux fréquentant les prairies permanentes proches du siège dépendent ainsi, à titre d’exemple, à la fois des saisons, des modalités de déplacement, mais aussi du contexte fonctionnel et social de leur réalisation (figure 10).

Figure 10 : Déplacements et observations réalisés le long des principaux trajets de l’éleveur 12

Figure 10 : Déplacements et observations réalisés le long des principaux trajets de l’éleveur 12

Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020

45En période hivernale de traite, les observations interviennent depuis la fenêtre de la cuisine, à des heures bien précises, mais pas à d’autres, sans que l’éleveur ne parcoure physiquement ses parcelles. Elles concernent alors beaucoup les oiseaux, ou de gros mammifères, renards ou chevreuils, visibles de loin. En été, elles peuvent être associées à la fenaison depuis le tracteur, concernant alors les effets de la fauche ou de l’andainage sur la faune du sol (mulots, campagnols, serpents, taupes, etc.), et la réponse des prédateurs (rapaces, corbeaux, renards, etc.) à l’abondance des proies rendues accessibles. Elles peuvent aussi être effectuées à pied, en fin de journée, lors d’une sortie dans les prairies avec ses filles. L’attention se porte alors sur les papillons et les fleurs, ou sur le comportement de passereaux. Un autre jour, un chantier d’ensilage pratiqué entre voisins de l’UTV suscite observations et discussions sur des espèces à problème, comme les vautours ou les ragondins. L’un en a vu, mais pas l’autre, ou alors à une heure et dans un lieu différent. On formule alors des hypothèses éthologiques, écologiques ou biologiques, pour tenter de maîtriser les dégâts que ces espèces font craindre.

46Ces processus d’acquisition personnelle et collective des savoirs dans le cadre d’une spatialité qui leur est propre permettent donc à ces éleveurs de disposer de savoirs propres aux lieux-milieux qu’ils fréquentent. Examinons la palette de ceux qu’a livrés l’éleveur 12.

Des savoirs naturalistes largement construits par l’observation

  • 18 Les savoirs présentés ici correspondent à ceux formulés par l’éleveur lors de lentretien. Ils sont (...)
  • 19 Pas de prise en comptes des insectes.

47Les savoirs recensés relèvent de domaines de compétences variés18. Dans le champ taxonomique, il cite 34 espèces19. Elles se différencient par l’entité spatiale où s’effectue leur observation, mais aussi par la valeur sociale qu’il leur attribue, de celles considérées comme banales à celles qui pose problème (dans le cadre de l’action productive).

48Le DO abrite la majorité des observations, en particulier des espèces banales, y compris végétales. Cela s’explique par la fréquence des actions productives et des déplacements qu’il y effectue, mais aussi par leurs conditions. La diversité des modes de déplacement (à pied, seul ou avec le troupeau, en quad, en tracteur), mais aussi des heures de fréquentation multiplient les opportunités d’observer la vie non-domestique, en se déplaçant, mais aussi en s’arrêtant pour observer finement une empreinte par exemple. Dans l’UTV et l’EROE, l’attention se porte par contre essentiellement sur les espèces à problème, très majoritairement animales.

Des savoirs inégaux suivant les espèces

Figure 11 : La structure des savoirs relatifs aux espèces banales de l’éleveur 12

Figure 11 : La structure des savoirs relatifs aux espèces banales de l’éleveur 12

Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020

  • 20 Parmi les savoirs rapportés sur chaque espèce, on a distingué ceux relevant de l’écologie (taille d (...)

49Au-delà de la taxonomie, la structure des connaissances sur les espèces montre que les espèces végétales banales, bien moins citées que les animales, sont en revanche bien mieux connues (figure 11). Les savoirs sur l’écologie et l’éthologie des espèces sont plus abondants que ceux relatifs à leur biologie20.

50Affinant l’analyse, la figure 12 indique, pour chaque espèce, la nature des savoirs dévoilés. Certaines espèces animales sont surtout connues dans le champ éthologique (corneille, vers de terre, mulot, etc.) quand d’autres, végétales pour l’essentiel, bénéficient de savoirs plus équilibrés.

  • 21 Les valeurs affichées se réfèrent à un nombre total de savoirs calculé pour chaque éleveur interrog (...)

Figure 12 : Le type de savoirs détenus par espèce banale par l’éleveur 1221

Figure 12 : Le type de savoirs détenus par espèce banale par l’éleveur 1221

Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020

51Au-delà de cette appréhension quantifiée, le regard sur les contenus délivrés par l’enquêté révèle le poids de son habiter dans les conditions de leur acquisition. Les savoirs relatifs à des espèces végétales comme l’ortie sont indissociables d’observations, voire d’expérimentations, conduites dans l’action productive (figure 13). Ceux concernant les animaux (hirondelle, mulot, buse, milan) résultent plus d’observations répétées maintes fois, en des lieux variés, et pour certaines en déplacement (notamment pour la buse ou le milan), complétées de celles effectuées par les voisins de l’UTV.

