Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2023Partir : mobilités résidentielles...

2023
1045

Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19

Leaving: residential mobility and housing conditions in France during the Covid-19 epidemic
Partir: movilidad residencial y condiciones de vivienda en Francia durante la pandemia de Covid-19
Guillaume Le Roux, Anne Lambert, Catherine Bonvalet, Élodie Baril, Arnaud Bringé et Nathalie Bajos

Résumés

Au printemps 2020, un confinement national a été décrété en France pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 – le plus long et le plus strict jusqu’à ce jour. Celui-ci a entraîné des mouvements spontanés de populations, largement médiatisés autour de la figure de l’exode urbain des Parisiens. Mais les départs des grandes villes vers les campagnes ont-ils été les seuls types de mobilité pendant cette période ? Et que nous apprennent en retour les mobilités de confinement sur les pratiques résidentielles et conditions de logement ordinaires des ménages, ainsi que sur les ressources mobilisées pour faire face à ces situations exceptionnelles ? À partir de l’enquête EpiCOV (Inserm-Drees) conduite en France auprès d’un échantillon de 135 000 personnes de 15 ans et plus à la fin du premier confinement, cet article analyse les différents types de mobilités résidentielles sur le territoire français au printemps 2020. Sans pouvoir présager du caractère durable ou non de ces mobilités, ni de leur répétition au cours des différentes phases de confinement, l’analyse souligne l’hétérogénéité des pratiques de mobilités, saisies ici en termes de distance parcourue, d’évolutions de gradient d’espace urbain, de type et conditions de logement, ainsi que la variété des ressources mobilisées selon le sexe, l’âge et la position sociale des individus. Si les mobilités de longue distance concernent plus souvent des populations aisées, les déplacements de proximité sont quasiment aussi fréquents et concernent des fractions plus hétérogènes de la population.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ces chiffres varient selon la date de passation de l’enquête, la méthode d’échantillonnage et la dé (...)

1L’épidémie de Covid-19 qui a émergé à la fin de l’année 2019 en Chine a entraîné de nombreuses mesures de restriction des déplacements dans le monde de la part des autorités publiques pour endiguer la propagation du virus (OxCGRT, 2020). Elle a aussi généré des mouvements spontanés de populations au sein des territoires nationaux et entre pays, comme lors de tout événement exceptionnel (guerres et conflits politiques, catastrophes climatiques et environnementales, etc.) (Lindell, Perry, 2000). En France, plusieurs enquêtes parmi lesquelles EpiCOV (Inserm-Drees) et COCONEL-Logement et conditions de vie (Ined) permettent d’estimer qu’entre 5 et 7 % de la population adulte a changé de logement au printemps 2020, lors du premier confinement national1 (Lambert, Cayouette-Remblière, 2021). Si le changement de logement en confinement reste donc une pratique minoritaire du point de vue statistique, il concernerait tout de même plus de 2 millions d’adultes au cours du premier confinement décrété le 16 mars 2020 en France, pour une période initiale de 15 jours, puis prolongé à deux reprises jusqu’au 11 mai 2020.

2Quels sont les territoires de départ et d’arrivée, les distances parcourues et les types de logement investis à l’occasion de ces mobilités non prévues ? Avec qui vit-on le confinement et peut-on identifier les ressources socio-économiques et familiales qui rendent possibles ces mobilités pendant le confinement ? L’objectif de cet article est de caractériser les flux résidentiels en France métropolitaine pendant le premier confinement national afin d’en saisir les caractéristiques spatiales ainsi que les logiques sociales et familiales. Répondre à cette question soulève toutefois plusieurs défis théoriques et méthodologiques.

3Appréhender l’étendue et la diversité des mobilités de confinement implique tout d’abord de se départir d’une représentation de sens commun qui s’est très rapidement imposée dans les médias en mars 2020 : celle d’un "exode urbain" déclenché par les ménages aisés parisiens2, fuyant la métropole pour "se mettre au vert" dans les campagnes et les zones littorales. En France, comme dans d’autres pays très urbanisés, les migrations de longue distance des grands centres urbains vers les zones à faible densité ont en effet d’abord été pensées comme celles de ménages aisés, au croisement de précautions sanitaires et de logiques d’agrément : réduire le risque de contamination en rejoignant des territoires où la circulation du virus a d’abord pu être perçue comme moins intense (Dubost et al., 2020) ; rechercher un confort matériel face à l’injonction à la sédentarité, en investissant des logements plus spacieux, avec jardin ou terrasse, pouvant accueillir la variété des pratiques étant destinées à s’y redéployer (école, travail, loisirs, etc.). Or, d’autres types de déplacements ont pu prendre place au cours du printemps 2020 qui ne répondent pas à des logiques sanitaires, ne permettent pas d’améliorer les conditions de logement, ou encore ne concernent pas uniquement les ménages aisés.

  • 3 Le confinement a d’abord été décrété pour une durée de deux semaines, avant d’être successivement p (...)

4L’analyse des mobilités de confinement pose des défis au plan théorique et conceptuel. En effet, soudaines et d’abord conçues comme temporaires3, ces mobilités apparaissent singulières par leur temporalité et leur cadre juridique contraignant. Elles se déroulent ainsi dans un contexte exceptionnel qui brouille de prime abord le cadre d’analyse habituellement déployé par les démographes, géographes et sociologues : celui des mobilités résidentielles, centré sur l’analyse des changements durables de domicile ; celui des mobilités quotidiennes, centré sur les motifs, modalités et fréquence des déplacements journaliers ; enfin, celui des migrations temporaires ou saisonnières, dont les temporalités et les modalités diffèrent encore des deux premières. Analyser les mobilités de confinement implique donc de s’interroger sur la manière dont ces dernières viennent s’articuler aux pratiques existantes, en s’appuyant sur des systèmes de lieux déjà connus (départs vers des résidences secondaires, séjours chez des parents ou des proches notamment), ou en dessinant au contraire une nouvelle géographie qui serait propre à la pandémie. L’hypothèse que nous faisons ici est que, en tant que processus de mise en mouvement qui engagent des personnes, des lieux et des biens (les logements), ces mobilités ne peuvent être simplement conçues comme une réponse ponctuelle et isolée à un stimuli extérieur (ici le confinement), indépendamment du système résidentiel élargi dans lesquels elles s’inscrivent (Gribaudi, 1987 ; Rosental, 1999 ; Dureau, 2002 ; Bonvalet, Lelièvre, 2012 ; Imbert et al., 2014b).

5Enfin, analyser les mobilités de confinement invite à interroger les ressources sociales et familiales qui les rendent possibles et qui sont ainsi susceptibles d’être mobilisées pour faire face, plus largement, à des situations exceptionnelles. Parce que les mobilités de confinement se déroulent dans un contexte socio-historique où les inégalités de patrimoine et de logement croissent entre les groupes sociaux et les classes d’âge (Bugeja, 2013 ; Piketty, 2019 ; Bugeja, Lambert, Noûs, 2021), il apparaît important de prendre en compte les conditions de logement et de vie ordinaires (commune de résidence, type et conditions de logement, statut d’occupation, niveaux de vie) pour analyser la manière dont ces inégalités se répercutent dans les flux observés. En considérant également les mobilités d’individus plus modestes, de moins longue distance, ou encore non liées à la possession de résidences secondaires, on s’autorise à questionner les marges de manœuvre que les individus ont pu déployer pour vivre au mieux le confinement.

6Ainsi, en s’appuyant principalement sur l’apport des travaux consacrés aux mobilités et systèmes résidentiels, cet article propose de décrire et d’analyser, à partir d’une grande enquête nationale de cohorte représentative initiée au début du premier confinement (EpiCOV), les différents types de mobilités résidentielles qui se sont déroulées au printemps 2020 sur le territoire français. Sans pouvoir présager du caractère durable ou non de ces mobilités, ni de leur répétition au cours des différentes phases de confinement, l’analyse des données permet de souligner l’ampleur et l’hétérogénéité des pratiques de mobilités (saisies ici en termes de distance parcourue, d’évolutions de gradient d’espace urbain, de type et conditions de logement), ainsi que la variété des ressources mobilisées par les individus selon leur sexe, âge et position sociale.

7Après avoir resitué cet objet singulier (les "mobilités de confinement") dans la littérature sur les mobilités et les pratiques de multi-résidence, nous détaillons les sources de données et variables mobilisées dans cette analyse. Tandis que la littérature internationale produite pendant la crise sanitaire porte presque exclusivement sur les mobilités quotidiennes en raison de la disponibilité quasi immédiate des données numériques géolocalisées (données de capteurs), notre analyse donne au contraire à voir des mouvements de fond, liés au lieu de résidence, et distingue plusieurs types de mobilités qui s’inscrivent pour une large partie dans la dynamique contemporaine des inégalités mais ne s’y réduisent pas.

Se confiner hors de son logement habituel : une diversité des formes et des logiques socio-spatiales ?

Des mobilités quotidiennes en confinement aux mobilités résidentielles

8L’impact de la crise sanitaire sur les mobilités quotidiennes a fait l’objet de nombreux travaux. Le volume et la diversité des données géolocalisées issues de capteurs numériques dans différents pays montrent que les fréquentations de sites type commerces, travail, lieux publics varient selon l’évolution des pics épidémiques et des réglementations locales, mais aussi selon la perception du risque (Chan et al., 2020a et b ; Abdulkareem et al., 2020 ; Askitas et al., 2020). Les conséquences de la crise sanitaire sur la mobilité résidentielle ont, en comparaison, été peu documentées en raison de la moindre disponibilité des données et du caractère moins massif et visible du phénomène (Jones, Grigsby-Toussaint, 2020 ; Duque-Calvache, Torrado, Mesa-Pedrazas, 2020 ; Launay, Grossetti, 2021).

9Dans cet article, nous cherchons à améliorer la connaissance des mobilités résidentielles de confinement en nous focalisant sur le choix, plus ou moins contraint, du lieu de résidence pendant cette période. Nous nous intéressons plus précisément aux personnes qui se sont confinées hors de leur logement habituel au printemps 2020. Ce ne sont donc pas l’ensemble des mobilités liées au confinement que nous étudions ; par exemple, les retours vers les lieux de résidence habituels des touristes ou des voyageurs d’affaires ne sont pas pris en considération.

Une contraction exceptionnelle des espaces de vie

10S’intéresser aux mobilités de confinement impose de les réinscrire dans le contexte mobilitaire préexistant à la crise sanitaire afin d’en dégager les ressemblances éventuelles d’une part, et d’en souligner les spécificités d’autre part. Le développement des travaux sur la mobilité spatiale tenant compte de l’articulation de différentes formes de mobilité plus ou moins durables (Bassand, Bruhlard, 1980) a permis de mieux saisir l’inscription multiple des individus dans l’espace et les formes de circulation entre les différents lieux de vie. L’étude empirique de ces circulations a notamment permis de mettre en lumière le caractère multipolaire et réversible des déplacements ainsi que les formes d’inscription plurielles des individus et groupes domestiques entre différents lieux et territoires, dans tous les milieux sociaux (Chapman, Prothero, 1985 ; Le Bris et al., 1987 ; Domenach, Picquet, 1987 ; Imbert et al., 2014b).

