Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesAménagement, Urbanisme2022Déliquescence et valorisation con...

2022
1039

Déliquescence et valorisation controversée de Bab el Oued, un quartier populaire des confins du centre-ville d’Alger

Déliquescence and controversial valorization of Bab el Oued, a popular neighbourhood on the edge of downtown Algiers
Decadencia y polémica valoración de Bab el Oued, un barrio popular en las afueras del centro de Argel
Nour el Houda Slitaine et Sassia Spiga

Résumés

Cet article traite le cas de Bab el Oued, un quartier populaire du cœur de l’agglomération algéroise, examiné à travers deux dimensions croisées : l’évolution urbaine et les modalités d’action publique de l’État central. Dans ce quartier en déclin, hérité de la colonisation, le bâti dégradé est parsemé de friches urbaines laissées en attente. Ce potentiel de réutilisation, conforté par le relogement, ailleurs, des habitants exposés aux effondrements d’immeubles, n’est pas mobilisé par les aménageurs. Ces derniers sont plutôt engagés dans la valorisation et le renforcement des infrastructures de transport : outre le prolongement en cours de la ligne de métro, les principales artères sont reconsidérées en sections des grandes voies urbaines, se surimposant au bâti occupé par une population encore nombreuse. Ces interventions, en cours ou envisagées, ne sont pas isolées. Elles relèvent du dernier Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme d’Alger (PDAU 2016), préconisant la restructuration de la capitale. Dans ce cadre, des projets destinés notamment à améliorer l’image de la ville ont aussi ciblé Bab el Oued. Toutefois, concrétisés par des gestes symboliques restreints au "V européen" qui prolonge le centre-ville, ces projets restent sans impact sur le quartier. L’article conclut sur des modalités d’action qui maintiennent Bab el Oued dans son état de déliquescence. Il met en perspective l’hypothèse d’une mutation de ce quartier en espace de mobilité urbaine, qui adviendrait à long terme, à l’écart des collectivités locales et sans résistance des habitants, pourtant encore nombreux et connus par leurs mouvements contestataires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir à ce sujet le numéro 3 de la revue Vie de Ville.

1Dans les quartiers populaires du cœur de l’agglomération algéroise, le vieux bâti édifié entre la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle interpelle les gouvernants depuis des décennies, sans pour autant surgir dans les politiques urbaines, où ont pris place débidonvilisation et réhabilitation du patrimoine colonial (Le Grand Projet Urbain - GPU, 1997). Bien plus, ces quartiers populaires, à fort ancrage urbain, densément peuplés, sont considérés comme des territoires pouvant servir ponctuellement dans la stratégie de métropolisation de la capitale engagée par l’État central1 : aux friches urbaines et industrielles, alimentant le réservoir foncier de la wilaya d’Alger, qu’ils recèlent, s’ajoutent, de plus en plus, les lieux évacués suite aux effondrements d’immeubles ou parce qu’ils menacent de s’effondrer. Lorsque les sites libérés ou libérables ne peuvent donner lieu à l’implantation d’un projet d’envergure, ils restent en attente.

2C’est précisément le cas du quartier Bab el Oued, objet de cet article dans lequel nous tentons de montrer dans quelles conditions et comment, détournés des opportunités de réutilisation qu’offre le bâti en dégradation de ce quartier, les concepteurs du PDAU d’Alger superposent à sa structure spatiale une nouvelle infrastructure émanant du schéma de macromaillage, conçu pour améliorer la mobilité urbaine (PDAU d’Alger, 2016).

3Abordée dans une démarche rétrospective, nous permettant d’esquisser des hypothèses sur son devenir, l’analyse de ce quartier repose sur un corpus de données constitué en croisant plusieurs sources. Pour établir l’état des lieux du cadre bâti et des aménagements opérés dans le quartier, les documents de planification et les études techniques utilisés ont été actualisés à partir d’observations in situ entreprises depuis 2019. Dix entretiens ont été menés avec des responsables de l’urbanisme de la wilaya d’Alger, des élus de la commune de Bab El Oued et de ses services techniques. Les entretiens avec les habitants, réalisés à partir d’un échantillon de trente-cinq personnes, ont été confrontés aux informations acquises à partir de la webographie qui s’est révélée d’utilité à cause du contexte de crise sanitaire qui a entravé nos enquêtes de terrain.

Bab el Oued, un quartier de création coloniale

Un site à fortes contraintes d’où l’occupation humaine fut absente

4Le quartier Bab el Oued a pour site une vallée du versant nord du Massif de Bouzaréah, à l’ouest d’Alger, ouverte sur la mer. Ses zones amonts à fortes pentes encadrent la petite plaine littorale de Bab el Oued scindée en deux parties, plus ou moins symétriques, par O. M’kacel, collecteur principal du bassin versant du même nom et dont l’exutoire est la mer que rejoint aussi un système d’écoulements mineurs étendus à toute sa superficie (figure 1).

5Cette entité physique présente une grande vulnérabilité aux aléas naturels, entretenue par plusieurs facteurs qui interagissent (Menad, 2012). Les parties amonts, composées de schistes altérées avec présence de calcaires et de marnes localement et sans couvert végétal, sont affectées par les glissements de terrains, voire des coulées boueuses lorsque les précipitations s’intensifient (Bureau de Recherches Géologiques et Minières - BRGM, 2006 ; Menad, 2012). La zone au pied des carrières Jaubert, à l’amont du site, est un lieu de départ potentiel pour les pierres et les blocs. Dans la partie avale, zone de remblais, les inondations centennales sont catastrophiques. Ce fut le cas de celles de 2001, durant lesquelles les débits exceptionnels ont été à l’origine des dommages humains et matériels subis dans ce quartier, qui fut déclaré zone sinistrée (Tabet Helal, Baghli, Bensaoula, Mami, Ghellaï, 2012). Les inondations ne sont pas la seule menace à laquelle ce site est exposé. Il présente les caractéristiques géotechniques des zones moles exposées au risque sismique (Centre de Recherche en Astronomie Astrophysique et Géophysique - CRAAG, 2003), de même qu’il fait partie des zones de la baie d’Alger où les taux d’érosion côtière sont les plus forts (Rabehi, Guerfi, Mahi, 2018).

Figure 1 : Site de Bab el Oued

Figure 1 : Site de Bab el Oued

Slitaine, 2022
Source : Carte topographique (Institut National de Cartographie, 1987) ; carte de l’aléa inondation Oued Koriche (Direction des Ressources en Eau, 2006) ; archives diverses

  • 2 Banlieue ici correspond à la couronne d’usines et d’habitat ouvrier qui fut réalisée au cours du XX (...)

6Ce site appartenait au fahs de Bab el Oued, l’une des trois campagnes qui entouraient la médina d’Alger (Assari, 2007). À l’inverse de celle de Bir Khadem ou de Bir Mandreis, elle semble avoir dissuadé l’implantation humaine. Au XVIIIe siècle, sous la régence turque, cette zone extra muros a pris les caractéristiques d’une banlieue2 aux multiples fonctions. Selon la description de Klein (1937), elle abritait les jardins du Dey, était parsemée d’installations stratégiques comme la poudrière (dar el baroud), les forts de surveillance de l’environnement et les batteries réparties le long de la côte. Un aqueduc, pour alimenter la médina, la traversait d’amont en aval. Carrières et fours à chaud parsemaient les pentes, les cimetières et la décharge (Bordj Ezoubia) occupaient les dernières pentes et la bande littorale (figure 1).

7À la veille de la colonisation, Bab el Oued avait les traits d’une banlieue dédiée aux activités stratégiques, aux activités encombrantes et aux nuisances. Comment l’occupation de cette campagne a-t-elle évoluée ? À quelle logique a répondu son urbanisation ?

La formation du tissu urbain : le V européen et sa périphérie autochtone

8Le quartier a eu pour origine un faubourg créé dès la conquête d’Alger en 1830. Son évolution vers un quartier de mixité entre habitat et manufactures a pris environ un siècle.

9Les premières installations coloniales, dans cette campagne turque, furent celles de l’armée française, par réoccupation des lieux. Simultanément, des immigrés démunis venus d’Europe du Sud ont pu s’y installer selon deux modalités (figure 2) : à l’aval, le long de la route de Cherchell se répartissait un habitat ponctuel. En amont, au pied des carrières, a émergé le lieu de vie La Cantera (appelée aussi La Basseta). Les premières maisons y furent bâties "dans le style mahonnais, simples demeures composées de deux pièces" (Lespes, 1930). Elles marquaient le départ du faubourg de Bab el Oued, où habitaient les ouvriers employés, dans l’exploitation des carrières, dans la reconstruction du port, dans les nouvelles fortifications et par la suite dans d’autres projets d’envergure.