Figure 13 : Résumé du contenu du savoir de l’éleveur 12 sur quelques espèces considérées comme banales

Hirondelle : Pour l’éleveur, l’arrivée des hirondelles marque le début du printemps. "Il faut alors avoir les machines prêtes pour aller au foin". Les hirondelles font leur nid dans les vieux bâtiments. "Elles ne viennent pas dans la nouvelle bergerie, car elles ne doivent pas aimer la charpente métallique. Ce matériau doit être trop froid". Faute de lieux propices à la nidification, le nombre d’hirondelles est en baisse. Les hirondelles reviennent pondre dans le même nid, d’une année sur l’autre. La seconde arrive généralement quelques jours après la première. Le couple élève les petits de concert. Suivant les années, elles font deux à trois couvées de quatre petits. Elles se nourrissent d’insectes.
Mulot : Les mulots sont abondants. Ils vivent dans les prairies et s’installent parfois dans les boules de foin. Ils n’hésitent pas à aller chercher des granulés ou du maïs dans les bâtiments. Ils se différencient des souris par un corps plus trapu et une queue plus courte. Ils sont la proie des chats, mais aussi des rapaces.
Buse variable et milan royal : Les buses et les milans sont nombreux dans le quartier. Leur population semble en augmentation à cause d’un habitat favorable (la mosaïque écologique que propose le milieu) et d’un recours moindre au raticide. Les couples élèvent 2/3 oisillons ensemble. Les deux espèces font leurs nids en lisière de forêts et connaissent les pratiques des éleveurs. "Dès qu’ils entendent le tracteur, ils commencent à se montrer. Ils le suivent et plongent derrière dès qu’ils voient une bestiole écrasée, comme des souris, des mulots, des serpents, etc. Ils doivent avoir une vue impressionnante". Les buses sont sédentaires. Certains milans royaux sont sédentaires, mais d’autres sont migrateurs. Ils demeurent alors dans le quartier du printemps à la fin de l’été.
Ortie : L’ortie s’étale par les racines, en rampant. Le vent participe aussi à sa propagation. Arrivée à maturité, elle sèche et les graines présentes dans ses feuilles se répandent. Particulièrement vivace au printemps, elle fleurit plusieurs fois dans l’année.
Au sein de l’exploitation, deux plaques sont présentes. La première couvre une zone où de la terre a été apportée. La semence devait alors être dans la terre. La seconde occupe un bas fond, ombragé toute l’année et riche d’une grande quantité d’humus du fait de la décomposition des feuilles. L’espèce est traitée chimiquement au printemps lorsque la pousse est la plus importante. À l’instar de la fougère, il faut obtenir l’équilibre entre les graminées et les légumineuses pour limiter son expansion, mais aussi réduire au maximum le surpâturage.

Source : Artano-Garmendia, 2020

Le rôle essentiel du domaine d’observation

52Complétant cette analyse relative aux contenus des savoirs, l’approche par la spatialité de l’habiter permet de mieux comprendre les conditions de leur construction. Une distinction majeure différencie celles des végétaux et celles des animaux. Les premiers, non mobiles et de petite taille, croissent ou régressent en étroite relation avec les pratiques agricoles. Les observations dans le temps long conduites par les parents, puis celles effectuées par l’éleveur au fil des années, nourrissent des savoirs transmissibles d’une génération à l’autre. Ils sont strictement inféodés au DO au sein duquel l’observation détaillée des individus, à pied voire à genoux dans une prairie, permet de les alimenter. Les savoirs relatifs aux animaux se construisent en revanche sur la base d’observations souvent fugaces, mais aussi de traces constituées par des empreintes, des déjections, des poils accrochés aux barbelés. Ils se nourrissent d’échanges fréquents avec les voisins qui les observent aussi, mais parfois ailleurs ou à d’autres moments, donc étoffent ce que l’on sait des déplacements et des comportements à différentes heures de la journée, ou au fil des saisons.

53Dans le DO, le point d’observation privilégié réside au siège. Ne pouvant s’en écarter durant l’hiver où la phase de lactation impose des journées harassantes, l’éleveur procède à quelques observations aux abords des bâtiments (sur les mulots, les hérissons, les corneilles ou les pies), mais aussi depuis la fenêtre de sa cuisine aux heures des repas (des rapaces, des chevreuils ou des renards). Avec le printemps, les observations opérées du siège se complètent de celles effectuées lors des déplacements liés au troupeau, à celles liées aux travaux agricoles (labour, fauche, fenaison, etc.), mais aussi aux tâches d’entretien des abords de l’espace productif (réfection des clôtures, élagage des arbres, débroussaillage des pourtours de parcelles).

54La figure 14 illustre ainsi les points, les lignes ou les aires d’observations conduites dans le DO. Elles s’organisent sur la base de trois entités associées pour la première à l’îlot 1 et ses abords, notamment les bosquets qui l’encerclent, pour la seconde à l’îlot 2 et aux prairies des voisins de l’UTV, et pour la troisième à l’espace séparant ces deux îlots, que l’éleveur parcourt une large partie de l’année à pied plusieurs fois par jour pour conduire ses bêtes du siège vers l’îlot 2 et en revenir.

