Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2023Riccardo Ciavolella, 2023, Pétaou...

2023

Riccardo Ciavolella, 2023, Pétaouchnok(s). Du bout du monde au milieu de nulle part, Paris, La Découverte, 2023, 413 p.

Denise Pumain

Texte intégral

1C’est d’abord une curiosité amusée qui pousse les géographes à feuilleter cet ouvrage. Cet "atlas imparfait", aux dires de son auteur, invite à un tour du monde en 80 lieux, et peut d’abord se comprendre comme une invitation au voyage, exercice que nous pratiquons si souvent dans nos grands et petits livres, récits des voyages d’exploration historiques, ou petits récits de voyage au fil de nos histoires. C’est une cartographie sémantique tout autant que géographique que l’auteur nous propose, en indiquant au début de ses notices des éléments de contexte et d’usage pour situer chaque lieu. Aux antipodes des "non-lieux" scrutés par Marc Augé, l’attention est ici portée sur la singularité de chacun de ces bouts du monde, voire des antimondes comme ceux qu’a étudiés Roger Brunet, ou encore des tiers lieux, qu’évoquent par exemple Armelle Choplin et Olivier Pliez dans leur ouvrage sur "la mondialisation des pauvres".

2Pendant plus de 400 pages, l’auteur s’amuse et sait divertir ses lecteurs par des textes toujours plaisants et souvent érudits, convoquant des étymologies, des références littéraires et cinématographiques et des versions idiomatiques pour décrire des "bouts du monde" et des "milieux de nulle part" croisés dans tous les continents, qui sont cependant des centres du monde pour les personnes qui les habitent. En effet, la lecture approfondie de l’ouvrage, fragmentée ou continue, conduit aussi à questionner les principes de sélection des lieux qui fondent nos représentations de leur diversité. Peu à peu, on se prend au jeu de se demander quelle généricité fonde les singularités que Riccardo Ciavoella s’attache à nous faire découvrir. Il est très intéressant que l’auteur ait choisi des lieux d’épaisseur variable, parfois très considérable ! Ainsi trouve-t-on dans la liste alphabétique du sommaire une "Chine", une "Afrique", aux côtés de toponymes de lieux inconnus, encore jamais rencontrés. L’anthropologie retrouve ici l’universalité à différentes échelles des schémas centre-périphérie, des frontières et des marges si familiers à la géographie, mais aussi de l’altérité qui fonde les territorialités.

3La géographie se construit comme science, non pas en oubliant la diversité des lieux, mais en se fondant sur l’observation des lieux pour en extraire ce qu’ils ont de commun, d’ordinaire, de compréhensible qui pourrait conduire vers le prévisible dans leurs différences comme dans leurs devenirs. Mais cette démarche n’oublie jamais la diversité des lieux, les écarts aux modèles, ces fameux "résidus" des analyses de la statistique spatiale. Cet ouvrage propose ainsi d’opérer un "renversement des stigmates et des points de vue", mouvement salutaire dans notre monde sur-tissé de concurrences et de rankings.

4Peut-on se prendre au rêve que ce livre annonce l’émergence d’une "science des contre-espaces", cette "hétérotopologie" imaginée par Michel Foucault dans un texte cité en exergue de l’ouvrage ? Sans doute pas ! La comparaison de ces "destinations improbables" n’invite pas aux généralités, elle illustre, tout autant que sa tenace curiosité, l’extraordinaire variété des sources utilisées par l’auteur pour renseigner ses lieux ; étymologie, histoire, mythologie, littérature, cinéma, et multiples représentations du monde collectées ici ou là. Cette variété nous enchante, elle nous intrigue, elle nous inspire, elle fait rêver à ces autres livres que nous pourrions écrire, ou à ceux qui nous ont déjà fait rêver tel les "villes invisibles" d’Italo Calvino.

5Auteur d’une thèse sur "le pouvoir aux marges" avec pour terrain la Mauritanie, les travaux de Riccardo Ciavolella portent sur les marges des territoires et l’anthropologie politique. Il présente cet ouvrage comme un "à côté" de sa production scientifique, mais l’appareillage des notes, des références, d’un index, les croisements multiples entre les lieux cités et les réflexions proposées vont bien au-delà d’une publication qui ne serait qu’anecdotique. Plutôt que dans la présentation de presse un peu pessimiste qui voit cette liste de noms de lieux comme "ce qu’il nous reste, non pas pour partir sur Mars, mais pour revenir sur Terre", je préfère vous inviter à la parcourir en tous sens, comme, ainsi que le dit l’auteur dans une dédicace, "une pérégrination au bord du monde, pour mieux le saisir".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Riccardo Ciavolella, 2023, Pétaouchnok(s). Du bout du monde au milieu de nulle part, Paris, La Découverte, 2023, 413 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40654

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

CNRS-UMR Géographie-cités, France
Professeure émérite à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
pumain[at]parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search