Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2022Comment interpréter une chronolog...

2022
1033

Comment interpréter une chronologie événementielle en géohistoire ? L’exemple de deux siècles et demi d’avalanches dans le Massif vosgien

How to interpret a chronology of past events in geohistory? The example of two and a half centuries of snow avalanches in the Vosges Mountains
¿Cómo interpretar una cronología de eventos en geohistoria ? Ejemplo de dos siglos y medio de avalanchas en el macizo de Vosges
Florie Giacona, Nicolas Eckert et Brice Martin

Résumés

Dans le domaine des risques dits naturels, l’intérêt de séries événementielles séculaires fait aujourd’hui consensus. Cela nécessite cependant de contextualiser les chronologies résultant de sources historiques en considérant l’ensemble des facteurs explicatifs potentiels et leurs interactions. Adoptant une approche géohistorique et systémique, cet article propose une grille d’analyse permettant d’opérationnaliser la démarche de contextualisation et d’exploiter au mieux une chronologie événementielle. La mise en correspondance spatiale et temporelle entre les événements et les différents éléments qui composent le système territorial aboutit à la compréhension de chacun des facteurs en jeu, et ainsi à celle de l’évolution de l’aléa et du risque. L’approche est illustrée par l’analyse d’une chronologie spatiale et temporelle des avalanches dans le Massif vosgien depuis la fin du XVIIIe siècle. Quatre prismes – "effet source", événement, phénomène et risque – se combinent, s’entrecroisent et leurs poids respectifs varient dans le temps et dans l’espace. Les modifications climatiques et de l’occupation du sol expliquent la "disparition" des avalanches déclenchées à basse altitude et celles descendant des sommets aux fonds de vallée. Les évolutions conjuguées des enjeux, du climat et de l’occupation des sols contribuent à expliquer celle du risque. Enfin l’"effet source" a une influence prépondérante sur l’évolution du nombre d’événements. La richesse de ces résultats suggère que la démarche proposée pourrait s’avérer intéressante pour de nombreuses applications en géohistoire des risques.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient Robin Mainieri pour sa contribution à la digitalisation des surfaces boisées et à l’analyse de leur évolution.

Introduction

1En matière d’analyse des risques dits naturels, un consensus existe quant à l’intérêt de disposer de séries événementielles couvrant des épaisseurs temporelles séculaires. De telles chronologies, fondées sur des sources historiques, sont notamment recherchées par les géosciences afin de compléter les séries instrumentales (Pigeon, Rebotier, 2019) et d’alimenter par exemple les modélisations hydraulique ou statistique (Kjeldsen et al., 2014 cités par Wilhelm et al., 2018). Plus globalement, ces chronologies permettent la compréhension de l’activité d’un phénomène physique potentiellement dommageable en termes de localisation, fréquence, intensité, etc., nécessaire à la gestion du risque associé. Ainsi, un inventaire des événements passés constitue un préalable à l’établissement des plans de prévention (PPR) et les phénomènes historiques peuvent être utilisés pour favoriser le dialogue et l’acceptation sociale du zonage réglementaire (Martin et al., 2019). Les chronologies événementielles servent également à l’analyse des évolutions spatiales et temporelles des phénomènes physiques, de leur probabilité d’occurrence (donc de l’aléa) et des dommages associés (donc du risque). D’autres études utilisent la donnée historique pour comprendre l’impact du climat sur les phénomènes générateurs de risque (Graham et al., 1997 ; Flageollet et al., 1999 ; Barriendos et al., 2019 ; Duquesnes, Carozza, 2019), afin, par exemple, d’anticiper les évolutions futures (Johnson et al., 2016).

2Les évolutions, tant des phénomènes physiques que des risques associés, ne peuvent toutefois se déduire directement des chronologies événementielles brutes établies à partir des sources historiques. En effet, ces dernières traduisent différentes réalités qu’il faut clairement distinguer : celle de l’événement, celle du risque et celle du phénomène naturel (figure 1). Dès lors que la chronologie recense des événements dommageables, tous les éléments constitutifs du risque y sont représentés : l’aléa (le phénomène physique et sa probabilité), les enjeux touchés et leur vulnérabilité (niveau de dommage en fonction de l’intensité de l’aléa, cultures du risque, façon dont les sociétés construisent l’exposition au risque). Ainsi, l’événement renvoie toujours à l’occurrence d’un phénomène, une crue par exemple, mais tous les phénomènes qui se sont produits ne se retrouvent pas dans une chronologie d’événements reconstruite à partir de sources historiques. L’événement correspond aussi à un phénomène ayant occasionné ou non un dommage, qui constitue une matérialisation du risque. Cette association se vérifie d’autant plus lorsque l’on remonte dans le temps, la production de sources étant étroitement liée à la vulnérabilité des sociétés. En effet, les sources anciennes permettant la reconstitution de chronologies événementielles mentionnent essentiellement des phénomènes ayant perturbé la vie des sociétés. Les chronologies événementielles ne correspondent donc ni tout à fait à des chronologies de dommages ni à des chronologies de phénomènes physiques : ce sont des chronologies d’événements, c’est-à-dire des phénomènes dont on a retrouvé la trace. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’il y a phénomène, voire même dommage, qu’il y a événement. L’avalanche ou la crue devient événement à partir du moment où (1) elle a été observée et (2) que ce "fait" a été considéré signifiant par un individu ou un groupe donné et ainsi rapporté (Bertrand, 2009 ; Dosse, 2010). En outre, l’événement n’existe que parce qu’il y a transmission, par le biais de documents textuels ou iconographiques, d’objets mémoriels matériels, de marqueurs territoriaux ou de la mémoire orale. L’événement est ainsi une construction sociale, en ce sens que les conditions de transposition d’un fait observé en source, soit la "fabrication" de l’événement, varient dans le temps et dans l’espace, en fonction des représentations individuelles et collectives, du contexte socio-culturel, politique et géopolitique, des sensibilités et problématiques rencontrées par les sociétés et les individus, ou encore de la manière dont est perçu, vécu et utilisé le territoire ainsi que les risques qui lui sont inhérents. L’analyse d’une chronologie événementielle impose donc une réflexion approfondie sur "le mode de sélection" (Farge, 2002) et de fabrication des événements ainsi que sur ce qui les constitue.

Figure  : Une seule chronologie, différentes réalités

Figure  : Une seule chronologie, différentes réalités

Giacona, 2020

3La contextualisation des événements dans leur environnement social et biophysique est ainsi un préalable indispensable à l’exploitation des chronologies et à l’explication des variations de leurs distributions spatiales et temporelles. À cette fin, dans la littérature, l’accent est toujours mis sur la nécessité de procéder à une critique des sources (Benito, 2004 ; Brazdil, 2006 ; Glaser et al., 2015 ; Himmelsbach et al., 2015). Pour contourner le biais lié à l’évolution du corpus documentaire, certains auteurs font le choix de ne considérer que les événements majeurs qu’ils pensent avoir pu recenser de manière raisonnablement systématique (Schneebeli et al., 1997 ; Laternser, Schneebeli, 2002 ; Kreibich et al., 2019). L’information reste néanmoins dépendante (1) de la profondeur temporelle de la chronologie au regard de la variabilité naturelle du phénomène, (2) de l’occurrence de dommages, donc de l’exposition d’enjeux et de leur vulnérabilité, ces dernières ayant inévitablement variées au cours du temps (destruction d’un enjeu n’"enregistrant" plus les phénomènes suivants, etc.) et dans l’espace (construction d’un bâtiment, etc.), et (3) de la production des sources dont les modalités ne sont pas constantes elles non plus (cf. infra). Par exemple, bien qu’il s’agisse d’une des pires catastrophes "météorologiques" de l’histoire européenne (plusieurs milliers de victimes), les avalanches du mois de décembre 1916 dans les Alpes austro-italienne sont passées inaperçues (Brugnara et al., 2016, 2017) ou ont été oubliées, le conflit mondial les ayant rendues invisibles. D’autres auteurs font le choix de distinguer différentes périodes correspondant à des étendues temporelles relativement homogènes en termes de sources (Pichard, 1995 ; Martin, 1996 ; Naulet, 2002 ; Llasat et al., 2005). Une autre échappatoire consiste à travailler sur des terrains où l’on fait l’hypothèse que les activités anthropiques sont négligeables. Un lien direct a ainsi pu être établi entre chutes de blocs/éboulements et épisodes de canicule estivale (Ravanel, 2010 ; Stoffel et al., 2012) à haute altitude. Toutefois, Brisset et al. (2017) mettent en garde contre une sous-estimation de l’impact humain dans l’identification des évolutions des inondations enregistrées dans les lacs à ces mêmes altitudes, de sorte que l’influence humaine ne peut que très rarement être totalement écartée. Plus largement, dans les zones soumises à une forte pression foncière et/ou là où de nouvelles pratiques se développent (fréquentation récréative de zones jusque-là peu parcourues, introduction et essor de nouvelles activités, etc.), il est aujourd’hui reconnu que l’évolution de l’exposition explique en grande partie l’augmentation du risque (Hock et al., 2019 ; UNDRR, 2019) mais peu de travaux ciblent spécifiquement l’étude de la dynamique de la vulnérabilité ou de l’exposition (Fuchs et al., 2015 ; Martin et al., 2017 ; Kreibich et al., 2019).

4Cet état de l’art suggère que si la nécessité de contextualiser les chronologies sur l’ensemble de leur extension temporelle, de façon aussi complète que possible, est aujourd’hui reconnue, il s’agit encore aujourd’hui d’une démarche difficile et, donc, rarement entreprise (Antoine, Gazelle, 2013 ; Podolski et al., 2014 ; Garcia-Hernadez et al., 2017). Giacona et al. (2019) ont proposé pour cela un canevas théorique tenant compte de l’environnement social et biophysique complet des événements. L’objet de cet article est de montrer de quelle manière ce canevas peut être opérationnalisé par une grille d’analyse selon quatre prismes, dont la combinaison permet de mener à bien le travail de contextualisation dans sa totalité. L’analyse s’appuie sur une géo-chronologie, c’est-à-dire une chronologie associant distributions spatiales et temporelles, des avalanches dans le Massif vosgien depuis la fin du XVIIIe siècle. Une première partie présente la grille d’analyse, retrace la constitution de la géo-chronologie, décrit son allure ainsi que l’inscription spatiale et temporelle des principales caractéristiques des événements recensés. Elle introduit également les données rassemblées et la méthode utilisée pour relier les événements à leur contexte. La géo-chronologie est ensuite décomposée et interprétée à travers la grille d’analyse proposée selon quatre prismes. Enfin, une dernière partie résume les résultats obtenus pour le cas d’étude et discute plus largement les bénéfices de l’approche pour la compréhension des évolutions du risque, de ses composantes, et des interactions environnement-société qui génèrent la chronologie.