Figure 14 : Au sein du DO de l’éleveur 12 : la localisation des espèces considérées comme banales

Figure 14 : Au sein du DO de l’éleveur 12 : la localisation des espèces considérées comme banales

Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022
Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN 2020

55Dans la première entité, l’éleveur conduit beaucoup d’observations depuis le siège, en particulier sur les animaux s’approchant des bâtiments. Il y observe ainsi au fil des années l’évolution du nombre des nids d’hirondelles ou encore le manège des mulots prélevant du grain dans l’étable pour repartir ensuite dans les prairies. Il associe à cette espèce l’un de ses prédateurs, le milan royal, dont il observe les tournoiements dans le ciel mais aussi dont il a découvert le nid en fauchant une prairie.

56La seconde entité s’articule autour de l’îlot 2, dédié à la récolte de fourrage. L’éleveur y dépeint précisément les zones de forte présence de vers de terre, témoins de la bonne santé du sol. Associés au réseau des haies délimitant les parcelles de ce bas-fond humide, il décrit finement les comportements des merles.

57À propos de la troisième, les mœurs des buses que les navettes du troupeau dérangent retiennent son attention. À chacun de ses passages, elles quittent leurs points d’observation pour rejoindre leur nid, aisément localisable de cette manière. À l’inverse, durant la fenaison, la fauche puis le retournement du foin affolent les campagnols ou les mulots, voire des couleuvres, attirant les rapaces qui se précipitent hors du nid pour suivre le tracteur déplaçant le fourrage.

58Détailler à l’identique les savoirs relatifs aux espèces considérées par l’éleveur comme "à problème" ou "susceptibles de l’être" ne ferait que montrer pour chacune d’entre elles comment les conditions d’acquisition des savoirs sont indissociables des moments et des lieux, voire des actions, dans lesquels s’inscrivent les interactions entre l’éleveur et les espèces sauvages. Pour les espèces animales "à problème", le processus d’acquisition se nourrit cependant d’observations non plus aléatoires, mais inscrites dans une stratégie destinée à comprendre les comportements, pour pouvoir y mettre fin. Il cesse souvent d’être individuel pour devenir collectif dans le cadre de l’UTV.

Des savoirs propres aux espèces considérées comme "à problème"

  • 22 Il consomme en effet le placenta des vaches qui se mélange aux bactéries contenues dans l’estomac, (...)

59Le renard fait ainsi l’objet d’observations attentives car, porteur de la néosporose comme le chien, il peut contaminer le troupeau22. Désireux de guider les chasseurs vers les lieux qu’il fréquente, l’éleveur explique que l’animal établit son terrier dans les bois, mais parcourt les prairies pour se nourrir de fruits, de racines et des petits mammifères. Les mulots et les taupes sont abondamment consommés après la fenaison car ils sont alors plus visibles et circulent davantage. La femelle porte en moyenne deux renardeaux par an. C’est alors que deux à trois individus sont observés quotidiennement. "Je les vois depuis la fenêtre de la cuisine, le soir. Surtout au printemps, quand les femelles recherchent activement de la nourriture pour subvenir aux besoins de leur progéniture" (éleveur 12).

60Les savoirs sur le vautour fauve se construisent de manière plus collective, dans le cadre de l’UTV. Sa régulation étant interdite, sa surveillance constitue un enjeu majeur de protection des troupeaux. Chacun collecte des informations au sein de son DO, mais aussi de l’estive pour ceux qui en fréquentent. Rapportées à l’éleveur 13, chasseur et expert en faune sauvage de l’UTV, il vérifie qu’elles corroborent celles issues d’autres UTV, voire à l’échelle départementale chez les spécialistes de la fédération de chasse ou du réseau des vétérinaires qu’il connaît. Les éleveurs de l’UTV se dotent ainsi d’un modèle de comportement local de l’espèce, qui définit les signes avant-coureurs des attaques sur le bétail (des conditions climatiques particulières, des comportements d’individus isolés constituant l’avant-garde d’un groupe, des voies de pénétration préférentielle dans l’UTV). Chacun connaissant alors ces indices, il alerte téléphoniquement ses voisins dès qu’il observe l’un d’entre eux, sachant qu’en retour ils feront de même.

61Le recul de la fougère, récoltée comme litière, constitue un autre sujet de préoccupation commun. Aucun des savoirs partagés sur l’espèce ne permettant d’expliquer sa raréfaction, ces quatre voisins ont franchi une nouvelle étape en pratiquant des expérimentations individuelles, mais dont l’évaluation des effets est partagée. L’éleveur 12 épand ainsi les eaux usées de traite sur une partie des fougeraies pendant plusieurs mois. Constatant un effet bénéfique, ses voisins viennent observer sur place la réinstallation dans la parcelle. L’éleveur 14 interdit pour sa part l’accès au bétail d’une partie de sa fougeraie. Les résultats du test sont échangés et de nouvelles pratiques de gestion éventuellement étendues à l’ensemble de l’UTV, mais aussi vraisemblablement aux DO des quatre voisins.