11Dans la lignée de ces développements conceptuels, la notion d’"espace de vie" désigne l’ensemble des lieux fréquentés (Frémont, 1974) mis en relation par ces différentes formes de mobilités, comprenant des déplacements temporaires divers comme les navettes, les déplacements vers les lieux de vacances, les résidences de parents et d'amis (Courgeau, 1987). Toute personne, et plus largement tout groupe familial, s’inscrit ainsi dans un espace de vie qui ne se limite pas à la résidence principale, tel qu’enregistrée dans les sources fiscales et les registres administratifs. Or, en contraignant les personnes au choix d’un lieu unique de résidence (à l’exception des enfants en garde alternée), mais aussi en restreignant les déplacements entre les différents espaces habituellement fréquentés, les mesures de confinement ont eu des effets de contraction très forts des espaces de vie.

Le confinement hors de la résidence principale : des logiques diverses et complexes

  • 4 Décret n°2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte (...)

12En France, c’est le décret n°2020-260 du 16 mars 20204 qui a défini les déplacements autorisés et en a limité la durée, les motifs et la fréquence. Ces mesures de confinement ont mis fin à certaines pratiques de mobilité et ont parfois conduit les individus à changer, plus ou moins temporairement, de logement.

13Le choix d’un lieu de vie unique pendant le confinement a tout d’abord affecté les personnes qui fréquentent habituellement plusieurs logements : des jeunes adultes en études ou en début de vie active qui retournent encore régulièrement chez leurs parents, des couples non-cohabitants, des "bi-résidents professionnels" (policiers, militaires, travailleurs saisonniers et professions mobiles dont artistes, journalistes, cadres, chefs d’entreprise, etc.), des retraités fréquentant une résidence secondaire une partie de l’année ou encore, mais de manière moins contrainte puisqu’ils bénéficient d’une autorisation dérogatoire de déplacement, les enfants en garde alternée (Imbert, 2018). Ces situations de multirésidence, qui concernent entre 5 et 7 % de la population à la fin des années 2000, s’avèrent plus fréquentes pour certains groupes d’âge, notamment les enfants, les jeunes adultes et les retraités du troisième âge (Imbert et al., 2014a ; Toulemon, 2018).

14La crise sanitaire a également impulsé de nouvelles mobilités résidentielles du fait de la modification rapide des conditions de travail et parfois du statut d’emploi. En effet, le premier confinement en France a eu d’importantes répercussions sur le travail et l’emploi, avec la fermeture des commerces non essentiels, le passage massif au télétravail, l’arrêt des recrutements et le non renouvellement des contrats courts (Barhoumi et al., 2020). Les pertes d’emploi ou l’arrêt temporaire de l’activité professionnelle ont ainsi davantage touché les populations les moins diplômées, les ouvriers et employés, ainsi que les petits indépendants, aux activités non télétravaillables et aux statuts d’emploi plus précaires (Givord et al., 2020 ; Lambert, Cayouette-Remblière, 2021). Pour les plus diplômés, le passage au télétravail en continu a desserré les contraintes de localisation résidentielle vis-à-vis des employeurs.

15Les jeunes, qui constituent une frange de la population particulièrement précaire du point de vue des conditions de logement et des statuts d’emploi, ont également été durement affectés par le premier confinement (Amsellem-Mainguy et al., 2021). Des phénomènes de retour chez les parents pour des jeunes ayant perdu leur emploi ont alors pu s’amplifier, rappelant celui, observé dans des situations moins exceptionnelles, des "boomerang kids" (Mitchell, 2006 ; Kaplan, 2009). Mais d’autres formes de mobilité ont également pu concerner des jeunes issus de familles plus favorisées, dont les ressources familiales ont pu être mobilisées comme lors de la crise financière qui a touché l’Europe en 2008-2009 et qui a révélé l’importance des transferts intra-familiaux, en logement et en argent (Papuchon, 2014).

  • 5 Voir notamment l’enquête VICO (Vie collective en confinement) réalisée dans le cadre du projet ANR (...)

16Enfin, plus largement, le confinement a placé le logement au centre de la vie sociale et renforcé le rôle des conditions matérielles de vie dans le déroulement des activités quotidiennes (possibilité de télétravailler, de faire du sport, des loisirs ou se reposer, d’avoir accès à un espace extérieur, etc.). Certaines enquêtes ad hoc produites pendant le confinement montrent ainsi que les mobilités qui se sont déroulées pendant cette période semblent suivre des logiques très variées5 : la recherche d’un lieu de vie plus confortable mais aussi la crainte de l’isolement ou encore la peur de la contamination notamment (Filjakow, 2021 ; Launay, Grossetti, 2021). En Espagne, une enquête a permis d’estimer que les deux premiers motifs de changement de logement sont la recherche de confort et le désir de vivre avec des proches, des raisons évoquées par près de la moitié des enquêtés ; suit le motif de "mobilité forcée" évoqué spontanément par près d’un individu sur cinq, signe de l’existence de mobilités contraintes (Duque-Calvache, Torrado, Mesa-Pedrazas, 2020). Ces enquêtes, qui restent toutefois peu nombreuses, ont permis de souligner le poids de certaines caractéristiques socio-démographiques (l’âge, le statut d’emploi et le type d’activité professionnelle, la position sociale, la composition familiale) dans les logiques de changement de logement de confinement. Néanmoins, malgré leurs apports, ces recherches sont limitées par la petite taille de leur échantillon et la faible attention portée à la dimension territoriale des mobilités. C’est précisément l’enjeu de cet article que de proposer une analyse des pratiques de mobilités résidentielles à l’échelle de la France métropolitaine, en considérant simultanément les lieux de départ et d’arrivée, les distances parcourues, les logements et la composition des ménages avant et après le départ.

Les mobilités de confinement : un analyseur des inégalités sociales 

17En restreignant les circulations entre les différents lieux qui composent les espaces de vie des individus, le confinement bouscule le fonctionnement des territoires "familiaux", les mobilités résidentielles et quotidiennes étant au cœur de stratégies familiales de reproduction sociale (Bonvalet et al., 1999). En effet, "la circulation vise à mettre en relation des ressources (sociales, économiques, affectives et naturelles) réparties entre plusieurs lieux et souvent mobilisées par, et pour un groupe familial" (Imbert, 2013, p.18). Au moment du premier confinement, le choix d’habiter hors de son logement habituel peut ainsi être interprété comme l’activation d’une ou plusieurs ressources localisées, au sein d’un système de lieux plus ou moins étendu, pour faire face à une situation inédite. Les mobilités de confinement agissent alors comme un révélateur des stratégies, socialement différenciées, d’adaptation et de résistance à des circonstances exceptionnelles, extérieures et contraignantes pour les individus. En même temps, ces départs donnent à voir les ressources (résidentielles, sociales, familiales) que peuvent mobiliser certains ménages pour faire face à de tels événements.

Saisir la diversité des mobilités de confinement à partir d’une enquête nationale représentative

L’enquête EpiCoV

18Afin de décrire et d’analyser la diversité des mobilités de confinement, nous nous sommes appuyés sur les données de l’enquête de cohorte EpiCOV (Épidémiologie et conditions de vie), réalisée par l’Inserm avec le concours de la Drees, de l’Insee et de Santé publique France. Cette enquête, d’abord conçue dans une perspective épidémiologique, et représentative à l’échelle nationale, a pour but premier de mieux connaître la diffusion du virus dans la population au niveau des départements, et les conséquences de l’épidémie sur la santé et le "quotidien" des individus. Les mêmes personnes ont ainsi été interrogées sur plusieurs périodes, à propos de leurs symptômes et de leur santé mais aussi, dans une moindre mesure, sur leurs conditions de travail, leur lieu d’habitation en confinement et leur résidence principale. La première période d’enquête s’est déroulée sur Internet et par téléphone, du 2 mai au 2 juin 2020 et la deuxième du 26 octobre à fin novembre de la même année.

  • 6 L’analyse des mobilités aux autres périodes de l’enquête n’est pas possible car certaines variables (...)
  • 7 Nous n’avons pas procédé à des sélections de l’échantillon selon l’âge ou l’autonomie résidentielle (...)

19Cet article s’appuie principalement sur l’analyse de cette première période6. Un total d’environ 135 000 personnes, âgées de 15 ans ou plus, ont ainsi été interrogées, constituant le plus grand échantillon jamais réalisé en France pendant la pandémie de Covid-19. Néanmoins, l’information sur les caractéristiques des logements et des ménages dans les lieux de confinement et dans les lieux de résidence habituelle n’est pas systématiquement collectée à toutes les vagues, nous amenant à effectuer certains choix méthodologiques. Nous avons ainsi apparié les deux premières périodes d’enquête d’EpiCoV, la première fournissant principalement des informations sur le logement de confinement et la deuxième sur le lieu de résidence habituelle. L’attrition, qui réduit légèrement la taille de l’échantillon, a par ailleurs été compensée par des pondérations adaptées (Warszawski et al., 2022). Nous nous sommes enfin restreints aux personnes résidant habituellement en France et dont la commune de résidence habituelle a été renseignée7. Au total, le sous-échantillon des personnes interrogées au cours des deux périodes qui ont déclaré à la première s’être confinées la plupart du temps hors de leur logement habituel est de 5 000 personnes enquêtées (sur 107 985 personnes interrogées aux deux premières périodes).

20Les premières exploitations de l’enquête EpiCoV (Lambert et al., 2021) ont permis d’estimer que 5 % de la population de 15 ans et plus n’a pas résidé la majorité du temps dans son logement habituel pendant le premier confinement. Ces "partants" sont plus souvent des jeunes (38 % ont entre 18 et 24 ans) généralement en études, plus fréquemment des femmes et des personnes habitant seules. Parmi les individus plus âgés, les habitants des grandes villes, les cadres, les personnes à l’aise financièrement et les personnes en télétravail ou n’ayant pas travaillé pendant le confinement sont plus souvent partis de leur domicile habituel. On voit ainsi émerger deux grands profils surreprésentés : d’un côté, les étudiants et jeunes actifs ; de l’autre, des cadres, plus âgés, résidant dans les grandes villes. Ces profils surreprésentés sont d’ailleurs assez proches de ceux d’autres pays européens, notamment en Espagne (Duque-Calvache, Torrado, Mesa-Pedrazas, 2020). Si les jeunes adultes, les cadres et les personnes aux revenus élevés sont surreprésentés, il n’en reste pas moins que les profils mis en évidence par l’enquête EpiCoV sont en réalité très divers : tandis que 6 % des cadres sont partis, 2 % des ouvriers qualifiés sont également concernés même s’ils constituent le groupe socioprofessionnel qui est au total le moins parti de chez soi ; les personnes qui se jugent à l’aise financièrement sont presque 9 % à être parties mais celles qui se jugent plus en difficultés sont environ 4 % à s’être confinées hors de leur résidence habituelle ; 18 % des 18-24 ans sont partis, mais aussi 2 à 3 % des autres catégories d’âge au-delà de 35 ans.

