Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2022Les inégalités régionales au Việt...

2022
1017

Les inégalités régionales au Việt Nam : permanences et recompositions

Regional inequalities in Vietnam: permanence and recomposition
Desigualdades regionales en Vietnam: entre permanencia y recomposiciones
Yves Duchère

Résumés

Depuis l’ouverture économique du milieu des années 1980 (Đổi Mới) et l’insertion du pays dans les flux mondialisés, le Việt Nam connaît un développement sans précédent qui s’accompagne d’inégalités et d’importantes différenciations territoriales. Progressivement se dessine une nouvelle géographie reprenant en partie l’ancienne structure bipartite du territoire et traduisant, dans l’espace et les paysages, la singularité de la voie vietnamienne d’économie de marché à orientation socialiste. L’adoption de rationalités et techniques néolibérales en parallèle du maintien d’une structure politique centralisée portée par un régime autoritaire et développementaliste s’accompagne d’une croissance soutenue mais aussi d’inégalités régionales et de fragmentations spatiales à toutes les échelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Position officielle exprimée par les autorités lors du XIIIe Congrès du parti communiste de 2021.

1Après avoir expérimenté la modernité socialiste, le Việt Nam est dorénavant entré dans une phase "post-moderne" (Chevallier, 2004), dans laquelle une ligne de partage semble se dessiner entre ce qui est inséré dans l’économie mondiale et ce qui ne l’est pas. En se transformant, l’État est amené à exercer son pouvoir avec d’autres acteurs (Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Fond Monétaire International (FMI), ASEAN, firmes transnationales et certaines grandes ONG internationales), tandis que les réformes de son système atténuent considérablement sa singularité et le rapprochent, parfois, des normes du secteur privé. Les populations, les entreprises, les institutions mais aussi les territoires sont désormais soumis à un ethos entrepreneurial (Pinson, 2020) aux accents autoritaires qui accentue la hiérarchisation et la fragmentation des espaces et de leurs sociétés. Néanmoins, tout en ayant abandonné les anciennes phraséologies millénaristes, l’État vietnamien souscrit encore au centralisme démocratique et aux principes de redistributions entre provinces. Perméable aux logiques et mécanismes néolibéraux, celui-ci semble traversé par des orientations politiques contradictoires, souvent réduites dans la presse à une opposition entre "progressistes" et "conservateurs", qui impriment de leur sceau la géographie du pays. Procédant par étapes et combinant de façon pragmatique l’ancien cadre socialiste aux nouvelles rationalités et techniques néolibérales, l’État vietnamien "recourt à l’immuable pour répondre à l’inconstant"1, en associant dialectique marxiste et doctrine orientale Dịch học ("Le livre des transformations"), le tout dans un environnement de libéralisation économique.

2La transition du pays vers une économie de marché à orientation socialiste (Kinh tế thị trường định hướng xã hội chủ nghĩa), à partir du milieu des années 1980, impulse depuis trente ans des transformations sociales et sociétales se traduisant dans l’espace et les paysages. Dans un contexte d’internationalisation et de littoralisation des économies couplé à l’adhésion à l’ASEAN (1995) et à l’OMC (2007), le pays s’impose progressivement comme un acteur régional incontournable de la mondialisation, affichant une croissance économique de 7,05 % en 2018 et un PIB/habitant de 2 587 dollars US (1 596 dollars/habitant en 2012). Avec son intégration dans la mondialisation des échanges et de la production, on assiste à une "modernisation inégalitaire" (Gironde, Tessier, 2015) qui donne à voir une géographie bipartite héritée et caractérisée par d’importantes lignes de fractures et inégalités entre les espaces, notamment entre ceux soumis à l’influence des grandes villes, métropoles en tête, et les autres. Il convient alors de se demander, d’une part, dans quelle mesure l’insertion du pays à l’économie de marché capitaliste participe-t-elle à l’aggravation des inégalités régionales et, d’autre part, en quoi la géographie des inégalités qui se dessine reprend-t-elle d’anciennes lignes de fractures tout en en créant de nouvelles ?

3Dès lors, cet article, après avoir nuancé la thèse de l’État néolibéral, tente, à la lumière des statistiques les plus récentes, de mesurer les inégalités de développement entre régions afin d’en déduire une géographie macroscopique, dont les récentes recompositions sont soulignées par l’analyse à grande échelle.

Le changement dans la continuité

  • 2 Le post-socialisme renvoie à l’idée d’une transition, d’une troisième voie, entre capitalisme et co (...)

4Avec les réformes du Đổi Mới, le Việt Nam s’est engagé sur la voie de l’économie de marché à orientation socialiste. L’État-parti vietnamien fait du compromis la pièce maîtresse de son logiciel politico-économique. Tout en adoptant des orientations, des logiques et des techniques néolibérales, l’État-parti maintient son emprise sur la société et l’économie, souscrit encore au centralisme démocratique, refuse le multipartisme et déploie une gouvernance territoriale de type post-socialiste2.

Réformes libérales et autoritarisme

  • 3 Au Việt Nam, une personne est considérée comme pauvre lorsque son revenu mensuel est inférieur à 1, (...)

5En 1979, face à l’état déplorable de l’économie et de la société, furent amorcées des réformes économiques dont le but premier visait à sauver l’économie nationale tout en préservant le pouvoir en place. Semblable par de nombreux aspects à l’"économie socialiste de marché" initiée en Chine par Deng Xiaoping en 1976, le Đổi Mới (renouveau), véritablement lancé en 1986, marqua un tournant majeur dans l’économie vietnamienne. Les mesures prises par l’État socialiste vietnamien furent saluées par le FMI, bien que, à partir des années 2000, les réformes structurelles espérées par celui-ci restèrent inabouties (surtout en raison de la crise financière asiatique de 1997). Entre 1993 et 2018, le PIB/habitant fut multiplié par plus de treize, pour atteindre 2 590 dollars en 2018, contre 189 dollars en 1993 (General Statistics Office of Vietnam (GSO), 2019a). Le taux de pauvreté monétaire3 passa quant à lui de 37,4 % en 1998 à 5,5 % en 2018 (GSO, 2019a).

6Fidèle au principe d’économie de marché à orientation socialiste (Kinh tế thị trường định hướng xã hội chủ nghĩa), véritable "léninisme de marché" (London, 2009), l’État déploie une stratégie qui combine capitalisme et centralisme démocratique socialiste, et qui prend soin de garder à bonne distance le concept occidental de gouvernance (Masina, 2010). L’adoption de réformes graduelles ont évité les affres des "thérapies de choc" adoptées par l’URSS ou d’autres pays en transition (Fford, de Vylder, 1996 ; Beresford, Tran, 2004), tandis que le secteur étatique a conservé un rôle prépondérant dans l’économie.

  • 4 D’après la Constitution amendée en 2001.
  • 5 Les groupes d’intérêts entretiennent des relations avec des personnalités politiques, particulièrem (...)

7En dépit des apparences, le Đổi Mới, plus qu’une rupture, est "l’occasion d’un réexamen nécessaire des principes régissant la société vietnamienne et de leur compatibilité avec le courant néolibéral dominant sur la scène internationale depuis la fin de la guerre froide" (Tréglodé de B, 2009, p.151). À ce titre, d’importantes avancées doivent être soulignées, c’est le cas par exemple de la réforme du système juridique, suite à l’adhésion à l’OMC, ou encore de l’organisation de débats à l’Assemblée nationale, où les députés jouent de plus en plus un véritable rôle législatif. N’abandonnant pas son rôle de guide de la nation ("le parti guide, le peuple maîtrise, l’État administre")4, le parti, attentif aux évolutions sociales et sociétales, prend acte de la nécessité de modifier la forme de son hégémonie. En s’infusant progressivement dans les institutions de l’État, en décentrant son pouvoir – grâce au quadrillage du territoire et à ses 56 000 cellules – et en restaurant un corporatisme d’État-parti cristallisé, entre autres, par les groupes d’intérêts5 (nhóm lợi ích), le Parti Communiste Vietnamien (PCV) conforte son emprise sur la société tout en négociant la place de ses élites dans l’économie de marché.

8Également soucieux de moderniser l’État, le PCV entreprend des réformes administratives dès le début des années 2000, visant à favoriser un processus de "décentralisation" abordé dans l’article 52 de la Constitution. S’apparentant moins à un transfert de pouvoir qu’à un transfert de fonctions vers les provinces, cette "décentralisation", outre le fait qu’elle ne s’accompagne pas de nouvelles prérogatives (en matière d’utilisation des recettes fiscales par exemple), participe du renforcement du contrôle du pouvoir central. Par ailleurs, la "séparation entre les autorités et l’État", stipulée dans l’article 52 de la Constitution, ne résiste pas à l’analyse du système électoral qui concède une importance majeure aux provinces dans le choix des candidats pouvant prétendre à la députation (Nguyen Leroy, 2015). Ce mécanisme permet une réciprocité et installe une dépendance mutuelle entre l’Assemblée nationale et les provinces dont les intérêts sont, de fait, sensiblement les mêmes.

9Sans qu’il soit possible de qualifier le régime de dictature (độc tài), notamment du fait de la collégialité de la prise de décision à tous les niveaux, ce dernier n’en reste pas moins autoritaire, policier et illiberal (Wells-Dang, 2010). Gibert et Ségard (2015) parlent quant à elles d’un "autoritarisme négocié" lorsque Koh (2006) qualifie le régime d’"accommodating state". Boudarel rappelait même en 1991 que "si […] le régime vietnamien n’est pas le plus totalitaire des régimes communistes, il le doit, en partie, à cet euphémisme et au dialogue amortis qu’il a permis [le thắc mắc]. À condition d’entendre à demi-mot, de lire entre les lignes de percevoir les sous-entendus et de déchiffrer les métaphores, une contestation certes timide, mais néanmoins réelle, a toujours existé au sein du régime communiste vietnamien" (Boudarel, 1991). L’autoritarisme du régime de Hà Nội procède en effet d’un dialogue entre l’État et la société, de la recherche d’un consensus – certes plus fabriqué que recueilli – et de l’émergence de compromis. Aujourd’hui souple et consensuel, le pouvoir d’État est au Việt Nam un véritable exercice de style où compromis, pragmatisme et autoritarisme se mêlent (Duchère, 2019a).

