Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2022Les territoires ruraux de montagn...

2022
1011

Les territoires ruraux de montagne en Tunisie, entre marginalisation et perspectives de transition. Éléments d’analyse depuis le Jbel Bargou

Rural mountain territories in Tunisia, between marginalization and transition prospects. Insights from the Jbel Bargou
Territorios rurales montañosos de Túnez, entre marginalización y perspectivas de transición. Elementos de análisis desde Jbel Bargou
Nasser Rebaï

Résumés

En Tunisie, les territoires de montagne n’ont été que peu concernés ces dernières décennies par les politiques de développement rural et agricole. En outre, ils n’ont été que partiellement abordés dans les productions scientifiques qui, souvent, n’ont proposé que des réflexions sur le pastoralisme ou la dégradation des ressources forestières. Alors que le déficit de connaissances à leur sujet constitue un facteur supplémentaire de leur marginalisation, cet article entend proposer un regard nouveau sur les territoires ruraux de montagne en Tunisie, dans un contexte postrévolution de 2011 qui invite à s’interroger sur le développement des régions intérieures. Pour cela, il s’appuie sur les résultats d’une série d’entretiens menés en 2020 auprès de chercheurs, de représentants des services agricoles et des agriculteurs du Jbel Bargou. En restituant et en confrontant leurs discours, ce texte fournit des éléments de réflexion sur les perspectives de transition des territoires ruraux de montagne en Tunisie. Il indique que le manque de "collectif" chez les agriculteurs constitue, pour le moment, un frein à la mise en place de pratiques agricoles innovantes, et précise que cette situation résulte principalement d’une action inadaptée, et en partie dépassée, des services agricoles.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions chaleureusement Jean-Christophe Paoli (LRDE-INRAE), ainsi que les collègues du Département de Géographie de l’Université de Sfax, Najiba Chkir et Hédi Rebei, qui nous ont appuyé dans le démarrage de notre recherche en Tunisie. Notre gratitude va également aux collègues Hédi Abdallah, Amor Gammar et Marwen Swayhi, du Laboratoire Biogéographie, Climatologie Appliquée et Dynamiques Environnementales (BICADE), qui ont grandement facilité notre travail de terrain à Bargou. Nous adressons de la même manière notre reconnaissance aux collègues enseignants-chercheurs, en Tunisie et en France, aux agriculteurs et aux acteurs institutionnels qui nous ont réservé une partie de leur temps pour les entretiens. Merci, enfin, aux évaluateurs anonymes pour la pertinence de leurs remarques.

Introduction

1Depuis trente ans, la "modernisation" du secteur primaire en Tunisie a entraîné de profondes mutations des territoires ruraux. Si les principes de l’agriculture intensive se sont diffusés au moyen de "programmes de développement agricole", des cadres légaux ont également été mis en place afin de permettre aux investisseurs privés de s’approprier d’importantes ressources foncières et hydriques (Gana, 2008 ; Elloumi, 2013 ; Fautras, 2021), et ce de manière plus évidente encore dans le contexte des réformes libérales des années 1980 et 1990 (Canesse, 2014). Des travaux se sont alors intéressés aux transformations récentes des plaines centrales et côtières (Collard et al., 2015 ; Bennasr, Bachta, 2018 ; Rebei, 2019), régions privilégiées de l’action publique et privée pour le développement agro-industriel. Si d’autres études ont porté sur la fertile vallée de la Medjerda (Hanafi et al., 2015), sur les steppes (Selmi, Elloumi, 2007 ; Jouili et al., 2013 ; Fautras, 2017), ou sur les espaces oasiens (Kassah, 1999 ; Carpentier, 2019), à l’inverse, les publications sur les territoires ruraux de montagne sont demeurées plus parcellaires. Toutefois, alors que depuis la Révolution de 2011, les populations des campagnes marginalisées se sont mobilisées afin de se réapproprier des ressources foncières et hydriques dont elles s’étaient vues privées depuis l’époque coloniale (Fautras, 2015 ; Gana, Taleb, 2019), une plus grande attention doit être accordée aux jbels tunisiens. Cela se justifie également par le fait que les montagnes méditerranéennes apparaissent particulièrement sensibles au changement climatique, avec la baisse des précipitations, l’augmentation sensible des températures moyennes et la dégradation accélérée des formations végétales (El Jihad, 2016 ; Michon et al., 2017 ; Vennetier, 2020). Ainsi, tandis que ces dernières années, dans un contexte de changements globaux, les travaux sur la transition des territoires ruraux des Suds se sont multipliés (Torquebiau, 2015 ; Girard, 2017 ; Bayiha et al., 2019 ; Côte et al., 2019), nous souhaitons, à travers cet article, poser la question suivante : dans quelle mesure la transition des territoires ruraux de montagne en Tunisie peut-elle être engagée ?

2Pour y répondre, notre réflexion se structure en quatre parties. Nous revenons d’abord sur les facteurs historiques qui ont favorisé la marginalisation des territoires ruraux de montagne en Tunisie. Nous voyons ensuite comment cela a pu contribuer à ne produire que des connaissances partielles à leur sujet. Puis, une séquence plus théorique nous permet d’identifier les facteurs favorables à la transition des territoires ruraux des jbels tunisiens, en insistant sur le rôle que pourraient jouer les collectifs d’agriculteurs dans ce processus. Après cela, nous présentons la méthodologie employée au cours d’un travail de terrain exploratoire dans le Jbel Bargou, en 2020, qui a consisté à mener des entretiens auprès de plusieurs catégories d’acteurs (chercheurs, représentants de l’administration agricole et du secteur associatif, agriculteurs) afin de recueillir différents discours sur les problématiques des territoires ruraux des jbels tunisiens. Enfin, nous exposons les résultats de ce travail de terrain en procédant à la confrontation des points de vue des acteurs interrogés, ce qui nous conduit à identifier en particulier les blocages actuels à la transition des territoires ruraux dans les montagnes tunisiennes.

Problématiques des montagnes tunisiennes

3Les imaginaires géographiques sur la Tunisie renvoient souvent aux paysages de son littoral et de ses confins sahariens et n’intègrent que rarement ses régions de montagne. Pourtant, le voyageur qui parcourt la Tunisie ne semble jamais en être éloigné, comme lorsqu’il quitte Tunis par le sud et qu’il distingue rapidement, à l’ouest, la silhouette du Jbel Zaghouan (figure 1). Il est donc paradoxal que les montagnes soient relativement peu abordées dans la production scientifique. Nous proposons d’expliquer ce paradoxe en montrant que la marginalisation des montagnes tunisiennes en tant qu’objet d’étude est liée à leur marginalisation historique dans la production du territoire national.

Des marges anciennes du territoire national tunisien

4De Dougga à Sbeïtla, en passant par Makthar (figure 1), les sites archéologiques qui attestent de l’occupation et de la structuration anciennes des régions du Haut Tell et de la Dorsale sont nombreux et ont fait l’objet d’une documentation abondante de la part des archéologues. De même, les monts de Kroumirie et de Matmata (figure 1) se caractérisent par un peuplement ancien (Taïeb, 2008 ; Taïeb, Ballais, 2010). Toutefois, Miossec (1999) a montré que l’identité tunisienne s’est historiquement construite depuis sa façade orientale, à l’interface du monde méditerranéen. En effet, la concentration du pouvoir politique, de Carthage à Tunis et la croissance des villes dans le Sahel et sur le littoral ont contribué, au fil des siècles, à distinguer "deux Tunisie". La première était organisée par une élite urbaine qui jouissait de la propriété de grands domaines agricoles, les henchirs, sur les terres fertiles des plaines orientales (Sethom, 1992). La seconde était celle des agropasteurs nomades qui tiraient profit des parcours dans les steppes et les terres de moyenne altitude (Attia, 1977 ; Lahmar, 1994). Si les historiens tunisiens Chérif (1973 ; 1982) et Hénia (1996) décrivent ce rapport entre pouvoir urbain et appropriation de l’espace agraire, et apportent un éclairage essentiel pour comprendre la géohistoire du territoire tunisien, à l’inverse, les montagnes, lointaines, n’apparaissent pas dans leurs écrits. L’histoire des montagnes tunisiennes est cependant évoquée dans d’autres sources. Zones de résistance à la conquête romaine (Benabou, 2005), et plus tard aux autorités beylicales (Despois, 1959 ; Mejbri, 2005 ; Ben Slimane, 2020) puis coloniale (Frémont, 1969), leur fonction de refuge pour les populations paysannes (Valensi, 1964 ; Gammar, 1998 ; Auclair, Gardin, 2004) leur a conféré l’image de régions archaïques, misérables, mais aussi rebelles. Ainsi, les jbels tunisiens semblent appartenir depuis longtemps au bled siba, monde de la dissidence et du désordre, en opposition au bled makhzen, sous contrôle de l’État (Ganiage, 1994).

5Même après l’indépendance de la Tunisie, en 1956, les montagnes ont continué d’être globalement ignorées par les politiques de développement rural et agricole. Tandis que les plaines littorales et les steppes ont connu la mise en place d’un modèle agricole productiviste reposant sur l’extension de périmètres irrigués, les montagnes n’ont fait l’objet que de "compensations" avec, par exemple, la mise en place par l’État de chantiers de reboisement (Bouju et al., 2016). Des recrutements dans les services publics et dans l’administration, moins nombreux cependant que dans les régions littorales (Belhadj, de Facci, 2015), ont également procuré aux populations des sources de revenus alors que le régime de Ben Ali (1987-2011) a contribué à la mise en place de projets de développement qui ont permis d’entretenir des relations clientélistes avec les agriculteurs (Gardin, 2006 ; Canesse, 2014). La création en 1981 de l’Office de Développement Sylvo-Pastoral du Nord-Ouest (ODESYPANO) constitue néanmoins un fait remarquable. Alors que ses premières initiatives en matière d’aménagement du territoire devaient répondre aux directives de l’administration centrale, à partir des années 1990, dans un contexte de libéralisation de l’action publique et de décentralisation (Canesse, 2009), ses objectifs ont évolué. La conservation des sols, des ressources hydriques et des forêts des gouvernorats de Béja, Jendouba, Siliana et du Kef est alors devenue sa priorité, en misant de manière officielle sur une approche participative des populations rurales (Labiadh, 2017).