21Bien qu’elle ne soit pas conçue prioritairement autour des questions de logement, l’enquête EpiCoV présente un ensemble de variables permettant de décrire les lieux de vie. Par ailleurs, l’appariement, au niveau communal, de données issues de la statistique publique aux localisations des logements de confinement et des logements habituels permet ainsi de les spécifier. Pour caractériser les mobilités de confinement, nous avons choisi de nous appuyer sur différentes dimensions, liées aux types et à l’éloignement des communes de résidence habituelle et de confinement, aux caractéristiques des logements et de leur occupation. Nous sélectionnons ainsi un ensemble de variables susceptibles d’approcher les logiques, déjà mises en évidence dans d’autres travaux, de départ ou non d’environnement urbain à forte densité, d’amélioration ou non du confort des logements (type, présence d’extérieurs, densité d’occupation), de regroupement ou d’isolement des personnes au sein des logements, ainsi que des types de ressources (économiques, familiales, patrimoniales) mobilisées dans le changement de logement (tableau 1).

Tableau 1 : variables mobilisées pour caractériser les mobilités de confinement

Niveaux

Variables

Modalités

Sources

Construction

Caractéristiques des communes

Type de commune de résidence

Grands pôles AAV >700 000 hab

Périurbain de grands pôles

Pôles moyens AAV 50 000-
700 000 hab

Périurbain de pole moyen

Petits pôles et campagnes

INSEE, 2020

Regroupement de modalités d’origine

Densité de la commune de confinement

Commune dense

Commune intermédiaire

Commune peu dense

Commune très peu dense

INSEE, 2020

Cf. INSEE

Changement de densité entre communes de résidence habituelle et de confinement

Densité augmente

Densité diminue

Densité stable

INSEE, 2020

Différence entre classes de densités des communes de résidence habituelle et de confinement

Caractéristiques des logements

Type de logement habituel

Appartement sans extérieur

Appartement avec extérieur

Maison

Autre (dont collectivités, institutions)

EPICOV, v2

Regroupement de catégories rares

Évolution de la densité d’occupation des logements

Densité supérieure en confinement

Densité inférieure en confinement

Densité comparable

EPICOV, v1 et v2

Différence entre les nombres d’individus par pièce dans les logements de confinement et habituel

Caractéristiques des ménages

Taille du ménage en confinement

Personne seule

2 personnes

3-4 personnes

5 personnes ou plus

EPICOV, v1

Discrétisation de la donnée continue

Évolution de la taille du ménage

Augmentation en confinement

Diminution en confinement

Stabilité

EPICOV, v1 et v2

Différence entre les tailles des ménages dans les logements de confinement et habituel

Distance parcourue et lien au logement

Lien au logement de confinement

Chez des ami.e.s

Chez un ascendant ou descendant

Chez un conjoint ou partenaire

Dans une résidence secondaire ou location temporaire

Autre

EPICOV, v1

Regroupements de modalités d’origine

Distance entre la commune de résidence et la commune de confinement

Moins de 50 km

Entre 50 et 200 km

200 km ou plus

ADMIN-EXPRESS de l’IGN, 2020

Calcul des distances entre centroïdes des communes

Le Roux, Baril, 2022

22Une première exploration de ces données permet d’estimer que 5 % des personnes de 15 ans et plus ne résidaient pas dans leur logement habituel pendant le premier confinement (soit environ 2 670 000 personnes). Ces "départs" proviennent pour moitié de personnes résidant dans les grandes agglomérations, pour 68 % en appartement (dont la moitié sans extérieur, c’est-à-dire sans balcon, terrasse ni loggia), alors que 36 % de ceux qui sont restés vivent en appartement dont un peu plus d’un quart sans extérieur. Ils se caractérisent également pour moitié par des départs vers des espaces moins denses que les communes de résidence. Les distances qui séparent les logements habituels des logements de confinement sont très diverses puisque 42 % d’entre elles sont inférieures à 50 km (ou caractérisent des mobilités intra-départementales) et 31 % de plus de 200 km (ou concernent des départs à l’étranger). Les mobilités de confinement correspondent en majorité à des regroupements de personnes au sein de mêmes logements puisque pour 58 % de la population confinée hors de sa résidence habituelle, la taille du ménage a augmenté. Ce regroupement ne conduit néanmoins pas systématiquement à une augmentation de la promiscuité, les logements de confinement se relevant être dans de nombreux cas plus spacieux que les logements habituels. Enfin, près de la moitié des personnes se sont confinées chez leurs parents (ou parfois leurs enfants), qu’ils soient présents ou non dans le logement. Ces premiers résultats, en même temps qu’ils confirment les tendances observées dans d’autres enquêtes, d’une fuite des espaces résidentiels les plus denses, et de regroupements et/ou mobilisations de logements familiaux (Launay, Grossetti, 2021 ; Fijalkow, 2021), suggèrent par ailleurs l’existence d’autres logiques socio-spatiales. En effet, la moitié des mobilités de confinement ne sont pas, par exemple, originaires des grandes agglomérations ni ne débouchent sur une baisse significative des densités communales. Ce constat justifie le choix d’explorer les flux de confinement au travers de méthodes d’analyse factorielle et de classification.

Une typologie des mobilités de confinement

23Nous avons analysé les données de l’enquête EpiCoV à l’aide d’une méthode d’analyse factorielle (Analyse des Correspondances Multiples), puis réalisé une classification ascendante hiérarchique (CAH). L’avantage de cette démarche exploratoire est triple. Tout d’abord, elle permet de considérer conjointement différentes dimensions des mobilités de confinement (caractéristiques des ménages, des logements, des territoires) et les corrélations entre ces variables. La création de variables d’évolution permet par ailleurs de décrire le changement des conditions de vie au cours du confinement, sans hiérarchiser a priori ces situations : la densité de peuplement au sein du logement ou de la commune augmente-t-elle avec le changement de résidence ? Les différentes dynamiques de changement observées (caractéristiques des communes, des logements, des ménages) sont-elles congruentes entre elles ? Enfin, la démarche exploratoire permet de rendre visible la diversité des configurations au sein d’un ensemble de mobilités qui ont d’abord été perçues comme homogènes, des grandes villes (et de la métropole parisienne en particulier) vers les campagnes, en montrant que d’autres types de mobilités ont existé parallèlement.

24Pour réaliser l’analyse factorielle, nous avons retenu les variables actives présentées dans le tableau 1 : densité de la commune de confinement telle que définie par l’Insee, évolution de la densité de la commune habituelle par rapport à la commune de confinement, distance parcourue au cours de la mobilité (calculée à partir des centroïdes des commues de résidence), type de logement habituel, lien au logement de confinement, évolution du nombre de personnes du ménage, évolution de la densité dans le logement, zonage en aire d’attractivité de la commune de résidence habituelle telle que définie par l’Insee. Nous avons limité le champ à l’ensemble des personnes résidant en France qui se sont confinées hors de leur logement habituel au cours du premier confinement (soit environ 5 % de l’échantillon total), et dont les variables actives étaient non manquantes. Nous avons par ailleurs exclu de l’analyse les personnes qui se sont confinées à l’étranger (214 individus) étant donné que nous ne disposons pas d’informations sur les caractéristiques des territoires de confinement. Ces mobilités ont été néanmoins réintégrées dans une classe supplémentaire à l’issue de la typologie pour en étudier la composition sociale (encadré 1 ; annexes 3 et 4).

Encadré 1 : Les départs à l’étranger

Les départs à l’étranger au cours du premier confinement représentent 5 % de l’ensemble des mobilités hors des résidences habituelles. Cette classe de mobilités n’ayant été constituée que par le seul critère du départ à l’étranger, elle recouvre une grande diversité de situations. Presque la moitié des départs à l’étranger proviennent des grands pôles urbains mais aussi de zones moyennement et peu denses. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées, mais les inactifs (hors retraités) et les individus âgés de 75 ans et plus sont plus nombreux que dans les autres classes de mobilités, témoignant de l’importance du statut d’activité et de la position dans le cycle de vie dans ces flux de longue distance hors de France. D’autres logiques sont également à l’œuvre ou ont pu se combiner avec cette dernière. En effet, plus de la moitié des individus (53 %) sont immigrés ou descendants d’immigrés, de très loin la plus forte proportion d’entre toutes les classes, renvoyant à des pratiques de bi-résidence, à des situations de regroupement familial ou encore à des logiques de précarité économique. Ces mobilités à l’étranger semblent en effet se scinder en deux logiques sociales avec d’un côté, des immigrés et descendants d’immigrés aux situations financières plus souvent perçues comme difficiles (c’est "juste financièrement" ou "difficile sans dettes" pour les trois-quarts d’entre eux) et, de l’autre côté, des populations non issues de l’immigration plutôt à l’aise financièrement (76 % jugent leur situation au moins convenable). Enfin, la majorité des individus qui composent cette population sont seuls ou en couple sans enfant.

25L’analyse factorielle a au final été réalisée sur 4 786 individus. Des variables sociodémographiques, provenant de la première période de l’enquête EpiCoV, ont été ajoutées en variables supplémentaires et ne participent donc pas à la construction des axes de l’analyse factorielle ni des classes de mobilité de confinement. Néanmoins, elles permettront par la suite de décrire socialement et démographiquement ces classes (sexe, âge, origine, situations conjugale et familiale, composition du ménage habituel, catégorie socio-professionnelle, situation financière perçue, statut d’occupation du logement, lieu de travail pendant le confinement ; annexes 3 et 4).

26Le premier axe tend à opposer les mobilités selon les évolutions du gradient de densité des communes et de la taille des ménages : d’un côté, les mobilités villes-campagnes, une augmentation de la taille des ménages et un confinement chez les parents ; de l’autre, des mobilités campagnes-villes et une diminution de la taille des ménages. Le deuxième axe, quant à lui, oppose les mobilités vers les résidences secondaires et les zones très peu denses, aux mobilités de courte distance, au sein des zones denses et chez des proches (amis, conjoints). Ces deux premiers axes n’expliquent que 18 % de l’inertie totale.

  • 8 Plusieurs variantes en termes de nombres d’axes et de classes conservés ont été testées. Il s’agiss (...)

27La CAH a ensuite été réalisée à partir des neufs premiers axes de l’ACM (qui regroupent 52 % de l’inertie totale8). À partir du dendrogramme de la CAH (annexe 1), nous avons retenu une typologie en 5 classes (tableau 2). Les classes se différencient par le type de commune de départ, la distance parcourue, l’évolution de la densité communale ; elles se distinguent également par l’évolution de la taille du ménage et de la densité du logement (figure 1 ; annexe 2).

Tableau 2: description des 5 types de mobilités issues de la classification

Type

Proportion et effectif dans l’échantillon

Description

Type 1 "ville-campagne chez les proches"

36 %, 1831 individus

Mobilités de moyenne distance depuis des appartements en ville, fréquemment sans extérieur, vers des espaces moins denses, très souvent chez un ascendant ou descendant (82 %, le plus souvent chez les parents) ; la taille du ménage augmente tandis que les densités d’occupation des logements diminuent.