Méthode et données

Une grille d’analyse selon quatre prismes

5La grille d’analyse comprend quatre prismes, embrassant l’ensemble des interactions environnement-société ayant conduit à la genèse de la chronologie (figure 2) :

  1. Notre connaissance de l’activité avalancheuse est étroitement dépendante des sources. L’interprétation de la géo-chronologie doit ainsi s’entourer d’une analyse du corpus documentaire, lequel modèle la distribution spatiale et temporelle des événements. Cet "effet source" résulte de la combinaison de trois éléments évoluant au cours du temps : la diversité de la nature et de la qualité des sources, la variation de la masse documentaire et enfin l’évolution des conditions d’émergence de l’événement (Giacona et al., 2019).

  2. L’avalanche est ensuite considérée en tant qu’événement, pris comme indice de la réalité passée de phénomènes ayant laissé des traces. De fait, la société modèle à la fois la réalité du phénomène (par le biais de son déclenchement, d’aménagements, etc.), la vulnérabilité et l’exposition des enjeux (et donc le risque) ainsi que la perception que l’on en a. Perception et sens donnés aux événements sont fonction des contextes culturels, sociaux, économiques, politiques et environnementaux ayant varié au cours de la période d’étude.

  3. Puis, l’avalanche est considérée en tant que phénomène physique s’inscrivant dans une unité spatiale et prenant place dans le temps. L’avalanche et sa propagation dépendent bien sûr de facteurs biophysiques (topographie, nature du sol et de la végétation, conditions nivo-climatiques) mais aussi, dans un massif où, comme dans les Vosges, les interactions environnement-société sont fortes, de facteurs sociaux (notamment pratiques et usages du sol, aménagements). Ces derniers agissent de manière directe (déclenchement par un pratiquant d’activité récréative) et indirecte (par le biais notamment de la mise en valeur de l’espace : exploitation forestière, pastoralisme, etc.).

  4. L’avalanche est enfin analysée sous l’angle du risque. Résultant de la rencontre potentielle entre un phénomène (aléa) et un enjeu, le risque se matérialise dans la chronologie par les dommages, en fonction de l’exposition et de la vulnérabilité des sociétés. Le risque résulte ainsi de l’interaction entre les temporalités des acteurs sociaux et celles de la nature (Antoine, 2010). Le phénomène naturel est donc source potentielle de dommages lorsqu’il s’inscrit dans le temps et dans l’espace socialisé. L’épaisseur temporelle multiséculaire permet alors de considérer les dommages, leurs causes, et leurs évolutions dans le temps et dans l’espace.

6Ainsi, les prismes 2 à 4 de notre analyse correspondent aux trois "réalités" constitutives de la chronologie événementielle, événement, phénomène et risque, auxquels est ajouté le prisme de l’"effet sources", lié aux rapports des sociétés avec le phénomène et l’espace étudié. Bien sûr, le mécanisme de constitution de l’ensemble de la géo-chronologie n’est pas aléatoire, et c’est justement sur la compréhension des mécanismes causaux (liens entre sources potentielles et événements, climat et phénomènes, etc.) que se fonde notre approche pour expliquer les distributions spatiales et temporelles des événements recensés.

7À cette fin, deux types de facteurs de contexte sont considérés. D’une part, des facteurs constants dans le temps durant la période d’analyse, mais qui peuvent contribuer à expliquer la distribution spatiale (par exemple la topographie). D’autre part, des facteurs évolutifs à l’échelle de la zone entière ou de secteurs/couloirs avalancheux qui induisent des évolutions temporelles pouvant être différenciées dans l’espace, par exemple en fonction de l’altitude. Afin de comprendre et d’expliquer la distribution spatiale et temporelle des événements de la géo-chronologie, cette dernière est mise en correspondance avec les temporalités des facteurs biophysiques et sociaux explicatifs considérés. Cette méthode, pointant concordances et décalages dans le temps et dans l’espace, permet de comprendre de quelle manière les différents facteurs explicatifs se sont combinés pour la générer, en mettant en évidence des relations de cause à effet (Giacona et al., 2019).

Figure  : Les quatre prismes d’analyse de la géo-chronologie, parfois en interaction

Figure  : Les quatre prismes d’analyse de la géo-chronologie, parfois en interaction

Lecture : (1) les sources, dépendantes de la présence d’enjeux et/ou de l’observation du phénomène ou de ses traces, (2) dont la mise en événement et la transmission est fortement dépendante du système sociétal, notamment de l’attention portée au phénomène, ainsi que du rapport au milieu et au risque ; (3) le phénomène, résultant des caractéristiques biophysiques du milieu, elles-mêmes modulées par les activités humaines et (4) le risque : l’usage du sol et les activités humaines, conditionnant la vulnérabilité et l’exposition, dont dépend en partie la production de sources, et modulant le phénomène.

Giacona, 2022

Une démarche géohistorique pour l’acquisition des données

  • 1 La géohistoire ne constitue pas un champ de recherche clairement structuré, nous lui attribuons tro (...)

8Afin de documenter a posteriori l’occurrence d’événements, leur localisation, leur intensité et les dommages causés ainsi que de les contextualiser, le choix a été fait de mettre en œuvre une démarche géohistorique1, laquelle permet de donner du sens aux distributions spatio-temporelles des événements recensés. Les archives institutionnelles renseignant très peu d’événements (une quinzaine), il est apparu nécessaire de recourir à d’autres types de sources variées. Ainsi, la méthodologie de recherche choisie associe documentation textuelle (archives, littérature, presse, etc.) et iconographique (photographies, plans, cartes postales, cartes, photographies aériennes), sources numériques (forums et sites Internet) et audiovisuelles (journaux télévisés notamment), mémoire orale ainsi que des relevés de terrain (marqueurs territoriaux telles que croix mémorielles, traces dans le paysage, etc.) (figure 3). Certains types de sources renseignent de manière sporadique l’occurrence d’avalanche (par exemple les archives institutionnelles, littérature scientifique et locale) tandis que les photographies, la presse quotidienne régionale, les forums et sites Internet dédiés à la pratique des sports d’hiver dans le Massif vosgien ainsi que la mémoire orale ont largement contribué à la reconstitution de l’histoire événementielle des avalanches ou de leur contextualisation (cf. infra) (tableau 1 ; Giacona et al., 2017a).

Figure 3 : Méthodologie de recherche pour la reconstitution et la contextualisation de la géo-chronologie

Figure 3 : Méthodologie de recherche pour la reconstitution et la contextualisation de la géo-chronologie

Giacona, 2014

Tableau 1 : Répartition du corpus de sources par type de sources (d’après Giacona et al., 2017a)

Type de sources

Nombre de documents/personnes faisant référence à un ou plusieurs événements

Toponymes

1

Littérature scientifique

9

Médias nationaux (presse et journaux télévisés)

10

Littérature non-scientifique et locale

34

Archives départementales et communales

58

Forums et Sites Internet

135

Mémoire orale (témoignages, correspondance, enquête)

189

     Enquête

84

Médias locaux et régionaux

198

     Télévision (journaux télévisés, magazines télévisés)

19

      Presse

178

Images (carte postale, photographie)

417

Giacona, 2017

  • 2 Un MNT LIDAR couvrant la quasi-totalité du Massif vosgien a été analysé. La levée LIDAR a été réali (...)
  • 3 Les gammes de dates correspondent presque toujours aux dates de levées (la gamme est parfois import (...)

9Des visites de terrain ainsi que la lecture de cartes topographiques et d’un MNT (modèle numérique de terrain) à résolution fine2 ont permis de cartographier les couloirs d’avalanche au sein de cinquante secteurs géographiques. Afin de déterminer le rôle de l’évolution de la végétation dans la distribution des événements recensés, la couverture forestière a été vectorisée dans les secteurs d’avalanche à partir de six jeux de cartes répartis entre la carte d’État-Major (années 1820-1830) et l’inventaire forestier national (2007) avec les années 1900-1910, 1922-1939, 1953-1968 et 1979-1988 comme dates intermédiaires3. L’évolution de la vulnérabilité et de l’exposition ont été appréhendées de manière plus qualitative par une étude bibliographique permettant de synthétiser et spatialiser les évolutions des activités humaines dans le Massif vosgien au cours des derniers siècles. Enfin, bien que des données qualitatives aient été prises en compte (Robischung, 1896 ; Flageollet 2005 ; Beck, 2011), l’évolution du climat a été essentiellement caractérisée par l’analyse de séries instrumentales et de proxies climatiques disponibles.

Une géo-chronologie marquée par des non-homogénéités spatio-temporelles

10L’approche géohistorique a abouti à la constitution d’une géo-chronologie de plus de 700 avalanches ayant "fait événement" entre les hivers 1783-1784 et 2013-2014. De prime abord, sa forme est marquée par d’importantes non-homogénéités (tendances, ruptures, etc.), tant temporelles (figure 4), spatiales, que spatio-temporelles (figure 5). Les événements recensés sont localisés majoritairement dans la partie sud du massif et sur les versants est. Alors que les événements anciens (couleurs bleu, jaune et vert) se concentrent essentiellement dans quelques secteurs situés autour de certains sommets et fonds de vallée, depuis le milieu du XXe siècle (violet et rouge), on ne recense plus aucune avalanche déclenchée naturellement dans les zones de basse altitude mais, globalement, de nouvelles zones apparaissent. Jusque dans les années 1990, il s’agissait essentiellement d’événements dommageables. Depuis, on relève tant des événements dommageables que non dommageables. Quatre-vingt-quatorze avalanches ont causé une ou plusieurs victimes, dont 16 ont entrainé le décès d’une ou plusieurs personnes, 17 ont engendré des dommages matériels, 57 ont provoqué des dommages fonctionnels et 80 ont endommagé plus ou moins fortement des peuplements forestiers. Cinq évolutions temporelles majeures ressortent (Figure 4 : A, B, C, D, E) :

11La chronologie des avalanches recensées est marquée par une rupture dans les années 1960 à partir desquelles les recensements deviennent quasiment annuels, suivie d’une nette augmentation des occurrences à partir de l’hiver 1993-1994 puis d’un nouvel accroissement à partir de l’hiver 2008-2009 (A). Depuis le milieu du XXe siècle, on ne relève plus aucun dommage matériel. Aucune habitation de fond de vallée ou ferme d’altitude n’a été impactée (C) ; à l’inverse, alors que l’on ne compte que quelques avalanches isolées ayant occasionné des dommages humains jusqu’au milieu du XXe siècle, leur nombre augmente à partir des années 1960 et plus encore depuis le début des années 1990 (B). Le milieu du XXe siècle voit apparaître un nouveau type de dommages, les impacts fonctionnels (D). Enfin, les enregistrements d’avalanches ayant occasionné des dommages environnementaux sont plus nombreux depuis le milieu du XXe siècle, et particulièrement depuis le début des années 1990.

