Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2022Christian Montès, 2022, Mississip...

2022

Christian Montès, 2022, Mississippi. Le cœur perdu des États-Unis, Paris, CNRS Éditions, 251 p.

Mathilde Resch

Texte intégral

  • 1 Liste évidemment non exhaustive, à laquelle on est tenté d’ajouter Beasts of the Southern Wild (201 (...)

1Cet ouvrage est le troisième de la collection "Géohistoire d’un fleuve" dirigée par Thierry Sanjuan et Marie-Pierre Lajot aux éditions du CNRS. Après la puissance contrariée du Congo (Pourtier, 2021) et les convoitises autour du Tigre et de l’Euphrate (Bazin, 2021), c’est au "cœur perdu" de la première puissance mondiale que s’attaque Christian Montès. Contrairement aux cas d’étude précédents, le Mississippi est "le fleuve d’une seule nation" (p.9) dont le bassin occupe 41 % de la surface. Suggérée par le titre, la tension entre centralité et marginalité de cet espace au sein des États-Unis constitue un fil rouge. On apprécie de trouver dans les dernières pages de l’ouvrage une filmographie1, une liste de textes, d’œuvres d’art et de musiques (dont une playlist créée par l’auteur sur Spotify !), le fleuve occupant une place de choix dans la culture nord-américaine.

2Le propos est organisé en cinq chapitres. En préambule, l’auteur précise et justifie son approche, sous-tendue par une élégante interrogation : le fleuve serait-il devenu "une périphérie au centre géométrique du pays" (p.10) ? Se gardant de l’écueil d’une vision nostalgique qui "déplorerait la grandeur déchue du Mississippi", et dont on sait qu’elle peut alimenter les discours les plus nauséabonds, Christian Montès souhaite plutôt "rendre compte de la richesse et de la variété de ce fleuve sans en celer les difficultés" (p.11).

3Le premier chapitre offre une vue d’ensemble des Pays et paysages du Mississippi. Tout d’abord, l’auteur retrace l’évolution du peuplement précolombien et note la faible présence des Amérindiens dans les États riverains du Mississippi actuel. On eût souhaité en apprendre un peu plus sur les relations qu’entretenaient les populations natives au fleuve, par exemple sur les circuits commerciaux des Mississippiens (VIIIe-XVe siècles, p.16). La suite du chapitre est consacrée aux paysages actuels, dominés par les héritages de la colonisation. Christian Montès propose plusieurs "arrêts" le long du fleuve : le lac Itasca où il prend sa source ; Minneapolis, point d’entrée dans "l’ère technicienne et industrielle" (p.33) et l’agriculture intensive ; la confluence avec le Missouri, aux sols alluviaux très fertiles ; et enfin le delta, fortement dégradé. Au gré de ce parcours, l’auteur mêle aux explications biophysiques, historiques et socio-économiques des informations touristiques et des impressions personnelles. Cette entrée par les paysages est une manière intéressante de saisir la grande diversité de l’espace étudié et d’en appréhender les diverses facettes.

4Le deuxième chapitre s’intéresse aux villes et au rôle du fleuve et de ses affluents dans le développement urbain. Les villes du bassin ont souvent bénéficié de la présence du Mississippi, tout en étant contraintes par les crues. Néanmoins, comme ailleurs, les facteurs politiques et culturels ont plus joué que les éléments physiques. La hiérarchie urbaine actuelle s’est constituée avec la colonisation : française d’abord, le fleuve servant de voie de pénétration vers le Sud ; états-unienne ensuite, lors de la conquête de l’Ouest. Les anciens comptoirs établis le long du fleuve se sont développés comme nœuds de commerce et de passage. Cependant, ce rôle s’est affaibli avec la mondialisation et le développement des transports. Aujourd’hui, les villes du bassin occupent une place secondaire dans la hiérarchie urbaine du pays, la plupart ne tirant plus avantage de leur situation géographique – sauf, éventuellement, pour le tourisme. Elles sont souvent marquées par des difficultés socio-économiques, dont le déclin démographique, la ségrégation généralement couplée à la pauvreté et les violences sont les symptômes. On saisit parfaitement dans ce chapitre l’idée de "cœur perdu" suggérée par le titre de l’ouvrage.