10Avec l’intégration croissante du pays à l’économie de marché, des intérêts de plus en plus convergents se font jour entre les élites internationales et les élites vietnamiennes, particulièrement lors de l’adhésion aux accords de libre-échange (Traité de Partenariat Transpacifique par exemple), qui sont l’occasion pour les puissances occidentales de négocier des avancées sur le plan des libertés fondamentales et des droits humains. Pour Gainsborough (2010) et Bui Hai Thiem (2015), il s’agit essentiellement d’un "mariage de raison" qui s’accompagne d’une nouvelle rhétorique, de réformes orientées vers le marché (santé et éducation par exemple) mais dans lequel l’État, qui maintient son rôle de gestionnaire, modifie et adapte la grammaire néolibérale à ses objectifs propres et au cadre post-socialiste. Le régime développementaliste vietnamien repose alors sur une forte intervention économique de l’État (péréquation et principes de solidarité), une imbrication d’intérêts entre le monde des affaires et la haute administration (groupes d’intérêts), ainsi qu’un effort de promotion pour encourager certains secteurs d’activités (programme de civilisation urbaine, propagande, investissements publics ciblés, etc.). Néanmoins, tout en mettant à profit les "aides" fournies par les bailleurs de fonds internationaux pour développer son économie, le Việt Nam travaille à la préservation de son indépendance idéologique face à la doxa néolibérale issue du Consensus de Washington.

La formule vietnamienne : gouvernance post-socialiste et gouvernementalité néolibérale 

  • 6 Indissociable de l’émergence de la "biopolitique" dans certains pays occidentaux à partir du XVIIIe (...)

11Pour le vietnamologue Gainsborough (2010), même dans le contexte d’une forme plus envahissante du consensus de Washington qui a vu s’intensifier les efforts des bailleurs de fonds pour infléchir la politique vietnamienne, l’adoption du néolibéralisme par l’État-parti doit fortement être nuancée. Procédant d’une hybridation, la pratique du pouvoir au Việt Nam se caractérise en effet par l’adoption de logiques néolibérales remaniées et déployées dans le cadre d’une gouvernance post-socialiste fonctionnant par étapes. Ainsi, comme le décrit Bui Hai Thiem (2015), "The party-state has to respond at different degrees to the neoliberal logics of accountability, transparency, enumeration and quality in which rationalities are embedded. Hence, the techniques of governance can now be seen in the co-existence and juxtaposition of both neoliberal and socialist forms of governmentality, which were once deemed unthinkable". Ce que l’on voit au Việt Nam n’est pas tant un déclin du pouvoir de l’État mais plutôt une diversification des formes de gouvernementalité6 (les techniques et rationalités de gouvernement) comme dans le cas chinois où Aihwa Ong et Li Zhang parlent de "socialisme à distance" (Aihwa Ong, Li Zhang, 2008). Les techniques néolibérales sont alors adoptées par les autorités, notamment pour contrôler les normes, le développement territorial, la culture ou encore les corps en essayant notamment d’intervenir sur la "conduite des conduites" (Foucault, 2004).

12En adaptant son pouvoir dans le cadre de la globalisation et en (re)négociant ses relations avec le secteur privé, l’État-parti vietnamien renforce son emprise sur la société ainsi que son hégémonie politique. Ainsi, même s’il est vrai que certaines fonctions régulatrices de l’État peuvent être reléguées à des acteurs privés (notamment l’éducation ou la santé), on assiste moins à une "cannibalisation" des structures de l’État par le secteur privé qu’à "un nouveau mode d’interventionnisme étatique" (Hibou, 1998). Comprise comme un "art de gouverner", la gouvernementalité permet de questionner les "techniques de gouvernement" destinées à conduire les conduites tout en renforçant le pouvoir hégémonique de l’État sur la société. À ce titre, le discours porté par les autorités au sujet de la civilisation urbaine (văn minh đô thị), qui définit un ordre spatial urbain fondé sur la respectabilité de la classe moyenne et la propriété privée, constitue un cas d’école singulier (Duchère, 2019b, 2020).

13En matière de financement du développement local, d’importantes réflexions sont actuellement menées au sujet des fonds d’investissement de développement local soutenus par la Banque Mondiale. Ces fonds, véritables organes publics, en plus d’accréditer la thèse d’une financiarisation du développement local, constituent un des piliers de la stratégie de "décentralisation" financière du Ministère des Finances et fonctionnent sur une logique de marché en associant le secteur privé. À noter que ces fonds d’investissement se dirigent essentiellement vers des projets rentables, les moins rentables, à vocation sociale par exemple, étant financés sur le budget national.

  • 7 Le modèle Build, Operate and Transfer, généralement utilisé dans les partenariats public-privé (PPP (...)
  • 8 La péréquation se fait, d’une part, au niveau des dotations de l’État en fonction des besoins des p (...)

14Néanmoins, malgré le caractère innovant de ces montages, on observe encore des blocages structurels consécutifs de désaccords entre la politique de l’État et certains échelons locaux désireux d’accélérer la libération d’une croissance structurelle. À ce titre, on peut citer les métropoles du pays (Hà Nội, Hồ Chí Minh-Ville, Đà Nẵng, et dans une moindre mesure Hải Phòng et Cần Thơ) qui poursuivent leur essor malgré les limites qui leur sont imposées par le pouvoir central, notamment en termes d’absence de décentralisation effective. En ce qui concerne le financement des collectivités locales, malgré le recours aux investissements privés sous forme de partenariat public-privé (PPP) (comme des BOT7 par exemple), les pouvoirs publics maintiennent leur contrôle sur les modalités du développement local. On peut d’ailleurs observer des conflits d’intérêts entre certaines métropoles et l’État central. Ainsi, il ne semble pas y avoir d’abandon du keynésianisme spatial au Việt Nam, dans la mesure où les structures de l’État central maintiennent encore aujourd’hui d’importants mécanismes de péréquation8 et de redistribution.

  • 9 Cette situation entraîne une poussée contestataire dans certaines métropoles comme l’illustre l’aff (...)

15En effet, l’État unitaire et centralisé reste chargé du financement privilégié des collectivités, dont le recours à l’endettement direct est possible mais fortement encadré et très limité (Bony-Cisternes, 2019a). Par le levier de la péréquation, certaines provinces, comme la riche ville-province de Hồ Chí Minh-Ville, sont en quelques sortes privées d’une partie des richesses qu’elles créent, celles-ci étant allouées à des provinces pauvres, pour éponger leur dette notamment9. Par exemple, d’après Bony-Cisternes (2019b), entre 2017 et 2021, le ratio de la recette budgétaire (issue des impôts à produit partagé entre l’État et la ville) attribué à la ville pour la période 2017-2021 est annoncé avec une baisse de 5 points par rapport à la période 2011-2016, alors même que celle-ci nécessite d’importants financements liés à son fort développement.

  • 10 Indice développé par l’Agence Américaine de Développement, en partenariat avec la Chambre d’Industr (...)

16Enfin, parmi les outils et rationalités néolibérales adoptées par le Việt Nam, l’on peut citer le benchmarking appliqué aux territoires provinciaux via l’Indice de Compétitivité provinciale (Vietnam Provincial Competitiveness Index, PCI)10, qui favorise la mise en compétition des acteurs locaux. Cet indice mesure la capacité des provinces à favoriser et encourager le développement économique. Dans ce cadre, le PCI classe les provinces (figure 1) en fonction de critères (utilisation de "scores") ayant trait à la transparence des pratiques administratives, la qualité des infrastructures, l’accessibilité au foncier, la décentralisation, la formation de la main-d’œuvre, l’accès aux documents légaux - comme les masters plans ou les budgets provinciaux -, les télécommunications, la qualité des sites et zones industrielles, etc. La figure 1 met en évidence que les provinces de Bắc Ninh, Đà Nẵng ainsi que la région de Hồ Chí Minh-Ville apparaissent dans le haut du classement, elles concentrent en effet une part importante des investissements industriels au niveau national. À l’inverse, les zones montagneuses du Nord ou des Hauts plateaux apparaissent moins bien classés car éloignés des espaces de la globalisation.

Figure 1 : Indice de Compétitivité provincial en 2019

Figure 1 : Indice de Compétitivité provincial en 2019

USAID, VCCI, 2019. Source : The Vietnam provincial competitiveness index, 2019

Intégration à l’économie de marché et creusement des inégalités

17Comparativement aux autres pays du sud-est asiatique, le Việt Nam a bien résisté à la crise régionale et a su rebondir vigoureusement et rapidement (le PIB a continué de croître de 6,2 % en 2002 et 5,3 % en 2009). Cette résilience s’explique en grande partie par l’intégration du pays dans le secteur productif régional et l’adoption, dès les années 2000, d’un modèle empruntant aux pays asiatiques industriels comme le Japon, la Corée du Sud, Taiwan ou encore Singapour (Masina, 2010). Ce modèle développementaliste permet à l’État de garder la main sur les principaux leviers de l’économie, tout en encourageant les investissements étrangers (en 2016, d’après le GSO (2019), 25 % de l’investissement total provenait de l’étranger).

18Avec l’internationalisation et l’inégale répartition des Investissements Directs à l’Etranger (IDE) dans le pays, on observe une augmentation des inégalités socio-économiques entre les provinces et à l’intérieur de celles-ci.

