Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2023Karl R. Kegler, 2015, Deutsche Ra...

2023

Karl R. Kegler, 2015, Deutsche Raumplanung. Das Modell der "Zentralen Orte" zwischen NS-Staat und Bundesrepublik, Paderborn, Ferdinand Schöningh GmbH, 648 p.

Aménagement spatial allemand. Le modèle des "lieux centraux", de l’État national-socialiste à la République fédérale
Anne Radeff

Texte intégral

1Ce livre est la version révisée d’une thèse soutenue à l’université d’Aix-la-Chapelle le 10 juin 2011 sous la direction de Gerhard Fehl, fondateur de la chaire de théorie de la planification à l’Université technique de Rhénanie-Westphalie d’Aix en 1971. L’ouvrage a fait l’objet de recensions en allemand et en anglais, mais pas encore en français. Karl R. Kegler est depuis 2015 professeur à la faculté d’architecture de l’Université de Munich, où il enseigne l’histoire et la théorie de la ville et de l’architecture. Outre son enseignement, il travaille actuellement sur le lien entre la planification et les crimes commis par l'État nazi dans les territoires occupés d'Europe de l'Est.

2Son ouvrage lie histoire, géographie, aménagement du territoire et architecture. Il témoigne de ses deux domaines de spécialisations, l’histoire d’une part et l’architecture d’autre part. Cette double formation lui permet de formuler son hypothèse de base : le "modèle" christallérien est tellement erroné qu’on ne peut en expliquer le succès que par des raisons historiques. La première partie de la vérification de cette hypothèse se fonde sur ses connaissances d’architecte en mathématiques et en géométrie. La seconde, sur ses compétences d’historien : consultation de nombreux fonds d’archives venant approfondir une abondante bibliographie, avec en particulier l’utilisation de sources allemandes de l’époque nazie. Les interactions de la science et de la politique sont démontrées dans les trois parties de l’ouvrage.

3De très nombreuses figures de grande qualité éclairent le lecteur : certaines sont des reproductions de documents allemands, d’autres des figures réalisées par l’auteur pour asseoir son raisonnement. On peut d’autant plus regretter qu’il n’y ait pas de table des figures dans l’ouvrage.

4Une mise au point terminologique est nécessaire : Walter Christaller utilise le terme de "système des lieux centraux" en 1933 (date de la parution de sa thèse), alors que le mot "modèle" n’apparaît dans ses écrits qu’en 1966 (Christaller, 1966). En revanche, Kegler utilise le terme de "modèle" : il lui donne le sens de "modèle, ou tentative, d’explication", et non pas celui de modèle mathématique. Il oppose ce "modèle" à la "théorie" en démontrant que les thèses de Christaller ne sont pas une théorie cohérente.

5Dans la première partie (Die geplante Ordnung : l’ordre planifié), Kegler dénonce les erreurs de Christaller. On peut d’une part avantageusement remplacer les hexagones par des carrés ; d’autre part, Christaller choisit sans le justifier des catégories d’hexagones très particulières. De plus, ce système n’est pas déductif. Les choix faits par Christaller du nombre des marchandises centrales offertes à chaque niveau, du nombre précis d’habitants et de la taille des régions complémentaires ne reposent pas sur un raisonnement déductif. Ces choix ont sans doute été élaborés "empiriquement", en étudiant des cartes et le matériel statistique. Lorsque Christaller fixe à 4 km le rayon des lieux M (lieux de marché), il explique lui-même que cette mesure, choisie "pas tout à fait arbitrairement", a été décidée "empiriquement et pas déductivement" (Christaller, 1980). Le travail de Christaller devient ainsi un patchwork de suppositions empiriques, théoriques et intuitives, reposant sur des hypothèses qui ne sont pas en accord les unes avec les autres. Les méconnaissances de Christaller en matière de géométrie, ou encore l’incompatibilité de ses principes de base, aboutissent à la conclusion que la crédibilité de l’ensemble du modèle est extrêmement douteuse à cause de ses contradictions internes. Il faut donc rejeter la prétention de Christaller d’avoir formulé une loi économico-spatiale fondamentale ainsi que celle de déterminer un optimum économique général avec des dépenses de transports minimales. Les lois de répartition proposées, leurs affirmations sur la situation et la taille des lieux centraux et le modèle hiérarchique qui en résulte ne peuvent pas être prouvés.

6Puis, Kegler situe le modèle christallérien dans le contexte historique en montrant ses affinités avec les préoccupations de l’Allemagne des années 1930 : importance accordée par le troisième Reich à l’autarcie, valorisation de l’hexagone considéré comme un contre-projet face à la construction urbaine conventionnelle.

7Dans une annexe, Kegler compare le système christallérien à l’alternative proposée par August Lösch, dont il trace un portrait critique. Dans la seconde édition de son livre, en 1943, Lösch s’exprime de manière indirecte sur les plans d’aménagement du territoire dans la Pologne annexée ; ses contacts avec l'Office du Reich chargé de l’aménagement (Reichsstelle für Raumordnung) et sa volonté de rendre ses réflexions utilisables par l’aménagement spatial nazi relativisent la représentation qui en est généralement faite d’un adversaire décidé et sans compromis de l’État nazi.