Type 2 "ville-campagne en résidence secondaire"

15 %, 855 individus

Mobilités de longue distance, depuis les grands pôles (71 %) vers des résidences secondaires ou des locations temporaires (60 %) situées dans des communes peu denses. La taille du ménage n’est peu ou pas modifiée.

Type 3 "intra-urbain chez des proches"

21 %, 978 individus

Mobilités de courte distance (65 % de moins de 50 km) au sein de communes densément peuplées, le plus souvent depuis les grands pôles urbains (77 %) et l’habitat collectif, chez des proches (amis, conjoints, parents). La taille du ménage augmente (66 % des cas).

Type 4 "proximité depuis zones peu denses"

17 %, 833 individus

Mobilités majoritairement de courte distance (62 % à moins de 50 km) depuis des maisons individuelles et depuis des zones rurales ou périurbaines (93 %). Les mobilités s’effectuent vers un conjoint (42 % des cas) et se caractérisent par une densification du peuplement au sein des logements.

Type 5 "isolement"

6 %, 289 individus

Mobilités dans des résidences secondaires, des locations temporaires ou d’autres types de logement non liés à la famille, aux proches ou aux amis. Les personnes se confinent seules en très grande proportion (82 %), en quittant le plus souvent un ménage plus grand.

Note : la description des différents types en troisième colonne s’appuie sur la figure 1 permettant d’identifier les catégories sur- et sous-représentées et les pourcentages à l’appui proviennent de l’annexe 2.

Le Roux, Lambert, Bonvalet, Baril, Bringé, Bajos, 2022

Figure 1 : Description des classes de mobilités de confinement par les variables actives selon leur sur/sous-représentation (V-test)

Figure 1 : Description des classes de mobilités de confinement par les variables actives selon leur sur/sous-représentation (V-test)

Sources : cf. tableau 1
Note : en ordonnée des graphiques en radar, les V-test mesurant la surreprésentation des catégories dans la classe. Les valeurs non significativement différentes de 0 ont été mises à 0 et les valeurs infinies ont été bornées à 50/-50.
Aide à la lecture : les valeurs V-test des catégories de densités communales et au sein des logements en diminution ("Densité com -" et "Densité lgt -"), du confinement "chez un ascendant ou descendant", des tailles des ménages en augmentation ("Nb pers augm") et de 3 personnes ou plus en confinement ("3-4 pers" et "5 pers et plus") sont positives et très élevées pour le type 1, ce qui signifie que ces catégories sont largement surreprésentées dans le type 1 tandis que des valeurs négatives, par exemple pour le type de logement maison ou le confinement dans une résidence secondaire, indique que ces catégories sont sous-représentées dans le type 1.

Le Roux, Baril, Bringé, 2022

28Dans la suite de l’article, nous spécifions ces différents types de mobilités résidentielles à l’aide des profils sociodémographiques des "partants" (annexes 3 et 4) et de cartographies, nous étayons et discutons les résultats à partir des principaux acquis de la littérature. Nous avons choisi de regrouper dans un premier temps les mobilités de longue et moyenne distances, avant de considérer les flux de proximité pour deux raisons principales : d’une part, pour montrer la diversité interne à chacun de ces grands mouvements de populations, souvent perçus comme homogènes ; d’autre part, pour mettre en avant les flux de courte distance, qui engagent des populations plus hétérogènes du point de vue de la position sociale, de l’âge, de l’origine ou encore de la composition familiale et qui sont moins visibles dans la sphère publique et médiatique.

Les mobilités de grande et moyenne distances : un départ massif des grandes villes aux logiques contrastées

29Les mobilités de type 1 et 2 distinguées précédemment ont en commun de s’établir sur de grandes distances et d’être centrifuges, en allant des espaces denses vers des espaces moins denses.

30Le type 1 "ville-campagne chez des proches" est de loin le plus représenté en concernant plus du tiers des mobilités de confinement. Dans plus de 8 cas sur 10, les individus sont retournés vivre chez leurs parents, le plus fort taux d’entre toutes les classes. Ces mobilités correspondent à des populations jeunes, souvent étudiantes ou en début de vie active : plus de la moitié des individus a moins de 25 ans, 43 % sont étudiants. Ils disposent d’une situation financière souvent décrite comme confortable, et vivent très largement sans enfant ni conjoint. La surreprésentation des femmes dans cette classe ne pourrait s’interpréter comme une propension plus importante des femmes pour se confiner chez leurs parents mais reflèterait plutôt la part plus importante de femmes à l’Université (Raynaud et al., 2022). Le cas de cette enquêtée apparaît typique (individu central de la classe) et illustre une situation que l’on retrouve ainsi fréquemment dans cette classe : une étudiante de 19 ans, se déclarant à l’aise financièrement et habitant seule dans un appartement d’une grande ville du Sud de la France, quitte sa résidence principale pour se confiner dans une maison dans les Hautes-Pyrénées chez ses parents, avec un de ses frères et sœurs. Enfin, ce qui caractérise les mobilités de type 1, c’est leur caractère centrifuge : elles partent de l’unité urbaine de Paris dans 84 % des cas et couvrent des distances de moyenne ampleur (entre 50 et 200 km) et, dans un quart des cas, de très grande ampleur (plus de 200 km). La cartographie des flux (figure 2) rend compte en miroir de l’aire d’attraction des villes, et notamment des villes universitaires : nationale pour Paris, régionales pour les grandes villes telles que Lyon, Bordeaux, Nantes, Toulouse.

31Ces profils de "partants" correspondent assez bien aux jeunes multi-résidents décrits dans la littérature (Imbert et al., 2013) : des jeunes qui ont quitté le domicile parental pour rejoindre une grande agglomération où l’offre d’études et d’emplois est plus grande, et qui continuent à le fréquenter à des rythmes variés. Dans ce cas, l’annonce du confinement les a conduits spontanément à retourner chez leurs parents. La situation financière des membres de cette classe, souvent confortable, peut se comprendre par les effets de filtre des mobilités étudiantes et des jeunes actifs vers les grandes villes : elles concernent plus souvent les familles aisées à même de financer toute ou partie des études et de la mobilité (transport, logement en ville) ; par ailleurs, les individus en études supérieures sont surreprésentés dans les milieux favorisés.

32Les conditions de logement s’améliorent à la faveur du confinement : certes les individus de la classe 1, qui sont en majorité locataires ou sous-locataires de leur logement en temps normal, voient la taille de leur ménage augmenter du fait du regroupement familial opéré pendant le confinement, mais la densité du logement diminue car les logements des parents sont plus spacieux. En ce sens, les conditions matérielles de vie semblent s’améliorer pendant le confinement à la fois du point de vue des surfaces habitées et éventuellement des charges de loyer. En revanche, la re-cohabitation intergénérationnelle a pu soulever des tensions relatives aux décalages entre les modes et les rythmes de vie, au sentiment d’isolement liée à la perte du réseau amical, et porter atteinte à l’aspiration à l’autonomie matérielle et affective de ces jeunes (Van de Velde, 2008 ; Guéraut et al., 2021). L’enquête Coconel-Logement et conditions de vie de l’Ined a ainsi montré que 46 % des jeunes de 18 à 24 ans se sont sentis isolés pendant le premier confinement, la plus forte proportion d’entre toutes les classes d’âge. En outre, cette proportion varie peu selon que les jeunes sont restés chez eux ou allés chez leurs parents, signe que la cohabitation parentale contrainte n’a pas compensé leur besoin de sociabilité extrafamiliale (Lambert et al., 2020).

Figure 2 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 1 "ville-campagne chez les proches"

Figure 2 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 1 "ville-campagne chez les proches"

Le Roux, 2022

  • 9 Les catégories de l’enquête ne permettent pas de distinguer les résidences secondaires des location (...)

33Le type 2 "ville-campagne en résidence secondaire" renvoie à des mobilités fortement médiatisées pendant le confinement. Elles restent néanmoins plus de deux fois moins fréquentes que les mobilités de type 1. Cette classe de mobilités concerne les flux de longue distance, qui s’effectuent des grands pôles urbains dans 70 % des cas (et même de l’unité urbaine de Paris dans 44 % des cas) vers des communes moins denses. C’est dans cette classe que les individus parcourent les plus grandes distances : près de la moitié ont effectué un trajet de 200 km ou plus. Dans 60 % des cas, les individus se sont confinés dans une résidence secondaire ou une location temporaire9. La cartographie des mobilités (figure 3) souligne le poids des départs vers les littoraux, atlantique, méditerranéen, normand, principalement depuis l’agglomération parisienne mais aussi depuis d’autres grandes villes comme Bordeaux, Montpellier et Nantes. La cartographie met également en lumière de nombreux flux intra-régionaux en Rhône-Alpes, depuis Lyon et Grenoble. Ces destinations renvoient très directement à la géographie des résidences secondaires (Léger, 2017). Ces mobilités concernent autant les femmes que les hommes ; ces "partants" sont néanmoins plus âgés que la moyenne (46 % d’entre eux ont 55 ans et plus), plus souvent en couple (deux-tiers) et/ou en famille, et plus aisés financièrement : les cadres et professions intellectuelles supérieures sont en effet nettement surreprésentés dans cette classe où ils représentent 40 % des effectifs (contre 22 % de l’ensemble des partants et 18 % des non-partants) et plus de deux-tiers d’entre eux se déclarent plutôt à l’aise financièrement (contre 62 % de l’ensemble des partants et 52 % des non-partants).

34Ces mobilités peuvent être qualifiées "de confort" parce que la situation résidentielle, déjà plus favorable au départ, s’améliore avec le confinement. En effet, les individus de la classe vivent plus souvent avant le confinement en maison ou en appartement doté de balcon, et sont plus souvent propriétaires (62 % d’entre eux). À l’occasion du confinement, la densité communale diminue systématiquement. Et si la taille du ménage reste stable, la densité du logement n’évolue pas, voire diminue dans un tiers des cas, du fait de l’installation dans des logements plus spacieux, par ailleurs souvent dotés d’espaces extérieurs.

35Comme le type précédent, ces flux et leurs profils sociodémographiques correspondent pour partie à des configurations de bi-résidence documentées dans la littérature à partir d’enquêtes françaises : celles de personnes plutôt en fin de vie active ou de retraités vivant entre deux logements complémentaires, souvent l’un en ville et l’autre en zone moins dense (Pierre, 2006 ; Imbert, 2018). Pour eux, le choix du lieu de confinement s’opère au sein d’un système résidentiel largement éprouvé. Mais ces flux correspondent aussi à des profils de ménages plus jeunes avec enfants, ayant plus fréquemment une position sociale élevée, qui disposent d’une résidence secondaire (Dubost et al., 1995 ; Bonvalet, Arbonville, 1999 ; Châtel, Cochez, de Bellefon, 2021). La mobilisation de ces résidences secondaires en contexte de crise sanitaire sort du cadre habituel des vacances ou des week-ends, et est facilitée par la mise en place du télétravail, beaucoup plus courant chez les cadres et professions intellectuelles supérieures (Bajos et al., 2021). Parmi les cas typiques de cette classe, on trouve l’exemple de cette enquêtée de 50 ans, cadre qui a exclusivement télétravaillé pendant le confinement ; habitant dans un appartement avec balcon d’une grande ville du Sud de la France avec conjoint et enfants, le ménage s’est installé dans la maison secondaire située dans les Pyrénées au printemps 2020.