Un objet d’étude partiellement abordé

6De fait, si l’orientation des politiques publiques agricoles en Tunisie a entraîné la multiplication des études sur les plaines littorales et les steppes, à l’inverse, elle a conduit à l’évitement remarquable des régions de montagne par les chercheurs. Cette tendance pose un véritable problème méthodologique, en raison d’un manque de données et d’analyses sur les jbels tunisiens ; en même temps, elle est l’illustration des déséquilibres régionaux qui n’ont cessé de croître depuis les années 1960 par suite de choix d’aménagement du territoire national, qui ont contribué à renforcer la primauté de Tunis et des régions littorales pour l’activité économique et le développement d’infrastructures (Sethom, 1979 ; Belhedi, 1993 ; Dhaher, 2010 ; Daoud, 2011). Par ailleurs, cette tendance peut être envisagée comme une "spécificité tunisienne", en comparaison de ce qui s’observe au Maroc et en Algérie. Certes, depuis trente ans, les politiques des deux pays ont, comme en Tunisie, favorisé l’extension des périmètres irrigués et le renforcement de filières stratégiques dans les plaines de basse altitude et sur les piedmonts (Bessaoud, 2013 ; Dugué et al., 2014). Cependant, au Maroc comme en Algérie, les espaces montagnards font l’objet de publications régulières sur l’organisation des populations rurales et leurs pratiques agricoles (Romagny et al., 2008 ; Perret, Paranque, 2012 ; Akerkar, 2015 ; Mourou et al., 2018). De plus, au Maroc, des initiatives importantes de valorisation de ressources agricoles spécifiques et de promotion du tourisme rural ont contribué ces dernières années à redynamiser les espaces montagnards (Boujrouf, 2014), ce qui a encouragé le renouvellement des recherches à leur sujet, principalement autour de la notion de "patrimoine" (Berriane, Michon, 2016 ; Oiry Varraca, 2019 ; Aderghal et al., 2019 ; Boujrouf et al., 2019).

7Toutefois, il est juste de rappeler que des travaux se sont intéressés aux montagnes tunisiennes. Des monographies anciennes (Guérard, Boutineau, 1892 ; Monchicourt, 1914 ; Despois, 1942 ; Frémont, 1969) ont par exemple fourni de précieux renseignements sur les agricultures et les paysages des jbels tunisiens à la fin du XIXe et au cours du XXe siècle. Plus récemment, des publications ont porté sur la forêt et le pastoralisme, deux entrées thématiques privilégiées et fortement liées, avec des réflexions sur les évolutions contemporaines des terres de parcours dans les montagnes du nord-ouest (Gammar, 2010 ; Bouju, Lioret, 2016 ; Abdallah, 2020), ainsi que dans les monts Matmata, où les capacités de résilience des pasteurs dans une région aride ont été interrogées (Genin, 2005 ; Guillaume et al., 2005). En lien avec les parcours, la question de la "domanialisation" des terres forestières a également été abordée dans des études qui ont mis en évidence que la rigidité du régime foncier depuis l’époque coloniale constituait l’un des facteurs majeurs de la vulnérabilité des agriculteurs montagnards et une source de conflits récurrents avec l’État (Gammar, Ben Salem, 2005 ; Bouju et al., 2016). Certaines études se sont alors centrées sur les effets des stratégies des populations des jbels qui, à la recherche de moyens de subsistance, ont tout au long des dernières décennies exercé une forte pression sur les ressources forestières en procédant à des défrichements, notamment pour la production de charbon (Gammar, 1984 ; Auclair, Saïdi, 2002 ; Gammar, Ben Salem, 2005 ; Abaza, 2011). Enfin, des travaux ont porté sur les stratégies migratoires des foyers ruraux et décrit les évolutions des rapports entre changements démographiques, pressions sur les ressources forestières et mutations des usages des sols et des paysages montagnards (Auclair, Picouët, 1994 ; Picouët, 2002).

8Si ces productions ont apporté des éléments de connaissance importants à propos des jbels tunisiens, leurs analyses sont toutefois souvent restées centrées sur la relation population-environnement tandis que la voix des populations locales n’est apparue que rarement. Cette caractéristique n’a rien d’étonnant en ce qui concerne les travaux d’avant-guerre, mais elle suscite plus d’interrogations pour ce qui est des travaux parus ces dernières décennies. En effet, depuis les années 1980, la pensée scientifique se renouvelle avec l’essor de la géographie sociale et de la géographie culturelle qui appellent à prendre en considération les discours et les représentations des populations étudiées (Claval, 1999 ; Di Méo, 2008). Certes, il ne faudrait pas ignorer que le contexte politique tunisien, sous le régime de Bourguiba (1957-1987), puis celui de Ben Ali (1987-2011), a pu entraver le travail des chercheurs en limitant leur capacité à recueillir les discours et les perceptions des populations paysannes sur leurs territoires et sur le rôle de l’État dans le développement rural et agricole. Mais il apparaît clairement que les études sur les montagnes tunisiennes depuis la fin du XXe siècle se sont le plus souvent positionnées à la frontière d’une géographie humaine orientée vers l’analyse des changements d’occupation du sol et la proposition de typologies d’exploitations (Auclair et al., 1995 ; Auclair et al., 2004), et d’une biogéographie portée sur les évolutions du couvert végétal et la définition d’unités paysagères (Gammar, 1998, 1999, 2001 ; Abdallah, Souilmi, 2015 ; Ayari, 2019a ; Jaziri, 2020 ; Abaza, 2021a). Cependant, il convient de citer quelques exceptions. En effet, des travaux (Gardin, 2006, 2016) ont décrit comment, au XXe siècle, l’État tunisien avait mis en place un contrôle de la population rurale et du territoire en Kroumirie. Ces écrits ont alors proposé une critique remarquable des politiques de développement et de protection des massifs forestiers avec un regard original porté sur les relations entre les agriculteurs et les services agricoles.

Penser la transition des territoires ruraux des montagnes tunisiennes grâce à l’émergence de collectifs d’agriculteurs

9Ainsi, les travaux sur les territoires ruraux de montagne en Tunisie se sont bien souvent particularisés par l’absence des acteurs des terrains étudiés. Il en résulte aujourd’hui, les concernant, un déficit d’analyses reposant sur une approche territoriale, centrées sur les logiques des agriculteurs et leur capacité à élaborer et à entretenir une stratégie d’organisation et de valorisation de l’économie locale (Campagne, Pecqueur, 2014). Toutefois, parmi certaines publications récentes, des réflexions sur la promotion de ressources agricoles spécifiques et l’apparition de filières ancrées dans les territoires semblent émerger (Ayari, 2019b ; Gammar, 2019 ; Abaza, 2021b). Cela laisse envisager un renouvellement des études rurales sur les montagnes tunisiennes, dans un contexte national où la mobilisation et l’organisation des populations rurales doivent permettre de répondre aux attentes de la Révolution en matière de justice sociale et de développement économique, tout en contribuant à faire face aux défis du changement climatique. Pour cela, il semble utile de nous saisir ici de la notion de transition des territoires.

10La notion de transition des territoires ruraux est entendue comme la mise en place et la généralisation de nouvelles formes d’organisation sociale des agriculteurs devant permettre l’entretien durable des ressources, le maintien d’emplois stables et rémunérateurs, et la production de denrées agricoles suffisantes pour couvrir les besoins alimentaires des populations rurales et urbaines (Duru et al., 2014 ; Meynard et al., 2017). Elle appelle à identifier les leviers d’action nécessaires pour le renouvellement des pratiques des agriculteurs, en accordant une attention particulière aux formes d’organisation collective à la base de projets de territoires innovants. À ce titre, des travaux spécifiques sur les paysanneries des montagnes des Suds ont montré ces dernières années que la coordination entre agriculteurs jouait un rôle décisif pour la production agricole, l’entretien des ressources et l’obtention de revenus stables et durables pour les exploitations familiales.

11Par exemple, des recherches récentes dans les Andes ont mis en évidence que la formation de petits collectifs d’agriculteurs, soutenus par les pouvoirs publics, contribuait à l’adoption et au développement de pratiques agroécologiques innovantes favorables à l’amélioration des systèmes de production familiaux et à la structuration de circuits courts de commercialisation (Girard, Rebaï, 2020). D’autres expériences andines ont signalé que dans des contextes locaux marqués par des niveaux élevés de déforestation, comme dans les montagnes du nord-ouest tunisien, la constitution de collectifs d’agriculteurs, avec une fois de plus l’appui de services publics, stimulait là encore la coordination des agriculteurs et facilitait la mise en place de dispositifs efficaces pour la reforestation des zones d’altitude et la protection des sols et des ressources hydriques (Rebaï, 2012, 2019). Plus près de la Tunisie, des travaux sur les agdals dans l’Atlas marocain ont montré l’efficience des modes de gestion communautaire des ressources naturelles nécessaires aux activités agropastorales (Auclair et al., 2011 ; Auclair, Alifriqui, 2012). D’autres études centrées sur les montagnes marocaines ont indiqué que le partage de savoirs entre individus, d’une génération à l’autre, et à l’échelle d’un même terroir villageois, pouvait être déterminant pour la sauvegarde de pratiques agropastorales singulières et la résilience des systèmes socio-écologiques locaux (Genin, Alifriqui, 2019).

12Ces exemples confirment l’intérêt de s’intéresser aux collectifs pour envisager la transition des territoires ruraux de montagne en Tunisie. Le terme collectif renvoie ici à tout groupe d’individus coopérant en vue d’une action commune visant à protéger, gérer ou valoriser une ressource ou un ensemble de ressources afin de contribuer au développement durable de son territoire (Raimbert, Rebaï, 2017). Pouvant être de taille variable, et parfois appuyés par des institutions publiques ou des organismes de développement, les collectifs se caractérisent avant tout par leur autonomie et par la singularité de leurs règles de fonctionnement et de leurs objectifs, en cohérence avec la vision d’Ostrom (1990) sur la gouvernance des communs. Ils se distinguent par conséquent des expériences collectivistes qui, dans bien des pays des Suds, ont reposé ou reposent encore sur la mise en place de coopératives au fonctionnement vertical et parfois autoritaire, laissant peu de place à l’initiative des agriculteurs (Chaléard et al., 2008 ; Foy, 2015 ; Ruf et al., 2019).