19Plusieurs études (Chien Van Le, Huy Quynh Nguyen, 2018 ; Vu Xuan Binh, Nghiem Son, 2016 ; Nguyen, Thi Thanh Huyen, Thi Thu Hien Nguyen, Thi Le Hang Nguyen, Van Cong Nguyen, 2020) montrent que la libéralisation économique en cours depuis les années 1990 contribue à l’aggravation des écarts de revenus entre ceux qui opèrent dans les secteurs exportateurs les plus dynamiques et le reste de la population active. Néanmoins, même si la tendance reste au creusement des inégalités, il semblerait que, d’une part, cette dernière ait ralenti avec l’intégration du pays à l’OMC en 2006 et, d’autre part, que les IDE ne participent qu’à la marge à ce ralentissement de la tendance (Chien Van Le, Huy Quynh Nguyen, 2018).

20Du fait d’indicateurs macroéconomiques encourageants (maîtrise de l’inflation, dynamisme du secteur secondaire et tertiaire, capitalisation de 143 entreprises publiques entre 2016 et 2020, etc.), les investissements étrangers n’ont donc cessé d’augmenter, principalement dans les secteurs manufacturiers (60 %) et, subsidiairement, dans le développement des infrastructures du pays (30 %) et dans la distribution et la mécanique (4,4 %) en 201611. En 2021, malgré la pandémie de Covid-19, les IDE se sont maintenus et ont même augmenté de 4,4 % par rapport à 202012. En revanche, si l’on compare avec l’année 2019, soit avant la pandémie, les IDE sur les neuf premiers mois de 2021 ont chuté de 15 %13.

21Le nombre de projets d’investissements étrangers par région permet d’apprécier le fort déséquilibre spatial qui préside à la distribution de ces capitaux puisque, par exemple, en 2018, le delta du fleuve Rouge et le Sud-Est validaient respectivement 1 155 et 1 523 nouveaux projets contre 221 dans le Centre-Nord et sur ses côtes, 140 dans le delta du Mékong, 102 dans l’arc montagneux du Nord et 6 dans les Hauts plateaux (GSO, 2019a).

  • 14 En 2018, le coefficient de Gini pour le monde rural vietnamien était de à 0,407 contre 0,372 pour l (...)

22Avec la forte croissance économique du pays, le taux de pauvreté monétaire a baissé d’environ 90 % entre 1993 et 2018 (GSO, 2019a, 2019b). Néanmoins, la pauvreté a diminué plus drastiquement en milieu urbain qu’à la campagne (95 % des 10 % de pauvres au niveau national se trouvent en milieu rural), qui abrite jusqu’à six fois plus de pauvres14, tandis que certaines régions, comme les montagnes du Nord-Ouest ou les Hauts plateaux du Centre, restent encore marqués par des taux de pauvreté et un indice de Gini élevés.

  • 15 Niveau de fertilité correspondant ici à 1,96 enfants par femme. Pour plus de détail, se reporter au (...)

23En sus de l’industrialisation, l’urbanisation du pays se poursuit à un rythme soutenu. Véritable moteur de l’économie concourant à la "création d’un pays riche, d’une économie forte et équitable et d’une société civilisée" (slogan du PCV), les villes vietnamiennes connaissent depuis les années 1990 un essor sans précédent qui accompagne l’évolution rapide de la structure productive. Entre 1986 et 2018, la population urbaine est passée de 19,5 % à 35,7 %, le taux de croissance urbaine est, en 2019, estimé à 3 %/an (GSO, 2019a). Si l’on se réfère aux projections du GSO et de l’UNFPA (United Nation Population Fund) (2016), sur la base d’un niveau de fertilité moyen15, la population urbaine du Việt Nam pourrait atteindre, en 2024, 39,376 millions, soit 39,6 %.

24Progressivement se confirment des dynamiques de métropolisation, au moins à Hà Nội (capitale politique située au nord du pays dans le delta du fleuve Rouge), Hồ Chí Minh-Ville (capitale économique au sud du pays) et Đà Nẵng (métropole émergente du Centre). Avec la métropolisation, véritable vecteur et mode opératoire de l’intégration à l’économie de marché, d’anciennes lignes de fracture refont jour, notamment entre les plaines polarisées par les métropoles et les hautes-terres à l’écart du développement. De plus, aux disparités régionales à l’échelle macroscopique s’ajoutent d’importantes fractures et différenciations spatiales à l’intérieur des régions. La topographie mais aussi la proximité et l’intégration aux espaces globalisés comme les corridors économiques ou les espaces sous influence métropolitaine participent d’un effet de fracturation territoriale. Ce qui semble alors à l’œuvre a davantage trait au poids grandissant (économiquement, spatialement, démographiquement mais aussi politiquement) des métropoles qui irradient leurs hinterlands et entretiennent d’intenses relations entre elles, parfois plus qu’avec des villes de rang directement inférieur.

25Enfin, il faudra prêter une attention particulière aux effets socio-économiques de la Covid-19 qui, à partir du 31 juillet 2020, fit un premier mort suite à l’apparition d’une nouvelle souche plus contagieuse. Plus d’un an après, en novembre 2021, après plusieurs épisodes de confinements localisés, le ministère de la Santé dénombrait le 26 novembre 2021 près de 24 544 décès et un total de 1 181 337 cas depuis le début de la pandémie16. La géographie de la Covid-19 (figure 2), en plus de confirmer que les espaces littoraux sont davantage touchés que les espaces montagneux, donne à voir une différence notoire entre un Nord relativement épargné et un Sud à la situation plus critique, notamment à Hồ Chí Minh-Ville (17 738 morts depuis le début de la pandémie jusqu’à novembre 2021).

26Même si le Việt Nam ne fait pas partie des pays les plus touchés par la crise liée à la Covid-19, c’est en 2021 que le pays a enregistré, d’un point de vue économique, sa pire année depuis le Đổi Mới. Très dépendante des capitaux étrangers (les entreprises à capitaux étrangers représentent entre 60 % et 70 % de la valeur des exportations vietnamiennes), l’économie vietnamienne poursuivait en 2021 sa déprise avec une très forte baisse du PIB au 3e trimestre 2021 (- 6,2 % en glissement annuel)17. Sur les neuf premiers mois de 2021, la croissance était de 1,4 % (2,7 % en 2020), les IDE augmentaient de 4,4 % et l’inflation restait sous contrôle (1,8 %). Seul le secteur agricole maintenait sa production alors que la production industrielle accusait une baisse de 4,6 %. Le commerce (détail et marchandises) enregistrait quant à lui une chute de 28 %. En dépit de ce ralentissement, il est attendu une forte reprise en 2022, aux alentours de 6 %.

Figure 2 : Répartition des cas et décès liés à la Covid-19 (du 27/04/2021 au 27/11/2021)

Figure 2 : Répartition des cas et décès liés à la Covid-19 (du 27/04/2021 au 27/11/2021)

Duchère, 2022. Source : Ministère de la Santé

Développement économique et disparités régionales

27La maritimisation, la littoralisation et la métropolisation, compris ici comme des processus intimement liés à l’internationalisation de l’économie vietnamienne, renforcent, depuis le Đổi Mới, une géographie bipartite correspondant peu ou prou aux plaines et plaines littorales d’une part, et, d’autre part, aux espaces collinaires et montagneux.

Les basses-terres : hauts-lieux du développement viêt

28L’organisation de l’espace vietnamien est encore aujourd’hui largement héritée des périodes passées. Du XIe siècle jusqu’à la fin XIXe, l’œcoumène vietnamien s’étendit vers le Sud, le long des plaines littorales par une poussée de paysans-soldats. Cette "marche vers le Sud" (Nam Tiến, figure 3) répondait à la nécessité de contrer les incursions Cham, mais aussi de limiter la pression démographique sur les terres du delta du fleuve Rouge.

Figure 3 : Marche vers le Sud (Nam Tiến) et physiographie

Figure 3 : Marche vers le Sud (Nam Tiến) et physiographie

Duchère, 2022. Source : Géographie Universelle, 1995

29Les espaces montagneux, collinaires et les Hauts plateaux restent quant à eux le domaine quasi-exclusif de groupes ethno-linguistiques non kinh jusqu’aux efforts de "mise en valeur" inégalitaire réalisés par Hà Nội à partir des années 1980.

30Les évolutions de l’économie, notamment du monde rural, fondées sur l’industrialisation, l’urbanisation et l’ouverture à l’économie de marché ont largement modifié les paysages des deux deltas rizicoles polarisés par les métropoles de Hà Nội et de Hồ Chí Minh Ville. Le delta du fleuve Rouge représente 4,5 % du territoire national, 20 % de la production rizicole et 22 % (21,566 millions) de la population nationale en 2018. La densité moyenne y est de 1 014 hab./km2, mais elle peut atteindre 1 516 hab./km2 comme dans la province de Bac Ninh par exemple. Le delta du Mékong, dont la production rizicole (environ la moitié de la production totale de riz du pays) est davantage destinée à l’exportation, abrite quant à lui 17,894 millions d’habitants (18,5 %) pour une densité moyenne beaucoup plus faible (436 hab./km2).

  • 18 Épousant de plus en plus la forme du desakota indonésien théorisé par Mc Gee, les campagnes du delt (...)

31Dans ces deux deltas18 qui regroupent la moitié de la population nationale sur seulement 18 % du territoire national, on observe une dynamique de périurbanisation, entrainant des formes d’urbanisation in situ encouragées par l’intensification agricole, la diversification économique et le resserrement des liens entre les espaces ruraux et la ville. Il convient enfin de noter que la métropole de Hồ Chí Minh Ville polarise les territoires du delta du Mékong ainsi que les provinces du Sud-Est (Binh Phuoc, Ba Ria Vũng Tàu, Bình Dương, Đồng Nai, Tây Ninh) dans lesquels se regroupent plus de 17 millions d’individus. La périurbanisation et le développement de corridors économiques (Hồ Chí Minh Ville - Bà Rịa Vũng Tàu par exemple) traduisent l’extension du domaine de la ville au-delà de ses limites administratives, à l’instar de ce que l’on observe dans le delta du fleuve Rouge.

