Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2023Nicolas Rouget, Nacima Baron, Ama...

2023

Nicolas Rouget, Nacima Baron, Amaël Cattaruzza, Nathalie Lemarchand, Bastien Sepúlveda (dir.), 2022, Fragments de Géo, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, collection "GéoTraverses"

Yvana Bart

Texte intégral

1Les "GéoTraverses" sont des "jonctions, dialogues, échanges, assemblages entre les multiples éléments, méthodes, postures et perspectives associés à l’étude de l’espace géographique" (p.5). Ce mot-valise, qui est le titre de la collection des Presses universitaires de Vincennes inaugurée par cet ouvrage, définit l’objectif de Fragments de Géo. Réunissant 13 contributions par 30 auteurs d’origines aussi variées que les sujets qu’ils traitent, ce livre se propose d’ouvrir un dialogue entre différentes postures au sein de la géographie et de permettre à cette dernière de discuter avec d’autres disciplines. Le livre est composé de trois parties : la première, intitulée "Épistémologies en mouvement", donne à voir de multiples épistémologies et met en avant leur dimension temporelle et temporaire. La deuxième partie se nomme "Actions et réflexions" et traite de l’engagement des chercheurs dans une perspective d’action sur le monde. Enfin, la troisième partie a pour titre "Arguments" et se présente comme une tribune dans laquelle est laissée à des chercheurs la liberté d’exprimer leur position, parfois sujette à controverse, sur des questions d’actualité. Cette recension rend compte du contenu de cet ouvrage et tente d’offrir des pistes de réflexion suivant une progression thématique, en revenant d’abord sur l’objectif du recueil, puis sur la réalisation de ce projet et enfin en dégageant des éléments de critique.

Un espace de dialogue pour améliorer notre connaissance et notre compréhension "fragmentaires" du monde actuel

2Cet ouvrage fait suite au Congrès du centenaire de l’Union Géographique Internationale (UGI) de juillet 2022, sur le thème "Le temps des géographes". En effet, les directeurs et directrices de Fragments de Géo sont tous affiliés au Comité National Français de Géographie (CNFG), organisme représentant les géographes français auprès de l’UGI. Il en constitue une "vitrine" (p.5) et a pour prémisse le regain actuel d’intérêt pour la géographie, en tant que science traitant des phénomènes d’actualité. Les auteurs partent du constat de l’aspect irrémédiablement "fragmentaire" de la connaissance du monde, de l’impossibilité pour le géographe d’être exhaustif, d’autant qu’il est inscrit dans le monde qu’il étudie et que ce monde est en perpétuel changement. L’ouvrage se constitue en espace de dialogue entre différentes postures géographiques et entre la géographie et d’autres sciences sociales, notamment l’aménagement, l’économie, la sociologie ou la linguistique. La structure de ce travail collectif repose sur la pluralité des épistémologies, leur complémentarité dans un effort de mutualisation des connaissances, mais aussi leur irréductibilité : il ne s’agit pas d’aboutir ni à une géographie ni à une science "unifiée(s)" (p.9), mais de permettre la mise en rapport de "fragments" de connaissance, tout en mettant en avant leurs différences et les éventuels points de désaccord des auteurs adoptant ces perspectives. Ce décloisonnement intra- et interdisciplinaire n’est donc pas synonyme de transcendance complète de l’organisation interne et académique de la géographie, puisque des sous-disciplines comme la géographie culturelle, la géographie sociale ou la géographie viticole font chacune l’objet d’une contribution. Cet ouvrage est fermement ancré dans l’actualité du début des années 2020, traitant des "urgences les plus contemporaines" (p.10), qui entraînent les recompositions de la science : il est question du changement climatique, des migrations et, en particulier dans la partie "Arguments", d’intersectionnalité et de féminisme. L’ouvrage a donc notamment pour vocation de donner à voir une géographie moins mainstream que celle des revues.