Figure 4 : Chronologie des événements recensés dans le Massif vosgien de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Figure 4 : Chronologie des événements recensés dans le Massif vosgien de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Lecture : Les dommages humains font référence aux personnes emportées ou ensevelies, qu’elles soient décédées, blessées ou indemnes. On distingue les victimes statiques ensevelies dans leur habitation des victimes en mouvement, tels que des pratiquants d’activités récréatives hivernales ou des personnes effectuant des déplacements dans le massif pour des motifs économiques ou familiaux (trajet entre deux vallées, etc.). Les dommages matériels correspondent essentiellement à des bâtiments impactés et, dans une moindre mesure, à des infrastructures légères. Les dommages fonctionnels se rapportent aux obstructions de voies de communication. Les dommages environnementaux concernent les impacts à la végétation et aux peuplements forestiers. On distingue dommages environnementaux majeurs (de bosquets de gros arbres jusqu’à plusieurs hectares de forêt détruits) et mineurs (quelques branches et arbrisseaux cassés).

Giacona, 2022

Figure 5 : Distribution spatiale et spatio-temporelle des événements recensés dans le Massif vosgien

Figure 5 : Distribution spatiale et spatio-temporelle des événements recensés dans le Massif vosgien

Lecture : Les couleurs renvoient à la période temporelle au cours de laquelle ils se sont produits. Les bornes de ces périodes reflètent des évolutions majeures dans le corpus de sources (Giacona et al., 2017a).

Giacona, Droux, 2014, 2019, 2021

Contextualisation et compréhension de la géo-chronologie

Le prisme de l’"effet source"

Une relation entre masse documentaire croissante et chronologie

12Le corpus de sources est marqué par une progression quasi exponentielle de la masse documentaire (figure 6). Le nombre de sources est multiplié par près de neuf, entre la période allant des années 1940 au début années 1990 et celle courant des années 1990 à aujourd’hui. Ainsi, depuis le début des années 1990, les mentions d’avalanches sont quasi-annuelles. Cette évolution est à mettre en parallèle avec le nombre d’événements recensés qui suit sensiblement la même tendance, notamment à partir du milieu du XXe siècle (figure 4 : A). Ainsi, l’augmentation observée du nombre de sources à partir du milieu du XXe siècle contribue largement à expliquer celle du nombre d’événements recensés.

Figure 6 : Chronologie du nombre de sources distinctes renseignant, par année, un ou plusieurs événements

Figure 6 : Chronologie du nombre de sources distinctes renseignant, par année, un ou plusieurs événements

Giacona, 2022

Une diversification de la nature des sources expliquant en partie les discontinuités

13À l’absence de continuité sur le plan de la masse documentaire s’ajoute une diversification de la nature des sources, marquée par l’apparition croissante de ressources potentielles (figure 7). Cinq périodes, relativement homogènes, ont ainsi été identifiées (Giacona et al., 2017a). Chacune d’entre elles se définit par un corpus documentaire distinct, avec une diversification du corpus sur la fin de la période. Notons qu’aucun type de sources ne disparaît vraiment : bien que certaines d’entre elles ne fournissent pas d’informations continûment, leur contribution reste potentielle. Cette multiplication des sources potentielles participe elle aussi à expliquer l’augmentation rapide du nombre d’événements recensés (figure 4), leur localisation (figure 5), de même que les changements dans la nature des dommages (figure 4) et la taille des avalanches (Giacona et al., 2021).

Figure 7 : Évolution de la nature des sources potentielles disponibles sur l’ensemble de la période d’étude

Figure 7 : Évolution de la nature des sources potentielles disponibles sur l’ensemble de la période d’étude

Giacona, 2014

Des conditions d’émergence évolutives de l’événement

14L’information dont on dispose aujourd’hui est dépendante de l’observation du phénomène ou de ses traces, laquelle a donné lieu (ou non) à la production d’une source et à une transmission. En outre, les modalités de transcription des événements en sources varient dans le temps et dans l’espace. De fait, la présence continue et avérée, sur l’ensemble de la période d’étude, d’enjeux humains et matériels en période hivernale, laisse supposer que, antérieurement à la dernière de nos sous-périodes (figure 7), la pauvreté des données recueillies est essentiellement liée à des conditions de transcription des observations en sources peu favorables à l’historien. Autrement dit, si l’occurrence d’une avalanche constitue un fait potentiellement initiateur de l’élaboration de l’événement, elle ne donne pas nécessairement lieu à la production de sources. De ce fait, l’évolution dans le temps voire dans l’espace des conditions d’émergence des événements contribuent également à modeler le corpus de sources et ainsi la distribution spatiale et temporelle des avalanches recensées. Cet aspect est évoqué ici, car faisant partie intégrante de l’"effet sources". Il est plus spécifiquement détaillé ci-dessous dans le prisme de l’événement.

Le prisme de l’"événement"

L’événement : une construction sociale liée au contexte réglementaire et indemnitaire, aux pratiques et au rapport des sociétés et des individus au phénomène avalanche

15La transcription de l’occurrence du phénomène en événement étant conditionnée par l’observation de l’avalanche ou de ses traces, elle est directement liée à la présence humaine et à l’occupation du territoire, à la manière dont il est pratiqué et vécu, au sens qui lui est donné et, ainsi, au rapport des sociétés au phénomène et au risque. En conséquence, les conditions de transposition d’un fait observé en source, donc de fabrication de l’événement, varient dans le temps et dans l’espace, en fonction de groupes et d’individus ainsi que de leurs représentations et problématiques spécifiques. Une constante sur l’ensemble de la période d’étude est pour autant notable : sauf exception, le phénomène avalanche concerne des espaces qui ne sont pas habités de manière permanente. Le risque d’avalanche n’a ainsi, semble-t-il, jamais fait partie du quotidien des sociétés montagnardes, qui n’ont pas eu à apprendre à vivre avec. Ne représentant pas une contrainte structurante de la vie quotidienne et étant essentiellement d’ordre individuel, il ne constitue sans doute pas un risque majeur significatif. Ainsi, l’avalanche, c’est-à-dire sa matérialité (Baud, 2018), ne participe pas des facteurs explicatifs du fonctionnement des sociétés dans le Massif vosgien. L’a-quotidienneté du risque d’avalanche contribue à expliquer le peu d’informations relatives au phénomène avalanche retrouvées dans les archives institutionnelles (départementales et communales) consultées (figures 3, 4, 6, 7).

  • 4 Cf. note précédente.

16Les informations dont on dispose jusqu’à la fin du XIXe siècle sont en partie liées à un facteur "extérieur". La mise en place, dans le courant du XIXe siècle, de dispositifs réglementaires et de secours a contribué4, à un moment donné sur une période donnée, à "faire événement" de phénomènes qui, auparavant, ne donnaient pas nécessairement lieu à la production d’une source. Cela ne dit évidemment rien sur l’évolution du phénomène mais laisse penser que des avalanches ont pu se produire précédemment sans qu’elles n’aient été rapportées. Le contexte réglementaire et indemnitaire participe ainsi de la construction de l’événement.

17Une autre évolution temporelle est notable, puisque les dernières décennies sont marquées par un regain d’intérêt porté au phénomène à l’échelle individuelle ou de groupes spécifiques. Ainsi, le risque d’avalanche est aujourd’hui signifiant pour un type particulier d’usagers du massif, les pratiquants de ski de randonnée et d’alpinisme, pour lesquels toute occurrence d’avalanche (y compris les avalanches de petite ampleur et celles n’ayant pas occasionné de dommages) est indice d’instabilité du manteau neigeux. Le partage, sur certains réseaux sociaux, de cette information utile pour leur pratique permet d’y avoir accès. De la même manière, a pu être exploité un journal tenu par un pratiquant de ski de randonnée qui consigne régulièrement, depuis le début des années 1990, le déroulement de ses sorties, ses observations sur le terrain (y compris les avalanches rencontrées) et relevés météorologiques qu’il agrémente parfois de photographies. Par ailleurs, alors que les informations institutionnelles concernent uniquement des dommages matériels et humains au XIXe siècle, quelques dommages environnementaux de grande envergure ont été rapportés par un passionné de phénomènes géologiques et glaciaires (Collomb, 1847), ainsi que par la mémoire orale. Ayant un intérêt particulier pour le phénomène, Collomb s’est attaché à décrire les manifestations de l’avalanche (dommage, pente moyenne du couloir, etc.). Ainsi, des démarches et intérêts individuels concourent, eux aussi, à enrichir la chronologie événementielle. Le contexte réglementaire et indemnitaire impulse également des évolutions temporelles.

18On observe enfin une évolution spatiale liée au développement de la pratique du massif en période hivernale, durant les dernières décennies, donnant lieu à des observations, et ainsi, potentiellement, à la production de sources pour des secteurs qui n’en bénéficiaient pas ou peu jusqu’alors.

L’événement : d’avalanches dommageables à tous types de phénomènes

  • 5 Les archives du XIXe siècle se rapportent notamment à des dispositions réglementaires ou de secours (...)

19Jusqu’au milieu du XXe siècle, les phénomènes rapportés sont presque exclusivement liés à un endommagement, donc à une perturbation dans la vie des sociétés5. Puis, à partir de la seconde moitié du XXe siècle, les observations couvrent autant les phénomènes dommageables que non dommageables (représentant près du quart sur la période 1993-1994/2013-2014). La part importante des avalanches non dommageables recensées dans les deux dernières décennies est liée au fait que celles-ci font désormais événements pour deux types de populations qui ont largement contribué à la constitution de la chronologie :

  • Les pratiquants d’activités récréatives hivernales, intéressés par la dynamique avalancheuse, partagent leurs observations sur les forums et sites Internet (cf. supra)

  • Le réseau d’observateurs mis en place dans le cadre d’une étude intégrée des avalanches et du risque associé dans le Massif vosgien (Giacona, 2014), dont les directives étaient de consigner toutes les avalanches observées pour s’approcher au plus près de la réalité matérielle de l’activité avalancheuse.