  • 19 Sổ hộ khẩu : enregistrement de la résidence. Ce carnet, qui conditionnait jusque dans les années 19 (...)

32Les trois métropoles vietnamiennes (Hà Nội, Hồ Chí Minh Ville, Đà Nẵng), par leur fort développement économique, attirent effectivement des populations rurales dont la mobilité est facilitée par l’assouplissement de l’encadrement des migrations dans le pays19. La population de ces métropoles a cru, entre 2010 et 2018, de 9,7 % à Hà Nội et de 17 % à Hồ Chí Minh Ville et Đà Nẵng. Ce phénomène peut également s’observer dans les métropoles secondaires émergentes comme Cần Thơ ou Hải Phòng, dont la population a augmenté, respectivement, de 7,1 % et 8,4 % entre 2010 et 2018.

33Si les métropoles attirent les populations rurales (figure 4), elles diffusent également un mode de vie et des valeurs qui participent, en plus des relations commerciales de plus en plus étroites entre le rural et l’urbain, aux transformations sociales et sociétales importantes du monde rural. Néanmoins, malgré une complexification des rapports ville/campagne, la tendance générale reste marquée par le creusement du déséquilibre démographique entre l’urbain (33 830 000 résidents) et le rural (60 836 000 résidents) (GSO, 2019a).

34On note qu’en milieu rural comme en milieu urbain, près des 2/3 de la population appartiennent à la tranche 15-59 ans. Les individus âgés entre 0 et 14 ans sont quant eux plus présents à la campagne (24,7 %) qu’en ville (21,3 %). Au-delà de 60 ans, la ville se démarque légèrement, en accueillant 16,1 % d’individus de cette tranche contre 14,1 % en milieu rural. Parmi les six grandes régions géographiques, la proportion des trois classes d’âge reste approximativement la même, à l’exception, une fois de plus, des montagnes et collines du Nord ainsi que des hauts-plateaux, où les individus de plus de 60 ans ne représentent pas plus de 10 % de la population (ce qui s’explique principalement par une fécondité encore relativement forte, d’où une forte proportion de jeunes, et par une faible espérance de vie).

35Outre les plaines deltaïques du Nord et du Sud, on estime à 20 millions d’individus (209 hab./km2) la population des provinces de l’Annam (Centre), à 17 millions celle des provinces du Sud-Est (725 hab./km2), à 5,8 millions celle des Hauts plateaux (108 hab./km2) et à 12,3 millions (129 hab./km2) celle de l’arc montagneux du Nord du Việt Nam (GSO, 2019a).

Figure 4 : Densités humaines, solde migratoire et population urbaine en 2018

Figure 4 : Densités humaines, solde migratoire et population urbaine en 2018

Duchère, 2022. Source : recensement GSO, 2019a

Inégalités de développement et géographie bipartite

36L’étude du coefficient de Gini met en lumière l’aggravation des inégalités de développement dans toutes les régions, à des vitesses variables. Si le rural était au début des années 1990 moins inégalitaire que la ville, nous assistons aujourd’hui à un renversement de cette tendance.

  • 20 Calculé à partir du revenu par habitant.

37Le PIB/habitant à l’échelle provinciale offre également un aperçu intéressant de la répartition de la richesse par tête même si cet indicateur, pour permettre de lire les inégalités, doit être couplé au taux de pauvreté et bien sûr au coefficient de Gini20. Cependant, la carte du PIB/hab. et de son évolution sur la période 1992-2008 donne à voir de grandes différences de développement en termes d’intensité et de vitesse entre les provinces. Ceci est particulièrement flagrant lorsque l’on compare les provinces littorales et/ou dans l’aire d’influence d’une des trois grandes métropoles, et les provinces situées plus en retrait des zones de développement (montagnes du Nord, Hauts-Plateaux du Centre, région de Nghệ An). Ainsi, les provinces ayant profité de l’accélération du développement industriel et touristique dans les années 1990 ont vu leur PIB/hab. croître sensiblement plus vite que les autres (figure 5). Tel est le cas des provinces de Bắc Ninh, Đà Nẵng (respectivement, 2e et 10e place au niveau national en terme de PIB/habitant) ou encore de Binh Thuận, Nhinh Thuan ou Khánh Hòa qui abritent d’importantes stations balnéaires comme Nha Trang ou Mũi Né. À l’inverse, Hà Nội et Hồ Chí Minh Ville, bénéficiant d’une avance économique sensible sur les autres provinces dès le début des années 1990, ne présentent pas une variation très élevée de leur PIB/hab. sur la période 1992-2018.

38En 2018, la figure 5 montre un écart notoire de 7,3 pour 1 entre la province "la plus riche" (Hồ Chí Minh Ville) dont le PIB par habitant s’élève à 6 588 dollars, et "la plus pauvre", Hà Giang, où la valeur ne dépasse pas 899 dollars par habitant. Le PIB/habitant médian est de 2 037 dollars, ce qui correspond à la province de Tiền Giang (delta du Mékong). Les valeurs les plus hautes, soit celles au-dessus du troisième quartile, sont comprises entre 2 669 et 6 588 dollars/habitant en 2018. On retrouve dans ce dernier quartile les provinces des environs des métropoles de Hà Nội, Hồ Chí Minh Ville ainsi que la métropole de Đà Nẵng. À noter également que les provinces de Lào Cai (2 686 dollars/hab.), Quảng Ninh (5 110 dollars/hab.) et Hải Phòng (4 217 dollars/hab.) affichent des PIB/habitant élevés qui peuvent s’expliquer par leur localisation sur un corridor économique majeur et par leur rôle dans le commerce régional (port de Hải Phòng et commerce avec la Chine via Lào Cai).

Figure 5 : PIB/habitant et taux de pauvreté en 2018

Figure 5 : PIB/habitant et taux de pauvreté en 2018

Duchère, 2022. Source : recensement 2019

39En croisant la carte du taux de pauvreté avec celle du PIB/habitant, on observe que les provinces dans lesquelles le taux de pauvreté est le plus élevé correspondent, comme on s’y attendait, à celles dont le PIB/habitant est le plus faible (arc montagneux du Nord, Nghệ An, Hauts plateaux). Néanmoins, comme nous le verrons plus loin, d’importantes disparités existent entre les districts.

  • 21 GSO, 2019c, Report on Labour Force Survey, quarter 3, 219 p.
  • 22 Ibidem

40D’importantes disparités en termes d’inégalités sont également à souligner entre les régions. Ainsi, le tableau 1 montre que la zone la plus inégalitaire correspond aux montagnes du Nord (0,443), alors que le Sud-Est présente le coefficient de Gini le plus faible du pays (0,373). Le tableau 1 montre que l’évolution du coefficient de Gini entre 2006 et 2018 (GSO, 2019a) est évidemment très différente entre les grandes régions mais surtout que l’indicateur a tendance soit à stagner, soit à clairement augmenter (Hauts plateaux, arc montagneux du Nord, espaces ruraux en général), ce qui atteste donc d’une augmentation des inégalités. Mais là encore, les régions où les inégalités grandissent correspondent aux régions dans lesquelles le taux de pauvreté est le plus élevé. On note au passage que si dorénavant le rural est plus inégalitaire que l’urbain (aspect mis en évidence par l’étude de Nguyễn Minh Ha, Nguyễn Dang Le, Pham Trung Kien, 2019), tel n’était pas le cas de 1993 à 2008. Il y a donc ici une inversion de la tendance qui mérite d’être soulignée et qui peut s’expliquer par le poids économique et démographique de plus en plus important des villes qui concentrent, en valeur relative, moins de populations pauvres que les campagnes. Par ailleurs, les villes abritent 33,4 %21 des personnes en âge de travailler et 2,6 fois plus de travailleurs qualifiés que les campagnes (39,6 % contre 15 %)22.

Tableau 1 : Coefficient de Gini entre 1993 et 2018 (GSO, 2019a)

1993

1998

2006

2012

2018

Variation 1993-2018

Urbain

0,337

0,342

0,393

0,385

0,372

10 %

Rural

0,278

0,277

0,378

0,399

0,407

46 %

Delta du fleuve Rouge

0,31

0,321

0,395

0,393

0,392

26 %

Nord collinaire et montagneux

0,243

0,275

0,440

0,411

0,443

82 %

Centre-Nord et côtes du centre

0,285

0,31

0,371

0,384

0,383

25 %

Hauts plateaux

0,312

0,311

0,407

0,397

0,44

41 %

Sud-Est

0,358

0,341

0,422

0,391

0,373

4 %

Delta du Mékong

0,337

0,296

0,385

0,403

0,399

18 %

Duchère, 2022

Tableau 2 : Taux de pauvreté entre 1993 et 2018, en pourcentage (GSO, 2019a, 2019b)

1993

1998

2006

2012

2018

Variation 1993-2018

Urbain

31,7

11,5

7,7

4,3

1,5

- 95,3 %

Rural

57,9

44,1

18

14,1

9,6

- 83,4 %

Delta du fleuve Rouge

49

28,5

10

6

1,9

- 96,1 %

Nord collinaire et montagneux

59

59,6

27,5

23,8

18,4

- 68,8 %

Centre Nord et côtes

60

41

22,2

16,1

8,7

- 85,5 %

Hauts plateaux

50

48,3

24

17,8

13,9

- 72,2 %

Sud-Est

33

11,1

3,1

1,3

0,6

- 98,2 %

Delta du Mékong

48

39

13

10,1

5,8

- 87,9 %

Duchère, 2022

41D’un point de vue diachronique, depuis l’ouverture à l’économie de marché, on observe une réduction du taux de pauvreté qui semble concerner davantage les zones urbaines et particulièrement les métropoles et leur région. Comme le montre le tableau 2, le taux de pauvreté baisse entre deux et trois fois plus rapidement en milieu urbain.