Conclusion

  • 23 L’hypothèse d’utiliser l’imagerie aérienne, plus précise que la carte pour représenter les lieux-mi (...)

62En mettant l’accent sur la configuration des lieux-milieux fréquentés et sur la manière dont les éleveurs les habitent, la grille d’analyse de leurs relations à l’espace s’articule autour du référentiel constitué par le triptyque DO, UTV, EROE. Il constitue à la fois la base de l’enquête et de l’analyse des résultats. Localisant avec précision les phénomènes relatés sur une carte topographique23, cette démarche met en lumière le rôle essentiel du mode d’habiter dans la construction et la différenciation des savoirs naturalistes locaux d’éleveurs. Les conditions du milieu comme les représentations qu’ils possèdent de leur responsabilité écologique et/ou patrimoniale participent certes au processus. Mais la structure de leur parcellaire d’exploitation, les conditions temporo-spatiales de sa fréquentation, leurs déplacements au sein de l’EROE et la nature des relations qu’ils entretiennent avec leurs voisins de l’UTV apparaissent comme des éléments cruciaux, et moins connus, du phénomène. Ils participent à la constitution du caractère "localisé" de ces savoirs, en intégrant le rôle de la co-construction dans leur mécanisme de validation, mais aussi à leur déficit d’universalité, puisque propres aux lieux de leur élaboration.

63La connaissance affinée de ce qui constitue le caractère localisé d’un savoir et de ses processus de construction et de validation éclaire de deux façons les débats posés en introduction. Elle donne d’abord une épaisseur renouvelée au sens du "local" lorsque des savoirs s’y rattachent, précisant notamment la distinction entre savoir local et savoirs pratiques ou expérientiels. Les premiers présentent des particularités liées aux conditions des lieux-milieux et aux modes d’habiter des individus, quand les seconds peuvent en être dissociés, donc acquérir une certaine forme d’universalité. Lorsque des conflits d’expertise confrontent les savoirs locaux aux savoirs savants, ces spécificités interdisent donc de leur accorder une validité incontestable. Mais elle exige d’admettre leur capacité d’explicitation des phénomènes propres aux lieux que les savoirs issus de méthodes scientifiques méconnaissent largement (Wynne, 1999).

  • 24 GIEE : Groupement d'intérêt Économique et Environnemental ; Groupes DEPHY et 30 000 : groupes d'agr (...)
  • 25 L'auteur mettait en évidence la difficile capacité d’échange à l’échelle du versant pour des cultiv (...)

64La démarche souligne aussi la nécessaire prise en compte des effets d’échelles dans la conception de l’intervention publique. Si certains dispositifs récents intègrent l’ensemble de l’exploitation et considèrent les réseaux d’agriculteurs (GIEE, DEPHY, 30 00024), nombreux contractualisent à la parcelle (PAEC) ou raisonnent en termes des seuls réseaux écologiques (les corridors de haies de la TVB). Or, on montre ici que c’est aux échelles des exploitations, de micro-quartiers ruraux (ici l’UTV) ou encore de l’EROE que s’élaborent les diagnostics des éleveurs sur l’état des milieux et sur leur rôle dans leur façonnement. Ce constat d’un décalage entre les spatialités d’analyse des acteurs rejoint celui effectué dans le pays de Caux par Cartier (1999)25 et les recherches récentes sur les conditions d’articulation entre les niveaux d’organisation sociale (parcelle, exploitation, UTV, filière, EROE) et les référentiels spatiaux des systèmes écologiques (habitat, écosystème, paysage) (Pelosi et al., 2010). Dans les modes d’intervention publique, tenir compte des échelles faisant sens commun pour les différentes catégories d’acteurs réduirait sans doute les motifs de désaccord sur les diagnostics. Pour ce faire, chercher à prendre en compte les collectifs de voisinage lorsqu’ils existent comme ici, nourrirait un niveau scalaire de l’analyse susceptible de mettre en rapport des logiques sociales et écologiques que la parcelle, l’exploitation, le biotope ou le paysage, pris isolément, peinent à fédérer.

Haut de page

Bibliographie

Association des chambres d’agriculture des Pyrénées - ACAP, 2013, Bilan du Plan de Soutien à l’Économie Montagnarde 2007-2013 et perspectives 2014-2020. Analyse évaluative : réalisations, résultats et impacts, [en ligne]. URL : http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Plan-de-Soutien-a-l-Economie-de.

Alberdi Collantes J.C., 2002, "El casero agricola vasco en proceso de desaparición", Eria, No.57, 5-17 

Alphandéry P., Billaud J.P., 1996, "L’agriculture à l’article de l’environnement : Introduction", Études Rurales, No.141, 9-20.