Figure 3 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 2 "ville-campagne en résidence secondaire"

Figure 3 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 2 "ville-campagne en résidence secondaire"

Le Roux, 2022

  • 10 L’annonce du décret réglementant les mobilités et sa mise en application ont été séparées de quelqu (...)

36Ces deux types de mobilités (1 et 2), soit la moitié des mobilités, de longue et moyenne distances, depuis les villes vers les campagnes, s’inscriraient donc en grande partie dans des systèmes résidentiels déjà éprouvés et largement fréquentés. Ils révèlent toutefois de logiques différentes entre recherche de confort pour des familles aisées et des retraités, et retour dans le domicile parental pour des jeunes citadins en études et/ou en activité et vivant seuls. Dans les deux cas, la possibilité de s’extraire du lieu de vie habituel est favorisée par l’absence ou l’arrêt de l’activité professionnelle ou la mise en place du télétravail en continu. Si ces flux ont pu paraître spectaculaires à l’annonce du confinement, c’est avant tout par leur synchronisation dans un temps court10 et leur concentration au départ des grandes métropoles, en particulier de Paris (Lambert et al., 2021).

Les mobilités de proximité : entre regroupements affinitaires et repli

37Les trois types de mobilités suivants rendent compte de flux de proximité, moins visibles mais dont la part (44 %) est presqu’aussi importante que les deux types précédents.

38Le type "intra-urbain chez des proches" constitue, parmi les cinq types de mobilités distingués, le deuxième le plus fréquent, en concernant une personne confinée hors de son logement habituel sur cinq. La plupart de ces flux se déroulent au sein d’une même agglomération même si la cartographie (figure 4) montre aussi l’existence de flux entre grandes villes parfois distantes. Ces flux concernent autant les hommes que les femmes. Les jeunes de moins de 35 ans (plus de 7 individus sur 10), les cadres et professions intellectuelles supérieures et, dans une moindre mesure les étudiants (3 individus sur 10) sont surreprésentés dans cette classe. Ils se déclarent relativement à l’aise financièrement ou dans une situation jugée convenable à leurs yeux. Si trois quarts d’entre eux appartiennent à la population majoritaire, c’est la classe qui comporte la plus forte proportion d’individus issus de l’immigration (hors cas évoqué en encadré des départs à l’étranger), notamment d’immigrés et de descendants d’immigrés non originaires de l’Union européenne. Vivant dans les métropoles de plus de 700 000 habitants, les individus de cette classe sont plus souvent locataires d’appartements, vivent habituellement seuls (45 %), en couple (17 %) ou en ménage complexe (15 %, dont sans doute une part importante de colocations). Ils partent se confiner chez un parent (1 individu sur 2), mais aussi chez un conjoint (29 %) ou encore un ami (11 % d’entre eux, la plus forte proportion d’entre toutes les classes). Dans certains cas, la mobilité peut s’apparenter à celles du type 1 (dans un cadre plus urbain) : prenons l’exemple dans notre échantillon d’une cadre d’entreprise de 24 ans, célibataire, résidant dans une grande ville qui choisit en raison d’un télétravail complet de se confiner chez ses parents (qui vivent dans une ville moyenne de la même région) avec ses frères et sœurs. Une partie des cas pourraient aussi correspondre au regroupement de couples non-cohabitants pour lesquels la mise en place du confinement a été le déclencheur d’une cohabitation, comme l’a montré l’enquête VICO (Grossetti, Launay, 2021). Retrouver un proche pour échapper à l’isolement ou s’en occuper semble au final le principal motif de cette mobilité parfois de très courte distance, pour laquelle ni la recherche de confort résidentiel, ni la réaction à une difficulté économique ne semble être le moteur.

Figure 4 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 3 "intra-urbain chez des proches"

Figure 4 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 3 "intra-urbain chez des proches"

Le Roux, 2022

39Le quatrième type de mobilités, "proximité depuis les campagnes", presque aussi important en proportion que le précédent, s’en distingue principalement par l’origine des flux, depuis les campagnes et les zones périurbaines. C’est la seule classe où les mobilités vers des zones plus denses que celles quittées sont les plus nombreuses. Les flux sont essentiellement intra-départementaux (figure 5). Les Hauts-de-France et le Grand Est, régions les plus touchées par l’épidémie de Covid-19 au moment du premier confinement, sont particulièrement concernées par ces flux. Mais on observe également un grand nombre de flux depuis les communes peu denses de l’ensemble du littoral français, soit dans des départements dont l’économie touristique est importante et largement impactée par les mesures de confinement ; ces flux s’observent également en Rhône-Alpes. Ces flux, au sein de territoires particulièrement affectés par les pertes d’emploi en 2020 (Bouvart et al., 2021, p.11), seraient donc sans doute liés, au moins en partie, à des situations de perte d’emploi et de précarisation économique.

40Les habitants des zones peu denses constituent ainsi des populations mobiles qui ont été très largement invisibilisées pendant le confinement du fait de la faible distance parcourue, mais aussi de l’assignation symbolique des ruraux à des formes d’immobilité contrainte en temps normal (Coquard, 2020 ; Amsellem-Mainguy, 2021). Les logiques de la mobilité de confinement semblent aussi plus diverses, avec des motifs familiaux et affinitaires, mais aussi des logiques de "survie". En effet, près de 60 % des individus de la classe vivent en maison individuelle ; les espaces habités en temps normal sont peu denses et à l’occasion du confinement, le nombre de personnes présents dans le ménage augmente souvent. Ils/elles vont rejoindre un conjoint dans 42 % des cas, la plus forte proportion d’entre toutes les classes, et dans une moindre mesure, un ascendant ou un proche. Les individus de cette classe résident le plus souvent seuls (33 %) ou en couple (23 %) mais l’on note également une proportion importante de familles monoparentales (12 %). Cette surreprésentation des familles monoparentales transparaît dans la surreprésentation des femmes (54 %) qui sont par ailleurs plus fréquemment ancrées dans des réseaux familiaux qui mêlent entraide, proximités affectives et géographiques (Bonvalet, 2003). Toutes les classes d’âge sont représentées. Les membres de cette classe se distinguent également par leurs positions socio-professionnelles moins élevées (38 % sont employés ou ouvriers contre 24 % pour l’ensemble des "partants") et surtout par une situation financière perçue comme contrainte et difficile (dans 44 % des cas). Ces difficultés peuvent sans doute être rapprochées des localisations particulières mises en évidence par la cartographie, soit particulièrement impactées par l’épidémie, soit dont les économies locales reposent fortement sur le tourisme. Cette classe rassemblerait donc comme la précédente des couples re-cohabitants, motivés par les mesures de restriction de déplacement et/ou par la crainte de difficultés économiques. C’est par exemple le cas dans l’échantillon, d’une femme de 24 ans, résidant habituellement dans la maison de ses parents dans une petite ville de l’Ardèche, employée des services aux particuliers, qui a été contrainte d’arrêter son activité professionnelle et qui, la situation financière devenant difficile, est partie se confiner dans l’appartement de son conjoint dans une autre petite ville du département à un peu moins d’une heure de voiture.

Figure 5 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 4 "proximité depuis les campagnes"

Figure 5 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 4 "proximité depuis les campagnes"

Le Roux, 2022

  • 11 En 2020, le PIB a diminué de 7,9 % en France selon l’Insee. Voir Jules Baleyte, Alexandre Bourgeois (...)

41On retrouve dans la cinquième classe (celle de l’"isolement") des mobilités de courte distance et de moyenne distance dans plus de huit cas sur dix. Ce type de mobilités est minoritaire puisqu’il ne représente que 6 % de l’ensemble des flux observés. Elles ont pour point de départ des zones rurales, mais aussi des pôles moyens et des grands pôles urbains (dans un quart des cas). Par-delà l’hétérogénéité des espaces et distances parcourus, les individus de cette classe se rejoignent dans le fait de se confiner seuls (82 % des individus de cette classe sont dans ce cas), que ce soit dans une location temporaire ou dans un logement possédé par la famille. Le nombre de personnes présentes dans le ménage diminue fréquemment, même si un tiers d’entre eux vivaient déjà auparavant seuls. Ces mobilités touchent plus souvent les hommes (60 % des cas), ce qui pourrait s’expliquer par leur moindre implication dans les réseaux familiaux et leur surreprésentation en ménage d’une personne seule aux âges actifs en temps habituel, et les fractions intermédiaires et inférieures de l’espace social (19 % de professions intermédiaires, 11 % d’employés non qualifiés, 13 % d’ouvriers, 14 % d’inactifs hors retraités). Dans plus de la moitié des cas, la situation financière de ces individus est jugée difficile et nécessite de recourir à l’endettement (la plus forte proportion d’entre toutes les classes). On trouve également la plus forte proportion d’individus qui ont continué à travailler sur site. La configuration sociodémographique spécifique de cette classe invite à penser qu’il s’agit pour partie de mobilités de repli, visant à se protéger de certaines formes de vulnérabilités économiques qui ont pu s’intensifier avec la crise sanitaire et la récession qu’elle a rapidement entraînée11. Dans certains cas, l’isolement peut aussi être une mesure de protection sanitaire comme le suggère par exemple, dans notre échantillon, le cas d’un ancien commerçant retraité de 69 ans, en mauvaise santé et ayant une maladie chronique. Celui-ci, qui vit habituellement dans une ville de la côte méditerranéenne dans une maison en location avec son enfant, est parti se confiner seul dans une petite commune de la couronne périurbaine. Il estime que sa situation financière pourtant difficile auparavant s’est dégradée depuis le confinement. Pour 45 % des individus de la classe, le maintien de l’activité professionnelle sur site pourrait aussi justifier le choix de s’isoler pour protéger leurs co-résidents habituels. Pour d’autres, notamment les professionnels mobiles (policiers, militaires, ouvriers de chantier, etc.), ces mobilités pourraient simplement être liées à la poursuite de mobilités préexistantes liées à l’activité professionnelle.

42Au total, ces trois types de mobilités de courte distance recouvrent une diversité de logiques, mais peu d’entre elles semblent attribuables à la recherche de confort résidentiel. Il s’agit essentiellement de retrouver des proches qui résident à proximité, plus rarement de s’isoler, pour faire face à une situation exceptionnelle. Ces mobilités de confinement de proximité mériteraient sans doute d’être analysées et interprétées au prisme des "systèmes de mobilité" en articulant mobilités quotidienne et résidentielle (Lévy, Dureau, 2002) : la mobilité de confinement peut ainsi être perçue comme une réponse aux fortes contraintes exercées par les mesures de restriction sur les mobilités quotidiennes.

