Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueÉditoriauxL’internationalisation suffit-ell...

L’internationalisation suffit-elle pour construire la paix ?

Denise Pumain
Traduction(s) :
¿La internacionalización es suficiente para construir la paz?
Will internationalization be enough to build peace?

Texte intégral

  • 1 Après 1875, 1889, 1931 et 1984

1C’est à Paris que les géographes du monde entier viennent cette année célébrer le centenaire de l’UGI, leur plus grande organisation internationale. Des ouvrages publiés en français ont déjà raconté l’histoire des congrès internationaux de géographie, qui démarre dès 1871, bien avant la création de cette institution (Pinchemel, 1972 ; Robic et al. 1996). La réunion des géographes se tient pour la cinquième fois à Paris en ce mois de juillet 20221. L’ouvrage qui vient de paraître à l’occasion du centenaire (Kolosov et al, 2022) met l’accent dans la plupart de ses chapitres sur des questions liées à l’internationalisation.

2Les centenaires se prêtent à dresser des bilans. La plupart sont plutôt optimistes quant à la résilience d’une discipline qui a traversé bien des conflits et des remises en question de ses bases conceptuelles et méthodologiques. En assurant le partage des connaissances et en militant pour une éducation ouverte sur le monde, la géographie peut se targuer d’avoir aidé l’avancement de conceptions plus favorables à la paix des sociétés, ce qui ne saurait la disculper d’avoir aussi apporté son soutien à des guerres, des colonisations et bien d’autres entreprises de domination.

3La géographie d’aujourd’hui peut-elle aider à lutter contre les dystopies de la domination que j’analysais dans mon précédent éditorial ? Il me semble que sa fonction la plus intéressante consiste à faire concevoir la paix selon une perspective multi-échelle, dans l’espace et le temps, et pas seulement comme une question de géopolitique centrée sur les relations entre Etats. La critique géographique peut ainsi aider à produire, par ses investigations multi-scalaires, des avancées vers des situations de non-violence, pour une large variété de types de conflits. Y compris celle de chaque personne luttant avec ses propres contradictions !

4A travers les revues, les urgences les plus citées pour notre siècle de l’anthropocène concernent les tensions et les conflits liés au changement climatique, ou menaçant, d’après la vulgate de nos sociétés hyper individualisées, la protection de toutes les personnes désignées comme appartenant à des groupes minoritaires (parfois même majoritaires, dans le cas des femmes...). Suffit-il de dénoncer ces tensions pour éroder les contraintes exercées sur nos vies à différentes échelles par toutes sortes d’hégémonies, culturelles ou technologiques, celles des traditions et des identités passéistes comme celles qui s’inventent à coup d’arbitraire algorithmique ?

  • 2 « pratiquer une écoute profonde par-dessus les barrières de la différence pour commencer à apprendr (...)

5A côté de réflexions liant la géographie et la paix, encore très largement enracinées dans la géopolitique classique et la culture anglo-saxonne, comme celles de Megoran et Dalby dans la revue Geopolitics (2018), la nouvelle série F de la revue Environment and Planning a invité des géographes à partager leur vision du futur pour la discipline. Plusieurs auteurs incitent à lutter contre les processus de marginalisation (Sheppard, 2022), demandent d’accorder une plus grande attention à l’éthique (Howitt, 2022)2 et préconisent de libérer les publications académiques des manœuvres capitalistiques des grands éditeurs (Liu et al. 2022). Cela tombe bien. Un certain nombre de revues francophones de géographie se sont réunies pour partager leur expérience éditoriale et tenter de mieux faire connaître à l’international les travaux qu’elles publient. Elles en feront état au congrès de Paris, tout comme y seront discutées les options de la science ouverte, le 20 juillet dans une table-ronde où Christine Kosmopoulos est la conférencière invitée. Qu’on ne se méprenne pas toutefois quant à l’importance de l’évènement : numériquement, avec quelque 2500 participants, la Sorbonne réunira bien moins de personnes que le congrès des géographes américains, qui en rassemble, chaque année, deux ou trois fois plus !

1er juillet 2022

Haut de page

Bibliographie

Howitt R. (2022) Ethics as first method: Reframing geographies at an(other) ending-of-the-world as co-motion. Environment and Planning F: Philosophy, Theory, Models, Methods and Practice, Vol 1(1) 82–92.

Kolosov, V., García-Álvarez, J., Heffernan, M., & Schelhaas, B. (eds) (2022) A Geographical Century. Springer Nature International, Switzerland.

Liu W. Cheng H., Han X. (2022) Rebuilding Geography for the 21st century through disciplinary reunification and social engagement. Environment and Planning F: Philosophy, Theory, Models, Methods and Practice, Vol. 1(1) 114–124.

Nick Megoran & Simon Dalby (2018) Geopolitics and Peace: A Century of Change in the Discipline of Geography, Geopolitics, 23:2, 251-276

Pinchemel Ph. (ed) (1972) La géographie à travers un siècle de congrès internationaux. Union Géographique Internationale, Commission Histoire de la Pensée Géographique. Caen.

Robic MC; Briend AM; Rössler M (eds) (1996). Géographes face au monde. L’union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie. Éditions de l’Harmattan, Paris, Montréal

Sheppard E. (2022) Geography and the present conjuncture. Environment and Planning F: Philosophy, Theory, Models, Methods and Practice, Vol. 1(1) 14–25.

Haut de page

Notes

1 Après 1875, 1889, 1931 et 1984

2 « pratiquer une écoute profonde par-dessus les barrières de la différence pour commencer à apprendre une appartenance commune avec des personnes diverses au fil du temps » (“transforming chaotic commotion to ethical co-motion invites deep listening across barriers of difference to begin the skills of learning to belong together in place with diverse others over time”)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « L’internationalisation suffit-elle pour construire la paix ? », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39287

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search