Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2022Claire Hancock et al., 2021, Géog...

2022

Claire Hancock et al., 2021, Géographies anglophones, nouveaux défis, Presses universitaires de Paris Nanterre, 442 p.

Gaëlle André

Texte intégral

  • 1 Professeur de géographie, Université Paris-Est Créteil.

1Vingt ans après la publication de Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines (2001), recueil de textes traduits de l'anglais présentés par un ensemble de géographes et dirigé par Jean-François Staszak, les mêmes auteurs proposent dans Géographies anglophones, nouveaux défis, dirigé cette fois-ci par Claire Hancock1, une actualisation et présentation des tendances à l'œuvre dans les géographies de langue anglaise. Le précédent ouvrage faisait émerger, dès 2001, de nouveaux questionnements et de nouveaux objets pour la géographie française, qui s'en est depuis assez largement saisis ; on pense notamment aux travaux féministes (Hancock, 2020) ou de géographie radicale. S'il ne s'agit plus simplement de "construire [des] passerelles" (p.15), qui sont aujourd'hui bien plus nombreuses à avoir été érigées, l'enjeu est de rendre compte et de proposer une synthèse de certaines tendances notables au milieu du foisonnement des publications en langue anglaise. Le recueil fournit ainsi des clés de lectures bienvenues pour des géographes français parfois éloignés des débats les plus récents ayant cours dans l'"anglosphère".

  • 2 La question d'une hégémonie anglo-américaine dans la géographie académique et de l'usage de l'angla (...)

2Entre les deux publications, le qualificatif d'"anglo-saxon" a laissé sa place au moins restreint mais peut-être tout aussi ambigu "anglophone". En effet, quelles sont ces géographies "anglophones" dont il est question à l'heure où la quasi intégralité de la publication académique internationale se fait en anglais ? De fait, les auteurs des textes traduits sont tous en poste dans des universités de pays anglophones occidentaux (Grande-Bretagne, États-Unis, Canada et Australie). Cette sélection est ainsi représentative d'une certaine forme d'hégémonie, qu'on pourrait qualifier d'anglo-américaine, qui semble persister dans le champ académique de la géographie2. Ainsi, en traduisant les textes considérés comme les plus importants de ces dernières années, on reproduit inévitablement les dynamiques de pouvoir internes à la production des savoirs géographiques.

3Par ailleurs, l'ouvrage donne lieu à une tentative de faire émerger des caractéristiques propres à ces géographies anglophones, ou du moins de mettre en lumière des points saillants de différence avec la géographie française. Ces caractéristiques se déclinent sur trois plans : la géographie dont il est question est davantage politique, critique, plus portée sur la théorie, ainsi que dans une posture bien plus réflexive. Cette triade est illustrée par une sélection de texte particulièrement versée dans ces domaines, avec des dimensions méthodologiques et épistémologiques importantes. Si l'on peut se demander dans quelle mesure ces caractéristiques sont représentatives de la production anglo-américaine, il faut noter que ce sont là les textes considérés comme majeurs par les géographes anglophones eux-mêmes en ce début de XXIe siècle, les textes datant de 2002 à 2012. Reprenant le modèle de l'anthologie, support didactique classique aux États-Unis (Lehman-Frisch, 2013), les textes sont ensuite regroupés selon les champs auxquels ils se rapportent, les questions épistémologiques qu'ils posent ou encore un débat dans lequel ils s'inscrivent.

4Dans l'ensemble pourtant, les auteurs laissent transparaître un véritable enthousiasme quant à ces débats vifs qui ont lieu dans le champ académique anglophone, et le renouvellement permanent, nourri par la dimension internationale des échanges. Les auteurs sont, de fait, imprégnés de la géographie anglophone, les mettant dans cette position d'entre-deux qui leur permet d'éclairer de manière convaincante les enjeux de courants géographiques parfois très éloignés de nos géographies françaises.