Conclusion

43Le premier confinement national décrété en mars 2020 a généré des mobilités nombreuses bien que statistiquement minoritaires au sein de la population française : près de 3 millions de personnes ont passé la majorité de cette période hors de leur logement habituel. Si la moitié des flux sont issus des grandes agglomérations et deux-tiers concernent des personnes vivant en appartement, l’analyse des pratiques de mobilités à l’échelle nationale montre que d’autres espaces sont concernés et qu’habiter en maison n’implique pas automatiquement la sédentarité. Autrement dit, les logiques de la mobilité en confinement ne sont pas purement résidentielles ; elles correspondent également à des souhaits de regroupement conjugal ou familial, à des contraintes économiques ou à des logiques de protection sanitaire, voire à l’injonction de choisir un unique lieu de vie pour des personnes résidant habituellement entre plusieurs logements, ou encore à une combinaison de ces différentes logiques.

44En favorisant leur synchronisation à l’échelle nationale, le confinement a ainsi condensé des phénomènes de mobilités auparavant diffus, épars ou irréguliers, par ailleurs difficilement saisissables par les dispositifs d’enquête de la statistique publique. Dans le recensement, la mobilité résidentielle est en effet essentiellement appréhendée à partir du seul changement de résidence principale avec pour objectif premier d’affecter les personnes de manière univoque à un logement dans le but de dénombrer la population (Coast et al., 2016 ; Toulemon, 2017). Le confinement rappelle au contraire l’importance des phénomènes de pluri-localité en période ordinaire : c’est le cas des étudiants, mais aussi des 11 % d’adultes habituellement en double (ou multi) résidence selon les estimations de l’enquête EFL (Imbert et al., 2014a ; Toulemon, 2017), ou encore des détenteurs de résidence secondaire, plus nombreux chez les ménages aisés et âgés (Châtel, Cochet, de Bellefon, 2021). Mais c’est également le cas des individus qui, sans habiter de manière habituelle entre plusieurs logements, vivent à proximité de proches dans le cas de "famille-entourage local", une situation plus fréquente dans les milieux populaires (Bonvalet, 2003). Les solidarités familiales qui se déploient à la faveur de la proximité résidentielle ont ainsi pu donner lieu à des changements temporaires de domicile et à des recompositions des conditions de vie. Le confinement a enfin généré de nouvelles pratiques pour des individus qui n’étaient auparavant pas engagés dans des formes de circulation saisonnière ni régulière, et qui ont pu compter sur l’hébergement d’un proche, ami ou parent.

45Malgré ses limites, l’enquête EpiCoV souligne ainsi les diverses modalités d’adaptation résidentielle des individus en même temps que la disparité des ressources mobilisées pour faire face à la crise sanitaire. Ces modalités différenciées renvoient au volume et à la structure des ressources des ménages et plus largement des groupes domestiques auxquels ils appartiennent (possession de résidence secondaire ou maison de famille, possibilité de louer un autre logement que la résidence principale, etc.). La parenté fournit certes relativement moins de ressources économiques et financières dans les classes populaires que dans les milieux aisés en période de crise (Papuchon, 2014), mais elle apporte néanmoins des ressources résidentielles, matérielles et émotionnelles (ou affectives), qui se sont trouvées revalorisées par la crise sanitaire. Plus encore, la hiérarchie symbolique de ces ressources a pu s’en trouver modifiée en renversant notamment les stigmates associés à certains territoires (les campagnes et les zones périurbaines notamment). Il reste à déterminer si, contrairement à d’autres crises historiques (Pumain, 2020), la pandémie aura des effets durables sur les hiérarchies et choix résidentiels des ménages, au détriment des grands pôles urbains notamment.

Haut de page

Bibliographie

Abdulkareem et al., 2020, "Risk perception and behavioral change during epidemics: Comparing models of individual and collective learning", PLoS ONE 15, e0226483

Amsellem-Mainguy Y., 2021, Les filles du coin : Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Presses de Sciences Po.

Amsellem-Mainguy Y., Francou Q., Vuattoux A., équipe Epicov, 2021, "Crise du Covid : Dégradation des conditions de vie et de logement des 18-24 ans", INJEP, Études et Recherches, No.50, 4 p.

Askitas N., Tatsiramos K.,Verheyden B., 2020, "Lockdown strategies, mobility patterns and COVID-19", IZA Discussion Paper, No.13293.

Bajos N., Counil E., Franck J.E., Jusot F., Pailhé A., Spire A., Martin C., Lydie N., Slama R., Meyer L., Warszawski J., équipe Epicov, 2021, "Social inequalities and dynamics of the early COVID-19 epidemic: a prospective cohort study in France", BMJ Open, Vol.11, No.11, [en ligne]. URL : https://bmjopen.bmj.com/content/11/11/e052888.

Barhoumi M., Jonchery A., Lombardo P., Le Minez S., Mainaud T., Raynaud E. et al., 2020, "Les inégalités sociales à l’épreuve de la crise sanitaire : un bilan du premier confinement", Insee Références, [en ligne]. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4797670

Bassand M., Brulhardt M.C., 1980, Mobilité spatiale, Georgi, Saint-Saphorin.

Bonvalet C., 2003, "La famille-entourage locale", Population, Vol.58, No.1, 9-43, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-population-2003-1-page-9.htm?ref=doi

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (éd.), 1999, La famille et ses proches. L'aménagement des territoires, Paris, PUF et INED.

Bonvalet C., Arbonville D., 1999, "La propriété d’après l’enquête logement de 1992", in : Bonnin P., de Villanova R. (éd.), D’une maison l’autre, Paris, Créaphis, 45-64.

Bonvalet C., Lelièvre E. (éd.), 2012, De la famille à l’entourage, Paris, INED, Coll. Grandes Enquêtes.

Bouvart C., Flamand J., Dherbécourt C., 2021, "Géographie de la crise. Premier trimestre 2021 : quelles dynamiques territoriales en matière d’emploi et de chômage ?", France-Stratégie, Point de vue, 18 p.

Bugeja-Bloch F., 2013, Logement, la spirale des inégalités : Une nouvelle dimension de la fracture sociale et générationnelle, Paris, Presses Universitaires de France.

Bugeja-Bloch F., Lambert A., Noûs C., 2021, "Les conditions de logement en France : Une approche multidimensionnelle des inégalités de logement selon les classes sociales", Revue des politiques sociales et familiales, Vol.4, No.141, 91-105.

Calvès A.E., Bozon M., Diagne A., Kuépié M., 2006, "Le passage à l’âge adulte : repenser la définition et l’analyse des « premières fois »", in : GRAB, États flous et trajectoires complexes, Paris, INED, Collection Méthodes et Savoirs, 137-156.

Chan H.F., Skali A., Savage D.A. et al., 2020, "Risk attitudes and human mobility during the COVID-19 pandemic", Sci Rep 10, 19931, [en ligne]. URL : https://www.nature.com/articles/s41598-020-76763-2

Chapman M., Prothero R.M. (éd.), 1985, Circulation in population movement: substance and concepts from the Melanesian case, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Châtel F., Cochet N., de Bellefon M.P., 2021, "Deux résidences secondaires sur trois sont détenues par un ménage de 60 ans ou plus", Insee Première, No.1871.

Coquard B., 2019, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte.

Courgeau D., 1987, "Constitution de la famille et urbanisation", Population, 42ᵉ année, No.1, 57-81.

Dubost F., Bonnain R., Cicé C., Cloarec J., Perrot M. et al., 1995, Les résidences secondaires. Nouvelles orientations, Datar, Rapport final de convention d’étude No.93.42.

Domenach H., Picquet M., 1987, "Le caractère de réversibilité dans l'étude de la migration", Population, 42ᵉ année, No.3, 469-483.

Dubost C.L., Pollack C., Rey S., 2020, Les inégalités sociales face à l’épidémie de Covid-19 - État des lieux et perspectives, Drees, Dossier de la Drees, No.62, 40 p.

Duque-Calvache R., Torrado J.M., Mesa-Pedrazas A., 2021, "Lockdown and adaptation: residential mobility in Spain during the COVID-19 crisis", European Societies, Vol.23, No.S1, 759-776.

Dureau F., 2002, "Les systèmes résidentiels : concepts et applications", in: Lévy J.P., Dureau F. (dir.), L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, Paris, L'Harmattan, 355-382.

Filjakow Y., 2021, "À la lumière du confinement : Un plaidoyer pour un observatoire des distances socio spatiales", [en ligne]. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03275332/document.

Frémont A., 1974, "Recherche sur l’espace vécu", L’Espace Géographique, No.3, 231-238.

Frémont A., 1976, "L’espace vécu", Actes du colloque de Rouen, Publication des Universités de Caen, Orléans, Paris I, Rouen et Vincennes, 218-226.

Givord P., Silhol J., Neck F., Castell L., Favre-Martinoz C., Legleye S., Paliod N., Sillard P., Barlet M., Leduc A., Raynaud P., 2020, "Confinement : des conséquences économiques inégales selon les ménages", Insee première, No.1822.

Gribaudi M., 1987, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin dans la première moitié du XXe siècle, Paris, EHESS.

Grossetti M., Launay L., 2021, "Turbulences résidentielles et parcours de vie", Temporalités, 34-35, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9518

Guéraut É., Jedlicki F., Noûs C., 2021, "L’émigration étudiante des « filles du coin » : Entre émancipation sociale et réassignation spatiale", Travail, genre et sociétés, No.46, 135-155.

Imbert C., 2013, "L’immobilité dans la circulation : entre composante de l’économie domestique et mode de gestion politique", e-migrinter, Université de Poitiers, 15-20.

Imbert C., Deschamps G., Lelièvre É., Bonvalet C., 2014a, "Vivre dans deux logements : surtout avant et après la vie active", Population & Sociétés, No.507, 1-4.

Imbert C., Dubucs H., Dureau F., Giroud M., 2014b, D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen, Paris, Armand Collin, Coll. Recherches.

Imbert C., 2018, "Famille et diversité des pratiques de plurirésidence", in: Imbert C., Lelièvre, É., Lessault D. (éd.), 2018, La famille à distance : Mobilités, territoires et liens familiaux, Paris, Ined Éditions, 51-71

Jones A., Grigsby-Toussaint D.S., 2020, "Housing stability and the residential context of COVID-19 pandemic", Cities and Health, [en ligne]. URL : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/23748834.2020.1785164

Kaplan G., 2009, "Boomerang kids: labor market dynamics and moving back home", Federal Reserve Bank of Minneapolis, Working Paper, Vol.675.

Lambert A., Cayouette-Remblière J., 2021, L’Explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, Éditions de l’Aube, collection Monde en cours.

Lambert A., Cayouette-Remblière J., Guéraut E., Bonvalet C., Girard V., Le Roux G., Langlois L., 2020, Logement, travail, voisinage et conditions de vie : ce que le confinement a changé pour les Français, COCONEL - Note de synthèse, No.10 - vague 6, Paris, Ined.