Figure 2 : Naissance du faubourg de Bab el Oued

Figure 2 : Naissance du faubourg de Bab el Oued

Spiga, 2019
Source : D-’après Klein (1937)

10Cette occupation spontanée des abords de la Casbah fut temporaire. Les maisons rurales sont vite remplacées par des cités servant d’ancrage à l’urbanisation de la vallée. Un tissu en forme de V en a résulté. Sa pointe s’incrustait dans l’encaissement de l’oued, en amont de la Basseta, et la base s’ouvre largement sur la mer. Cette configuration a pris forme progressivement :

  • Dans un premier temps, les maisons basses ouvrières ont remplacé les maisons rurales implantées le long du front de mer, pour donner la cité Bugeaud, premier noyau du quartier Bab el Oued. Les équipements de base dont disposaient ses habitants, "une place, une mairie, une église, un presbytère et une école" (Lespès, 1930), servaient de jonction entre celle-ci et la Basetta. À partir de 1860, les immeubles de rapport se substituent aux maisons basses, ordonnés par les deux routes de Bouzaréah et de Cherchell transformées plus tard en artères. Ces immeubles relèvent des formes de transposition et d’adaptation du modèle haussmannien (Cherif, 2017).

  • La cité de l’Esplanade, édifiée entre 1900 et 1910 sur l’emplacement de l’arsenal d’artillerie et par destruction du cimetière des Pachas, fut réalisée dans le cadre du projet Redon "d’extension et d’embellissement de la ville d’Alger" (Klein, 1937). De style haussmannien, son tracé en damier est structuré par le prolongement du boulevard de l’Impératrice (Che Guevara) qui vient dans la continuité des aménagements engagés hors des remparts de la Casbah.

  • Des immeubles de rapport où ont été repris des éléments d’ornementation du style haussmannien, construits entre 1910 et 1920, ont remplacé les anciennes constructions éparses. Ils ont servi de jonction entre la cité de l’Esplanade et la cité Bugeaud. Cette sédimentation du bâti s’est poursuivie, à partir de 1920, par des programmes Habitation Bon Marché (HBM), comme la cité des Moulins, la Messagerie, etc. Celles-ci sont suivies d’Habitation à Loyer Modéré (HLM) de première génération. L’ensemble Léon Roches, composé de HBM et HLM, complétait la mosaïque du V européen (figure 3).

11Des usines, qui ont participé à la notoriété du quartier, ont été créées au fur et à mesure de la formation de celui-ci, selon deux localisations préférentielles : en position centrale, elles sont insérées dans le tissu d’habitat. En position de retrait, elles ont suivi la rue Mizon (Mohamed Tazairt), qui épouse les reliefs accidentés à l’ouest de Bab el Oued.

12Les espaces impropres à l’urbanisation de cette vallée servirent à la réalisation de logements destinés en majorité à la population musulmane. En effet, dans le haut Bab el Oued, au-delà de la Basseta et sur les pentes latérales définissant le V, se sont implantés les grands ensembles datant de la guerre de libération (figure 3). Tours et barres surgissent, issues de multiples programmes. À la suite de l’ensemble Leon Roches, un programme de 1200 logements fut destiné à reloger les habitants de l’ancien quartier de "La Marine". À l’inverse, la cité des "Eucalyptus" de 700 logements, qui domine avec ses trois immeubles barres disposées sur les pentes, était initialement destinée à la croissance démographique de la population européenne du quartier. Dans la cuvette de Triolet, a été réalisé "le groupe Taine" en 1957, comprenant immeubles barres, groupements scolaires et la cité "L’Armaf".

13Simultanément à la réalisation de ces programmes, de nouvelles usines apparurent jusqu’en 1961, date à laquelle s’est installée l’entreprise Bata.

Figure 3 : Bab el Oued : formation et remplissage du quartier

Figure 3 : Bab el Oued : formation et remplissage du quartier

Slitaine, Spiga, 2022
Source : D’après le Bulletin municipal officiel de la ville dAlger, (1897-1954) ; Algérie Annuaire industriel, 1938

Bab el Oued aujourd’hui, un tissu urbain figé dans sa configuration coloniale

14Tel que nous venons de le présenter, le quartier constitue un condensé de la politique coloniale de développement d’Alger avec ses courants urbanistiques et architecturaux (Saidouni, 1995). On y trouve des typologies accumulées au cours des étapes de production de l’habitat de l’Alger colonial.

15La distribution spatiale de ces typologies ne rend pas compte de la continuité temporelle ; des types d’habitat anciens et récents s’imbriquent, d’où l’aspect de mosaïque que présente le tissu urbain.

16Schématiquement la typologie du bâti se présente ainsi (figure 4) :

  • Les maisons basses, encore observables dans le secteur nord-ouest du quartier, essentiellement, et au niveau de la Basseta, sont en pleine transformation. Les propriétaires y interviennent soit pour les remplacer par des immeubles individuels soit pour réaliser des élévations, des ajouts de buanderie, etc.

  • Dans le bas Bab el Oued, se concentrent les immeubles haussmanniens et les immeubles de rapports, où ont été reproduits des éléments architectoniques néoclassiques encore intacts.

  • Dans le haut Bab el Oued, les grands ensembles dominent par leur gabarit et leur emplacement sur les hauteurs. Ils donnent à ce quartier l’aspect d’une banlieue ouvrière des années 1950.

  • Les manufactures se présentent en immeubles d’architecture banale ou de hangar à charpente métallique.

Figure 4 : Bab el Oued : typologie du bâti

Figure 4 : Bab el Oued : typologie du bâti

Slitaine, 2022
Source : D’après les données du Centre National d’Études et de Recherches Appliquées en Urbanisme (CNERU, 2002), actualisées sur le terrain, 2020

17Ce quartier, doté de toutes les composantes qui en faisaient une entité urbaine à part entière, est resté figé dans sa configuration de la fin des années 1950.

Un tissu hérité où le processus de dégradation est à l’œuvre

Une dégradation du bâti installée dans la durée

18Bab el Oued, dont la croissance fut achevée avant l’indépendance, éprouvé par les inondations catastrophiques de 2001, est affecté par une dégradation généralisée ; touchant le haut et bas Bab el Oued, secteurs nord et sud, impactant aussi bien les ensembles contigus, ordonnés par les principaux axes structurants que l’intérieur des îlots. Il s’agit d’un processus en cours dans lequel se constate le passage graduel des immeubles les moins dégradés vers le stade ultime d’effondrement et/ou de démolition (Immeubles Menaçant Ruine – IMR).

19La carte de l’état de dégradation du bâti a été réalisée à partir de l’état des lieux établi par le CNERU (2002), à la suite des inondations catastrophiques et les résultats de l’enquéte du CTC (Contrôle Technique de la Construction) effectuée en 2014. Ces données étant relativement anciennes, une réactualisation a été effectuée, d’abord grâce à l’image satellite (Google Earth). Par la suite, relevés de terrain et prises de photographies ont été réalisés entre 2015 et 2020. La carte montre une logique de disposition spatiale du bâti selon son état (figure 5) : les parcelles en friches, où les bâtisses se sont effondrées ou ont été démolies, émergent au milieu de celles qui sont très dégradées, elles-mêmes venant à la suite des bâtisses les moins dégradées.

Figure 5 : Bab el Oued : état du bâti

Figure 5 : Bab el Oued : état du bâti

Slitaine, 2019
Source : D’après les données du CNERU (2002), actualisées sur le terrain, 2020

20Cette dégradation affecte l’habitat et les manufactures (photo 1 et 2), mais pas les établissements publics. La superposition de la carte de la typologie et celle de l’état de dégradation montre, en effet, qu’à l’exception des cinémas, les équipements publics et la cité de l’esplanade demeurent en bon état.

Photo 1 : Immeuble en ruine dans le haut Bab el Oued

Photo 1 : Immeuble en ruine dans le haut Bab el Oued

Slitaine, 2019

Photo 2 : Manufacture à l’abandon

Photo 2 : Manufacture à l’abandon

Slitaine, 2019Une dégradation entretenue par des facteurs pluriels

  • 3 Nous considérons que l’expertise établie par Dominique Boussuge (2021), sur les immeubles en béton (...)