Altieri M.A., Toledo V.M., 2011, "The agroecological revolution in Latin America: rescuing nature, ensuring food sovereignty and empowering peasants", Journal of Peasant Studies, Vol.38, 587-612.

Arnaud de Sartre X., 2016, Agriculture et changements globaux. Expertises globales et situations locales, Paris, EcoPolis.

Arnauld de Sartre X., Charbonneau M., Charrier O., 2019, "How Ecosystem Services and Agroecology Are Greening French Agriculture through Its Reterritorialization", Ecology and Society, Vol.24, No.2, [en ligne]. URL : https://www.ecologyandsociety.org/vol24/iss2/art2/

Artano-Garmendia C., 2020, Le rôle de lespace dans la construction des savoirs naturalistes locaux. Le cas des éleveurs de brebis des Pyrénées occidentales (France-Espagne), Thèse de doctorat de l’université de Pau et des pays de l’Adour, 453 p.

Arranz J.M., Artano-Garmendia C., Bernos N., Charbonneau M., Gascouat P., Haristoy M., Iñarra P., Mareaux M.C., Masson S., Mignot L., Noblia J.M., Olha E., Sallato O., 2015, Les prairies permanentes basco-béarnaises. Caractériser la diversité, les modes d’utilisation et les services éco-systémiques, CDA 64, 99 p., [en ligne]. URL : https://Typologie prairies

Balent G., Barrué-Pastor M., 1986, "Pratiques pastorales et stratégies foncières dans le processus de déprise de l’élevage montagnard en vallée d’Oô (Pyrénées centrales)", Revue géographique des Pyrénées et du Sud Ouest, Vol.57, No.3, 403-447

Benoit M., Rizzo D., Marraccini E., Moonen C., Galli M., Lardon S., Rapey H., Thenail C., Bonari E., 2012, "Landscape agronomy: a new field for addressing agricultural landscapes dynamics", Landscape Ecology, Vol.27, No.10, 1385-1394.

Benoît M., 1985, La gestion territoriale des activités agricoles, l’exploitation et le village : deux échelles d’analyse en zone d’élevage, cas de la Lorraine-région de Neufchâteau, Thèse de docteur-ingénieur : Sciences agronomiques, INAPG, 180 p.

Besse J.M., 2015, "Voisinage", Annales de géographie, No.704, 385-390.

Biaggi C., 2015, "Habiter, concept novateur dans la géographie scolaire", Annales de géographie, No.704, 452-465.

Burel F., Baudry J., 1999, Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications, Paris, Tec & Doc.

Cartier S., 1999, "Entre recours à l’État et recours au marché, principes de solidarité face au risque de ruissellement érosif en pays de Caux", Doctorat Sociologie,Université de Paris X Nanterre-CNRS-INRA, 543 p.

Callon M., 1986, "Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc", L’année sociologique, No.36, 169-208.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Charbonneau M., Poinsot Y., 2018, "Pour territorialiser les politiques publiques de l’eau potable : Prendre en compte le concernement territorial des acteurs et les configurations spatiales des dispositifs de gestion", Cybergeo: European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, document 874, [En ligne]. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/29751

Collignon B., 2005, "Que sait-on des savoirs géographiques vernaculaires ?", Bulletin de l’Association de géographes français, No.3, 321-331.

Coolsaet B., 2016, "Towards an agroecology of knowledges: Recognition, cognitive justice and farmers’ autonomy in France", Journal of Rural Studies, No.47, 165-171.

Deffontaines J.P., 1998, Les sentiers d’un géo-agronome, Paris, Arguments.

Denoyel N., 2009, "Savoirs pratiques et vae", in Boutinet J.P., L’ABC de la VAE, Toulouse, ERES « Éducation – Formation.

Deverre C., de Sainte Marie C., 2008, "L’écologisation de la politique agricole européenne. Verdissement ou refondation des systèmes agro-alimentaires", Revue d’études en agriculture et environnement, Vol.89, No.4, 83-104.

Dore T., Makowski D., Malezieux E., Munier-Jolain N., Tchamitchian M., Tittonell P., 2011, "Facing up to the paradigm of ecological intensification in agronomy: revisiting methods, concepts and knowledge", European Journal of Agronomy, Vol.34, No.4, 197-210.

Durand X., 2001, "L’espace domestique dans la ville africaine. L’exemple du quartier musulman de Yaoundé", Annales de géographie, No.620, 364-382.

Berthet E., Barnaud C., Girard N., Labatut J., Martin G., 2016, "How to foster agroecological innovations? A comparison of participatory design methods", Journal of Environmental Planning and Management, Vol.59, No.2, 280-301.

Esposito-Fava A., 2010, Territorialisations et action agricole : quelles ressources et dispositifs pour quelles gouvernances ? Une analyse à partir des cas du parc Naturel Régional du Marais du Cotentin et du Bessin, de Métropole Savoie et de Rovaltain, Thèse Doctorat Géographie, Université Joseph-Fourier, Grenoble I, 408 p., [en ligne]. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00536654/.

