Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueÉditoriauxDystopies de la domination

Dystopies de la domination

Denise Pumain
Traduction(s) :
Distopía de la dominación
Dystopias of domination

Texte intégral

1Les géographes et plus largement les spécialistes des sciences sociales connaissent bien les processus qui fabriquent l’ordre du monde et les représentations que nous en avons. La longue histoire du monde pourrait se lire comme une quête sans fin pour sa domination, par des groupes utilisant des armes, des idéologies et des croyances, des technologies, des systèmes de gouvernement, une incroyable diversité de formes de pression sur la vie des personnes. Peu à peu la réflexion morale, la politique, le droit, parfois la science, ont aidé à construire des règles du savoir mieux vivre ensemble, à toutes les échelles dans le monde.

2Les géographes analysent ce tissu négocié des multiples réseaux, législations internationales, ou ententes régionales laborieusement élaborées, qui accompagnent les progrès des espérances de vie, du niveau d’éducation et la rétractation des extrêmes pauvretés que mesuraient les indices de développement humain, ainsi que les transformations des habitus vers plus de respect de la nature et d’autrui. Ces représentations de l’ordre du monde en évolution s’accommodaient tant bien que mal de l’oubli de multiples et persistants conflits localisés, de recréations de murs et de frontières, d’obstacles sciemment élevés contre des mobilités et des minorités, de manquements aux accords sur la préservation des ressources naturelles et sur les droits humains. Cette myopie devenue courte vue ouvrait-elle la voie aux dystopies?

3La pandémie de la Covid-19 intervenue en 2020 avait bouleversé les interactions internationales. Sans trop changer l’ordre du monde, l’aléa en révélait toutes les inégalités et les injustices, en même temps que les capacités d’ajustement. Un précédent éditorial avait osé entrevoir quelques conséquences positives possibles en termes de solidarités et de prises de conscience pour une meilleure gestion sociale et environnementale, au cours de deux années de lutte intense contre le virus.

  • 1 Titre de l’ouvrage de David Chavalarias paru en 2022 chez Flammarion.

4Et puis surgirent des dystopies, difficilement envisageables ou prévisibles, la violence des abus des pouvoirs qu’engendre la domination. La fermeture des écoles aux filles d’Afghanistan qui laisse sans voix. La guerre à l’ancienne qui organise la destruction du pays voisin, qui cherche une victoire au prix de tant de morts, qui jette plusieurs millions d’Ukrainiens hors de chez eux, et qui recrée parmi des populations tellement imbriquées par leur culture et leur passé commun des germes de défiance et peut-être de nouvelles violences pour plusieurs générations à venir. La guerre spectacle visualisée en direct et les constants assauts de propagande, de mensonges et de manipulation des émotions partagés sur les réseaux sociaux. La puissance économique trop concentrée et mal contrôlée des merveilleux outils de la communication électronique qui engendrent les « toxic data1 ».

5A chaque moment de l’histoire, en bien des lieux, quand la pression devient domination, quand les règles sont transgressées, quand le pouvoir abuse, la dystopie peut arriver. Nous devrions le savoir, nous ne pouvons l’admettre. A l’échelle internationale, dans les institutions et les groupes, comme au niveau de tout un chacun dans l’exercice de ses activités habituelles, nous sommes nombreux à refuser les populismes, la maltraitance, les gaspillages, la violence et les abus en tout genre. La géoéthique pourrait définir contre ces tendances une éthique géographique dans l’exercice des pouvoirs. Elle suivrait le principe Rawlsien de réserver pour soi-même les empires à exercer, pour créer, proposer sans imposer, des formes et des relations, des constructions et des discours, avec bienveillance et humilité, dans le respect de la diversité des personnes et des lieux. Mais où donc est passée cette utopie ?

février-avril 2022

Haut de page

Notes

1 Titre de l’ouvrage de David Chavalarias paru en 2022 chez Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Dystopies de la domination », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 03 mai 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/38875

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search