Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesAménagement, Urbanisme2022Le renouvellement urbain à Annaba...

2022
1022

Le renouvellement urbain à Annaba, entre recherche d’équité territoriale et tendance à la gentrification

Urban renewal in Annaba, between search for territorial equity and tendency to gentrification
Renovación urbana en Annaba, entre la búsqueda de equidad territorial y gentrificación
Bahia Kebir et Anissa Zeghiche

Résumés

Cet article apporte un éclairage sur les enjeux du renouvellement urbain dans les grandes villes algériennes par une étude de cas dans le quartier précaire d’El M’Haffeur à Annaba, une ville de l’est algérien. La recherche d'équité territoriale, par une volonté de requalification des espaces marginalisés, y est confrontée aux réalités d’un processus de gentrification qui se produit dans les tissus péricentraux au gré des opportunités du marché. L’article démontre que le dispositif de résorption de l’habitat précaire s’y présente comme outil de légitimation pour libérer un foncier convoité par les promoteurs immobiliers privés, qui sont les principaux acteurs de cette gentrification. Les habitants évincés, dont la parole est relevée et analysée dans cet article, expriment un fort sentiment d’injustice, se trouvant contraints de céder pour leur droit à un logement et contre leur droit à la ville.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été élaboré avec l'appui du programme ATLAS de mobilité postdoctorale de courte durée en Sciences Humaines et Sociales proposé et financé conjointement par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et le Conseil Arabe pour les Sciences Sociales (CASS).

Introduction

1Le tournant libéral se traduit dans la ville algérienne, depuis près de trois décennies, par un parallèle ambigu des politiques urbaines entre, d’une part, un référentiel d’équité distributive de la rente pétrolière et, d’autre part, un référentiel d’attractivité tourné vers des logiques d’optimisation d’une nouvelle rente urbaine (Safaz-Zitoun, 2012a). La recherche d’équité sociale demeure une constante dans les politiques de l'État algérien depuis l’indépendance. Plus récemment, la dimension spatiale de cette quête se décline en termes d’équité territoriale, mise en avant dans le Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT) comme "contrepartie de la politique d’attractivité et de compétitivité" (SNAT 2030). Cherchant à arrimer la relance économique à la tendance internationale de la compétitivité, le SNAT promeut la modernisation des grandes villes en l’inscrivant dans une stratégie d’attractivité où la question de l’image devient essentielle. L’opération de renouvellement urbain réalisée au niveau du site de Bardo, dans le cadre du plan de modernisation de la ville de Constantine, est représentative des ambitions véhiculées par ces politiques relativement récentes en Algérie (Belabed-Sahraoui, 2015). Cette opération est aussi représentative des enjeux que soulève la question du déplacement forcé et mal vécu des habitants des anciens quartiers précaires et leur relogement en périphérie (Benlakhlef, Bergel, 2013). Parallèlement, et pendant que la ville de l’équité sociale est progressivement reléguée aux couronnes périurbaines par la réalisation de vastes programmes de logements sociaux, les tissus urbains anciens, notamment ceux situés près des centres-villes, connaissent une profonde mutation de leur structure. La posture libérale, adoptée depuis les réformes engagées au début des années 1990, est le principal catalyseur de cette transformation par l’investissement de plus en plus pressant du capital privé ; une mutation qui se produit à cadence soutenue et dont le maître-mot est la rentabilité économique.

  • 1 Située au nord-est de l’Algérie, Annaba est une ville à vocation industrielle, touristique et unive (...)

2Si notre réflexion fait référence à la ville algérienne, notre intérêt pour ce parallèle entre la volonté des pouvoirs publics d'atteindre l'équité territoriale et une tendance à la gentrification résultant des lois du marché aura pour terrain de démonstration la ville d’Annaba1, et plus particulièrement l’ancien quartier précaire d'El M'Haffeur, situé dans un rayon de près d’un km de l’hypercentre d’Annaba. Ce quartier a fait l’objet d’une vaste opération de démolition en 2016, à l’issue de laquelle plus de 400 familles ont été relogées dans des logements sociaux au niveau de la localité de Kalitoussa, commune de Berrahal située à 30 km au sud d’Annaba. Les terrains libérés sont voués à la réalisation d’un vaste projet immobilier privé. À travers ce cas, cet article tente de révéler le passage d’une gentrification sporadique, se produisant dans les interstices des espaces péricentraux sous l’impulsion de l’acteur privé et des mécanismes de l’offre et de la demande, à un processus étendu à des aires plus importantes et initié par les pouvoirs publics selon des ambitions de modernisation.

3Afin d’atteindre cet objectif, l’article se décline en quatre étapes. Dans un premier temps, il s’agit de poser, à travers une lecture d’exemples internationaux, la problématique du renouvellement urbain au regard des risques d’exclusion sociale induits par la gentrification. Puis il est question de mettre en évidence la place qu’occupe la revalorisation des espaces marginalisés dans le choix d’équité territoriale en Algérie, en corrélation avec la question du logement comme enjeu sociétal et politique majeur. Nous tentons ensuite de révéler la tendance à une gentrification spontanée dans les tissus urbains péricentraux à Annaba, en présentant l’ampleur du processus de démolition-reconstruction et la part de l’action privée dans ce renouvellement urbain. Nous illustrons ce processus à travers un relevé cartographique et photographique, en mettant l’accent sur les stratégies d’implantation des promotions immobilières privées dans l’espace pericentral et particulièrement au niveau des grandes avenues. Enfin, nous nous focalisons sur le cas d’El M’Haffeur, où nous tentons d’analyser les arguments et procédures des pouvoirs publics locaux pour libérer ce terrain et évacuer les habitants. À cet effet, nous procédons à l’analyse de documents officiels et de déclarations à la presse des pouvoirs publics locaux ayant exécuté les opérations de démolition et de relogement. Nous nous intéressons également aux ambitions portées par le projet futur en consultant les résultats du concours d’idées initié pour le réaménagement du terrain libéré. Nous essayons enfin de connaître la réaction et le ressenti des habitants déplacés vis-à-vis de leur relogement et de la démolition de leur ancien quartier. Nous nous appuyons pour cela sur les propos recueillis dans la presse locale et sur les réseaux sociaux ainsi qu’au cours d’entretiens semi-directifs que nous avons réalisés auprès des habitants.

Enjeux d’exclusion sociale dans les projets de renouvellement urbain, débats pour une ville plus juste

4Le contexte postfordiste et la mondialisation des échanges économiques ont amené les politiques urbaines à se défaire de l’urbanisme de planification pour se tourner davantage vers un urbanisme dit stratégique. De nombreuses villes misent désormais sur une politique d’attractivité des territoires afin de se rallier à la compétitivité internationale. Les traductions urbaines de ce néolibéralisme suscitent de nombreux débats quant aux impacts négatifs de la gentrification, notamment en termes d’exclusion sociale. En effet, la lecture de nombreuses opérations de renouvellement urbain, notamment celles menées dans le cadre de grands projets de requalification des centres-villes, révèle les rapports de force inégaux opérant dans la fabrication de l’espace au sein de la ville néolibérale. Ces politiques urbaines favorisant la gentrification trouvent un terrain de prédilection dans les espaces marginalisés dont la reconquête, au profit de projets immobiliers, suscite des concurrences foncières et entraîne des pratiques d’éviction des populations défavorisées.

  • 2 Loi désastre (no6306) publiée dans le Journal officiel de Turquie (Resmi Gazete) du 31 mai 2012, No (...)