Fortier A., 2005, "Des savoirs locaux insaisissables ? L’exemple de la tenderie aux grives en Ardenne", VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, Vol.6, No.3, [En ligne]. URL: http://vertigo.revues.org/2429

Frelat-Kahn B., Lazzarotti O. (Eds), 2012, Habiter, vers un nouveau concept ?, Paris, Armand Colin.

Garcia Ruiz J.M. et Lasanta T., 1990, "Land-use changes in the Spanish Pyrenees", Mountain Research and Development, Vol.10, No.3, 267-279.

Girard N., Magda D., 2018, "Les jeux entre singularité et généricité des savoirs agro-écologiques dans un réseau d’éleveurs", Revue d’anthropologie des connaissances, Vol.12, No.2, 199-228, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2018-2-page-199.htm

Hazard L., Steyaert P., Martin G., Couix N., Navas M.L., Duru M., Lauvie A., Labatut J., 2017, "Mutual learning between researchers and farmers during implementation of scientific principles for sustainable development: the case of biodiversity-based agriculture", Sustainability Science, No 13, 517–530

Huntington H.P., 2000, "Using traditional ecological knowledge in science: methods and application", Ecological applications, Vol.10, No.5, 1270-1274.

Lardon S., Caron P., Benoit M., 2012, "De la géo-agronomie à l’agronomie des territoires : un parcours, des étapes-clés et des prolongements", in : Lardon S. (Ed.), Géoagronomie, paysage et projets de territoire. Sur les traces de Jean-Pierre Deffontaines, Paris, QUAE, NSS Dialogues, 21-41.

Lefort I., Pelletier P., 2015, "Elisée Reclus ou la condition géographique : habiter la terre", Annales de géographie, No.704, 339-350.

Lévy J., 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Lévy J., 2015, "Habiter Cheonggyecheon : l’exception ordinaire", Annales de géographie, Vol.704, No.4, 391-405.

Lussault M., 2007, L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

Lussault M., Stock M., 2010, "Doing with space: toward a pragmatics of space", Social Geography, No.5, 11-19.

Lussault M., 2015, "L’expérience de l’habitation", Annales de géographie, No.704, 406-423.

Mathieu N., 2014, "Chapitre 6. Mode d’habiter : un concept à l’essai pour penser les interactions hommes-milieux", In : Robert Chenorkian éd., Les interactions hommes-milieux, Versailles, France : Éditions Quæ "Indisciplines", 97-130.

Monneyron A., 2003, Transhumance et éco-savoir. Reconnaissance des alternances coformatrices, Paris, L’Harmattan.

Morel-Brochet A., Ortar N., 2014, "Introduction - Les modes d’habiter à l’épreuve de la durabilité", Norois, Vol.231, No.2, 7-12.

Muller P., 1990, "Les politiques publiques entre secteurs et territoires", Politiques et management public, Vol.8, No.3, 19‑33, [en ligne]. URL :

O’Rourke E., Charbonneau M., Poinsot Y., 2016, "High nature value mountain farming systems in Europe: Case studies from the Atlantic Pyrenees, France and the Kerry Uplands, Ireland", Journal of Rural Studies, No.46, 47-59.

Pelosi C., Goulard M., Balent G., 2010, "The spatial scale mismatch between ecological processes and agricultural management: do difficulties come from underlying theoretical frameworks?", Agriculture Ecosystem Environment, No.139, 455-462.

Pérec G., 1974, Espèces d’espaces, Paris, Galilée.

Petit S., Fleury P., 2010, "Soigner les prairies. Vers une réhabilitation des savoirs de la pratique ?", Terrains & travaux, Vol.17, No.1, 41-56.

Pineau G., 2009, "Savoirs et rapports aux savoirs", in Boutinet J.P. (Ed), LABC de la VAE, Toulouse, Erès, 210-211.

Prevost P., Capitaine M., Prost L., Cerf M., Omon B., Compagnone C., 2016, "Savoir agronomique pour l’action", Agronomie, Environnement et Sociétés, Vol.6, No.2, 44 p.

Puigdefabregas J., Fillat F., 1986, "Ecological adaptation of traditional land-uses in the Spanish Pyrenees", Mountain Research and Development, Vol.6, No.1, 63-72.

Salliou N., Vialatte A., Monteil C., Barnaud C., 2019, "First use of participatory Bayesian modeling to study habitat management at multiple scales for biological pest control", Agronomy Sustainable Development, Vol.37, No.9, 158-166

Séhouéto L., 2006, "Savoirs agricoles localisés et production vivrière en Afrique subsaharienne", Revue internationale des sciences sociales, Vol.187, No.1, 127-134, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2006-1-page-127.htm

Soulard C.T., 2014, "Pratiques, politiques publiques et territoires : construire une géographie agricole des villes", HDR Géographie, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, Bordeaux, [en ligne]. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01016218/.