21La vétusté du bâti est le facteur prépondérant que Bab el Oued partage avec les 14 communes appartenant à la catégorie des quartiers anciens d’Alger où, au regard des techniques de construction utilisées, les immeubles ont dépassé leur durée de vie3 (tableau 1). L’ensemble du bâti réalisé dans ce quartier, au début comme à la fin de la colonisation, est concerné par cette vétusté, aussi bien celui qui est antérieur à 1935 (immeubles de rapports, HBM et HLM de première génération), dont la durée de vie est dépassée d’au moins trente ans, que celui issu des programmes des grands ensembles qui arrivent à leur limite de viabilité si "on estime que la durée de vie des immeubles résidentiels construits en béton est de soixante-dix à cent ans […] car, d’une manière ou d’une autre, vous serez confronté au phénomène du béton qui se désagrège" (Boussuge, 2021). La fin de vie à laquelle arrivent les grands ensembles de Bab el Oued apparaît plus évidente au regard du contexte, car ils ont été réalisés hâtivement (Deluze, 1984), dans le cadre d’une expérimentation (Marié, 1995).

Tableau 1 : Bab el Oued : vétusté du bâti

Type d’immeuble

Période de construction

procédés de construction

Durée de vie moyenne

Durée de vie dépassée de :

Immeubles haussmanniens (Quartier de l’Esplanade)

et immeubles de rapport

1900-1920

Plancher en bois, murs porteurs en pierre

50 ans

Plus de 50 ans

Immeuble HBM et HLM de première génération

1920-1935

Ossature portante en acier

Plus de 30 ans

HLM, Grands ensembles, du mouvement moderne

1945-1958

Béton armé, panneaux préfabriqués

70 à 100 ans

Vers l’achèvement

Slitaine, Spiga, 2022
Source : Picard, 1994 ; Collège National des Experts Architectes (CNEA), 2021 ; Boussuge, 2021 

22La suroccupation des logements, second facteur majeur, caractérisée par des Taux d’Occupation par Logement (TOL) dépassant 8 hab/logt dans les quartiers populaires d’Alger, est survenue dans les années 1970 avec l’exode rural lié à l’industrialisation (Hadjiedj, 1997).

23Au phénomène de suroccupation, il faut associer "labsence dentretien et les modifications anarchiques qui fragilisent les immeubles" (Bendjelid, Hafiane, 2010, p. 41). L’une et l’autre des situations évoquées par ces auteurs surviennent quel que soit le statut d’occupation du logement (tableau 2) ; l’absence d’entretien est généralement associée au statut de locataire, qui dissuade l’habitant d’entreprendre les travaux devenus nécessaires à cause des infiltrations d’eau, de l’effondrement des plafonds, etc. Lorsque l’habitant est propriétaire, il procède aux extensions du logement, notamment par ajouts de pièces et suppression de balcons, sans recourir aux permis de construire qui auraient imposé les règles techniques à respecter.

Tableau 2 : Statut d’occupation des logements à Bab el Oued

Bab el Oued

Statut d’occupation des logements

Total

Propriétaire

Copropriétaire

Locataire

Logé gratuitement

ND

1 834

6 167

4 590

1 305

264

14 160

13 %

43,5 %

32,5 %

9,2 %

1,8 %

100 %

Slitaine, 2020
Source : Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH), 1998

24La configuration du tissu urbain en matrice détériorée, présentant des "déchirures", dont seule la zone de l’Esplanade est exclue, apparente Bab el Oued aux centres anciens qui tombent en ruine tels que la Casbah, ou encore Souika à Constantine. Une tendance qui pourrait bien s’accentuer face à ces deux facteurs qui agissent sur un bâti déjà fragilisé par les inondations et les séismes.

Un quartier qui perd ses habitants mais une population encore nombreuse

Croissance et décroissance

25La dégradation du cadre bâti est accompagnée de la décroissance de la population. Ayant atteint son maximum en 1977, elle a diminué de moitié environ depuis cette date et semble se stabiliser autour de la taille atteinte à la fin du peuplement européen (tableau 3).

Tableau 3 : Évolution de la population de Bab el Oued de 1950 à 2020

Population 1950

Population 1966

Population 1977

Population
1987

Population
1998

Population
2008

Population 2020

80 000

101 600

121 489

105 374

87 557

64 732

56 780

Slitaine, Spiga, 2020
Source : statistiques Office National des Statistiques (ONS), rapports de recherche et autres sources écrites

26Traduites en termes de gain et de perte de la population (tableau 4), les statistiques indiquent que la plus grande augmentation correspond à la période 1950-1960, caractérisée par la multiplication des grands ensembles et des cités de recasement. Ces gains de population se succèdent de période en période tout en se ralentissant. Les pertes apparaissent durant la décennie 1987-1997, années des bouleversements sociaux et de l’insécurité. Cette perte atteint son maximum durant la décennie 1998-2008, où surviennent deux catastrophes naturelles majeures (inondations de 2001, séisme de 2003).

Tableau 4 : Bab el Oued : gain/perte de population

1950-1966

1967-1977

1978-1987

1988-1997

1998-2008

2009-2020

+ 21 600

+ 19 889

+ 16 105

- 17 817

- 22 825

- 7 952

Slitaine, Spiga, 2020
Source : D’après les RGPH

27Parmi les traits saillants de l’évolution de la population, on peut relever :

  • Le peuplement européen de Bab el Oued fut marqué par un taux de croissance de 3 %/an (Sahli, 1993), mais à partir de 1930, débute une nouvelle phase de croissance où "la population indigène reflue de part et dautre de la zone habitée par la population métropolitaine" (Sahli, 1993). Le rythme de croissance s’inverse, il se ralentit pour l’une et s’accélère pour l’autre à partir de 1950, date qui marque l’intensification des programmes de logements sociaux portant le site à saturation.

  • Le renouvellement démographique de l’indépendance fut conséquent. Les logements libérés par les Européens, qui représentaient 80 % des habitants (environ 60 000), ont été réoccupés, d’abord par glissement des habitants de la Casbah vers ce quartier (Lesbet, 1987). La réoccupation fut élargie ensuite aux immigrants ruraux (Chabane, 2016).

  • Le surpeuplement du quartier, apparu au cours de la période intercensitaire 1966-1977, est marqué par la création de la ceinture ouvrière d’Alger, à laquelle il appartient (Safar Zitoun, 2009). Bab el Oued fut, au cours de cette période, le quartier le plus densément peuplé de la capitale avec plus 53 497,5 hab/km², comparé à la Casbah qui, à la même période, comptait 34 039 hab/km² et Alger centre qui comptait 20 416,5 hab/km².

  • La décroissance de la population, constatée à partir de 1987, est essentiellement liée à la désindustrialisation qui a fait de Bab el Oued "une commune qui exporte sa main dœuvre" (Safar Zitoun, 2009). Mais la diminution de la population la plus importante est enregistrée pendant la décennie 1998-2008, durant laquelle le quartier perd environ le quart de sa population, qui l’a quitté pour d’autres quartiers de la capitale essentiellement (tableau 5). Lors d’un premier épisode, les départs des résidents ont été quelque peu compensés par l’arrivée de familles fuyant l’insécurité. La perte de population du deuxième épisode, due aux inondations et au séisme de 2001 et 2003, a été de moindre importance (tableau 5). Là aussi, le départ des habitants évacués des IMR fut en partie compensé par le retour de ceux qui ont réintégré leurs foyers à la fin de la période d’insécurité, en partie par des personnes étrangères au quartier, attirées par l’opportunité de s’inscrire sur les listes de relogement.

Tableau 5 : Mouvements de la population à Bab el Oued entre 1998 et 2008

Arrivées à et sorties de Bab el Oued des personnes de 10 ans et plus

En provenance et à destination d’autres communes d’Alger

En provenance et à destination d’autres Wilayas

Total

Arrivées

1998-2003

1 103

504

1 607

2003-2008

1 276

479

1 755

Sorties

1998-2003

15 268

1 698

16 966

2003-2008

5 447

832

6 279

Solde

1998-2008

+ 3 362

- 23 245

- 19 883

Slitaine, 2020
Source : ONS, 2008

Un ralenti de la décroissance ?