5C’est dans le troisième chapitre, consacré aux questions environnementales, que le Mississippi lui-même occupe la plus grande place. Cette partie s’ouvre sur une présentation de l’hydrosystème, rapidement mise en lien avec la question des risques, surtout d’inondation. Dès les débuts de la colonisation, les aménagements du Mississippi devaient permettre de s’en prémunir tout en améliorant les conditions de navigation. En 1879, la Mississippi River Commission entérina la politique "levees only", inspirée du bassin de la Loire : "Ce qui était présent à Orléans se retrouve à La Nouvelle-Orléans" (p.119), amorçant un cycle sans fin d’exhaussement de la hauteur d’eau, donc des digues. La construction de barrages, l’approfondissement du fond du lit et la chenalisation du Mississippi ont évidemment perturbé les processus hydrosédimentaires et écologiques, problème commun aux cours d’eau très aménagés (e.g., Arnaud et al., 2019 ; Wohl, 2019 ; Lestel et al., 2021). L’auteur souligne bien les enjeux liés à l’absence de gestion intégrée du bassin, la prévalence d’une vision techniciste portée par l’Army Corps of Engineers, la vétusté et le mauvais entretien des infrastructures – révélés par Katrina en 2005, en même temps que les inégalités environnementales. On s’étonne en revanche de ne pas trouver plus de précisions sur le Clean Water Act (1972), présenté comme l’une des clés de l’aménagement du fleuve. Les problèmes spécifiques au delta et au Golfe du Mexique clôturent le chapitre. En conclusion, l’auteur explique le paradoxe d’une gestion aux effets a priori néfastes : "si une telle politique est contre-productive à l’échelle du fleuve, elle ne l’est pas à l’échelle du pays, qui a besoin d’un Mississippi « sûr » en tant qu’artère de transport, émissaire d’une agriculture productiviste exportatrice et support d’une industrie pétrochimique puissante" (p.142).

6Le quatrième chapitre approfondit la question du rôle économique du fleuve, à différentes échelles. Très tôt mise en valeur par les Amérindiens, la vallée fut intensivement drainée et cultivée à partir du XIXe siècle. Aujourd’hui, l’agriculture couvre les 2/3 du bassin et est l’une des plus productives au monde. Les aménagements décrits au chapitre précédent permettent d’écouler les denrées et servent aussi au secteur industriel. Le Mississippi joue un rôle majeur à l’échelle du pays, 10 % des marchandises transitant par son bassin. Néanmoins, cet espace reste soumis aux grandes métropoles extérieures qui dominent les flux mondialisés. C’est une région qui perd des habitants, autant dans les centres villes (cf. Chapitre 2) que dans les espaces ruraux. Après un focus sur deux espaces particuliers (les deltas), Christian Montès consacre son propos au tourisme, activité ancienne et aujourd’hui essentielle. Elle s’appuie autant sur le patrimoine naturel (surtout au Nord, moins connu) que culturel (au Sud). On sent ici l’expérience personnelle de l’auteur, ce qui rend la lecture immersive mais parfois un peu trop "touristique", avec des informations tirées de panneaux ou de sites Internet. Si certains aspects sont critiqués ("disneyfication", éviction des populations noires), des questions ne sont pas abordées : le développement touristique bénéficie-t-il aux populations marginalisées du bassin ? Peut-il participer de la préservation des milieux ou accentue-t-il leur dégradation ?

7La cinquième et dernière partie met en avant le patrimoine culturel de la région mississipienne. L’auteur souligne la difficulté de découper le bassin en régions culturelles : si l’on distingue assez aisément le Deep North du Deep South, la partie médiane est plus floue. Un point intéressant est que le fleuve ne joue pas le rôle de frontière (contrairement aux découpages administratifs), les cultures du bassin s’intégrant dans des ensembles plus larges. Alors que cet espace est considéré comme un bastion conservateur, Christian Montès montre bien que la réalité est plus complexe et dépend de l’échelle d’observation (un beau cas de Modifiable Areal Unit Problem). Les représentations de l’espace ont d’abord été véhiculées par les explorateurs et colons, générant une "mythologie blanche" (p.199) du fleuve, avant la rupture de la guerre de Sécession. Au XXe siècle, les voix noires du Sud purent s’exprimer à travers la peinture, la littérature et surtout la musique, où le Mississippi est bien présent. Cette individualisation de la culture du Sud est encore très perceptible aujourd’hui. Pour le démontrer, l’auteur s’appuie sur l’exemple de la gastronomie. Malgré des précisions intéressantes, cette section n’est pas totalement convaincante. L’énumération des spécialités a des allures de guide touristique en mobilisant des classements Tripadvisor. Les éléments les plus plébiscités par les touristes ne sont pas toujours les plus authentiques, ce que confirme le cas du delta développé plus loin. En revanche, les raisons du relatif désintérêt pour le Nord, ses racines scandinaves et le renouveau des cultures amérindiennes sont bien démontrés.

