Navigation – Plan du site

AccueilEvènements1996-2022Les années (Cybergeo)

Les années (Cybergeo)

Clémentine Cottineau et Olivier Finance

Notes de la rédaction

Ce texte a été publié à l'occasion de la passation entre Denise Pumain, fondatrice et directrice de Cybergeo de 1996 à 2022, et Natacha Aveline et Émilie Lavie. D'autres contributions ont été réunies dans un dossier dédié à cet évènement.

Texte intégral

1On accédait à Cybergeo depuis son IBM ThinkPad 700C dont le petit bouton rouge central servait de souris. Il y avait déjà une version française et une version In English de Cybergeo, mais encore peu d’articles, à peine 14 en cette fin d’année 1996. Colette Cauvin y parlait de transformations cartographiques et Jean-Christophe François de discontinuités dans l’espace des collèges franciliens. La géographie théorique et quantitative tentait de clarifier les malentendus sur son contenu.

2Elle lançait une revue, et publiait l’article qui fera date dans le monde de la simulation multi-agents en géographie. Elle dirigeait l’UMR Géographie-cités et professait à l’université Paris 1.

3Alors que Revues.org sortait les revues de leur isolement et permettait enfin le partage de ressources dans l’édition électronique des sciences humaines et sociales, on s’y connectait grâce à Internet Explorer depuis son ordinateur HP 9000. Cybergeo s’intéressait à la bibliométrie, aux automates cellulaires et au développement durable, aux "sites naturels" et à la ségrégation résidentielle, à Michel Butor et au calcul des distances-coûts.

4Elle publiait sur les lois d’échelle et la hiérarchie urbaine, devenait membre de l’IUF et de la direction de l’Espace Géographique, déléguée scientifique de l’AERES.

5On continuait de naviguer sur Cybergeo gratuitement, mais depuis un smartphone. Les model papers et les data papers remplaçaient les dossiers thématiques, e-topiques et les comptes-rendus de conférence. Les recherches sur les valeurs foncières, la géohistoire et l’imaginaire étaient dans l’air du temps. On analysait les effets du COVID, des confinements et des reconfinements. On recherchait de nouvelles représentations, on visait l’aide à la décision, on expérimentait le théâtre comme méthode géographique. On publiait en français, en anglais, en espagnol. On traduisait même en chinois, en grec, en italien et en allemand.

6Après avoir accumulé les prix et les distinctions, elle entamait sa transition vers la retraite, ne dirigeant plus qu’une collection de plusieurs centaines de volumes encyclopédiques, ne faisant plus que la revue de quelques dizaines d’articles ça et là, publiant à peine une douzaine d’articles et de chapitres chaque année. Elle distribuait ses casquettes et prodiguait des relectures avec autant de générosité. Elle passait le relais, certaine de laisser une trace numérique durable et remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Cottineau et Olivier Finance, « Les années (Cybergeo) », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], 1996-2022, mis en ligne le 24 février 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40138

Haut de page

Auteurs

Clémentine Cottineau

TU Delft, c.cottineau@tudelft.nl

Articles du même auteur

Olivier Finance

UMR 7362 LIVE / Université de Strasbourg, olivier.finance@live-cnrs.unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search