13À ce propos, il est important de rappeler que la Tunisie a elle-même connu dans les années 1960 la mise en place de coopératives. Cela devait aboutir, en théorie, à la modernisation technique et organisationnelle de l’agriculture, mais les résultats médiocres (Gagnon, 1974 ; Makhlouf, 1971 ; Boulet, 1971 ; Elloumi, 1990), les lourdeurs administratives (Sethom, 1979) ainsi que le mécontentement des agriculteurs souvent privés de leurs terres (Elloumi, 2013), ont rapidement mis fin à cette expérience. Des travaux récents ont toutefois nuancé cette image négative des coopératives tunisiennes. Certains (Sbai, 2014) ont signalé qu’elles avaient constitué une période de relative stabilité pour les agriculteurs, en leur donnant l’opportunité d’accéder temporairement à des ressources foncières à travers leur intégration à de grandes fermes d’État, et en leur apportant ainsi une sécurité dans le travail. D’autres (Collard et al., 2019) ont, quant à eux, montré que les coopératives avaient donné lieu à des innovations techniques intéressantes tout en permettant aux agriculteurs de construire des espaces d’auto-organisation favorables à leur positionnement politique face à l’administration.

14Néanmoins, ces éléments d’analyse originaux ne doivent pas éclipser le fait que des études récentes centrées sur la Kroumirie ont rappelé que les actions mises en place par l’ODESYPANO, pourtant enclin à encourager la participation des agriculteurs, étaient limitées en raison de la place encore trop grande de l’administration dans la conception et la mise en œuvre des projets (Barhoumi, 2010). Elles ont d’ailleurs signalé que les programmes d’intervention élaborés dans le contexte postrévolution ne parvenaient pas à favoriser l’amélioration des performances de l’administration forestière, et souligné le manque de précision et de cohérence des objectifs proposés par les services du ministère de l’Agriculture (Hasnaoui, Krott, 2019).

15C’est donc au regard de ces éléments que la transition des territoires dans les montagnes tunisiennes doit être envisagée comme un processus reposant sur la formation de collectifs d’agriculteurs devant permettre de rompre avec la logique de "contrôle" de la population rurale qui prédomine depuis plus d’un siècle dans les jbels tunisiens (Bouju et al., 2016). Elle correspond en cela à la mise en œuvre de projets portés par les agriculteurs et construits en fonction des besoins et des potentialités locales (Piraux et al., 2018).

Méthodologie : un travail de terrain exploratoire et des entretiens avec différentes catégories d’acteurs

  • 1 Ce programme, porté par le Laboratoire de Recherche pour le Développement de l’Élevage (LRDE), de l (...)

16Afin d’évaluer dans quelle mesure la transition des territoires ruraux de montagne en Tunisie pourrait être engagée, nous avons mené un travail de terrain dans la région du Jbel Bargou, entre les mois d’août et de septembre 2020, dans le cadre du programme "Repères et dispositifs territoriaux en faveur d’innovations pour des dynamiques pastorales durables"(REDYN)1. Nous justifions ici le choix de cette zone d’étude et nous revenons sur la quinzaine d’entretiens menés auprès de chercheurs, de représentants de l’administration et du secteur associatif, et d’agriculteurs.

Le choix d’un travail de terrain dans le Jbel Bargou

17Située dans le gouvernorat de Siliana, dans le nord de la Dorsale tunisienne (figure 1), la région du Jbel Bargou a retenu notre attention pour deux raisons.

Figure 1 : Carte de localisation du jbel Bargou

Figure 1 : Carte de localisation du jbel Bargou

N. Rebaï, 2021.
Source (photographie) : N. Rebaï. Sources (cartographie) : Carte du relief de la Tunisie (1/2 000 000) de l’Office de la topographie et de la cartographie (1999) ; Philcarto ; El Kamel et Gafsi (2013) ; Google Earth (2020).

18D’une part, l’existence d’un petit nombre de travaux à son sujet allait s’avérer utile. Signalant l’expérience des coopératives agricoles (Frémont, 1969), traitant des effets des dynamiques migratoires sur l’environnement (Auclair et al., 2004), ou décrivant l’évolution contemporaine des formations végétales et des usages du sol (Gammar et al., 2005 ; Swayhi, 2015), ces écrits allaient permettre de comprendre la dynamique actuelle du territoire du Jbel Bargou. Surtout, ils allaient aider à construire, puis à mener avec la population, des entretiens visant à déterminer si des éléments singuliers de l’histoire locale pouvaient ou non limiter la formation de collectifs d’agriculteurs et la mise en marche d’un processus de transition territoriale.

19D’autre part, au printemps 2020, la réalisation sur internet d’une revue de presse de l’actualité des montagnes tunisiennes a fait ressortir l’importance du tissu associatif en lien avec le développement rural autour de Bargou (5 000 habitants) (figure 2). La région du Jbel Bargou permet donc d’étudier le lien éventuel entre le contexte de postrévolution, l’essor de dynamiques associatives, et la mise œuvre de projets de développement synonymes de transition des territoires.

  • 2 La Tunisie est divisée en 24 gouvernorats, eux-mêmes scindés en 264 délégations. Au dernier niveau (...)

20Para la suite, nous avons donc mené une exploration de la région du Jbel Bargou, accompagné d’un garde forestier avec qui le contact a pu être établi par l’intermédiaire de collègues géographes de l’Université de la Manouba. Cette exploration de trois jours s’est faite au moyen de longues marches dans les imadas2 (secteurs) d’El Bhirine et d’Aïn Bou Saadia (figure 2) qui, au moment du recensement officiel de la population de 2004 (Institut National de la Statistique, INS), réunissaient au total 2 132 habitants, répartis entre les différents petits villages de Sodga, El Bayadh, Aïn Bou Saadia et El Ghar, situés au pied du massif (figure 2).

Figure 2 : Carte de localisation des imadas d’El Bhirine et d’Aïn Bou Saadia

Figure 2 : Carte de localisation des imadas d’El Bhirine et d’Aïn Bou Saadia

N. Rebaï, 2021.
Source-s : El Kamel et Gafsi (2013) ; Swayhi (2015) ; Google Earth (2020).

21Cela a donné lieu à des échanges libres, en arabe tunisien, sans avoir recours à un traducteur, au sujet du paysage (figure 3) et des problématiques locales en lien avec l’agriculture et la forêt et la question de l’émigration des jeunes. Bien qu’informelles, ces discussions se sont avérées précieuses pour préparer les entretiens que nous allions mener, un peu plus tard, avec les agriculteurs de la zone.

Figure 3 : Paysage dans le Jbel Bargou (2020)

Figure 3 : Paysage dans le Jbel Bargou (2020)

Au cœur du massif, les oliviers occupent une place importante. Le caroubier et le figuier de barbarie y sont aussi très présents.

N. Rebaï, 2020

Des entretiens avec des acteurs variés afin d’évaluer la possibilité de faire émerger des collectifs d’agriculteurs et d’engager la transition des territoires ruraux de montagne

22Notre recherche a ensuite reposé sur la conduite d’entretiens avec plusieurs catégories d’acteurs. En effet, l’objectif était d'identifier différents points de vue sur la formation éventuelle de collectifs d’agriculteurs dans les montagnes tunisiennes, et plus précisément dans le Jbel Bargou.

23Pour cela, nous nous sommes entretenus avec sept chercheurs tunisiens et français – six géographes et un agroéconomiste – menant ou ayant mené des travaux de terrain dans des régions de montagne en Tunisie. De plus d’une heure et demie chacun, ces échanges, en français, avaient pour but de répondre à deux objectifs. D’une part, ils devaient nous permettre de recueillir les discours de ces personnalités scientifiques sur les raisons de la marginalisation des montagnes en Tunisie. L’enjeu était de compléter l’état de l’art critique des études rurales sur les montagnes tunisiennes, en faisant ressortir des éléments que la bibliographie existante ne mettait pas nécessairement en évidence. D’autre part, ces entretiens devaient nous permettre de discuter des perspectives de transition des territoires ruraux des montagnes tunisiennes dans le contexte de postrévolution. En ayant à l’esprit les mobilisations populaires des dernières années et, surtout, l’expérience de l’oasis de Jemna, dans le gouvernorat de Kebili, où les agriculteurs se sont réapproprié des ressources foncières (Jouili, Elloumi, 2021) et sont parvenus à jeter les bases d’un projet d’économie sociale et solidaire (Ben Slimane et al., 2020), l’idée était d’évaluer avec les chercheurs si des stratégies collectives de réappropriation et de valorisation de ressources pouvaient émerger dans les jbels tunisiens. Le but était alors de voir si, en dehors de ce que certaines publications sur la Kroumirie (Barhoumi, 2010 ; Hasnaoui, Krott, 2019 ; Gardin, 2006, 2016) avaient mis en lumière, le contexte de postrévolution avait conduit l’État tunisien à faire évoluer sa stratégie concernant le développement des territoires ruraux de montagne. Les entretiens avec les chercheurs se sont donc structurés autour de trois questions principales : "pourquoi la montagne est-elle un objet d’étude mineur dans les études rurales en Tunisie, et en particulier en géographie ?" ; "le contexte de postrévolution a-t-il permis de réinscrire la montagne dans les politiques publiques de développement rural ?" ; "alors que depuis la révolution des mobilisations ont eu lieu dans les campagnes tunisiennes, des collectifs pourraient-ils contribuer à la transition des territoires ruraux de montagne ?".

24Nous avons également mené des entretiens, en français et en arabe tunisien, avec des représentants des services agricoles, en structurant les échanges autour de trois questions proches de celles posées aux chercheurs : "pourquoi les régions de montagne ont-elles été ignorées des politiques publiques ces dernières décennies ?" ; "le contexte de postrévolution a-t-il permis de réinscrire la montagne dans les politiques publiques de développement rural ?" ; "des collectifs pourraient-ils contribuer à la transition des territoires ruraux de montagne, et notamment à Bargou ?". Afin de recueillir la vision de personnalités situées à différents niveaux de l’administration, nous avons d’abord procédé à un entretien d’une heure et demie avec un haut fonctionnaire de la Direction Générale des Forêts, à Tunis. Puis, des entretiens, d’une durée moyenne d’une heure, ont été conduits avec trois agents du Commissariat Régional au Développement Agricole (CRDA) de Siliana (35 000 habitants).