  • 23 D’après Living Standards Survey, 1993, 1999 et Household Living Standards, 2018
  • 24 D’après GSO, 2019a

42À l’échelle des six grandes régions23 (delta du fleuve Rouge, Nord collinaire et montagneux, Centre et côtes du Centre, Hauts plateaux, Sud-Est, delta du Mékong), la tendance est également à la baisse généralisée du taux de pauvreté24, mais là encore d’importantes différences peuvent s’observer (tableau 2). Entre 2006 et 2012, l’arc montagneux du Nord ne réduit que de 13 points son taux de pauvreté lorsque le même taux recule de 40 points dans la région du delta du fleuve Rouge. Même constat pour la période 2012-2018, lors de laquelle le taux de pauvreté est divisé par trois dans le delta du fleuve Rouge alors qu’il ne baisse que très faiblement dans l’arc montagneux et dans les Hauts plateaux du Centre. Sur la période plus longue 1993-2018, la baisse du taux de pauvreté présente moins d’écarts notoires entre les régions, même si celle-ci a tendance à rester plus lente dans l’arc montagneux du Nord et les Hauts plateaux.

43La géographie des inégalités qui se dessine à partir de l’analyse du PIB/habitant, du taux de pauvreté, du solde migratoire et du coefficient de Gini doit être nuancée par une approche plus locale. Les métropoles, les grands pôles urbains ou les espaces industrialisés prenant parfois la forme de couloirs transversaux viennent "fausser" notoirement les statistiques au niveau provincial. Par ailleurs, la globalisation de l’économie vietnamienne et la vigueur des mutations doivent nous inciter à combiner différentes échelles et à commencer à identifier les prochaines tendances spatiales d’un développement en plein essor, intégré à des échelles supra-nationales, notamment dans le cadre de la région du Grand Mékong.

Développement inégalitaire et fragmentation spatiale à grande échelle

44Les données macroscopiques confirment l’existence d’une géographie du développement organisée entre des plaines littorales et deltaïques correctement intégrées à la mondialisation et des hautes terres délaissées et davantage en proie aux inégalités. Cette lecture, si elle est valide à petite échelle, laisse croire à une unité des plaines en opposition aux hautes terres, elles aussi supposées homogènes. Un travail à plus grande échelle offre la possibilité de mettre au jour les subdivisions de cette géographie en prêtant attention notamment aux lignes de fractures qui traversent autant les plaines que les montagnes.

Le développement inégal des anciennes marges : entre rupture et intégration

  • 25 En 2019, la population Kinh était estimée par les autorités (GSO, 2019a) à un peu plus de 82 millio (...)

45La marge est révélatrice de la dynamique et de l’évolution du système à la lisière duquel elle se développe. Néanmoins, elle peut être appréhendée comme étant en discontinuité avec celui-ci. À la différence de la périphérie, qui est de la même essence que le centre, la marge ne s’inscrit pas à proprement parler dans une continuité territoriale. Elle se situe "aux limites de ce que l’on peut appeler la norme territoriale" (Prost, 2004). Ces marges sont majoritairement habitées par des ethnies minoritaires25 pratiquant la riziculture et dont l’économie industrielle et tertiarisée tend de plus en plus, ces dernières années, à intégrer le modèle capitaliste. Pour autant, selon l’échelle d’analyse, ce qui peut apparaître comme une discontinuité peut, à une autre échelle, exprimer une continuité et rendre par là-même le terme de "marge" inapproprié.

46À partir des années 1960-1970, d’importants travaux d’aménagement couplés aux apports de la "révolution verte" permirent l’augmentation des rendements agricoles et des surfaces cultivées. Par exemple, les rendements rizicoles sont désormais supérieurs à 5 tonnes par hectare (moyenne nationale à 5,6 tonnes par hectare en 2018 contre 3,6 en 1995) (Gironde, 2018). Sans entrer dans le détail, il faut également souligner que la taille des exploitations agricoles, notamment dans l’élevage, ne cesse de croître depuis les années 2000. On assiste donc à une augmentation sans précédent de la production agricole, qui se manifeste spatialement par la conquête des anciennes marges du pays. Le développement des Zones d’Économie Nouvelle (vùng kinh tế mới), développées dans le Sud du pays (après avoir été testées au Nord dans les années 1960), entrainèrent des flux de migrants-planteurs dans le delta du Mékong, dans la plaine orientale du Sud et dans les Hauts plateaux du Centre du pays. On estime que 4 à 5 millions d’individus auraient été déplacés vers ces zones depuis 1975.

47Si les autorités saluent l’extension de l’œcoumène vietnamien, cette dernière s’accompagne également de problèmes socio-économiques directement imputables à l’introduction de cultures de rente destinées à l’export, mais pas exclusivement. Dans les années 1990, la part de l’État dans les surfaces de caféiers de Đắk Lắk, Gia Lai et Kon Tum a été réduite considérablement, passant de 75 % en 1984 à 15 % en 1995 (Fortunel, 2000). Cette diminution s’est accompagnée d’une sortie importante des ouvriers autochtones des structures productives d’État, ceux-ci ayant aussi été incités à s’engager dans l’économie familiale, notamment dans des productions de rente à haute valeur ajoutée comme le café. Du fait de cette incitation, le coût du foncier augmenta considérablement, ce qui poussa de nombreux villageois à vendre leurs terres agricoles à des migrants kinh. Enfin, dans un contexte de forte dépréciation du prix du café, d’affaires de corruption, d’installation massive de Kinh sur les terres ancestrales des populations montagnardes et de revendications religieuses, des heurts opposant des membres des ethnies minoritaires Ba Na, Gia Rai, M’nông et Ê Đê aux forces de police et à l’armée éclatèrent à Pleiku et Buôn Ma Thuột en 2001 et 2004.

  • 26 Dès les années 1990, près d’un million de touristes étrangers et 75 773 touristes nationaux sont dé (...)

48Les marges de l’arc montagneux du Nord du pays se caractérisent également par l’ambivalence de leur développement, notamment si l’on porte le regard sur les minorités ethniques qui semblent de plus en plus exclues de leur espace de vie par le processus de mise en tourisme qui profite plus aux immigrants kinh venant des plaines. Avec l’ouverture du pays à la fin des années 1980, le tourisme connut une profonde mutation26 qui s’accompagna de dynamiques d’accumulation, de pression foncière et de marchandisation de la nature et de la culture des populations autochtones. La région devint alors un centre du "tourisme ethnique" et attira les investissements kinh tout en faisant l’objet de programmes de lutte contre la pauvreté couplés à un processus de folklorisation et de muséification des cultures locales. Les sites de Sa Pa, Tam Đo et Ba Vì, traditionnellement occupés par des ethnies non Việt, sont alors progressivement appréhendés par les populations kinh des plaines comme de nouveaux marchés à contrôler.

49Comme le rappelle Michel Bruneau (2006), l’arc montagneux, longtemps considéré comme une marge, ne fit l’objet d’une vietnamisation qu’à partir des années 1960-1970. Alors que certaines ethnies (Giay, Lao) profitèrent de la politique de sédentarisation et de la vietnamisation, d’autres, comme les Hmong, restèrent sur les hauteurs, en marge et éloignés des systèmes de production et de commercialisation des Kinh. À noter enfin que la mise en place d’aires protégées, dont l’accès est contrôlé voire interdit, participe également d’une marginalisation des populations en plus de faciliter leur sédentarisation lors de la relocalisation de celles-ci (Déry, 2007).

Fragmentation socio-spatiale à l’échelle régionale et provinciale

50À l’échelle de l’Asie du Sud-Est, le Việt Nam bénéficie d’une intégration fonctionnelle et pragmatique, largement portée par la très libérale ASEAN et la région du Grand Mékong, au sein d’une région intercalée entre l’échelon mondial et les États sud-est asiatiques. Sans revenir sur l’internationalisation des économies et l’intégration régionale des pays asiatiques, dont la croissance repose sur des stratégies de promotion des exportations, il importe de comprendre que la segmentation des systèmes de production, la division régionale du travail ou encore l’émergence de chaînes de valeur participent d’une interdépendance économique et d’une augmentation des échanges entre les États de la région.

51Peuvent dès lors être identifiés des espaces clefs en termes d’insertion économique : les zones franches d’exportations (nommées Zones Économiques Spéciales au Việt Nam), les ports, les métropoles, les corridors de développement et les infrastructures de connectivité (routières, maritimes, aériennes). Intéressons-nous aux organismes urbains, notamment aux métropoles et aux corridors, qui relient les espaces urbains et industriels mais fragmentent aussi les territoires. La fragmentation, comprise comme une discontinuité des lieux, dessinerait alors une géographie négative de l’intégration des territoires au capitalisme mondialisé.

52Le processus de métropolisation à l’œuvre dans les deux principales villes du pays, Hà Nội et Hồ Chí Minh-Ville, mais aussi dans la métropole émergente de Đà Nẵng, donne à voir un urbanisme de projets de plus en plus démesurés, signant l’entrée du Việt Nam dans l’"ère de la grande dimension" (Peyronnie, Goldblum, Sisoulath, 2017), dessinant une ville fragmentée, privatisée et zonée, faisant parfois fi de l’existant. Par ailleurs, le caractère diffus de l’urbanisation participe également de la transformation et de la réduction des espaces agricoles des hinterlands des métropoles. Traversant des espaces desakotas, des corridors économiques relient les pôles urbains et industriels entre eux ainsi que les chefs-lieux administratifs de districts avec leurs homologues de niveau provincial. Ainsi, de nouveaux hubs industriels (Bắc Ninh, Đà Nẵng, région de Hồ Chí Minh-Ville) émergent en tirant profit de ces grandes infrastructures routières le long desquelles se localisent les emprises industrielles (figure 6) et les nouvelles zones urbaines (KDTM).

