Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2022Rivière J., 2022, L’illusion du v...

2022

Rivière J., 2022, L’illusion du vote bobo. Configurations électorales et structures sociales dans les grandes villes françaises, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (coll. Géographie sociale), 252 p.

Renaud Le Goix

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences à l’Université de Nantes, UMR ESO

1Ces derniers jours de campagne électorale présidentielle 2022, les commentateurs et éditorialistes frémissent de caricatures, prénotions et catégories essentialisantes, dont les biais sont pourtant bien connus et discutés : le vote « bobo », le vote « périurbain ». Comment analyser en 2022, en géographe, le paysage électoral urbain contemporain ? La difficulté est celle qui consiste à négocier un glissement de long terme entre une représentation en blocs politiques fortement stratifiés par l’appartenance socio-professionnelle (droite/gauche), vers une plus grande volatilité électorale contemporaine, dont on peine à saisir les grandes structures, dans une recomposition de l’offre politique. Jean Rivière1 livre donc, en pleine campagne électorale à fort enjeu (présidentielles et législatives de 2022), un ouvrage de socio-géographie électorale quantitative. La publication de cet ouvrage répond à une question importante : quelles sont les relations entre le changement urbain, le changement social, le changement électoral, qui permettent de décrire avec justesse les différentes configurations électorales locales ? Cela implique de mettre en dialogue la géographie urbaine et sociale, la sociologie électorale et la science politique. Le projet de Jean Rivière part d’une volonté double : d’une part celle de répondre depuis la géographie à la controverse sur l’affaiblissement supposé de la relation entre position socioprofessionnelle et préférences électorales ; et d’autre part il s’agit de se défaire au passage d’un certain nombre de caricatures spatialistes qui ne permettent pas de saisir ni les configurations socio-politiques, ni la géographie des votes.

2L’ouvrage défend donc une approche de la socio-géographie électorale dans les parties centrales des grandes villes françaises, pour déconstruire les catégories dominantes des discours sur le vote des villes centres, à commencer par celle du « vote bobo ». Il s’attaque frontalement à la fois aux facilités essentialistes et culturalistes du discours de la France périphérique (Guilluy 2014), au spatialisme de l’explication des registres spatiaux du vote par le déterminisme du gradient d’urbanité (Lévy 2013), et ambitionne de proposer une alternative à l’approche qui est celle de Fourquet (2019), de l’institut de sondages IFOP, dans sa thèse sur l’archipelisation de la société française. Considérant que les espaces centraux urbains sont un angle-mort de l’analyse électorale, Jean Rivière défend une socio-géographie électorale quantitative, partant de l’idée que la question des clivages électoraux métropolitains irriguent les débats électoraux, et que les différences de vote entre secteurs métropolitains s’expliquent par les effets de composition sociale d’une part, par les effets contextuels d’autre part (histoire sociale, économique et politique locale, réseaux sociaux et structures de socialisations institutionnelles locales (églises, partis, syndicats, associations…), sans compter les migrations et exit-options (vote avec les pieds…).

3La démarche méthodologique est robuste, très attentive aux risques de l’erreur écologique (on salue une présentation très pédagogique et justifiant parfaitement l’usage en géographie de données agrégées, et non pas nécessairement de données individuelles issues de sondages), s’appuyant essentiellement sur les chemins bien balisés de l’analyse multivariée (analyses factorielles, classifications) à partir des résultats électoraux par bureaux de vote, agrégées aux données INSEE, permettant d’analyser sur des mailles géographiques fines les appariements électoraux (corrélations), et espaces sociaux. Ce travail a bénéficié des résultats du programme de l’ANR Cartelec2, mis-à-jour, et du travail d’ingénierie de données de l’infrastructure de recherche Progedo3.