20Cette conception élargie de ce qui fait événement, découlant d’un intérêt croissant pour le phénomène en lui-même autant que pour ses conséquences, explique au moins en partie l’augmentation des dommages environnementaux recensés, essentiellement rapportés par la mémoire orale et le réseau d’observateurs. D’autres sources, telle la presse, n’y sont que peu sensibles. Cette dernière se focalise essentiellement sur un type d’impact particulier (l’accident) ainsi que sur les coupures de voies de communication et ne s’étend que peu sur d’éventuels impacts environnementaux, exceptés dans le cas de dommages exceptionnels. Plus largement, la proportion de plus en plus considérable d’avalanches non dommageables suggère que les avalanches dénombrées durant les périodes antérieures, de fait dommageables, ne constituent qu’une petite partie des événements ayant réellement eu lieu. Comme détaillé dans la partie dédiée au prisme du phénomène, ce postulat a été confirmé statistiquement (Giacona et al., 2021). Sur l’ensemble de la période d’étude, mais tout particulièrement au début, les phénomènes non dommageables sont donc nettement sous-représentés.

Le prisme du phénomène

La topographie et les conditions nivo-climatiques

21L’activité avalancheuse naturelle est contrôlée par la température, les précipitations et le vent. D’un point de vue strictement orographique, la proportion de précipitations neigeuses par rapport au total des précipitations et la hauteur de neige cumulée augmentent avec l’altitude. L’occurrence d’avalanches est quant à elle soumise à deux conditions nécessaires, la formation d’un manteau neigeux et une pente supérieure à 27-30°. Topographie et conditions nivo-climatiques expliquent ainsi en partie la répartition spatiale des événements, majoritairement recensés dans la partie sud du massif et sur les versants est (figure 5). D’une part, la partie sud est plus élevée (sommets dépassant 1 000 mètres d’altitude) que la partie nord (sommets inférieurs à 600 m d’altitude) (Encyclopédie de l’Alsace, 1986). D’autre part, le Massif vosgien présente une dissymétrie de versant est-ouest très nette liée à l’effondrement de la plaine rhénane ainsi qu’à une érosion glaciaire différenciée (Flageollet, 2002). À cette topographie favorable des versants est, se conjuguent des conditions nivo-climatiques spécifiques : orienté nord-nord-est/sud-sud-ouest, le massif forme "la première barrière orographique perpendiculaire" aux vents d’ouest humides dominants (Flageollet, 2005 ; Goepp, 2007). Balayant les sommités planes et dégarnies, ces derniers poussent la neige vers la rupture de pente versant est (phénomène de suralimentation neigeuse) où se forment des accumulations neigeuses et des corniches qui provoquent ponctuellement d’importantes avalanches (Wahl et al., 2007). Ainsi, ce sont les couloirs des versants est du sud du massif qui présentent des conditions permettant l’occurrence d’avalanches de grande ampleur.

L’évolution du climat

22Les conditions climatiques ont largement évolué sur la période d’étude, marquée par la fin du Petit Âge Glaciaire vers 1850, et le réchauffement récent d’origine anthropique (Grove, 2001 ; Masson-Delmotte et al., 2021 ; Hegerl et al., 2018). Ces évolutions ont eu une influence directe sur l’enneigement dans le Massif vosgien (Flageolet, 2005). L’analyse des séries disponibles montre ainsi un raccourcissement de la période d’enneigement et une diminution de la hauteur du manteau neigeux liés à une augmentation de la température hivernale de +1,35°C entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe siècle (Giacona et al., 2021) (figure 8). Cette dernière a conduit à une élévation de l’isotherme 0 et ainsi à une diminution de la part des précipitations neigeuses dans le total des précipitations à basse et moyenne altitude. À haute altitude, la hausse des précipitations compense en partie l’augmentation de la température, y compris au cours des dernières décennies marquées par le réchauffement anthropique. Le facteur climatique participe directement à expliquer deux changements observés dans la distribution spatio-temporelle de l’activité avalancheuse (figure 5) :

  • D’une part, la disparition d’avalanches "naturelles" à basse altitude (entre 500 et 900 m) depuis le milieu du XXe siècle. Les conditions climatiques actuelles ne sont plus réunies pour y permettre la formation d’un manteau neigeux suffisant. Il est possible de considérer que les sites de basse altitude ayant fonctionné au XVIIIe-XIXe siècles sont aujourd’hui quasiment éteints. À l’inverse, les secteurs de haute altitude restent actifs et concentrent l’essentiel de l’activité avalancheuse observée récemment. Un manteau neigeux suffisant s’y forme encore dans les zones de départ potentielles pour produire des avalanches de tailles petites à moyennes (Giacona et al., 2021).

  • D’autre part, alors que des avalanches descendues des crêtes jusque dans des fonds de vallée se sont produites encore au milieu du XXe siècle, les conditions permettant la formation de tels phénomènes sont moins probables aujourd’hui : les cumuls de neige sont en moyenne moins abondants et il fait moins froid. Or, plus la neige est froide, plus elle est fluidisée, plus elle prend de la vitesse et peut descendre loin. En outre, la présence de neige pouvant être incorporée dans l’écoulement sur tout le linéaire du couloir favorise les grandes avalanches. Cela conduit sans doute sur ces "grands" couloirs d’avalanche à une remontée de l’altitude des zones de dépôt d’avalanche. Au facteur climatique se combine l’extension du couvert forestier dans les secteurs avalancheux qui rend la propagation encore plus difficile (cf. infra).

23Enfin, les évolutions climatiques ont réduit la durée de la saison durant laquelle des avalanches se produisent et ont, plus globalement, drastiquement diminué l’activité avalancheuse, le nombre moyen d'avalanches par hiver à l’échelle du massif ayant été divisé quasiment par huit entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Cette évolution majeure est invisible sur la géo-chronologie, masquée par l’"effet source" ainsi que par l’évolution de l’usage de l’espace (cf. supra). Elle a par contre pu être mise en évidence en combinant les sources historiques avec différents outils de modélisation (Giacona et al., 2021).

Figure 8 : Évolution annuelle des températures depuis les années 1780

Figure 8 : Évolution annuelle des températures depuis les années 1780

Eckert, Giacona, 2022

La végétation

24L’analyse de l’évolution de la couverture forestière montre que la fraction boisée (rapport entre surface forestière et surface totale au sein des secteurs avalancheux) est relativement stable jusqu’en 1960, avant d’augmenter fortement pour atteindre 0,8 en 2010 (figure 9 : A). Cette évolution est toutefois différenciée en fonction de l’altitude (figure 9 : B). En-dessous de 700 m, la fraction boisée stagne jusque dans les années 1960 puis passe de 0,4 à 0,7 environ de la surface totale entre les années 1960 et 1980. Entre 700 et 1200 m, elle varie autour de 0,7 jusqu’en 1960 avant d’atteindre 0,9 dans les années 2000. Enfin, au-dessus de 1200 m, les valeurs peinent à dépasser 0,4, de sorte que l’afforestation y est peu significative. Il est difficile de démêler la part attribuable à l’évolution forestière dans la distribution spatio-temporelle des événements recensés car l’impact de l’évolution forestière sur l’activité avalancheuse reste un problème complexe et discuté (voir Bebi et al., 2009 ; Zgheib et al., 2020). Néanmoins, il est généralement admis que les terrains lisses (prés et pâturages abandonnés notamment) sont favorables à la formation d’avalanche (Leitinger et al., 2018) tandis que la forêt facilite un meilleur ancrage de la neige au sol, limitant la formation d’avalanches, entravant leur propagation et contribuant à réduire leur vitesse (Teich et al., 2012 ; Takeuchi et al., 2018). Ainsi :

  • L’activité résiduelle aux plus hautes altitudes du massif est permise par une faible afforestation au-dessus de 1200 m, correspondant aux sommets et aux zones de départ actuelles.

  • La fermeture paysagère aux altitudes inférieures à 1200 m contribue à réduire l’activité avalancheuse, du moins celle des avalanches de grande ampleur atteignant les fonds de vallée.

25Il convient toutefois de noter que, dans le détail, les choses sont bien plus compliquées puisque couvert forestier et avalanches s’influencent réciproquement via des interactions nombreuses, dont la complexité dépasse le cadre de cet article (Giacona et al., 2018). En outre, le couvert forestier dépend lui-même de deux autres facteurs, le climat et les activités anthropiques qui, à travers lui, influencent indirectement l’activité avalancheuse (cf. infra et supra).

Figure 9 : Évolution de la fraction boisée dans les secteurs avalancheux du Massif vosgien entre les années 1820-1830 et 2007

Figure 9 : Évolution de la fraction boisée dans les secteurs avalancheux du Massif vosgien entre les années 1820-1830 et 2007

Lecture : La fraction boisée correspond à la part de l’espace boisé par rapport à la surface de l’ensemble du secteur étudié.

Mainieri, Eckert, Giacona, 2022

Les activités anthropiques

26Les activités anthropiques agissent à la fois directement (par le déclenchement d’avalanche) et indirectement (en modulant le couvert forestier) sur le phénomène physique, son déclenchement et sa propagation.

27L’état d’ouverture paysagère du début du XIXe siècle (figure 9) s’explique par la combinaison de trois types de pressions exercées antérieurement sur la ressource bois (figure 10) :

  • La croissance démographique qui s’accompagne de déboisements pour les besoins en terres cultivables ou en pâturages, l’artisanat, la construction et le chauffage (Garnier, 2004).

  • Les activités proto-industrielles (scieries, verreries, mines, forges et établissements métallurgiques) consommatrices de bois (Garnier, 1998, 2004 ; Jéhin, 2010).

  • La contribution des forêts à l’"effort de guerre" pour du matériel de construction et du combustible (Garnier, 2004).

28Cet état d’ouverture laisse place à un mouvement de fermeture du paysage qui s’explique par :

  • La combinaison de deux effets anthropiques : la diminution voire l’arrêt de la pression exercée sur la ressource bois par les activités proto-industrielles et la déprise agricole favorisent une reforestation. À cette dernière, se conjugue une succession de politiques de reboisement débutées dès le début du XIXe siècle (Giacona, 2014).

  • L’évolution des conditions climatiques qui favorise la remontée en altitude du couvert forestier.

29L’impact indirect des activités humaines sur l’activité avalancheuse, par le biais de cette pression sur la forêt, ne se traduit pas directement, ou peu, dans la géo-chronologie. Celles-ci participent néanmoins à expliquer l’existence de "sites éteints" à basse altitude, où la reforestation est la plus marquée, et à la diminution de l’intensité (taille) des événements recensés. A contrario, la persistance de l’activité pastorale sur les chaumes sommitales surplombant les sites d’avalanche aide à maintenir une végétation suffisamment basse pour ne pas restreindre le transport de neige par le vent et favoriser la formation de corniches sur les versants est, ce qui permet la préservation d’une activité avalancheuse à proximité des sommets (figure 5). Cela contribue à expliquer que l’on recense toujours un nombre significatif d’événements durant les dernières décennies (figure 4) malgré des dynamiques forestière et climatique plutôt défavorables à l’activité avalancheuse.