28Si les départs sont réels, les arrivées sont parfois fictives. Elles concernent "les familles qui ont emménagé ailleurs, mais qui parviennent à s’inscrire sur les listes de relogement, grâce aux proches qui résident encore à Bab el Oued. Il s’agit aussi d’arrivants temporaires, qui restent à Bab el Oued le temps de déclarer de nouvelles naissances ou d’obtenir un certificat de résidence" (entretien auprès des services de l’Assemblée Populaire Communale - APC - de Bab el Oued, 2019).

  • 4 Le 6e RGPH prévu pour 2020, qui aurait permis de disposer de statistiques exhaustives sur la popula (...)
  • 5 Selon ce bilan, 5 387 habitants ont bénéficié d’un logement à la périphérie d’Alger. Il s’agit des (...)

29En estimant la population actuelle à partir du parc logements (tableau 6)4, on se rapprocherait du chiffre fourni par l’ONS, qui montre une régression de celle-ci (tableau 4) conséquente aux départs nombreux des habitants durant les épisodes de crises. Avec le "retour à la normale", la population de Bab el Oued, desserrée (Safar Zitoun, 2009), poursuit sa décroissance mais au rythme lent des départs des habitants en nécessité impérieuse d’être relogés5.

Tableau 6 : Bab el Oued : population estimée à partir du parc du logement

Année de recensement

Parc logement total

Logements inhabités

Logements à usage professionnel

Population estimée à partir du total des logements

Population estimée à partir du TOL 5,6

2008

13 366

421

464

74 849

69 893

2020

13 358

1 083

443

74 805

66 259

Slitaine, Spiga, 2020
Source : Service des statistiques (APC), Bab el Oued, 2020

  • 6 Identité urbaine, ici, fait référence à l’identité spatiale entendue comme "structurations symboliq (...)

30Dans ce quartier, caractérisé par un renouvellement démographique, où les habitants quittent le bâti qui se détériore, quels édifices, quels lieux et quelles pratiques spatiales renvoient encore à son identité urbaine6 ?

Des référents urbains entre avant et maintenant

Des établissements publics et des lieux partagés avec le centre-ville

31Ces questions sont abordées, en premier lieu, à partir de l’identité physique d’un quartier, qui fait figure d’espace charnière entre le centre-ville et la banlieue algéroise ouest. Par sa configuration spatiale, Bab el Oued se présente en entité du front urbain algérois, individualisée par la topographie. Une boucle viaire permet de le parcourir de part en part pour rejoindre les autres parties de l’agglomération. À première vue, ce quartier qui dispose de façades haussmanniennes ordonnées par ses principales artères donne l’impression d’être encore dans le centre-ville, d’autant que des établissements et des lieux, situés en son sein et sur ses marges, constituent des points de polarité l’intégrant à l’espace central de la capitale, qui sont par ailleurs des lieux de mémoire. Du pourtour du quartier vers l’intérieur et d’amont en aval, on trouve (figure 6) :

  • Le cimetière "El Kettar des aieux" fut implanté en 1834 dans une zone escarpée dominant la casbah à l’ouest. Reconnu comme lieu mémoriel, il abrite des personnages importants de la capitale (la chanteuse Fadila Dziryia, le chanteur Al Anka, l’acteur Rouiched, l’écrivain cinéaste Yacef Saadi, etc.). Il est accessible de Bab el Oued à partir de très long escaliers, devenus eux-mêmes un repère : Droudj el Kettar.

  • Le lycée Emir Abdelkader (Bugeaud), réalisé en 1868, qui "a vu passer sur ses bancs dillustres personnalités de divers horizons à limage de lécrivain et anthropologue Mouloud Mammeri, lécrivain Albert Camus, Dalil Boubakeur le recteur de la mosquée de Paris, ou encore le comédien Roger Hanin" (Algérie presse service, 21 juillet 2021).

  • Le carrefour de Triolley, point de convergence des deux voies importantes de chevalley et d’el Biar, est aussi la porte d’accès nord du quartier. Il est devenu lieu emblématique pour les habitants du quartier qui le commémorent en raison des pertes humaines qui y ont été causées par les effondrements d’immeubles au cours des inondations de 2001.

  • L’hôpital Lamine Debaghine (Maillot), auquel est accolée l’emprise du centre national de recrutement militaire, est installé dans des bâtiments d’architecture ottomane construits entre 1791 et 1799 par le dey Baba Hassan. Ils furent proposés au classement dans les années 1930. S’il constitue un patrimoine de la capitale, il est surtout connu pour sa fonction de Centre Hospitalier Universitaire (CHU) à l’échelle nationale.

  • Le complexe sportif Ferhani occupant le site de l’ancien stade Marcel Cerdan, où se produisirent les deux grandes équipes algéroises de football, abrite cafétérias, magasins d’articles de sport et autres lieux de loisirs et se prolonge par une esplanade pour la détente.

  • Le jardin de Prague (Marengo) est créé sur les lieux du mausolée de Lalla Aicha (Centre de Documentation Historique sur l’Algérie - CDHA, 2009). On y trouve un bosquet d’arbres et arbustes rares (Dracaena et autres) de plus d’un siècle d’existence. Après de longues années d’abandon, le jardin a été réhabilité en 2017 pour rouvrir ses portes aux visiteurs et promeneurs.

  • Le jardin Taleb Abderrahmane (boulevard Guillemin), espace vert implanté sur l’emplacement de la muraille et de la porte de Bab el Oued créé en 1896, vient en prolongement du jardin de Prague et descend vers la mer.

Figure 6 : Bab el Oued : les référents spatiaux

Figure 6 : Bab el Oued : les référents spatiaux

Slitaine, Spiga, 2022
Source : D’après les données d’enquête, 2019-2022

32À ces établissements s’ajoutent d’autres lieux servant aussi de repères pour l’ensemble de l’agglomération. Ils se distinguent des précédents par le fait qu’ils sont, avant tout, appropriés par les habitants du quartier et ceux des alentours :

  • Les trois horloges est le principal repère évoqué lorsqu’on parle de Bab el Oued (photo 3) : "La célébrité de ces trois horloges montées en triangle sur un support commun est telle, dans la mythologie algéroise, quaujourdhui, dans les aménagements neufs quon a fait pour revaloriser le décor urbain défraichi, on a vu apparaître le modèle à plusieurs endroits de la ville" (Deluz, 2001, p. 128).

Photo 3 : Bab el Oued : les Trois horloges

Photo 3 : Bab el Oued : les Trois horloges

Slitaine, 2022

  • Le cinéma Al Atlas (Le Majestic) est le seul qui reste d’une multitude de cinémas qui ont rythmé la vie des anciens habitants de Bab el Oued. Il faisait partie, par sa capacité de 4 000 places, des dix plus grandes salles de cinéma du monde. En plus des projections de films, des galas furent organisés où se produisirent de grandes célébrités dont Dallida (1965), Johnny Hallyday (1967) et d’autres (Les Echos d’Alger, décembre 2017). La salle fut réhabilitée en 2006 à l’occasion du festival culturel Panafricain.

  • Les piscines d’El Kitani (anciens bains Padovani), dont Camus dit dans son livre Noces que "les bassins font l’illusion de déborder sur la mer" (1950, p. 32), sont surtout évoquées pour leurs activités ludiques de la période coloniale : "le dancing est ouvert tous les jours. Et dans cette immense boîte rectangulaire ouverte sur la mer dans toute sa longueur, la jeunesse pauvre du quartier danse jusqu’au soir".

33Tantôt réhabilités ou restaurés, tantôt rénovés, nombre d’établissements se trouvant au sein du quartier appartiennent à l’histoire commune de la capitale et de Bab el Oued. Mais dans la perception de ses habitants, ressortent d’autres lieux de mémoire, d’autres repères puisés dans le vécu.

Des lieux entre pratiques spatiales et mythes tenaces

34Cette deuxième catégorie de marqueurs de l’identité de Bab el Oued renvoie aux lieux publics de commerce, de loisirs et détente. Autour de Place des trois horloges, où se termine la centralité linéaire dérivée des principales artères du centre-ville, s’organisent des lieux de polarité, dont l’attractivité s’étend aux quartiers limitrophes.

  • Le marché des Trois Horloges, "belles structures de hangar en fonte qu’on faisait dans les années 1900" (Deluz, 2001, p. 128), domine dans cet espace commercial. Récemment effondré, sa reconstruction à l’identique est en cours. À sa proximité, les d’llala, vendeurs à la sauvette, incontournables, proposent des articles de toutes sortes et à petits prix (photo 4).