25De même, nous nous sommes entretenus avec un représentant de l’association El Wifak, localisée à Bargou, identifiée durant notre revue de presse sur Internet, et spécialisée dans le domaine de "l’élaboration et l’accompagnement de la mise en œuvre de Plans de Développement Participatif (PDP)"3. La première partie de cet entretien de près de deux heures, en arabe tunisien, devait permettre de discuter des problématiques locales, de la nature des projets de développement rural et agricole dans la région de Bargou, ainsi que des évolutions du territoire depuis la Révolution. Ensuite, au regard des mobilisations récentes de populations rurales en Tunisie, comme avec les chercheurs et les agents des services agricoles, la deuxième partie des échanges avait pour but d’évaluer dans quelle mesure des projets collectifs pouvaient émerger dans cette région.

26Enfin, nous avons mené trois entretiens semi-directifs, en arabe tunisien, d’une durée moyenne d’une heure et demie, avec des agriculteurs de plus de 60 ans, afin de connaître les évolutions et les dynamiques actuelles de l’agriculture dans le Jbel Bargou. Les échanges se sont organisés autour de plusieurs questions ouvertes (exemple : "les cultures, le paysage ont-ils changé ces dernières décennies ?"), dont certaines ont porté sur le rôle de l’État à l’échelle locale (exemple : "quelles ont été les interventions de l’État depuis votre jeunesse ?" ; "l’État a-t-il construit des projets avec les agriculteurs ?"). Puis, de nouvelles questions ont été formulées pour savoir si des dynamiques collectives avaient existé dans le Jbel Bargou (exemple : "les agriculteurs se sont-ils organisés dans le passé ?" ; "pour quelle(s) raison(s) ?") et si, depuis la Révolution, la population locale avait cherché à se mobiliser, comme ailleurs en Tunisie.

Intérêts et limites de la démarche employée

27À ce stade, et compte tenu du caractère exploratoire du travail de terrain qui a été mené, l’objectif de cet article n’est pas de présenter des conclusions définitives sur les dynamiques territoriales dans la région du Jbel Bargou, et encore moins pour l’ensemble des montagnes tunisiennes. Toutefois, le fait d’avoir privilégié une démarche qualitative, en menant de longs entretiens auprès de personnalités scientifiques, d’agriculteurs et de relais institutionnels importants, permet de "confronter les points de vue" d’acteurs multiples, pour qu’apparaisse, "par le simple effet de la juxtaposition, ce qui résulte de l’affrontement des visions du monde différentes ou antagonistes" (Bourdieu, 1993, p.13). Les témoignages recueillis donnent l’occasion de poser un regard critique sur l’action de l’État tunisien, notamment depuis la Révolution, tandis que la restitution de fragments d’entretiens contribue au renouvellement des travaux sur les jbels tunisiens, en valorisant la voix des agriculteurs (Riaux et al., 2015). Ainsi, bien que s’appuyant sur une méthodologie limitée dans sa dimension quantitative, l’analyse développée dans ce texte constitue de notre point de vue un apport important dans la mesure où elle permet d’engager le débat sur les perspectives de transition des territoires ruraux de montagne en Tunisie.

Confrontation des discours sur les perspectives de transition des territoires ruraux dans les montagnes tunisiennes

28Nous restituons successivement les propos des chercheurs, des représentants de l’administration agricole, et de la population de Bargou. En les confrontant, nous identifions ce qui, d’après ces différents acteurs, constitue des freins à la formation de collectifs et à la transition des territoires ruraux dans les jbels tunisiens.

Le regard critique des chercheurs sur la stratégie de l’État tunisien

29Pour commencer, les chercheurs interrogés ont clairement exprimé des réserves au sujet des "collectifs" et de leur possible rôle pour la transition des territoires ruraux de montagne. L’un d’entre eux a par exemple manifesté son scepticisme quant au fait de vouloir interpréter les mobilisations rurales des dernières années comme des "envies de collectifs" ou des embryons de nouvelles formes d’organisation. D’après lui, ces mobilisations relevaient surtout d’initiatives spontanées "déstructurées et parfois violentes". Plus nuancés, d’autres ont tenté d’expliquer la difficulté de voir émerger des collectifs dans les régions de montagne, en donnant à leur raisonnement plus de profondeur historique. Leur analyse a d’abord insisté sur le fait que la "domanialisation" ancienne des terres forestières avait conditionné la précarité foncière des agriculteurs montagnards, et limité leurs accès aux ressources. Elle a également mis en évidence que, depuis l’indépendance, aucun des différents plans d’aménagement du territoire tunisien n’avait accordé d’attention particulière aux régions de montagne. Pour les chercheurs, l’État tunisien s’est représenté les habitants des jbels comme des "populations à contrôler" et sa "seule stratégie a été dinterdire", sans jamais fournir aux agriculteurs les moyens de prendre des initiatives coordonnées pour leurs territoires. À l’inverse, le pouvoir s’est donné pour objectif de "moderniser lagriculture des plaines, pour lexportation et pour satisfaire la demande urbaine". L’ambivalence des politiques publiques des dernières décennies a donc conditionné les migrations des populations montagnardes vers Tunis, Sousse ou Monastir, et la généralisation des stratégies individuelles a ainsi limité la capacité de populations montagnardes "déracinées" à s’inscrire dans des initiatives collectives. Pour les chercheurs, l’action de l’État tunisien de ces dernières décennies explique donc en bonne partie la difficulté à envisager aujourd’hui la construction de collectifs d’agriculteurs dans les régions de montagne.

Une administration encore focalisée sur le "contrôle" de la population

30Avant de rencontrer les fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, l’un des chercheurs tunisiens consultés nous avait avertis que les échanges avec l’administration n’abouteraient à rien d’intéressant. Il précisa même que "les administrateurs administrent [et] ne réfléchissent pas aux contenus des projets", avant de déclarer que la mission des agents publics est "dasseoir le pouvoir de l’État, pas d’éveiller les consciences". Il est vrai que l’entretien mené avec le fonctionnaire de la Direction Générale des Forêts a d’abord donné lieu à une récitation polie du discours officiel de l’État tunisien, insistant sur "limportance de développer des approches participatives", élément de langage standard depuis plus de vingt ans (Canesse, 2009). Mais deux points intéressants sont néanmoins ressortis de la discussion, le premier concernant le "retard" pris par la Tunisie pour structurer des filières locales, le second signalant le "manque de moyens pour assurer la protection du couvert forestier dans certaines régions de montagne" et le "fort rejet des services de l’État depuis la Révolution". De leur côté, les agents du CRDA de Siliana ont également fait référence à l’objectif normatif de "renforcer les approches participatives", et rappelé le contexte de tension sociale qui existe dans certaines zones forestières où les défrichements et les incendies sont réguliers, et où la défiance à l’égard de l’État demeure très grande. L’un d’entre eux précisa même que la situation actuelle dans les montagnes tunisiennes est "très critique puisquil ny plus dautorité depuis la Révolution, et que bientôt, il ny aura plus darbre dans ce pays ! Les moyens sont limités et même lorsque nous intervenons, que nous constatons des délits, les sanctions à lencontre des agriculteurs sont ridicules". Ainsi, les propos recueillis signalent que, plutôt que de tenter de mettre en marche des projets de renforcement des capacités collectives des agriculteurs, le "contrôle" des populations rurales continue d’être la priorité des services agricoles.

Une population locale partagée sur la question du "collectif"

31De son côté, le représentant de l’Association El Wifak a exprimé un point de vue tranché en précisant d’emblée que, depuis la Révolution, "l’État [était] absent". Dans ce contexte, de nombreuses exploitations, de Siliana à Bargou, ont procédé à des forages illégaux pour développer l’arboriculture, "avec des conséquences graves pour les ressources en eau de la région". Pour le représentant de l’association, la stratégie actuelle de l’État est loin d’être cohérente, entre son incapacité à encadrer la population et une tendance à vouloir acheter la paix sociale, quitte à laisser faire certaines pratiques néfastes pour l’environnement. Elle est même loin de pouvoir contribuer à la transition des territoires, puisque "rien nest fait pour favoriser les organisations collectives dagriculteurs". D’après lui, même en ce qui concerne l’arboriculture, les conseils du CRDA de Siliana portent davantage sur des aspects techniques qu’organisationnels. "Constatez par exemple quil ny a même pas un centre de collecte ici qui pourrait encourager les agriculteurs à se réunir et même à sorganiser". D’après le représentant d’El Wifak, il serait donc difficile de compter sur des collectifs : "ici, les gens ont du mal à sinvestir dans un projet collectif parce quils ne lont jamais fait et parce quils nen ont pas vraiment les capacités".

32Le manque d’expérience et de confiance a également été au cœur du discours des agriculteurs du Jbel Bargou. Pour eux, se réunir et travailler collectivement semble difficile dans la mesure où le souvenir des coopératives des années 1960 est encore douloureux. L’un d’entre eux déclara par exemple que "les agriculteurs travaillaient la terre qui ne leur appartenait plus. L’État lavait confisquée et payait 3 kilos de farine par mois. Les gens ici navaient rien à manger". Et puis, ces dernières décennies, les rapports avec l’administration ont continué à être difficiles en raison des défrichements qui ont pu avoir lieu. Les actions des services agricoles n’ont donc jamais été en cohérence avec les intérêts des agriculteurs, ce qui explique que les "gens auraient du mal à être dans un collectif soutenu par l’État". Pourtant, il existe dans l’imada d’El Bhirine, et plus précisément dans la petite plaine de Sodga, un Groupe de Développement Agricole (GDA), depuis que l’État tunisien y a favorisé le développement, à la fin des années 1980, d’un périmètre irrigué, sur une superficie de 330 hectares (figure 4).

Figure 4 : Paysage de la plaine de Sodga (2020)

Figure 4 : Paysage de la plaine de Sodga (2020)

Dans ce secteur du Jbel Bargou, les arbres fruitiers (pommiers, figuiers, pêchers) témoignent de l’existence d’un périmètre irrigué dont le développement a été favorisé par l’intervention de l’État.

