Skip to navigation – Site map

HomeEvents1996-2022En hommage au rôle de Denise Puma...

En hommage au rôle de Denise Pumain à la direction de la revue Cybergeo

Gabriel Dupuy

Editor's notes

Ce texte a été publié à l'occasion de la passation entre Denise Pumain, fondatrice et directrice de Cybergeo de 1996 à 2022, et Natacha Aveline et Émilie Lavie. D'autres contributions ont été réunies dans un dossier dédié à cet évènement.

Full text

1Denise Pumain quitte la Direction de la revue Cybergeo. Quelle belle occasion de faire savoir tout ce qu’elle a apporté à cette revue mais aussi tout ce qu’elle nous a apporté aux uns, aux unes et aux autres en tant que collaborateurs de cette revue. C’est ce que je voudrais faire dans les lignes qui suivent.

2Je connais Denise depuis bien longtemps et notamment depuis la parution de mon livre sur l’ «Urbanisme des réseaux». En 1991 elle m’ a soutenu pour cette publication un peu décalée par rapport à la ligne éditoriale géographique de l’époque des éditions Armand Colin. Je me souviens encore d’une conversation à ce sujet avec Denise, conversation très positive, en plein air, rue Saint-Jacques, à quelques pas de l’Institut de géographie. Depuis nos voies, souvent parallèles, se sont croisées que ce soit au Programme Interdisciplinaire de Recherches sur la Ville, à l’Agence pour l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (aujourd’hui remplacé par le Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur), à l’Agence Nationale pour la Recherche, dans différent comités et colloques. J’ai encore en tête une récente intervention mémorable de mon point de vue : lors d’un séminaire organisé à l’initiative de Gérard Brun en 2016 je me souviens d’une déclaration très appréciable de Denise qui mettait en doute l’apport des fractales en géographie. Nous n’avons d’ailleurs pas été toujours d’accord sur tout. Je me rappelle aussi quelques âpres discussions sur la liste des publications pour évaluer les équipes de recherches soumises à l’appréciation AERES. Dans certains cas les points de vue du CNRS et des aménageurs n’étaient pas les mêmes. Néanmoins, les accords l’ont toujours emporté sur les désaccords. Denise est une femme de convictions mais aussi, fort heureusement, un esprit libre.

3Nous sommes devenus collègues de Paris 1 en 2001 lorsque j’ai rejoint cette Université en provenance de Paris XII Créteil. Le rapprochement a été encore plus net lorsque vers 2005 j’ai incité le CRIA (Centre de Recherches sur l’Industrie et l’Aménagement) à rejoindre l’UMR Géographie-cités et donc à se rapprocher du CNRS.

4Par ailleurs, ma participation de longue date au Comité de Cybergeo m’autorise aujourd’hui à me prononcer sur le rôle de sa Directrice. Dans le Comité Cybergeo j’ai joué un rôle particulier. Je représentais l’aménagement et ipso facto le point de vue de l’ « habitant ». J’ai donc pu apprécier, de l’intérieur, tout l’apport de Denise.

5Pour Cybergeo, il y a eu dès le départ un grand projet bien mené à partir du Laboratoire Géographie cités. Le titre Cyber-geo parle de lui-même. Il s’agissait bien de jouer sur les nouvelles possibilités de l’informatique pour gagner du temps et de l’efficacité. Pas de recours au papier, une rapidité accrue, une exigence éditoriale forte, l’accès à l’anglais et à l’espagnol, une ouverture vers les instances européennes et internationales. Ajoutons à cela un renouvellement des personnes du Comité, des ouvertures vers les bases de données et la modélisation. Le tout fût servi par la capacité extraordinaire de Denise à la synthèse et à la décision. Là se trouvent les raisons de la longévité et de la trajectoire très positive de la Revue Cybergeo.

6Dans un contexte difficile, celui des revues de sciences humaines et surtout des revues de géographie, Cybergeo a bien tiré son épingle du jeu en combinant ouverture et exigence. La voie est étroite, tant les grandes revues étrangères sont puissantes et attirent de bons auteurs.

7Quelques mots ici du travail de relecteur qui a été finalement le mien à Cybergeo pendant ces dernières années.

8A Cybergeo le relecteur travaille en confiance. Les articles qui ne correspondent pas à la ligne éditoriale ont été éliminés en amont (par la cellule dite « Anastasie »). Il reste au relecteur à donner un avis éclairé, en fonction de ce qu’il/elle connaît par la littérature française et étrangère, les logiques disciplinaires, les expériences voisines et ce qu’on pense être l’appétence du lecteur. Même si les avis des relecteurs d’un même article privilégient différents points de vue, le relecteur sait qu’il ne sera pas désavoué par l’avis général. C’est ce qui explique que je sois resté dans ce Comité éditorial alors que j’ai quitté d’autres revues.

9Puissent ces quelques lignes, associées à celles de mes collègues de la revue, apporter à Denise le témoignage de notre reconnaissance mais aussi tous nos souhaits de la voir poursuivre son œuvre sous d’autres formes qu’elle saura bien découvrir.

Top of page

References

Electronic reference

Gabriel Dupuy, « En hommage au rôle de Denise Pumain à la direction de la revue Cybergeo », Cybergeo: European Journal of Geography [Online], 1996-2022, Online since 24 February 2023, connection on 18 July 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40131

Top of page

Copyright

CC-BY-4.0

The text only may be used under licence CC BY 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search