30D’un autre côté, les activités anthropiques participent directement au déclenchement d’avalanches, soit de manière préventive, soit par surcharge (telle que le passage d’un skieur). Malgré l’absence de données chiffrées synthétiques, il est indéniable que la fréquentation hivernale des secteurs avalancheux a nettement augmenté avec l’essor de certaines activités récréatives (alpinisme, ski de montagne, raquette à neige notamment) et a conduit, en corolaire, à une augmentation de l’occurrence d’avalanches provoquées depuis les années 1960 (figure 4 : A, F ; figure 5) malgré les évolutions climatiques et forestières défavorables à l’activité avalancheuse.

31Enfin, il est à noter une absence d’influence anthropique sur le phénomène par le biais d’aménagements, tels que des ouvrages de protection (digues, claies, râteliers, etc.) absents dans le Massif vosgien jusqu’en 2019. La gestion du risque y est, en effet, essentiellement centrée sur les secours ainsi que sur des dispositifs informatifs (diffusion d’alertes aux coulées de neige et aux avalanches, panneaux indiquant l’occurrence d’avalanche) (Giacona et al., 2017b). Il est ainsi inutile de chercher l’impact de telles mesures dans la chronologie.

Figure 10 : Graphique synthétisant l’évolution de la pression anthropique exercée sur la ressource bois dans le Massif vosgien

Figure 10 : Graphique synthétisant l’évolution de la pression anthropique exercée sur la ressource bois dans le Massif vosgien

Giacona, 2014

Le prisme du risque

Les dommages matériels

32Les dommages matériels correspondent essentiellement à l’endommagement ou la destruction de fermes d’altitude et d’habitations de fond de vallée. Bien que les vallées vosgiennes se soient urbanisées durant la période d’étude, on ne recense plus de bâtiments touchés par les avalanches depuis le milieu du XXe siècle (figure 4 : C). Cette "disparition" peut être directement reliée à l’extinction des sites de basses altitude, évoquée précédemment. La modification des usages du massif est également en cause. Les fermes d’altitude étaient utilisées quasi exclusivement en période estivale pour la fabrication du fromage. Seul un petit nombre de celles qui étaient actives au XIXe siècle sont encore utilisées à l’heure actuelle, pour leur fonction d’origine (les traditionnelles fermes-auberges ou marcairies) ou de refuge pour les ski-clubs. Ainsi, l’absence, depuis le milieu du XXe siècle, d’endommagement de fermes d’altitude est, en partie, reliée à leur abandon consécutif au déclin des activités agro-pastorales ainsi qu’à leur destruction durant les conflits mondiaux (Raimbault, 2016), de sorte que certaines avalanches qui auraient auparavant pu être recensées (du fait de dommage matériel) peuvent ainsi passer "inaperçues".

Les dommages humains

33À l’inverse des enjeux matériels, la figure 4-B montre que les dommages humains ont fortement augmenté au cours des dernières décennies, de sorte que plus de la moitié sont recensés depuis le début des années 1990. Une autre évolution marquante tient à la nature des victimes. Alors qu’il s’agit majoritairement de victimes situées dans des bâtiments aux XVIIIe et XIXe siècles, depuis le début du XXe siècle, elles correspondent presque exclusivement à des pratiquants d’activités récréatives hivernales, souvent responsables du déclenchement de l’avalanche les ayant impactés (figure 4 : F). Ces évolutions s’expliquent par un changement de pratique de l’espace et un bouleversement du calendrier montagnard. Alors que le Massif vosgien était largement inoccupé durant l’hiver au XIXe siècle, le XXe siècle a vu le développement d’activités récréatives hivernales (ski de randonnée, alpinisme, raquettes à neige, etc.), rompant avec les pratiques d’antan (Giacona, 2014). La recherche spécifique des espaces avalancheux s’est ainsi traduite par une hausse de leur fréquentation hivernale entraînant un fort accroissement des enjeux exposés (cf. supra). En corollaire, le Massif vosgien est à présent pratiqué dans son "intégralité", ce qui participe à expliquer l’extension spatiale des événements répertoriés depuis le milieu du XXe siècle et plus encore depuis le début des années 1990 (figure 5).

Les dommages fonctionnels

34Les dommages fonctionnels (coupures de route) sont recensés essentiellement depuis le milieu du XXe siècle (et plus des trois-quarts depuis les années 1990 ; figure 4 : D) dans des sites qui n’étaient pas renseignés auparavant. Pour autant, les voies de communications (des chemins de grande communication aux sentiers) empruntées par le passé ont sans doute pu connaître leur lot d’avalanches. Ainsi, plus qu’à l’aménagement d’un maillage routier dans le Massif vosgien réalisé à partir du milieu du XIXe siècle, cette "apparition" d’un nouveau type de dommage dans la chronologie des événements est à relier à une densification de l’usage hivernal des routes de montagne. On n’en a néanmoins pas trouvé trace dans les sources consultées bien qu’un auteur local du premier tiers du XXe siècle, connaissant bien la population et les traditions locales, évoque la nécessité pour les fermiers d’altitude de remettre en état les chemins à la fin de l’hiver du fait, notamment, des ravages des avalanches (Abel, 1913 ; Léser, 2002). Ces dommages "apparaissent" ainsi concomitamment au développement de la circulation automobile, en partie lié à l’essor des sports d’hiver, à l’accroissement de l’exigence des usagers en termes de déneigement et à l’évolution des dispositifs de déneigement (Désorges, 1952). Toutefois, ces aménagements, foncièrement favorables à un surcroît d’exposition, n’ont donné lieu, qu’à peu d’ensevelissement de véhicules (exemple : L’Alsace, 4 mars 2006).

Les dommages aux forêts

35De manière similaire, les deux tiers des dommages environnementaux ont été recensés depuis les années 1990 (figure 4 : E). L’évolution de la couverture forestière (boisement des parties basses et moyennes des secteurs avalancheux, cf. supra) pourrait expliquer en partie cette évolution : l’occurrence d’avalanche dans un paysage plus ouvert cause a priori moins de dommages aux peuplements forestiers. Par ailleurs, si les dommages majeurs sont relativement constants dans le temps, le nombre de dommages environnementaux mineurs a lui nettement augmenté. Cette évolution peut être en partie reliée à la recolonisation forestière mais sans doute au moins autant au fait que les dommages de faible intensité ne faisaient auparavant pas événement (cf. supra).

Discussion, conclusion et perspectives

La géo-chronologie des avalanches dans le Massif vosgien expliquée par des combinaisons de facteurs

36L’objectif de cet article était de montrer l’intérêt de réaliser un travail de contextualisation complet pour comprendre une chronologie événementielle, à travers l’exemple de l’analyse de la chronologie spatiale et temporelle des avalanches dans le Massif vosgien depuis la fin du XVIIIe siècle. La mise en correspondance entre les événements, les contextes socio-historiques et biophysiques dans lesquels ils se produisent, et leurs combinaisons, a permis d’expliquer et de comprendre les conditions d’occurrence des avalanches, la distribution spatiale et temporelle des événements ainsi que des types de dommages recensés et leurs évolutions dans le temps. À noter que la géo-chronologie des avalanches dans le Massif vosgien a été présentée au pas de temps annuel (ou plutôt "hivernal" en cohérence avec la saisonnalité de l’activité avalancheuse). Néanmoins, lors du processus de contextualisation, des échelles de temps plus courtes ont parfois été considérées, journalières ou mensuelles, par exemple pour l’analyse des conditions météorologiques relatives aux événements. A contrario, l’analyse des évolutions spatio-temporelles a été faite principalement à une résolution moins fine, en fonction des variations décadales à séculaires des contextes socio-environnementaux et climatique.

37L’allure de la géo-chronologie, notamment l’augmentation récente des avalanches recensées, est très étroitement liée à l’accroissement de la masse documentaire, à l’extension de l’inscription spatiale des données qui l’accompagne et à une évolution de la "fabrication" des événements. Les observations réalisées de manière plus systématique durant les années 2000 montrent que, sur le temps long, la géo-chronologie ne correspond qu’à une fraction de la réalité spatio-temporelle du phénomène. L’association de facteurs topographiques et nivo-météorologiques favorables à la formation de corniches et d’avalanches dans les cirques glaciaires détermine leur localisation préférentielle sur les versants est du sud du Massif vosgien. Les modifications climatiques et de l’occupation du sol expliquent la "disparition" des avalanches se déclenchant à basse altitude voire de celles descendant des sommets jusqu’aux fonds de vallée.

38Les évolutions conjuguées des enjeux, du climat et de l’occupation des sols contribuent à comprendre celle du risque. La diminution du nombre de fermes d’altitude, la fermeture des paysages et l’évolution climatique expliquent la "disparition" des dommages matériels mais l’exposition n’est pas pour autant atténuée. Avec le développement du réseau routier, l’essor de l’automobile et de la viabilité hivernale apparaissent les dommages fonctionnels. Le bouleversement du calendrier montagnard découlant du développement d’activités récréatives hivernales dans les secteurs concernés par les avalanches s’accompagne d’une augmentation de l’exposition et du nombre de victimes recensées, et, en corollaire, de déclenchements d’avalanche. La géo-chronologie telle qu’obtenue est le résultat d’une combinaison de facteurs évoluant, dans la même période, selon des temporalités qui leur sont propres.

