Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2022Jean-Marc Fournier (dir.), 2022, ...

2022

Jean-Marc Fournier (dir.), 2022, Atlas social de Caen. De l’agglomération à la métropole ? Rennes, Presses universitaires de Rennes, 272 p.

Thierry Feuillet

Texte intégral

1Pas moins de 106 fiches thématiques, illustrées de 150 cartes, donnent corps à ce bel atlas, dans lequel on plonge avec délectation pour découvrir et comprendre l’organisation et la dynamique d’un territoire aux multiples facettes. Le flot des planches suit presque un récit, celui de la trajectoire d’une agglomération de taille moyenne vers une métropole régionale polarisante, dans le contexte de la récente réunification de la Normandie et de l’émergence du triangle métropolitain Rouen-Caen-Le Havre. Cet ouvrage s’inscrit dans le réseau d’atlas porté par l’unité ESO (Espaces et sociétés, UMR 6590 CNRS), en compagnie de ceux de Nantes, d’Angers et du Mans, même si les deux derniers en sont à un état moins avancé. Consultable en ligne en compagnie des trois autres (https://atlas-social-de-caen.fr/​), seul l’atlas de Caen est pour le moment publié en version papier, mais sera suivi par celui de Nantes au cours de l’année 2023.

2Portées par 71 auteurs, principalement des géographes d’ESO mais aussi des partenaires territoriaux variés (agence d’urbanisme de Caen, observatoire régional de la santé, ville de Caen, etc.), les 106 fiches de cet atlas social de Caen se présentent chacune sous un format de deux pages regroupant illustrations et petites analyses synthétiques très efficaces. Elles sont pertinemment classifiées en trois parties : (i) Des cadres de vie et des conditions sociales très inégalitaires ; (ii) Construire, aménager, planifier : des chantiers permanents ; (iii) Les groupes invisibles : exclusion, discrimination et marginalité. La première partie aide à bien saisir les inégalités socio-spatiales à l’aide de différents indicateurs (chômage, revenu, santé, éducation, mobilité, etc.). La deuxième partie insiste sur l’aménagement de la ville, son histoire et ses dynamiques actuelles, des défis du centre-ville aux modèles d’aménagement des périphéries, et des conflits qui y sont associés. Enfin, la dernière partie est dédiée aux lieux de vie des groupes invisibles, les personnes sans domicile fixe, les migrants, exilés, prostituées, clandestins, et offre une vue très originale sur la façon dont la géographie révèle l’inscription spatiale de la grande précarité. Globalement, trois points forts caractérisent cet atlas : sa qualité formelle, la richesse de ses analyses et la diversité des thématiques traitées.

3La qualité formelle d’abord : il faut souligner l’esthétique remarquable des documents cartographiques, tous repris et homogénéisés par un géographe-cartographe d’édition indépendant. La mise en page a été assurée par un graphiste professionnel. Ces éléments de forme sont évidemment particulièrement appréciables dans le cadre d’un atlas, et contribuent largement à faire de l’ouvrage un très beau livre, de ceux qu’on laisse visibles dans le salon et qu’on prend plaisir à offrir, dont on apprécie la manipulation et le partage. La richesse ensuite : chaque fiche fourmille d’informations, de chiffres, de résultats d’enquêtes, de résumés d’analyses statistiques de qualité (différentes typologies), reflétant l’expertise à la fois thématique et méthodologique des auteurs. La diversité enfin : le nombre de thématiques traitées est impressionnant, allant de la géographie sociale quantitative fondée sur le recensement de population à la géographie de la prostitution et de la perception de l’espace par les femmes, de la géographie de la mobilité à celle du port de Caen-Ouistreham, de l’accès aux soins à la géographie rurale, de la périurbanisation à l’ouverture à l’Angleterre, des changements climatiques locaux à la dynamique du trait de côte. Cette diversité témoigne de la mobilisation importante d’une grande partie des géographes caennais dans ce projet, au-delà de l’UMR ESO, et permet de mettre en évidence les enjeux et les problématiques spécifiques à la ville de Caen.

4Au final, cet atlas joue complètement son rôle, en fournissant les clés de lecture et de compréhension d’un territoire en transition. L’efficacité didactique des analyses et la qualité des cartes assureront une large audience, bien au-delà du monde universitaire. Nul besoin non plus de connaître la ville pour l’apprécier ; au contraire même, il représente une façon idéale de la découvrir et de comprendre sa géographie. Il est une preuve de plus de l’apport de la vision systémique et transdisciplinaire des géographes et incitera, espérons-le, sa généralisation à d’autres métropoles françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Feuillet, « Jean-Marc Fournier (dir.), 2022, Atlas social de Caen. De l’agglomération à la métropole ? Rennes, Presses universitaires de Rennes, 272 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39912

Haut de page

Auteur

Thierry Feuillet

Professeur de géographie à l'Université de Caen Normandie. UFR SEGGAT (Sciences Économiques, de Gestion, de Géographie et d'Aménagement des Territoires), UMR CNRS 6266 IDEES (Identité et Différenciation de l'Espace, de l'Environnement et des Sociétés), France
thierry.feuillet[at]unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search