53Dans la région de Hồ Chí Minh-Ville, le corridor de développement qui traverse les provinces de Bà Rịa Vũng Tàu, Đồng Nai et Bình Dương totalise 93 des 127 parcs industriels de la région de Hồ Chí Minh-Ville (figure 6). La région compte 4 villes nouvelles, des centaines de kilomètres d’infrastructures autoroutières modernes et au moins 8 complexes portuaires s’ajoutant à l’aéroport de Hồ Chí Minh-Ville, à celui de Vũng Tàu et surtout au nouvel aéroport international de Long Thành actuellement en construction. Depuis les années 2000, le développement spatial de la région de Hồ Chí Minh-Ville résulte principalement d’une forte volonté politique visant à faciliter l’accès des zones de production aux infrastructures logistiques. Outre les corridors de développement cités ci-dessus, il est également possible d’identifier des couloirs de développement connectant la région de Hồ Chí Minh-Ville aux provinces frontalières (Tiền Giang, Tây Ninh, Bình Phước, Long An), plus rurales et moins développées économiquement (tableau 3 et figure 6).

Tableau 3 : Écarts de développement entre les provinces des corridors économiques des environs de Hồ Chí Minh-Ville (GSO, 2019a)

2019

Population urbaine

Taux de pauvreté

Nombre de projets d’IDE

Part surfaces agricoles (ha)

Long An

18 %

3,5 %

92

70 %

Tien Giang

15,4 %

3,2 %

10

71 %

Binh Phuoc

22 %

4,4 %

29

64 %

Tay Ninh

22,5 %

1,7 %

30

66 %

Ho Chi Minh-Ville

80,4 %

0,1 %

1060

32 %

Binh Duong

78,18 %

0,7 %

226

72 %

Dong Nai

35,5 %

0,5 %

130

47 %

Ba-Ria Vung Tau

52,3 %

0,9 %

48

53 %

Duchère, 2022.

Figure 6 : Développement économique de la région de Hồ Chí Minh-Ville en 2019

Figure 6 : Développement économique de la région de Hồ Chí Minh-Ville en 2019

Duchère, 2022. Source : GSO, 2019a ; Khac Tran Minh, 2021

54En plus des inégalités interprovinciales qui témoignent d’un développement largement orienté vers la production industrielle et l’urbanisation, plusieurs phénomènes de fragmentation à l’intérieur des provinces peuvent être identifiés. En effet, les corridors économiques agrègent les populations, les infrastructures et les investissements, mais ils participent également à creuser l’écart entre les districts industriels et leurs homologues agricoles. Ainsi, dans la province de Long An, la route nationale 1 et l’autoroute 2 qui traversent la province établissent une coupure nette entre le tiers oriental de la province et les deux tiers restants. Comme le montre la figure 7, les parcs industriels se concentrent le long de ces infrastructures tandis que le Nord-Ouest et le Centre de la province restent davantage tournés vers l’agriculture. La lecture de la figure met ainsi en évidence la polarisation de Hồ Chí Minh-Ville ainsi que la tendance à l’urbanisation et au développement linéaire le long des grandes infrastructures.

Figure 7 : Agriculture, densités de population et parcs industriels dans la province de Long An

Figure 7 : Agriculture, densités de population et parcs industriels dans la province de Long An

Duchère, 2022

  • 27 D’après le décret 118/2003/QG-TTg, le delta du fleuve Rouge est traversé par cinq corridors :
    – Hà N (...)

55Au Nord du pays, dans le delta du fleuve Rouge, les corridors économiques constituent également un exemple des formes que prennent l’urbanisation et l’industrialisation de cette plaine alluviale située à seulement 245 km de la Chine. Les trois corridors économiques les plus importants27 dans le delta constituent le prolongement, sur le territoire vietnamien, de couloirs de développement ayant une emprise spatiale très large. Ainsi, on distingue le corridor Kunming – Lào Cai – Hà Nội – Hải Phòng ; Nanning – Lạng Sơn – Hà Nội ; Nanning – Móng Cái – Hải Phòng. À noter que le corridor littoral Nanning – Mong Cai – Hải Phòng se prolonge jusqu’à Hồ Chí Minh Ville (autoroute 1A).

56Face à la pression foncière, on assiste à un décentrage des IDE vers les périphéries plus abordables, comme à Bắc Ninh, située à 40 minutes du centre de Hà Nội. De 1997 à septembre 2017, la province de Bắc Ninh a accueilli 810 projets d’IDE pour un montant total de 14,8 milliards de dollars (comprenant des investissements importants de Nokia, Samsung, Foxconn, ABB, Canon, Pepsico, Sumitomo, etc.). En 2018, cette province occupait la deuxième place, derrière Hồ Chí Minh Ville, en termes de PIB/habitant.

57Pour autant, certains territoires apparaissent comme mis à l’écart de cette forme de développement territorial fondée sur la rentabilité à court terme, la maximisation des profits et l’optimisation des mobilités, notamment celles de la marchandise produite dans les parcs industriels. Par exemple, à Bắc Ninh, on constate qu’une fragmentation spatiale est à l’œuvre et que celle-ci résulte de la segmentation et de la reconfiguration du territoire sous l’effet du corridor transnational Hà Nội - Lạng Sơn rejoignant Nanning, en Chine (figure 8). Comme l’a montré Taillard (2009), le gouvernement chinois a, dès les années 2000, fait de Nanning un pôle d’échange avec les pays de l’ASEAN. L’intégration du Guangxi repose désormais sur le développement du corridor Nanning-Bangkok via Hà Nội.

Tableau 4 : Répartition de la population active par secteur d’activités dans la province de Bắc Ninh (Bureau des statistiques de la province de Bắc Ninh, 2019)

Année

Secteur primaire

Secteur secondaire

Secteur tertiaire

1997

86 %

7 %

7 %

2011

45 %

23 %

21 %

2015

23,5 %

51,7 %

24,7 %

2019

13,6 %

68,8 %

17,6 %

Duchère, 2022

58Très développés dans la moitié Ouest de la province et plus encore le long de l’autoroute 1, les espaces industriels d’envergure sont quasiment absents dans le reste de la province (figure 9). L’autoroute 1A, le long de laquelle se distribuent les parcs et autres zones industrielles, correspond à un axe de fortes densités démographiques (supérieures à 1 600 hab/km2) (GSO, 2019), sur lequel se sont développées d’importantes emprises urbaines (dans le district de Tu Son principalement) coalescentes à Hà Nội. À Bắc Ninh, les investissements étrangers s’intensifient en effet depuis le début des années 2000, au point de devenir la principale source de financement du développement économique de la province. Néanmoins, tous les districts ne drainent pas les IDE avec la même efficacité. Les territoires dotés d’avantages concurrentiels (ceux situés sur le corridor Hà Nội – Nanning par exemple) apparaissent alors plus en mesure d’attirer les capitaux, ce qui engendre un développement inégal et fragmentaire, accentué par le départ de population villageoise travaillant et s’installant dans les parcs et zones industrielles dans le corridor. Dans la province, la répartition de la population active par secteur (tableau 4) souligne le passage d’une économie agricole à une économie largement tournée vers l’industrie (on note un ralentissement de la tertiarisation de l’économie locale au profit de l’industrie à partir de 2015). En resserrant la focale encore un peu plus, au niveau du district, on observe que les districts les plus éloignés des espaces mondialisés (les corridors) présentent des spécificités socio-spatiales radicalement différentes, en étant pourtant situés à seulement quelques kilomètres des zones dynamiques. Dans ces districts, comme le montrent le tableau 5 et la figure 9, deux à trois fois plus de surfaces sont consacrées à l’agriculture (notamment aux cultures annuelles), les densités humaines y sont très faibles en comparaison avec les territoires du corridor (par exemple, 988 hab/km2 dans le district de Lương Tài), le nombre de projets d’IDE reste modeste (1 à Lương Tài, 1, à Gia Bình, 33 à Thuân Thành) et, enfin, la démographie est marquée par une plus grande rareté des individus en âge de travailler - ce qui s’explique principalement par le départ des populations en quête d’un emploi vers les espaces industriels du corridor.

59La tableau 5 permet de mesurer un peu plus finement les différences entre les districts, tandis que la figure 9 offre un aperçu de l’emprise du processus de différenciation spatiale à l’œuvre.

Tableau 5 : Des différences majeures entre les districts de la province de Bắc Ninh en 2019 (Bureau des statistiques de la province de Bắc Ninh)

2019

Densités démographiques (hab/km2)

Part de la population en âge de travailler

Part de la population rurale

Cultures annuelles (ha)

Nombre de projets d’IDE

Ville de Bac Ninh

3 027

66 %

18,8 %

4 712

496

Tu Son

2 904

63 %

42,2 %

4 625

120

Yen Phong

2 008

68 %

90 %

9 303

110

Que Vo

1 273

65 %

95 %

17 793

172

Tien Du

1 861

66 %

92,6 %

8 962

163

Thuan Thanh

1 465

61 %

91,6 %

12 397

33

Gia Binh

965

58 %

92 %

11 165

1

Luong Tai

988

58 %

89 %

11 495

1

Duchère, 2022

Figure 8 : Les corridors économiques du delta du fleuve Rouge

Figure 8 : Les corridors économiques du delta du fleuve Rouge

Duchère, 2022. Source : enquêtes département du plan et de l’investissement et bureau des statistiques de la province de Bắc Ninh

Conclusion

60Le tournant libéral du développement vietnamien s’est accompagné depuis les années 1990 d’importantes dynamiques urbaines, industrielles et touristiques, qui dessinent une nouvelle géographie reposant en partie sur d’anciennes lignes de fractures. Ces transformations s’appuient sur des réformes de l’État et sur son intégration aux logiques de marché, notamment en favorisant le démantèlement des entreprises d’État ou en réformant les secteurs de l’éducation et de la santé. Procédant par étapes, l’État vietnamien intègre des formes de gouvernementalité néolibérale couplées à une gouvernance post-socialiste marquée par une forte intervention étatique, le maintien d’une structure politique centralisée, une pratique autoritaire du pouvoir et certains principes d’égalité et de redistribution. Tiraillé entre socialisme et libéralisme, préservant son indépendance idéologique face à la doxa néolibérale, le pouvoir central n’entend pas pour l’instant rompre avec le keynésianisme spatial (État interventionniste, redistributeur, planificateur), même si celui-ci semble très insuffisant pour juguler et atténuer les inégalités produites par l’adoption d’une économie capitaliste.