5Le cas de la rue de la République à Marseille, mené dans le cadre du projet Euroméditerranée, est caractéristique d’une "politique d’attractivité, qui s’apparente à une planification de la gentrification" (Becciu, 2016). La réhabilitation de cette rue emblématique a suscité une vive polémique au sujet de "la violence avec laquelle certaines personnes ont été contraintes de quitter leur logement" (Gasquet-Cyrus, Géa, 2017). À Istanbul, la politique de transformation urbaine d’une métropole engagée dans un processus d’internationalisation s’accompagne d’une "obsession de la mise aux normes et de la mise en marque (markalaşma) de la ville" (Pérouse, 2007). En application de la Loi désastre2, plusieurs quartiers y sont voués à l’éradication, impliquant ainsi le déplacement massif de populations pauvres et marginalisées. Les expulsions forcées ont provoqué des mécanismes de luttes sociales qui ont permis de faire annuler certaines décisions de classement en zones à risque, mais "le rapport de force entre les opposants à l’urbanisme libéral ou néolibéral et les pouvoirs en place n’en reste pas moins très inégal" (Durmaz, 2015). À Hô Chi Minh Ville, le passage à une économie de marché, à la fin des années 1980, s’accompagne d’importantes opérations de rénovation urbaine dans une ambition d’insertion aux réseaux de la mondialisation. Faisant face à une pénurie de foncier, la métropole émergente met alors en œuvre des procédures de libération foncière pour la réalisation de grands projets. Ayant conduit à des déplacements forcés de populations, ces opérations "ne manquent pas de creuser des inégalités entre les citadins et nourrissent un fort sentiment d’iniquité" (Gibert, 2014).

6Ces cas, parmi d’autres, révèlent l’asymétrie des forces entre les acteurs de la fabrication de l’espace dans la ville néolibérale. Les acteurs dominants invoquent plusieurs registres de légitimation afin de justifier l’éviction des habitants des espaces marginalisés (lutte contre la précarité, prévention des catastrophes naturelles, libération du foncier occupé de manière illicite, optimisation des espaces stratégiques) ; tandis que les acteurs dominés tentent de faire valoir leurs droits à travers des mobilisations protestataires souvent inabouties. Les effets de cet urbanisme posent ainsi la question du droit à la ville (Lefebvre, 2009), notamment pour les populations défavorisées, un droit qui serait exercé de manière variable selon l'influence des acteurs et leur pouvoir, creusant ainsi de plus en plus le fossé entre la ville des riches et la ville des pauvres (Secchi, 2015) et redessinant "des fractures sociospatiales avec le risque d’exacerber la paupérisation" (Semmoud, 2015a). La ville néolibérale pose ainsi la problématique de concilier la rentabilité économique et le principe d’équité sociale. Cela revient à questionner les concepts de justice sociale (Rawls, 2008 ; Sen, 2009) et de justice spatiale (Soja, 2012 ; Bret, 2015), dans une approche de planification plus solidaire non pas seulement par une égalité distributive mais en soutenant "le développement de chaque individu et de tous les individus" (Marcuse, 2009). Cette approche amène à réfléchir à une ville juste (Fainstein, 2011) et incluante, "construite ou transformée pour que toutes les composantes de la société puissent y trouver une place" (Badaroux et al., 2018, p.7), en invoquant les questions de démocratie, de concertation et de reconnaissance de la diversité et de la différence.

Le renouvellement urbain comme levier d’attractivité et d’équité territoriale dans la ville algérienne

La modernisation des villes, pivot de la stratégie d’attractivité

7La politique de la ville que le SNAT tente de promouvoir à l’horizon 2030 s’inscrit dans la vision des pouvoirs publics en matière d’économie. L’aisance financière dont a bénéficié l’Algérie au début des années 2000 n’a été que de courte durée et l’économie du pays, fortement dépendante de la rente pétrolière, souffre continuellement des fluctuations des marchés. Conscients de cette fragilité et des enjeux d’une économie mondialisée, les pouvoirs publics ambitionnent d’assurer la modernisation de l’économie en misant sur une stratégie d’attractivité des territoires. Les choix portent sur des dispositions à caractère économique, par la création de zones intégrées de développement industriel (ZIDI) et de pôles d’attractivité (PA) devant œuvrer au développement des capacités scientifiques et technologiques et de l’innovation pour l’accueil des entreprises. Cette stratégie mise aussi sur l’offre d'un cadre de vie de qualité, en s’appuyant sur le levier de la modernisation des quatre grandes villes : Alger, Constantine, Oran et Annaba. Le SNAT ambitionne de faire de ces villes des "générateurs de croissance constituant des relais d’une économie mondialisée", en érigeant la capitale Alger au rang de "grande ville internationale" et les villes d’Oran, Constantine et Annaba à celui de "grandes villes méditerranéennes".

8Le SNAT opte ainsi pour une stratégie d’image censée offrir un cadre urbain attractif et fonctionnel à travers un ambitieux programme de renouvellement urbain. Ce programme tend à favoriser un développement métropolitain par la définition d’une stratégie de marketing urbain permettant de "mettre en avant et de vendre ces espaces grâce à la construction d’une image valorisante et positive des grandes villes" (SNAT 2030). La politique de la ville se donne ainsi pour objectif d’adapter la ville algérienne aux exigences des activités économiques en assurant la qualité et le renouvellement de la forme urbaine. Le plan stratégique d’Alger à l’horizon 2029, le plan de modernisation urbaine de Constantine et celui d’Oran mettent en œuvre ces orientations, notamment par la réalisation de grands équipements structurants à l’architecture audacieuse (tels que l’opéra, le grand aquarium et la grande mosquée à Alger, le parc Hypérion à Oran, le zénith à Constantine).

9Parallèlement, et prenant conscience des risques de renforcement des inégalités que ce jeu de compétitivité pourrait entraîner, le SNAT propose le principe d’équité territoriale comme autre ligne directrice, au même titre que celle de l’attractivité des territoires. Partant de l’hypothèse que le développement ne se diffusera pas de manière équitable et pourrait alimenter de nouvelles formes d’exclusion socio-spatiale, le SNAT présente le principe d’équité comme gage d’équilibre et de solidarité territoriale pour assurer le rattrapage des zones à handicap, en tentant de concilier l’attractivité et la cohésion sociale. Ce principe d’équité territoriale se décline en trois programmes d’action majeurs, dont celui de la rénovation urbaine qui vise la réduction des disparités pour assurer l’intégration des différents quartiers de la ville. À cet effet, le SNAT prévoit l’élaboration d’une carte nationale de l’exclusion sociale afin d’identifier les zones urbaines nécessitant la mise en œuvre de programmes destinés à l’amélioration des conditions de vie dans les zones marginalisées. Mais sur le terrain, on constate que ce programme de rénovation urbaine tend à favoriser essentiellement le choix de la résorption de l’habitat précaire de type bidonville et le relogement des habitants dans des logements sociaux.

Le droit au logement au centre de l’approche distributive de l’équité territoriale

  • 3 Article 67, Constitution de 2016. Loi n° 16-01 du 26 Joumada El Oula 1437 correspondant au 6 mars 2 (...)
  • 4 Formules de Logement Social Participatif (LSP) et de location-vente dite AADL du nom de l’Agence Na (...)
  • 5 Aujourd’hui nommé Logement Public Locatif (LPL).

10Dans les faits, l’accès à un logement respectant les normes minimales d’hygiène et de confort s’annonce comme l’enjeu essentiel de cette quête d’équité fondée sur une approche distributive de la justice sociale. Si l’ambition égalitaire en Algérie se traduit essentiellement à travers la gratuité de l’éducation et de la santé, elle demeure, autant dans le discours officiel que dans l’esprit du citoyen, fortement corrélée au droit au logement qui est érigé en droit constitutionnel, l’État œuvrant à en faciliter l’accès notamment pour les catégories défavorisées3. En effet, la distribution de la rentre pétrolière prend la forme ostensible d'une production en masse de logements sociaux qui s’est accrue au début des années 2000, après des années de crise. Durant les premières années de l’indépendance, l’offre de logement était quasiment limitée au segment du logement social, réalisé dans le cadre des différents plans de développement. Les zones d’habitat urbain nouvelles (ZHUN) étaient destinées aux différentes catégories socioprofessionnelles sans distinction de classe. Pendant les décennies 1980 et 1990, l’Algérie a connu des difficultés financières qui ont considérablement ralenti la cadence de production du logement. Puis, l’embellie du début des années 2000 a permis aux pouvoirs publics de relancer ces programmes en optant pour la diversification de l’offre, notamment par les formules d’aide à l’accession à la propriété4, en parallèle à la réalisation du logement social5 et des mesures de cession des biens immobiliers publics. Cette diversification des formules de logement, selon le revenu des acquéreurs, a introduit une distinction dans les catégories des bénéficiaires tout autant que dans les types de programmes. Autant dans la périphérie immédiate qu’au niveau des localités distantes, une séparation s’opère désormais entre les sites des différents programmes de logements sociaux, promotionnels aidés, promotionnels publics, ou promotionnels privés. Ainsi, les dispositifs mis en place pour la prise en charge des différents segments de la demande en matière de logement, selon des critères d’éligibilité, tendent paradoxalement à réduire la mixité sociale acquise durant la période socialiste. Les inégalités socio-spatiales, limitées pendant les premières années de l’indépendance par une politique d’austérité partagée, semblent désormais s’inscrire spatialement en dépit de la volonté de corriger les disparités de revenus par des aides financières directes pour assurer le droit au logement au plus grand nombre.

