Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueÉditoriauxUne transition pour Cybergeo

Une transition pour Cybergeo

Denise Pumain
Traduction(s) :
Transición para Cybergeo
A transition for Cybergeo

Texte intégral

1Pour une revue électronique, adaptation et renouvellement sont des qualités constantes, assorties le plus souvent de petites améliorations incrémentales, et plus rarement de brusques changements de trajectoire. Cette seconde modalité des changements observés dans les systèmes complexes était volontiers qualifiée de bifurcation dans la littérature relative aux processus d’auto-organisation, elle est désormais plus sagement nommée « transition » si l’on souhaite entraîner une participation apaisée aux adaptations qui créent de la nouveauté.

2Des transitions, Cybergeo en a connu plus d’une, en toute autonomie pendant ses dix premières années, d’abord à l’initiative de son concepteur Ky Nguyen, puis sous l’impulsion de Christine Kosmopoulos, qui a su nous inciter à rejoindre OpenEdition, puis Freemium, et à maintenir efficace la plateforme négociée avec PKP, tandis qu’Arnaud Banos puis Clémentine Cottineau nous entraînaient vers la publication des Model Papers et des Data Papers. La revue doit à ses lecteurs et à ses auteurs de garantir la durabilité des travaux qui lui sont confiés, par son éthique de la qualité de l’évaluation par les pairs, de la pérennité des publications et de l’intégrité scientifique dans une démarche de science ouverte. La reconnaissance du bien-fondé de toutes ces évolutions nous a conduits à célébrer les 20 ans de la revue comme étant ceux d’une permanente anticipation des changements qui étaient à venir.

3Et voici venue une autre transition, tout aussi nécessaire, qui s’accomplira à bas bruit et dans la continuité. Vingt-six ans après sa création, je quitte la direction de la revue, non sans émotion, mais avec une grande confiance dans le choix de ses deux nouvelles directrices, Natacha Aveline et Emilie Lavie, que je remercie d’avoir accepté la charge de continuer l’œuvre collective. Ma gratitude va aussi à toutes celles et ceux qui assument depuis près de trois décennies par leurs écrits et leurs relectures attentives notre contribution à la promotion de la géographie parmi les sciences. Que ces centaines voire milliers de personnes sachent combien j’ai apprécié la chance d’avoir bénéficié du partage bénévole de leurs savoirs et de leurs compétences.

4J’ai entamé ces quelque trois décennies dans la perspective véritablement naïve qu’Internet allait nous permettre d’assainir dans la frugalité un marché de la science qui dès le siècle dernier incitait déjà à répéter une dizaine de fois le même message pour se faire entendre. Avec l’électronique et le droit à la reprise des textes qu’elle autorise, j’entrevoyais la possibilité pour chaque auteur(e) de peaufiner une œuvre en corrigeant ses erreurs, en l’enrichissant successivement de ses découvertes et en complétant ses points de vue. Au lieu de cette ascèse de la frugalité, nous avons vu se déployer l’éventail des publications, dans un foisonnement inégalé de multiples créativités. Il n’est pas certain que cette liberté ait apporté davantage de démocratie, tellement les injonctions bibliométriques ont conduit au renforcement des inégalités de leur impact supposé, et laissé se développer des niches confraternelles d’ignorance mutuelle.

5Heureusement, le numérique apporte ses correctifs. Avec l’avalanche de nouvelles données géoréférencées, les savoirs et les compétences de la géographie sont encore plus largement partagés parmi les sciences et dans le grand public. Les algorithmes tels Cybergeonetworks ou Gargantext dessinent des graphes dénommés comme autant de « cartes » pour s’orienter dans la mangrove des publications. Mais l’intelligence artificielle échoue, encore et peut-être toujours, à produire du sens avec les croisements de références et les connivences sémantiques, et la fabrique épistémologique relève plus que jamais du domaine de notre intelligence naturelle et collective. Dans les courants contradictoires de l’époque, Cybergeo a su maintenir une ligne éditoriale généraliste, avec une ouverture à la diversité des pensées, des méthodes et des cultures qui font honneur au choix de la géographie. Que toutes celles et ceux qui y contribuent soient ici remerciés.

6L’équipe éditoriale, ancienne et nouvelle, vous adresse ses vœux les plus chaleureux pour une belle et heureuse année 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Une transition pour Cybergeo », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40025

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search