La rencontre : confrontation d’épistémologies, de postures, d’approches, de méthodes plurielles

3L’approche transversale promue par cet ouvrage s’incarne d’abord dans la multiplicité des objets qu’il évoque. Certains sont des classiques de la géographie, comme le tourisme ou les migrations, mais d’autres sont plus atypiques, comme la question de l’aménagement des écoles maternelles lors de la période du Covid-19, traitée par Magali Hardouin. Dans la forme également, les chapitres sont hétéroclites. Certains retracent l’évolution d’une branche de la géographie, comme le panorama de la géographie culturelle dressé par Nicolas Canova, tandis que d’autres relèvent davantage du compte-rendu des recherches menées par leurs auteurs et de la discussion épistémologique et méthodologique sur leurs travaux. On peut ici citer l’article sur les migrations en Europe écrit par Morgane Dujmovic. D’emblée, on remarque des liens, par exemple la mention de l’hydrogéomorphologie, décrite par des spécialistes dans la deuxième contribution de l’ouvrage (François Bétard, Emmanuèle Gautier, Laurent Lespez et Denis Mercier), dans le chapitre consacré à la géographie de la vigne et du vin (chapitre 5). Elle est ici envisagée comme une thématique et un ensemble de méthodes qui pourraient s’avérer très utiles à l’avenir dans les études vitivinicoles.

4La question du clivage entre recherche fondamentale et recherche appliquée n’est pas en reste, puisque l’ouvrage accomplit à plusieurs reprises la réfutation ou la réactualisation de dichotomies traditionnelles de la géographie : ainsi, Emmanuel Thimonier-Rouzet questionne la séparation entre les "géographes professionnels", aménagistes, et les "géographes académiques". Il évoque ainsi une coopération possible : d’abord, par l’intervention de géographes dans les formations universitaires en aménagement, mais aussi dans l’application et le monde professionnel, avec l’idée intéressante d’une "caution scientifique" apportée par les chercheurs aux travaux réalisés en collaboration avec les aménagistes, qui permettrait de "rassurer" (p.150) les organes publics. Le clivage, depuis longtemps remis en cause, entre géographie humaine et géographie physique est ici aussi réfuté : la contribution sur les enjeux actuels de la géomorphologie fait clairement la promotion d’une intégration à la fois intra- et interdisciplinaire sur l’étude de l’impact du changement climatique. Les auteurs prennent ainsi le parti d’une analyse du rapport au sol et aux reliefs des sociétés et non plus d’une réflexion détachée du contexte social. On constate ainsi des épistémologies diverses mises à l’œuvre : de nombreuses contributions relèvent d’une épistémologie féministe (partie 3, "Arguments"), avec un chapitre écrit par un "collectif de géographes féministes", préférant laisser de côté leurs identités individuelles.