11La question du logement représente un enjeu fondamental pour la société algérienne et reste entourée de polémiques et de tensions. Malgré le nombre considérable de programmes de logement réalisés depuis l’indépendance, la demande pesante, les moyens limités ainsi qu’une bureaucratie souvent décriée mettent à mal la volonté d’y répondre. Aussi, pour de multiples raisons, le logement revêt une dimension symbolique, voire "une dimension sociétale globale" ; il est "au centre des stratégies de promotion sociale et d’accumulation patrimoniale" au sein la société algérienne (Safar Zitoun, 2012b). Pour tout Algérien, devenir propriétaire d’un logement, quel qu’en soit le type, demeure un atavisme que les crises successives ne parviennent guère à bousculer. Les mesures d’encouragement à l’accession à la propriété, soutenues par l’État depuis le début des années 1990, viennent entretenir ce dogme. De plus, la réalité du marché locatif privé ne participe point à alléger la tension, ce segment étant dominé par des pratiques informelles imposant des coûts excessifs. Dans ce contexte de pénurie persistante et de complexité des procédures, obtenir un logement devient un véritable rêve pour une majorité d’Algériens. Les cérémonies officielles que les pouvoirs publics organisent pour la remise des clés aux bénéficiaires de logements (selon les formules d’aide de l’État) viennent renforcer la symbolique qui entoure cette question. La clé y est offerte dans un écrin, tel un bijou, et le document d’attribution sous la forme d’un encadré, tel un diplôme. Ces cérémonies prennent l’allure d’une célébration, la volonté des pouvoirs publics de faire coïncider ces cérémonies avec les fêtes nationales ou religieuses accentue cet effet. L’approche distributive du principe d’équité sociale est, pour ainsi dire, fortement tributaire de ce droit au logement devenu un enjeu politique capital, garantissant certains équilibres sociaux continuellement compromis par les crises économiques que le pays traverse périodiquement.

L’éradication de l’habitat précaire, vers de nouveaux enjeux fonciers et sociaux

12Même s’il reste destiné aux ménages dont le revenu mensuel est inférieur à 24 000 dinars algériens (DA), le logement social devient essentiellement un outil de lutte contre l’habitat précaire. Face à la complexité bureaucratique et aux délais très longs d’attribution de logements sociaux, et afin de faire valoir leur droit au logement, les habitants ont souvent recours aux bidonvilles. Ces espaces marginalisés sont considérés par les pouvoirs publics comme un fléau contre lequel il faut lutter. Les campagnes de débidonvillisation s’intensifient ces dernières années dans les grandes villes algériennes et les politiques publiques mettent en avant l’éradication des bidonvilles comme instrument essentiel pour accomplir la stratégie d’image au service de l’attractivité des villes. C’est en effet le défi que se lance la ville d’Alger depuis 2014, pour devenir la première capitale africaine sans bidonville. Depuis l’annonce de cette décision, la wilaya d’Alger multiplie les opérations de relogement qui se font "à une cadence inégalée depuis l’indépendance du pays" (Lamine, 2016). Près de la moitié des bidonvilles recensés y ont été démolis lors des 23 opérations de relogement organisées par les pouvoirs publics entre juin 2014 et janvier 2018. Une superficie de 460 hectares, ainsi libérée, serait destinée à l’édification de projets structurants, dont ceux prévus au Plan stratégique pour Alger à l’horizon 2029 (Lamine, 2016).

  • 6 Programme initié par l’Organisation des Nations Unies pour les établissements humains, ONU-Habitat.
  • 7 Propos du Wali rapportés par le quotidien de presse locale Seybouse Times du 22/11/2016.

13Le slogan "une ville sans bidonvilles"6 est repris par les pouvoirs publics à Annaba, où les walis qui s’y succèdent ces dernières années s’assignent pour mission de livrer "une lutte sans merci" (Salah-Eddine, 2018) contre l’habitat précaire qui ceinture la ville. Ils promettent qu'elle "sera nettoyée de tous ses bidonvilles d’ici 2017" pour "rétablir l’image de marque de cette quatrième grande ville"7. Parmi les vingt-sept sites d’habitat précaires recensés dans la commune d’Annaba, dix bidonvilles se situent à l’intérieur du périmètre urbain et abritent des milliers d’habitants qui vivent dans des baraques en dur, sans eau courante ni électricité ou assainissement (Telaidjia, 2013). Mais d’autres quartiers anciens de la ville d’Annaba souffrent également de conditions précaires et nombre de leurs habitants sont inscrits sur les listes d’attente pour l’obtention de logements sociaux. Un vaste programme d’expertise du vieux bâti au niveau de onze quartiers anciens (qui ne sont pas considérés comme des bidonvilles) a démontré l’état de dégradation avancé de plus de 40 % du bâti expertisé dans ces quartiers, révélant ainsi l’ampleur et la complexité des actions de renouvellement et les difficultés à les entreprendre (Kebir, Zeghiche, 2014).

14L’enjeu crucial qui se présente alors à la suite d’opérations de débidonvillisation ou de rénovation des quartiers anciens est celui du foncier à libérer, de son usage futur et de ses futurs acquéreurs et occupants. La problématique qui se pose dès lors est celle du risque de faire des terrains libérés une aubaine pour la spéculation foncière et immobilière qu’entraineraient des pratiques spéculatives produisant une "ville opportuniste" (Kebir, 2016, p.254). La débidonvillisation pose également l’enjeu de l’intégration des populations, celles restées et celles déplacées. Les unes risquant de se voir écartées d’une dynamique de gentrification par l’arrivée de populations plus riches avec la création de "nouvelles micro ségrégations" (Semmoud, 2015b) ; les autres subissant les conséquences négatives de leur déplacement vers les couronnes périurbaines à cause des coûts engendrés par l’éloignement tout autant que par la stigmatisation ressentie et "emportée" (Msilta, 2009) avec soi dans les nouveaux lieux de résidence.

Le renouvellement urbain à Annaba, une tendance à la gentrification

Démolitions-reconstructions dans les tissus péricentraux, une logique de rentabilité économique

15À Annaba, les effets de concurrences pour le foncier se manifestent progressivement dans les espaces péricentraux depuis près de deux décennies. Tandis que la ville planifiée selon les ambitions égalitaires est reléguée aux couronnes périurbaines, la ville héritée se reconfigure au gré de l'offre et de la demande. Le temps long de la sédimentation des tissus anciens cède peu à peu devant le rythme soutenu de la mutation. Les transformations par démolition-reconstruction opérées par l’acteur privé représentent la principale forme de ce renouvellement urbain.

16Nous avons recensé ces opérations, qui se produisent sur le parcellaire de l’espace péricentral, lors d’une enquête de terrain effectuée entre 2012 et 2015 et actualisée en 2020. La chronologie de ces opérations n’a pu être établie, mais la somme des superficies des parcelles démolies et reconstruites atteint douze hectares (figure 1). Il s’agit le plus souvent de maisons individuelles ou d’immeubles datant de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle et mises en vente par des propriétaires le plus souvent héritiers de ces biens. Les nouveaux acquéreurs, qui démolissent le bâti ancien pour reconstruire des bâtiments de haut gabarit souvent à usage d’habitation collective, semblent motivés par la volonté de se rapprocher du centre-ville afin d’y installer de nouvelles activités commerciales et/ou résidentielles (Kebir, 2016).