Photo 4 : Place des Trois horloges : Marché D’llala

Photo 4 : Place des Trois horloges : Marché D’llala

Slitaine, 2018

  • La Place Stambouli (square Nelson) et le marché Nelson, structure en voutains héritée aussi de l’époque coloniale, partagent l’animation commerciale avec les vendeurs informels qui y ont élu domicile.

  • Les boutiques proposant les spécialités traditionnelles se répartissent entre le début et la fin de la centralité linéaire (figure 6). Elles appartiennent à des artisans renommés qui préservent les recettes familiales. Elles attirent une clientèle provenant des autres quartiers de la capitale voire des autres Wilayas.

  • Les cafés, lieux de rencontre renouvelés (ceux datant de l’époque coloniale ayant disparus) : Le Cercle de l’Union Sportive de la Médina d’Alger (USMA), où se rendent les supporters de cette équipe, le café El Kamel, le café Bourouiss sont les plus évoqués.

  • Le front de mer des babelouédiens, avec sa plage Rmila, est le lieu qui donne le sentiment d’un cadre de détente paisible : baigneurs petits et grands, promeneurs et pécheurs se côtoient dans une ambiance propre aux quartiers populaires. Deux activités de loisirs sont particulièrement évoquées : la pêche à la canne sur les blocs de béton de la digue ou en barque et la pétanque, pratiquée comme par le passé sur l’esplanade El Kittani, qui donne lieu à des tournois attirant foule.

35D’autres lieux disparus sont encore vivants dans la mémoire des babelouédiens. Ce sont :

  • Le café El Bahdja qui continue d’être évoqué, bien qu’il soit transformé en restaurant. Face au palais des Rais, dans la cité de l’esplanade, il fut une scène artistique fréquentée par les maîtres de la musique Chaabi tels que Hadj M’rizek, Hadj El Anka, etc. (quotidien El Watan, 13 Septembre 2009).

  • La Basseta (Bazita), cité disparue mais dont l’appellation est perpétuée, renvoie à ce qui entoure les Trois Horloges.

36Ces lieux et bien d’autres font apparaître Bab el Oued comme un quartier appartenant au passé mais qui résiste à l’oubli. Mais s’il parvient à rester "le cœur battant d’Alger" (Himeur, 2018), c’est grâce aux jours de match festifs. Laurendeau (2021), photographe reporter, les décrit ainsi : "La joie dure des heures dans le stade. Remise de la coupe, tour d’honneur des joueurs […]. Toutes les nuits, le quartier s’illuminera du rouge de signaux de détresse déclenchés pour l’occasion. On chantera, on criera, on bloquera les rues. Puis, les feux perdront de leurs éclats, les klaxons se tairont et la vie reprendra son cours. Comme avant, comme toujours, la même chose tous les jours".

  • 7 Écrivains et hommes de l’art ont contribué à mystifier Bab el Oued par des œuvres sur son histoire (...)

37Ce quartier, que ses habitants quittent parce que leur cadre de vie se détériore, est toujours caractérisé par une ambiance ordinaire. Il est aussi entouré d’une identité mythique fabriquée à partir d’un passé glorifié et d’un présent stigmatisé7. Dans quelle mesure l’action publique prend en charge cette réalité ?

Bab el Oued au prisme de l’action publique : le déni du quartier

Des projets d’envergures et un tissu urbain laissé en l’état

38Les interventions sur le quartier Bab el Oued ont obéi à deux politiques urbaines : celle de la restauration des infrastructures détruites lors des catastrophes naturelles et celle qui lui a succédé, orientée vers la perspective de désengorgement de l’hypercentre d’Alger.

39Face aux graves dommages humains et matériels causés par les inondations de 2001 qui, d’autre part, ont vulnérabilisé le bâti vétuste, les pouvoirs publics ont agi sur deux plans :

  • Les actions de terrains ont porté sur la remise en l’état du réseau d’assainissement, dont le recalibrage et le dédoublement du collecteur de O. M’Kacell, achevé en 2012, furent l’opération primordiale. Elles ont aussi porté sur la réhabilitation des établissements éducatifs et le relogement des occupants de maisons effondrées.

  • Les études lancées suite à cette catastrophe se sont inscrites aussi sur deux registres. Celles réalisées par les experts de la banque mondiale ont fait ressortir la nécessité de revégétaliser le haut versant dénudé du massif de Bouzaréah, qui "maintient le quartier sous la menace des phénomènes d’instabilité" (Word Bank document, 2003). Cette préconisation susceptible d’apporter une solution durable pour protéger le quartier de futures inondations et glissements de terrains n’a pas vu le jour.

40De l’étude du Plan d’Occupation des Sols (POS), réalisée par le CNERU en 2002, se dégage la nette idée d’introduire dans ce quartier des infrastructures de déplacements, enjeu pour la mobilité urbaine visible à travers le programme du POS :

  • Dédensification du tissu avec aménagement de jardins et aires de jeu sur les parcelles dont les bâtisses se sont effondrées ;

  • Récupération de la plage ;

  • Élargissement et dédoublement de l’avenue Commandant Mira ;

  • Projection d’un échangeur au niveau du plateau Ferhani ;

  • Rétablissement des relations et articulations spatiales et fonctionnelles du site avec la structure urbaine environnante, dont l’hyper centre d’Alger ;

  • Création d’une voie rapide, à long terme, sur le front de mer "appelée à être réalisée le long de la plage en viaduc avec des équipements en dessous longeant Said Touati jusqu’à Diar El Kef en assurant la liaison de Frais Vallon rampe des Fusillés par un tunnel" (POS U12 Bab el Oued, 2002).

41Dans ce programme, Bab el Oued apparaît comme un territoire utile à l’hypercentre, une idée qui a suivi son chemin : à la fin des années 1990, le GPU y prévoyait un cinquième pôle devant désengorger l’hyper centre (Berezowska-Azzag, 2006). Cette idée s’est réaffirmée avec le schéma de restructuration d’Alger (PDAU, 2016), dont certaines propositions ont connu un début de concrétisation. C’est le cas de l’extension de la ligne de métro, en voie de réalisation, qui devra relier La Place des Martyrs à El Biar et Chevaley, desservant au passage Bab el Oued par trois stations (figure 7). L’extension projetée du tramway répond, là aussi, à la logique d’assurer la liaison entre le centre-ville et les quartiers nord, tout en irrigant Bab el Oued. Si ces deux projets améliorent la mobilité intérieure et interquartier, ce n’est pas le cas pour le réaménagement des principaux axes urbains en grands boulevards, voire en pénétrantes induites par le macromaillage. Si celles-ci venaient à se réaliser, traversant le quartier de part en part, elles contribueraient à la fluidité de la circulation urbaine mais, en s’imposant comme coupures urbanistiques, elles auraient un effet déstructurant et effaceraient au passage des lieux symboliques du quartier.

Figure 7 : Bab el Oued dans l’action publique

Figure 7 : Bab el Oued dans l’action publique

Slitaine, Spiga, 2022
Source : CNERU, 2002 ; PDAU, 2016

La focalisation sur le "V européen"

42Les enjeux du quartier ne sont pas restreints à l’amélioration de la mobilité urbaine. Ce sont aussi ceux de l’amélioration de l’image de la capitale focalisée sur ce qui fut le V européen, inscrit dans les grands projets structurants, sans ampleur, cependant :

  • Le ravalement de façade des immeubles "européens", qui ont pignon sur rue (photo 5), entrepris dans le cadre du "projet d’embellissement de la capitale" est le plus significatif. Hors de ce cadre, des réhabilitations d’édifices publics ont été réalisés (photo 6).

    • 8 Le projet d’aménagement de la Baie d’Alger s’inscrit dans le Plan Stratégique de la Wilaya d’Alger (...)

    Le réaménagement du front de mer de Bab el Oued, relevant du "projet Baie d’Alger" dont l’objectif est de transformer le littoral algérois8, qui a consisté à réhabiliter les piscines d’El Kittani essentiellement.

Photo 5 : Ravalement de façade dans le bas Bab el Oued

Photo 5 : Ravalement de façade dans le bas Bab el Oued

Slitaine, 2021

Photo 6 : À gauche : rangée d’immeubles en mauvais état. En avant plan : réhabilitation de l’église réutilisée en bibliothèque municipale. En arrière-plan : complexe Télécom

Photo 6 : À gauche : rangée d’immeubles en mauvais état. En avant plan : réhabilitation de l’église réutilisée en bibliothèque municipale. En arrière-plan : complexe Télécom

Slitaine, 2022

  • La réhabilitation des jardins publics est entreprise dans le cadre de la réalisation de la promenade T1, l’une de 7 promenades de l’hypercentre d’Alger débouchant sur la baie d’Alger. Elle est dédiée à la célébration de la mémoire du martyr Taleb Abderrahmene. Son aménagement consiste à articuler le jardin Taleb Abderrahmene au front de mer, qui sera doté en équipements de détente et de loisirs.