8La courte conclusion générale rappelle les grands enjeux socio-environnementaux du XXIe siècle et, reprenant le leitmotiv de l’ouvrage, considère que la place du Mississippi "dans l’imaginaire collectif est finalement largement plus puissante que celle qu’il occupe dans la hiérarchie économique ou démographique" (p.222).

9Au bilan, il s’agit d’un livre assez complet, très documenté, où transparaît la passion de l’auteur pour son objet d’étude, à travers une approche sensible et de nombreuses références culturelles. La principale critique, relevant de choix éditoriaux, est l’absence de documents iconographiques anciens. Ainsi, il est dommage de devoir chercher ailleurs la reproduction de la carte de Harold Fisk (1944) sur les méandres du Mississippi décrite à la page 117. De même, l’ouvrage est bien illustré par les photographies de l’auteur mais manque de clichés anciens, de gravures ou de peintures, dont on trouve pourtant une liste p.249-251. Les cartes sont de belle qualité mais peu nombreuses. Cela n'enlève rien à l’intérêt du livre et de la collection à laquelle il appartient, qui est de dresser un portrait global du bassin d’un grand fleuve. En cela, l’objectif est rempli : le lecteur y trouvera une bonne entrée pour découvrir le Mississippi et se tournera vers des ouvrages plus spécialisés pour approfondir sa connaissance d’une région (e.g., Saikku, 2005 pour le delta intérieur) ou d’une thématique (e.g., Todd, Lawless, 2018 sur les inondations et la justice spatiale).

Haut de page

Bibliographie

Arnaud F., Schmitt L., Johnstone K., Rollet A.J., Piégay H., 2019, "Engineering impacts on the Upper Rhine channel and floodplain over two centuries", Geomorphology, Vol.330, 13-27, [en ligne]. URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0169555X19300042?via%3Dihub

Bazin M., 2021, Tigre et Euphrate. Au carrefour des convoitises, Paris, CNRS Éditions.

Lestel L., Eschbach D., Gob F., Meybeck M., 2021, "The Evolution of the Seine Basin Water Bodies Through Historical Maps", in: Flipo N., Labadie P., Lestel L. (eds.), The Seine River Basin, Handbook of Environmental Chemistry, Springer, 29-57.

Pourtier R., 2021, Congo. Un fleuve à la puissance contrariée, Paris, CNRS Éditions.

Saikku M., 2005, This Delta, This Land. An Environmental History of the Yazoo-Mississippi Floodplain, Athens, the University of Georgia Press.

Todd D.L., Lawless E.J., 2018, When They Blew the Levee: Race, Politics, and Community in Pinhook, Missouri, Jackson, University Press of Mississippi.

Wohl E., 2019, "Forgotten Legacies: Understanding and Mitigating Historical Human Alterations of River Corridors", Water Resources Research, Vol.55, No.7, 5181-5201, [en ligne]. URL : https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1029/2018WR024433

Haut de page

Notes

1 Liste évidemment non exhaustive, à laquelle on est tenté d’ajouter Beasts of the Southern Wild (2012) de Benh Zeitlin, qui souligne la vulnérabilité des communautés du delta aux changements environnementaux ; et l’excellent O’Brother Where Art Thou? (2000) des frères Coen, odyssée satirique dans le Mississippi des années 1930 où le fleuve et la Tennessee Valley Authority jouent un rôle non négligeable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Resch, « Christian Montès, 2022, Mississippi. Le cœur perdu des États-Unis, Paris, CNRS Éditions, 251 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39908 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39908

Haut de page

Auteur

Mathilde Resch

Sorbonne Université, UMR 7619 METIS, France
mathilde.resch[at]sorbonne-universite.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search