17On assiste ainsi à une forme émergente de gentrification qui se spatialise de manière disséminée à travers le tissu péricentral, en introduisant une nouvelle dimension micro-scalaire dans les clivages socio-spatiaux préexistants entre les différents quartiers d'Annaba. Ce processus se diffuse à travers les quartiers anciens où les façades de nombreuses bâtisses y portent l’inscription à vendre suivie d’un numéro de téléphone (figure 2). Sur les murs de leurs maisons vétustes juxtaposées à un renouvellement frénétique du tissu urbain, les habitants semblent ainsi afficher leur volonté de faire partie du jeu de la rentabilité. Les gabarits du bâti après reconstruction sont plus élevés, locaux commerciaux en rez-de-chaussée et murs pignons sont offerts à la vente ou à la location avant l’achèvement des travaux. Cette offre témoigne des nouveaux enjeux dans cette ville en renouvellement, échappant au préalablement pensé pour céder au préalablement rentable.

18Reconstructions achevées ou en cours de réalisation, démolitions et vieux bâti s’enchevêtrent désormais dans le tissu ancien d’Annaba (figure 3) et reflètent l'effervescence et l’investissement du capital privé dans ce processus de renouvellement. Sur trois plans successifs, la figure 3 illustre les temporalités de la ville d’Annaba en renouvellement, la démolition en vue d’une reconstruction en premier-plan, la reconstruction en arrière-plan et le bâti ancien dépérissant entre les deux. Ces espaces en renouvellement portent aujourd’hui l’allure d’une ville inachevée, où se juxtaposent des espaces aux temporalités décalées entre désuétude et frénésie, et démontrent la tendance d’Annaba à devenir l’avatar d’une mouvance libérale dont les promesses d’amélioration du cadre de vie pour les habitants peinent à se concrétiser.

Figure 1 : Ampleur du processus de démolition-reconstruction dans l’espace péricentral à Annaba (2020)

Figure 1 : Ampleur du processus de démolition-reconstruction dans l’espace péricentral à Annaba (2020)

Bahia Kebir, 2020

Figure 2 : Maison ancienne mise en vente dans le quartier de La Colonne en pleine mutation

Figure 2 : Maison ancienne mise en vente dans le quartier de La Colonne en pleine mutation

Bahia Kebir, 2016

Figure 3 : Temporalités de la ville d’Annaba en renouvellement

Figure 3 : Temporalités de la ville d’Annaba en renouvellement

Bahia Kebir, 2016

Promotion immobilière privée et stratégies d’implantation dans un péricentre en mutation

19Si ce phénomène de renouvellement semble essaimer l’ensemble de l'aire péricentrale, il paraît plus concentré dans sa partie nord, notamment dans le quartier de la Colonne où le processus semble plus dense et continu sur le plan spatial. Cette concentration peut s'expliquer par la typologie du bâti et le statut de la propriété. Les maisons individuelles sur parcelle régulière et de propriété privée offrent au nouvel acquéreur davantage de possibilité d’acquisition et de mutation par démolition-reconstruction, tandis que les parcelles occupées par des maisons à cours abritant plusieurs ménages (partie sud de Sidi Brahim) ou encore les bâtiments collectifs de type haussmannien (Hypercentre et Champ de Mars) peuvent présenter des contraintes pour l'acquisition du bien dans sa totalité, et ce malgré les surfaces relativement plus importantes qu’offrent ces parcelles. La structure urbaine et la nature de la propriété semblent ainsi représenter un facteur essentiel pour freiner ou favoriser cette mutation.

20Se produisant au gré des mécanismes de l’offre et de la demande, ce processus n’est pas tout à fait aléatoire et son implantation paraît orientée le long des axes structurants de la ville. C’est notamment le cas de l’avenue Bouzered Hocine, qui connaît une profonde mutation de sa structure avec l’apparition de nouveaux projets de promotions immobilières, dont l’architecture à haut gabarit contraste avec le vieux bâti dépérissant (figure 4).

21Durant les premières années ayant suivi l’ouverture du marché de l’immobilier, la plupart des projets de promotion immobilière privée avaient été implantés en périphérie immédiate, soit au niveau du quartier de la Plaine-ouest ou dans les quartiers riches au nord de la ville. Ces projets étaient destinés à des catégories socioprofessionnelles aisées pour lesquelles le fait d’habiter ces nouvelles résidences représentait un signe d'ascension sociale. Le centre-ville et les quartiers péricentraux étaient alors perçus comme vétustes, paupérisés et habités par les classes moyennes et/ou défavorisées occupant les biens vacants.

22La tendance semble aujourd’hui s’inverser et les nouveaux projets de logement haut standing investissent de plus en plus l’espace péricentral, témoignant d’une demande nouvelle et d’une vision qui change. L’espace péricentral tend, en effet, à devenir plus attractif pour les classes aisées en dépit de la congestion du centre-ville, de la vétusté du bâti environnant et des surfaces réduites des parcelles à reconstruire. On assiste ainsi à l’émergence d’un véritable processus de gentrification des espaces péricentraux à Annaba, et les stratégies d’implantation de la promotion immobilière privée témoignent de cet engouement relativement nouveau pour le centre-ville. Ce processus de gentrification, jusque-là spontané et impulsé par l’action privée, tend à se diffuser progressivement sur des aires plus importantes. Le cas du quartier d’El M’Haffeur révèle les nouveaux enjeux de cette tendance à la gentrification dans la ville d’Annaba.

Figure 4 : Nouvelles promotions immobilières sur l’avenue Bouzered Hocine

Figure 4 : Nouvelles promotions immobilières sur l’avenue Bouzered Hocine

Bahia Kebir, 2021

La destinée d’El M’Haffeur, ou la difficile équation entre recherche d’équité sociale et ambitions de modernisation

El M’Haffeur, quartier ou bidonville ?

23À l’origine, le quartier d’El M’Haffeur est apparu dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les premiers habitants de ce faubourg étaient des autochtones déplacés du noyau traditionnel, aujourd'hui appelée Vieille-Ville, et installés par l’administration coloniale sur ce monticule au nord de la ville de Bône qui prenait forme. Une ancienne carrière de gisement d’argile a donné son nom à ce lieu en référence à l’extraction de cette matière (du verbe Hafr en arabe qui signifie creuser). D’autres populations originaires de Kabylie, fuyant la répression de la résistance durant les premières années de la colonisation, sont venues s’y installer, trouvant à la fois refuge et emploi dans une ville en pleine expansion économique grâce à l'exploitation des mines et à la construction du chemin de fer et du port.

24Pendant la période coloniale, le quartier d’El M’Haffeur portait le nom péjoratif de Béni-ramassés et souffrait des mêmes conditions de marginalisation que les autres quartiers abritant les populations autochtones à travers la ville d’Annaba. Après l’indépendance, ce quartier a gardé les signes d’exclusion hérités de l’époque précédente. Cet état est à l’origine de l’ambiguïté de son statut, les pouvoirs publics le considèrent tantôt comme un quartier à part entière, couvert par un Plan d'Occupation des Sols (POS) et pris en compte dans l'opération d'expertise du vieux bâti concernant les quartiers anciens d’Annaba ; tantôt comme un bidonville au même titre que ceux hérités de l’époque coloniale ou ceux apparus suite à l’industrialisation d’Annaba après l’indépendance.

25Plusieurs études ont été élaborées en vue d’une intervention sur ce site, à savoir :

  • Une étude réalisée par la Caisse Algérienne d'Aménagement du Territoire (CADAT) en 1979, en vue de la restructuration des quartiers Bouhamra, El M’Haffeur, Sidi Brahim et la Vieille-Ville. L’enquête menée au niveau d’El M’Haffeur avait conclu que les habitants étaient disposés à assumer financièrement une part des travaux de restructuration.

  • Une étude réalisée par le Bureau d’Études de la Wilaya (BEWA), en 1992, visait essentiellement la résorption de l’habitat précaire et l’amélioration des conditions de vie des habitants du quartier, par le biais d’une viabilisation du site et d’une délimitation des propriétés pour leur transfert aux occupants, en vue de reconstruire et/ou de restaurer leurs habitations conformément aux lois et règlements en vigueur.