43Cette approche d’intervention sur les secteurs d’enjeux pour la circulation urbaine et la métropolisation de la capitale apparaît avec évidence dans la sectorisation du PDAU de la capitale en POS. Bab el Oued y figure par le POS 165, délimité par la pénétrante littorale qui détache le front de mer du quartier, et le POS 071 de réhabilitation de l’habitat mais qui se restreint au V européen.

44À l’évidence, les aménageurs considèrent Bab el Oued à partir de la vision obsessionnelle de l’image attractive de la capitale, laissant entière la situation de délitement du bâti habité. Malgré le potentiel de requalification que représentent friches et IMR, aucun projet d’aménagement n’a surgit pour réhabiliter ce grand quartier d’habitat. Les interventions en cours/envisagées, sous-tendues par les enjeux liés à la capitale, travaillent plutôt à son gommage. Face à ce désintérêt des instances centrales, quelle évolution peut connaître ce quartier, quelles réponses sont apportées par les acteurs locaux et les habitants ?

Des acteurs locaux et des habitants sans réactivité

45Au vu de la dégradation du bâti, qui suit son court, et de son corollaire le départ des habitants vers la périphérie lorsque les immeubles menacent de s’effondrer, Bab el Oued est à considérer dans une évolution tendancielle de déclin, amputé progressivement de sa dimension habitat (figure 8).

Figure 8 : Bab el Oued : le déclin de l’habitat

Figure 8 : Bab el Oued : le déclin de l’habitat

Slitaine, Spiga, 2020
Source : Synthèse établie par les auteurs

46En théorie, Bab el Oued correspond à un territoire doté de tous les statuts des collectivités locales susceptibles de veiller aux intérêts locaux : chef-lieu de commune, il est en même temps chef-lieu de daïra et de wilaya déléguée. Fait paradoxal, acteurs locaux et habitants paraissent sans réactivité, face à l’éventualité de voir disparaître l’identité urbaine de ce quartier emblématique sous l’emprise des "projets d’Alger". D’aucuns considèrent que les acteurs locaux n’ont que les initiatives que leur concède l’État central (Icheboudène, 2009). Mis à l’écart des questions stratégiques, ils restent focalisés sur les listes de relogement et leurs initiatives restent restreintes à la gestion urbaine. Cependant, dans les campagnes électorales, surgit parfois le désir de prendre en main les questions d’enjeux locaux, comme le fait de "réutiliser les friches urbaines dans des programmes de promotions immobilières" (propos recueillis auprès d’un responsable de la Direction de l’Urbanisme de la Construction et de l’Habitat, décembre 2019), de réhabiliter les pratiques spatiales anciennes : réhabiliter le port de pêche fut la promesse d’un candidat aux élections municipales pour gagner des électeurs (quotidien El Watan, mars 2019).

  • 9 Bab el Oued est considéré comme un bastion historique de la contestation dans la capitale. La premi (...)

47La logique de vidage de ce quartier historique de ses habitants, qui implique leur déplacement en périphérie, à peine perceptible pour l’instant mais bien réelle, ne rencontre pas de résistance auprès de la population connue, par ailleurs pour les mouvements de contestation contre le pouvoir et l’iniquité du développement9. La préservation de ce quartier ne ressort pas dans leurs revendications. Des entretiens recueillis au cours de nos enquêtes et confrontés aux données disponibles sur le web, trois attitudes extrêmement schématisées peuvent être dégagées :

  • La revendication du droit au logement décent et à la qualité de vie urbaine n’est pas nécessairement recherchée sur place. Rares sont ceux qui déplorent l’inscription de leur immeuble dans les IMR (entretien avec les habitants du quartier, mars 2019). L’attachement au quartier réside plutôt dans les lieux de vie collectifs que l’on continue à fréquenter lorsqu’on n’y habite plus. Certains regrettent de ne pas pouvoir le quitter : "les habitants de Bab el Oued sont tous partis il ny a plus rien à faire ici" (entretien avec des habitants du quartier, mars 2019). Dans cette logique de vouloir partir, d’autres dénoncent le détournement des logements destinés aux Babelouédiens au profit de ceux qui arrivent dans le quartier dans le dessin de se faire reloger : "Les logements sont distribués à ceux qui squattent les espaces publics pour en faire des bidonvilles. Les vrais habitants du quartier n’ont bénéficié de rien..." (propos d’un habitant, quotidien El Wattan, novembre 2017).

  • Pour une large majorité de la population du quartier, la détérioration de l’espace habité n’est qu’un aspect de l’insatisfaction qu’ils expriment par l’adhésion aux mouvements opposés au pouvoir.

    • 10 Arrestation du président de l'association SOS avec d’autres membres le 20/04/2021, [en ligne]. URL  (...)

    Entre ces deux positions tranchées s’inscrit une troisième qui, sans exclure la revendication du droit au logement, se fédère autour d’associations qui agissent pour l’organisation d’une vie sociale apaisée et décente mais surtout pour canaliser une jeunesse désœuvrée en mal de vivre. Ces associations, qui prêtent main forte au gouvernement pour arracher les jeunes à l’emprise des islamistes, sont surveillées de près par celui-ci, qui demeure attentif aux influences extérieures, notamment celles des pays démocratiques, que ces associations peuvent véhiculer10.

48On se trouve, à Bab el Oued, dans une situation de détérioration en roue libre, ce que Jean-François Pérouse (cité par Erdi-Lelandais, 2009) qualifie de "laisser pourrir" observée à Istanbul, utile à la fois pour une "une rénovation autoritaire" et pour faire taire la contestation populaire par les promesses de relogement, avec la différence qu’à Bab el Oued, il n’est pas question pour l’heure de rénovation mais d’une substitution d’infrastructure de déplacement au vieux tissu détérioré. Autrement dit, ne s’agit-il pas d’une élimination en douce de la vocation d’habitat, autour de laquelle s’est construite son identité ?

Conclusion : la décomposition à terme du quartier

49Produit de l’urbanisme colonial, le quartier Bab el Oued fut réalisé sur un site à fortes contraintes naturelles vers lequel a été dirigée une population ouvrière européenne et dont les marges reculées, encore plus contraignantes, ont servi par la suite au recasement des autochtones. Malgré sa position à cheval sur l’espace central et l’habitat de banlieue pauvre, Bab el Oued parvient à s’investir d’une identité urbaine propre, encore proclamée par ses anciens habitants. Ayant achevé sa croissance à la fin de la période coloniale, ce quartier éprouvé par les aléas naturels présente des signes de déclin.

50En somme, cette évolution du quartier conforte le dessein de l’État d’adapter les structures de centralité finissante dont il est pourvu à la métropolisation de la capitale, dans une sorte de déni du quartier que laisse penser l’inaction des gouvernants face à la détérioration du cadre bâti et le départ planifié de ses habitants.

51Au final, cette analyse de Bab el Oued a mis à jour un jeu de recomposition urbaine non contrarié, où les aménageurs de la capitale agissent en présence d’acteurs locaux sans réactivité et d’habitants anciens retranchés derrière une attitude nostalgique. Elle montre par ailleurs que la problématique de valorisation des quartiers populaires anciens n’a pas encore émergé. Elle montre aussi que le devenir de ces quartiers populaires, passés sous silence, nécessite des investigations nouvelles sur la base d’une problématisation autour de l’implication des acteurs locaux dans les projets d’aménagement strategiques de la capitale qui impactent leur territoire et où, jusque là, l’initiative revient exclusivement à l’État.

Haut de page

Bibliographie

Assari N., 2007, Alger des origines à la régence turque, Alger, Alpha, 324 p.

Baamara L., 2013, "24. À SOS Bab-el-Oued : rappeurs et rockeurs entre intégration et transgression à Alger", in : Bonnefoy L. (dir.), Jeunesses arabes : du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, 230-239.

Bautès N., Guiu C., 2010, "Cheminements autour de l’identité urbaine", in : Gérardot M. (dir.), La France en ville, Paris, Atlande, Clefs concours, Géographie des territoires, 119-126, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00523340

Bendjelid A., Hafiane A., 2010, "De la fragmentation physique actuelle et passée à la tentative de défragmentation spatiale dans les grandes villes d’Algérie", in : Bendjelid A. (dir.), Ville d’Algerie : formation, vie urbaine et aménagement, Oran, CRASC, 39-68.