N. Rebaï, 2020

33Mais, d’après l’un des agriculteurs interrogés, membre de la structure, il n’existe aucun dialogue au sein du GDA : "on ne parle pas de sorganiser, alors que lon produit tous des fruits que lon vend individuellement à des intermédiaires. Les gens veulent seulement avoir de leau pour irriguer leurs arbres mais beaucoup ne paient pas, ne respectent pas les tours, et l’État ne fait rien pour régler les problèmes". Si cette situation a déjà été vue ailleurs en Tunisie (Ben Saad, Paoli, 2019), et n’est donc pas une spécificité montagnarde, ce témoignage vient cependant corroborer ce qui a été souligné, ces dernières années, au sujet des GDA. Mis en place dans le contexte des réformes libérales des années 1990, ils correspondent en théorie à des structures décentralisées devant permettre la participation des agriculteurs dans la gouvernance des ressources et la gestion des périmètres irrigués publics. En pratique, ils contribuent surtout à l’encadrement de la population rurale par l’administration (Canesse, 2009 ; Elloumi, 2011 ; Fautras, 2021), et ne stimulent que faiblement la concertation.

34Alors que la situation dépeinte renvoie une fois de plus à la responsabilité de l’État, un autre problème a été identifié. Après avoir demandé pourquoi les membres du GDA n’essayaient pas de régler les dysfonctionnements réguliers sans l’intervention de l’administration, de manière autonome, la réponse de l’agriculteur membre du groupe fut très claire. Il lui semblait délicat, en effet, que les gens s’opposent les uns aux autres alors qu’ils sont "tous frères ou cousins". N’y avait-il alors aucune possibilité pour que la population du Jbel Bargou s’organise, comme dans d’autres régions de Tunisie depuis la Révolution, ou comme elle-même l’avait fait, au début du XXe siècle, en s’opposant aux lois coloniales de "domanialisation" des espaces forestiers (Gammar et al., 2005) ? Comme réponse, l’un des agriculteurs déclara que "ce qui sest passé à Jemna ne pourrait pas avoir lieu ici parce que les gens ne se sont jamais vraiment mobilisés, si ce nest pour avoir une école pour leurs enfants, il y a longtemps maintenant". Un autre précisa que, "même pour la terre, chacun allait défricher pour soi", ce qui a d’ailleurs occasionné des conflits dans le passé. En effet, "même sil fallait être discret, pour ne pas attirer lattention des gardes forestiers, c’était à celui qui allait le plus vite pour couper la route de son voisin !". En résumé, ni le partage d’une histoire commune, ni les expériences récentes d’autres régions tunisiennes, ne semblaient stimuler les agriculteurs du Jbel Bargou à agir collectivement et de manière coordonnée.

Une transition bloquée ?

35Ainsi, les entretiens réalisés ont mis en lumière certains freins majeurs à la transition des territoires ruraux dans les montagnes tunisiennes. Les chercheurs, comme les habitants de Bargou, ont pointé le rôle de l’État, responsable selon eux d’avoir sclérosé la société rurale après avoir mis en place ces dernières décennies une stratégie de "contrôle" des agriculteurs et d’avoir entretenu une situation conflictuelle dans les jbels. Il en ressort, d’après eux, que la construction de collectifs semble a priori difficile à cause d’un manque de savoir et de pratique sur la stratégie à suivre. Il apparaît également que la notion de collectif suscite méfiance et appréhension chez les agriculteurs, ce qui pourrait constituer un blocage important à la formation de groupes, au même titre que l’émigration, perçue comme un facteur important de désolidarisation sociale dans cette région de montagne. Si cette situation rappelle la dégradation des liens de solidarité observée il y a plusieurs années en Kroumirie (Saïdi, 2016), elle renvoie donc au fait, et les entretiens avec les fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture le montrent, que la stratégie de l’État tunisien doit nécessairement évoluer, et non maintenir une politique de contrôle en raison de "mauvaises pratiques" des agriculteurs, comme les fonctionnaires du CRDA de Siliana l’ont plusieurs fois répété.

Conclusion

36Ces dernières décennies, les travaux sur les territoires ruraux de montagne en Tunisie ont été limités, tant dans leur nombre que dans leurs approches thématiques. Parmi ces travaux, très descriptifs ou focalisés sur la question forestière, seul un nombre réduit d’entre eux a abordé la question des relations sociales pour comprendre la dynamique des territoires. Le premier objectif de cet article était donc de rendre compte de ce fait singulier pour encourager la conduite de recherches en sciences sociales sur les territoires ruraux de montagne en Tunisie afin de combler un manque de connaissances à leur sujet qui, de notre point de vue, illustre et renforce dans le même temps leur marginalisation historique. Nous considérons en effet qu’une meilleure connaissance de leurs caractéristiques sociales doit conduire à mieux identifier les problématiques qui les concernent pour que suivent ensuite les interventions politiques adaptées afin d’engager leur transition. Cela doit permettre de répondre aux revendications des mouvements populaires en Tunisie qui, depuis la Révolution de 2011, appellent à plus de justice sociale et d’égalité entre les territoires.

37C’est pourquoi ce texte s’est appuyé sur les résultats d’un travail de terrain exploratoire dans le Jbel Bargou afin de montrer que l’analyse des discours des acteurs pouvait mettre en évidence des leviers et des freins à la transition des territoires ruraux des montagnes tunisiennes. La confrontation des points de vue des différents acteurs interrogés a révélé que la construction de collectifs d’agriculteurs ne serait pas chose facile, en dépit du fait qu’elle pourrait constituer une innovation importante conduisant à rompre avec la logique de "contrôle" de la population. Pourtant, à travers la mise en place d’espaces de dialogue (D’Aquino, 2002 ; Tonneau et al., 2009, 2017, 2021), et non d’encadrement, les services agricoles pourraient favoriser la proximité et la (re)construction de liens de solidarité entre agriculteurs. Les conditions seraient alors réunies pour que puissent émerger de véritables collectifs qui faciliteraient la coopération, le partage de connaissances et de savoirs entre individus qui, ainsi, verraient leurs capacités se renforcer en vue de prendre des initiatives coordonnées, notamment pour la gestion des ressources naturelles.

38Par ailleurs, la formation de collectifs pourrait favoriser le développement de filières locales reposant sur la valorisation de ressources spécifiques pour combler le fameux "retard" constaté par l’un des représentants du ministère de l’Agriculture. Des initiatives encore mineures mais néanmoins stimulantes signalent que ce champ de recherche n’attend que d’être exploré dans les montagnes tunisiennes et qu’il pourra donner lieu à des réflexions plus poussées sur la question du lien entre collectifs et transition des territoires. Pour cela, une démarche qualitative centrée sur le recueil et l’analyse des discours et des perceptions des agriculteurs sur leurs territoires devront être privilégiées, en accord avec des études menées en Tunisie ces dernières années sur l’analyse de la gestion des ressources en milieu rural (Ben Mustapha et al., 2015 ; Braiki et al., 2018 ; Jendoubi et al., 2020) ou la prévention des risques environnementaux (Saqalli et al., 2020). En outre, le travail exploratoire conduit dans le Jbel Bargou confirme bien que la mémoire des groupes d’agriculteurs ne doit pas être ignorée lorsqu’il s’agit d’interroger les origines ou l’absence de dynamiques collectives, et qu’un travail sur l’histoire des groupes et des territoires intéressés est nécessaire pour comprendre leurs problématiques (Riaux, 2016).

39Dès lors, en ce qui nous concerne, des travaux de terrain à venir, qui donneront lieu à la conduite de nouveaux entretiens, plus nombreux, nous permettront d’approfondir notre examen des stratégies des agriculteurs familiaux dans les montagnes tunisiennes. Notre travail dans le Jbel Bargou devrait se poursuivre, et nous conduire à nous intéresser aux projets des associations locales orientées vers l’économie sociale et solidaire. De même, des discussions avec de jeunes adultes pourront donner lieu à une analyse du discours des nouvelles générations sur l’agriculture et à celle de leur influence sur les dynamiques sociales locales. À terme, l’ensemble de ces entretiens devrait faire l’objet d’une restitution pour que de la confrontation des points de vue puissent émerger des initiatives en faveur d’une transition des territoires dans cette région de montagne de Tunisie.

Haut de page

Bibliographie

Abaza K., 2011, "Dynamique des espaces forestiers en zones semi-arides méditerranéennes. Le cas du secteur des Jebels Bou K’hil-Ghazouane (Haut Tell tunisien)", Revue d’Écologie, Vol.66, No.1, 11-28.

Abaza K., 2021a, "Paysans et paysages dans le secteur du jebel Rihane (Haut tell tunisien). Dynamiques rurales et transformations paysagères", Géo-Eco-Trop., Vol.45, No.2, 345-362, [en ligne]. URL : https://www.geoecotrop.be/uploads/publications/pub_452_11.pdf

Abaza K., 2021b, "Les figues dans les deux territoires montagneux de Kesra et Djebba : un produit agricole du terroir, levier du développement local ?", Espace Géographique et Société Marocaine, No.45-46, 5-30, [en ligne]. URL : https://revues.imist.ma/index.php/EGSM/article/view/25457

Abdallah H., 2020, "Mutations socio-économiques et évolution des conditions de vie paysannes dans la Dorsale centrale (Tunisie)", Géo-Eco-Trop., Vol.44, No.2, 337-353, [en ligne]. URL : http://www.geoecotrop.be/uploads/publications/pub_442_11.pdf

Abdallah H., Souilmi H., 2015, "Analyse des changements d'occupation du sol et des transformations socio-économiques au cours du XXème siècle dans les marges arides du Tell oriental (Dorsale centrale, environs d’Es Srassif, Tunisie)", Physio-Géo, Vol.9,[en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/physio-geo/4472

Aderghal M., Genin D., Hanafi A., Landel P-A., Michon G. (eds.), 2019, L’émergence des spécificités locales dans les arrière-pays méditerranéens, Marseille, IRD.

Akerkar A., 2015, "Évolution de la ruralité en Kabylie : dynamiques sociodémographiques et mutations spatio-économiques", Les Cahiers dOutre-Mer, No.271, 289-317, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/com/7506

Attia H., 1977, Les hautes steppes tunisiennes : de la société pastorale à la société paysanne, Thèse de doctorat d’État, Paris, Université Paris VII.