8Dans la deuxième partie (Geometrie für den totalen Staat 1933-1945 : la géométrie au service d’un État totalitaire), Kegler montre comment l’aménagement spatial de l’État national-socialiste s’inscrit dans une idéologie d’ordre ethnique et de recherche de Lebensraum. Il décrit la manière dont le système christallérien est utilisé et modifié par les institutions nazies et s’arrête sur le plan de réorganisation européenne proposé par Christaller, qui aurait pu s’appliquer après une victoire finale du nazisme. Des tentatives d’application du système christallérien ont eu lieu dans diverses régions : les régions orientales annexées, l’Alsace et la Lorraine, le gouvernement général en Pologne (Varsovie et Zamosc), le polder du nord-ouest en Hollande, etc. Ces réalisations s’intègrent aux projets nazis de modernisation de l’aménagement spatial.

9Kegler réfute l’affirmation selon laquelle le modèle christallérien serait un échec à ses débuts et qu’il n’aurait rencontré de succès qu’environ dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Christaller lui-même a répandu cette idée, qu’on retrouve dans nombre d’écrits des XXe et XXIe siècles. Ce que Kegler nomme le "récit de la réception" du modèle cache son adaptation à l’idéologie nazie de l’aménagement. Ce récit lui a permis d’être considéré, après la guerre, comme un concept "non impliqué" et rigoureusement scientifique. Or, le modèle des lieux centraux n’était aucunement extérieur aux intérêts et aux paradigmes de la recherche spatiale et de l’aménagement nazis au début des années 1930, ce qui explique pourquoi il a reçu un accueil exceptionnel dans le contexte de la recherche spatiale nazie, malgré ses manques et ses contradictions.

10Dans la troisième partie (Von Ordnung zum Ausgleich. Rezeption in der Bundesrepublik 1949-1969 : de l’ordre à l’équilibre. La réception du système christallérien dans la République fédérale allemande), Kegler traite de la période postérieure à la défaite nazie. Bien que, comme la partie précédente l’a démontré, le système christallérien est imprégné d’idéologie nazie, il continue à être utilisé après la défaite. En Allemagne de l’Ouest, il a peu de succès, jusqu’à la crise de la modernisation que traverse la République fédérale allemande au début des années 1960. La notion de "lieux centraux" est introduite en 1965 dans la loi d’aménagement. Elle est d’abord utilisée pour protéger les espaces ruraux, puis prend de plus en plus d’importance pour l’aménagement de la République et des Länder. Les voix critiques dénonçant cette notion ne sont pas écoutées.

11Ailleurs dans le monde, les régimes capitalistes, comme les régimes totalitaires, cherchent à en tirer profit. De nombreux organismes et chercheurs s’attachent à utiliser, internationaliser et normaliser ce système, bien qu’il soit de plus en plus critiqué dès le milieu des années 1990. On aboutit à un paradoxe : d’un côté, il est considéré comme "obsolète" ; de l’autre, il est considéré comme "indispensable" (unverzichtbar). Cette reprise du modèle des lieux centraux par les scientifiques repose sur la volonté de faire disparaître le contexte original et conduit à surestimer le modèle en le considérant comme une théorie "exacte et hors du temps".

12En conclusion (Planung als gelenkte Moderne : la planification comme une modernité dirigée), Kegler inscrit la diffusion du modèle christallérien dans l’histoire de la planification au XXe siècle. Le succès du modèle des lieux centraux est lié à l’espoir de maîtriser par une planification rationnelle les défis d’une modernité vécue comme une crise. La tentative d’explication fonctionnelle proposée a semblé satisfaire à cette tâche, mais elle est de facto, dans tous ses énoncés décisifs, marquée par des erreurs logiques et méthodologiques. Les conclusions faussement déductives de Christaller simulent une sorte de scientificité qui serait un modèle des sciences exactes. Ainsi, le succès du modèle ne repose pas sur sa rigueur supérieure et sa force explicative, mais doit être mise en relations avec des facteurs extrascientifiques qui dépendent étroitement de la fonction de la science dans les sociétés modernes. Pendant des décennies, de nombreux chercheurs ont surévalué le modèle de Christaller sans prendre en considération les objections critiques survenues dès les débuts de sa diffusion. Dans ce contexte, la littérature spécialisée de la "discipline" de l’aménagement a joué un rôle important, elle qui jusqu’à une époque très récente a occulté le contexte, déterminé par l’époque, de la naissance du modèle des lieux centraux et a accueilli la conception des lieux centraux de Christaller comme un "théorie" objective.

Haut de page

Bibliographie

Christaller W., 1966, "Angewandte Geographie - Raumwirtschaftliche Modelle", in: Weigt E. (éd.), Angewandte Geographie. Festschrift für Erwin Scheu zur Vollendung des 80. Lebensjahres, Nürnberg, Wirtschafts- und Sozialgeogr. Inst. der Friedrich-Alexander-Univ., 35-38 (Nürnberger wirtschafts- und sozialgeographische Arbeiten, 5).

Christaller W., 1980, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäßigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchbibliothek, 74

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Radeff, « Karl R. Kegler, 2015, Deutsche Raumplanung. Das Modell der "Zentralen Orte" zwischen NS-Staat und Bundesrepublik, Paderborn, Ferdinand Schöningh GmbH, 648 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 04 mai 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40424

Haut de page

Auteur

Anne Radeff

Professeure honoraire des Universités
anne.radeff[at]wanadoo.frhttp://www.anneradeff.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search