Staszak J.F., 2001, "L’espace domestique, pour une géographie de l’intérieur", Annales de géographie, No.620, 339-363.

Stock M., 2012, "Faire avec l’espace. Pour une approche de l’habiter par les pratiques", in Frelat-Kahn B., Lazzarotti O. (Eds), Habiter, vers un nouveau concept ?, Paris, Armand Colin.

Stock M., 2015, "Habiter comme « faire avec l’espace ». Réflexion à partir des théories de la pratique", Annales de géographie, Vol.704, No.4, 424-441, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2015-4-page-424.htm

Thoenig J.C., Duran P., 1996, "L’État et la gestion publique territoriale", Revue française de science politique, Vol.46, No.4, 580‑623, [en ligne]. URL : https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1996_num_46_4_395082 Tilman D., Fargione J., Wolff B., D’antonio C., Dobson A., Howarth R., Schindler D., Schlesinger W.H., Simberloff D., Swackhamer D., 2001, "Forecasting agriculturally driven global environmental change", Science, No.292, 281-284.

Vanloqueren G., Barert P.V., 2009, "How Agricultural Research Systems Shape a Technological Regime That Develops Genetic Engineering But Locks Out AgroEcological Innovations", Research Policy, No.38, 971-983.

Viers G., 1962, Les Pyrénées, Paris, PUF.

Viers G., 1992, "Mutations et progrès de l’agriculture en Pays Basque de France", Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Vol.63, No.3-4, 383-408

Vincent-Geslin S., 2014, "Les altermobilités : une mise en pratiques des valeurs écologiques ?", Norois, Vol.232, No.2, 113-124.

Wenzel G.W., 1999, "Traditional Ecological Knowledge and Inuit: Reflections on TEK research and ethics", Arctic, Vol.52, No.2, 113-124.

Wynne B., 1999, "Les moutons peuvent-ils paître en toute sécurité ? Une approche réflexive du partage entre savoir expert et savoir profane", Les Cahiers de la sécurité intérieure, No.38, 219-236

Haut de page

Notes

1 Agences de l’eau, Conservatoires d’Espaces Naturels, collectivités territoriales, Ligue de Protection des Oiseaux, etc.

2 Périmètres de protection des eaux potables, de zones vulnérables, zones classées pour la richesse de leur biodiversité type Natura 2000, etc.

3 Préservation dun milieu ou dune espèce, gestion des contaminations dun point de captage deau potable, gestion quantitative de leau, etc.

4 AAC : Aires d'Alimentation de Captage d'eau potable ; PAEC : Projet agro-environnemental et climatique ; TVB : Trame Verte et Bleue

5 Mesures agro-environnementales et climatiques.

6 La Convention sur La Diversité Biologique est un des trois traités internationaux signés lors du Sommet de la Terre de 1992, visant à assurer la conservation de la biodiversité.

7 Cherchant à caractériser le processus de construction de ces savoirs et leurs rapports à la pratique, nous le définissons ici comme "ce qui pour un sujet est acquis, construit et élaboré par l’étude, lobservation ou lexpérience" (Beillerot et al., 2000), en référence aux sciences de l’éducation.

8 Le "lieu-milieu" est considéré ici "comme l’unité spatiale la plus petite à partir de laquelle le sujet entre en contact avec les phénomènes naturels. Il est doté d’attributs naturels fixes (substrat géologique, sol, topographie, existence d'un cours d’eau, etc.) et changeants (passages d’animaux non-domestiques, évènements climatiques, etc.). Il possède des limites assez précises qui influencent le nombre des phénomènes naturels qui s'y déroulent et la manière dont ils s’agencent entre eux. Il est doté d'un topos, de coordonnées géographiques, et d’une position, qui déterminent les relations existantes entre ces phénomènes et ceux des autres lieux-milieux" (Artano-Garmendia, 2020, p.10).

9 Parmi les régions d’élevage en zone HNV, la diversité écologique des exploitations des Pyrénées-Atlantiques est bien connue par les travaux d’un GIS ovin-lait (Arranz et al., 2015) auquel les auteurs participent. L’insertion culturelle d’une des auteurs dans ce milieu social d’accès difficile a facilité les enquêtes, débouchant sur la soutenance d’une thèse (Artano-Garmendia, 2020).

10 Unités de Gros Bétail.

11 Premier département français en nombre d’installations aidées au recensement agricole de 2010.

12 Vers une Approche Territoriale de l’autOnomie foUrragère et des Services rendus par les systèmes fourragers à dominante herbagère en productions fromagères AOP de montagne.

13 L'échange débute non par les problèmes du chercheur (les savoirs naturalistes locaux), mais par certains de ceux de l’éleveur (ceux qu’occasionnent des espèces sauvages, perturbant le déroulement des pratiques productives). Dans un deuxième temps, la discussion s’élargit à d'autres espèces considérées par l’éleveur comme non problématiques.