Auclair L., Alifriqui M. (eds.), 2012, Agdal, patrimoine socio-écologique de lAtlas marocain, Rabat/Marseille, IRCAM/IRD.

Auclair L., Baudot P., Genin D., Romagny B., Simenel R., 2011, "Patrimony for Resilience: Evidence from the Forest Agdal in the Moroccan High Atlas Mountains", Ecology and Society, Vol.16, No.4, [en ligne]. URL : https://www.ecologyandsociety.org/vol16/iss4/art24/

Auclair L., Ben Cheikh K., Laajili Ghezal L., Pontanier R., 1995, "Usage des ressources sylvopastorales et systèmes de production dans le Haut Tell tunisien", Les Cahiers de la Recherche Développement, No.41, 7-19.

Auclair L., Elloumi M., Genin D., Picouët M., 2004, "Stratégies paysannes et systèmes d’exploitation-famille dans le Nord-Ouest tunisien", in : Picouët M., Sghaier M., Genin D., Abaab A., Guillaume H., Elloumi M. (eds.), Environnement et sociétés rurales en mutations. Approches alternatives, Marseille, IRD, 215-234.

Auclair L., Gardin J., 2004, "La gestion d’un milieu forestier. Entre intervention publique et stratégies paysannes (la Kroumirie, Tunisie)", in : Picouët M., Sghaier M., Genin D., Abaab A., Guillaume H., Elloumi M. (eds.), Environnement et sociétés rurales en mutations. Approches alternatives, Marseille, IRD, 291-306.

Auclair L., Picouët M., 1994, "Dynamique démographique et utilisation des ressources : le cas de la Tunisie rurale", Comptes Rendus de l'Académie d'Agriculture de France, Vol.80, No.8, 133-148.

Auclair L., Saïdi R., 2002, "Charbonnage en Tunisie. Les filières informelles révélatrices de la crise du monde rural", Forêt méditerranéenne, Tome 23, No.2, 133-148.

Ayari H., 2019a, "Les écosystèmes des montagnes du Haut Tell friguien occidental : dynamique de la population et friches", Revue de géographie alpine, Vol.107, No.1, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/rga/5473

Ayari H., 2019b, "Valorisation du zgougou (graines de pin d’Alep) dans le Haut Tell tunisien : communautés collectrices et ancrage territorial", in : Aderghal M., Genin D., Hanafi A., Landel P.A., Michon G. (eds.), L’émergence des spécificités locales dans les arrière-pays méditerranéens, Marseille, IRD, 52-65.

Bayiha GDLP., Temple L., Mathe S., Nesme T., 2019, "Typologie et perspective d’évolution de l’agriculture biologique au Cameroun", Cahiers Agricultures, Vol.28, No.3, [en ligne]. URL : https://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/full_html/2019/01/cagri180149/cagri180149.html

Barhoumi L., 2010, "Approche de développement rural et participatif dans le Nord-ouest Tunisien. Mise en œuvre et enseignements", New medit. Revue méditerranéenne d'économie, agriculture et environnement, Vol.9, No.2., 17-24, [en ligne]. URL : https://newmedit.iamb.it/share/img_new_medit_articoli/297_17barhoumi.pdf

Belhadj A., de Facci D., 2015, "L’État dans l’impasse. La crise de l’emploi dans les régions de l’intérieur en Tunisie postrévolutionnaire", Maghreb-Machrek, No.226, 33-51.

Belhedi A., 1993, "Les facteurs d'organisation de l'espace national tunisien", Espace géographique, Vol.22, No.2, 113-124.

Benabou M., 2005, La résistance africaine à la romanisation, Paris, La Découverte.

Ben Mustapha A., Faysse N., Marlet S., Jamin J.Y., 2015, "Une action collective analysée par ses acteurs : une association d’irrigants en Tunisie", Natures Sciences Sociétés, Vol.23, No.4, 356-366, [en ligne]. URL : https://www.nss-journal.org/articles/nss/abs/2015/05/nss150055/nss150055.html

Bennasr J., Bachta M.S., 2018, "Gouvernance et performance de l’exploitation de l’eau dans les périmètres irrigués de Nadhour : Quel effet des rapports de force ?", Revue des Régions Arides, Vol.44, No.1, 115-127.

Ben Saad A., Paoli J.C., 2019, "Déclin et résistances de l’agriculture familiale de l’Oasis de Gabès", in : Gana A., Mesclier E., Rebaï N. (dir.), Agricultures familiales et territoires dans les Suds, Tunis, Paris, IRMC, Karthala, 273-290.

Ben Slimane F., 2020, "Conflit autour du marché des montagnards Khmirs dans les années 1870 : communauté, immunités et revendications d’autonomie", LAnnée du Maghreb, No.23, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/anneemaghreb/7002

Ben-Slimane K., Justo R., Khelil, N., 2020, "Institutional Entrepreneurship in a Contested Commons: Insights from Struggles Over the Oasis of Jemna in Tunisia", Journal of Business Ethics, No.166, 673-690, [en ligne]. URL : https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10551-020-04601-6

Berriane M., Michon G. (dir.), 2016, Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? Une expérience marocaine, Rabat, Marseille, FLSH, IRD.

Bessaoud O., 2013, "La question foncière au Maghreb. La longue marche vers la privatisation", Les Cahiers du CREAD, No.103, 17-44, [en ligne]. URL : https://www.ajol.info/index.php/cread/article/view/124509

Bouju S., Gardin J., Auclair L., 2016, "La politique fait-elle pousser les arbres ? Essai d’interprétation des permanences et mutations de la gestion forestière en Tunisie (1881-2016)", Les Cahiers dOutre-Mer, No.273, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/com/7762

Bouju S., Lioret M., 2016, "Les pratiques pastorales en Kroumirie", in : Bouju S., La gestion des ressources du local au global : pratiques agro-sylvo-pastorales et impacts des politiques publiques, à partir d'études de cas en Tunisie et au Niger, Paris, PubliSud, 205-227.

Boujrouf S., 2014, "Ressources patrimoniales et développement des territoires touristiques dans le Haut Atlas et les régions sud du Maroc", Revue de géographie alpine, No.102, Vol.1, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/rga/2259

Boujrouf S., El Ouarti A., El Khadali F., Abannay S., Romera C., Baki N., Blanco V., 2019, "Trésors vivants, biens communs et mise en tourisme de l’Agdal de Yagour dans la Vallée du Zat – Haut Atlas Occidental Maroc", Maghreb-Machrek, No.240, 11-26.

Boulet D., 1971, "Étude économique des coopératives agricoles de production en Tunisie", Options méditerranéennes, No.6, 97-103, [en ligne]. URL : https://om.ciheam.org/om/pdf/r06/CI010366.pdf

Bourdieu P., 1993, "L’espace des points de vue", in : Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 13-17.

Braiki H., Burte J., Imache A., Hassenforder E., Habaieb H., Bouarfa S., 2018, "Expérimenter la concertation : une clé pour des politiques environnementales plus efficaces ? Une démarche multi-acteurs innovante en Tunisie centrale", Cahiers Agricultures, Vol.27, No.1, [en ligne]. URL : https://www.cahiersagricultures.fr/en/articles/cagri/full_html/2018/01/cagri170072/cagri170072.html

Campagne P., Pecqueur B., 2014, Le développement territorial : une réponse émergente à la mondialisation, Paris, Charles Léopold Mayer.

Canesse A.A., 2009, "Gestion des ressources naturelles et système institutionnel de gouvernance en Tunisie", Maghreb-Machrek, No.202, 49-64.

Canesse A.A., 2014, Les politiques de développement en Tunisie : de la participation et de la gouvernance sous l’ère Ben Ali, Paris, Archives contemporaines.

Carpentier I., 2019."Agricultures familiales et nouvelles dynamiques de valorisation dans les oasis anciennes de Tozeur et Gabès (Tunisie) : recompositions socio-territoriales et perspectives de développement", in : Gana A., Mesclier E., Rebaï N. (dir.), Agricultures familiales et territoires dans les Suds, Tunis, Paris, IRMC, Karthala, 313-334.

Chaléard J.L., Huamantinco A., Mesclier E., 2008, "Les dernières coopératives péruviennes à l’heure de la privatisation", Autrepart, No.46, 13-29.

Chérif M.H., 1973, "L’État tunisien et les campagnes au XVIIIe siècle", Cahiers de la Méditerranée, série spéciale, No.1, 9-22.

Chérif M.H., 1982, "Document relatif à des tribus tunisiennes des débuts du XVIIIe siècle", Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, No.33, 67-87.

Claval P., 1999, "Qu’apporte l’approche culturelle à la géographie ?", Géographie et cultures, No.31, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/gc/10234

Collard A.L., Riaux J., Massuel S., Raïssi M., Burte J., 2015, "Et si on faisait comme ceux de la plaine ? Aspirations et limites d'une petite agriculture dynamique en Tunisie centrale", Cahiers Agricultures, No.24, 335-341, [en ligne]. URL : https://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/abs/2015/06/cagri2015246p335/cagri2015246p335.html

Collard A.L., Riaux J., Elloumi M., 2019, "Aux origines d’une petite agriculture familiale à Haffouz : les coopératives et leurs héritages en Tunisie Centrale", in : Gana A., Mesclier E., Rebaï N. (dir.), Agricultures familiales et territoires dans les Suds, Paris, Karthala,183-206.

Côté F.X., Poirier-Magona E., Perret S., Roudier P., Rapidel B., M.C. Thirion (eds.), 2018, La transition agro-écologique des agricultures du Sud, Versailles, Quae

Daoud A., 2011, "La révolution tunisienne de janvier 2011 : une lecture par les déséquilibres du territoire", EchoGéo, rubrique "Sur le Vif", [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/echogeo/12612

D’Aquino P., 2002, "Le territoire entre espace et pouvoir : pour une planification territoriale ascendante", LEspace géographique, Tome 31, No.1, 3-22.

Dhaher N., 2010, "L’aménagement du territoire tunisien : 50 ans de politiques à l’épreuve de la mondialisation", EchoGéo, No.13, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/echogeo/12055

Despois J., 1942, "Régions naturelles et régions humaines en Tunisie", Annales de Géographie, Tome 51, No.286, 112-128.