4Une première partie est consacrée à l’analyse des logiques structurelles et contextuelles des orientations électorales dans les grandes villes françaises. Jean Rivière file une écriture riche en métaphores, et propose au lecteur de changer de « lunettes » (cadres théoriques de compréhension) et de montures (étayage empirique) pour articuler la géographie électorale intra-urbaine aux évolutions de la division sociale de l’espace des 35 plus grandes villes-centres de plus de 100 000 habitants (soit les données de 5006 bureaux de votes). Le chapitre 1, « les configurations électorales au prisme de la division sociale des villes (ou l’importance des effets de structure) » fera date et aboutit à une carte évolutive 2007-2012-2017 de l’espace électoral des métropoles françaises. L’approche choisie sera critiquée, mais Jean Rivière prend les devants, tant pour se prémunir des risques de l’erreur écologique dans l’interprétation, que dans le patient rappel de ce que corrélation signifie, dans l’espace géographique. Une première lecture porte sur l’analyse de la structure de « l’espace électoral » pour en explorer les clivages, à partir d’une analyse diachronique (2007-2012-2017) des grands pôles de l’espace électoral. L’analyse des structures sociales articulées sur un cadran de l’offre électorale est convaincante, et permet de lire l’espace des clivages électoraux, clivage gauche-droite qui demeure une grande structure, malgré tout ; et clivage entre le centre de l’offre électorale et les « périphéries », extrême droite et abstention. L’auteur livre une analyse prudente, très détaillée, de l’espace électoral. Ces analyses sont celles des 8 configurations des cartes illustrant la couverture, c’est-à-dire configurations électorales locales, à partir de la structure sociale des habitants, résumées dans une typologie nationale des configurations intra-urbaines. Les espaces de la droite et du centre, dans les espaces centraux appropriés par les groupes sociaux dominantes et intermédiaires, relèvent des structures de la ségrégation sociale des classes supérieures, très fortement concentrées spatialement dans 12 des 35 villes (en particulier à Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Bordeaux, Strasbourg, Nice, Toulon…). Ces types de configurations se prolongent dans les quartiers centraux aisés de villes intermédiaires (Tours, Angers, Le Mans, Dijon, Orléans, Nancy, Aix-en-Provence) particulièrement traversés par les réalignements à droite (spectre allant de Bayrou en 2007, à Sarkozy en 2012, et plutôt Fillon que Macron en 2017), et de villes plus petites avec des profils socio-économiques des ménages très divers, mêlant surreprésentation des bac +2, les caractéristiques des indépendants, catégories intermédiaires, et de l’ancienneté résidentielle. Dans les espaces centraux, le vote à droite et au centre est dépendant des contextes locaux, et c’est aussi vrai du vote à gauche, avec les espaces « de la gauche et des périphéries de l’offre ». Les espaces centraux du vote à gauche représentent une partie importante des bureaux de vote, aux profils variés : les quartiers engagés dans les trajectoires de gentrification des métropoles avec un important secteur tertiaire, relativement mixtes socialement (plutôt diplômés – bac +3, plutôt jeunes, mais sans surreprésentation massive des cadres) comptent évidemment ; tout comme les quartiers des profils intermédiaires et des quartiers fortement touchés par les restructuration industrielles des villes de 100 000 – 200 000 habitants, avec un tropisme plutôt vers l’extrême gauche en 2017, s’équilibrant vers une montée de l’extrême droite en 2012. Les profils des quartiers de l’abstention, plus présents dans les espaces centraux des villes du nord-est et méditerranéennes (Mulhouse, Lille, Saint-Etienne, Amiens, Reims…) ; sont aussi plutôt représentés dans les communes de grands ensembles en marge des centres (à Marseille, Toulouse, Grenoble, Nancy). Jean Rivière situe les espaces centraux du vote d’extrême droite à une charnière entre les espaces électoraux à droite et les quartiers populaires : la composante Le Pen en 2007 s’accompagne d’une surreprésentation du vote Sarkozy, associé à une forte régionalisation du vote dans 20 des 35 villes (avec une surreprésentation à Nice, Toulon, Nîmes, Perpignan, Avignon, Marseille). Discutant finement des corrélations dans l’espace (fil directeur de l’ouvrage) et des catégories, il montre évidemment que les centres métropolitains ne se résument pas aux poncifs des espaces « bobos ».