5La question de l’éthique de la recherche revient souvent, en particulier lorsqu’il est question de travail de terrain. Corinne Luxembourg évoque ainsi "la convention asymétrique" (p.192) sur laquelle ce travail repose, la position surplombante du chercheur par rapport à la personne enquêtée, et propose d’y remédier par une méthode de recherche-action participative, à la rencontre de la population par des dispositifs alternatifs, comme le jeu ou la marche. Cette contribution émet également un point de vue sur la relation entre science et politique, rompant ouvertement avec l’illusion d’une géographie apolitique, puisque cette recherche a été commandée par la municipalité de Gennevilliers. De même, des contributions adoptent une approche réflexive et interrogent le pouvoir de la science, la place de la recherche dans la reproduction des inégalités. L’éthique du care (Tronto, 2009) est mise en avant : il s’agit de montrer que dans la terminologie, avec des notions comme "marge" ou "périphérie", ainsi que dans les postures de recherche et les terrains choisis, la géographie elle-même contribue à perpétuer des ordres sociaux et politiques inégalitaires. Trois chapitres sur quatre de la dernière partie (10, 11 et 12) s’inscrivent clairement dans une géographie et, plus largement, une science critique. Le thème de la production de l’espace et la référence à Henri Lefebvre (1974) représentent ainsi une constante de l’ouvrage. Ces réflexions s’étendent sur le plan interdisciplinaire, notamment avec la présence de Camille Noûs, chercheur polymathe rappelant le "caractère intrinsèquement désintéressé, collaboratif et ouvert de la construction comme de la dissémination des savoirs" (p.227). La contribution de Claire Hancock sur le thème de la justice spatiale et l’émergence de la revue Justice spatiale / Spatial Justice met également l’accent sur une perspective d’ouverture, entendue comme nécessaire pour permettre à la science d’agir sur la société (Dufaux et al., 2009), et incarnée par de multiples références à la philosophe Iris Marion Young (1990) ainsi qu’à John Rawls (1971). Le chapitre final, rédigé par Jacques Lévy, fait appel à de nombreuses notions et références de linguistique (Saussure, Todorov, Searle). Il est également notable par ses prises de position dans le domaine universitaire : dans un argument d’autorité, Jacques Lévy critique l’écriture inclusive qui parcourt l’ouvrage et donne une large place aux épistémologies féministes. Si de telles oppositions ne sont pas résolues et semblent parfois même irréconciliables, cet ouvrage a au moins le mérite d’offrir à chacune des parties un espace d’expression pour certaines, de conviction pour d’autres, face à un lecteur informé des débats qui traversent la géographie française.

Le choix de la transversalité et du dialogisme : un positionnement qui soulève des interrogations

6La multiplicité des approches développées dans cet ouvrage suscite elle-même des points de contention. Le niveau de complexité des contributions est en effet très inégal, allant de chapitres relativement aisés à lire, celui qui est consacré à la géographie de la santé par exemple (chapitre 1), à des textes multipliant les références non explicitées, à des auteurs comme à des concepts et courants de pensée, difficulté qui atteint son paroxysme avec le chapitre sur la géographie culturelle (chapitre 4). Le choix des auteurs est très varié, alliant des jeunes auteurs et auteures comme Morgane Dujmovic et des auteurs plus établis, notamment Jacques Lévy. Dans l’ensemble, l’ouvrage est peu accessible à un public non géographe ou qui ne soit pas au moins issu du milieu académique. La diversité des contributions entraîne également des questionnements sur l’organisation interne des composantes du livre. Le choix semble être celui de l’assemblage hétéroclite des fragments, sans recherche a priori de cohérence générale. Ce faisant, la structure tripartite paraît artificielle, la partie "Arguments" par exemple, dont le contenu n’est explicité que dans une page d’introduction peu éclairante. Les quatre contributions qu’elle comprend ont une forte dimension épistémologique – que l’on attendrait plutôt en première partie, "Épistémologies en mouvement" – et elles mettent toutes les quatre en évidence l’engagement des chercheurs et des chercheuses sur la voie de l’action – ce qui évoque la seconde partie, "Actions et réflexions". Le sentiment d’une artificialité apparaît aussi dans la juxtaposition et l’absence de dialogue entre les points de vue qui y sont exprimés : les géographies féministes, la justice spatiale, l’éthique du care et la recherche-action participative et l’usage généralisé de l’anglais en science et son impact. Trois articles s’inscrivent donc dans une géographie critique tandis que le dernier, de Jacques Lévy, relève de la prise de position sur ce qu’il appelle un "communautarisme national … rival de la religion et de l’ethnie" en France (p.207). On pourrait donc reprocher à cette partie de manquer son objectif en ce qu’il y a un déséquilibre clair entre les positions défendues par les contributeurs et contributrices.

  • 1 Nous mettons en italique.