Lambert A., Le Roux G., Baril E., Bringé A., Bonvalet C., Bajos N., 2021, "Partir, rester, rentrer : une analyse des mobilités résidentielles pendant la crise sanitaire à partir d’EpiCOV", INED, journée d’étude Le logement dans la crise, 21 juin.

Launay L., Grossetti M., 2021, "Rester chez soi : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ?", in: Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A., Personne ne bouge, UGA Éditions.

Le Bris E., Marie A., Osmont A., Sinou A., 1987, Famille et résidence dans les villes africaines. Dakar, Bamako, Saint-Louis, Lomé, L'Harmattan, Villes et entreprises.

Léger J., 2017, "La géographie des résidences secondaires : une autre lecture des disparités territoriales", Population & Avenir, No.732, 4-8.

Lindell M.K., Perry R.W., 2000, "Household Adjustment to Earthquake Hazard: A Review of Research", Environment and Behavior, Vol.4, No.32, 461-501.

Mitchell B., 2006, The Boomerang Age. Transitions to Adulthood in Families, London, Adline Transaction.

Oxford Blavatnik School of Government, 2020, Covid-19 Government Response Tracker: Relationship between Number of Covid-19 Cases and Government Response (OxCGRT), [en ligne]. URL : https://covidtracker.bsg.ox.ac.uk/stringency-scatter

Papuchon A., 2014, "Les transferts familiaux vers les jeunes adultes en temps de crise : le charme discret de l'injustice distributive", Revue française des affaires sociales, No.1-2, 120-143.

Pierre M., 2006, "L'invention d'un système bi-résidentiel. Un choix de vie pour couple retraité aisé", Les Annales de la recherche urbaine, No.100, 106-113.

Piketty T., 2019, Capital et Idéologie, Paris, Le Seuil, coll. Les Livres du nouveau monde.

Pumain D., 2020, "Le confinement géographique ou les vertus d’une expérience", Cybergeo: European Journal of Geography, Éditoriaux, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/34659

Raynaud É., Roussel P., Bendekkiche H., Pénicaud É. (coord.), 2022, Femmes et hommes, l’égalité en question, Montrouge, Insee, Insee Première.

Rosental P.A., 1999, Les sentiers invisibles : espace, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, éditions de l'EHESS.

Toulemon L., 2018, "Combien de personnes ont plusieurs résidences habituelles en France ?", in: Imbert C., Lelièvre É., Lessault D. (éd.), La famille à distance : Mobilités, territoires et liens familiaux, Ined Éditions, 27-50.

Warszawski J., Beaumont A.L., Seng R., 2022, "The EPICOV study group. Prevalence of SARS-Cov-2 antibodies and living conditions: the French national random population-based EPICOV Cohort", BMC infectious Disease, Vol.22, No.41, [en ligne]. URL : https://bmcinfectdis.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12879-021-06973-0

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Dendrogramme de la Classification Ascendante Hiérarchique réalisée sur les 9 premiers axes de l’Analyse des Composantes Multiples et partition en 5 classes

Annexe 1 : Dendrogramme de la Classification Ascendante Hiérarchique réalisée sur les 9 premiers axes de l’Analyse des Composantes Multiples et partition en 5 classes

Sources : cf figure 1.
Le Roux, Lambert, Bonvalet, Baril, Bringé, Bajos, 2022

Annexe 2 : Description des classes de mobilités de confinement par les variables actives

Variables actives

Type1

Type 2

Type 3

Type 4

Type 5

Type 6

Total

Zonage en aire d’attractivitÉ des villes (ZAAV) DU LIEU DE RESIDENCE HABITUELLE

Grands pôles (700 000 hab.)

55,5%

70,7%

76,8%

0,7%

25,2%

48,2%

50,4%

Périurbain de grands pôles

3,1%

3,5%

0,9%

23,6%

9,4%

17,2%

7,4%

Pôles moyens (50 000-700 000 hab.)

35,8%

16,4%

19,1%

5,9%

23,7%

13,8%

22,4%

Périurbain de pôle moyen

2,5%

4,9%

1,5%

37,1%

18,6%

10,8%

10,1%

Petits pôles et campagnes

3,2%

4,4%

1,7%

32,7%

23,0%

10,0%

9,8%

Évolution de la densitÉ communale

Diminution de la densité

94,8%

93,6%

0,4%

11,1%

25,1%

.

50,7%

Augmentation de la densité

0,2%

0,1%

0,2%

45,9%

21,1%

.

9,4%

Densité stable

5,0%

6,3%

99,4%

43,0%

53,7%

.

34,4%

DensitÉ de la commune de confinement

Commune densément peuplée

0,3%

1,9%

93,9%

28,0%

36,7%

.

27,3%

Commune de catégorie intermédiaire

39,8%

25,7%

4,2%

40,8%

32,9%

.

27,8%

Commune peu dense

51,5%

56,0%

1,8%

29,0%

25,5%

.

33,4%

Commune très peu dense

8,4%

16,3%

0,1%

2,2%

4,8%

.

6,0%

Distance de la mobilitÉ

Moins de 50 km

30,8%

17,5%

65,0%

62,5%

58,0%

.

41,6%

Entre 50 et 200 km

41,6%

34,6%

13,8%

21,0%

23,2%

.

27,7%

200 km et plus

27,6%

47,9%

21,2%

16,5%

18,9%

.

30,7%

Type de logement habituel

Dans un appartement sans extérieur

42,2%

21,3%

43,1%

13,4%

21,0%

22,4%

32,1%

Dans un appartement avec extérieur

37,9%

39,7%

41,6%

25,5%

28,4%

33,7%

36,0%

Dans une maison

17,2%

38,6%

13,8%

58,6%

44,5%

42,5%

29,7%

Autre

2,6%

0,4%

1,5%

2,5%

6,1%

1,3%

2,2%

Type de lieu de confinement

Chez des amis amies

4,2%

4,4%

10,5%

5,4%

6,5%

4,6%

5,9%

Chez un ascendant ou descendant

82,3%

15,3%

49,7%

35,2%

11,3%

23,1%

50,1%

Chez votre conjoint e ou partenaire

6,4%

17,5%

29,4%

42,1%

2,6%

14,6%

19,2%

Dans une résidence secondaire ou une location temporaire

1,3%

59,6%

1,5%

4,2%

32,3%

26,5%

13,4%

Autre

5,7%

3,2%

8,9%

13,1%

47,3%

30,5%

11,4%

Évolution de la taille du mÉnage

Augmentation du nombre de personnes

85,1%

19,0%

65,7%

54,7%

0,0%

44,5%

58,8%

Diminution du nombre de personnes

2,9%

7,2%

6,0%

8,4%

63,5%

14,2%

9,5%

Nombre de personnes stable

12,0%

73,9%

28,3%

37,0%

36,5%

41,3%

31,6%

Taille du mÉnage en confinement

1 personne

0,0%

3,7%

1,4%

0,0%

82,3%

20,1%

7,0%

2 personnes

6,4%

58,7%

34,1%

43,8%

8,2%

26,4%

27,4%

3-4 personnes

61,8%

25,7%

43,5%

38,3%

9,1%

33,8%

44,0%

5 personnes et plus

31,7%

11,9%

21,0%

17,9%

0,4%

19,7%

21,7%

Évolution de la densitÉ au sein du logement

Diminution de la densité

45,5%

32,6%

32,8%

14,7%

44,8%

26,9%

34,5%

Augmentation de la densité

32,9%

21,4%

37,6%

55,5%

24,7%

40,0%

36,0%

Densité stable

21,6%

46,0%

29,6%

29,8%

30,5%

33,1%

29,5%

Sources : cf figure 1.
Le Roux, Lambert, Bonvalet, Baril, Bringé, Bajos, 2022

Annexe 3 : Description des classes de mobilités de confinement par des variables (supplémentaires) socio-démographiques

 