5Les résultats étayent un double constat : dans une écologie factorielle classique, on peut considérer les configurations électorales locales comme un effet de composition (relations entre la surreprésentation des cadres et le vote Macron ; entre les ouvriers et l’abstention, par ex.), mais celle-ci permet d’aller plus loin et d’engager une réflexion sur les effets des contextes urbains. Tel est le projet du chapitre 2, qui analyse la « variabilité géographique des alignements électoraux ». Le chemin suivi par Jean Rivière s’inscrit en fait explicitement dans une relecture contemporaine d’André Siegfried, sur l’influence des contextes locaux, dans une recherche des relations entre votes et classes sociales, démarche plutôt ancrée actuellement dans les études électorales anglophones. Il s’en tient à une lecture des données agrégées, à partir des villes centres en 2017, dans une analyse fine de corrélations entre présence ouvrière et vote RN ; habitants très diplômés et abstention, par exemple. Jean Rivière ramène cette typologie à celle d’effets de contexte, et d’encastrement social des choix électoraux, tant au niveau local qu’au niveau national. Peut-être qu’une entrée plus précise dans ce que sont ces effets de contexte en termes de formes urbaines, d’histoires sociales, du rôle des structures institutionnelles locales dans la construction des contextes (Par exemple Bacqué et Fol 2007) permettrait de déplier la démonstration, pour prendre en compte des explications de ce « qui se passe à côté » (effets de voisinage) ou des réseaux relationnels proches, au-delà de l’appariement localisé des données. Il pose la question avec acuité dans les communes périurbaines, qui semblent cristalliser une partie de l’attention sur la question sociale et du vote. Jean Rivière y consacre quelques pages, revenant sur les données sorties d’urnes collectées en 2007 exploitées dans sa thèse de doctorat. Les positions électorales locales sont analysées dans les contextes locaux, tentant d’analyser en parallèle la structure nationale de l’espace social périurbain, et la structure des prises de position locales. Il démontre que les électeurs périurbains, analysés dans trois grands types de contextes régionaux (aire urbaine de Caen, de Metz et de Perpignan), en fonction de la typologie socio-économique des couronnes périurbaines. Ainsi, le vote des cadres et professions intermédiaires supérieures est affecté par le contexte communal : ceux-ci indiquent voter plutôt à droite en grande majorité dans les « 1ère couronnes dorées » ; un quart d’entre eux votent à droite dans les « 2e couronnes roses », et en majorité à gauche dans les « 4e couronnes vertes ». La surreprésentation des cadres et professions intermédiaires du public dans ce dernier contexte compte, évidemment. Analysant les classes populaires, les « prises de position électorales des ouvriers périurbains » sont particulièrement différenciées selon les contextes de résidence. Dans les 4e couronnes « vertes », où les dynamiques de périurbanisation sont les plus fortes avec l’arrivée massive de jeunes ménages, les comportements électoraux des ouvriers (dans le secteur de l’artisanat ou d’entreprises généralement proches) sont plutôt à droite ou à « droite de la droite » pour 36% des enquêtés ; les ouvriers des 3ème couronnes « rouges » sont deux fois moins marqués à droite ; les ouvriers vieillissants d’anciennes communes minières ayant en 2007 plutôt voté PS. Les effets des socialisations locales, d’après l’enquête, sont pour beaucoup dans ces prises de position électorales. Bref, les « périurbains » sont aussi des « électeurs comme les autres ».

6Dans la seconde partie Jean Rivière poursuit son programme d’analyse en s’appuyant sur une étude de cas de la métropole nantaise, métropole dynamique, en voie avancée de désouvriérisation et de métropolisation, bastion municipal socialiste (avec un fort tournant municipal entrepreneurial), caractérisée comme d’autres villes de l’Ouest par un vote RN plutôt faible et par une abstention modérée, y compris et surtout dans les périphéries. Le chapitre 3 est très original dans les sources mobilisées, s’agissant des fonds d’archives des découpages électoraux et des résultats aux élections présidentielles entre 1974 et 2002 (numérisés), couplés aux données du ministère de l’intérieur pour les élections plus récentes ; l’ensemble est apparié aux données INSEE de 1975 à 2017, dans le périmètre de Nantes métropole. Il est fondateur de futures analyses possibles dans d’autres métropoles, et pose le programme méthodologique. La question de l’appariement des données dans des contextes de circonscriptions électorales aux limites évolutives (de 215 à 475), et de rapide étalement urbain, ajoute à l’enjeu méthodologique, explicité en annexe. L’objectif en effet est d’analyser le changement socio-électoral dans une maille unique (la plus récente), ce qui suppose un certain nombre d’hypothèses sur la distribution de l’information statistique entre les différents millésimes de mailles. On aurait pu souhaiter une explicitation des hypothèses théoriques derrière les choix de réaffectation opérés, mais l’ouvrage n’est pas là pour porter une ambition théorique en analyse spatiale, et la méthode utilisée est robuste. L’analyse aboutit sur une nouvelle typologie, amplement commentée, des trajectoires électorales, avec un découpage de la métropole qui voit d’un côté l’évolution des beaux quartiers et périphéries bourgeoises avec un spectre large du centre-droit à l’extrême-droite selon les classes et générations ; de l’autre les secteurs péricentraux et le corridor industriel dans les spectres de gauche, en mutation, avec des lieux de forte concentration de l’abstention, et les percées locales de l’extrême-droite. L’ensemble s’accompagne d’une intéressante perspective diachronique sur les évolutions internes de ces classes, selon qu’on y observe rajeunissement de la population, embourgeoisement, gentrification ou paupérisation : Nantes semble un bon laboratoire des inégalités trajectoires métropolitaines contemporaines.