61Outre le fait que le passage d’une économie subventionnée de type socialiste à une économie de marché a aggravé considérablement les inégalités socio-spatiales (tout en réduisant la pauvreté), la répartition des IDE reprend l’ancienne césure par la pente topographique en plus de favoriser les territoires métropolitains et certains espaces littoraux. Ainsi, l’ancienne géographie bipartite semble s’accentuer tandis que les campagnes, en plus de voir leur population diminuer drastiquement, deviennent plus inégalitaires que les villes.

62À une échelle plus fine, le processus de métropolisation entraîne une concentration des populations, des emplois et de la valeur sur fond de tensions sociales et économiques liées aux expropriations foncières. Par ailleurs, d’un point de vue spatial, les métropoles polarisent et innervent de larges territoires qui, à grande échelle, apparaissent fragmentés et inégalement développés. Dans ce contexte, la République Socialiste du Việt Nam semble dépassée par la vitesse de développement des métropoles et de leurs hinterlands dont les élites, à commencer par les cadres politiques, manifestent de plus en plus leur désir de rupture avec l’idéal égalitariste garant, en théorie, d’un développement territorial homogène et équilibré.

Haut de page

Bibliographie

Aihwa Ong, Li Zhang, 2008, "Introduction: Privatizing China; Powers of the Self, Socialism from Afar", in: Li Zhang (ed.), Aihwa Ong, Privatizing China: Socialism from Afar, Cornell University Press, Ithaca, New York, 1-19.

Alary P., Lafaye de Micheaux E., 2013, "L’économie politique de l’Asie : état des lieux et perspectives de recherche pour l’Asie du Sud-Est", Revue de la régulation, No.13, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10266

Beresford M., Tran Ngoc A., (eds), 2004, Reaching for the Dream, Copenhagen: NIAS Press.

Bernays E., 1928, Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Zones, 140 p.

Bony-Cisternes R., 2019a, Collectivités locales et développement urbain au Vietnam : approches juridiques et pratiques de la décentralisation, Thèse de doctorat sous la direction de C. Grellois, Université de Bordeaux, 480 p.

Bony-Cisternes R., 2019b, "Les mutations de l'aide publique au développement au Vietnam au travers du prisme de la gouvernance", International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, Vol.11, No.1, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/poldev/3182

Boudarel G., 1991, Cent fleurs écloses dans la nuit du Việt Nam. Communisme et dissidence, 1954-1956, Paris, Jacques Bertin

Brenner N., 2004, New State Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press, 350 p.

Bruneau M., 2006, L’Asie d’entre Inde et Chine. Logiques territoriales des États, Belin, 317 p.

Brunet R. (dir.), Antheaume B., Bonnemaison J., Bruneau M., Taillard C., 1995, Géographie Universelle, Asie du Sud-Est, Océanie, Belin, 480 p.

Bui Hai Thiem, 2015, "In search of a post-socialist mode of governmentality: the double movement of accommodating and resisting neo-liberalism in Vietnam", Journal of Social Sciences, Vol.43, No.1-2, 80-102.

Chevallier J., 2004, L'État post-moderne, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 226 p.

Chien Van Le, Huy Quynh Nguyen, 2018, "The Impact of Foreign Direct Investment on Income Convergence: Evidence from Provinces of Vietnam", Southeast Asian Journal of Economics, Vol.6, No.1, 71-89, [en ligne]. URL : https://so05.tci-thaijo.org/index.php/saje/article/view/127000/111003

Cling J.P., Razafindrakoto M., Roubaud F., 2013, "Is the World Bank compatible with the “Socialist-oriented market economy”?", Revue de la régulation, 20 p.

Cục thống kê tỉnh Bắc Ninh [Bureau des statistiques de la province de Bắc Ninh], 2019, Niên giám Thống kê Bắc Ninh [Annuaire statistiques de la province de Bắc Ninh], [en ligne]. URL : http://ctk.bacninh.gov.vn/news/-/details/7868686/nien-giam-thong-ke-2017

Déry S., 2007, "Les parcs nationaux en Asie du Sud-Est, une manifestation de la transformation de l’État moderne. Le cas du parc national de Cat Tien au Vietnam", Géocarrefour, Vol.82, No.4, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/geocarrefour/3322

Duchère Y., 2019a, Hà Nội et sa région. Une géographie du compromis en régime autoritaire, Les Indes Savantes, 238 p.

Duchère Y., 2019b, "Urbanization and land disputes in Việt Nam : compromises and protests", The Russian Journal of Vietnamese Studies, 20 p., [en ligne]. URL : http://www.ifes-ras.ru/rjvs/issue/2446-the-russian-journal-of-vietnamese-studies-series-2-2019--1

Duchère Y., 2020, "La civilisation urbaine vietnamienne et la conduite des conduites", In : Franck M., Duchère Y., Itinéraires - Lettre de la recherche et de l’international, Inalco, No.8, [en ligne]. URL : http://www.inalco.fr/itineraires/8/civilisation-urbaine-vietnamienne-conduite-conduites

Fortunel F., 2000, Le café au Việt Nam : de la colonisation à l’essor d’un grand producteur mondial, L’Harmattan, 172 p.

Foucault M., 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Gallimard, 368 p.

Foucault M., 1994, Dits et écrits, Vol. II, Paris, Gallimard.

Fford A., Vylder de S., 1996, From plan to market: The Economic Transition in Vietnam, Boulder, Colorado: Westview Press Inc, 358 p.

Gainsborough M., 2003, "Corruption and the politics of economic decentralisation in Vietnam", Journal of Contemporary Asia, Vol.33, No.1, 69-84.

Gainsborough M., 2010, "Present but not powerful: neoliberalism, the state and development in Vietnam", Globalizations, Vol.7, No.4, 475-488.

General Statistics Office (GSO), United Nation Population Fund (UNFPA), 2016, Vietnam population projection 2014-2049, Hà Nội, 259 p.

General Statistics Office (GSO), 2019a, Statistical yearbook of Vietnam, Statistical Publishing House.

General Statistics Office (GSO), 2019b, Result of the Việt Nam Houselod Living Standards Survey 2018, Statistical Publishing House, 890 p.

General Statistics Office (GSO), 2019c, Report on Labour Force Survey, quarter 3, Hà Nội, 219 p.

Gibert M., Segard J., 2015, "L’aménagement urbain au Việt Nam, vecteur d’un autoritarisme négocié", Justice spatiale, No.8, [en ligne]. URL : http://www.jssj.org/article/lamenagement-urbain-au-vietnam-vecteur-dun-autoritarisme-negocie/

Gironde C., Tessier O., 2015, "Việt Nam : les « nouveaux territoires » d’une modernisation inégalitaire", Hérodote, No.157, 161-183.

Gironde C., 2018, "Le monde rural", In : Tréglodé de B., 2018, Histoire du Việt Nam de la colonisation à nos jours, Éditions de la Sorbonne, 295 p.

Hibou B., 1998, "Retrait ou redéploiement de l’État", Critique internationale, No.1, 152 p.

Hien N., 2012, "Ho Chi Minh city’s beauty regime: haptic technologies of the self in the new millennium", In Schwenkel C., Leshkowich A.M., How is neoliberalism good to think Vietnam? How is Vietnam good to think néoliberalism?, Vol.20, No.2, 473-493.

Khac Minh Tran, 2021, "La métropolisation de la région de Ho Chi Minh-Ville : industrialisation globalisée, urbanisme de projet et concurrence intra-régionale", Géoconfluences, [en ligne]. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/asie-du-sud-est/articles-scientifiques/metropolisation-ho-chi-minh-ville-vietnam

Koh D., 2006, Wards of Hà Nội, Singapore: Institute of Southeast Asian Studies

Li Tania Murray, 2007, "Governmentality", Anthropologica, Vol.49, No.2, 275-294.

London J., 2009, "Việt Nam and the making of market-Leninism", Pacific Review Journal, Vol.22, No.3, Contemporary Authoritarianism in Southeast Asia, 375-399.

Long An Statistical Office, 2019, Long An Statistics Year Book 2019, 411 p.

Masina P., 2010, "Vietnam between developmental state and neoliberalism: the case of the industrial sector", Working paper, C. Met 05, 24 p.

Mccargo D. (ed.), 2004, Rethinking Vietnam, London and New York, Routledge Curzon

Mc Gee T.G., 1991, "The Emergence of Desakota Regions in Asia. Expanding a Hypothesis", In: Ginsburg N.J., Koppel B., Mc Gee T.G. (coord), The Extended Metropolis. Settlement Transition in Asia, University of Hawaii Press, Honolulu, 3-26.

Nguyễn Khắc Viện, 2010, Việt Nam, une longue histoire, Thế Giới, Hà Nội, 405 p.

Nguyễn Leroy Lan Marie, 2015, Les enjeux de la nouvelle réforme foncière au Vietnam, Carnets de l’IRASEC, 90 p.

Nguyen Minh Ha, Nguyen Dang Le, Pham Trung Kien, 2019, "The Impact of Urbanization on Income Inequalities: A Study in Vietnam", J. Risk Financial Manag., Vol.12, No.3, [en ligne]. URL : https://www.mdpi.com/1911-8074/12/3/146

Nguyen Thi Thanh Huyen, Thi Thu Hien Nguyen, Thi Le Hang Nguyen, Van Cong Nguyen, 2020, "The Impact of International Integration on the Inequality of Income between Rural and Urban Areas in Vietnam", The Journal of Asian Finance, Economics and Business, Vol.7, No.3, 277-87, [en ligne]. URL : https://www.koreascience.or.kr/article/JAKO202014862061644.page

Peyronnie K., Goldblum C., Sisoulath B., 2017, Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées, IRD Éditions-IRASEC, 358 p.