5Ainsi, la première partie de cette anthologie intitulée Éthique de la recherche et responsabilité des chercheur.e.s entame les questionnements réflexifs qui traversent l'ouvrage, qu'il s'agisse du rapport au politique ou du rapport à l'enquêté dans des contextes post-coloniaux. La deuxième partie revient sur les débats autour des politics of scale, et les questions épistémologiques qui se sont posées autour de la notion classique en géographie, mais rarement problématisée, qu'est celle de l'échelle et de son statut ontologique. La troisième partie de l'ouvrage cherche à illustrer une tendance dans les géographies anglophones, qui serait la disparition des paradigmes (the lack of a canon), à travers l'exemple assez parlant de la géographie économique. Ce champ de la géographie a vu se multiplier les approches variées ces vingt dernières années. La quatrième partie s'inscrit en continuité d'approches présentées dans l'édition de 2001 concernant les méthodologies et épistémologies féministes qui proposent, non pas seulement de faire une géographie des femmes ou une géographie du genre, mais bien de reconstituer de nouvelles modalités de la construction du savoir, laissant une place aux savoirs situés et aux enjeux de pouvoir dans la production scientifique. La cinquième partie se veut la présentation du "tournant" matériel qui aurait émergé depuis les années 2000. Ce tournant, largement ignoré dans la géographie française, est une réponse au courant de la cultural geography, hégémonique dans les géographies anglophones. Les auteurs expriment ici clairement un scepticisme quant à la nouveauté de ce courant, qui semble une redécouverte de la matérialité du monde géographique, cherchant à penser les agencements entre humains et non-humains. Venant compléter cette perspective, l'avant dernière partie de l'ouvrage s'attarde sur les théories non-représentationnelles (non-representationnal theory), dont l'objectif est de resituer la fabrication du sens dans des pratiques et non dans quelque chose qui serait du registre de l'idéologique et du discours. Ces théories sont présentées à travers une controverse entre deux textes antagonistes, traduisant l'ambivalence avec laquelle elles ont été reçues en géographie. Enfin la dernière partie, intitulée Enjeux identitaires et identity politics regroupe de manière quelque peu hétéroclite des textes portant sur les identités (de race, genre et sexualité essentiellement) qui traverseraient les géographies anglophones. Ce dernier chapitre s'inscrit dans la continuité du chapitre dédié aux minorités dans l'ouvrage de 2001, même si le glissement vers un regroupement sous le thème des identités semble assez discutable, d'autant plus lorsque le terme d'identity politics est si âprement débattu dans les contextes anglo-américains.

  • 3 Voir le débat "Le postmodernisme en géographie" (2004) dans L’Espace Géographique par exemple.

6Ces textes dressent ainsi un paysage des géographies anglophones marqué par la critique "post-moderniste" ou "post-structuraliste", s'inscrivant ainsi dans la continuité de l'ouvrage de 2001. Celui-ci avait été perçu comme initiateur de débats théoriques dans la géographie française3 autour de cette question. Alors que la réception de ces théories a rencontré des réticences en France, ce sont pourtant des auteurs français qui deviennent des références incontournables dans certains des champs présentés ici (Deleuze et Latour notamment). Il est intéressant de penser cette première réception dans le contexte de publication de cet ouvrage qui amène à une deuxième réception et une (ré)appropriation de ces idées par le public francophone : en effet, le contexte de réception est consubstantiel de la production des idées, comme cela avait été le cas de la French Theory sur les campus états-uniens des années 1970 (Cusset, 2006). Ainsi, pour reprendre Le Blanc (2012, p.64) :

Les contextes culturels de réception ne sont donc pas neutres mais participent activement à l’invention de la pensée, qui reste ainsi une pratique culturellement contextualisée.

7Par ailleurs, cela permet de caractériser la position particulière de l'ouvrage dans un contexte de circulation des savoirs entre mondes anglophones et francophones. Si l'ouvrage prend acte d'une position de domination de la recherche anglophone dans le champ académique de la géographie, la géographie française n'occupe pas pour autant une position de périphérie dominée, comme ce pourrait davantage être le cas de champs académiques dans des contextes post-coloniaux (voir Best, 2009). La traduction de textes anglophones, ou plus largement les efforts pour favoriser la circulation entre la géographie française et les géographies anglo-américaines est pourtant parfois perçue comme une menace du côté français, où on l'on craint le renforcement de l'hégémonie anglo-américaine : c'est en ce sens que les auteurs assument également le rôle ambigu de "passeurs". La construction de ponts entre géographies anglophones et françaises n'en est pas moins nécessaire selon eux, afin que la géographie française ne soit pas isolée des débats à l'international, et que les géographes français puissent s'approprier les outils conceptuels et le langage de la géographie anglophone.

8Malgré cela, l'idée d'un "retard" qu'accuserait une géographie française "plus rétive" par rapport à la géographie anglophone semble transparaître en filigrane dans le positionnement des auteurs, peut-être de manière particulièrement claire chez J.F. Staszak dans l'introduction de la dernière partie de l'ouvrage. Cette perspective historiciste, linéaire de la production des savoirs, semble parfois aller à l'encontre de l'objectif que les auteurs se donnent dans l'introduction, à savoir contribuer à la circulation des savoirs et non rattraper un retard de la géographie française. Par ailleurs certains développements des mondes anglophones sont perçus de manière très critique par les auteurs de l'ouvrage, qui appellent justement à "naviguer avec prudence" (p.266) dans ces champs : c'est particulièrement le cas en ce qui concerne les contributions du "tournant matériel" ou des théories non-représentationnelles.

9L'ouvrage se confronte par ailleurs de plein fouet à l'enjeu de la traduction. Il faut noter combien cette pratique est rare en ce qui concerne les articles scientifiques : il est aujourd'hui plutôt un attendu pour le lectorat académique de maîtriser l'anglais scientifique. Que l'on parle des "politiques des échelles" (politics of scale) chez Adam Moore ou des "approches plus-qu'humaines" (more-than-human approaches) chez Sarah Whatmore, ces notions semblent de fait conserver une dimension intraduisible, et portent en eux une certaine intertextualité (pour reprendre Houssay-Holzschuch, Milhaud, 2013). La simple traduction d'une notion d'une langue à l'autre est rarement suffisante, un concept faisant implicitement référence à un corpus textuel, de définitions, de débats, ou d'utilisations contextuelles. Autrement dit, le travail de traduction tel qu'il est envisagé dans cet ouvrage contient aussi toute la recontextualisation et l'éclairage de notions épaisses.