Type 1

Type 2

Type 3

Type 4

Type 5

Type 6

Total

Sexe

Hommes

43,8%

49,8%

49,0%

45,6%

60,3%

48,1%

47,3%

Femmes

56,2%

50,2%

51,0%

54,4%

39,7%

51,9%

52,7%

Age

Moins de 18 ans

2,4%

2,0%

2,4%

3,8%

1,2%

0,3%

2,4%

18-24 ans

57,0%

16,8%

37,4%

27,2%

26,3%

17,7%

37,8%

25-34 ans

22,5%

14,8%

32,4%

17,0%

21,3%

18,7%

22,2%

43-44 ans

6,0%

10,1%

10,1%

14,1%

11,5%

9,7%

9,5%

45-54 ans

4,2%

10,2%

5,8%

8,4%

14,8%

8,0%

6,9%

55-64 ans

3,0%

16,6%

5,4%

10,6%

12,1%

12,9%

7,9%

65-74 ans

2,0%

17,8%

3,6%

11,2%

9,4%

22,2%

7,7%

75 ans et plus

2,8%

11,7%

2,8%

7,8%

3,3%

10,6%

5,6%

Origine

Descendant d'immigré hors UE

4,2%

4,2%

11,9%

4,8%

8,3%

5,3%

6,2%

Descendant d'immigré UE

3,6%

5,2%

4,6%

4,5%

3,9%

1,8%

4,1%

Immigré hors UE

1,2%

1,4%

5,7%

3,4%

5,0%

32,8%

4,7%

Immigré UE

1,4%

3,3%

2,6%

0,9%

1,8%

12,2%

2,4%

Population majoritaire

87,9%

84,5%

73,9%

82,7%

78,8%

47,2%

80,7%

Manquant

1,6%

1,4%

1,3%

3,6%

2,3%

0,8%

1,9%

RESIDENCE HABITUELLE

Hors Unité Urbaine de Paris

84,4%

56,3%

57,0%

96,0%

88,6%

61,8%

75,8%

Dans Unité Urbaine de Paris

15,6%

43,7%

43,0%

4,0%

11,4%

38,2%

24,2%

Présence d'enfants

Pas d'enfant

75,1%

60,7%

73,6%

63,5%

64,7%

68,8%

69,5%

Enfant(s) dans le ménage

24,9%

39,3%

26,4%

36,5%

35,3%

31,2%

30,5%

Vit en couple

Ne vit pas en couple

77,3%

35,8%

73,8%

65,7%

69,7%

55,7%

66,9%

Vit en couple

22,7%

64,2%

26,2%

34,3%

30,3%

44,3%

33,1%

Est en couple

N'est pas en couple

76,0%

35,6%

72,9%

65,4%

68,6%

55,0%

66,1%

Est en couple

24,0%

64,4%

27,1%

34,6%

31,4%

45,0%

33,9%

PCS

Agriculteurs, indépendants et chefs d'entreprise

2,6%

5,7%

3,9%

7,0%

8,3%

5,5%

4,6%

Cadres et PIS

18,0%

39,6%

25,2%

12,4%

16,8%

18,5%

21,5%

Professions intermédiaires

12,5%

15,6%

11,1%

14,8%

18,7%

8,8%

13,2%

Employés qualifiés

7,7%

5,6%

7,8%

8,6%

5,9%

8,4%

7,5%

Employés non qualifiés

6,0%

7,4%

9,7%

16,1%

11,5%

12,6%

9,4%

Ouvriers qualifiés

1,4%

2,4%

4,5%

7,2%

4,6%

5,3%

3,6%

Ouvriers non qualifiés

2,2%

1,5%

2,1%

5,7%

8,6%

6,9%

3,5%

N'a jamais travaillé et autres

6,0%

6,9%

5,2%

9,2%

14,4%

16,3%

7,8%

Étudiants

42,9%

15,3%

29,9%

16,2%

10,0%

15,6%

27,9%

Situation financière PERCUE

À l'aise financièrement

25,3%

28,4%

24,9%

14,7%

14,4%

17,8%

22,7%

Situation financière convenable

41,1%

39,5%

37,4%

39,6%

35,1%

35,5%

39,3%

C'est juste financièrement

25,3%

25,6%

25,8%

29,4%

29,7%

31,1%

26,7%

C'est difficile ou impossible sans dettes

7,6%

5,9%

11,5%

13,9%

20,7%

14,9%

10,5%

Manquant

0,7%

0,6%

0,4%

2,4%

0,0%

0,8%

0,9%

Statut d'occupation DU LOGEMENT

Locataire ou sous-locataire

61,5%

32,5%

62,1%

37,5%

44,0%

46,5%

51,4%

Occupant à titre gratuit

5,9%

5,7%

8,1%

10,2%

10,3%

14,1%

7,7%

Propriétaire ou copropriétaire

27,9%

61,7%

25,5%

50,1%

41,0%

38,3%

37,5%

Résident d'une collectivité

4,7%

0,2%

4,2%

2,1%

4,7%

1,1%

3,3%

Manquant

0,1%

0,0%

0,1%

0,1%

0,0%

0,0%

0,1%

Lieu de travail

N'a pas travaillé

62,6%

62,6%

52,8%

60,6%

49,3%

71,0%

59,8%

A télétravaillé exclusivement

17,8%

19,8%

21,5%

8,5%

5,3%

10,6%

16,0%

A travaillé à l'extérieur

19,0%

17,3%

25,5%

30,0%

45,2%

18,5%

23,7%

Manquant

0,6%

0,3%

0,3%

0,8%

0,2%

0,0%

0,5%

Composition du ménage habituel

Personne seule

47,8%

12,4%

45,0%

32,6%

36,1%

26,6%

37,5%

Couple sans enfant

15,2%

42,6%

17,4%

22,9%

17,2%

31,3%

21,9%

Couple avec enfant

5,9%

19,5%

6,6%

9,5%

10,8%

7,7%

9,1%

Famille monoparentale

5,5%

8,6%

7,8%

11,8%

9,6%

9,2%

7,9%

Enfant logeant dans le domicile familial

9,0%

8,0%

6,4%

9,0%

11,0%

8,8%

8,4%

Ménage complexe

15,1%

7,9%

14,9%

12,2%

12,4%

14,6%

13,5%

Manquant

1,4%

0,9%

2,0%

2,1%

2,9%

1,8%

1,7%

Sources : enquête EPICOV, périodes 1 et 2, 2020.
Le Roux, Lambert, Bonvalet, Baril, Bringé, Bajos, 2022

Annexe 4 : Description des classes de mobilités de confinement par des variables (supplémentaires) socio-démographiques selon leur sur/sous-représentation (V-test)

Annexe 4 : Description des classes de mobilités de confinement par des variables (supplémentaires) socio-démographiques selon leur sur/sous-représentation (V-test)

Note : en ordonnée des graphiques en radar, les V-test mesurant la surreprésentation des catégories dans la classe. Les valeurs non significativement différentes de 0 ont été mises à 0 et les valeurs infinies ont été bornées à 50/-50.
Aide à la lecture : cf. figure 1.

Sources : enquête EPICOV, périodes 1 et 2, 2020.
Le Roux, Baril, Bringé, 2022

Haut de page

Notes

1 Ces chiffres varient selon la date de passation de l’enquête, la méthode d’échantillonnage et la définition du changement de logement. L’enquête EpiCOV ne prend pas en compte les mobilités de courte durée (mais uniquement celles qui ont induit un changement long de lieu de résidence hors de la résidence habituelle), tandis que l’enquête Coconel-Logement et conditions de vie, qui inclut tous les types de déplacements et saisit les personnes hors de leur résidence habituelle à la date de l’enquête, ne capte pas les mobilités de retour.

2 Voir par exemple : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/03/26/confinement-plus-d-un-million-de-franciliens-ont-quitte-la-region-parisienne-en-une-semaine_6034568_4408996.html ; https://www.nouvelobs.com/confinement/20200327.OBS26656/17-des-parisiens-ont-fui-la-capitale-a-cause-du-covid-voici-ce-que-cela-dit-d-eux.html ; https://www.leparisien.fr/paris-75/confinement-10-des-parisiens-ont-quitte-la-capitale-et-on-sait-ou-ils-sont-alles-09-04-2020-8297004.php Le même constat a été effectué par les journalistes à propos d’autres régions du monde, comme l’Inde ou l’Afrique subsaharienne : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/17/Covid-19-l-exode-mondial-avant-le-confinement_6036919_3210.html ; https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/03/30/en-afrique-le-Covid-19-nourrit-une-vague-d-exode-urbain_6034903_3212.html ; https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/17/Covid-19-en-inde-la-tragedie-des-migrants-invisibles_6036920_3210.html

3 Le confinement a d’abord été décrété pour une durée de deux semaines, avant d’être successivement prolongé.

4 Décret n°2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19.

5 Voir notamment l’enquête VICO (Vie collective en confinement) réalisée dans le cadre du projet ANR VICO coordonné par Pierre Mercklé, en collaboration avec Marie-Pierre Bès, Claire Bidart et Nicolas Mariot, [en ligne]. URL : https://vico.hypotheses.org/a-propos

6 L’analyse des mobilités aux autres périodes de l’enquête n’est pas possible car certaines variables de logement ne sont plus présentes, limitant l’apport d’une analyse longitudinale. La deuxième période d’enquête a été mobilisée pour obtenir de l’information, manquante dans la première, sur les caractéristiques du logement de résidence habituelle pour les enquêtés qui n’y résidaient pas lors du premier confinement.

7 Nous n’avons pas procédé à des sélections de l’échantillon selon l’âge ou l’autonomie résidentielle supposée (par exemple en supprimant les jeunes résidant chez leurs parents). En effet, l’article s’intéresse davantage à la description des flux et de leurs logiques qu’au processus de décision en tant que tel. Par ailleurs, dans ces situations exceptionnelles qui ont suscité de nombreuses reconfigurations des ménages (Cayouette-Remblière, Lambert, 2021), les circulations ne s’observent pas à l’échelle du ménage mais de leurs membres : ni l’immobilité des parents ni leur mobilité ne peut par exemple être directement imputée aux enfants.

8 Plusieurs variantes en termes de nombres d’axes et de classes conservés ont été testées. Il s’agissait de conserver au moins la moitié de l’inertie totale et de construire des classes facilement interprétables.

9 Les catégories de l’enquête ne permettent pas de distinguer les résidences secondaires des locations temporaires.

10 L’annonce du décret réglementant les mobilités et sa mise en application ont été séparées de quelques jours, accentuant les flux de mobilité au cours du week-end du 14 et 15 mars 2020.

11 En 2020, le PIB a diminué de 7,9 % en France selon l’Insee. Voir Jules Baleyte, Alexandre Bourgeois, Benjamin Favetto, Jean-Cyprien Heam, Matthieu Lequien, Pierre Ralle, 2021, "L’économie française en 2020 : une année de bouleversements", INSEE Analyses, No.64, [en ligne]. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/5389038

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Description des classes de mobilités de confinement par les variables actives selon leur sur/sous-représentation (V-test)
Légende Sources : cf. tableau 1 Note : en ordonnée des graphiques en radar, les V-test mesurant la surreprésentation des catégories dans la classe. Les valeurs non significativement différentes de 0 ont été mises à 0 et les valeurs infinies ont été bornées à 50/-50. Aide à la lecture : les valeurs V-test des catégories de densités communales et au sein des logements en diminution ("Densité com -" et "Densité lgt -"), du confinement "chez un ascendant ou descendant", des tailles des ménages en augmentation ("Nb pers augm") et de 3 personnes ou plus en confinement ("3-4 pers" et "5 pers et plus") sont positives et très élevées pour le type 1, ce qui signifie que ces catégories sont largement surreprésentées dans le type 1 tandis que des valeurs négatives, par exemple pour le type de logement maison ou le confinement dans une résidence secondaire, indique que ces catégories sont sous-représentées dans le type 1.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-1.png
Fichier image/png, 174k
Titre Figure 2 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 1 "ville-campagne chez les proches"
Crédits Le Roux, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figure 3 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 2 "ville-campagne en résidence secondaire"
Crédits Le Roux, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-3.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure 4 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 3 "intra-urbain chez des proches"
Crédits Le Roux, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-4.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 5 : cartographie des flux de confinement hors des résidences habituelles de type 4 "proximité depuis les campagnes"
Crédits Le Roux, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-5.png
Fichier image/png, 81k
Titre Annexe 1 : Dendrogramme de la Classification Ascendante Hiérarchique réalisée sur les 9 premiers axes de l’Analyse des Composantes Multiples et partition en 5 classes
Crédits Sources : cf figure 1. Le Roux, Lambert, Bonvalet, Baril, Bringé, Bajos, 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre Annexe 4 : Description des classes de mobilités de confinement par des variables (supplémentaires) socio-démographiques selon leur sur/sous-représentation (V-test)
Légende Note : en ordonnée des graphiques en radar, les V-test mesurant la surreprésentation des catégories dans la classe. Les valeurs non significativement différentes de 0 ont été mises à 0 et les valeurs infinies ont été bornées à 50/-50. Aide à la lecture : cf. figure 1.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40229/img-7.png
Fichier image/png, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Le Roux, Anne Lambert, Catherine Bonvalet, Élodie Baril, Arnaud Bringé et Nathalie Bajos, « Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19 », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1045, mis en ligne le 10 mars 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40229

Haut de page

Auteurs

Guillaume Le Roux

Chargé de recherche, Institut National d’Études Démographiques, France, guillaume.le-roux@ined.fr

Anne Lambert

Chargée de recherche, Institut National d’Études Démographiques, France, anne.lambert@ined.fr

Catherine Bonvalet

Directrice de recherche émérite, Institut National d’Études Démographiques, France bonvalet@ined.fr

Élodie Baril

Ingénieure d’études, Institut National d’Études Démographiques, France, elodie.baril@ined.fr

Arnaud Bringé

Ingénieur de recherche, Institut National d’Études Démographiques, France, bringe@ined.fr

Nathalie Bajos

Directrice de recherche, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale – École des Hautes Études en Sciences Sociales, France, nathalie.bajos@inserm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search