Berezowska-Azzag E., 2006, "Renouvellement ou régénération urbaine, débat contradictoire ?", in : Atkinson A., Chabou M., Karsch D. (dir.), Stratégies pour un développement durable local, Berlin, Université Technique de Berlin, 81-89.

Bouallag-Azoui O., Berezowska-Azzag E., 2016, "L’équipement emblématique, un levier de la régénération urbaine ? Cas du centre des arts d’Alger Riad El Feth", Laval, Cahiers de géographie du Québec, vol. 60, No.169, 57-81. https://id.erudit.org/iderudit/1038665ar

Boussuge D., 2021, "La durée de vie limitée du béton", Journal de l’Agence. https://www.journaldelagence.com/1195011-la-duree-de-vie-limitee-du-beton-dominique-boussuge-pathologiste-expert

Centre national d’études et de recherches appliquées en urbanisme (CNERU), 2002, POS U10, POS U11, POS U12 de Bab El Oued, cartes et rapports d’orientations, documents internes.

Chabane L., 2016, Dynamiques socio-spatiales et typologie des communes de la ville d’Alger suivant les résultats des deux recensements de la population RGPH 1998 et RGPH 2008, Québec, coll. rapport de recherche, Observation Statistique et Démographique de l’espace francophone (ODSEF), 46 p.

Chérif N., 2017, "Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction", Paris, Perspective, No.2, 131-152.

CRAAG., 2002, "les pluies et laves torentielles", lettre du CRAAG, No.7. https://www.craag.dz/archive_lettre/2002/lettre072002/Lalettre7.pdf

CRAAG., 2003, "Séisme de Boumerdes 21 Mai 2003 – 19h44mn – Mw :6.8", lettre du CRAAG, numéro spécial. https://www.craag.dz/archive_lettre/2003/lettre_special/Lalettre_special.pdf

CRAAG., 2014, "CRAAG infos", lettre du CRAAG, No.65. https://www.craag.dz/archive_lettre/2014/INFOS%20CRAAG%20N%C2%B065.pdf

Deluz J.J., 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger, Aperçu critique, Liège, Pierre Mardaga, 199 p.

Deluz J.J., 2001, Alger chronique urbaine, Alger, Bouchene, 239 p.

EAU EGIS., BRGM., IAU-IDF., 2013, "Étude Sur La Vulnérabilité et l’adaptation de La Wilaya d’Alger Au Changement Climatique et Aux Risques Naturels", 12 p. https://www.cmimarseille.org/sites/default/files/newsite/library/files/fr/doc2-acc_alger_phase1-resumeexecutif_0.pdf

Erdi-Lelandais G., 2009, "Quartiers de contestation... quartiers d’exclusion : politiques d’urbanisation et résistances populaires à Istanbul", Cultures et Conflits, No.76, 143-168. http://conflits.revues.org/17812

Hadjiedj A., 1997, "Développement urbain et détérioration du cadre de vie à Alger", Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 74, No.3, 336-345.

Himeur M.A., 2018, "À Bab el-Oued, le cœur battant d’Alger-la-blanche", Rédaction VVA. https://www.visa-algerie.com/a-bab-el-oued-le-coeur-battant-dalger-la-blanche/

Icheboudene L., 2009, "Réflexion sur la gouvernance urbaine à Alger. Prérogatives institutionnelles et monopoles politiques", Insaniyat : Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, No.44-45, 97-113.

Klein H., 1937, "Le Jardin du Dey (hôpital militaire)", in : "Le Vieil Alger et l’occupation militaire française avec vues, plans et coupes", Les Feuillets d’El-Djezaïr, vol. 2, 80-84. https://athar.persee.fr/issue/feldj_1112-0649_1910_num_2_1

Laboulbene J.M., 1994, "Bab el Oued, mon quartier", AFN Collections, No.9. http://afn.collections.free.fr/pages/09_bulletin/09_bab.html

Lesbet D., 1987, "La casbah d’Alger, gestion de la salubrité", Les Annales de la recherche urbaine, No.3, 58-68.

Lespès R., 1930, Alger, Étude de géographie et d’histoire urbaines, Paris, Librairie Félix-Alcan, 196 p.

Marié M., 1995, "La guerre, la colonie, la ville et les sciences sociales", Sociologie du travail, vol. 37, No.2, 277-299.

Menad W., Douvinet J., Beltrando G., Arnaud-Fassetta G., 2012, "Évaluer l’influence de l’urbanisation face à un aléa météorologique remarquable : les inondations des 9-10 novembre 2001 à Bab-el-Oued (Alger, Algérie)", Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18, No.3, 337-350.

Merlin P., Choay F., 1988, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Édition Presses universitaires de France, 1024 p.

Parque expo., 2016, Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) révisé d’Alger.

Office national des statistiques, Recensements généraux de la population et de l’habitat (RGPH) 1987, 1998 et 2008, Alger, Publications de l’ONS.

Picard A., 1994, "Architecture et urbanisme en Algérie. D’une rive à l’autre (1830-1962)", Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 73, No.1, 121-136.

Rabehi W., Guerfi M., Mahi H., 2018, "Cartographie de la vulnérabilité des communes de la baie d’Alger. Approche socio-économique et physique de la côte", Méditerranée : Revue géographique des pays méditerranéens/Journal of Mediterranean geography. http://journals.openedition.org/mediterranee/8625

Safar-Zitoun M., 2009, "Alger d’aujourd’hui : une ville à la recherche de ses marques sociales", Insaniyat : Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, vol. 13, No.44-45, 33-55.

Sahli A.M., 1993, Alger : évolution, révolution et permanence, Croissance démographique et urbanisation : politique de peuplement et aménagement du territoire, séminaire international de Rabat, 15-17 mai 1990, No.5, 47 p.

Saidouni M., 1995, Rapports de force dans l’urbanisme colonial algérois (1855-1935) ou la genèse de l’aménagement urbain à Alger, Thèse de doctorat sous la direction de Yerasimos S., Université de Paris 8.

Stora B., Ellyas A., 1999, "Octobre 1988 (événements du 5) : (Algérie, 5-12 octobre)", in : Stora B., Ellyas A. (dir.), Les 100 portes du Maghreb : L’Algérie, le Maroc, la Tunisie, trois voies singulières pour allier islam et modernité, Paris, Éditions de l’Atelier, 250-252.

Tabet Helal M.A., Baghli A., Bensaoula F., Mami E.F., Ghellaï N., 2012, "La crue centenaire de Bab EL Oued, Alger (Algérie)", Journées de l’hydraulique, vol. 34, No.1, 1-8. https : www.persee.fr/doc/jhydr_0000-0001_2012_act_34_1_1266

Urbanis., 1997, Alger, capitale du 21ème siècle. Le Grand Projet Urbain, ANEP, Alger.

"Vies de Villes", 2012, Les projets qui transforment Alger, Hors-série No.3, 422 p.

Word bank document., 2003, Projet d’urgence de réhabilitation et de réduction de la vulnérabilité en zone urbaine, RP105 vol. 2, 15 p.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet le numéro 3 de la revue Vie de Ville.

2 Banlieue ici correspond à la couronne d’usines et d’habitat ouvrier qui fut réalisée au cours du XXe siècle au-delà de la ville intra-muros, dans la campagne environnante. Les tissus qui la composent, conservés jusqu’à nos jours, l’apparente à la banlieue ancienne telle que l’ont défini Merlin et Choay (1988) dans le dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement.

3 Nous considérons que l’expertise établie par Dominique Boussuge (2021), sur les immeubles en béton construits en France, qui conclut à la désagrégation du béton au bout de soixante-dix à cent ans, vaut pour les immeubles construits en Algérie au cours du XXe siècle. Plusieurs raisons à cela : Comme l’avance Picard (1994), ces immeubles sont le fruit de l’expérimentation des méthodes et techniques de construction exportées de la métropole vers l’Algérie à partir de 1920. Selon les expertises algériennes et comme le déclare l’architecte expert Abdelhamid Boudaoud (2021), président du CNEA (le Collège National des Experts Architectes), les immeubles construits à Bab el Oued et dans les autres quartiers anciens d’Alger ont une durée de vie moyenne de 50 ans.