Une grille d’analyse des chronologies en quatre prismes largement transposable

39Ces résultats rappellent que les informations dont dispose l’historien aujourd’hui ne représentent qu’une partie de ce qui a pu être constaté (Granet-Abisset, Brugnot, 2002), se rapportant elle-même à une fraction des phénomènes qui se sont produits. Entre réalité objective et subjective, la (géo-)chronologie événementielle traduit le rapport à l’espace, au phénomène naturel (avalanche, crue, etc.) et au risque, le sens qui leur est donné ainsi que les représentations que les sociétés et groupes qui se sont succédés en ont eu. Ainsi, l’analyse des processus de production des événements invite à s’intéresser également aux "non-événements", compris comme ce qui est survenu mais qui n’a pas été façonné en événement. Plus largement, c’est la nature des faits qui est interrogée : le phénomène étudié est-il "naturel" ou lié aux activités anthropiques ? Un phénomène physique ou un construit social ? Ainsi, les chronologies événementielles résultant de sources historiques ne reflètent ni la réalité du phénomène ni celle du risque mais correspondent à une distribution spatiale et temporelle d’événements, où l’événement correspond toujours à un phénomène physique, coïncidant ou non avec du dommage/risque dans des proportions qui ont varié selon les époques. L’événement se caractérise par trois dimensions : (1) spatiale puisqu’il se produit dans un lieu, (2) temporelle car il prend place dans le temps et (3) sociale dans la mesure où il existe en tant qu’objet perçu et construit par les sociétés, rendant le questionnement des processus de production des événements primordial. On ne peut donc pas penser la (géo-)chronologie sans prendre en compte les contextes historique, social, économique, politique, géopolitique, climatique et biophysique et leurs répercussions sur les dynamiques du phénomène et du risque. Ces derniers se donnent à voir en analysant la chronologie au travers des interactions entre les sociétés et leur environnement. La (géo)chronologie se décompose alors en quatre prismes ; "effet source", événement, phénomène et risque ; qui résument les évolutions du contexte. Ces derniers se combinent et s’entrecroisent et leurs poids respectifs varient dans le temps et dans l’espace, expliquant la (géo-)chronologie événementielle.

40C’est donc selon ces quatre prismes qu’est construite la grille d’analyse proposée dans cet article. La démarche proposée s’est appuyée sur le canevas théorique générique proposé par Giacona et al. (2019) et visait à l’opérationnaliser. Plus précisément, nous avons détaillé de quelle manière la mise en correspondance entre les distributions spatiales et temporelles des événements recensés et les différents facteurs stationnaires ou évolutifs susceptibles de l’influencer permettait d’expliquer les évolutions enregistrées. Pour notre cas d’étude, l’évolution de la nature et du nombre d’événements recensés traduit, plus ou moins clairement, (1) les modification dans le temps et dans l’espace de l’usage du sol, des pratiques et des enjeux (agissant sur le phénomène, la vulnérabilité et l’exposition et dont dépend en partie la production de sources) (2) ainsi que du rapport à l’espace (conditionnant la mise en événement), au phénomène, et au risque (perceptions, représentations), (3) de même que l’impact du climat sur un système biophysique sensible (un massif de moyenne montagne, son enneigement et son activité avalancheuse de même que sa couverture forestière), et (4) les interactions entre ces facteurs (entre activité avalancheuse, pastoralisme et forêt, entre pratiques de l’espace et sources, etc.).

41Cette grille d’analyse répond à un besoin identifié de méthodes permettant de mettre en pratique la contextualisation de chronologies événementielles, de façon (notamment mais pas seulement) à les rendre "utilisables" pour en déduire une informative relative au phénomène. La richesse des résultats obtenus pour le cas d’étude suggère qu’une transposition à d’autres systèmes socio-environnementaux pourrait s’avérer profitable pour analyser et comprendre leur évolution sur la base de (géo-)chronologies construites à partir des sources historiques. Bien sûr, les poids respectifs des différents prismes dans l’allure de la (géo-)chronologie sont nécessairement variables d’un cas d’étude à l’autre. De même, la précision et le caractère conclusif des interprétations causales qui pourront être obtenues dépendront nécessairement des sources disponibles, de la profondeur du travail de contextualisation, voire de l’emploi ou non de méthodes quantitatives additionnelles (cf. infra.). Néanmoins, du fait de sa formulation très générique, notre grille d’analyse en quatre prismes est vraisemblablement largement applicable pour de nombreux cas en géohistoire des risques, voire pour d’autre problématiques géohistoriques. En particulier, les quatre prismes proposés sont relativement "universels", et il convient de n’en négliger aucun a priori, même si, in fine, l’un ou l’autre d’entre eux s’avère peu informatif pour un cas d’étude spécifique.

Pour aller plus loin : la combinaison qualitative-quantitative

42La mise en correspondance a parfois permis de conclure avec quasi-certitude sur le caractère causal d’une explication (par exemple l’apparition de dommages fonctionnels en lien avec la viabilité hivernale). Une telle approche charrie néanmoins son lot d’incertitudes, du fait notamment de la multiplicité des facteurs potentiellement explicatifs ainsi que des interactions nombreuses et complexes existant entre eux (Martin, 1996). De ce fait, il n’a pas toujours été possible de dégager un facteur prédominant ni d’évaluer de manière quantitative le poids respectif des facteurs en jeu. Ainsi, afin d’expliquer la persistance d’une activité avalancheuse significative, deux hypothèses plausibles ont été faites : le rôle joué par les chaumes sommitales et les déclenchements d’avalanche provoqués par des pratiquants d’activités récréatives. S’ajoute à ces deux explications le fait qu’aux plus hautes altitudes du Massif vosgien, l’augmentation de la température est, pour l’instant, partiellement compensée par une hausse des précipitations, lesquelles tombent encore en partie sous forme de neige. Si l’ensemble de ces facteurs concourent sans doute, il n’est, à ce stade, pas possible de déterminer dans quelle proportion car la mise en correspondance ne permet pas, à elle seule, de trancher.

43Pour aller plus loin, notre contextualisation approfondie de la géo-chronologie pourrait être combinée à des diagnostics quantitatifs, fondés par exemple sur des modèles de régression ou des analyses de corrélation qui permettrait, à l’image du travail réalisé sur la partie climatique, de mieux démêler le poids des facteurs eu jeu, voire d’identifier des effets en apparence "invisibles" à l’œil nu. De telles analyses s’appuient notamment sur la finesse de la résolution spatio-temporelle des événements, permettant d’analyser la cohérence entre, par exemple, l’occurrence d’un événement, une situation météorologique particulière et/ou une coupe forestière. À cet égard, des collaborations avec les géosciences peuvent s’avérer essentielles. Ainsi, dans notre exemple vosgien, de telles collaborations ont été menées pour (1) reconstituer l’évolution climatique sur les deux derniers siècles, (2) prendre en compte l’"effet source" dans la modélisation de l’évolution du phénomène avalanche. Plus précisément, il a été montré via des analyses statistiques complémentaires (Giacona et al., 2021) que le poids de l’effet lié aux sources sur les événements masque l’impact du climat sur le phénomène, c’est-à-dire la diminution importante de l’activité avalancheuse dans le massif. Ainsi, combiner de manière plus approfondie/systématique notre analyse géohistorique en quatre prismes avec des analyses quantitatives pourrait sans doute (1) permettre d’affiner encore certaines des conclusions relatives à notre cas d’étude, (2) s’avérer bénéfique pour de nombreux autres cas d’étude où notre méthodologie pourrait être transposée.

Un révélateur des interactions environnement-société

44Finalement, l’analyse de la géo-chronologie au prisme des quatre facteurs explicatifs éclaire plus largement les relations et les interactions complexes entre les sociétés et leur environnement, au sens du milieu dans lequel ces dernières se développent et avec lequel elles interagissent, et ce à différentes échelles spatiales et temporelles, celle d’un instant t ou d’un lieu, celle de la longue durée ou du massif dans son intégralité. L’analyse aboutit ainsi à l’appréhension de la dynamique (1) du système risque et (2) plus largement d’un système territorial, par la lecture systémique des relations entre les différents éléments qui le composent. Cette inversion du sens de l’analyse permet la compréhension fine de l’évolution de chacun des facteurs sous-tendant les changements dans le temps et dans l’espace de la distribution des événements (figure 11). Ainsi, plus que la réponse à une commande et la production de données "utilitaires" à d’autres fins et d’autres sciences, la constitution et la contextualisation de chronologies événementielles participent pleinement à la compréhension des sociétés et prennent toute leur place dans la boîte à outils des historien.ne.s ou géohistorien.ne.s.

Figure 11 : Deux siècles et demi d’avalanches et du risque associé dans le Massif vosgien au prisme des interactions sociétés-environnement

Figure 11 : Deux siècles et demi d’avalanches et du risque associé dans le Massif vosgien au prisme des interactions sociétés-environnement

Décrypter la géo-chronologie nécessite de comprendre les facteurs qui la génèrent, ce qui renseigne bien plus largement sur les interactions entre les sociétés et leur environnement. On comprend ainsi davantage que la seule géo-chronologie. L’analyse implique de considérer les évolutions simultanées de l’ensemble du contexte historique, social, économique, politique, géopolitique, climatique et biophysique.

Giacona, 2021

Haut de page

Bibliographie

1986, "Vosges", Encyclopédie de l’Alsace, tome 12, Strasbourg, Publitotal, 7643.

Abel H.K., 1913, La Tragédie de l’Alsace, Colmar, Imprimerie colmarienne, 24 p.

Antoine J.M., Gazelle F., 2013, "L'apport des données historiques dans la connaissance des crues. Interprétations dans le Sud-Ouest de la France", Historiens et Géographes, vol. 422, 123-139.

Antoine J.M., 2010, Géohistoire des catastrophes et des risques torrentiels. Une histoire de l'environnement pyrénéen, Mémoire d'habilitation à diriger des recherches, Université Toulouse II - Le Mirail, 330 p.

Barriendos M., Gil-Guirado S., Pino D., Tuset J., Pérez-Morales A., Alberola A., Costa J., Balasch J. C., Castelltort X, Mazón J., Lluis Ruiz-Bellet J., 2019, "Climatic and social factors behind the Spanish Mediterranean flood event chronologies from documentary sources (14th–20th centuries)", Global and Planetary Change, vol. 182, 16 p.

Baud D., 2018, "Une société montagnarde à l’épreuve des inondations : entre vulnérabilité et stratégies d’adaptation", VertigO, vol. 18, No.2, 23 p.

Bebi P., Kulakowski D., Rixen C., 2009, "Snow avalanche disturbances in forest ecosystems–State of research and implications for management", Forest Ecology and Management, vol. 257, 1883-1892.

Beck J.S., 2011, 2000 ans de climat en Alsace, Strasbourg, Coprur Édition.

Benito G., Lang M., Barriendos M., Llasat M.C., Francés F., Ouarda T., Thorndycraft V.R., Enzel Y., Bardossy A., Coeur D., Bobée B., 2004, "Use of Systematic, Palaeoflood and Historical Data for the Improvement of Flood Risk Estimation. Review of Scientific Methods", Natural Hazards, vol. 31, 623-643.

Bertrand M., 2009, "2. "Penser l'événement" en histoire : mise en perspective d'un retour en grâce", in : Grossetti M. (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 36-50.

Brázdil R., Kundzewicz Z.W., Benito G., 2006, "Historical hydrology for studying flood risk in Europe", Hydrological Sciences Journal, vol. 51, No.5, 739-764.