  • Le POS approuvé en 2001, qui préconisait une variante d'aménagement par la restructuration du tissu existant selon un nouveau parcellaire, la réhabilitation des constructions existantes avec démolition des constructions jugées très précaires, une réorganisation de la trame viaire, la viabilisation du terrain et l’introduction de commerces en rez-de-chaussée et d'équipements publics selon une grille normative.

26Ainsi, contrairement aux sites de bidonvilles considérés comme illicites et devant être évacués car indûment occupés, le quartier d’El M’Haffeur avait bénéficié d'orientations émises par des instruments d'urbanisme. Ces tentatives de restructuration avaient été programmées dans un but d’intégration du quartier à la ville et de maintien des habitants in situ selon leur souhait. En effet, les habitants jugeaient leur présence sur le site légitime, tant du point de vue de l’ancrage historique que du point de vue réglementaire lié à la propriété. En effet, l’enquête menée pour ce POS en 2001 a fait ressortir que plus de 60 % des familles s’y sont installées avant 1962. Aussi, selon la même enquête, 75 parcelles parmi les 200 recensées étaient de propriété privée. Le diagnostic du POS rendait aussi compte de l'état de précarité de ce quartier : le bâti dégradé représentait 49 % du total recensé, près de 35 % des constructions ne possédaient pas de toit pérenne, seuls 50 % des ménages disposaient d’une cuisine et de WC indépendants et moins de 3 % d’une salle de bain. De surcroît, ces habitations étaient à plus de 90 % constituées d'une à deux pièces seulement, 55 % des bâtisses étaient occupées par un seul ménage, plus de 33 % occupées par 2 à 3 ménages et un peu plus de 11 % par 4 à 7 ménages. Le taux d'occupation par pièce y était de 3,44 (dépassant la moyenne nationale de 2,44). Les conditions de précarité, le surpeuplement, l’insalubrité et l’absence d’infrastructures de base (notamment l'adduction en eau potable et en gaz de ville) ont conforté la décision d’assimiler El M’Haffeur à un bidonville, légitimant ainsi l’opération de démolition qui a eu lieu en 2016 (figures 5 et 6).

Figure 5 : Situation et vue aérienne du quartier d’EL M’Haffeur avant et après la démolition en 2016

Figure 5 : Situation et vue aérienne du quartier d’EL M’Haffeur avant et après la démolition en 2016

Bahia Kebir, 2021.
Source : Google Earth juin, octobre 2016

Figure 6 : Photo publiée sur les réseaux sociaux pendant la démolition à El M’Haffeur

Figure 6 : Photo publiée sur les réseaux sociaux pendant la démolition à El M’Haffeur

Mohamed Benabas, 2016

27L’état de précarité physique a ainsi prévalu dans la décision des pouvoirs publics de démolir ce quartier péricentral, en éludant ses valeurs historiques et sociologiques. En effet, El M’Haffeur représente, d’une part, l’un des quartiers les plus anciens de la ville d’Annaba ; il est le témoin de son histoire dans la mémoire collective des habitants, notamment par la présence du mausolée des saints, dont on attribue le nom au point culminant du monticule Rdjel El Koudiat (les hommes du mont en arabe). D’autre part, un sentiment d’appartenance anime et lie les M’haffria, nom que les habitants du quartier s’attribuent avec fierté, se représentant comme wled bled (les enfants ou les habitants originels de la ville en arabe), une identité qu'ils revendiquent même après leur relogement à Kalitoussa, un secteur de la commune de Berrahal située à 30 km au sud de la ville-mère. Ce sentiment est renforcé par d’autres valeurs fédératrices, notamment celles relatives à la révolution de libération nationale, de nombreux martyrs étaient en effet originaires de ce quartier et certains événements liés à la lutte pour l’indépendance s’y sont déroulés. Tout autant, la musique populaire y constitue un élément d’identité partagé, de célèbres chanteurs du Chaabi et du Malouf étant originaires de ce quartier. Toutes ces valeurs ont contribué à renforcer les liens sociaux entre les M’haffria. En effet, lors d’entretiens menés avec des habitants relogés, ils expriment souvent leurs solides liens de voisinage et une forte cohésion sociale qu'ils évoquent avec beaucoup de nostalgie, malgré les conditions de précarité de leur ancien habitat. El M’Haffeur, quartier ou bidonville ? L’ambiguïté entretenue pendant des décennies semble dépassée par le choix radical de démolition fait par les pouvoirs publics en 2016. Par conséquent, la démolition du quartier d’El M’Haffeur s’est réalisée au nom du droit au logement pour ses habitants contre leur droit à la ville, et représente une aubaine foncière pour les promoteurs immobiliers privés.

La démolition, entre confusion, sentiment d’injustice et revendications des habitants

28L’opération de démolition s’est déroulée à El M’Haffeur selon le dispositif-type mis en place par les pouvoirs publics lors des campagnes de relogement des habitants des bidonvilles. D’importants moyens logistiques sont déployés pour le déménagement et les forces de l'ordre sont mobilisées pour faire face à la colère des populations délogées et empêcher toute tentative de squat par de nouveaux arrivants ; les anciennes bâtisses sont alors systématiquement démolies après évacuation des habitants. Comme dans de nombreuses opérations similaires, des altercations ont eu lieu entre les forces de l'ordre et des habitants d’El M'Haffeur pendant la démolition. Le quartier a été la scène d'un drame, une perte humaine et plusieurs blessés ont tristement marqué cette campagne qui a duré plusieurs jours. Une rumeur, selon laquelle un promoteur privé, un homme politique au parcours controversé, allait "s’installer au dinar symbolique à leur place, alors que leurs propres revendications de succession sont ignorées par les autorités concernées" (Allia, 2018) a provoqué la colère des habitants et a animé un fort sentiment d’injustice.

  • 8 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016, traduit de l'arabe.
  • 9 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016, traduit de l'arabe.
  • 10 Propos recueillis auprès d'un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de (...)
  • 11 Propos recueillis auprès d’un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de (...)

29Ces heurts ont été exacerbés par d’autres considérations liées à la complexité des situations sociales rencontrées sur ce site. Certains habitants ont protesté contre le fait d'avoir été "chassés de force"8, affirmant qu'ils étaient propriétaires ou héritiers possédant des actes datant de l'époque coloniale. Parmi ces habitants en possession des dits documents, certains ont accepté d'être relogés dans des logements sociaux de peur de se retrouver à la rue, d'autres n'ont pas du tout bénéficié de ce relogement et revendiquent "un droit de priorité par ancienneté"9 ; "nous sommes là depuis plusieurs générations"10 nous confie dans ce sens un habitant relogé. D'autres propriétaires ont refusé le relogement dans un logement social, considérant cet arrangement de rechange comme inéquivalent, estimant que "la valeur d'une parcelle de terrain proche du centre-ville est bien supérieure à celle d'un logement social. Une maison individuelle en bon état avec 1 ou 2 étages, dans laquelle on a investi nos économies, ne peut être bradée contre un logement de type F3 dans un immeuble collectif en rase campagne"11 (figure 7).

Figure 7 : Photo publiée sur les réseaux sociaux démontrant la démolition d’une maison en dur à El M’Haffeur

Figure 7 : Photo publiée sur les réseaux sociaux démontrant la démolition d’une maison en dur à El M’Haffeur

Mohamed Benabas, 2016

  • 12 Rubrique Radar du Quotidien Liberté du 26/11/2016.
  • 13 Propos recueillis auprès d'un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de (...)
  • 14 Propos recueillis auprès d'un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de (...)
  • 15 Bensdira Chahra, Quotidien Essarih du 02/02/2017, traduit de l'arabe.