7On peut noter également que même si l’ouvrage se revendique de l’interdisciplinarité, il ne fait en réalité appel à aucun contributeur non géographe – en dehors de Camille Noûs, auteur.rice symbolique de la communauté dans de multiples disciplines. Certains sont à la fois géographes et spécialistes d’autres champs, comme l’architecture pour Nicolas Canova (chapitre 4) ou les études de genre pour une des membres du collectif de géographes féministes (chapitre 10), mais on n’a pas la participation, par exemple, d’un professionnel de la santé dans le chapitre 1, ce qui aurait pu ouvrir d’autres perspectives et apporter un véritable enrichissement interdisciplinaire. En outre, tous les articles sans exception se revendiquent comme relevant d’une sous-discipline au sein de la géographie, ce qui va parfois jusqu’à des mentions dans les titres des contributions : le chapitre 7, écrit par Morgane Dujmovic, s’intitule "La géographie sociale des migrations, une perspective critique pour penser les sociétés de demain"1. Il semble donc que l’effort de décloisonnement dans la discipline géographique et dans son rapport avec les autres sciences sociales doive encore être approfondi pour aboutir à une conversation dont les conclusions apporteraient un véritable aspect innovant.

8Par ailleurs, on constate que l’angle épistémologique et méthodologique nuit aussi à la présentation de travaux empiriques : c’est notamment le cas des chapitres 7, sur les migrations en Europe par Morgane Dujmovic et 12, sur la recherche-action participative à Gennevilliers par Corinne Luxembourg. La discussion sur les approches et les méthodes adoptées prend le pas sur l’évocation des conclusions : concrètement, quelles relations entretiennent les populations locales et les migrants en Croatie et dans quelle mesure ces rapports structurent-ils l’espace ? Comment les femmes pratiquent-elles et perçoivent-elles l’espace public de Gennevilliers ? Cet angle de rédaction, inhabituel pour ces sujets, se justifie certainement par le parti pris de l’ouvrage dans son intégralité. Il faudra alors se référer à la bibliographie des auteures : le lecteur choisissant de se contenter de la lecture de Fragments de Géo risque de rester sur sa faim.

9Si l’on approfondit la logique de cet ouvrage et son parti pris épistémologique, on peut se questionner sur la valeur des textes ici produits, qui, s’ils tentent de remédier au cloisonnement intra- et interdisciplinaire, ne peuvent faire abstraction de leur propre dimension temporaire, ancrée dans un moment spécifique, et qui ne peuvent donc avoir valeur que sur une période limitée. Ce point, de même que le manque de cohérence interne qu’on a pu reprocher à Fragments de Géo, sera peut-être éclairci dans de futurs ouvrages. En effet, il importe de garder à l’esprit que ce livre inaugure une nouvelle collection et comporte donc un aspect introductif, et surtout, ouvre des interrogations auxquelles il n’incombe pas à ses auteurs de répondre en un seul ouvrage. De surcroît, l’inscription des objets étudiés dans l’actualité laisse imaginer des évolutions entre cet ouvrage et ceux qui paraîtront dans les années à venir dans cette collection : ce projet réflexif, interdisciplinaire et transversal demeure donc prometteur.

Haut de page

Bibliographie

Tronto J., 2009, Un monde vulnérable : pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Lefebvre H., 1974, La Production de l’espace, Paris, Anthropos.

Dufaux F., Gervais-Lambony P., Lehman-Frisch S., Moreau S., 2009, "n° 1. Avis de naissance", Justice spatiale | Spatial Justice, No.1, 1-2.

Young I., 1990, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press.

Rawls J., 1971, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 Nous mettons en italique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvana Bart, « Nicolas Rouget, Nacima Baron, Amaël Cattaruzza, Nathalie Lemarchand, Bastien Sepúlveda (dir.), 2022, Fragments de Géo, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, collection "GéoTraverses" », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 janvier 2023, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40054

Haut de page

Auteur

Yvana Bart

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Yvana.Bart[at]etu.univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search