Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2022Jacques Lévy, 2022, Géographie du...

2022

Jacques Lévy, 2022, Géographie du politique, Odile Jacob, 293 p.

Gaspar Desplanques

Texte intégral

1Avec sa géographie du politique, Jacques Lévy dit réaliser à la fois un manuel et un essai pour saisir l’importance du politique dans la compréhension de l’espace. Cet ouvrage, fort d’une réflexion théorique, est d’actualité avec l’inscription de "La géographie du politique" comme question au programme de l’agrégation pour les prochaines années. L’auteur confirme ses théories sur "l’espace mobile" et le questionnement des découpages géographiques. Il appréhende la géographie du politique comme l’intersection "entre deux dimensions du monde social : le spatial et le politique" (p.16). Cela se confirme au fil des exemples développés : le politique n’est pas une focale avec laquelle il est pertinent d'analyser l’espace. Pour lui, le politique n’est pas non plus une approche disciplinaire en géographie. Pourtant, cette position est controversée ; Stéphane Rosière, par exemple, considère que la géographie du politique est une approche en géographie, celle d’étudier l’espace comme un cadre (Rosière, 2001). Pour Lévy, il s’agit encore moins d’un sous-champ disciplinaire de la géographie. Le politique est "une dimension du social qui consiste à gérer en même temps et de manière pacifique les contradictions éventuelles entre la multitude d’opérateurs sociaux poursuivant des buts différents" (p.274). 

2Le propos débute sur l’histoire de la naissance de l’intersection entre l’espace et le politique. Elle est définie par les liens entre "les différentes composantes de la société" (p.12) et cette société elle-même. C’est également l’occasion pour l’auteur de donner sa vision de l’histoire de la géographie et en particulier de la géographie contemporaine. Il pointe notamment le refus ancien des géographes d’approcher de près la question politique en affirmant que "la géographie universitaire française s’est longtemps acharnée à exclure le politique de son champ de curiosité" (p.22). Jacques Lévy cite Hervé Le Bras (démographe) et Emmanuel Todd (historien) comme étant les chercheurs ayant le mieux perçu les spatialités du politique. Il ne s’attarde pas sur les travaux de géographes français très impliqués dans le champ de la géographie du politique. L’auteur préfère en effet se pencher sur les différences entre la "géopolitique" et la "géographie du politique". Il définit la géographie politique comme une discipline qui "étudie la distribution spatiale des sociétés politiques avec leurs constitutions et leurs modes de gouvernement" (p.14). La géopolitique, de son côté, est plutôt définie comme un "ensemble d’interactions entre États" dans le but d’un "contrôle direct ou indirect d’un territoire" (p.48). Jacques Lévy théorise la fin progressive de la géopolitique. Les seules conquêtes territoriales sont réalisées par la Russie ces dernières années, l’essentiel des conflits étant intraétatiques. Cette analyse pose question, alors même que la position dite réaliste d’une grande puissance comme les États-Unis n’a pas changé depuis la présidence de Barack Obama (Douzet, Vaïsse, 2013).

3Les explications théoriques sont très précises et didactiques. L’auteur précise que ce livre se veut interdisciplinaire. Le temps passé sur l’explication de concepts appartenant plutôt au domaine de la philosophie politique ou la science politique le confirme. Une fois le temps des explications passé, l’auteur n’hésite pas à prendre parti. Un changement d’échelle au cours du deuxième chapitre, passant du Monde à l’Europe, montre que l’auteur croit peu à la pertinence de l’échelon national comme échelon principal d’appartenance politique pour les citoyens. L’auteur théorise l’existence d’une société européenne et pourquoi pas même d’une société mondiale sur laquelle il reviendra. 

4Jacques Lévy propose ensuite plusieurs chapitres thématiques dans le but d’illustrer l’existence d’une intersection entre le politique et l’espace. Cela donne l’impression d’un ouvrage fragmentaire. Le premier thème abordé est celui de la géographie électorale. Il s’agit de chercher des régularités spatiales dans les résultats électoraux. Jacques Lévy ne tombe pas dans le piège d’une analyse sur la base du modèle centre/périphérie. La géographie électorale est pour lui l’occasion de revenir sur son concept du "gradient d’urbanité", à savoir que l’ensemble de l’espace serait urbain mais à des degrés différents. Le recourt à ce concept n'est pas convaincant en ce qu’il conduit in fine à utiliser les catégories très établies de centre, banlieue et couronne périurbaine. C’est le cas dans de nombreux exemples, piochés en France, aux États-Unis ou en Suisse, dans lesquels il décèle une régularité spatiale : les électeurs de grandes villes émettent un "vote d’ouverture" et les électeurs des espaces périurbains plutôt un "vote de fermeture". Cette catégorisation entre ouverture et fermeture ainsi que l’utilisation de catégories politiques telles que "totalitaire", "réactionnaire", "conservateur", "progressiste", dont la construction n’est pas explicitée, font basculer le propos dans le registre de l’essai. Par ailleurs, Jacques Lévy n’entre pas dans la discussion contradictoire avec Jean Rivière sur les théories en géographie électorale (Rivière, 2022). Il ne répond pas non plus à la critique de spatialisme de sa théorie. Pour un lecteur géographe, le rattachement à l’espace n’est pas toujours perceptible.