30La presse locale a fait état de pratiques "insidieuses pour convaincre les irréductibles à quitter les lieux sans résistance"12. Un habitant que nous avons interrogé a exprimé le sentiment d’avoir été "trompé" (kelhouna) ajoutant que "les habitants du précaire (hach) se sont précipités en acceptant les logements sociaux. Nous, propriétaires, nous voulions rester"13, un autre nous a déclaré avoir vécu comme une "humiliation"14 le fait d'avoir été dépossédé de son bien contre un logement social. Lors d'une journée de manifestation devant le siège de la Wilaya d’Annaba, des propriétaires et habitants délogés ont dénoncé la "violence" subie par cette opération, qualifiant le relogement de "déportation" (tarhil) (figure 8), et appelant à restituer "El M'Haffeur à ses enfants" (figure 9). La presse locale a également fait état d'une vingtaine de constructions qui n'ont pas été démolies : ces habitations abritent 98 familles qui demandent une indemnisation équivalente en termes de nombre de logements devant être égal au nombre de ménages délogés mais surtout en termes de valeur du foncier et de l’immobilier dans cette zone proche du centre-ville15. Dans le sillage des manifestations populaires qui ont marqué l’Algérie, à partir du 22 février 2019, quelques propriétaires ont tenu un sit-in devant le nouveau projet de promotion immobilière privée situé en face du site démoli et appartenant à l’homme politique précité : ils y ont dénoncé "l’oligarchie prédatrice" (Allia, 2019). Plusieurs déclarations de presse ont fait écho de la volonté des pouvoirs publics d'indemniser les propriétaires, mais la situation est restée confuse, n'aboutissant à aucune solution satisfaisante pour les habitants non relogés ou refusant le relogement.

Figure 8 : Sit-in de propriétaires et habitants non relogés d'El M'Haffeur devant le siège de la Wilaya

Figure 8 : Sit-in de propriétaires et habitants non relogés d'El M'Haffeur devant le siège de la Wilaya

Faouzi Tebbal, 2016

Figure 9 : Sit-in de propriétaires et habitants non relogés d'El M'Haffeur revendiquant la restitution d’El M’ Haffeur "à ses enfants"

Figure 9 : Sit-in de propriétaires et habitants non relogés d'El M'Haffeur revendiquant la restitution d’El M’ Haffeur "à ses enfants"

Faouzi Tebbal, 2016

  • 16 Décision wilaya n°2117 datée du 8 septembre 2016.
  • 17 Courrier reçu par la Wilaya le 28 septembre 2016.
  • 18 Décision wilaya n°2213 non datée.

31La confusion qui a entouré l’opération de démolition a également marqué les procédures administratives relatives à cette opération. Puisant dans la légitimité juridique pour l'évacuation et l'usage futur du terrain, la Wilaya a ordonné l'ouverture d'une enquête d'expropriation, suite à quoi une déclaration d'utilité publique a été publiée en septembre 201616. Certains propriétaires ont tenté de coordonner leurs efforts sous la forme d'un comité de quartier afin de faire valoir leurs droits. Ces propriétaires ont adressé un courrier au Wali pour dénoncer l'absence du registre de recours à la déclaration d'utilité publique17 qui a été annulée18 à la suite de cette action. La démolition d'El M'Haffeur a ainsi été accompagnée d'un certain nombre de procédures dérogatoires et inédites pour ce type d'opération de débidonvillisation.

Un projet immobilier aux ambitions inavouées de gentrification

  • 19 Rubrique Radar, Quotidien Liberté du 22/05/2018
  • 20 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016
  • 21 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016

32Des inquiétudes autour de la destination future des terrains libérés ont fait couler beaucoup d'encre dans la presse locale et nationale, faisant écho à un projet "au cœur d'une polémique" (Benouaret, 2016) et d’un terrain "convoité"19 présentant des qualités de choix. En effet, s'étirant sur plus de 5 hectares, le terrain libéré après démolition est proche du centre-ville. Il est limité par le boulevard Seddik Benyahia, menant à la zone littorale de la ville d’Annaba. Ce site surplombe la ville en offrant des vues panoramiques sur la mer Méditerranée et sur le Mont de l'Edough. Les pouvoirs publics ont alors tenté d’apporter des assurances et mettre fin aux rumeurs d’acquisition de ce terrain par des personnes influentes. Pour le Wali d'Annaba en fonction à l’époque, cette opération s'inscrit dans "la politique de l'état en vue de l'éradication de l'habitat précaire", jugeant que ce type de constructions "agit de manière négative sur l'image de la perle de l'est"20. Le qualifiant de "point noir", le Wali annonce que l’ancien quartier sera remplacé par "un important pôle immobilier conçu selon les standards modernes…à la hauteur des attentes des habitants de la ville d'Annaba"21, affirmant que "le foncier, cette ressource non renouvelable, devenue de plus en plus rare, doit désormais être utilisé à des fins créatrices d’emplois et génératrices de plus-values économique et culturelle pour la collectivité locale" (Benouart, 2016). Le directeur général de l’office de promotion et de gestion de l'immobilier d’Annaba (OPGI) a déclaré à la presse qu’attribuer "ce site à telle ou telle personne, et je devine de qui vous parlez, reviendrait à commettre un acte de discrimination à l’égard des familles qui ont été délogées et recasées à Kalitoussa. C’est donc un pôle urbain dont profitera toute la ville, et non pas une poignée de personnes, qui y verra le jour dans quelques mois. Un espace insignifiant sera affecté au logement avec l’agence foncière comme organisme aménageur" (Benouart, 2016).

33Un concours d'idées national a été lancé en octobre 2016 par la direction de l'urbanisme, de l'architecture et de la construction de la Wilaya d'Annaba (DUAC), pour l'étude d'urbanisme et d'aménagement d'un nouveau pôle urbain intégré comprenant un programme de logements et équipements de services et de loisirs. Parmi les nombreux candidats au concours, trois bureaux d'études ont été sélectionnés pour une évaluation finale au siège de la Wilaya d'Annaba. Le jury présidé par le Wali était composé de différents directeurs des services exécutifs de la wilaya et du président de l'assemblée populaire communale d’Annaba (P/APC). Néanmoins, cette tentative de donner crédibilité à cette procédure est restée marquée par l'absence d'une réelle consultation de la société civile et par la domination du pouvoir exécutif dans la prise de décision.

  • 22 Quotidien L'Est Républicain du 11/12/2016.

34Le futur pôle intégré, qualifié de "pôle d'excellence" (SETO, 2016) par le bureau d’études lauréat du concours et de "cité futuriste"22 par la presse, se présente sous la forme d’un projet immobilier à grande échelle. Le projet comporte des espaces aux surfaces importantes, avec près de 45 000m² de logements promotionnels, 12 000m² de bureaux et 60 000m² d’espaces commerciaux. Le programme inclut une grande salle de banquet, un centre de remise en forme, des restaurants de standard international et d’autres commerces de haut standing. Le projet est composé d'un alignement de huit immeubles de grande hauteur, atteignant jusqu'à 25 étages pouvant abriter jusqu'à 600 logements de grand standing, offrant "à l'ensemble des appartements (…) des vues panoramiques exceptionnelles sur la baie d'Annaba" selon le rapport du bureau d’études lauréat du concours (SETO, 2016). La proposition retenue annonce des références historiques liées à la mémoire du lieu, à travers différents aménagements, dont un mémorial dédié aux martyrs de la révolution de libération nationale et aux familles fondatrices du quartier ainsi qu'une école de musique populaire. Les principes de "mixité sociale, intégration, réconciliation, mieux vivre-ensembles" sont énoncés par le bureau d’études, pour une architecture de "l'audace" qui réintroduirait la "grandeur" à El M'Haffeur, "jadis un quartier de petites gens" (SETO, 2016).

  • 23 Propos publiés sur les réseaux sociaux en 2016.
  • 24 Propos publiés sur les réseaux sociaux en 2016.
  • 25 Vidéo de la chaîne de télévision DzNews diffusée sur Internet, traduit de l’arabe.
  • 26 Propos publiés sur les réseaux sociaux en 2016.

35Mais l’échelle démesurée du projet (figures 10, 11 et 12) laisse peu de doutes auprès des habitants délogés. Dans un avis qu'il publie sur les réseaux sociaux, un membre du comité de quartier écrit que "le projet est commercial et répond à des intérêts particuliers", appelant les propriétaires à ne pas "céder leurs terres…au profit des spéculateurs"23. Un autre habitant délogé a déclaré que "les M'haffria ont été chassés pour que le paysage convienne mieux aux nouveaux occupants"24, un autre habitant a déclaré au micro d’une chaîne de télévision que "s'ils veulent faire du tourisme, qu'ils ne méprisent pas les habitants"25. La démolition, mal vécue par les habitants qui se disent "déracinés"26, leur semble avoir eu pour réel dessein la construction d'un projet immobilier visant la rentabilité économique. Ils se considèrent alors comme les laissés-pour-compte d'un projet prévu pour une autre classe sociale plus aisée.