7Le dernier chapitre (4) poursuit dans ces cadres d’analyses localisées, pour aller sur les dynamiques électorales contemporaines, dans un temps plus court, 2017-2020, mais avec une finesse du point liée à l’utilisation des CS détaillées (en 24 postes), ce qui permet avec efficacité de rentrer dans une structure sociologique plus fine du vote, les clivages étant internes entre les différentes catégories de cadres (les cadres du privé ayant une géographie du vote plus proche de Macron ou Fillon ; les cadres du public plus proche géographiquement de l’électorat de Hamon), des professions intermédiaires (techniciens, contremaîtres, agents de maîtrises plutôt corrélés avec le vote Dupont-Aignan, Le Pen et dans une moindre mesure Mélenchon ; les professions intermédiaires administratives et commerciales plutôt corrélées avec Macron et Fillon dans leur distribution spatiale ; le monde des travailleurs sociaux étant plus proche géographiquement de Hamon). Cette grille de lecture permet à J. Rivière d’analyser par un nouveau recours à des analyses factorielles une tri-partition de l’espace électoral et des clivages sociaux de détail sous-jacents, avec un axe relatif à la stabilité résidentielle et professionnelle ; un axe plutôt relatif à la diplomation et groupe socio-professionnel ; un axe relatif au cycle de vie (âge) et ancienneté résidentielle. Cela permet d’analyser géographiquement les différents pôles politiques, mais aussi les évolutions à court terme (déplacements et invariants de la droite, hausse de l’abstention et du RN, fragmentations et recompositions de l’électorat à gauche).

8C’est donc au final un ouvrage très cohérent et stimulant du point de vue de la démarche et de la méthode, un texte qui aura probablement un certain écho car d’une belle actualité, et qui permet – en conclusion – de rentrer dans le détail des corrélations entre courants politiques et structures sociales. Jean Rivière est un fan de la robustesse des analyses, s’en tenant le plus souvent à des méthodes classiques, stables (corrélations et analyses factorielles), finement analysées. Les détails méthodologiques sont publiés en annexes : ce choix laisse à l’ouvrage la lisibilité de résultats pour atteindre un public élargi, est tout à fait convaincant et stimulant (y compris dans la perspective des élections qui viennent), pour peu que l’on prête attention à la succession rapide des typologies et analyses, qui livrent un paysage électoral évidemment complexe, dans des villes qui évoluent. Une recommandation de lecture pour éviter de tomber dans les déterminismes simplistes, tant les dynamiques urbaines et sociales complexes permettent de suivre la logique électorale.

Haut de page

Bibliographie

Bacqué M.-H., et Fol S., 2007, "Effets de quartier: enjeux scientifiques et politiques de l'importation d'une controverse", in Authier J.-Y., Bacqué M.-H. et Guerin-Pace F. (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte (coll. Recherches).

Fourquet J., 2019, L’archipel français. Naissance d’une Nation multiple et divisée, Paris, Seuil.

Guilluy C., 2014, La France Périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion.

Lévy J., 2013, "Liens faibles, choix forts : les urbains et l’urbanité", Journal, No. 29 mai 2013. http://www.laviedesidees.fr/Liens-faibles-choix-forts-les.html

Haut de page

Notes

1 Maître de conférences à l’Université de Nantes, UMR ESO

2 En ligne : http://cartelec.univ-rouen.fr/, consulté le 5 avril 2022.

3 En ligne : https://www.progedo.fr, consulté le 5 avril 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Le Goix, « Rivière J., 2022, L’illusion du vote bobo. Configurations électorales et structures sociales dans les grandes villes françaises, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (coll. Géographie sociale), 252 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 avril 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/38765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.38765

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search