Brisset E., Guiter F., Miramont C., Troussier T., Sabatier P., Poher Y., Cartier R., Arnaud F., Malet E., Anthony E.J., 2017, "The overlooked human influence in historic and prehistoric floods in the European Alps", Geology, Geological Society of America, vol. 45, No.4, 347-350.

Brugnara Y., Brönnimann S., Zamuriano M., Schild J., Rohr C., Segesser D.M., 2016, "December 1916: Deadly Wartime Weather", Geographica Bernensia, vol. G91, 8 p.

Brugnara Y., Brönnimann S., Zamuriano M., Schild J., Rohr C., Segesser D.M., 2017, "Reanalysis sheds light on 1916 avalanche disaster", ECMWF Newsletter, No.151, 28-34.

Collomb E., 1847, "Lettre au secrétaire pour l’étranger sur les neiges des Vosges", in : Bulletin de la Société Géologique de France, deuxième série, Paris, Imprimerie de L. Martinet.

Désorges R., 1952, "Le déneigement des routes en montagne", Revue de géographie alpine, vol. 40, No.2, 299-305.

Dosse F., 2010, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, 352 p.

Duquesne A., Carozza J.M., 2019, "Écrire la géohistoire d'un fleuve à faible énergie : les crues de la Charente entre Angoulême et Saintes", Physio-Géo, vol. 14, 57-86.

Farge A., 2002, "Qu’est-ce qu’un événement ? Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux", Terrain, vol. 38, 69-78.

Flageollet J.C., 2002, Sur les traces des glaciers vosgiens, CNRS éditions, Paris, 212 p.

Flageollet J.C., 2005, Où sont les neiges d’antan ? Deux siècles de neige dans le massif vosgien, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 39 p.

Flageollet J.C., Maquaire O., Martin B., Weber D., 1999, "Landslides and climatic conditions in the Barcelonnette and Vars basins (Southern French Alps, France)", Geomorphology, vol. 30, 65-78.

Fluck P., 2000, "La lente agonie des Mines de Sainte-Marie-aux-Mines (1633-1637)", Les Mines en Europe du Moyen-Age au XXe siècle, Colloque international organisé par l’Institut Catholique de Paris et l’UMR 858, 27-29 janvier 2000, 1-7, [en ligne]. URL : http://hal.archivesouvertes.fr/docs/00/44/22/68/PDF/FLUCK_paris_2000.pdf

Franchomme M., Servain-Courant S., Sajaloli B. (dir.), 2014, "De l'approche géohistorique à l'élaboration de nouveaux outils de sensibilisation et de prévention du risque inondation", Développement Durable et Territoires, vol. 5, No.3., 8 p.

García-Hernández C., Ruiz-Fernández J., Sánchez-Posada C., Pereira S., Oliva M., Vieira G., 2017, "Reforestation and land use change as drivers for a decrease of avalanche damage in mid-latitude mountains (NW Spain)", Global and Planetary Change, vol. 153, 35-50.

Garnier E., 1994, L’Homme et son milieu. Le massif du Grand Ventron à travers les âges, PNRBV, Munster, 1-64.

Garnier E., 1998, Jalons pour une histoire de l’environnement : la Réserve naturelle du Frankenthal-Missheimle. Relations des sociétés et du milieu, PNRBV, Munster, 1998, 8-39.

Garnier E., 2002, "La politique forestière de la monarchie et les catastrophes naturelles dans les Vosges aux XVIIIe et XIXe siècles", in : Favier R. (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, 233-240.

Garnier E., 2004, Terre de conquêtes. La forêt vosgienne sous l’Ancien Régime, Fayard, Paris, IX, 9-16, 311-587.

Garnier E., 2011, "La forêt vosgienne à l’épreuve des temps", conférence du 9 septembre 2011 au Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, Munster.

Giacona F., 2014, Géohistoire du risque d'avalanche dans le Massif vosgien. Réalité spatio-temporelle, cultures et représentations d'un risque méconnu, Thèse de l'Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 671 p.

Giacona F., Eckert N., Corona C., Mainieri R., Morin S., Stoffel M., Martin B., Naaim M., 2021, "Upslope migration of snow avalanches in a warming climate", Proceedings of the National Academy of Sciences America, vol. 18, No.44.

Giacona F., Eckert N., Mainieri R., Martin B., Corona C., Lopez-Saez J., Monnet J.M., Naaim M., Stoffel M., 2018, "Avalanche activity and socio-environmental changes leave strong footprints in forested landscapes: A case study in the Vosges medium-high mountain range", Annals of Glaciology, vol. 59, No.77, 111-133.

Giacona F., Eckert N., Martin B., 2017a, "A 240-year history of avalanche risk in the Vosges Mountains based on non-conventional (re)sources", Natural Hazards Earth System Science, vol. 17, 887-904.

Giacona F., Eckert N., Martin B., 2017b, "La construction du risque au prisme territorial : dans l’ombre de l’archétype alpin, les avalanches oubliées de moyenne montagne", Natures Sciences Sociétés, vol. 25, No.2.

Giacona F., Martin B., Eckert N., Desarthe J., 2019, "Une méthodologie de la modélisation en géohistoire. De la chronologie (spatialisée) des événements au fonctionnement du système par la mise en correspondance spatiale et temporelle", Physio-Géo, vol. 14, 171-199.

Glaser R., Riemann D., Schönbein J., Barriendos M., Brázdil R., Bertolin C., Camuffo D., Deutsch M., Dobrovolný P., van Engelen A., Enzi S., Halíčková M., Koenig S.J., Kotyza O., Limanówka D., Macková J., Sghedoni M., Martin B., Himmelsbach I., 2010, "The variability of European floods since AD 1500", Climatic Change, vol. 101, 235-256.

Goepp S., 2007, Origine, histoire et dynamique des Hautes-Chaumes du massif vosgien. Déterminisme environnementaux et actions de l’Homme, Thèse de l’Université Louis Pasteur, Strasbourg I.

Graham A.T., Burrell E.M., 1997, Natural Hazards: Explanation and Integration, New York, Guilford press, 388 p.

Gramond D., 2014, "Géohistoire environnementale : contours sémantiques et conceptuels. Discussions sur les héritages et patrimoines reconnus aux zones humides fluviales", Développement Durable et Territoires, vol. 5, No.3, 11 p.

Granet-Abisset A.M., Brugnot G., 2002, Avalanche et risques. Regards croisés d’ingénieur et d’historiens, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, 182 p.

Grataloup C., 2015, Introduction à la géohistoire, Paris, Édition Armand Colin, 221 p.

Grove J.M., 2001, "The Onset of the Little Ice Age", in: Jones P.D., Ogilvie A.E.J., Davies T.D., Briffa K.R. (edsd.), History and Climate: Memories of the Future?, Boston, Springer US, 153-185.

Hegerl G.C., Brönnimann S., Schurer A., Cowan T., 2018, "The early 20th century warming: Anomalies, causes, and consequences", WIREs Clim Change, No.9.

Himmelsbach I., Glaser R., Schoenbein J., Riemann D., Martin B., 2015, "Reconstruction of flood events based on documentary data and transnational flood risk analysis of the Upper Rhine and its French and German tributaries since AD 1480", Hydrology and Earth System Sciences, vol. 19, 4149-4164.

Hock R., Rasul G., Adler C., Cáceres B., Gruber S., Hirabayashi Y., Jackson M., Kääb A., Kang S., Kutuzov S., Milner A., Molau U., Morin S., Orlove B., Steltzer H., 2019, High Mountain Areas, In: Pörtner H.O., Roberts D.C., Masson-Delmotte V., Zhai P., Tignor M., Poloczanska E., Mintenbeck K., Alegría A., Nicolai M., Okem A., Petzold J., Rama B., Weyer N.M. (eds.), IPCC Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate, 72 p.

Husson J.P., 1988, "Les forêts du département des Vosges (1820-1945) : le temps des transformations décisives", Annales de la Société d'émulation du département des Vosges, 85-87.

Jacob-Rousseau N., 2009, "Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?", Géocarrefour, vol. 84, No.4, 211-216.

Jéhin P., 1993, Les hommes contre la forêt. L’exploitation des forêts dans le Val d’Orbey au XVIIIe siècle, Strasbourg, Éditions La Nuée Bleue, 205 p.

Jéhin P., 2010, "Verriers et forêts sous l’Ancien Régime en Alsace", Les actes du CRESAT, vol. 7, 49-58.

Johnson F., White C.J., van Dijk A., Ekstrom M., Evans J.P., Jakob D., Kiem A.S., Leonard M., Rouillard A., Westra S., 2016, "Natural hazards in Australia: floods", Climatic change, vol. 139, 37-54.

Kreibich H., Blauhut V., Aerts Jeroen C.J.H., Bouwer L.M., Van Lanen H.A.J., Mejia A., Mens M., Van Loon A.F., 2019, "How to improve attribution of changes in drought and flood impacts", Hydrological Sciences Journal, vol. 64, No.1, 1-18.

Laternser M., Schneebeli M., 2002, "Temporal trend and spatial distribution of avalanches activity during the last 50 years in Switzerland", Natural Hazards, vol. 27, No.3, 201-230.

Leitinger G., Meusburger K., Rüdisser J., Tasser E., Walde J., Höller P., 2018, "Spatial evaluation of snow gliding in the alps", CATENA, vol. 165, 567-575.

Léser G., 2002, "Légendes et croyances originales des marcaires alsaciens des Hautes-Vosges", Dialogues Transvosgiens, vol. 17, 8 p.

Llasat M.C., Barriendos M., Barrera A., Rigo T., 2005, "Floods in Catalonia (NE Spain) since the 14th century. Climatological and meteorological aspects from historical documentary sources and old instrumental records", Journal of Hydrology, vol. 313, 32-47.

Martin B., 1996, Les aléas naturels à Vars (Hautes-Alpes, France) : le rôle des facteurs naturels et des facteurs anthropiques dans leur occurrence et leur évolution de 1800 à nos jours, Thèse de l'Université Louis Pasteur, Strasbourg, 663 p.

Martin B., Giacona F., Furst B., Haziza E., Glaser R., Himmelsbach I., 2019, "Les PPR en Alsace : une analyse REX pour améliorer l’acceptation et l’appropriation des procédures actuelles", in : Rey T., Deffosez S. (dir.), Retours d'expérience post-catastrophe [actes du 13e Colloque Géorisque, Montpellier, 24 janvier 2017], Montpellier, PULM, 65-76.