Pinson G., 2020, La ville néolibérale, PUF, 160 p.

Prost B., 2004, "Marges et dynamique territoriale", Géocarrefour, Vol.79, No.2, 175-182.

Schwenkel C., Leshkowich A.M., 2012, "How is neoliberalism good to think Vietnam? How is Vietnam good to think néoliberalism?", Position : asia critique, Vol.20, No.2.

Taillard C., 2009, "Un exemple réussi de régionalisation transnationale en Asie orientale : les corridors de la Région du Grand Mékong", L’Espace géographique, Vol.38, 1-16, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2009-1-page-1.htm

Tan D., 2011, Du communisme au néolibéralisme : Le rôle des réseaux chinois dans la transformation de l’État au Laos, Thèse de doctorat sous la direction de François Mengin, IEP Paris, 711 p.

Tréglodé de B., Bao An Y., 2009, "Đổi mới et mutations du politique", In : Tréglodé de B., Dovert S., Việt Nam contemporain, Irasec, Les Indes Savantes, 119-153.

United States Agency for the International Development (USAID), Vietnam Chamber of Commerce and Industry (VCCI), PCI 2019, The Vietnam provincial competitiveness index. Measuring economic governance for business development, 169 p., [en ligne]. URL : https://pcivietnam.vn/en/publications/2019-pci-full-report-ct174

Vu Tu Lap, Taillard C., 1994, Atlas du Viêt-nam, Montpellier/Paris, RECLUS/La Documentation Française, 470 p.

Vu Xuan Binh, Nghiem Son, 2016, "Analysis of GDP trends and inequalities in Vietnam’s provinces and groups of provinces", Asian Economic and Social Society, Vol.6, No.7, 167-186.

Wells-Dang A., 2000, "Political space in Vietnam: a view from the ‘rice-roots‘", Pacific review, Vol.23, No.1, 93-112.

Haut de page

Notes

1 Position officielle exprimée par les autorités lors du XIIIe Congrès du parti communiste de 2021.

2 Le post-socialisme renvoie à l’idée d’une transition, d’une troisième voie, entre capitalisme et communisme, entre permanences et recompositions. La gouvernance post-socialiste exprime cette hybridation entre, d’une part, des influences néolibérales qui s’expriment notamment dans les logiques et les rationalités du pouvoir et, d’autre part, le maintien d’une structure politico-administrative socialiste verticale, centralisée et encore encadrée officiellement par l’idéologie marxiste-léniniste.

3 Au Việt Nam, une personne est considérée comme pauvre lorsque son revenu mensuel est inférieur à 1,5 millions de dong (VND) (65 dollars) en zone rurale, et à 2 millions de VND (87 dollars) en ville.

4 D’après la Constitution amendée en 2001.

5 Les groupes d’intérêts entretiennent des relations avec des personnalités politiques, particulièrement dans le domaine de la finance, du budget, des ressources naturelles, du foncier, des mines, etc. Ces entités existent à toutes les échelles, du village au niveau central, et ont pour particularité d’aller à l’encontre de l’intérêt collectif, notamment celui de la population. Comparable à un "capitalisme de connivence", le fonctionnement de ces groupes repose sur une sorte de commercialisation du pouvoir politique.

6 Indissociable de l’émergence de la "biopolitique" dans certains pays occidentaux à partir du XVIIIe siècle, le concept de gouvernementalité peut être convoqué dans le cas vietnamien comme le souligne Danielle Tan (2011), Bui Hai Thiem (2015) ou encore Christina Schwenkel, Ann Marie Leshkowich (2012).

7 Le modèle Build, Operate and Transfer, généralement utilisé dans les partenariats public-privé (PPP) autour de projets d’infrastructures, permet à une entité privée de recevoir une concession du secteur public et donc de financer et de mettre en œuvre une installation qui sera ensuite exploitée par le promoteur.

8 La péréquation se fait, d’une part, au niveau des dotations de l’État en fonction des besoins des provinces et, d’autre part, au niveau de la répartition des impôts partagés (TVA sur les produits d’importation, impôt sur le revenu, impôt sur certaines sociétés, taxe sur la vente de produits pétroliers, taxes sur les produits et services locaux, etc.) dont l’intégralité du produit fiscal est par exemple laissée aux provinces pauvres. On estime qu’en 2020, 16 villes et provinces contribuent au budget national à hauteur de 80 %, parmi elles Hà Nội et Hồ Chí Minh-Ville versent près de 50 % de leurs recettes.

9 Cette situation entraîne une poussée contestataire dans certaines métropoles comme l’illustre l’affaire Đinh La Thăng, du nom de l’ancien secrétaire du parti de Hồ Chí Minh-Ville entre 2016 et 2017.

10 Indice développé par l’Agence Américaine de Développement, en partenariat avec la Chambre d’Industrie et de Commerce du Việt Nam en 2005.

11 [en ligne]. URL : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/6b934acd-4b9e-430f-8df1-db516f405e8f/files/3a5c0108-11ae-4bf0-bda8-c9a06728b879

12 [en ligne]. URL : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2021/10/04/point-conjoncturel-sur-l-activite-economique-des-9-premiers-mois-de-2021

13 Ibidem

14 En 2018, le coefficient de Gini pour le monde rural vietnamien était de à 0,407 contre 0,372 pour les villes. Le taux de pauvreté à la même date était quant à lui de 1,5 % en ville et 9,6 % à la campagne.

15 Niveau de fertilité correspondant ici à 1,96 enfants par femme. Pour plus de détail, se reporter au rapport GSO, UNFPA, 2016, Vietnam population projection 2014-2049, Hà Nội, 259 p.

16 [en ligne]. URL : https://covid19.gov.vn

17 [en ligne]. URL : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2021/10/04/point-conjoncturel-sur-l-activite-economique-des-9-premiers-mois-de-2021

18 Épousant de plus en plus la forme du desakota indonésien théorisé par Mc Gee, les campagnes du delta du fleuve Rouge restent des foyers de populations particulièrement denses, marqués par une riziculture intensive couplée à d’autres activités commerciales et/ou artisanales, une intensification des échanges et une urbanisation linéaire le long d’axes structurants.

19 Sổ hộ khẩu : enregistrement de la résidence. Ce carnet, qui conditionnait jusque dans les années 1980 l’accès au logement, aux soins, à l’emploi, à la scolarité, avait pour objectif de limiter la croissance urbaine. Largement assoupli à partir du Đổi Mới, il a même été décidé de son abandon en 2021 pour les citoyens disposant d’une nouvelle carte d’identité.

20 Calculé à partir du revenu par habitant.

21 GSO, 2019c, Report on Labour Force Survey, quarter 3, 219 p.

22 Ibidem

23 D’après Living Standards Survey, 1993, 1999 et Household Living Standards, 2018

24 D’après GSO, 2019a

25 En 2019, la population Kinh était estimée par les autorités (GSO, 2019a) à un peu plus de 82 millions d’individus (85,3 %), tandis que les minorités ethniques représentaient 14,1 millions d’individus (14,7 %). Plus de la moitié (52,6 %) de la population des montagnes du Nord du pays est composée de minorités ethniques, tandis que dans les Hauts Plateaux, c’est 37,7 % de la population qui appartient à un groupe ethnique minoritaire.

26 Dès les années 1990, près d’un million de touristes étrangers et 75 773 touristes nationaux sont dénombrés par les autorités (GSO, 2009a). Il importe toutefois de noter qu’en 2016, le tourisme intérieur était plus important que le tourisme international (62 millions de touristes nationaux contre 10 millions de touristes internationaux accueillis dans le pays). Par ailleurs, à la suite de la pandémie de Covid-19, le tourisme international a été mis à l’arrêt à partir de mars 2020.

27 D’après le décret 118/2003/QG-TTg, le delta du fleuve Rouge est traversé par cinq corridors :
– Hà Nội – Hải Phòng
– Hà Nội – Nội Bài – Hạ Long
– Hà Nội – Việt Trì
– Móng Cái – Quảng Ninh – Hải Phòng – Kim Sơn – Ninh Bình
– Hà Nội – Lạng Sơn

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Indice de Compétitivité provincial en 2019
Crédits USAID, VCCI, 2019. Source : The Vietnam provincial competitiveness index, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-1.png
Fichier image/png, 157k
Titre Figure 2 : Répartition des cas et décès liés à la Covid-19 (du 27/04/2021 au 27/11/2021)
Crédits Duchère, 2022. Source : Ministère de la Santé
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-2.png
Fichier image/png, 286k
Titre Figure 3 : Marche vers le Sud (Nam Tiến) et physiographie
Crédits Duchère, 2022. Source : Géographie Universelle, 1995
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-3.png
Fichier image/png, 318k
Titre Figure 4 : Densités humaines, solde migratoire et population urbaine en 2018
Crédits Duchère, 2022. Source : recensement GSO, 2019a
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-4.png
Fichier image/png, 398k
Titre Figure 5 : PIB/habitant et taux de pauvreté en 2018
Crédits Duchère, 2022. Source : recensement 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-5.png
Fichier image/png, 270k
Titre Figure 6 : Développement économique de la région de Hồ Chí Minh-Ville en 2019
Crédits Duchère, 2022. Source : GSO, 2019a ; Khac Tran Minh, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-6.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure 7 : Agriculture, densités de population et parcs industriels dans la province de Long An
Crédits Duchère, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-7.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 8 : Les corridors économiques du delta du fleuve Rouge
Crédits Duchère, 2022. Source : enquêtes département du plan et de l’investissement et bureau des statistiques de la province de Bắc Ninh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Duchère, « Les inégalités régionales au Việt Nam : permanences et recompositions », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1017, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39025

Haut de page

Auteur

Yves Duchère

Université d’Angers, France
yduchere@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search