Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueÉditoriauxUn changement dans la continuité

Un changement dans la continuité

Christine Kosmopoulos, Natacha Aveline et Emilie Lavie
Traduction(s) :
A change in continuity
Un cambio en la continuidad

Texte intégral

1Denise Pumain l’annonçait dans son dernier éditorial du 20 décembre 2022 : une page se tourne pour la revue Cybergeo. Denise Pumain quitte la direction assurée depuis 26 ans et nous confie les rênes d’un comité de direction renouvelé pour un mandat de trois ans. Nous héritons donc d’une histoire pas très longue, en comparaison avec des revues qui ont accompagné l’histoire de la discipline, mais très riche et très ancrée dans le présent et, nous l’espérons, dans le futur. 

2De quel héritage parlons-nous ? De l’étude sur les revues scientifiques numériques effectuée en 2002, il ressort que Cybergeo a été la première revue au monde en géographie et très probablement en sciences sociales qui réponde à trois critères originaux : 1. nativement numérique, 2. « gratuite », 3. avec un comité de lecture. Seules sept revues de géographie, créées ultérieurement à Cybergeo, aux Etats-Unis et en Europe répondaient alors aux mêmes critères. Nous ne retrouvons aujourd’hui toutefois de trace sur le web que pour deux d’entre elles (Demographic Research, Revista Electronica de Derecho Ambiantal).

3Dès son lancement en 1996, Cybergeo fait figure de pionnière de l’« accès ouvert » qui ne disait pas encore son nom, on parle plutôt de « revues scientifiques diffusées gratuitement » ou en « libre accès ». En 1998 l’Association of Research Library comptabilise 1 002 revues scientifiques en large majorité de grands éditeurs privés qui avaient décidé d’investir massivement dans la numérisation et la mise en ligne au format pdf de leurs revues papier. Parmi ces revues, aucune n’est française, il s’agit essentiellement de revues de sciences dures dont l’accès en ligne est soumis à un nouveau modèle commercial d’abonnement par « bouquet de revues », laissant présager l’inflation, insupportable pour les bibliothèques, des coûts d’abonnements numérique et papier qu’elles auront à prendre en charge pendant presque deux décennies. Si ces éditeurs affichent bien leur ambition commerciale, ils n’apportent toutefois aucune nouveauté dans leur modèle éditorial. Se bornant à diffuser au format pdf, ils ne favorisent ni l’interactivité, ni la recherche en plein texte, ni le référencement dans les moteurs de recherche qui ne les intéressent d’ailleurs pas puisqu’ils ne sont accessibles que via des portails soumis à un accès payant. A partir de 1998, le nombre de revues en ligne doublera chaque année en même temps que se déploient les portails de revues commerciaux et institutionnels (revues.org aujourd’hui OpenEdition a été créée en 1999 avec deux revues d’histoire).

4Cybergeo adopte dès l’origine un modèle original qui perdure jusqu’aujourd’hui : les articles, issus de soumissions spontanées, sont publiés en accès libre et en flux continu au format html afin de permettre une recherche en plein texte. Un soin particulier est apporté à l’enrichissement des métadonnées rédigées manuellement dans le code source des articles, pour permettre une diffusion la plus large possible dans les différents moteurs de recherche ; à l’époque Google n’en était qu’un parmi de nombreux autres. L’ensemble de l’activité de la revue est assuré par le collectif scientifique depuis la soumission jusqu’à la publication. Afin de pallier à l’absence des revues de géographie sur le web, Cybergeo publie jusqu’en 2006 une revue des sommaires scannés de plusieurs dizaines de revues de géographie papier.

5Fidèle à son approche visionnaire, Denise Pumain s’est attachée à étendre le périmètre de la revue vers les travaux autour des données et des modèles en géographie. C’est ainsi que les rubriques “GeoOpenMod” (2014) et “Data paper” (2017) ont été créées pour permettre aux chercheurs de partager librement les données qu’ils ont produites et garantir la réplicabilité des protocoles de modélisation. A notre connaissance Cybergeo est la première revue de géographie à publier des Data papers et des Model papers.

6En rejoignant en 2007 le portail de revues.org, Cybergeo lui apporte son modèle de publication multilingue et s’ouvre à de nouveaux partenariats, au Canada où est hébergé notre site de soumissions, aux Etats-Unis pour le lancement de notre collection de données dans Cybergeo Harvard Dataverse pour les Data papers. Cybergeo a été pendant près de vingt ans un modèle de viabilité de la publication en accès ouvert. La revue est désormais prise comme référence du modèle Diamant par les instances nationale et européenne, modèle qui a pour objectif de pérenniser les revues en accès ouvert sans APC.

7La revue enregistre également une des plus fortes diffusions à l’international des revues du portail OpenEdition en même temps qu’un référencement dans plusieurs dizaines de sites internationaux. Ces résultats ont été rendus possibles par la collaboration assidue d'un comité de rédaction formé par un réseau international de chercheurs attaché à la qualité et à la liberté de l'expression scientifique auquel nous rendons hommage ici. Les statistiques montrent que les lecteurs à l'étranger proviennent, dans l'ordre de leur nombre, d’Allemagne, des Etats-Unis, du Canada, d’Algérie, du Sénégal, du Maroc, de Chine etc. L’engagement initié il y a une dizaine d’années dans la traduction des articles et des métadonnées en anglais, espagnol et chinois n’est pas étranger à notre lectorat de plus en plus internationalisé. Au total, la revue a publié depuis 26 ans plus de 1500 textes, dont plus de 1000 articles de recherche issus de soumissions spontanées, avec un taux de refus d'environ 33 %.

8C’est au regard de ces avancées, qu’on mesure à quel point l’orientation prise par Denise Pumain à la fin des années 90 était non seulement audacieuse mais aussi visionnaire, alors que le format numérique est longtemps apparu comme peu valorisant par les auteurs et par les comités de rédaction ! Nous avons à cœur de poursuivre le travail accompli par Denise et l’ensemble des équipes qui se sont succédé depuis 26 ans, afin que Cybergeo demeure une revue de qualité et à la pointe de la science ouverte, à la fois pour les auteurs et autrices et pour son lectorat. 

9Pour autant, ce changement de direction implique un changement dans l’organisation. La direction à deux têtes pourra s’appuyer sur un comité de huit directeur/rice.s adjoint.e.s, que nous remercions ici de leur soutien, qui assureront le travail éditorial et scientifique des rubriques de publication. En amont, la commission de pré-sélection composée des membres du comité de direction et du comité de rédaction reste très active et réactive pour répondre rapidement aux flux des soumissions spontanées.

10Cet éditorial est aussi pour nous l’occasion de vous proposer un dossier spécial 1996-2022 fait de contributions de collègues actif/ve.s dans la revue au cours de ces 26 années, qui témoignent de l’histoire de la revue et de la contribution de Denise Pumain à la science ouverte en général, et à la revue en particulier.

11Nous sommes très honorées de la confiance accordée par Denise Pumain et le comité de rédaction. Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour que Cybergeo continue d'être un espace de publications ouvert, exigeant et stimulant pour la réflexion commune sur la géographie.

Haut de page

Bibliographie

Pumain D.“Are cyberjournals a promised land for researchers?”. Environment and Planning A, 1997, 6, pp. 951-954. https://shs.hal.science/halshs-01625353

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, Natacha Aveline et Emilie Lavie, « Un changement dans la continuité », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 23 février 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40158

Haut de page

Auteurs

Christine Kosmopoulos

Articles du même auteur

Natacha Aveline

Articles du même auteur

Emilie Lavie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search