14 Cette dernière ne sera pas mobilisée ici, son intérêt pour l'étude des pratiques d'éleveurs nous paraissant moindre.

15 Espace Réticulaire d’Observation et d’Échange (EROE) ; Unité Territoriales de Voisinage (UTV) ; Domaine d’Observation (DO).

16 En référence à la thèse de Coralie Artano-Garmendia (2020), cet éleveur sera désigné par ce numéro dans la suite du texte.

17 Prime Herbagère Agro-Environnementale

18 Les savoirs présentés ici correspondent à ceux formulés par l’éleveur lors de lentretien. Ils sont loin d’être exhaustifs, l’échange étant focalisé sur les espèces considérées comme "à problème" et cherchant à mettre en lumière la diversité des conditions, individuelles et collectives, de la construction et de la validation des savoirs.

19 Pas de prise en comptes des insectes.

20 Parmi les savoirs rapportés sur chaque espèce, on a distingué ceux relevant de l’écologie (taille de la population, habitat, alimentation, etc.), de la biologie (cycle reproductif, nombre de petits, espérance de vie, etc.) et de l’éthologie (lieu de nichage et d’alimentation, limites du domaine vital, comportements intra- et interspécifiques, etc.). Aisément accessibles par la seule observation, ceux relevant de l’éthologie et de l’écologie sont en général plus abondants que ceux du domaine biologique. Exigeant des enregistrements méthodiques (dates de mises-bas ou de ponte, etc.) et des observations délicates (nombre d’oisillons par nichée ou de renardeaux par portée), voire impossibles à effectuer hors d’une expérimentation spécifique (espérance de vie, âge de la première reproduction), ces derniers ne peuvent souvent être obtenus que par le recours à des ouvrages scientifiques.

21 Les valeurs affichées se réfèrent à un nombre total de savoirs calculé pour chaque éleveur interrogé et pour chaque espèce (Artano-Garmendia, 2020).

22 Il consomme en effet le placenta des vaches qui se mélange aux bactéries contenues dans l’estomac, puis se retrouve dans ses excréments. Les déjections contaminent alors le fourrage consommé par les bêtes. Une vache atteinte de néosporose avorte dans 60 % des cas et sa descendance a 80 % de chances de ne pas être suitée.

23 L’hypothèse d’utiliser l’imagerie aérienne, plus précise que la carte pour représenter les lieux-milieux, a dû être écartée. S’apparentant au registre parcellaire graphique auxquelles s’adossent les déclarations PAC (Politique Agricole Commune), elle suscitait la crainte que ces enquêtes puissent alimenter des procédures de contrôle.

24 GIEE : Groupement d'intérêt Économique et Environnemental ; Groupes DEPHY et 30 000 : groupes d'agriculteurs mis en place dans le cadre de la politique Ecophyto.

25 L'auteur mettait en évidence la difficile capacité d’échange à l’échelle du versant pour des cultivateurs aux parcellaires éclatés, alors que cette entité topographique faisait sens pour les géomorphologues étudiant la dynamique de l’érosion agricole.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des exploitations agricoles enquêtées
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN 2020, SRTM-OSM 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-1.png
Fichier image/png, 629k
Titre Figure 3 : Le mode d’habiter poly-topique des éleveurs
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 5 : Le DO, l’UTV et l’EROE15 : un cadre d’analyse
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-3.png
Fichier image/png, 200k
Titre Figure 6 : L’exploitation dans son voisinage
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-4.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 7 : Les paysages du DO et de l’UTV de l’éleveur 12
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 8 : Calendrier spatio-temporel des déplacements de l’éleveur 12 liés à la gestion de l’exploitation
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-7.png
Fichier image/png, 368k
Titre Figure 9 : L’espace réticulaire d’observation et d’échange de l’éleveur 12
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-8.png
Fichier image/png, 653k
Titre Figure 10 : Déplacements et observations réalisés le long des principaux trajets de l’éleveur 12
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-9.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 11 : La structure des savoirs relatifs aux espèces banales de l’éleveur 12
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-10.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 12 : Le type de savoirs détenus par espèce banale par l’éleveur 1221
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-11.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 14 : Au sein du DO de l’éleveur 12 : la localisation des espèces considérées comme banales
Crédits Artano-Garmendia, Charbonneau, Montagne, Poinsot, 2022 Source : Artano-Garmendia, 2020, IGN 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38598/img-12.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coralie Artano-Garmendia, Marion Charbonneau et Yves Poinsot, « Mode d’habiter et construction des savoirs naturalistes locaux : les éleveurs de brebis des Pyrénées occidentales », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 1009, mis en ligne le 24 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/38598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.38598

Haut de page

Auteurs

Coralie Artano-Garmendia

Chargée de mission de l’association de 4 commissions syndicales du Pays basque, France
coralie.csps@orange.fr

Marion Charbonneau

Maîtresse de conférences
Université de Pau et des Pays de l’Adour, E2S UPPA, CNRS, TREE, Pau, France
marion.charbonneau@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Yves Poinsot

Professeur honoraire, France
yves.poinsot64@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search