Despois J., 1959, "Le Djebel Ousselat, les Ousseltiya et les Kooub", Cahiers de Tunisie, Tome 7, No.28, 407-427.

Di Méo G., 2008, "Une géographie sociale entre représentations et action", Montagnes méditerranéennes et développement territorial, No.23, 13-21.

Dugué P., Lejars C., Fatah A., Amichi F., Braiki H., Burte J., Errahj M., Hamamouche M., Kuper M., 2014, "Recompositions des agricultures familiales au Maghreb : une analyse comparative dans trois situations d'irrigation avec les eaux souterraines", Revue Tiers Monde, No.220, 99-118.

Duru M., Fares M., Therond O., 2014, "Un cadre conceptuel pour penser maintenant (et organiser demain) la transition agroécologique de l’agriculture dans les territoires", Cahiers Agricultures, Vol.23, No.2, 84-95, [en ligne]. URL : https://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/abs/2014/02/cagri2014232p84/cagri2014232p84.html

El Jihad M.D., 2016, "Changement climatique et développement rural dans les montagnes du Moyen-Atlas et leurs bordures (Maroc)", Revue de géographie alpine, Vol.104, No.4, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/rga/3373

El Kamel A., Gafsi R. (dir.), 2013, Atlas du gouvernorat de Siliana, Tunis, Direction Générale de l'Aménagement du Territoire (DGAT).

Elloumi M., 1990, "Fonctionnement des unités coopératives de production dans la région de Mateur", Revue tunisienne de géographie, No.18, 95-147.

Elloumi M., 2011, "Pour une gestion durable des ressources naturelles, les limites du cadre institutionnel tunisien", in : Dahou T., Elloumi M., Molle F., Gassab M., Romagny B. (eds), Pouvoirs, sociétés et nature au sud de la Méditerranée, Paris, Karthala, 53-80.

Elloumi M., 2013, "Les terres domaniales en Tunisie. Histoire d’une appropriation par les pouvoirs publics", Études rurales, No.192, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/etudesrurales/9888

Fautras M., 2015, "Injustices foncières, contestations et mobilisations collectives dans les espaces ruraux de Sidi Bouzid (Tunisie) : aux racines de la "révolution"?, Justice spatiale – Spatial justice, No.7, [en ligne]. URL : http://www.jssj.org/article/injustices-foncieres-contestations-et-mobilisations-collectives-dans-les-espaces-ruraux-de-sidi-bouzid-tunisie-aux-racines-de-la-revolution/

Fautras M., 2017, "Marché foncier et évolution des usages et des valeurs de la terre agricole à Regueb (Tunisie)", VertigO, la revue électronique en sciences de l'environnement, Vol.17, No.1, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/18389

Fautras M., 2021, Paysans dans la révolution. Un défi tunisien, Tunis, Paris, IRMC, Karthala.

Foy R.O., 2015, "La ferme d’État Al-Assad entre rejet, adaptation et réappropriation (1971-2010) : retour sur la construction autoritaire d’un territoire dans la campagne syrienne", Justice spatiale – Spatial justice, No.8, [en ligne]. URL : https://www.jssj.org/article/la-ferme-detat-al-assad-entre-rejet-adaptation-et-reappropriation-1971-2010-retour-sur-la-construction-autoritaire-dun-territoire-dans-la-campagne-syrienne/

Frémont A., 1969, "Dans la région du Djebel Serdj (Dorsale Tunisienne)", Méditerranée, Vol.10, No.1, 3-46.

Gagnon G., 1974, "Coopératives, politique et développement", Sociologie et sociétés, Vol.6, No.2, 87-100.

Gammar A., 1984, "Défrichements et déprise rurale dans le Haut Tell friguien", Revue tunisienne de géographie, No.13, 53-87.

Gammar A., 1998, "Peuplement et occupation des sols au nord de jebel Ouesslet", Géographie et Développement, No.14, 79-102.

Gammar A., 1999, "La Dorsale tunisienne, entre représentation linéaire et réalité régionale", in : Collectif, La Tunisie du Nord : espace de relation", Tunis, Université de Tunis I, Faculté des Lettres de La Manouba, 61-83.

Gammar A., 2001, "Le patrimoine naturel des kessraouis. La composante végétale", in : Sekik N. (coord.), Patrimoine et co-développement durable en Méditerranée occidentale, Tunis, Institut National du Patrimoine, 283-294.

Gammar A., 2010, "Les parcours de la Tunisie du nord. Terminologie et pratiques sylvopastorales", in : Chérif A., Hénia L. (coord.), Climat, société et dynamique des paysages ruraux en Tunisie", 165-180.

Gammar A., 2019, "Dynamiques rurales et conservation forestière dans le Nord de la Tunisie", Revue de géographie alpine, Vol.107, No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/rga/6441

Gammar A., Ben Miloud E., Auclair L., 2005, "Dynamique spatiale et environnementale en milieu forestier au nord de jebel Bargou (Dorsale tunisienne)", in : Taabni M. (coord.), La forêt. Enjeux comparés des formes dappropriation, de gestion et dexploitation dans les politiques environnementales et le contexte durbanisation généralisée, Poitiers, MSHS, 79-89.

Gammar A., Ben Salem M., 2005, "Dynamiques spatiales et risques environnementaux dans le secteur de Jougar (Dorsale tunisienne) : analyse cartographique par télédétection", Télédétection, Vol.5, No.1, 185-196.

Gana A., 2008, "Restructurations agricoles en Tunisie : adaptations et différenciations", Autrepart, No.46, 81-96.

Gana A., Taleb M., 2019, "Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après révolution", Confluences Méditerranée, Vol.108, No.1, 31-46.

Ganiage J., 1994, Histoire contemporaine du Maghreb de 1830 à nos jours, Paris, Fayard.

Gardin J., 2006, "En Kroumirie, la forêt perdure en l’État. Quand l’environnement n’est pas l’allié naturel des paysans", in : Auclair L., Aspe C., Baudot P. (dir.), Le retour des paysans ? A lheure du développement durable, Aix-en-Provence, Paris, Edisud, IRD, 221-257.

Gardin J., 2016, "La politique forestière et ses conséquences sur la gestion des ressources agro-sylvo-pastorales en Khroumirie", in : Bouju S., La gestion des ressources du local au global : pratiques agro-sylvo-pastorales et impacts des politiques publiques, à partir d'études de cas en Tunisie et au Niger, Paris, Publisud, 269-299.

Genin D., 2005, "Utilisation traditionnelle d’une ressource fourragère locale (Stipa tenacissima) en montagne aride tunisienne : perspectives socio techniques", in : Georgoudis A., Rosati A., Mosconi C. (eds.), Animal production and natural resources, utilization in the Mediterranean mountain areas, Wageningen, Wageningen Academic Publishers, 614-619.

Genin D., Alifriqui M., 2019, "Les parcs agroforestiers à frêne dimorphe des Aït M’hamed (Haut Atlas central) : une spécificité locale bien gardée", in : Aderghal M., Genin D., Hanafi A., Landel P.A., Michon G., L’émergence des spécificités locales dans les arrière-pays méditerranéens, Marseille, IRD, 30-50.

Girard M., 2017, Les Andes péruviennes à lheure des agricultures durables. Réflexions sur la transition agroécologique et ses verrouillages sociotechniques à Cusco, Thèse de doctorat, Orléans, Université d’Orléans.

Girard M., Rebaï N., 2020, "Circuits courts de commercialisation et transition territoriale dans les Andes. Une réflexion depuis le Pérou et l’Équateur", Cybergeo, European Journal of Geography, document 930, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/33986

Guérard H., Boutineau E., 1892, La Khroumirie et sa colonisation, Paris, Challamel.

Guillaume H., Genin D., Nouri H., 2005, "Mutations agropatsorales et recompositions territoriales sur un transect montagne/plaine en Tunisie aride", in : Georgoudis A., Rosati A., Mosconi C. (eds.), Animal production and natural resources, utilization in the Mediterranean mountain areas, Wageningen, Wageningen Academic Publishers, 39-44.

Hanafi S., Frija A., Jamin J.Y., Zairi A., Hamdane A., Mailhol J.C., 2015, "Les performances des petites exploitations irriguées de la basse vallée de la Medjerda en Tunisie", Cahiers Agricultures, No.24, 170-176, [en ligne]. URL : https://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/abs/2015/03/cagri2015243p170/cagri2015243p170.html

Hasnaoui A., Krott M., 2019, "Forest governance and the Arab spring: A case study of state forests in Tunisia", Forest Policy and Economics, Vol.105, 99-111, [en ligne]. URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1389934118304817

Hénia A., 1996, "Les terres mortes de la Tunisie utile et les nouvelles stratégies foncières à l'époque moderne", Revue du monde musulman et de la Méditerranée, No.79-80, 127-142.

Jaziri B., 2020, "Analyse cartographique et paysagère des transformations spatiales du couvert forestier des Mogods (Tunisie septentrionale)", Physio-Géo, Vol.15, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/physio-geo/10556

Jendoubi D., Hossain M.S., Giger M., Tomićević-Dubljević J., Ouessar M., Liniger H., Speranza C.I., 2020, "Local livelihoods and land users’ perceptions of land degradation in northwest Tunisia", Environmental Development, Vol.33, [en ligne]. URL : https://sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S2211464520300221

Jouili M., Elloumi M., 2021, "Les terres domaniales peuvent-elles constituer un outil de développement territorial ? Le cas des oasis du Sud tunisien", Cahiers de la Méditerranée, No.102, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/14324

Jouili M., Kahouli I., Elloumi M., 2013, "Appropriation des ressources hydrauliques et processus d’exclusion dans la région de Sidi Bouzid (Tunisie centrale)", Études rurales, No.192, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/etudesrurales/9929

Kassah A., 2002, "Irrigation et développement agricole dans le Sud tunisien", Méditerranée, Vol.99, No.3-4, 21-26.

Labiadh I., 2017, La Tunisie à l’épreuve de la territorialisation. Réalités et perspectives du modèle de développement territorial, Thèse de doctorat, Université de Grenoble Alpes.

Lahmar M., 1994, Du mouton à lolivier. Essai sur les mutations de la vie rurale maghrébine, Tunis, Cérès.