  • 27 Rubrique Radar Quotidien Liberté du 22/05/2018

36Des élus de l'Assemblée Populaire de Wilaya (APW) ont tenté d’émettre une nouvelle proposition pour l’affectation du terrain libéré. Lors d’une session ordinaire en mai 2018, ils ont proposé de faire d'El M'Haffeur un immense jardin public. Le quotidien relayant cette information note que ce "terrain est particulièrement convoité par de nombreux promoteurs immobiliers", raison pour laquelle les élus de l'APW estiment "qu'il est grand temps de mettre fin à la prolifération des masses de béton qui enlaidissent la ville côtière, en restituant au citoyen la surface verte à laquelle il ouvre droit"27. Mais ce projet d’ensemble immobilier de haut standing a été maintenu.

  • 28 Chabi A., quotidien L'est Républicain du 11/12/2016.
  • 29 Propos recueillis auprès d’une habitante relogée lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit (...)
  • 30 Propos recueillis auprès d’une habitante relogée lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit (...)

37Aucun document ne donne de précisions sur l'origine du financement du projet ni de sa maîtrise d'ouvrage, mais la presse a rapporté les déclarations du Wali, insistant sur le fait que "l'État ne prendra pas part au financement" lequel "doit provenir des promoteurs qui auront obtenu un marché"28. Le projet, dont les travaux n'ont pas encore commencé depuis la démolition en 2016, laisse encore planer beaucoup d'incertitudes quant au devenir d'El M'Haffeur, le projet ayant été gelé depuis le départ du Wali qui en a eu l’initiative. Ce qui demeure moins incertain, ce sont les difficultés vécues par des habitants évincés d'un site proche du centre-ville pour l’édification d’un projet immobilier à caractère commercial. Les habitants relogés devront s'adapter à une nouvelle vie dans une cité dortoir dépourvue d'équipements de base et éloignés des lieux qui leurs sont familiers. "Notre vie a été chamboulée"29 confie une habitante relogée ; beaucoup d’entre eux déplorent la perte (Khassara) de leur ancien quartier et des liens de voisinage ; "on était comme une famille"30, ajoute une autre habitante relogée ; ils désapprouvent aussi l’éloignement du centre-ville où la majorité des habitants relogés ont encore leur emploi. Les habitants qui n’ont pas bénéficié de relogement devront trouver une solution à leur situation devenue encore plus précaire, tandis que certains propriétaires restent dans l'attente d'une hypothétique indemnisation.

Figure 10 : El M’Haffeur avant la démolition

Figure 10 : El M’Haffeur avant la démolition

Ali Fouad Merzoug, 2015

Figure 11 : El M’Haffeur après la démolition

Figure 11 : El M’Haffeur après la démolition

Bahia Kebir, 2021

Figure 12 : Volumétrie du projet lauréat du concours d’idées pour le réaménagement d’El M’Haffeur

Figure 12 : Volumétrie du projet lauréat du concours d’idées pour le réaménagement d’El M’Haffeur

Société d’Études Techniques d’Ouargla (SETO), 2016

Conclusion

38À travers le cas d’El M’Haffeur à Annaba, cet article a pour objectif de mettre en évidence les enjeux qui accompagnent aujourd’hui le processus de renouvellement urbain dans la ville algérienne. L’article a tenté de démontrer que cette action de modernisation par revalorisation d’espaces marginalisés risque de se transformer en un nouveau facteur d’exclusion par l’éviction des populations les plus vulnérables. À Annaba, la tendance à la gentrification, impulsée par l'acteur privé dans les interstices de la zone péricentrale, semble reconduite par les pouvoirs publics à une échelle plus importante. Sous couvert d’équité sociale par le droit au logement, la résorption de l’habitat précaire s'y présente comme un dispositif de légitimation de la reconquête des espaces marginalisés pour offrir une meilleure image de la ville. La démolition de l’ancien quartier précaire d’El M’Haffeur s'y est faite au profit d'un projet immobilier inaccessible à la population présente sur place et relogée dans des nouvelles zones de logement social situées en périphérie lointaine. Cette déterritorialisation est durement ressentie par les anciens habitants, dont les réactions oscillent entre résistance, soumission et adaptation. Domination du pouvoir exécutif, absence de consultation de la société civile, confusion et ambiguïté des procédures caractérisent les modes d'action de cette ambition de concilier attractivité et cohésion sociale. Le cas d’El M’Haffeur cristallise, à notre sens, le lien paradoxal qui risque de se produire entre la recherche d'équité territoriale et une propension à la gentrification dans la ville algérienne. Dans cette ville en quête d’attractivité, les politiques publiques, hantées par la production de chiffres (en millions de logements), risquent paradoxalement de faire du droit au logement une forme de justice distributive aliénante au profit d'une gentrification aux desseins spéculatifs. La quête d'une équité territoriale dans le contexte algérien devra, de ce fait, ouvrir un champ de débat délicat sur la question des inégalités socio-spatiales, une dialectique entre urbanisme et justice sociale y requiert une vision éthique transcendant la seule approche distributive qui demeure une dimension nécessaire mais insuffisante, notamment face à cette tendance à la gentrification.

Haut de page

Bibliographie

Allia A., 2016, "Une opération de relogement vire au drame à El M’Haffeur (Annaba). Une femme de 34 ans s’immole par le feu", Liberté du 21/07/2016.

Badaroux J., Frébault J., Ménard F., d’Aboville G., 2018, Aménager sans exclure, faire la ville incluante, Le Moniteur.

Becciu V., 2016, "Exclusion et renouvellement urbains : la question des déplacements d’habitants explorée à partir du projet Euroméditerranée à Marseille", Environnement Urbain / Urban Environment, Vol.10, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/eue/1402

Belabed-Sahraoui B., 2015, "Le renouvellement de Bardo, pour une transformation durable de Constantine. Les préalables du projet", in : Boukhemis K. et al. (s/dir.), D’Algérie et d’ailleurs. Regards croisés de la ville d’aujourd’hui et de demain, Université de Caen/ MRSH et Université d'Annaba, 199-215.

Benlakhlef B., Bergel P., 2013, "Qui se soucie des habitants ? Modernisation urbaine et délogements de quartiers informels. Le cas de Constantine (Algérie) 2008-2011", in : Auclair E., Berttucci M.M., Bergel P., Desponds D. (s/dir.), Les Habitants acteurs de la rénovation urbaine ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 197-218.

Benouaret N., 2016, "Le wali met fin aux spéculations", El Watan du 25/12/2016.

Durmaz N., 2015, "Transformation urbaine par la loi « désastre » et réactions habitantes à Tozkoparan et Sarıgöl (Istanbul)", Les Cahiers d’EMAM, Vol.27, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/emam/1170

Fainstein S., 2011, The Just City, Cornell University Press, Ithaca.

Gasquet-Cyrus M., Géa, J.M., 2017, "Introduction : Approche socio-langagière des changements urbains et de la gentrification à Marseille", Langage et société, Vol.162, No.4, 9-19, [en ligne]. URL : https://www.cairn.inforevue-langage-et-societe-2017-4-page-9.htm

Gibert M., 2014, "Déplacements forcés et renouvellement urbain à Hồ Chí Minh Ville", L’Espace Politique, Vol.22, No.1, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/2905

Harvey D., 2011, Le Capitalisme contre le droit à la ville : néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Amsterdam.

Kebir B., Zeghiche A., 2014, "Le renouvellement de la ville algérienne par la démolition-reconstruction du vieux bâti. De la sanction à la recherche de légitimité, Cas de la ville d’Annaba", Cybergeo : European Journal of Geography, Aménagement, Urbanisme, document 697, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26597

Kebir B., 2016, Annaba, entre morphologies et politiques urbaines. Vers un renouvellement ?, thèse de doctorat, Université Badji Mokhtar, Annaba, Algérie.