  • 4 "L'hégémonie linguistique est une forme de pouvoir qui donne du pouvoir à certains et en prive d'au (...)

10Au-delà de la dimension fortement théorique et épistémologique de cette anthologie, qui peut en rendre la lecture complexe, la traduction permet tout de même de rendre accessible ces textes classiques. La domination de la langue anglaise peut ainsi être parfois un obstacle substantiel pour de jeunes géographes cherchant à s'inscrire dans le champ académique international. Comme l'explique Garcia-Ramon (2003, p.1), "linguistic hegemony is a form of power that empowers some while disempowering others"4 : autrement dit, la traduction suggère aussi un potentiel fort, permettant l'égalisation de l'accès au champ académique.

11Finalement, là où les publications en langue anglaise portent souvent de manière latente la marque de l'universalisme, de la neutralité (du moins du langage), l'intérêt de cet ouvrage réside dans la tentative de resituer ce savoir dans un contexte spécifique à la fois international mais avant tout très anglo-américain. Sans avoir une lecture qui ferait de ces développements théoriques le résultat de spécificités culturelles ou nationales, les auteurs nous enjoignent à penser ces nouveaux champs de la géographie dans le contexte de la production académique actuelle, avec ses atouts ;dimension internationale et débats vifs, ouverture aux questions théoriques ; mais aussi ses failles ; la course à la nouveauté par la multiplication des "tournants", la loi du publish or perish, l'exclusivité de l'anglais dans les publications internationales. En se proposant d'établir une certaine généalogie de champs de recherche nouveaux, l'ouvrage permet, depuis une position semi-périphérique, d'ancrer ces débats dans leur contexte de production à travers une forme de reterritorialisation du savoir, apportant au lecteur un nouveau regard, à la fois éclairé et critique, sur ces textes.

Haut de page

Bibliographie

Best U., 2009, "The invented periphery: Constructing Europe in debates about « Anglo hegemony » in geography", Social Geography, Vol.5.

Cusset F., 2006, French theory: Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, Éd. de la Découverte, 373 p.

Garcia-Ramon M.D., 2003, "Globalization and international geography: the questions of languages and scholarly traditions", Progress in Human Geography, Vol.27, No.1, 1‑5.

Hancock C., 2020, "Les études de genre ont-elles transformé la géographie française ?", Histoire de la recherche contemporaine. La revue du Comité pour l’histoire du CNRS, N°Tome IX-No.1, 45‑54.

Houssay-Holzschuch M., Milhaud O., 2013, "Geography after Babel – a view from the French province", Geographica Helvetica, Vol.68, No.1, 51‑55.

Kitchin R., 2005, "Commentary: Disrupting and destabilizing Anglo-American and English-language hegemony in geography", Social & Cultural Geography, Vol.6, No.1, 1‑15.

Le Blanc G., 2012, "De la French theory à l’American philo", Esprit, Vol.Mars/avril, No.3‑4, 62‑75.

"Le postmodernisme en géographie", 2004, L’Espace géographique, Vol.33, No.1, 6‑37.

Lehman-Frisch S., 2013, "Manuels ou anthologies ? Deux manières contrastées d’enseigner (et de penser) la géographie à l’université en France et aux États-Unis", EchoGéo, No.24, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/13481

Rodríguez-Pose A., 2006, "Is There an ‘Anglo-American’ Domination in Human Geography? And, is it Bad?", Environment and Planning A: Economy and Space, Vol.38, No/4, 603‑610.

Staszak J.F., Collignon B., Chivallon C., Debarbieux B., Géneau de Lamarlière I., Hancock C., 2001, Géographies anglo-saxonnes : tendances contemporaines, Paris, Belin, 313 p.

Haut de page

Notes

1 Professeur de géographie, Université Paris-Est Créteil.

2 La question d'une hégémonie anglo-américaine dans la géographie académique et de l'usage de l'anglais comme lingua franca (Kitchin, 2005), a fait l'objet d'un vif débat au début des années 2000. De nombreuses contributions critiques ciblent alors les effets de cette hégémonie sur des traditions géographiques identifiées comme "périphériques" (Garcia-Ramon, 2003), tandis que d'autres ont cherché à montrer que cette hégémonie tendait à diminuer (Rodríguez-Pose, 2006) ou le problème que pouvait représenter le fait de de considérer les pays d'Europe continentale comme "périphériques" (Best, 2009).

3 Voir le débat "Le postmodernisme en géographie" (2004) dans L’Espace Géographique par exemple.

4 "L'hégémonie linguistique est une forme de pouvoir qui donne du pouvoir à certains et en prive d'autres" (traduction de l'auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle André, « Claire Hancock et al., 2021, Géographies anglophones, nouveaux défis, Presses universitaires de Paris Nanterre, 442 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 07 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39916

Haut de page

Auteur

Gaëlle André

Étudiante du Master 2 GéoPrisme, Université Paris Cité, France
gaelle.andre[at]etu.u-paris.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search