Makhlouf E., 1971, "Les coopératives agricoles en Tunisie : structures et difficultés", Revue Tunisienne de Sciences Sociales, Vol.8, No.26, 79-114.

Mejbri N., 2005, Histoire de lexploitation forestière en Kroumirie durant la période coloniale, Tunis, Université de La Manouba.

Meynard J.M., Jeuffroy M.H., Le Bail M., Lefèvre A., Magrini M.B., Michon C., 2017, "Designing coupled innovations for the sustainability transition of agrifood systems", Agricultural Systems, Vol.157, 330-339, [en ligne]. URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0308521X1630378X

Michon G., Berriane M., Romagny B., Al Ifriqui M., 2017, "Agriculture de terroir et changement climatique dans les arrière-pays méditerranéens : les savoir locaux peuvent-ils inspirer des solutions adaptatives ?", Hespéris-Tamuda, No.52, 319-356.

Miossec J.M., 1999, "Identité tunisienne : de la personnalité géographique d'un pays du Maghreb, du monde arabo-islamique et de la Méditerranée", Annales de Géographie, No.607, 255-276.

Monchicourt C., 1913, La région du Haut Tell en Tunisie : Essai de monographie géographique, Paris, Armand Colin.

Mourou M., Adam A., Cardon C., Aderghal M., Vaillant M., Benalayat L., Romagny B., 2018, "Figuier de barbarie ou arganier ? Nouvelles mutations des systèmes agrosylvopastoraux dans une vallée de la montagne des Aït Baamrane (Maroc)", Revue de géographie alpine, Vol.106. No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/rga/4806

Oiry Varacca M., 2019, "La labellisation, (re)qualification ou disqualification des marges ? Le cas du safran à Taliouine (Anti-Atlas, Maroc)", Revue de géographie alpine, Vol.107, No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/rga/6260

Ostrom E., 1990, Governing the commons: the evolution of institutions for collective action, Cambridge, Cambridge University Press.

Perret C., Paranque B., "L’organisation socio-politique des villages kabyles : une gouvernance spécifique des ressources naturelles", Revue de lorganisation responsable, Vol.7, No.2, 69-82, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-de-l-organisation-responsable-2012-2-page-69.htm

Picouët M., 2002, "Formes de mobilité et dynamique de l’environnement en Tunisie", Revue européenne des migrations internationales, Vol.18, No.2.

Piraux M., Tonneau J.P., Poccard R., 2018, "Les dispositifs territoriaux : des biens communs pour construire la transition agro-écologique", in : Côte F.X., Poirier-Magona E., Perret S., Rapidel B., Roudier P., Thirion M.C. (éds), La Transition agro-écologique des agricultures du Sud, Versailles, Karthala, 301-320.

Raimbert C., Rebaï N., 2017, "Collectifs et développement durable des territoires ruraux en Amérique latine. Une réflexion depuis le Brésil et l’Équateur", EchoGéo, No.42, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/echogeo/15131

Rebaï N., 2012, À chacun son chemin. Une analyse de la redéfinition des stratégies paysannes et des dynamiques territoriales dans le contexte migratoire des Andes équatoriennes, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Rebaï N., 2019, "The “Lifeshed” as a New Scale of Production of Sustainable Urban-Rural Territories. Insights from the Ecuadorian Andes", Urbano, Vol.22, No.39, 8-25, [en ligne]. URL : http://revistas.ubiobio.cl/index.php/RU/article/view/3458

Rebei H., 2019, "L’agriculture familiale en Tunisie, de la marginalisation au mal-développement. Éléments d’analyse depuis la région sfaxienne", iIn : Gana A., Mesclier E., Rebaï N. (dir.), Agricultures familiales et territoires dans les Suds, Paris, Karthala, 251-272.

Riaux J., 2016, "Petites paysanneries hydrauliques en Tunisie Centrale : héritages et perspectives autour des eaux du Merguellil", in : Saïdi M.R., Streith M. (eds.), Petites paysanneries au nord et au sud de la Méditerranée : questions de méthodes II, Paris, Publisud, 121-147.

Riaux J., Giraldi M., Nouri H., 2015, "Quand l’histoire orale s’invite dans la gestion de l’eau. L’espace irrigué de Kerma (Tunisie)", Espaces et sociétés, Vol.160-161, No.1, 155-172.

Romagny B., Auclair L., Elgueroua A., 2008, "La gestion des ressources naturelles dans la vallée des Aït Bouguemez (Haut Atlas) : la montagne marocaine à la recherche d'innovations institutionnelles", Mondes en développement, No.141, 63-80.

Ruf F., Uribe Leitz E., Gboko Kouamé C., Carimentrand A., 2019, "Des certifications inutiles ? Les relations asymétriques entre coopératives, labels et cacaoculteurs en Côte d’Ivoire", Revue internationale des études du développement, Vol.4, No.240, 31-61.

Saïdi M.R., 2016, "Les Khmirs : entre crise sociale et solidarités électives", in : Bouju S., La gestion des ressources du local au global : pratiques agro-sylvo-pastorales et impacts des politiques publiques, à partir d'études de cas en Tunisie et au Niger, Paris, Publisud, 231-245.

Saqalli M., Hamrita A., Maestripieri N., Boussetta A., Rejeb H., Mata Olmo R., Kassouk Z., Belem M., Saenz M., Mouri H., 2020, "Not seen, not considered: mapping local perception of environmental risks in the Plain of Mornag and Jebel Ressass (Tunisia)", Euro-Mediterranean Journal for Environmental Integration, Vol.5, No.2, [en ligne]. URL : https://link.springer.com/article/10.1007/s41207-020-00166-y

Sbai C., 2014, "Les paysans de la Délégation de Nasrallah (Tunisie)", Méditerranée, Section "Espaces ruraux, aménagement", [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7067

Selmi S., Elloumi M., 2007, "Tenure foncière, mode de gestion et stratégies des acteurs", VertigO – La revue électronique en sciences de l'environnement, Hors-série No.4, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/695

Sethom H., 1979, "Les tentatives de remodelage de l'espace tunisien depuis l'indépendance", Méditerranée, Vol.35, No.1-2, 119-125.

Sethom H., 1992, Pouvoir urbain et paysannerie en Tunisie, Tunis, Cérès.

Swayhi M., 2015, Végétation, usages et activités nouvelles dans le secteur dAin-Boussaadia (Jebel Bargou), Mémoire de Master, Tunis, Faculté des Lettres de La Manouba.

Taïeb T., 2013, "Kroumirie", Encyclopédie berbère, No.28-29, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/125

Taïeb J., Ballais J.L., "Matmata (Djebel)/Monts de Matmata (Tunisie)", Encyclopédie berbère, No.30, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/511

Tonneau J.P., Bonnal V., Bourgoin J., Cheval A., Jannoyer M., Chéry J.P., Cattan P., 2021, "Les écoles-acteurs en Guadeloupe, un espace de débat sur les pollutions agricoles et le devenir de l’agriculture", Cahiers Agricultures, Vol.30, [en ligne]. URL : https://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/full_html/2021/01/cagri200067/cagri200067.html

Tonneau J.P., Lemoisson P., Coudel E., Maurel P., Jannoyer M., Bonnal V., Bourgoin J., Cattan P., Chery J.P., Piraux M., Lestrelin G., 2017, "Les observatoires territoriaux. Des outils de la société de la connaissance ?", Revue Internationale de Géomatique., Vol.27, No.3, 335-354, [en ligne]. URL : https://rig.revuesonline.com/articles/lvrig/abs/2017/03/rig00035/rig00035.html

Tonneau J.P., Piraux M., Coudel E., Guilherme de Azevedo S., 2009, "Évaluation du développement territorial comme processus d'innovation et d'institutionnalisation : le cas du Territoire du Alto Sertão do Piauí e Pernambuco au Nordeste du Brésil", VertigO, La Revue électronique en Sciences de lenvironnement, Vol.9, No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/9207

Torquebiau E. (ed.), 2015, Changement climatique et agricultures du monde, Versailles, Quæ.

Valensi L., 1964, "Le Djebel Ousselat au XVIIIe siècle", Les Cahiers de Tunisie, Vol.12, No.47-48,‎ 89-100.

Vennetier M., 2020, "Forêts et changement climatique. Le constat en région méditerranéenne", Sciences Eaux et Territoires, No.33, 18-25.

Haut de page

Notes

1 Ce programme, porté par le Laboratoire de Recherche pour le Développement de l’Élevage (LRDE), de l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (INRAE), a bénéficié du soutien financier de la Collectivité Territoriale de Corse.

2 La Tunisie est divisée en 24 gouvernorats, eux-mêmes scindés en 264 délégations. Au dernier niveau du maillage administratif se trouvent les 2084 imadas.

3 [en ligne]. URL : https://www.facebook.com/WifakBargou/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation du jbel Bargou
Crédits N. Rebaï, 2021. Source (photographie) : N. Rebaï. Sources (cartographie) : Carte du relief de la Tunisie (1/2 000 000) de l’Office de la topographie et de la cartographie (1999) ; Philcarto ; El Kamel et Gafsi (2013) ; Google Earth (2020).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 2 : Carte de localisation des imadas d’El Bhirine et d’Aïn Bou Saadia
Légende N. Rebaï, 2021. Source-s : El Kamel et Gafsi (2013) ; Swayhi (2015) ; Google Earth (2020).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 3 : Paysage dans le Jbel Bargou (2020)
Légende Au cœur du massif, les oliviers occupent une place importante. Le caroubier et le figuier de barbarie y sont aussi très présents.
Crédits N. Rebaï, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 4 : Paysage de la plaine de Sodga (2020)
Légende Dans ce secteur du Jbel Bargou, les arbres fruitiers (pommiers, figuiers, pêchers) témoignent de l’existence d’un périmètre irrigué dont le développement a été favorisé par l’intervention de l’État.
Crédits N. Rebaï, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/38728/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nasser Rebaï, « Les territoires ruraux de montagne en Tunisie, entre marginalisation et perspectives de transition. Éléments d’analyse depuis le Jbel Bargou », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1011, mis en ligne le 14 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/38728 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.38728

Haut de page

Auteur

Nasser Rebaï

Maître de Conférences en géographie
Université Sorbonne Paris Nord
Laboratoire PLEIADE (UR 7338), France
nasser.rebai@univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search