Martin B., Giacona F., Furst B., Holleville N., Edelblutte C., With L., Heitz C., Glaser R., Himmelsbach I., Schönbein J., Boesmeier A., 2017, "La variabilité spatio-temporelle des inondations dans le Fossé Rhénan à la lumière de l’évolution de la vulnérabilité", VertigO, vol. 17, No.1.

Masson-Delmotte V., Zhai P., Pirani A., Connors S.L., Péan C., Berger S., Caud N., Chen Y., Goldfarb L., Gomis M.I., Huang M., Leitzell K., Lonnoy E., Matthews J.B.R., Maycock T.K., Waterfield T., Yelekçi O., Yu R., Zhou B. (eds.), IPCC, 2021, Climate Change 2021 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, In Press.

Naulet R., 2002, Utilisation de l’information des crues historiques pour une meilleure prédétermination du risque d'inondation. Application au bassin de l'Ardèche à Vallon Pont-d’Arc et St-Martin d’Ardèche, Thèse de l’Université Joseph Fourier, Grenoble, 322 p.

Pichard G., 1995, "Les crues sur le bas Rhône de 1500 à nos jours. Pour une histoire hydro-climatique", Méditerranée, vol. 82, No.3-4, 105-116.

Pigeon P., Rebotier J., 2019, "Que nous apprennent les bases de données sur les désastres associés aux séismes ? Réflexions géographique et géohistorique sur la ville d'Esmeraldas (Équateur)", Physio-Géo, vol. 14, 113-146.

Podolskiy E.A., Izumi K., Suchkov V.E., Eckert N., 2014, "Physical and societal statistics for a century of snow-avalanche hazards on Sakhalin and the Kuril Islands (1910-2010)", Journal of Glaciology, vol. 60, No.221, 409-430.

Raimbault J., 2016, "Reconstituer et reconstruire l’habitat rural après la Première Guerre mondiale : l’exemple des communes de la haute vallée de Munster (1919 - vers 1930)", Revue d’Alsace, vol. 142, 95-115.

Ravanel L., 2010, Caractérisation, facteurs et dynamiques des écroulements rocheux dans les parois à permafrost du massif du Mont Blanc, Thèse de l'Université de Savoie, 322 p.

Robischung F.A., 1896, Le bûcheron de la Vieille-Montagne, Tours, Alfred Mame et Fils.

Schneebeli M., Laternser M., Ammann W., 1997, "Destructive snow avalanches and climate change in the Swiss Alps", Ecologae Geologicae Helvetiae, vol. 90, No.3, 457-461.

Stoffel M., Huggel C., 2012, "Effects of climate change on mass movements in mountain environments", Progress in physical geography, vol. 36, No.3, 421-439.

Takeuchi Y., Nishimura K., Patra A., 2018, "Observations and numerical simulations of the braking effect of forests on large-scale avalanches", Annals of Glaciology, vol. 59, No.77, 50-58.

Teich M., Bartelt P., Grêt-Regamey A., Bebi P., 2012, "Snow avalanches in forested terrain: influence of forest parameters, topography, and avalanche characteristics on runout distance", Arctic, Antarctic, and Alpine Research, vol. 44, No.4, 509-519.

United Nations International Strategy for Disaster Reduction, 2019, Global Assessment Report on Disaster Risk Reduction (GAR), UN.

Wahl L., Planchon O., David P.M., 2007, "Névés, corniches et risque d’avalanche dans les Hautes-Vosges", Revue de Géographie de l’Est, vol. 47, 2-20.

Wilhelm B., Ballesteros Cánovas J.A., Macdonald N., Toonen W.H.J., Baker V., Barriendos M., Benito G., Brauer A., Corella J.P., Denniston R., Glaser R., Ionita M., Kahle M., Liu T., Luetscher M., Macklin M., Mudelsee M., Munoz S., Schulte L., St. George S., Stoffel M., Wetter O., 2019, "Interpretating historical, botanical, and geological evidence to aid preparations for future floods", WIREs Water, vol. 6, No.1.

Zgheib T., Giacona F., Granet-Abisset A.M., Morin S., Eckert N., 2020, "One and a half century of avalanche risk to settlements in the upper Maurienne valley inferred from land cover and socio-environmental changes", Global Environmental Change, vol. 65, 21 p.

Haut de page

Notes

1 La géohistoire ne constitue pas un champ de recherche clairement structuré, nous lui attribuons trois caractéristiques : (1) la combinaison de questionnements, méthodes, outils de l’historien et du géographe, (2) son caractère diachronique, et (3) la possibilité de considérer conjointement les dynamiques spatiales des différents éléments du système étudié et leurs temporalités – permanences, mutations (tendances, ruptures, etc.) (Jacob-Rousseau, 2009 ; Franchomme et al., 2014 ; Gramond, 2014 ; Grataloup, 2015).

2 Un MNT LIDAR couvrant la quasi-totalité du Massif vosgien a été analysé. La levée LIDAR a été réalisée par l’IGN en mars-avril 2011 avec une densité de 4,5 points par m-2, permettant la génération d’un MNT à 50 cm de résolution, lissé à 1 m pour les besoins de cette étude (compromis entre précision et temps de calcul).

3 Les gammes de dates correspondent presque toujours aux dates de levées (la gamme est parfois importante car la zone d’étude a requis, pour chaque période, de traiter un grand nombre de feuilles de cartes qui n’ont pas forcément été levées exactement en même temps. En outre, pour quelques feuilles de cartes anciennes, la date de levée n’a pas pu être déterminée. Dans ce cas, il a été nécessaire de se contenter de vérifier que la date d’édition correspondait.

4 Cf. note précédente.

5 Les archives du XIXe siècle se rapportent notamment à des dispositions réglementaires ou de secours en vigueur. Des secours ministériels financiers étaient octroyés pour les pertes liées aux événements naturels : grêle, inondations, orages, coups de vent, neige, avalanches et éboulements, mais ils ne pouvaient être sollicités que pour des dommages supérieurs à 1 000 Francs. Par ailleurs, dans un souci de protection de la forêt, les constructions ou réparations de bâtiments (maisons d’habitations, usines et bâtiments agricoles) situés à moins de 500 mètres de la forêt devaient faire l’objet d’une demande d’autorisation. Ainsi, quelques demandes de reconstruction de bâtiments situés en montagne et destinés à l’activité pastorale entre mai et septembre concernent des destructions par avalanche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  : Une seule chronologie, différentes réalités
Crédits Giacona, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure  : Les quatre prismes d’analyse de la géo-chronologie, parfois en interaction
Légende Lecture : (1) les sources, dépendantes de la présence d’enjeux et/ou de l’observation du phénomène ou de ses traces, (2) dont la mise en événement et la transmission est fortement dépendante du système sociétal, notamment de l’attention portée au phénomène, ainsi que du rapport au milieu et au risque ; (3) le phénomène, résultant des caractéristiques biophysiques du milieu, elles-mêmes modulées par les activités humaines et (4) le risque : l’usage du sol et les activités humaines, conditionnant la vulnérabilité et l’exposition, dont dépend en partie la production de sources, et modulant le phénomène.
Crédits Giacona, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 3 : Méthodologie de recherche pour la reconstitution et la contextualisation de la géo-chronologie
Crédits Giacona, 2014
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 4 : Chronologie des événements recensés dans le Massif vosgien de la fin du XVIIIe siècle à nos jours
Légende Lecture : Les dommages humains font référence aux personnes emportées ou ensevelies, qu’elles soient décédées, blessées ou indemnes. On distingue les victimes statiques ensevelies dans leur habitation des victimes en mouvement, tels que des pratiquants d’activités récréatives hivernales ou des personnes effectuant des déplacements dans le massif pour des motifs économiques ou familiaux (trajet entre deux vallées, etc.). Les dommages matériels correspondent essentiellement à des bâtiments impactés et, dans une moindre mesure, à des infrastructures légères. Les dommages fonctionnels se rapportent aux obstructions de voies de communication. Les dommages environnementaux concernent les impacts à la végétation et aux peuplements forestiers. On distingue dommages environnementaux majeurs (de bosquets de gros arbres jusqu’à plusieurs hectares de forêt détruits) et mineurs (quelques branches et arbrisseaux cassés).
Crédits Giacona, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 5 : Distribution spatiale et spatio-temporelle des événements recensés dans le Massif vosgien
Légende Lecture : Les couleurs renvoient à la période temporelle au cours de laquelle ils se sont produits. Les bornes de ces périodes reflètent des évolutions majeures dans le corpus de sources (Giacona et al., 2017a).
Crédits Giacona, Droux, 2014, 2019, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 6 : Chronologie du nombre de sources distinctes renseignant, par année, un ou plusieurs événements
Crédits Giacona, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 7 : Évolution de la nature des sources potentielles disponibles sur l’ensemble de la période d’étude
Crédits Giacona, 2014
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 8 : Évolution annuelle des températures depuis les années 1780
Crédits Eckert, Giacona, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 9 : Évolution de la fraction boisée dans les secteurs avalancheux du Massif vosgien entre les années 1820-1830 et 2007
Légende Lecture : La fraction boisée correspond à la part de l’espace boisé par rapport à la surface de l’ensemble du secteur étudié.
Crédits Mainieri, Eckert, Giacona, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 10 : Graphique synthétisant l’évolution de la pression anthropique exercée sur la ressource bois dans le Massif vosgien
Crédits Giacona, 2014
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 11 : Deux siècles et demi d’avalanches et du risque associé dans le Massif vosgien au prisme des interactions sociétés-environnement
Légende Décrypter la géo-chronologie nécessite de comprendre les facteurs qui la génèrent, ce qui renseigne bien plus largement sur les interactions entre les sociétés et leur environnement. On comprend ainsi davantage que la seule géo-chronologie. L’analyse implique de considérer les évolutions simultanées de l’ensemble du contexte historique, social, économique, politique, géopolitique, climatique et biophysique.
Crédits Giacona, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39644/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florie Giacona, Nicolas Eckert et Brice Martin, « Comment interpréter une chronologie événementielle en géohistoire ? L’exemple de deux siècles et demi d’avalanches dans le Massif vosgien », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1033, mis en ligne le 19 octobre 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39644

Haut de page

Auteurs

Florie Giacona

UR ETNA, INRAE/Université Grenoble Alpes, France, chargée de recherche en géohistoire des risques, florie.giacona@inrae.fr

Nicolas Eckert

UR ETNA, INRAE/Université Grenoble Alpes, France, ICPEF, nicolas.eckert@inrae.fr

Brice Martin

Université de Haute-Alsace, Mulhouse, France, maître de conférences, brice.martin@uha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search