5L’auteur se penche aussi sur la question de la justice et en particulier de la justice spatiale. Cette dernière notion est abordée sans référence aux travaux de la revue Justice spatiale/spatial justice (par exemple Moreau, Philifert, 2018). Une confrontation des différentes façons d’aborder la notion de justice est proposée : libertarisme, utilitarisme, équité, justice construite par les individus. L’auteur s’interroge sur le lien entretenu par l’espace et la justice. Il conteste l’approche de David Harvey selon laquelle "la solution aux injustices spatiales n’est pas spatiale" (Harvey, 1973). Jacques Lévy se sent proche des théories d’Amartya Sen, selon qui les politiques publiques ne sont pas nécessairement justes et l’individu doit être en position d’acteur de la justice.

6Jacques Lévy aborde ensuite la notion de nature. Il perçoit une prise de conscience écologique très forte dans la société qui n’est pas sans nuance. Trois approches politiques de la nature sont proposées : les modèles agro-industriel, néonaturaliste et postmatérialiste. Ces trois modèles sont différenciés pour Lévy par une appréciation différente de la notion de progrès et par un système de valeurs différent. L’auteur construit son argumentation et sa démonstration par la réalisation de tableaux de synthèse qui certes ont une efficacité pédagogique, mais qui posent la question des limites d’une réflexion par catégories rigides. Jacques Lévy semble faire de la philosophie des lumières une ligne de force idéologique. L’utilisation de grandes thématiques telle que la nature entraîne un travail conceptuel intéressant : le bien public, le progrès, etc. 

7À la fin de l'ouvrage, l'auteur s'attarde davantage sur l'espace. Jacques Lévy se penche sur une question centrale pour la géographie académique : le découpage de l’espace. Les découpages électoraux y sont analysés comme ne correspondant pas à des échelons géographiques pertinents. Leur plasticité y est critiquée. Une analyse de la question du fédéralisme est également proposée. À travers cette analyse, le rejet de l’échelon national comme échelon pertinent de la citoyenneté est réaffirmé. Enfin, en se penchant sur l’échelle mondiale, nous est proposée la notion de "gradient de sociétalité". Dans la même veine que le "gradient d’urbanité", il s’agit de la "propension d’un agrégat social donné à former une société". L’absence de gouvernement mondial rend l’analyse de l’existence d’une société mondiale complexe. L’auteur tente de travailler sur les multiples organisations internationales afin d’en montrer les avancées et les limites sur le plan politique. Les limites rassemblent le fonctionnement peu efficace de chaque institution, leur faible légitimité et parfois leur faible influence. Jacques Lévy distribue alors bons et mauvais points, sans que des critères d’évaluation n’aient été précisés. L’échelle mondiale est analysée et réfléchie par le biais des institutions internationales et les mouvements altermondialistes. Cela fait la particularité de l’échelle mondiale pour Lévy : elle est analysée dans le même temps qu’elle se construit. Ce dernier chapitre prône une société mondiale où les individus y seraient des acteurs majeurs. 

8Pour conclure, cet ouvrage est intéressant en ce qu’il permet de poser des cadres théoriques sur les liens entretenus par l’espace et le domaine politique dans un sens large. Les analyses reposent sur des exemples précis, intéressants, qui ne sont pas toujours étayés par la citation des auteurs majeurs sur les questions abordées. Bien souvent, le propos relève davantage de l’essai plutôt que du manuel universitaire, par l’absence de références précises et de discussion des travaux contemporains. Cet ouvrage ne comporte ainsi pas de méthodologie de travail. L’espace est pris dans une acception plus large. Cet ouvrage porte davantage sur la question politique en géographie que sur une véritable proposition d’une géographie du politique. En somme, tout est politique pour Jacques Lévy. Le politique est pour lui le prisme pertinent d’analyse de la société, plus que l’espace en tant que tel.

Haut de page

Bibliographie

Douzet F., Vaïsse J., 2013, "Obama, le président du pivot", Hérodote, vol. 149, No.2, 7.

Harvey D., 1973, Social justice and the city, Londres, Edward Arnold.

Moreau S., Philifert P., 2018, "Justice spatiale, ou pas ?", Justice spatiale/spatial justice, No.12.

Rivière J., 2022, L’illusion du vote bobo : configurations électorales et structures sociales dans les grandes villes françaises, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Rosière S., 2001, "Géographie politique, géopolitique et géostratégie : distinctions opératoires", L’information géographique, vol. 65, No.1, 33‑42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaspar Desplanques, « Jacques Lévy, 2022, Géographie du politique, Odile Jacob, 293 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40038

Haut de page

Auteur

Gaspar Desplanques

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, étudiant Master 2 Géoprisme, France
Gaspar.Desplanques[at]etu.univ-Paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search