4 Le 6e RGPH prévu pour 2020, qui aurait permis de disposer de statistiques exhaustives sur la population et l’habitat, fut reporté une première fois à 2021 et une deuxième fois à 2022. Il n’a pas encore eu lieu.

5 Selon ce bilan, 5 387 habitants ont bénéficié d’un logement à la périphérie d’Alger. Il s’agit des familles occupant 58 IMR auxquelles s’ajoutent celles qui ont été évacuées des caves et des terrasses d’immeubles. Le quartier perdait ainsi un peu moins d’une centaine de famille par an.

6 Identité urbaine, ici, fait référence à l’identité spatiale entendue comme "structurations symboliques de l’espace physique" (Veschambre, Ripoll, 2006, cité par Bautés, Guiu, 2010), comme ensembles d’objets urbains "signalant aux autres des singularités positives, sources de fierté pour les gens du lieu" (Bromberger, 2003, cité par Bautès, Guiu, 2010). Pour faire valoir l’identité de leur quartier, les habitants de Bab el Oued font référence aux lieux publics emblématiques investis d’histoire et de mémoire, associés aux événements aussi bien sociaux que naturels affectant leur vécu. On pourrait se demander quelle mutation a subi l’identité urbaine de ce quartier, dans la mesure où elle fut façonnée par une population européenne laborieuse et qu’elle fut donc associée au passé colonial. Les entretiens avec les habitants conduisent à considérer que les mêmes lieux emblématiques anciens sont toujours exhibés comme marqueurs identitaires du quartier. Fait normal vu qu’il y avait coprésence d’Européens et d’autochtones qui partageaient les mêmes lieux publics, les mêmes symboles urbains, si l’on excepte cimetières et lieux de cultes. En outre, ces signifiants identitaires originels sont continuellement réappropriés par les nouveaux arrivants autochtones.

7 Écrivains et hommes de l’art ont contribué à mystifier Bab el Oued par des œuvres sur son histoire de quartier populaire européen. Entre autres, Jean Brune (1956) s’exprime sur ce qu’il considère être son exceptionnalité. Geneviève Bailac (1957) le choisit comme scène de la vie des pieds noirs dans sa célèbre pièce de théâtre La famille Hernandez. Son adaptation cinématographique fut réalisée en 1965. L’actualité algérienne de Bab el Oued est aussi visibilisée, notamment par le film Bab el Oued city de Merzak Allouache, qui "pointe la profondeur d’une tragédie qui perdure" (Hamadouche, 2009).

8 Le projet d’aménagement de la Baie d’Alger s’inscrit dans le Plan Stratégique de la Wilaya d’Alger à l’horizon 2035. Il concerne une zone côtière de plus de 70 km de long, du Cap Caxine au Cap Matifou, et s'étend sur une superficie de 110 km². Le programme prévoit les promenades de Bab el Oued et ses piscines naturelles, de l’indépendance où se trouve l’aquarium d’Alger et de la baie ; l’assainissement et l’aménagement de Oued El Harrach etc.

9 Bab el Oued est considéré comme un bastion historique de la contestation dans la capitale. La première contestation fut celle des "cigarières", qui remonte à la fin du XIXe siècle et aboutit à la formation du premier syndicat féminin d’Algérie (Robert-Guiard, 2009). L’événement le plus marquant du XXe siècle eut lieu en mars 1962, durant lequel Bab el Oued a connu des affrontements entre l’OAS et l’armée française ayant conduit à l’instauration d’un état de siège du quartier du 23 mars au 6 avril 1962. La contestation continue après le départ des Européens : "Après l’indépendance, Bab el Oued est resté l’un des bastions populaires d’Alger. Les duretés de la vie quotidienne ont chassé l'esprit ludique, l’Islamisme y a trouvé l’un de ses foyers, comme en son temps l’OAS y avait ses plus fortes emprises" (Deluz, 2001, p.128). De Bab el Oued, part en octobre 1988 la révolte contre le régime algérien, une contestation relayée par les islamistes qui y ont installée l’une de leur base durant "la décennie noire" de 1990. Les jeunes de ce quartier et ceux d’El Harrach, l’aile Est de la contestation, revendiquent un processus de transition démocratique dans le pays et la fin du parti unique. Les événements prennent une tournure d’émeutes généralisées aux grandes villes du nord du pays (Stora, Ellyas, 1999). La tendance contestatrice chez les habitants de Bab el Oued s’est ancrée davantage à la suite des inondations de 2001. Les Babelouédiens reprochaient à l’État sa négligence et son absence, laissant les sinistrés livrés à eux-mêmes. Cet événement et sa gestion font l’objet d’une contestation pacifique mais percutante qui perdure : les habitants du quartier continuent à commémorer la douleur et dénoncer le mépris par des slogans tels que "Trioley ez-aouali mat" (À Triolet le pauvre est mort) et "Bab el Oued Echouhada" (Bab el Oued des martyrs), en référence aux victimes de la fusillade d’Octobre 1988 et de celles de la cuvette de Triolet ravagées par les crues de 2001. Plus récemment, les Babelouediens ont constitué avec les habitants de la Casbah l’aile ouest des marches de protestation hebdomadaire du Hirak, déclenchées contre le pouvoir en 22 février 2019 sur la base des revendications sociales.

10 Arrestation du président de l'association SOS avec d’autres membres le 20/04/2021, [en ligne]. URL : https://www.elwatan.com/edition/actualite/son-president-et-huit-membres-accuses-de-subversion-lassociation-sos-bab-el-oued-dans-le-collimateur-21-04-2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Site de Bab el Oued
Crédits Slitaine, 2022 Source : Carte topographique (Institut National de Cartographie, 1987) ; carte de l’aléa inondation Oued Koriche (Direction des Ressources en Eau, 2006) ; archives diverses
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 2 : Naissance du faubourg de Bab el Oued
Crédits Spiga, 2019 Source : D-’après Klein (1937)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 3 : Bab el Oued : formation et remplissage du quartier
Légende Slitaine, Spiga, 2022 Source : D’après le Bulletin municipal officiel de la ville dAlger, (1897-1954) ; Algérie Annuaire industriel, 1938
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 4 : Bab el Oued : typologie du bâti
Crédits Slitaine, 2022 Source : D’après les données du Centre National d’Études et de Recherches Appliquées en Urbanisme (CNERU, 2002), actualisées sur le terrain, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-4.png
Fichier image/png, 395k
Titre Figure 5 : Bab el Oued : état du bâti
Crédits Slitaine, 2019 Source : D’après les données du CNERU (2002), actualisées sur le terrain, 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photo 1 : Immeuble en ruine dans le haut Bab el Oued
Crédits Slitaine, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Photo 2 : Manufacture à l’abandon
Crédits Slitaine, 2019Une dégradation entretenue par des facteurs pluriels
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 6 : Bab el Oued : les référents spatiaux
Légende Slitaine, Spiga, 2022 Source : D’après les données d’enquête, 2019-2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Photo 3 : Bab el Oued : les Trois horloges
Crédits Slitaine, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Photo 4 : Place des Trois horloges : Marché D’llala
Crédits Slitaine, 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 7 : Bab el Oued dans l’action publique
Crédits Slitaine, Spiga, 2022 Source : CNERU, 2002 ; PDAU, 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Photo 5 : Ravalement de façade dans le bas Bab el Oued
Crédits Slitaine, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Photo 6 : À gauche : rangée d’immeubles en mauvais état. En avant plan : réhabilitation de l’église réutilisée en bibliothèque municipale. En arrière-plan : complexe Télécom
Crédits Slitaine, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 8 : Bab el Oued : le déclin de l’habitat
Crédits Slitaine, Spiga, 2020 Source : Synthèse établie par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/39978/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nour el Houda Slitaine et Sassia Spiga, « Déliquescence et valorisation controversée de Bab el Oued, un quartier populaire des confins du centre-ville d’Alger », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 1039, mis en ligne le 13 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39978

Haut de page

Auteurs

Nour el Houda Slitaine

Doctorante, Laboratoire d’Aménagement Urbain et Environnement (LAUE), Département d’Aménagement, Faculté des Sciences de la Terre, Université Badji Mokhtar Annaba, Algeria, nour-elhouda.slitaine@univ-annaba.org

Sassia Spiga

Professeure, Laboratoire d’Aménagement Urbain et Environnement (LAUE), Département d’Aménagement, Faculté des Sciences de la Terre, Université Badji Mokhtar Annaba, Algeria, spiga@univ-annaba.org

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search