Lamine B., 2016, "Zoukh à New York pour parler d’Alger sans bidonvilles", Les Échos d’Alger du 21/10/2016.

Latendresse A., 2007, "Le néolibéralisme dévore la ville", À Bâbord, No.22.

Lefebvre H., 2009, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos.

Soja E.W., 2012, "La ville et la justice spatiale", in : Bret B., Gervais-Lambony Ph., Hancock C., Landy F., Justices et injustices spatiales, Presses universitaires de Paris Nanterre, 57-72.

Marcuse P., 2009, "La justice spatiale : résultante et cause de la justice sociale", Justice Spatiale/Spatial Justice, 72-99, [en ligne]. URL : www.jssj.org/wp-content/uploads/2012/12/JSSJ1-4en2.pdf

Msilta L., 2009, "Populations stigmatisées à la périphérie algéroise, entre citadinité problématique et recherche d’identités", Les Cahiers d’EMAM, Vol.18, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/emam/217

Morange M., Spire A., 2019, "Le droit à la ville aux Suds. Appropriations et déclinaisons africaines", Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, document 895, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32166

Pérouse J.F., 2007, "Istanbul entre Paris et Dubaï : mise en conformité internationale, nettoyages et résistances", in : Berry-Chikhaoui I., (dir.), Villes Internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, Editions La Découverte, collection Recherches, 31-62.

Rawls J., 2008, La justice comme équité, Paris, La Découverte.

Safar Zitoun M., 2012a, "État Providence et politique du logement en Algérie : Le poids encombrant de la gestion politique des rentes urbaines", Revue Tiers Monde, No.2, 89-106.

Safar Zitoun M., 2012b, "Le logement en Algérie : programmes, enjeux et tensions", Confluences Méditerranée, Vol.81, No.2, 133-152.

Salah-Eddine B., 2018, "Annaba sans bidonville en 2019", L’Est Républicain du 24/01/2018.

Secchi B., 2015, La ville des riches et la ville des pauvres, urbanisme et inégalités, Métis Presses.

Semmoud N., 2015a, "Les marges urbaines : un analyseur privilégié de l’urbanisme d’Alger ?", Les Cahiers d’EMAM, Vol.27, 37-54.

Semmoud N., 2015b, "Clair-obscur de l’informel. Contrôle des polarités urbaines informelles à Cherarba, périphérie sud-est d’Alger", Les Cahiers d’EMAM, Vol.26, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/emam/983

Sen A., 2009, L'idée de justice, Paris, Flammarion.

Schéma national d’aménagement du territoire 2030, loi n° 10-02 du 29 juin 2010, Journal officiel No.61 du 21 octobre 2010.

Telaidjia D., Kouadria N., Nait Merzoug, M.L., 2013, "Les difficultés de l’équation du logement social en Algérie. L’expérience à Annaba", Tawassol, No.36, 21-33.

Haut de page

Notes

1 Située au nord-est de l’Algérie, Annaba est une ville à vocation industrielle, touristique et universitaire, abritant près de 260 000 habitants et rayonnant sur une agglomération de près de 1 million d’habitants (RGPH, 2008).

2 Loi désastre (no6306) publiée dans le Journal officiel de Turquie (Resmi Gazete) du 31 mai 2012, No.28309.

3 Article 67, Constitution de 2016. Loi n° 16-01 du 26 Joumada El Oula 1437 correspondant au 6 mars 2016 portant révision constitutionnelle, Journal officiel, No.14 du 7 mars 2016.

4 Formules de Logement Social Participatif (LSP) et de location-vente dite AADL du nom de l’Agence Nationale de l’Amélioration et du Développement du Logement qui en assure la réalisation et la gestion. Plus récemment, ont été introduites les formules de Logement Promotionnel Aidé (LPA) et de Logement Promotionnel Public (LPP).

5 Aujourd’hui nommé Logement Public Locatif (LPL).

6 Programme initié par l’Organisation des Nations Unies pour les établissements humains, ONU-Habitat.

7 Propos du Wali rapportés par le quotidien de presse locale Seybouse Times du 22/11/2016.

8 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016, traduit de l'arabe.

9 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016, traduit de l'arabe.

10 Propos recueillis auprès d'un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de l'arabe.

11 Propos recueillis auprès d’un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de l'arabe.

12 Rubrique Radar du Quotidien Liberté du 26/11/2016.

13 Propos recueillis auprès d'un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de l'arabe.

14 Propos recueillis auprès d'un habitant relogé lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de l'arabe.

15 Bensdira Chahra, Quotidien Essarih du 02/02/2017, traduit de l'arabe.

16 Décision wilaya n°2117 datée du 8 septembre 2016.

17 Courrier reçu par la Wilaya le 28 septembre 2016.

18 Décision wilaya n°2213 non datée.

19 Rubrique Radar, Quotidien Liberté du 22/05/2018

20 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016

21 Propos recueillis par le quotidien Akher Saâa du 15/8/2016

22 Quotidien L'Est Républicain du 11/12/2016.

23 Propos publiés sur les réseaux sociaux en 2016.

24 Propos publiés sur les réseaux sociaux en 2016.

25 Vidéo de la chaîne de télévision DzNews diffusée sur Internet, traduit de l’arabe.

26 Propos publiés sur les réseaux sociaux en 2016.

27 Rubrique Radar Quotidien Liberté du 22/05/2018

28 Chabi A., quotidien L'est Républicain du 11/12/2016.

29 Propos recueillis auprès d’une habitante relogée lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de l'arabe.

30 Propos recueillis auprès d’une habitante relogée lors d'un entretien mené en octobre 2019, traduit de l'arabe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Ampleur du processus de démolition-reconstruction dans l’espace péricentral à Annaba (2020)
Crédits Bahia Kebir, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 2 : Maison ancienne mise en vente dans le quartier de La Colonne en pleine mutation
Crédits Bahia Kebir, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 3 : Temporalités de la ville d’Annaba en renouvellement
Crédits Bahia Kebir, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 4 : Nouvelles promotions immobilières sur l’avenue Bouzered Hocine
Crédits Bahia Kebir, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 5 : Situation et vue aérienne du quartier d’EL M’Haffeur avant et après la démolition en 2016
Crédits Bahia Kebir, 2021. Source : Google Earth juin, octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 6 : Photo publiée sur les réseaux sociaux pendant la démolition à El M’Haffeur
Crédits Mohamed Benabas, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 7 : Photo publiée sur les réseaux sociaux démontrant la démolition d’une maison en dur à El M’Haffeur
Crédits Mohamed Benabas, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 8 : Sit-in de propriétaires et habitants non relogés d'El M'Haffeur devant le siège de la Wilaya
Crédits Faouzi Tebbal, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 9 : Sit-in de propriétaires et habitants non relogés d'El M'Haffeur revendiquant la restitution d’El M’ Haffeur "à ses enfants"
Crédits Faouzi Tebbal, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 10 : El M’Haffeur avant la démolition
Crédits Ali Fouad Merzoug, 2015
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 11 : El M’Haffeur après la démolition
Crédits Bahia Kebir, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 12 : Volumétrie du projet lauréat du concours d’idées pour le réaménagement d’El M’Haffeur
Crédits Société d’Études Techniques d’Ouargla (SETO), 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39237/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bahia Kebir et Anissa Zeghiche, « Le renouvellement urbain à Annaba, entre recherche d’équité territoriale et tendance à la gentrification », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 1022, mis en ligne le 06 juillet 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39237 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39237

Haut de page

Auteurs

Bahia Kebir

Maître de Conférences, Laboratoire "Architecture et Urbanisme", Département d’Architecture, Faculté des Sciences de la Terre, Université Badji Mokhtar Annaba, Algeria, bahiakebir@yahoo.fr

Articles du même auteur

Anissa Zeghiche

Professeur, Laboratoire "Ressources naturelles et aménagement", Département d’Aménagement, Faculté des Sciences de la Terre, Université Badji Mokhtar Annaba, Algeria, boukhemisk@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search